Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires de l’État-nation en Amérique latine

 | 
Marie-France Prévôt Schapira
, 
Hélène Rivière d’Arc

Pouvoirs locaux et nouveaux acteurs

De la grande ville de Mexico à Guadalajara et sa nouvelle région*

Patricia Arias

Texte intégral

  • * Traduction de lacques Gilard
  • CEED, université de Cuadalajara

1Note portant sur l’auteur

2Il y a peu, les habitants d'un quartier de Las Juntas, à Tlaquepaque (Jalisco) ont été évacués de leurs habitations par un bataillon de l'armée. On avait détecté, disait-on, le danger imminent d'une explosion de gaz dans le secteur, où avait existé une décharge d'ordures de toutes sortes, utilisée par les municipalités de Guadalajara et Tlaquepaque dans les années 1980. Les autorités locales consultées — le gouverneur de l'État, le président municipal de Tlaquepaque, la Protection civile de l'État — reconnurent n'être au courant de rien mais ne manquèrent pas de remercier l'armée pour son intervention opportune (Público, 8 mai 1998). En principe, dans des situations de ce genre, le gouverneur de l'État est l'autorité qui connaît et évalue le risque et fait appel aux organismes fédéraux ou à l'armée. Apparemment, personne n'a voulu en savoir davantage sur une affaire qui impliquait diverses instances de pouvoir.

3Des exemples semblables de ce que qu'on a coutume d'appeler des « dysfonctionnements » entre autorités de niveau et de compétences différents, se produisent quotidiennement dans les conurbations mexicaines. Cet apparent dysfonctionnement, qui s'exprime d'habitude en une somme d'inefficacités, semble être de moins en moins lié aux intentions et aux capacités des acteurs sociaux et relever de plus en plus de la difficulté d'accepter et d'assumer une certitude : le passage à un modèle de vie urbain qui englobe plusieurs municipalités — entités différentes mais de plus en plus interdépendantes. Modèle qui exige des formes originales de relation et d'action entre des espaces qui se sont retrouvés irrémédiablement unis, jusqu'à présent en qualité de voisins en conflit plus que de compatriotes partageant un même avenir.

4Il est vrai que l'intégration d'espaces à la dynamique de la grande ville a commencé il y a plusieurs décennies, lorsque la capitale du pays a débordé ses limites communales, transformé ses quartiers et s'est développée dans diverses directions dans l'État de Mexico. Sauf quelques exceptions récentes (Bazán : 1993 ; Hiernaux : 1995 ; Szasz : 1993), nous manquons d'études traitant de l'Impact de la conurbation sur le Centre du Mexique, c'est-à-dire sur ce qui s'est passé dans les localités incorporées, bon gré mal gré, à l'énorme vague de croissance de la capitale.

5Quoi qu'il en soit, les processus actuels de conurbation dans diverses régions du pays sont nés dans un contexte économique et dans une atmosphère politico-sociale jusqu'alors inédits, qui supposent l'apparition de demandes, d'acteurs et de formes de lutte qui expriment les tensions et contradictions du modèle actuel de développement, qui mettent en lumière les changements de l'action politique dans des structures socio-spatiales définies, spécialisées et consolidées, ayant en même temps reçu le choc des changements drastiques de la dernière décennie. Dans le cas de Guadalajara, on pourrait dire que la situation métropolitaine actuelle tend à engendrer, et à maintenir en état permanent de tension, les Intérêts de plus en plus fragmentés de la ville et ceux de l'ensemble de la conurbation, dans laquelle, à leur tour, les municipalités se trouvent aussi soumises à des processus intenses de changement économique, de fragmentation sociale et de réajustement politique.

6Ainsi, l'abandon d'espaces résidentiels et l'évacuation d'activités économiques du cœur des métropoles, les mieux dotées en services, se combinent à des processus de densification de l'habitat et de complexité économique dans des communes qui se trouvent hors et loin du territoire de la grande ville mais en relation quotidienne avec elle. Autrement dit, les municipalités des grandes villes, qui détiennent le pouvoir et centralisent les moyens, cohabitent avec des municipalités qui subissent des dynamiques de changement économique et des croissances démographiques spectaculaires tout en ayant des ressources financières et des structures administratives précaires.

7On le sait, la zone métropolitaine de Guadalajara (ZMG) est formée des communes de Guadalajara, Tlaquepaque, Tonalá et Zapopan, auxquelles s'est ajoutée une frange de trois autres communes limitrophes : El Salto, Tlajomulco et Zapotlanejo (Carte 1). Cet ensemble de sept municipalités est devenu le lieu de tensions diverses concernant les transports et voles de communication, les déchets et décharges, l'approvisionnement en eau et l'assainissement, la violence et l'Insécurité publique, l'établissement des limites et l'attribution des lotissements, le plus souvent illégaux, autant de tensions qui donnent lieu à l'affrontement quotidien des municipes et de la métropole sur la façon de résoudre les problèmes d'une conurbation qui englobait en 1995 plus de la moitié des habitants de l'État de Jalisco (58,46 %).

8Cette complexité croissante de la vie au-delà des limites de la vieille Guadalajara n'est pas le fait du hasard. Comme l'a montré le recensement de 1995, la population de Guadalajara a cessé de croître. Pour la première fois dans son histoire, la ville a enregistré une croissance négative : moins 0,18 % en 1990-1995. En quinze ans, sa part dans la population de l'État a baissé de 10 % : de 37,26 % en 1980, moment où elle a atteint son maximum, à 27,26 % en 1995.

9La croissance, en revanche, s'est manifestée avec force dans les communes voisines. Pour la période 1980-1990 Tonalá a progressé de 12,86 %, El Salto de 6,93 %, Tlaquepaque de 6,88 %, Zapopan de 6,38 % ; de façon moins spectaculaire, Tlajomulco a progressé de 3,12 %. Cette tendance s'est renforcée dans les dernières années. En seulement cinq ans — 1990-1995 — Tonalá a enregistré une croissance de 8,83 %, El Salto de 11,30 %, Tlajomulco de 7,10 %, Tlaquepaque de 5,08 %, Zapopan de 4,75 %. Zapotlanejo, municipalité la plus éloignée, a commencé à connaître une croissance rapide, passant de seule-ment1, 18 %en 1980-1990 à 4,79 % en 1990-1995. Faceàun imaginaire qui les conçoit comme des villages — la « ville des potiers », la « ville du maïs » —, les villes de Guadalajara, Zapopan, Tlaquepaque et Tonalâ sont devenues les plus peuplées de l'État : elles abritent respectivement 1 633 053, 850 315, 434 710 et 250 058 habitants. Seule la cinquième ville de l'État reste à l'écart de cette conurbation : il s'agit de Puerto Vallarta, centre touristique, qui ne compte que 121 844 habitants. Si l'évolution se poursuit, en 2005, Guadalajara aura encore une population équivalente à celle de 1995 (1 603 399), Zapopan dépassera le million (1 302 517) et Tlaquepaque et Tonalâ auront dépassé le demi-million, avec respectivement 715 697 et 609 495 habitants.

DE LA VILLE À L'AIRE MÉTROPOLITAINE

10Néanmoins, l'étude de la naissance et des caractéristiques de cette formation spécifique de vie urbaine qui apparaissait à Mexico comme élément intrinsèque d'une aire métropolitaine est restée pratiquement absente des programmes de recherche et des projets planificateurs des années 1980. Bien que l'on ait commencé à parler d'aire métropolitaine, surtout pour le cas de la ville de Mexico, et moins pour Toluca et Guadalajara, il s'agissait seulement d'un agrégat de données économiques et socio-démographiques, toujours impressionnantes, qui rendaient compte de la dégradation de la condition urbaine dans la capitale. Depuis le centre, le regard découvrait encore des « périphéries », ces poussées sans fin de quartiers poussiéreux dans lesquels s'entassaient les gens, apparaissaient des leaders et s'accumulaient des problèmes de plus en plus Inséparables des vicissitudes de la grande ville.

Carte n° 10 : Taux de croissance des municipios de la ZMG 1980-1990, 1990-1995

Carte n° 10 : Taux de croissance des municipios de la ZMG 1980-1990, 1990-1995

11Mais il semble qu'on soit aussi arrivé à considérer la dimension métropolitaine sous deux autres angles. D'une part, sur le plan des services urbains, dans une atmosphère sociale qui commençait à s'inquiéter d'environnement, les recherches sur les transports, l'eau et les déchets se sont renforcées ; ces questions, comme on l'a très vite découvert, dépassaient largement la perspective locale et l'espace d'action de la municipalité (Linares : 1990 ; López Rangel et al. : 1990 ; Navarro : 1989). D'autre part, l'étude des mouvements sociaux est passée de l'analyse des luttes de colons et de partis politiques centrées sur l'accès à la terre, au logement et à la fourniture minimale mais indispensable de services urbains, typiques des années 1970 et 1980, à des demandes qui révélaient l'apparition de formes nouvelles d'association et de lutte, présentées par des acteurs sociaux non moins nouveaux : des citoyens que réunissaient l'exigence de qualité des services, le refus de changements Indifférenciés dans l'utilisation du sol urbain, le rejet de la corruption qui transformait en drames interminables des situations dévastatrices comme le séisme de 1985 dans la capitale ou l'explosion du 22 avril à Guadalajara (Cabrales : 1993 ; Ramírez, Regalado : 1993) ou bien encore l'exigence de sécurité publique.

12En général, on pourrait dire que, dans les années 1970 et 1980, l'organisation et la mobilisation sociales ont tourné autour des problèmes liés à la fourniture de services alors que, dans les années 1990, on a vu entrer en action l'idée de gestion des ressources. Le changement n'est pas banal. L'accent mis sur la fourniture donnait lieu à des analyses circonscrites dans l'espace, alors que le souci de la gestion a élargi l'horizon, conduisant à tenir compte d'espaces plus vastes, de municipalités différentes et même lointaines et non limitrophes (Perló Cohen : 1991). On a aussi abouti à la certitude que les problèmes se posent — et doivent donc se résoudre — à des niveaux plus complexes, sur des espaces plus grands, avec des acteurs sociaux multiples et variés. Ce constat, de la part de chercheurs et des citoyens doit cohabiter, dans la pratique, avec un regard municipal — notamment dans le cas d'une grande ville — sur les problèmes urbains.

13Qui plus est, par un malheureux concours de circonstances, les aires métropolitaines sont restées en marge d'un autre grand thème des années 1980 : la question régionale. Question et débat qui, nous le savons, se sont beaucoup estompés les années suivantes, peut-être comme élément d'une stratégie étatique d'organisation politico-territoriale qui privilégie des schémas existants, comme la municipalité, selon une tendance que l'on retrouve dans toute l'Amérique latine (Boisier : 1996). De fait, à partir de la présidence de Carlos Salinas de Gortari, le souci régional des années et des présidences antérieures a été remplacé par un schéma de soutien — qui a pris forme dans le projet Solidaridad — destiné à des secteurs, des groupes et des micro-régions sélectionnés depuis le pouvoir central avec des critères et des finalités éminemment politiques — de légitimité ou électoraux — plutôt que de développement local ou régional, comme on le voit dans le cas du Valle de Chalco étudié par Hiernaux (1995). Depuis lors, l'idée que l'État doit contribuer à limiter les déséquilibres spatiaux nés des différents modèles de développement semble être tombée en désuétude et apparaît comme totalement hors de propos. Le souci de la planification a été remplacé par celui de la régularisation, notion qui suppose que l'État ne doit intervenir que pour entériner et légitimer les changements apparus sur le territoire.

14Les choses semblent pourtant plus compliquées. En effet, actuellement, au Mexique, la municipalité apparaît comme la principale, voire quasiment la seule, entité avec base territoriale apte à organiser des activités et à distribuer des ressources, de sorte que les problèmes et les demandes des municipalités et des zones métropolitaines se soldent par des tensions et des négociations permanentes. En même temps, la municipalité apparaît comme l'arène où est intensément vécue la transition économique, situation qui, d'une certaine manière, s'exprime dans les luttes politiques actuelles. En ce sens, les ressemblances avec ce qui s'est passé dans d'autres régions et à d'autres moments peut aider à faire des comparaisons, mais il s'agit en fin de compte de processus et d'alternatives qui émergent des secousses du temps présent.

L'URBANISATION COMME CONTRÔLE POLITIQUE

15Malgré ses soubresauts, on peut dire que l'expansion de la capitale du pays s'est déroulée dans la phase de croissance de l'économie nationale sous le modèle de substitution des importations, dans les années où l'État et le capital avaient intérêt à investir dans les grands travaux et les services publics, à faire tourner d'énormes usines qui parlaient d'une industrialisation à grande échelle, capable de créer des emplois et des produits plus ou moins accessibles pour le marché national. Il y avait, en fin de compte, du travail et des salaires qui permettaient de se risquer à l'achat d'un terrain pour y construire, brique après brique, une maison à soi en ville (Bataillon : 1997).

16Néanmoins, beaucoup durent se résigner à la solution toujours hasardeuse de l'Invasion. C'est pourquoi, dit Moreno Toscano (1979), l'urbanisation de la capitale a été étroitement liée au gouvernement et au PRI, du moins dans ses premières étapes. Depuis l'époque de Cárdenas, affirme-t-il, on peut suivre à la trace une politique favorable aux masses urbaines qui, en échange de la régularisation et de la fourniture de services, sont devenues clientèle politique du parti officiel. Cette combinaison a donné lieu à l'apparition d'importantes organisations « priistes » implantées dans les quartiers populaires et à une foule de leaders qui reproduisaient dans la vie urbaine le triangle de l'entremise, du clientélisme et de la corruption comme base de l'organisation et de la participation politiques des nouveaux citadins. Tout cela, bien entendu, dans un contexte politique de parti pratiquement unique.

17À Guadalajara, les choses se sont combinées différemment. On le sait, le développement de l'économie et de l'emploi urbains après la révolution de 1910 a coïncidé avec une offre bien organisée de terre dans la ville. La bourgeoisie locale a trouvé dans le lotissement populaire un riche filon permettant de valoriser des terres agricoles qui devenaient en un clin d'œil des terrains à bâtir. Les travailleurs de plus en plus entassés dans le centre ont consacré leurs économies à l'achat de maisons, mais surtout de lots, certes de plus en plus éloignés du centre mais dotés de services, qu'ils transformaient peu à peu en maisons. L'abondance des emplois et l'offre légale de terrains ont rendu inutile l'établissement de liens politiques dans l'urbanisation de la Guadalajara de l'époque. Pour obtenir un terrain et disposer des services essentiels dans son quartier, fût-il populaire, nul besoin n'était de participer à des meetings, de soutenir des leaders ou de voter pour le PRI.

18Ce modèle d'urbanisation s'est épuisé dans les années 1960, mais ses conséquences pesaient encore lourd dans les années 1980. La commune de Guadalajara avait occupé tout son territoire et l'urbanisation organisée se heurtait à d'autres espaces et à de nouveaux acteurs dans l'affaire : les ejidos et les paysans ejidatarios. Ceci dans la grande ville. Par ailleurs, un fait alors passé inaperçu était la croissance que la capitale du Jalisco suscitait hors de ses limites : une urbanisation moins organisée, qui allait très vite susciter la spéculation sur la terre des ejidos dans les communes voisines de Tlaquepaque et Tonalá, ainsi qu'à Zapopan, quoique dans une moindre mesure (Núñez : 1998).

19Devant l'arrivée de la ville à ses propres limites, et devant l'offre d'argent ou le risque de grignotage ou d'invasion massive, les ejidatarios mirent sur le marché leurs lopins, dont, d'ailleurs, Ils ne pouvaient plus vivre comme agriculteurs. Il en fut ainsi dans un certain nombre de cas. Dans d'autres, la figure du leader ne tarda pas à faire son apparition ; personnage en bons termes avec les fonctionnaires publics et les autorités municipales, il encourageait les gens à envahir un terrain à l'abandon, en attendant l'entrée en scène du propriétaire qui, d'une façon ou d'une autre, devait négocier avec le leader et les envahisseurs (Ib.). Est-il besoin de dire que ces leaders étaient en général le dernier maillon de la chaîne qui unissait le PRI aux colons ?

20D'après des données récentes des Travaux Publics de Tonalá, Javier Rentería (1998) signale qu'un peu moins de la moitié (44,2 %) des quartiers répertoriés à Tonalá sont en situation irrégulière. En 1993, a-t-il montré, presque la moitié des terrains étaient résidentiels et il restait encore 26,9 % de terrain à « usage mixte avec prédominance de terrain vague », ce qui donne à penser que la spéculation sur les terrains urbains restera un des problèmes de Tonalá dans un avenir proche. De fait, la question de l'urbanisation et du logement est à l'ordre du jour à Tonalá, où la qualité et la quantité des services urbains sont très précaires. En 1997, on calculait que 600 hectares, où vivaient plus de 600 000 habitants, étaient en situation irrégulière et que plus des deux tiers (70 %) des rues de la commune n'étaient pas asphaltés (Público, 8 juillet 1997).

21À première vue, il semblerait que ce qui se produit à Tonalá est la répétition d'un modèle connu : une urbanisation populaire qui reproduit, avec un décalage de quelques années, ce qui s'est passé à Mexico, lorsque la demande de terrains et la fourniture de services urbains ont Interféré dans la lutte politique par le biais de leaders affiliés au PRI. Mais il n'en est pas ainsi ou, du moins, il n'en est pas seulement ainsi. Dans le contexte de l'actuelle lutte politique, ce vieux schéma a cessé d'être la seule forme d'organisation et de lutte urbaines. Ou peut-être faut-il commencer à examiner attentivement la dynamique politique dans le micro-espace municipal.

22Les élections de 1995 ont marqué un tournant dans la vie politique de l'État de Jalisco, à tous les niveaux. Entre autres événements, il faut dire que dans toutes les communes de la conurbation le PRI a perdu et l'opposition a gagné, ce qui signifiait à ce moment-là dans le Jalisco un triomphe indiscutable du PAN et annonçait la transition vers un schéma politique bipartite (Tableau 4). La préférence pour le PAN s'est surtout manifestée dans les municipalités de Zapopan (58,2 %), Guadalajara (57,6 %) et Tlaquepaque (55,2 %), c'est-à-dire dans les espaces les plus peuplés et urbanisés de la région. Cependant, la progression du PAN était notable aussi dans les autres municipalités de la ZMG, traditionnellement liées aux structures « priistes » de type agrarien ou populiste. Cependant, aux élections suivantes, en 1997, le PAN, tout en gagnant encore à Guadalajara (46,5 %), Zapopan (43,9 %), Tlaquepaque (41,8 %) et Zapotlanejo (39,5 %), perdait trois municipalités de la ZMG, relevant désormais d'autorités « priistes » : Tlajomulco (47 %), Tonalá (41,7 %) et El Salto (35 %). Dans les cas de El Salto, Zapotlanejo et Tlajomulco, le PRD faisait une remarquable percée avec respectivement 27 %, 22,9 % et 20,7 % (Tableau 4).

23Tlajomulco et El Salto sont des municipalités qui ont connu un fort développement industriel fondé sur diverses entreprises, de taille moyenne et grande, ce qui a donné naissance à d'importants quartiers et organisations ouvriers, secteur traditionnellement lié à la structure syndicale du PRI (Durand : 1986). À Tlajomulco persistent en outre de vieux liens avec le secteur paysan du parti officiel (Hernández : 1997). En ce sens, on peut penser que, devant une situation de vraie lutte politique, le PRI a dû faire jouer toutes ses alliances corporatives ou ce qu'il en reste.

24La situation à Tonalá semble plus complexe. Il existe un triple processus qui marque et fragmente l'organisation de l'espace urbain. D'abord, le centre du principal noyau urbain, où subsistent presque retranchés les Tonaltèques, premiers habitants du lieu, qui se consacre à la poterie et à d'autres activités « artisanales » d'un genre nouveau. Leur occupation de l'espace est en compétition avec l'usage de plus en plus commercial que d'autres groupes récemment arrivés veulent faire du centre de Tonalá. C'est donc là que se trouve la population d'origine, avec ses activités plus ou moins traditionnelles.

25Tonalá est aussi devenu la cible d'une énorme offre de terrain privé sous forme de maisons et d'appartements de type social, qui avait démarré avec le complexe Loma Dorada dans les années 1960 (Núñez : 1998). Cette offre de logement a été sévèrement affectée par la crise. Une visite récente a permis de constater non seulement l'absence de demande pour les nouveaux logements mais aussi l'abandon croissant de maisons qui ont été reprises par les banques pour défaut de paiement. Cet abandon de zones pourvues de services — même précaires — contraste dramatiquement avec l'occupation de plus en plus dense et intense d'espaces illégaux, comme la colonia jalisco ou comme les innombrables « lotissements de chaux » qui progressent dans tous les recoins de la petite commune de Tonalá. Au milieu de rues mal tracées, sans revêtement, où font défaut le transport et les services communautaires mais où abondent les ordures et les épaves, vivent plus de quarante mille personnes (42 955 exactement) qui ne paient pas d'impôts et, parfois, même pas l'électricité (INEGI : 1995).

26Une priorité des administrations « panistes » — guère différente de celle du gouvernement actuel — a été la régularisation ; on a essayé de résoudre et d'entériner ce qui existe déjà en pratique (vente de terre des ejidos, invasion de terrains privés...). Mais il y a des nuances. Du point de vue du PAN, la régularisation est une arme à double détente : d'une part, elle permet de réduire les dépenses municipales. Mieux encore : elle permet de commencer à encaisser les impôts des colons et de générer ainsi des ressources pour élargir les services fournis aux lotissements (Público, 8 juillet 1997). La régularisation a aussi son effet politique : elle contribue à miner le pouvoir « priiste » fondé sur cette infinité de leaders qui profitent, économiquement et politiquement, de la pauvreté et de l'illégalité. Très vite, le PAN a découvert les innombrables irrégularités qui avaient facilité l'urbanisation chaotique de Tonalá. Une des principales mesures de la mairie élue en 1995 a précisément été la création d'une commission de régularisation des lotissements, chargée de résorber l'illégalité de la situation urbaine dans la commune.

27La tâche n'a évidemment pas été facile. Cela passe par le démantèlement des réseaux de complicité que beaucoup, y compris les colons, peuvent n'avoir que peu d'intérêt à démêler. Beaucoup, formés à l'école du clientélisme politique, ont du mal à admettre de payer pour des services qui, on le sait, pouvaient être obtenus plus ou moins gratuitement il y a peu et ce, plus encore dans le contexte de la crise actuelle qui a raréfié l'emploi et diminué les salaires.

28Ce fait a pu peser dans les votes lors des dernières élections. En 1997, à la différence de ce qui s'était passé en 1995, le candidat du PRI l'a emporté. La quantité et le pourcentage les plus élevés des votes (43,23 %) ont été obtenus dans les urnes situées précisément sur la colonia Jalisco (Tableau 5). Les rumeurs indiquent que le nouveau président municipal va mettre un terme à la recherche de « coupables » — la chasse aux sorcières, comme aime à dire le PRI — dans les municipalités antérieures et va cesser de recourir à la régularisation comme principal outil de négociation pour la fourniture de services aux quartiers de la commune en situation illégale.

LE CHANGEMENT ÉCONOMIQUE DANS LES COMMUNES DE LA CONURBATION

29Comme l'ont montré divers auteurs (Bataillon, Rivière d'Arc : 1973 ; Moreno Toscano : 1979), c'est à partir des années 1940 que la ville de Mexico a commencé à élargir son influence, d'abord sur de vieux villages comme Coyoacán et Azcapotzalco qui sont devenus des quartiers et des délégations, révélateurs de la croissante ségrégation socio-spatiale de la société ; peu après, ce furent les espaces de peuplement moins dense de l'État de Mexico — comme Naucalpan, Tlalnepantla, Ecatepec, Cautitlán, Tultitlán — que la ville a marqués notamment par son énorme offre d'emploi industriel privé et public. La ville avançait aussi vers des espaces spécialement créés comme Netzahualcoyotl, puis Chalco, devenus l'horizon inévitable de ceux qui avaient déjà été mille fois déplacés de quartiers du centre et de villes perdues de la périphérie urbaine (Ib. ; Hiemaux : 1995 ; Mathieu, Tomas : 1992).

30Autrement dit, l'expansion de la ville de Mexico s'est faite, au moins dans un premier temps, sur des territoires à faible population et dans un contexte de prospérité qui aidait à atténuer, par l'emploi et le revenu, les contradictions que le choc de la grande ville entraînait dans de petites localités et des tissus sociaux traditionnels. Encore une fois, la situation a été très différente à Guadalajara où la conurbation a progressé sur des villes anciennes, sur des communes aux structures sociales solides. Il s'agit en outre de localités dotées de dynamiques économiques propres mais qui ont été affectées par la crise et le changement de modèle de développement. Il s'agit, en somme, d'espaces où se sont concrétisées plusieurs des tendances les plus récentes du changement économique.

31Dans les années 1980, les habitants des campagnes ont compris que l'agriculture avait cessé d'être l'activité rurale capable d'assurer la survie de la famille paysanne et que le moment était donc venu de chercher de nouvelles activités adaptées à l'époque. Aujourd'hui, la diminution du travail agricole contraste avec la croissance de l'emploi dans les usines, le commerce et les services. Cependant, bien que les tendances soient similaires, les modalités d'adaptation peuvent varier. Les différentes localités peuvent se spécialiser dans certaines activités ou métiers en fonction d'une combinaison qui découle à la fois des savoir-faire locaux et des possibilités qu'offre le contexte régional et métropolitain, voire même, de plus en plus, international.

32La recherche d'issues a eu des effets multiples et des conséquences insoupçonnées. Au niveau politique, elle a entraîné l'affaiblissement irrémédiable des réseaux et structures de pouvoir qui liaient les paysans aux agences gouvernementales tournées vers la campagne, au PRI et au gouvernement. Au niveau social, elle a stimulé, comme nous le savons, la migration masculine vers les États-Unis, situation qui a entraîné l'emploi de main d'oeuvre féminine dans les activités économiques locales traditionnelles et dans celles qui se sont offertes comme solutions au manque de travail et à l'absence d'hommes. La combinaison de l'émigration masculine et de l'emploi féminin local est particulièrement visible à Zapotlanejo et Tlajomulco (Arias, Wilson : 1997 ; Hernández : 1997).

33Le développement endogène de l'industrie de Zapotlanejo a abouti à une intégration croissante de la ville dans un ensemble d'autres villes Industrielles, de petite taille mais à la complexité croissante, situées dans d'autres États du pays : Aguascalientes, Guanajuato, État de Mexico, Tlaxcala. Les exigences techniques, économiques et financières, et même les demandes politiques des groupes sociaux locaux, au moins de leurs secteurs les plus dynamiques, semblent passer de plus en plus par ces réseaux de relations fondées sur les besoins communs de production et de commercialisation plus, bien sûr, que par la contiguïté spatiale.

34Le développement industriel de Tlajomulco, en revanche, semblerait lié à un processus de décentralisation de la grande ville et à la volonté de quitter Guadalajara, où abondaient contrôles fiscaux et réglementaires (Hernández : 1977). D'où le développement d'une économie industrielle plus diversifiée en ce qui concerne les produits — bien que la production de sucreries prédomine — et plus liée à des capitaux étrangers, mais qui utilise, comme à Zapotlanejo, la main-d'œuvre féminine. Dans les deux contextes, la proportion de femmes employées dans l'industrie est largement supérieure à la moyenne de l'État.

35À Tlaquepaque et Tonala, l'effet des transformations économiques récentes se fait également sentir. Ces villes étaient connues pour leur production traditionnelle de faïence, de verre soufflé et de poterie, à cela s'est ajoutée l'élaboration d'une grande variété d'objets faits à la main, identifiés à la production artisanale : céramique de haute température, figures et objets de papier mâché, de fer, de verre coloré, de plâtre, peinture, etc. (Moctezuma : 1998). Les deux centres se sont consolidés en outre comme espaces touristiques et de vente de premier ordre. Ici aussi, les réseaux auxquels participent les secteurs les plus dynamiques des deux villes se sont étendus de plus en plus loin. La frontière nord et d'autres destinations lointaines sont entrées dans la géographie quotidienne et constituent des influences très fortes pour les producteurs et commerçants de ces localités. Cela comporte une connotation spatiale : à Tlaquepaque et Tonala, le centre est devenu un lieu commercial avec des expressions différentes et des besoins éloignés de ceux du reste de la localité.

36En effet, le dynamisme artisanal et commercial n'a pas été une solution alternative de travail pour la population qui s'est installée dans ces deux communes mais dont le travail et les activités restent à Guadalajara. En réalité, beaucoup de jeunes ménages se sont installés dans les lotissements de Tlaquepaque et Tonala afin d'accéder à un logement, mais ils se plaignent des distances, des services, de l'isolement social, de sorte que la plus grande partie de leurs journées se passe à Guadalajara, au travail ou chez des parents. Dans la colonia Jalisco on trouve les terminus de 14 lignes d'autobus pour Guadalajara ; à Loma Dorada, Il n'y en a que deux, alors que onze autres lignes passent par la colonia. Les enfants qui font leurs études dans les écoles locales pourront un jour se sentir membres de ces communes, mais leur identité sera sûrement différente de celle des natifs du centre de Tonalà ou de Tlaquepaque.

37En ce sens, il semblerait qu'en raison des logiques différentes (croissance socio-démographique, changement du travail, lieu de résidence) qui s'entrecroisent dans les villes qui forment la conurbation, on puisse voir coexister différentes manières, de plus en plus éclatées, de vivre non seulement l'expérience quotidienne de la conurbation mais aussi de la commune dont tous sont désormais, bon gré mal gré, partie prenante.

NOTE FINALE

38Pour récapituler, on peut dire que la formation d'une conurbation dans la ZMC a été un phénomène non seulement tardif par rapport à la ville de Mexico mais aussi différent. Sa phase la plus intense s'est produite dans un contexte de crise et de changement économiques qui ont modifié de façon drastique la vie des communes de la conurbation et ont entraîné des transformations profondes dans leur relation avec Guadalajara, dans la dynamique de la grande ville. Elle s'est aussi produite dans un panorama de forte transition politique qui a rendu possible l'accès au pouvoir de partis d'opposition, la montée de formes de lutte politique vigoureuses et novatrices.

39La ZMG a intégré une série d'espaces économiques denses qui avaient dernièrement trouvé des formes alternatives ou complémentaires de développement local : Tonalà et Tlaquepaque dans diverses modalités d'artisanat ; Zapotlanejo dans la production de vêtements ; El Salto et Tlajomulco dans des activités industrielles variées. Malgré leur hétérogénéité, il s'agit d'activités économiques qui peuvent ignorer la grande ville : les entreprises s'installent dans les communes en fonction d'impératifs techniques et de besoins de main d'œuvre et de communication ; elles traitent avec un extérieur de plus en plus lointain, mais en même temps plus présent et plus exigent. En ce sens, les changements techniques et économiques des derniers temps semblent avoir contribué à faire perdre de son caractère central à Guadalajara par rapport à son environnement. Aujourd'hui, chaque commune cherche — et trouve — comment se rattacher à des dynamiques sectorielles proches de sa spécialisation, sans l'entremise de la grande ville. Bien que l'on parle de la nécessité de formuler une promotion économique « intégrale » de la ZMG, dans la pratique chaque municipalité s'efforce, avec des outils à l'efficacité très variable, d'attirer les investissements.

40Guadalajara semble avoir perdu ce qui était autrefois sa vigoureuse capacité de centraliser les flux économiques régionaux. Nous avons en effet vu émigrer de la grande ville une série d'activités liées, par exemple, à la confection, qui ont trouvé dans des espaces plus restreints non seulement le marché mais aussi l'environnement industriel qui leur permet de rester en contact avec les entreprises et les entrepreneurs d'aujourd'hui. On remarque dans la ZMG la présence croissante d'organisations et d'accords sectoriels dynamiques qui modifient la physionomie traditionnelle du jalisco, autrefois tourné vers sa capitale.

41Les phénomènes de changement et de spécialisation économiques ont entraîné par ailleurs des modifications profondes des classes et des rapports de classe à l'intérieur des communes, bien différents de la vieille structure, presque lointaine déjà, faite de commerçants, de paysans riches et d'ejidatarios pauvres. Actuellement, on trouve des entrepreneurs locaux très divers, avec des demandes spécifiques pour leurs activités et pour leur micro-région. Peu représentés dans les organisations patronales et politiques traditionnelles, ces entrepreneurs ont appris à se servir de l'instance municipale comme d'un espace où promouvoir leurs projets individuels et corporatifs. Dans les partis politiques, dans les organismes professionnels, il existe encore un grand désarroi sur la façon de traiter et d'intégrer ces entrepreneurs, jeunes le plus souvent, qui sont arrivés à changer les inerties et les tendances dans le négoce traditionnel du jalisco.

42En même temps, quoique de façon plus silencieuse, il est indubitable que la féminisation des marchés du travail, visible dans toutes les communes de la conurbation, a fait surgir une énorme force de travail féminine. Force dont nous savons peu de chose, presque rien en vérité, pour ce qui est de ses intérêts et de ses luttes qui ne s'expriment que par le biais des canaux conventionnels — quoique moribonds — de participation ouvrière, mais qui a sûrement des revendications en matière de travail, d'équipement urbain et d'identité sociale — autant de revendications différentes de celles de la classe ouvrière traditionnelle.

43Cependant, on ne peut pas non plus parler des municipalités comme d'entités ayant un seul projet économique et une seule logique d'occupation de l'espace. Dans l'actuelle dynamique de développement, on remarque parfois une absence de contacts, une fragmentation croissante entre les natifs et les nouveaux venus. Fragmentation qui, dans les cas de Tonalá ou Tlaquepaque, a conduit à l'existence de deux logiques en fin de compte paradoxales : d'un côté, le village traditionnel, situé au centre mais lié à des réseaux économiques très modernes, dont les demandes visent à l'efficacité de son intégration à l'extérieur : construction de routes et de chemins rapides et sûrs, de rues et d'espaces agréables, mise en place d'une sécurité publique efficace. De l'autre, la logique des lotissements, de l'établissement précaire, lié à des demandes précises et immédiates d'habitants aux ressources faibles, disposés à reproduire le schéma d'échange de faveurs politiques contre des services de base. En fait, beaucoup des nouveaux venus ne se sentent pas identifiés à la commune et aux gens qui les accueillent : leur référent d'identité est resté à Guadalajara. Les natifs, pour leur part, ressentent la perte d'espaces de vie et de travail, liée à la logique politique qu'imposent les nouveaux venus. Cette variété d'impulsions économiques et de forces politiques tend à maintenir dans une tension permanente la vie politique municipale et les acteurs sociaux. Cette tension a pris la forme d'une ségrégation spatiale qui peut être un détonateur en ce qu'elle spatialise et fait durer le conflit social.

44Quel est le bilan de la perte de contrôle, par le centre, sur les décisions économiques — décisions clefs pour les municipalités de la conurbation ? Sur quels rapports, quels élans, quels intérêts se construit la ZMG ? Ce sont apparemment, pour l'instant, les services de base qui sont réclamés à l'unanimité (problèmes de l'eau, de l'assainissement, des déchets, de la pollution, des transports, de la sécurité). Mais il n'y a pas non plus ici de convergence claire. Les demandes de Guadalajara et, dans une large mesure aussi, de Zapopan, où vivent des classes sociales moyennes et élevées, à fort degré d'instruction, tendent de plus en plus vers l'amélioration de la qualité de vie dans l'espace construit et visent l'élimination de ce qui pollue, salit, enlaidit : les ordures, les bureaux de la police, les policiers d'État, les usines.

45D'où la pression de la grande ville sur les municipalités pauvres pour qu'elles acceptent, en échange de propositions et de promesses non tenues, ce que la grande ville repousse. Il en découle des conflits intermunicipaux de plus en plus fréquents. Devant la pression de la grande ville, les municipalités négocient habituellement de petits espaces de leur territoire pour l'installation de services dont personne ne veut, comme les décharges. Néanmoins, les demandes de plusieurs municipalités restent des demandes de base : régularisation, équipement, services élémentaires.

46Il semblerait que c'est dans le domaine des services, qui concerne aussi bien la grande ville que les municipalités de la conurbation, les petites délégations et les compagnies privées, que se livrent plusieurs des grandes batailles urbaines de notre époque, où nous voyons surgir des mouvements sociaux inattendus, peut-être éphémères mais incessants.

47Batailles et mouvements qui mettent en évidence les tensions sur lesquelles on s'affronte et sur lesquelles on négocie la construction d'un nouvel aménagement du territoire ; processus dont on a exclu, au nom de la modernité et de la rationalité, un des acteurs centraux : l'État. Avec cette mise en marge, le système des leaders et des clientèles politiques est entré dans une crise, quoiqu'il s'efforce de résister. La pauvreté peut toujours être un bouillon de culture pour l'apparition et la persistance de ces formes de participation et de lutte politiques.

Bibliographie

Bibliographie

ALONSO, Jorge, 1993, El rito electoral en jalisco (1940-1992). Jalisco, CIESAS-EI Colegio de Jalisco, coll. « Ensayos Jaliscienses ».

ALONSO, Jorge, 1997, « Avances en la transición democrática », Renglones 38, ITESO, p. 44-54.

ARIAS, Patricia, WILSON, Fiona, 1997, La aguja en el surco. Cambio regional, consumo y relaciones de género en la industria de la ropa en México. Guadalajara, Universidad de Guadalajara, Centre for Development Research.

BATAILLON, Claude, RIVIÈRE D'ARC, Hélène, 1973, La ciudad de México. Mexico, Sep-Setentas

BATAILLON, Claude, 1997, « Le Mexique central : une capitale échappe au Parti révolutionnaire institutionnel », Problèmes d'Amérique Latine, n° 27, La Documentation Française, oct.-déc, p. 47-59.

BAZAN, Lucía, 1993, « La relación industrialización/urbanización en la delegación de Azcapotzalco », dans ESTRADA, Margarita et al., Antropologia y ciudad. Mexico, CIESAS-UAM, p. 105-113.

BOISIER, Sergio, 1996, « Modernidad y territorio », Cuadernos del ILPES.

CABRALES BAJARAS, Luis Felipe, 1993, « Primero Libertad, después Reforma », Ciudades 17, Red Nacional de Investigación Urbana, p. 22-25.

DURAND, Jorge, 1986, Los obreros de Río Grande. Zamora, El Colegio de Michoacán.

HERNÁNDEZ ÁGUILA, Elena de La Paz, 1997, La fábrica se va al campo. Guadalajara, Universidad de Guadalajara.

HIERNAUX NICOLAS, Daniel, 1995, Nueva periferia, vieja metrópoli : el Valle de Chalco, ciudad de México. Mexico, UAM-Xochimilco.

INEGI, Censos Generales de Población y Vivienda, 1940-1090, Aguascalientes.

LINARES ZARCO, Jaime, 1990, « Nueva política del agua », Ciudades 2, Red Nacional de Investigación Urbana, avril-juin, p. 54-56.

LÓPEZ MONJARDIN, Adriana, 1989, « Las mil y una micro-rebeliones », Ciudades 2, Red Nacional de Investigación Urbana, avril-juin, p. 10-18.

MATHIEU, Dominique, THOMAS, François, 1992, « Fin de la propiedad popular ? », Ciudades 15, Red de Investigación Urbana, p. 46-51.

MOCTEZUMA YANO, Patricia, 1998, « La mujer en la conformación de talleres artesanales en Tonala », Estudios Jaliscienses 32, El Colegio de Jalisco, mai, p. 19-34.

MORENO TOSCANO, Alejandra, 1979, « La crisis en la ciudad », dans GONZÁLEZ CASANOVA, Pablo, México, Hoy. Mexico, Siglo xxi Editores, p. 152-176.

NAVARRO BENÍTEZ, Bernardo, 1989, « El transporte urbano en la encrucijada », Ciudades 1, Red Nacional de Investigación Urbana, janvier-mars, p. 31-36.

NÚÑEZ, Beatriz, 1998, « Tonala y Guadalajara : una coexistencia difícil », Estudios Jaliscienses 32, El Colegio de Jalisco, mai, p. 52-62.

Notes de fin

* Traduction de lacques Gilard

CEED, université de Cuadalajara

Table des illustrations

Titre Carte n° 10 : Taux de croissance des municipios de la ZMG 1980-1990, 1990-1995
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/742/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

© Éditions de l’IHEAL, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540