Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires de l’État-nation en Amérique latine

 | 
Marie-France Prévôt Schapira
, 
Hélène Rivière d’Arc

Introduction

La fin de la nation unique : les territoires de la mondialité

Christian Grataloup

Texte intégral

  • * Université de Paris VII

1Note portant sur l’auteur*

Photographie n° 1 : Graffiti anti traité de libre commerce avec les États-Unis, à La Concepción (Chili). Cliché : Alain Musset

2Vous m’avez demandé d’ouvrir ces deux journées de réflexion autour de l’oeuvre de Claude Bataillon « par le haut », si l’on peut dire, c’est-à-dire par le monde et d’articuler ce niveau de réflexion à celui de l’État-nation (au singulier) et à celui des territoires (au pluriel). Je ne vais pas trop discuter la mondialisation contemporaine en tant que telle. Il en va de même que pour le sous-développement : c’est un fait à la fois évident et insaisissable. Dès qu’on cherche à construire une définition, à proposer des critères, des mesures, on noie le poisson. Il suffit pourtant de se promener un peu dans le monde pour que le sous-développement vous saute à la figure et qu’il ne puisse être nié en aucune façon. Il en va de même pour la mondialisation ; elle est partout, mais elle nous glisse entre les mains. Ce caractère d’évidence insaisissable est également au coeur même de notre sujet : l’État.

3Prenons donc, sans trop de gloses, ce phénomène de la mondialisation comme une réalité, à la fois très ancienne et très récente. Très ancienne, car on peut être tenté, de fil en aiguille, de remonter à l’origine de la diffusion des faits de société, et de l’humanité elle-même, à la surface de la terre. Dans cette genèse, le peuplement de l’Amérique grâce à l’abaissement, lors de la dernière glaciation, du niveau marin à une profondeur jamais atteinte auparavant est évidemment un fait majeur. Il est cependant manifeste que l’extension de l’oekoumène à toute la surface de la terre n’est pas, à proprement parler, une mondialisation. Ce processus sous-entend une interconnexion, une mise en relation des différentes sociétés présentes sur terre. On peut lire ce niveau mondial comme un système : le « système monde » dirait Olivier Dollfus justement (Dollfus : 1995, 1997).

4S’il est, dans la perspective du processus de mondialisation un acte fondateur, qui concerne tout particulièrement les latino-américanistes, c’est 1492. À partir des grandes découvertes, d’abord sous forme d’européanisation, puis de façon plus complexe et multipolaire, la cristallisation d’un niveau mondial n’a plus cessé. Mais ce qu’on entend par mondialisation aujourd’hui est beaucoup plus récent — et fort. Le terme même apparaît dans les années 1960, pour s’imposer dans le discours médiatique au cours des années 1980, avec une fonction de fatum, ou de deus ex machina, positif pour certains, diabolisé par d’autres. Aujourd’hui, il n’est plus possible de faire l’impasse sur l’existence d’un niveau sociétal mondial, la « mondialité » — terme un peu inhabituel pour distinguer l’état par rapport au processus, la mondialisation. L’aspect économique de ce niveau mobilise largement l’attention, mais cette mondialité n’y est pas réductible; elle est également sociale, culturelle, géographique et même, de plus en plus, politique.

5S’il fallait proposer une date de naissance, j’avancerais 1971. C’est, plus globalement, l’ensemble des années 1970. Mais 1971 présente bien des éléments de rupture par rapport à l’après-Guerre. D’abord, bien sûr, il y a le 15 août, le célèbre discours de Nixon qui mettait fin à toute convertibilité du dollar en or et achevait par là de détruire le système monétaire des « Trente Glorieuses », celui d’un monde économique et monétaire centré sur les seuls États-Unis. Les turbulences financières sont rapidement à l’origine de l’inflation sur les marchés de l’énergie et des matières premières, et notamment de ce qu’il est convenu d’appeler les « chocs pétroliers ». C’est également le début de l’intégration économique définitive de l’URSS au monde, en gros par des échanges de céréales et de technologie contre des hydrocarbures, intégration qui, si elle a donné à ce vieil adversaire de la mondialisation capitaliste un répit dans les années 1980, n’en était pas moins grosse de sa dissolution finale. Enfin, 1971 est l’année de l’invention du premier microprocesseur, donc du début de la micro-informatique et de l’interconnexion à venir, aspect souvent considéré comme la partie visible de l’iceberg que serait la mondialisation.

6Il émerge donc un niveau mondial de plus en plus fort qui s’autonomise par rapport à l’international. Cette dernière perspective, pensée de façon plus ancienne, suppose des acteurs nationaux, inégaux certes, mais non solubles. Pour les firmes ou les capitaux, mais aussi la musique ou les virus, de l’international au transnational on atteint le mondial.

7Dans un premier temps nous brosserons la problématique générale de la remise en cause du niveau national par la mondialisation ; puis, nous tenterons de voir quelles spécificités on peut discerner de l’extérieur pour l’aire latino-américaine. Cette seconde étape sera nécessairement beaucoup plus courte. La première se découpera en une logique binaire assez élémentaire : le caractère fongible de l’État-nation au vu d’autres niveaux territoriaux, mais également la résistance de ce niveau stato-national à travers ces mutations.

PASSAGE DU SINGULIER AU PLURIEL TERRITORIAL

8On peut partir d’une idée simple et assez banale : l’État-nation s’est imposé comme une norme universelle, sous l’influence de l’Europe, aux xix et xxe siècles. La prééminence de ce niveau excluait toute supranationalité et organisait l’internationalité, par exemple dans l’enceinte de l’ONU. Aux niveaux inférieurs, les situations pouvaient varier — de la centralisation la plus forte au confédéralisme le plus lâche — mais supposait toujours un « surmoi » national.

9Or, à la fin du xxe siècle, de l’ex-Yougoslavie aux accords sur l’environnement, ce « principe de souveraineté », comme disent les spécialistes des relations internationales, est quotidiennement remis en cause. Par un renversement de tendance, l’État-nation est débordé à la fois par le haut et par le bas. C’est devenu un truisme que de le dire; il faudra nuancer.

L’État cerné

10La mondialisation n’est pas seulement une « transcendance », au sens où un niveau supérieur s’impose à un niveau inférieur dans une échelle géographique (ici le monde par rapport à l’État). Ce processus provoque aussi des effets aux niveaux inférieurs et des réactions aux niveaux supérieurs.

Mondialisation et lieux

11Je partirai d’une idée à laquelle tient beaucoup Olivier Dollfus : le couplage du monde et des lieux. Ces lieux peuvent être toutes sortes de configurations spatiales de niveau inférieur à celui du monde : des villes, des régions, des districts, des pays, etc. Ces mises en relations de niveaux géographiques différents sont dues à la multiplication des types de distances, dont le raccourcissement drastique de certaines d’entre elles allant jusqu’à l’ubiquité (Grataloup : 1999, p. 13-22). Cette instantanéité au monde, au moins par certains modes communicationnels, dévalorise le poids des coûts de transport et valorise les effets de lieu. Les chaînes productives peuvent être de plus en plus distendues kilométriquement. Cette modification permanente des distances permet le rapprochement (non kilométrique, mais avec d’autres mesures de la distance, d’autres métriques) des villes mondiales en réseau. C’est ce qu’Olivier Dollfus a nommé l’AMM (archipel mégalopolitain mondial). On peut l’illustrer par une boutade en faisant remarquer que la bourse mondiale fait les « trois huit », ce qui suppose une localisation en triade.

12Plus modestement, cette mondialisation, par l’abaissement des coûts et des durées de la distance, multiplie les concurrences entre des lieux très éloignés les uns des autres selon les métriques anciennes. La découverte d’une rivalité, mais aussi souvent d’une complémentarité possible, avec des points du globe dont on ignorait parfois jusqu’à l’existence, est l’expérience la plus fréquente et qui découle du fait que le lieu auquel on appartient est saisi par la mondialisation. Les délocalisations de production et de services, les vacances lointaines, les changements de sièges d’entreprises, etc., l’illustrent quotidiennement. Or bien des lieux revalorisent simultanément des effets de proximité interne, urbaine en particulier, par une multiplication des contacts directs, des « frottements » pourrait-on presque dire. De là découle la revalorisation, dans les faits comme dans la littérature économique, des « districts marshalliens ».

13La mondialisation n’est pas ainsi la transcendance généralisée d’une seule métrique imposant l’ubiquité du web, mais bien plutôt la ramification chaque jour plus poussée d’un monde multimétrique. Ce foisonnement met à mal les territoires antérieurs qui avaient valorisé une forme de distance, une géographie monométrique. C’est surtout le cas du niveau stato-national. D’où le développement des lieux de contestation des régulations nationales, parce que cela coûte trop cher aux yeux des payeurs locaux, selon le modèle de la Padanie — Ligue lombarde, transposable, me semble-t-il, au Mexique. La remise en cause par la mondialité du niveau le plus induré jusque-là réactive en effet les contestations de niveau inférieur, ce que faute de mieux, parce que notre vocabulaire (et nos concepts) datent, nous appelons « crise régionale ». Dans ce couplage du monde et des lieux, l’État semble pris dans un étau.

Où les choses se compliquent si l’on tient compte des différents niveaux de supranationalité

14Quand les économistes parlent de « régions », ils s’intéressent à ce que les géographes nommeraient plutôt de grands espaces. Le processus de « régionalisation » désigne alors les regroupements volontaires d’États dont l’Union européenne représente le prototype. Cette démarche n’est pas sans ambiguïté par rapport à l’induration du niveau mondial que nous venons d’évoquer.

15Le degré zéro de la régionalisation ainsi comprise consiste en l’établissement de zones de libre-échange. Ces espaces commerciaux peuvent être présentés comme des étapes intermédiaires vers le niveau mondial, des préfigurations de l’intégration économique à venir. Cela relève, en fait, largement d’une fiction du discours néo-libéral. Dès que l’intégration commerciale est avancée, qu’un « marché commun » est bien établi, se posent inévitablement des problèmes d’ordre monétaire (sans compter les nombreuses questions de normes soulevées par les barrières dites « non tarifaires »). Plus globalement, ce sont d’incessantes questions de régulations économiques et sociales qui sont soulevées par des soucis de « juste concurrence ». Ces problèmes découlant de l’intégration des marchés soulignent justement les déficits d’ordre mondial en matière de normes techniques et sociales, de régulation monétaire, etc. Les bricolages « régionaux » qui leur servent de palliatifs préfigurent peut-être des traits à venir de la mondialité, mais c’est loin d’être sûr.

16En effet, ces processus localisés d’intégration produisent des autonomies régionales de plus en plus fortes par rapport au système monde et peuvent donc permettre ainsi de le tenir à distance. C’est un argument souvent avancé par les partisans de l’accélération de la construction européenne. Dans la remise en cause de l’autonomie nationale par la mondialisation, les « régionalisations » sont donc ambiguës, puisqu’elles représentent un dépassement de l’État-nation en même temps qu’une « forteresse », comme on aime parfois à le dire pour l’Union européenne, face au reste du monde. La conscience de l’enjeu du renforcement des lieux dans le cadre de la concurrence mondiale constitue du reste un argument de force non seulement pour ne pas abandonner les régulations locales (celles des États, mais également des villes et des unions « régionales »), mais encore pour les renforcer. C’est ce qui caractérise depuis une dizaine d’années la politique italienne : le défi mondial a poussé à l’intégration européenne qui, à son tour, produit un retour de l’État.

17On est donc dans un jeu de concurrences et de solidarités que, dans le jargon des géographes, je nommerai « multiscalaire » : les niveaux locaux, régionaux infra-nationaux, étatiques, « continentaux », mondiaux, s’influencent constamment et ne se réduisent pas à des couplages simples. L’induration du niveau mondial met en mouvement toute l’échelle des sociétés et les évidences acquises dont témoignent (encore?) le vocabulaire, le droit et les appareils statistiques. L’État n’est pas soluble dans la « globalisation » ; il serait plutôt démultiplié.

L’ÉTAT DÉMULTIPLIÉ

18Repartons de la tendance au développement d’un niveau intermédiaire entre le monde et les États. Remarquons, incidemment, que nous ne disposons pas d’un vocabulaire adapté. La « région » des économistes n’est pas, comme nous l’avons rappelé, celle des géographes. J’utiliserais volontiers le terme le plus traditionnel pour désigner le premier niveau de découpage du monde, celui de continent. Ce ne serait, certes, pas sans ambiguïté, car cela semble relever d’une partition d’ordre purement naturel. En réalité, le découpage du monde en cinq parties traditionnelles est le fruit d’une construction historique : c’est la terre vue d’Europe, progressivement découpée et nommée à mesure que les Européens s’en sont saisie. Le décalage ne peut que s’accroître au fil du temps et conformément à une mondialisation de moins en moins eurocentrée (à la différence de l’inertie de la plupart des représentations cartographiques). La portée à géographie variable du substantif « Asie » ou de l’adjectif « asiatique » à propos de la crise récente (justement qualifiée d’asiatique, comme la grippe), illustre bien cette dérive de l’usage des continents.

19Ce que ce processus de « continentalisation » vise principalement, c’est un effet de taille. Atteindre une masse critique pour tenir son rang dans la mondialisation, tel est l’objectif essentiel de ces diverses intégrations. Tout découle du fait qu’il n’y a aucune égalité entre les différents État-nations. L’expression de sous-continent utilisée pour l’Inde ou la Chine, voire la Russie ou le Brésil, souligne que pour certains États, la taille critique est, si l’on peut dire, naturelle. Les intégrations régionales ne visent, le plus souvent, qu’à atteindre ce volume pour « faire le poids ». Dans cette perspective, le niveau national est simplement déplacé d’un cran.

  • 1 L’idée de droits de polluer cessibles en est l’illustration qui serait la plus cocasse, si elle n’ (...)

20Malgré tout, les enjeux de la souveraineté se développent également au niveau supérieur à ces régions continentales : il s’amorce ce qu’on peut appeler un territoire mondial. C’est particulièrement net quand il s’agit de gérer des inquiétudes sur des questions qui se moquent des frontières, des problèmes environnementaux en particulier. La couche d’ozone en est le meilleur exemple. Se fait alors jour, de la part des organisations justement qualifiées de « non gouvernementales » — on pourrait dire non étatiques — une demande de régulation non pas internationale, mais supra-étatique, à proprement parler mondiale. Cette contradiction entre ces deux façons de concevoir la gestion du patrimoine terrestre, l’internationale et la mondiale, s’est particulièrement manifestée au cours des conférences de Rio et de Kyoto. Là, se sont plutôt les plus petits États qui se sont associés aux ONG pour s’opposer aux grands États-continents, les États-Unis en tête, défenseur de l’internationalité. Globalement, c’est cette tendance traditionnelle qui l’emporte1, mais pour combien de temps encore ?

21Le monde, ce n’est donc pas le primat croissant d’un seul niveau, celui de la mondialité. Il faut plutôt parler de subsidiarité croissante « d’États », au sens de niveaux pertinents de régulation sociale, devenus multiscalaires. Or, malgré tout, l’État au sens le plus traditionnel du terme reste non soluble.

L’ÉTAT MAINTENU

  • 2 Malgré les efforts persévérants d’Eurostat, on n’arrive pas à donner de cohérence aux indicateurs (...)

22D’abord, tout ce que nous venons d’évoquer est perçu bien plus que mesuré. Toutes les statistiques, en effet, relèvent des appareils d’État. Qu’elles soient démographiques, économiques ou sociales, les données chiffrées, sont produites par des organismes nationaux, généralement mis en place après la Seconde Guerre mondiale dans le cadre de la généralisation des régulations keynésiennes. Les statistiques donnent donc à voir ce qui intéresse l’État et la façon dont il le perçoit. C’est très évident, par exemple, dans les discussions des économistes sur la mesure du degré d’ouverture des économies. À s’en tenir aux types de mesure courant, il paraît plus fort avant 1914, ce qui n’est vrai que pour quelques secteurs de l’ensemble des activités productives. De ce fait, le degré de mondialité d’une société nationale, même simplement de son économie marchande, est très difficile à vérifier, et cela, sans doute, pour longtemps encore. Tous les indicateurs mondiaux ne sont aujourd’hui que les résultats de grosses additions, les sommes des indicateurs nationaux22.

23Plus profondément, les appareils d’État, par les régulations qu’ils permettent, sont — jusqu’à preuve du contraire — les seuls qui assurent des cohérences de sociétés sur des territoires. Leurs capacités sont certes très inégales. La hiérarchie, mais également la diversité qualitative qui en découle, offre donc une gamme de possibles très complexe sur laquelle jouent les logiques du système monde.

24Dans ces perspectives, les grandes firmes sont beaucoup plus internationales que mondiales ; il n’est pas illogique de les qualifier à la fois de transnationales et de multinationales. Le capitalisme joue constamment sur les écarts, mais selon des critères multiples : inégalité des coûts (de salaires, de protection sociale, d’efficacité des services publics, etc.) et diversité des capacités productives. Or, tout cela suppose un encadrement, nécessite un fonctionnement global (transports, horaire, fiscalités — y compris officieuses —, etc.). Il serait difficile, sans cela, de comprendre pourquoi les emplois à faible niveau technique (autres que de proximité) ne sont pas tous délocalisés vers l’Afrique noire où les rémunérations sont globalement les plus faibles en termes monétaires.

25Les logiques étatiques se multiplient donc, sauf au niveau mondial. Parallèlement à la mondialisation, en interaction avec elle, se construit donc une logique multiscalaire de l’internationalité qui renforce les territoires bornés. C’est l’inverse de la mondialité. La relation dialectique entre les dynamiques sta-to-territoriales et celles de la construction d’un espace mondial risque de rester pendant longtemps notre horizon de recherche.

26Cette grille de lecture n’est pas dénuée d’efficacité en Asie comme en Europe, en Afrique comme en Océanie. En Amérique, comme pour tous les autres grands espaces, cela prend des formes spécifiques.

LES FORMES LATINO-AMÉRICAINES DE L’ÉCHELLE DÉMULTIPLIÉE DU MONDE

27L’Amérique latine me semble avoir cette originalité, par rapport aux autres grandes aires culturelles, d’être née de la mondialisation et d’en avoir été une étape. 1492 concrétise l’idée de la rotondité du globe, dont Magellan ne tarde pas à réaliser le premier bouclage. En franchissant de façon définitive l’Atlantique, à la différence des aventures vikings sans lendemain, Christophe Colomb opère une inversion des distances. Avant, la future Amérique représentait la partie de la terre la plus éloignée de l’extrémité occidentale de l’Eurasie. Après, la maîtrise européenne de l’Atlantique permet une proximité nouvelle de part et d’autre. Le contact entre l’Europe et l’Amérique réalise ainsi un violent choc de distances, probablement le plus spectaculaire et douloureux de l’histoire des hommes.

28L’Atlantique représente la barrière majeure dans les diffusions antérieures aux grandes découvertes des Européens. Tous ce qui a peuplé l’Amérique, plantes, animaux et surtout sociétés, est passé par le détroit de Béring. Les Amérindiens sont proches, dans le domaine biologique comme dans le champ linguistique, des peuples sibériens, même si ces traits de famille se sont beaucoup distendus avec l’isolement des sociétés d’Amérique par l’étirement des distances, surtout après la remontée post-wurmienne. Dans le monde d’avant 1492, rien n’est plus éloigné, biologiquement ou socialement, de l’Amérique que l’Europe. C’est, de ce fait, une erreur que de représenter le « monde » d’avant 1492 avec un planisphère eurocentré, en particulier pour décrire la diffusion de l’espèce humaine à la surface de la terre ; c’est pourtant ce que font la plupart des atlas. Le bouclage ne fut véritablement achevé, malgré le précédent du galion de Manille, qu’au xixe siècle. Ce sont les États-Unis, véritable relais de l’Europe, qui jouèrent le rôle de pionnier. Mais dans le langage, les pays riverains du Pacifique occidental reste « l’Extrême-Orient », malgré le développement des relations transpacifiques.

29Le traumatisme américain initial du xvie siècle procède donc d’un choc de distance : une relative proximité dans les moyens de communications met en contact des héritages très éloignés (Heffer : 1997). Les ravages du choc microbien sont les plus immédiats. Les envahisseurs avaient été massivement vaccinés par les grandes pestes du xvie siècle, conséquences elles-mêmes du changement d’échelle découlant des conquêtes mongoles (Grataloup : 1996)3. Mais, dans l’isolat américain, les anticorps n’avaient pu se développer. Dans le domaine culturel, religieux en particulier, le choc des distances fut tout aussi brutal. Aucune vision chinoise ou africaine du monde ne pouvait être aussi éloigné du christianisme ; le plus souvent l’Islam assurait une relation conflictuelle systémique qui créait des intermédiaires. Cette mise en relation, à la fois brutale du fait de l’éloignement des héritages et massive par la relative facilité des communications, est bien l’événement fondateur de l’Amérique latine. C’est moins net pour l’Amérique anglo-saxonne, où le processus de fondation est à la fois plus tardif et plus lent.

30L’aire latino-américaine fut donc accouchée aux forceps avec une très forte projection de l’Europe sur des sociétés radicalement autres. Et parmi les modèles importés, typiquement européens, il y a l’État-nation. Le modèle de territorialité, tel qu’il a été forgé en Europe dès le xvie siècle (en particulier sous la forme castillane que lui donna Philippe II), s’est épanoui en Amérique latine dès le xixe siècle, avec ses frontières qu’on s’efforce de faire bien bornées, ses logiques d’homogénéité interne (linguistiques, juridique), sa capitale fixe, ses modes toponymiques, etc. Certes cette projection européenne n’implique pas le particularisme seulement. Elle est également porteuse d’un universalisme, fait à la fois de catholicisme et des idéaux de l’humanisme, voire scientiste (ordem i progresso). Mais cet ensemble d’idéaux qui pourrait être considéré comme transcendant les différents pays, s’articule également, avec fidélité à la tradition européenne, aux structures de l’État-nation, y compris sous forme d’églises nationales. Cuba me semble, dans cette perspective, être à la fois un État fort et le dernier petit soldat d’une vision universaliste spécifique, d’une contre-mondialisation.

31La situation est donc différente de ce qui peut se passer en Asie ou en Afrique où le modèle stato-national doit prendre en compte des héritages tout autres : soit de logiques impériales (Chine, Inde septentrionale, Iran, etc.), soit des sociétés sans héritages étatiques (au moins visibles). Donc le jeu de l’échelle des souverainetés que nous avons évoqué dans la première partie ne peut que prendre des formes extrêmement spécifiques, pas plus en Amérique latine qu’ailleurs, mais sous des formes nécessairement différentes. Et là, c’est aux spécialistes de jouer! (Grataloup : 1999).

Bibliographie

Bibliographie

DOLLFUS, Olivier, 1997, La mondialisation. Paris, Presses de Sciences Po, coll. « La bibliothèque du citoyen ».

DOLLFUS, Olivier, 1995, La nouvelle carte du monde. Paris, Puf, Que sais-je? n° 2986

GRATALOUP, Christian, 1999, « Représenter/penser un Monde mondialisé », L’Espace géographique, n° 1, p. 13-22.

GRATALOUP, Christian, 1996, Lieux d’Histoire. Essai de géohistoire systématique. Paris, Reclus/La Documentation française.

GRATALOUP, Christian, 1999, « Les noms du Monde », Géo, n° 241, mars, p. 30-34. HEFFER, Jean, 1995, Les États-Unis et le Pacifique. Histoire d’une frontière. Paris, Albin Michel.

Notes

1 L’idée de droits de polluer cessibles en est l’illustration qui serait la plus cocasse, si elle n’était inquiétante.

2 Malgré les efforts persévérants d’Eurostat, on n’arrive pas à donner de cohérence aux indicateurs globaux de l’Union européenne.

Notes de fin

* Université de Paris VII

Table des illustrations

Légende Photographie n° 1 : Graffiti anti traité de libre commerce avec les États-Unis, à La Concepción (Chili). Cliché : Alain Musset
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/723/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© Éditions de l’IHEAL, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable