Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Institut international de Coopération intellectuelle et le Brésil (1924-1946)

 | 
Juliette Dumont

Chapitre 2. Le Brésil, le contexte américain et l’IICI : « l’équidistance pragmatique »

Texte intégral

1Excellent vecteur de la propagande brésilienne à l’étranger, l’IICI est pour le Brésil la garantie d’un certain équilibre dans sa politique extérieure ; c’est un moyen de ne pas quitter tout à fait la scène européenne, même après son retrait de la SDN. Mais pourquoi vouloir maintenir cette présence ? Car entretenir une collaboration avec l’Institut, c’est rester en contact avec les milieux européens et leurs préoccupations ; c’est renouveler, dans une configuration nouvelle, ses liens avec la France, alors même que celle-ci, tant du point de vue culturel que commercial, ne joue plus le même rôle qu’avant. Avant, c’est-à-dire l’époque qui précède la Première Guerre mondiale, celle où l’influence française – et anglaise – n’étaient pas menacées par celle des États-Unis ou de l’Allemagne.

  • 1 Clodoaldo Bueno, in Amado Luiz Cervo, Clodoaldo Bueno, História da política exterior do Brasil, Sã (...)

2C’est cependant dès le début du xxe siècle, avec l’arrivée du Baron de Rio Branco à la tête de l’Itamaraty, que le changement de cap se fait sentir : si l’Europe demeure un centre incontournable, le rapprochement avec les États-Unis devient un axiome de la diplomatie brésilienne. Il ne s’agissait pas de se placer sous la coupe du puissant voisin du Nord, mais de se servir de l’amitié américano-brésilienne pour « atteindre les objectifs plus élevés de sa politique dans le cadre sud-américain. Avec le concours des États-Unis, qui rehaussait le prestige du Brésil, il [Rio Branco] briguait pour son pays le statut de première puissance sud-américaine1 ». L’objectif de Rio Branco, en menant une politique de rapprochement avec les États-Unis était de se défaire de la trop importante présence anglaise sur le plan économique, mais aussi de mener à bien sa politique d’hégémonie en Amérique du Sud ; l’appui des Américains dans cette entreprise était dans cette optique un atout de taille. Cette ambition d’assurer le leadership en Amérique du Sud, Getúlio Vargas ne l’abandonne pas, bien au contraire. Il met en œuvre un discours panaméricaniste qui, d’une part, atténue son image germanophile, et d’autre part le pose en bâtisseur de la solidarité continentale.

  • 2 AHI, 542,6, 995/16141, Article du Diario de Notícias.

3Quel est, dans cette optique, l’intérêt d’une collaboration avec l’IICI ? Qu’y gagne le Brésil ? Selon nous, cette collaboration permet au régime de Vargas de donner un gage de bonne volonté au camp des démocraties inquiètes de ses relations tant économiques qu’idéologiques avec l’Allemagne : quoi de mieux pour cela que de participer à l’œuvre de coopération intellectuelle « grand agent du rapprochement des peuples », selon les mots d’Argeu Guimarães2 ? C’est également un moyen de renforcer son « prestige moral » vis-à-vis des États-Unis, mais aussi des autres pays d’Amérique du Sud.

Le Brésil et les États-Unis

  • 3 Rubens Ricupero, Visões do Brasil : ensaios sobre a história e a inserçaõ internacional do Brasil, (...)

« J’ai modifié le titre du travail qui m’avait été demandé (“Le Brésil et l’Amérique latine depuis 1930”) car je ne crois pas possible d’écrire l’histoire des relations du Brésil avec l’Amérique latine en faisant abstraction du rôle souvent déterminant des États-Unis »
Rubens Ricupero3

  • 4 Dans une conférence prononcée en 1936 au City College de New York, le consul général du Brésil com (...)
  • 5 Frank D. McCann, « Le Brésil et les États-Unis : des relations complexes à l’épreuve du long terme (...)

4Les relations entre le Brésil et les États-Unis sont faites d’oscillations, les périodes de franche cordialité alternant avec d’autres où règne plutôt la méfiance. Il y a d’une part la conviction d’une relation privilégiée à construire entre les deux pays, qui vient sans doute des similitudes entre ces deux géants du continent américain, tant du point de vue du territoire, que de la population, des ressources naturelles ou de l’industrie4. Et d’autre part, comme le démontre Frank D. McCann dans son article « Le Brésil et les États-Unis : des relations complexes à l’épreuve du long terme, xixe-xxe siècles5 » : « la tension est un courant sous-jacent dans les rapports entre le Brésil et les États-Unis [...] ».

  • 6 A. Roberto de Arruda Botelho, Le Brésil et ses relations extérieures, Paris, Éd. Mazarines, 1935, (...)

5Rio Branco, comme nous l’avons vu, a tenté une politique de rapprochement avec le « grand voisin du nord », sans que celle-ci ne conduise à une subordination totale du Brésil aux orientations américaines en termes de politique extérieure. Après lui, ses successeurs ont essayé de toujours ménager ce partenaire obligé mais quelque peu encombrant, en cherchant à maintenir une distance ou l’illusion selon laquelle les deux pays assuraient conjointement le leadership du continent américain. Roberto de Arruda Botelho n’écrit-il pas en 1935 : « [...] les États-Unis ont particulièrement favorisé le Brésil de leur sympathie, parce que le Brésil était, avec eux, le plus grand et le premier État souverain du continent américain. En d’autres mots : parce que le Brésil était, seul alors, susceptible de réaliser, avec eux, l’équilibre américain6 » ?

  • 7 Par exemple, l’Atlantic Refining Company of Brazil, Firestone, Universal Picture Corporation…

6Le contexte de l’après-guerre différait quelque peu de l’époque de Rio Branco dans la mesure où les équilibres internationaux se trouvaient profondément modifiés : désormais les États-Unis se trouvaient en position de force non seulement par rapport au reste de l’Amérique, mais également par rapport à l’Europe dont ils étaient devenus les créanciers. Ainsi, entre 1921 et 1927, les États-Unis devinrent les détenteurs de 35 % des dettes externes du Brésil, et le principal importateur du café brésilien. Par ailleurs, de nombreuses grandes entreprises américaines s’installèrent au Brésil7. Celui-ci n’avait donc plus les mêmes marges de manœuvre qu’auparavant. La politique d’amitié entreprise par Rio Branco fut poursuivie, mais avec un alignement quasi systématique sur les positions nord-américaines.

  • 8 En 1936, les légations allemande et brésilienne sont élevées au rang d’ambassades et les liens éco (...)

7L’avènement de Vargas au pouvoir ne bouleverse pas la donne, si ce n’est que son gouvernement tente d’accroître encore les exportations, par le biais de nouveaux marchés ou de nouveaux types de relations. C’est dans cette perspective que Vargas joua de la confrontation croissante entre les démocraties et les fascismes, et en particulier de la rivalité entre les États-Unis et l’Allemagne, qui lui offrit une marge de manœuvre plus importante. De fait, si l’époque de Vargas et de Roosevelt constitue le point culminant de l’entente entre le Brésil et les États-Unis, c’est également celle qui voit les relations avec le Reich se resserrer de manière spectaculaire8. Le Brésil, pays périphérique et économiquement dépendant, n’a pu faire jouer la surenchère entre les deux pays que dans un contexte de crise internationale où sa position géographique stratégique dans le continent américain et l’abondance de ses ressources lui conféraient une importance vitale pour le système nord-américain, et en faisait un enjeu de taille pour le Troisième Reich. Après l’avènement de l’Estado Novo, qui ne cache pas ses sympathies idéologiques pour l’Allemagne nazie ou l’Italie fasciste, la principale préoccupation des États-Unis est d’éviter que le Brésil ne gravite définitivement dans l’orbite allemande. La nomination d’Oswaldo Aranha, ancien ambassadeur à Washington, peu amène à l’égard de l’Allemagne, au poste de ministre des Relations extérieures en 1938 les a rassurés. Et prouve une fois de plus la volonté de Getúlio Vargas de ne pas rompre l’équilibre audacieux de la diplomatie brésilienne.

Le Brésil et l’Amérique latine

Des relations ambivalentes

  • 9 AHI, 542,6, 464/7042, 17/11/1934, Lettre du consul brésilien à Caracas à José Carlos de Macedo Soa (...)

8Répondant à la circulaire 903 du 13 août 1934 que nous avons déjà évoquée, le consul du Brésil à Caracas dresse un panorama peu encourageant de la coopération intellectuelle entre ce pays et le sien : « personne ne connaît le Brésil ni ne s’en préoccupe » ; « évident est le fait qu’ici ce qui concerne le Brésil n’éveille aucun intérêt ». Et il conclut : « [...] l’importance du Brésil rend évident ce qu’il y a de choquant et d’absurde à ce qu’un pays limitrophe et ami ignore à tel point notre culture9 ».

9Un tel exemple est représentatif des relations distendues, sans être franchement hostiles, qu’entretient le Brésil vis-à-vis de ses voisins. On comprend pourquoi la priorité, pour Ildefonso Falcão, était non pas l’Europe, mais l’Amérique du Sud. On peut supposer que la plupart des pays d’Amérique latine ont en effet plus de contacts avec l’Europe qu’entre eux.

  • 10 Cité par Eugênio Vargas Garcia, in O Brasil e a Liga das Nações (1919-1926), Porto Alegre, Editora (...)
  • 11 Roberto de Arruda Botelho, Le Brésil et ses relations extérieures, Paris, Éd. Mazarine, 1935, p. 6 (...)

10Au-delà de cette méconnaissance réciproque, il y a sans doute une certaine défiance de la part des autres pays de l’Amérique du Sud vis-à-vis de cet État géant qui, au moment où s’implantait le régime républicain sur tout le continent, était encore une monarchie, avant de devenir un empire. Aussi, lorsque le Brésil présenta comme argument majeur pour justifier sa candidature à un siège permanent au Conseil de la SDN sa position de primus inter pares au sein du groupe des pays latino-américains représentés à Genève, reçut-il un cruel désaveu. Dans un premier temps, ce fut la déclaration de l’Argentin León Suarez selon laquelle l’obtention par le Brésil d’un siège permanent « romprait l’équilibre sud-américain10 » à laquelle s’ajouta la rumeur qui voulait que le Chili soit opposé à toute candidature latino-américaine si lui-même ne devenait pas membre permanent. Le coup de grâce fut porté lors de l’Assemblée de 1926 lorsque le Chili, la Colombie, Cuba, le Salvador, le Guatemala, le Nicaragua, le Paraguay, la République dominicaine, l’Uruguay et le Venezuela adressèrent une lettre ouverte au gouvernement brésilien par laquelle ils lui demandaient de reconsidérer sa position. Les autres pays latino-américains membres de la SDN ne se prononcent pas. Cette attitude est vécue comme un camouflet par le Brésil : Roberto de Arruda Botelho écrit dans un ouvrage paru en 1935 : « loin de nous soutenir [...] la plupart des républiques de l’Amérique se tournèrent contre le Brésil ». Il ajoute : « il est certain [...] que la demande du Brésil s’est heurtée à un esprit particulariste ». Autant que le refus des puissances européennes, c’est sans doute ce déni de confiance de la part des dix-sept pays américains membres de la SDN qui atteint le Brésil dans sa fierté. Pour l’auteur, le retrait de la SDN est dès lors tout à fait justifié : « Devant cette attitude, plus humiliante qu’un banal échec électoral, le Brésil a pris la seule attitude qu’il lui était permis de prendre11. » L’absence de soutien des pays américains est donc vécu comme une véritable trahison et montre la teneur des relations entre le Brésil et ses voisins : une méfiance réciproque plus qu’une véritable solidarité continentale. Cette défiance est alimentée, chez les voisins du Brésil, par son rapprochement avec les États-Unis : ce pays reste, jusqu’à la proclamation de la politique de « bon voisinage » amorcée par Hoover et développée par Roosevelt, l’objet de virulentes critiques qui dénoncent son impérialisme conquérant.

11Au sein de l’IICI, cette méfiance se mue en compétition. Lorsqu’il veut convaincre son gouvernement de subventionner l’Institut, Montarroyos ne manque pas d’arguments pertinents : il signale ainsi que le gouvernement équatorien a décidé de participer financièrement à l’œuvre de coopération intellectuelle, et que cette initiative

  • 12 AHI, 276/2/4, 17/11/1927, Lettre de Montarroyos à Octavio Mangabeira.

« a été accueillie avec beaucoup de sympathie lors de la dernière réunion des délégués d’État auprès de l’Institut, celle-ci ayant remarqué que l’Équateur était la première nation américaine et le second des États non adhérents à la SDN à prêter son concours financier à l’Institution de Paris12 ».

  • 13 AHI, 78/3/14, 17/11/1936, Lettre de Montarroyos à José Carlos de Macedo Soares.

12Voilà qui doit atteindre la fierté brésilienne : le Brésil ne se retrouve-t-il pas à la traîne par rapport à l’un des plus petits pays d’Amérique latine, et ce devant les délégués des autres pays auprès de l’Institut ? Si l’Équateur, pays bien moins riche que le Brésil, peut apporter sa contribution, pourquoi ce dernier ne le pourrait-il pas ? Ce n’est pas, loin s’en faut, la seule et unique fois que Montarroyos use de cet argument. Lorsqu’en 1935 il fait parvenir à l’Itamaraty la « Bibliographie pédagogique internationale », répertoire annuel dressé par l’Institut, il fait remarquer l’absence du Brésil, d’autant plus regrettable que l’on y trouve trois pays américains : « Il est regrettable que le Brésil ne figure pas dans le volume en question, d’autant plus qu’on y trouve les bibliographies de trois nations américaines : la République argentine, le Canada et les États-Unis13. »

La rivalité avec l’Argentine

  • 14 AHI, 276/2/4, Acte de la session de la CNB du 03/01/1929.

13C’est sans doute la présence de l’Argentine qui est la plus difficile à accepter : la rivalité entre les deux pays n’est pas un vain mot. Lors d’une session de la Commission nationale brésilienne en 1929 – année où le Brésil commence à subventionner l’IICI –, Montarroyos ne manque pas de souligner que l’Argentine, qui s’est, elle aussi, décidée avant le Brésil, en a déjà tiré des profits non négligeables : « La République argentine, en apportant un concours de sept cents livres sterling, a déjà obtenu l’édition de quatre œuvres d’auteurs argentins, traduits et publiés par l’Institut. C’est le moment de penser à l’édition française d’auteurs brésiliens14. »

  • 15 Stanley Hilton, « Brazil and the post-Versailles world : elite images and foreign policy strategy, (...)

14Comme le souligne Stanley Hilton dans son article « Brazil and the Post-Versailles World15 », la rivalité entre ces deux pays est ancienne et « la perception que le Brésil a de l’Argentine comme un pouvoir agressif et expansionniste bâti par l’établissement de son hégémonie sur le continent, ne date pas d’hier ». Au début du xxe siècle, cette rivalité avait pris la forme d’une compétition acharnée au plan naval. Après la Première Guerre mondiale, un nouvel élément s’ajoutait aux précédents : « la longue et exceptionnelle période de paix que connaissait l’Argentine, et qu’elle avait obtenue par son effort militaire, l’avait laissée, selon les mots de Pacheco, “armée jusqu’aux dents” ». Face à l’attitude conquérante de l’Argentine, le Brésil se sentait vulnérable, tant par la faiblesse de ses forces armées que par son isolement au sein de l’Amérique du Sud. Les diplomates et hommes d’État brésiliens sont alors persuadés que l’objectif de l’Argentine était d’encercler le Brésil en formant un bloc hispano-américain hostile. Stanley Hilton rapporte les propos de l’Amiral Souza e Silva, qui résument les angoisses suscitées par l’Argentine, mais qui est également lucide sur les raisons pour lesquelles le Brésil est l’objet de défiance de la part de ses voisins :

« Elle voit dans le Brésil un obstacle à ses ambitions d’hégémonie continentale, un concurrent en ce qui concerne l’immigration européenne, son principal rival pour le commerce maritime, un intrus sur les marchés du Paraguay et de l’Uruguay, [...] un allié des États-Unis, un concurrent en termes de prestige sur la scène européenne, un danger à cause de son extension naturelle et de la masse de sa population, et une future puissance semblable aux États-Unis... C’est pourquoi la politique argentine continue d’avoir comme but l’isolement du Brésil en Amérique du Sud [...]. »

  • 16 Stanley E. Hilton, « Latin America and Western Europe, 1880-1945 : the political dimension », in W (...)

15Ce discours, mélange de crainte et d’ambition, explique sans doute pourquoi le rapprochement avec le reste de l’Amérique latine était de plus en plus vu comme une priorité de la politique extérieure brésilienne. Il explique aussi la volonté du Brésil de maintenir des liens avec l’Europe, sorte de compensation à son isolement sur le continent américain. Stanley Hilton, dans son article « Latin America and Western Europe, 1880-1945 : the political dimension16 », fait d’ailleurs de la rivalité avec l’Argentine l’une des principales motivations de sa participation à la SDN : « Dans la mesure où il peut être avancé que la politique extérieure du Brésil au cours de ce siècle s’est d’abord définie en fonction de sa rivalité avec l’Argentine, il semble logique que la raison fondamentale de son intérêt pour la SDN résidait dans le prestige que cela lui conférait au sein des pays d’Amérique du Sud. »

Le Brésil, l’Amérique latine et les États-Unis : l’Union panaméricaine

  • 17 C’est en effet à Washington que se réunit en 1889 la conférence constitutive de l’Union Internatio (...)
  • 18 Voir Pierre Queuille, L’Amérique latine, la doctrine Monroe et le panaméricanisme : le conditionne (...)

16La période de l’entre-deux-guerres voit l’évolution de l’organisation de l’Union panaméricaine. Ce projet d’organisation qui date du Congrès de Panama de 1826 devait être, dans l’esprit de ses instigateurs, celui d’une Hispano-Amérique dont les barrières douanières extérieures seraient susceptibles de clauses préférentielles. Ni le Brésil, ni les États-Unis n’étaient au départ inclus. Le projet ne connut pas de réel développement jusqu’à la fin du xixe siècle, et ce fut finalement sous l’impulsion des États-Unis qu’il connut un nouveau démarrage17. Cette initiative, conduite par le secrétaire d’État James Blaine, résultait de la pression des lobbies démocrates favorables à la libéralisation des échanges. La série de bouleversements politiques que provoqua la guerre de 1914-1918 causa des remous profonds dans l’organisation panaméricaine qui vit l’émergence de regroupements distincts, et à bien des égards concurrentiels : c’est par exemple la création du groupe ABC entre l’Argentine, le Brésil et le Chili. Par ailleurs, comme le note Pierre Queuille18, les habitudes prises par les hommes d’État à la SDN, où les questions politiques étaient débattues sans limitation ni contrainte, conduisirent à une nette politisation des débats lors de la Cinquième (Santiago, 1923) et Sixième Conférence (La Havane, 1928). Washington réussissait pourtant à s’opposer à tout projet susceptible d’assurer une authentique réforme. Il n’en reste pas moins que s’affirmait une vitalité latino-américaine qui tentait de contrer l’hégémonie américaine dont l’Union panaméricaine était plus ou moins devenue l’un des instruments.

17La politique de « bon voisinage » que Roosevelt formula lors de la Septième Conférence de Montevideo en 1933 dissipa les préventions latino-américaines et amena une réorientation de l’organisation. En 1936, Roosevelt reçut en accueil triomphal en Amérique latine et la Conférence extraordinaire de Buenos Aires resitua dans le cadre panaméricain les précédentes conventions bilatérales anti-guerre. Quand éclata la Seconde Guerre mondiale, le State Departement avait donc déjà déterminé un comportement d’alliance chez ses partenaires américains. Le contexte international, la menace de la guerre furent pour beaucoup dans cette reconfiguration qui laissait peu de place aux États latino-américains pour se démarquer de la ligne politique des États-Unis et pour contrer leur influence croissante. Leur collaboration accrue à l’œuvre de coopération intellectuelle de la SDN peut être vue comme une tentative d’en diminuer l’impact.

  • 19 Le Brésil se pose aussi en arbitre lors de la guerre du Chaco qui oppose le Paraguay et la Bolivie
  • 20 Article de la revue Cultura Política, fondée par le régime, cité par Alvaro Guedes de Melo, op. ci (...)

18C’est dans ce cadre que Getúlio Vargas, afin de se rapprocher des Américains, sans toutefois tomber dans leur dépendance, adopte une politique de prestige au sein du panaméricanisme, ainsi qu’une attitude d’arbitre et de conciliateur, notamment lors du conflit de Leticia entre la Colombie et le Pérou de 1932-193419. C’est tout l’objet du travail d’Alvaro Artur Guedes de Melo intitulé O Pan-Americanismo e o Estado Novo que de montrer comment Vargas, par le biais de la propagande, se pose en chantre de la solidarité américaine. Il exploite pour cela des articles de presse, qui portent souvent la marque du Département de l’information et de la propagande. Il cite notamment un article paru en septembre 1941 dans la revue Dois Jornais dont le titre suggestif est « De Simon Bolivar a Getúlio Vargas ». Auparavant, il s’était penché sur un autre article intitulé « O Brasil e o inicio da política de Boa Vizinhança » où Vargas et Roosevelt sont « partenaires dans la construction d’une diplomatie américaine20 ». Au passage, l’auteur de l’article met sur le même plan un président élu démocratiquement et un autre porté au pouvoir par un coup d’État.

  • 21 José Verissimo, cité par Leyla Perrone-Moises, article cité, p. 43.

« L’Amérique ne nous est plus totalement indifférente, comme c’était le cas jusqu’à présent. C’est encore l’Europe qui, pour de nombreuses raisons, nous intéresse. [...] Notre situation en tant qu’Amérique est, pour ainsi dire, une situation à part. Nous ne sommes pas, comme le Mexique du “grand patriote” Porfirio Diaz, soumis à l’influence des États-Unis et nous ne communions pas non plus dans l’ibéro-américanisme préconisé par les intellectuels hispano-américains21. »

19Cette citation de José Veríssimo résume bien la position brésilienne, sans cesse dans l’entre-deux, ne voulant pas choisir d’« option préférentielle ». Ce qui précède a cependant montré que la scène internationale américaine est devenue essentielle sur l’échiquier de la politique extérieure brésilienne. Il nous reste à voir quelles sont les relations entre l’organisation panaméricaine, sous l’influence des États-Unis, et l’IICI, clairement européenne.

L’Institut et l’Union panaméricaine : des relations ambiguës

La place des États-Unis, acteur à ménager

20Avant d’aborder la question des relations entre l’Institut et l’organisation panaméricaine, il faut au préalable avoir à l’esprit le rôle et la place des États-Unis au sein des relations internationales en général, et de la coopération intellectuelle en particulier. Même si c’est presque devenu un lieu commun, il faut rappeler à quel point la Première Guerre mondiale a bouleversé les équilibres internationaux, en particulier la domination européenne. L’Europe, ancienne créancière du monde, devient débitrice. Par ailleurs, la concurrence américaine sur le plan industriel est devenue, grâce aux besoins européens pendant la guerre, redoutable dans presque toutes les branches. Enfin, les pays de l’Entente sont redevables de leur victoire envers les Américains, dont l’appui, humain et matériel, a été décisif. Ce bref rappel est nécessaire pour comprendre que les démocraties européennes peuvent difficilement tenir tête aux États-Unis. Leur non-participation à la SDN est un handicap majeur pour l’organisation genevoise, dont la légitimité et l’efficacité se trouvent de la sorte diminuées.

  • 22 Voir Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 208-209.
  • 23 Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 246.

21C’est pourquoi l’appui des Américains aux travaux de l’IICI est très important, et doit être conservé à tout prix, pour un motif de prestige et de crédibilité, mais aussi pour des raisons financières. Si les États-Unis ne subventionnent pas l’Institut, en revanche la Dotation Carnegie et la Fondation Rockfeller participent de plus en plus massivement au financement de ses comptes spéciaux. Si la Dotation Carnegie ne le fait pas régulièrement (en 1932, 1936, 1938 et 1939), la Fondation Rockfeller, elle, apporte une contribution chaque année : de 25 524 francs en 1932 à 2 871 304 francs en 1939, soit une somme plus importante que la subvention française – de 2 204 000 francs cette année-là22. Le fait de ne subventionner que les comptes spéciaux n’est pas anodin : les donateurs choisissent les projets qui bénéficient de leur apport financier et acquièrent ainsi une sorte de contrôle sur l’Institut et définissent des priorités. L’augmentation régulière des dons ne fait qu’accentuer cet état de fait. Lorsque Zimmern sous-directeur de l’Institut, se rend aux États-Unis en 1925, il est tout à fait explicite sur les motivations de son voyage : d’une part, il considère que les relations avec ce pays sont « plus importantes que celles que nous pouvons entretenir avec n’importe quel autre pays23 » ; d’autre part, il met en avant le fait qu’« il existe aux États-Unis de grandes fondations disposant de sommes considérables qui sont consacrées à l’entente internationale et à la coopération intellectuelle », représentées au sein de la commission nord-américaine de coopération intellectuelle qui s’est créée en 1925.

  • 24 Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 246.

22Il s’agit en permanence de rassurer les États-Unis sur le bien-fondé de l’Institut vis-à-vis duquel les milieux intellectuels américains ont, selon Zimmern, « [...] une attitude d’attente, de sympathie, mais non pas encore d’absolue confiance ». Il ajoute : « il y a eu des préjugés, des malentendus, même des soupçons, comme ceux qui avaient trait à l’intrusion, dans nos travaux, d’influences politiques24 ». En fait, comme le souligne Jean-Jacques Renoliet, « [...] l’IICI ne suscite pas l’enthousiasme des États-Unis qui, déjà rivaux des Européens en Amérique latine sur les plans économique et financier [...] », voient celui-ci comme un obstacle à leur volonté d’étendre leur hégémonie sur le plan culturel.

23Comme nous le voyons, l’IICI a tout intérêt à entretenir de bons rapports avec les États-Unis, et donc avec toutes les institutions auxquelles ils participent. Compte tenu de ce que nous avions dit au sujet de leur rôle au sein de l’UPA, on comprend que l’OCI ne peut qu’apporter sa coopération aux activités de cette organisation quand cela lui est demandé.

L’Institut et l’Union panaméricaine, entre rivalité et complémentarité

24Or l’UPA possède depuis 1917 une section dévolue au développement des relations culturelles entre les États américains, avec comme priorité les questions relatives à l’éducation. Comme l’écrit Concha Romero James dans un memorandum datant de 1939 intitulé « Programme de coopération intellectuelle de l’Union panaméricaine » : « Il est rapidement apparu combien il serait bénéfique, pour les relations interaméricaines, d’incorporer le plus grand nombre de jeunes latino-américains aux universités des États-Unis. » Plus loin elle ajoute :

  • 25 AUN, AX I 11.

« Parmi les activités auxquelles s’est consacrée l’Union panaméricaine depuis les débuts de son action culturelle figure celle qui a pour fin de faire en sorte que les institutions d’enseignement supérieur des États-Unis établissent des cours spécifiques pour l’étude de l’histoire, de l’organisation politico-sociale et de la culture d’Amérique latine »25.

25Devenue « Oficina de Cooperación Intelectual » en 1929, cette section apparaît complémentaire des travaux de l’OCI, à même de faire fructifier ses principes dans cette partie du monde. Elle peut aussi être perçue comme une menace : celle d’une coopération régionalisée sous l’influence des États-Unis, qui essaieraient de capter la quasi-totalité des étudiants latino-américains allant faire leurs études à l’étranger. Telle est l’ambiguïté fondamentale sur laquelle reposent les liens entre l’organisation européenne et l’organisation américaine.

  • 26 C’est le titre qui figure sur l’en-tête du courrier ; il est difficile de savoir à quel poste cela (...)

26Les relations entre l’IICI et l’Union panaméricaine démarrent par un échange de bons procédés. Dès 1925, le directeur du Bureau de l’UPA26 à Washington écrit une lettre à Luchaire pour l’informer qu’il a reçu le plan général d’organisation de l’IICI et qu’il l’a lu « avec grand intérêt ». Il apprécierait qu’on lui fasse parvenir les publications de l’Institut ; l’établissement de contacts suivis entre les deux organisations serait des plus bénéfiques. Julien Luchaire répond que ce désir est partagé et qu’il espère que l’Institut pourra contribuer à la tâche de l’UPA.

27La proposition de Luchaire a été entendue et, à partir de ce moment, l’UPA va fréquemment solliciter l’institution parisienne. Cependant, on remarque que les demandes de l’UPA sont souvent très précises et peuvent être très utiles pour servir ses propres buts. Suite à l’annonce, lors de la Sixième Conférence panaméricaine de La Havane de 1928, du projet de création d’un Institut panaméricain de coopération intellectuelle (IIACI), Héloïse Brainerd, chef du service de l’Éducation de l’UPA, écrit à Alfred Zimmern, directeur adjoint de l’IICI :

  • 27 AUN, A XI 11, 22/01/1929.

« Dans la mesure où les projets d’organisation d’un IIACI connaissent un certain développement [...], je vous écris [...] pour vous demander quelles sont selon vous les activités de l’Institut les plus fructueuses. Il y a beaucoup de directions dans lesquelles un Institut régional comme celui qui est proposé peut développer son travail, mais comme il sera sans doute limité en moyens et en personnel, nous aimerions qu’il ne prenne en charge que les perspectives qui promettent le plus de résultats, et souhaitons par conséquent bénéficier de votre expérience27. »

28Ce passage est intéressant à bien des égards. Tout en ne cachant pas que le futur Institut veut copier celui de Paris, elle en minimise la portée : pour rassurer Zimmern ? Par ailleurs, en sollicitant les conseils du directeur adjoint de l’IICI, pour s’inspirer de « l’expérience » de celui-ci, elle le place dans la position d’aîné, d’éclaireur. Comment dès lors refuser d’accéder à sa demande ? Or celle-ci n’est pas minime : en indiquant aux organisateurs du futur Institut américain ses activités « les plus fructueuses » menées par l’IICI, Zimmern leur fournirait les moyens de concurrencer efficacement l’organisation genevoise. Telle n’est pas la seule requête présentée par Héloïse Brainerd : « Un autre point sur lequel j’aimerais avoir des informations concerne les étudiants originaires de pays latino-américains qui étudient en Europe ». Ce qui l’intéresse c’est « de savoir ce qui est fait pour attirer ces étudiants dans les centres européens, et par le biais de quels organismes ». Dans quel but demander ce type d’informations si ce n’est pour mettre en place des dispositifs à même de se placer en alternative au « modèle » européen ? Voici le texte qui, dans le numéro d’août 1929 de la revue La Coopération intellectuelle, accompagne l’annonce du projet d’Institut inter-américain de coopération intellectuelle :

« La CICI prend acte avec intérêt du projet de création d’un Institut interaméricain de coopération intellectuelle. La Commission se plaît à y voir un résultat des efforts réalisés pour développer l’esprit de coopération internationale, constate avec plaisir que le programme envisagé pour le nouvel Institut rentre dans le cadre des travaux entrepris par l’OCI mise en œuvre par la SDN, et espère que dans ce cadre, conçu du point de vue universel, la collaboration avec l’Institut interaméricain sera fructueuse à l’œuvre de coopération intellectuelle. »

29Derrière la cordialité des propos, on peut néanmoins déceler la volonté de ne pas perdre le premier rôle en matière de coopération intellectuelle, en rappelant que la SDN – et donc l’Europe – a été la première à prendre une initiative d’envergure dans ce domaine. Habilement, le projet américain est présenté comme découlant de l’organisation européenne. Cette précaution est significative de la crainte de la CICI de voir les États-Unis régner sans partage sur le continent américain par le biais de cet Institut qui, à bien des égards, fait doublon avec l’IICI, et se pose, sans le dire, en concurrent, comme le dévoile la lettre d’Héloïse Bairnerd.

  • 28 AUN, A XI 11, 14/06/1928.
  • 29 AUN, A XI 11, 21/06/1928.

30En juin 1928, le secrétariat de la CICI fait parvenir à Luchaire un rapport sur les résolutions adoptées par la dernière Conférence de La Havane, « des résolutions qui vous intéressent de très près ». L’auteur du rapport s’explique : « Je me permets d’attirer tout particulièrement votre attention sur celle qui indique les démarches faites en vue de la création d’un Institut interaméricain de coopération intellectuelle28. » Ces quelques lignes, qui ne contiennent aucun commentaire, sont pourtant lourdes de sous-entendus quant à la portée d’une telle résolution. Oprescu, secrétaire général de la CICI, écrit peu après à Luchaire au sujet de ce projet : « Les Américains désirent copier en tout l’activité de la CICI et d’ici deux ans ils veulent créer un IIACI ». Il ajoute : « Je prépare en ce moment un mémorandum au sujet des différentes questions traitées par la SDN et dont l’UPA tire avantage »29. Dès le début les responsables de l’OCI sont donc conscients du danger que peut représenter un tel Institut, et ne sont pas dupes des intentions américaines.

  • 30 AUN, A XI 11, 18/04/1929.

31Le projet d’organisation de l’IIACI révèle en effet que son organisation est calquée sur celle de l’Institut. Il serait en effet composé d’un « central coordinating office », qui aurait un directeur, « assisté par une équipe de techniciens et de chargés d’écriture », et de « Conseils nationaux de coopération intellectuelle dans chaque République d’Amérique ». Ces « Conseils nationaux » seraient constitués de représentants des universités et des « autres institutions d’enseignement supérieur, des académies, des associations, des instituts, des musées, des bibliothèques et autres organismes similaires dédiés au progrès des arts, des lettres et des sciences [...]30 ». On aura reconnu le principe des commissions nationales, et le « central coordinating office » remplit le rôle de l’IICI. N’y a-t-il pas un risque que les commissions nationales disparaissent ou soient vidées de leur sens et de leur contenu par l’établissement des « Conseils nationaux » ? Le secrétaire exécutif de la Commission nationale américaine, David Thompson, est conscient de cette possibilité, ainsi que du fait que cela pourrait, à terme, envenimer les relations entre l’OCI et l’IIACI, et dans l’immédiat rendre l’IICI réticent à collaborer. C’est pourquoi il écrit à Luchaire un courrier confidentiel à ce sujet. Dans cette lettre, il suggère que les commissions nationales fassent office de « Conseils nationaux » là où elles sont présentes. David Thompson se présente comme le défenseur des intérêts de l’IICI et de la SDN : ne suggère-t-il pas que la question soit débattue à la prochaine Assemblée générale de l’institution genevoise ? Que ce serait l’occasion d’encourager les gouvernements des pays qui ne disposent pas encore de Commissions nationales à en créer ? Mais voyons le reste de la lettre :

  • 31 Ibidem.

« Je pense qu’il est très important que cette initiative interaméricaine soit reçue avec la plus grande cordialité par l’OCI de la SDN et qu’elle soit considérée comme un groupement régional d’organismes de coopération intellectuelle qui devrait être invité à prendre part à l’activité internationale menée dans ce domaine. Voilà la politique que je mène à ce sujet et j’espère que votre point de vue sera le même, car les États latino-américains sont en train d’essayer de réaliser dans l’hémisphère occidental un organisme semblable à l’Institut que vous dirigez31 [...]. »

32Encore un texte très intéressant, et très retors. David Thompson, dans le même paragraphe, minimise la portée du projet – ce n’est qu’un groupement régional qui tend à être intégré à l’œuvre de l’OCI – et en fait un concurrent de taille pour l’Institut de Paris : « un organisme semblable à l’Institut que vous dirigez ». C’est lorsqu’il affirme que ce projet est une initiative des États latino-américains pour concurrencer l’organisme européen, comme si les États-Unis n’y avaient pas pris part, qu’on a du mal à croire en sa sincérité. Car outre qu’il présente finalement son pays comme le garant des intérêts de l’IICI sur le continent américain, son initiative, confidentielle, ne prouve-t-elle pas sa loyauté envers l’Institut parisien ? Il utilise une importante revendication de l’Amérique latine : celle d’exister réellement au sein d’une institution très européenne. Il agite ainsi la menace d’une désaffection de cette partie du monde pour l’œuvre de coopération intellectuelle menée par la SDN. Cette menace doit être d’autant plus prise au sérieux que l’influence culturelle européenne – et en particulier française – décline rapidement dans cette partie du monde au profit des États-Unis. C’est ce que met en avant une note en provenance de Bogotá adressée à Bonnet :

  • 32 Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 255.

« [...] il est évident que cette nouvelle institution fera une sérieuse concurrence à celle dont le siège est à Paris et que le Comité des États-Unis [...] en sera l’inspirateur et l’élément dirigeant. Les pays de l’Amérique latine vont à leur tour constituer chacun leur section respective et on peut être assuré que l’une des premières conséquences de l’entrée en exercice de l’Institut interaméricain sera de drainer davantage les étudiants du continent méridional vers les Universités du Nord [...]. Ces tendances, soutenues et encouragées par l’organisation interaméricaine, favorisées par les facilités nouvelles de communication maritimes avec les États-Unis, ne feront que se fortifier et s’étendre, risquant ainsi de changer en peu d’années les dispositions traditionnelles à notre égard qui dominent encore dans une petite élite, mais qui sont chaque jour de plus en plus battues en brèche32 ».

33Cette note révèle aussi qu’on est conscient, en Europe, de la réticence des pays latino-américains vis-à-vis des prétentions américaines sur le continent.

34Comment réagit l’Institut parisien à ces manœuvres ? On l’a vu, dans un souci de ne pas mécontenter les États-Unis, et de ne pas perdre la sympathie des États latino-américains, ses dirigeants ne peuvent opposer de fin de non-recevoir aux demandes de ceux de l’UPA. C’est donc toujours avec la plus grande cordialité que se déroulent les échanges entre les deux institutions. Lorsque Alfred Zimmern répond au courrier d’Héloïse Brainerd, il tente de paraître coopératif, alors même qu’il ne lui fournit pas les renseignements demandés : il ne peut lui fournir de statistiques sur les étudiants. Plutôt que de se désintéresser de l’IIACI et de son activité, l’Institut va au contraire chercher à rester présent, à toujours se tenir informé des initiatives américaines. C’est ainsi qu’à l’occasion de la Conférence de Buenos Aires de 1936 Daniel Montenach, nouveau secrétaire de la SDN, transmet un rapport au directeur de l’Institut qui débute de la façon suivante :

  • 33 AUN, A XI 11, mai 1937.

« Une étude même sommaire de la documentation concernant la Conférence interaméricaine pour le maintien de la paix fait ressortir la grande importance que les États américains attachent à l’œuvre de coopération intellectuelle. Il conviendrait d’étudier de près comment l’Organisation de coopération intellectuelle pourrait utiliser cet intérêt pour resserrer les liens entre les Républiques américaines et la Société des Nations, et c’est une question qu’il serait utile d’examiner au cours de la réunion des Commissions nationales de coopération intellectuelle au mois de juillet. [...]33 »

35Il s’agit donc, pour l’Institut, de tirer au mieux parti de ces bonnes dispositions. Par ailleurs, à travers ces lignes on voit que le Secrétariat de la SDN considère le projet d’Institut interaméricain comme un moyen d’accroître la participation à l’OCI des États latino-américains, malgré leur éloignement géographique.

Le Brésil, trait d’union entre l’Institut international de coopération intellectuelle et l’Union panaméricaine ?

36Ce rapprochement entre l’OCI et l’Amérique latine est également souhaité du côté brésilien, qui aimerait que le Brésil soit vu comme un intermédiaire privilégié. Cela aurait pour conséquence de renforcer l’autorité morale du Brésil auprès des autres pays latino-américains, de susciter leur confiance, tout en se posant comme un acteur de premier plan aux yeux des dirigeants de l’OCI.

  • 34 AHI, 78/3/13, 13/05/1933.
  • 35 AHI, 78/3/13, 03/10/1934.

37C’est dans cette perspective que Montarroyos propose à Afrânio de Melo Franco en 1933, puis à José Carlos de Macedo Soares en 1934, de participer à la collection « Correspondance » de l’Institut. À Afrânio de Melo Franco il suggère de traiter les thèmes suivants : « La collaboration entre les nations d’Amérique et celles d’Europe pour l’organisation de la paix », ou alors « Comment faut-il orienter les relations entre les républiques du continent américain afin qu’elles contribuent à la stabilité de la paix universelle », ou encore « Concours entre le panaméricanisme et la SDN34. » À Macedo Soares il propose un sujet qui concerne « Les relations entre les pays américains et ceux des autres continents ou la contribution que le panaméricanisme peut apporter à l’organisation de la paix universelle35. » Ainsi le Brésil se présenterait à la fois comme le chantre du panaméricanisme et comme un allié précieux de la SDN... alors même qu’il n’en est plus membre. On pourrait d’ailleurs y voir une sorte de revanche : l’organisation genevoise se rendrait alors compte de ce qu’elle a perdu en n’accordant pas de siège permanent à un pays aussi zélé dans le travail de maintien de la paix. Ce serait également une manière de lui faire comprendre que son européocentrisme n’est plus tenable et qu’il est temps de regarder vers le Nouveau Monde, susceptible de lui apporter le souffle qui lui fait cruellement défaut.

38Ce rôle d’intermédiaire, le Brésil le joue sur une question précise qui est celle de l’uniformisation du droit d’auteur. En 1933, deux grands systèmes internationaux régissent le droit d’auteur : la Convention d’Union de Berne et la Convention panaméricaine de La Havane. Celle de Berne a été révisée en mai-juin 1928 lors de la Conférence de Rome, et celle de La Havane est une reformulation de la Convention de Buenos Aires de 1910. La Convention de Berne, en vertu de son statut, est ouverte à tous les pays, alors que la convention panaméricaine est limitée aux États américains. Le Brésil, signataire des deux conventions, suggère à Rome que celles-ci soient uniformisées. Cette question va être l’objet de nombreuses discussions, tant en Europe qu’en Amérique, et le Brésil se positionne comme interlocuteur privilégié, trait d’union bienvenu entre les deux systèmes :

  • 36 AHI, 78/3/13, 23/10/1933, Lettre de Montarroyos à Afrânio de Mello Franco.

« [...] Le Brésil étant l’unique signataire tant de la Convention de Berne et de l’Acte de Rome que de la Convention de La Havane, il lui revient, sans aucun doute, comme il convient pour l’éclat de son prestige moral, de promouvoir et de conduire le travail juridique tendant à consolider en un seul pacte international ces deux instruments diplomatiques36. »

  • 37 AHI, 78/3/13, 26/12/1933.

39C’est par une collaboration étroite avec l’IICI que le Brésil va remplir ce rôle. À l’approche de la VIIe Conférence panaméricaine de Montevideo, Montarroyos écrit donc à Afrânio de Melo Franco : « [...] l’IICI a décidé, en accord avec moi, de s’adresser à Votre Excellence pour que, lors de la prochaine Conférence panaméricaine, la Délégation du Brésil prenne, à Montevideo, la tête du mouvement en faveur de l’unification des deux conventions actuellement en vigueur ». Il présente cette collaboration comme une initiative de l’OCI qui considère qu’en effet le Brésil occupe une position privilégiée pour mener à bien les négociations. Le sujet est effectivement, à la demande conjointe du Secrétariat de la SDN et du gouvernement brésilien, mis à l’ordre du jour à Montevideo. La délégation brésilienne propose qu’une commission soit constituée, sous les auspices de l’IICI, pour rédiger un avant-projet de convention qui concilie les deux systèmes. Ce faisant, le Brésil présente l’Institut comme le plus à même de résoudre ce genre de problème, et rejette donc une conception régionaliste de la coopération intellectuelle au profit de la vision universaliste de l’organisation européenne. Si la proposition brésilienne est repoussée par la Conférence qui lui préfère la constitution d’une commission interaméricaine, les répercussions qu’a eues en Europe l’initiative brésilienne lui sont bénéfiques. Montarroyos mentionne en particulier un télégramme de remerciements de la part de la Fédération internationale de journalistes : « [...] Ils [ces remerciements] attestent la grande et heureuse répercussion qu’a eue dans les milieux intellectuels de l’Ancien Monde l’initiative prise par Votre Excellence à Montevideo37. » Par son action, le Brésil a donc réussi à gagner l’estime et la gratitude des milieux intellectuels, ainsi que la reconnaissance de l’Institut, que le Brésil désigne clairement, face à l’organisation américaine, comme le plus légitime pour tout ce qui touche à la coopération intellectuelle. Le fait d’avoir confié au Brésil le premier rôle à Montevideo n’est-il pas une marque de confiance ? C’est en tout cas l’avis de Montarroyos. On peut aussi imaginer que l’IICI estimait plus habile de laisser un pays latino-américain faire cette proposition, plutôt que d’avoir l’air d’imposer son avis devant l’organisation panaméricaine.

  • 38 Discours de Montarroyos lors de la XXe session de l’OCI en 1938, rapporté dans La Coopération inte (...)

40Malgré le rejet de sa proposition, le Brésil « soucieux d’entretenir les relations entre l’Amérique et l’Europe38 » invite des experts européens à Rio de Janeiro pour qu’ils entrent en contact avec ceux de Montevideo. Ce qui pousse le Brésil à ne pas « abdiquer », selon les termes de son délégué, à ne pas renoncer à sa « mission » c’est qu’

« [...] il est certain que le Brésil ne voudrait pas renoncer [...] à l’honorant privilège d’être le trait d’union entre le système juridique panaméricain et celui de Berne ; un renoncement entraînerait la perte, hautement regrettable, des avantages moraux qui résultent du prestige international octroyé à notre pays par un tel privilège ».

41La question n’est toujours pas résolue en 1937, et le gouvernement brésilien maintient sa position, qui continue à lui assurer des retombées positives en Europe. Mais qu’en est-il en Amérique ? La proximité du Brésil avec l’Institut l’a-t-il éloigné plus encore de ses voisins ? Est-il le seul pays à vouloir être un acteur de taille au sein de l’OCI ?

Notes

1 Clodoaldo Bueno, in Amado Luiz Cervo, Clodoaldo Bueno, História da política exterior do Brasil, São Paulo, Ed. Ática, 1992, p. 163.

2 AHI, 542,6, 995/16141, Article du Diario de Notícias.

3 Rubens Ricupero, Visões do Brasil : ensaios sobre a história e a inserçaõ internacional do Brasil, Ed. Record, 1995, p. 325.

4 Dans une conférence prononcée en 1936 au City College de New York, le consul général du Brésil commence en mettant en valeur qu’il existe « […] entre nos deux pays, une sympathie instinctive qu’une meilleure connaissance mutuelle tend à développer toujours plus. La raison de cette sympathie réside peut-être dans une certaine similitude de nos positions respectives dans ce continent : nous avons en commun une large extension territoriale et une grande variété de climats et de produits, et, par conséquent, des problèmes de gouvernement, de population, d’organisation et de développement qui, jusqu’à un certain point, sont les mêmes », AHI, 542,6, 464/7040, « O Brasil e suas futuras relações com os Estados Unidos », conférence prononcée le 10/03/1936, texte joint à une lettre du consul général du Brésil à José Carlos de Macedo Soares datée du 13/03/1936.

5 Frank D. McCann, « Le Brésil et les États-Unis : des relations complexes à l’épreuve du long terme, xixe-xxe siècles », in Le Brésil et le monde : pour une histoire des relations internationales des puissances émergentes, Centre d’Études sur le Brésil, L’Harmattan, 1999, p. 25-57.

6 A. Roberto de Arruda Botelho, Le Brésil et ses relations extérieures, Paris, Éd. Mazarines, 1935, p. 168.

7 Par exemple, l’Atlantic Refining Company of Brazil, Firestone, Universal Picture Corporation…

8 En 1936, les légations allemande et brésilienne sont élevées au rang d’ambassades et les liens économiques se renforcent considérablement. Entre 1933 et 1938, les exportations vers l’Allemagne font plus que quadrupler et les importations quintuplent. Tout en restant le principal partenaire commercial du Brésil, les États-Unis subissent une sévère érosion de leur influence et, entre 1936 et 1938, Berlin les supplante même comme premier fournisseur.

9 AHI, 542,6, 464/7042, 17/11/1934, Lettre du consul brésilien à Caracas à José Carlos de Macedo Soares.

10 Cité par Eugênio Vargas Garcia, in O Brasil e a Liga das Nações (1919-1926), Porto Alegre, Editora da Universidade, 2000, p. 101.

11 Roberto de Arruda Botelho, Le Brésil et ses relations extérieures, Paris, Éd. Mazarine, 1935, p. 66-67.

12 AHI, 276/2/4, 17/11/1927, Lettre de Montarroyos à Octavio Mangabeira.

13 AHI, 78/3/14, 17/11/1936, Lettre de Montarroyos à José Carlos de Macedo Soares.

14 AHI, 276/2/4, Acte de la session de la CNB du 03/01/1929.

15 Stanley Hilton, « Brazil and the post-Versailles world : elite images and foreign policy strategy, 1919-1929 », Journal of Latin American Studies, n° 12, part. II, nov. 1980, p. 341-364.

16 Stanley E. Hilton, « Latin America and Western Europe, 1880-1945 : the political dimension », in Wolf Grabendorff, Roett Riordan (org.), Latin America, Western Europe and the United States, Reevaluating the Atlantic Triangle, New York, Hoover Institution Press, Praeger Publishers, 1985, p. 1-39.

17 C’est en effet à Washington que se réunit en 1889 la conférence constitutive de l’Union Internationale des Républiques américaines et de son organe exécutif, le Bureau commercial des Républiques, qui devinrent respectivement, en 1910, l’Union des États américains et l’Union Panaméricaine.

18 Voir Pierre Queuille, L’Amérique latine, la doctrine Monroe et le panaméricanisme : le conditionnement historique du tiers-monde latino-américain, Paris, Payot, 1969.

19 Le Brésil se pose aussi en arbitre lors de la guerre du Chaco qui oppose le Paraguay et la Bolivie.

20 Article de la revue Cultura Política, fondée par le régime, cité par Alvaro Guedes de Melo, op. cit., p. 76.

21 José Verissimo, cité par Leyla Perrone-Moises, article cité, p. 43.

22 Voir Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 208-209.

23 Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 246.

24 Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 246.

25 AUN, AX I 11.

26 C’est le titre qui figure sur l’en-tête du courrier ; il est difficile de savoir à quel poste cela correspond exactement.

27 AUN, A XI 11, 22/01/1929.

28 AUN, A XI 11, 14/06/1928.

29 AUN, A XI 11, 21/06/1928.

30 AUN, A XI 11, 18/04/1929.

31 Ibidem.

32 Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 255.

33 AUN, A XI 11, mai 1937.

34 AHI, 78/3/13, 13/05/1933.

35 AHI, 78/3/13, 03/10/1934.

36 AHI, 78/3/13, 23/10/1933, Lettre de Montarroyos à Afrânio de Mello Franco.

37 AHI, 78/3/13, 26/12/1933.

38 Discours de Montarroyos lors de la XXe session de l’OCI en 1938, rapporté dans La Coopération intellectuelle, 1938, p. 135.

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540