Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eaux et réseaux

 | 
Graciela Schneier-Madanes
, 
Bernard de Gouvello

Deuxième Partie. Gestion urbaine, gestion sociale

De l’eau, des femmes et des hommes dans une favela de Recife (Brésil)

Dominique Vidal

Texte intégral

  • * Sociologue, maître de conférence à l’Université de Lille III

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 Ce texte s’appuie sur une série de recherches menées à Recife depuis 1992 sur les rapports sociaux (...)

2Les pages suivantes se proposent d’évoquer quelques aspects du rapport à l’eau des habitants de Brasília Teimosa, une favela urbanisée de Recife au Nordeste du Brésil1. Il y a, on le sait, dans les sociétés du sud une corrélation étroite entre la pauvreté et la rareté de cette ressource vitale ou sa mauvaise qualité. Là où l’eau manque ou n’est pas assainie règnent des conditions d’existence précaires qui font de l’accès aux services de l’eau l’une des toutes premières revendications de ceux qui les subissent. Or les problèmes liés à la maîtrise de l’eau ont affecté la population de Brasília Teimosa tout au long de son histoire et, pour cette raison, ont toujours occupé une place importante dans les échanges politiques dans laquelle elle s’est trouvée engagée. On montrera par conséquent ce que l’accès à l’eau courante a pu représenter pour ces citadins et combien, néanmoins, la persistance de difficultés d’approvisionnement continue de peser sur leur vie quotidienne. On insistera ensuite sur le sentiment de respectabilité que procure l’accès à l’eau et sa centralité dans la conception locale du statut de citoyen et la légitimation politique.

3Très éloigné de prime abord des débats actuels sur la privatisation et les formes de cogestion des services urbains, ce texte entend pourtant rappeler le caractère unique de ce bien qu’est l’eau à partir d’un regard « depuis le bas ». Il nous permettra de plus en conclusion de suggérer en quoi le prisme du rapport à l’eau fournit une description des pauvres urbains brésiliens qui illustre la tension entre deux représentations opposées dans laquelle est aujourd’hui prise la réflexion sur la condition populaire. Selon les conjonctures socio-économiques, le cadre théorique dominant du moment ou la sensibilité politique des auteurs, la littérature sur le sujet tend en effet à s’organiser depuis une vingtaine d’années autour de deux pôles contrastés. Le premier propose une vision quelque peu héroïque de l’inscription des citadins les plus démunis dans la modernité et le processus politique. Loin de vivre en marge de la société, ils partageraient l’essentiel de ses aspirations et participeraient pleinement à la construction démocratique par leur engagement dans des mouvements sociaux émanant d’organisations de base. Le second, à l’inverse, insiste sur le déni de reconnaissance que subissent les pauvres des villes. Faute de bénéficier des protections assurées par un État de droit, ils seraient privés de leur citoyenneté et vivraient en permanence sous la menace de la déchéance et de la violence criminelle ou policière. L’exemple du rapport à l’eau à Brasília Teimosa révèle justement que ces deux représentations comportent chacune leur part de vérité et invite à la prudence quand il s’agit de dire la situation des populations urbaines défavorisées dans le Brésil contemporain.

UN QUARTIER GAGNÉ SUR LES EAUX

4Que chaque espace urbain possède sa spécificité tombe sous le sens. Le propos paraîtra toutefois moins trivial dans le cas qui nous intéresse quand on aura vu combien l’histoire de Brasília Teimosa a partie liée à son rapport à l’eau. La péninsule qui abrite aujourd’hui ses dix-sept mille habitants n’a en effet qu’une existence géographique récente puisque, jusqu’en 1934, ce n’est qu’une langue de boue marécageuse baignée par les flots de l’océan et d’un estuaire. Un projet d’aéroport international, vite abandonné, conduit alors à son assèchement. Longtemps seulement occupé par quelques dizaines de familles de pêcheurs, son peuplement n’intervient véritablement que deux décennies plus tard quand, pendant le carnaval de 1958, elle est soudainement envahie par des migrants ruraux et des pauvres de Recife à la recherche d’un terrain où s’établir. Un événement qui lui donne d’ailleurs son nom, Brasília Teimosa signifiant en portugais « Brasília la têtue », une dénomination vite trouvée par ces envahisseurs en référence à la construction à la même époque d’une nouvelle capitale sur un plateau désert et à leur résistance opiniâtre devant les tentatives d’expulsion.

  • 2 Cette façon de se nourrir des pauvres de Recife a donné lieu à des pages célèbres de la littératur (...)

5La maîtrise de l’eau n’a jamais cessé de préoccuper les habitants de la péninsule. Celle de l’eau de l’océan pour commencer, laquelle peut tout aussi bien être une menace qu’un milieu où trouver son alimentation. Une menace chaque année au mois d’août quand les fortes marées de l’hiver austral balaient les bicoques sur pilotis érigées sur la grève. Une source d’alimentation pour tous ceux qui vivent des crustacés et des coquillages ramassés dans l’estuaire2. Bien sûr, hormis pour les plus démunis de ses résidents qui dépendent de la pêche, les conditions de vie ont bien changé à Brasília Teimosa depuis les premiers temps de son occupation. En 1979, la mise en œuvre d’un programme d’urbanisation en a même si profondément modifié la physionomie que sa population la considère désormais comme un quartier et non plus comme une favela. Les rues ont été pavées, et l’on ne vit plus dans la poussière quand il fait soleil et dans la boue quand il pleut. La desserte par les transports en commun s’est améliorée. Des écoles et un poste de santé ont ouvert. Un système d’aide à la construction fait quasiment disparaître les habitations en bois et en pisé au profit de petites maisons en briques. En ce qui concerne plus particulièrement le domaine de l’eau, la mise en service d’un système d’égout permet désormais tant bien que mal l’évacuation des eaux usées et a, de l’avis général, constitué un changement majeur. Car pour insuffisant qu’il demeure, son installation a néanmoins mis un terme aux odeurs fétides des fosses sceptiques artisanales et à la prolifération des rats et des insectes. L’arrivée de l’eau courante, à défaut d’être potable, a également réduit les difficultés d’approvisionnement. Celles-ci reviennent toutefois régulièrement chaque fois que la sécheresse impose à la société (la Compesa) qui en assure la gestion de la rationner en ne la distribuant, selon la gravité de la situation, qu’un jour sur deux ou sur trois, voire parfois une seule fois par semaine.

L’EAU DANS LA VIE QUOTIDIENNE

6Source de vie, l’eau est aussi à Brasília Teimosa source de dignité personnelle. Car pour ces habitants qui accordent la plus grande importance à la reconnaissance de leur pleine appartenance à la société, l’accès à l’eau garantit la propreté, un signe de respectabilité s’il en est. Parvenir à rester propre quand on est pauvre, c’est, selon eux, montrer à autrui, et notamment aux dominants, que l’on peut maintenir une image positive de soi dans la difficulté, que l’on n’a pas renoncé à vivre conformément aux modèles de comportement de ceux qui font société à la différence des vagabonds et des mendiants, figures de la déchéance absolue dans ce milieu populaire. La propreté des enfants fait notamment l’objet d’une attention constante de la part des mères et des grandes soeurs qui les changent et les nettoient à la moindre salissure. C’est, disent-elles, parce qu’ils sont propres qu’on ne saurait les confondre avec les enfants de rue loqueteux et crasseux qui maraudent dans les rues du centre-ville. Celui qui ne parvient à se tenir propre ou laisse la poussière envahir sa maison fait preuve, selon les catégories locales, de « relâchement », un état qui peut être expliqué par un trouble psychologique majeur, un tempérament paresseux ou une situation économique désespéré. Mais quelles qu’en soient les explications données, celui que l’on considère « relâché » se voit toujours attribuer une position statutaire défavorable dans la hiérarchie locale quand il ne s’expose pas tout simplement au discrédit que répand la rumeur.

7Exigée de tous, la propreté est néanmoins avant tout, l’affaire des femmes. Dans les représentations locales des rôles impartis à chacun, c’est en effet à elles que revient l’entretien du foyer et du linge quand les hommes se doivent de subvenir aux besoins familiaux. La réalité est évidemment plus complexe. Bien des femmes ont aujourd’hui un revenu d’activité, et il n’est pas rare de voir des hommes faire le ménage ou baigner les enfants, surtout dans les jeunes ménages gagnés par l’idéal de l’égalité dans le couple. Mais il n’en reste pas moins que celle qui ne parviendrait pas à s’acquitter de ces tâches se verrait à coup sûr désignée comme un mauvais parti ou une épouse négligente. Dans un quartier où peu de ménages disposent d’appareils électroménagers ou d’une employée de maison, on aperçoit là d’ailleurs une différence de taille entre la condition des femmes des couches dominantes et celle des femmes des secteurs populaires. Aussi forte puisse être l’identification aux modèles de comportements modernes diffusés par les médias de masse, ces dernières passent encore chaque jour des heures à lessiver dans des bassines en zinc et à passer la serpillière pour éviter les dépôts de poussière qui se forment si vite.

8Ces activités domestiques supposent un large accès à l’eau. Or, quand celle-ci se trouve rationnée, c’est encore un souci supplémentaire pour les femmes qui doivent gérer avec parcimonie les réserves stockées dans la cuve, le réservoir installé sur le toit ou une multitude de récipients entreposés dans une pièce à part. La capacité à pouvoir stocker de l’eau est d’ailleurs si importante dans la qualité de la vie que le fait de posséder une cuve ou un réservoir représente un élément important dans la détermination de la valeur d’une habitation. Elle est également une forme de différenciation statutaire entre les familles, tant celles qui viennent à manquer d’eau se trouvent fréquemment contraintes d’en demander à leurs voisins, une situation de dépendance vécue sur le mode de l’infériorité que beaucoup préféreraient éviter. Parmi les tâches ménagères liées à l’eau, il faut enfin mentionner celle entraînée par la transformation de l’eau courante en eau potable dans les familles qui ne peuvent acheter des cubitainers d’eau de source. C’est là encore les femmes qui s’en chargent en la faisant bouillir avant de la filtrer pour la rendre propre à la consommation.

9Aussi difficile demeure leur quotidien, les femmes de Brasília Teimosa s’accordent toutefois à dire combien l’arrivée de l’eau courante a transformé les conditions de vie. Car si la gestion de l’eau reste toujours une préoccupation majeure, au moins ne s’épuisent-elles plus aujourd’hui dans ces longs va-et-vient entre le domicile et les camions-citernes qui, jusqu’au début des années 1980, venaient ravitailler la péninsule. Mais il suffit que le rationnement dure un peu plus longtemps que prévu pour qu’il leur faille à nouveau aller et venir entre les maisons et ces véhicules envoyés par les pouvoirs publics ou des candidats en quête de suffrages.

L’EAU DANS LA POLITIQUE LOCALE

  • 3 Dans son livre sur les activités politiques dans les favelas de Rio de Janeiro, Camille Goirand ra (...)

10Car l’eau est aussi un enjeu politique3. Qu’il s’agisse de son captage, de son traitement, de son transport ou de sa distribution, les débats actuels sur la privatisation des services de l’eau en Amérique latine viennent à ce propos immédiatement à l’esprit. Ce sont pourtant d’autres aspects de la politique de l’eau que nous voudrions ici évoquer: l’importance du « droit à l’eau » dans le sentiment d’être un citoyen et les enjeux liés à l’eau dans la légitimation du personnel politique et l’action des associations d’habitants.

11Pour bien saisir l’importance accordée à la distribution de l’eau dans la légitimation politique, il faut avoir présent à l’esprit une dimension essentielle du système de représentations politiques des habitants de Brasília Teimosa : le fait que leur façon de concevoir le lien politique procède de leur façon de concevoir le lien social. À savoir que ce qui importe avant tout pour ces pauvres de Recife, ce n’est pas tant de bénéficier de droits politiques et de pouvoir exercer leur citoyenneté par le biais de la participation électorale, mais bien davantage le sentiment d’avoir sa place pleinement reconnue dans l’ordre social, fût-ce en position subalterne. Ce sentiment s’organise autour de la notion de respect (Vidal, 1999). Centrale dans l’évaluation des relations sociales et les jugements sur le personnel politique, cette notion de respect exprime justement l’importance accordée à cette reconnaissance de la pleine appartenance à la société, définie comme appartenance à l’humanité par opposition à ce qui évoque la condition d’esclave. C’est en effet le fait d’observer des normes de comportement nécessaires au respect mutuel de ceux qui font société qui fonde, selon ses résidents, le droit à être traités comme des « êtres humains » (gente), et non comme des « animaux » ou des « esclaves » tenus en lisière du social. Cette revendication de respect (et la dénonciation du « manque de respect » qui est son corollaire) participe de l’idéal plus général d’une société harmonieuse, parfaitement réglée, dont les membres vivraient en bonne intelligence en dépit des différences sociales. Le sens donné au statut de citoyen s’organise du reste autour de cette notion de respect. Appartenant au langage courant, le mot cidadão possède un sens bien précis pour les résidents de la péninsule. C’est « une personne de bien », qui n’a jamais eu « affaire à la police », qui entretient de « bonnes relations » avec autrui, quelle que soit sa position sociale, et qui « remplit ses obligations », en pourvoyant aux besoins des siens par son travail si c’est un homme, en veillant à la bonne marche du foyer si c’est une femme. Car n’est un citoyen que celui dont le comportement atteste de son respect d’autrui. Et, de la même façon que le respect ne s’obtient qu’au travers d’autrui, n’est citoyen que celui qui est reconnu comme tel par les autres « citoyens ».

12Précisons aussi que le fait que le mot « citoyen » soit défini en termes moraux et ne soit que très rarement associé à l’idée de participation active aux affaires publiques ne signifie nullement que les citoyens ne puissent rien espérer des gouvernants. Bien au contraire, c’est justement parce qu’ils respectent strictement les normes nécessaires au bon fonctionnement de la société et à la préservation de l’ordre social qu’ils s’estiment fondés à attendre en retour des gouvernants des solutions à leurs difficultés. Au respect qu’ils manifestent doit correspondre le respect des politiciens, car si, eux, « remplissent leurs obligations », à eux de respecter les leurs qui sont de reconnaître et de soulager la détresse de « ceux qui souffrent ». C’est pourquoi beaucoup interprètent l’insuffisance de l’action publique comme une atteinte à leur qualité de citoyen. Les habitants de Brasília Teimosa ont du reste une idée très précise du rôle qui incombe au personnel politique: « trouver des solutions », « aider », « régler les problèmes ». Autant de tâches qui, conformément à la conception du code de comportement que chacun doit observer selon sa place dans la société, constituent les « obligations » des politiciens envers la population. Un « bon politicien » est un politicien qui « remplit ses devoirs », qui « travaille pour les pauvres », manifeste sa préoccupation pour leur sort en, selon une expression communément utilisée, les « regardant ».

  • 4 Dans un article souvent cité dans la littérature sur les mouvements sociaux urbains, Eunice Durham (...)

13Aussi le cidadão a-t-il des « droits ». Et, parmi ceux-ci, les droits qui renvoient aux infrastructures figurent en bonne place. Ils renvoient aussi bien aux conditions de logement (le droit à l’électricité, le droit à l’égout et, bien évidemment, le droit à l’eau), à l’existence de services publics (le droit à l’éducation, le droit à la santé) qu’à des exigences plus générales comme le droit au travail ou le droit à la sécurité. L’on repère ici les traces du langage des organisations de base qui, lors de transition à la démocratie, faisaient de la référence aux « droits » un mode majeur de formulation des demandes aux acteurs gouvernementaux4. La notion de respect fait alors souvent l’objet d’une mise en forme juridique, lorsque, par exemple, une demande comme le « droit à l’eau » diverses demandes excipe d’un droit plus fondamental encore: le « droit au respect » ou le « droit à la dignité ». Car l’on attend fondamentalement d’un élu qu’il fasse preuve de « respect » en reconnaissant la détresse des pauvres. Et dans les jugements permanents sur le « respect » ou le « manque de respect » manifesté par tel ou tel élu, la catégorie du regard revient fréquemment. Car ce que l’on demande aux élus, c’est, pour reprendre l’expression fréquemment utilisée en la matière, qu’ils « regardent les pauvres », c’est-à-dire qu’ils reconnaissent leur souffrance et prennent des mesures destinées à la soulager.

  • 5 Et ce toujours même si son mandat de maire de Jaboatão dos Guararapes a été cassé en 1998 suite à (...)

14La distribution d’eau est, à ce titre, un des moments où s’opère de façon particulièrement intense ce regard nécessaire à la légitimation politique. Elle place en effet des hommes de condition fort différente sous un horizon de commune humanité, quand l’absence de cette ressource précipite vite ceux qui en pâtissent dans la sphère de la nécessité et dans un état de souillure perçu comme relevant de l’animalité. Ce n’est d’ailleurs pas sans raison que, depuis l’occupation de la péninsule en 1958, sa population apporte massivement ses suffrages à Newton Carneiro, élu à huit reprises député de l’État de Pernambuco. Se définissant lui-même comme un « politicien assistantialiste », celui-ci a pendant vingt ans, jusqu’à l’installation de canalisations amenant l’eau courante, fait distribuer gratuitement de l’eau à sa population. Plus que toutes les autres actions d’assistance (construction d’abris de bus, aide juridique ou dons d’aliments, de matériaux de construction et de médicaments), c’est son rôle passé dans l’accès à l’eau qui lui vaut d’être tenu comme un « politicien qui respecte le peuple »5. D’autant qu’à chaque fois que l’eau vient à manquer, on le revoit encore venir approvisionner la population de la péninsule juchée sur son camion-citerne. Cette importance attachée à la constance de l’assistance n’est au demeurant pas sans rappeler ces propos de Tocqueville selon qui « pour gagner l’amour et le respect de la population qui vous entoure, il faut une longue succession de petits services rendus, de bons offices obscurs, une habitude constante de bienveillance et une réputation bien établie de désintéressement. (...) on s’attache le pauvre par les manières plus que par les bienfaits » (cité par Lenclud 1993 : 95). Car, pour ses électeurs, l’aide de Newton Carneiro est de toute autre nature que ces biens distribués en période électorale qui ravalent le pauvre au rang d’un suffrage à acquérir. Elle diffère aussi de l’« échange de faveurs » qui, dans une société dominée par l’esclavagisme, attestait de l’appartenance commune au monde des hommes libres de deux personnes aux statuts très différents, et ce quand bien même il n’était nullement question de leur égalité sociale (Schwartz 1977). Newton Carneiro traite en effet les plus démunis comme des semblables. A la différence du candidat qui envoie faire la faveur un de ses subalternes de même statut social que ceux qui la reçoivent, il accorde lui-même son aide. Son âge avancé et son état de santé précaire ne l’ont jamais dissuadé de venir s’assurer physiquement de la bonne distribution de l’assistance. Pendant une de nos enquêtes, en 1994, après une panne dans l’adduction d’eau, il sillonna encore les rues du quartier au volant de son camion-citerne, et, plusieurs semaines plus tard, enfants et adolescents s’amusaient à imiter le vieillard criant de sa voix éraillée « De l’eau, de l’eau ».

15Les services de l’eau concernent aussi les associations d’habitants qui jouent un rôle d’intermédiaires entre la population locale et les différents types d’acteurs intervenant à ce sujet sur la péninsule. Rouages du système politique municipal au Brésil, ces organisations occupent une place essentielle dans la construction de stratégies légitimatrices en rendant possible certaines formes d’action publique dans un contexte de faible lisibilité du social. C’est ainsi qu’elles reçoivent et transmettent aux élus les doléances des habitants mécontents des rigueurs du rationnement et des dysfonctionnements du système d’évacuation des eaux usées. Arguant que le quartier résidentiel voisin de Boa Viagem ne fait pas l’objet de mesures aussi strictes, ses dirigeants dénoncent la discrimination dont serait victime Brasília Teimosa. Les responsables de la compagnie chargée de la distribution de l’eau (la Compesa) rejettent cette accusation et attribuent le rationnement aux mesures drastiques qu’impose l’épuisement de la nappe phréatique entraînée, selon eux, par le creusement de nombreux puits artésiens sur la péninsule. Incapables de les localiser eux-mêmes, ils attribuent de fait une fonction de régulation aux dirigeants associatifs dont ils font de la capacité à interdire cette pratique un préalable à toute négociation. La médiation d’élus permet cependant que l’eau soit occasionnellement délivrée un peu plus régulièrement. Et c’est d’ailleurs sur ce type d’interventions auprès des pouvoirs publics ou de la Compesa que les candidats aiment rappeler pendant les campagnes électorales pour prouver qu’ils « regardent » et « respectent » les plus démunis.

16Soutenues par plusieurs élus locaux, les associations d’habitants de Brasília Teimosa cherchent aussi depuis plusieurs années à négocier un prix de l’eau moins élevé pour sa population en insistant sur les faibles revenus des familles. Cette demande n’a pour l’instant toujours pas abouti quand bien même toutes les parties en présence s’accordent sur le bien-fondé de la revendication. Les responsables de la Compesa prétendent en effet qu’une telle mesure, acceptée comme telle, privilégierait indûment les commerçants et les propriétaires de restaurants installés sur la péninsule, qui disposent de revenus substantiels tout en étant de gros consommateurs d’eau. Au nom d’une conception communautaire de la population interdisant la prise en considération de différences en son sein, les dirigeants associatifs se refusent, de leur côté, à envisager un système de tarification selon le niveau de ressources, si tant est du reste qu’il leur soit possible de connaître précisément le revenu de chaque foyer. Les associations d’habitants s’emploient néanmoins dans un autre registre à négocier un moratoire dans le paiement des arriérés que ne parviennent à acquitter des familles menacées de s’en voir fermer l’accès. Toujours à la demande d’élus, celui-ci est fréquemment accepté en période électorale où il arrive également que certains candidats paient des factures impayées dans l’espoir de recevoir en retour les voix de ceux dont ils auront réglé la dette.

DROIT A L’EAU

17Ce qui se joue dans le rapport à l’eau à Brasília Teimosa rappelle combien l’accès à cette ressource s’avère essentiel non seulement à la qualité la plus élémentaire des conditions de vie, mais aussi, et peut-être surtout, à la possibilité de construire une image positive de soi-même. Celle-ci réside, on l’a vu, moins dans le bien-être assuré par la sensation de propreté que dans le sentiment de reconnaissance de la dignité du pauvre que procure l’accès à l’eau. Se voir reconnaître le « droit à l’eau » correspond en effet pour ces citadins en situation d’infériorité économique et sociale à la reconnaissance de leur pleine appartenance à la société, définie par opposition à tout ce qui évoque un état identifié à l’animalité. Et c’est du reste ce qui fait de l’eau un bien d’un type tout à fait particulier et un enjeu politique de première importance.

18Le cas de Brasília Teimosa montre en outre que, si le fait d’accéder à l’eau a bel et bien produit une amélioration substantielle des conditions de vie, les insuffisances persistantes dans l’adduction d’eau et l’assainissement contraignent toujours considérablement sa population. Pour les femmes en particulier, l’arrivée de l’eau courante et la mise en service d’un système d’évacuation des eaux usées ont indubitablement réduit la pénibilité des tâches ménagères. Les conversations entre mères et filles ne laissent pas l’ombre d’un doute à ce sujet. Alors que les premières se souviennent des journées harassantes d’avant l’urbanisation, les secondes reconnaissent sans peine que le temps libéré par la fin des corvées d’eau leur permet de se consacrer davantage à elles-mêmes, affirmant ce faisant ce nouveau sens du soi des femmes qui représente sans doute aujourd’hui l’un des principaux changements intervenus dans les relations de genre en milieu populaire. Mais il suffit que le rationnement persiste plus longtemps que prévu pour que, de nouveau, les difficultés liées à l’approvisionnement en eau les ramènent à des rôles qu’elles auraient aimés définitivement révolus.

19Pour en revenir à la tension évoquée en introduction de ce texte entre deux représentations de la condition populaire dans le Brésil urbain contemporain, ce rapide examen du rapport à l’eau dans un quartier pauvre de Recife aura permis de mettre en évidence une des figures de l’ambivalence de l’époque. On aurait en effet tort de ne pas voir la condition moderne de citadins qui s’identifient fortement à la ville et aux symboles culturels de la société globale. Mais on ne peut toutefois étudier ces populations sans considérer non plus les conséquences entraînées par la faiblesse notoire de leurs revenus, les insuffisances des infrastructures urbaines et leur dépendance à l’égard des acteurs politiques. Il n’en reste cependant pas moins que le retour du Brésil à la démocratie aura accru leur poids dans vie politique et permis que soit désormais posé sous un jour nouveau la question de leur « droit à la ville », dont le « droit à l’eau » représente sans doute l’une des dimensions principales.

Bibliographie

Bibliographie

Castro J., 1957, Geografia da fome. São Paulo, Editora Brasiliense.

Durham E., 1984, « Movimentos sociais: a construção da cidadania », Novos Estudos Cebrap, n° 1 : 24-30.

Goirand C, 2000, La politique des favelas. Paris, Karthala.

Lenclud G., 1993, « S’attacher. Le régime traditionnel de la protection en Corse », Terrain, 21, octobre: 81-96.

Schwartz R., 1977, Ao Vencedor as Batatas. São Paulo, Duas Cidades.

Vidal, D., 1998, La politique au quartier. Rapports sociaux et citoyenneté à Recife, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, Collection Brasilia.

Vidal D., 1999, « Le respect: catégorie du social, catégorie du politique dans une favela de Recife », Cultures & Conflits, n° 35, automne : 95-124.

Vidal, D., 2000, « Vulnérabilité et rapport à l’espace. Être pauvre et citadin à Recife », Cahiers des Amériques latines, n° 35.

Notes

1 Ce texte s’appuie sur une série de recherches menées à Recife depuis 1992 sur les rapports sociaux, les pratiques politiques et les modes d’entrée dans la vie adulte (Vidal 1998, 1999, 2000).

2 Cette façon de se nourrir des pauvres de Recife a donné lieu à des pages célèbres de la littérature tiers-mondiste. Dans sa Géographie de la faim, le géographe Josué de Castro parle en effet du « cycle du crabe » à propos des miséreux de la ville qui mangeaient des crabes qui s’étaient eux-mêmes précédemment nourris de leurs excréments (Castro 1957).

3 Dans son livre sur les activités politiques dans les favelas de Rio de Janeiro, Camille Goirand rappelle combien l’expression « la politique du robinet d’eau » (o polìtica da bica d’água) a longtemps permis l’obtention facile de suffrages dans les espaces les plus déshérités de la ville (Goirand 2000:297).

4 Dans un article souvent cité dans la littérature sur les mouvements sociaux urbains, Eunice Durham affirmait ainsi: « nous assistons à un processus de construction d’un ensemble de droits par les mouvements sociaux. Et cela ne se produit pas au travers d’une codification complète et achevée d’une réalité existante, mais comme le revers d’une définition cumulative de carences qui sont définies comme inacceptables » (Durham 1984 : 19).

5 Et ce toujours même si son mandat de maire de Jaboatão dos Guararapes a été cassé en 1998 suite à une affaire de corruption.

Notes de fin

* Sociologue, maître de conférence à l’Université de Lille III

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540