Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires de l’État-nation en Amérique latine

 | 
Marie-France Prévôt Schapira
, 
Hélène Rivière d’Arc

Mobilités. Flux et reflux

Migrations indiennes et réseaux transnationaux : la communauté villageoise et le mouvement pan-ethnique oaxaqueño

Françoise Lestage

Texte intégral

  • * Université de Lille I-CLERSE (Centre lillois d'études et de recherches sociologiques et économique (...)

1Note portant sur l’auteur*

2Aujourd'hui, les travaux qui portent sur les migrants aux États-Unis se placent dans la perspective du transnationalisme. Ce courant d'analyse s'attache notamment à étudier les pratiques politiques, économiques et culturelles des migrants, non pas comme s'ils étaient éloignés définitivement et radicalement de leur pays d'origine, mais comme des personnes « dont la vie quotidienne dépend de multiples et constantes interconnexions au travers de frontières internationales et dont l'identité sociale est modelée en fonction de plus d'un État-nation » (Glick Schiller, Bash, Szanton Blanc : 1995, p. 48). De là vient le terme de migrants « transnationaux » ainsi que l'utilisation de métaphores — celles d'un circuit ou d'un réseau — qui permettent de décrire l'ensemble de ces connexions.

3Plusieurs réseaux ou circuits chevauchent les États-nations et enserrent l'individu dans des cercles concentriques d'influences et de relations. D'abord, celui que constituent les membres de la famille élargie (frères, sœurs, cousins, cousines, oncles, tantes). Il s'agit là du réseau de base de tout migrant, quelle que soit son origine géographique et son lieu d'installation. Ensuite, celui que forment les personnes d'un même village qui recoupe souvent celui de la famille ; il est également commun à tous les migrants (Mexicains aux États-Unis mais aussi Africains et Asiatiques en France). Enfin, certaines organisations politiques et sociales forment à leur tour un réseau qui est généralement sollicité pour des mobilisations spécifiques, comme le sont depuis 1998 les réunions et manifestations destinées à obtenir le droit de vote pour les Mexicains vivant à l'étranger (L'Ordinaire latino-américain, 1998). Ces trois formes de regroupements se font par-delà les frontières nationales, mais selon des processus distincts et à divers niveaux.

4Les études sur le transnationalisme ou sur les réseaux migratoires portent généralement sur des populations originaires d'un même État-nation (Mexicains, Dominicains, Salvadoriens, etc.). Elles n'entrent pas dans le détail des particularités régionales ou ethniques et englobent donc les migrants indiens — du Mexique ou d'autres pays latino-américains — dont la situation est considérée comme une variante du cas général. Du reste, les projets tout comme les processus migratoires des Indiens sont pour la plupart similaires à ceux de leurs compatriotes migrants. Néanmoins, les migrations d'Indiens vers les États-Unis présentent à mon sens une particularité car « les relations sociales simultanées et à plusieurs branches » (Glick Schiller et al. : 1995, p. 48) qu'établissent et que maintiennent ces migrants relient trois sociétés — ou cultures — et non pas deux : la société d'origine (mexicaine, guatémaltèque, etc.), celle d'accueil (états-unienne ou canadienne) et une troisième que j'appellerai « indienne ». Cette dernière renvoie d'une part à la communauté villageoise d'origine, perçue comme une matrice identitaire, source des traditions locales et, d'autre part, à un groupe plus vaste et imprécis souvent défini par la langue (Mixtèques, Zapotèques) et par l'histoire (les Mixtèques et les Zapotèques apparaissent en tant que « groupe ethnique » avec la colonisation espagnole).

5Ce jeu entre trois cultures a des conséquences sur les représentations et les pratiques des migrants indiens originaires du Mexique — en particulier de l'état de Oaxaca — notamment sur la perception de l'espace migratoire et son exploitation ainsi que sur l'insertion dans le pays d'accueil. Il influe également sur les caractéristiques de certains types de réseaux de migrants indiens qui se distinguent de ceux de leurs compatriotes non-indiens ; c'est le cas de ceux des communautés villageoises d'une part et des organisations sociales et politiques d'autre part.

LE RÉSEAU COMMUNAUTAIRE VILLAGEOIS INDIEN1

  • 1 Mes données de terrain concernent les communautés villageoises mixtèques, mais d'autres communauté (...)

6D'un côté, le réseau villageois indien partage nombre de points communs avec les autres réseaux villageois de migrants puisqu'il aide ses membres à migrer, à s'établir dans un lieu d'accueil et à y vivre. Et si mes exemples de terrain se rapportent tous à des Indiens oaxaqueños, mixtèques pour la plupart, ils pourraient tout autant s'appliquer à d'autres Mexicains émigrés.

7En effet, tous les villageois, quel que soit leur lieu de résidence, s'allient pour faciliter la migration des leurs et même pour l'encourager. Les nouveaux migrants sont fréquemment pris en charge aussi bien dans le choix du lieu d'arrivée — et donc de l'emploi et du logement — que dans celui de la route à prendre — et par conséquent des moyens de transport à utiliser et du passeur à contacter. Selon l'ancienneté et la pratique de la migration villageoise vers les États-Unis, ces différentes variables sont plus ou moins prédéterminées ; certains villages ont leurs propres passeurs et leurs véhicules ; d'autres mettent à contribution leurs membres établis près de la frontière qui servent de relais entre la communauté d'origine et celle d'arrivée en offrant le gîte et le couvert aux migrants de passage, en les aidant à atteindre le pays voisin et à faire face à leurs détresses éventuelles (reconduite à la frontière par la police états-unienne, vol ou perte de documents et d'argent, etc.).

  • 2 Voir HENNING, PAULSDORFF, 1985, Cultura indígena y su adaptación al medio urbano. La organización (...)

8Efficace et sûr, ce réseau permet de franchir les obstacles rencontrés par les migrants illégaux dans des conditions relativement bonnes et ce, bien au-delà des limites territoriales du village et de l'État-nation. Il fournit aussi une aide et un refuge dans le lieu d'accueil : les migrants d'un même village ont tendance à se regrouper dans les quartiers de résidence en bâtissant leurs maisons dans les mêmes rues, mais aussi à se retrouver dans les mêmes lieux de travail (usines, entreprises d'agriculture industrielle). Cette proximité favorise le maintien de liens et de traditions locales chez les émigrés : appelées « communautés-sœurs » ou « communautés-jumelles » dans certains travaux2, les petites colonies que les migrants indiens oaxaqueños ont essaimé dans les grandes villes mexicaines, sur la frontière nord et aux États-Unis, reproduisent certains aspects de la communauté d'origine telles les relations d'entraide (le tequio), celles de parenté rituelle ou les fêtes du saint protecteur du village. De plus, ces différentes colonies sont rattachées entre elles par des liens économiques, sociaux, affectifs ou rituels qui sont simultanés. Par conséquent, chaque événement peut se dérouler en partie dans un lieu, en partie dans un autre, comme ce fut le cas pour un mariage qui eut lieu à Tijuana en 1994 : pour se plier à la coutume qui commande à la famille du fiancé de donner à celle de la fiancée des biens en espèces ou en nature, le jeune homme et sa parentèle offrirent du bétail, mais celui-ci fut échangé dans la région d'origine alors que ni les conjoints ni leurs parents n'y résidaient.

9L'ensemble de ces lieux forment un « territoire migratoire », qui est fonction de l'histoire de chaque village : les habitants de San Juan Yolotepec (Huajuapán, Oax.) émigrent majoritairement dans l'état voisin de Puebla (très proche) et dans le District Fédéral. Une centaine se trouvent aux États-Unis, soit à Chicago, soit dans une ville de Californie où ils travaillent tous dans la même entreprise. En revanche, les personnes originaires de San Juan Mixtepec (Juxtlahuaca, OAX.) sont réparties dans plus d'une trentaine d'États aux États-Unis (Besserer : 1997).

  • 3 Données de terrain. Voir aussi Besserer (1997).
  • 4 En théorie, la Constitution de leur État leur reconnaît, depuis 1988, le droit à ce système de gou (...)
  • 5 Ce type de sous-gouvernement communautaire n'apparaît que dans les cas où un grand nombre de perso (...)
  • 6 Les migrants du village de San Miguel Tlacotepec établis à Vista (Californie) ont invité en 1996 l (...)

10Il est du reste difficile de situer les membres de la communauté dans un lieu ou dans un autre parce que beaucoup d'entre eux sont établis dans plusieurs endroits où ils sont propriétaires ou locataires de leur résidence et où ils maintiennent des liens sociaux de compérage et d'alliance. Parmi ces lieux de travail et/ou de résidence, il y a toujours la communauté d'origine — où la famille conserve une maison et où elle participe au moins financièrement aux fêtes locales et à l'aménagement du village. Les autres résidences sont situées sur la frontière nord du Mexique, dans le District Fédéral et aux États-Unis3. Les migrants vont de l'une à l'autre en fonction des travaux saisonniers, des fêtes rituelles, des événements familiaux (mariage, décès) et de leur participation à la gestion du village. _Les communautés indiennes s'efforcent en effet de conserver le fonctionnement de leur organisation politico-religieuse en exerçant un contrôle sur leurs membres à la fois dans le village d'origine et dans tous les lieux d'installation des migrants, y compris hors du pays. C'est sur ce point qu'elles se distinguent des villages non indiens. Comme dans d'autres régions d'Amérique latine, les communautés villageoises de l'État de Oaxaca sont organisées de façon autonome d'un point de vue politique et administratif. Elle ont leur propre système de gouvernement local dont les membres sont élus pour une période déterminée qui varie selon le statut de la communauté (municipio, agenda, etc.)4. Dans les villages ayant une grande proportion de membres migrants, ce gouvernement local est en partie transnational, c'est-à-dire que les décisions concernant le village d'origine se prennent en commun entre les autorités du village et les migrants (Smith, 1995), ou entre les autorités du village et le gouvernement de substitution sur le lieu de migration quand il y en a un : celui-ci joue le même rôle que les autorités municipales dans le village — ses membres sont d'ailleurs désignés par elles — mais il se charge sur place de la gestion des problèmes des émigrés5. Dans certains cas, les autorités locales rendent visite à leurs administrés qui résident au loin, soit à la suite d'une invitation des migrants6, soit dans un cadre plus large comme la visite, en 1996, du président municipal d'un village mixtèque de l'État de Puebla par le biais du Programme pour les communautés mexicaines à l'étranger mis en place par le secrétariat aux Affaires Étrangères du gouvernement mexicain (Smith : 1988, p. 161-162). À cette transnationalisation de l'organisation administrative s'ajoute celle de l'organisation religieuse des communautés villageoises indigènes qui exigent de leurs membres, migrants ou non, de prendre à leur charge les fêtes rituelles annuelles ou l'entretien des chapelles des saints locaux.

11La participation religieuse est plutôt bien acceptée par les migrants : ils ont des revenus supérieurs à leurs compatriotes restés au pays et ils peuvent prendre des congés sans solde de quelques mois afin de préparer la fête dont Ils sont responsables sans que cela perturbe leur vie d'émigré. En revanche, la participation politique remet en question leur insertion dans le lieu de migration. Elle exige en effet non pas une contribution financière, mais un séjour de un à trois ans dans le village afin de se consacrer entièrement à des tâches de gestion. Cette longue période d'éloignement a des conséquences économiques et sociales plus lourdes comme la perte d'un emploi, l'impossibilité de payer les traites contractées pour la voiture ou la maison ou encore l'abandon de l'école pour les enfants.

12C'est pourtant, on l'a dit, cette participation politique qui distingue les migrants indiens des autres migrants. En effet, même si les Mexicains aux États-Unis conservent des liens étroits avec leurs villages d'origine et financent routes, écoles et églises, ils ne sont pas « appelés à servir la communauté », c'est-à-dire à accepter un poste de gestionnaire, comme les Indiens. Cette « charge », traditionnellement considérée comme un moyen de gagner du prestige dans la communauté, embarrasse aujourd'hui les migrants établis dans le nord du Mexique ou aux États-Unis plus qu'elle ne les flatte. Mais ces derniers se trouvent dans une situation paradoxale : d'une part, ils souhaitent conserver leur statut de membre de la communauté et ils contribuent, souvent de bonne grâce, à sa survie économique, sociale et religieuse ; d'autre part, leur insertion dans une autre société rend difficiles les longs séjours dans le village d'origine que requiert la vie politique locale. Et pourtant, le sentiment d'appartenance à la communauté villageoise dépend en partie du maintien des fonctions politiques et administratives. Malgré ces discordances, la plupart des communautés indiennes se sont adaptées au phénomène migratoire, d'abord économiquement, mais aussi socialement et politiquement car beaucoup maintiennent migrants et non-migrants sur un pied d'égalité face aux responsabilités, aux décisions et aux participations communautaires. Au fur et à mesure de la migration, l'espace social, politique et religieux de la communauté villageoise se prolonge donc dans les différents lieux d'établissement de ses membres, au-delà des frontières étatales ou nationales, formant une « communauté transnationale » dont la constitution est facilitée par les nouveaux moyens de communication ou de transport.

LE RÉSEAU PAN-ETHNIQUE RÉGIONAL

13Le réseau pan-ethnique régional est formalisé dans une organisation politique basée aux États-Unis, en Californie, le Frente Indígena Oaxaqueño Binacional (FIOB). Celle-ci est en train de construire et d'utiliser un nouvel espace géopolitique fondé sur un mode de vie identique — la migration nationale et internationale comme ressource principale —, sur des formes similaires d'organisation locale — la communauté indigène plus ou moins autonome permise par la constitution de l'état de Oaxaca et le système d'entraide en vigueur dans les communautés indiennes — et sur une même stigmatisation de l'« indianité » dans le pays d'origine. Le FIOB est formé par des institutions (une quarantaine de communautés villageoises explicitement engagées dans le mouvement), des individus, généralement des migrants, et plusieurs organisations sociales et politiques, tous et toutes composés d'Indiens de l'État de Oaxaca (Mixtèques, Zapotèques et Triquis). Ce réseau peut être qualifié de « pan-ethnique » dans la mesure où la plupart des revendications et des actions qu'il mène concernent explicitement une population reconnue comme « indigène » et appartenant à différents groupes linguistiques et culturels.

14Le FIOB se propose de développer et de défendre d'une part les communautés villageoises et leurs membres au Mexique et d'autre part les colonies de migrants originaires de ces communautés aussi bien dans le nord du Mexique, en Basse Californie, qu'aux États-Unis, principalement en Californie. Il est éventuellement prêt à se battre pour l'ensemble des migrants mexicains aux États-Unis quand il s'agit de lutter contre une mesure mettant en cause leur situation dans ce pays : en 1998, par exemple, il s'est mobilisé avec d'autres associations pour empêcher le vote de la proposition 227, loi qui visait à supprimer l'éducation bilingue en Californie.

15Le FIOB agit soit ponctuellement à la suite d'événements particuliers, soit par le biais de projets à moyen terme. Les actions ponctuelles du FIOB sont engagées au même moment dans tous les lieux dont il se réclame, à savoir dans l'état de Oaxaca, en Californie et en Basse-Californie. En avril 1998, le FIOB a lancé une action à la suite de deux assassinats et d'emprisonnements importants de manifestants indiens dans la ville de Oaxaca. Ces derniers avaient été arrêtés lors d'une marche pacifique pour l'autonomie des communautés indiennes le 18 avril. L'action du FIOB a été la suivante :

  • Le 19 avril : envoi d'une lettre par courrier électronique au gouverneur de l'État de Oaxaca avec copie au président de la République.
  • Le 22 avril : conférence de presse devant le consulat du Mexique à Fresno (Californie du nord) et copie remise au consul de la lettre envoyée au gouverneur de Oaxaca. Conférences de presse également à Los Angeles, San Diego et Tijuana. Le même jour, marche dans la ville de Oaxaca et arrêt devant la résidence officielle du gouverneur afin d'obtenir la libération des 34 prisonniers.

16On le voit, cette organisation se mobilise simultanément dans les deux pays et dans plusieurs lieux qui recréent une sorte de « territoire migratoire » symbolique, parfois appelé Oaxacalifornia (Rivera : 1997) : Fresno pour représenter les migrants de la vallée de San Joaquín ; Los Angeles, « capitale » de la Californie du sud ; San Diego et Tijuana, villes frontalières ; Oaxaca, capitale de l'État d'où sont originaires les migrants.

17Outre ce type d'actions ponctuelles, le FIOB est à l'origine de différents projets d'aide aux migrants indiens oaxaqueños, telle la création d'une auberge pour les illégaux à Tijuana ou la mise en place, dans l'état de Oaxaca, d'une préparation à la migration qui se propose d'informer les futurs exilés quant à leurs droits. Ces projets naissent pour la plupart dans la région frontalière californienne alors qu'ils s'appliquent ou sont destinés à être appliqués dans la région d'origine ou dans les lieux de migration, selon leur nature.

  • 7 Cette action est avant tout concentrée sur l'obtention du vote à l'étranger pour les élections pré (...)
  • 8 Sur ce thème, voir le dossier coordonné par FARET, L., 1998, L'Ordinaire latino-américain, n° 173- (...)
  • 9 En tant qu'organisation mexicaine, le FIOB est lui aussi partie prenante dans cette mobilisation.

18Et même si actuellement les organisations sociales et politiques des migrants mexicains aux États-Unis s'investissent de plus en plus dans une action politique binationale7, cette mobilisation reste le fait de quelques organisations de migrants8, moins expertes dans la « binationalisation » de la politique que le FIOB qui a déjà derrière lui quatre années de lutte dans ce domaine9.

CES NOUVELLES FORMES DE REGROUPEMENT AU-DELÀ DE L'ÉTAT-NATION CORRESPONDENT-ELLES À DE NOUVELLES TERRITORIALITÉS ?

  • 10 Pour les Mixtèques, cette définition correspond du reste à ce qu'exprime leur langue qui désigne p (...)

19D'abord, il faut bien distinguer le réseau communautaire villageois du réseau pan-ethnique oaxaqueño car, d'une part, tous deux se sont construits différemment au-delà de l'État-nation et, d'autre part, leurs fonctions sont distinctes et complémentaires. Le premier cherche à faciliter la migration des villageois tout en permettant la reproduction économique, sociale, religieuse et politique de la communauté. Il représente une sorte de circuit fermé ou très peu perméable et son transnationalisme est le résultat de pratiques migratoires. En effet, les réseaux villageois sont issus de communautés indiennes qui prennent appui sur une base territoriale déterminée au moment de la création des congregaciones par la Couronne Espagnole à la fin du xvie siècle. Celle-ci a ensuite été modifiée localement par les événements survenus depuis cette époque, notamment par les guerres et par des conflits fréquents sur les limites communautaires (Dehouve : 1998). À partir de ce territoire géographiquement délimité, ou en cours de délimitation localement, on a vu que l'organisation de chaque communauté se fait au-delà des limites régionales et nationales, par un effet de « transnationalisation par le bas », c'est-à-dire qu'elle est provoquée par le déplacement des migrants entre leurs pays d'origine et d'accueil (Smith, Cuarnizo : 1998). J'ai souligné que les communautés qui se créent dans les lieux de migration restent hiérarchiquement subordonnées à la communauté d'origine pour les problèmes ayant trait à l'ensemble des membres mais qu'elles gèrent comme elles l'entendent les questions relatives aux seuls migrants. Cette nouvelle structure de « communauté multicentrique » — selon la formule de Besserer — remet partiellement en cause l'ancienne, à savoir les relations entre ranchos, agencias et cabecera municipal d'un même municipio (Besserer : 1997). Les rapports hiérarchiques établis au sein du municipio d'origine peuvent être bouleversés par le prestige et par le pouvoir économique des communautés émigrées qui en instaurent d'autres. Néanmoins, l'éparpillement des membres hors du territoire national ne suscite pas en soi de changements par rapport à l'institution puisqu'il consiste à reproduire le même modèle à une autre échelle, dans un territoire constitué par l'ensemble des lieux où se trouvent ses membres10. Ce modèle est celui de l'institution communautaire qui obéit aux mêmes règles internes, a une vision essentialiste d'elle-même et agit comme un groupe soudé, distinct à la fois de l'État-nation, de l'État régional et des communautés villageoises voisines.

  • 11 Même si la migration et l'immersion dans la société pluriculturelle semblent avoir facilité ce rap (...)

20Parallèlement, la seconde forme de regroupement qui se fait également au-delà de l'État-nation, celle du réseau ethnique régional transnational, se propose de faciliter la migration et l'insertion des migrants aux États-Unis et sur la frontière nord, mais aussi d'utiliser cette migration comme un instrument de lutte supplémentaire pour obtenir une amélioration des conditions de vie des Indiens dans leur propre pays. Son transnationalisme est par conséquent à l'origine de revendications et de mobilisations spécifiques. Ce mouvement s'inscrit dans le mouvement indien mexicain qui est en train d'émerger et qui met en avant « l'acteur indigène ou ethnique » (Recondo : 1996). Mais il s'efforce aussi de ne pas rompre avec les structures perçues comme traditionnelles, c'est-à-dire les communautés villageoises, en négociant des accords avec une grande partie d'entre elles11.

  • 12 Le FIOB est l'organisation-phare du groupe de travail sur les migrants du Consejo Nacional Indígen (...)

21Les réseaux communautaires et ethniques sont en effet interdépendants les uns des autres puisque ce sont les mêmes personnes et les mêmes communautés qui les composent. Chaque communauté peut être membre du FIOB ; chaque migrant est membre d'une communauté villageoise et, comme tel, il est intégré dans un réseau communautaire villageois ; chaque migrant peut aussi être membre de l'organisation soit en son propre nom, soit en tant que partie intégrante d'une communauté qui a adhéré au FIOB. Comme les autres organisations indiennes mexicaines, le FIOB revendique une identité ethnique mais il y ajoute une identité régionale (oaxaqueña)appartenance que l'on retrouve chez les migrants habitués à se regrouper en fonction de leur origine régionale (Vila : 1996) — ainsi qu'une identité de migrant12.

  • 13 Consejo Indígena y Popular de Oaxaca, Ricardo Flores Magón

22Plus que de nouvelles territorialités, le réseau ethnique régional élabore de nouvelles alliances au sein de la population indienne oaxaqueña qui s'élargissent à des alliances nationales et même Internationales : au niveau de l'État de Oaxaca, le FIOB fait partie du Consejo Indigena y Popular de Oaxaca13 formé par les six organisations indigènes les plus importantes ; au niveau du Mexique, le FIOB appartient au Congreso Nacional Indigena ; au niveau international, le FIOB a des contacts avec des organisations guatémaltèques et états-uniennes (de native americans). Ces alliances se basent non pas sur un territoire possédé ou revendiqué en commun mais sur une histoire et des revendications communes (de la conquête à la migration aux États-Unis en passant par la colonisation). Et, si on ne peut pas parler réellement de nouvelles territorialités au sens d'occupation d'un nouvel espace, on peut par contre évoquer de nouvelles stratégies territoriales puisque le réseau pan-ethnique régional met à profit l'espace binational à des fins politiques en se servant des États-Unis comme base de repli (parce que les dirigeants y sont plus en sécurité) et comme centre logistique de ses actions, dont la plus grande partie est destinée à améliorer le sort des communautés indigènes et de leurs membres au Mexique (parce que les moyens financiers et matériels y sont plus faciles à obtenir et l'opinion publique plus favorable).

Bibliographie

Bibliographie

BASH, Linda, GLICK SCHILLER, Nina, SZANTON BLANC, Cristina, 1994, Nations Unbound : Transnational Projects, Postcolonial Predicaments, and Deterritorialized Nations States. Amsterdam, Gordon and Breach.

BESSERER, Federico, 1997, « La transnacionalización de los Oaxacalifornianos : la comunidad transnaclonal y multicéntrica de San Juan Mixtepec », communication au colloque « Fronteras Fragmentadas ». Zamora, El Colegio de Michoacán.

DURAND, Jorge, 1988, « Circuitos migratorios », dans CALVO, T., LÓPEZ, G. (sous la direction de), Movimientos de población en el occidente de México. Mexico, CEMCA, p. 25-49.

FARET, Laurent, 1999, « Les territoires de la mobilité : logiques socio-spatiales des groupes migrants entre Mexique et États-Unis », dans PRÉVÔT SCHAPIRA, M.-F., RIVIÈRE D'ARC, H. (sous la direction de), Nouvelles territorialités en Amérique latine et au Mexique. Paris, IHEAL.

GLICK SCHILLER, Nina, BASCH, Linda, SZANTON BLANC, Cristina, 1995, « From Immigrant to Transmigrant : Theorizing Transnational Migration », Anthropological Quaterly, n° 68 (1), p. 48-63.

GOLDRING, 1997, « El estado mexicano y las organizaciones transmigrantes : ¿recon-figurando la nación, ciudadanía y relaciones entre estado y sociedad civil ? », communication au colloque « Fronteras Fragmentadas ». Zamora, El Colegio de Michoacán.

KEARNEY, Michael, 1991, « Borders and boundaries of state and self at the end of empire », Journal of Historical Sociology, n° 5 (1), p. 52-74.

KEARNEY, Michael, 1995, « The local and the global : the anthropology of globalization and transnationalism », Annual Review of Anthropology, n° 24, p. 547-565.

KEARNEY Michael, 1995, Reconceptualizing the Peasantry. Anthropology in Global Perspective, Westview Press.

LESTAGE, Françoise, (à paraître), « Les communautés indigènes, l'espace binational et l'espace frontalier : le cas des Mixtèques de Tijuana », dans DAUZIER, M. (sous la direction de), La traversée des miroirs : Mexique-États Unis dans les années 1990. Mexico, CEMCA, coll. « Miscelanea ».

L'ORDINAIRE LATINO-AMERICAIN, 1998, n° 173-174, juillet-décembre. Toulouse, IPEALT, université de Toulouse-le-Mirail.

NAGENGAST, Carole, KEARNEY, Michael, 1990, « Mixtec Ethnicity : Social Identity, Political Consciousness, and Political Activism », Latin American Research Review, n° 25(2), p. 61-91.

RECONDO David, 1996, « Mouvements indiens et transition politique au Mexique », TRACE, n° 30, p. 67-79.

RIVERA SALGADO, Gaspar, 1997, « Participación política de indígenas migrantes en México y los Estados Unidos », communication aux deuxièmes Rencontres Internationales « Del pasado al futuro : nuevas dimensiones de la integración EEUU-México ». Los Angeles.

ROUSE, Roger, 1991, « Mexican Migration and the Social Space of Postmodernism », Diaspora, n° 1 (1), p. 8-23.

RUS, jan, GUZMÁN LÓPEZ, Salvador, 1996, Chamulas en California. San Cristóbal de las Casas, INAREMAC.

SMITH, Michael Peter, GUARNIZO, Luis E., 1998, Transnationalism from Below. New Brunswick. Transaction Publishers.

SMITH, Robert C., 1995, Los Ausentes Siempre Presentes : The Imagining, Making and Politics of a Transnational Community between New York and Ticuani, Puebla. Ph. D Dissertation, Department of Political Science, Columbia University.

VILA, Pablo, 1996, « Catolicismo y mexicanidad : una narrativa desde la frontera norte », Frontera Norte, n° 8, (15), p. 57-89.

Notes

1 Mes données de terrain concernent les communautés villageoises mixtèques, mais d'autres communautés villageoises indigènes mexicaines sont dans la même situation, c'est-à-dire qu'elles partagent à la fois un même espace social et des espaces géographiques multiples situés dans au moins deux pays distincts comme par exemple les Purépechas (originaires du Michoacán, émigrés en Caroline du Sud, en Illinois, en Californie), les Chamulas (originaires du Chiapas, émigrés en Californie) ou les Zapotèques (originaires de Oaxaca, émigrés majoritairement en Californie).

2 Voir HENNING, PAULSDORFF, 1985, Cultura indígena y su adaptación al medio urbano. La organización social de los mixtecos residentes en la colonia Obrera. Berlin, Fondation Carl Duisberg ; KEARNEY, M., 1986, « From the Invisible Hand to the Visible Feet : Anthropological Studies of Migration and Development », Annual Review of Anthropology, n° 15, p. 331-361 ; NACENCAST, KEARNEY, 1990, « Mixtec Ethnicity : Social Identity, Political Consciousness, and Political Activism », Latin American Research Review, XXV, n° 2, p. 61-91.

3 Données de terrain. Voir aussi Besserer (1997).

4 En théorie, la Constitution de leur État leur reconnaît, depuis 1988, le droit à ce système de gouvernement autonome ; en réalité, c'est actuellement la cause d'un bras de fer entre le gouvernement officiel de l'État et les organisations indigènes (cf. plus loin les derniers évènements d'avril 1998).

5 Ce type de sous-gouvernement communautaire n'apparaît que dans les cas où un grand nombre de personnes de la communauté a émigré dans un même lieu : par exemple, les habitants de San Juan Yolotepec émigrés à Vista sont une trentaine de familles et ils ont un président qui sert d'intermédiaire entre eux et les autorités villageoises.

6 Les migrants du village de San Miguel Tlacotepec établis à Vista (Californie) ont invité en 1996 leur président muncipal (communication personnelle avec Juan Lita, Mixtèque émigré à Vista).

7 Cette action est avant tout concentrée sur l'obtention du vote à l'étranger pour les élections présidentielles de l'an 2000 (Manifeste de Zacatecas en novembre 1998 ; réunion du « PRD de Californie » en mai 1999).

8 Sur ce thème, voir le dossier coordonné par FARET, L., 1998, L'Ordinaire latino-américain, n° 173-174, juillet-décembre. Toulouse, IPEALT, université de Toulouse-le-Mirail.

9 En tant qu'organisation mexicaine, le FIOB est lui aussi partie prenante dans cette mobilisation.

10 Pour les Mixtèques, cette définition correspond du reste à ce qu'exprime leur langue qui désigne par un seul vocable la communauté en tant que lieu et la communauté comme ensemble de ses membres.

11 Même si la migration et l'immersion dans la société pluriculturelle semblent avoir facilité ce rapprochement en homogénéisant des populations indiennes très diverses et toujours prêtes à se fragmenter, ce n'est pas la seule raison. Depuis 1994, une tendance au regroupement entre organisations indigènes se vérifie au Mexique, en-dehors de l'influence des migrants (Recondo : 1996).

12 Le FIOB est l'organisation-phare du groupe de travail sur les migrants du Consejo Nacional Indígena. Y participent aussi notamment la Tribu O'odham, le Foro Anáhuac, le Foro Indígena Centro Pacífico, etc.

13 Consejo Indígena y Popular de Oaxaca, Ricardo Flores Magón

Notes de fin

* Université de Lille I-CLERSE (Centre lillois d'études et de recherches sociologiques et économiques)

© Éditions de l’IHEAL, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540