Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eaux et réseaux

 | 
Graciela Schneier-Madanes
, 
Bernard de Gouvello

Première Partie. Usagers , consommateurs, citoyens...

Portrait économique de l’usager de l’eau à Buenos Aires

José Villadeamigo

Texte intégral

  • * Économiste, professeur, Universidad de Buenos Aires

1Note portant sur l’auteur*

Région Métropolitaine de Buenos Aires, la concession de l’eau.

2Les revenus de la population constituent un élément fondamental pour définir l’usager du service d’eau et d’assainissement comme « unité de consommation », c’est-à-dire capable de se constituer en tant que demande réelle lui permettant d’acheter ce service. Ceci implique nécessairement une analyse de la base productive de l’économie de l’agglomération car celle-ci est un facteur important pour comprendre les revenus d’une population.

3Dans ce texte, nous faisons l’examen descriptif d’un ensemble de variables macro-économiques afin d’obtenir une vision générale de la base économique de la Région Métropolitaine de Buenos Aires (RMBA), principale agglomération urbaine de la République d’Argentine (Cf. Carte, p. 68). Les principales variables ici considérées, qui permettent de caractériser, depuis un point de vue économique, les conditions qui ont une incidence sur la demande de services publics dans RMBA sont : 1°) le comportement de la population ; 2°) la production globale de marchandises et de services ; 3°) sa localisation dans la région ; 4°) le revenu des familles et sa distribution et, finalement, 5°) la dépense des familles en services publics. L’analyse recourt à l’évolution des variables sélectionnées afin de fournir des éléments de jugement quant aux tendances qui se font jour.

  • 1 Il est important de noter que la définition de la zone couverte par la Région Métropolitaine de Bu (...)

4Le travail est exclusivement basé sur des sources secondaires et l’information recueillie porte sur la période 1970-1997 pour que soient appréciées les caractéristiques de son évolution à longue échéance. Ceci permet de détecter les principaux changements qui se sont produits autour des variables qui affectent l’offre et la demande de services dans le contexte général où elles se manifestent1.

LES FACTEURS

Population et emploi

  • 2 Ce taux est pratiquement égal à l’évolution végétative et correspond à la moyenne enregistrée pend (...)

5La population de la Région Métropolitaine de Buenos Aires (RMBA) était de 13 900 000 hab. lors du dernier Recensement National, en 1991. La ville même de Buenos Aires regroupait à cette même date 2 966 000 individus, chiffre qui n’a pratiquement pas varié dans les trois derniers recensements, ce qui implique une diminution relative de sa population par rapport à celle de l’ensemble du pays et de la région. Une grande partie de la population de cette région, 10 934 000 hab., est implantée dans la conurbation et enregistre une croissance moyenne de près de 1,5 % par an2. Cette moyenne recouvre, pourtant, une disparité dans sa composante spatiale. Certaines communes font montre d’une croissance plus rapide de leur population tandis que d’autres stagnent relativement. Celles dont la population augmente son généralement situées dans ce qu’on appelle le Second Cordon de la Conurbation qui est caractérisé par un degré plus grand de sous-développement.

  • 3 Soit une augmentation de 6,1 % par rapport à l’augmentation de 18,2 % de la population économiquem (...)

6Dans la RMBA, en 1991, 4 200 000 personnes avaient un emploi et 259 000 étaient sans travail. La plus importante proportion de chômeurs se trouvait dans la conurbation. En 1997, les personnes occupées étaient au nombre de 4 457 9003 tandis que le nombre de chômeurs avait triplé. À cela il faut ajouter le total des « sous-employés » qui a presque doublé entre 1991 et 1997, passant de 328 000 à 678 000. Les facteurs susceptibles d’expliquer le non-emploi de la force de travail se maintiennent et, pire encore, montrent des signes clairs de leur accentuation ; c’est pourquoi on peut pronostiquer une croissance tant du non-emploi que du sous-emploi.

  • 4 La première couronne est formée par les districts de Vicente Lopez, San Isidro, San Fernando, Tres (...)
  • 5 Le nombre de personnes comprises dans les trois grandes tranches d’âge (jusqu’à 14 ans, 15-64 ans (...)

7Actuellement environ 60 % des personnes occupées de la région habitent la conurbation tandis que les 40 % restants sont installés dans la capitale fédérale. Le comportement de la population de la RMBA fait que la plupart des personnes (52,2 %) sont établies dans ce qu’on appelle la première couronne4, qui affiche une densité plus réduite d’habitants. Par ailleurs, cette zone concentre le plus grand nombre relatif de chômeurs et de pauvres de la région. On constate donc que la dynamique de croissance et la composition par tranches d’âge5 de la population et sa distribution dans l’espace pose des exigences spécifiques pour l’offre de services de base. Il s’agit, en effet, de subvenir aux besoins d’un nombre chaque fois plus élevé de personnes, relativement peu concentrées dans une zone dont les carences sont notoires, particulièrement en matière de service d’eau et d’assainissement. On peut également ajouter à ceci l’existence de limitations de l’offre dans le Premier Cercle et même dans les zones les mieux servies de la région.

La production des marchandises et des services

8Dans la RMBA, cette production a représenté, au cours des quinze ans qui commencent en 1970, près de 40 % de la production totale du pays. Cette proportion dépassait de 17 % la concentration de population dans la même région. La composition de cette production régionale montrait que le secteur secondaire (industrie manufacturière et construction civile) y générait, dans la première moitié des années soixante-dix, 47,6 % du Produit Brut Géographique (PBG) et le secteur tertiaire 52,2 %. Dans les dix ans qui ont suivi, l’importance des services est allée en s’accentuant de telle façon, qu’en 1985-1986, ils représentaient pratiquement 60 % du PBG. À partir de 1986, les statistiques officielles ne présentent plus de série temporelle du PBG dans la RMBA. De ce fait, nous avons réalisé une estimation du PBG de l’année 1993 à partir des chiffres fournis par le CEN de 1994. Selon ceux-ci le PBG de la RMBA aurait atteint 42,9 % du PIB argentin et le PBG de la CBA aurait dépassé de 80,3 % le PBG de la conurbation.

9La valeur du PBG per capita dans la région métropolitaine estimé pour 1993 était de 9 700 $, selon les valeurs de 1994. Mais la concentration spatiale des activités productives détermine que dans la CBA le PBG a été de 22 000 $. Pourtant l’importante masse d’habitants de la conurbation, intégrant la RMBA, présentait non seulement un produit moyen plus bas que celui de la CBA (le plus élevé du pays) mais aussi plus bas que la moyenne nationale qui était de 7 059 $ contre 4 411 $ dans la conurbation elle-même.

La distribution spatiale des activités de production

  • 6 Il faut souligner que les activités urbaines regroupées ne comprennent pas l’ensemble de celles qu (...)

10Dans le cas de la conurbation, l’unité minimum d’analyse des effets de la localisation spatiale des activités économiques est le municipe et dans la Ville de Buenos Aires, celle-ci même. Afin de permettre une meilleure observation des effets de la distribution spatiale des activités productives les municipes de la Conurbation ont été regroupés en trois zones : Nord, Sud et Ouest. Ce regroupement coïncide en ligne générale avec ceux qui sont faits dans les diverses études sur la RMBA. Les activités économiques urbaines recensées ont été regroupées selon une division sectorielle tripartite : 1) Industrie ; 2) Commerce, Restaurants et Hôtels ; 3) Services.6 L’importance d’arriver tant à interpréter les chiffres de la production qu’à les actualiser tient à ce que cela donne la possibilité de mesurer l’ampleur du processus de concentration/déconcentration spatiale des activités économiques, sa connexion avec le processus d’établissement de la population et les caractéristiques propres au revenu des familles.

11Si l’on observe les zones Nord, Ouest et Sud ainsi que le Premier et le Seconde Cercle, on s’aperçoit que le Nord et le Sud de la conurbation réunissent, respectivement, 44 et 32 % du Produit Brut des activités prises en compte, c’est-à-dire les 3/4 du total. Le quart restant se situe dans la zone Ouest. Pratiquement les deux tiers du VAB total durant la première année de la période 1993-1997 (en $ de 1993) correspond à l’industrie manufacturière. Le premier et le second cercles présentent une différence très marquée dans la mesure où l’un concentre les 4/5èmes du Produit Brut desdites activités tandis que l’autre n’en représente qu’un cinquième. La croissance relative de la production du Nord constitue également une sorte de prolongation d’un processus urbanistique parallèle, situé sur le territoire de la Ville de Buenos Aires et ayant une même orientation géographique (depuis le « Centre » vers le Nord, en passant par les quartiers de Retiro, Palermo, Belgrano, Núñez et Saavedra). Dans ce cas, le processus révèle des tendances à la concentration de la population à hauts revenus.

Niveau et distribution du revenu des familles

12Vouloir connaître le niveau et la distribution du revenu familial se justifie par le fait que ces deux éléments, étant donné le volume de la population et si l’on prend en considération les prix, constituent des facteurs importants pour la demande et l’offre des services publics (électricité, gaz, communications, transport, eau et assainissement). Au dernier trimestre de 1997 l’ensemble des foyers de la région totalisaient un chiffre de 3 520 000 hab. 89 % d’entre eux, soit 3 130 200 avaient des revenus normaux tandis que 1,4 % n’avaient aucun revenu, et le reste, soit 341 400, percevaient des revenus partiels. Le regroupement des foyers en fonction du niveau de leurs revenus permet d’apprécier que les 10 % de la population à revenu le plus bas perçoivent 172 $ par foyer tandis que ceux qui sont au sommet perçoivent 3 827 $. On en conclut que la relation entre les revenus de ces deux groupes est de 22,25. Le tableau n° 1 montre l’évolution de la distribution des revenus pour les habitants de la Région Métropolitaine de Buenos Aires, regroupés en quintiles, selon l’information obtenue auprès de la EPH réalisée par l’INDEC en 1970, 1974, 1986 et 1997 (voir annexe : tableaux).

13Comme il a déjà été mentionné pour l’INDEC, le Grand Buenos Aires comporte la capitale fédérale et 19 municipes de la conurbation qui l’entoure. Il est important de signaler que la forte chute du revenu moyen familial (46,4 %) en 1988 par rapport à 1974 (ce qui a impliqué une baisse de 34,4 % du revenu total des foyers) n’a pas signifié une réduction aussi importante du Revenu National. La perte de revenu des familles a été compensée par une plus grande rétention des revenus des sociétés anonymes (sociétés de capital) et de ceux du Gouvernement, à cause de l’exportation de capitaux et, finalement, de la chute de la production physique. La légère récupération du revenu moyen familial qui s’est produite entre 1997 et 1998 n’a été ressentie que dans le quatrième et le cinquième quintile tandis que les trois premiers ont perdu des points par rapport à l’année de la plus haute inflation.

14Les principales observations que nous avons tirées de ces éléments chiffrés sont les suivantes :

15– Une concentration des revenus et une réduction des revenus moyens.

  • 7 Voir le commentaire du Tableau 3 en ce qui concerne la diminution absolue du revenu familial duran (...)

16Sur le long terme apparaît, de façon évidente, un processus de forte concentration des revenus familiaux dont la particularité tient au fait que tous les quintiles connaissent une réduction de leurs revenus moyens si l’on prend pour référence les années 1970 et 19747, et que celle-ci est plus accentuée pour les groupes à plus bas revenus.

17– Une accentuation de l’appauvrissement.

18Ceci a donné lieu à une forte augmentation du degré d’appauvrissement ainsi qu’à la réduction du revenu dans une grande partie des foyers de la RMBA. Cette région, comme nous l’avons signalé auparavant, est la plus importante du pays car elle concentre la part la plus élevée du PIB ainsi que le plus haut pourcentage de la population argentine. En outre, il faut se rappeler qu’elle est divisée en deux zones, la ville de Buenos Aires et la conurbation, dont les revenus moyens sont très différents. De ce fait la conurbation, sur laquelle se trouvent les 3/4 de la population de la RMBA, réunit le plus grand nombre de ces foyers en voie d’appauvrissement et souffre, aussi, des plus fortes carences au niveau de l’offre de services publics. Le pourcentage de foyers avec NBI (et pauvreté du Second Cercle de la conurbation) dépasse toujours et de façon très importante le chiffre moyen de la RMBA et de l’ensemble de la conurbation (Tableaux n° 2 et n° 3).

19Il est important de signaler que la proportion de la population avec NBI de la RMBA a diminué depuis 1988 ; ce phénomène a d’ailleurs aussi atteint la conurbation. Pourtant, une telle diminution a été accompagnée d’une accentuation de la différence entre la conurbation et la moyenne régionale. Ainsi, alors qu’en 1988 le taux de NBI était de 15,4 % pour la RMBA et que celui de la conurbation le dépassait de 13,1 % (100 à 137,1), en 1997 la différence enregistrée était de 43 % (100 à 143). Dans le Second Cercle, les différences étaient encore plus prononcées. En ce qui concerne la pauvreté, il apparaissait qu’elle s’accentuait et augmentait très rapidement : tandis qu’en 1988 (année de la plus haute inflation en Argentine) la proportion de la population pauvre de la RMBA était de 14,2 %, en 1997 elle atteignait 18,8 % ; soit une augmentation de 4,6 points. Dans la conurbation et dans le Second Cercle, les augmentations furent encore plus rapides puisque l’on enregistrait, alors, des taux très supérieurs à la moyenne régionale (Tableau n° 2).

20– L’absence d’offre et l’insuffisance de la demande.

21Ces carences impliquent autant une absence d’offre, en ce qui concerne tout particulièrement les services d’eau et d’assainissement, le téléphone et le gaz, qu’une insuffisance de la demande effective. Les limitations de l’offre et de la demande ont entre elles une relation étroite car elles dénotent une certaine circularité, en particulier quand le service est vendu à son coût de production : d’un côté, ce qu’on appelle le « rationnement d’acheteurs", qui révèle l’étroitesse des possibilités de l’infrastructure liée à la mise en œuvre du service, ne peut être séparé des exigences de rentabilité de l’entreprise et, d’un autre côté, la rareté de la demande, déterminée par un bas niveau de revenu, conditionne cette rentabilité.

Facteurs du processus de redistribution régressive du revenu

22On peut affirmer que ces tendances ont leur origine dans la restructuration de la production et dans les politiques économiques qui ont été adoptées. On doit attribuer les effets de l’augmentation des inégalités dans les rémunérations, d’une part, à la plus grande hétérogénéité de la structure productive argentine à la fin des années quatre-vingt et, d’autre part, aux mesures – chaque fois plus nombreuses – qui tendent à établir des ajustements macro-économiques telles que les modification des types de change, les stratégies anti-inflationnistes ou la diminution du pouvoir syndical.

  • 8 L’industrie manufacturière, principale activité économique de la conurbation, a perdu entre 1985 e (...)

23Les changements annoncés après 1988 en matière de revenu familial ont à voir avec l’approfondissement des tendances signalées en matière de transformation de la production du pays et de la région.8 À cela viennent s’ajouter une forte augmentation du chômage ouvert et du sous-emploi. Ce dernier était un effet, prévu, de ce type de transformations sur le marché du travail si on ne les accompagnait pas d’une croissance forte du taux d’investissement et de l’incorporation de nouvelles technologies. Par ailleurs, on a introduit des mesures de politique économique qui ont eu une incidence négative sur la rétribution du travail, comme les diminutions successives des apports patronaux et individuels à la sécurité sociale, les indemnisations pour accidents du travail et le paiement des heures supplémentaires. Ceci est venu s’ajouter à l’effet de dépréciation sur le niveau du salaire causé par l’augmentation du chômage. Finalement, cela a débouché sur la consécration par la loi des relations très défavorables aux travailleurs qui s’étaient établies de facto entre ceux-ci et leurs entreprises, à partir d’un fléchissement de la législation qui régule le marché du travail. Tout ceci prit place dans le cadre d’un ensemble de mesures de politique économique teintée d’un « néo-libéralisme » trop sûr de lui qui n’a pas tenu compte des effets négatifs ni des indicateurs de l’évident échec par rapport aux différents objectifs que l’on prétendait atteindre. Ceci est bien illustré à travers le cas du système de change et du système monétaire (le modèle dollar), et à partir d’un fléchissement de la législation régulant le marché du travail, on constate une brusque et profonde diminution de la protection par rapport à la production nationale. On peut donc dire, sans se tromper, qu’il aurait fallu une vraie volonté politique pour que les effets indésirables des diverses mesures prises ne soient pas irréversibles.

LES DÉPENSES FAMILIALES RELATIVES AUX SERVICES PUBLICS

24Les services qualifiés de publics comprennent l’électricité, le gaz, le transport, les communications, l’eau et l’assainissement. Ces services sont produits et distribués sur la base d’une contre-prestation, c’est-à-dire qu’ils sont fournis contre le paiement simultané en espèces, même si cette simultanéité ne consiste pas en un strict paiement au comptant, cette condition est maintenue au niveau conceptuel. Les dépenses en services publics résultent de la multiplication des volumes physiques utilisés dans chaque cas par leur coût unitaire. Pour l’usager, le coût unitaire correspond : a) au tarif du service public ; b) au déboursement nécessaire pour permettre l’accès au service, autrement dit l’installation nécessaire pour le recevoir.

Les tarifs

25Le marché de la plupart des services publics est de type monopolistique et oligopolistique dans la mesure où certains d’entre eux constituent des monopoles naturels. C’est à partir de cette dernière qualité qu’était justifiée la propriété de l’État sur les entreprises qui les produisaient. Pourtant, l’État a aussi déterminé, en termes légaux, la production de plusieurs de ces services à caractère monopolistique. Par exemple, dans le cas du Service des Postes, l’État avait maintenu l’interdiction pour des entreprises privées de prendre en charge ce service mais la politique de dérégulation et de privatisation a éliminé cette protection.

  • 9 Ces tarifs avec ceux du taxi constituent la partie principale du prix du transport public de passa (...)

26Durant les dernières décennies, l’évolution des tarifs des services publics a été très inégale. Dans le cas des transports publics de passagers, le tarif moyen pondéré de l’automobile collective a augmenté d’environ 78 % tandis que le mode ferroviaire s’est maintenu très au-dessous de ce niveau (1970-1996)9. Les prix de l’électricité, du gaz, du téléphone, du courrier, de l’eau et de la santé ont enregistré des variations très dissemblables. La fixation par le gouvernement des prix et des tarifs des entreprises d’État chargées de produire ou de fournir les services publics a engendré pour ceux-ci des fluctuations que l’on peut vraiment qualifier d’erratiques. Pourtant, l’indice des prix et des tarifs de l’ensemble des services destinés aux familles s’est maintenu durant des années plus souvent au-dessous de leur valeur moyenne de base (1960) qu’au-dessus (Tableau n° 4). À partir de la privatisation des entreprises en question, au début des années quatre-vingt-dix, ils ont tous subi de fortes augmentations.

  • 10 Il est intéressant de signaler l’existence de cette préoccupation même lorsque les services octroy (...)

27La politique des tarifs appliquée par les gouvernements n’a pas été exposée, au moins durant la dernière décennie, de façon explicite par les autorités adéquates. Au lieu d’une position élaborée qui tiendrait compte des diverses facettes de cette importante question, on a imposé soit une simple validation des tendances enregistrées, et qui sont le fruit des conditions du marché (par exemple, en ce qui concerne le transport), soit une volonté d’encouragement à la participation des entrepreneurs privés pour la production desdits services (électricité, gaz, communications, eau et assainissement)10. L’ensemble des tarifs établis est plus lié à des objectifs financiers qu’à des objectifs économiques ; ils excluent tous, au moins en principe, les subventions directes aux usagers.

  • 11 L’augmentation de la dépense relative de certains biens et services peut résulter de la croissance (...)

28Les principaux effets de cette politique de tarifs de type « ad hoc » sont : a) une croissance inégale des tarifs des divers services qui ne semble pourtant pas justifiée par les coûts respectifs d’exploitation et la qualité de la prestation ; b) une augmentation prononcée des prix relatifs ; c) une augmentation relative des dépenses en services publics pour les familles, tant en ce qui concerne les services considérés comme « obligatoires » que ceux dits de « prestation universelle". Même si l’on ne peut pas attribuer ce fait à la seule politique des prix11, il n’en reste pas moins que celle-ci constitue une partie essentielle de ce résultat. On doit ajouter à cela l’utilisation du tarif comme moyen de financement des ouvrages à long terme, comme dans le cas de l’infrastructure économique et sociale

29Dans le cas du service d’eau et d’assainissement, le tarif minimum en vigueur avant l’implantation du SUMA (montant fixe qui s’additionne à la facture et sert à financer les travaux d’expansion) peut être estimé à 2,50 $ par mois et par service en valeurs actuelles, soit 5 $ pour les deux. L’extension du service vers de nouveaux usagers supposait le recouvrement de la proportion correspondante à l’infrastructure. Une estimation de la dépense minimale à laquelle étaient soumis les nouveaux usagers du service apparaît dans le tableau n° 5. La dépense mensuelle comprend le tarif et la taxe d’infrastructure. Celle-ci pouvait être payée sur 24 mois. La taxe d’infrastructure initiale a été de $ 325 pour l’eau et de $ 460 pour les égouts ; elle est ensuite passée à $ 450 et $ 670 puis à $ 366 et $ 606, respectivement.

30La dépense totale en services publics est enregistrée par l’Enquête sur les dépenses des foyers de la région, élaborée par l’INDEC. Pourtant, ne sont publiés séparément que les chiffres correspondants aux Transport et Communications. Nous avons, pour cette raison, réuni à partir d’autres sources les informations correspondant aux items électricité, gaz, eau et assainissement, afin de présenter un tableau complet de la dépense en services publics par foyer. Trois années ont été sélectionnées : 1969-1970, 1986 et 1996-1997. Le tableau n° 11 présente un résumé des dépenses mensuelles par foyer pour les services publics (transport public, communications, électricité, gaz, eau et égouts) correspondant à l’année 1996-1997, à laquelle ont été adjoints les chiffres des périodes additionnelles (1969-1970 et 1986) exprimées en monnaie de pouvoir d’achat constant. Les chiffres qui se réfèrent aux années en question contiennent des détails uniquement en ce qui concerne les rubriques « transport » et « communications » ; ceci fait qu’on ne peut observer l’évolution à long terme que sur ces deux éléments. Alors qu’en 1970 la dépense mensuelle était de $ 57,10, quinze ans plus tard elle était descendue à $ 46,70 tandis qu’en 1997 la même dépense s’élevait à $ 74,20 par famille et par mois.

  • 12 INDEC, Necesidades Básicas Insatisfechas, Distintas regiones de Argentina.

31Les foyers intégrés aux quatre premiers quintiles dépensent pour ces services environ 14,5 % du total de leur consommation ; cette proportion tombe à 10,5 % dans le cas des foyers qui intègrent le dernier quintile. Donc, chaque foyer du premier quintile destine 45,60 $ à la dépense en services publics tandis que ceux du cinquième quintile en consacrent 231,54. Le rapport entre les deux ensembles de dépenses est donc de un à cinq. Cette différence implique une fourniture inégale en termes de volumes physiques entre l’un et l’autre type de foyer, et met en évidence des consommations tout à fait moindres pour une partie significative de la population. Ce fait est déjà connu de façon précise à travers l’information fournie par les travaux sur le degré de satisfaction des besoins de base de la population.12 Nous avons donc ici une confirmation du fait que de larges secteurs de la population de la RMBA souffrent d’une carence au niveau de la satisfaction de leurs besoins fondamentaux.

32La dépense moyenne en services publics des foyers de la RMBA (agglomération du Grand Buenos Aires selon la terminologie de l’INDEC) a atteint, en 1997, 5 264 millions de dollars (en valeur de l’année en question). Les 20 % de population qui ont la consommation la plus basse représentent 7,1 % du total de ces dépenses tandis que les 20 % qui avaient la consommation moyenne la plus élevée en représentaient 36,2 %. Dix ans auparavant, en 1986, la dépense annuelle mentionnée avait été réduite de probablement 12 % par rapport au chiffre de 1970 alors que la population de l’agglomération dépassait de 25 % celle de 1970. Enfin, pour la période 1996-1997, la dépense effectuée par foyer pour ces rubriques s’était maintenue au même niveau qu’en 1986. Quant au service d’eau et d’assainissement, le prix établi pour une consommation moyenne minimale, qui correspondrait aux foyers à niveau socio-économique bas (premiers déciles du tableau de distribution des revenus), il est consigné dans le tableau n° 9. Sur la base de cette estimation, il est intéressant d’interpréter la dépense en électricité et gaz, d’un côté, et celle en eau et assainissement, de l’autre, calculé pour le premier quintile des foyers de la RMBA dont la consommation moyenne mensuelle est de $ 324,7.

  • 13 On suppose que celui-ci n’augmente pas puisqu’aucune augmentation de revenu n’a été de pair avec l (...)

33La dépense correspondant au service d’eau potable et d’égouts est supportable pour une grande partie des foyers qui ont des revenus pleins et qui utilisent ce service et tous les autres. Dans les foyers du premier cinquième, il représente en moyenne 11 % des dépenses en services publics et 1,5 % de l’ensemble des dépenses de consommation. Le nouveau tarif de 8 $ qui signifie une augmentation de 60 % par rapport au tarif antérieur élève l’importance relative de la dépense de cette rubrique à 16,5 % du total des services et à 2,5 % du total de la consommation13. Mais, dans le cas de ceux qui sont de « nouveaux » usagers, situés principalement dans les premiers dixièmes de revenu, on doit ajouter au tarif la charge liée aux infrastructures qu’ils devront payer pour accéder au service ; ceci fait passer la dépense mensuelle à 16 $. En outre, il faut aussi compter la dépense afférente à l’installation interne estimée à 1 500 $ (voir les Tableaux n° 6 et n° 7).

34Toutefois, dans le premier dixième des foyers ayant des revenus pleins, il existe une partie de la population qui ne peuvent pas payer ces dépenses (le revenu moyen mensuel du premier dixième des foyers à revenus pleins était, en 1997, de 172 $). À ces foyers, il faut ajouter ceux qui n’ont pas de revenus ou qui ne reçoivent qu’un revenu partiel. La question est que, dans de tels cas, les services ne sont pas utilisés, ou de façon incomplète (certains usagers n’en paient qu’une partie). Ainsi, l’incapacité de payer limite directement la demande et aussi l’offre orientée vers ces secteurs de la population qui sont, maintenant, très nombreux.

35La limitation de l’offre de services publics, et en particulier celle de l’eau et des égouts, existait déjà lorsque le service était fourni par les organismes d’État, car c’était la limitation budgétaire du gouvernement qui empêchait les investissements publics et, donc, la concrétisation de l’universalisation des services. La privatisation de la production des services publics, en introduisant le calcul économique privé, maintient en définitive cette limitation du côté de l’offre. En outre, l’accès aux services publics qui, pour une partie de la population, passait à travers la libre distribution (dans certains cas, par le branchement clandestin qui n’était ni empêché, ni puni par les entreprises publiques et, dans d’autres, par la continuité dans la prestation malgré le non-paiement) a disparu au fil du temps après que les monopoles soient passés au secteur privé.

***

36L’appauvrissement et la réduction des revenus qu’a enregistré une large partie de la population de la RMBA constituent une difficulté structurelle pour l’expansion des services. L’accomplissement du principe d’universalisation des services exige donc l’implantation de subventions en tant qu’outil à portée significative. De cette manière, la règle générale selon laquelle « celui qui consomme paie », considérée comme un ingrédient rationnel fondamental de l’efficacité, devra être limitée chaque fois que l’on voudra assumer le dit principe d’universalisation. C’est là que surgit la nécessité de compléter la mécanique du marché en recourrant à la régulation, même si celle-ci peut apparaître comme un type de solution qui n’est pas pleinement satisfaisant.

Annexes : tableaux

TABLEAU N° 1 : ÉVOLUTION DE LA DISTRIBUTION DU REVENU FAMILIAL PAR QUINTILES DANS LA RÉGION MÉTROPOLITAINE DE BUENOS AIRES (VALEUR DE L’ANNÉE 1997)

TABLEAU N° 1 : ÉVOLUTION DE LA DISTRIBUTION DU REVENU FAMILIAL PAR QUINTILES DANS LA RÉGION MÉTROPOLITAINE DE BUENOS AIRES (VALEUR DE L’ANNÉE 1997)

Source : INDEC « Enquête permanente sur les foyer ».

TABLEAU N° 2 : POPULATION AVEC NBI : POURCENTAGE DE FOYERS

TABLEAU N° 2 : POPULATION AVEC NBI : POURCENTAGE DE FOYERS

TABLEAU N° 3 : FOYERS EN CONDITION DE PAUVRETÉ (EN %)

TABLEAU N° 3 : FOYERS EN CONDITION DE PAUVRETÉ (EN %)

TABLEAU N° 4 : PRIX ET TARIFS DES ENTREPRISES PUBLIQUES DONT LES PRODUITS SONT DESTINÉS AUX FAMILLES ENTRE 1960 ET 1 983 (ANNÉE DE BASE : 1 960)

TABLEAU N° 4 : PRIX ET TARIFS DES ENTREPRISES PUBLIQUES DONT LES PRODUITS SONT DESTINÉS AUX FAMILLES ENTRE 1960 ET 1 983 (ANNÉE DE BASE : 1 960)

Source : SIGEP (1) Indice pour actualiser les prix et tarifs : Prix au consommateur.

TABLEAU N° 5 : DÉPENSES DU SERVICE D’EAU ET D’ÉGOUTS POUR LES NOUVEAUX USAGERS JUSQU’EN 1 996 AVEC CHARGE D’INFRASTRUCTURE (VALEURS EN PESOS)

TABLEAU N° 5 : DÉPENSES DU SERVICE D’EAU ET D’ÉGOUTS POUR LES NOUVEAUX USAGERS JUSQU’EN 1 996 AVEC CHARGE D’INFRASTRUCTURE (VALEURS EN PESOS)
  • La dépense mensuelle comprend le tarif et la taxe d’infrastructure.

Note *

  • Ce tarif minimum est assimilable à celui qui serait appliqué dans la zone d’expansion.

TABLEAU N° 6 : VALEUR EN PESOS DE LA FACTURE MENSUELLE DES SERVICES D’EAU ET D’ÉGOUTS (ANNÉE 1999)

TABLEAU N° 6 : VALEUR EN PESOS DE LA FACTURE MENSUELLE DES SERVICES D’EAU ET D’ÉGOUTS (ANNÉE 1999)‡

TABLEAU N° 7 : VALEUR DE LA FACTURE MENSUELLE DES SERVICES D’EAU ET D’ÉGOUTS DANS LES ZONES D’EXPANSION (ANNÉE 1999)

TABLEAU N° 7 : VALEUR DE LA FACTURE MENSUELLE DES SERVICES D’EAU ET D’ÉGOUTS DANS LES ZONES D’EXPANSION (ANNÉE 1999)
  • § En vigueur depuis la date d’annulation de la taxe d’infrastructure, la taxe d’intégration au servi (...)

Note *§

TABLEAU N° 8 : ÉVOLUTION DE LA DÉPENSE MOYENNE MENSUELLE EN SERVICES PUBLICS PAR FOYER DANS LA RÉGION MÉTROPOLITAINE DE BUENOS AIRES (EN POURCENTAGES ET VALEURS DE L’ANNÉE 1994)

TABLEAU N° 8 : ÉVOLUTION DE LA DÉPENSE MOYENNE MENSUELLE EN SERVICES PUBLICS PAR FOYER DANS LA RÉGION MÉTROPOLITAINE DE BUENOS AIRES (EN POURCENTAGES ET VALEURS DE L’ANNÉE 1994)

Elaboré à partir de a) INDEC, 1998, Enquête des dépenses des foyers de l’agglomération du Grand Buenos Aires, mai 1998 ; b) Chisari, Omar et Estache, Antonio, 1999, Texte de discussion n° 3, table n° 4, UADE, CEER, mars 1999, p. 56.

TABLEAU N° 9 : DÉPENSE MENSUELLE EN SERVICES PUBLICS PAR FOYER SELON LES QUINTILES EN % DANS LA RÉGION MÉTROPOLITAINE DE BUENOS AIRES (ANNÉE 1997)

TABLEAU N° 9 : DÉPENSE MENSUELLE EN SERVICES PUBLICS PAR FOYER SELON LES QUINTILES EN % DANS LA RÉGION MÉTROPOLITAINE DE BUENOS AIRES (ANNÉE 1997)

Élaboré à partir de INDEC, op. cit., mai 1998 et Chisari et Estache, op. cit., mars 1999.

TABLEAU N° 10 : DÉPENSE MENSUELLE EN SERVICES PUBLICS PAR FOYER, SELON LES QUINTILES EN PESOS DANS LA RÉGION MÉTROPOLITAINE DE BUENOS AIRES (ANNÉE 1997)

TABLEAU N° 10 : DÉPENSE MENSUELLE EN SERVICES PUBLICS PAR FOYER, SELON LES QUINTILES EN PESOS DANS LA RÉGION MÉTROPOLITAINE DE BUENOS AIRES (ANNÉE 1997)

Élaboré à partir de INDEC, op. cit., mai 1998 et Chisari et Estache, op. cit., mars 1999.

TABLEAU N° 11 : DÉPENSE ANNUELLE EN SERVICES PUBLICS PAR FOYER SELON LES QUINTILE DANS LA RÉGION MÉTROPOLITAINE DE BUENOS AIRES (EN MILLIONS DE PESOS DE 1997 ET EN %)

TABLEAU N° 11 : DÉPENSE ANNUELLE EN SERVICES PUBLICS PAR FOYER SELON LES QUINTILE DANS LA RÉGION MÉTROPOLITAINE DE BUENOS AIRES (EN MILLIONS DE PESOS DE 1997 ET EN %)

Élaboré à partir de INDEC, op. cit., mai 1998 et Chisari et Estache, op. cit., mars 1999.

Notes

1 Il est important de noter que la définition de la zone couverte par la Région Métropolitaine de Buenos Aires a tenu compte avant tout de la disponibilité d’information puisqu’il a fallu recourir exclusivement à ce qui existait déjà dans les organismes spécialisés. Pour cette raison, nous avons accepté que, outre la Ville de Buenos Aires, soient incorporés à l’ensemble dix-neuf districts de la conurbation que l’INDEC considère comme partie intégrante de ce que l’on appelle le « Grand Buenos Aires ».

2 Ce taux est pratiquement égal à l’évolution végétative et correspond à la moyenne enregistrée pendant la période de 1980 à 1991 qui sépare les deux recensements.

3 Soit une augmentation de 6,1 % par rapport à l’augmentation de 18,2 % de la population économiquement active (PEA).

4 La première couronne est formée par les districts de Vicente Lopez, San Isidro, San Fernando, Tres de Febrero, San Martin, Moron, Merlo, une partie de La Matanza, Lanús, Quilmes, Lomas de Zamora, A. Brown et Avellaneda. Dans la seconde couronne, on trouve : El Tigre, Gral Sarmiento, le reste de Matanza, E. Echeverría, Moreno, F. Varela, Berazategui.

5 Le nombre de personnes comprises dans les trois grandes tranches d’âge (jusqu’à 14 ans, 15-64 ans et plus de 65 ans) a subi des variations qui ont accentué l’importance des premiers et troisième groupe.

6 Il faut souligner que les activités urbaines regroupées ne comprennent pas l’ensemble de celles qui sont incluses dans l’estimation des sommes du Produit provincial bien qu’elles en représentent une portion significative. Par exemple, sous la rubrique Services, l’électricité, le gaz et l’eau ne sont pas compris.

7 Voir le commentaire du Tableau 3 en ce qui concerne la diminution absolue du revenu familial durant les années 1988 et 1997.

8 L’industrie manufacturière, principale activité économique de la conurbation, a perdu entre 1985 et 1994, 126 266 postes de travail, soit 29,2 % du total.

9 Ces tarifs avec ceux du taxi constituent la partie principale du prix du transport public de passagers dans la Ville de Buenos Aires et dans son aire métropolitaine. Les autres tarifs correspondent au transport automobile à longue distance ainsi qu’aux transports aérien et fluvial.

10 Il est intéressant de signaler l’existence de cette préoccupation même lorsque les services octroyés sont tous de type monopolistique.

11 L’augmentation de la dépense relative de certains biens et services peut résulter de la croissance du prix relatif de certains d’entre eux et/ou de la diminution des revenus des consommateurs. Une chute des revenus peut, à elle seule, impliquer également une augmentation de la dépense relative à ces biens pour lesquels la demande est fort peu élastique.

12 INDEC, Necesidades Básicas Insatisfechas, Distintas regiones de Argentina.

13 On suppose que celui-ci n’augmente pas puisqu’aucune augmentation de revenu n’a été de pair avec l’augmentation du tarif. Ceci signifie que l’augmentation de la dépense en eau, bien à demande non élastique et dont l’offre est monopolistique, réduit dans le foyer la part destinée à la consommation des autres biens.

Notes de fin

* Économiste, professeur, Universidad de Buenos Aires

La dépense mensuelle comprend le tarif et la taxe d’infrastructure.

Ce tarif minimum est assimilable à celui qui serait appliqué dans la zone d’expansion.

§ En vigueur depuis la date d’annulation de la taxe d’infrastructure, la taxe d’intégration au service est payée par tranche durant cinq ans. La dépense mensuelle comprend le tarif plus la taxe d’infrastructure.

Table des illustrations

Légende Région Métropolitaine de Buenos Aires, la concession de l’eau.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/615/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 655k
Titre TABLEAU N° 1 : ÉVOLUTION DE LA DISTRIBUTION DU REVENU FAMILIAL PAR QUINTILES DANS LA RÉGION MÉTROPOLITAINE DE BUENOS AIRES (VALEUR DE L’ANNÉE 1997)
Légende Source : INDEC « Enquête permanente sur les foyer ».
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/615/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Titre TABLEAU N° 2 : POPULATION AVEC NBI : POURCENTAGE DE FOYERS
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/615/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre TABLEAU N° 3 : FOYERS EN CONDITION DE PAUVRETÉ (EN %)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/615/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre TABLEAU N° 4 : PRIX ET TARIFS DES ENTREPRISES PUBLIQUES DONT LES PRODUITS SONT DESTINÉS AUX FAMILLES ENTRE 1960 ET 1 983 (ANNÉE DE BASE : 1 960)
Légende Source : SIGEP (1) Indice pour actualiser les prix et tarifs : Prix au consommateur.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/615/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre TABLEAU N° 5 : DÉPENSES DU SERVICE D’EAU ET D’ÉGOUTS POUR LES NOUVEAUX USAGERS JUSQU’EN 1 996 AVEC CHARGE D’INFRASTRUCTURE (VALEURS EN PESOS)
Légende Note *
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/615/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre TABLEAU N° 6 : VALEUR EN PESOS DE LA FACTURE MENSUELLE DES SERVICES D’EAU ET D’ÉGOUTS (ANNÉE 1999)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/615/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre TABLEAU N° 7 : VALEUR DE LA FACTURE MENSUELLE DES SERVICES D’EAU ET D’ÉGOUTS DANS LES ZONES D’EXPANSION (ANNÉE 1999)
Légende Note *§
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/615/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre TABLEAU N° 8 : ÉVOLUTION DE LA DÉPENSE MOYENNE MENSUELLE EN SERVICES PUBLICS PAR FOYER DANS LA RÉGION MÉTROPOLITAINE DE BUENOS AIRES (EN POURCENTAGES ET VALEURS DE L’ANNÉE 1994)
Légende Elaboré à partir de a) INDEC, 1998, Enquête des dépenses des foyers de l’agglomération du Grand Buenos Aires, mai 1998 ; b) Chisari, Omar et Estache, Antonio, 1999, Texte de discussion n° 3, table n° 4, UADE, CEER, mars 1999, p. 56.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/615/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre TABLEAU N° 9 : DÉPENSE MENSUELLE EN SERVICES PUBLICS PAR FOYER SELON LES QUINTILES EN % DANS LA RÉGION MÉTROPOLITAINE DE BUENOS AIRES (ANNÉE 1997)
Légende Élaboré à partir de INDEC, op. cit., mai 1998 et Chisari et Estache, op. cit., mars 1999.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/615/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre TABLEAU N° 10 : DÉPENSE MENSUELLE EN SERVICES PUBLICS PAR FOYER, SELON LES QUINTILES EN PESOS DANS LA RÉGION MÉTROPOLITAINE DE BUENOS AIRES (ANNÉE 1997)
Légende Élaboré à partir de INDEC, op. cit., mai 1998 et Chisari et Estache, op. cit., mars 1999.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/615/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre TABLEAU N° 11 : DÉPENSE ANNUELLE EN SERVICES PUBLICS PAR FOYER SELON LES QUINTILE DANS LA RÉGION MÉTROPOLITAINE DE BUENOS AIRES (EN MILLIONS DE PESOS DE 1997 ET EN %)
Légende Élaboré à partir de INDEC, op. cit., mai 1998 et Chisari et Estache, op. cit., mars 1999.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/615/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 269k

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable