Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Institut international de Coopération intellectuelle et le Brésil (1924-1946)

 | 
Juliette Dumont

Chapitre 3. L’Amérique latine dans l’IICI et l’IICI en Amérique latine : une présence grandissante

Texte intégral

  • 1 Stanley E. Hilton, « Latin America and Western Europe, 1880-1945 : the political dimension », in W (...)

« D’intéressantes questions se posent au sujet des aspects politiques des relations entre Europe et Amérique latine si l’on considère le point de vue de cette dernière. Par exemple, comment l’Europe pouvait-elle être politiquement utile à l’Amérique latine ? »
Stanley Hilton1

1Avant d’envisager les relations entre l’Amérique latine et l’IICI, il faut sans doute revenir sur les rapports de ce continent avec la SDN.

  • 2 Warren H. Kelchner, Latin American relations with the League of Nations, Boston, World Peace Found (...)

2En 1920, ils sont quinze pays latino-américains parmi les quarante-deux membres fondateurs de la nouvelle organisation internationale. Plus tard, quatre autres rejoignent ses rangs, tandis que d’autres la quittent. Cet engouement pour la SDN, Warren H. Kelchner l’explique en 1930 par le fait que : « être membre leur conférait le prestige de voir leurs délégués prendre place à côté de ceux des États les plus influents. Et si la nécessité se faisait sentir, la Ligue pouvait être utilisée comme un possible contrepoids à l’influence prépondérante des États-Unis dans l’hémisphère occidental2 ». Le contexte américain est donc primordial pour saisir les raisons qui ont poussé la quasi-totalité de l’Amérique latine à vouloir être partie prenante de ce qui se passait en Europe. La SDN et l’UPA ne sont pas vues comme nécessairement concurrentes. Et ils ne furent pas inactifs dans l’enceinte genevoise, revendiquant une véritable voix et une réelle place dans le concert des nations. Kelchner rappelle leurs propositions visant à « [...] faire en sorte que la Ligue soit plus en accord avec leur théorie d’“égalité des États”, que le budget soit reconsidéré en leur faveur, que l’Amérique bénéficie d’une plus grande représentation au Conseil [...] ».

3Si tous les pays latino-américains n’ont pas quitté la SDN avec autant de fracas que le Brésil en 1926, ils ont été nombreux, malgré ces espoirs initiaux, à s’être retirés : sur les quinze membres fondateurs, seuls cinq d’entre eux vont rester jusqu’au bout. Cette désaffection à l’égard de la SDN peut se lire comme le résultat d’une lassitude devant son européocentrisme, de l’éloignement géographique, et des progrès de l’UPA, qui vont de pair avec l’influence croissante des États-Unis. Après avoir mis en lumière le volontarisme de ces États au sein de l’organisation genevoise, Kelchner ajoute : « Il y avait aussi un consensus général autour du fait que les problèmes purement américains devaient être étudiés et résolus à l’intérieur de l’Amérique ». Lorsque surgissent des litiges entre pays latino-américains, ce n’est pas devant la SDN qu’ils sont portés mais devant l’UPA.

4Dans ce contexte, l’œuvre de coopération intellectuelle est vue, notamment par les Latino-américains, comme un moyen de relégitimer la SDN dans cette partie du continent. C’est dans ce cadre qu’intervient M. Nieto Caballero, délégué colombien, lors de la session plénière de la CICI, en juillet 1934. Il propose que soit organisée une mission de coopération intellectuelle en Amérique du Sud pour pallier le manque d’intérêt des opinions publiques latino-américaines pour la SDN, vue comme une organisation européenne ne s’occupant que d’affaires européennes :

  • 3 L’année 1934 de la Coopération intellectuelle, p. 197.

« Le délégué de Colombie indique ensuite, dans un esprit de franchise cordiale, qu’un mouvement qui a déjà pris une certaine ampleur se dessine en Amérique, en vue de détacher de plus en plus les problèmes intéressant les pays de ce continent de ce que l’on pourrait appeler l’atmosphère européenne. L’Amérique latine aurait-elle des motifs de créer sa propre SDN ; son Bureau international du Travail et de l’Éducation, sa Cour permanente de Justice internationale ? En tout cas, la SDN n’y est connue que sous un aspect politique alors que ses activités sociales et intellectuelles gagneraient tous les esprits. Il appartient à l’IICI surtout de dissiper l’ignorance où l’on est, dans certaines régions du globe, de la véritable activité de la SDN3. »

  • 4 L’année 1934 de la Coopération intellectuelle, p. 201.

5Gonzague de Reynold, membre de la CICI et du comité de direction de l’IICI, répond, au nom de la Commission, à l’intervention du délégué chilien en insistant sur le caractère universel de l’OCI : « La coopération intellectuelle dans le cadre européen ne saurait aujourd’hui suffire. Il faut qu’elle s’accomplisse entre les grandes civilisations, entre les plus éloignées, dans l’espace, de son centre. Voilà ce dont elle a besoin ; voilà ce qui peut seul donner à son œuvre son sens et son rayonnement4. » Le fait qu’en 1937 le même constat soit à nouveau fait laisse deviner que la déclaration de principe de Reynold n’a pas vraiment été suivie d’effets et que l’OCI n’a pas su tirer parti du réel potentiel d’ouverture que lui offrait l’Amérique latine.

Présence de plus en plus importante des pays latino-américains au sein de la CICI

Une motivation tardive

  • 5 Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 259.

« L’intérêt des États latino-américains pour la coopération intellectuelle, visible dès les années vingt dans l’appui donné à la France par leurs délégués à l’Assemblée de la SDN, s’accroît dans les années trente en réaction à l’impérialisme économique et politique, mais aussi culturel – révélé par le projet d’Institut interaméricain de coopération intellectuelle – des États-Unis5. »

  • 6 Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 255.

6Il faut noter que l’Institut panaméricain n’a jamais vu le jour du fait notamment de l’attitude des États américains ; le projet américain semble même, selon les mots de Renoliet, « susciter une réaction des États latino-américains en faveur de l’OCI et de la SDN6 ». Il mentionne, pour étayer ses dires, le fait que la Conférence panaméricaine de 1936 a adopté une résolution qui appelle les États d’Amérique latine à créer des commissions nationales. Cela est perçu par le Secrétariat de la SDN comme un moyen d’éviter « la création à Washington ou ailleurs en Amérique d’un Institut continental qui ne ferait que compliquer et peut-être réduire considérablement la coordination dont l’IICI est chargé ».

  • 7 Voir l’intervention du délégué chilien, M. Rivas Vicuña, lors de la XVIe Assemblée de la SDN, tell (...)

7Ce que nous avons démontré pour le Brésil est donc valable pour le reste de l’Amérique latine : renforcer les liens avec l’OCI, et donc avec l’IICI, est un moyen d’éviter un tête-à-tête inégal avec le géant nord-américain et de préserver leur indépendance. Mais, comme le note Jean-Jacques Renoliet, cette profession de foi n’est pas tout de suite assortie d’engagements concrets : en 1929, seuls cinq États ont jusqu’alors contribué au budget de l’IICI (Brésil, Chili, Colombie, Équateur et Venezuela) et surtout, si dix-neuf d’entre eux ont déjà nommé un délégué auprès de cet organisme, ils ne sont que quatre à avoir constitué une commission nationale (Brésil, Bolivie, Cuba et Salvador). Comment expliquer cet état de fait ? D’abord par l’éloignement géographique ; ensuite par l’importance numérique restreinte de l’élite intellectuelle tournée vers l’Europe et le manque de crédits d’États économiquement dominés. Enfin, il faut ajouter à cela, outre l’influence croissante des États-Unis, le manque d’unité d’un ensemble agité, nous l’avons vu, de rivalités multiples. La responsabilité de cette participation en demi-teinte incombe aussi à l’Institut – en cela très européen – qui ne perçoit pas la diversité de cette Amérique si commodément latine7, comme il n’adapte pas ses questionnaires « aux conditions réelles existant dans la totalité des États américains », agissant à leur égard comme s’il s’agissait de l’Europe, tout en ne les prenant pas suffisamment en compte dans son organisation. À plusieurs reprises, des représentants latino-américains déplorent la faible représentation de leur continent dans les différentes instances de l’OCI.

8L’incapacité de l’Institut à mieux tenir compte de l’Amérique latine est flagrante lors de la Conférence générale des Commissions nationales tenue à Paris en 1937 où les représentants des États latino-américains sont très présents, tant par le nombre que par les interventions. Pourtant, les résolutions de la Conférence ne les mentionnent pas particulièrement et encouragent même le développement de la coopération intellectuelle régionale, alors que celle-ci, sur le continent américain, est une menace pour l’OCI, et qu’elle est, pour les raisons précédemment évoquées, redoutée par l’Amérique latine.

  • 8 Chiffres tirés de Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 258.

9Les pays d’Amérique latine occupent cependant une place de choix parmi les États soutenant l’Institut. En 1939, dix-neuf ont un délégué (42,2 % du total et presque autant que l’Europe) et treize une commission (28,3 % du total)8, alors même qu’ils ne sont plus que dix à être encore membres de la SDN. Par ailleurs, certains d’entre eux contribuent, épisodiquement ou non, au budget de l’IICI (Équateur, Venezuela, Colombie, Brésil, Mexique, Pérou).

Les modalités diverses d’une présence grandissante

  • 9 AHI, 78/3/13, 01/09/1932.

10Si le Brésil s’efforce d’être le plus visible possible sur la scène des relations culturelles internationales, si Montarroyos fait en sorte que son pays profite au maximum des possibilités de communication et de promotion offertes par l’Institut, et tente d’inscrire les institutions culturelles brésiliennes dans le cadre de la coopération intellectuelle, il faut toutefois souligner le peu d’intérêt de la population brésilienne pour une entreprise très élitiste, et le manque d’investissement des milieux intellectuels brésiliens qui connaissent mal le travail de l’OCI, de toute manière suspecte puisque faisant partie de la SDN. À Afrânio de Melo Franco qui met en avant le manque d’intérêt, au Brésil, pour le travail de l’Institut, et demande à Montarroyos des « commentaires pertinents sur les diverses formes d’activité de l’Institut, afin que l’Itamaraty les diffuse auprès de la presse », ce dernier répond que « dans [ses] articles publiés dans le Jornal do Commercio de Rio de Janeiro, j’ai déjà, à plusieurs reprises, montré l’importance, pour le Brésil, de l’œuvre intelligemment menée par l’Institut9 ». La diplomatie culturelle n’est pas encore considérée comme un instrument réellement efficace par la majorité. Par ailleurs, effectivement, le Brésil n’échappe pas au relatif désintérêt que suscite en Amérique latine le très européen Institut international de coopération intellectuelle.

  • 10 AHI, 78/3/13, 19/07/1933, Lettre de Montarroyos à Franco Afrânio de Melo.

11Une des modalités les plus concrètes de l’action brésilienne au sein de l’IICI reste bien évidemment sa contribution financière au budget de celui-ci. Le Brésil rejoint donc en 1929 l’Équateur (donateur depuis 1926), le Venezuela et la Colombie (depuis 1928). Sa contribution va de 75 000 francs à 100 000 francs pour les années 1932, 1937, 1938 et 1939. Cette augmentation est en partie due à la dévaluation du franc. Malgré tout cela, il convient de dire que la subvention brésilienne se situe parmi les plus importantes : seule la Pologne, jusqu’en 1933, et l’Italie, jusqu’à son retrait de la SDN en 1937, offrent des sommes plus élevées. Par ailleurs, le Brésil a apporté sa contribution pour la publication des ouvrages brésiliens de la collection ibéro-américaine. Il y a eu quelques versements ponctuels, comme celui que le gouvernement brésilien fait en 1933 pour l’acquisition de publications de l’IICI10.

  • 11 Outre Dominique Braga, ce comité est composé de l’Espagnol Establier, du Hongrois Latji et du Fran (...)

12Autre critère de visibilité : le nombre de Brésiliens dans les instances de l’OCI. Ils sont peu nombreux, à l’instar des autres ressortissants latino-américains. Il faut tout de même signaler que l’Institut compte un fonctionnaire brésilien, Dominique Braga, conseiller technique pour les questions littéraires. Ce dernier, tout comme Montarroyos, est présent depuis l’inauguration de l’Institut, jusqu’à sa fermeture en 1940. Il est à ce moment désigné par Henri Bonnet pour faire partie d’un comité intérieur11 qui doit gérer les affaires intellectuelles et assurer une éventuelle reprise des travaux. Par ailleurs, le Brésil obtient à deux reprises qu’un Brésilien soit membre de la CICI. Aloysio de Castro de 1922 à 1930, et Miguel Osorio de Almeida à partir de 1939. Ce dernier va beaucoup contribuer à renforcer la crédibilité et la visibilité de son pays auprès de l’OCI. De fait, par sa participation à la collection « Correspondance » en 1933 avec, entre autres, Paul Valéry, et à l’Entretien sur « Le destin prochain des Lettres » qui s’est déroulé à Paris en juillet 1937, il prouve la capacité du Brésil à discourir, sur un pied d’égalité avec des pays européens, de grandes questions littéraires et philosophiques. C’est enfin la présence de Montarroyos (dans son rôle de délégué d’État, à l’Institut ou lors des sessions plénières de l’IICI, ou comme expert dans divers comités) qui assure au Brésil l’image d’un pays très actif au sein de la coopération intellectuelle.

13Nous avons donc mis en évidence les acteurs brésiliens les plus visibles, qui contribuent, par leurs initiatives, leur renommée et leur action, à faire connaître le Brésil, à en donner une image positive en dehors de ses frontières.

  • 12 AHI, A III 56, 13/09/1937.

14Ce qui compte, c’est que toute action brésilienne dans le cadre de la coopération intellectuelle soit connue. Innombrables sont les demandes de Montarroyos à Bonnet, ou aux autres fonctionnaires de l’Institut, pour que paraisse dans les publications de l’Institut toute information que lui transmet le délégué brésilien. Montarroyos fait ainsi parvenir à Daniel Secrétan un article du Jornal do Commercio, en date du 20 juillet 1937, qui fait un compte rendu de la Deuxième Conférence générale des commissions nationales. Après avoir expliqué que cet article avait été fourni au journal par le Service de coopération intellectuelle du ministère, il ajoute : « Il serait agréable à ce service et surtout fort utile, tant pour son action que pour celle de la CBCI, que le Bulletin de l’Institut signalât cette manifestation de leur activité12. »

15Autant que l’activité réelle du Brésil au sein de l’IICI, c’est la politique de communication de celui-ci qui est importante car elle tend à une visibilité toujours plus grande de ce pays, sans que pour autant sa contribution soit déterminante. L’habileté brésilienne réside dans la bonne utilisation qui a été faite des publications de l’IICI, dont les acteurs de la propagande brésilienne ont très vite vu le parti qu’ils pouvaient en tirer.

  • 13 Cité par Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 262.

16En 1935 encore, est déploré, dans la revue L’année 1935 de la coopération intellectuelle, le faible nombre de commissions nationales en Amérique latine : trois en Amérique centrale (Cuba, Mexique et Salvador) et trois pour l’Amérique du Sud (Bolivie, Brésil et Chili). La résolution adoptée par la Conférence de Buenos Aires de 1936 qui encourageait la création de commissions nationales semble changer la donne : il s’en crée en Argentine en 1936, en Haïti, en République dominicaine et en Uruguay en 1937, en Équateur et au Pérou en 1938 et au Venezuela en 1939. Il faut aussi souligner le rôle de l’UPA qui, en mars 1937, recommande la création dans chaque État américain d’une commission nationale qui se mette « en contact avec les autres groupes nationaux similaires et avec son Bureau de coopération intellectuelle13 ».

  • 14 L’année 1933 de la coopération intellectuelle, p. 160-161.

17C’est surtout par le biais des délégués d’État que le contact se fait entre ces pays et l’IICI, comme le souligne un Compte rendu paru dans L’année 1933 de la coopération intellectuelle : « [...] un contact aussi intime que possible a été maintenu avec les gouvernements même par l’intermédiaire des délégués d’État. [...] Ce mode de liaison se révèle particulièrement efficace pour certains pays lointains, ceux de l’Amérique du Sud, par exemple, où les délégués d’État doublent heureusement les Commissions nationales14 ».

18La présence de l’Amérique latine au sein de l’OCI, outre le nombre croissant de commissions nationales, se traduit par la multiplication des interventions de ses représentants lors de différentes assemblées. On peut citer l’exemple de la XVe Assemblée de la SDN, qui a lieu en 1934, dont la VIe commission a consacré quatre séances à la coopération intellectuelle. Sur dix-huit interventions, six sont le fait de délégués latino-américains.

19Lors de la XVIe Assemblée de la SDN en 1935, les interventions latino-américaines sont moins nombreuses, mais peut-être plus marquantes. Le délégué argentin met en avant que « de toutes les formes d’activités de la SDN, la coopération intellectuelle est une de celles qui ont toujours retenu l’attention bienveillante de la République argentine » ; il ajoute que si cet aspect de l’action de la SDN jouit de la faveur de l’Amérique latine, c’est que « les États de l’Amérique latine avaient eu la prescience de l’importance que les échanges de pensée seraient appelés à jouer un jour dans la SDN et ils avaient marqué une vive curiosité à l’égard de la philosophie, de la science, des lettres et des arts d’Europe ».

  • 15 La Coopération intellectuelle, 1935, p. 542.
  • 16 Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 128 ; la commission chilienne fait référence au pillage de l’Î (...)

20Se manifeste lors de cette Assemblée la volonté de l’Amérique latine d’être traitée sur un pied d’égalité avec l’Europe. L’intervention de M. Rivas Vicuña, délégué chilien, commence par un avertissement qui remet en cause la prédominance européenne en matière de culture : « La culture, dit-il, n’est pas le patrimoine d’un continent et elle doit faire l’objet d’une propagande et d’une “distribution” beaucoup plus vastes que celles d’autres matières qui, parfois, intéressent plus fortement l’opinion publique15 ». Lors de la Conférence des commissions nationales réunie à Paris en juillet 1937, la commission chilienne va plus loin et pose le problème de l’impérialisme culturel des États européens en demandant à ce que « les nations puissent conserver leurs trésors artistiques qu’on leur ravit trop souvent sous prétexte de les étudier ou de les mettre en valeur16 ».

  • 17 La Coopération intellectuelle, 1935, p. 542

21M. Rivas Vicuña suggère en outre que soit augmentée la représentation des pays latino-américains et qu’on « autorise la Commission à inviter à ses séances, avec le délai nécessaire, quelques intellectuels américains qui se trouvent en Europe ou qui peuvent y venir17 ». Mais cela ne suffit pas : il faut que l’échange se fasse dans les deux sens. C’est pour cela que le délégué argentin propose de « [...] donner au monde intellectuel européen le moyen d’aller en Amérique prendre contact avec l’activité intellectuelle qui s’y développe ». À cette fin, il faudrait organiser « [...] par exemple tous les trois ou cinq ans, sur le continent américain, des entretiens auxquels assisterait un groupe d’intellectuels de l’ancien continent [...] ». Cela présenterait deux intérêts : d’une part renforcer « [...] la liaison entre l’Amérique latine et la Société des Nations et contribuerait au développement de la coopération intellectuelle » ; d’autre part offrir une image vivante et actuelle du monde intellectuel latino-américain. Il ne fait ici que réitérer la proposition du délégué argentin qui plébiscite également cette manière de décentrer la coopération intellectuelle, manière de signifier à l’Europe que, tout en continuant à l’admirer, les pays latino-américains ne s’accommodent plus de son hégémonie. En résumé : « [...] Il ne s’agirait plus de “découvrir”, comme à l’époque de la Renaissance, le Nouveau Monde, mais de couronner, en un débat tout amical et serein, sur quelque haut sujet d’actualité, quatre siècles de relations continues et fécondes ».

22Ces interventions sont sans doute en partie à l’origine des « Entretiens » de Buenos Aires, organisés à l’initiative d’Antonio Aita, secrétaire général du PEN Club argentin, et sous l’égide de l’IICI. Si le PEN Club argentin apporta son concours pour la publication des Entretiens, c’est le Comité permanent des Lettres et des Arts de l’Institut, représenté par Dominique Braga, qui se chargea du reste. Ces entretiens, qui se déroulèrent dans la capitale argentine du 11 au 16 septembre 1936, avaient pour thème « Les rapports actuels des cultures européenne et latino-américaine » et réunissaient des écrivains des deux continents.

La Conférence générale des Commissions nationales de coopération intellectuelle de 1937 : l’heure latino-américaine

  • 18 Cité par Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 261.

23Après les « Entretiens » de Buenos Aires, cette conférence est une nouvelle occasion, pour les pays latino-américains, de manifester avec force leur volonté d’être plus présents au sein de l’Institut, et de réaffirmer de la sorte les liens entre l’Amérique et l’Europe. Le représentant argentin ne déclare-t-il pas que « quel que soit le degré d’américanisme, d’esprit local, qui anime les écrivains sud-américains, ces pays ont toujours les yeux tournés vers l’Europe. [...] Ils tiennent à proclamer qu’ils se considèrent comme les fils spirituels de la culture européenne18 » ?

  • 19 AUN, A III 56, 28/04/1936.

24Ces pays latino-américains tiennent aussi à ce que soient évoqués à l’occasion de cette conférence des sujets spécifiques à l’Amérique latine. À la lettre d’Henri Bonnet envoyée dès 1934 à toutes les commissions nationales pour préparer la conférence et dans laquelle il sollicitait leurs éventuelles suggestions, la Commission chilienne répond en proposant que soit mise à l’ordre du jour la question des liens entre la culture latino-américaine et la culture européenne ; la commission mexicaine, quant à elle, aimerait que l’on s’interroge sur « les moyens les plus appropriés pour poursuivre les buts de la coopération intellectuelle dans les pays de conditions économiques et culturelles semblables à celles du Mexique19 ». Ces demandes sont entendues puisque Miguel Osorio de Almeida est chargé de faire un exposé sur la coopération intellectuelle interaméricaine, et M. Aita, secrétaire général de la commission nationale argentine, un exposé sur la coopération entre l’Amérique et l’Europe.

  • 20 AUN, A III 56.
  • 21 « […] non seulement des problèmes techniques, comme aussi les grands problèmes de l’enseignement, (...)

25L’exposé du président de la Commission brésilienne est long d’une dizaine de pages et s’intitule « Rapport sur la coopération intellectuelle interaméricaine. Ses débuts, son évolution, son organisation20 ». Il y fait un tour d’horizon des actions menées pour développer des liens culturels entre des pays qui, finalement, se connaissaient peu et qui étaient absorbés par « [...] des problèmes d’organisation sociale et politique, ainsi que les questions économiques [...] ». Ce qui explique que « l’idée d’une coopération intellectuelle interaméricaine a mis très longtemps à se former et à s’imposer d’une manière claire et précise ». Cependant, l’idée d’une coopération intellectuelle s’est assez vite imposée car « [...] les États américains ont souvent devant eux des problèmes analogues [...]21 ». Il finit par conclure à l’antériorité des initiatives de coopération intellectuelle en Amérique, par rapport à l’Europe : « On a commencé, alors, un peu partout en Amérique, à faire de la coopération intellectuelle avant la lettre. Des voyages, des réunions, des congrès, des conférences générales, des vœux, des recommandations, des résolutions, tous les moyens dont on pouvait disposer furent employés les uns après les autres ». Est donc reconnue par Osorio de Almeida l’utilité de l’UPA, de sa division de coopération intellectuelle, et de son Institut. Toutefois, il met en avant le rôle prédominant de l’IICI : « Et depuis quelques années, sous l’influence de la grande organisation créée par la SDN, les buts sont devenus beaucoup plus clairs et beaucoup plus conscients ». Il rejette ainsi toute éventuelle concurrence entre les deux organisations, même s’il reconnaît qu’on pouvait y voir « [...] un mouvement de séparation, de formation indépendante d’une coopération intellectuelle exclusivement américaine en dehors du grand mouvement international », et évoque la crainte, à la CICI, d’un « mouvement séparatiste ». S’il tente donc de rassurer l’OCI, il n’apparaît pas totalement convaincu, et se retranche derrière un constat qui révèle son incertitude : « C’est très difficile de voir clair dans des questions de cet ordre, et nous ne savons pas s’il y a même en Amérique beaucoup d’hommes capables de bien définir les choses dans ce domaine ». Il rend bien compte du sentiment qui domine chez les pays latino-américains, partagés entre la volonté d’exister face à l’Europe, et la crainte d’être mis sous la coupe des États-Unis.

26Outre l’intervention d’Osorio de Almeida, très applaudie selon un rapport du Service de coopération intellectuelle, les pays latino-américains, et le Chili en particulier, insistent sur la nécessité de conférer à l’OCI une plus grande autonomie, afin que les États non membres de la SDN « y adhèrent sans préjugé ». Ce discours n’est pas nouveau, mais il prend plus de force en juillet 1937, alors que la SDN a perdu le Japon, l’Allemagne et bientôt l’Italie, mais aussi de nombreux États latino-américains. Ils apportent ainsi une contribution décisive au projet d’Acte international de coopération intellectuelle qui doit refonder l’OCI, et donner à l’Institut une place centrale. La Conférence reconnaît par ailleurs avec éclat le rôle des commissions nationales, « indispensables racines nationales de l’IICI » selon les termes de Jean-Jacques Renoliet. Ainsi s’affirme une vision décentralisée de la coopération intellectuelle : le futur Acte international doit aussi « favoriser la constitution et le développement des Commissions nationales ». C’est dans cette dynamique que s’inscrit la proposition de la commission chilienne d’organiser, sous ses auspices, un congrès des commissions américaines à Santiago, et la réponse favorable qui lui est donnée par l’OCI ; le Secrétariat de la SDN estime en effet que « le moment paraît [...] très indiqué pour tâcher d’établir des rapports plus durables avec les différentes commissions latino-américaines, dont l’activité naissante doit être à tout prix dirigée vers l’organisation de Genève ».

  • 22 L’Italie a quitté la SDN en décembre 1937 et l’Autriche a disparu en mars 1938.

27Au cours de cette Conférence l’Amérique latine, même si elle n’est quasiment pas mentionnée dans le compte rendu, a montré qu’elle existait et qu’elle ne voulait plus se contenter de seconds rôles. Cette nouvelle donne est entérinée par la décision du Comité exécutif de l’OCI réuni en avril 1938 de renoncer, « vu les circonstances22 », à la traduction des actes de la Conférence en allemand et en italien et d’envisager une traduction espagnole, demandée par les commissions chilienne et argentine. On peut se demander si cette lutte pour s’imposer dans une organisation très européenne au départ n’a pas finalement eu pour conséquence de rapprocher entre eux les États latino-américains, de présenter sur la scène européenne un front uni qu’ils avaient du mal à mettre en place sur le continent américain.

L’Institut à l’origine d’un rapprochement des pays latino-américains ?

28Cette situation de désunion, d’incapacité à construire une réelle unité continentale, Miguel Osorio de Almeida en fait le constat dans son rapport sur la coopération interaméricaine et en expose les raisons avec beaucoup de lucidité :

  • 23 AUN, A III 56, « Rapport sur la coopération intellectuelle interaméricaine… ».

« L’évolution de la culture intellectuelle des pays américains s’est caractérisée, jusqu’à une époque relativement récente, par l’isolement presque complet des uns par rapport aux autres. Ils étaient tous ou presque reliés directement à l’Europe et les institutions de culture se développent plus ou moins rapidement d’après les ressources locales mais en bonne partie d’après les facilités des communications de chaque pays avec le continent européen. Pendant longtemps, et cela est très naturel, la plupart des pays américains sont restés surtout des pays consommateurs de culture et ils s’adressaient aux grands centres, sans avoir besoin d’approfondir les relations entre eux23. »

Une coopération renforcée ?

29Si l’IICI n’est pas toujours à l’origine des accords et conventions qui ont pu être passés et signés entre les différents pays latino-américains, s’il ne faut pas minorer le rôle de l’UPA, on peut supposer qu’il a créé une sorte d’émulation, de climat propice à ce type d’action. La publicité dont ils ont bénéficié dans les différentes publications de l’Institut a, par exemple, pu jouer un rôle positif. En outre, les différentes réunions, assemblées ou conférences organisées dans le cadre de l’OCI ont été autant d’occasions de rencontres et d’échanges pour les représentants des milieux intellectuels ou diplomatiques latino-américains, créant des liens qui ont pu être mis à profit dans une perspective continentale.

30La collection ibéro-américaine a constitué un élément déclencheur dans le plus grand engagement de certains pays d’Amérique latine dans l’action de l’IICI. Par cette initiative l’Institut élargissait ses horizons, la culture et l’intelligence cessaient d’être uniquement européennes. On peut citer le cas de l’Argentine qui est réellement devenue active au sein de la coopération intellectuelle à partir du moment où l’idée d’une collection ibéroaméricaine a pris forme :

  • 24 La Coopération intellectuelle, 1935, p. 541 : Intervention de M. Ruiz Guiñazu, délégué argentin, l (...)

« [...] cet intérêt [pour l’œuvre de l’Institut] a pris une forme plus concrète depuis que l’IICI a entrepris la publication de la collection ibéro-américaine qui comporte quelques-uns des essais les plus caractéristiques des diverses littératures nationales américaines présentés à l’Europe en des traductions dignes des textes originaux et en des éditions élégantes et consciencieuses24 ».

31Cet intérêt se manifeste très concrètement par la subvention accordée pour la collection par un certain nombre d’États : le Chili en 1928, le Brésil en 1929, l’Argentine et le Venezuela en 1930, l’Équateur et le Mexique en 1934, le Pérou et l’Uruguay en 1937. Par ailleurs, un comité d’experts, américains et européens, est mis en place. Le succès que rencontre la collection est un atout de poids pour l’IICI qui renforce, grâce à elle, son influence en Amérique latine. Même si, très vite, est remis en cause le fait que les ouvrages ne soient traduits qu’en français... Cette revendication illustre bien les changements à l’œuvre dans les équilibres internationaux, et la baisse progressive de l’influence culturelle française sur le continent américain au profit des États-Unis. En dehors de cet élément, la collection constitue une vitrine pour les travaux de l’IICI, tant à l’égard de l’Amérique que du reste du monde. On constate à cet égard les nombreuses références qui y sont faites dans les publications de l’Institut. Ainsi peut-on lire dans L’année 1934 de la coopération intellectuelle :

« Il convient de relever le vif intérêt qu’a rencontré, non seulement dans les milieux de la coopération intellectuelle et de la Société des Nations, mais encore auprès d’un très large public la collection de littérature ibéro-américaine. On sait qu’il s’agit de présenter au public européen et en langue française les chefs-d’œuvre des lettres latino-américaines. »

  • 25 L’année 1934 de la coopération intellectuelle, p. 201.

32Ou dans La Coopération intellectuelle de 1938 : « La CICI est heureuse d’enregistrer le succès croissant de la collection ». La collection apparaît comme un gage de bonne volonté de l’IICI vis-à-vis de l’Amérique latine, qui devrait être encouragé par le succès rencontré à collaborer plus étroitement à son action. Déjà, lors de la session plénière de la CICI en juillet 1934, en réponse aux inquiétudes chiliennes sur la possible désaffection des pays latino-américains vis-à-vis de l’œuvre de coopération intellectuelle de la SDN, Reynold se réjouit d’avoir contribué à la naissance de la collection ibéro-américaine. C’est, selon ses mots, « une révélation continue, la révélation d’une civilisation qui a produit et ne cesse de produire des chefs-d’œuvre, et un enrichissement de l’esprit ». Il prie donc les représentants de l’Amérique latine de continuer à manifester leur intérêt et « à aider la CICI de leurs conseils afin qu’elle arrive à être ce qu’elle doit être ». Car « cette collection n’est qu’un début ; ce n’est que le premier anneau d’une chaîne ; c’est un des moyens pratiques et limités par l’addition desquels on crée une grande œuvre. Cette collection doit se dépasser et s’élargir. Elle est le début d’une grande amitié25 ».

  • 26 La Coopération intellectuelle, 1935, p. 541.

33M. Ruiz Guiñazu, à l’occasion de la XVIe Assemblée de la SDN, n’avait pas évoqué uniquement la collection ibéro-américaine et avait déclaré que « l’intérêt de l’Argentine et de son gouvernement s’est encore accru à la suite de la proposition soumise il y a un an à la VIe Commission par M. Levillier26 ». Quelle est cette proposition ?

  • 27 La Coopération intellectuelle, déc. 1934-janv. 1935, p. 553.
  • 28 La Coopération intellectuelle, 1935, p. 541.
  • 29 La Coopération intellectuelle, déc. 1934-janv. 1935, p. 553.

34À l’occasion de l’Assemblée de la SDN tenue en 1934, le délégué de la République argentine, M. Levillier, avait en effet suggéré que l’IICI réalisât « une entreprise nouvelle et considérable27 » : il s’agissait de « [...] faire toute la lumière possible sur les civilisations primitives, antérieures à la découverte de l’Amérique, décrire les étapes de cette découverte et de la conquête espagnole et montrer les répercussions profondes de ces événements tant pour l’Amérique que pour l’Europe [...]28 ». Cette proposition fut évidemment soutenue par l’Argentine, mais elle suscita aussi un « très grand intérêt » à la XVe Assemblée, « notamment parmi les délégations de l’Amérique latine29 ». Le projet était ambitieux : la « collection d’ouvrages historiques et ethnographiques sur l’Amérique », comme elle serait nommée par la suite, devait comprendre soixante-cinq volumes. Elle devait d’abord être publiée en français et en anglais. L’édition espagnole devait être prise en charge par l’Argentine : « D’ores et déjà, l’université de Buenos Aires prend à sa charge la publication en espagnol de toute la collection ».

35À l’issue de l’Assemblée, l’IICI se voyait confier la tâche d’établir le plan d’organisation scientifique et financier de la collection. À cette fin, il nomma un comité d’experts, américains et européens. Ce comité se réunit en février 1935. On peut en lire un compte rendu sous la plume de Montarroyos, qui en faisait partie. Selon lui, les délibérations « ne sont pas parvenues [...] à des résultats satisfaisants ». Malgré les remaniements, « le projet m’a paru encore plein de défauts à divers égards, aussi n’ai-je pas pu l’approuver », écrit-il. Qu’est-ce qui rend Montarroyos si critique, si dubitatif ?

« Le programme des thèmes qui devraient être l’objet des ouvrages de la Collection, en plus de n’avoir pas été complètement purgé des erreurs et des graves insuffisances concernant l’histoire du Brésil, que j’ai moi-même pu relever, continuait à pécher par un manque d’équilibre dans l’enchaînement de ses sujets et, même, dans leur simple énumération. [...] Ainsi, l’excès de détails concernant l’histoire des peuples américains d’origine espagnole contrastait à tel point avec la pauvreté des généralités relatives à l’histoire du peuple brésilien qu’un tel plan de travail ne pourrait être accepté que si l’on juge insignifiante l’œuvre du Portugal en Amérique et méprisable l’importance pour le continent de l’évolution du Brésil. »

36Comme on le voit, la rivalité du Brésil avec l’Argentine, et le reste de l’Amérique du Sud, se manifeste aussi dans le cadre de l’Institut. Le rapport de Montarroyos souligne combien sont tenaces les vieux réflexes, tant du côté brésilien que du côté hispano-américain où l’on a tendance à mettre à part l’ancienne colonie portugaise.

37Même si, comme on a pu le voir grâce à l’exemple de la collection ethnographique et historique, la rivalité entre le Brésil et l’Argentine est toujours présente, un certain nombre d’accords sont passés entre ces deux pays, qui multiplient les gages de bonne volonté. On peut notamment citer l’accord de 1933 sur la révision des manuels scolaires, qualifié d’« unique en son genre » par La Coopération intellectuelle de 1933 qui en publie le texte. De quoi s’agit-il ? Voici les considérants de l’accord :

  • 30 La Coopération intellectuelle, 1933, p. 645.

« La République des États-Unis du Brésil et la République argentine, animées du désir de resserrer plus encore les relations d’amitié qui les unissent, convaincues que cette amitié se resserrera davantage par la connaissance parfaite qu’auront les nouvelles générations tant de la géographie que de l’histoire de leurs pays respectifs, étant expurgés des textes d’enseignement ces topiques qui rappellent les passions des époques passées, quand n’avaient pas encore été parfaitement consolidés les fondements de leurs nationalités, [...] ont résolu d’établir un accord pour la révision des textes d’enseignement d’histoire et de géographie30. »

38Le discours, très proche de la déclaration de fondation de l’UNESCO, est tout à fait dans la lignée des textes établis dans le cadre de la coopération intellectuelle. Cette révision consiste à « expurger des topiques qui contribuent à exciter dans l’esprit sans défense de la jeunesse l’aversion de tout autre peuple américain ». Plus concrètement il s’agit de « revoir périodiquement les textes adoptés pour l’enseignement en les mettant d’accord avec les statistiques les plus modernes [...] ». D’après l’article 4, cet accord est ouvert à tout autre État américain qui souhaiterait y adhérer.

39Cet accord est complété par d’autres initiatives. Miguel Osorio de Almeida en présente un exemple dans son rapport sur la coopération interaméricaine :

  • 31 AUN, A III 56, « Rapport sur la coopération intellectuelle interaméricaine… ».

« On pourrait citer d’autres actions intéressantes. Ainsi, le gouvernement argentin, par un décret du 7 octobre 1936 a ouvert un crédit de 8 000 pesos destiné à la publication de traductions d’ouvrages brésiliens. Les gouvernements de l’Argentine et du Brésil ont ouvert des crédits spéciaux destinés aux meilleurs ouvrages écrits dans chacun des deux pays sur le pays voisin31. »

40On pourrait multiplier les exemples. Il faut noter que les différents accords et conventions ne sont pas toujours suivis d’effet ; cependant, on ne peut contester l’existence d’une certaine dynamique à l’œuvre en Amérique latine. Et si, comme nous l’avons dit plus haut, tout n’est pas le fait de l’IICI, l’action de ce dernier a pu constituer un modèle dont se sont inspirés les États latino-américains. N’est-ce pas sous l’impulsion de l’Institut parisien qu’est mise à l’ordre du jour de la VIIe Conférence panaméricaine la question du droit d’auteur, et notamment la proposition brésilienne ? C’est donc par l’Europe que transite encore une partie des relations interaméricaines, ainsi que le faisait remarquer Miguel Osorio de Almeida dans son rapport.

Vers une régionalisation de la coopération intellectuelle ?

41Si l’IICI peut se réjouir de voir croître en Amérique le nombre d’initiatives en relation avec la coopération intellectuelle, il peut aussi craindre d’apparaître comme inutile, une fois l’impulsion donnée. Surtout dans un contexte qui voit diminuer l’influence européenne au profit de celle des États-Unis, où les États latino-américains cherchent à s’affirmer sur la scène internationale et à présenter, malgré la diversité revendiquée par ses représentants, une certaine unité capable de rivaliser tant avec l’Europe qu’avec les États-Unis. L’exposé de Miguel Osorio de Almeida est aussi la traduction de cette aspiration, en même temps qu’il met en lumière le long chemin que l’Amérique latine doit encore parcourir pour concilier le respect de la diversité qui la caractérise et la recherche d’une identité commune :

  • 32 AUN, A III 56, « Rapport sur la coopération intellectuelle interaméricaine… ».

« D’une manière générale, il y a en Amérique une tendance vers l’unité, vers une organisation d’ensemble d’appui mutuel. On a le désir de pouvoir parler d’un esprit américain, d’une culture américaine, comme on parle d’un esprit européen, d’une culture européenne. [...] Il y a de profondes différences entre les pays américains, comme il y a de grandes dissemblances entre les pays européens. Mais cela n’empêche pas qu’au-dessus de ces différences ou de ces dissemblances il y ait, dans l’un et l’autre cas, d’innombrables points communs. Ce sont certainement ces points communs aux pays d’Amérique et qui leur appartiennent en propre, qui forment la base morale et spirituelle d’une coopération interaméricaine32. »

42La conférence interaméricaine de Buenos Aires en 1936 et celle des commissions nationales américaines tenue à Santiago du Chili en 1938 manifestent cette volonté de construire tout à la fois un continent américain plus uni, plus fort, et une relation fructueuse avec l’Europe, sur un pied d’égalité. La coopération intellectuelle est considérée comme une voie prometteuse vers ce double but.

  • 33 Daniel Montenach est, depuis 1931, le sous-secrétaire chargé des questions de coopération intellec (...)

43Lors de la Conférence interaméricaine pour le maintien de la paix, réunie à Buenos Aires, tous les pays américains ont été représentés. L’Institut, et le reste de l’OCI, a suivi de près cette Conférence, qui marquait les vrais débuts de la politique de « bon voisinage » de Roosevelt et qui pouvait constituer un pas vers une régionalisation accrue de la coopération intellectuelle. De fait, une Commission spéciale (la sixième) pour l’étude des questions de coopération avait été mise en place et devait discuter de deux grands groupes de problèmes : les échanges intellectuels et le désarmement moral. À la suite de cette conférence, Daniel Montenach33 envoie un rapport écrit par le Secrétariat de la SDN à Bonnet dans lequel sont étudiées ces résolutions, afin de voir dans quelle mesure elles peuvent être rattachées à l’œuvre de l’organisation genevoise. Le bilan est plutôt positif car, comme l’affirme l’auteur du rapport, « une étude même sommaire de la documentation concernant la Conférence interaméricaine pour le maintien de la paix fait ressortir la grande importance que les États américains attachent à l’œuvre de coopération intellectuelle ». Par ailleurs il souligne que la Conférence recommande la création de commissions nationales dans les pays qui n’en ont pas encore, « dans le but d’entrer en contact avec l’IICI » ; ce qui prouve qu’il ne s’agit en aucun cas de détacher l’Amérique de la sphère européenne. Ensuite, l’auteur met systématiquement en parallèle les résolutions de la conférence et les actions menées par l’Union panaméricaine, avec ce qui a été réalisé par l’OCI, et arrive à cette conclusion :

  • 34 AUN, AXI 11, mai 1937.

« Sur certains points [...] l’action envisagée par l’Union panaméricaine est parallèle à la nôtre (archéologie et histoire de l’art ; coordination des bibliothèques ; bibliographie), dans d’autres cas l’action est nettement convergente (droits intellectuels) ; à d’autres égards, elle est divergente (protection des monuments historiques en temps de guerre). Enfin, certaines initiatives de l’Union panaméricaine restent nettement en deçà de notre programme, alors que d’autres vont au-delà34 ».

44Il ne semble donc pas qu’il faille redouter la concurrence de l’Union panaméricaine, mais au contraire s’y intéresser de près : d’une part pour faire fructifier l’intérêt pour la coopération intellectuelle qui s’est manifesté à l’occasion de la conférence ; d’autre part parce que les actions de l’UPA « peuvent servir de suggestion et inspirer à l’Organisation de coopération intellectuelle une initiative à laquelle elle n’avait peut-être pas songé ». Loin d’avoir constitué la concrétisation d’une menace, que l’OCI redoute depuis l’annonce de la création d’un Institut panaméricain de coopération intellectuelle, la Conférence de Buenos Aires semble l’avoir rassurée : la résolution incitant la création de nouvelles commissions nationales apparaît en effet comme une réaffirmation des liens avec l’Institut, et donc une reconnaissance de celui-ci dans cet hémisphère. Par ailleurs, on peut avancer que cette conférence a eu comme conséquence d’amener les dirigeants de l’OCI à considérer plus attentivement l’Amérique latine, et que l’existence de l’UPA représente une émulation bénéfique pour l’organisation genevoise. N’est-ce pas ce que signifie l’auteur du rapport lorsqu’il écrit : « Il semble, en effet, qu’il y ait pour l’Organisation de coopération intellectuelle un réel intérêt à comparer son action avec celle de l’Union panaméricaine » ?

45En juillet 1937, la Commission chilienne de coopération intellectuelle informait l’Institut de son intention d’organiser une conférence des commissions américaines de coopération intellectuelle. Soumise au comité exécutif de la Commission internationale le 20 décembre 1937, la proposition chilienne est unanimement approuvée ; en outre, décision est prise d’accorder à la manifestation envisagée le patronage de l’OCI. Dans le même temps, l’IICI est invité à mettre ses services techniques à la disposition de la Conférence et le Secrétariat de la SDN à prêter son concours financier. L’Institut s’est aussitôt mis en rapport avec le secrétaire général de la Commission chilienne et lui a fourni les éléments d’un projet d’ordre du jour qui a été accepté par le comité exécutif de la Commission chilienne ; il fut établi en tenant compte, d’une part des questions de coopération intellectuelle de caractère universel, d’autre part des problèmes qui intéressent particulièrement le continent américain. Au cours de la session de juillet 1938 de la CICI, Walker Liñares, secrétaire général de la Commission nationale chilienne, précise dans quelle optique est organisée cette conférence :

  • 35 L’année 1938 de la coopération intellectuelle, p. 147.

« Le but de la Conférence est de développer la coopération intellectuelle en Amérique en resserrant les liens culturels entre les différents pays américains et en les rattachant aux organismes internationaux de Coopération intellectuelle de Genève et de Paris. La Commission chilienne a voulu, en convoquant cette réunion, travailler en faveur de la création de la Société des Esprits, dont parle le grand poète Paul Valéry35. »

46Ainsi le développement de la coopération intellectuelle en Amérique n’est pas conçu en dehors du cadre défini par l’OCI. On comprend pourquoi, en septembre 1938, l’Assemblée de la SDN formule « ses vœux les plus chaleureux pour le succès de cette manifestation, qui ne manquera pas de contribuer puissamment au progrès de la coopération intellectuelle au double point de vue américain et universel », et les assortit d’une subvention de 10 000 francs suisses.

47La Conférence des commissions nationales américaines a lieu du 6 au 12 janvier 1939 et regroupe des délégations venant de vingt États. Seuls le Honduras et le Salvador déclinèrent l’invitation du Chili. Par ailleurs, ont été invitées « quelques institutions internationales qui ont une influence culturelle en Amérique » : l’UPA, l’Institut international d’éducation de New York, la Fédération internationale des PEN Clubs et le Comité central France-Amérique de Paris. L’IICI fut représenté par son secrétaire général Daniel Secrétan, et l’OCI par Podesta Costa, sous-secrétaire général de la SDN.

  • 36 AUN, A III 14, 06/01/1939, Lettre de Miguel Osorio de Almeida à Henri Bonnet.
  • 37 AUN, A III 14, 06/01/1939.
  • 38 AUN, A III 14, 23/02/1939.
  • 39 AHI, 78/3/15, 1939, Actes de la XXIe réunion plénière de la CICI, p. 69.
  • 40 Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 145.

48À l’occasion de cette conférence un certain nombre de points doivent être examinés. Selon le projet d’ordre du jour reproduit dans L’année 1938 de la coopération intellectuelle, les deux premiers points concernent le rôle des commissions nationales, tant sur le plan national qu’international. La Conférence réaffirme par ailleurs la nécessité de créer une commission dans chaque État américain. Sont également évoqués la collection ibéro-américaine, le « projet de collaboration historique et ethnographique sur les origines de la civilisation américaine », d’une « immense portée culturelle » et « les autres activités de l’OCI qui présentent de l’intérêt pour les différents pays du continent américain ». Parmi les questions « intéressant particulièrement les pays américains », on trouve notamment l’organisation d’« Entretiens » sur le modèle de ceux réalisés à Buenos Aires ; l’emploi des moyens modernes de communication (radio, cinéma, presse) dans le cadre de la coopération intellectuelle et du maintien de la paix ; la rédaction d’un « manuel pacifiste d’histoire américaine, inspiré par des sentiments de collaboration internationale et qui puisse servir pour l’enseignement dans tous les pays du continent » ; l’échange de professeurs et d’étudiants... Autant de thèmes également abordés lors des dernières conférences panaméricaines. Enfin, sont également au programme de la conférence le statut international du droit d’auteur et le projet d’un Acte international. Daniel Secrétan avait eu à ce sujet, avant la conférence, un entretien avec Miguel Osorio de Almeida au cours duquel ils avaient « établi un certain nombre d’orientations pour la Conférence de Santiago36 ». En rendant compte de cette conversation à Henri Bonnet, Osorio de Almeida dit « espérer que les représentants brésiliens pourront proposer nos vues en appuyant franchement l’Acte international de Paris37 ». C’est le cas puisque Secrétan adresse, après la Conférence, une lettre de remerciements au président de la CBCI pour l’intervention des délégués brésiliens lors de la Conférence38. Le Brésil n’est pas le seul pays à avoir défendu les intérêts de l’IICI au cours de la Conférence ; dans le compte rendu qui est fait de la Conférence de Santiago du Chili dans les Actes de la XXIe réunion plénière de la CICI, figure cette formule : « Il convient de remercier particulièrement les gouvernements et les commissions nationales du Brésil, de l’Argentine, de l’Uruguay et du Chili, ainsi que personnellement, M. Osorio de Almeida, pour l’appui qu’ils ont donné à l’Institut et à son représentant durant la conférence39 ». Le Brésil occupe donc une place particulière grâce à l’action du président de sa commission. Tant l’Institut que la CICI peuvent être satisfaits du bilan de la Conférence puisque, au sujet de l’Acte international, celle-ci a « estimé qu’il est de nature à contribuer efficacement au développement de l’œuvre de Coopération intellectuelle » et « émet le vœu que les adhésions des pays du continent américain soient aussi nombreuses que possible » ; enfin, elle « invite également les gouvernements à apporter tout leur appui à l’Institut [...] afin de défendre [...] l’idée d’universalité de la Coopération intellectuelle et l’universalité de la vie de l’esprit40 ». Cette déclaration est un démenti éclatant aux craintes de voir l’Amérique latine développer des tendances séparatistes ou de favoriser un cadre strictement régional pour mettre en œuvre la coopération intellectuelle.

49L’Acte final de la Conférence compte cinquante et une résolutions concernant des problèmes techniques qui s’intègrent dans le champ d’action de l’OCI ; selon Secrétan, la Conférence « a certainement favorisé la connaissance des travaux de la Commission internationale », et grâce à elle « on peut aussi s’attendre à des adhésions plus nombreuses à l’Acte international ». Compte tenu du succès de la conférence, une deuxième réunion des commissions nationales américaines doit se tenir à La Havane, six mois avant la conférence panaméricaine suivante, « en sorte que les commissions nationales pourront exercer une certaine influence sur les travaux [...] » de cette dernière.

50Ces deux conférences sont donc plutôt porteuses d’espoir pour la coopération intellectuelle internationale en général, et pour l’Institut en particulier. Elles montrent en outre que l’existence d’une dynamique régionale n’est pas incompatible avec l’universalisme défendu par l’IICI. Une telle orientation présente des risques si elle se fait sous l’égide d’un seul pays, suffisamment puissant pour imposer ses vues.

51La régionalisation de la coopération intellectuelle telle qu’elle apparaît lors de ces deux conférences ne semble donc pas porteuse de tendances séparatistes visant à détacher complètement les continents européen et américain. Là où cette tendance peut se révéler dangereuse pour l’influence européenne c’est quand elle est impulsée par les États-Unis. Un certain nombre de projets sont en effet à mettre sur le compte de la grande puissance américaine.

  • 41 La Coopération intellectuelle, 1929, p. 297.

52Ainsi La Coopération intellectuelle de 1929 rapporte-t-elle le projet d’organisation d’une Fédération interaméricaine d’associations d’éducation, qui aurait pour but de « développer la compréhension mutuelle entre les pays d’Amérique41 ». Ce projet est lancé par le président de l’Association nationale d’éducation des États-Unis, qui invite les ministres de l’Instruction publique de vingt républiques d’Amérique latine à participer à un congrès officiel qui doit se réunir à Atlanta, en liaison avec le 67e congrès de l’Association nationale. Cette proposition, selon l’article, a été « particulièrement soutenue » par Moises Sarenz, au Mexique, Ramiro Guerra, de Cuba, Mario de Brito, du Brésil et Ernesto Nelson, d’Argentine, tous étant des personnalités « qui occupent des postes éminents dans l’enseignement de leur pays ».

53Ce type d’initiative ne semble pas devoir porter préjudice aux visées universelles de l’OCI. S’il y a réellement une menace de voir le continent américain se refermer sur lui-même, c’est que ce projet s’insère dans un faisceau convergent d’actions qui tendent à établir un maillage dont le centre serait les États-Unis. Lorsqu’il dresse le bilan de la coopération interaméricaine, Osorio de Almeida consacre un assez long développement au rôle des fondations philanthropiques américaines, notamment la Carnegie Endowment for International Peace et la Rockfeller Foundation. Nous avons vu précédemment à quel point ces fondations, par leur poids financier, pesaient dans la balance des équilibres internationaux à l’œuvre au sein de l’OCI et interdisaient à l’IICI toute démarche qui aurait empiété sur le territoire que les États-Unis s’étaient réservé ou tout jugement qui aurait pu leur déplaire.

54Par ailleurs, on sait combien la création de l’Institut inter-américain de coopération intellectuelle – projet dont l’instigateur est sans nul doute ces mêmes États-Unis – avait inquiété l’OCI quant aux possibles risques de concurrence avec l’IICI. Le président de la Commission brésilienne de coopération intellectuelle ne pouvait passer cette question sous silence :

« La Sixième Conférence de La Havane avait adopté une résolution dans le sens de la création d’un Institut interaméricain de coopération intellectuelle. Au moment de l’organisation effective de cet Institut en 1930 on s’est demandé quelle serait sa signification réelle et on s’est posé la question de savoir s’il ne représenterait pas un mouvement de séparation, de formation indépendante d’une coopération intellectuelle exclusivement américaine en dehors du grand mouvement international ».

55Plus loin il ajoute : « On se souvient qu’au moment de sa création il y a eu un commencement d’inquiétude au sein de la Commission internationale de coopération intellectuelle et que l’on a même parlé d’un mouvement séparatiste ».

56Finalement, quel bilan tirer de ce qui précède ? Quelle fut la véritable portée de l’action de l’IICI en Amérique latine ? Quel a été l’impact de la coopération interaméricaine ? Une fois de plus, l’état des lieux dressé par Osorio de Almeida est très utile, même si, dans un cas comme dans l’autre, il reste très prudent. Néanmoins il met l’accent sur le fait que l’action de l’IICI est limitée du fait du petit nombre de Commissions nationales qui se sont constituées dans cette partie du continent américain. Par ailleurs, d’une manière détournée, il regrette que ce soient « les grands problèmes d’ordre général proposés par l’IICI » qui occupent la plupart du temps les commissions : l’aspect parfois très abstrait de ses travaux ainsi que le postulat de l’universalisme nuisent parfois à l’efficacité des entreprises menées par l’Institut qui ne tient pas assez compte des réalités locales. Dans ce sens, une perspective plus régionale des problèmes – qui s’est exprimée au travers des deux conférences que nous avons étudiées – peut être bénéfique à l’œuvre générale de coopération intellectuelle. Le président de la CBCI ne condamne cependant pas les commissions nationales ; au contraire, il prône un renforcement de leurs prérogatives et un développement de leur activité, persuadé qu’elles sont la clé de toute coopération intellectuelle. Pour cela il est nécessaire qu’elles développent des relations plus étroites entre elles et avec la Division de coopération intellectuelle de l’UPA. Quant à l’œuvre de celle-ci, il se montre également réservé :

« [...] On doit se demander tout d’abord, si tout ce travail jusqu’ici fait en Amérique, a été plutôt platonique ou si, en réalité, on peut compter à l’actif de la coopération interaméricaine des résultats positifs. Ce que l’on peut constater en Amérique, c’est qu’il y a une différence marquée entre la situation actuelle et la situation d’il y a 40 ans ».

L’Amérique latine, futur de l’IICI ?

  • 42 Louis Baudin, L’effort réalisé par la France en Amérique du Sud depuis la guerre, conférence du 6 (...)

« Au moment où nous nous débattons parmi d’innombrables difficultés politiques et économiques, il est rassurant de sentir par delà les mers une terre vierge et féconde où nos idées ont germé, où elles peuvent, où elles doivent croître et embellir.
Devons-nous croire, comme l’illustre auteur des “Démocraties latines d’Amérique”, que les États sud-américains sont prêts à recevoir le flambeau de nos mains, si quelque catastrophe nous contraint à relâcher notre étreinte ? [...] »
Louis Baudin42

La ratification de l’Acte international de coopération intellectuelle, enjeu d’avant-guerre

57La Conférence générale des commissions nationales de 1937 avait montré la volonté de plusieurs États de voir l’OCI gagner en autonomie par rapport à la SDN, et de faire de l’IICI le poumon de l’organisation. On a donc un renversement total de la tendance qui s’était manifestée en 1929 quand la plupart des délégués avaient réclamé l’accroissement du rôle du Secrétariat de la SDN au détriment de celui de l’Institut, jugé trop indépendant. Le remplacement de Luchaire par Bonnet – moins suspect de favoriser les intérêts français – ; le relatif désengagement du gouvernement français qui ouvre la porte à une participation plus importante des autres États ; le discrédit qui touche la SDN, incapable de juguler la montée des tensions ainsi que l’apolitisme et l’universalisme de l’IICI, qui a des relations avec des États non membres de la SDN (Le Brésil, les États-Unis et le Japon notamment) ont été des éléments décisifs dans ce revirement de situation.

  • 43 La Coopération intellectuelle, 1938, p. 5.

58Le Brésil fait partie des pays qui militent en faveur de l’autonomisation de l’IICI par rapport au reste de l’organisation genevoise. Le gouvernement envoie d’ailleurs des propositions en ce sens au comité chargé de rédiger l’Acte international de coopération intellectuelle qui doit entériner ces changements. Par ailleurs, lorsque Montarroyos apprend à son ministre de tutelle que l’Institut a annoncé, en septembre 1939, qu’il reste ouvert pendant la guerre, il insiste sur le fait que le contexte l’a encore plus détaché de la SDN. Le Comité exécutif de la CICI et le Conseil d’administration de l’IICI, chargés de rédiger l’Acte, tiennent compte de cette tendance puisque l’article 1 stipule que « L’œuvre de la coopération intellectuelle est indépendante de la politique et fondée tout entière sur l’universalité43. » Cette confirmation de l’apolitisme et de l’universalisme de l’OCI permet de la distinguer clairement de la SDN, dont il n’est d’ailleurs pas fait mention dans le texte de l’Acte, et d’attirer ainsi un peu plus les États qui n’en sont pas membres ; c’est aussi une caution donnée aux fondations privées américaines qui, nous l’avons vu, contribuent de plus en plus au budget de l’Institut. Car la question du budget est également au cœur de ce projet d’Acte qui lui garantirait des ressources régulières et lui permettrait de développer plus sûrement son action. C’est pourquoi le directeur de l’Institut cherche à obtenir l’engagement des États en faveur de l’Acte. Nous avons ainsi signalé qu’il avait été demandé aux délégués brésiliens présents à la Conférence des Commissions nationales de Santiago du Chili d’intervenir en faveur de la ratification de celui-ci.

  • 44 Les États-Unis, le Brésil, représenté par Montarroyos et João Pinto da Silva, conseiller commercia (...)

59Lors de la Conférence diplomatique qui s’est tenue au Quai d’Orsay du 30 novembre au 3 décembre 1938, cinquante États étaient présents, dont vingt-cinq Européns et dix-sept Américains44. Le 3 décembre les délégués de vingt et un États, dont dix latino-américains (Argentine, Brésil, Chili, Cuba, République dominicaine, Équateur, Paraguay, Pérou, Uruguay, Venezuela) ont signé l’Acte international de coopération intellectuelle.

  • 45 Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 145.

60Si la signature de l’Acte ne rencontre quasiment aucun écho en France, en Amérique du Sud l’accueil est des plus favorables. Comme le rapporte Jean-Jacques Renoliet, la VIIIe Conférence panaméricaine, réunie à Lima en décembre 1938, adopte ainsi un rapport sur la coopération intellectuelle dont le préambule déclare que « la récente élaboration à Paris d’un statut destiné à donner une autonomie et une stabilité plus grande à l’Institut [...] offre aux pays qui ont quitté la SDN, ou qui n’en ont jamais fait partie, la possibilité de collaborer aussi à l’œuvre de rapprochement spirituel des peuples45 ».

  • 46 AHI, 78/3/15, 24/06/1939.

61La signature est une chose, la ratification en est une autre : l’Acte ne peut entrer en vigueur qu’à partir du moment où huit pays l’auront ratifié. Comme de nombreux États, le Brésil est sollicité ; Montarroyos écrit à Oswaldo Aranha : « Le directeur de l’Institut m’a demandé d’exprimer à Votre Excellence, tant au nom du Conseil d’administration de l’Institut qu’au nom de la CICI, son vif désir de ce que le Brésil figure parmi les huit premiers États [...]46 ». Le déclenchement de la guerre en Europe va porter un coup très rude au processus de ratification. Malgré tout, huit pays ratifient l’Acte, qui entre officiellement en vigueur le 31 janvier 1940 : parmi ces huit pays ne figure aucun État latino-américain. Seul le Mexique le ratifie en avril 1940. Cela est révélateur d’un certain écart entre les déclarations de principe et l’engagement réel de l’Amérique latine en faveur de l’IICI. Faut-il y voir le poids du contexte international ? Ou bien la marque d’un relatif désintérêt vis-à-vis de l’OCI ? Ou alors la persistance d’une certaine défiance à l’égard de cet organisme si européen ?

L’IICI pendant la guerre

62Lorsqu’éclate la guerre, Miguel Osorio de Almeida, alors à Lisbonne, communique à Henri Bonnet la décision d’Oswaldo Aranha de mettre fin à la série de conférences culturelles organisée par la Division de coopération intellectuelle avec la collaboration de la CBCI, justifiant cette mesure par « les tragiques événements qui se déroulent actuellement en Europe ». Cette décision surprend Osorio de Almeida qui la commente ainsi :

  • 47 AUN, A III 14, 01/09/1939.

« C’est difficile d’interpréter un tel acte. Il a peut-être été forcé de le faire par d’autres, pour lesquels l’œuvre de coopération intellectuelle est gênante et représente une critique de la situation. [...] Du point de vue de l’Institut cela démontre que, quelle que soit la signification de l’acte du ministre, l’atmosphère officielle n’est pas encourageante47. »

  • 48 AHI, 542,6, 1045/18392, 03/11/1939, Lettre de Bueno do Prado à Osvaldo Aranha. La lettre d’Osorio (...)

63Plus tard, en novembre 1939, le président de la commission brésilienne confirme ce jugement : il informe Bonnet de la censure « pesante » qui s’exerce notamment à Rio où aucune manifestation d’opinion n’est possible ; il a écrit plusieurs articles sur ce qu’il pense du silence des intellectuels brésiliens et de l’attitude du gouvernement, mais ne « juge pas opportun de les faire paraître pour le moment ». Il espère que ses collègues prendront position lors de la prochaine session de la commission... ce qu’ils n’ont pas fait, comme l’indique un nouveau courrier d’Osorio de Almeida à Bonnet. Il fait néanmoins part à ce dernier de sa foi en la coopération intellectuelle qui, en cette situation de tension extrême, pourrait peut-être changer le cours des choses. L’inertie des intellectuels brésiliens le désespère d’autant plus. Le directeur de l’Institut se dit lui aussi persuadé du rôle que peut jouer la coopération intellectuelle, un de ses principaux atouts étant le soutien et le dynamisme des pays d’Amérique. La ratification de l’Acte international serait une grande victoire, et Bonnet presse Osorio de Almeida de convaincre son gouvernement de franchir le pas. Cette espérance mise dans l’Amérique du Sud n’est pas ignorée là-bas ; le journal A Noite titre, en juillet 1939 : « La Paix mondiale attend beaucoup des pays sud-américains ». Conscient de cette attente, révolté par le manque de courage des intellectuels brésiliens, Osorio de Almeida rédige en septembre 1939, à la suite d’un séjour à Paris, une lettre48 qu’il charge l’IICI de faire parvenir aux « intellectuels français, anglais et neutres ». Cette lettre est un véritable manifeste en faveur de l’engagement des intellectuels, en même temps qu’une critique déguisée de la politique d’« équidistance pragmatique » de Vargas et de la censure qui règne au Brésil. En voici un extrait :

« J’appartiens à un pays neutre qui peut, d’après les nouvelles qui me sont parvenues, maintenir sa neutralité de la manière la plus stricte. Mais, cette loi de la neutralité, que je ne connais pas encore en détail, n’aurait pas le pouvoir, non plus que toute autre loi, de nous empêcher, moi comme n’importe quel autre de mes concitoyens, de penser et de chercher la vérité. Nous autres intellectuels, le moins que nous devions à la vérité, c’est d’abord de la chercher et ensuite de la proclamer. À d’autres de nous empêcher de le faire. Le président Roosevelt, tout en annonçant la neutralité des États-Unis a bien fait comprendre que ce devoir de neutralité ne saurait pas atteindre les consciences elles-mêmes. Des opinions analogues se sont manifestées dans d’autres pays neutres, exprimées par des hommes ayant une haute autorité morale. Or, c’est à nous, intellectuels, que revient le rôle d’exprimer en termes clairs ce qui se trouve dans notre conscience et ce que nous croyons être le fond même de la pensée et des sentiments des autres. Il ne faudrait pas permettre que les lois de la neutralité fussent transformées en moyens nouveaux de restreindre la liberté de pensée et de conscience. Empêcher les citoyens des pays neutres de communiquer librement leurs jugements et leurs opinions sur des événements aussi considérables et aussi importants pour l’avenir de l’humanité qu’une guerre comme celle qui vient d’éclater, ce serait le moyen le plus sûr de créer une situation d’une inextricable confusion. On supprimerait de la sorte des témoignages autorisés et qui ne pourront être soupçonnés de se laisser inspirer par le sentiment, légitime d’ailleurs, que la patrie est en danger. »

64Miguel Osorio de Almeida est par ailleurs lucide sur la future ampleur du conflit, sur l’impossibilité pour les pays neutres de se préserver totalement du conflit qui est d’abord européen :

« La guerre n’est plus, à l’heure actuelle, une affaire de gouvernements ou d’États. Elle atteint profondément les peuples et les individus eux-mêmes. Elle atteindra encore, d’une manière plus ou moins directe, les hommes et les femmes, aussi bien que les enfants, des pays les plus éloignés, ceux-là mêmes qui pourraient conserver des illusions sur les possibilités réelles d’un isolement commode et sûr. »

65Comment réagissent les autorités brésiliennes ? Dans le courrier par lequel il transmet la lettre d’Osorio de Almeida au ministre Oswaldo Aranha, Bueno do Prado prend soin de remarquer que celle-ci « a causé grande impression, l’Institut ayant déjà reçu diverses réponses des plus éminents scientifiques et hommes de lettres du monde » ; il ajoute que l’Institut a l’intention de la publier « dans un livre spécifique, avec toutes les réponses reçues ». En mars 1940, las de l’attentisme qui prédomine au Brésil, Osorio de Almeida avertit Bonnet de sa décision de revenir en Europe. L’attitude du président de la CBCI n’est pas partagée par les autres intellectuels brésiliens : l’activité de la commission est toujours nulle, et aucune voix ne s’élève pour prendre clairement le parti des démocraties et de la coopération intellectuelle.

66Malgré la circulaire envoyée en septembre 1939 à toutes les commissions nationales pour les informer qu’il poursuivrait ses activités pendant la guerre, l’Institut doit fermer ses portes. Ses responsables n’ayant pas prévu l’évacuation dans un autre pays, il est directement touché par la défaite de la France et l’occupation allemande, pendant laquelle il entre en sommeil. Henri Bonnet, qui part aux États-Unis et rallie la France Libre le 19 juin 1940, avait auparavant pris soin de déléguer la gestion de l’IICI à un Comité intérieur, formé du Brésilien Dominique Braga, de l’Espagnol Establier, du Hongrois Lajti et des Français Weiss et Ristorcelli. Après un séjour forcé à La Baule, puis à Bordeaux, les fonctionnaires de l’Institut rentrent à Paris et trouvent les bureaux occupés par l’armée allemande. Lajti entame alors des négociations pour obtenir sa réouverture. L’Allemagne, qui souhaite récupérer ce bel outil de propagande, pose comme condition le détachement de l’IICI de la SDN, et Laval, qui souhaite un assouplissement des conditions de l’armistice, accepte le principe d’un entretien à ce sujet. Celui-ci se déroule à Wiesbaden les 27 et 28 septembre 1940. Il ne connaît cependant aucun prolongement : suite au renvoi de Laval en décembre 1940, l’Allemagne se retire de toute négociation, et un fonctionnaire du Quai d’Orsay qui avait assisté à l’entretien fait le nécessaire pour « enterrer l’affaire », évitant ainsi la mainmise de l’Allemagne sur l’Institut. En 1941, son activité est réduite à sa plus simple expression ; seuls Lajti et Ristorcelli sont maintenus à leur poste et font acte de présence. C’est donc l’attentisme qui prédomine, attitude qui a certes permis de sauvegarder matériellement l’Institut, mais qui, selon les termes de Jean-Jacques Renoliet est « porteuse d’une dégradation de l’image de l’IICI, qui perd son âme à mettre en berne ses principes fondateurs que sont la défense de l’intelligence et la promotion de la coopération internationale pacifique ».

67En 1941, pourtant, une initiative surgit qui tente de le transférer en Amérique latine par le biais de la IIe Conférence des commissions nationales américaines qui se réunit à La Havane du 15 au 25 novembre 1941, et à laquelle Bonnet assiste. Une commission spéciale est formée, composée de sept personnes : Miguel Osorio de Almeida (Président, Brésil), Julián Nogueira (Uruguay), Alfonso Reyes (Mexique), James T. Shotwell (États-Unis), Cosme de la Torriente (Cuba), Francisco Walker Liñares (Chili). Cette commission avait quatre conseillers techniques : Henri Bonnet, Mariano Brull (Cuba), Antonio Castro Leal (Mexique), Malcolm Davis (États-Unis) ; le Secrétaire général était Herminio Rodrigues (Cuba). De quoi s’agit-il exactement ? Miguel Osorio de Almeida l’explique en 1945 au nouveau directeur de l’IICI, Jean-Jacques Mayoux :

« La Conférence de La Havane avait décidé d’offrir l’hospitalité dans un des pays d’Amérique à l’Institut de Paris ou à son Secrétariat, et, si cette résolution n’était pas réalisable, d’organiser un Centre international provisoire, situé sur le continent américain. Ce Centre assumerait, pour la durée de la guerre et dans les limites possibles, les fonctions de l’Institut de Paris. La Commission des Sept fut chargée d’étudier l’organisation de ce Centre international. »

  • 49 Voir Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 158.

68L’État qui accepterait d’accueillir l’Institut sur son territoire serait tenu de lui fournir un siège et les moyens nécessaires à sa survie. La conférence recommande aussi aux gouvernements américains qui contribuaient au budget de la SDN « d’affecter une partie de leurs contributions à l’Institut, comme ils le font pour le Bureau international du travail et les autres services de la SDN établis au Canada ou aux États-Unis49 ».

  • 50 AUN, A III 68, 06/10/1945.

69La « Commission des Sept » se réunit en 1943 à Washington, « grâce aux efforts généreux de la Carnegie Endowment ». À cette occasion, elle définit les bases de l’organisation du Centre provisoire ainsi qu’un « long et minutieux programme de l’action que le Centre aurait à développer50 ». En outre, la Commission décide de rester en fonction sous le nom de « Commission provisoire de coopération intellectuelle ». Elle a aussi décidé d’établir le Centre provisoire à La Havane. Mais, comme le note Osorio de Almeida, le projet n’a jamais pris corps : « Après cette réunion de Washington, la Commission n’a pu réaliser aucune autre, étant données les grandes difficultés de tous ordres. Son activité s’est bornée à un échange actif de lettres entre ses membres, afin d’étudier les problèmes posés par le développement du Centre ». Cette initiative est révélatrice du poids accru des États latino-américains dans l’OCI, de leur volonté d’être des acteurs à part entière de la coopération intellectuelle et de leur intérêt pour l’IICI. Elle confirme aussi le rôle décisif des grandes fondations américaines. Et annonce les difficultés de la France : Paris n’apparaît plus comme le centre évident de la vie intellectuelle mondiale ; l’inactivité de l’Institut pendant la guerre, la tentative de conciliation avec l’Allemagne à Wiesbaden ont, par ailleurs, terni l’image de l’organisme parisien même si, dans sa lettre à Mayoux, Osorio de Almeida précise que le Centre provisoire n’a « plus de raison d’être » dès lors que l’Institut reprend son activité, qu’il « reconnaît à l’Institut de Paris son rôle de premier plan dans l’ensemble de l’organisation et il laisse claire sa position de simple suppléant provisoire de l’Institut ».

1945-1946. Éphémère renaissance de l’Institut

70C’est en effet désormais Londres, centre européen de la résistance au nazisme et refuge des gouvernements en exil, qui joue le premier rôle ; c’est dans la capitale anglaise que se tient à partir de novembre 1942 la Conférence des ministre alliés de l’éducation et ce sont les idées, les intérêts du monde anglo-saxon, appuyés par l’immense poids politique et financier des États-Unis, qui triomphent en matière de coopération intellectuelle. En outre, le caractère élitiste et apolitique de l’IICI ne semble pas adapté à l’ampleur du défi posé par la Seconde Guerre mondiale. Comme l’écrit Jean-Jacques Renoliet, « [...] comme le SDN, l’IICI [...] semble désormais de plus en plus appartenir à un monde révolu ». Il cite un rapport français dans lequel sont mis en avant les deux points qui fragilisent considérablement la position de l’Institut : « 1) les gouvernements étrangers n’ont eu jusqu’à présent aucune nouvelle de l’Institut et ignorent s’il peut ou compte reprendre ses activités ; 2) l’Institut leur paraît s’être dans le passé borné à développer une coopération entre un nombre restreint d’“intellectuels” ». Il s’agit donc pour l’Institut de faire mentir ce double constat.

71Dès janvier 1943, René Cassin, commissaire à l’Instruction publique du Comité français de libération nationale, insiste pour que « l’expérience de l’IICI soit examinée avec soin et prise en considération ». Par ailleurs, Henri Bonnet établit, dès la fin 1944, un « Projet d’organisation provisoire de l’Institut », visant à le réorganiser afin qu’il corresponde mieux à la nouvelle donne. Parallèlement, les responsables de l’Institut, qui rouvre ses portes en janvier 1945, cherchent l’appui du gouvernement français, notamment financier. S’ils n’obtiennent pas la somme demandée du moins sont-ils assurés de la volonté du Quai d’Orsay de ne pas renoncer à l’Institut : un mémorandum, daté d’avril 1945, et destiné à la délégation française à la conférence de San Francisco « confirme dans sa mission l’IICI » et pointe la nécessité d’une « nouvelle structure qui l’intègre dans les mécanismes internationaux du monde nouveau ». Dans le même temps une campagne effrénée est menée en vue d’obtenir des soutiens et de peser face aux projets anglo-américains. Une série de télégramme est envoyée en avril 1945 à de nombreux pays – en particulier latino-américains – pour annoncer la réouverture de l’Institut et solliciter leur appui à la Conférence de San Francisco.

72Il s’agit également de montrer que l’Institut a accumulé de l’expérience, a constitué des réseaux et est prêt à reprendre son action. Par un télégramme daté du 18 juillet 1945, Jean-Jacques Mayoux informe la Division de coopération intellectuelle de l’UPA de la reprise des activités de l’IICI. Il manifeste son désir de connaître l’état des travaux de l’organisation panaméricaine depuis 1939, et espère reprendre la collaboration d’avant-guerre. Par un autre télégramme, Mayoux reprend contact avec Dominique Braga. Il l’informe que l’Institut envisage de nommer un représentant en Amérique du Sud dont la mission serait de « développer et de contrôler » l’action de la coopération intellectuelle. Est-ce que Braga voudrait bien être ce représentant ? Dans le cas où la réponse serait négative, aurait-il des suggestions, sur un nom éventuel, et sur l’organisation matérielle d’une telle représentation ? Cette proposition, comme les courriers adressés à l’UPA, montre bien que l’on a conscience de l’importance qu’a prise l’Amérique latine et du poids qui peut être le sien pour sauvegarder l’Institut.

73Par ailleurs, des lettres sont envoyées aux commissions nationales pour annoncer la réouverture de l’Institut et rétablir les liens avec les gouvernements. Ces diverses démarches visent à reconstituer au plus vite l’organisation de l’Institut qui doit prouver son efficacité et à en faire un interlocuteur incontournable.

74S’il est question de l’IICI pendant la Conférence de San Francisco, ce n’est qu’en tant qu’institution spécialisée dans l’étude des problèmes de coopération intellectuelle. Le seul point marqué par la France, à l’instigation d’Henri Bonnet et avec l’appui des pays d’Amérique latine, est l’adoption d’une résolution soulignant que la coopération intellectuelle est un facteur décisif pour la paix. Cette résolution doit déboucher sur la convocation d’une Conférence générale chargée d’élaborer les statuts d’une nouvelle organisation internationale de coopération intellectuelle. Dans cette perspective, le gouvernement français et les représentants de l’Institut élaborent un contre-projet qui suppose son maintien et lui assigne le rôle de secrétariat de la future organisation dépendant de l’ONU. Ce projet est largement diffusé auprès des commissions nationales afin d’obtenir leur appui ; ainsi Osorio de Almeida le juge-t-il « très satisfaisant ».

75Malgré tous ces efforts, la délégation française à la Conférence de Londres de novembre 1945 déclare qu’elle n’a pas l’intention de proposer le maintien de l’IICI, consciente que le rapport de forces ne joue pas en sa faveur, et désireuse d’obtenir une place de choix pour la France dans la nouvelle organisation. Cette démarche est payante puisque la conférence décide que Paris hébergera l’UNESCO, alors même que Londres partait favorite en raison de sa résistance héroïque pendant la guerre. Qu’est-ce qui a fait pencher la balance du côté français ? D’après Jean-Jacques Renoliet, « l’habileté de la délégation française, le passé de l’IICI et l’attrait de Paris sur les intellectuels latino-américains ».

  • 51 AUN, A XI 23, 09/03/1946.

76Jusqu’à l’avènement de l’UNESCO, l’Institut doit continuer de fonctionner, et Jean-Jacques Mayoux, en sollicitant une nouvelle subvention auprès du gouvernement français, montre sa volonté de clore l’existence de l’organisme parisien de manière brillante. Si sa fermeture officielle n’est prévue que pour le 31 décembre 1946, tout s’accélère à partir de mars-avril : le 18 avril l’Assemblée de la SDN décide de transférer les biens de l’IICI. D’où cette lettre de Mayoux à Braga, pleine d’amertume, où il lui fait part de l’impuissance de l’Institut sur le cours des choses : « L’institut s’est trouvé pratiquement dépossédé de tout pouvoir de décision en ce qui concerne l’organisation future, et en fait, nous ne sommes guère plus que des spectateurs désintéressés, ce que nos amis de chez vous sont assez gentils pour déplorer. [...] Nous ne savons encore sous quelle forme nous serons absorbés par l’UNESCO, ni quand. Jusque-là nous resterons les fidèles serviteurs de notre vieil idéal51. »

  • 52 Cité par Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 178.

77La première Conférence générale de l’UNESCO, qui s’ouvre le 19 novembre 1946, décide de « mener à bien certains travaux entrepris par l’Institut52 », conformément à une résolution de l’Assemblée générale de l’ONU. L’UNESCO se démarque de l’ancienne organisation par une volonté d’agir sur une plus vaste échelle, en s’adressant moins aux élites intellectuelles et plus aux masses, mais elle est bien l’« héritière spirituelle et matérielle de l’IICI ».

Notes

1 Stanley E. Hilton, « Latin America and Western Europe, 1880-1945 : the political dimension », in Wolf Grabendorff, Roett Riordan (org.), Latin America, Western Europe and the United States, Reevaluating the Atlantic Triangle, New York, Hoover Institution Press, Praeger Publishers, 1985, p. 25.

2 Warren H. Kelchner, Latin American relations with the League of Nations, Boston, World Peace Foundation, 1930, p. 8.

3 L’année 1934 de la Coopération intellectuelle, p. 197.

4 L’année 1934 de la Coopération intellectuelle, p. 201.

5 Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 259.

6 Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 255.

7 Voir l’intervention du délégué chilien, M. Rivas Vicuña, lors de la XVIe Assemblée de la SDN, telle qu’elle est retranscrite dans La Coopération intellectuelle, 1935, p. 542 : « Il veut, dès maintenant, faire remarquer que c’est une erreur de croire que la culture américaine a un caractère nettement latin. Elle est latine par la classe qui dirige les peuples et elle s’est formée non seulement aux sources de culture d’Espagne, de France et d’Italie, mais encore à celles de la Grande-Bretagne, des États-Unis et de l’Allemagne, et elle a élevé dans ces pays une partie de sa jeunesse et y a choisi une partie de son corps enseignant. Cette circonstance donne aux cultures américaines un caractère éclectique qui constitue déjà une réalisation de la coopération intellectuelle. »

8 Chiffres tirés de Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 258.

9 AHI, 78/3/13, 01/09/1932.

10 AHI, 78/3/13, 19/07/1933, Lettre de Montarroyos à Franco Afrânio de Melo.

11 Outre Dominique Braga, ce comité est composé de l’Espagnol Establier, du Hongrois Latji et du Français Weiss. Voir Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 151.

12 AHI, A III 56, 13/09/1937.

13 Cité par Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 262.

14 L’année 1933 de la coopération intellectuelle, p. 160-161.

15 La Coopération intellectuelle, 1935, p. 542.

16 Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 128 ; la commission chilienne fait référence au pillage de l’Île de Pâques par une mission scientifique européenne.

17 La Coopération intellectuelle, 1935, p. 542

18 Cité par Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 261.

19 AUN, A III 56, 28/04/1936.

20 AUN, A III 56.

21 « […] non seulement des problèmes techniques, comme aussi les grands problèmes de l’enseignement, de l’éducation, tous des problèmes ayant des caractères particuliers quand il s’agit de pays nouveaux, de formation compliquée par le mélange des races et la diversité des éléments qui entrent en combinaison […] », ibid.

22 L’Italie a quitté la SDN en décembre 1937 et l’Autriche a disparu en mars 1938.

23 AUN, A III 56, « Rapport sur la coopération intellectuelle interaméricaine… ».

24 La Coopération intellectuelle, 1935, p. 541 : Intervention de M. Ruiz Guiñazu, délégué argentin, lors de la XVIe Assemblée de la SDN.

25 L’année 1934 de la coopération intellectuelle, p. 201.

26 La Coopération intellectuelle, 1935, p. 541.

27 La Coopération intellectuelle, déc. 1934-janv. 1935, p. 553.

28 La Coopération intellectuelle, 1935, p. 541.

29 La Coopération intellectuelle, déc. 1934-janv. 1935, p. 553.

30 La Coopération intellectuelle, 1933, p. 645.

31 AUN, A III 56, « Rapport sur la coopération intellectuelle interaméricaine… ».

32 AUN, A III 56, « Rapport sur la coopération intellectuelle interaméricaine… ».

33 Daniel Montenach est, depuis 1931, le sous-secrétaire chargé des questions de coopération intellectuelle au Secrétariat de la SDN.

34 AUN, AXI 11, mai 1937.

35 L’année 1938 de la coopération intellectuelle, p. 147.

36 AUN, A III 14, 06/01/1939, Lettre de Miguel Osorio de Almeida à Henri Bonnet.

37 AUN, A III 14, 06/01/1939.

38 AUN, A III 14, 23/02/1939.

39 AHI, 78/3/15, 1939, Actes de la XXIe réunion plénière de la CICI, p. 69.

40 Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 145.

41 La Coopération intellectuelle, 1929, p. 297.

42 Louis Baudin, L’effort réalisé par la France en Amérique du Sud depuis la guerre, conférence du 6 mars 1935 à la Maison de l’Amérique latine à Bruxelles, p. 23-24.

43 La Coopération intellectuelle, 1938, p. 5.

44 Les États-Unis, le Brésil, représenté par Montarroyos et João Pinto da Silva, conseiller commercial de l’ambassade, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, Cuba, la République dominicaine, l’Équateur, le Guatemala, Haïti, le Mexique, le Panama, le Paraguay, le Pérou, l’Argentine, le Venezuela et l’Uruguay.

45 Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 145.

46 AHI, 78/3/15, 24/06/1939.

47 AUN, A III 14, 01/09/1939.

48 AHI, 542,6, 1045/18392, 03/11/1939, Lettre de Bueno do Prado à Osvaldo Aranha. La lettre d’Osorio de Almeida y est jointe.

49 Voir Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 158.

50 AUN, A III 68, 06/10/1945.

51 AUN, A XI 23, 09/03/1946.

52 Cité par Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 178.

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540