Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Institut international de Coopération intellectuelle et le Brésil (1924-1946)

 | 
Juliette Dumont

Introduction

Texte intégral

  • 1 Alex Fortes, préface à Paulo Fagundes Vizentini, Relações internacionais do Brasil : de Vargas a L (...)

« Un des aspects fondamentaux de la construction d’une nation réside dans la définition de la place qu’elle prétend occuper sur la scène internationale. »
Alex Fortes1

  • 2 Edgard Telles Ribeiro, Diplomacia cultural : seu papel na política exterior brasileira, 1989, p. 2 (...)

« La puissance militaire ou économique d’une nation tend à intimider, la culture, elle, séduit. »
Edgard Telles Ribeiro2

1Georges Dumas, universitaire et artisan de la politique culturelle française de l’entre-deux-guerres à destination de l’Amérique latine, et du Brésil en particulier, disait de ce pays : c’est « un bon pays que j’aime bien ».

2Sympathique, exotique, exubérant, chaleureux... autant d’adjectifs qui résument l’image du Brésil en France, et sans doute ailleurs. Sympathique et « pas sérieux », selon les mots du général De Gaulle. Comment dès lors imaginer que le Brésil veuille occuper une place de choix dans les relations internationales ? C’est pourtant bien son ambition : le président Lula ne ménage pas ses efforts en ce sens, et son pays commence à recueillir les fruits d’une politique extérieure volontariste. Le désir brésilien de jouer un rôle de premier plan, en dépit de son passé d’ex-colonie, de puissance subalterne, ne date cependant pas de l’élection de Lula ; beaucoup plus ancienne, elle remonte au début des années 1920. Cette affirmation peut sembler paradoxale : la période de l’entre-deux-guerres est plutôt dominée par la scène européenne, et correspond pour le Brésil à un moment où, se détachant de la forte influence européenne – anglaise et française notamment –, il rejoint l’orbite des États-Unis, dont le statut de puissance s’affirme avec force à l’issue de la Première Guerre mondiale.

3C’est pourtant une réalité, et l’objet de ce travail. Il n’est pas question de faire l’histoire du Brésil dans les relations internationales de l’entre-deux-guerres. C’est à un aspect particulier des relations internationales et de la politique extérieure brésilienne que nous nous intéresserons ici, à savoir leur dimension culturelle. Il s’agit de montrer comment la culture et la coopération intellectuelle ont été utilisées comme « arme diplomatique » dans les relations internationales après la Première Guerre mondiale, notamment par le Brésil, dans un cadre particulier qui est celui de l’Institut International de Coopération Intellectuelle (IICI), organisme dépendant de la Société des Nations, ancêtre de l’UNESCO.

4Une telle perspective requiert plusieurs précisions conceptuelles. Longtemps à la marge de l’historiographie, l’étude des relations internationales sous l’angle de la culture est devenue incontournable. En France, le colloque organisé par Pierre Milza sur le thème « Culture et Relations internationales », dont les contributions avaient nourri les n° 24 et 25 de la revue Relations internationales, était pionnier en la matière, même si d’autres études existaient déjà sur le sujet. À cette occasion, Pierre Milza avait donné une définition de ce que l’on peut entendre par le terme « culture » :

  • 3 Pierre Milza, « Cultures et relations internationales », Relations internationales, n° 24, Paris, (...)

« La culture, comprise dans son sens le plus large, à savoir la production, la diffusion et la consommation des objets symboliques créés par une société, constitue en premier lieu un agent ou un facteur des relations internationales dans la mesure où elle façonne les mentalités et oriente le sentiment public. Mais elle est aussi en même temps un enjeu, ou si l’on préfère un terrain d’affrontements sur lesquels interviennent divers groupes et forces antagonistes dont l’action s’opère soit de façon explicite, soit le plus souvent d’une manière détournée ou occulte3. »

  • 4 Robert Frank, « Diplomaties et transferts culturels au xxe siècle », Relations internationales, In (...)

5Dès lors, que sont les relations culturelles internationales ? Robert Frank, dans son introduction au n° 115 de Relations internationales qui restituait les contributions d’un colloque organisé en 2003 sur la diplomatie culturelle, propose la définition suivante : « Il s’agit d’échanges, égaux ou inégaux, de représentations du monde et de modèles, ainsi que de productions d’objets symboliques entre des espaces séparés par des frontières4. »

  • 5 Carl Doka, Les Relations culturelles sur le plan international, Neufchâtel-Suisse, Éd. de La Bacon (...)
  • 6 J.M. Mitchell, International Cultural Relations, Londres, Allen & Unwin/British Council, 1986.

6Avant Pierre Milza en France, d’autres chercheurs s’étaient penchés sur ce que Philip H. Coombs – assistant au Secrétaire d’État pour l’Éducation et les Affaires culturelles de Kennedy – avait nommé la « quatrième dimension » des relations internationales, les trois autres étant la politique, l’économie et la défense. Carl Doka, auteur suisse, avait ainsi écrit un ouvrage intitulé Les Relations culturelles internationales, paru en 1959, dans lequel il liait relations culturelles et politique étrangère, en revenant sur les fondements de celle-ci : « [...] Si l’on est d’accord sur le sens à donner au terme de politique étrangère – dans la conception de la Suisse, la sauvegarde de l’indépendance, la sécurité et le bien-être de la nation – les relations culturelles sur le plan international s’insèrent également dans cette définition et se règlent tout naturellement sur la politique étrangère5. » C’est là qu’intervient la distinction opérée par J.M. Mitchell dans son ouvrage International Cultural Relations6 entre « relations culturelles » et « diplomatie culturelle ». Les relations culturelles sont, d’après cet auteur, « conduites à l’initiative d’institutions aussi bien publiques que privées », leur but n’est pas « la recherche d’un intérêt unilatéral », mais celle de la « compréhension et de la coopération entre différentes sociétés nationales dans une optique de profit mutuel ». La diplomatie culturelle, elle, a une « portée plus restreinte car elle est essentiellement l’affaire de gouvernements » ; elle présente deux niveaux d’action : celui qui a trait aux « accords, qu’ils soient bilatéraux ou multilatéraux, qui sont passés entre des gouvernements pour permettre, faciliter ou inciter des échanges culturels », et celui, plus ténu, moins évident, qui a pour but d’« impressionner, de présenter une image favorable, de sorte que les opérations diplomatiques dans leur ensemble soient facilitées ».

  • 7 Edgard Telles Ribeiro, op. cit., p. 23.

7Diplomatie culturelle et relations culturelles internationales sont intrinsèquement liées, même s’il faut opérer une distinction entre les deux. Nous suivons en cela Edgard Telles Ribeiro quand il affirme que « les relations culturelles internationales ont pour objectif le développement, sur le temps long, d’une plus grande compréhension et approximation entre les peuples et les institutions dans une perspective de profit mutuel », et que « la diplomatie culturelle serait alors [...] l’utilisation spécifique de ces relations culturelles pour la réalisation d’objectifs non seulement culturels mais aussi politiques, commerciaux ou économiques7 ». Il ajoute : « Bien que quasiment intangible au niveau des résultats immédiats, la diplomatie culturelle est toujours enracinée dans des considérations et des priorités assez concrètes. »

8Dans ce travail, c’est surtout la diplomatie culturelle brésilienne, c’est-à-dire les stratégies et les outils mis en place par le ministère brésilien des Relations extérieures, ainsi que l’action de ses fonctionnaires, qui retiendra notre attention. Ce qui relève des relations culturelles internationales n’est cependant pas écarté. La politique culturelle brésilienne s’appuie, comme les autres, sur les relations culturelles internationales et les liens spontanément créés. Cela est d’autant plus vrai que l’IICI est au départ un instrument destiné à renforcer ces liens et à favoriser ces relations, mais qu’il a été instrumentalisé, par le Brésil – mais pas seulement par lui –, qui poursuit des objectifs « culturels mais aussi politiques, commerciaux ou économiques ».

  • 8 Robert Frank, « Images et imaginaires dans les relations internationales depuis 1938 », in Robert (...)

9Quelles que soient la définition donnée, les distinctions opérées, l’origine ou l’époque des auteurs considérés, on remarque qu’il est toujours question d’agir sur des systèmes de représentations. Robert Frank développe cette perspective dans un article intitulé « Images et imaginaires dans les relations internationales depuis 19388 ». L’auteur y rappelle la pertinence du concept, désormais classique dans l’étude des relations culturelles internationales, de « forces profondes », développé par Pierre Renouvin. Il revient sur le poids de l’image de soi à l’étranger et de l’image de l’autre chez soi, sur l’importance de la psychologie collective, des mythes et des stéréotypes dans les phénomènes d’opinion face au monde extérieur. Pour Robert Frank la question est de savoir « comment ces images, idéelles ou figurées [...], agissent sur l’événement », « comment elles induisent l’action ». L’auteur, se référant aux travaux de Jean-Jacques Becker, répond d’abord en opérant une restriction :

« L’opinion publique est rarement cause de décision en politique étrangère, même si une politique étrangère ne peut se faire sans opinion publique. Si, au contraire, on choisit comme référentiel plus large celui du système de représentations, le lien de causalité devient plus évident, ne serait-ce que parce que les décideurs sont eux-mêmes conditionnés par l’imaginaire collectif. »

10C’est à l’aune de ce constat que ce travail privilégiera la vision que les acteurs de la diplomatie culturelle brésilienne ont de leur mission : quelle image souhaitent-ils donner de leur pays ? Quelle image ont-ils des destinataires de leur discours et de leur stratégie ? L’image de soi, l’image de l’Autre, est donc le pivot autour duquel s’articuleront nos analyses ; cette image dont Robert Frank rappelle les multiples fonctions : « réduire et simplifier pour faciliter la communication » ; « forger des mythes pour construire des identités » ; « légitimer des causes et des actions » ; « exorciser des peurs et des fantasmes ».

  • 9 Edgard Telles Ribeiro, op. cit.
  • 10 Hugo Rogelio Suppo, Mônica Leite Lessa, article cité, p. 156.

11Il a jusqu’ici été question de l’historiographie européenne et nord-américaine des relations culturelles internationales ; le grand absent est l’objet même de la présente étude, le Brésil. Dans son ouvrage Diplomacia cultural : seu papel na política exterior brasileira9, Edgard Telles Ribeiro met en avant la pauvreté de la bibliographie brésilienne lorsqu’il s’agit de la relation entre diplomatie et culture. Amado Cervo remarque que les chercheurs brésiliens n’ont jamais conféré à l’« élément psychosocial ou culturel » l’importance nécessaire. Ceux-ci privilégient toujours des approches plus classiques concernant un pays du « tiers-monde », telles que « les relations existant entre la politique internationale et la domination », ou entre « la politique internationale et les différentes étapes du développement10 ». L’étude des frontières, la politique extérieure de la Vieille République, le rôle des élites et du Parlement, les relations économiques avec l’extérieur ou la dimension internationale de la question amazonienne... tels furent les principaux thèmes des recherches sur le Brésil dans les relations internationales.

  • 11 Mônica Herz, « A dimensão cultural das relações internacionais : proposta teórico-metodológica », (...)
  • 12 Mônica Herz, Política cultural externa e atores transnacionais. O caso da Fundação Ford no Brasil, (...)

12À la fin des années 1980, l’ouvrage d’Edgard Telles Ribeiro, et avant lui, un article de Mônica Herz intitulé « A dimensão cultural das relações internacionais : proposta téorica-metodológica11 », amorcent le mouvement vers une plus grande prise en compte de la dimension culturelle. On peut citer notamment Tio Sam chega ao Brasil. A penetração cultural americana, de Gerson Moura, paru en 1993, ou le mémoire de Mônica Herz sur l’action de la Fondation Ford au Brésil12. Dans les deux cas, le Brésil est l’objet d’une politique culturelle. Le travail d’Edgard Telles Ribeiro, qui date de 1989, représente donc un renversement des perspectives, mais, comme les prédécesseurs de Pierre Milza, c’est lui-même un acteur de la politique extérieure brésilienne. En outre, son ouvrage est plus un plaidoyer pour que soit accru le rôle de la diplomatie culturelle brésilienne qu’un véritable travail de recherche. L’article de Mônica Leite Lessa, « A política cultural brasileira e a Sociedade das Nações », publié en 2002, constitue dès lors un premier jalon dans l’élaboration de ce champ d’investigation historique. Notre travail peut être vu comme le développement et l’amplification des pistes données par Mônica Leite Lessa dans cet article.

13Avant de s’intéresser au contexte brésilien, il faut restituer le cadre qui voit la culture devenir un outil de politique étrangère. Alain Lombard, qui étudie plus spécifiquement la politique culturelle française, revient sur la genèse de ce mouvement :

  • 13 Alain Lombard, Politique culturelle internationale. Le modèle français face à la mondialisation, P (...)

« Historiquement, l’intervention des États dans les relations culturelles internationales à des fins d’influence s’est particulièrement développée [...] pendant des périodes de forte compétition politique et idéologique comme pendant l’entre-deux-guerres et la guerre froide [...]13 ».

  • 14 Carl Doka, op. cit., p. 9.

14La liaison qui s’est établie entre les notions de politique et de culture est un phénomène nouveau, même s’« il est vrai que, sans que le mot fût prononcé, la politique culturelle avait été connue et pratiquée de tout temps. La volonté consciemment ordonnatrice et orientée vers un but – la politique, autrement dit – s’est toujours attachée à organiser la vie culturelle en vue de certains objectifs bien définis14 ».

  • 15 Maurice Vaïsse, cité par Denis Rolland, Gonzalez Calleja et al., L’Espagne, la France et l’Amériqu (...)
  • 16 Il convient ici de revenir sur le terme « propagande ». De fait, depuis le Troisième Reich le mot (...)

15La période de l’entre-deux-guerres marque, pour les relations internationales, de profondes transformations, décisives du point de vue de la diplomatie culturelle. D’une part parce que les gouvernements, conscients des possibilités offertes par les organes chargés de la propagande, décident souvent de les conserver une fois le conflit terminé, même s’il est nécessaire de les adapter au temps de paix. D’autre part, l’application des principes wilsoniens introduit une nouvelle donne par la proclamation, au moins formelle, d’une « diplomatie ouverte », caractérisée par la création d’organes supranationaux et par le rôle donné à l’opinion publique internationale ; une nouvelle diplomatie qui, « au lieu de ne tenir compte que des cours et des gouvernements étrangers, devra suivre avec la plus grande attention tous les mouvements de l’opinion publique et découvrir tous les grands courants de l’instinct populaire et du sentiment national15 ». Cela entraîne la réorganisation des organismes centraux chargés de la politique extérieure : les services de propagande politique à l’étranger sont transformés en services d’information et d’expansion culturelle. La guerre avait montré que la propagande ouvertement politique provoquait des réactions de défiance, alors que les efforts menés dans le domaine culturel permettaient de créer des courants de sympathie durables ainsi qu’un sentiment de solidarité basé sur la parenté intellectuelle. La « propagande intellectuelle16 » était ainsi entendue par la France comme l’exportation d’une culture d’élite, destinée à un public cultivé dont le but est d’améliorer l’image du pays et de capter la sympathie des classes dirigeantes.

  • 17 Carl Doka, op. cit., p. 42.

« Avant les guerres mondiales de notre siècle, la culture n’était point mise à profit comme un élément constitutif de la politique étrangère de l’État, comme une matière pouvant faire l’objet de conventions, d’accords et d’organisations internationales. [...] Ce n’est point un hasard si, en des temps où ils étaient impliqués dans les guerres et en subissaient les lourdes conséquences, où leur prestige dans le monde et sur le terrain de la puissance nationale commençait à chanceler, les pays d’Europe éprouvèrent le besoin de répandre leur culture à l’étranger17. »

  • 18 Hugo Rogélio Suppo, op. cit.
  • 19 Gilles Matthieu, Une ambition sud-américaine. Politique culturelle de la France (1914-1940), Paris (...)

16C’est en effet l’Europe, en particulier la France, qui développa le rôle de la culture dans l’élaboration d’une politique étrangère. La France apparaît pionnière en la matière : tous les ouvrages sur les relations culturelles internationales insistent sur cette primauté, et de nombreuses études ont été menées pour analyser la politique culturelle française. On citera notamment la thèse d’Hugo Rogélio Suppo sur la politique culturelle française au Brésil des années 1920 aux années 195018, et l’ouvrage de Gilles Matthieu, Une ambition sud-américaine. Politique culturelle de la France (1914-1940)19. Ce qui nous intéresse ici, c’est le renversement de perspective qui fait du Brésil non plus l’objet mais le sujet d’une diplomatie culturelle. Le choix de l’Institut, organisme créé à l’instigation de la France pour renforcer son influence dans le monde nous a, à ce titre, paru doublement pertinent.

  • 20 Bartolomé Bennassar, Richard Marin, Histoire du Brésil, 1500-2000, Paris, Fayard, 2000, p. 277.

17L’insertion du Brésil dans les relations internationales se fait donc au moment où celles-ci connaissent une reconfiguration majeure, mais aussi dans un contexte national profondément perturbé, où se mêlent difficultés économiques, disputes politiques et dissensions internes. Les années 1920 sont marquées par la montée en puissance des contestations de ce que Bartolomé Bennassar et Richard Marin ont nommé la « République des fazendeiros20 ». Ces contestations aboutissent à la « Révolution » de 1930 qui porte Getúlio Vargas au pouvoir. C’est également une période où les questions sociales prennent de plus en plus d’importance, où un mouvement ouvrier prend forme et aboutit à la création du Parti communiste brésilien. Enfin, on assiste à une croissante intervention de l’armée dans la vie politique brésilienne.

  • 21 Eugênio Vargas Garcia, O Brasil e a Liga das Nações (1919-1926), Porto Alegre, Editora da Universi (...)

18Quant à la politique extérieure brésilienne de ces années 192021, Eugênio Vargas Garcia en rappelle les grands traits dans son ouvrage O Brasil e a Liga das Nações (1919-1926) : alignement sur les États-Unis et tentative d’établir avec eux une relation spéciale ; recherche d’une reconnaissance internationale ; utilisation de la diplomatie multilatérale comme instrument pour affirmer le prestige du pays sur la scène internationale ; continuité du modèle économique de valorisation du café et de stimulation à l’exportation ; et résistance aux propositions de désarmement, thème récurrent dans l’agenda mondial de ces années 1920. Cette résistance s’expliquant par un sentiment de vulnérabilité du Brésil dû à son isolement diplomatique au sein de l’Amérique du Sud. Cette donnée est essentielle pour comprendre l’empressement du Brésil à participer aux travaux de la SDN, puis, suite à son retrait de l’organisation, à ceux de l’IICI.

  • 22 Gerson Moura, « A Revolução de 1930 e a política exterior brasileira : ruptura ou continuidade ? » (...)
  • 23 Paulo Fagundes Vizentini, op. cit., p. 11.

19La révolution de 1930 n’altère pas en profondeur ces grandes orientations ; dans son article « A Revolução de 1930 e a política exterior brasileira : ruptura ou continuidade ?22 », Gerson Moura préfère parler de « redéfinition ». Le gouvernement provisoire de 1930 a été très vite reconnu à l’extérieur ; il a en effet rempli tous ses engagements internationaux. Par ailleurs, la nomination comme ministre des Relations extérieures d’Afrânio de Melo Franco, diplomate chevronné qui reste en poste jusqu’en 1933, marque cette continuité. Le seul changement réside dans la place croissante occupée par les relations commerciales. Comme l’écrit Paulo Fagundes Vizentini, « il revient à Vargas et aux gouvernements populistes des années 50 [...] d’avoir établi un lien stratégique entre la politique extérieure et les nécessités du processus de développement, phénomène qu’Amado Cervo a nommé “politique extérieure pour le développement23” ».

20Si l’on suit les analyses de Gerson Moura, c’est un « État de compromis » qui se met en place avec Getúlio Vargas. Compromis entre les anciens acteurs politiques, les oligarchies régionales qui dominaient la République des Fazendeiros, comme les nouveaux, les groupes d’intérêt liés à l’industrialisation et les bénéficiaires de l’urbanisation et de la croissance de l’État. Compromis également entre les deux pôles de la politique extérieure brésilienne : l’Amérique et l’Europe. Ces deux pôles font eux-mêmes l’objet d’une subdivision : l’Amérique compte d’un côté les États-Unis, de l’autre le reste de l’Amérique latine ; l’Europe se divisant quant à elle, à partir de 1933, entre le camp des démocraties et celui de l’Allemagne nazie et de l’Italie fasciste. En résumé, « le gouvernement Vargas explorait les possibilités offertes par chacun des centres, sans s’aligner sur aucun d’eux ». Gerson Moura ajoute :

  • 24 C’est en jouant sur la concurrence entre les États-Unis et l’Allemagne que Getúlio Vargas obtient (...)

« Il ne s’agissait pas d’une trajectoire rectiligne, mais bien plus d’un mouvement d’approximations alternées ou simultanées vers l’un ou l’autre centre, mouvement qui avait comme résultat quelques gains significatifs sur le plan du commerce extérieur et une augmentation considérable du pouvoir de négociation24 du gouvernement brésilien [...] ».

  • 25 Paulo Roberto Almeida de, Relações internacionais e política exterior do Brasil : história e socio (...)

21Il faut avoir à l’esprit, ainsi que le conseille Paulo Roberto de Almeida, que les relations internationales ont une « structure hiérarchique, dans laquelle sont confrontées des nations toujours inégales en termes de ressources et de pouvoir25 ». De fait, cette perspective asymétrique est « essentielle pour étudier les relations internationales d’un pays souvent caractérisé comme dépendant ou périphérique ».

22L’« ère nationale », ouverte par la Révolution de 1930 et confirmée par la proclamation de l’Estado Novo en 1937, introduit, selon Paulo Roberto de Almeida, un « changement de paradigme ». Si, comme l’avait affirmé Gerson Moura, il n’y a pas de rupture brutale en 1930, on observe néanmoins le passage d’une « posture plus ou moins passive en relation au système international » à une tentative d’insertion active dans les cadres de l’ordre mondial en construction. Une des voies de cette insertion est l’IICI, dont il nous faut maintenant retracer brièvement la genèse et expliquer le fonctionnement.

  • 26 Pham Thi-Tu, La Coopération intellectuelle sous la SDN, Genève, Droz, 1962, avant-propos.

« [...] Plus on tend aujourd’hui à amplifier l’importance de l’œuvre de l’UNESCO et à lui accorder la plus grande confiance possible, plus on a tendance à ignorer l’existence et l’œuvre de l’organisation qui l’a précédée : l’Organisation de Coopération Intellectuelle. Certains affirment même que l’UNESCO est une organisation complètement nouvelle26. [...] »

  • 27 Jean-Jacques Renoliet, L’UNESCO oubliée. La Société des Nations et la Coopération intellectuelle ( (...)

23Jean-Jacques Renoliet, auteur du seul ouvrage d’importance consacré à l’Institut, ne dit pas autre chose lorsqu’il l’intitule L’UNESCO oubliée27.

24Bien que le Pacte de la SDN n’ait pas prévu la création d’un organisme technique chargé de la coopération intellectuelle, la Commission Internationale de Coopération Intellectuelle (CICI) est créée par la SDN en 1921, et se réunit pour la première fois à Genève en août 1922. Ses débuts modestes sont marqués par l’influence de la France, et la méfiance, en retour, de la Grande-Bretagne. Proposé par la France en 1924 pour conforter son influence et pour permettre à la CICI de poursuivre ses travaux, l’Institut International de Coopération Intellectuelle (IICI) est inauguré à Paris en 1926.

25La CICI fonctionne d’abord, conformément à la résolution de l’assemblée de la SDN, comme une commission consultative à caractère provisoire. La fondation par le gouvernement français de l’IICI offre à la Commission un organe exécutif efficace et rend son existence moins précaire. Enfin, suite aux recommandations de la CICI, des commissions nationales de coopération intellectuelle se sont constituées dans la plupart des pays pour servir d’intermédiaires entre les organes de la vie intellectuelle de chaque État et la Commission. Ce n’est qu’en 1931 que cette nouvelle branche d’activité reçut sa constitution définitive. En effet, c’est à ce moment qu’est reconnue l’existence de

  • 28 « La CICI est l’organe supérieur de la Coopération intellectuelle, dont elle dirige le travail et (...)
  • 29 Cité par Pham Thi-Tu, op. cit., p. 76.

« l’Organisation de coopération intellectuelle [OCI] comprenant : la CICI, organe consultatif de la SDN28, les commissions et comités qui en relèvent, l’IICI, son organe exécutif, et l’IICE [Institut International du cinéma éducatif], instituts mis à la disposition de la SDN dans les conditions établies par leurs statuts respectifs, les commissions nationales de coopération intellectuelle dont les représentants peuvent être appelés à se réunir occasionnellement en conférence sur l’initiative de la CICI [...]29 ».

26Cette Assemblée de la SDN est aussi l’occasion de proposer une définition de la coopération intellectuelle :

  • 30 Cité par Jean-Jacques Mayoux (dir.), op. cit., p. 45.

« [Elle] a pour objet la collaboration internationale afin d’assurer le progrès de la civilisation générale et les connaissances humaines, notamment le développement et la diffusion des sciences, des lettres et des arts. Elle a pour but de créer un état d’esprit favorable à la solution pacifique des problèmes internationaux. Son cadre est celui de la SDN30 ».

27La proposition française de créer l’Institut se situe dans un contexte politique particulier – celui de l’arrivée au pouvoir du Cartel des gauches – et représente une rupture dans l’attitude française envers la SDN et la CICI. Alors qu’Aristide Briand et le Quai d’Orsay étaient réticents à engager la France dans une politique de coopération intellectuelle jugée trop internationaliste, le nouveau gouvernement

  • 31 Note de Luchaire, haut fonctionnaire du ministère de l’Instruction publique à l’origine du projet (...)

« [...] qui sait que la France a besoin d’une forte influence morale dans le monde et qui recherche légitimement à accroître cette influence, a renoncé de rechercher la poursuite de cet avantage dans une forte organisation de propagande : il croit qu’il se la procurera beaucoup plus aisément, en collaborant loyalement à l’établissement d’une solide entente entre les peuples et en prenant, toutes les fois qu’il en aura l’occasion, l’initiative des moyens de réaliser cette entente. Tel est l’avantage moral que le Gouvernement français a cherché, en offrant la création de l’IICI31 ».

  • 32 Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 46 : « la France troque sa panoplie militaire et financière co (...)
  • 33 « Pour garder la place à laquelle nous croyons avoir droit, nous devons moins chercher à imposer d (...)

28Le but poursuivi est d’imprimer un autre visage à la diplomatie française, loin de celui, militariste et impérialiste, donné par l’occupation de la Ruhr en 192332. Il s’agit d’attirer à Paris une bonne partie des activités de la CICI : la capitale française, et avec elle le reste du pays, en retirerait un prestige moral incontestable33. D’autant que le gouvernement français mettrait gracieusement un local à la disposition du nouvel organisme, et subviendrait à la quasi-totalité de ses dépenses. On est bien dans le cadre de la diplomatie culturelle, mais dans une formulation inédite, comme le montre Carl Doka :

  • 34 Carl Doka, op. cit., p. 11.

« Dans l’histoire de cette “politique étrangère culturelle” – où allaient de pair la propagande culturelle des États, une authentique internationalisation de la vie scientifique et culturelle et, par voie de conséquence, une connaissance plus largement diffusée de la culture des différents peuples – ce fut un instant mémorable que celui où l’Institut international de coopération intellectuelle ouvrit ses portes à Paris, au mois de janvier 1926. [...] L’événement était important surtout parce que c’était la première fois que l’on tentait, en s’appuyant sur une organisation d’États – la SDN – de régler et coordonner la collaboration internationale dans les différents domaines des sciences naturelles, philosophiques, psychologiques et sociales, ainsi que de la littérature, du théâtre, de la muséographie, etc.34 »

29Si le projet suscite la méfiance de certains pays, dont l’Angleterre, il est accepté par l’Assemblée de la SDN lors de sa session de septembre 1924. L’Accord qui établit la création de l’Institut lui laisse une grande autonomie : mis à la disposition de la SDN, il n’en fait pas formellement partie ; il fonctionne simplement sous ses auspices. C’est ce que met en évidence Pham Thi-Thu lorsqu’il écrit :

  • 35 Pham Thi-Thu, op. cit., p. 88.

« Les deux institutions étaient liées par d’étroites relations, mais il est indéniable que l’IICI pouvait subsister sans l’aide de la SDN, tout en gardant son caractère international. La SDN n’était pas une condition sine qua non de son existence et de son bon fonctionnement, parce que la Société n’exerçait qu’un droit de contrôle et de gestion sur son travail35. »

30Ce qui explique sans doute que des États non-membres de la SDN comme le Brésil après 1926 collaborent, qu’ils subventionnent même l’œuvre de l’Institut.

  • 36 En ce qui concerne les structures, l’Institut étant le prolongement naturel de la CICI, leur organ (...)

31Lors de la Ve session de la CICI à Paris en mai 1925, le plan de fonctionnement de l’IICI est mis en place36 et la France obtient que le président du conseil d’administration soit toujours français.

  • 37 Carl Doka, op. cit., p. 11-12.

« Ce ne furent pas les tâches qui manquèrent à cet institut [...], elles correspondaient à ce moment particulier de l’évolution culturelle où plus personne ne peut demeurer isolé, où le monde se rétrécit et où le rapprochement est nécessaire. Étant donné la nature même de la SDN et des attributions de l’Institut international de coopération intellectuelle, il était tout naturel que les petites nations fussent représentées aux côtés des grandes, soit dans les organes directeurs ou consultatifs, soit dans les cadres du personnel de la nouvelle institution ; la hiérarchie ne découlait plus ici de la politique mais du patrimoine culturel et de l’activité culturelle et scientifique dont les différents pays pouvaient se prévaloir37. »

32D’où la difficulté, pour un pays comme le Brésil, de jouer un rôle de premier plan dans une organisation comme celle-ci. C’est pourtant ce qu’il va tenter de faire, pour asseoir sa place sur la scène internationale. De fait, si la hiérarchie, à l’intérieur de l’Institut, ne découle pas de la politique, les motivations des États qui y prennent part en dépendent clairement.

33Les bornes chronologiques de notre étude seront celles de l’Institut, officiellement créé en 1924 et fermé en décembre 1946.

34La France, pionnière en matière de diplomatie culturelle, tout comme les autres grandes puissances, n’en a donc pas gardé longtemps le monopole. Un pays comme le Brésil, secondaire sur l’échiquier international de l’entre-deux-guerres, développe dès les années 1920 une politique culturelle au service de sa politique extérieure, et ce par l’intermédiaire de l’Institut international de coopération intellectuelle.

  • 38 Pierre Milza, article cité.

35Ce choix confirme les analyses de Gerson Moura quand il parle de pragmatisme, et plus particulièrement, d’« équidistance pragmatique ». Si c’est la Seconde Guerre mondiale qui constitue l’objet d’étude de cet auteur, il nous semble que le concept d’« équidistance pragmatique » peut également, et avec profit, s’appliquer à l’entre-deux-guerres. De fait, en choisissant d’agir au sein de cet Institut, tout en étant partie prenante de l’Union panaméricaine, le Brésil se place au centre d’un triangle dont les trois extrémités sont l’Europe, les États-Unis et le reste de l’Amérique latine, se rapprochant parfois plus particulièrement d’un de ces trois pôles, mais sans jamais rompre cet équilibre. On peut resituer la dynamique brésilienne dans une perspective plus large, résumée par Pierre Milza : « Face à l’action conquérante des puissances dominantes, de quels moyens les pays dominés disposent-ils pour préserver leur identité culturelle ?38 » L’exemple du Brésil, et plus globalement de l’Amérique latine, lui semble particulièrement pertinent car il

« nous montre comment, dans une situation de forte dépendance à l’égard des grandes puissances du moment, les États latino-américains, ou plus précisément les bourgeoisies créoles qui les dirigent, fondent leur identité culturelle sur les concepts de latinité et de pan-latinisme et jouent dans cette perspective les impérialismes faibles que sont, dans cette région du monde, ceux de l’Italie et de la France contre les impérialismes forts et en particulier contre celui, tout proche, du grand voisin nord-américain ».

36C’est en l’occurrence l’IICI que l’Amérique latine dans son ensemble, et plus particulièrement le Brésil, utilise pour créer un équilibre où les États-Unis ne seraient pas hégémoniques. Le cas brésilien est spécifique dans la mesure où il apparaît souvent à la marge du mouvement panaméricain : ses relations ambivalentes avec les États-Unis tout comme son attachement à l’Institut – et à travers ce dernier, son attachement à l’Europe – sont en grande partie dus à son isolement diplomatique au sein du continent sud-américain. C’est pourquoi nous nous attarderons souvent sur ce contexte américain, si complexe et si riche.

37La dimension culturelle, le « soft power », semble ainsi, finalement, aller de soi dans la politique extérieure mise en œuvre par le Brésil pendant l’entre-deux-guerres. Ce travail s’attachera à voir comment une puissance secondaire comme le Brésil utilise un organisme culturel international pour exister sur la scène mondiale, et pour poursuivre son objectif de développement économique ; comment il concurrence les grandes puissances sur un terrain où le Nouveau Monde n’est pas toujours pris au sérieux, notamment par la Vieille Europe. Pour ce faire, nous nous sommes attachés tout d’abord à identifier les acteurs institutionnels de cette diplomatie culturelle en lien avec l’Institut, en mettant en valeur les hommes et leurs motivations. Autant qu’une mise au point technique, il s’agit de cerner les desseins de ces acteurs et de rendre compte du système de représentation qui était celui des hommes impliqués dans cette politique. Ce système de représentation s’inscrit, nous l’avons vu, dans un cadre particulier où le Brésil joue une partition complexe, tentant de ménager tout à la fois les États-Unis, l’Europe et le reste de l’Amérique latine. L’Institut représenterait alors un trait d’union entre les différents pôles autour desquels s’articule la politique extérieure brésilienne. Enfin, nous avons élargi notre étude à l’ensemble des pays latino-américains, dans la mesure où ils sont de plus en plus présents dans l’Organisation de coopération intellectuelle, pour les mêmes raisons que le Brésil. Nous continuerons cependant à privilégier le rôle et le point de vue de ce pays.

38Pour mener à bien ce travail, nous avons utilisé les archives de l’IICI, conservées à l’UNESCO. Jusqu’à présent, cette organisation n’a été étudiée, comme nous l’avons fait remarquer, que par Jean-Jacques Renoliet, dont la thèse retrace l’histoire et le fonctionnement de l’Institut. Il s’agit ici de se pencher plus particulièrement sur l’action d’un pays au sein de l’Institut, et donc d’envisager le fonctionnement de celui-ci à travers un point de vue particulier. Pour ce faire, ont été également consultées les archives du ministère des Relations extérieures brésilien, conservées au Palais de l’Itamaraty, à Rio de Janeiro. Il s’agit notamment de la correspondance du délégué brésilien auprès de l’Institut, des documents concernant le Service de coopération intellectuelle de ce ministère et la Commission brésilienne de coopération intellectuelle. Enfin, les publications de l’Institut – La Coopération intellectuelle et L’année de la coopération intellectuelle –, jusqu’ici fort peu exploitées, ont également fait l’objet d’un dépouillement.

Notes

1 Alex Fortes, préface à Paulo Fagundes Vizentini, Relações internacionais do Brasil : de Vargas a Lula, São Paulo, Ed. Fundação Perseu Abramo, 2003, p. 3.

2 Edgard Telles Ribeiro, Diplomacia cultural : seu papel na política exterior brasileira, 1989, p. 26.

3 Pierre Milza, « Cultures et relations internationales », Relations internationales, n° 24, Paris, 1980, p. 366.

4 Robert Frank, « Diplomaties et transferts culturels au xxe siècle », Relations internationales, Introduction, n° 115, Paris, 2003, p. 319-323.

5 Carl Doka, Les Relations culturelles sur le plan international, Neufchâtel-Suisse, Éd. de La Baconnière, 1959, p. 14.

6 J.M. Mitchell, International Cultural Relations, Londres, Allen & Unwin/British Council, 1986.

7 Edgard Telles Ribeiro, op. cit., p. 23.

8 Robert Frank, « Images et imaginaires dans les relations internationales depuis 1938 », in Robert Frank, avec la collaboration de Maryvonne Le Puloch, Cahiers de l’IHTP, n° 28, juin 1994, p. 5-11.

9 Edgard Telles Ribeiro, op. cit.

10 Hugo Rogelio Suppo, Mônica Leite Lessa, article cité, p. 156.

11 Mônica Herz, « A dimensão cultural das relações internacionais : proposta teórico-metodológica », in Contexto internacional, n° 6, Julho/Dezembro 1987, p. 61-76.

12 Mônica Herz, Política cultural externa e atores transnacionais. O caso da Fundação Ford no Brasil, Defensa de Maestría presentada en IUPERJ, Rio de Janeiro, 1989.

13 Alain Lombard, Politique culturelle internationale. Le modèle français face à la mondialisation, Paris, Babel/Maison des cultures du monde, 2003, p. 44.

14 Carl Doka, op. cit., p. 9.

15 Maurice Vaïsse, cité par Denis Rolland, Gonzalez Calleja et al., L’Espagne, la France et l’Amérique latine. Politiques culturelles, propagandes et relations internationales, xxe siècle : hommage à Andrée Bachoud, España, Francia y América latina : políticas culturales, propagandas y relaciones internacionales, siglo xx, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 26.

16 Il convient ici de revenir sur le terme « propagande ». De fait, depuis le Troisième Reich le mot « propagande » est associé à une arme qui doit servir à influencer les peuples étrangers jusqu’au nivellement et à la sujétion ; comme l’écrit Carl Doka, dans un contexte totalitaire la propagande « fait du cerveau sa chose qu’elle manœuvre à son gré » (Carl Doka, op. cit., p. 21). Dans la mesure où il n’y a pas abus de moyens légitimes pour des buts contestables, la propagande se transforme en une action d’influence. Si le terme est fréquemment employé par les acteurs brésiliens de notre étude, on remarque qu’il l’est beaucoup moins du côté européen, et en particulier français ; on lui préfère les expressions « expansion culturelle », « politique d’information », « rayonnement culturel »… Nous emploierons le plus souvent celles de politique culturelle ou de diplomatie culturelle, mais, parce qu’il fait partie du vocabulaire utilisé dans les sources brésiliennes, le mot propagande ne sera pas absent de ce travail.

17 Carl Doka, op. cit., p. 42.

18 Hugo Rogélio Suppo, op. cit.

19 Gilles Matthieu, Une ambition sud-américaine. Politique culturelle de la France (1914-1940), Paris, L’Harmattan, 1991.

20 Bartolomé Bennassar, Richard Marin, Histoire du Brésil, 1500-2000, Paris, Fayard, 2000, p. 277.

21 Eugênio Vargas Garcia, O Brasil e a Liga das Nações (1919-1926), Porto Alegre, Editora da Universidade, 2000, p. 50.

22 Gerson Moura, « A Revolução de 1930 e a política exterior brasileira : ruptura ou continuidade ? », in A Revolução de 1930, Seminário internacional, Ed. Universidade de Brasilia, 1983, p. 573-596.

23 Paulo Fagundes Vizentini, op. cit., p. 11.

24 C’est en jouant sur la concurrence entre les États-Unis et l’Allemagne que Getúlio Vargas obtient des premiers qu’ils financent le complexe sidérurgique de Volta Redonda, dans l’État de Rio de Janeiro.

25 Paulo Roberto Almeida de, Relações internacionais e política exterior do Brasil : história e sociologia da diplomacia brasileira, Porto Alegre, Ed. da UFRGS, 2004, p. 23.

26 Pham Thi-Tu, La Coopération intellectuelle sous la SDN, Genève, Droz, 1962, avant-propos.

27 Jean-Jacques Renoliet, L’UNESCO oubliée. La Société des Nations et la Coopération intellectuelle (1919-1946), Paris, Publications de la Sorbonne, 1999.

28 « La CICI est l’organe supérieur de la Coopération intellectuelle, dont elle dirige le travail et contrôle l’activité. […] Ses membres sont élus par le Conseil de la SDN ». Cité par Mayoux Jean-Jacques (dir.), L’Institut international de coopération intellectuelle, 19251946, Paris, IICI, 1947, p. 53.

29 Cité par Pham Thi-Tu, op. cit., p. 76.

30 Cité par Jean-Jacques Mayoux (dir.), op. cit., p. 45.

31 Note de Luchaire, haut fonctionnaire du ministère de l’Instruction publique à l’origine du projet d’Institut, citée par Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 45.

32 Jean-Jacques Renoliet, op. cit., p. 46 : « la France troque sa panoplie militaire et financière contre son habit culturel, confirmant ainsi que la culture est devenue une des armes de sa diplomatie ».

33 « Pour garder la place à laquelle nous croyons avoir droit, nous devons moins chercher à imposer directement notre influence qu’à prendre l’initiative et le mérite d’une grande œuvre d’organisation intellectuelle internationale ». Luchaire, cité par Renoliet Jean-Jacques, op. cit., p. 58.

34 Carl Doka, op. cit., p. 11.

35 Pham Thi-Thu, op. cit., p. 88.

36 En ce qui concerne les structures, l’Institut étant le prolongement naturel de la CICI, leur organisation doit être parallèle. L’Institut doit comporter six sections et des services : les sections sont conçues comme des divisions stables (relations universitaires, bibliographie et relations scientifiques, affaires générales, relations littéraires et artistiques, information) dirigées par des fonctionnaires permanents ; les services sont consacrés à des objets plus restreints, sont conçus comme temporaires et donc confiés à des experts engagés à temps partiel.

37 Carl Doka, op. cit., p. 11-12.

38 Pierre Milza, article cité.

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540