Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lula et l’autre Brésil

 | 
Candido Mendes

Le Parti différent

Texte intégral

LE PARTI DIFFERENT, LES PELEGOS ET L’EGLISE EN MARCHE VERS LE PEUPLE

1Lula surgit à ce moment charnière, précisément comme ouvrier tourneur mécanique. Cette activité ouvrière classique, à demi-spécialisée, le faisait tendre déjà vers une échelle tout à fait typique d′ascension sociale. Le futur fondateur du PT portait dans sa chair la cicatrice due à l′engin industriel, aveugle, qui engloutit son petit doigt gauche. La main ouverte, brassée devant toutes les assemblées, gagnait par-là, immédiatement, toute sa portée symbolique. De ce syndicalisme nouveau devait surgir aussi une politique nouvelle. Dans ce temps social inédit, la gauche brésilienne, aux tournures marxistes, à l′insertion internationale de rigueur, rencontrait les pratiques des communautés de base de l′Église Catholique. Elle se familiarisait avec l′intelligentsia du mouvement de l′« Action Populaire », en symbiose avec un clergé et des évêques décidés à orienter « vers le peuple » l′organisation la mieux implantée de tout le pays. L′Eglise ne partageait qu′avec l′Armée le fait de disposer d′une présence nationale, d′avoir un système de communication propre et de manier des symboles puissants.

2Il y a donc une ligne continue dans ces transparences exemplaires entre le Lula qui débute comme leader des premiers syndicats à Santo André, substituant les grèves et combats à l′ancienne docilité des pelegos. Le « désordre » ouvrier rejoignait la résistance contre le coup d′état militaire et l′autoritarisme. Le nouveau pouvoir établi ne pouvait pas cependant arrêter les négociations ouvrières au beau milieu de leur déploiement, qui continuait comme un courant de fond pendant le gouvernement militaire. Il était clair que la condition ouvrière s′affirmait dans une société en mutation, à l′intérieur des formations syndicales, récemment transformées et dotées d′une capacité de pression, mais loin encore de leur véritable poids politique direct. Le déferlement nécessaire de cette force naissante réclamait un corps électoral. A partir des années quatre-vingt, l′idée du parti esquissée pendant les décennies militaires s′imposait, parallèlement au retour du pays à la démocratie. Les origines du PT ne laissaient aucun doute quant à sa capacité d′incarner une nouvelle approche politique susceptible de donner au Brésil le premier parti moderne par l′intermédiaire de ses cadres, de son rassemblement, et de sa discipline. Il était la résultante de la nouvelle mobilité sociale du pays, des classes émergentes devenues possibles par la maturation industrielle, ainsi que d′autres types de salariés, comme ceux issus des grandes bureaucraties publiques, ou les travailleurs libéraux classiques venus d′un secteur tertiaire avancé de par une urbanisation gigantesque et complexe qui recouvrait 78 % du pays au tournant du siècle. Dès son origine, c′est une notion élargie du travail que réclame l′identité du PT. Elle refuse l′appellation conventionnelle, qui fait, en Amérique latine, du mot « travailliste » la dénomination stricte de la main-d′œuvre amadouée, telle qu′elle le fut avec le Varguisme. Il fallait aux compagnons de Lula se détacher immédiatement des partis qui portaient ce nom. Et, d′autre part, promouvoir l′adhésion immédiate de toute sorte d′activité, liée directement au « faire » de l′homme, à la force de ses bras ou de sa tête. Le Parti des Travailleurs, au pluriel, voulait garder dans le possessif-partitif la multiplicité des avenants. Il fuyait l′attribution de l′adjectif impliquant en fin de compte encore l′éminence du parti sur ses composants. Le Parti des Travailleurs assumait ouvertement toutes ses provenances, et maintenait la désignation offerte à une fertilisation constante.

LA PREMIÈRE ATTENTE DE 1980 : COLLOR OU L’ARROSEUR ARROSÉ

3Tout ce bloc de travailleurs, à divers niveaux de mobilité sociale, prêta à Lula, depuis la première campagne électorale de 1989, un noyau dur, de 33 % de l′électorat brésilien. Dans la tentative d′obtenir la majorité des voix pour la Présidence, le candidat du PT bénéficia au départ de ce socle qui ne fléchit pas, pendant les quatorze ans de marche vers le Palais de l′Alvorada. Lula y est presque parvenu, dans sa première tentative, lorsque l′élection le confronta au deuxième tour à Collor. En fait, sa victoire finale fut empêchée à cause, surtout, de la panique répandue par son compétiteur, qui accusait le PT d′être essentiellement expropriateur de la propriété, non seulement des riches, mais surtout de la classe moyenne. L′adversaire disséminait l′idée d′une marée confiscatoire, qui succéderait à l′avènement du PT. La peur se diffusa, aidée par la suspicion lancée à tous vents, selon laquelle le candidat ne serait qu′un « loup sous un poil d′agneau ». Ironiquement, ce sera justement Collor qui, vainqueur, et sous prétexte de faire baisser radicalement l′inflation, allait bloquer, pendant deux ans, toute disposition de l′épargne nationale au-dessus d′une moyenne de rendements établis autour du salaire moyen du pays. Le PT, au début des années quatre-vingt-dix, détenait déjà plus de 15 % de la représentation nationale. Maintenu dans la plus stricte discipline, il bénéficiait de l′impeachment de Collor - banni du pouvoir pour cause de corruption au milieu de son mandat - et put montrer, par contraste, la chance perdue en 89, en étalant les dangers que représentent des hommes providentiels, et l′échange d′une vraie fidélité politique contre la sidération pour une présidence-spectacle. L′accès au pouvoir du vice-président Itamar Franco montra le niveau de détournement de fonds répandu dans le système par le gouvernement antérieur. Il permit, en même temps, le retour de toutes les forces politiques traditionnelles du pays, écartées de 1990 à 1992 par le Président arrivé au pouvoir - suprême ironie du discours politique - comme chasseur des « maharadjahs » ou mieux, des fonctionnaires d′État bénéficiaires de super-traitements.

LA ONZIÈME HEURE DE CARDOSO

4C′est dans cette même répulsion envers les privilèges presque immémoriaux du statu quo que la campagne subséquente de Lula, en 1994, gagna toute sa force. Les sondages, clairement affichés six mois avant l′élection, permirent au candidat d′effectuer une visite aux Etats-Unis, comme grand favori. Le candidat n′écarta jamais, néanmoins, même dans cette onde favorable, un indéniable risque de dernière heure, en particulier si le gouvernement obtenait des résultats significatifs contre l′inflation, en établissant tout de suite un pacte ayant toutes les bénédictions du FMI. Ce fut donc le « Plan Réal », mis en œuvre, par le Ministre du Trésor d′Itamar Franco (le successeur de Collor), Fernando Henrique Cardoso, concepteur de la stratégie et se portant candidat à l′élection présidentielle afin d′assurer son succès.

5La baisse sensationnelle des taux d′inflation pendant les derniers quatre mois de la campagne modifia radicalement les perspectives de mai 1990 et garantit le succès foudroyant de Cardoso au premier tour. Durant le premier mandat, l′initiative du nouveau Président gagna toute son ampleur, par les mesures conséquentes qu′il prit, financières et économiques. Sa politique se déploya au travers d′une politique de privatisation des compagnies de l′« État entrepreneur » de la période Kubitschek, notamment l′ancien monopole d′exportation des ressources minérales - la Compagnie Vale do Rio Doce - et tout le système de télécommunications brésilien. Il programma aussi la dernière étape d′abandon de l′ancien modèle d′intervention publique dans la vie économique, représenté par tout le secteur de l′énergie électrique. Déjà privé de son monopole pendant les gouvernements militaires, l′extraction du pétrole fut ouverte aux entreprises étrangères. Cardoso mena à bien, également, la modernisation de l′appareil public brésilien et répondit à l′attente internationale de liquidité financière ; il créa des dispositifs de contrôle de la dette intérieure par la loi de responsabilité fiscale, promise, depuis toujours, lors de vraies guerres de tranchée menées par les partis au Congrès National. Encouragé par le premier succès de « l′inflation zéro », le président se battit naturellement pour ouvrir la voie à sa réélection en 1999. Il fallut pour cela modifier la Constitution. Son succès en matière de normalisation des marchés et de consolidation des institutions démocratiques permit au gouvernement de vaincre facilement Lula pour la troisième fois.

6Mais le premier revers du président renouvelé eut lieu le jour-même du début du second mandat, montrant la fragilité des consolidations financières réussies au nom du conformisme international mais réalisées au détriment de l′investissement pour le développement. L′adoption, après la victoire, des règles du taux de change fluctuant - bloqué pendant la campagne électorale - eut des effets en chaîne très graves. Le gouvernement sera atteint, pendant tout le deuxième mandat, par l′instabilité. Il souffrait à l′extrême à cause du début de la dévaluation du Real, qui finit par perdre 70 % de sa valeur en l′an 2000, obligeant à une hausse des taux d′intérêt pour renforcer l′apport en liquidité des marchés financiers internationaux et la prime exigée par la rémunération de ces capitaux. Tout se passa comme si, à longue échéance, se dépliait le résultat final de l′ajournement de tout développement social. Le Brésil paya les conséquences d′être le plus libéral des marchés des transactions financières de tout le Tiers Monde. L′inflation, abattue en 1990 de façon spectaculaire, n′empêcha pas que l′extraordinaire succès du premier mandat Cardoso fût rongé par le cercle vicieux consistant à s′assurer des liquidités en approfondissant la dette.

7Le paiement d′un taux de 17.3 % pour rémunérer le capital entré dans le pays ne fit que rattacher et renforcer le drame de toutes les économies périphériques dans la mondialisation. Tout effort de croissance se défait dans un monde où « tout est conjoncture ». On inaugura l′année électorale de 2002 avec une prévision de croissance de 3.4 % du Produit National Brut, qui ne fit que baisser jusqu′à arriver à 1.8 %, chiffre reconnu après l′élection d′octobre par le président de la Banque Centrale. L′enjeu du scrutin du 6 octobre portait sur l′échec final de la prémisse libérale capitaliste. L′échec en fin de compte du gouvernement Cardoso devenait la cible de toute l′opposition, élargie de partout, mais ayant comme cheville ouvrière le programme de redressement de Lula, et sa discipline de toujours, pour l′amener, et cette fois avec une toute autre perspective de victoire, aux élections. Certes, le noyau dur sociologique du PT compterait beaucoup au départ, mais l′apport des classes moyennes devait vite s′affirmer. Ces classes moyennes ont été touchées et exaspérées par le développement d′une corruption endémique. Le pouvoir législatif, acquis au système, s′est trouvé au cœur du scandale qui alla jusqu′à atteindre les présidents successifs du Sénat, pour abus de pouvoir et corruption, et les chefs des partis classiques, le PFL et le MDB.

8D′autre part, les entrepreneurs brésiliens menacés par le ravage des changements d′échelle, et le va-et-vient des fonds extérieurs dans les secteurs de l′économie établie, regardaient le fantôme argentin. Le gouvernement Cardoso a néanmoins su éviter le prétendu - effet « domino » en maintenant les règles de taux fluctuant de change et en se prémunissant contre les effets spéculatifs provoqués par les rumeurs d′une victoire de Lula. La fatigue du statu quo se faisant sentir, le système éprouvait la nécessité de tourner une page. Le tocsin frappait le gouvernement Cardoso par une dislocation fatale de la pendule historique. Le changement devenait inévitable, malgré toute la rationalité mise au service du sauvetage de la situation, le brio de son équipe financière et l′appel de Cardoso du 6 octobre 2002. Le slogan s′imposait avec force : « Maintenant, Lula ». Chacun commençait à s′accommoder de l′irrévocable, issu de l′inconscient collectif. On ne trouverait pas d′autre moyen d′échapper à une justice historique retardée, comme si, au-delà des logiques du programme du candidat, régnait le besoin d′une correction des erreurs du passé. Sans même faire de comparaisons approfondies avec les autres candidats, tout s′ouvrait pour donner, enfin, une chance à la marche déterminée, inlassable, de Lula. Il s′agissait de conclure une arrivée au pouvoir qui, dans les tentatives antérieures, avait débouché sur l′avènement du parti différent, déjà parvenu au pouvoir dans des mairies importantes du pays, ainsi que dans plusieurs États Fédérés.

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540