Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Institut international de Coopération intellectuelle et le Brésil (1924-1946)

 | 
Juliette Dumont

Conclusion

Texte intégral

1Dès la fondation de l’UNESCO le 16 novembre 1945, le Brésil désigne un représentant, l’éducateur Anísio Teixeira, au Conseil de cette nouvelle organisation. Il montre ainsi sa volonté de poursuivre le processus engagé par sa participation à l’IICI. Le choix d’Anísio Teixeira n’est pas anodin : l’accent est désormais mis sur l’éducation ; il s’inscrit de la sorte dans le changement de perspective voulu par l’UNESCO. Il ne s’agit plus de s’adresser à une certaine élite intellectuelle, mais de privilégier une action à l’attention du plus grand nombre. Par ailleurs, lors de la Ire Assemblée générale de l’ONU de janvier 1946, le Brésil est élu membre provisoire du Conseil de sécurité. Il participe en outre, du 29 juillet au 15 octobre 1946, à la Conférence de Paris sur les problèmes d’après-guerre.

  • 1 Voir Gerson Moura, Tio Sam chega ao Brasil, A penetração cultural americana, São Paulo, Brasiliens (...)

2C’est finalement une configuration assez similaire à celle du début des années 1920. Il y a cependant des changements. La puissance des États-Unis est plus importante que jamais, et le Brésil ne dispose plus à leur égard de la marge de manœuvre qui était la sienne avant la guerre. La position du Brésil à l’ONU est désormais celle d’un alignement systématique sur celle du voisin nord-américain. À partir de 1941, celui-ci multiplia les missions à destination du Brésil et de l’Amérique latine, grâce à la création, en 1940, d’un Bureau destiné à coordonner ses efforts en direction de cette partie du continent sur le plan des relations économiques et culturelles. Si le but officiel est de promouvoir « la coopération interaméricaine et la solidarité de l’hémisphère1 » il est bien question de consolider et d’accroître l’influence des États-Unis.

3Il est désormais difficile, tant pour le Brésil que pour le reste des pays latino-américains, de jouer la carte européenne pour contrer cette hégémonie. Aussi peut-on dire que leur participation à l’IICI n’a fait que retarder cette issue. Cela signifie-t-il que les efforts déployés par le Brésil ont été vains ?

  • 2 Ces représentants sont désignés par l’Itamaraty et représentent les différentes académies, les uni (...)

4Tout comme on ne peut faire abstraction, comme c’est souvent le cas, de l’œuvre de l’IICI lorsqu’on évoque celle de l’UNESCO, de même faut-il tenir compte de ce qui a été mis en place par la diplomatie brésilienne dans le cadre de la coopération intellectuelle. Même s’il faut redéfinir une nouvelle politique extérieure, des habitudes ont été prises, des réseaux constitués et des mécanismes mis en œuvre. La diplomatie culturelle fait désormais partie de la stratégie de l’Itamaraty. Pour preuve, la création, le 13 juin 1946, d’un Institut brésilien d’éducation de science et de culture. Ce dernier sert d’instrument de coordination pour les principales organisations affectées aux domaines indiqués et fait aussi office de commission nationale de l’UNESCO. Ses statuts sont adoptés par décret du président et font de l’Institut brésilien une personne juridique qui a son siège au ministère des Relations extérieures. Sont membres de l’Institut : vingt délégués nommés directement par le président ; les chefs de la section culturelle du Service d’information du ministère ; un membre de chacune des institutions et organisations nationales qui s’intéressent à la tâche de cet organisme2, ce qui équivaut à une centaine de personnes. Le secrétariat de cet organisme est assuré par l’Itamaraty. Quelles sont les tâches de l’Institut ? On retrouve à la fois les missions de l’IICI et celles du Service de coopération intellectuelle, puisqu’il s’agit de coordonner la correspondance et les échanges d’informations avec l’UNESCO ; d’organiser et de financer des conférences au Brésil, mais aussi d’en susciter à l’extérieur sur ce pays ; de mettre en place les conditions du développement de l’éducation nationale ; d’inciter des chercheurs étrangers à travailler sur le Brésil ; d’encourager la publication de périodiques et la diffusion de films brésiliens ; de coordonner le travail des organisations et sociétés culturelles ; d’organiser régulièrement des compétitions nationales, interaméricaines et internationales pour la désignation d’œuvres remarquables en littérature, en science et en art ; de conclure des accords culturels régionaux ; d’entretenir les relations culturelles avec les pays amis ; et enfin de fonder et de veiller au bon fonctionnement d’un musée sur les représentations dans les relations internationales du Brésil. Finalement, cet Institut travaille tant sur le plan national qu’international pour encourager le développement de la culture à l’intérieur du pays et mener une véritable politique culturelle à destination de l’extérieur. Parallèlement à la création de cet Institut, et indépendamment de celui-ci, est mise en place la Section culturelle du département politique et culturel de l’Itamaraty qui, elle aussi, est chargée de la diffusion de la culture brésilienne à l’étranger.

5La mise en place d’une telle organisation, qui reprend des éléments de l’IICI, du Service de coopération intellectuelle, mais également du Service des œuvres françaises à l’étranger, montre bien que le Brésil a tiré les leçons du passé, et est fermement décidé à maintenir une diplomatie culturelle. Si les liens avec l’UNESCO font partie des attributions de la Section, ils n’en forment pas le pivot : l’Institut et la Section peuvent être considérés comme la maturité du Service de coopération intellectuelle, créé, officiellement du moins, pour servir de relais à l’IICI. Le pari brésilien de l’Institut international de coopération intellectuelle n’est donc pas un échec et n’est pas sans lendemain. Il faut mettre au crédit de ce dernier, outre cet essor de la politique culturelle brésilienne, les multiples liens qu’il a suscités par son action, notamment entre les pays latino-américains.

6De fait, comme nous l’avons démontré dans notre dernière partie, il a pu servir, directement ou non, de moteur au développement des liens du Brésil avec les autres pays latino-américains, rompant une tradition d’isolement au sein du continent. C’est là un aspect de l’action de l’IICI qui, nous semble-t-il, n’a pas encore été étudié. Comme n’avait pas été envisagé l’impact qu’il avait pu avoir sur un pays en particulier. Or, au vu de ce qui a été écrit précédemment, il semble que cette influence ne soit pas négligeable. Il est également intéressant de noter qu’un pays qui a lui-même fait l’objet de politiques culturelles de la part d’autres nations – on pense en particulier aux États-Unis ou à la France – reprend à son compte les moyens mis en œuvre par celles-ci. Ici, on remarque le rôle prépondérant conféré à l’Itamaraty, comme l’est celui du Quai d’Orsay dans l’optique française. À cette différence près que le Brésil construit d’emblée une politique qui s’inscrit dans un cadre multilatéral.

  • 3 Alex Fortes, préface à Paulo Fagundes Vizentini, Relações internacionais do Brasil : de Vargas a L (...)
  • 4 Edgard Telles Ribeiro, op. cit., p. 84.

7Dans ce travail, il a été question de l’image que le Brésil voulait donner de lui, de sa culture, sur la scène internationale ; du désir des acteurs de sa diplomatie culturelle de voir leur pays pris au sérieux, et non plus seulement cantonné à un imaginaire exotique et réducteur. On a vu qu’ils oscillaient entre la volonté d’être acceptés comme pairs par une Europe qui symbolisait la culture, et celle d’affirmer leur identité propre, de « brésilianiser le Brésil », selon les mots de Mario de Andrade. Cette quête de reconnaissance s’est faite alors même que l’on tentait au Brésil de définir une identité nationale. Nous avons ouvert notre réflexion sur une citation d’Alex Fortes qui remarquait qu’« un des aspects fondamentaux de la construction d’une nation réside dans la définition de la place qu’elle prétend occuper sur la scène internationale3 ». Il n’est donc pas seulement question pour le Brésil de favoriser ses relations commerciales et sa politique de développement, mais bien aussi de construire un projet national. Et c’est là une des dimensions fondamentales à l’œuvre dans les relations internationales. Alex Fortes ajoute que « [...] les décisions qui concernent les alliances qui doivent être nouées, la position qu’il faut adopter devant des conflits, la participation à des organismes internationaux et la manière dont on agit au sein de ceux-ci, sont directement liées au projet national de chaque pays ». Que dit du projet national brésilien l’action de ce pays au sein de l’IICI ? Que révèle ce louvoiement constant entre différents pôles d’influence ? Le fait de ne pas choisir dénote-t-il l’incapacité pour le Brésil de construire un projet cohérent, d’affirmer une identité propre ? Ou bien au contraire cette façon de se distinguer n’est-elle pas un moyen de construire une image qui ne ressemble à aucune autre ? Ce qui est certain c’est que cette identité demeure problématique car, comme le fait remarquer Edgard Telles Ribeiro, « quelle histoire, quelle culture et quelle identité peuvent recevoir la caractéristique “nationale” ? Celles de la nation prise dans son ensemble, ou seulement celles de ses élites, de ses groupes dominants, des vainqueurs de son histoire ?4 ». Nous n’avons pas répondu à cette interrogation au cours de ce travail. Ou tout au moins qu’en partie. Il faudrait pour cela étudier plus attentivement les contributions brésiliennes à l’Institut : les livres désignés comme « ouvrages remarquables » chaque année pour le répertoire constitué par ce dernier ; ceux qui ont fait l’objet d’une traduction pour la collection ibéro-américaine ; les rapports sur les questions posées par l’Institut sur de grandes questions générales...

8Ce qui est en jeu, c’est non seulement la définition problématique de cette identité, mais également, lorsqu’il est question de relations internationales, la possibilité de préserver cette identité. Nous citerons une fois de plus Edgard Telles Ribeiro, dont l’ouvrage est un plaidoyer pour une diplomatie culturelle renforcée :

« Qu’est-ce qui est réellement en jeu dans cette discussion ? Ne serait-ce qu’une question de consolidation du processus d’insertion dans les relations internationales [...] ? Ou ne serions-nous pas, d’une certaine manière, [à travers notre politique culturelle] en train de contribuer à préserver notre propre identité culturelle ? La projection à l’extérieur d’une culture ne serait-elle pas un moyen supplémentaire de préserver et de consolider, de l’intérieur, les valeurs professées par cette culture ? »

9Celso Furtado, économiste de renom et ancien ministre de la Culture, ne dit pas autre chose :

  • 5 Celso Furtado, cité par Edgard Telles Ribeiro, op. cit., p. 96.

« si nous réduisons [le problème] à ses éléments les plus simples nous prouverons sans difficulté que la question centrale se résume à savoir si nous avons ou non la possibilité de préserver notre identité culturelle. Dans le cas contraire nous serons réduits à un rôle de consommateurs passifs de biens culturels conçus par d’autres peuples5 ».

10Cette problématique n’est pas uniquement brésilienne : elle concerne toute nation soucieuse de ne pas perdre ce qui constitue son essence. Les débats autour de l’« exception culturelle » française nous montrent bien que cette question se pose aussi pour une puissance comme la France.

11Finalement, ce qui ressort de cette étude sur le Brésil et l’IICI, c’est la grande actualité des enjeux ici dégagés, la permanence de certains grands traits des relations internationales, en particulier en ce qui concerne le Brésil.

  • 6 Robert Frank, « Images et imaginaires dans les relations internationales depuis 1938 », in Robert (...)

« Entre grands et petits États, il y a une différence de nature dans les systèmes de représentations du monde extérieur. Selon qu’on est petit ou grand, on ne forge pas de la même façon l’image des autres. De même, l’image des peuples voisins n’est pas traitée comme celle des pays lointains. La première est directement liée aux représentations que génèrent le besoin existentiel de sécurité, la question de l’amitié ou de l’inimitié et l’évolution de la puissance6. »

  • 7 En 2004 paraissait d’ailleurs un article de Marcos Savini intitulé « Une politique extérieure ambi (...)

12Cette citation de Robert Frank nous semble être un bon résumé de la position brésilienne, tant dans ses rapports avec l’Amérique qu’avec l’Europe. Hier comme aujourd’hui. En dehors du poids accru des États-Unis et de l’effacement relatif de l’Europe, rien n’a vraiment changé. Le Brésil cherche toujours à jouer un rôle de premier plan sur la scène internationale7 et brigue un siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU. La plus grande visibilité mondiale que lui a apportée Lula lui permettra-t-il de voir enfin se concrétiser cette ancienne ambition ? Ses relations avec les États-Unis restent ambivalentes, entre cordialité et méfiance, et le Brésil tente toujours de maintenir la distance qui lui permet de ne pas être complètement sous l’emprise nord-américaine. Les États latino-américains aimeraient constituer un bloc uni pour renforcer leur présence sur la scène internationale et contrer la puissance nord-américaine, mais n’y parviennent qu’occasionnellement ; le Brésil apparaît toujours suspect, aux yeux de ses voisins, d’avoir des visées hégémoniques, en dépit des efforts de Lula pour relancer le processus d’intégration régionale. Quant aux liens avec l’Europe, ils demeurent marqués par une certaine désinvolture de la part de cette dernière, qui continue de méconnaître les réalités de cette partie du continent. On continue à poser sur le Brésil un regard toujours emprunt de représentations issues d’un temps révolu. La politique extérieure brésilienne reste, quant à elle, marquée par cette « équidistance pragmatique » mise en place par Getúlio Vargas, « père du Brésil moderne » : quelque temps après sa première élection, le président Lula en offrait la preuve en se rendant, en janvier 2003, à la fois au forum de Davos et au forum social mondial de Porto Alegre. Le projet national de Lula et ses choix politiques semblent eux aussi osciller entre ces deux pôles.

Notes

1 Voir Gerson Moura, Tio Sam chega ao Brasil, A penetração cultural americana, São Paulo, Brasiliense, 1985, p. 21.

2 Ces représentants sont désignés par l’Itamaraty et représentent les différentes académies, les universités brésiliennes, les autres établissements d’enseignement supérieur, les instituts de recherche, les sociétés scientifiques, les chambres syndicales des avocats, les sociétés d’ingénieurs…

3 Alex Fortes, préface à Paulo Fagundes Vizentini, Relações internacionais do Brasil : de Vargas a Lula, São Paulo, Ed. Fundação Perseu Abramo, 2003, p. 3.

4 Edgard Telles Ribeiro, op. cit., p. 84.

5 Celso Furtado, cité par Edgard Telles Ribeiro, op. cit., p. 96.

6 Robert Frank, « Images et imaginaires dans les relations internationales depuis 1938 », in Robert Frank, avec la collaboration de Maryvonne Le Puloch, Cahiers de l’IHTP, n° 28, juin 1994, p. 7.

7 En 2004 paraissait d’ailleurs un article de Marcos Savini intitulé « Une politique extérieure ambitieuse, à la recherche d’une place parmi les grandes puissances » in Denis Rolland, Joëlle Chassin (coord.), Pour comprendre le Brésil de Lula, Paris, L’Harmattan, 2004.

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540