Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires de l’État-nation en Amérique latine

 | 
Marie-France Prévôt Schapira
, 
Hélène Rivière d’Arc

Mobilités. Flux et reflux

Les territoires de la mobilité : logiques socio-spatiales des groupes migrants entre Mexique et États-Unis

Laurent Faret

Texte intégral

  • * Université Paris VII-SEDET (Sociétés en développement dans l'espace et le temps)

1Note portant sur l’auteur*

INTRODUCTION

2Il est frappant de noter combien, jusqu'à une époque récente, les faits de migration avaient peu suscité l'intérêt des approches en termes de logiques spatiales. Alors qu'une définition minimale de la migration est celle d'un déplacement dans l'espace, un changement de lieu, le processus migratoire avait bien davantage intéressé les démographes, les sociologues ou les historiens que les géographes. C'est en fait plus généralement la mobilité (dont nous considérons que la migration internationale fait incontestablement partie) qui était restée trop extérieure au champ de la discipline géographique. Mise à part l'importance croissante des logiques de la mobilité — qui rendrait de toute façon de plus en plus difficile l'éviction du thème — il faut sans doute y voir une certaine difficulté à prendre en compte des logiques qu'on pourrait qualifier d'« interférentes » dans la construction des objets spatiaux à laquelle les géographes ont eu l'habitude de procéder. La mobilité a en effet cette particularité de complexifier hautement des ensembles spatiaux où c'est plus fréquemment la sédentarité des groupes humains (ou des déplacements limités) qui ont prévalu à leur organisation et, du même coup, à leur repérage par l'analyse en termes d'espace.

3Le fait que, dans une table ronde de deux jours consacrée aux questions de territorialité, une demie journée soit consacrée à la thématique « mobilités, flux et réseaux » nous paraît tout à fait significatif des changements de perspective en cours. Les formes d'organisation sociale issues du mouvement des groupes — et des flux de différentes natures qui les accompagnent — ne sont pas qu'une mise en relation des individus par delà les contraintes spatiales. C'est aussi à une mise en relation signifiante des lieux que l'on assiste, à un jeu continu entre des logiques sociales et des pratiques spatiales spécifiques qui conduit à des formes de territorialisation nouvelles qui méritent l'attention. Pour contribuer à la réflexion collective menée ici, nous développons l'idée de la production d'un territoire migratoire original par les groupes migrants mexicains se déplaçant vers les États-Unis. L'observation portera successivement sur les logiques générales d'évolution du système migratoire entre les deux pays et sur l'analyse plus particulière d'un exemple de champ migratoire développé à partir d'un municipe du Centre-Ouest mexicain (État de Cuanajuato).

ELÉMENTS RÉCENTS DE LA DYNAMIQUE DU SYSTEME MIGRATOIRE INTERNATIONAL

4Pour mettre en contexte les observations sur les logiques socio-spatiales issues des flux migratoires entre les deux pays, nous évoquerons rapidement Ici trois éléments qui contribuent à la dynamique récente des systèmes migratoires :

  1. l'installation durable d'une part importante des migrants mexicains aux États-Unis a donné lieu à la constitution de souches migratoires appelées à jouer un rôle spécifique dans la reformulation des pratiques de mobilité ;
  2. c'est notamment à une plus grande activité de flux divers (de personnes mais aussi de biens et d'information) que cette présence permanente à l'étranger a conduit ;
  3. enfin, les logiques traditionnelles de réseaux sociaux qui organisent l'acte migratoire ont trouvé récemment de nouvelles formes d'expression, concomitantes avec des modes d'organisation plus structurés des réalisations qu'ils ont permis.

La constitution de souches migratoires aux États-Unis

  • 1 Si l'on rapporte ces chiffres à la population totale du Mexique, la part des personnes résidant au (...)

5Le processus d'installation durable d'une part conséquente des migrants mexicains aux États-Unis est une des transformations majeures des logiques migratoires dans les années 1980 et 1990. Même si le modèle de la migration saisonnière est loin d'être remis en cause, l'installation à l'étranger est devenue une « seconde voie » qu'un certain nombre d'éléments ont rendu possible. L'évolution du nombre de personnes nées au Mexique recensées aux États-Unis donne une idée de cette dynamique : de 760 000 en 1970, le nombre passe à 2,2 millions en 1980, à 4,3 millions en 1990 et dépassait les 7 millions en mars 19971. Deux facteurs ont contribué à cette tendance. Tout d'abord la transition dans le type d'activités exercées par les migrants mexicains : alors que le secteur agricole employait une majorité de personnes jusqu'au début des années 1980, l'emploi dans l'industrie et les services est devenu majoritaire depuis (en 1994, selon l'enquête à la frontière du COLEF, 62 % des personnes résidant aux États-Unis sont employées dans ces deux secteurs, contre 17 % seulement dans l'agriculture). Ce changement correspondait à un allongement des périodes de travail aux États-Unis, puisque l'activité n'était plus soumise à un calendrier fixe (tel que celui des cycles agricoles) mais pouvait devenir permanent sur toute l'année (à l'exception notable du secteur du bâtiment et des travaux publics). Le second facteur est celui de la régularisation des situations migratoires à la suite de la « Loi de Réforme et Contrôle de l'immigration » (IRCA) de 1986 aux États-Unis. Cette mesure a permis à 1,7 millions de personnes habitant aux États-Unis depuis au moins cinq ans d'obtenir le titre de résident temporaire (auquel on peut ajouter 1,3 millions de travailleurs agricoles dont la situation était régularisée par un autre volet du programme) (Neuman, Tienda : 1994). Au-delà de la régularisation directe de ces personnes, la loi a permis de mettre en route un long processus d'installation des familles grâce à l'obtention, par contrecoup, de documents migratoires pour les familles dont un membre était concerné par la mesure.

6Résultat de la combinaison de ces facteurs aux temporalités diverses, l'installation aux États-Unis a conduit à la constitution de « souches migratoires » dans le pays récepteur. Avec le double jeu de canalisation spatiale qui caractérise les flux depuis le Mexique (issue des réseaux sociaux de la migration) et la polarisation des migrants vers le marché du travail des villes états-uniennes, ces souches se constituaient principalement sous forme de quartiers urbains, souvent en articulation avec un « substrat hispanique » formé par l'ensemble de la population latina des villes en question (carte n° 9). Si l'allure générale de ces enclaves mexicaines se répétait de façon apparemment identique dans bon nombre de villes, notamment du Sud-Ouest des États-Unis, la composition de ces communautés mexicaines variait selon la localité de provenance des personnes en question. Une observation plus fine montre que chaque quartier mexicain forme une mosaïque de personnes originaires de certains lieux avec lesquelles les communautés d'origine entretiennent des liens spécifiques.

Carte n° 11 : Immigrants mexicains et population d'origine mexicaine aux États-Unis en 1990

Carte n° 11 : Immigrants mexicains et population d'origine mexicaine aux États-Unis en 1990

Une plus grande variété de flux entre les pôles de l'espace migratoire

  • 2 Mes remerciements vont à J. Bustamente et Santibañez pour avoir mis à ma disposition les enquêtes (...)

7Dans le contexte particulièrement dynamique du système migratoire entre Mexique et États-Unis, l'installation durable et le regroupement familial n'ont pas conduit à une rupture des flux entre les deux pays. Au contraire, la présence permanente de Mexicains à l'étranger semble avoir fonctionné comme un élargissement des formes de mobilité et la base de l'apparition de nouveaux flux entre les communautés d'origine et les « communautés-sœurs » à l'étranger. On a dit déjà que la forme traditionnelle de la migration saisonnière de travail était loin d'avoir disparu ou d'être en phase de remplacement par l'émigration durable. Avec la constitution des souches migratoires, les pôles constitués par chaque communauté à l'étranger permettent au contraire dans certains cas de renforcer la mobilité (par exemple avec le système des prêts temporaires d'emploi) ou de redéployer les trajectoires individuelles vers des lieux nouvellement explorés par les immigrants installés aux États-Unis (carte n° 10)2. En dehors des flux directement liés à la recherche d'activité, la gamme des déplacements entre les pôles de l'espace migratoire s'est élargie : le maintien des liens avec le lieu d'origine et l'amélioration notable des modes de communication entre les deux pays ont joué dans ce sens.

Carte n° 12 : Orientation des flux de migration internationale à partir de quatre États du Mexique, 1993

Carte n° 12 : Orientation des flux de migration internationale à partir de quatre États du Mexique, 1993
  • 3 Récemment, le retour saisonnier est pour certaines familles l'occasion d'une activité de tourisme (...)

8Pour ce qui est des personnes, l'« acte migratoire » dans son sens strict (le départ d'un lieu et l'installation dans un autre) est loin d'épuiser les différentes catégories du mouvement. Dans la nouvelle situation décrite ci-dessus, d'autres déplacements l'accompagnent, le prolongent, voire le précèdent. Retours temporaires et définitifs, visite à des parents installés aux États-Unis, séjours de vacances au village, activité commerciale entre les deux pays, pensionnés ayant deux lieux de résidence, tourisme familial dans le pays d'origine3... les raisons du mouvement sont multiples. L'image la plus adéquate du résultat que cette circulation produit, s'il en fallait une, serait sans aucun doute celle de l'activité incessante de fourmis se déplaçant sans répit vers et depuis leur fourmilière.

9En marge des flux de personnes, il faudrait insister sur l'ensemble des autres flux matériels et immatériels qui s'observent continuellement entre les lieux d'origine des courants migratoires et les points d'installation à l'étranger. Élément central du système migratoire et à ce titre l'objet d'une attention toute particulière par le passé, le flux d'argent à destination du Mexique a été bien décrit (Durand : 1988 ; Durand, Parrado, Massey : 1996 ; Lozano : 1993). Véritable perfusion pour les municipes d'où sont originaires les migrants, ce flux prend des formes multiples et soutient une activité continue à la fois d'acheminement et de mise à disposition pour les destinataires au village (activité de transport des sommes en question et de change du dollar dans les lieux de réception, par exemple). Les échanges de biens et marchandises en nature entre les États-Unis et le municipe représentent un autre type de flux. Depuis longtemps, l'essentiel de ce trafic est constitué par le matériel que les migrants ramènent eux-mêmes pour leur usage personnel ou pour l'équipement de leur foyer. Plus récemment, la circulation de marchandises a été suscitée en parallèle par les activités commerciales mises en œuvre par des migrants ou des gens de leur famille dans leur lieu de résidence (que ce soit au Mexique ou aux États-Unis).

10Si l'activité est intense du nord vers le sud, elle n'est pas négligeable aussi dans l'autre sens et son développement récent correspond précisément à la constitution de souches migratoires aux États-Unis. Vers le Mexique on expédie ou l'on achemine ainsi des véhicules (voitures, fourgonnettes, dans certains cas des tracteurs, plus récemment des motos...), des appareils électroménagers et des biens d'équipement du foyer (réfrigérateurs, lave-linge, cuisinières et meubles, radiocassettes, téléviseurs, magnétoscopes, etc.), de l'outillage et du matériel spécifique (postes à souder, groupes électrogènes, matériel de menuiserie et outillage à main, par exemple) et de la marchandise destinée à un usage individuel ou à la consommation courante (habits, chaussures, bicyclettes, jouets, pneus, pièces de rechange pour automobile, etc.). Dans l'autre sens, le volume des marchandises en transit est comparativement beaucoup plus faible mais en croissance continue. On trouve d'un côté des marchandises dont la valeur est avant tout « symbolique », c'est à dire des produits locaux qui « rappellent le pays » ou qu'il est difficile de se procurer à l'étranger (produits frais tels que nopal, figues de barbarie, piments, fromage et chicharrón) et de l'autre côté une nouvelle catégorie de marchandises, destinées à être vendues aux États-Unis par des migrants qui se spécialisent dans cette nouvelle activité commerciale (le secteur des articles en cuir tels que bottes, vestes et vestons, sacs et accessoires est par exemple attractif pour les personnes originaires du Bajío mexicain)

11Enfin, un dernier type de flux est constitué par les échanges immatériels qui accompagnent tous les flux précédents. Plus difficiles à cerner, ces flux sont ceux dont la portée est vraisemblablement la plus puissante. Chaque déplacement de personnes, chaque communication à distance est vecteur d'un certain nombre d'informations. Les effets que ces flux génèrent dans les communautés d'origine peuvent se mesurer en termes de reformulation des pratiques, des modèles et, par contrecoup, des valeurs qui les sous-tendent. Sans chercher à être exhaustif, on peut par exemple évoquer les effets des flux informatifs sur des éléments comme la taille de la famille, le rôle tenu par la femme au sein de celle-ci, l'éducation des enfants et leur scolarisation, le statut de l'emploi salarié ou la monétarisation croissante des activités au sein des communautés d'origine.

MATURITÉ ET INSTITUTIONNALISATION DES RÉSEAUX SOCIAUX

12Comme dans la majorité des courants migratoires affirmés, le rôle des réseaux sociaux est une dimension essentielle de l'organisation de la mobilité pour les migrants mexicains. Les stratégies d'entraide à l'échelle individuelle et familiale sont variées et anciennes : mise à disposition des informations permettant la préparation du projet migratoire, avance des frais occasionnés par le voyage (notamment le recours à un passeur), logement des premières semaines aux États-Unis, aide à la recherche d'un emploi, prêt temporaire de documents migratoires, etc. Plus récemment, le haut degré de réussite qu'a permis ce mode d'organisation collectif s'est traduit par d'autres réalisations, là où l'évolution spécifique des collectivités marquées par la migration se traduisait par une demande réelle pour certains « services » à destination de la population. Si l'objectif des différentes activités mises en place est très variable, le mode d'organisation à l'origine est le même : c'est celui qui s'appuie sur les relations de connaissance et sur les possibilités de mettre en œuvre différents savoir-faire développés à l'occasion de l'expérience migratoire.

13Nous ne chercherons pas à détailler ici les modalités d'émergence et de fonctionnement de ces activités fondées sur les logiques réticulaires du fait migratoire. Plus simplement, nous nous contenterons de citer les réalisations relevant de ces processus dans une communauté que nous connaissons bien dans le nord de l'État de Guanajuato. Depuis la première moitié des années 1980, la demande locale a suscité l'apparition de petites entreprises de transport mettant en relation permanente les différents lieux de migration atteints depuis le point d'origine (essentiellement le Texas, l'Illinois et, à un degré moindre, la Californie). L'essor de ces micro-sociétés, dont l'activité essentielle est le transport de fonds et de marchandises, tient à la systématisation et à la mise à profit des logiques antérieures d'envoi d'argent par un proche de confiance (Faret : 1997). De même, l'émergence au village de l'activité spécialisée de passeur (plus spécifique d'ordinaire à la région frontalière) correspond à une demande locale forte pour un tel service, dans un contexte où la mise à contribution d'un rapport de confiance est particulièrement recherchée.

14Dans le même ordre d'idée, le développement des logiques particulières d'interaction sociale issues des réseaux de la migration s'observe aussi pour des réalisations d'une tout autre nature. Dans les lieux d'installation aux États-Unis, c'est la formalisation de réseaux d'interconnaissance existants qui a permis aux migrants originaires d'un même lieu au Mexique de s'organiser conjointement. Pour partie, cette dynamique de groupe s'est traduite par la mise en place d'activités associatives dans le lieu même de résidence (commémoration des fêtes traditionnelles mexicaines, activités sportives et socioculturelles, activité syndicale ou communautaire, etc.). En parallèle, c'est au maintien des liens avec le municipe d'origine et à la promotion d'un certain développement qu'oeuvrent les clubs ainsi constitués à l'étranger. Pour le municipe auquel nous faisions référence dans l'État de Guanajuato, cette mobilisation s'est traduite par une participation financière des migrants à différents travaux d'amélioration de l'infrastructure des villages du municipe (rénovation des églises, embellissement des espaces publics...) et surtout à la mise en œuvre d'un projet de production prévoyant à terme la création de près de cent emplois dans le chef-lieu du municipe (projet de maquiladora textile mené par les migrants du municipe installés à Chicago avec l'appui du Gouvernement de l'État de Guanajuato).

LA MISE EN ŒUVRE DE « STRATÉGIES » SUR L'ESPACE MIGRATOIRE

15Le jeu des flux et des réseaux, de même que la constitution de souches migratoires à l'étranger, invitent à réfléchir aux constructions sociales en cours de formulation entre le Mexique et les États-Unis. Dans un contexte de mobilité multiforme, la constitution d'un espace social continu malgré la distance géographique se dessine comme une nouvelle forme d'adaptation, entre logiques de migration saisonnière et processus d'émigration définitive. Il y a là un rapport dialectique particulier, dans lequel une Interprétation sans cesse reformulée de l'expérience Individuelle, constitutive de l'histoire du groupe, s'accommode de ce que l'on pourrait appeler une « évacuation » des lieux où l'ensemble de ces expériences individuelles prennent place. De part et d'autre d'une frontière internationale, on assisterait à une nouvelle organisation du lien social. Temps et espace n'y seraient pas également convoqués, comme on y est traditionnellement habitué. Car si la construction communautaire est bien ici basée sur un passé commun — un temps partagé — sa venue à forme est inscrite dans des lieux différents que rien a priori ne semblait rapprocher — un espace éclaté.

  • 4 Dans le même ordre d'idée, il n'est pas rare que certains jeunes se retrouvent de fait « assignés (...)

16Quelques cas concrets de stratégies spécifiques mises en oeuvre sur l'espace migratoire peuvent ici servir de point de départ à la réflexion. À Chicago, lorsqu'un père de famille constate avec anxiété qu'un de ses fils est en prise avec les problèmes fréquents de la jeunesse des quartiers hispaniques (consommation ou trafic de drogue, appartenance à une bande organisée, problèmes personnels avec d'autres personnes ou avec les autorités...) une « solution » efficace consiste à envoyer le jeune au village pour un certain temps. L'opération a alors à la fois pour but de donner au jeune d'autres normes et valeurs (celles du village) et de le mettre à l'abri des risques qu'il courrait aux États-Unis4.

17Lorsqu'un migrant saisonnier souhaite constituer plus rapidement que de coutume un capital (pour un projet personnel ou parce que sa famille s'agrandit), il peut chercher à s'intégrer dans un segment spécifique du marché du travail d'une région réputée pour ses bons salaires (comme la cueillette des fraises en Californie, ou le travail du bois en Floride, selon ses compétences... et son réseau).

  • 5 Sur ce point précis, il est frappant de noter que le statut migratoire d'un jeune homme célibatair (...)

18Lorsqu'une jeune femme du village souhaite échapper au rôle dévolu traditionnellement à la femme mexicaine à la campagne (ou qu'elle ambitionne de poursuivre des études), elle cherche à rejoindre une parente installée aux États-Unis (elle peut aussi chercher à former une union avec un migrant de retour pour un temps au village...5).

19Lorsqu'un migrant-circulant expérimenté souhaite tirer bénéfice de son savoir-faire, il se propose pour conduire d'autres personnes dans leur passage de la frontière, etc.

LOGIQUES SOCIO-SPATIALES ET CONSTRUCTION D'UN CADRE COLLECTIF DU MOUVEMENT

  • 6 On peut ajouter à ces auteurs les travaux menés au sein de l'équipe du laboratoire MIGRINTER de Po (...)

20Le mouvement dans l'espace, lorsqu'il est vu comme un fait social global, interroge les rapports entre structures sociales et spatiales. Privilégiant des points de départ différents, deux corpus de travaux envisagent ces rapports et fondent notre positionnement. L'anthropologie anglo-saxonne du transnationalisme (et, dans son sillage, des anthropologues mexicains) s'est dernièrement intéressée aux logiques issues des localisations multiples de groupes migrants dont le lieu d'appartenance devenait de plus en plus difficile à définir (Basch, Glick Schiller, Szanton Blanc : 1994 ; Goldring : 1992 ; Rouse : 1989 ; López : 1995). Son principal apport est de montrer que dans ces cas-là les expériences spatiales fragmentées des individus sont constitutives d'un seul champ de relations sociales. Avec une autre démarche, attentive avant tout aux logiques spatiales, l'approche en termes de champ migratoire a produit un autre pôle de réflexion (Simon : 1979, 1981 ; Béteille : 19816). Le fait migratoire est ici spécifié par la mise en relation structurée de lieux produite par les flux entre les différents points du système migratoire.

21Relations sociales constitutives d'un seul et même champ d'un côté, lieux mis en relation pour former un espace migratoire original de l'autre, les points de vue développés montrent tout sauf la traditionnelle atomisation des expériences sociales qu'on a trop facilement associée au fait migratoire. Dans le fil de ces analyses, c'est à ce rapport des groupes mobiles à un espace doté de sens et de logiques propres que nous souhaitons nous référer ici en termes de territoire. Les lieux parcourus et vécus par ces groupes, organisés et signifiants par et pour eux, présentent toutes les dimensions de l'entité socio-spatiale que nous qualifions de territoire. La discontinuité des lieux n'est pas selon nous un facteur limitant du processus de territorialisation, elle serait plutôt la base d'une forme nouvelle de ce processus, complexifiée parce que les rapports à l'espace de différents groupes se trouvent être eux-mêmes de plus en plus complexes.

  • 7 L'auteur qualifie alors l'entité adéquate de référence en termes de « territoire circulatoire ».

22À propos de la migration tunisienne en Europe, il a été souligné que, pour un migrant travaillant en France et se rendant régulièrement au village, le territoire qu'il reconnaît comme le sien n'est ni dans le pays d'arrivée (où son statut social est trop fortement stigmatisant) ni dans celui de départ (où « sa notoriété n'existe que par un ailleurs »), mais entre les deux, dans la circulation (Tarrius : 1993)7 C'est une référence légitime à une autre façon de vivre l'espace, et donc de le produire, qui est ici en jeu et que l'on retrouve avec une certaine permanence partout où la migration internationale s'accompagne d'une forte mobilité — c'est tout particulièrement le cas entre Mexique et États-Unis.

23Espaces de mouvement, identité de migrant, les rapports aux lieux de certains groupes invitent à discerner dans les marques spatiales objectives autre chose que la fixité qui se donne d'abord à voir. Si les dimensions signifiantes de ces lieux pour les individus en déplacement sont d'une observation difficile, y porter attention contribue aussi à une lecture différentes des logiques de structuration dans les espaces en question. Centre, périphérie, discontinuité spatiale, frontière, la distance elle-même, se trouvent interprétés sur de nouveaux modes. Ce qui organise généralement l'espace des populations « sédentaires » (sous-entendu : n'ayant pas un recours régulier à la mobilité et/ou à la migration) n'a que très partiellement prise sur l'espace des groupes mobiles. L'exemple le plus manifeste est celui de la frontière internationale : limite fortement signifiante pour certains (ceux qui vivent de façon stable à l'intérieur des espaces nationaux), ligne constamment traversée — et donc niée en tant que limite — pour d'autres. Plus largement, ce qui s'observe dans ce cas précis est aussi observable à propos d'autres objets spatiaux, où les modèles organisateurs de la centralité et de la hiérarchisation des lieux ne sont pas forcément opérants de la même manière.

24Dans un espace organisé de façon complexe, tel que celui où s'observe la migration mexicaine, l'existence de lieux forts pour les groupes en déplacement (points de départ, lieux d'installation, relais migratoires éventuels, point de passage de la frontière, etc.) nous paraît en elle-même porteuse de sens. Mêlés à d'autres formes et objets spatiaux signifiants pour d'autres groupes, ces lieux forts s'articulent selon leur propre logique pour former un territoire migratoire, un espace organisé et signifiant qui se superpose aux autres entités socio-spatiales en présence.

UN EXEMPLE D'ESPACE INTERNATIONAL ORGANISÉ

25À ce stade, il faut tenter de caractériser concrètement les formes de ce territoire migratoire auquel nous nous référons. À ce titre, on prendra ici les différents éléments du système migratoire mis en place depuis le municipe auquel nous faisions référence antérieurement (municipe d'Ocampo, en bordure des États de Guanajuato, Jalisco et San Luis Potosí). Cela dit, il faut garder à l'esprit que les structures observées se caractérisent essentiellement par leur instabilité, puisque c'est le mouvement qui en est le premier rouage et que la délimitation et la caractérisation du territoire migratoire ne peuvent donc donner qu'une image instantanée et forcément provisoire, de celui-ci. Parallèlement, il ne faut pas oublier que si l'on s'intéresse ici à un processus repéré à l'échelle d'un collectif, la mobilité est avant tout le fait d'individus dont l'autonomie de choix et de pratiques ne doit pas être minimisée. De multiples formes de rapports individuels à l'espace migratoire coexistent : le processus de territorialisation qui en résulte est vu ici comme une conjonction dans le temps de cette multitude, ce qui n'exclut pas le fait que les expériences personnelles des acteurs de la migration ne cessent aussi d'y apporter ponctuellement des distorsions, voire des remises en cause.

26Selon le schéma d'analyse proposé antérieurement, le territoire migratoire des Ocampenses (personnes originaires d'Ocampo) serait le résultat de deux dynamiques temporelles différentes. Dans les années 1990, l'espace qu'il recoupe est organisé selon une structure générale ancienne et des développements récents, ce qui revient à dire que les différents lieux qui le composent se caractérisent par des fonctions différentes en son sein. Sans contestation possible, l'armature du système migratoire est polarisé par le couple Dallas-Chicago. Premiers lieux d'établissement, les deux villes présentent encore aujourd'hui les plus fortes concentrations de population originaire d'Ocampo (sans doute au total un volume comparable à la population du municipe lui-même, bien qu'aucune source ne permette de préciser une telle estimation). Les logiques de déplacement montrent par ailleurs que la charnière Ocampo-Dallas-Chicago est l'axe le plus fréquenté de l'espace migratoire en question, notamment par les micro-sociétés de transport mentionnées précédemment.

  • 8 Sur cette période, une telle redéfinition est à mettre en rapport d'une part avec l'évolution géné (...)

27Si les deux villes sont les pôles majeurs de l'espace migratoire, leur « fonction » au sein du territoire de la communauté est différente : la population émigrée à Chicago entretient des rapports assez lâches avec le village d'origine ; ceux qui vivent à Dallas sont au contraire au carrefour de flux permanents en provenance ou à destination des États-Unis. Dans le cas de Chicago, plusieurs facteurs concourent à cet affaiblissement relatif des liens : l'ancienneté de la colonisation et l'installation de familles entières, la distance physique avec le village, la relative stabilité professionnelle des personnes et l'importance décroissante de nouveaux arrivants. Pourtant, au vu de ces facteurs, les échanges avec le village sont réguliers et les préoccupations des émigrés pour le développement économique et social de la région d'origine sont réelles, comme en témoigne la mise en œuvre du premier projet maquiladora (à cela s'ajoute le rôle actif joué à Chicago par plusieurs personnes d'Ocampo dans l'encadrement des amicales de migrants originaires de Guanajuato). À l'intérieur de la ville, le lien communautaire est également fort : concentration résidentielle dans un ou deux quartiers bien identifiés (notamment Little Village et Cicero) et permanence du sentiment d'appartenance au village d'origine continuent à fonctionner comme ciment de la communauté, à l'intérieur d'un autre groupe de référence plus large, celui des Mexicains résidant à Chicago. Le rôle joué aujourd'hui par Chicago est somme toute différent de ce qu'il a été dans le passé pour les Ocampenses. Au moment du premier élargissement des destinations des migrants (vers 1970), la ville est un point important de canalisation et de redistribution des parcours vers les régions alentours (Wisconsin et Michigan surtout). Aujourd'hui, les nouvelles arrivées concernent essentiellement les membres proches des familles installées et la ville joue beaucoup moins le rôle d'étape vers d'autres régions. Des mouvements inverses de retour vers les régions du sud des États-Unis sont aussi enregistrés pour les personnes installées depuis longtemps8.

  • 9 Il n'est pas rare pour ceux qui vivent à Dallas d'avoir l'idée de recourir aux services d'une pers (...)

28À Dallas, à l'opposé, ce qui caractérise la communauté des personnes originaires d'Ocampo, c'est précisément cet environnement fait de contacts permanents avec le village : communications téléphoniques ou écrites, retours réguliers, envois d'argent et de marchandise, visites de membres de la famille, lecture des journaux de la région, informations apportées par les nouveaux venus, etc. Le champ social entre les deux lieux est ici particulièrement intense, à tel point que la distance physique paraît parfois étonnamment gommée dans les discours et les comportements9. De façon très nette, cette proximité avec le village d'origine contribue au maintien d'une cohésion forte à l'intérieur du groupe résidant à Dallas. La grande majorité des personnes sont attachées au quartier où se sont installés les premiers migrants, au sud-ouest du centre ville, même quand des possibilités économiques en hausse permettraient de suivre le mouvement général de déconcentration vers les banlieues résidentielles du nord ou de l'est de la ville. Dans ce quartier, Oak Cliff, la vie sociale des Ocampenses est intense, dans un mélange d'activités à l'échelle du groupe villageois (association, club de foot, réunions familiales élargies, groupes religieux, organisation de manifestations culturelles) ou de la communauté hispanique dans un sens plus large (activités paroissiales, participation aux ligues sportives, mobilisation syndicale et politique, etc.).

29En lien avec cette forte participation au maintien d'un sentiment communautaire, le rôle de Dallas dans le territoire migratoire a une autre dimension, celle de polarisation/redistribution des flux. Située à une distance relativement faible de la frontière avec le Mexique (à l'échelle des États-Unis), la ville fonctionne comme une « porte » du territoire nord-américain. Surtout, la ligne Ocampo-Dallas, via Monterrey et Nuevo Laredo, constitue un axe de circulation direct et de bonne qualité entre les deux pays (en fait, l'un des meilleurs avec ceux passant par Cludad Juárez et Tijuana). Pour ces raisons, beaucoup de personnes passent par Dallas pour atteindre un autre lieu depuis Ocampo. Cette forte circulation renforce la fonction centrale de la ville dans le système migratoire. Par le nombre total de personnes qui y arrivent ou qui en partent d'une part, par la fonction de catalyseur des Informations en tout genre que joue la ville d'autre part. Sur ce deuxième point, les informations qui circulent concernent aussi bien les conditions de séjour dans différents lieux aux États-Unis (opportunités d'emploi, virulence des actions menées contre les sans papiers, adresses de personnes connues, etc.) que l'actualité du village d'origine (situation des activités agricoles, état des lieux des actions communales en cours, nouvelles de la vie sociale du village, etc.)

30Avec la diversification des lieux atteints au cours de la dernière décennie, le territoire de la migration s'est trouvé transformé dans ses formes et dans les logiques qui le fédèrent. À la forte polarisation des mouvements par l'axe des débuts succède, dans les années 1990, une multipolarité complexe qui présente d'autres caractéristiques. Les nouvelles destinations ont élargi le champ des expériences possibles pour les personnes du village. Alors que tout contribue à faire de la migration vers Dallas et Chicago une option « conforme » et relativement facile, l'élargissement des directions implique de nouvelles logiques de déplacement où l'attrait économique des nouveaux lieux s'accompagne d'une dimension sociale différente. Cette reformulation du cadre de la migration est significative pour le processus de territorialisation auquel on s'intéresse ici.

31Dans ce sens, deux logiques de construction du territoire de la migration nous semblent aujourd'hui à l'œuvre en même temps. D'un côté, les zones d'installation traditionnelles (les quartiers de forte présence des migrants du village, comme ceux identifiés à Chicago et Dallas) offrent un cadre social unique pour les personnes originaires d'Ocampo. Comparables par certains aspects au village lui même, ces quartiers se caractérisent par une interconnaissance des personnes dans un périmètre limité, la fréquence des contacts et des échange d'informations, une mise en valeur régulière des liens communautaires, etc. Dans ce contexte, le mouvement d'une personne entre le village et un de ces lieux, quand bien même il serait une toute première expérience, jouit d'un environnement privilégié, à la fois de protection vis-à-vis de l'extérieur (en premier lieu par rapport aux services migratoires) et de réduction importante de l'impact psychologique de la migration internationale. Ces lieux, sans nul doute, constituent l'armature du territoire. Il n'en est pas moins vrai que, soumises aux variations du contexte économique et du marché du travail aux États-Unis, ces niches sociales peuvent être aussi des enclaves économiques, à partir desquelles la concentration rend plus difficile la recherche d'emploi, surtout lorsqu'il y a eu tendance à une forte spécialisation professionnelle des migrants.

  • 10 Ce thème est un aspect peu documenté de la migration mexicaine aux États-Unis. Pourtant, les trans (...)

32D'un autre côté, les lieux de plus récente installation jouent un rôle différent au sein de ce territoire de la migration. Colonisés tardivement, ils sont loin de bénéficier du même environnement social permis par une décennie ou plus de présence. Pourtant, les opportunités économiques les rendent plus attrayants — notamment auprès des jeunes — et la constitution d'une communauté peut y être assez rapide. Si les soutiens y sont moins forts, la possibilité de prendre des libertés par rapport à un environnement social déterminé y est aussi plus grande. Dans les quartiers de présence ancienne, le cadre communautaire fortement structuré conduit effectivement à une certaine reproduction des formes de sociabilité et des normes en vigueur dans le village d'origine10 La migration vers d'autres lieux peut aussi être vue comme une manière de se soustraire, au moins partiellement, à l'environnement déterminé et déterminant qui caractérise les quartiers de villes comme Chicago ou Dallas. Il y a lieu de voir là un processus de nature à permettre, sur le long terme, la reproduction des logiques de mobilité et d'échange tout en reformulant le contexte social de leur fonctionnement.

33Aux États-Unis, deux groupes de lieux (les pôles anciens d'installation et les nouvelles colonisations) polarisent donc le territoire migratoire ocampense. Il va sans dire que l'équivalent à ces lieux est, au Mexique, le village d'origine lui-même. Dans le système de lieux mis en interconnexion par le fait migratoire, Ocampo fonctionne comme un référentiel incontournable. C'est à la fois en termes très concrets et dans une dimension symbolique plus englobante que le village s'inscrit comme un des pôles du territoire migratoire. Le village c'est, avant tout, le lieu où se trouvent les membres proches. Pour ceux qui sont aux États-Unis de façon temporaire, c'est le fait même que leur famille soit au village et compte sur les envois d'argent qui donne un sens à leur éloignement du lieu habituel de vie. Pour ceux qui sont Installés à l'étranger, le village est aussi le lieu où se trouve encore une partie de la famille au sens large, bien souvent des membres plus âgés dont on se préoccupe à distance. Pour les uns comme pour les autres, la force symbolique du village d'origine dans leur trajectoire individuelle ne trouve pas d'équivalent. Même après des années d'absence, le village reste pour la plupart le « pueblo querido », avec tout ce que cette expression évoque en termes de liens affectifs avec le village (ce lieu-mère pour ceux qui l'ont quitté) mais aussi de fatalité de la migration en termes de perspectives économiques (si le village est chéri, c'est aussi souvent pour la faiblesse de ses ressources et de ses potentialités, un peu comme un adulte bien portant chérirait un enfant faible).

34Enfin, en marge du village lui-même, le territoire migratoire existe aussi par les parcours qui le structurent. Les routes de la migration ocampense ne sont pas des espaces dénués de sens. Dans les logiques de va-et-vient entre le village et un autre lieu aux États-Unis, les expériences communes qu'y vivent les migrants — la longueur des voyages, les risques de contrôle par les autorités, les extorsions au Mexique, les risques physiques pour les sans papiers... — sont constitutives de leur existence en tant que collectif identifié. Sur ces routes, on s'y rencontre parfois, on parle souvent du village entre migrants. Les points de passage de la frontière notamment sont le théâtre du « moment migratoire » particulier qu'est cette portion du voyage. Dans les faits, dans les récits qu'on en donne et dans les images qu'on en tire, la frontière se teinte d'une dimension à part, comme le montre par exemple les ex-voto consacrés au thème du passage de la frontière dans l'Ouest du pays (Durand : 1996). Au village, entre gens installés à l'étranger dans différentes villes, c'est des avantages et des inconvénients de Nuevo Laredo, de Ciudad Juárez ou encore de Tijuana comme points de passage — légal ou clandestin — que l'on parle.

35Comme on le voit à travers les différents points abordés ici, l'ensemble des lieux qui composent un territoire de la mobilité ne sont pas des points isolés, même s'ils sont à première vue éclatés. Ce qui fonde le territoire migratoire, c'est tout autant ce qui relie les lieux que ces lieux eux-mêmes. On ne peut parler d'un territoire signifiant pour la communauté que parce que des logiques d'échanges et de flux organisent l'espace et confèrent aux lieux des significations différentes. S'intéresser à la mobilité en termes de territoire, c'est finalement souligner le fait que les acteurs de la migration mettent en œuvre des stratégies sur l'espace et qu'ils chargent donc peu à peu celui-ci de sens. Avec la répétition des expériences et la variation des formes migratoires, le territoire s'organise sur le mode du réseau, conférant à chaque nœud et segment une fonction et une image constitutives d'un tout organisé.

  • 11 On pourrait prendre pour exemple de ce dédoublement des centres les rapports de genre entretenus a (...)

36L'espace de la migration ne se matérialise pas par une équivalence des lieux. Comme d'autres territoires, celui de la migration est fonctionnalisé, organisé, et ses différents éléments acquièrent une spécificité que l'expérience collective contribue à consolider. Par contre, à la différence d'autres formations socio-spatiales, le territoire des migrants tend à s'affranchir à la fois de la distance et de la contiguïté. C'est en effet beaucoup moins à travers l'importance du rapport de proximité qu'en fonction de l'intensité du lien communautaire que s'organise le dispositif social en question. De même, le territoire de la migration s'autonomise par un fonctionnement fondé sur un autre mode que celui des espaces hiérarchisés, pour lesquels un ensemble de fonctions concentrées en un même lieu donne à un point la valeur de « centre » et aux lieux moins bien fournis celle de « périphérie ». Ce modèle de la centralité, appliqué en géographie à une multitude de systèmes spatiaux de toutes dimensions, subirait des distorsions profondes dans le cas d'un territoire de nature réticulaire comme celui que l'on observe ici. Le fonctionnement en réseau induit des échanges multi-directionnels à partir de tous les noeuds du territoire. Comme on le voit dans l'exemple développé dans ce texte, la multiplication des pôles de diffusion renvoie à un dédoublement permanent des centres11, c'est à dire finalement à une certaine négation d'une logique fondée sur le modèle de la centralité. Dans un contexte de développement rapide des possibilités de déplacement et d'échange, les formes contemporaines de la mobilité et de la migration invitent en somme à une observation renouvelée des modes de fonctionnement du rapport aux lieux. Dans ce sens, les logiques de déplacement et de flux doivent de plus en plus être prises comme des éléments importants des territorialités en cours de reformulation.

Bibliographie

Bibliographie

BASH, Linda, GLICK SCHILLER, Nina, SZANTON BLANC, Christina, 1994, Nations unbound : transnational projects, postcolonial predicaments and deterritorialized nation-states. Langhorne, PA., Gordon and Breach Publishers.

BÉTEILLE, Roger, 1981, « Une nouvelle approche géographique des faits migratoires : champs, relations, espaces relationnels », L'Espace Géographique, n° 3, p. 187-197.

DURAND, Jorge, 1988, « Los migradolares : cien años de inversión en el medio rural », Argumentos, n° 5, p. 7-21.

DURAND, Jorge, 1996, Migrations mexicaines aux États-Unis. Paris, CNRS Éditions.

DURAND, Jorge, PARRADO, Emilio, MASSEY, Douglas, 1996, « Migradollars and development : a reconsideration of the mexican case », International Migration Review, vol. XXX, n° 2, p. 423-444.

FARET, Laurent, 1997, « Chemins et négoce entre le Mexique et les États-Unis : les routes de la migration internationale », TRACE, n° 31, p. 51-63.

GOLDRING, Luin, 1992, Diversity and community in transnational migration : a comparative study of two Mexico-US migrant circuits, Ph.D. dissertation, Cornell University.

LÓPEZ, Gustavo, 1995, « La comunidad virtual y la migración a Estados Unidos », Communication présentée au colloque « Le Mexique en France : actualité de la recherche mexicaine en sciences sociales », Paris et Toulouse, mai.

LOZANO, Fernando, 1993, Bringing it back home. Remittances to Mexico from migrant workers in the United States. San Diego, Center for US-Mexican Studies, U.C.San Diego.

NEUMAN, Kristin, TIENDA, Marta, 1994, « The settlement and secondary migration patterns of legalized immigrants : insights from administrative records », dans EDMONTON, PASSEL (coord.), Immigration and ethnicity : the integration of America's newest arrivals. Washington, The Urban Institute Press.

REYNAUD, Alain, 1992, « Centre et périphérie », dans BAILLY, A., FERRAS, J.-P., PUMAIN, D. (coord.), Encyclopédie de Géographie. Paris, Économica.

ROUSE, Roger C, 1989, Mexican migration to the United States : family relations in the development of a transnational migrant circuit, Ph. D. dissertation, Stanford University.

SIMON, Gildas, 1979, L'espace des travailleurs tunisiens en France. Structures et fonctionnement d'un champ migratoire international. Poitiers, Thèse de doctorat, université de Poitiers.

SIMON, Gildas, 1981, « Réflexions sur la notion de champ migratoire international », Hommes et Terres du Nord, n° spécial, Actes du colloque international « Migrations internes et externes en Europe Occidentale », p. 85-89.

TARRIUS, Alain, 1993, « Territoires circulatoires et espaces urbains. Différenciation des groupes migrants », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 59-60, p. 50-60.

Notes

1 Si l'on rapporte ces chiffres à la population totale du Mexique, la part des personnes résidant aux États-Unis représente environ 7 % au milieu des années 1990, contre 1,5 % en 1970.

2 Mes remerciements vont à J. Bustamente et Santibañez pour avoir mis à ma disposition les enquêtes du Colegio de la Frontera (COLEF).

3 Récemment, le retour saisonnier est pour certaines familles l'occasion d'une activité de tourisme qui n'était pas jusqu'alors très développée pour les habitants des régions traditionnelles de départ. Une des motivations du séjour au pays est alors de connaître (ou de faire connaître aux plus jeunes) les lieux attractifs de la région où l'on a ses origines. Pour l'exemple que nous connaissons le mieux dans le nord de l'État de Guanajuato, ces lieux sont par exemples les thermes de la région de Dolores Hidalgo, la ville d'Aguascalientes au moment de sa feria annuelle, les marchés aux cuirs et aux chaussures de León, le circuit historique de l'indépendance dans l'État de Cuanajuato, etc.

4 Dans le même ordre d'idée, il n'est pas rare que certains jeunes se retrouvent de fait « assignés à résidence » au village parce qu'un différent avec des bandes organisées dans leur ville d'installation leur interdit d'y retourner, au moins temporairement.

5 Sur ce point précis, il est frappant de noter que le statut migratoire d'un jeune homme célibataire est un point important dans la recherche d'une compagne. Il nous a été à plusieurs reprises signalé la plus grande « exigence » des jeunes femmes, ces dernières années, en matière de choix d'un compagnon. Pour un garçon, le titre de résident permanent aux États-Unis semble être un attribut valorisant au village...

6 On peut ajouter à ces auteurs les travaux menés au sein de l'équipe du laboratoire MIGRINTER de Poitiers.

7 L'auteur qualifie alors l'entité adéquate de référence en termes de « territoire circulatoire ».

8 Sur cette période, une telle redéfinition est à mettre en rapport d'une part avec l'évolution générale de l'économie de l'agglomération et d'autre part avec la position géographique de la ville, en périphérie des parcours à destination des lieux plus attrayants des années 1990.

9 Il n'est pas rare pour ceux qui vivent à Dallas d'avoir l'idée de recourir aux services d'une personne du village pour effectuer une opération simple très facilement réalisable à Dallas même (couture, réparations diverses...). Le coût d'une telle opération ne semblant pas toujours être une raison essentielle à ce choix. Toujours dans le même sens de proximité symbolique, il est fréquent d'entendre des personnes à Ocampo utiliser l'expression « está aquí, en Dallas » (« il est juste là, à Dallas ») pour se référer à une personne en fait à quelque 1 500 km du village !

10 Ce thème est un aspect peu documenté de la migration mexicaine aux États-Unis. Pourtant, les transferts d'influence ne sont pas uniquement perceptibles dans le sens nord-sud. Dans les lieux d'installation, le maintien et la reformulation de logiques communautaires sont aussi des facteurs d'ordonnancement des rapports entre les individus, ce qui peut se traduire en termes d'obligations et de contraintes pour les personnes.

11 On pourrait prendre pour exemple de ce dédoublement des centres les rapports de genre entretenus avec le territoire migratoire. Dans le cas des familles installées aux États-Unis, le nouveau lieu de vie tendrait à acquérir plus de valeur pour les femmes que pour les hommes. Si les seconds nous ont souvent exposé leurs projets de retour, les femmes ont plus fréquemment manifesté leur attachement au lieu d'installation aux États-Unis. Dans le cas de ces dernières, la proximité du reste de la famille (lorsqu'elle a migré dans le même lieu), le statut qu'elles ont pu acquérir à l'étranger et une moins forte dépendance vis-à-vis des taches domestiques semblent être autant d'éléments explicatifs de cette préférence. Pour les hommes, un certain attachement au rythme de vie du village et, plus généralement, une nostalgie du mode de vie propre au Mexique paraît plus importante. Nous n'avons cependant pas cherché à mesurer précisément la validité de tels modèles, et l'idée d'une « centrante sexuée » des territoires de la migration reste de l'ordre de l'hypothèse.

Notes de fin

* Université Paris VII-SEDET (Sociétés en développement dans l'espace et le temps)

Table des illustrations

Titre Carte n° 11 : Immigrants mexicains et population d'origine mexicaine aux États-Unis en 1990
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/749/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Carte n° 12 : Orientation des flux de migration internationale à partir de quatre États du Mexique, 1993
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/749/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 334k

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable