Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un géographe français en Amérique latine

 | 
Claude Bataillon

Conclusion

Texte intégral

1Nous venons de voir en terminant notre chapitre VII que le Mexique avait des spécificités qui pouvaient le faire passer pour un modèle emblématique de l’Amérique latine. Rappelons-en quelques-unes : un métissage dont les distorsions sont voilées par une christianisation généralisée; un État républicain créateur d’une nation longtemps largement fictive, mais reçue très tôt comme nation légitime à Paris, à Londres, puis à New York ; une symbiose avec les États-Unis vécue, certes, par tout le sous-continent : dès l’époque de Bolivar le grand frère est intimement connu et admiré, mais aussi critiqué et subi. Cependant pour la plupart il est lointain, alors que pour le Mexique il est un voisin immédiat dès 1830, pour une osmose qui n’a cessé de se compliquer.

2Pour un géographe français, ce Mexique, au même titre que le reste de l’Amérique latine, est un paradis pour exercer des talents d’ingénieur et d’aménageur de territoire. Mais le développement intellectuel du sous-continent conduit très tôt nos géographes à des fréquentations qui les sortent de leurs habitudes. En France, ils sont habitués depuis le xixe siècle à cohabiter avec leurs grands frères historiens, pour une « histégéo » instituée dans l’enseignement secondaire. En Amérique latine, la diversification des sciences sociales, à l’image des États-Unis, est bien plus précoce qu’en France. Et nos géographes doivent y apprendre une pluridisciplinarité, où certes existe l’histoire, mais où économie et anthropologie sont omniprésentes depuis bien longtemps. Ces réalités du sous-continent ont conduit en France même à des recherches sur l’Amérique latine au sein d’institutions où la pluridisciplinarité a pris des figures particulières, différentes de celles organisées à propos d’autres continents.

3En France, mais aussi pour l’essentiel en Europe occidentale, l’institutionnalisation précoce des disciplines universitaires a longtemps cloisonné la recherche, limitant les échanges entre corporations scientifiques. Dans les pays d’Afrique ou d’Asie, les chercheurs français devaient improviser au sein de sociétés qu’ils connaissaient d’autant plus difficilement qu’ils n’y avaient accès qu’en acceptant des apprentissages linguistiques difficiles : l’École des langues orientales vivantes (futur INALCO) devait former des administrateurs, mais aussi des scientifiques. Cependant, bien des « expatriés » se contentaient des contacts avec les « évolués » qui parlaient français, ou bien usaient d’interprètes. Et plus tard bien des experts, qui préfèrent passer que rester, qu’ils soient juristes, économistes, démographes ou urbanistes, ne cherchent à connaître, des sociétés étranges qu’ils abordent, que ce que les aspects visibles, les chiffres, ou les normes internationales leur permettent de comprendre. Certes pour eux les contacts pluridisciplinaires sont bien plus nécessaires qu’en France dans l’exercice de leur profession, parce que les corporations locales ne reproduisent pas exactement les leurs, mais ils essaient de croire qu’ils vivent dans un monde transparent, auquel ils auraient accès parfois grâce à leurs anciens élèves à qui ils ont appris leur langue. Ceux qui ont réellement approfondi leur connaissance du monde où ils vivaient l’ont fait grâce à des efforts particulièrement opiniâtres.

4Les exigences pluridisciplinaires de la recherche en sciences sociales sont autres dans les pays latino-américains. Ils ont créé leurs propres corporations scientifiques, d’abord tôt au contact de l’Europe, mais bien précocement (au Mexique et en Amérique centrale plus tôt qu’ailleurs) au contact des États-Unis. On se parle d’égal à égal depuis le xixe siècle entre scientifiques européens et scientifiques du Nouveau Monde, mais dans celui-ci les cloisons disciplinaires sont moins rigides qu’en Europe et les pièces de l’édifice sont souvent disposées de façon différente. En Amérique latine, les juristes, économistes, démographes ou urbanistes européens peuvent assez légitimement se sentir chez eux, parce que les classes moyennes et les classes éclairées sont réellement, dans la plupart des villes, assez proches de leurs homologues européens et nord-américains, et ceci depuis l’époque des Lumières : c’est cette connivence que décodait André Siegfried dans les années 1930. Restait à comprendre en quoi le monde rural et les « classes dangereuses » urbaines, qui montaient rapidement, relevaient d’autres types d’études qu’il fallait inventer.

5Si les anthropologues passionnés par les sociétés indiennes pouvaient en Amérique latine approfondir leurs recherches comme leurs homologues le faisaient traditionnellement en Asie ou en Afrique, bien des pistes les incitaient à s’ouvrir très tôt vers des sociétés contemporaines plus larges : les métissages sociaux et religieux (comme pour le Brésil de Roger Bastide ou les Antilles d’Alfred Métraux), mais aussi l’anthropologie urbaine d’Oscar Lewis. Ainsi s’est constitué en France un groupe de scientifiques à la jointure de l’anthropologie et de la sociologie, ouvert vers les géographes et les historiens. Il est resté peu nombreux parce que la « demande sociale » française poussait les anthropologues vers l’Afrique et les sociologues vers la société française.

6Les historiens latino-américanistes sont aussi en France une petite communauté : les besoins prioritaires de produire une histoire de la France n’a donné que peu d’opportunités aux historiens de travailler sur d’autres pays. Mais d’emblée, le « terrain » latino-américain leur a donné les outils intellectuels d’une autre histoire : briser les coupures coutumières (Moyen Âge, Histoire moderne, Histoire contemporaine), car le médiéval et l’Ancien Régime durent ici jusqu’au xxe siècle, alors que la modernité y surgit inversement très précocement; dialoguer avec des sciences sociales du contemporain constituées plus tôt qu’en France, ce qui est un enrichissement précoce. Ils ont été aidés par la stature d’un Lucien Febvre et d’un Fernand Braudel fascinés par l’Amérique latine, ce qui leur a donné une légitimité que les historiens de l’Afrique ou de l’Asie ont obtenu plus difficilement, car on respectait en eux seulement de profonds spécialistes de sociétés bien plus radicalement différentes.

7On l’a vu tout au long de ce livre, et on a insisté dessus en début de cette conclusion, les géographes français plongés en milieu latino-américain ont été conduits d’emblée à s’ouvrir à des disciplines qu’ils ignoraient encore largement en France, puisque, sauf exception (au Brésil et un peu en Argentine), ils n’avaient pas d’homologues locaux appartenant à leur propre profession. Ils ont eu la chance de pouvoir, en toute légitimité au sein de celle-ci, obtenir de travailler précocement dans un grand nombre de pays du sous-continent : un des dogmes de la géographie classique française est qu’elle se doit de couvrir la diversité du Monde. Et le poids de Pierre Monbeig a beaucoup aidé. Aussi influent (sous d’autres formes) qu’un Braudel, il a facilité bien des trajectoires professionnelles. Ce corps de géographes, on l’a vu, a pu croître en particulier au CNRS, où les cloisonnements étaient plus faibles que dans les Universités, et la naissance de laboratoires pluridisciplinaires a pu se faire grâce à ces hussards géographes libéralement appuyés par Monbeig.

8De manière parallèle, le statut particulier de l’hispanisme en France a poussé aussi dans ce sens pluridisciplinaire. Dans cette profession, on jouit d’une légitimité scientifique aussi forte que si l’on est germaniste ou angliciste (bien que cette légitimité soit plus tardive). Mais le développement beaucoup plus récent des sciences dans les mondes de langues espagnole et portugaise en comparaison des mondes germanophone et anglophone fait que bien des hispanistes français ont été particulièrement tentés de se tourner eux-mêmes vers les sciences sociales, et sans doute plus à propos du Nouveau Monde que pour la péninsule Ibérique. Ici encore, les cloisons sont peu étanches.

9Voici comment des souvenirs d’un géographe français plongé dans le Mexique débouchent sur des affirmations en faveur de pratiques pluridisciplinaires en sciences sociales. Une prédication que je ressasse depuis longtemps ? Sans aucun doute, mais parce que dans cette aire culturelle latino-américaine, c’est une pratique à la fois possible et plus nécessaire encore qu’ailleurs. J’espère qu’au fil de ces souvenirs, bien des thèmes de recherche évoqués ont démontré la fécondité de cette pluridisciplinarité.

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540