Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eaux et réseaux

 | 
Graciela Schneier-Madanes
, 
Bernard de Gouvello

Première Partie. Usagers , consommateurs, citoyens...

L’eau selon « les gens » : le forum de Buenos Aires

Fundación Ciudad

Texte intégral

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 C’est en 1996 que la ville a obtenu son autonomie, à la suite de la réforme de la Constitution de (...)

2La récente autonomie de la Ville de Buenos Aires1 a contribué à la formation de diverses associations liées à des thèmes urbains comme la Fundación Ciudad, créée en 1995. Son programme Forums participatifs pour une Buenos Aires durable tente d’organiser la collaboration de la société civile dans le processus de planification stratégique élaboré par les autorités de la ville. Le problème de l’eau a été au centre de l’un d’entre eux : le Forum « L’eau à Buenos Aires », réalisé en mai 1999.

LA PARTICIPATION CITOYENNE DANS LA PRISE DE DÉCISIONS

  • 2 Selon la méthode utilisée par la Fondation Kettering aux États-Unis.

3Les forums ont comme principal objectif de promouvoir la participation citoyenne à travers des débats organisés et des activités de diffusion qui permettent de construire des consensus autour d’une question et amènent le citoyen à assumer un rôle actif dans la formulation des politiques publiques2. Ces rencontres permettent aux citoyens, fonctionnaires et organisations non gouvernementales de dialoguer et de décider ensemble des solutions à donner aux problèmes concernant la qualité de vie dans la ville. C’est ce que la Fundacion appelle « la voix des gens » qui est le fruit d’une pensée commune, surgie du vécu direct et quotidien des problèmes, très au-delà des préférences personnelles ou des intérêts sectoriels.

4Cette méthode a différents objectifs et montre les résultats aux participants du forum : citoyens, fonctionnaires et médias. Elle permet aux citoyens :

  • de comprendre, à partir d’un langage simple, les thèmes complexes de politiques publiques ;
  • de percevoir d’autres points de vue ainsi que les coûts et les avantages des diverses solutions proposées ;
  • de se sentir moins isolés et d’avoir un sentiment plus fort d’appartenance à leur communauté ainsi qu’une plus grande disposition pour s’unir à une action citoyenne.

5Elle permet aux fonctionnaires et responsables des politiques publiques :

  • de comprendre les besoins et les priorités de leurs administrés ;
  • d’incorporer à leurs plans de gouvernement des propositions acceptées par la communauté ;
  • d’installer le mécanisme de la participation dans les processus de prise de décisions comme moyen de garantir les actions du gouvernement.

6Enfin, elle permet aux médias :

  • d’interpréter le calendrier du citoyen et de le faire connaître ;
  • de servir de lien entre citoyens, experts et fonctionnaires.

La méthodologie

7Une fois le thème d’un forum défini (le fleuve, l’eau, l’air), l’équipe d’organisation démarre une recherche sur les thèmes à traiter en ayant recours à des spécialistes, elle prépare des matériaux simples pour la compréhension du sujet et rédige un manuel de travail dont la lecture est obligatoire pour ceux qui participent au forum. Les objectifs de celui-ci sont les suivants :

  • Elaborer des solutions optionnelles aux problèmes qui sont perçus par les citoyens comme ayant une importance vitale.
  • Analyser les avantages et les coûts de chaque solution alternative.
  • Promouvoir les valeurs sous-jacentes aux diverses propositions.

LE FORUM : « L’EAU À BUENOS AIRES »

8Fondée sur les rives du généreux Rio de la Plata, Buenos Aires est une grande métropole d’environ 13 millions d’habitants. L’eau y est une ressource économique, sociale et récréative de grande valeur pour les générations futures. La surabondance de cette ressource est peut-être ce qui a empêché que les citoyens y prêtent vraiment attention. Par rapport à cela, la ville de Buenos Aires vit une série de problèmes qui se manifestent de plusieurs façons : le gaspillage, la pollution, les maladies transmises par l’eau et les inondations. Les causes qui engendrent ce type de problèmes ne s’appliquent pas seulement à l’eau mais se retrouvent par rapport à plusieurs autres thèmes concernant l’environnement. Par exemple, le manque de planification et l’absence de contrôle, la déficience dans l’application des normes de la part de l’État et une législation inadéquate. Mais on trouve aussi des défaillances sérieuses, tant chez les entrepreneurs qui n’appliquent pas les normes que du côté des citoyens dont le niveau de participation est faible.

9Pour déterminer la portée du problème plusieurs groupes ont été consultés : des experts sur le thème (universitaires, spécialistes, chercheurs et experts internationaux), des organisations non gouvernementales, des fonctionnaires du gouvernement et aussi des citoyens qui, d’une manière ou de l’autre, souffrent du problème et peuvent à leur tour faire des propositions. Ont été aussi utilisées des enquêtes d’opinion, des ateliers de diagnostic participatif et des groupes locaux ainsi que la presse.

10Le Forum de l’eau s’est tenu dans la Ville de Buenos Aires et pendant deux jours consécutifs environ 200 personnes se sont réunies pour analyser les possibles avantages et inconvénients des options présentées. Les ateliers, d’environ 15 personnes chacun, coordonnés par un modérateur, avaient pour consigne d’élaborer une proposition consensuelle du groupe pour chaque type de problème. Les consensus de tous les groupes ont ensuite été rendus compatibles et transformés en une proposition générale pour chaque option. Le Forum a créé un espace pour la délibération entre les différents groupes et pour la recherche de consensus pour les usages et la gestion de l’eau. Dans cette rencontre, on a cherché :

  • à connaître les attentes et les besoins de la population métropolitaine par rapport à l’eau ;
  • à réaliser une recherche préliminaire sur l’état, les principaux problèmes, les usages et les projets concernant le fleuve et le service d’eau dans la ville ;
  • à élaborer des options pour l’usage et la gestion de l’eau ;
  • à produire une délibération publique sur les propositions énoncées ;
  • à créer un réseau d’organisations de la société civile disposées à soutenir les propositions.

Les options

11Les options constituent un outil méthodologique pour faciliter la discussion et l’analyse des divers points de vue. Chacune d’entre elles privilégie une approche du problème, un type de solution et un ensemble de valeurs qui lui sont sous-jacentes.

12Cinq options furent mises en débat :

  1. les divers usages possibles du Rio de la Plata ;
  2. la qualité de l’eau de consommation (rénovation du réseau, chlore, ozone) ;
  3. l’usage rationnel de l’eau (conscientisation et éducation, mise en place de compteurs) ;
  4. le contrôle de la pollution et la participation à la régulation ;
  5. le contrôle plus général (conseils consultatifs ou de districts et réunions publiques obligatoires).

13À la fin des deux journées de travail, l’ensemble des participants a présenté aux fonctionnaires et aux médias les consensus suivants relatifs aux usages et à la gestion de l’eau dans la ville de Buenos Aires :

  • Pour les options relatives aux différents usages du Rio de la Plata, le consensus des participants s’est fait autour de l’option « Le Rio de la Plata pour tous les usages et pour tous les citoyens ».
  • Sur la question de la qualité de l’eau de consommation, les citoyens se sont mis d’accord pour demander « une qualité sûre de l’eau potable et la garantie d’eau potable et d’égouts dans toute la région métropolitaine ».
  • Par rapport à l’usage rationnel de l’eau, les participants ont considéré comme indispensable « l’éducation et la diffusion ».
  • Sur la question du contrôle de la pollution, le consensus fut que « l’État mettra en œuvre le contrôle de la pollution. Les stratégies devront être délibérées dans des négociations intersectorielles en présence des organisations non gouvernementales, des industries, des universités et des citoyens ».
  • En ce qui concerne la régulation et le contrôle, les participants se sont mis d’accord sur une proposition qui incluait « des conseils de districts et des réunions publiques ».

CONSTRUIRE « AVEC LES GENS »

14Avec les Forums Participatifs, on voit se mettre en marche une nouvelle stratégie pour consolider la démocratie en créant un nouveau modèle de prise de décisions qui octroie au citoyen une plus grande responsabilité pour agir directement ou à travers des institutions. Dans le cas concret du forum « L’eau à Buenos Aires » et pour garantir que les autorités publiques se sentent concernées, la Fundación Ciudad a fait une présentation formelle de la rencontre devant les commissions d’Écologie et d’Environnement des autorités municipales de Buenos Aires et leur a remis, en présence des médias, les conclusions des travaux. Elle s’est aussi engagée à suivre de près ces propositions ainsi que les actions gouvernementales et entrepreneuriales concernant l’eau dans la ville. Selon les analyses pré- et post-forum, réalisées par les participants, il ressort qu’un pourcentage élevé de personnes ont admis que les délibérations autour de l’eau avaient amélioré non seulement leur propre compréhension sur le thème mais, également, sur les points de vue des autres acteurs sociaux.

15Dans les mois qui ont suivi cet événement et jusqu’à aujourd’hui, on a pu identifier quelques éléments qui démontrent l’impact de ce forum. Par exemple, le projet de Loi sur l’Eau qui est en ce moment étudié par les autorités de la ville de Buenos Aires. Le fait que l’entreprise concessionnaire de l’eau ait incorporé à son langage publicitaire des concepts qui reflètent les opinions des usagers, confirme ce mouvement des idées. Mais ce qui est, peut-être, le plus significatif, c’est que des expériences de ce type montrent aux fonctionnaires, aux entreprises et à divers acteurs de la société que l’on résout plus facilement les problèmes qui concernent le citoyen, en prenant en compte son avis, la « voix des gens ».

Bibliographie

Bibliographie

Fundacion Ciudad, 1999, Foro el Agua en Buenos Aires, Document de base, Buenos Aires, Ed. Tauro.

Notes

1 C’est en 1996 que la ville a obtenu son autonomie, à la suite de la réforme de la Constitution de 1994. Les premières élections à la Mairie ont eu lieu en 1996.

2 Selon la méthode utilisée par la Fondation Kettering aux États-Unis.

Notes de fin

* Association de la Ville de Buenos Aires, mailto:f.ciudad@interlink.com.ar

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540