Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Institut international de Coopération intellectuelle et le Brésil (1924-1946)

 | 
Juliette Dumont

Chapitre 1. Les acteurs brésiliens de l’Institut

Texte intégral

  • 1 Cité par Stanley Hilton dans « Latin America and Western Europe, 1880-1945 : the political dimensi (...)

« L’important pour une Nation comme la nôtre, c’est d’être vue, de participer, de mettre en lumière son haut degré de culture. »
Joaquim Nabuco1

Le retrait du Brésil de la SDN : une question de « dignité nationale »

  • 2 Stanley Hilton, cité par Eugênio Vargas Garcia, op. cit., p. 54.

1En 1926, suite à une Assemblée extraordinaire de la SDN, le Brésil quitte avec fracas l’organisation genevoise, alors qu’il en avait été un membre actif depuis sa création. Seul pays d’Amérique latine à avoir participé au conflit (il entre en guerre contre l’Allemagne en octobre 1917) le Brésil est en effet présent à la Conférence de Paix de Paris en 1919, et sa délégation fait partie de la commission chargée d’élaborer le projet d’organisation de la SDN. Durant les travaux de cette commission, il se bat pour faire entendre sa voix, pour que les « puissances mineures » ne soient pas cantonnées à un second rôle et que la future organisation ne se réduise pas à un « club de grandes puissances ». En 1919, le Brésil a gagné en visibilité sur la scène internationale, et ses relations avec les grandes puissances sont bonnes. Celles-ci entérinent cette nouvelle position en élevant leurs représentations diplomatiques à Rio de Janeiro au rang d’ambassades : il en est ainsi de la Grande-Bretagne, de l’Italie, de la France notamment. Cette apparente intégration du Brésil dans le monde des nations « civilisées », suscite chez les élites brésiliennes une grande fierté nationale, et l’illusion de pouvoir jouer désormais dans la cour des grands, mais, comme le met en avant Stanley Hilton, « sans le pouvoir militaire nécessaire » qu’une telle position requiert2.

  • 3 On peut prendre comme exemple le rôle de Raúl Fernandes dans l’organisation de la Cour permanente (...)

2Cela conduit le gouvernement brésilien à postuler en 1923 à un siège permanent au Conseil de la SDN. Jusqu’à cette date, le Brésil y siégeait en tant que membre temporaire, poste auquel il fut toujours réélu. Le caractère vague de l’article qui définissait le mode de désignation des membres temporaires permettait de fait au Brésil, dont l’action au sein de la SDN était unanimement reconnue3, de conserver ce siège. Cependant, la concurrence grandissante de pays qui, eux aussi, désiraient faire partie du Conseil, défendant pour cela le principe du roulement pour les sièges temporaires, menaçait de plus en plus sérieusement la position brésilienne. C’est ainsi que naquit l’idée de briguer un siège permanent ; idée qui devint la ligne directrice de la politique extérieure brésilienne à partir de 1922.

3Cette ambition doit être également considérée à l’aune du contexte politique brésilien : Artur Bernardes venait d’être difficilement élu président, et cherchait à asseoir son autorité à l’intérieur du pays en consolidant son rayonnement extérieur. Dès lors, les événements internationaux ne furent plus considérés que dans une perspective nationale. En faisant du siège permanent son cheval de bataille, Artur Bernardes tentait de montrer sur la scène internationale une cohésion interne qui n’existait pas et qu’il essayait de créer de la sorte. Cette ambition se heurtait à deux obstacles : l’absence de soutien de la part des pays latino-américains que le Brésil comptait représenter au Conseil, et, malgré ses efforts, sa condition subalterne sur la scène internationale. À cela s’ajouta le poids du contexte européen. La signature des Accords de Locarno, en 1925, changeait en effet la donne en réintégrant l’Allemagne dans le concert des nations. Celle-ci, dans la voie ouverte par ces accords, postula également à un siège permanent. D’autres pays s’engouffrèrent dans cette brèche, et les candidatures se multiplièrent – la Chine, la Belgique ou la Pologne par exemple –, rendant de plus en plus improbable la réussite du Brésil. C’est à ce moment-là que le président brésilien formula la ligne de conduite à suivre lors de l’Assemblée extraordinaire de mars 1926 : « vaincre ou ne pas perdre », faisant de l’obtention d’un siège permanent une question de dignité nationale. Cette intransigeance aboutit à une décision extrême, qui fut le veto brésilien à l’entrée de l’Allemagne dans la SDN. Devant le tollé suscité par la décision brésilienne et la certitude que ses prétentions ne seraient pas satisfaites, Artur Bernardes décide du retrait du Brésil d’une « Ligue des grandes puissances, quasi exclusivement européennes ». Se manifestent alors les réticences de ceux qui avaient toujours vu la SDN comme un organisme européocentré, où l’Amérique n’avait pas de place. Le retrait brésilien est notifié le 10 juin 1926 par Afrânio de Melo Franco, chef de la délégation brésilienne auprès de la SDN, lors d’une réunion du Conseil. Nous reprendrons, pour conclure ce bref rappel de ce que furent les rapports du Brésil avec la SDN, l’analyse de Stanley Hilton :

  • 4 Stanley E. Hilton, article cité, p. 25.

« Le fort intérêt du Brésil pour la SDN avant 1926, et son retrait soudain après avoir échoué à s’assurer un siège permanent au Conseil [...], semblent justifier les conclusions d’un analyste du Foreign Office qui affirmait que “ [...] ce n’était pas tant le fait d’être représenté au Conseil qui était recherché que le prestige que lui conférait sa place dans le cercle des Grandes Puissances, auquel il ne pouvait légitimement appartenir4”. »

4Le Brésil ne renonce pas pour autant à jouer un rôle dans l’organisation genevoise.

5Entre 1926, date où il annonce son retrait de la SDN, et 1928, année où il le confirme, le Brésil n’a jamais remis en cause sa collaboration avec l’Institut international de coopération intellectuelle, mais n’a pas, non plus, clairement affirmé sa volonté de la poursuivre. Il faut dire que l’Institut, et les buts qu’il s’est fixés, rencontrent au Brésil l’appui de personnalités qui vont activement plaider en sa faveur. Hildebrando Accioly, éminent juriste brésilien qui a fait partie de la Délégation permanente du Brésil auprès de la SDN créée en 1924, démontre, dans un ouvrage intitulé A Cooperação Intelectual e a Liga das Nações, que le Brésil ne peut rester en dehors de l’œuvre de coopération intellectuelle :

  • 5 Hildbrando Accioly cité par Mychelyne Barros de Costa, A política cultural brasileira na UNESCO (1 (...)

« L’œuvre de coopération intellectuelle, dont celui-ci [l’IICI] est le centre, revêt une telle importance comme facteur de rapprochement entre les peuples, qu’il convient tout à fait de l’accompagner de près dans ses évolutions. D’un autre côté, notre situation de pays culturellement avancé nous impose, telle une obligation que l’on ne peut que remplir, le devoir d’apporter tout notre appui à cette œuvre qui tend à faciliter le travail intellectuel dans ses manifestations internationales et à établir une intelligence mutuelle entre les nations5. »

  • 6 Archives de l’UNESCO (AUN), AI86, 06/04/1926

6Pourquoi cet empressement, alors même que l’on est en plein milieu de la crise qui va se solder par le retrait du Brésil d’une SDN qu’il considère comme trop européocentrée ? On peut en trouver l’explication dans une lettre de Julien Luchaire, directeur de l’IICI, à Élysée Montarroyos, délégué brésilien auprès de cet organisme. Après l’avoir remercié pour son soutien, et avoir espéré que l’appel lancé par le délégué brésilien en faveur du maintien de la collaboration entre le Brésil et l’Institut soit entendu, il apparaît conscient du fait que la situation est délicate, mais il demeure optimiste quant à une éventuelle solution : « Nous pouvons dire avec une exacte vérité que l’œuvre de certaines organisations techniques de la Société des Nations doit être considérée en dehors des difficultés politiques, et nous pouvons dire que notre Institut international jouit d’une relative autonomie à l’égard des services de Genève6 ». Voilà qui éclaire l’énigmatique participation brésilienne aux travaux de l’OCI, et en particulier de l’Institut : grâce à ce dernier, le Brésil n’est pas totalement absent de ce qui se joue en Europe, tout en conservant son attitude de fermeté vis-à-vis de la SDN.

7Cette position se traduit par l’apparition d’acteurs de cette collaboration : le délégué du Brésil auprès de l’Institut, nous l’avons vu, mais aussi une commission nationale brésilienne, dont l’action, le fonctionnement et les statuts vont évoluer au fil du temps, comme a évolué par ailleurs le Service de coopération intellectuelle dépendant du ministère des Relations extérieures. La participation du Brésil à l’œuvre de coopération intellectuelle connaît en effet des inflexions qui doivent être mises en rapport avec les bouleversements politiques que traverse le pays pendant la période qui nous intéresse.

8Après avoir étudié l’émergence, le rôle et le fonctionnement des trois organes institutionnels cités, nous nous attacherons à la vision de ces hommes qui ont fait du Brésil un acteur de la coopération intellectuelle internationale, pour cerner leurs motivations et leurs convictions, pour savoir quelle image de leur pays les guide dans leur mission. En dernier lieu, nous verrons comment est évaluée la politique menée : répond-elle aux objectifs qui ont été fixés ? Est-elle adaptée à la place du Brésil sur la scène internationale ?

Les acteurs institutionnels

La Commission brésilienne de coopération intellectuelle

  • 7 Arquivo Histórico do Itamaraty (AHI), 276/2/4, Regimento interno da Commissão Nacional de Cooperaç (...)

9Après avoir été officiellement instituée en 1923 suite à la résolution formulée par la CICI, la Commission nationale brésilienne est mise en place en 1925. La Commission avait pour but d’« encourager la collaboration brésilienne pour les problèmes d’ordre intellectuel qui concernent le Brésil et en particulier ceux qui seraient susceptibles d’obtenir des solutions au plan international7 ».

10Le profil des membres fondateurs de la Commission est assez homogène, et l’appartenance à l’Académie Brésilienne des Lettres (ABL), fondée en 1897 sur le modèle de l’Académie française, est un dénominateur commun que l’on retrouve tout au long de l’histoire de la Commission ; ce qui montre que l’appartenance à des réseaux spécifiques est décisive dans la constitution d’organismes de coopération intellectuelle.

  • 8 La Coopération intellectuelle, 1934, p. 367.

11La Commission Nationale Brésilienne (CNB) avait pour tâche de procéder à la collecte des informations nécessaires pour répondre aux enquêtes de l’IICI, de coordonner au Brésil les différents projets qu’il menait, mais aussi d’établir les contacts nécessaires, dans les milieux intellectuels et scientifiques, à la diffusion de la politique culturelle de l’OCI. Elle devait en parallèle tenir informé le gouvernement brésilien de son activité, le ministère des Relations extérieures appelé également Itamaraty étant son intermédiaire. Celui-ci n’avait cependant aucun pouvoir direct sur elle, comme le rappelle le délégué brésilien devant la CICI en 1934 : « La Commission nationale brésilienne a été fondée exclusivement grâce à l’initiative privée8 ».

  • 9 AUN, A III 14, 1929, Compte rendu de la session de janvier 1929 de la CNB.

12Assez rapidement malgré tout, Montarroyos met en avant la nécessité de lier plus étroitement l’activité de la Commission à celle du ministère des Relations extérieures, « qui ne cesse de s’accroître dans le domaine de la Coopération intellectuelle9 » : il importe en effet de coordonner au mieux les actions brésiliennes menées dans le cadre de la coopération intellectuelle internationale afin de donner à celles-ci un maximum de cohérence, et donc d’efficacité. Le délégué brésilien suggère par ailleurs la création d’un Service de coopération intellectuelle à l’Itamaraty avec lequel ce secrétariat serait en contact de façon permanente. Il souligne que c’est ainsi que fonctionnent les commissions nationales italienne, allemande et française. Enfin, il propose la nomination de membres de droit à la commission nationale ; pourraient siéger par exemple un représentant de l’Itamaraty, un représentant du ministère de l’Éducation... Une fois de plus Montarroyos tend à lier plus étroitement l’action indépendante de la CNB à celle du gouvernement.

  • 10 AHI, 542,6, 653/9813, Rapport sur les activités de la Commission brésilienne de coopération intell (...)

13La véritable réforme de la commission advient lorsque celle-ci adopte, en 1937, de nouveaux statuts, plus précis que ceux de 1925. De fait, malgré une reprise de son activité en 1936 (« après une assez longue période pendant laquelle elle s’était maintenue presque en état de vie latente10 »), « on s’est aperçu qu’elle ne pourrait plus parfaire ses fins (sic) sans un élargissement considérable de ses cadres, une meilleure définition de ses caractères, une plus efficace organisation de ses moyens d’action ». Ces nouveaux statuts ont été élaborés par une sous-commission de la CNB et « approuvés immédiatement » car jugés « d’une grande élasticité et d’une sobre sagesse ». L’article 1 stipule les buts de ce qui est devenu la « Commission Brésilienne de Coopération Intellectuelle »(CCBCI) :

« Art. 1 : [...]

  1. Maintenir des relations permanentes avec la Commission internationale de coopération intellectuelle de la Société des Nations, l’Institut international de coopération intellectuelle de Paris, ainsi qu’avec les autorités et les centres culturels du pays de manière à promouvoir, au Brésil, la meilleure exécution des résolutions et recommandations prises par ces institutions ;
  2. Établir des relations directes avec les Commissions nationales des autres pays ;
  3. Connaître toutes les questions qui se rapportent à l’ordre intellectuel, qu’elles soient d’un intérêt national ou international11 ».

14Il convient pour cela que la CBCI entretienne une correspondance suivie avec

« [...] le Secrétariat général de la Société des Nations, la Commission internationale de coopération intellectuelle de la Société des Nations, l’Institut international de coopération intellectuelle, l’Institut international du cinématographe éducatif, l’Institut international pour l’unification du droit privé, les commissions nationales de coopération intellectuelle, les autorités brésiliennes et tout groupe ou association, national ou international, qui ait des objectifs intellectuels ».

15Contrairement aux anciens statuts, les nouveaux affichent clairement le lien entre la CBCI et l’œuvre de coopération intellectuelle de la SDN ; en outre ils désignent les partenaires de la commission, ce qui n’était pas le cas en 1925 où n’était mentionnée que la CICI.

  • 12 Idem, article 5.
  • 13 AHI, 542,6, 653/9813, Rapport…, p. 2.

16Le changement touche aussi son organisation : le nombre de ses membres passe à quarante, dont huit à titre représentatif. Ces membres représentatifs sont : le président de l’Académie brésilienne des Lettres ; le président du PEN-Club du Brésil ; le président de l’Institut d’histoire et de géographie du Brésil ; le président de l’Académie des Sciences, le président de l’Association brésilienne de Presse, le recteur de l’Université du Brésil ; le délégué d’État du Brésil à l’Institut international de coopération intellectuelle et le chef du Service de coopération intellectuelle du ministère des Relations extérieures12. Sont de la sorte officialisés les rapports existant entre ces institutions, auxquelles appartient un certain nombre de membres de la commission, et la commission, ce qui lui confère une légitimité supplémentaire car elle apparaît comme leur représentante au sein de l’OCI. Il s’agit de « rassembler des représentants de toutes les formes de l’activité intellectuelle au Brésil13 ». Par ailleurs, la désignation, comme membres représentatifs, du délégué auprès de l’Institut et du chef du Service de CI, qui vient d’être officiellement créé en 1937, entérine le rapprochement avec l’Itamaraty. Le rapport sur l’activité de la CBCI en 1937 note ainsi que « les travaux de la Commission brésilienne ont été très facilités par la création au ministère des Affaires étrangères d’un service spécial de coopération intellectuelle » et que, dès lors, leur collaboration donne « entièrement satisfaction » à la commission. Au passage, l’auteur du rapport rappelle que l’action de la CBCI est « d’autant plus efficace qu’elle est absolument désintéressée », et « entièrement étrangère à toutes les agitations momentanées d’ordre social ou politique » : sa tâche consiste à « affermir au Brésil la notion fondamentale du rôle des intellectuels dans la vie supérieure de l’humanité ». En cela elle peut être considérée comme la « caution morale » du gouvernement brésilien vis-à-vis non seulement de l’Institut mais aussi de l’ensemble de la communauté scientifique et intellectuelle mondiale, masquant les intérêts très concrets poursuivis par l’Itamaraty. Mais le propre de toute politique culturelle n’est-il pas de mêler sincérité et calcul ?

  • 14 AHI, A III 14, 15/02/1937, Lettre de Montarroyos…, article 11.

17Autre objectif désigné par ces nouveaux statuts : l’extension de l’organisation de coopération intellectuelle au Brésil, en particulier par la création de sous-commissions de coopération intellectuelle dans chaque État14 Cet article a pour but d’engager les États à suivre l’exemple de São Paulo et de Porto Alegre qui, dès juillet 1936, avaient créé leur sous-commission de coopération intellectuelle. C’est donc le Brésil dans son ensemble, et pas uniquement sa capitale ou São Paulo (vues par certains observateurs étrangers comme des oasis de civilisation au sein d’un pays encore à demi-sauvage) que l’on souhaite engager dans les réseaux de la coopération intellectuelle.

  • 15 AUN, AIII 14, 30/04/1937, Lettre de Bonnet à Osorio de Almeida.

18Ces modifications semblent avoir apporté à la commission brésilienne le souffle et l’envergure qui lui faisaient défaut jusque-là ; le directeur de l’Institut ne s’y trompe pas et félicite Miguel Osorio de Almeida15, président de la commission brésilienne depuis 1935, pour l’activité déployée. Mais de quel type d’activité s’agit-il ?

19D’après le rapport sur l’activité de la CBCI en 1937 qui trace un bilan global de son action, avant et après la réforme des statuts, on peut mettre en lumière quatre types d’activité. « La Commission brésilienne s’est convaincue dès le début que le premier pas dans la voie de la coopération intellectuelle doit être dans le sens d’établir des rapports personnels qui permettent des échanges de vues, des conversations, voire des discussions. » C’est dans cette optique que, dès les premiers temps de son existence, elle s’est appliquée à recevoir « tous les intellectuels étrangers de passage à Rio de Janeiro, ou même des intellectuels brésiliens qui, n’habitant pas cette capitale s’y trouvaient pour quelque temps [...] ». L’auteur du rapport donne un certain nombre d’exemples pour l’année 1937, dont la réception des membres du Comité d’organisation de l’Institut Brésil/États-Unis, de Côrrea d’Oliveira, poète portugais, de professeurs français enseignant à l’Université du District Fédéral, etc.

  • 16 AHI, 542,6, 653/9813, Rapport…, p. 3.

20Autre type d’activité : la mise en place ou la participation à des conférences « sur les questions d’échanges intellectuels, d’organisation et de maintien de la paix »16. M. Hélio Lobo, membre de la commission, a ainsi fait une allocution sur le rôle de la coopération intellectuelle à la Conférence de la Paix de Buenos Aires.

  • 17 AHI, 276, 4.
  • 18 Créé en 1928, c’est un « organe permanent de coopération, de liaison et de coordination entre les (...)

21Par ailleurs, la CBCI est en relation, directe ou indirecte, avec un certain nombre de grands organismes internationaux, à commencer, bien évidemment, par l’IICI. Il s’agit de répondre aux demandes et enquêtes de celui-ci. Dans les procès-verbaux des séances des 3, 10 et 17 janvier 192917, il est question du choix des auteurs brésiliens à présenter à l’Institut pour une éventuelle traduction. Par ailleurs, ses membres se chargent régulièrement de rédiger des rapports sur des questions mises à l’ordre du jour par l’IICI et ses différents prolongements, en particulier la Conférence des Hautes Études internationales18 : M. A. Bandeira de Mello, par exemple, apporte sa collaboration sur les questions démographiques. Enfin, de concert avec l’Itamaraty, la CBCI participe à l’organisation de missions à l’étranger : ce sont souvent des membres de la commission qui sont envoyés lors d’événements tels que le Congrès d’histoire de l’Amérique, auquel ont participé Pedro Calmon et Max Fleiuss.

22La CBCI semble, d’après ce rapport, beaucoup plus active que les années précédentes. En 1939, Miguel Osorio de Almeida, dans une lettre à Henri Bonnet, se réjouit de pouvoir constater « un intérêt croissant pour la coopération intellectuelle » de la part notamment de « pouvoirs publics » auprès desquels la commission « jouit d’un grand prestige intellectuel et moral ». Il n’est cependant pas entièrement satisfait et « espère pouvoir donner un certain développement à notre commission cette année, malgré le découragement et l’inertie des intellectuels au Brésil ces derniers temps ». Comment expliquer cette « inertie » et ce « découragement » ? Est-ce la situation internationale qui décourage de croire en la coopération intellectuelle ? Est-ce le louvoiement du régime de Vargas entre démocraties et régimes totalitaires ? Peut-on établir un lien avec la création, en décembre 1939, du Département d’information et de propagande qui, placé sous le contrôle direct du chef de l’État et dirigé par Lourival Fontes (journaliste proche des idéaux fascistes italiens) établit une censure totale ?

23Sans doute la commission brésilienne n’a-t-elle pas pu toujours rester « au-dessus de la mêlée » comme cela a été proclamé.

Le ministère des Relations extérieures : évolution(s) du Service de coopération intellectuelle

  • 19 AHI, 542,6, 995/16141, « La division de coopération intellectuelle. Historique », annexe de trois (...)

24« Les premières initiatives visant à la création, au ministère des Relations extérieures, d’un service spécial chargé des affaires ayant trait à la coopération intellectuelle, ne datent que de 193419. » Quant à l’établissement d’un service permanent, il n’a lieu qu’en 1937. Pourtant, dès 1932, Montarroyos en soulignait la nécessité pour coordonner et centraliser les initiatives dans le domaine de la coopération intellectuelle. En 1934, le consul Ribeiro Couto envoyait au ministre un rapport de cinq pages préconisant la création de cet outil et suggère un plan d’organisation. Cette suggestion s’appuie sur « [...] une expérience qui nous a été donné d’avoir durant sept années de constante correspondance avec des écrivains, des directeurs de revue et autres intellectuels de France, d’Italie, de Belgique, d’Argentine, etc. » ; ce qui montre que le ministère s’occupait directement de la coopération intellectuelle depuis au moins 1928, mais sans suivre de règles bien établies.

  • 20 AHI, 542,6, 995/16141, 01/03/1934, Informaçaõ de Ribeiro Couto au secrétaire général du ministère (...)

25Quel est l’intérêt d’un tel service ? Selon les mots d’Ildefonso Falcão, qui le dirige en 1935, dans une interview donnée en 1936 au Diario de noticias : « c’est un service qui veut présenter le Brésil dans tous ses aspects culturels, le rapprochant, par l’esprit, des milieux cultivés du monde moderne ». Le rapport de Ribeiro Couto est plus pragmatique : il fixe les objectifs et les moyens pour que ce service réponde au programme fixé par Ildefonso Falcão... et aux nécessités d’une propagande nationale efficace. D’après Ribeiro Couto, ce qu’il nomme alors le « Service d’expansion intellectuelle » a pour but de « [...] faire discrètement la propagande des valeurs littéraires du Brésil à l’étranger, en enlevant, autant que possible, tout caractère ostentatoire de “propagande officielle” à ces travaux20 [...] ». En une phrase, Ribeiro Couto a saisi l’esprit qui doit présider à l’élaboration d’une politique culturelle, à l’utilisation du « soft power ». Celui-ci réclame la maîtrise de réseaux, aussi préconise-t-il d’

« organiser un fichier avec l’adresse de tous les écrivains, de tous les pays, susceptibles de s’intéresser à la littérature et à la vie culturelle du Brésil, surtout ceux qui, connaissant le castillan, peuvent plus facilement comprendre le portugais ; de même pour l’adresse de toutes les institutions culturelles, revues, journaux et associations littéraires susceptibles du même intérêt ».

26Il recommande aussi de favoriser les rencontres entre intellectuels brésiliens et étrangers afin de tisser des solidarités et des connivences sur lesquelles peut s’appuyer ensuite la propagande nationale.

27Le but d’une politique culturelle étant de cultiver chez les autres une image positive de soi, il faut construire cette image ; ici, celle d’une nation cultivée appelée à jouer un rôle au sein de la coopération intellectuelle, et par conséquent au sein de la communauté internationale. Il s’agit d’une entreprise de communication : faire connaître le Brésil sous un jour favorable ; pour cela, il faut « fournir des informations et des traductions d’œuvres littéraires, historiques, scientifiques, etc., du Brésil à tous ceux qui les solliciteraient ou que cela pourrait intéresser », « fournir des livres » et la « [...] matière nécessaire à l’organisation de numéros spéciaux de revues ou de journaux étrangers sur le Brésil ». Au-delà d’articles de presse, ce sont les parutions scientifiques qu’il faut encourager, « [...] stimuler, par tous les moyens, les études et écrits d’écrivains étrangers au sujet du Brésil ».

28Ce rapport est complété par un autre daté, lui, d’avril 1934, qui affine et complète les suggestions du premier. Par exemple, revenant sur les livres dont doit disposer le Service et qui peuvent être envoyés à l’étranger, il en précise le contenu : des œuvres historiques – « celles d’un maniement facile, peu volumineuses, et qui ne contiennent pas de récits pessimistes ou déprimants de l’histoire de notre peuple », des œuvres diplomatiques – « celles qui divulguent surtout l’action pacificatrice du Brésil en Amérique », des œuvres économiques – « celles qui peuvent éveiller un intérêt immédiat pour l’implantation d’industries, la culture de la terre et le développement du commerce », etc. On a là tous les ingrédients d’une propagande efficace.

  • 21 AUN, A I 86, 23/06/1937, Annexe d’une lettre de Montarroyos à Bonnet, Arrêté du 10 juin 1937 tradu (...)

29Les suggestions de Ribeiro Couto sont reprises dans deux circulaires envoyées respectivement en août 1934 et en février 1936, aux missions diplomatiques et aux consulats du Brésil à l’étranger, mais également en 1937 lorsque le service est officiellement créé. Dans le texte de l’arrêté de 1937 il est stipulé que le Service est « un organe de liaison avec l’Institut international de coopération intellectuelle21 ». D’après les rapports de Ribeiro Couto, on peut avancer que ce service est bien plus que cela. Il est là pour assurer la propagande du Brésil à l’extérieur.

  • 22 Hugo Rogélio Suppo, « Gilberto Freyre e a imagem do Brasil no mundo », in Cena internacional, Ano (...)
  • 23 Gustavo Capanema est resté onze ans ministre de l’Éducation et de la Santé. Idéologue et mécène, i (...)
  • 24 Hugo Rogélio Suppo, article cité, p. 43.

30Il nous faut revenir sur cette année 1937 : modification des statuts de la Commission brésilienne, officialisation du Service de coopération intellectuelle... et proclamation de l’Estado Novo, qui marque un pas supplémentaire vers le contrôle par l’État de toutes les sphères de la vie nationale, en particulier de la sphère culturelle. Par ailleurs, comme nous l’avons vu en introduction, c’est le moment le plus fort de la politique extérieure d’« équidistance pragmatique ». Les changements opérés au sein de la commission et du service permettent à la fois d’apporter des gages de bonne volonté auprès de l’Institut, donc des démocraties, tout en renforçant l’appareil de propagande par une organisation plus efficace. Pour ce qui est du Service de coopération intellectuelle de l’Itamaraty, on sait, comme l’a démontré Hugo Rogélio Suppo dans son article « Gilberto Freyre e a imagem do Brasil no mundo22 » que Gustavo Capanema23 alors ministre de l’Éducation et de la Santé, est à l’origine de sa réforme, jugeant qu’en l’état le service était « insuffisant pour répondre à la nécessité impérieuse de montrer la véritable image du Brésil24 » qualifié bien souvent en Europe de pays « ibéro-américain ». Il propose donc en 1936 un « Programme moderne et pratique de propagande culturelle du Brésil à l’étranger ». Celui-ci reprend les idées de Ribeiro Couto, et rajoute la révision des livres d’histoire et de géographie des principaux pays du monde afin d’y introduire une image complète et exacte du Brésil ; la création de bourses pour les étudiants brésiliens souhaitant partir à l’étranger ; l’octroi de subventions aux revues étrangères pour qu’elles publient des travaux portant sur le Brésil, et l’organisation de congrès scientifiques internationaux. Parallèlement, Gustavo Capanema suggère de subventionner, en fonction de considérations purement géopolitiques, l’Institut franco-brésilien de Haute Culture scientifique et littéraire, l’Institut luso-brésilien de Haute Culture, l’Institut italo-brésilien de Haute Culture et l’Institut germano-brésilien de Haute Culture.

  • 25 AHI, 542, 6, 653/9813, Relatorio do Serviço de Cooperação Intellectual. Anno 1937, 10 p.
  • 26 Mycheline Barros Da Costa, op. cit., p. 64.

31L’auteur du rapport sur l’activité du service en 1937 peut dès lors écrire : « Le Service de coopération intellectuelle a connu un grand développement durant cette année 1937, passant du terrain des tentatives et des expériences au terrain des faits concrets et des réalisations fécondes25. » S’il est vrai que celui-ci a gagné en efficacité et en visibilité, ces pages dithyrambiques sonnent comme une propagande à usage interne en faveur du régime de Vargas. Nous suivons Mychelyne Barros da Costa lorsqu’elle écrit que « l’étatisation de la culture a englobé une stratégie utilisée par les pouvoirs publics pour conquérir sa légitimité en tant qu’administrateur culturel26 ».

32Devenu « Division de coopération intellectuelle » en 1938 suite à la réforme par Oswaldo Aranha des services de l’Itamaraty, désormais subordonné au Département politique et diplomatique du Ministère – et non plus à la Direction des archives –, le Service bénéficie d’une visibilité accrue. Cela n’empêche pas Bueno do Prado, nouveau chef du service, de dénoncer, en s’appuyant sur le bilan de l’année écoulée, les effets du décalage entre moyens alloués et ambitions affichées : « Certains des achats de musique et de disques les plus urgents ont été faits. Mais nous sommes restés très en deçà de notre programme de publications, de traductions et d’envois de bibliothèques, et rien n’a pu être fait concernant les travaux de la Commission de coopération intellectuelle [...] ».

  • 27 AHI, 542,6, 995/16141, Article du Correio de São Paulo du 26/06/1936.

33Malgré les difficultés de fonctionnement, le service est donc actif, et l’envoi de livres ou de documents constitue une grande partie de son action, et ce avant même que son statut soit clarifié par l’arrêté de 1937. Ainsi, en 1936, Ildefonso Falcão, dans une interview au journal Correio de São Paulo, montre à quel point le fait d’offrir des livres peut avoir des retombées très positives en termes d’image : « Les petites bibliothèques brésiliennes que, pour la première fois, nous avons offertes à des instituts culturels étrangers ont été reçues comme des présents royaux. Ces cadeaux intelligents ont conduit rapidement à la création de Centres brésiliens de culture [...]27 ». Autre domaine d’action : la constitution d’un répertoire des intellectuels brésiliens et étrangers tel que l’avait préconisé Ribeiro Couto. Cette entreprise de fichage, pour laquelle on compte sur la collaboration « patriotique » des intellectuels brésiliens, débute en 1934 et se poursuit jusqu’en 1938.

Le délégué brésilien auprès de l’IICI

  • 28 Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 270.
  • 29 Quatre fois par an de 1927 à 1929 et deux fois par an à partir de 1930.

34Autre maillon d’importance dans l’organisation brésilienne liée à la coopération intellectuelle et à l’Institut de Paris : le délégué auprès de l’IICI. Élysée Montarroyos fut nommé délégué du Brésil auprès de l’Institut dès 1925, date à laquelle cette fonction est créée. Son supérieur hiérarchique est directement le ministre brésilien des Relations extérieures. Il reste à Paris jusqu’à la fermeture de l’IICI, en 1941. Il a donc été présent tout au long de l’histoire de l’Institut et de ses relations avec le Brésil. Avant d’être affecté à ce poste, Élysée Montarroyos faisait partie de la Délégation permanente du Brésil auprès de la SDN en tant que conseiller technique chargé de la communication. La fonction de délégué d’État est instituée dès 1925, conformément au statut organique de l’IICI qui autorise ce dernier à correspondre « directement avec les autorités gouvernementales et administratives chargées, dans les différents pays, de l’examen et de la solution des questions se rattachant à son objet28 ». Dès 1926 Luchaire en fait des acteurs-charnières de la coopération intellectuelle : en les réunissant régulièrement29 mais aussi en leur demandant d’intervenir auprès de leur gouvernement. Le rôle du délégué d’État est donc un rôle d’intermédiaire entre l’Institut d’une part, et les « autorités gouvernementales et administratives » brésiliennes chargées de la coopération intellectuelle d’autre part. Ce rôle, Montarroyos l’a joué avec beaucoup de conviction et de sérieux : la plupart des éléments de correspondance dont nous nous servons dans ce mémoire sont de sa plume ou lui sont destinés. Au-delà de son rôle d’intermédiaire, il tente de représenter le Brésil aussi souvent que possible aux réunions, conférences, comités qu’il juge intéressants pour son pays. Ainsi, entre autres exemples, il représente l’Association brésilienne de la presse au congrès de la Fédération internationale des journalistes de Londres en 1932, participe au congrès sur la colonisation rurale qui se tient à Alger en 1931, fait partie d’un comité d’experts créé par l’Institut sur la documentation pédagogique en 1933...

  • 30 AHI, 78/3/13, 05/11/1932.
  • 31 Sa participation aux réunions que nous avons mentionnées n’était pas dictée par l’Itamaraty. Il av (...)

35Cette action s’accompagne d’un discours sur sa fonction qui, on n’en sera pas étonné, va toujours dans le sens d’un renforcement de ses prérogatives. Ce discours s’adresse d’abord à son gouvernement : « Notre gouvernement pourrait donner à ma charge, au-delà de la stabilité qu’elle n’a pas, l’extension qu’elle comporte en faisant de moi l’agent de la propagande brésilienne en Europe. La propagande est, avant tout, un problème d’ordre intellectuel et on devrait profiter des fonctions de délégué auprès de l’IICI pour lui adjoindre celles d’[auxiliaire ?] intellectuel auprès de nos deux ou trois ambassades les plus importantes en Europe [...]30 », écrit-il à son ministre de tutelle. Il justifie toujours cette demande par la place incontournable qu’occupe selon lui alors l’Institut, « âme » de l’OCI, dans les relations internationales, et par l’intérêt qu’il y a donc pour le Brésil à faire fructifier le plus possible sa qualité de pays membre. Pour cela il faut que le délégué d’État ne soit pas un simple intermédiaire, mais puisse prendre des initiatives, ce dont Montarroyos ne se prive pas31. Il souhaite en outre disposer de moyens d’action plus conséquents.

  • 32 Il est notamment rappelé que, d’après le règlement intérieur, « le rôle des délégués se borne à re (...)
  • 33 L’année de la CI, 1935, p.102.

36Par ailleurs Montarroyos va se battre pour que soit restaurée la plénitude des attributions des délégués d’État, rognées par la CICI qui craignait qu’ils ne prennent trop d’importance et puissent exercer sur elle des pressions d’ordre politique32. Lors de la session de la CICI de 1934, Montarroyos demande en effet le rétablissement des réunions périodiques des délégués. À l’issue de celle-ci, la CICI adopte une résolution par laquelle elle confie à son comité exécutif et au comité de direction de l’IICI le soin d’examiner les mesures d’ordre pratique susceptibles de favoriser la collaboration entre les délégués d’État et l’Institut. Informés de cette décision et sollicités de donner leur avis, certains délégués d’État font parvenir leur réponse à Henri Bonnet, nouveau directeur de l’Institut, qui note : « Certaines d’entre elles constituent de véritables études du rôle des délégués gouvernementaux, de leurs relations, tant avec leur gouvernement qu’avec l’Institut, des services qu’ils peuvent rendre. Parmi les plus complètes, on peut citer celles des délégués du Brésil et de la France.33 »

  • 34 AHI, 78/3/13, 06/12/1934.
  • 35 Idem, p. 4 : « Parmi les nombreuses attributions du délégué d’État, il en est une, capitale, en qu (...)

37Le rapport de Montarroyos fait en effet neuf pages34 et il va bien au-delà du simple rétablissement des réunions plénières. Selon lui, la fonction essentielle du délégué est son « rôle de trait d’union permanent entre son pays et l’Institut » : il en fait donc un intermédiaire obligé entre l’IICI et son pays. Ce n’est pas tant sur le rôle collectif des délégués que Montarroyos met l’accent que sur leur rôle individuel, en en faisant de véritables ambassadeurs de leur pays auprès de l’IICI35, au même titre, comme le souligne Jean-Jacques Renoliet, que les délégués nationaux à l’Assemblée de la SDN. Ce même auteur suggère, et nous le suivons dans ce sens, que le plaidoyer de Montarroyos peut aussi signifier la volonté du Brésil d’avoir un droit de regard plus important sur les activités de l’Institut. Poussant plus loin son analyse, Jean-Jacques Renoliet avance que, en tentant d’accroître, par l’intermédiaire des délégués, l’influence des États sur l’Institut, le Brésil cherche à le détacher de la CICI, donc de la SDN. Ce qui n’est pas sans fondement si l’on songe que ce pays n’a plus de représentant à la CICI depuis 1931, et n’est plus membre de la SDN depuis 1926.

38Montarroyos, plus qu’un intermédiaire ou une figure de l’ombre, a donc été un acteur essentiel, tant par la position charnière de son poste, que par l’activité incessante qu’il a déployée pour renforcer la participation du Brésil à l’œuvre de coopération intellectuelle. Ce dévouement est le résultat d’une solide croyance dans les bénéfices que peut retirer le Brésil de sa collaboration avec l’IICI ; constamment préoccupé par l’image que le Brésil projette à l’extérieur, Montarroyos est un élément-clé, peu connu, de la constitution d’une politique culturelle internationale brésilienne. Par ailleurs, son exceptionnelle longévité au poste de délégué d’État, alors même que la plupart des acteurs restent peu de temps en place, en fait non seulement un témoin privilégié, mais aussi le garant d’une certaine continuité de la politique brésilienne à l’égard de l’Institut, au-delà des changements politiques et institutionnels qu’a pu connaître le Brésil au cours de cette période. Une telle longévité révèle un très grand sens politique – et de solides appuis.

Le Brésil dans le concert des nations : deux visions différentes

39Comme nous avons pu le voir, l’action tant de la Commission nationale brésilienne que du Service de coopération du ministère ou du délégué d’État est très liée aux hommes, aux personnalités, même s’il se dégage une vraie politique culturelle brésilienne sur le plan international. Nous allons nous intéresser de plus près à ces hommes, à leur conception de l’identité du Brésil, à l’image qu’ils veulent donner de leur pays. Pour cela, nous tenterons de faire le point sur l’état d’esprit de cette élite brésilienne qui gouverne le pays, de ces intellectuels à qui l’on fait appel ou qui s’engagent volontairement dans l’œuvre de coopération intellectuelle, pour comprendre leurs motivations, pour connaître l’image qu’ils ont de cette scène internationale où le Brésil tente de faire ses preuves. Dans le même temps il nous faut revenir sur les liens qu’ont pu entretenir ces acteurs avec le gouvernement de Vargas, sur l’impact des orientations de l’Estado Novo sur la définition de l’identité nationale brésilienne et sa projection à l’extérieur. Nous nous attacherons ensuite plus particulièrement au point de vue développé par deux acteurs, dont le rôle et l’action au sein de la coopération intellectuelle furent à la fois différents et complémentaires. Ainsi étudierons-nous la conception que développe Élysée Montarroyos, installé en France, en poste pendant quinze ans, et Ildefonso Falcão, éphémère directeur du Service de coopération intellectuelle de l’Itamaraty.

Portrait de l’intellectuel brésilien en bâtisseur de l’identité nationale

  • 36 Jean-François Sirinelli, dans la préface à Denis Rolland (dir.), Histoire culturelle des relations (...)

40« Dans la dialectique, devenue classique, entre prise de décision et “forces profondes”, l’une de ces forces profondes est l’image de l’Autre, c’est-à-dire l’ensemble des représentations collectives de l’Ailleurs et de ceux qui le peuplent36. » Nous sommes bien évidemment d’accord avec cette phrase de Jean-François Sirinelli, qui reprend ici les analyses développées par Pierre Renouvin. Cependant, nous ajouterons une autre dimension qui est l’importance du regard porté sur soi par l’Autre, en l’occurrence le regard européen, et en particulier français au xixe siècle, qui a pu être posé sur le Brésil. Or ce regard européen, à travers lequel la jeune nation brésilienne a cherché à se définir, à trouver les contours d’une identité mal assurée, a pu aussi être blessant en renvoyant une image dans laquelle le Brésil ne pouvait pas – ou ne voulait pas – se reconnaître. Cette dialectique est tout aussi importante pour expliquer l’état d’esprit qui guide l’action des acteurs brésiliens de la coopération intellectuelle, de cette partie de l’élite brésilienne qui s’engage dans la projection de leur pays sur la scène internationale. Sur cet état d’esprit, nous utiliserons le constat dressé par Paulo Roberto de Almeida :

  • 37 Paulo Roberto de Almeida, Relações internacionais e política exterior do Brasil : história e socio (...)

« [...] La conscience du retard économique et social du Brésil, en comparaison avec ses partenaires extérieurs, traversait tout l’imaginaire social de la Nation indépendante. Le désir d’une ascension internationale du Brésil a toujours été présent dans la réflexion politique des élites “éclairées” du pays, celui-ci ayant été traumatisé, par le passé, par des manifestations de mépris ou d’hostilité dans sa relation avec des puissances hégémoniques – comme par l’Angleterre sur la question de l’abolition du trafic négrier, par exemple – ou par des démonstrations d’indifférence lors de périodes subséquentes – comme lors de l’épisode de la Société des Nations ou vis-à-vis de la prétention [brésilienne] d’après-guerre d’obtenir un siège au Conseil de sécurité de l’ONU37. »

41Nous avons, en introduction, rappelé les grands moments de la campagne brésilienne pour l’obtention d’un siège permanent au Conseil de la SDN, et mis en relief, à travers la devise du président Arthur Bernardes, « Vencer ou não perder », mais aussi à travers le discours de Raul Fernandes sur l’égalité des États au sein de la SDN, la volonté brésilienne de ne plus être un acteur de second plan. L’échec du Brésil, son retrait de la SDN, marquent un moment de rupture avec le « modèle » européen de développement et de civilisation suivi jusque-là par l’élite brésilienne ; rupture déjà annoncée par le « Manifeste anthropophage » d’Oswald de Andrade, ou la Semaine d’Art moderne de 1922, qui remettaient en cause l’influence toute-puissante de la culture européenne sur la production culturelle brésilienne. Si l’Europe demeure une référence pour nombre d’intellectuels brésiliens, il n’en reste pas moins que son hégémonie est remise en cause.

  • 38 Ibid.

42Le divorce n’est pas total, et le regard européen influence encore considérablement la perception que les élites brésiliennes ont de leur pays. Ce n’est donc sans doute pas un hasard si c’est sur cette lancée que le développement économique devient une priorité : il s’agit non seulement de sortir de la dépendance économique vis-à-vis des grandes puissances, mais aussi de montrer à une Europe que l’on juge arrogante et méprisante que le Brésil a sa place dans le concert des « grandes » nations. Une fois de plus nous citerons, pour appuyer notre propos, Paulo Roberto de Almeida : « Cette préoccupation élitiste d’une “place au soleil” parmi les puissances militairement significatives a été probablement substituée, lors de l’ère varguiste, par la recherche désespérée du développement national38. »

  • 39 Daniel Pécaut, op. cit., p. 3.

43Le développement économique n’est qu’une face de cette ambition, ou faudrait-il dire plutôt de ce complexe ? Comme le note Daniel Pécaut dans son ouvrage Entre le peuple et la nation. Les intellectuels et la politique au Brésil, « les intellectuels des années 1925-1940 se montrent avant tout préoccupés par le problème de l’identité nationale [...]39 ». Mônica Pimenta Velloso ne dit pas autre chose quand elle affirme :

  • 40 Mônica Pimenta Velloso, Os intelectuais e a política cultural do Estado Novo, Rio de Janeiro, Cent (...)

« Dans les années 20, quand se font sentir les effets critiques de l’après-guerre, lorsque s’effondre le mythe scientiste, l’idéal cosmopolite de développement cède la place au credo nationaliste. La recherche de nos racines, l’idéal de brasilianité, deviennent, alors, le centre des préoccupations intellectuelles40. »

  • 41 Daniel Pécaut, op. cit., p. 29.
  • 42 Expression citée par Lúcia Lippi Oliveira, « As raizes da ordem : os intelectuais, a cultura e o E (...)
  • 43 Mônica Pimenta Velloso, op. cit., p. 3.

44Ainsi le nationalisme, mais aussi le régionalisme, occupent-ils une place croissante chez les intellectuels brésiliens : Gilberto Freyre, éminent sociologue brésilien, écrit en 1926 un Manifeste régionaliste. Le roman régionaliste devient instrument de connaissance du pays, et l’« identité brésilienne » l’explicitation de cet « inconscient national » dont le peuple est porteur41. C’est en effet à ce moment que l’on insiste sur le primat des aspects régionaux dans la construction nationale. Cette recherche des « racines » culturelles va être développée sous l’Estado Novo qui cherche tout à la fois à moderniser le pays, et à défendre les « véritables racines de la nationalité42 ». Avant même la proclamation de l’Estado Novo en 1937, Getúlio Vargas avait réussi à faire de l’État « le représentant supérieur de l’idée de Nation43 » et à faire en sorte que les intellectuels développent leur pensée dans le cadre de l’État. Il y a une convergence d’intérêts et de méthodes entre un État qui s’autoproclame seul véritable moteur de l’organisation sociale, et les intellectuels qui « se présentent comme le groupe le plus éclairé de la société » et qui « cherchent à éduquer la collectivité ».

  • 44 Cité par Mônica Pimenta Velloso, p. 7.
  • 45 Daniel Pécaut, op. cit., p. 18.

45La figure de l’intellectuel érudit, de l’académicien éperdu de littérature, est alors l’objet de violentes critiques de la part du régime qui défend la fonction sociale de l’intellectuel, et le convie à participer au destin de la nation. Mônica Pimenta Velloso, pour illustrer cette orientation, prend l’exemple de l’Académie brésilienne des Lettres et met en parallèle le discours de Machado de Assis lors de sa fondation en 1897 – « [...] l’Académie brésilienne des Lettres doit être à l’image de ce que sont les institutions analogues : une tour d’ivoire » – et celui qu’y prononce Getúlio Vargas en 1943 : « La première phase de votre illustre institution s’est déroulée à la marge des activités générales... Ce n’est que lors de la troisième décennie de ce siècle que s’est opérée la symbiose entre les hommes de pensée et les hommes d’action44 ». Il s’agirait donc d’effacer la frontière entre « homme de lettres » et « homme politique ». Cette volonté d’attirer les intellectuels dans le domaine de l’action politique conduit le régime à accueillir en son sein des hommes aux horizons de pensée très différents (Mario de Andrade, auteur de Macunaima, comme Oliveira Vianna, qui a bâti une généalogie raciale de l’inégalité sociale, apporteront leur contribution au pouvoir de Vargas), et à faire coexister de la sorte le cosmopolitisme des uns avec le nationalisme des autres45.

46C’est dans ce contexte intellectuel et politique qu’agissent les acteurs de la coopération intellectuelle, chargés de diffuser à l’extérieur une image du Brésil qui reflète une identité nationale qui soit à la fois fidèle aux « racines brésiliennes » et qui donne à voir un peuple « civilisé », capable de rivaliser avec la culture européenne, dont on intègre ainsi les critères de jugement. On est là au cœur de la problématique des relations culturelles internationales car

  • 46 Jean-François Sirinelli, dans la préface à Denis Rolland (dir.), op. cit., p. 4.

« [...] la culture, qui constitue souvent l’un des fondements des identités nationales, porte aussi en elle-même des éléments de désagrégation de ces identités, tant elle est travaillée désormais par des ferments transnationaux. [...] L’image de l’Autre et la représentation de l’Ailleurs, ainsi que les interférences que peuvent y introduire tous les processus de circulation culturelle, sont au cœur de l’histoire des sociétés contemporaines46 ».

Élysée Montarroyos, diplomate, délégué auprès de l’IICI de 1925 à 1940

47C’est d’abord le point de vue du diplomate de carrière que nous étudierons ici, d’autant plus intéressant que Montarroyos reste longtemps en poste à Paris, capitale qui demeure pour les élites brésiliennes un objet de fascination. Représentatif de la tendance qui veut faire du Brésil un acteur qui compte sur le plan international, qui veut modifier le regard porté sur son pays par les grandes puissances, il ne baigne cependant pas dans l’atmosphère intellectuelle et politique que nous venons de décrire.

  • 47 La détermination du montant de la subvention se fait, pour chaque pays, en fonction des coefficien (...)

48Dès 1927, dans une lettre adressée au ministre des Relations extérieures, Montarroyos dit sa certitude que la coopération intellectuelle peut servir les ambitions brésiliennes, tant diplomatiques qu’économiques. Le texte du délégué brésilien révèle en effet que la diplomatie brésilienne comprend très tôt l’importance de la dimension culturelle dans les relations internationales, celle-ci permettant de défendre les intérêts nationaux de manière plus subtile, car indirecte. Selon lui l’IICI constitue dans cette perspective un des meilleurs relais de la propagande brésilienne en direction de l’extérieur. Il le démontre dans une longue lettre où il tente de convaincre son ministre de répondre favorablement à la demande de subventions formulée par Julien Luchaire. La subvention brésilienne s’élèverait à 15 000 francs-or47

  • 48 AHI, 276/2/4, idem, p. 4 et 5.

« Tel est le concours financier par l’intermédiaire duquel, si modeste soit-il, le Brésil pourra, grâce à l’Institut, posséder, en plein cœur de Paris, un service de propagande nationale que, dans d’autres conditions, il n’aurait pas les moyens de maintenir avec une efficacité égale [...]. Fournies en effet sous l’égide de cette institution, dont le caractère international constitue, aux yeux du public, une garantie d’impartialité, les informations sur le Brésil seront à l’abri de la méfiance avec laquelle sont fréquemment reçues celles qui portent à peine une marque de propagande nationale [...].
Autre considération en faveur dudit projet est celle que, judicieusement menée, la propagande intellectuelle d’un pays lui ouvre de nouveaux chemins pour sa propagande économique. Elles sont nombreuses en effet les industries directement liées à l’activité intellectuelle d’un peuple ; et l’on peut dire que, de manière générale, aux informations sur ses recours et tendances d’ordre intellectuel et moral il n’est pas difficile d’associer les démonstrations de ses recours et de ses possibilités d’ordre matériel [...]48. »

  • 49 Ce projet, qui voit le jour dès 1925, est un moyen pour Luchaire de susciter l’intérêt des États. (...)

49Montarroyos plaide également en faveur d’une dotation de 20 000 francs-or pour le « Centre d’informations » dont chaque pays pourrait disposer dans la « Galerie des Nations » que Julien Luchaire prévoit de constituer dans la Galerie d’Orléans du Palais Royal49 ; selon lui, un tel centre serait un excellent vecteur de la propagande économique brésilienne :

« Les différents attraits dont elle sera dotée feront de cette galerie un point habituel de réunion, un centre intellectuel très fréquenté, à la fois mondain et populaire, où ne manqueront pas les opportunités que nous pourrions saisir pour la présentation de produits brésiliens, par les moyens les plus adéquats, artistiques et persuasifs, notamment celui des dégustations, système de propagande qui est, comme chacun le sait, particulièrement agréable au public et à l’aide duquel nos produits, devenus connus, trouveraient facilement en Europe des marchés rémunérateurs. »

50Nous avons cité longuement les propos de Montarroyos tant ils sont révélateurs de la conscience aiguë que l’on a, du côté brésilien, des avantages que présente la diplomatie culturelle. Un tel texte est la meilleure preuve que la dimension culturelle des relations internationales a très tôt été comprise par les puissances secondaires, battant en brèche l’idée selon laquelle elle aurait été longtemps l’apanage de pays comme la France. Il montre aussi à quel point la préoccupation économique constitue un des principaux moteurs de la politique extérieure brésilienne, cette « politique extérieure pour le développement » telle que l’a définie Amado Cervo.

  • 50 AHI, 78/3/13, 22/01/1934, Lettre de Montarroyos à Cavalcanti de Lacerda.
  • 51 AHI, 78/3/13, 03/10/1934.

51Si l’Institut constitue aux yeux de Montarroyos une chambre d’écho très précieuse à la propagande brésilienne, celle-ci doit aussi se faire par le biais de la presse, même si les publications de l’Institut constituent, selon ses mots, des « vecteurs incomparables de propagande, de par leur circulation mondiale ; et le Brésil peut en profiter, judicieusement, sans charge matérielle de publicité mais avec un incalculable profit pour son prestige moral [...]50 ». Cette expression de « prestige moral » se retrouve souvent sous la plume du délégué brésilien ; ainsi lorsqu’il incite vivement le ministre José Carlos de Macedo Soares à collaborer à la collection « Correspondance » de l’Institut : « [...] en lui prêtant votre collaboration, Votre Excellence fournirait à un vaste public international un précieux témoignage de la culture brésilienne : service inestimable pour le prestige moral de notre pays parmi les nations les plus civilisées [...]51 ». En peu de lignes, Montarroyos souligne les enjeux de la diplomatie culturelle en général – donner une image positive de soi à l’extérieur –, et brésilienne en particulier : il s’agit pour le Brésil d’entrer dans le cercle très fermé des « nations les plus civilisées », autrement dit d’être pris au sérieux par une Europe dont on commence seulement à remettre en cause le monopole de la culture qu’elle s’était arrogé.

  • 52 AHI, 78/3/13, 22/03/1934, Lettre de Montarroyos à Cavalcanti de Lacerda.

52D’où les efforts constants de Montarroyos pour que le Brésil fasse figure de « premier de la classe », qu’il soit le plus présent possible au sein de l’OCI : il presse ainsi son gouvernement de nommer rapidement un représentant à la récente Commission internationale des monuments historiques, « avant que tout autre nation non européenne ne désigne le sien52 » comme pour prouver la bonne volonté du Brésil, pour effacer l’image d’un pays quasiment « sans histoire » en comparaison avec les nations européennes.

  • 53 AHI, 78/3/14, 03/10/1935, Lettre de Montarroyos à José Carlos de Macedo Soares.

53Le volontarisme de Montarroyos le conduit fréquemment à critiquer le peu d’empressement qui, selon lui, caractérise trop souvent l’action des institutions et acteurs en charge de la coopération intellectuelle au Brésil. Ainsi se plaint-il souvent de l’inertie de la Commission nationale de coopération intellectuelle qui ne répond quasiment jamais aux sollicitations de l’Institut, et qu’il qualifie d’« inexistante » en 1933. Par ailleurs, il pointe régulièrement l’absence de participation du Brésil à certains programmes de l’IICI qu’il juge pourtant pertinents pour son image. Ainsi, à l’approche de l’édition du second et dernier volume de la série « Musique et Chanson populaires » publiée par l’Institut, alors que le Brésil n’a jusque-là envoyé aucune contribution, écrit-il à son ministre de tutelle : « Votre Excellence comprend combien il serait regrettable que ledit volume [...] soit publié sans qu’il y figure notre pays, dont la musique et la chanson populaires occupent une place tout à fait notable dans le folklore mondial53. »

54Il ne suffit cependant pas d’être présent quand il s’agit de folklore, il faut aussi montrer que le Brésil peut être actif dans des domaines qui relèvent de la « grande culture ». À plusieurs reprises, Montarroyos déplore que les musées brésiliens ne répondent pas aux demandes d’informations sollicitées par l’Institut. De même les bibliothèques brésiliennes, faute d’avoir renvoyé les questionnaires qui leur avaient été adressés, ne figurent-elles pas dans la liste de coordination internationale des bibliothèques :

  • 54 AHI, 78/3/13, 19/03/1934, Lettre de Montarroyos à Cavalcanti de Lacerda.

« [...] ainsi vois-je avec peine que le Brésil, s’il ne figure pas dans un document de tel ordre, donnera de lui, aux yeux des autres nations, par un des aspects les plus caractéristiques du degré de culture de chaque peuple, une idée singulièrement défavorable, qui n’est pas conforme à la vérité54 ».

55Montarroyos est un très bon exemple de cette élite brésilienne qui tout à la fois s’enorgueillit de son pays, cherche par conséquent à en diffuser une image positive, et qui regrette quand même qu’il ne soit pas aussi « civilisé » que les nations européennes dont les critères de jugement, d’évaluation, notamment en matière de culture, font toujours autorité.

  • 55 AHI, 78/3/13, 07/11/1931, Lettre de Montarroyos à Afrânio de Melo Franco.

56Aussi, pour être crédible aux yeux de l’Europe, donc au sein de l’Institut, faut-il, comme il le souligne à plusieurs reprises, « éduquer le peuple brésilien ». À l’occasion d’une réunion d’experts sur la diffusion de moulages d’œuvres d’art, le délégué brésilien a suggéré au directeur de l’Institut que soient faits des efforts pour que toutes les nations puissent acquérir « de bonnes reproductions des œuvres des grands artistes », convaincu qu’une telle entreprise est « nécessaire pour l’éducation du peuple brésilien », pour la « diffusion, en notre pays, des moyens de développer le sens esthétique55 ». Mais de quelles œuvres, de quels « grands artistes », de quel « sens esthétique » s’agit-il ? Qui sont les experts chargés de désigner de telles œuvres ? Selon quels critères sont-elles choisies ? Voilà une question qui n’a pas cessé d’être posée avec l’avènement de l’UNESCO, bien au contraire.

  • 56 AHI, 78/3/13, 10/07/1933, Lettre de Montarroyos à Afrânio de Melo Franco.

57Outre le sentiment d’une certaine infériorité, la conscience d’un écart encore grand entre la réalité brésilienne et l’image que l’on voudrait en donner à l’extérieur, le discours de Montarroyos révèle autre chose : au-delà de sa vision utilitariste de la coopération intellectuelle, on peut supposer qu’il croit aussi sincèrement en ses vertus. On a plusieurs exemples de lettres où il défend l’œuvre de l’Institut et insiste sur la nécessaire réciprocité qui doit régir sa collaboration avec le Brésil : lorsqu’il signale, dans la revue La Coopération intellectuelle, la référence faite à la revue Brésil féminin, ce qui constitue à ses yeux une publicité notable, il ajoute : « Il serait convenable que cette revue reproduise une telle information, profitant de l’opportunité pour montrer aux milieux féminins brésiliens l’importance de leur collaboration à l’œuvre de coopération intellectuelle56. »

58Nous avons donc développé ici le point de vue du délégué brésilien, installé en France, et qui a accompagné l’évolution tant de l’Institut que de la vie politique brésilienne : cela nous a permis de constater que dès les années 1920 les rouages de la diplomatie culturelle n’étaient plus un secret pour le ministère brésilien des Relations extérieures.

Ildefonso Falcão, écrivain, chef du Service de coopération intellectuelle de l’Itamaraty

  • 57 AHI, A III 14, sans date (sans doute date-t-il de 1935 puisqu’il y est question de la nomination d (...)

59Nous allons à présent nous attacher à la figure d’Ildefonso Falcão, écrivain, poète, et éphémère directeur du Service de coopération intellectuelle de l’Itamaraty. Ildefonso Falcão n’est donc pas un diplomate de carrière, et son franc-parler a sûrement joué dans la désignation très rapide d’un autre directeur. Nous nous intéresserons cependant à lui, ou plutôt à la vision de la coopération intellectuelle qu’il développe, car il s’est beaucoup exprimé, et avec vigueur : dans la presse, par des conférences, ou par des lettres adressées à son ministre. Au début, cette liberté de ton, cette énergique volonté sont plutôt bien vues, comme le suggère un article du Globo57 selon lequel Ildefonso Falcão viendrait « réveiller » un service atone, incapable de promouvoir la culture brésilienne à l’étranger, de la rendre plus visible.

  • 58 AHI, 542,6, 653/9813, 16/11/1935, Article du journal Careta.
  • 59 AHI, 542,6, 995/16141, 02/02/1936, Article du Diario de Notícias, Rio de Janeiro.
  • 60 AHI, 542,6, 653/9813, 16/11/1935, Article du journal Careta.
  • 61 Cité par Mario Carelli in Cultures croisées. Histoire des échanges culturels entre la France et le (...)

60Voilà le premier point sur lequel Ildefonso Falcão est intarissable : investir dans la coopération intellectuelle est indispensable pour un pays qui souffre de ne pas être connu à l’extérieur. Selon ses mots, le Brésil est « le grand inconnu du monde moderne58 ». Non seulement le Brésil est méconnu, mais il est victime de clichés affligeants qui lui ôtent toute crédibilité sur la scène internationale, que l’on parle d’économie ou de culture. Quels sont ces clichés ? Le discours d’Ildefonso Falcão, qu’il décline dans ses écrits, insiste sur la persistance d’un imaginaire qui fait du Brésil une terre de « sauvages », remarquée plus par sa nature exubérante que par les réalisations de son peuple, que l’on considère comme étant encore dans l’« enfance de la civilisation » : c’est cette vision-là qu’il faut combattre. « [...] Je continue à dire qu’il est temps que l’on nous connaisse à l’étranger à travers toutes nos réalisations de telle sorte que l’on cesse de considérer [le Brésil] comme une vaste étendue peuplée d’indiens sauvages et de métis analphabètes59. » D’où la nécessité « d’en finir à la brésilienne avec cette équivoque déprimante60 » Ainsi la vision qu’ont les étrangers du Brésil reste imprégnée des images forgées au xvie siècle par les voyageurs européens, que l’on songe aux récits d’André Thevet et de Jean de Léry, et c’est d’elles qu’Ildefonso Falcão, et avec lui un certain nombre d’intellectuels brésiliens, aimeraient se débarrasser... mais « à la brésilienne », c’est-à-dire sans se départir de leur identité brésilienne, donc sans avoir recours pour cela à des catégories de pensée européennes, ou singer la production culturelle de ce continent. On retrouve là la préoccupation d’un Mario de Andrade qui proclame : « Nous sommes confrontés au problème actuel, national, moral, humain de brésilianiser le Brésil61. »

61Ildefonso Falcão, plus que Montarroyos, s’exaspère de l’omnipotence de la référence européenne, et manifeste sans cesse la volonté de prouver que le Brésil, bien qu’appartenant à ce Nouveau Monde fantasmé par les Européens, a sa place parmi les nations civilisées.

  • 62 AHI, 542,6, 995/16141, 29/09/1936, « O que ainda não é más precisa ser o Serviço de cooperação int (...)

62Pour atteindre ce but, la coopération intellectuelle, et son principal relais, l’Institut de Paris, semblent la meilleure voie, et le Service de coopération intellectuelle de l’Itamaraty un outil indispensable : « L’organisation qui nous permettrait de réussir ce quasi-miracle est le service que l’on tente de créer à l’Itamaraty, et qui, articulé avec l’IICI, à Paris, cherche à établir des contacts culturels avec les expressions du monde moderne62. » Il ne dit pas autre chose quand il écrit en 1936 au ministre des Relations extérieures :

  • 63 AHI, 542,6, 995/16141, 04/07/1936, Lettre d’Ildefonso Falcão à José Carlos de Macedo Soares.

« Je suis de plus en plus convaincu, M. le Ministre, de la nécessité d’un Service de cet ordre. Le Brésil qui se construit en ce moment a besoin d’être révélé à l’ignorance étrangère, qui est grande et opiniâtre. Et la voie intellectuelle constitue l’accomplissement d’un échange culturel, complexe, c’est-à-dire prenant en compte toutes les expressions de notre activité, des arts jusqu’aux sciences [...]63. »

63Pour cela il lui faut constituer des réseaux afin de pénétrer les milieux intellectuels étrangers à même de diffuser à leur tour une autre image du Brésil dans leurs pays respectifs. L’IICI apparaît donc comme une caisse de résonance de premier plan, un relais des plus efficaces, notamment grâce à ses publications, diffusées auprès de tous les pays membres.

  • 64 AHI, 542,6, 995/16141, 02/02/1936, Interview d’Ildefonso Falcão, Diario de Notícias.

64Plus que par les préoccupations d’ordre économique, qu’il n’ignore pas, Ildefonso Falcão est animé par la conviction que le Brésil doit non seulement montrer qu’il est capable de soutenir la comparaison avec les nations dites civilisées, mais aussi qu’il peut apporter une contribution originale, un nouveau souffle au patrimoine culturel et intellectuel de l’humanité : « [...] De cette manière nous montrerons au monde civilisé que nous avons nous aussi une série de choses dont il s’enorgueillit à juste titre64. »

  • 65 AHI, 542,6, 995/16141, 29/09/1936, « O que ainda não é más precisa ser o Serviço de cooperação int (...)

65Ildefonso Falcão insiste également beaucoup sur l’indispensable dévouement des fonctionnaires de ce service, qui requiert selon lui « un labeur patient et quasi apostolique65 » et dont le personnel serait constitué d’intellectuels, d’artistes. Ildefonso Falcão rejoint donc les vues de Getúlio Vargas : il ne devrait plus y avoir de séparation entre l’homme de lettres et l’homme d’action. Il souligne par ailleurs la responsabilité de l’Itamaraty dans le choix de ceux qui ont pour mission de donner du Brésil l’image d’un acteur international majeur.

  • 66 AHI, 542,6, 995/16141, 04/07/1936, Lettre d’Ildefonso Falcão à José Carlos de Macedo Soares.
  • 67 AHI, 542,6, 995/16141, 29/09/1936, Article du Diario de Notícias.
  • 68 D’après le titre d’un article de Denis Rolland, « “L’Amérique a cessé de regarder vers l’Europe” ? (...)

66Dernier point qui le distingue de Montarroyos, c’est la priorité qu’il accorde à l’Amérique sur l’Europe : « Je crois que cet échange, si bénéfique pour nous, devra être intensifié, d’abord avec les pays du Nouveau Monde et, par la suite, avec ceux d’Europe et d’Orient66. » Ildefonso Falcão trouve en effet parfaitement anormal que le Brésil soit si peu connu de ses propres voisins. Plus généralement, il regrette que les pays d’Amérique n’aient pas plus développé de liens – politiques, économiques, culturels – entre eux : « La vérité, la douloureuse vérité est celle-ci : au sein du Nouveau Monde, nous nous ignorons encore profondément67 ». Or selon lui, il est plus que jamais nécessaire que cette Amérique cesse d’être un agrégat de pays qui s’ignorent les uns les autres, incapables par conséquent de montrer un front uni sur la scène internationale à un moment où bouleversements et recompositions changent les anciens équilibres : « En cet instant tumultueux, fortifier, par l’esprit, la solidarité américaine, est un travail qui s’impose de soi-même, et qui ne souffre pas de délai. » C’est en effet un des aspects nouveaux de la politique extérieure brésilienne que celui d’un panaméricanisme mieux assumé, qui confirme que le Brésil « a cessé », non pas « de regarder vers l’Europe68 » mais en tout cas de ne regarder que dans sa direction. Ainsi l’Institut, malgré son ancrage profondément européen, peut servir de socle à une politique qui vise au moins autant l’Amérique que l’Europe, du moins d’après les analyses d’Ildefonso Falcão.

  • 69 AHI, 542,6, 995/16141, 23/12/1934, Interview d’Argeu Guimarães, Diario de Notícias.

67Ces deux visions de l’action du Brésil au sein de la coopération intellectuelle internationale nous a permis de mettre en évidence l’émergence d’une nouvelle manière, pour l’élite brésilienne, d’envisager sa relation avec l’Europe, de penser l’identité brésilienne, et sa projection à l’extérieur, qui passe par l’éradication d’un certain nombre de clichés et de préjugés. Sur ce point, Montarroyos et Falcão se rejoignent et diffèrent tout à la fois : le premier apparaît encore très lié au « modèle » européen, tandis que le second, répondant aux injonctions du Manifeste moderniste, tente de libérer la culture brésilienne de l’influence trop présente de l’Europe. Dans les deux cas, même si Ildefonso Falcão, par son langage très incisif, peut paraître plus catégorique, il y a un rejet de la condescendance des nations « civilisées » à l’égard du Brésil. Cette volonté de rupture avec l’Europe, conjuguée à une présence plus visible sur la scène internationale, doit permettre au « grand inconnu du monde moderne » de mieux affirmer cette identité nationale chère aux intellectuels et au régime ; Argeu Guimarães, prédécesseur d’Ildefonso Falcão, ne déclare-t-il pas dans une interview : « Le Brésil, à travers la coopération intellectuelle, apparaît plus brésilien69 » ? La participation du Brésil à l’entreprise de coopération intellectuelle peut en effet être envisagée comme un moyen de consolider une identité nationale encore fluctuante, tant il est vrai que le Soi s’éprouve dans et par le regard de l’Autre. On se rend compte à travers ces deux discours à quel point l’Itamaraty a conscience des enjeux de la dimension culturelle des relations internationales et souhaite la faire fructifier des deux côtés de l’Atlantique.

Évaluations de l’action brésilienne au sein de l’IICI

« Le Brésil, grand inconnu du monde moderne » : un discours récurrent

  • 70 AHI, 542,6, 1045/18392, 26/03/1939.
  • 71 AHI, 542,6, 464/7040, 12/09/1936, Lettre de l’agent diplomatique brésilien à Copenhague.

68En 1939, on trouve dans le Jornal do Commercio un long article intitulé « O problema da cooperação intellectual » qui dresse un bilan de l’action brésilienne et fait un certain nombre de suggestions. L’article commence par un constat pessimiste, déjà énoncé par Ildefonso Falcão en 1934 : « Quand on observe, l’esprit serein et le regard lucide, le complet isolement dans lequel vit le Brésil dans le monde, ignoré, ou, ce qui est pire, mal connu et mal jugé par quasiment tous les centres culturels d’Europe et d’Amérique, on ne peut cacher un subtile et pénétrant sentiment de mélancolie. » On peut s’interroger sur la signification de cette introduction alarmiste. Est-elle la marque d’un échec complet de la politique extérieure menée jusque-là ? Ou le signe d’une fatalité qui voudrait que le Brésil reste « le grand méconnu du xxe siècle » ? Ou bien est-ce devenu un refrain, quand on évoque la place du Brésil sur la scène internationale ? Autre hypothèse : il s’agit de remobiliser les acteurs brésiliens de la coopération intellectuelle. Car lorsqu’on lit, par la suite, qu’il est indispensable, pour modifier cet état des choses, d’organiser « immédiatement une ample et intense campagne de propagande et de coopération intellectuelle, avec la mobilisation unanime de toutes les forces spirituelles du pays [...] », on ne peut s’empêcher de penser aux grands remaniements de 1937 qui, eux aussi, visaient une ample mobilisation et une propagande plus efficace. Ce discours est en effet récurrent : la circulaire 1055 de 1936, envoyée aux missions diplomatiques et aux consulats, insistait également sur le fait que « le Brésil doit cesser d’être un grand inconnu à l’extérieur70 ». Si beaucoup sont d’accord avec cette affirmation, certains tentent d’y apporter des nuances. On a l’exemple de l’agent diplomatique brésilien à Copenhague – dont on peut imaginer que les liens avec le Brésil ne sont pas particulièrement forts – qui écrit, en réponse à cette circulaire : « Cette assertion, vraie en ce qui concerne notre littérature à cause [...] du manque de traductions, est d’un pessimisme cependant trop sombre si nous considérons la question sous d’autres aspects71. » Il cite entre autres exemples la participation « des plus brillantes » de Cândido Mendes à la VIe Conférence internationale pour l’unification du droit pénal qui s’est déroulée à Copenhague en 1935, participation « qui a très bien mis en relief notre culture juridique ».

  • 72 AHI, 542,6, 1045/18392, 26/03/1939.

69Cet « extérieur », nous l’avons vu, ce sont les nations « civilisées », dont trois en particulier d’après les exemples cités par l’auteur de l’article. Tout d’abord, sans grande surprise, la France et les Français qui « nous accordent de temps en temps une parcelle d’attention et tournent de notre côté – « là-bas »... – des yeux inquiets et curieux72 ». Mais aussi les Allemands et les Nord-Américains, qui s’intéressent de loin, comme les Français, au Brésil, mais avec « plus d’assiduité et de conviction ». Nous voilà face aux trois pôles de la politique extérieure brésilienne : l’Amérique, le puissant voisin du Nord, l’Allemagne nazie, et l’Europe des démocraties, symboles de l’« Ancien Monde ».

70Que signifie donc la coopération intellectuelle dans ce contexte ? Peregrino Junior, le journaliste, est clair : « La Coopération intellectuelle, pour nous, doit signifier propagande du Brésil » : il n’est plus question de masquer par de grandes déclarations de principe le but poursuivi par la participation du Brésil aux travaux de coopération intellectuelle. Celui-ci, d’après sa condition de « peuple encore sans projection économique de poids dans le monde », ne peut se permettre ce genre de coquetterie. L’auteur est donc conscient du poids de la puissance économique dans des considérations d’ordre géopolitique, et lucide sur la place que le Brésil peut alors convoiter compte tenu de sa position de second ordre dans ce domaine. Cependant, cette lucidité n’annihile pas toute fierté nationale, cette fierté se logeant notamment dans la langue. Dans les erreurs dont est victime le Brésil, Peregrino Junior place en premier lieu celle qui consiste à faire de l’Amérique du Sud un continent homogène, caractérisé par sa culture « ibéro-espagnole ». Il l’explique par le fait qu’en Europe, l’Espagne est plus puissante que le Portugal, mais c’est pour ajouter qu’en Amérique ce rapport de forces s’inverse : « la puissance la plus forte du nouveau continent c’est le Brésil ». On est toujours dans ce mélange d’autoflagellation et de fierté nationale, entre complexe d’infériorité et volonté d’affirmer sa différence.

« Ce que n’est pas encore mais doit être le Service de coopération intellectuelle73 »

  • 73 D’après le titre de l’article du journal Diario de Notícias « O que ainda não é más precisa ser o (...)
  • 74 Selon les mots de l’auteur, le service chargé de la propagande extérieure en Allemagne constitue « (...)

71Comment remédier à cette situation ? Tout d’abord en suivant l’exemple de « pays plus vieux que nous, et plus puissants et infiniment plus connus dans le monde entier, comme l’Italie, la Russie, l’Allemagne74 et le Portugal » : on remarque que n’est pas citée la France, pourtant connue pour sa politique culturelle à l’extérieur, mais des pays aux régimes autoritaires. Il faut donc revoir l’organisation brésilienne chargée de la propagande extérieure. Il n’est jamais question de la CBCI, directement reliée à l’IICI, mais du service de coopération intellectuelle du ministère qui

« par l’amplitude d’action qu’il requiert, ne s’ajuste peut-être pas, ou sans doute transcende les limites normales d’une section de ministère ; il conviendrait par conséquent d’étudier la possibilité d’une organisation plus ample et plus puissante, à l’image de celle qu’ont récemment adoptée, en accord avec l’expérience et la nécessité du moment, d’autres peuples comme l’Italie, l’Allemagne et le Portugal [...] ».

  • 75 Déjà en 1934, suite à la circulaire 903, l’agent diplomatique brésilien à Helsinki notait : « Rien (...)

72Dans une certaine mesure, on peut dire que l’article prépare l’avènement du Département d’information et de propagande qui va être chargé, entre autres, de la propagande culturelle du Brésil à l’extérieur, empiétant de la sorte sur les prérogatives de l’Itamaraty. Mais comme c’est au nom de l’intérêt national, et en suivant le modèle allemand ou italien... Pourtant le journaliste ne condamne pas le service à disparaître ; plutôt à resserrer son domaine d’activité à la distribution intelligente de livres « [...] d’histoire, de science, de littérature, etc. », de disques75, de films, de photographies... pour résumer : « tous les éléments qui révèlent l’intelligence et l’âme du Brésil ». Il invite par ailleurs à profiter des relais de diffusion de la culture brésilienne qui existent déjà, en particulier les Instituts de Haute Culture que nous avons précédemment mentionnés. Or, il semble que le gouvernement brésilien ne tienne pas assez compte des potentialités offertes par de telles institutions. Chargé de faire un rapport sur ce sujet, l’auxiliaire consulaire de Hambourg dénonce l’absence de collaboration, notamment financière, du Brésil avec les Instituts luso-brésiliens de Hambourg, Berlin et Cologne. En outre, il insiste sur la nécessité de s’appuyer sur les personnalités étrangères qui « avec un enthousiasme gratuit et beau, en Amérique et en Europe, se préoccupent, depuis quelques années, des activités intellectuelles du Brésil ».

73Remet-il en cause la collaboration du Brésil au sein de l’IICI ? Bien au contraire, il en réaffirme l’utilité car, selon lui, c’est l’organisme qui est le plus à même de relayer auprès du plus grand nombre de personnalités et de pays la propagande brésilienne – « L’Institut qui a le plus ample rayonnement est pour l’instant l’IICI [...] » – et a déjà prouvé à quel point il constituait, à peu de frais pour l’État brésilien, une caisse de résonance de premier ordre :

  • 76 L’auteur cite notamment la traduction en français de Dom Casmurro, de Machado de Assis, et de l’ou (...)

« De tous ces instituts [ceux que le Brésil subventionne : l’IICI, celui de l’Union panaméricaine et l’Institut d’Études argentino-brésilien], il convient de dire que celui qui nous a réellement prêté les plus grands services est l’IICI de la Société des Nations. Recevant de l’Itamaraty une subvention qui n’a pas toujours été payée avec ponctualité, l’Institut [...] n’a pas ménagé ses efforts pour divulguer, en plusieurs langues, par le biais de ses publications officielles, les sujets qui intéressent le Brésil76. »

De la nécessaire adaptation de la propagande brésilienne au public visé

  • 77 AHI, 542,6, 464/7040, 28/09/1936, Lettre de Jeronymo de Avellar Figueira de Mello à José Carlos de (...)

74Le problème ne vient donc pas de l’Institut. Il vient plutôt du fait que le Service de coopération intellectuelle de l’Itamaraty cale toute sa propagande extérieure sur celle qui est menée par le biais de l’IICI. Par exemple, le texte de Mario de Andrade rédigé comme contribution à un ouvrage scientifique publié par l’Institut, a été distribué très largement aux différentes légations diplomatiques, car il a été considéré comme un bon matériel de propagande. Or, de l’avis de nombreux agents diplomatiques chargés d’utiliser ce texte, celui-ci était parfait dans le cadre de ce qui était demandé par l’Institut, « un des plus grands centres intellectuels du monde, et de culture avancée qui plus est77 » mais beaucoup trop technique par ailleurs. Le consul brésilien à Cararcas fait ainsi remarquer que « divulguer cette contribution dans un centre intellectuel pauvre, sans horizon, comme l’est la ville de Caracas, capitale d’un pays où il y a 90 % d’analphabètes, d’une culture intellectuelle des plus attardée, est par conséquent une tâche impossible ». C’est pourquoi ce consul dégage les deux axes qui, selon lui, doivent être suivis par la propagande brésilienne : « 1) l’adaptabilité de la contribution brésilienne aux pays auxquels elle est destinée [...] ; 2) l’extension du nombre de contributions brésiliennes qui doivent être publiées gratuitement à l’étranger ». Il propose en outre de viser un public bien précis : « Je crois que la classe moyenne du Venezuela est celle qui présente dans ce pays la meilleure préparation technique et le meilleur jugement intellectuel et celle qui, pour cela, et pour avoir voyagé dans les grands centres scientifiques d’Europe et des États-Unis, est la plus susceptible de s’intéresser aux choses du Brésil. » Ses suggestions vont dans le sens d’une mise en valeur de ce qui est proprement brésilien, plutôt que de domaines où celui-ci tente d’imiter l’Europe ou les États-Unis. Il s’agit de se placer sur des créneaux très techniques (les exportations, l’enseignement technique, l’administration publique...) plutôt que de rester dans les grandes déclarations de principe sur l’amitié entre les peuples.

  • 78 AHI, 542,6, 464/7040, 18/03/1936, Lettre du consul de Montevideo à José Carlos de Macedo Soares.

75Les critiques émises par les légations diplomatiques portent également sur le manque de moyens alloués à l’entreprise de propagande culturelle : « Il m’incombe de dire à Votre Excellence que mon expérience à des postes diplomatiques en Europe et en Amérique m’a convaincu du fait que, pour la propagande du Brésil, qu’elle soit matérielle ou spirituelle, il est nécessaire de doter de budgets nos missions à l’étranger.78 » L’auteur de ces lignes s’appuie lui aussi sur l’exemple du texte de Mario de Andrade, impubliable en l’état (il fait quatorze pages et est en portugais) dans quelque journal que ce soit, sans être au préalable traduit (ce qui signifie qu’il faut payer un traducteur), et sans verser une contribution financière au journal.

  • 79 AHI, 542,6, 464/7042, 02/12/1935, Lettre de A. Borges de Fonseca à Mario de Saint-Brisson, consul (...)

76Une fois de plus est dénoncé l’écart entre les ambitions affichées et les moyens mis en œuvre pour les concrétiser. Au-delà du manque de moyens financiers, c’est le manque de continuité, de suivi et de cohérence qui est mis en lumière. L’auxiliaire consulaire de Hambourg se plaint qu’on n’utilise pas suffisamment ce qui existe déjà, notamment les intellectuels brésiliens et leurs travaux, par défaut d’« appui et de continuité dans une campagne qui soit méthodique et simple79 ».

77Il n’a pas été seulement question ici de la politique menée par l’Itamaraty en direction de l’IICI : nous avons montré qu’il n’était pas le seul vecteur utilisé pour diffuser dans le monde une image positive du Brésil, et que le Service de coopération intellectuelle du ministère n’avait pas pour unique fonction d’être le correspondant au Brésil de l’Institut, rôle dévolu à la Commission nationale. La collaboration avec l’Institut est un point de départ, un passage obligé compte tenu de son audience mondiale vers une politique culturelle extérieure qui n’ignore ni l’Europe, ni les États-Unis, ni, et c’est plus inédit, les voisins d’Amérique du Sud. Quoi qu’il en soit, et quand bien même les moyens mis en œuvre ne sont pas toujours adaptés aux objectifs fixés, il est clair que le Brésil a saisi très tôt les avantages de s’insérer dans les relations culturelles internationales, notamment pour mener sa « politique extérieure pour le développement » :

  • 80 AHI, 542,6, 464/7042, 02/12/1935, Lettre de A. Borges da Fonseca…

« Personne n’ignore que, à notre époque, les relations internationales relèvent plus d’impératifs économiques et financiers que précisément d’obligations spirituelles ; la coopération intellectuelle, cependant, est parfois un meilleur intermédiaire entre les pays qui vendent et ceux qui achètent. Si en plus d’être les plus grands producteurs de café et de grands fournisseurs de matières premières nous étions aussi plus connus comme peuple cultivé, alors je pense que nous aurions cheminé vers la richesse plus facilement. Le problème de la coopération intellectuelle se transforme ainsi en problème de convenance mercantile, et il n’est pas osé d’affirmer que les triomphes économiques doivent avoir comme pendants les triomphes de la culture intellectuelle80. »

Notes

1 Cité par Stanley Hilton dans « Latin America and Western Europe, 1880-1945 : the political dimension », in Wolf Grabendorff, Roett Riordan (Org.), Latin America, Western Europe and the United States, Reevaluating the Atlantic Triangle, New York, Hoover Institution Press, Praeger Publishers, 1985, p. 25.

2 Stanley Hilton, cité par Eugênio Vargas Garcia, op. cit., p. 54.

3 On peut prendre comme exemple le rôle de Raúl Fernandes dans l’organisation de la Cour permanente de justice internationale. Lorsque cette institution fut créée, un autre Brésilien illustre, Rui Barbosa, y fut élu avec 38 votes sur 40 par le Conseil de la SDN.

4 Stanley E. Hilton, article cité, p. 25.

5 Hildbrando Accioly cité par Mychelyne Barros de Costa, A política cultural brasileira na UNESCO (1946-1954), Dissertação de mestrado, Instituto de Filosofia e Ciências humanas, Programa de pós-graduação em história, Mônica Leite Lessa (Dir.), UERJ, Rio de Janeiro, 2005, p. 17.

6 Archives de l’UNESCO (AUN), AI86, 06/04/1926

7 Arquivo Histórico do Itamaraty (AHI), 276/2/4, Regimento interno da Commissão Nacional de Cooperação intellectual (approvado em sessão de 18 de Fevereiro de 1926).

8 La Coopération intellectuelle, 1934, p. 367.

9 AUN, A III 14, 1929, Compte rendu de la session de janvier 1929 de la CNB.

10 AHI, 542,6, 653/9813, Rapport sur les activités de la Commission brésilienne de coopération intellectuelle pendant l’année 1937, p. 1.

11 AHI, A III 14, 15/02/1937, Lettre de Montarroyos à Bonnet dans laquelle il lui transmet le texte des nouveaux statuts, votés le 03/02/1937.

12 Idem, article 5.

13 AHI, 542,6, 653/9813, Rapport…, p. 2.

14 AHI, A III 14, 15/02/1937, Lettre de Montarroyos…, article 11.

15 AUN, AIII 14, 30/04/1937, Lettre de Bonnet à Osorio de Almeida.

16 AHI, 542,6, 653/9813, Rapport…, p. 3.

17 AHI, 276, 4.

18 Créé en 1928, c’est un « organe permanent de coopération, de liaison et de coordination entre les institutions nationales se consacrant à l’étude scientifique des affaires internationales. Son but essentiel est de développer la collaboration technique entre les institutions qui lui sont affiliées, et d’organiser des recherches collectives sur certains problèmes du domaine des relations internationales. L’instrument international de liaison entre les membres de la Conférence consiste en un appareil administratif dont les rouages principaux sont : des sessions plénières se tenant à intervalles réguliers, un comité exécutif et les services administratifs de l’IICI », cité par Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 315.

19 AHI, 542,6, 995/16141, « La division de coopération intellectuelle. Historique », annexe de trois pages jointe à une lettre de José Carlos Macedo Soares à Mariano Fontecilla Varas, ambassadeur du Chili.

20 AHI, 542,6, 995/16141, 01/03/1934, Informaçaõ de Ribeiro Couto au secrétaire général du ministère des Relations extérieures, p. 1.

21 AUN, A I 86, 23/06/1937, Annexe d’une lettre de Montarroyos à Bonnet, Arrêté du 10 juin 1937 traduit en français par Montarroyos.

22 Hugo Rogélio Suppo, « Gilberto Freyre e a imagem do Brasil no mundo », in Cena internacional, Ano 5, n° 2, Déc. 2003, p. 40-58.

23 Gustavo Capanema est resté onze ans ministre de l’Éducation et de la Santé. Idéologue et mécène, il transforme la culture nationale en « negocio oficial » (Williams Daryle, cité par Hugo Rogélio Suppo, article cité, p. 42.

24 Hugo Rogélio Suppo, article cité, p. 43.

25 AHI, 542, 6, 653/9813, Relatorio do Serviço de Cooperação Intellectual. Anno 1937, 10 p.

26 Mycheline Barros Da Costa, op. cit., p. 64.

27 AHI, 542,6, 995/16141, Article du Correio de São Paulo du 26/06/1936.

28 Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 270.

29 Quatre fois par an de 1927 à 1929 et deux fois par an à partir de 1930.

30 AHI, 78/3/13, 05/11/1932.

31 Sa participation aux réunions que nous avons mentionnées n’était pas dictée par l’Itamaraty. Il avertit souvent ses supérieurs une fois que celles-ci se sont déroulées.

32 Il est notamment rappelé que, d’après le règlement intérieur, « le rôle des délégués se borne à recueillir des informations et à en fournir, et tout au plus, à soumettre des suggestions ».

33 L’année de la CI, 1935, p.102.

34 AHI, 78/3/13, 06/12/1934.

35 Idem, p. 4 : « Parmi les nombreuses attributions du délégué d’État, il en est une, capitale, en quoi on pourrait les résumer toutes : c’est son devoir, très délicat, d’éclairer sans cesse, d’une part son gouvernement, les institutions de son pays et ses compatriotes sur les entreprises de coopération intellectuelle, et, d’autre part, l’Institut sur les conditions de son pays et la manière d’agir la plus favorable […] au succès de ces entreprises. Il appartient au délégué d’État d’adapter aux besoins et aux intérêts parfois multiples et complexes de son pays, les initiatives de l’Organisation de coopération intellectuelle, en les présentant sous les formes les plus compréhensibles à l’esprit national dont il est l’interprète auprès de l’Institut de Paris ».

36 Jean-François Sirinelli, dans la préface à Denis Rolland (dir.), Histoire culturelle des relations internationales : carrefour méthodologique, xxe siècle, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 4.

37 Paulo Roberto de Almeida, Relações internacionais e política exterior do Brasil : história e sociologia da diplomacia brasileira, Porto Alegre, Ed. da UFRGS, 2004, p. 37.

38 Ibid.

39 Daniel Pécaut, op. cit., p. 3.

40 Mônica Pimenta Velloso, Os intelectuais e a política cultural do Estado Novo, Rio de Janeiro, Centro de Pesquisa e Documentação de História Contemporânea do Brasil, 1987, p. 2.

41 Daniel Pécaut, op. cit., p. 29.

42 Expression citée par Lúcia Lippi Oliveira, « As raizes da ordem : os intelectuais, a cultura e o Estado », in A Revolução de 1930, Seminário internacional realizado pelo Centro de Pesquisa e Documentação de História Contemporânea do Brasil da Fundação Getúlio Vargas, Ed. Universidade de Brasilia, 1983, p. 508.

43 Mônica Pimenta Velloso, op. cit., p. 3.

44 Cité par Mônica Pimenta Velloso, p. 7.

45 Daniel Pécaut, op. cit., p. 18.

46 Jean-François Sirinelli, dans la préface à Denis Rolland (dir.), op. cit., p. 4.

47 La détermination du montant de la subvention se fait, pour chaque pays, en fonction des coefficients utilisés pour calculer la cotisation des États membres de la SDN.

48 AHI, 276/2/4, idem, p. 4 et 5.

49 Ce projet, qui voit le jour dès 1925, est un moyen pour Luchaire de susciter l’intérêt des États. Cette Galerie des Nations serait constituée d’une « série de centres d’études et d’information consacrés à la vie intellectuelle de chaque pays séparément, les ressources nécessaires au fonctionnement de chacun de ces centres devant être assurées par les pays eux-mêmes qui se trouveraient ainsi contribuer à la marche générale de notre Institut, tout en se procurant le bénéfice de posséder à Paris un centre de représentation et de rayonnement de leur activité. » (Julien Luchaire, cité par Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 266).

50 AHI, 78/3/13, 22/01/1934, Lettre de Montarroyos à Cavalcanti de Lacerda.

51 AHI, 78/3/13, 03/10/1934.

52 AHI, 78/3/13, 22/03/1934, Lettre de Montarroyos à Cavalcanti de Lacerda.

53 AHI, 78/3/14, 03/10/1935, Lettre de Montarroyos à José Carlos de Macedo Soares.

54 AHI, 78/3/13, 19/03/1934, Lettre de Montarroyos à Cavalcanti de Lacerda.

55 AHI, 78/3/13, 07/11/1931, Lettre de Montarroyos à Afrânio de Melo Franco.

56 AHI, 78/3/13, 10/07/1933, Lettre de Montarroyos à Afrânio de Melo Franco.

57 AHI, A III 14, sans date (sans doute date-t-il de 1935 puisqu’il y est question de la nomination d’Ildefonso Falcão).

58 AHI, 542,6, 653/9813, 16/11/1935, Article du journal Careta.

59 AHI, 542,6, 995/16141, 02/02/1936, Article du Diario de Notícias, Rio de Janeiro.

60 AHI, 542,6, 653/9813, 16/11/1935, Article du journal Careta.

61 Cité par Mario Carelli in Cultures croisées. Histoire des échanges culturels entre la France et le Brésil de la Découverte aux temps modernes, Paris, Nathan, Collection « Essais et Recherches », 1993, p. 139.

62 AHI, 542,6, 995/16141, 29/09/1936, « O que ainda não é más precisa ser o Serviço de cooperação intellectual do Itamaraty », Diario de Notícias.

63 AHI, 542,6, 995/16141, 04/07/1936, Lettre d’Ildefonso Falcão à José Carlos de Macedo Soares.

64 AHI, 542,6, 995/16141, 02/02/1936, Interview d’Ildefonso Falcão, Diario de Notícias.

65 AHI, 542,6, 995/16141, 29/09/1936, « O que ainda não é más precisa ser o Serviço de cooperação intellectual do Itamaraty », Diario de Notícias.

66 AHI, 542,6, 995/16141, 04/07/1936, Lettre d’Ildefonso Falcão à José Carlos de Macedo Soares.

67 AHI, 542,6, 995/16141, 29/09/1936, Article du Diario de Notícias.

68 D’après le titre d’un article de Denis Rolland, « “L’Amérique a cessé de regarder vers l’Europe” ? La France, un modèle qui s’efface en Amérique latine », in Annick Lempérière, Georges Lomné, Frédéric Martinez, Denis Rolland (dir.), L’Amérique latine et les modèles européens, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 393-431.

69 AHI, 542,6, 995/16141, 23/12/1934, Interview d’Argeu Guimarães, Diario de Notícias.

70 AHI, 542,6, 1045/18392, 26/03/1939.

71 AHI, 542,6, 464/7040, 12/09/1936, Lettre de l’agent diplomatique brésilien à Copenhague.

72 AHI, 542,6, 1045/18392, 26/03/1939.

73 D’après le titre de l’article du journal Diario de Notícias « O que ainda não é más precisa ser o Serviço de cooperação intellectual do Itamaraty », AHI, 542,6, 995/16141, 29/09/1936.

74 Selon les mots de l’auteur, le service chargé de la propagande extérieure en Allemagne constitue « une organisation modèle ».

75 Déjà en 1934, suite à la circulaire 903, l’agent diplomatique brésilien à Helsinki notait : « Rien de mieux, pour démontrer la sensibilité, la poésie et l’éducation de notre peuple, que de faire une propagande à l’aide de la musique nationale dans ses formes scientifique, populaire et régionale » (AHI, 542,6, 464/7042, 20/09/1934, Lettre de ? ? ? à José Carlos de Macedo Soares).

76 L’auteur cite notamment la traduction en français de Dom Casmurro, de Machado de Assis, et de l’ouvrage Le Diamant au Brésil de J.M. Felicio dos Santos.

77 AHI, 542,6, 464/7040, 28/09/1936, Lettre de Jeronymo de Avellar Figueira de Mello à José Carlos de Macedo Soares.

78 AHI, 542,6, 464/7040, 18/03/1936, Lettre du consul de Montevideo à José Carlos de Macedo Soares.

79 AHI, 542,6, 464/7042, 02/12/1935, Lettre de A. Borges de Fonseca à Mario de Saint-Brisson, consul général du Brésil à Hambourg.

80 AHI, 542,6, 464/7042, 02/12/1935, Lettre de A. Borges da Fonseca…

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540