Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lula et l’autre Brésil

 | 
Candido Mendes

Lula et le monde

Texte intégral

UNE IDENTITÉ POLITIQUE ENCORE MÉCONNUE À L’EXTÉRIEUR

1Il manque au PT une projection internationale capable de diffuser son identité et de trouver des cercles naturels d′appui à travers le monde. La route qui accorda une reconnaissance du parti à l′extérieur fut longue. En effet, elle provenait des efforts déployés à corps perdu à l′intérieur des frontières nationales, en vue de faire disparaître l′exclusion collective d′un tiers des Brésiliens. Le PT assumait le pari de la marginalité géante, celui de rendre au Brésil « de l′autre côté » sa propre voix. Il acceptait de porter sur ses épaules l′enjeu d′une conquête démocratique et patiente - mais directe - du pouvoir. Lula et ses compagnons ne bénéficiaient au départ d′aucun soutien générique, d′aucune résonance à l′extérieur. Cette gauche naissait, en dehors des enjeux immédiats d′identité ou des jumelages reconnus dans « le monde, vaste monde ».

2Après 1989, le parti reprit à son compte les exigences du vieux « tiers-mondisme » : la chute du mur de Berlin ; l′annulation de toute politique de marchandage entre les deux blocs ; et, surtout, la reconnaissance de la puissance hégémonique née de la mondialisation grandissante. La rhétorique des nations dites non engagées se tourna vers le contexte spécifique des périphéries, plutôt que vers la structure active du bargaining des années soixante. Les pays comme le Brésil se repliaient sur la reconnaissance de la cassure fondamentale et de l′appellation de ce « sud » mondial, dont la connotation géographique marquait, dès le début, la contradiction avec les foyers de prospérité mondiaux. On remarquera des changements croissants dans cette ouverture internationale différente. Le PT se garda, tout d′abord, de toute identification, par inertie historique, aux Internationales Socialistes. En effet la plus forte raison de cette réserve provenait du fait que le populisme du tiers-monde, et particulièrement celui de Brizola au Brésil, avait occupé tout l′espace, insistant sur les clichés et les stéréotypes, un manque d′emprise sur les tensions internationales réelles s′accompagnant d′un discours toujours plus nostalgique d′un mouvement qui se perdait face au nouvel élan interne de l′affirmation nationale brésilienne. L′organisation de la force du travail avait lieu parallèlement à la croissance de l′anomie sociale. Deux effets cumulatifs se rejoignaient : la marginalité de toujours se renforçait sous l′effet accéléré des nouvelles demandes compétitives, tournées vers l′extérieur, imposées par le nouveau modèle de la globalisation, et poussant à une productivité basée sur l′emploi massif de l′automation et sur l′épargne de la main d′œuvre. La nouvelle structure de production portait en elle le risque d′un chômage accéléré, ainsi que la perte du pouvoir de décision national quant à la dynamique économique. Le parti prit conscience, assez rapidement, qu′il ne serait pas possible pour un pays périphérique de jouer sur son instabilité, de faire de ses va-et-vient internes une menace, comme au temps de la guerre froide lorsque la cheville ouvrière de l′essor international du Tiers monde résidait dans ses émeutes et ses soulèvements, alors considérés comme capables de déséquilibrer la balance mondiale du pouvoir.

LE PAYS DE LULA, SURVIVANT DE LA CASSURE PÉRIPHÉRIQUE

3L′une des contradictions suprêmes de la cassure périphérique se rapporte au fait que la politique extérieure - dans le prolongement de la leçon de Clausewitz - ne peut pas, d′elle-même, exprimer la lutte nationale pour le changement, à une autre échelle et avec d′autres résonances de pouvoir et d′appui. En effet, ce n′est qu′à la quatrième participation du PT aux élections présidentielles qu′une position internationale claire devait surgir sur ce scénario dépourvu de tout enjeu. Le PT au pouvoir ne se fit aucune illusion quant à sa mouvance, réduite au niveau de survie quotidienne, comparativement aux pressions des fonds spéculatifs qui prennent les devants de l′afflux externe de capitaux. Le PT s′inclina donc vers une nouvelle consistance de l′acteur-Brésil, et s′appliqua à un redressement progressif de ses marchés intérieurs, tout en cherchant à se préserver de l′enlisement dans sa marginalité structurelle.

4Lula parviendrait de la sorte à la dernière marche de cette révolution interne des perspectives, en rupture avec le temps des ententes de Bandung ou Brionie - qui furent la hantise du gouvernement Quadros, le seul à avoir tenté, au cours de ces cinquante dernières années, de mener une « politique étrangère indépendante ». Actuellement, un nouvel alignement de perspectives extérieures est en cours, pariant sur l′éventualité d′une affirmation nationale à moyen terme, tout en prenant en compte la relation dramatiquement bilatérale et extrêmement asymétrique du Brésil avec les Etats-Unis. Cette possibilité est liée à la mise en valeur des Nations Unies et de leur apparat complexe, moelle épinière des revendications universelles pour la défense des droits de l′homme, individuels ou collectifs, au sein de laquelle la nation brésilienne trouverait aussi sa place, à condition que le concept périmé de « droit au développement » puisse être relayé par le bien commun ; que les limites d′une véritable coexistence internationale supposent des investissements de sécurité minimale pour assurer la cohésion interne des périphéries. Le jeu consisterait, pour les États-Unis, à se prémunir de nouvelles ruptures par un investissement négligeable en terme de coût. Les atouts brésiliens résultent essentiellement du remarquable exploit du PT, qui est parvenu à la fois à éliminer la plus grande menace d′explosion sociale périphérique - tant le pays est englouti dans sa marginalité classique - et à arriver au pouvoir par une poussée démocratique et un renversement du sempiternel statu quo exemplaires.

AU-DELÀ DE LA REAL POLITIK DE LA MAISON BLANCHE

5Reçu par Bush, Lula a joué sur le fait que, parce que le PT existe, il n′y a pas eu au Brésil de Sendero Luminoso ou de Farcs comme c′est le cas respectivement au Pérou et en Colombie. Le projet « Zéro Faim » pousse à l′appui américain, au-delà même de la politique du Parti Républicain, de plus en plus endurcie depuis le renforcement de son poids électoral du 7 novembre dernier. Comme préalable à l′importance économique que pourraient détenir les marchés brésiliens, cette aide, accordée à des coûts presque symboliques par rapport à la masse des ressources américaines, n′a, d′autre part, rien à voir avec les politiques de donations extérieures, liées à de la bonne volonté ou à un simple désir d′améliorer l′image des États-Unis sur le Continent. La nation hégémonique est en proie à l′isolationnisme, et se trouve à la fois habitée par un esprit de croisade partant dans toutes les directions, le terrorisme constituant la cible à abattre.

6Le PT, en effet, devient une pièce maîtresse dans l′arrière-garde de la frontière américaine dans le cadre de l′après-11 septembre. C′est dans le cadre des Nations Unies que l′éclatement de l′ancien neutralisme positif a fait ressortir la reconnaissance d′un « quart-monde » ; sa dépendance croissante vis-à-vis d′une politique d′aumônes internationales va déboucher sur les initiatives d′annulation des dettes impayables. Ainsi, cette poussière d′États, démunis de tout rôle extérieur, reste en suspension. La nation hégémonique n′a qu′à signaler ces déserts économiques comme autant de sites idéaux de ce terrorisme nébuleux qui sied si parfaitement à l′imaginaire des guerres de cent ans. Le marchandage avec les anciens pays du Tiers Monde était tout le contraire, si l′on considère ce que représentaient, il y a un demi-siècle, leur position géographique, leurs ressources cachées, leur pouvoir de déstabilisation de par les mouvements des masses sous-continentales.

7L′ambiance qui a présidé à l′accueil de Lula à Washington a montré toute l′importance stratégique - l′issue en est, néanmoins, encore peu claire - de ce dernier en tant que président d′un pays-continent à la frontière entre une nouvelle poussée de développement et un effondrement social. Ce n′est pas un soutien constitutif qu′impliquent les premières ouvertures américaines au gouvernement Lula. Elles jouent de cette même ambiguïté, ainsi que des nouveaux actifs politiques et sociaux que seul le gouvernement du PT peut entériner - et cela à un coût immédiat minimal pour Washington - afin de prolonger l′alternative. Du côté américain, on pourrait se demander si la nouvelle hégémonie des Etats-Unis, renforcée au lendemain du 11 septembre, n′impliquerait pas le pari sur une flexibilisation de la prémisse de stabilité face à la dispersion du reste de l′Amérique du Sud - le Chili excepté, mais ce pays n′a que peu de poids dans l′ensemble latino-américain. Le gouvernement Bush, impérial, qui se prépare pour un nouveau mandat, pourrait se permettre d′établir des relations spéciales avec la nation géante, capable de résister par elle-même à un engloutissement tel que celui qu′a connu l′Argentine, susceptible de commettre des écarts sur la même voie forcée de l′orthodoxie. Les autorités financières internationales jouèrent sur l′espoir que Lula puisse maîtriser la marginalité collective brésilienne et servir de tampon avec les ruptures du reste de l′Amérique du Sud. Il suffirait aux Etats-Unis d′accepter une entorse minimale aux modèles qu′ils entérinent, en permettant que le Brésil édifie un régime de démocratie sociale, moyennant le maintien des interventions de l′État, le maintien de l′insertion sociale comme priorité, voire moyennant la construction du marché intérieur, soi-disant « obsolète », comme espace supplémentaire de débouchés pour les États-Unis. Les concessions économiques seraient minimes, et permettraient de profiter de la solidité que le PT pourrait apporter au pays sans toucher à la prime convenue aux capitaux extérieurs. L′Argentine fut punie ad exemplum en tant que périphérie récalcitrante, afin de prouver le maintien de la logique internationale du règne du système établi. Peut-être que, afin de se redonner de l′élan, l′ordre international à son zénith se permet le luxe de coexistences hétérogènes, en tentant les dieux et en bravant, au bord de l′abîme, une autre séquence. La tolérance déjà de mise vis-à-vis du modèle chinois en formation assouplit la pratique des Etats-Unis dans leur basse-cour immédiate, autorisant l′émergence d′un parcours qui sorte des sentiers battus de la domestication et de la recette de la prospérité.

LA TOLÉRANCE AVEC L’ÉCART, LUXE DE L’HÉGÉMONIE

8L′enjeu Lula serait tel qu′il vaudrait bien que l′on s′écarte quelque peu du discours de normalisation économique mondiale, de mise depuis la chute du mur de Berlin. Au-delà de l′impact de l′inclusion du social dans la matrice des changements, la projection la plus classique du futur du Brésil soulignerait surtout les difficultés qui s′opposeraient, à la dernière minute, à la mise sur pieds d′un marché national effectivement endogène face à la conjoncture mondiale. Le gouvernement Lula représente ces gages, et constitue la meilleure opportunité d′y parvenir, grâce au consensus politique et social qui le porte. La chance de la différence qu′il façonne peut être rapportée au luxe des hégémonies, qui cautionnent l′émergence d′une alternative dans les périphéries comme un renfort du centre même, dans une complexité accrue du système.

9En ce début de mandat, Lula est quasiment condamné à la solitude du fait de la disparition des acteurs ayant connu des scénarios historiques semblables. La vision initiale d′un socialisme de principe n′échappe pas à la praxis de sa détermination idéologique. Non pas en la défigurant, mais en acceptant les conditionnements auxquels elle se soumet sans se rendre, en assurant l′annonce d′une politique externe indépendante, entrevue à l′origine, il y a presque un demi-siècle, dans le vieux rêve de Janio Quadros et de Jango Goulart.

10La première visite officielle à l′étranger de Bush, après sa victoire en 2000, le conduisit au Mexique du président Fox. C′était là le prologue de cette vision du pays comme une extension naturelle de l′espace économique américain, l′union des frontières aidant, mais aussi la migration massive de Mexicains démunis et la volonté d′intégration, aux dépens de leur identité foncière, affichée par ceux-ci. L′Amérique du Nord, au sens géographique du terme, trouvait là ses grands axes, orientant ses perspectives d′expansion à la fois au Canada et vers la grande nation latine située au sud du Rio Grande : la logique géopolitique rejoignait la carte des vastes espaces limitrophes. Au sud, le pays de Lula suit une logique inverse, les régionalismes maintenant éclatés malgré la stratégie et la vision historique de Fernando Henrique Cardoso, qui vit venir l′épuisement de l′élan du « nouveau monde » avec l′esquisse de l′Alca qui, depuis le gouvernement Clinton, cherchait à élargir l′entente du marché commun nord-américain.

11On aurait pu imaginer que le dernier tournant de l′hégémonie de l′ère Bush consisterait à prendre le risque du consentement à la différence en Amérique latine, même comme simple solution de rechange à la déconfiture généralisée des nations qui suivirent le modèle et se transformèrent en bombes sociales, allumées dans la trajectoire de la mondialisation. Dans cette vague, le Brésil essayait, depuis les huit années du gouvernement Cardoso, de briser le carcan en suivant son parcours classique fondé sur le bilatéralisme, n′échappant pas à la confrontation avec ce vis-à-vis inégal. Au commencement des initiatives de régionalisation des dernières décennies, lancées pour parer aux hégémonies mondiales, la création du Mercosul ne se concevait pas sans la médiation de l′Union Européenne, dans le but de contrecarrer la Nafta. Telle fut la prémonition de Cardoso, qui eut pour résultat la conférence de Rio de Janeiro en 1999. Alors, certaines flexibilités dans ce monde de l′après chute du mur de Berlin s′avéraient encore possibles.

L’EFFONDREMENT DES RÉGIONALISMES, L’ACTEUR GÉANT ET SOLITAIRE

12Il serait impossible de repenser, même au prix d′une refonte, le Mercosul en tant que principal bouclier extra-national de l′économie brésilienne. Même le répit éventuel que constituerait un redressement de l′Argentine ne suffirait pas à remettre en mouvement le marché régional en tant que riposte à l′Alca. A Buenos Aires, l′accueil réservé à Lula, acclamé comme un héros hors frontières, dépassa l′appareil politique du pays dans son ensemble et dévoila une alternative possible aux routines de la mondialisation. A l′attente de l′Alca, vécue comme une fatalité, s′oppose la politique brésilienne émergente fondée sur le bilatéralisme dans le continent. Elle serait la marque d′une autonomie potentielle en Amérique du Sud, profitant des vides laissés par les États-Unis, occupés par les guerres en Moyen-Orient. Le nouveau gouvernement brésilien à peine en place, le soutien apporté à Chávez montra une image inattendue : celle de Lula permettant de briser la grève pétrolière, encouragé par l′establishment du pays, reconnaissant les efforts du coup d′état de décembre 2001, dont le succès durant 24 heures suscita aux Etats-Unis une certaine réjouissance.

13Quoi qu′il en soit, et devant le fait accompli de l′Alca, nous pourrions imaginer une prééminence symbolique de Lula, résistant à la bonne ou mauvaise globalisation, sortant des frontières latino-américaines pour reprendre la cause des périphéries, comme contre-poids des logiques implicites du marché hégémonique. La présence du président de l′Afrique du Sud, M′Becki, à l′occasion de la succession à Brasília indiquerait ce grand envol. Ce serait en même temps l′occasion d′une trêve aux confins éclatés du Mercosul : Lula jouerait sur l′identification avec la taille et le destin d′autres nations-continents, dotées d′énormes marchés intérieurs et vouées à un repli sur leurs propres débouchés, avec des dynamiques nouvelles autorisées par leurs propres conditions d′intervention économique. Elles feraient exception dans la logique de la mondialisation et de ses géopolitiques acquises aux marchés hégémoniques, tels que l′Alca, ou aux mécanismes pluralistes effectifs, telle l′Union Européenne. Dans ce contexte, la parenté naturelle du Brésil avec la Russie, et fondamentalement, avec la Chine, est évidente. L′Inde demeurerait sur une voie autre de la modernisation, résultant des contradictions culturelles qui cisaillent son immensité territoriale, et bloquent les véritables chances d′élaboration d′un projet de changement.

14D′autre part, les rapports qui existent entre le Brésil et l′Afrique du Sud depuis de début de l′histoire du PT marquent une viabilité nationale analogue. Il s′agirait, dans les deux cas, du message d′une libération intérieure : d′un côté l′avènement des grandes majorités silencieuses, finalement triomphantes de l′« apartheid » du monde noir de l′extrême sud africain, de l′autre l′émergence des marginaux du Brésil : les Sans Terre, les Sans Abri, les rescapés de la faim de chaque jour... Tout cela contribua à faire de Lula le contrepoint brésilien de Mandela. Leur rencontre eut lieu, d′ailleurs, lors de la première campagne, et tout contribua à ce que cette alliance entre les deux leaders, d′une grande force symbolique, permette de donner aux périphéries un rôle nouveau, marqué par le progrès des droits de l′homme et l′affirmation, avant tout politique, contre l′exclusion raciale en Afrique du Sud, ou l′accès à la mobilité sociale au Brésil, fait impensable avant l′émergence du parti différent. Le Brésil de Lula, lié au message international porté par ces individualités, irait donc plus loin que l′image facile d′une périphérie portée sur l′anti-américanisme, et dépasserait même le discours d′un socialisme international.

À LA REFONTE DES PÉRIPHÉRIES

15C′est pourquoi le PT voulut absolument se distinguer d′autres situations de changements périphériques déjà aboutis, tels que le castrisme. Toutes les ressemblances se rapportant à un désir de rupture avec des cadres de domination nationale ne peuvent masquer le fait que les prises de conscience politiques ont eu lieu à des phases bien distinctes, aussi bien quant à la dépendance des relations avec les Etats-Unis, que quant à la possibilité de constitution d′un marché intérieur dans l′objectif d′industrialiser le pays.

16Sur la scène de la confrontation avec Washington en Amérique latine, Cuba s′est définie comme un référentiel quasiment totémique, comme un préalable à toute réaction systémique de la part des Etats-Unis. La tentative d′invasion de Kennedy démontra le caractère tardif du contre-coup. Par ailleurs, le caractère intouchable du castrisme ne permettait aucune répétition sur le continent du modèle cubain.

17Un demi-siècle plus tard, une politique centriste instaura un changement radical au Venezuela de Chávez, au travers d′élections-plébiscites, et introduisit une politique de pleins pouvoirs - ou presque - du président. Cela accentua encore davantage le contraste entre le Brésil de Lula et la situation à Caracas, où la lutte contre le statu quo eut lieu à travers une alliance entre les militaires et les démunis, et où l′enjeu économique était fondamentalement lié au pétrole, aux manœuvres internationales de fixation de ses prix, et au contrôle que pourraient y exercer les Etats-Unis.

18Il est très significatif que Castro et Chávez aient été des personnages symboliques dans l′accession au pouvoir de Lula, mais il servent plutôt à souligner les divergences du relief périphérique des trois situations. Néanmoins, le premier geste de la politique extérieure de Lula consista à prêter son aide à Caracas, en envoyant un bateau pétrolier pour briser le blocus de livraison des raffineries locales. Ce geste ne doit pas être compris comme une ingérence dans la situation interne d′un pays tiers, mais comme un soutien apporté par un gouvernement légitime, consacré par un mécanisme démocratique incontestable. Quoi qu′il en soit il démontre l′existence d′un rapport plus intrinsèque dans les conditions générales de changement sur le continent, dans ce cas entre le Venezuela et le Brésil. L′arrivée du PT au pouvoir devint la clé de voûte d′un nouveau parcours de l′Amérique latine : celui de l′éclatement des structures dominantes de toujours, et de la rupture avec la condition semi-coloniale qui soutenait encore néanmoins l′emprise nationaliste.

AU-DELÀ D’UN AXE LULA-CASTRO-CHÁVEZ

19Significativement, les États-Unis ont réagi à la réunion Lula-Castro-Chávez en la qualifiant de simple expression d′une rhétorique de politesse diplomatique. Mais on ne peut plus sous-estimer, dorénavant, la mobilisation, l′attente, en dehors du Brésil, vis-à-vis des actions du nouveau gouvernement, l′espoir qu′il se transformera en une véritable praxis du changement, radicalement différente des ruptures observées au Venezuela ou à Cuba. La valeur d′exemple de la réussite du PT ne peut s′étendre au gouvernement Chávez, étant donné les différences radicales caractérisant les niveaux de développement des deux pays. Le gouvernement de Caracas se base encore sur une idée nationaliste, soutenue par une alliance militaro-populiste, et n′a pour seul atout que le pétrole. Il dépend, en même temps, des fluctuations de la politique de l′OPEP, et se trouve dans une situation extrêmement délicate vis-à-vis des États-Unis étant donné le contexte géopolitique actuel.

20L′urgence suprême, pour la nouvelle politique internationale du Brésil, réside dans la conduite que le pays adoptera face aux différents scénarios possibles d′intervention en Amérique latine - et cela, bien avant toute préoccupation quant à la « Star War II » en Iraq. Que fera le gouvernement Lula face à la présence de « marines » en Colombie, présents à la demande du président Uribe lui-même ? Comment seront considérées les Farcs : forces de résistance nationale contre l′« establishment » classique, ou bras armé du marché mondial de la drogue ? L′économie de la drogue a pris, ces dix dernières années, l′ampleur d′une production territoriale de plus en plus concentrée en Colombie, et elle poursuit son extension, protégée par un immense dispositif stratégique. Elle se fonde sur le génie d′un appui militaire jouant à la fois - et de façon très authentique en grande partie - sur l′argument du renversement de l′« establishment », à côté des polarisations évidentes de mouvements sociaux dépourvus de tout sens démocratique et de toute légitimité. Il faudra encore bien du temps avant que nous ne puissions savoir exactement si le gouvernement américain adoptera, dans le cas colombien, les mêmes mesures de croisade que celles prises par Bush à la Maison Blanche pour faire face à Al-Qaeda, et s′il s′attaquera à l′anéantissement de tous les ressorts de l′économie du « cannabis » et des autres drogues constitutives du trafic de stupéfiants à l′échelle mondiale - et dont le marché américain constitue, d′ailleurs, le plus grand débouché en termes de consommateurs. Le système international pourrait en rester, comme ce fut le cas lors de la guerre contre l′opium en Extrême-Orient durant les années 1870-73, au niveau de la simple cassure des flux de production et de leurs cycles, sans s′appliquer effectivement à leur élimination.

UNE STAR WAR EN AMAZONIE ?

21L′intervention contre la drogue en Colombie repêcherait l′utopie de la veillée humanitaire sur le futur de la mondialisation. Les exigences d′un retour au respect dû aux gouvernements seraient déplacées, sur un terrain propice cette fois, donnant aux États-Unis l′opportunité de faire leur « guerre d′Espagne » au début de ce nouveau millénaire, en montrant leur force de déploiement d′un dispositif policier à l′image des vraies Star Wars, chargé de s′assurer de la stabilité de l′ordre établi. Cette stabilité se mesurait par l′anéantissement des économies du crime, porté à l′échelle mondiale. Le Brésil, pouvoir majeur aux frontières colombiennes, se tournerait-il vers l′action répressive, sous le patronage des Nations Unies et selon leurs stratégies de va-et-vient ? Quelle attitude adopter devant les conséquences inévitables de la présence de forces de surveillance internationales ou américaines sur le terrain ? Dans une région aussi stratégique au niveau international pour la défense des écosystèmes, dans quelle mesure renaîtrait le vieux fantôme de l′Amazonie, patrimoine de l′humanité ? Etant donné les préoccupations modernes de la société civile - plutôt que des Etats - pour le respect de la planète, de quelle manière l′action menée contre les Farcs pourrait-elle précipiter les confrontations larvées, entre la nation territorialement responsable de ces zones d′une part, et ces embryons de tutelles internationales d′autre part, plongés dans le vif de situations tant souhaitées par le nouvel ordre urbi et orbi ?

22La traditionnelle liberté de mouvements que la géopolitique du Premier Monde concède aux États-Unis en Amérique latine tendrait - contrairement à l′hyper-capillarité conflictuelle du Moyen Orient - à se fonder sur une résignation face à des « faits accomplis », dans un contexte très différent également de celui des Balkans. Une intervention modèle en Colombie n′éliminerait pas seulement l′enchevêtrement guérilla-drogue. Elle discréditerait également toute reconnaissance et appui à une insurrection civique, au profit d′interventions internationales de plus en plus justifiées par l′invocation de la discipline écologique dans le contexte post-Kyoto.

23L′enjeu pour le Brésil consiste à parer à un désordre qui prendrait une portée continentale si un gouvernement décidé à promouvoir l′insertion collective, tel que le régime Lula, devait échouer. L′effet domino serait, dans ce cas, irréparable, à l′inverse du cas argentin. En même temps, l′effort du Brésil sur ce point doit viser à contrecarrer une absorption extrême, en se posant de manière effective comme un véritable marché sous-continental. Une Alca réussie, d′autre part, cueillerait le Brésil pétiste à mi-chemin. L′espace intérieur est readaptable à tout nouveau changement de la future structure, tout en maintenant les bénéfices des nantis et leur lourd pouvoir d′achat assuré par une surconcentration du haut de la pyramide des revenus. Quoi qu′il en soit, une fois établie la coexistence entre les deux Brésils, la puissance hégémonique pourrait imposer tout un éventail de prélèvements sur l′espace national brésilien. Mais ce faisant elle condamnerait immédiatement les chances de construire la différence brésilienne. Au niveau international, le Brésil dépendrait donc, à moyen terme, du « point of no return » qui verrait cette anomie peser sur l′arrière-garde de la conduite américaine.

24Selon un scénario extrême, l′appropriation de la mondialisation hégémonique - ses alibis, ses mésaventures dans le meilleur des mondes Panglossien - peut devenir le rôle, en contre-champ, d′un Lula comptant sur l′appui et la confiance de 52 millions de votes et sur le poids d′un État-continent pour faire basculer en sa faveur le système mondial, devenant ainsi le contrepoint périphérique de la puissance hégémonique.

25Une telle perspective mène au repli des pays d′Amérique latine vers l′intervention des Nations Unies, qui, elles, assurent leur compétence sur ce point. Toute politique hégémonique est bâtie sur le poids des résonances des configurations géopolitiques au pouvoir, sur leur rationalité extrême, amoindrissant les jeux des souverainetés nationales et ignorant très souvent leurs frontières. Il ne s′agit pas de savoir si ce marché socialement malthusien du Brésil intéresse réellement le centre du système et suscite une redistribution des cartes politiques. Ce dont il s′agit réellement, c′est de reconnaître le rôle de pion international géant du Brésil, sa portée stratégique assumée, susceptible de créer, dans ces périphéries, un effet domino aux conséquences imprévisibles. On décèle justement dans cette perspective l′inverse des pressions qui forcèrent finalement le blocage de l′orthodoxe Argentine. L′Alca démontre, de la part des Etats-Unis, un désir d′appropriation orbital express dans cette région perçue comme une réserve de marché. Cette appropriation pouvant, prima facie, retarder ou paralyser le déversement des marginalités macro-sociales vers la mise en place de contrôles écologiques préventifs des réserves naturelles stratégiques. Il s′agit d′éviter qu′un contrôle mondial ne s′exerce sur l′Amazonie, et surtout de garantir aux Etats-Unis l′accès aux plates-formes sous-marines de pétrole sur les côtes brésiliennes de l′Atlantique, au centre est du pays, et aux réserves de minéraux - notamment celles du cuivre chilien, du tungstène ou du niobe brésilien - pour répondre à l′épuisement en matières premières des Etats-Unis.

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540