Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lula et l’autre Brésil

 | 
Candido Mendes

Au temps des nouvelles croisades

Texte intégral

1Dans l′immédiat Lula parie sur le contrôle qu′un gouvernement de « quasi consensus » peut exercer par la mise en place de politiques sociales, encourageant une mobilisation nationale visant à éliminer la marginalité structurelle du pays continent. S′il restait au pouvoir en 2004, Bush considèrerait certainement encore comme négligeables les chances de succès à long terme du nouveau modèle brésilien par rapport au profil libéral et au maintien de la croissance malthusienne classique, conduisant au ralentissement du développement dans les périphéries et à l′affaiblissement de la structure démocratique, laissée à la proie des populismes qui se dévorent entre eux. La différence traitait de l′accélération du succès du gouvernement brésilien, une fois la brèche ouverte. Quoi qu′il en soit, l′impact du régime Lula suggère l′interruption immédiate de la logique inertielle d′un système économique qui, laissé à la seule dynamique des marchés, deviendrait le socle d′une vision catastrophique dans les périphéries, en contrepoids des hégémonies annoncées de la mondialisation.

2La croissance quasi inexistante, voire le recul du revenu per capita dans le continent latino-américain, parallèlement à la concentration accélérée des revenus, menace la viabilité des gouvernements dits « orthodoxes », l′usure du pouvoir traditionnel allant de pair avec la hantise de devoir tourner la page. Le scénario de cet avenir empli d′impasses implique aujourd′hui le refus d′une promesse continuelle, ad infinitum, de redémarrage du développement. De plus, on se rend compte que la structure avortée du changement ne devient souvent que la résistance d′un statu quo qui garantit les « super revenus » des happy few.

LE BRÉSIL ET LA DIFFÉRENCE EXPLORABLE

3En fait, nous voyons là toute la reddition à la prospérité des « ilôts d′affluence » maintenus dans la périphérie latino-américaine, confrontée au niveau croissant du travail informel - représentant déjà, au Brésil, la moitié de la main d′œuvre -, à des marginalités irréversibles auxquelles viendront se joindre les exclus a priori de cette main d′œuvre, en raison d′un modèle basé sur la productivité du capital et la primauté de la compétitivité extérieure. La proportion de Brésiliens frôlant cette condition atteint déjà quasiment 40 % de la population, pour un total de 175 millions. Le gouvernement Lula, acculé au mur de l′Histoire, s′emploie à créer une assistance immédiate à l′emploi, aussi urgente que le combat contre la famine. Un tel pari pourrait également sensibiliser la Maison Blanche, comme gage au coût du maintien de la nature du capitalisme sauvage, pour en revenir aux propos de Newt Gringrich, tenus au début du mandat Clinton. L′appel au « réalisme », fait à Lula lors de sa visite à Bush, renvoie à l′écart par rapport aux règles du jeu, concédé au Brésil pour parer à l′instabilité continentale dans le cadre de la mise en place de l′Alca. L′image du pétiste célébré dans les rues de Buenos Aires constitue le témoignage d′une rencontre, impensable il y a encore cinq ans, entre les plus récentes masses de démunis et l′option politique d′une union des gauches des pays critiques d′Amérique du Sud, réalisant ce qu′avaient laissé pressentir les avancées de Vargas et Perón.

4Doit-on, dès maintenant, penser à ce front commun plutôt qu′aux élucubrations lancées sur la survie du Mercosul, à partir du dynamisme des classes appartenant au sommet de la pyramide sociale d′une Argentine qui assiste à la décrépitude de sa classe moyenne et des travailleurs aisés d′autrefois, ruinés par les plans Menem-Cavallo et De la Rúa-Cavallo ? Ou existerait-il déjà, dans un tel mouvement, une réaction et une reconnaissance de la faillite nationale ?

5L′acclamation de Lula serait déjà, pour certains observateurs de cette imminente volkswanderung entraînée par le monde des marchés rois, un dénominateur si vaste qu′il impliquerait, par son exigence d′une refonte des structures collectives, et de la possibilité d′auto-organisation pour cette marginalité considérée à l′échelle des grands espaces continentaux, la naissance de temps sociaux nouveaux - à l′épaisseur braudélienne. Le PT a introduit sa vision, muni de ses praxis, armé de mobilisations, tout au long des vingt années qui furent nécessaires à son arrivée au pouvoir. Il faudrait donc s′attendre de la part de Washington à un traitement d′exception pour le cas Lula, qui devrait lui permettre d′échapper aux futurs pendulaires où la croissance malthusienne du modèle libéral force les remous à la base et conduit aux interventions populistes, aux empoignades coutumières de l′éternel retour de l′instabilité.

6L′évaluation du risque-Brésil par le système international acquiert une sophistication nécessaire pour permettre le « laissez faire » immédiat de Lula, alternative à la rupture, prônant un changement de cap aux conséquences à long terme. Le Brésil peut compter sur l′appui d′un programme d′urgence afin de réduire le syndrome pré-explosif de la faim, et commencer la lutte contre une violence devenue endémique et beaucoup plus corrosive que le manque alimentaire. Les soutiens se complèteraient à merveille, succédanés aux fonds sans retour, généralisés dans les périphéries.

LE DROIT AU RÉALISME STRATÉGIQUE

7Les programmes d′assistance représentent un coût bien moindre que celui impliqué par un véritable programme de développement. En donnant la priorité aux besoins de première urgence, le but de Lula, néanmoins, consisterait, comme l′a déjà souligné le Ministre Palocci, à introduire le social dans la matrice même du changement. L′objectif : une fertilisation induite par la satisfaction de tels besoins, liée à la notion aiguisée - aujourd′hui davantage qu′au bon vieux temps de l′« Alliance pour le Progrès » de l′ère Kennedy - d′un impact plus complexe où, finalement, la création d′emplois, la formation de la main d′œuvre, les politiques d′éducation, de santé et de logement joueraient un rôle de leviers de la modification structurelle, et transformeraient les cycles économiques du statu quo de vicieux en vertueux.

8Sûr de ses horizons, le gouvernement Lula se rendra, néanmoins, progressivement compte des difficultés immanentes auxquelles se confronte un pouvoir désirant maintenir les acquis du gouvernement Cardoso. Il doit trouver le juste équilibre entre l′insertion internationale du pays, et la concession de rançons symboliques répondant finalement aux attentes de changement, après un jeûne de quinze ans. Le nouveau président ne nie nullement cette vision tendue, où la realpolitik doit dépendre du maintien du profil et de la cohérence du parti « différent » au pouvoir. Le discours de l′annonce de la victoire de Lula ne fait qu′éclairer son pari sur la confiance de son peuple, confiance qu′il mettra de plus en plus à l′épreuve.

9La transition a démontré le souci de vérité du gouvernement, sa recherche de données sur le manque évident de ressources, qui lui a permis de reconnaître qu′une social-démocratie ne prendra forme du point de vue de la dynamique intérieure d′un système, qu′à long terme. Tout pronostic avisé souligne que la première moitié au moins de la période Lula nécessitera la réappropriation préalable de fonds, le prélèvement de nouvelles disponibilités, la correction de l′inertie de la période Cardoso. Il n′y aura pas immédiatement de contraste marquant avec l′héritage de FHC, et surtout pas de changement concernant les limites de liquidité financière fixées, de façon à pouvoir faire face aux dettes, interne et internationale. Un certain répit pourrait néanmoins se faire sentir, notamment grâce aux politiques mobilisatrices du PT, avec par exemple des conséquences positives et imprévues telles que l′anéantissement de la corruption, une reprise de l′épargne ou le renforcement des services sociaux. Ce serait là le véritable atout de la façon pétiste de gouverner, qui se réclame d′une conscience populaire. C′est ce même levier qui assurerait également la réduction des tensions collectives grâce à une véritable pédagogie de l′attente et de l′espoir. L′appareil politique lui-même devrait montrer sa différence par une limitation abrupte des dépenses et une réduction de la bureaucratie, malgré la militance « étatisante » du parti.

10Au niveau de Brasília et des structures de l′État, l′arrivée au pouvoir de Lula introduit ce nouveau rapport dans le système politique, au-delà de la simple distinction entre le cercle décisionnel - qui doit être complètement modifié - et le noyau de structures exécutives chargées de mettre en œuvre l′impulsion donnée par le gouvernement. Il ne s′agit plus d′une simple dialectique entre décision et bureaucratie, à l′heure où la spécialisation et le savoir-faire permettent, grâce aux progrès liés à la modernisation, la permanence d′une technocratie ouverte aux changements d′équipes au pouvoir en fonction des aléas électoraux.

L’APPAREIL ET LA CONSCIENCE : LA MOBILISATION ET LES NOUVEAUX COMMISSAIRES

11Le PT exige davantage de neutralité de la part de cet appareil politique. Il refuse que les décisions et leur portée soient aménagées - comme c′est la tradition - en fonction des différents fonctionnaires formant la longue chaîne de l′exécution des mesures gouvernementales. L′ascension du parti et de chacun de ses membres au pouvoir suppose une nouvelle médiation qui prolonge la dynamique du système, l′enthousiasme et l′élan de la conscience civique des sympathisants. Cette conscience née de l′espoir commun de parvenir au succès, de la discipline d′une campagne faite avec l′autre, du partage quotidien. Mais surtout la conscience de l′accès possible d′un métallurgiste à la présidence, symbole d′une réussite consacrée au terme d′une très longue marche. L′une des conséquences de cette discipline consiste, en même temps, à faire de cette différence une identification intransférable de charges. Elle implique également une pré-responsabilité dans l′exercice du pouvoir. Un tel climat permettrait, ainsi que l′ont remarqué certains spécialistes, la reprise de la dénomination attribuée par Lénine à ses compagnons dans la phase matricielle de détachement de la perspective prolétaire face aux élites classiques du pouvoir. En 1917, avant même l′avènement bolchevique, la prise en mains des leviers du système était déjà l′affaire des « commissaires du peuple ». Il fallait encadrer le mouvement. En maintenant tous les gains - comme la modernisation de l′État - dans la rationalité de l′appareil, le rapport différent du PT garde le nerf de cette identité préalable. Le commissaire - ainsi que le « companheiro » spécifiquement pétiste - est censé ne fuir aucune responsabilité quant au travail mis en œuvre. Il apporte sa ferveur à la tâche, quelle qu′elle soit, attisant la mobilisation face à une bureaucratie habituellement aveugle et sourde à l′impulsion parvenant du sillage de l′utopie féconde.

12Les hommes du nouveau régime, Dirceu, Palocci, Gushiken, ou Graziano, Ministre responsable du programme-clé « Faim Zéro », témoignent de l′empreinte de cette aura. Ensemble, ils doivent assurer - à l′exemple des fameux commissaires du peuple - le passage de l′abstraction ou de la neutralité des simples demandes de productivité et de performance au plein exercice du nouveau gouvernement.

13Le parti ne craint pas d′épuiser ses réserves de confiance face aux innombrables difficultés qui attendent le gouvernement, l′inertie des appareils d′État notamment. Tous les acteurs de la transition soulignent également qu′il n′y aura ni bouc émissaire, ni blâmes stériles quant à l′héritage de Fernando Henrique Cardoso II ne s′agit pas de faire diversion afin d′occulter le véritable programme d′actions. Le secret du maintien de l′adhésion au parti résidera dans l′explicitation crue de chacun des pas faits par le nouveau gouvernement. Une estimation précise des délais nécessaires à la satisfaction des demandes sociales est donc indispensable.

14Lula montre d′ailleurs déjà comment ce « no show » volontaire et assumé de début de mandat implique la recherche d′un équilibre délicat entre la demande née des veines mêmes du parti et les engagements assumés en cours de campagne avec les alliés du PT. Traditionnellement, le compte à rebours de la négociation se traduit par de nombreuses tractations portant sur l′échange de reports de voix contre l′obtention de postes dans le nouveau gouvernement. On ne vit aucune concession de ce type dans l′élaboration du gouvernement élu. Les premiers gestes de Lula furent pour ses « alliés », regroupés contre la candidature de Serra, traités en grande pompe, la victoire obtenue. Lula exprima sa reconnaissance aux deux candidats vaincus au premier tour, Ciro Gomes et Garotinho, mais également à Brizola, Itamar Franco et Miguel Arraes, président historique du Parti Socialiste Brésilien, conquis et pris en main par Garotinho.

15Il est très clair, également, que le noyau du pouvoir, dont les portefeuilles clés du Trésor de la Maison Civile - sorte de Ministère de l′Intérieur - et du Secrétariat Général de la Présidence, restera sans doute entre les mains du triumvirat qui va partager quotidiennement les décisions présidentielles : Antonio Palocci, ancien maire de Ribeirão Preto ; José Dirceu, président du PT et député pétiste ayant obtenu le plus grand nombre de voix à São Paulo pour la Chambre Fédérale ; et Luis Dulci, l′un des fondateurs du parti.

16Lula décida également de s′entourer de secrétariats d′État, à côté de ce carré du pouvoir, et en parallèle avec les Ministères. De même il se garda de toute vision triomphaliste, insistant sur les déficits hérités des gestions précédentes, sur le fossé international, et sur le réalisme requis dans la définition des objectifs étatiques. Même symbolique, la réduction de 10 % sur les budgets approuvés montre déjà le profil objectif et responsable du nouveau gouvernement.

17La bonne volonté internationale s′en tint d′abord à la curiosité - qui se substitua à la méfiance initiale - et permit, par des gages « à la Bush », la mise en place d′une coopération d′urgence alimentaire. La composition finale du Ministère correspondait au positionnement de centre gauche affichée par le régime. La nomination à la tête de la Banque Centrale de l′ancien président mondial de la Banque de Boston, Henrique Meirelles, et le fait que Lula ait conservé l′ensemble des directeurs antérieurs de l′organisation, pouvait faire craindre une dérive du régime vers la droite. De plus, Lula accepta la suggestion de la Fédération des Industries de São Paulo - le cœur de l′économie -de placer de grands entrepreneurs à la tête du Ministère du Développement et de l′Agriculture, Furlan et Roberto Rodrigues. Néanmoins, le Ministère de la Réforme Agraire revint à un socialiste de gauche, ainsi que le nouveau Ministère des Villes. Mais la plupart des portefeuilles incomba à la tendance centriste du parti : la tendance du Groupe « Articulation », celui de Lula lui-même, avec Dirceu, Palocci, Gushiken, Graziano, Tarso Genro, Humberto Costa, Jacques Wagner, Benedita da Silva.

DISPENSABLE TRÊVE DES CENT JOURS

18Le poids des symboles, l′affirmation claire de priorités pour le pays, les démonstrations de ralliements de forces proches, les marchandages politiques satisfaits rendraient inutiles les cent jours de trêve normalement concédés, au Brésil, au vainqueur des élections présidentielles. Dès le début étaient fixés tous les repères d′une trajectoire de pouvoir qui se dédoublera d′elle-même, tant l′attitude initiale du gouvernement indique l′envergure du point de départ mais se tait sur l′effort fourni pour se distinguer du gouvernement antérieur. Parmi les premières mesures, et à côté de l′appel au respect des engagements internationaux, l′urgence de la préservation de la stabilité nationale impliquera l′adoption de mesures visant à restreindre le redémarrage possible de l′inflation, qui pourrait atteindre, pour la première fois depuis le début du gouvernement Cardoso, jusqu′à 20 % - alors qu′elle s′est maintenue à 7,8 % en l′année 2001. Néanmoins les quinze premiers jours du mandat Lula se soldèrent par une chute du dollar de 3,82 à 3,37 réals : la bulle spéculative, née au cours de la période électorale, éclatait.

19Il ne s′agissait pas, uniquement, de bloquer le raz de marée, mais aussi de souligner, parallèlement aux mesures proprement économiques, le caractère essentiellement aléatoire des gains classiques du capital financier. C′est là que s′enracina, en effet, la crainte surexploitée de l′élection de Lula, qui poussa le dollar et le risque-pays Brésil à la hausse, à travers un simple artifice politique.

20Il fut nécessaire d′agir au plus vite pour garantir le reflux des coûts des services de base dans les secteurs du transport et de l′énergie. Grâce à une certaine flexibilité concédée à la suite des privatisations aux contrats des compagnies de téléphone ou de distribution de pétrole, les prix pratiqués dans ces secteurs s′avèraient nettement supérieurs à la moyenne de l′index général des prix à la consommation, et malgré la reprise de l′inflation au Brésil, déjà désamorcée par l′échec de la spéculation sur le réal.

21Il en serait de même concernant le refus d′augmentation des retraites, et la hausse de l′impôt sur le revenu pour les secteurs aisés de la population brésilienne. Par contraste avec la fête civique orgastique du 27 octobre et du 1er janvier, ce début de gouvernement se veut sévère, voire « anti-populaire ». Les secteurs de gauche, les sans-terre, réitèrent leur attente, mais la radicalisation intérieure porte sur le niveau de rigueur du programme gouvernemental, en aucun cas sur des concessions excessives accordées au néo-libéralisme. De tous côtés on considère que les grands axes du programme sont maintenus.

22S′il n′était plus question de « lune de miel », l′on pouvait toutefois prévoir, à moyenne et longue échéance, les gains qu′occasionnerait pour le gouvernement sa propre initiative face à la dynamique de changement du pays. On remarquait également le ton d′« opposition constructive » et loyale maintenu par les sympathisants de Serra.

LA RÉPONSE AU PREMIER REGARD INTERNATIONAL

23L′image de marque internationale du gouvernement Lula peut se mesurer à l′aune des interrogations qu′il suscite à l′étranger : les prévisions à long terme portent sur ce que peut représenter le maintien et le renforcement, plutôt que l′échec, du régime inauguré à Brasilia le premier janvier dernier.

24Ce qui est en jeu, c′est de savoir dans quelle mesure un dessein hyper-pragmatique constitue la seule voie possible, aujourd′hui, dans les périphéries, d′une démocratie sociale exprimant volonté de marquer sa différence et de s′écarter du modèle imposé par la mondialisation hégémonique.

25Les premiers pas du nouveau gouvernement vont se produire au milieu d′une immense écoute. Le gouvernement Lula s′est appliqué à donner des signes, par son minimalisme apparent, d′un changement fondamental. La promesse de changement se formalise davantage, dans l′immédiat, par l′apport de nouveaux gages de crédibilité, plutôt que par l′obtention d′un quelconque gain concret issu de la nouvelle politique. La première tâche de Lula consistera à trouver toute une échelle des symboles, qui permettrait de passer du consensus de départ à un appui massivement majoritaire.

26Le scénario du Brésil-alternative, démarré le premier janvier, consiste à faire du Brésil une nation géante vouée à son propre marché. Il implique le dépassement d′un quotidien de survie, la réorganisation de ses dynamismes égarés. Cette réussite ne s′inscrit pas, non plus, dans les trajectoires habituellement réservées aux périphéries. Les forces de la mondialisation actuelle, ses corrections, ses feedbacks, ne permettent plus, dans la dynamique du système, l′émergence en contre-point d′une mouvance qui puisse bénéficier d′un espace propre en dehors, précisément, de cette mondialisation.

LA PÉRIPHÉRIE, LES BARBARES ET LES EXCLUS

27À un niveau plus large, celui par exemple des idées toynbeeniennes ou braudéliennes, il n′existe aucune région du globe qui ne soit occupée ou conditionnée par l′emprise d′une mondialisation qui s′empare des acteurs, ou les éconduit, dans une dynamique universelle déterminée. Les espaces marginalisés ne sont plus ces terres lointaines où, de par leur propre nature, les inconnus deviendraient des exclus. Tout autre est l′impact historique de la marginalité sociale, reliquat rendu fonctionnel des nations périphériques, symptôme de leurs synergies perdues.

28Pas de barbares venus de l′extérieur, dans les pays d′Amérique latine aujourd′hui, simplement des collectivités broyées en ce début de xxie siècle, par l′avènement d′un régime hégémonique, dans le cadre de la mondialisation. Face à cela persistent les obstacles, les gestes permis aux nations à demi englouties pour pouvoir se réclamer d′une action significative menée en dehors du système. Mais de tels exploits peuvent trouver, demain, l′opportunité de se concrétiser. Des niches d′organisations, en effet, peuvent coexister : les marchés intérieurs tenus à l′écart, comme par exemple les derniers pays-continents. Leurs dimensions macro-historiques font de la Russie, mais surtout de la Chine, et toujours plus du Brésil, des zones en marge de l′insertion internationale actuelle. Ces pays constituent, en même temps, des terrains de neutralité, face à la stratégie hégémonique ressortant de l′accord de Washington, véritable charte de la mondialisation.

29L′avènement de Lula pose, immédiatement, la question de la reprise d′un projet de changement. L′idée était impensable, il y a encore un quart de siècle, lorsque la recherche du progrès était fondée sur l′indépendance, et que la coopération internationale devait réduire les écarts de la prospérité globale. Teintée du meilleur des volontarismes, cette coopération se rapportait à toutes les rhétoriques de la charité, aux résonances chrétiennes reprises par Vatican II, à l′intervention de l′éthique sur l′économique chez les grandes nations protestantes, aux mouvements d′une conscience internationale que l′envol vers une croissance harmonieuse impliquait le respect de l′impératif écologique naissant. L′époque actuelle, notamment depuis le raidissement du 11 septembre, propose au contraire une situation où la vieille « Alliance pour le Progrès », devenue une icône ancestrale, ou le développement, défini comme un cadre mondial d′initiatives plurielles effectives, ont perdu toute priorité. La périphérie, du point de vue de Washington, devient une frontière d′alliés ou d′ennemis rassemblés par la lutte contre le terrorisme, devenue diffuse et interminable. Si un pays comme le Brésil n′est considéré que selon le poids relatif de son économie au trébuchet de la mondialisation, soit 2 %, il s′en suit une nouvelle médiation entre coûts et bénéfices quant à notre insertion internationale.

30Le futur s′oriente vers une reconstruction de la priorité du marché national. Les décisions sur l′emploi, la productivité, les dépenses affectées à l′innovation prennent une autre tournure. Cette réorientation demande une nouvelle disponibilité des politiques publiques, qui assure les obligations en terme de liquidités internationales, autorisant une véritable action de l′État et l′ouverture à l′« économie des nécessités » plutôt qu′à celle des convenances marchandes. Il est significatif que les premières déclarations de la Ministre des Mines et de l′Énergie évoquent l′arrêt des privatisations, et qu′en même temps le nouveau programme du Parti Socialiste Français prévoie justement, la reprise complète par l′État du contrôle d′Électricité de France.

LES HYPER POLARISATIONS ET L’ESCAPADE

31Il est important de bien voir qu′au niveau international, des changements se sont produits : le gouvernement brésilien s′est octroyé une liberté de mouvement, conséquence d′une polarisation truffée d′interstices. Le monde de l′« hyper » marché, entré en croisade, s′autorise ainsi des benign neglects ponctuels, concernant la correction des modèles de performance économique et en termes de profits, face aux réglages généraux qui proviendront des Star Wars.

32Le Brésil profite de cet égarement, affirmant avec force la logique « pacta sunt servenda » et brandissant sa légitimité à vouloir répondre aux attentes de son électorat gigantesque par un repli vers l′intérieur. Le Gouvernement Lula a la certitude qu′il pourra relancer le développement. Pour cela, il devra s′écarter des ressorts historiques de mise au cours du dernier quart du xxe siècle ; leurs impasses ; leurs recettes devenues quasiment une sorte de fondamentalisme, appliqué par la bureaucratie internationale aux périphéries, qui n′ont plus -du fait de la mondialisation hégémonique - le droit au refuge et au repli, considérés caractéristiques d′une forme de barbarie. Seuls les pays marginalisés mais démesurés, sont capables de faire la différence.

33Le Brésil se positionne actuellement comme une « exception », apte à échapper à la normalisation des systèmes souhaitée à la fois par le marché néolibéral et la mondialisation qui protège ce dernier.

34L′« Autre Brésil », à cette occasion, prétend renvoyer au long temps historique, non seulement la recette orthodoxe de la prospérité, mais aussi son scepticisme et sa méfiance vis-à-vis de celle-ci. Il préconise à l′inverse l′utilisation de toute une panoplie de ressources, en principe écartées du jeu : sagesse des organisations internationales, maîtrise du « bien-être » social... Ou encore la pensée du développement, telle qu′entrevue par la Cepal et le prophétisme de Raul Prebisch, Celso Furtado, Felipe Herrera ou Hélio Jaguaribe. Cette pensée représente la contribution réelle de l′Amérique latine au commencement de formation d′une conscience périphérique, encore bloquée dans les temps canoniques d′un monde constitué de puissances plurielles, où marché et nation s′enchevêtraient de façon maîtrisable.

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540