Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brésil : un système agro-alimentaire en transition

 | 
Roseli Rocha Dos Santos
, 
Raúl H. Green

Introduction

Raúl H. Green et Roseli Rocha Dos Santos

Texte intégral

  • 1 Projet “Dynamique du changement technique et restructuration de l’industrie alimentaire en Argentin (...)
  • 2 Accord CAPES-COFECUB 116/90, Agro-industries, Politiques Agricoles et Exportation, entre l’Universi (...)

1Sont rassemblés dans ce livre une série de travaux réalisés dans le cadre d’un programme de recherche du CREDAL1, qui réunit des chercheurs et des enseignants français et brésiliens. Les textes ont été effectués dans le cadre d’un accord CAPES-COFE-CUB2 qui réunit ces équipes. Ceci est la suite d’autres travaux déjà réalisés, qui ont donné lieu à la publication d’articles et de livres en France et au Brésil. L’accumulation des travaux et des discussions réalisée, tout au long des trois dernières années, nous permet d’avancer dans une réflexion plus homogène, qui trouve ici une concrétisation explicative essentielle.

2Certains points d’accords fondamentaux sont à la base du travail en commun. Le premier est la perception d’un changement profond connu au niveau du secteur agro-alimentaire à l’échelon mondial. Evolution qui résulte de facteurs multiples, qui vont de l’amélioration des connaissances techniques, du changement des politiques et des formes de régulation publique, à la modification des comportements des consommateurs. Notre objectif est de suivre ces changements, ainsi que les effets qu’ils produisent aux divers niveaux de la chaîne alimentaire, au Brésil et en France. Ceci mène à la réalisation de divers types de travaux, qui pourront nous permettre de percevoir la complexité des évolutions connues les dernières années.

3Une deuxième préoccupation qui sert d’axe organisateur au travail est le besoin, dans le cadre international actuel, de réfléchir conjointement entre des chercheurs qui travaillent en Europe, et d’autres au Brésil. C’est seulement après une discussion commune que l’on pourra arriver à mieux cerner l’impact des nouvelles configurations sociales tant dans les pays développés, que dans ceux en voie de développement. Ainsi, malgré des spécificités que l’on peut trouver dans chaque pays, nous nous sommes concentrés sur des réflexions de type transversales, qui sont représentatives aussi bien en Europe qu’au Brésil. Nous partons de l’idée, que le système hiérarchisé international présente à la fois la double facette d’unité et de diversité. Unité dans le système dominant qui sert de référence pour la hiérarchisation ; diversité, dans les divers systèmes plus ou moins périphériques, que représentent des modèles d’accumulation différemment construits.

4La difficulté à travailler en forme transversale nous a mené dans chaque chapitre, à signaler les spécificités générales, pour signaler dans un deuxième temps les différences perceptibles au Brésil. Ainsi, nous nous sommes préoccupés de bien cerner les nouvelles tendances émergentes, pour ensuite réfléchir à leurs impacts sur le Brésil.

5Une troisième caractéristique du travail est l’approche interdisciplinaire, au niveau des sciences sociales, qui caractérise l’équipe de recherche. Ceci permet de réfléchir à l’intersection des divers apports théoriques, entre autres, de l’économie industrielle, de l’économie alimentaire, de la sociologie des organisations, de la sociologie de la consommation et de l’anthropologie sociale. Le recours à des apports théoriques multiples retrouve sa cohérence dans un débat descriptif de l’évolution, où la validité des diverses approches est soumise au jugement de sa pertinence explicative.

6Le chapitre de GREEN et ROCHA dos SANTOS se concentre sur les nouvelles formes organisationnelles que prennent actuellement la production, la circulation et la consommation des produits alimentaires. Celles-ci se conceptualisent avec deux définitions clés nécessaires à la compréhension de l’ensemble du texte, la notion d’entreprise réseau et celle d’économie de réseau. Il finit avec une réflexion sur les problèmes que présente l’hétérogénéité sociale caractéristique du Brésil, pour des entreprises qui sont en concurrence avec des entreprises des pays développés, qui travaillent dans un contexte social de modernisation plus homogène. Dès le départ nous nous trouvons ainsi confrontés au constat de l’émergence d’un nouveau modèle dominant de production, qui opère dans deux contextes sociaux différents, celui de l’Europe : économiquement et socialement stable, avec une bonne diffusion de sa modernité ; celui du Brésil : économiquement et socialement instable, avec une sorte de modernisation patchwork.

7Le chapitre de GREEN et RODRIGUEZ ZÚÑIGA présente à un niveau plus spécifique, l’impact des nouvelles technologies au niveau des formes actuelles de fonctionnement de la chaîne alimentaire. L’importance prise par les techniques organisationnelles juste-à-temps, ainsi que le poids croissant de la grande distribution sont aussi mis en évidence. Nous retrouvons ici un facteur transversal de première importance qui lie l’évolution de pays aussi différents que la France et le Brésil : un système de commercialisation dominé par des acteurs de plus en plus concentrés et fortement internationalisés. La grande distribution apparaît ainsi comme un acteur qu’il faut suivre, ici et ailleurs, pour mieux comprendre les évolutions actuelles et futures de la chaîne alimentaire.

8Pascal BYE nous présente, à travers une réflexion sur la capacité des biotechnologies à répondre aux problèmes posés par la croissance économique, une recension des diverses études réalisées sur l’apport des techniques à l’évolution du secteur alimentaire. Il met en évidence le fait que seulement une modification profonde des fonctions assurées par l’agriculture peut entraîner un changement radical des techniques productives. Il nous aide ainsi à comprendre d’une manière plus équilibrée la complexité du progrès technique et à nuancer l’idée d’une modification radicale du système alimentaire, basé exclusivement sur l’apport des techniques.

9Le chapitre écrit par Anamaria BONIN, nous présente des réflexions sur le problème de l’évolution des formes de consommation, facteur clé de compréhension des évolutions connues ces dernières années. Au-delà des différences de modes de consommation dominants dans chaque pays, l’évolution des comportements des consommateurs, utilisateurs finaux de la production alimentaire, permet de comprendre certains processus tels que les diversifications des gammes de produits alimentaires, la volatilité de la demande, facteurs qui ne font sinon qu’augmenter l’incertitude sur laquelle doivent opérer les divers acteurs de la chaîne alimentaire. L’importance prise par ces évolutions de la demande nous permet d’expliquer les nouvelles formes organisationnelles signalées dans le premier chapitre, ainsi que le rôle croissant de la distribution, qui est présenté au deuxième chapitre.

10Le chapitre développé par Angela FERREIRA, nous présente, au niveau d’une filière spécifique, fort importante au Brésil et en France, la forme que prennent les évolutions organisationnelles au niveau de l’articulation des agriculteurs et des abattoirs. Cette forme contractuelle est à la base des fonctionnements en réseau qui ont été signalé au début de notre texte, et a pour finalité de mieux gérer les incertitudes que représente l’évolution actuelle du marché alimentaire, tant au niveau national qu’international.

11Le travail de José RASIA, avec une réflexion centrée sur la production agricole, nous montre comment les formes de fonctionnement en réseau évoluent vers une nouvelle forme de perception et de gestion de la main d’œuvre agricole. Il présente des concepts importants pour travailler sur l’organisation du travail dans le système alimentaire, tout particulièrement dans les unités de production de matières premières. Ceci aide à mieux comprendre ce qui est le travail dans les unités familiales de production, dans le cadre d’un système fortement lié à la transformation industrielle. Sa démarche s’organise autour des rapports entre le travail et le progrès technique, ainsi qu’avec le développement d’un fonctionnement en réseau.

12Ana Maria KIRSCHNER apporte une réflexion plus spécifique sur l’évolution du secteur des farines, suite au changement du cadre réglementaire qui l’organisait. Ceci nous permet de percevoir d’une manière très concrète comment la mutation globale du système alimentaire brésilien commence à se réaliser. La configuration d’une filière change radicalement dès que l’Etat se retire. Les acteurs privés réorganisent les rapports interindustriels. Ils sont guidés par des principes auparavant peu importants, tel que le critère de qualité. La nouvelle configuration nous montre aussi l’émergence de nouvelles formes organisationnelles, qui se rapprochent des critères dominants dans les pays les plus avancés.

13Finalement, Bernard BRET nous présente le problème de la diffusion de l’innovation agricole, dans le cas particulier du Brésil, ce qui introduit une dimension supplémentaire à notre travail, à savoir l’approche spatiale. Il nous présente donc une lecture du problème de l’innovation technique et organisationnelle, en liaison avec de multiples variables de type économique, spatial et social.

14Nous remercions les diverses institutions qui nous ont permis de travailler en collaboration et de publier nos travaux, en particulier le CREDAL et la CAPES-COFECUB. Nous voulons aussi remercier le secrétariat du Laboratoire d’Economie Industrielle Agro-alimentaire de l’INRA-Economie, pour l’aide apportée et tout particulièrement à Catherine CANSOT et Liliane LAMPENOIS, qui ont assuré l’homogénéisation et la mise en page du texte. Nous remercions aussi Ana Carolina GREEN, qui a assuré la dure tâche de la traduction de certains chapitres, ainsi que la correction et révision de l’ensemble de l’ouvrage.

15La réalisation de ce livre nous conforte dans l’intérêt à continuer à travailler avec nos collègues brésiliens dans la suivie des changements techniques et organisationnels, dans des contextes sociaux différents. Ceci se présente comme une problématique de plus en plus intéressante, dans un monde caractérisé par un processus de globalisation.

Notes de fin

1 Projet “Dynamique du changement technique et restructuration de l’industrie alimentaire en Argentine et au Brésil” de l’axe Innovations Technologiques et Mutations Industriels du CREDAL, qui réunit des enseignants et chercheurs du CREDAL, de l’INRA-Économie et du Groupe d’Études Agriculture et Société -GEAS- de l’Université de Paraná.

2 Accord CAPES-COFECUB 116/90, Agro-industries, Politiques Agricoles et Exportation, entre l’Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle -IHEAL et l’Université de Paraná - GEAS.

© Éditions de l’IHEAL, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540