Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires de l’État-nation en Amérique latine

 | 
Marie-France Prévôt Schapira
, 
Hélène Rivière d’Arc

Conclusion : qu'en est-il aujourd'hui de l'ancrage de l'état-nation ?

Bataillon ou les thèmes en M.

Yvon Le Bot

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

INTRODUCTION

1J'espere qu'on ne m'en voudra pas trop si je déroge à certaines règles posées par le comité d'organisation et dont je me sens donc moi-même co-responsable.

2Claude Bataillon ne souhaitait pas que son œuvre soit au centre de cette table-ronde qui lui est dédiée. En nous efforçant d'appliquer ce souhait à la lettre, est-ce que nous n'avons pas trop fait cas de sa modestie ?

3Bataillon ne dit-il pas lui-même dans un compte-rendu de la Géographie historique et culturelle de l'Europe (« Espace géographique », 1998) que les meilleurs livres d'hommages, les seuls intéressants en fait, sont ceux qui sont réellement organisés autour de la personne à honorer ? Il cite en exemple les ouvrages consacrés à Pierre Monbeig, Bernard Kayser, Gilles Sautter et Paul Pélissier.

4En m'autorisant de cette observation, je vais donc, au risque de froisser la modestie de Bataillon, m'éloigner un peu du thème de la session. Ou l'approcher, ainsi que ceux de demain (mobilités, flux, réseaux, État-nation) par un biais indirect.

5Je vais laisser de côté une communication que j'avais préparée sur le thème du mouvement d'autonomie municipale au Mexique (d'autres occasions se présenteront) et je vais reprendre un petit exercice entamé lors d'un hommage organisé par le GRAL à Toulouse en janvier de l'année dernière.

Je me souviens

6Ne voulant pas faire l'hagiographie du géographe et puisqu'il n'y a pas de figure imposée, j'ai pris la liberté d'en détourner une.

7— je me souviens que, dans un texte d'il y a une vingtaine d'années, Claude Bataillon énonçait que le géographe se fait souvent le disciple de Tintin et du prince Malko, « les deux héros du renseignement dans le Tiers Monde » (État, pouvoir et espace dans le Tiers Monde, 1977, p. 13).

8— Je me souviens à ce propos, et cela vous étonnera sans doute, que j'ai connu Bataillon dans un SAS. C'était dans le cadre d'une recherche interdisciplinaire au Guatemala, que quelques membres de l'équipe appelions d'un nom de code : « SAS », parce qu'elle portait sur le municipe de San Andrés Sajcabajá (SAS).

9— Je me souviens que le premier article que j'ai publié dans une revue scientifique, je le dois à Bataillon qui intégra quelques éléments d'une de mes enquêtes dans un article à lui et me propulsa généreusement co-auteur (« Migration intérieure et emploi agricole temporaire au Guatemala », Cahiers des Amériques latines, n °11, 1974, p. 117-147).

10— Je me souviens que l'article traitait des migrations saisonnières dans les plantations et que c'est à cette occasion que j'ai appris à connaître la « pensée Bataillon ».

11— Je me souviens (ou plutôt, on me l'a raconté) qu'en mai 1968, l'IHEAL, où travaillait Claude Bataillon et où nous sommes aujourd'hui réunis, s'est appelé pendant quelques jours l'Institut Ernesto Che Guevara.

12— Je me souviens qu'au début des années 1970, avant de venir à Toulouse, Claude Bataillon habitait un bel appartement du Marais d'où l'on apercevait l'église Saint-Gervais (laquelle n'a rien de spécial, du moins à ma connaissance). Je crois que c'était rue de la Verrerie.

  • 1 Bernard Kayser (sous la direction de), 1996, Ils ont choisi la campagne, L'Aube.

13— Je me souviens que la première fois que je suis venu à Toulouse, Claude Bataillon m'a emmené chez Bernard Kayser. Peut-être était-ce pour me convaincre qu'il vaut mieux habiter à la campagne qu'en ville, ce dont je suis convaincu depuis toujours ; peut-être aussi pour me montrer que l'on vit mieux en province que dans les capitales, ce dont j'étais également déjà persuadé, moi qui vivais à l'époque à Londres. Sans doute était-ce aussi parce que ce citadin, dont les voyages d'enfance étaient portés par le métro parisien, éprouve de la sympathie pour certains de ses collègues « qui ont choisi la campagne »1.

14Avec le recul, cette amitié entre Claude Bataillon et Bernard Kayser m'apparaît comme une histoire de copain des villes et de copain des champs.

15— Je me souviens que Claude Bataillon s'est toujours tenu éloigné des couloirs des ministères et qu'il leur a préféré les comités et les jurys scientifiques, les comités de rédaction de revues scientifiques et les comités éditoriaux.

16— Je me souviens qu'à plusieurs reprises Claude Bataillon a dû corriger le lapsus que je commettais chaque fois que je mentionnais le PRI : Parti révolutionnaire institutionnel et non Parti révolutionnaire institutionnalisé, et cela me rappelle que Bataillon a toujours été soucieux de la pérennité des institutions, mais pas institutionnalisé.

17— Je me souviens qu'un jour à l'aéroport de Quito, nous nous sommes retrouvés tous les deux dans une file d'attente derrière l'ex-président mexicain Echeverría et que j'ai pu vérifier à cette occasion le renom et le prestige dont jouit Claude Bataillon au Mexique.

18— Je me souviens du tremblement de terre de Mexico en 1985 : ce jour-là, Charles Hernu a démissionné de son poste de ministre de la Défense, volant ainsi la préséance à Claude Bataillon interviewé par une radio sur les causes du séisme.

19— Je me souviens de Louis Panabière ; Bataillon et lui ont écrit un livre ensemble (Mexico aujourd'hui, la plus grande ville du monde, 1988, Publisud, coll. « Urbasud »).

20— Je me souviens avoir lu dans la Géographie Universelle (Volume Amérique latine, publié sous la direction de Bataillon, Deler, Théry, 1991, Belin/Reclus, p. 144) que la densité de la fréquentation du métro de México exige, aux heures de pointe, de séparer les hommes des femmes et des enfants mais je ne l'ai jamais vu de mes yeux.

21— Je me souviens que dans cette même Géographie Universelle, une photo de San Juan Chamula, sur une demi page, est censée, d'après la légende, représenter San Cristóbal de Las Casas.

22— Je me souviens de Bataillon irrité par l'utilisation abusive du mot « peuple » par l'un des frères Cardenal (Lequel ? Je ne me souviens pas... Qui se souvient des frères Cardenal ? Dans quelle trappe de l'histoire est passé le trappiste ?). « Populations ou peut-être peuplement », rectifia Bataillon. Imaginez : « triomphe de la population sandiniste », etc.

23— Je me souviens de quelques concepts disparus : Tiers Monde, formation sociale, mode de production, analyse concrète d'une situation concrète et des cercles de leurs adeptes également disparus, et dont Claude Bataillon ne faisait certes pas partie.

24— Je me souviens que Tiers Monde s'est écrit successivement Tiers-Monde, Tiers Monde, Tiers monde, tiers-monde, tiers monde, puis que tiers à disparu et qu'il n'est resté qu'un monde celui de la mondialisation.

25Et, dans ce monde unifié dans l'éclatement, ne se distingue plus que le premier monde, auquel tout le monde (enfin presque) aspire à appartenir. Mais ce monde unique, ce « cercle du premier monde » fonctionne à l'exclusion de l'autre, du monde qui n'a plus de nom.

LA PENSÉE BATAILLON

Bataillon et l'interdisciplinarité

26Je dirais volontiers que Claude Bataillon est le plus sociologue de nos géographes, si je n'en connaissais pas de nombreux autres — parfois inspirés par lui — qui font le pont entre les deux disciplines et que personnellement je lis avec autant d'intérêt — et parfois plus de plaisir — que certains de mes collègues sociologues.

27Je voulais d'abord souligner cette dimension transversale, interdisciplinaire, et qui est à l'origine de mes collaborations avec lui.

Bataillon, les flux, les champs et les réseaux

28Un mot-clé permettant, je crois, de circuler dans toute son oeuvre, est celui de flux. Ou bien celui de mobilité.

29Bataillon est un homme des flux, pas un homme des systèmes. Ce citadin est un homme de champs, mais certainement pas dans l'acception bourdieusienne du terme (entre parenthèses, je me suis toujours demandé pourquoi il écrit le mot champ avec un s au singulier). Un homme de champs et de réseaux donc, pas un homme de pouvoir. C'est pourquoi, après avoir consacré de nombreuses années de sa vie et l'essentiel de son oeuvre au Mexique, il n'est cependant jamais devenu mexicain, alors que certains collègues, à force d'être confrontés à la pyramide aztèque, ont fini par en reproduire quelques aspects.

30Un homme des fluides, dirais-je, s'il n'y avait son scepticisme vis-à-vis de tout ce qui évoque la sphère surnaturelle.

31Plus sensible aux flux et aux mobilités, qu'aux identités (de classe, culturelles ou religieuses) et aux pouvoirs. Il s'intéresse à ce qui bouge et se mélange, plus qu'à ce qui se solidifie, se substantifie, s'institutionnalise. Il s'intéresse aux migrations plus qu'aux ancrages, aux dynamiques de la déterritorialisation autant qu'à l'inscription dans le territoire, aux flux de main-d'œuvre et de personnes, aux flux financiers, aux flux culturels...

32Il est l'ennemi des catégories figées, des cadres préfabriqués, des raisonnements carrés, des paradigmes hypostasiés, des formules toutes faites, des débats idéologiques.

33Les thèmes de prédilection de la « pensée Bataillon » sont des thèmes en M : Mouvements (de population), Migrations, Mobilité, Mélanges, Métissages, Mutations, et aussi classes Moyennes, tiers Monde (mais il ne fut jamais tiers mondiste).

34Chez lui, même les ancrages, les références et les cadres spatiaux sont en M : Mexique, Mésoamérique, Méditerranée américaine, Métropoles et villes Moyennes, et, pourquoi pas, Marais, Midi Pyrénées et, aujourd'hui, Mouffetard (il aurait pu y ajouter le Maghreb avec lequel il avait gardé quelques attaches).

35Je ne vais pas traiter ici de chacun de ces thèmes. D'autres parleront de certains d'entre eux avec plus de compétence que je ne pourrais le faire. Je me bornerai à quelques observations, centrées principalement sur deux d'entre eux :

  1. la question des identités culturelles ;

  2. le local, le régional, le national, le mondial (Coupe du Monde oblige, le mois prochain nul n'échappera au mondial).

Bataillon, le pouvoir et l'État

36On connaît l'ouvrage qu'il a dirigé sur État, pouvoir et espace dans le Tiers Monde. Depuis, toutes les notions centrales de cet ouvrage se sont effritées, à des degrés divers :

    • 2 À l'époque, Romain Gaignard pouvait écrire : « L'articulation du pouvoir local au pouvoir étatique (...)

    la foi dans le développement et l'État développementiste s'est effacée2 ;

  • les États nationaux inséparables de leur emprise sur le territoire se sont affaiblis ;

  • les ensembles nationaux sont mis en cause par des dynamiques transnationales et des dynamiques régionales ou locales ;

  • les groupes sociaux, les dynamiques économiques et encore plus les flux financiers se sont déterritorialisés (on parle de plus en plus d'économie immatérielle) ;

  • le pouvoir politique implose (voir la Colombie mais aussi le Mexique) ;

  • quant au Tiers Monde, dont l'auteur nous rappelle qu'il était à la mode en 1975... Cela semble tellement étrange aujourd'hui, quant au Tiers Monde donc, il a éclaté, même avant que ne s'effondre le second monde, le monde communiste.

Bataillon, les identités et le métissage

Ethnies, nationalités et violence

37L'introduction à État, pouvoir et espace commençait par un hommage, un peu étonnant chez l'auteur, à Pierre Clastre et à la revue Pluriel. Je pense comme Claude Bataillon que cette revue a été pionnière en réintroduisant dans la réflexion en sciences sociales en France les notions d'ethnie et de nationalité, en les dégageant de certains présupposés idéologiques et politiques, et en leur donnant ainsi une légitimité scientifique, qu'elles avaient déjà dans l'univers anglo-saxon. Bataillon affirmait que sa pratique de géographe l'avait conduit à connaître ces réalités. Et il voyait dans l'existence de ces groupes « qui ne reconnaissent pas l'autorité du pouvoir central de l'État » une des explications des guerres dans le Tiers Monde, à propos desquelles il notait qu'à cette époque déjà elles occupaient la scène et éclipsaient les guerres entre nations industrielles.

38La cause de la violence, pensait-il, serait à chercher dans l'existence de groupes sociaux qui ne reconnaissent pas le monopole étatique de la violence ? L'affirmation suivante sur la Yougoslavie, qui n'était pas encore ex-Yougoslavie prend aujourd'hui un certain relief : « La coexistence de plusieurs groupes nationaux vivant en paix au sein même d'un État est exceptionnelle dans le Tiers Monde : le cas limite est celui de la Yougoslavie. Limite parce que les niveaux de vie et de développement des forces productives rendent impropre le terme de sous-développé pour plusieurs républiques yougoslaves » (p. 24).

39Et s'agissant de Cuba : « seul un régime socialiste fortement intégrateur est à même d'assurer la sauvegarde d'une identité nationale acquise tardivement par rapport au reste de l'Amérique latine » (p. 24-25).

Métissages

40Je me trompe peut-être, mais il me semble que les thèmes de la diversité culturelle et de ses rapports avec la violence sont moins présents dans les écrits ultérieurs de Claude Bataillon.

41Plus précisément, la question de l'identité est traitée par le biais du thème du métissage, une catégorie à laquelle il avait volontiers recours avant qu'elle ne devienne à la mode chez certains ethnologues. L'Amérique latine, rappel-le-t-il, est faite de multiples métissages. Le métissage — et non la mixité — semble être à ses yeux l'avenir du sous-continent comme il est son présent, et son passé, au moins depuis le xixe siècle.

42Le Mexique, en particulier, est une nation métisse, la seule qui ait réellement incorporé le peuple Indien, qui lui ait fait une place, même si cette place n'est pas très reluisante (cf. Géographie Universelle, op. cit., p. 153), une fois n'est pas coutume, Bataillon emploie le terme de peuple au lieu de celui de population, ce qui introduit une ambiguïté, quant au fameux métissage mexicain.

43Et le métissage prend une nouvelle orientation et une nouvelle dimension avec l'intensification des rapports et des échanges du Mexique avec le voisin du nord (en particulier, avec le dynamisme du phénomène chicano).

Questions

44Je m'interroge et j'interroge Bataillon :

45A. Premièrement, s'en tenir, dans le cas du Mexique, à la notion de nation métisse n'est-ce pas faire sienne l'idéologie officielle et minimiser les différences, les discriminations, les inégalités, la diversité culturelle et le racisme (plus on monte dans la pyramide, plus celle-ci prend une teinte blanche) ? N'est-ce pas faire la part trop belle à un Mexique mythique et gommer la réalité des rapports sociaux, les cloisonnements et les frontières internes ? Sans doute, celles-ci sont-elles symboliques, mouvantes et souvent escamotées, mais elles n'en sont pas moins prégnantes et même brutales.

46B. Deuxièmement, s'agissant des évolutions actuelles et à venir, est-ce que ce qui l'emporte ou l'emportera, ce sont les processus d'homogénéisation ? C'est l'impression que donne parfois la Géographie Universelle.

  • 3 Il est vrai que le livre se terminait sur une interrogation qui laissait entrevoir d'autres évoluti (...)

47Dans État, pouvoir et espace, Claude Bataillon voyait dans le Tiers Monde « un monde de la diversité face à l'homogénéité de plus en plus perceptible du « monde industriel » » (p. 12)3.

48Vingt ans après, que l'on s'en réjouisse ou qu'on le déplore, la tendance à la diversification culturelle, n'est-elle pas aussi forte que la tendance à l'uniformisation ? Pas seulement dans ce qui était le Tiers Monde, mais aussi dans les sociétés post-industrielles.

49Parmi les phénomènes les plus notables au Mexique dans les années 1990 et en Amérique latine ces trente dernières années, n'y a-t-il pas la fragmentation des identités nationales, le développement d'identités culturelles et en particulier religieuses, l'émergence de nouveaux acteurs culturels, ethniques et religieux ?

50Certes les ethnies et les nationalités ne s'y constituent pas en acteurs centraux. Certes le fait que les constitutions, les unes après les autres, intègrent le fait (et le droit) multiculturel, ne signifie pas un changement fondamental de la culture politique dans ces pays. Mais les changements mentionnés induisent des mutations profondes et durables, qui touchent à l'ensemble des rapports sociaux et qui s'inscrivent dans des flux et des réseaux transnationaux.

51Je ne suis pas sûr que la globalisation s'accompagne forcément d'une accentuation des phénomènes d'intégration par assimilation (on observe plutôt, au Mexique comme chez nous, une crise des institutions et un reflux des politiques qui assuraient ce type d'intégration), je ne suis pas sûr qu'on assiste à la création d'un melting-pot planétaire, généralisé. À moins qu'il ne s'agisse d'un melting-pot encore moins nivélateur que le melting-pot américain, encore plus traversé par des dynamiques identitaires.

52Partout les anciennes identités, les anciennes cultures et communautés sont déchirées, éclatées, souvent détruites. Ce à quoi on assiste, ce n'est pas à leur reproduction, mais à la production de nouvelles identités, qui se construisent dans les fractures ou sur l'éclatement des anciennes, qui en réutilisent des morceaux et qui se construisent à travers des dynamiques interculturelles. Ces identités sont multiples, fluctuantes, moins ancrées dans des territoires que ne l'étaient les anciennes, moins liées à des État-nations, moins bornées par les frontières politiques.

53Lorsque Claude Bataillon, peu attiré par la géographie culturelle, aborde le thème des cultures, c'est là aussi pour souligner leur plasticité, leur fluidité, leur interpénétration. Une telle approche me semble en effet pertinente pour étudier les phénomènes actuels de production d'identités culturelles. À condition de ne pas postuler que le résultat est une sorte de mélasse mondiale... Encore un thème en M., mais qui, en l'occurrence, n'appartient certainement pas à la pensée Bataillon, trop sensible aux différences et aux discontinuités discrètes.

Bataillon, le local, le régional, le national et le global

54Sa méfiance à l'égard des théories totalisantes et une approche privilégiant l'articulation du « régional » et du « local », ont tenu Bataillon à l'abri d'une certaine théorie (idéologie ?) de la globalisation qui, depuis une dizaine d'années, tend à prendre la place jadis occupée par les théories du développement et de la dépendance.

55L'intéressé me dira si je me trompe, mais je ne crois pas qu'on trouve chez lui de grands dégagements sur l'économie-monde. Plutôt des analyses de l'organisation de l'espace, du peuplement, de l'économie et des groupes sociaux dans des ensembles régionaux s'articulant autour de mégapoles.

56On ne trouve pas non plus dans son œuvre une illustration de la théorie des catastrophes, ou de l'idée des chaos bornés, encore moins de l'idée d'un chaos généralisé, « le pire est possible mais non certain », dit-il à propos de Mexico, (cf. Géographie Universelle, op. cit., p. 144).

57Là aussi je crois, il a été, sans polémique inutile, sans polarisation artificielle, en avance sur une critique qui aujourd'hui se fait jour, une mise en question de la théorie de la globalisation.

58Ce n'est pas pour revenir à l'idée d'une économie ou d'une société nationale, constituées en marchés intérieurs et structurés par un État. Dans un bref article à propos des pays de la « Méditerranée américaine », Bataillon interroge : « des économies et des sociétés nationales pour quoi faire ? ». Il ne pose pas la question aux hommes politiques, mais aux scientifiques sociaux et aux géographes en particulier. Ces notions sont-elles pertinentes et d'une quelconque utilité pour les chercheurs ? S'agissant des Caraïbes, la réponse est dans la question : « dans le cas de nombreuses petites Antilles, écrit-il, les migrants qui trouvent à vivre et à s'employer dans les métropoles des États-Unis ou d'Europe sont bien plus nombreux que ceux qui sont attirés par les centres d'emploi locaux » (Cahiers des Amériques latines, 1991, n° 11 p. 104).

59L'évolution des pays de la Méditerranée américaine dans les années 1990 a encore renforcé l'argumentation de Bataillon. Ces États se sont encore décomposés et l'une de leurs principales Institutions — les forces armées — a été soit supprimée (cas d'Haïti), soit fortement réduite (Nicaragua, Salvador, et, à un moindre degré, Guatemala). L'exception cubaine souligne, par contraste, cette évolution.

60Ce sont aussi des illustrations de l'Importance des flux de personnes, de fonds et de marchandises. Bataillon propose de les étudier comme des variations locales et régionales dans des champs plus vastes, informés par des métropoles à la périphérie desquelles ils se situent. Ce jeu de déconstruction et de reconstruction auquel il invite les géographes témoigne aussi de son scepticisme à l'égard des entités politiques et des politologues. Ce qu'il propose c'est une grille d'analyse qui permette de saisir des dynamiques infra-nationales (à l'échelle locale, familiale, communautaire) et supranationales (à l'échelle internationale). La grille, affirme-t-il, « peut s'appliquer avec des nuances » à des secteurs importants des « grands pays » comme le Mexique. S'émancipant du carcan de la nation, du territoire et autres catégories lourdes, Bataillon définit ainsi le Mexique comme « un ensemble articulé de régions de gestion ».

Bataillon et Dieu

61J'ai évoqué (ou d'autres évoqueront) Bataillon, les flux, les champs et les réseaux, Bataillon et la question de l'identité, Bataillon, le local, le régional, le national et le global, Bataillon et le Tiers Monde, Bataillon et le Mexique, Bataillon, le pouvoir et l'État, Bataillon et mai 1968... Quid de Bataillon et Dieu ?

62« Je doute, a-t-il écrit dans Géographie et cultures (n° 5, 1993), que Dieu et l'amour puissent être un objet d'étude (géographique...). » Ils ne relèvent pas, à ses yeux, de « l'espace terrestre humanisé ». Mais les religions et les identités religieuses ? De fait, la seule figure religieuse que je l'ai jamais entendu évoquer — mais non invoquer — est « la vierge métisse de Guadalupe ».

63Il me reste à prier celle-ci pour que ce migrant alternant, confronté à des sociétés de métissages et à la mondialisation, continue à nous faire part de ses réflexions sur les thèmes en M pour le plus grand bien des sciences sociales à Toulouse, en France et au Mexique.

Notes

1 Bernard Kayser (sous la direction de), 1996, Ils ont choisi la campagne, L'Aube.

2 À l'époque, Romain Gaignard pouvait écrire : « L'articulation du pouvoir local au pouvoir étatique est essentielle à étudier ; mais dans une dynamique où, on le sait bien, c'est le second qui progresse, accompagnant le « développement ». »

3 Il est vrai que le livre se terminait sur une interrogation qui laissait entrevoir d'autres évolutions possibles : « Ce que l'on redécouvre en Occident, ce prix des particularités ethniques, si c'est le sel de la terre, peut-on faire l'économie de son nivellement dans le Tiers Monde ? »

Notes de fin

1 CNRS, CADIS

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540