Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eaux et réseaux

 | 
Graciela Schneier-Madanes
, 
Bernard de Gouvello

Deuxième Partie. Gestion urbaine, gestion sociale

Service de l’eau, inégalités sociales et héritage colonial à Puebla (Mexique)

Jean-Marc Fournier

Texte intégral

  • * Géographe, maître de conférence à l’Université de Caen.

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 Cité par Cordero y Torres E., 1965, Historia compendiada del Estado de Puebla, Éd. Bohemia Poblana

2« Toute la ville de Puebla s’alimente en eau par des puits, l’eau est dure et saumâtre. Il y a une fontaine sur la place dont la source est à une lieue et demi de la ville, vers le nord, très abondante ; son eau est également dure et saumâtre et elle sert aux besoins domestiques des indigènes ainsi qu’aux jardins irrigués du monastère. Les Espagnols boivent une autre eau qui est bonne et légère provenant d’une source située en dehors de la ville. Il y a aussi, sur un côté de la ville quelques sources qui alimentent des lavoirs et quelques jardins potagers des indigènes » – Gabriel de Rajas, 15811.

3Dans les villes d’Amérique latine, les inégalités d’accès à l’eau constituent un bon révélateur des rapports sociaux. D’une manière générale, les niveaux des services de l’eau sont très variables en quantité et en qualité et ils correspondent à la position sociale des individus. Cela s’exprime très nettement dans le paysage urbain : entre les quartiers disposant de piscines et ceux non raccordés aux réseaux et alimentés en eau par des camions-citernes, il existe tout un éventail de situations intermédiaires reflétant la structure sociale. On retrouve ces mêmes inégalités pour les systèmes d’évacuation des eaux usées.

4Au début des années 1980, l’ONU initie en Amérique latine un vaste programme dont l’ambition était l’accès à l’eau potable pour tous à la fin de la décennie. Mais cette « décennie de l’eau » n’a pas eu les effets escomptés. Au cours des années 1990, le mouvement d’ouverture des économies a favorisé les délégations des services au secteur privé. Dans le même temps, les inégalités socio-économiques ont progressé, la croissance urbaine a été ralentie ; les populations les plus démunies n’ont toujours pas accès à l’eau. La question de la généralisation du service est donc récurrente. Or, cette situation n’est pas récente puisque les villes coloniales ont été conçues à partir de principes discriminants de distribution de l’eau. Si les contextes sociaux et urbains ont été bouleversés depuis, notamment avec la mise en place de réseaux d’eau induisant une certaine égalité des services, les inégalités ont perduré sous de nouvelles formes ou elles sont réapparues avec la très forte croissance urbaine des dernières décennies. Le mouvement de privatisation actuel, la tendance à vouloir transformer l’eau en marchandise, la fragmentation sociale et spatiale des villes restent conditionnés par cet héritage.

5À Puebla, ville coloniale et industrielle, l’eau a toujours eu une signification sociale. Cette ville ne constitue d’ailleurs qu’un exemple pour illustrer des tendances générales. Les discours qui affirment qu’un accès à l’eau pour tous est envisageable rapidement avec des solutions techniques et financières oublient que les bases des sociétés urbaines d’Amérique latine reposent encore fortement sur des inégalités sociales et d’accès à l’eau.

UN RÉSEAU MUNICIPAL SUBI OU UTILISÉ SELON LA POSITION SOCIALE

6L’organisme municipal de Puebla en charge de la gestion de l’eau ne parvient pas à satisfaire la demande des habitants. Au début des années quatre-vingt-dix, toutes les sources concordent pour estimer qu’environ les deux-tiers des habitants ont accès à l’eau courante dans le logement, qu’un cinquième y a accès mais hors du logement, qu’un peu plus de 10 % doit s’approvisionner en eau par camions-citernes et stocker l’eau dans des réservoirs particuliers, et enfin que 2 % utilise une borne-fontaine publique. À la fin des années quatre-vingt-dix, les estimations de la Commission Nationale de l’Eau indiquent une légère amélioration de la situation. Il faut ajouter que dans tous les quartiers raccordés, le service est intermittent, à des degrés divers certes, en fonction de l’état du réseau, du moment de l’année, du déroulement du calendrier des travaux de rénovation, etc. Face au service discontinu, des réservoirs sont disposés sur tous les toits des logements et de petites entreprises privées se chargent de vendre l’eau à domicile transportée par camions-citernes.

7Le réseau d’eau municipal est hétérogène. Il est divisé en quatre grands systèmes bénéficiant de puits et de réservoirs propres. Les débits, le pourcentage de la population desservie, la qualité mais également les interruptions de service y sont variables. À l’intérieur de ces systèmes, d’autres inégalités apparaissent d’un quartier, d’un lotissement, ou encore d’une rue à une autre. Les adaptations techniques à la topographie suivent des schémas différents selon la formation des ingénieurs et les moyens financiers du moment. À l’échelle d’une rue, une association de quartier peut exercer son influence sur la réalisation ou sur la transformation technique du réseau. L’exemple du quartier La Caldera est significatif. En 1996, quatre architectes y résidant effectuent des relevés topographiques et des croquis techniques pour démontrer à la Municipalité les nuisances prévisibles d’un projet d’extension du tout-à-l’égout ; et notamment le rejet des égouts au moment des fortes pluies et des inondations. À la suite de diverses pressions, la Municipalité a finalement modifié son projet. Le quartier de La Caldera est un quartier aisé de la ville classé par le cadastre dans la catégorie foncière la plus élevée. Dans les quartiers où les niveaux socio-économiques sont moins élevés, il n’y a pas d’habitants qui veillent à la pertinence des projets municipaux et qui ont les capacités de les modifier. Au moment des fortes précipitations, de nombreux quartiers sont régulièrement inondés. Les travaux pour corriger ces défaillances, coûteux, ne sont réalisés qu’en cas de danger important, lorsqu’il est évalué. Les zones inondées de Puebla correspondent ainsi aux lieux de vie des strates sociales défavorisées qui en subissent les nuisances. En ce sens, le réseau municipal est aussi le résultat des pressions des habitants, ou de leur absence, selon leur position sociale.

8Dans la même logique, l’importance des revenus permet l’achat, ou non, d’une pompe et d’un réservoir d’eau. Les habitants qui le peuvent se dotent d’un équipement dont la taille et le coût sont proportionnels à leur consommation et à leurs revenus afin d’éviter les aléas du rationnement. Le plus petit équipement coûte l’équivalent d’un mois de salaire minimum, ce qui met à l’écart un grand nombre de familles qui ne peuvent réaliser l’économie nécessaire à cet achat. Au moment où l’eau sort du robinet, les ménages les plus démunis la stockent dans tous les récipients à leur disposition. Si le service est interrompu plusieurs jours de suite, l’achat de l’eau transportée par camion-citerne s’impose. Dans certains cas et pour certains usages, les habitants utilisent l’eau du réseau au fur et à mesure de son arrivée. Les femmes se lèvent alors tôt le matin pour faire la lessive ou pour nettoyer le logement. Les coupures d’eau rythment la vie et provoquent des contraintes: le réseau est subi. Les comportements pragmatiques, parfois attentistes, s’expliquent par un contexte économique très dégradé où la recherche d’argent pour subvenir aux besoins quotidiens de base constitue le principal objectif.

Puits et réseaux indépendants

9Selon la Commission nationale de l’eau, une cinquantaine de systèmes d’eau indépendants, qui correspondent à des quartiers ou à de grands lotissements, assurent la desserte de près du quart de la population totale de Puebla. Le service y est meilleur. L’explication tient à ce qu’il est plus facile de contrôler et d’entretenir un réseau plus petit, et surtout plus récent, notamment pour détecter les fuites et prévenir d’éventuels incidents. Par ailleurs, ces gestionnaires proposent un ensemble de services urbains dont la qualité est une condition de cette forme d’urbanisation. La gestion financière globale des services urbains d’un lotissement permet une souplesse dans l’équilibre du budget et de répercuter les investissements les plus coûteux sur plusieurs lignes budgétaires. Les factures d’eau ne sont pas majorées par rapport aux tarifs municipaux en vigueur. De plus, l’un des principaux arguments des promoteurs de ces lotissements est la garantie de l’eau en quantité illimitée et de bonne qualité, ce qui fait aussi partie de la réputation et du succès de ces lotissements. Il s’agit surtout de lotissements entourés de hauts murs et de grilles, généralement surveillés par des vigiles privés. La volonté, pour les familles qui en ont les moyens, d’avoir accès à des services de l’eau performants participe au processus de fragmentation socio-spatiale de la ville.

10Il existe par ailleurs des différences importantes entre les réseaux d’eau des lotissements entièrement privés et ceux qui relèvent d’un syndicat ou d’une administration publique telle que la Fédération nationale d’électricité ou la Compagnie des chemins de fer. L’eau n’est pas systématiquement de bonne qualité dans ces réseaux car certains gestionnaires refusent le traitement de l’eau au chlore et se justifient par l’opposition de leurs clients. On perçoit ici les dangers de tels systèmes qui répondent de manière prioritaire aux exigences des consommateurs, ou à des impératifs de rentabilité, au détriment de l’application des normes sanitaires. La délégation de la gestion de l’eau à des petites structures privées ne semble donc une alternative satisfaisante que s’il existe des modalités de contrôle de l’État. Là encore, l’appartenance sociale des consommateurs joue sur la qualité de l’eau.

Les eaux vendues et transportées par camion-citerne

11Le rationnement en eau du réseau municipal concerne tous les quartiers et tous les groupes sociaux, surtout à la fin de la période sèche. On utilise alors l’eau de puits profonds des campagnes environnantes que des exploitants vendent, souvent par l’intermédiaire d’un propriétaire de camions-citernes. Stockée dans les réservoirs individuels, cette eau n’est pas potable. Il est difficile d’évaluer ce secteur économique dont les activités ne sont pas toujours officiellement déclarées. Cependant, la Commission nationale de l’eau identifie près d’une trentaine d’entreprises qui proposent la vente d’eau par camions-citernes et autant d’exploitants de puits. Au total plus de soixante entreprises, de taille très variable, sont liées à ce secteur.

12Le rôle de la Commission nationale de l’eau est de contrôler la qualité de l’eau destinée à l’usage domestique et de veiller à l’ajout de chlore avant distribution. Il s’agit de lutter contre les infections intestinales. En effet, certains entrepreneurs font l’économie de cette opération en arguant que leurs clients refusent, là encore, d’acheter une eau qui a le goût de chlore. La qualité de l’eau est donc variable comme le révèlent les analyses officielles du laboratoire national de l’eau. Dans les quartiers aisés, le marché est détenu par des compagnies qui utilisent des camions-citernes récents, qui attestent de la qualité de leurs sources d’approvisionnement et adaptent leurs tarifs en conséquence. Dans les quartiers socialement défavorisés, d’autres compagnies ne précisent pas le lieu d’origine de l’eau, la transportent dans des camions très vétustés aux cuves rouillées et qui fuient, mais ont des tarifs diminués de moitié.

13En fonction des revenus des ménages, du standing du quartier et des aires d’influence des compagnies, l’eau n’est pas la même. Chaque compagnie dispose d’une clientèle correspondant plus ou moins à une zone urbaine, un quartier ou un lotissement. La délimitation précise de ces zones est délicate étant donné la grande variabilité de la demande dans le temps et dans l’espace, la dimension informelle voire illicite de ce commerce, la diversité de la taille des compagnies, la concurrence qui s’exerce entre elles, et leur refus de livrer toute information à ce sujet. Par la suite, une fois l’eau livrée, l’entretien ou non du réservoir au niveau du logement renforce les différences de qualité. Ce commerce lucratif supplée donc de manière relativement efficace les insuffisances du réseau de distribution municipal. C’est un segment indispensable de la distribution. Mais il introduit des inégalités, des problèmes sanitaires au sein des foyers peu sensibilisés aux questions d’hygiène et il crée de fait un marché de l’eau.

L’eau que l’on boit

14Officiellement, l’eau du réseau municipal n’est pas potable. Certains habitants la consomment néanmoins après avoir fixé un filtre au niveau du robinet. Cette technique n’est pas jugée très fiable par les autorités tandis que les habitants qui boivent cette eau depuis plusieurs années affirment qu’il n’existe aucun danger: ils en incarnent la preuve. Cependant, la très grande majorité des habitants fait bouillir l’eau ou l’achète en bouteille. Environ quarante entreprises se partagent le marché de l’eau embouteillée, le prix pouvant varier du simple au double. Selon la Commission nationale de l’eau, seules trois entreprises fournissent constamment une eau irréprochable.

15La compagnie Junghanns commercialise de l’eau potable en bouteille dans diverses villes du Mexique et compte au total douze entreprises. Mais c’est à Puebla que se situe le siège social qui regroupe une cinquantaine d’employés et que les activités sont le plus développées. En 1992, cette compagnie reçoit le premier prix national d’un concours évaluant la qualité des prestations des entreprises mexicaines. Le choix de cette entreprise, en dehors des compétences incontestables qui la caractérise, n’est pas anodin. L’impact médiatique de la remise du prix, par le président de la République d’alors, s’inscrit en effet parfaitement dans la politique médiatique de l’eau du gouvernement, au moment même où débute le plan de lutte contre le choléra officiellement reconnu depuis septembre 1991 dans l’état de Puebla.

16Le slogan publicitaire de l’entreprise junghanns « eau de table de qualité internationale... seulement pour personnes très exigeantes » cible une clientèle aisée. Le « seulement » du slogan en dit long sur les présupposés de la société quant à l’accès pour tous à une eau dite de qualité internationale. Les populations n’ayant pas ce niveau d’exigence sont exclues de la clientèle. La compagnie précise également à ses clients qu’elle utilise des appareillages et des technologies allemandes, signe de haute fiabilité dans la société mexicaine. De plus, le nom du directeur général de cette compagnie, Monsieur Walther Junghanns Albers, indique son origine européenne. La qualité du service est soignée. Le porteur de bouteilles d’eau, présenté en uniforme sur le dépliant publicitaire de la compagnie, est blanc et s’oppose aux porteurs d’eau métissés des compagnies plus populaires. L’eau Junghanns a aussi un coût: le double du tarif général en vigueur. Les parts de marchés de cette entreprise sont en expansion mais représentent toutefois une petite minorité de personnes. Les camionnettes Junghanns sillonnent aujourd’hui les quartiers les plus prisés de Puebla.

17Au cours des années 1990, la Commission nationale de l’eau a progressivement obligé l’ensemble des compagnies à améliorer la qualité de l’eau embouteillée, ce qui a homogénéisé le service. La compagnie Junghanns a alors perfectionné ses prestations créant ainsi de nouvelles différences. Par exemple, la compagnie offre, en plus de l’eau, une rose le jour de l’anniversaire de chacun de ses clients. Boire de l’eau junghanns à Puebla est donc devenu un signe de distinction sociale. On trouve aussi de l’eau importée de France disponible dans certaines épiceries fines et établissements de luxe. Elle est réservée aux occasions exceptionnelles pour l’élite férue de culture française et d’image de marque. En fonction des groupes sociaux, l’eau est donc filtrée, bouillie ou encore achetée, à un coût plus ou moins élevé et à des compagnies plus ou moins fiables ou encore plus ou moins prestigieuses.

LE REFUS DE PAYER L’EAU

18À Puebla, coûts, financements et tarifs de l’eau ne s’accordent pas. La logique, conforme au contexte latino-américain, est celle de déficits et de subventions. La majorité des habitants refuse de payer l’eau et justifie cette attitude par la mauvaise qualité du service ou par l’impossibilité économique d’y souscrire. Cette argumentation est réelle pour certains foyers et constitue un prétexte pour d’autres. Les groupes favorisés ne payent pas l’eau à une administration en laquelle ils n’ont pas confiance mais exigent cependant de l’eau en quantité illimitée, ce qui amène parfois à son gaspillage. Les groupes défavorisés font valoir leur droit à l’eau qu’il est difficile de refuser. Le service de l’eau est considéré par tous comme un dû, et non comme un coût. Les différentes composantes de la société cherchent donc à tirer partie d’une même ressource, souvent d’un même service, d’un même réseau, comme s’il s’agissait d’un service extérieur à la société.

19Les protestations contre les interruptions ou pour l’accès au réseau sont souvent le fait de délégations de résidents qui s’adressent aux services de l’eau, à la presse, au maire ou encore au gouverneur. Ces délégations sont constituées de quatre à cinq personnes, au maximum une dizaine, qui agissent au nom d’un quartier et qui sont souvent légitimées par une liste de pétitionnaires. Il s’agit d’actions discrètes mais qui initient le dialogue. Les manifestations massives de plusieurs dizaines, voire de centaines personnes ont des stratégies plus visibles: rues ou carrefours bloqués, séquestration de véhicules et de personnels des services de l’eau, etc. Les moyens d’actions sont divers et variables dans le temps, selon les conjonctures: menaces d’arrêter le paiement des factures, d’assiéger les locaux des services de l’eau ou de demander des appuis nationaux.

20L’étude des modes de protestation selon les quartiers met en évidence le constat suivant: plus les revenus sont importants, moins on utilise l’espace public. Les groupes en position sociale dominante n’utilisent que le téléphone et agissent individuellement. Ils ont moins besoin de protester car ils disposent généralement d’un meilleur service. De plus, leur position sociale les autorise à mobiliser leurs réseaux sociaux pour obtenir plus de résultats. La culture de l’entre soi permet en effet de contacter rapidement tel ou tel responsable des services de l’eau qui agit alors selon les principes de réciprocité des intérêts. À l’opposé, les populations socialement démunies s’expriment plutôt collectivement et en utilisant les espaces publics. Ces populations habitant les zones où le service est absent ou limité, il est aisé de comprendre que leurs revendications soient les plus vives. Par ailleurs, ces groupes ne possèdent pas toujours de téléphone personnel, ce qui les oblige à sortir obligatoirement de chez eux pour protester. Tout se passe donc comme si les revendications des groupes défavorisés devaient, en préalable à toute prise en considération, être en quelque sorte légitimées en portant le problème à la connaissance publique. L’organisme gestionnaire qui prend en compte ainsi peu à peu les revendications populaires répond donc davantage à la prévention d’un danger social qu’au droit légitime d’accès à ces services.

21Les stratégies d’accès à l’eau sont donc l’objet de nombreuses discussions, contestations et compromis. L’eau se vend. L’eau se vole par les branchements clandestins. On peut ajouter que les discours sur l’eau sont liés au monde politique. Le clientélisme politique fonctionne sur l’octroi de services urbains ; les progrès des taux de raccordements sont présentés comme des résultats politiques. Parallèlement, la libéralisation de l’économie s’accompagne de processus de décentralisation et de la participation des habitants. Dans les quartiers construits sans accord préalable des autorités officielles, la création d’associations de voisinage pour l’obtention de l’eau est incontournable.

Le rôle de la presse

22Le quotidien El Sol de Puebla publie environ 220 articles par an sur le thème de l’eau. Presque tous les jours, des photographies accompagnées de brefs commentaires dénoncent des conditions générales de vie jugées déplorables. Le thème de l’eau y est omniprésent, surtout à la fin de la saison sèche. Les photographies illustrent bien souvent des scènes de la vie quotidienne : par exemple le transport de l’eau dans de grands bidons sur un chariot tiré à la main par des adolescents. Le climat chaud est rendu responsable de cette situation. Parfois, le jugement est ferme comme pour la vente d’eau illégale. D’une manière générale, le problème de l’eau semble extérieur à la société qui doit lutter contre un véritable fléau. Le lecteur est rarement directement culpabilisé, il est plutôt implicitement victime.

23La dimension spectaculaire et sensationnelle des articles produit des effets de choc mais leurs effets sont à peu près nuls dans la mesure où la fréquence de ces chocs est anesthésiante à la longue. Si les dossiers techniques peuvent être parfois sérieux, les déclarations des hauts personnages qui puisent dans ceux-ci sont en général modulées soit pour rassurer, soit pour avertir de l’énormité du problème. Tantôt c’est l’admonestation, le rappel à l’ordre des citoyens devant la fraude et le gaspillage, tantôt l’assurance que les autorités s’occupent de tout et vont résoudre rapidement et efficacement les problèmes. Les dossiers de presse sur l’eau sont fournis mais donnent rarement des explications globales et claires. Il s’agit bien souvent d’informations anecdotiques dont le grand nombre souligne bien les perceptions fragmentées du problème.

24Manifestement, les journaux sont des armes à double tranchant. Ils permettent aux habitants de dénoncer des problèmes ponctuels mais ils évitent aussi une prise de conscience et une organisation générale des contestations. Les tableaux misérabilistes, au quotidien, banalisent des situations peu satisfaisantes et de cette manière les entérine. La classe moyenne, à qui on rappelle constamment le sort peu enviable des plus défavorisés, relativise et finalement admet ses propres conditions de vie. La presse locale a donc un rôle essentiellement illusoire ; elle reste un instrument politique d’apaisement social.

L’HÉRITAGE D’UN PROJET RELIGIEUX ET COLONIAL

25Puebla a été fondée en 1561. Relativement peu d’écrits traitent de l’organisation de l’eau dans la ville. Gabriel de Rajas, rapporteur de la Couronne en tournée dans cette région, note en 1581 : « Toute la ville de Puebla s’alimente en eau par des puits, l’eau est dure et saumâtre. Il y a une fontaine sur la place dont la source est à une lieue et demie de la ville, vers le nord, très abondante ; son eau est également dure et saumâtre et elle sert aux besoins domestiques des indigènes ainsi qu’aux jardins irrigués du monastère. Les Espagnols boivent une autre eau qui est bonne et légère provenant d’une source située en dehors de la ville. Il y a aussi, sur un côté de la ville quelques sources qui alimentent des lavoirs et quelques jardins potagers des indigènes ». Ce texte témoigne du contrôle religieux et de l’inégalité d’accès à l’eau dès le xvie siècle. Comme à Mexico, l’eau des Espagnols diffère de l’eau des Indiens. À cette époque, christianisation, concentration de population par la création de villes, maîtrise des Indiens et construction d’infrastructures relatives à l’eau sont liées.

26L’approvisionnement en eau est initialement réalisé grâce à des sources proches de Puebla et détournées par de petits canaux. Les habitants puisent l’eau directement dans ces canaux ou la soutirent de la première fontaine installée dans le couvent de San Francisco. Par la suite, ce système est amélioré par la construction de réservoirs d’eau potable situés en hauteur qui alimentent des fontaines publiques. Les réservoirs sont fermés à clé afin d’éviter le vol d’eau par des branchements clandestins. Seul le responsable général des égouts en possède les clés. Un nombre important d’Indiens veille à l’entretien des fontaines, et surtout transporte l’eau jusqu’aux logements contre une modeste rémunération. Ils utilisent des barils en bois portés par deux hommes ou une jarre transportée sur l’épaule d’une seule personne.

27La configuration initiale de Puebla sépare très clairement le centre de la ville (organisé selon un plan en damier et destiné aux colons espagnols) et les quartiers périphériques temporaires où la présence des Indiens est tolérée à condition qu’ils quittent les lieux en cas d’extension du damier. Ces quartiers indigènes ne comptent aucune fontaine et ne sont pas autorisés dans la partie sud où se trouvent les zones de culture pour la ville.

28Jusqu’au début du xxe siècle, seuls les couvents, églises, hôpitaux, prisons et quelques autres édifices publics bénéficient soit d’une fontaine, soit d’un raccordement direct au réseau d’eau de la ville. L’eau reste un don de Dieu. Quelques habitations particulières jouissent pourtant de ce privilège. Les régisseurs municipaux attribuent en effet aux notables les plus importants de la ville des mercedes de agua : des faveurs à un raccordement individuel à l’eau. En contrepartie à l’obtention de cette faveur, une fontaine doit être construite et mise à la disposition du public afin de redistribuer les surplus d’eau à la collectivité. Les habitants d’un quartier peuvent alors venir chercher l’eau à la fontaine du bienfaiteur local. Début xixe siècle, on ne compte plus que 60 raccordements de ce type, dont la dénomination sous le terme de tomas, c’est-à-dire de prise, est devenue plus technique.

La démocratisation progressive par le réseau

29La période 1907-1911 marque à Puebla la transformation radicale du système d’adduction et d’évacuation de l’eau : un réseau est installé qui distribue l’eau pour la première fois de manière égalitaire, mais uniquement dans le centre. Quelques années plus tard, une technique un peu différente est adoptée pour l’extension du réseau. Le diamètre des conduites issues des habitations a été réduit tandis que des collecteurs à plus gros diamètre assurent l’évacuation générale. L’évolution technique du système a soulevé l’opposition des habitants du centre qui ne voulaient pas payer de taxe supplémentaire pour le financement des travaux. La Municipalité parvient cependant à imposer à la communauté réticente cette réalisation et le progrès qu’elle incarne. Si le réseau est étendu, il ne couvre pas les périphéries et les inégalités d’accès sont globalement maintenues.

30Puis en 1928, la gestion de l’eau est confiée à une compagnie privée parce que l’administration publique a contracté des dettes qu’elle ne peut plus rembourser. Quelques années plus tard, une crise de l’eau apparaît: l’eau n’arrive plus dans les logements que quelques heures par jour. Cela conduit les habitants de Puebla à s’approvisionner auprès de compagnies privées qui transportent l’eau par camions-citernes. En 1939, la situation change radicalement lorsque le maire de Puebla est remplacé : il fait creuser des puits supplémentaires. L’amélioration du service qui suit provoque alors le mécontentement des propriétaires de camions-citernes, proches de l’ancien maire, dont les affaires prospères disparaissent. Ces éléments très anecdotiques sont révélateurs de l’influence, dès les premières années de gestion du réseau, des sphères politiques et des intérêts privés dans la gestion de l’eau.

31Aujourd’hui, les analyses démographiques et sociales des administrations publiques mexicaines scindent communément la population en trois grands groupes socio-économiques. Les projections de la Commission nationale de l’eau concernant l’évolution de la demande en eau à Puebla n’échappent pas à cette démarche. Ils partent du principe que les effectifs et les niveaux de consommation des divers groupes sont statiques dans le temps. Dans ces estimations, la population la plus favorisée, soit environ 10 % de la population totale, consomme 300 litres d’eau par jour et par habitant et accapare 20 % de la totalité des volumes. La catégorie dite intermédiaire ne consomme que 175 l/h/j. Elle utilise environ la moitié des volumes d’eau et représente un peu moins de la moitié des habitants. Enfin, le groupe dit populaire ne reçoit que 28,5 % de l’eau, à raison de 158 l/h/j, bien qu’il rassemble 43 % des habitants. En moyenne, un individu de ce groupe défavorisé reçoit donc trois fois moins d’eau qu’un individu du groupe favorisé. Ce partage inégalitaire n’est absolument pas remis en cause dans les projections pour 2010. Ni une modification de la structure sociale, ni un rééquilibrage dans les attributions ne sont évoqués. Les inégalités d’accès à l’eau sont ainsi implicitement reproduites et entérinées dans les lignes prévisionnelles de la gestion.

***

32Au moment de la fondation de Puebla, l’eau était d’abord destinée à l’Église, aux colons espagnols et aux notables influents. Ce système est altéré par la suite, mais les privilèges liés à l’eau perdurent sous diverses formes jusqu’à l’installation, au début du xxe siècle, d’un réseau d’eau municipal. Cependant, jamais la totalité des habitants n’a été raccordée au réseau. Aujourd’hui pour certains groupes, avoir l’eau courante, c’est déjà afficher un certain standing par rapport aux habitants dont les logements en sont dépourvus. Les accès au terrain, au logement, à l’eau, à la citoyenneté s’inscrivent dans une même logique d’ascension sociale. Le mode d’urbanisation et le clientélisme politique reposent en partie sur ces conceptions. L’eau permet un certain contrôle social que les dirigeants ne souhaitent pas forcément voir disparaître. Par ailleurs, la demande d’accès à des services de l’eau luxueux, comme c’est le cas pour l’eau embouteillée, souligne le dessein de distinction sociale pour une élite. Tous ces comportements participent au maintien ou à l’acquisition de signes distinctifs, voire de privilèges. Dans les quartiers où l’eau fait défaut, les pratiques de manque d’hygiène sont sources de maladies gastro-intestinales et de difficultés sanitaires alimentant les mécanismes de reproduction sociale. Les inégalités d’accès à l’eau sont reproduites.

33À Puebla, comme dans de nombreuses villes d’Amérique latine, tout le monde ne boit pas la même eau et une telle éventualité relève du long terme. Les nouvelles formes d’urbanisation et les nouveaux mouvements sociaux ne laissent pas apparaître une forte détermination pour que l’eau soit partagée de manière égalitaire, bien au contraire. Il existe des projets individuels de l’eau et non pas un projet collectif. Dans un contexte néolibéral, l’idée d’un service pluriel facilite la réalisation d’objectifs commerciaux. Cela pourrait aussi perpétuer encore une fois des inégalités dans les niveaux de services de l’eau et, de cette manière, continuer à afficher ostensiblement les différences sociales.

Bibliographie

Bibliographie

Barbosa Caño, M., 1986, La dotación de agua a la industria en Puebla: sacrificio de la población, Departamento de arquitectura, Universidad Autónoma de Puebla.

Cepal, 1999, Tendencias actuales de la gestión del agua en América latina y Caribe, Santiago de Chile, Naciones Unidas.

Castillo Palma, J., 1992, Puebla : Agentes dominentes en la produccion de servicios, Ciudades, n° 11, p. 42-47.

Coing, H. ; Montano, I., 1986, La gestion de l’eau potable dans le tiers monde, Les Annales de la recherche urbaine, n° 30, p. 34-41.

Coing, H., 1995, La transnationalisation en Amérique latine, dans Lorrain D. et G. Stocker (dir.), La privatisation des services urbains en Europe, Paris, La Découverte, p. 143-161.

Comisión Nacional Del Agua, 1998, Estudio de factibilidad técnica, económica y financiera para el mejoramiento de los servicios de agua potable y alcantarillado de la ciudad de Puebla.

Cordero y Torres, E., 1965, Historia compendiada del Estado de Puebla, Éd. Bohemia Poblana.

Fournier, J. M., 2001, L’eau dans les villes d’Amérique latine, inégalités sociales et concurrence des usages, Paris, L’Harmattan, collection géographie sociale.

Gilbert, A., 1994, The Latin American City, London, Latin America Bureau.

Mendez, E., 1987, La conformación de la Ciudad de Puebla 1966-1980, una visión histórica, Universidad Autónoma de Puebla.

Musset A., 1991, De l’eau vive à l’eau morte, enjeux techniques et culturels dans la vallée de Mexico, Paris, Éd. Recherche sur les Civilisations.

Notes

1 Cité par Cordero y Torres E., 1965, Historia compendiada del Estado de Puebla, Éd. Bohemia Poblana.

Notes de fin

* Géographe, maître de conférence à l’Université de Caen.

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540