Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires de l’État-nation en Amérique latine

 | 
Marie-France Prévôt Schapira
, 
Hélène Rivière d’Arc

Avant propos

Marie-France Prévot Schapira et Hélène Rivière d’Arc

Texte intégral

  • * Université de Prais VIII, CREDAL.

1Note portant sur l’auteur*

  • CREDAL CNRS

2Note portant sur l’auteur

3Ce livre est issu du colloque qui s’est tenu, les 26 et 27 mai 1998, en hommage à Claude Bataillon à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine, dans le cadre du Centre de recherche et documentation sur l’Amérique latine.

4Les travaux de Claude Bataillon offrent à la communauté des géographes et bien au-delà, une réflexion sur la pérennité des découpages territoriaux comme éléments structurants du système de gouvernement mexicain face à une multiplicité de micro-territoires. Ils apparaissent profondément contemporains d’une question plus immédiate posée au cours de ces deux dernières décennies : celle du devenir et de l’actualité de l’ancrage de l’État à différentes échelles. Les textes qui forment cet ouvrage traduisent les recherches et le débat que cette question suscite.

5Au Mexique, et en raison de la prégnance de l’État, l’échelle privilégiée a été celle du territoire national dans sa diversité régionale. Les changements partout observables aujourd’hui nous ont conduits à nous interroger sur les modes de territorialités à l’oeuvre dont les traits les plus fréquemment soulignés sont l’affaiblissement de l’État-nation et le développement des expressions régionales et identitaires. Les mêmes temporalités, un héritage commun, des instruments parfois proches de gouvernement expliquent la présence dans ce livre de situations chilienne, brésilienne et argentine, à l’origine d’un dialogue permanent entre chercheurs.

6Ce dialogue s’est organisé autour de quatre questionnements :

  • Quel sens pour l’échelle régionale aujourd’hui, alors que l’idée de planification, si présente dans les années 1960, s’est dissoute ?
  • Quelle visibilité pour des acteurs locaux qui aspirent à la reconnaissance de leurs nouvelles relations au territoire (municipalités, élites locales, indiens...) ?
  • Comment s’articulent la logique des réseaux, la mobilité accrue des hommes et celle de maillages territoriaux hérités ou en gestation ?
  • Le moment est-il venu d’une redéfinition des institutions étatiques et de leur ancrage, en résonance avec ces nouvelles dynamiques territoriales ?

7Cet ouvrage se termine sur l’histoire de concepts qui ont jalonné vingt ans de recherche en sciences sociales au sein du GRAL (Groupe de Recherche sur l’Amérique latine) et qui, de toute évidence ont été au coeur de débats animés par Claude Bataillon (géographe) et son successeur d’alors, Yvon Le Bot (sociologue).

Notes de fin

* Université de Prais VIII, CREDAL.

CREDAL CNRS

© Éditions de l’IHEAL, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540