Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires de l’État-nation en Amérique latine

 | 
Marie-France Prévôt Schapira
, 
Hélène Rivière d’Arc

Conclusion : qu'en est-il aujourd'hui de l'ancrage de l'état-nation ?

Adieux à la planification régionale sous contrôle de la technocratie centrale : le cas du Chili

Roberto Santana

Texte intégral

  • * GRAL, CNRS

1Note portant sur l’auteur*

Photographie n°5 : Place centrale de Concepción (Chili). Capitale de la région du río Biobio. Cliché : Alain Musset.

2Quels sont les enseignements les plus marquants sur le plan territorial que l'on peut tirer de l'expérience la plus accomplie en Amérique latine dans la consolidation du modèle néo-libéral de l'économie ? Il as ici de revenir sur le « modèle chilien » dans ses aspects macro-économiques ou géopolitiques au sens large, qui a fait l'objet de bien des écrits, mais de rappeler simplement que « l'exposition » complète du territoire national à la mondialisation fut le résultat d'un ensemble de mesures de régime militaire (1973-1989) fondées sur l'idée que le Chili pouvait se développer, s'il se montrait capable de réussir son intégration à l'économie mondiale. Ainsi le processus de libéralisation et de dérégulation démarre en 1974 avec deux politiques fortes : l'inauguration de la réduction tarifaire, qui s'accomplira pleinement cinq ans plus tard, et le décret-loi 600 concernant le statut de l'investisseur étranger. À partir de ce moment, prend forme un modèle de croissance fondé sur l'exportation qui, bien entendu, ne pouvait s'alimenter à l'époque que de l'exploitation des matières premières. À la fin des années 1970, la carte commerciale du pays montrait une dispersion géographique inédite. Les diverses régions chiliennes participaient à la vague exportatrice.

  • 1 Une recherche collective avec l'appui de la coopération ECOS-CONICYT a été effectuée sur cette rég (...)
  • 2 Sur l'aspect particulier concernant l'entrée de la société chilienne dans l'ère de la consommation (...)

3La région de référence de ces réflexions, la Région de Los Lagos1, comme d'autres dans le centre et le nord du pays, est entrée ainsi brutalement dans la mondialisation : des capitaux étrangers et secondairement nationaux se sont alors intéressés aux élevages et à l'exportation du saumon. La région est devenue en dix ans le second producteur mondial après la Norvège (elle en a exporté, en 1995, pour plus de 300 millions de dollars). D'autres investissements suivent, portant sur l'exploitation et l'exportation du bois et, de façon secondaire, sur le tourisme, les services et quelques industries de transformation. La création d'emplois en est le premier résultat : le taux de chômage descend à 4,5 %, les infrastructures se modernisent et d'autres se développent ; en dépit de l'importance du travail temporaire et des salaires qui restent modestes, la possibilité et le goût de la consommation gagne toutes les catégories sociales2. Tout ne marche pas comme sur des roulettes pour autant car l'on constate que face au dynamisme dont font preuve les entrepreneurs et face aux défis de l'avenir, la société régionale apparaît comme handicapée. Ayant perdu ses anciens repères, elle a du mal à assumer la modernité et n'a pas d'emprise sur la modernisation en cours en dépit de la politique officielle de décentralisation destinée précisément à motiver et à responsabiliser les sociétés régionales.

LA DÉCENTRALISATION ACTUELLE NE SUFFIT PAS...

  • 3 Il y a aussi les inversiones sectoriales de asignación regional (ISAR), attributions ministérielle (...)

4La décentralisation concernant les décisions les plus importantes sur le plan politique et sur le plan des investissements se déroule plutôt timidement à l'intérieur d'un processus, dit de « régionalisation » du territoire national. Ce dernier a démarré en 1975, le gouvernement militaire de l'époque ayant voulu créer un cadre territoire administratif propice à l'exercice d'une politique de décentralisation budgétaire accompagnant les privatisations, la modernisation et la « réduction » de l'État conjointe à la réactivation des municipalités. La région des Lacs est l'une des treize régions du nouveau découpage et ses autorités gèrent de façon autonome 20 à 24 % des investissements publics réalisés sur son territoire, notamment par le biais de la gestion des fonds de développement régional (FDR) et des ressources provenant des quelques contrats passés avec des ministères3.

5L'expérience des compétences qui sont attribuées à la région sont à la charge du conseil régional, dont les priorités vont aux interventions sectorielles qui concernent plus particulièrement le plan de l'intégration du territoire régional, où il est question de construction d'infrastructures (routes, transports, communication) et le plan social, où il s'agit surtout de mise en place de programmes de lutte contre la pauvreté, grâce à des fonds provenant du FOSIS (fonds pour la solidarité et pour l'intégration sociale).

6Deux réformes ont été menées par les gouvernements démocratiques de la post-dictature, qui concernaient la décentralisation régionale et la vie locale et qui ont insaturé notamment l'élection populaire directe des maires des municipalités et des membres du conseil régional, ce qui n'empêche pas que le gouvernement de région reste fortement contrôlé par le pouvoir central. En effet, le chef du conseil régional continue d'être en même temps le représentant personnel du présidant de la République, tandis que les régions sont sous le contrôle du ministère de l'Intérieur (Sous-direction des Régions) et que le ministère de la Planification est chargé des plans régionaux, les ministères sectoriels gardant une grande emprise sur les décisions budgétaires et les programmes régionaux.

7Une position optimiste est d'imaginer que le processus va pouvoir s'approfondir, mais pour l'heure, les résistances sont très fortes, les plus redoutables venant précisément des partis officialistes (Concertación), dont les dirigeants se défendent en prétextant la force de la tradition centraliste chilienne et en justifiant ainsi leur inertie.

DES SOCIÉTÉS LOCALES FORTEMENT HANDICAPÉES FACE À LA MODERNISATION

  • 4 La constitution historique de la « culture du centralisme » est le sujet d'une étude déjà classiqu (...)
  • 5 Pour un panorama de l'évolution récente de la vie politique chilienne, cf. JOUINEN, Sophie, 1998, (...)

8La politique au niveau régional et local reste en effet imprégnée de la « culture du centralisme »4, le mal traditionnel du pays malheureusement renforcé par quinze ans de contrôle hiérarchique et autoritaire du territoire national sous le régime militaire, prolongé en période démocratique par l'attitude subordonnée des populations en situation économique précaire. À l'échelon local, les partis politiques ne sont guère en état d'oeuvrer au dépassement de cette situation : le système des partis apparaît à l'heure actuelle comme le bastion le plus fort du centralisme. La population n'y peut pas grand chose car les partis, fort ankylosés, ne lui accordent pas d'espace et ne s'intéressent pas à l'animation d'une véritable culture démocratique. Les élites locales, cercles restreints de personnes influentes ayant pouvoir de décision, sont sous le contrôle des partis de la coalition au pouvoir, si bien que les décisions de politiques de développement viennent d'un niveau supérieur à celui des collectivités territoriales (Santibáñez : 1997). « La politique n'existe plus », entend-on dire... Et pour cause5.

9Il n'est donc pas surprenant qu'en dépit de la croissance économique et de l'importante modernisation que connaît la région, cette dernière ne soit pas encore résolument engagée sur le chemin qui mènerait à un développement durable, fondé sur la diversification économique et la valorisation de ses potentiels en termes de richesses naturelles et humaines. Elle est loin de s'être dotée des avantages compétitifs propres à des sociétés ayant une capacité collective à programmer l'avenir, à inventer des stratégies nouvelles, à agir en essayant d'articuler les intérêts contradictoires et les diversités. Des espoirs subsistent, voire se cultivent, quant aux promesses de la régionalisation/décentralisation mais l'analyse approfondie de la situation n'est guère rassurante.

LA DÉCENTRALISATION PRISONNIÈRE D'UNE CONCEPTION PASSÉISTE DE LA PLANIFICATION TERRITORIALE

10La manière dont la politique de décentralisation est aujourd'hui pratiquée est fort imprégnée des réalités d'hier. Il en est ainsi parce que l'élaboration de la politique régionale et des pratiques institutionnelles porte l'empreinte des conceptions issues de la « planification centrale » propre au modèle de croissance qui s'est développé des années 1940 jusqu'aux années 1970 (modèle de substitution d'importations), et au cours desquelles le grand investisseur n'était autre que l'État.

11Or l'activité visant à l'aménagement du territoire dans le modèle de croissance antérieur avait tous les traits d'une opération technocratique quasiment anhistorique car applicable partout, sans considération des temps ni des identités socio-territoriales, sans doute parce que les élites politiques n'en attendaient pas grand chose, puisque elles-mêmes n'étaient pas convaincues des avantages de la décentralisation. Installé non pas au cœur de l'État investisseur, mais en marge, le sous-système de planification voué en théorie à l'aménagement du territoire (« planification régionale ») menait une existence plutôt morne, ne touchait que de façon tangente le secteur privé de l'économie et se désintéressait largement, de surcroît, de ce que l'on appelle aujourd'hui la société civile. La période mouvementée de l'Union Populaire (1970-1973), dominée par les changements des structures de la propriété et par les tensions politiques, n'a en rien changé l'ordre des choses.

12Ces antécédents permettent de mieux comprendre l'absence de considération vis-à-vis des sociétés socio-territoriales et la pauvreté des instruments de politique publique qui furent élaborés à l'époque, le tout rendant compte de l'octroi d'un rôle mineur, à la limite du simple conseil, aux décideurs institutionnels et politiques. Comme chacun sait, le bilan de la planification régionale chilienne de cette période fut quasiment nul : la situation de concentration/déséquilibre sur le plan territorial fut exacerbé, comme le révèle l'existence d'une structure territoriale profondément marquée par les Inégalités (Gajardo : 1981).

13Dans ce rôle mineur, dissimulé par une publicité officielle parfois dithyrambique, la planification régionale avait sa place dans un contexte relativement simple, bien loin des exigences qui sont celles de la nouvelle étape de l'accumulation capitaliste marquée par la multiplicité des acteurs, par l'attention portée aux diversités, par les exigences d'approches complexes de la réalité, par la flexibilité et par le sens des opportunités. La rupture du capital avec la routine du passé est brutale et, en réalité, elle implique pour la recherche et pour la pratique de l'aménagement un changement épistémologique que la pratique de la planification régionale chilienne d'aujourd'hui est loin d'illustrer.

14Cette exigence de changement épistémologique concerne une panoplie de changements paradigmatiques, le paradigme constructiviste se substituant au paradigme positiviste, le paradigme de la complexité (transversalité, transdisciplinarité) au paradigme analytique (priorité au sectoriel), l'exercice syncrétique (la capacité d'opérer avec plus d'un concept et d'une doctrine) au paradigme verticaliste (unitariste et autoritariste de haut en bas), qui sont la condition même du fonctionnement dans la modernité (Boissier : 1996). Le test définitif de ce non-passage à la modernité des intervenants sur la question régionale dans le Chili actuel est certainement le fait de l'incapacité de la planification régionale « décentralisée » à produire dans la réalité de l'espace une articulation imaginative du global et du local (Santana : 1997). Alors que le pays paraît exceller dans les approches « macro » du développement, en ce qui concerne la vie locale il est bien difficile d'observer autre chose que des stratégies et pratiques par trop routinières, imprégnées de pensée officielle et exemptes de critique de doctrine, de méthode et de vocabulaire. Comment surmonter ce défi ?

15Comment combler le fossé entre réflexion globale et réflexion locale qui est l'empreinte du système de planification imposé aux régions ? Ce défi ne s'adresse pas aux seuls technocrates, mais également aux sciences sociales du développement. Pour ces dernières, il ne s'agit pas simplement de l'application du corpus conceptuel traditionnellement « institué » d'une quelconque discipline à la réalité régionale, mais d'un effort scientifique et de réflexion destiné à adapter les instruments scientifiques à une production stratégique et à l'action.

QUESTIONS SUR LA PLANIFICATION RÉGIONALE « DÉCENTRALISÉE »

16La planification régionale avec « décentralisation » actuellement pratiquée au Chili doit être considérée comme étant la dernière tentative technocratique pour sauver la conception « centraliste » du développement territorial (« polarisé » ou « intégré »), celle qui comptait sur la bienveillance de l'État tout simplement parce qu'elle ne mettait pas en cause la centralité du pouvoir détenu par les élites dirigeantes. L'affirmation peut surprendre, car les élites technocratiques au pouvoir se targuent de leur modernisme et le personnel de la planification territoriale centrale a été formée dans sa grande majorité dans des universités étrangères, notamment en Europe. Or on constate que nombreux sont ceux qui ont du mal à intérioriser la profondeur des transformations structurelles et les implications socio-territoriales qui découlent du changement brutal de modèle de développement. C'est sans doute par cela que l'on peut mieux comprendre la convoitise politique créée aux débuts de la Concertation autour du ministère de la Planification (MIDEPLAN), censé être le fer de lance d'un infléchissement important de l'expérience néo-libérale.

  • 6 Les programmes de lutte contre la pauvreté sont sous le contrôle du MIDEPLAN, par le biais du FOSI (...)
  • 7 En décembre 1996, grand scandale : les gouvernements de région n'arrivent à utiliser qu'un peu plu (...)
  • 8 Les résultats électoraux des élections parlementaires de décembre 1997 n'ont pas été satisfaisants (...)

17La réalité allait rapidement s'imposer : les hommes politiques et les technocrates du ministère de la Planification allaient découvrir qu'il n'y avait que deux créneaux par lesquels le centre politique pouvait garder une emprise sur la réalité : les régions (à travers le contrôle du système de planification régionale) et la gestion des programmes de lutte contre la pauvreté6. Deux domaines sur lesquels l'expérience existait, puisqu'ils appartenaient tous les deux au même dénominateur commun, à savoir la lutte contre les inégalités, thème privilégié de la politique chilienne de la période nationale populiste. La chose allait tellement de soi que dans la distribution des portefeuilles, le ministère en question fut accordé au Parti socialiste, c'est-à-dire le parti le moins sensible, au sein de la Concertación, à la compréhension des exigences de la nouvelle économie et le plus rétif aux changements paradigmatiques. Dans l'esprit des nouveaux responsables, le raisonnement était simple : le système de planification régionale étant un thème rodé, son application à la décentralisation ne posait pas de problème majeur, il n'y avait pas à s'inquiéter. En revanche, la lutte contre la pauvreté devait passer au premier plan et constituer la préoccupation centrale du ministère car une disponibilité considérable des ressources permettait d'y faire face. Mais c'est dans ce domaine le plus traditionnel que le ministère échoua : sur le plan régional, la planification routinière n'arriva même pas à investir la totalité des moyens financiers attribués aux régions (manque de projets et entraves bureaucratiques)7 tandis que le programme de lutte contre la pauvreté, mises à part de rares expériences réussies, n'alla pas au-delà d'une activité passablement banale de redistribution des subventions accordées et ne fut même pas en mesure de mobiliser politiquement la population cible8. On peut imaginer que c'est en tirant les leçons de cette expérience que le gouvernement a exprimé son intention de supprimer le ministère de la Planification au cours de l'année 1998.

  • 9 Entendus dans le sens qu'en donne Denis MAILLAT dans son article « Les milieux innovateurs », Revu (...)
  • 10 Cette idée rejoint l'approche « collaborative » où le planner prend le profil d'un médiateur entre (...)

18La construction régionale d'aujourd'hui, avec ses implications en termes de compétitivité (liée à la flexibilité et à l'opportunité), de reconversion économique (liée à l'innovation mais aussi aux traditions de travail), de valorisation identitaire et de recherche de l'équité (entre les groupes sociaux et entre les territoires) pose des problèmes qui vont au-delà de la simple « ingénierie technocratique » car elle met en jeu la capacité des groupes à constituer de véritables « systèmes d'acteurs »9. La nouvelle construction territoriale ne peut être conçue en effet que comme le résultat de l'entreprise d'une conjonction d'intérêts, d'idées, d'aspirations et de projets de multiples acteurs ayant la capacité de s'articuler entre eux, de définir des stratégies et de faire le montage indispensable de leurs projets. Cela suppose avant tout la production scientifique de la connaissance régionale et locale et son adaptation aux fins de l'action Institutionnelle et des organismes associatifs émanant de la société civile. On est bien ici au centre névralgique de la problématique universalité/région et du rôle de l'institutionnel par rapport à un processus large de formation d'une société locale. Dans cet enjeu, les techniciens et les experts des institutions régionales et locales ne devraient être considérés qu'à l'égal d'autres acteurs, ou tout au plus comme des animateurs efficaces de la coopération entre acteurs10.

UNE POLITIQUE PUBLIQUE RÉGIONALE QUI NE DOIT PAS ÊTRE BATTUE EN BRÈCHE PAR LE SECTORIEL

19Sur la question régionale, les choses se passent aujourd'hui un peu comme dans les sciences sociales : il n'existe plus un paradigme théorico-analytique unique satisfaisant mais une diversité d'approches qui se conjuguent (Guichaoua, Goussault : 1993). Si ce postulat touchant à la région a de la valeur dans les conditions de la globalisation, cela signifie qu'il n'est plus question simplement de changer un paradigme de planification régionale par un autre. La question des sociétés et de leur territorialité est croisée par l'insertion croissante de variables qui sont beaucoup moins mesurables en termes quantitatifs que qualitatifs, puisqu'elles font appel aux éléments de la subjectivité individuelle et collective, à l'historicité et à la culture. La leçon chilienne semble montrer que chaque territoire ou chaque région doit pouvoir créer son propre modèle d'aménagement, ce qui ne va pas de paire avec une planification trop sectorielle du développement. Nous évoquerons deux exemples seulement pour montrer les limites de l'approche actuelle appliquée à la région des Lacs.

  • 11 Le processus en cours est examiné dans une étude de cas concernant la province de Valdivia : « Ens (...)

20Dans cette région, la diversité culturelle prend la forme d'une mosaïque socio-territoriale difficile à gérer par le gouvernement de région, confronté à un certain « séparatisme politique » lié à la recherche d'une nouvelle cohésion identitaire (cas de la province de Valdivia) ; à un repli identitaire couplé de tentatives d'adaptation à la modernité (archipel de Chiloé) ; à une crise identitaire là où la modernisation imposée est vécue comme un drame et dans la résistance passive (ethnie huilliche) ou, enfin, à des identités en cours de constitution (zones de colonisation). Pourtant la politique publique ne saisit pas la diversité culturelle comme un domaine d'action publique ni comme un atout de développement et de construction territoriale. Elle n'est pas envisagée comme un thème de négociation politique entre gouvernement régional et représentants ou porte-parole des différentes identités socio-territoriales. La diversité culturelle ne bénéficie pas d'une démarche stratégique : elle est vue par les acteurs institutionnels comme un obstacle à la construction régionale, comme un facteur d'hétérogénéité à dépasser. L'objectif est donc la recherche d'uniformisation du territoire régional, processus qui devrait s'accomplir grâce à la multiplication des interventions sectorielles. En théorie, le processus peut suivre trois voies différentes mais complémentaires : l'« appropriation régionale » des cultures locales, la généralisation d'éléments culturels communs aux sociétés locales et/ou l'imposition pure et simple du modèle modernisateur11. Pour l'instant, ce que l'on volt et qui découle d'une conception « courte » de la question, a trait à une politique publique banale, sans impact mobilisateur au niveau social.

21Sur le plan économique, l'effort productif régional est fondé sur des avantages relatifs provenant des richesses naturelles (maritimes, forestières, agricoles) ; la main d'oeuvre pour les activités modernes y est peu spécialisée, le tout se soldant par une rentabilité économique régionale encore faible. Pourtant la région des Lacs a des traditions productives et sociales non négligeables, parfois de véritables cultures de métier susceptibles de constituer le support d'un développement diversifié, qui permet d'imaginer des développements marqués par les avantages de proximité (Pecqueur : 1996). Mais cela passe par des diagnostics complexes, par des efforts pour synthétiser les atouts multiples, par l'articulation et la coordination d'acteurs travaillant aujourd'hui isolément, qui manquent d'information technique et de connaissances quant au fonctionnement des marchés. Les acteurs proches de ceux décrits comme étant propres aux « milieux innovateurs », agissant selon des modalités d'organisation et de régulation concertées, enracinés dans un territoire, manquent de toute évidence à la Région des Lacs. Cette dernière est donc loin des sociétés locales aptes à la production des « avantages compétitifs », qui constitueraient un moyen d'avancer vers la diversification économique et l'exportation de produits à haute valeur ajoutée, ce qui, selon les vœux du gouvernement, devrait marquer la deuxième phase exportatrice du pays. La question de savoir comment produire dans de telles circonstances une capacité sociale/locale de création stratégique sur le plan économique semble ici aussi être à l'ordre du jour.

QUE FAIRE ? VERS UNE « CULTURE DE LA STRATÉGIE » ?

22Les sociétés locales manquent d'initiative, il s'avère difficile, voire impossible, que la « région projet » ou la « région pensée » à laquelle certains croient, ne soit autre chose qu'un bricolage adapté à la conjoncture mais sans intérêt pour le long terme. Il est difficile en effet qu'une construction régionale originale puisse voir le jour sans un renversement de situation qui ferait en sorte que le politique soit à même de jouer un rôle d'organisateur de la diversité et d'animateur de l'activité sociale. La véritable priorité stratégique pour la x-Région semble effectivement celle du traitement prospectif de sa diversité intra-socio-territoriale car c'est précisément là que se trouvent les acteurs réels ou potentiels de la diversification économique et de la création culturelle ou, en d'autres termes, les éventuels « constructeurs » de la région en projet. Mais ces acteurs sont encore trop dispersés et ont des comportements hétéroclites, ils sont démunis sur le plan de la formation. Ils ne sont guère qualifiés pour la nouvelle économie et se différencient d'une province à l'autre en fonction des conjonctures que traversent les identités locales.

23Ce sont là des questions d'importance stratégique dont le maniement prospectif ressemble à une entreprise de création collective, une véritable construction sociales des territoires, car dans la nouvelle économie, c'est la totalité des acteurs ou, autrement dit, la société tout entière qui est soumise à la tension stratégique. De ce fait, aucun système de planification, même de planification « décentralisée », ne peut se permettre de « libérer » (en fait, d'exclure) la société civile de l'effort prospectif, ce qui permet de s'interroger sur la place de l'État dans cette perspective. Si l'on pense qu'il faut en finir avec le monopole étatique de la fonction prospective et la rendre à la société, le rôle de l'État semble s'éclaircir : il consistera à tout faire pour faciliter l'émergence régionale d'une culture de la stratégie, en permettant aux acteurs de mieux imaginer la place de leurs territoires ainsi que l'inscription de leurs attentes dans la mondialisation en cours. Cela ne semble possible qu'à la condition d'un large processus de formation des sociétés locales.

24Ce processus de formation ne peut se faire par la simple importation des modèles et il convient de l'imaginer à des niveaux différents. Au niveau de la connaissance d'abord : il devrait s'appuyer sur la connaissance de l'évolution sociale historique des territoires, sur l'analyse de la diversité et de la complexité déterminant les traits identitaires actuels, sur l'état de la cohésion sociale et les attitudes face au processus de modernisation, et, enfin, sur l'environnement technologique et organisationnel à partir duquel les individus sont appelés à se positionner stratégiquement. Au niveau du bon emploi de la connaissance, ensuite : il s'agit d'inciter à la valorisation de la connaissance et à l'adaptation de la dite connaissance à des fins stratégiques (connaissance pour l'action). De ce processus dépendra largement la complexité et la richesse des projets possibles ou souhaités. Un troisième niveau concerne la transmission, par le biais du système scolaire régional, de connaissances problématisées et ciblées et leur diffusion au sein des sociétés locales.

25Le processus de formation décrit est, par nature, décentralisé car il compte sur la qualité de la lecture des données locales et sur la connaissance approfondie des dispositions de la population à l'effort prospectif et à la démarche modernisatrice, si bien qu'il n'est pas à la portée de la technostructure centrale.

CONCLUSION

26L'exposition totale des territoires à l'économie internationale a mis hors jeu la prétention politique de mettre en place un système valable d'aménagement du territoire national sous contrôle de la technocratie centrale.

27La notion de construction sociale des territoires, qui met en avant l'émergence d'acteurs multiples s'articulant entre eux peut se substituer avec succès, au Chili, aux conceptions étatiques/centralisées de « planification régionale », de « planification physique du territoire » ou de « planification décentralisée ». Si, par le changement des rôles, le secteur privé est aujourd'hui le grand investisseur, l'État a son rôle à jouer auprès des multiples acteurs locaux et régionaux : par le biais de l'autorité régionale, il peut inciter et épauler les initiatives, stimuler l'apprentissage et la formation professionnelle, la production d'idées et de connaissances ainsi qu'ouvrir des pistes et des contacts utiles aux acteurs territoriaux, mais à cette condition près qu'il doit transférer effectivement les moyens, les ressources et les décisions aux autorités régionales et que le secteur public ne se positionne pas en détenteur du monopole de la formation décentralisée. Ces nouvelles conditions (une charte pour la formation serait indiquée) semblent définir beaucoup mieux les responsabilités qui sont celles de l'État vis-à-vis des exigences de la nouvelle économie et en vue d'une construction identitaire des territoires. Ce nouveau profil devrait prendre le pas sur l'État faussement aménageur du passé. Dans ces conditions, la société civile peut s'engager plus volontairement dans le mouvement général de modernisation entraînée par la croissance et ne pas se conformer à une participation électorale sans enthousiasme doublée d'une lancée dans la course à la consommation.

Bibliographie

Bibliographie

BOISSIER, Sergio, 1996, « La geografía de la globalización : un único espacio y múltiples territorios », exposé presenté lors du Premier congrès interaméricain du CLAD, portant sur la réforme de l'État et de l'administration publique, Rio de Janeiro, 7-9 novembre.

GAJARDO, Rodolfo, 1981, Problemas de la organización espacial en Chile en el período 1930-1973. Zurich, faculté de Philosophie, université de Zurich.

GUICHAOUA, André, GOUSSAULT, Yves, 1993, Sciences sociales et développement. Paris, Armand Colin.

PECQUEUR, Bernard (sous la direction de), 1996, Dynamiques territoriales et mutations économiques. Paris, L'Harmattan.

SANTANA, Roberto, 1997, « Acteurs et espaces face aux enjeux du développement durable. La région des Lacs », L'Ordinaire latino-américain, n° 168, avril-juin.

SANTIBÁÑEZ, Alejandro, 1997, « Análisis de la élite local y de la estructura local del poder en la comuna de Puerto Montt », dans SANTANA, Roberto, SÁNCHEZ, Juan, Crecimiento económico y construcción de una región en el sur chileno : la Región de Los Lagos. Osomo.

Notes

1 Une recherche collective avec l'appui de la coopération ECOS-CONICYT a été effectuée sur cette région par des membres du CRAL et de l'université de Toulouse-le Mirail, en collaboration avec des chercheurs de l'université de los Lagos, Osorno, entre 1995 et 1997. Des résultats ont été publiés dans les revues Líder, n° 2 et n° 3, 1996, université de Los Lagos, ainsi que dans L'ordinaire latino-américain, n° 168, 1997, université de Toulouse-le Mirail. Un ouvrage collectif a également été publié : Crecimiento económico y construcción de una región en el sur chileno. La región de Los Lagos. Osorno, Presses de l'université de los Lagos, 1997.

2 Sur l'aspect particulier concernant l'entrée de la société chilienne dans l'ère de la consommation de masse, le lecteur lira avec profit DELER, Jean-Yves, « Néolibéralisme et consumérisme : deux dimensions de la modernité chilienne », L'ordinaire latino-américain, n° 164, juillet-août.

3 Il y a aussi les inversiones sectoriales de asignación regional (ISAR), attributions ministérielles au regard desquelles la responsabilité de la région n'est que d'ordre technique et administratif.

4 La constitution historique de la « culture du centralisme » est le sujet d'une étude déjà classique de l'historien chilien Claudio Veliz ; la traduction en espagnol de la version anglaise est parue sous le titre La tradición centralista de América latina, publiée en 1984, à Barcelone, Ariel. Alejandro Foxxley, ancien ministre des Finances sous le gouvernement de Patricio Aylwin, s'est intéressé à la décentralisation et au développement chilien sous le régime démocratique dans Chile y su futuro Un país posible, CIEPLAN, 1987.

5 Pour un panorama de l'évolution récente de la vie politique chilienne, cf. JOUINEN, Sophie, 1998, « Chili : les élections parlementaires du 11 décembre 1997 », Problèmes d'Amérique latine, n° 31, octobre-décembre, p. 87-107.

6 Les programmes de lutte contre la pauvreté sont sous le contrôle du MIDEPLAN, par le biais du FOSIS (fonds pour la solidarité et pour l'intégration sociale).

7 En décembre 1996, grand scandale : les gouvernements de région n'arrivent à utiliser qu'un peu plus de la moitié des moyens financiers attribués par le ministère des Finances pour le développement des région.

8 Les résultats électoraux des élections parlementaires de décembre 1997 n'ont pas été satisfaisants pour la Concertación et l'inquiétude a gagné les rangs des cúpulas politiques.

9 Entendus dans le sens qu'en donne Denis MAILLAT dans son article « Les milieux innovateurs », Revue des Sciences humaines, n° 8, février-mars 1995, numéro Hors série.

10 Cette idée rejoint l'approche « collaborative » où le planner prend le profil d'un médiateur entre les différents parties. À ce propos, cf. SOUBEYRAN, Olivier, 1988, « Théorie sociale et planification », dans BENKO, C.-B. (sous la direction de), Les Nouveaux aspects de la théorie sociale. De la géographie à la sociologie, Centre culturel canadien, p. 171-195.

11 Le processus en cours est examiné dans une étude de cas concernant la province de Valdivia : « Ensayo sobre el « separatismo valdiviano : crisis identitaria y búsqueda de una nueva cohesión. Del interés de las compensaciones simbólicas », Lider, n° 2-3, juin 1996. Osorno, université de Los Lagos, p. 3-23.

Notes de fin

* GRAL, CNRS

Table des illustrations

Légende Photographie n°5 : Place centrale de Concepción (Chili). Capitale de la région du río Biobio. Cliché : Alain Musset.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/755/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 806k

© Éditions de l’IHEAL, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540