Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lula et l’autre Brésil

 | 
Candido Mendes

Introduction

Texte intégral

D’UNE GAUCHE AMBIGUË AU PARTI DES TRAVAILLEURS

1Pour comprendre la signification de la victoire de Lula à la Présidence du Brésil, il faut d′emblée remarquer qu′elle a été obtenue avec 52,5 millions de votes, le plus grand nombre absolu de voix de toute l′histoire démocratique occidentale, seulement dépassé par le résultat de Reagan aux Etats-Unis en 1984. Cela représente 62 % du corps électoral brésilien, dans un pays qui compte 175 millions d′habitants. Il s′agit de la poussée inédite, dans toute la périphérie mondiale, d′un parti différent au pouvoir. Cette nouvelle force provient d′organisations politiques formées de toutes sortes de défavorisés, et a eu pour socle des syndicats ouvriers de São Paulo. Elle rassemble les structures les plus organisées du travail, autour du grand complexe des industries lourdes, là où se situe le chantier par excellence de la transformation sociale brésilienne.

2Un tel mouvement, cependant, dépasse l′appel et la tournure normale des actions ouvrières reconnues par le Premier Monde. Son inspiration est née, après Vatican II, à côté des revendications classiques du discours prolétaire, d′une Église ayant pour option les pauvres. Elle fit déferler une action mobilisatrice, qui eut, au Brésil, la plus grande portée de tout l′Occident : une parole missionnaire s′adressant aux nantis. Son mouvement-clef se transforma en promotion des communautés de base, où se trempa le mouvement ouvrier. Le retournement, sur elle-même d′une Église de l′ordre, en Amérique latine et surtout au Brésil, devint le levier d′attentes sociales nouvelles et radicales. Le PT a pu être, par cet engagement, le parti d′une jeunesse étudiante qui rompit avec l′Action Catholique classique, et se moula sur l′Action Populaire, pour la résistance contre le gouvernement militaire installé dans le pays, de 1964 à 1985. Sur toute l′étendue de ce Pays-Continent ce fut le tissage innombrable des paroisses qui donna à la multitude des travailleurs, portée vers une revendication bruyante, le souffle d′une action cohérente. Grâce à cela, le PT gagna une dimension vraiment enveloppante sur l′immensité du territoire, où la présence rurale de l′Eglise permit la structuration, et compensa la traditionnelle faiblesse de l′organisation collective des paysans et leur soumission quasi géologique au système. En même temps, la vigueur du noyau se renforça par une double lutte menée, à la fois, pour la promotion prolétaire, et contre la dictature.

3La grève étant bannie par le régime autoritaire, les avancées des travailleurs du grand São Paulo se durcirent, profitant de l′appui d′autres classes pour se confronter aux forces de l′ordre déchaînées. Les cicatrices resteraient, de cette frappe toute nouvelle, d′un coup militaire qui se rendit l′officiant d′une soi-disant sécurité nationale. Cette situation permit que, sortant des mêmes prisons, étudiants, prêtres, travailleurs, leaders syndicaux, professeurs, employés de banques se rassemblent par une nouvelle conscience naissante couvrant leurs grandes différences sociales. Tous firent corps et l′on put mettre ensemble les listes de disparus, des séquestrés politiques échangés contre rançon, des recherchés par la police militaire, des victimes de la répression anti-syndicale dans la même exigence de libertés et de droit à la « prise de parole » brisés par le système.

4L′encerclement de syndicalistes et d′étudiants, fuyant les chars d′assaut et les matraques, réfugiés dans la cathédrale de Santo André, à São Paulo, devint l′icône de cette première confrontation motivée par la lutte contre un statu quo défendu par les militaires, selon le schéma classique des régimes qui succédèrent au populisme latino-américain, après l′échec du modèle de développement des années 50-60. Les rescapés de l′Église, défendus par l′intervention directe de l′évêque, Dom Claudio Hummes, aujourd′hui nouveau Cardinal de São Paulo, témoignaient de l′envergure de cette résistance contre les militaires, qui, pourtant, au début, pour abattre le régime de gauche démocratique, voulaient être reconnus comme les défenseurs d′une chrétienté désormais en danger. Ceci aboutit à une première prise de conscience collective, en reliant la misère et le chômage à la résistance à l′oppression. Les marches contre le gouvernement, qui seront écrasées en 1964, s′appuyaient sur les classes moyennes dans les principales capitales du Brésil. Elles prenaient la forme de processions pour le « Christ, la famille et la liberté ». L′essor mûri du PT sera renforcé par ces secteurs quelque temps après, tandis que les mouvements ouvriers se détachaient du populisme de la période Vargas, repris par Goulart, son héritier politique.

DU SUICIDE ROMAIN DE VARGAS À LA NOUVELLE CONSCIENCE DE L’« AUTRE BRÉSIL »

5L′entrée sur la scène politique des travailleurs au Brésil se fit sous l′égide de la présidence de Getúlio Vargas, lors de la dictature de « l′État Nouveau », de 1937 à 1945. Après la Révolution de 1930, il avait reposé sur la légitimité démocratique en 1934. En 1950, il réalise un retour triomphal. Ce nouveau mandat sera interrompu par son suicide, quatre ans plus tard, qui fut la date de l′avènement d′une conscience politique des « deux Brésils ».

6La lettre-témoignage du Président se référait au sacrifice sanglant et indiquait l′impossibilité de concilier les demandes d′un Brésil qui possède tout, avec celles d′un Brésil qui ne possède presque rien. Vargas, au début, put être reconnu comme le père des riches et la mère des pauvres. Il a réussi en 1941 à créer avec la législation du salaire minimum, la première redistribution effective du revenu brésilien. Il rendit ainsi possible la création d′un marché intérieur de biens de consommation. Ce changement permit l′essor d′une industrie de biens de nécessité générale, allant de l′alimentaire aux vêtements et aux appareils ménagers, ainsi que la construction de la première industrie de base - la grande aciérie construite à Volta Redonda, aux alentours de l′ancienne capitale, Rio de Janeiro.

7Outre la redistribution des revenus, Vargas instaura toute une série d′avantages destinés aux travailleurs, en s′inspirant de la « Carta del Lavoro » de l′époque fasciste. Vacances de trente jours, aide-santé, retraite après trente ans de travail, défenses contre le chômage, créèrent une classe ouvrière qui n′a eu aucun besoin de lutter pour ces avantages. Elle reçut un cumul de bénéfices qui rendait inutile toute conscience combattante, nourrie des risques de sa montée collective. Vargas soutenait en même temps les entreprises, à travers des fonds d′État et il favorisait le développement du « working capital » des industries naissantes. Les nouveaux entrepreneurs n′étaient que les anciens propriétaires ruraux habitués aux immenses profits d′une agriculture extensive aux exportations, sans aucun souci de productivité ni de paiements d′impôts. Leurs énormes revenus surgissaient, comme contrepoint des bénéfices d′un travail pratiquement esclave, du jeu des marchés extérieurs, et de la manipulation des échanges pour le placement des produits-rois : le sucre, le cacao, le coton, et surtout le café. Les dévaluations de la monnaie nationale faisaient de la spéculation le noyau du système, ce qui assura la stabilité des gouvernants de la Vieille République, de 1889 à 1930. Donc, aucun risque quant à la production traditionnelle, aucun souci majeur de développer les vertus Shumpe-teriennes du vrai entrepreneur. Le brésilien, vers la moitié du siècle dernier, se voyait garanti par le réseau bancaire public, pourvoyeur des fonds d′investissement, du risque de la réduction des bénéfices, eux-mêmes issus d′une exploitation économique désordonnée et sauvage, en dehors des attentes normales de la recherche du profit et d′un traitement raisonnable de la main-d′œuvre. Le résultat, donc, de la politique d′un Vargas attentivement ambigu, fut ce prolétariat débordant, materné, domestiqué, qui créa la tradition des pelegos. L′expression, intraduisible, se réfère au tissu posé sur la selle des chevaux, pour amortir le choc de la marche...

8Amortisseurs entre le confort du conducteur et le pas exigé de l′animal, les pelegos aménagèrent un régime d′entente entre le capital et le travail, pratiquement sans grèves ou emprisonnements de salariés porteurs de revendications. L′avènement d′une vraie industrie lourde dans le pays, à partir de l′effet choc créé par l′implantation des usines d′automobiles et de l′effet induit du réseau de fournisseurs d′accessoires, constitua la base entièrement nouvelle, d′une véritable force ouvrière. La nouvelle figure tutélaire de cette période fut Kubitschek, président du « pays du développement », avec son programme d′objectifs fonciers et de transformation économique structurelle qui conduira à une accélération historique de la croissance du pays. Cette nouvelle poussée se manifestait par un slogan : « 50 ans, en 5 ».

9L′arrivée d′entreprises étrangères, forçant leur partenaire brésilien à une première économie vraiment industrielle, impliquait, à la fois, une demande spécifique de travail et un premier marchandage des coûts de production. La quête de bras dépassant les simple manœuvres devenait à ce moment-là très forte ; et, en même temps, les instruments de négociation reflétaient tout le dynamisme revendicatif. A travers les grèves, les occupations d′usines, le vrai syndicalisme naissant dépassait les anciennes associations pratiquement nominales des pelegos et marquait son éloignement du triangle de l′automobile à São Paulo, « l′ABC » : les municipalités de Saint André, Saint Bernard et Saint Caetano. Ce dépassement géographique et social préparait l′avènement d′une nouvelle forme politique.

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540