Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lula et l’autre Brésil

 | 
Candido Mendes

Le PT à la conquête du pouvoir

Texte intégral

LES PREMIERS PAS DU PT AU POUVOIR

1La première victoire du PT pour l′accès à un exécutif fut celle de la candidate Maria Luiza, en 1989, dans la capitale du Ceará, Fortaleza. Son arrivée au pouvoir démontra à la fois un certain manque d′expérience personnel ainsi qu′un bégaiement des cadres du parti, trop empreints de la radicalité, de l′utopie de gauche, du culte des « razzias » de pureté politique, du changement complet de tous les acteurs du pouvoir, tant la victoire était marquée par le désir d′éviter la moindre souillure du passé. La première conquête d′un pouvoir exécutif déboucha sur une impasse de base pour la mairie de la capitale, comme ce fut le cas de Fortaleza, capitale de l′État de Ceará au nord du pays, qui est caractérisée non seulement par une haute marginalité politique, un degré élevé de sous-développement, et une grande migration de déracinés venant de l′intérieur, mais qui pâtit encore d′un préjugé inévitable contre la femme au pouvoir dans le Nord-Est du pays. L′échec de Maria Luiza produisit pendant longtemps un manque de confiance en la capacité réelle du parti de passer de la force de rassembler des votes pour l′opposition, à son pouvoir de diriger effectivement la machine gouvernementale. Durant les dix années qui suivirent, le parti s′assura, successivement, la victoire dans plusieurs capitales d′États brésiliens, comme Goiânia, Porto Alegre, et passa au contrôle de l′État du Acre, du Mato Grosso do Sul, et surtout, du Rio Grande do Sul, l′une des six unités politiques les plus importantes du pays, matrice classique des partis politiques, par la discipline et l′obéissance de ses cadres, qui ont toujours constitué un trait culturel spécifique de l′extrême sud du Brésil.

2Les deux dernières élections ont octroyé au PT des municipalités dans quelques-unes des contrées les plus nanties du pays. On assista même parfois à la réélection de ses maires dans ce qui représente aujourd′hui la « Californie brésilienne ». Le PT remporta les élections dans la ville au revenu per capita le plus élevé du Brésil, Ribeirão Preto, au coeur même de ce São Paulo de l′hyper abondance, puis à Campinas, São Carlos, Botucatu, Sorocaba ; et, au Nord du Paraná, Londrina et Maringá ; ou bien encore, au Rio Grande do Sul, Caxias do Sul. Cela représente un accord foncier de la région la plus prospère du pays, pour le « parti de l′utopie radicale », voulant en finir, selon tous les slogans, avec les profiteurs de l′abondance.

3Ce PT qui accède au pouvoir fait la preuve, dorénavant, de son expérience politique, articulée à une amélioration de la gestion de ses réseaux urbains : les compagnons de Lula introduisent une nouvelle administration, décentralisée ; ils luttent contre la corruption des cadres publics ; ils encouragent le sentiment mobilisateur d′appartenance des citoyens à la direction du pouvoir ; ils affichent la certitude d′un vouloir politique effectivement réparti entre gouvernants et gouvernés. Le grand signe du tournant a sans doute été donné par la conquête à deux reprises du pouvoir, par le PT, dans la deuxième ville du monde, São Paulo, et par deux femmes. Erundina est arrivée au Palais Municipal portant, en outre, la marque d′être une « nordestina », une ressortissante du grand Nord-Est déprimé du pays, dont la population créa la saga et le folklore des migrations continuelles vers les États riches et abondants du Sud, et, avant tout, São Paulo, ville de tous les espoirs pour cette descente de plus de 4 000 km. La force du PT permit ce fait exceptionnel qu′une femme, ayant vécu un processus d′acculturation, parvienne à vaincre le préjugé contre les « métèques » du Nord, au bénéfice d′un ralliement des destitués, qui finirent par devenir un dénominateur essentiel dans la capitale à la croissance la plus élevée de toute l′Amérique latine. Si les résultats ne furent pas ceux que prévoyaient les nouveaux cadres appelés pour gérer la ville remesurée, l′exemple resta, et Erundina est devenue une personnalité exemplaire de cette viabilité gouvernementale du PT.

4La répétition de cette victoire amena au pouvoir à São Paulo la maire actuelle, Martha Suplicy, qui représente, d′autre part, le dépassement d′un préjugé envers l′attente du « politiquement correct » dans l′accession des pétistes à l′Exécutif. Martha sortait de l′aristocratie de São Paulo, et présentait toutes les conditions pour se ranger dans un parti conservateur - sexologue et blonde, en plus. Son arrivée au pouvoir accusait le refus de tout cliché de la part du parti ascendant. La réussite de Martha avait pour contrepoint l′élection, comme vice-gouverneur de Rio, suivi de l′exercice effectif du poste, de Benedita da Silva, issue des favelas, assistante sociale et noire. Même si au milieu de son mandat, Martha éprouvait encore une sensation ambiguë au sujet de ses résultats, elle maintenait toutefois une fermeté de contrôle et de direction à la tête d′une position considérée comme le cauchemar de tout politicien, d′autant plus que la complexité de la ville-monstre avait déjà détruit, broyé son prédécesseur, qui appartenait à la souche - radicalement contraire au PT - de toutes les combines, pour sa gestion dite réaliste et efficace du pouvoir.

5C′est donc au tour de Lula, précédé de tout ce qu′on appellera le « jeito petista » de gouverner. Avec sa façon spéciale d′exercer la fonction publique, ressortissante d′une « culture de militance », il put se présenter en 2002 avec le lustre et les cicatrices d′une expérience de pouvoir du PT, très loin, déjà, des premiers préjugés contre un parti que l′on avait éternellement condamné à demeurer une sorte de réserve utopique des réalités politiques du Brésil. La campagne décisive, curieusement, ne mit pas en cause cette capacité. Lula s′affligeait déjà de n′avoir jamais pu ouvrir devant les caméras, au cours des larges débats diffusés, les dossiers lourds, la masse des graphiques et des tableaux de chiffres, qui résultèrent de toutes ces expériences, et qui disaient les succès et les expériences d′un parti désormais en mesure de rassurer ses électeurs, de montrer sa compétence pour mériter l′Alvorada à Brasilia.

AU-DELÀ DE LA MODERNISATION ORTHODOXE ET DU POPULISME

6Lula faisait face, dans cette élection, et en tant que candidat du gouvernement, à l′ancien Ministre de la Santé, José Serra, peut-être le plus symbolique des représentants de l′administration Cardoso. Le prétendant du PSDB, issu de la souche des fondateurs du parti, fut persécuté par les gouvernements militaires, a vécu comme professeur au Chili d′Allende, jusqu′à être, là aussi, chassé par le coup de Pinochet de l′autre côté des Andes. Il fut président de l′Union Nationale des Étudiants brésiliens, continua son périple de persécuté aux États-Unis et en Europe, développa une brillante carrière d′économiste, devint sénateur, à ce moment-là, le mieux élu de São Paulo, ministre de la Planification de Cardoso lors de son premier mandat, et, à la fin, ministre de la santé. Gagnant du prix international pour l′Amérique latine de meilleure gestion de la période 90-92, il assura une emprise définitive sur l′un des domaines les plus complexes du développement social. Dès le début, les difficultés de Serra, consistant à se situer par rapport à Lula dans l′opinion, montraient la complexité d′une évaluation strictement objective de ses mérites, face au bourdonnement continuel du désir de changement radical de l′électorat, et à la claire usure au pouvoir du PSDB par l′effet inévitable du double mandat du Président sortant malgré les résultats positifs, malgré le souvenir du Plan Real, malgré la chute de l′inflation, malgré l′assurance d′un climat inédit de perfectionnement démocratique. Ce furent, précisément, ces sentiments d′épuisement du statu quo, qui firent se ranger du côté de la gauche les deux autres candidats, dans l′idée de dépasser Lula lui-même dans sa vision critique continuelle et conséquente. Ciro Gomes, l′un des rebelles du même PSDB, profitant néanmoins de sa rapide gestion au Ministère du Trésor, se fit le pourfendeur de l′échec du modèle qu′il avait servi, et dont il pensait pouvoir, en l′occurrence, exhiber la preuve de ses contradictions et de son inefficacité finale. Le rival de Lula se caractérisait par un discours débordant, accroché à un manuel du genre « je sais tout », contenant toutes les réponses aux demandes théoriques de solutions pour les crises brésiliennes. Il allait cependant affronter, inévitablement, la contradiction inévitable de ses soutiens, de l′ancien Parti Communiste aux plus farouches défenseurs du statu quo, en passant par le populisme de l′arrière-pays. Son profil de candidat n′échappa pas à la marque de l′opportunisme, dans son opposition improvisée, basée sur la realpolitik.

7Anthony Garotinho, le quatrième candidat, ancien gouverneur de l′État de Rio, berceau de l′ancienne capitale, et le troisième en importance du pays, se fit le porte-parole d′un nouveau populisme en dépassant son premier mentor, Leonel Brizola. Il trouva son électorat dans la marginalité sociale géante de la mégalopole carioca, depuis longtemps déjà la proie d′un évangélisme médiatique regroupant toutes les sectes du protestantisme de masse. Garotinho joignit la prêche à l′allégeance politique, faite de la combinaison des moyens les plus variés : guérison médiatique, assistance alimentaire, méthodes de renouvellement d′une estime de soi sociale etc.

8Le candidat recruta, en s′opposant à l′Église Universelle du Royaume de Dieu, ces périphéries d′une ferveur religieuse forcenée, et leur redonna une certaine reconnaissance au fin fond de leur marginalité collective. Il souleva même, et entièrement contre la culture politique du pays, l′idée d′un parti religieux, menant à l′affirmation électorale les Protestants du Brésil, contrairement aux Catholiques qui, en plus d′un siècle de tentation, n′ont jamais accepté de se constituer comme dénomination électorale confessionnelle.

9Le candidat alla jusqu′à se voir comme rénovateur d′un des partis classiques de la gauche brésilienne, du temps du vieil « establishment » des élites nourries par les lectures plus exigeantes de Marx, cherchant à octroyer ainsi une aura prestigieuse de progressisme à son combat électoral. Le contraste final avec le PT ne servit qu′à montrer la maturation intérieure acquise par le parti de Lula. Dans ses cadres, persévéraient, justement, les destitués, burinés par leur longue marche vers le pouvoir, endurcis par les défaites et les conquêtes, sachant ce qu′est l′authenticité d′une quête idéologique, ce que représente l′opportunisme dans une tentative d′accéder au pouvoir, indépendamment de la force intrinsèque du parti qui se dirige vers ce résultat.

10Le populisme évangélique de Garotinho se chargeait, à lui seul, de créer le tournesol des contrastes dans l′alchimie idéologique. Il ne faisait que souligner la vérité de base du PT, et démasquait les soi-disant compagnons de route, dans une opposition où se sépareraient, naturellement, un projet historique de conquête du pouvoir et les entremetteurs de circonstance. Le fait que ce soit l′État de Rio qui donna à Lula, au deuxième tour, le plus grand pourcentage de votes - 78 %, contre la moyenne de 62,5 % dans l′ensemble du pays - montrait clairement le poids de la marginalité structurelle dans un pays comme le Brésil et le ralliement des masses au leader du PT. L′impatience politique, le souhait d′un redressement immédiat de la situation, par n′importe quel moyen, auraient pu prendre le pas sur une conscience à l′œuvre, un ralliement de partis et la préparation d′une conquête mûrie du pouvoir national. Mais la population finit par sentir le risque latent d′une entreprise comme celle de Garotinho, face à l′éparpillement immédiat de l′autre opportunisme d′opposition. Les forces de Ciro Gomes se dépêchèrent, à l′instant de leur faillite, de rendre incompréhensibles les ralliements possibles ou même n′importe quelle ligne probable de rassemblement. En comparaison avec la clarté et la solidité du parcours du PT, les autres tentatives de capter l′électorat populaire apparurent comme désuètes et incohérentes.

LES DEUX TOURS : L’AUTHENTICITÉ À L’ÉPREUVE DE LA PRAXIS

11La revendication de l′authenticité petiste peut être lue comme un retour à la période du parti des peurs radicales ou comme une exigence trop grande de rigueur envers les alliances avec la gauche historique. Le parti opta, finalement, pour le rejet de toute polarisation au nom de la pureté, accueillant même des partis comme le PL - Parti Libéral - loin d′être considéré comme une force contre le néolibéralisme du système. Lula, en effet, offrit la Vice-Présidence au sénateur représentant le Minas Gerais, José de Alencar, grand entrepreneur de l′industrie vestimentaire. Par ce geste, le PT refusa l′isolement et choisit le rassemblement des petits partis à l′audience réduite, comme le PTB, mais surtout des myriades de formations de gauche, radicales. En général elles ne sont que le reflet des clans et contre-clans de l′intelligentsia, poussés par leurs rivalités, plutôt que par un projet bien développé d′alternative au statu quo. Le PL introduisait aussi dans les rangs de Lula toute une souche sociologique de secteurs populaires rassemblés, bien avant le phénomène Garotinho, par les classiques prêcheurs évangéliques de masse, usant de leur pouvoir d′attraction médiatique, offrant cures et aumônes dans les banlieues des métropoles brésiliennes et leurs trottoirs misérables. Ce parti n′imposait aucune exigence idéologique, mais recherchait, comme tous les partis de ce genre, sa rançon de pouvoir, des bénéfices à concéder aux clientèles. L′atout du PL est la sidération de ses auditoires par une fidélité aveugle, immuable, qui assure au candidat désigné une fidélité sacrée.

12Au premier tour du 6 octobre, Lula manqua de très peu la victoire immédiate (avec 48 % des votes). Mais ceci ne le conduisit pas à négliger les alliances pour renforcer son poids contre son opposant, Serra, qui représentait la résistance pour la survie du système.

13La règle normale au Brésil lorsque le choix primordial de la Nation doit s′exprimer par un deuxième tour, c′est que, à l′occasion de cette seconde chance, tout se refait, tout se modifie, tout se rallie en une véritable nouvelle élection. Le PT prit extrêmement à la lettre ce risque-là, ne dédaignant aucun support.

14Il s′appliqua même à accepter les grands partis de clientèle, le PFL et le PMDB. Ces partis étaient habitués aux jeux de pouvoir pendulaires n′ayant qu′une seule dimension nationale : celle des rivalités claniques entre les municipalités. Par leur stratégie, ces deux partis avaient bâti l′« opposition du même », lors du premier palier de la lutte politique. Ils étaient de simples factions qui doivent, justement, se confronter tant elles sont égales, tant elles ont les mêmes demandes envers le pouvoir, tant elles ne font que refléter la seule différence possible, en un même inceste, dans la formation du politique, dans le « fait social » total des régimes d′avant le développement. Sans idéologie, sans signe d′expression politique de différence, l′enjeu politique reste l′expression pure d′une même compétition, et donc, de l′accès en fait bipartite entre des factions rendues rivales, exactement par la division permise entre ceux qui sont, et ceux qui ne sont pas au contrôle des mécanismes de pouvoir ; et n′ont pas accès à ses avantages ; aux bénéfices de ses nominations ; au partage des fonds publics ; aux postes de commandement de la nomenklatura, tout à fait détachés, dans les services publiques, de la fonctionnalité des rôles et de leur exercice.

15Dès le début de la modernisation, le vieux Brésil eut le triste apanage de ces formations de résistance aux politiques de changement. Ils se dédient aux jeux de la conquête du pouvoir et de son exercice intransitif. Ils sont les dernières et plus résistantes tenailles du statu quo et de la rotation politique qu′il permet. En fait, ce système se verticalise en pyramide, à partir de cette dyade de base où, finalement, il existera toujours, dans chaque département, chaque mairie du pays - les 5 700 premiers centres du pouvoir - des conflits dûs à l′enjeu d′être pour ou contre les titulaires d′une situation. La famille élargie, crée par-là même la composante clanique de ses dénominations. Les partis vraiment nationaux qui ressortent de cette agrégation portent les noms les plus vidés de toute marque idéologique, comme ultimes déversoirs de cette opposition - incestueuse - dans un même tissu social et politique. Le PFL, appelé Rassemblement de la Rénovation Nationale, et, avant, Parti Social-démocrate, se confrontait au Mouvement Démocratique Brésilien, jadis Parti de l′Union Démocratique Nationale, et a régné sur les entrées et sorties du pouvoir, durant les soixante ans de l′après-guerre.

16L′innovation représentée par le deuxième mandat présidentiel, en 1999, provoqua cependant très vite l′usure du système. Le désir de changement exigea un parti différent, non contaminé. Risquant de devenir des « sans palais », les partis de clientèle ne pouvaient, se rallier en bloc à la volonté de changement. Ils ne pouvaient le faire que par l′intermédiaire d′alliances locales, presque clandestines, et c′est alors que certains groupes du PMDB prirent de l′avance, abandonnant « par pesanteur » le PFL éconduit vers l′opposition.

LE PARADOXE DE L’APPUI EXCESSIF

17On ne peut donc pas détacher la victoire du PT d′un problème futur créé par l′excès d′appui obtenu, et surtout par la tendance venant du propre Président à, peut-être, surestimer ces soutiens en leur ouvrant un partage relatif des décisions qui seront prises au pouvoir. Le risque qui émerge donc, sur la droite, est celui d′une défiguration idéologique du parti, qui se serait laissé aller trop loin dans les concessions que nécessite l′accès au pouvoir.

18L′exigence, constatée depuis le début de la campagne, de faire sentir au pays que le PT constitue une force qui incarne le désir de changement, mais qui, néanmoins, le dépasse, risque de provoquer une distorsion de la grande poussée historique de 2002. Or, le parti en est conscient, et il amenuise le risque en discutant la spécificité des différents appuis. Les premières discussions après le 27 octobre, et le plébiscite explicite qui déboucha sur la victoire de Lula montrent clairement la stratégie de ce dernier, offrant aux alliés, suivant leurs diverses chronologies d′appui au PT - depuis le début, au cours du premier tour, et après, dans la pleine sécurité du deuxième tour - un accès différents aux responsabilités. De toute cette pratique politique naissante, la nécessité du changement foncier du système en vigueur ne pourra qu′aboutir à la distinction, au bénéfice d′une re-structuration politique du pays, entre l′opposition opportuniste, les besoins de ressources clientélistes du populisme, et la vraie idéologie du changement naissant, comme celle introduite par le PT, consistant en une discipline indiscutable de ses cadres et en une maturité faite de patience et de réalisme.

19La loi électorale de la verticalisation, comme nous le verrons, a assuré une modernisation politique objective préalable à l′accès de Lula au pouvoir. De toute façon, pour la première fois dans l′histoire politique du pays, et malgré leurs efforts d′adhésion de dernière heure, les partis de clientèle étaient repoussés au même rang que les perdants. Par l′agencement du PT, la page se tournait : une nouvelle constellation de forces électorales effectivement lisibles comme démocratie sociale naissait.

AU-DELÀ DES CLIENTÈLES

20Il faut également attribuer cette différence cruciale observée lors des élections de 2002 aux modifications des lois électorales. Elles ont permis un impact direct de la rationalité d′une procédure sur le système et ses règles empiriques de perpétuation au pouvoir. La décision du Tribunal Électoral, avec l′arrêt Jobim, modifie les pyramides de pouvoir, qui n′avaient depuis toujours laissé une place au sommet qu′aux deux partis constitutifs du statu quo. En effet, pour la première fois, les partis ont été obligés de s′en tenir aux mêmes alliances, aussi bien au niveau fédéral qu′au niveau des états. Une telle norme aurait été impossible au temps des combinaisons de circonstance. Ces contradictions avaient été admises de tous temps, transformant les circonvolutions et acrobaties des loyautés qui ignoraient les dénominations partidaires, en l′enjeu même de la conservation du statu quo. La nouvelle loi mit fin à cette possibilité et empêcha qu′apparaissent nationalement, en tant qu′appui à la Présidence, les forces politiques qui s′étaient brouillées dans les divers plans formateurs de sa force globale. Un tel ralliement à l′échelle fédérale était inconcevable entre le PMDB et le PFL.

21Il fut réduit, pour organiser les forces nationales, aux alliances dites blanches, qui ne pouvaient pas émerger au sommet de toute la structure ni, et surtout, se faire titulaires d′une rétribution par le candidat victorieux, de charges et de bénéfices, évalués comme un tout.

22Le clientélisme rompu, le système de récompenses réciproques organisé n′était dès lors plus la grande force régulatrice de la vie politique. De ce fait, la victoire du PT lui accorde une marge d′indépendance, venue de la mobilisation directe d′une conscience nationale. En somme, Lula devait être un dirigeant libre au regard de la tradition de rétribution des alliances après la victoire. Mais demandes des « sociétaires » du succès de Lula se fondent sur une valeur d′appui, bien inférieure à la somme effective de leur concours. Et ce, surtout dans le cas des apports des clientèles d′autrefois - comme celle du PMDB, épuisé par ses « sommes algébriques » - dans le partage des nouvelles ressources politiques. Devant cet éclatement, le PT ne peut que gagner un renfort de son identité, provenant du rassemblement pré-partidaire. La victoire de Lula ne fait que déchaîner la force de cet enracinement direct sur un inconscient collectif, à l′allure d′un plébiscite.

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable