Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alena-Mercosur : enjeux et limites de l'intégration américaine

 | 
Alain Musset
, 
Victor M. Soria

Introduction

L’intégration américaine : le puzzle des États, la mosaïque des traités

Alain Musset

Texte intégral

  • * Directeur d’études à EHESS, Paris.

1Note portant sur l’auteur*

Photographie n° 1 : Le poste de frontière de Paso Canoa marque non seulement la limite entre deux entités historiques (l'ancienne capitainerie générale du Guatemala et l'audience de Panamá), mais aussi entre deux pays issus des guerres d'indépendance et des interventions nord-américaines (le Costa Rica et le Panamá), ainsi qu'entre le bloc économique du Marché commun centre-américain (MCCA) et la zone d'influence directe des États-Unis (le balboa n'est que la version panaméenne du dollar US). Cliché : Alain Musset.

2À l’aube du troisième millénaire, après deux siècles de querelles de clochers, de déchirements internes et de luttes fratricides, les pays hispano-américains semblent parfois rêver du bon vieux temps, celui où la Couronne espagnole garantissait à ses territoires d’outre-mer une unité politique, religieuse, culturelle et monétaire – même s’il s’agissait d’une unité de façade, qui masquait difficilement jalousies, rivalités et règlements de compte entre les loyaux sujets de sa Majesté. Si nul ne regrette l’époque où les gachupines (Espagnols de la péninsule) faisaient la loi dans le Nouveau Monde, méprisant ouvertement les Créoles nés sur place et arc-boutés sur l’héritage de leurs glorieux ancêtres, rares sont les hommes politiques qui n’invoquent pas les cendres de Simon Bolivar ou de Francisco Miranda, héros des guerres d’Indépendance qui tentèrent en vain de recoller les morceaux d’un vaste empire éclaté en une vingtaine de républiques : "autant labourer l’océan", comme le déclara, déçu et meurtri, l’ancien président de la Grande Colombie, du Pérou et de la Bolivie, avant de mourir à Santa Marta, dans les bras du barbier français qui lui servait de médecin sur le chemin de son exil volontaire.

3En Amérique du Sud, le Brésil, longtemps considéré comme un continent dans le continent, coupé de ses voisins par sa langue et par sa forêt, mais aussi et surtout par les nécessités et les contraintes de sa géopolitique interne, forme désormais avec l’Argentine le noyau dur d’un Mercosur qui, malgré des crise récurrentes, tente de s’imposer comme un partenaire économique majeur. En Amérique du Nord, les États-Unis ont fini par ouvrir la porte à leurs voisins mexicains afin de créer un vaste espace qui, avec la participation du Canada, représente la deuxième zone de libre-échange du monde après l’Union européenne (en termes de commerce international). Le vieux rêve de Bolivar d’une Amérique latine unie semble peu à peu prendre forme, même si ce sont les États-Unis qui mènent le bal, comme le craignait déjà en son temps le vieux libertador, inquiet de voir la jeune république anglo-saxonne et protestante prête à remplacer l’Espagne dans son rôle de gardienne des clés du continent.

4Est-ce à dire que tout va pour le mieux dans le meilleur des hémisphères possibles ? Le vent violent de la mondialisation, du libéralisme et de l’ouverture commerciale pousseraient ainsi les États américains à abolir leurs frontières, à supprimer les droits de douane, à multiplier les programmes de coopération internationaux et transfrontaliers, à créer de nouvelles solidarités, après avoir durant plusieurs décennies fondé tous leurs espoirs de développement sur le protectionnisme, le nationalisme et le repli identitaire. Ce retournement de situation n’est pas le fait du hasard. Après une "décennie perdue", celle des années 1980, l’effondrement du Mur de Berlin, la fin des dictatures et des guerres civiles, le retour de la croissance (au moins dans un premier temps), ont favorisé la mise en place de nombreux accords régionaux destinés à aplanir les obstacles qui, au sud du Rio Grande, entravaient les relations commerciales entre les différents États issus de la colonisation espagnole et portugaise. Mieux encore, les États-Unis poussent leurs voisins à créer une vaste zone de libre-échange qui s’étendrait de l’Alaska à la Terre de feu, et dont l’Alena ne serait que le prototype ou la première étape. Lors du troisième Sommet des Amériques, qui s’est tenu à Québec du 20 au 22 avril 2001, tous les chefs d’État et de gouvernement américains se sont entendus pour confirmer la mise en place d’un accord dit "hémisphérique", c’est-à-dire à l’échelle du continent, pour l’horizon 2005.

5L’enthousiasme général doit cependant être relativisé. En effet, de nombreux opposants à cette volonté d’intégration économique à marche forcée, qui néglige les aspects culturels et sociaux de l’opération, acceptent mal l’idée de reconnaître les États-Unis comme le leader "naturel" du Nouveau Monde – pour ne pas dire du monde entier. Au sud du Rio Bravo, la "destinée manifeste" des USA n’est pas toujours une évidence. En outre, les autres blocs déjà formés, comme le Mercosur, craignent de se dissoudre dans les vapeurs du dollar et des fonds de pension, dont le poids sur l’économie des marchés émergents n’a d’égal que l’extrême volatilité (Musset, 1999).

6Or, la nouvelle crise financière traversée par l’Argentine en juillet 2001 n’a rien fait pour rassurer les investisseurs. Les mécanismes internes du Mercosur n’ont pas empêché la bourse de Buenos Aires de sombrer, malgré les appels à la raison du président brésilien, Fernando Henrique Cardoso, qui a publiquement confirmé le soutien moral de son pays à son malheureux voisin. Cette sollicitude (toute platonique) se comprend d’autant plus que l’accroissement des échanges entre le Brésil et l’Argentine, depuis l’entrée en vigueur du Mercosur, a rendu les deux économies de plus en plus dépendantes l’une de l’autre. La chute des exportations vers le Rio de la Plata menace directement les emplois industriels de São Paulo ou du Rio Grande do Sul, tout comme le spectre d’une dévaluation du peso argentin fragilise le real brésilien et redonne des couleurs au billet vert, seule valeur refuge pour toutes les populations latino-américaines, depuis le chef d’entreprise multimillionnaire jusqu’au cireur de chaussures de Puerto Madero (Argentine) ou de Ciudad Nezahualcoyotl (Mexique). Dans un contexte particulièrement défavorable, Domingo Cavallo, le ministre argentin de l’économie qui, à l’époque de Carlos Menem, avait sauvé une première fois son pays en accrochant la monnaie nationale au dollar américain (sans pour autant franchir l’étape symbolique de la dollarisation complète), n’a plus beaucoup de cartes à jouer. Même les coupes massives dans les dépenses publiques, une vieille recette pourtant bien éprouvée, ne parviennent plus à restaurer la confiance des créanciers et des experts du FMI.

7Pour tenter d’en finir avec les crises à répétition qui ont systématiquement hypothéqué toutes les périodes de croissance et de développement connues par les nations latino-américaines depuis leur indépendance, rares sont les hommes politiques qui préconisent un retour au protectionnisme, au contrôle des changes et à la fermeture des frontières. Au Mexique, le PRD (Parti de la révolution démocratique) ne remet pas en cause les fondements de l’Alena, même si ses principaux dirigeants dénoncent le caractère trop libéral et trop peu social du traité signé en 1992 par Carlos Salinas de Gortari et Bill Clinton. Au Brésil, Luis Inacio "Lula" da Silva, le vieux leader syndicaliste, aujourd’hui président d’honneur du Parti des travailleurs (PT) a beau caracoler en tête dans les sondages d’opinion pour la prochaine élection présidentielle, il n’envisage pas de saborder le Mercosur, même s’il se montre ouvertement hostile au projet nord-américain de Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA).

8En fait, la question pour les États latino-américains n’est plus de savoir s’ils doivent ou non ouvrir leurs frontières, mais plutôt de préciser dans quelles conditions, et à quel prix, ils vont le faire. Dans cette perspective, la notion de "bloc" prend alors tout son sens, car chacun peut avoir le choix de négocier séparément son entrée dans le système proposé par la Maison-Blanche, ou bien de suivre des schémas de convergence élaborés sur la base des traités d’intégration existants (Dabène, 2000). Cependant, si le choix de la stratégie par bloc l’emporte, il reste à savoir quelle échelle doit être privilégiée par les candidats à l’intégration "hémisphérique", puisque tous les États participent peu ou prou à des programmes régionaux qui s’emboîtent les uns dans les autres comme de véritables poupées gigognes.

LES POUPÉES CIGOGNES DE L’INTÉGRATION RÉGIONALE

  • 1 Ceux-ci conservent toute liberté pour réglementer leur commerce avec des pays tiers et pour élabor (...)
  • 2 "Mode de coopération économique international aux termes duquel deux ou plusieurs États conviennen (...)

9En effet, sur le continent américain, les traités, les accords et les programmes d’intégration régionale sont légion. Ils sont cependant à géométrie variable et ils n’ont pas tous la même portée économique et/ou politique pour les États signataires. Malgré les déclarations d’intention, les proclamations tonitruantes et les vibrants appels à la solidarité continentale, les différents projets n’impliquent pas entre les partenaires le même degré d’intégration, de réglementation et de responsabilité juridique ou institutionnelle. Tous les profils sont alors envisagés : simple zone de libre-échange consistant à abolir les restrictions quantitatives et les obstacles tarifaires appliqués aux mouvements de marchandises entre les pays membres1 ; union douanière qui implique un tarif extérieur commun (comme le Zollverein institué entre les États allemands à l’initiative de la Prusse au xixe siècle) ; union économique de type Commonwealth britannique2 ; marché commun correspondant à une union douanière doublée d’une harmonisation des politiques publiques (fiscale, agricole, sociale...,comme dans le cadre du traité de Rome) ; union monétaire symbolisée par l’adoption d’une monnaie de compte commune, comme l’Euro pour les pays membres de l’Union européenne ; sans compter les multiples conventions de coopération régionale, signées au coup par coup afin de montrer la bonne volonté des gouvernements à soutenir les projets transfrontaliers de développement.

Le Mexique et les institutions d’intégration régionale

10C’est ainsi que le Mexique appartient en même temps à plusieurs accords d’intégration régionale qui couvrent des espaces variés et qui correspondent à des objectifs très différents. À l’échelle du bassin caraïbe, il forme avec le Venezuela et la Colombie le "Croupe des Trois", dont les activités se limitent à promouvoir les échanges de marchandises entre les États membres, à favoriser une politique énergétique commune et à garantir (de manière sans doute utopique) la stabilité des pays de la région. Il appartient aussi à l’AEC (Association des États de la Caraïbe), créée en 1994 pour approfondir les relations et accroître les échanges entre les riverains de la "Méditerranée américaine" et qui regroupait 25 pays en l’an 2000, dont les membres du "Croupe des Trois".

  • 3 Le dernier État à avoir demandé et obtenu son adhésion à l’Aladi est Cuba (août 1999), ce qui a ét (...)

11À un autre niveau, celui de l’Amérique latine, il fait partie du "Croupe de Rio", créé en 1986 pour servir d’outil de consultation et de concertation politique entre les nations latino-américaines, même si ses membres s’intéressent de plus en plus à des problèmes purement économiques. Il participe aussi aux activités de l’Aladi (Association latino-américaine d’intégration), créée en 1980 sur les bases de l’Alalc (Association latino-américaine de libre commerce), fondée vingt ans plus tôt pour promouvoir les échanges au sein des pays latino-américains et assurer le développement économique du sous-continent. Ses douze membres (dont tous les signataires du Mercosur) ont approuvé avec enthousiasme le traité fondateur de Montevideo (décembre 1980), qui envisageait déjà la création d’un marché commun en appliquant de manière progressive (mais sans fixer de calendrier précis), des mécanismes très classiques : préférence douanière accordée aux pays de la région, accords de coopération économique et culturelle, aide aux pays les moins développés (Bolivie, Equateur, Paraguay)3. En ce sens, l’Aladi fonctionne plutôt comme un accord-cadre qui laisse les coudées franches à ses membres pour développer tout type de coopération économique à l’échelle de la région ou du continent.

  • 4 Le Mexique aujourd’hui, n°14, juillet 2001, p. 5.

12Loin de limiter son ambition au continent américain, le Mexique a demandé et obtenu son admission au sein de l’APEC, en 1993. Créée en 1989, l’Organisation de coopération économique Asie-Pacifique intègre 21 pays en 2001, dont l’Australie, le Canada, la Chine, les États-Unis, le Japon, Singapour et, depuis 1994, le Chili. Elle a pour vocation de favoriser la coopération économique entre les pays de la zone Pacifique et de promouvoir les vertus cardinales du libre-échange et du libéralisme économique. Malgré son potentiel énorme (en 2000, les 21 pays membres totalisaient une population de deux milliards d’habitants et concentraient plus de 60 % de la richesse mondiale), son rôle se borne surtout à encourager la croissance de flux commerciaux qui n’ont pas besoin de règlements ni de directives pour trouver leur chemin dans un espace en plein développement, mais où les disparités socio-économiques sont considérables. En 1994, lors de la réunion de Bogor, en Indonésie, l’APEC s’était donné pour objectif la libéralisation totale des échanges entre les pays les plus industrialisés de l’organisation d’ici 2010, et, d’ici 2020, pour les autres. Le Mexique, qui accueillera le prochain sommet de l’APEC, les 26 et 27 octobre 2002, aura pour tâche de proposer le programme de ce processus d’intégration et d’organiser les différents forums et rencontres qui serviront de cadre à sa discussion4.

13Malgré son implication dans plusieurs organismes d’intégration économique, de taille et de portée variables, c’est en signant l’Accord de libre-échange nord-américain (Alena), entré en vigueur le 1er janvier 1994, que le Mexique a fait un pas décisif sur le chemin de l’ouverture et du libéralisme, après plusieurs décennies de rhétorique révolutionnaire et de repli sur soi. La mise en place de l’accord a sans aucun doute constitué le plus grand succès diplomatique de l’ancien président Carlos Salinas de Gortari (1988-1994), auquel les États-Unis pensaient confier la direction de l’Organisation mondiale du commerce, en récompense de ses bons et loyaux services. Cependant, la profonde crise financière qui, en décembre 1994, a accompagné la prise de pouvoir du président élu, Ernesto Zedillo, a conduit la Maison-Blanche à abandonner son candidat (il était en outre accusé de détournement de fonds publics, de blanchiment d’argent sale et d’assassinat). Malgré ces péripéties (auxquelles on peut ajouter l’insurrection néozapatiste du Chiapas, lancée le jour même de l’entrée en vigueur du traité de libre-échange), l’Alena constitue aujourd’hui un formidable bloc économique qui peut largement faire face à son adversaire déclaré, l’Union européenne, avec plus de quatre cents millions d’habitants et un PIB annuel de l’ordre de 10 000 milliards de dollars (tableau n° 1).

Tableau n° 1 : ALENA-MERCOSUR, DONNÉES STATISTIQUES DE BASE (1999)

Tableau n° 1 : ALENA-MERCOSUR, DONNÉES STATISTIQUES DE BASE (1999)

Note 1

L’Amérique centrale, entre deux continents

  • 5 Sans l’aide financière apportée par les États-Unis en 1995, le Mexique n’aurait jamais pu faire fa (...)

14Auréolé de ses succès macro-économiques, convaincu de l’appui inconditionnel de son puissant voisin5, le Mexique entend désormais jouer un rôle moteur dans les mécanismes d’intégration régionale. Le dernier né de ces projets est le "Plan Puebla-Panamá", proposé au début de l’année 2001 par le nouveau président mexicain, Vicente Fox, afin de favoriser le développement conjoint de l’Amérique centrale et des États du sud de la fédération mexicaine. En effet, par bien des aspects, leurs habitants sont confrontés aux mêmes réalités économiques, ethniques et politiques que les nations de l’isthme. Dans une déclaration commune publiée depuis le Salvador où ils étaient réunis pour un sommet extraordinaire du "Mécanisme de dialogue et de concertation de Tuxtla" (15 juin 2001), les chefs d’État et de gouvernement centraméricains ont approuvé cette initiative, destinée à favoriser la modernisation de l’Amérique centrale pour le xxie siècle. Outre les sept pays d’Amérique centrale (Belize, Costa Rica, El Salvador, Guatemala, Honduras, Nicaragua et Panamá) la proposition inclut les sept États du sud-est mexicain (Campeche, Chiapas, Guerrero, Puebla, Quintana Roo, Tabasco, Veracruz et Yucatán), ce qui représente une population totale de 65 millions d’habitants.

15Ce programme ambitieux (mais encore vague) a pour objectif d’assurer, dans le cadre d’un vaste projet d’intégration, les conditions d’un "développement durable" pour toute la région. Il prévoit non seulement la mise en place d’une zone de libre-échange dont les principaux bénéficiaires devraient être les petites et moyennes entreprises, mais également un programme de fourniture et de distribution d’énergie, une intégration des services de télécommunications, la facilitation de la circulation des personnes entre les différents pays et un programme commun de promotion du tourisme dans l’ensemble de la "zone maya". Les huit pays s’engagent également à garantir ensemble la protection de leurs environnements et de leurs ressources naturelles et à lutter contre la pauvreté à travers "l’initiative méso-américaine de développement humain". Le choix du terme "méso-Amérique", pour désigner l’espace compris entre l’isthme de Tehuantepec et celui de Panamá n’est pas neutre. En utilisant un concept forgé par les archéologues et les anthropologues, mais jusqu’ici peu ou pas utilisé dans une perspective géopolitique, les dirigeants centraméricains et mexicains cherchent à donner une véritable légitimité au territoire qu’ils ont ainsi défini, sans remettre en cause les frontières héritées de l’époque coloniale et du xixe siècle.

16Le texte réaffirme, par ailleurs, l’engagement des signataires en faveur de la défense et de la promotion de la démocratie dans la région, thème de plus en plus présent dans tous les accords économiques et qui permet de donner une couleur "humaniste" à des projets purement commerciaux. Les huit pays ont exprimé à cet égard leur soutien aux efforts déployés par l’organisation des États Américains (OEA) pour établir une charte démocratique interaméricaine, conformément à la résolution adoptée lors de la dernière Assemblée générale de l’OEA, à San José de Costa Rica, le 5 juin 2001. "Développement durable" et "démocratie" sont deux mots clés destinés à désamorcer les critiques des adversaires de la mondialisation et du libéralisme, et plus particulièrement celles du sous-commandant Marcos qui, du fond de sa forêt, fulmine sur internet contre les projets d’intégration conçus pour profiter aux entreprises transnationales au lieu de servir à rapprocher les hommes.

17Quant aux États de l’isthme, s’ils ont approuvé avec autant d’énergie le projet proposé par Vicente Fox, alors que le Mexique a longtemps été soupçonné de visées hégémoniques par ses petits voisins, c’est qu’ils espèrent bien profiter de cet accord pour entrer, presque par effraction, dans l’Alena – avant même la mise en place de la ZLEA. C’est dans cette optique qu’avait été créé le groupe du "triangle nord", avec le Guatemala, le Honduras et le Salvador, au milieu des années 1990. Le 29 juin 2000, la signature d’un accord de libre-échange entre ses trois pays et le Mexique leur a permis de s’immiscer dans la cour des grands, même si personne n’espérait effacer de cette manière le fossé économique séparant les nations centraméricaines de leurs voisins mexicains et nord-américains. De manière hautement symbolique, le traité a été signé dans le château de Chapultepec, qui surplombe la ville de Mexico, en présence de trois invités d’honneur : les présidents du Nicaragua, Amoldo Alemán, et du Costa Rica, Miguel angel Rodríguez, ainsi que, Mireya Moscoso, présidente du Panamá. Le but de l’opération était d’ouvrir les frontières à plus de 1 500 marchandises originaires de la région en abaissant progressivement les droits de douane (sur dix ans pour les produits industriels, et sur douze ans pour les produits agricoles).

18À bien des égards, le "Triangle nord" n’est qu’une nouvelle manifestation de l’ancien Marché commun centraméricain (MCCA) qui a connu son heure de gloire dans les années 1960, avant de succomber sous les coups conjugués des dissensions internes, des guerres civiles et des conflits armés (Demyk, 1998). En effet, depuis la disparition des Provinces unies d’Amérique centrale, en 1838, les élites de la région jouent régulièrement avec les projets de fédération, de confédération ou d’union douanière, sans jamais renoncer à l’idée des "petites patries" qui justifient leur existence économique et politique. En 1923, la signature d’un traité de paix et d’amitié entre les différents pays ouvrait cependant la voie à l’émergence d’une institution soutenue par Washington et la Commission économique pour l’Amérique latine (Cepal) : l’Organisation des États de l’Amérique centrale (Odeca), fondée en 1951 à San Salvador.

19Dix ans plus tard, à l’initiative des pays membres de l’Odeca (Costa Rica, El Salvador, Guatemala, Honduras, et Nicaragua), naissait le Marché commun centraméricain qui, durant les dix premières années de son existence, allait dynamiser l’économie régionale et favoriser l’émergence de véritables marchés nationaux. Une monnaie de compte commune, le peso centraméricain, a été créée à cette occasion afin de faciliter les transactions financières et d’accélérer les échanges commerciaux. Cependant, cette initiative hautement symbolique masquait mal les véritables enjeux politiques de l’opération, puisque le peso centraméricain, comme le balboa panaméen, n’était (et n’est toujours) qu’un avatar du dollar nord-américain, la parité fixe étant d’un peso centraméricain pour un US dollar. Au milieu des années 1970, la crise du système obligea le Secrétariat à l’intégration économique centraméricaine (Sieca) à proposer de nouvelles formules qui ne connurent aucun succès : la montée en puissance des guérillas (principalement au Salvador, au Nicaragua et au Guatemala) et la répression sanglante organisée par l’armée et les groupes paramilitaires ont fait passer au second plan tous les projets d’intégration économique (photographie n° 1, p. 6).

20La fin des guerres civiles qui, au cours des années 1970-1980, ont dévasté et appauvri les nations de l’isthme, a permis de relancer les mécanismes de la coopération régionale. Créé en 1960 à Managua pour veiller à la bonne marche du MCCA, le Sieca a été reconfirmé dans ses prérogatives en 1991. En 1993, le protocole du Traité d’intégration économique centraméricaine signé à Guatemala en a fait l’organe technique chargé de mettre en route le Système d’intégration centraméricaine (SICA), qui doit favoriser la croissance des relations commerciales entre les pays membres. Le MCCA semble donc vouloir renaître de ces cendres, même si son rôle risque de se réduire à faciliter l’intégration de l’Amérique centrale dans le grand projet de Zone de libre-échange des Amériques (tableau n° 2). Dans cette optique, les pays centraméricains ont décidé de mettre en place un traité de libre commerce avec le Panama (21 mars 2000), pays longtemps exclu de toute initiative régionale à cause de la présence des États-Unis qui faussaient les règles du jeu en conservant leur mainmise sur la zone du canal. Cependant, dans le même temps, le Costa Rica et le Nicaragua ont conclu, chacun de leur côté, un accord bilatéral de libre commerce avec le Mexique (le Costa Rica faisant de même avec le Canada pour mieux cerner son principal objectif : le marché des États-Unis).

TABLEAU N° 2 : LE MARCHÉ COMMUN CENTRAMÉRICAIN, DONNÉES STATISTIQUES DE BASE (1991-1999)

TABLEAU N° 2 : LE MARCHÉ COMMUN CENTRAMÉRICAIN, DONNÉES STATISTIQUES DE BASE (1991-1999)

Note 1

21L’intégration régionale centraméricaine est donc elle aussi à géométrie variable. Le Marché commun centraméricain stricto sensu comprend les cinq pays fondateurs de l’Odeca et couvre 422 720 km2. En sont exclus le Belize, ancienne colonie anglaise, et le Panamá, longtemps considéré comme un simple "protectorat" des États-Unis, même si de nouveaux liens ont été tissés avec ces deux nations à la faveur des changements politiques qui, depuis le début des années 1990, ont transformé l’ensemble de la zone. À une autre échelle, les États centraméricains participent, comme le Mexique, le Venezuela et la Colombie, aux activités de l’Association des États de la Caraïbe (AEC). Au nouveau de la sous-région, le "Triangle nord", fait office de modèle et de précurseur pour les États voisins et pour les institutions régionales d’intégration. C’est d’ailleurs avec la bénédiction des responsables du Sieca, présents à la table des négociations, que le Honduras, le Guatemala et le Salvador ont signé avec le Mexique le traité de libre-échange qui a ouvert la voie au Plan Puebla-Panamá, proposé par le président Vicente Fox à l’ensemble des pays de l’isthme.

Deux ensembles hétérogènes : la Communauté caraïbe et la Communauté andine

  • 6 L’audience du Panamá appartenait au vice-royaume du Pérou, avant d’être rattachée, en 1739, à celu (...)
  • 7 Malgré un accord signé en 1991 avec le Guatemala pour reconnaître l’existence et les frontières du (...)

22Or, cette proposition mexicaine s’adresse aussi au Bélize et au Panama, preuve que les frontières géopolitiques peuvent prendre de nouvelles dimensions et adopter des configurations différentes selon les contraintes et les nécessités du moment. Si le cas du Panama s’explique en grande partie par les découpages territoriaux opérés par les Espagnols au cours de l’époque coloniale6, le Bélize est l’héritage d’une frontière impériale établie de manière informelle entre l’Espagne et l’Angleterre. De fait, par la géographie, l’ancien Honduras britannique appartient indiscutablement au monde centraméricain. Pourtant, par son histoire, il se rattache au monde caraïbe anglo-saxon, puisque les premiers colons anglais se sont installés dès le début du xviie siècle sur le versant Atlantique de la Capitainerie du Guatemala, pour exploiter les bois précieux de la forêt humide dont le caractère malsain avait rebuté les conquistadors. Devenu indépendant en 1981, le Bélize est resté membre du British Commonwealth et la Grande-Bretagne continue à veiller sur la sécurité de son ancienne colonie7.

23Ses liens avec la Couronne anglaise, ses relations commerciales avec la Grande-Bretagne, l’usage de l’anglais comme langue officielle et les prétentions permanentes du Guatemala sur son territoire, ont poussé le Bélize dans les bras d’un autre bloc régional qui, au contraire de l’Odeca et du Marché commun centraméricain, ne demandait qu’à l’accueillir : la Communauté caraïbe (Caribean Community – Caricom). Créée en 1973 sur les bases de l’ancienne Association caraïbe de libre-échange (Caribean Free Trade Association – Carifta), la Caricom a pour but l’établissement d’un véritable marché commun, le développement de la coopération régionale dans plusieurs secteurs clés (éducation, culture, communication...), et la coordination de la politique extérieure des différents États membres (au nombre de quinze en l’an 2000, dont le Guyana, qui faisait partie du groupe fondateur, avec la Barbade, la Jamaïque et Trinidad et Tobago).

  • 8 Au début de 2001, l’adhésion définitive d’Haïti était toujours retardée à cause de formalités admi (...)

24Si la Communauté caraïbe regroupe essentiellement des pays de langue anglaise, elle s’ouvre progressivement aux autres îles des Antilles. Ainsi, en 1997, Haïti a demandé et obtenu son admission8. Quant à La Guadeloupe et à la Martinique, départements français, elles entretiennent de bonnes relations avec les îles voisines, mais leur adhésion pleine et entière, périodiquement envisagée, pose des problèmes politiques, économiques et culturels presque insurmontables. Bien entendu, tous les pays membres de la Caricom ont adhéré à l’Association des États de la caraïbe (AEC) qui accueille aussi les États centraméricains et les pousse à accroître leurs échanges et leurs relations commerciales avec les Antilles. Cependant, l’hétérogénéité des territoires, des situations politiques et des niveaux de développement dans ce vaste ensemble mal articulé autour de la Méditerranée américaine, rend improbable la création d’un espace économique cohérent capable d’insuffler une véritable dynamique régionale, alors que chaque pays est placé en situation de concurrence sur le marché mondial par rapport à ses voisins.

25À cet égard, le dernier grand bloc économique du continent, la Communauté andine, semble bénéficier de conditions plus favorables, comme le montre dans cet ouvrage l’analyse d’Aida Lerman Alperstein. Créée en 1969 par l’accord de Carthagène, sous le nom de Pacte andin, l’association a été relancée en 1996 pour mieux suivre l’exemple d’un Mercosur en pleine expansion et dynamiser les échanges entre les cinq pays membres : Bolivie, Colombie, Equateur, Pérou et Venezuela. L’objectif de la Communauté andine est de favoriser un "développement équitable" dans une région marquée par de fortes disparités socio-économiques (la Bolivie est l’un des pays les plus pauvres d’Amérique latine), et par des situations politiques très délicates (plus particulièrement en Colombie). À l’origine, la Communauté avait pour but déclaré de participer à la mise en œuvre d’un vaste marché commun latino-américain, dont l’existence est désormais concurrencée par le projet nord-américain de Zone de libre-échange des Amériques.

26De fait, même si tous les pays andins ont incontestablement bénéficié des mesures prises pour accroître les échanges intrarégionaux et favoriser l’ouverture des économies nationales sur le monde (tableau n° 3), les grandes déclarations de principe qui ont accompagné la création de la communauté n’ont pas permis de créer un espace homogène ni de résorber le lourd passif de sociétés très inégalitaires. En outre, comme on l’a vu, les deux poids lourds de la CAN (la Colombie et le Venezuela) profitent de leur situation géopolitique, au contact entre différents espaces économiques, pour participer activement à d’autres organismes d’intégration régionale ou de coopération internationale : d’un côté l’Association des États de la Caraïbe, de l’autre, le "Croupe des trois", en compagnie du Mexique.

TABLEAU N° 3 : LA COMMUNAUTÉ ANDINE, STATISTIQUES DE BASE (1970-2000)

TABLEAU N° 3 : LA COMMUNAUTÉ ANDINE, STATISTIQUES DE BASE (1970-2000)

Note 1§

ALENA ET MERCOSUR : DEUX LABORATOIRES DE L’INTÉGRATION AMÉRICAINE

  • 9 Cet esprit d’ouverture ne s’applique pas encore à Cuba, qui devra d’abord digérer la succession de (...)

27Dans ce contexte, le rôle des États-Unis n’est pas ambigu. En réclamant l’ouverture d’une Zone de libre échange des Amériques, depuis l’Alaska jusqu’à la Terre de Feu, les locataires de la Maison Blanche ne font que suivre la ligne tracée depuis 1823 par la "doctrine Monroe" qui fait d’eux les gardiens et les garants de l’indépendance américaine, face à la gourmandise des anciennes puissances coloniales. Dans son message sur l’état de l’Union, de décembre 1823, le président James Monroe affirmait en effet que le continent américain dans son ensemble (y compris les Antilles) était désormais fermé à toute tentative de colonisation de la part des États européens, et que toute intervention d’une puissance extérieure sur le continent américain serait considérée comme une manifestation d’hostilité à l’égard des États-Unis. À cette époque, la jeune république n’avait pas les moyens de faire respecter son programme mais, dès le milieu du xixe siècle, et plus particulièrement après la fin de la guerre de sécession, elle a eu l’occasion de s’affirmer sur la scène internationale et de s’imposer comme l’unique gardien du continent, au détriment des ses voisins latino-américains. C’est cette position idéale qui lui permet, à l’aube du xxie siècle, de proposer à ses voisins du sud, longtemps méprisés, de devenir les partenaires d’un projet continental d’où ne seraient exclus aucun pays, même les plus pauvres et les moins bien armés pour affronter la concurrence internationale9.

Les défis de l’intégration régionale

28De fait, après avoir souffert d’un déclin relatif au cours des années 1970-1980, sous la pression de facteurs internes et externes, les programmes d’intégration régionale ont connu un nouvel essor depuis le début des années 1990. Ils regroupent désormais la totalité des États américains dans des structures à géométrie variable qui permettent à leurs membres d’appartenir en même temps à différents programmes fonctionnant de manière parallèle. Alena et Mercosur, les deux principaux blocs constitués en vue d’une intégration économique renforcée, apparaissent alors comme des organes à la fois concurrents et complémentaires. Concurrents, parce qu’ils n’ont pas les mêmes objectifs : le premier a surtout permis aux États-Unis d’ouvrir un nouveau front dans la bataille de la mondialisation et de faire un pas vers l’Amérique latine en institutionnalisant les relations privilégiées qui existaient déjà avec le Mexique ; le second a favorisé l’émergence d’un espace économique latino-américain capable de parler d’égal à égal avec, d’un côté, l’Union européenne, et de l’autre, avec les États-Unis. Mais ces deux ensembles sont aussi complémentaires, parce que, malgré (ou grâce à) leurs différences, on peut les considérer comme les pièces les plus solides d’un puzzle qui ne demande qu’à être achevé sous la houlette des États-Unis.

29C’est pourquoi il apparaît nécessaire de faire le point sur ces deux grands programmes d’intégration régionale, en replaçant dans leur contexte historique, politique et culturel des projets et des réalisations dont on ne met généralement en valeur que les aspects purement économiques. C’est l’objectif de ce livre, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, mais qui offre au lecteur les regards croisés d’économistes, de géographes, d’historiens et d’anthropologues sur des thèmes essentiels pour comprendre l’évolution actuelle du continent américain.

30C’est ainsi que, dans une première partie consacrée aux problèmes sociaux posés par les accords de libre-échange, German De La Reza rappelle que, depuis l’indépendance, les différents États latino-américains ont vainement tenter de constituer des unions, plus ou moins lâches, destinées à faire face à la menace extérieure et à garantir la sécurité de leurs concitoyens. La portée militaire de ces traités a longtemps occulté les propositions d’union douanière qui s’inspirait du modèle européen, et plus particulièrement du Zollverein allemand.

31La réussite de l’Alena et du Mercosur (malgré des tensions liées à la fragilité des économies nationales) ne doit pourtant pas masquer un certain nombre de contraintes qui pèsent sur les maillons les plus faibles du système. Ainsi, Sebastian Santander montre que les asymétries interétatiques, liées à la variété des statuts internationaux, peuvent être un obstacle à l’intégration régionale. Rafael Guillen signale par ailleurs que, dans le cadre des accords qui lient le Mexique aux États-Unis et au Canada, de grandes incertitudes pèsent sur la monnaie nationale, le peso, qui a de plus en plus de mal à jouer son rôle de garant de la souveraineté économique et politique de la Nation. Comme dans d’autres pays latino-américains, l’idée d’une dollarisation complète de l’économie fait son chemin, afin de garantir aux entreprises la stabilité dont elles ont besoin pour assurer la bonne marche de leurs affaires. Cependant, ce choix placerait le pays sous la tutelle directe de la réserve fédérale américaine et lui ôterait tous les moyens de maintenir une politique indépendante vis à vis de son puissant voisin. De la même manière, Victor M. Soria démontre pourquoi l’Alena et le Mercosur ont fait passer la question sociale au second plan, dans l’élaboration des textes fondateurs de l’union économique, et comment les acteurs sociaux (syndicats, société civile) ont été tenus à l’écart des négociations qui ont abouti à l’ouverture des marchés dans le Cône Sud. Dans ce domaine, pour des raisons historiques, géographiques et stratégiques, le Mercosur semble avoir pris une longueur d’avance sur l’Alena, dont les sont entravées par l’ampleur des disparités socio-économiques enregistrées de part et d’autre du Rio Bravo (Rio Grande pour les Nord-Américains).

Du bon usage des frontières

32Mais si le principe même des unions douanières ou des traités de libre-échange consiste à réduire le rôle des frontières, celles-ci n’ont pas disparu pour autant, d’un coup de baquette magique. Au contraire, elles continuent à jouer un rôle central dans l’organisation des territoires, même si elles n’ont plus le même sens, ni les mêmes fonctions. C’est le thème de la deuxième partie de cet ouvrage. Susana Sassone y analyse l’évolution de la législation sur les espaces frontaliers argentins, tout au long du dernier demi-siècle, afin de montrer comment des zones considérées comme stratégiques par les militaires ont été tout à tour victimes ou bénéficiaires des politiques d’aménagement concoctées dans les bureaux de Buenos Aires. Selon l’état des relations avec les pays voisins, au gré des accords passés à l’échelle locale et régionale, les traditionnelles "zones de sécurité" ont vu leur statut changer en permanence, tandis qu’apparaissaient des "zones frontalières pour le développement". En cinquante ans, les frontières argentines ainsi ont perdu leur caractère quasi exclusif d’espace périphérique consacré à la défense du territoire national pour se transformer, dans le cadre du Mercosur, en zones de contact et d’échanges favorisant de nouvelles dynamiques économiques.

33Dans cet ensemble, la région des Misiones, étudiée ici par Alejandro Schweitzer, joue un rôle particulier. Aux confins de l’Argentine, du Brésil et du Paraguay, il s’agit d’un vaste espace mis en valeur aux xviie et xviiie siècles par les pères jésuites, dont l’action évangélisatrice a été dénoncée par Voltaire dans Candide, mais exaltée par Roland Joffé dans son célèbre film La mission. L’agriculture, le tourisme et la production hydroélectrique (grâce au barrage d’Itaipu) ont fait la richesse de cette zone frontière, où de nombreux migrants sont venus s’agglutiner dans l’espoir de trouver rapidement un logement et un travail. Depuis la fin des années 1960, de multiples accords de coopération et de développement ont été signés entre les États, mais aussi au niveau local ou régional, dans le cadre du Traité du bassin de la Plata (1969), puis du Mercosur, faisant de la région des Misiones un véritable laboratoire de l’intégration sud-américaine. Cependant, la consolidation du Mercosur a fait perdre une partie de leurs spécificités aux zones frontalières et, dans un contexte favorable à de nouvelles relations internationales, la création de grands couloirs interocéaniques entre Buenos Aires et les ports chiliens de la façade Pacifique risque de marginaliser des territoires qui, comme les Misiones, apparaissent désormais excentrés.

34Les phénomènes qui, depuis quelques années, ont changé la physionomie du Cône sud, affectent aussi les régions frontalières du Mexique et des États-Unis. La multiplication des usines maquiladoras dans les villes mexicaines a permis d’attirer en masse des migrants et de faire de cette zone autrefois désertique une région dynamique et en constant développement depuis le début des années 1960. Contrairement à ce qu’annonçaient certains oiseaux de mauvais augure, la signature de l’Alena n’a pas provoqué un effondrement de l’économie régionale, toujours fondée sur des échanges permanents avec les voisins du nord et sur les liens solides qui ont été tissés par les entreprises de part et d’autre de la frontière. Mais s’il est vrai que le succès du programme se mesure surtout à l’aune des créations d’usines et de la croissance continue du nombre des postes de travail, il ne faut pas oublier que les hommes et les femmes venus chercher un emploi dans les zones d’activité industrielle, qui ont ici poussé comme des champignons, jouent un rôle central dans l’organisation et l’animation des villes de la frontière. Dans cette perspective, Françoise Lestage aborde le cas des Indiens mixtèques qui, en conservant leur culture traditionnelle et en jouant sur les différences de statut attribué aux minorités ethniques dans les deux pays, ont élaboré une autre manière d’être transfrontalier dans le nord du Mexique. Le regard d’une anthropologue sur les pratiques des populations migrantes permet de relativiser le point de vue des économistes et de replacer l’accord de libre-échange dans son contexte social.

35En effet, pour des individus souvent considérés comme des citoyens de deuxième ordre dans leur propre pays, les frontières de l’État-Nation héritées du démantèlement de l’ancienne Nouvelle-Espagne n’ont guère de sens. En maintenant les liens familiaux, les réseaux d’entraide et les pratiques communautaires à travers la ligne de démarcation qui coupe en deux la Mexamérica, les Indiens ne font que reproduire des schémas déjà bien rodés à l’intérieur de la république mexicaine, mais aussi dans d’autres régions d’Amérique (au Chili, avec les Mapuches, ou au Canada, avec les Inuits). À bien des égards, loin d’être une entrave, la présence de la frontière et la signature de l’Alena sont pour ces populations indiennes l’occasion d’affirmer leur identité et d’acquérir de nouveaux droits, programme qu’ils auraient du mal à mettre en œuvre en restant dans leur village, malgré les efforts du sous-commandant Marcos et le soutien moral de nombreux intellectuels européens.

L’ouverture sur le monde

36L’exemple des Indiens mixtèques installés dans le nord du Mexique et au sud des États-Unis montre que, de manière paradoxale, l’espace de la frontière reste au centre des processus d’intégration. Pourtant, ni le Mercosur ni l’Alena ne peuvent être considérés comme des blocs fermés sur eux-mêmes, bien au contraire. En déplaçant de manière symbolique les limites effectives de la souveraineté nationale, en acceptant de partager avec des tiers une partie des prérogatives traditionnellement dévolues à l’État, chaque sous-ensemble régional tente de s’ouvrir à d’autres ensembles du même type.

37C’est ce qu’Anne Sophie Claeys, Aida Lerman Alperstein et Stephan Sberro veulent illustrer dans la troisième partie de cet ouvrage. La première montre comment l’Amérique latine, qui a toujours été une préoccupation marginale dans les politiques de développement et de coopération de l’Union européenne, profite de la création de grands espaces économiques pour apparaître comme un partenaire possible pour les nations du vieux continent Dans ce contexte, Aida Lerman Alperstein souligne que le Mercosur monnaie d’une certaine manière son entrée dans le projet nord-américain de Zone de libre-échange des Amériques, en jouant sur les bonnes relations qu’il a su développer avec la zone caraïbe, les pays de la Communauté andine et l’Union européenne. Le dilemme est donc, pour les pays membres du Mercosur, de choisir entre l’approfondissement de l’intégration régionale (pour aller vers une structure semblable à l’Union européenne et à sa "zone euro"), ou d’accepter les conditions de la ZLEA proposée par Washington, limitée à la mise en place d’une zone de libre-échange identique au modèle de l’Alena. Le poids des flux commerciaux entre les différents blocs joue alors un rôle essentiel : alors que le Mexique, la Communauté caraïbe et les pays centraméricains ont avec les États-Unis des relations privilégiées qui les maintiennent en situation de dépendance, le Mercosur a réussi à diversifier l’origine de ses clients et ses fournisseurs, ce qui lui permet de mieux négocier sa place dans le système économique américain.

  • 10 Parti révolutionnaire institutionnel, au pouvoir au Mexique depuis les années 1920 (sous différent (...)

38Quant à Stephan Sberro, il s’intéresse aux négociations qui ont permis au Mexique de signer avec l’Union européenne un traité de libre-échange grâce auquel, tout en restant dans le cadre formel de l’Alena, il espère accroître ses relations commerciales avec les principales puissances de l’Ancien Monde. L’intérêt de cet accord est qu’il ne se limite pas à des considérations purement économiques. En effet, saisis d’un brusque besoin de vertu, les dirigeants européens ont imposé une clause "démocratique" à leurs partenaires mexicains. Il ne fait pas de doute qu’au moment de signer, l’insurrection du Chiapas, l’habileté politique du sous-commandant Marcos, les maladresses du PRI10 et les dérapages incontrôlés des groupes paramilitaires ont pesé lourd dans la balance. Quoi qu’il en soit, la prise en compte de critères politiques ou sociaux semble désormais s’imposer dans les discussions concernant tout accord d’intégration économique ou de coopération commerciale. Le sommet du G8 de Gênes (juillet 2001) a démontré que les opposants à la "mondialisation néolibérale" pouvaient désormais se faire entendre, parfois de manière violente. Il s’agit donc de donner des gages à une "société civile" qui tend aussi à se mondialiser.

  • 11 À la demande insistante de l’Argentine et du Pérou, la déclaration finale du Sommet de Québec a re (...)
  • 12 L’IDH est construit sur la base de trois variables : l’espérance de vie à la naissance, le niveau (...)

39En ce sens, l’article 58 du traité signé par le Mexique et l’Union européenne peut servir de modèle à tous les accords de libre-échange à venir, puisqu’il signale que toute violation des principes démocratiques ou au respect des droits de l’homme sera considérée comme une cause de suspension du contrat11. Alors que la fragilité économique et politique des pays latino-américains est de nouveau à l’ordre du jour, suite à la dernière crise financière traversée par l’Argentine, il reste à savoir quel sens il faut donner aux "droits de l’homme" sur un continent où l’indice de développement humain calculé par le Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD)12 varie de 0,935 pour le Canada à 0,643 pour la Bolivie et à 0,440 pour Haïti.

  • 13 Pour reprendre la formule assassine du général de Gaulle, évoquant les problèmes de la constructio (...)

40Or, si tous les États américains veulent accélérer l’élargissement et l’approfondissement des programmes d’intégration régionale, la question sociale risque de se poser avec d’autant plus d’acuité que, dans le vaste espace situé au sud du Rio Grande, même le rétablissement de la démocratie n’a pas suffi à apaiser les tensions, ni à atténuer les profondes disparités socio-économiques qui sont solidement enracinées depuis l’époque coloniale (Marti I Puig, 2000). En ce sens, il ne suffit plus pour les chefs d’État américains, les experts de la Banque interaméricaine de développement ou les responsables des programmes internationaux de coopération de sauter comme des cabris sur leur chaise en criant "L’intégration ! L’intégration ! L’intégration !"13 Encore faut-il que cette intégration n’apparaisse pas, aux yeux des populations directement concernées, que comme un cadeau offert aux entreprises transnationales ou comme le dernier avatar d’une doctrine Monroe toujours recommencée.

Bibliographie

Bibliographie

Cahiers des Amériques latines n° 27, 1998, Dossier "Le Mercosur : dynamiques et incertitudes d’un processus d’intégration".

Couffignal, Georges (dir), 2000, Amérique latine 2000. Paris, IHEAL-La Documentation française.

Dabène, Olivier, 2000, "Le Mercosur et la Zone de libre-échange des Amériques : vers la convergence ?" (dans Couffignal, 2000).

Demyk, Noëlle, 1998, "Vers un nouveau modèle d’intégration centraméricain ?", Problèmes d’Amérique latine, n° 30, juillet-septembre 1998.

Marques Pereira, Jaime (dir.), 1999, "Stabilisation économique, protection sociale et travail. Argentine, Brésil", Cahiers des Amériques latines n° 30 (1999-1)

Marti I Puig, Salvador, 2000, "L’Amérique latine des années 1990 : la décennie des opportunités ou celle des chimères", Cahiers des Amériques latines, n° 35 (2000-1).

Musset, Alain, Javier Santiso, Hervé Théry et Sébastien Velut, 1999, Les puissances émergentes d’Amérique latine (Argentine, Brésil, Chili, Mexique). Paris, Armand Colin.

Notes

1 Ceux-ci conservent toute liberté pour réglementer leur commerce avec des pays tiers et pour élaborer leur propre politique économique et sociale, comme dans l’Association européenne de libre-échange (AELE) créée en 1959 par la Grande-Bretagne et les États européens qui refusaient de s’engager plus avant dans le processus d’union économique amorcé par la CEE.

2 "Mode de coopération économique international aux termes duquel deux ou plusieurs États conviennent de laisser librement circuler entre eux les personnes, les capitaux et les marchandises de leurs ressortissants, de coordonner leurs politiques économiques, financières et sociales, et de mener, d’un commun accord, les négociations économiques avec les États non-membres" (Encydopedia universalis).

3 Le dernier État à avoir demandé et obtenu son adhésion à l’Aladi est Cuba (août 1999), ce qui a été perçu comme un affront par les États-Unis.

4 Le Mexique aujourd’hui, n°14, juillet 2001, p. 5.

5 Sans l’aide financière apportée par les États-Unis en 1995, le Mexique n’aurait jamais pu faire face à la violente crise monétaire qui, après la brusque dévaluation du peso (décembre 1994), a failli emporter une grande partie des marchés émergents ("Effet tequila"). Voir à ce sujet, dans cet ouvrage, le travail de Rafael Guillen "Mexique : Régime de change et intégration monétaire dans l’Alena".

6 L’audience du Panamá appartenait au vice-royaume du Pérou, avant d’être rattachée, en 1739, à celui de Nouvelle-Grenade, dont la capitale était Santa Fe de Bogota. Il a fallu l’intervention armée des États-Unis, en 1903, pour faire de cette province colombienne un État indépendant.

7 Malgré un accord signé en 1991 avec le Guatemala pour reconnaître l’existence et les frontières du Bélize, les tensions sont toujours fortes entre les deux pays.

8 Au début de 2001, l’adhésion définitive d’Haïti était toujours retardée à cause de formalités administratives.

9 Cet esprit d’ouverture ne s’applique pas encore à Cuba, qui devra d’abord digérer la succession de Fidel Castro.

10 Parti révolutionnaire institutionnel, au pouvoir au Mexique depuis les années 1920 (sous différentes formes). Le candidat du PRI a été battu lors de l’élection présidentielle de juillet 2000.

11 À la demande insistante de l’Argentine et du Pérou, la déclaration finale du Sommet de Québec a retenu le même principe pour la future ZLEA. Cette position trouve là aussi son origine dans le premier accord Mercosur-CEE. Il avait eu pour effet l’introduction d’une clause démocratique entre les membres du Mercosur lors de la réunion d’Ouro Preto. C’est cette clause qui avait immédiatement fonctionné lors de la tentative de coup d’État d’Oviedo au Paraguay.

12 L’IDH est construit sur la base de trois variables : l’espérance de vie à la naissance, le niveau d’instruction et le revenu représenté par le PIB/habitant – en tenant compte de la différence des prix d’un pays à l’autre et du fait que le revenu n’augmente pas le développement humain d’une manière linéaire (passer de 1 000 $ à 2 000 $ n’a pas le même sens que de passer de 14 000 à 15 000 $). Plus on se rapproche de la valeur 1, plus le niveau de développement est élevé.

13 Pour reprendre la formule assassine du général de Gaulle, évoquant les problèmes de la construction européenne.

Notes de fin

* Directeur d’études à EHESS, Paris.

Importations + exportations de biens (milliards de dollars US). Source : http://www.mercosur.org.uy/

Importations + exportations de biens (milliards de dollars US). Source : http://www.sieca.org.gt

§ Importations + exportations de biens (milliards de dollars US). Source : http://www.comunidadandina.org/

Table des illustrations

Légende Photographie n° 1 : Le poste de frontière de Paso Canoa marque non seulement la limite entre deux entités historiques (l'ancienne capitainerie générale du Guatemala et l'audience de Panamá), mais aussi entre deux pays issus des guerres d'indépendance et des interventions nord-américaines (le Costa Rica et le Panamá), ainsi qu'entre le bloc économique du Marché commun centre-américain (MCCA) et la zone d'influence directe des États-Unis (le balboa n'est que la version panaméenne du dollar US). Cliché : Alain Musset.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/537/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Tableau n° 1 : ALENA-MERCOSUR, DONNÉES STATISTIQUES DE BASE (1999)
Légende Note 1
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/537/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre TABLEAU N° 2 : LE MARCHÉ COMMUN CENTRAMÉRICAIN, DONNÉES STATISTIQUES DE BASE (1991-1999)
Légende Note 1
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/537/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre TABLEAU N° 3 : LA COMMUNAUTÉ ANDINE, STATISTIQUES DE BASE (1970-2000)
Légende Note 1§
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/537/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540