Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un géographe français en Amérique latine

 | 
Claude Bataillon

Chapitre X. Toulouse, entre GRAL et IPEALT1

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre s’appuie sur diverses archives : mes propres dossiers à partir de 1973, quelques liass (...)

1Comme j’ai dû rassembler ci-dessus des données sur le pivot parisien du latino-américanisme, je dois maintenant présenter le milieu toulousain homologue où j’ai passé plus de vingt ans. En 1973, après sept ans de vie professionnelle parisienne, mon désir de changement vers une géographie exercée comme recherche-action m’attirait vers Toulouse, séduit par la personnalité de Bernard Kayser, directeur à l’époque de l’Institut de géographie de l’université récemment implantée dans le quartier du Mirail. M’installer dans la banlieue toulousaine correspondait aussi à la première vague « écologiste » qui répondait au manifeste du Club de Rome prônant de nouveaux modes de croissance.

  • 2 J’ai compris progressivement comment un « étranger » pouvait être chargé de tâches qui mettaient e (...)

2Le CNRS, mon employeur, me donnait la possibilité d’une facile mutation professionnelle temporaire, en principe pour deux ans, vers un travail d’enseignement supérieur : l’affaire fut conclue avec Kayser qui régla les démarches administratives dans son université, dont il était une personnalité importante. Certes on me demanda à l’Institut de géographie du Mirail quelques enseignements sur l’Amérique latine et sur le Tiers Monde, mais ma tâche principale était de coordonner l’enseignement de mes collègues géographes sur la réalité « régionale2 ». J’avais aussi un vif plaisir à participer (en total néophyte) à la fédération de chercheurs (REMICA) animée par Kayser sur le Midi français (de Marseille à Bordeaux) et la Catalogne : cette recherche-action me séduisait. En fait, des querelles internes à l’université toulousaine m’ont ramené dès l’automne 1974 à ma position antérieure.

Un petit noyau « tiers-mondiste » et des hispanistes

  • 3 À ce sujet, Bernard Kayser, Géographie entre espace et développement, Toulouse, Presses universita (...)
  • 4 Un colloque non publié, organisé par Gaignard, visait en décembre 1977 à réunir des chercheurs et (...)

3À l’instigation de Kayser à nouveau, pour rester à Toulouse, j’y suis devenu, comme chercheur du CNRS, le responsable d’un petit groupe de géographes travaillant sur le « Tiers Monde » : dans la vision de l’époque, c’était bien au Tiers Monde qu’appartenaient les pays sur lesquels travaillaient Robert Bergeron (Italie du Sud), Michel Poinard (Portugal), Pierre-Yves Péchoux (Grèce) ou Michel Roux (Kosovo yougoslave). Tous étaient des enseignants recrutés systématiquement par Kayser pour constituer une équipe méditerranéenne sous sa direction, au moment où lui-même s’investissait fortement sur le Tiers Monde3 ; vers 1974 c’est à la constitution d’un nouveau groupe qu’il consacrait ses efforts, travaillant sur la nouvelle ruralité dans les pays développés. Au noyau méditerranéen s’ajoutaient les latino-américanistes : Romain Gaignard, Roberto Santana et moi. L’ensemble, baptisé RETIMO (Régionalisation/Tiers Monde), reçut un financement modeste qui permit de regrouper des collègues venant d’autres horizons, d’organiser plusieurs colloques et de publier deux ouvrages4. De mon côté, n’ayant qu’un public limité à Toulouse pour les aspects géopolitiques de ces thématiques, j’ai été heureux pendant quelques trimestres de les exposer devant les étudiants de doctorat (DEA) réunis à l’Université de Reims par Miguel Abensour, le contact avec celui-ci m’ayant été donné par Claude Lefort, mon beau-frère. Toute l’ambiguïté de ce programme sur le Tiers Monde est que je le voyais comme intellectuellement subversif, en ce qu’il voulait mettre en cause la réalité du développement mené par les États du Tiers Monde. De son côté, sans doute Gaignard y voyait-il un outil pour trouver de nouvelles formes de développement, en particulier par des coopérations associant directement des agriculteurs de France et du Tiers Monde, ce pour quoi il a créé des organisations que nous verrons plus loin. Probablement la position de Kayser se situait-elle entre les deux…

4Pour mon insertion au Mirail, j’avais quelques atouts. Si certains y voyaient avec méfiance l’accroissement du clan Kayser, d’autres appréciaient la venue, sans qu’il en coûte aucun emploi à l’université, d’un géographe de rang professoral, qui de plus siégeait à la commission de géographie du Comité national de la recherche scientifique et avait quelques lumières dans l’organisation de la documentation, outil à la mode depuis peu en sciences sociales. Malgré cela, trouver un bureau pour moi, c’est-à-dire pour le responsable du groupe RETIMO, n’a pas été simple. Cette université dans ses bâtiments tout neufs ne manquait pas de locaux, mais chaque groupe constitué veillait jalousement sur les espaces dont il avait acquis l’usage. Symboliquement, j’ai hérité comme « bureau RETIMO », d’une pièce abandonnée par une ingénieure du CNRS qui prenait sa retraite. Ce bureau était exactement à la limite entre l’Institut d’histoire et celui de géographie. Mes prérogatives de chercheur du CNRS m’ont fait entrer dès 1976 au Conseil de l’Université, au moment de la première grande crise de celle-ci : vacance de la présidence enfin résolue pour gérer une grève étudiante avec séquestration durant quelques heures de la ministre de l’Éducation, Alice Saunier-Seité. À cette occasion, j’ai connu beaucoup de collègues et vu quels étaient les rouages de cette machine universitaire avec ses corporations, et en particulier les montages syndicaux qui présidaient à son fonctionnement.

5Mes atouts auprès des hispanistes et de certains historiens étaient très particuliers : j’étais le fils de Marcel Bataillon et c’est à lui à travers moi que s’adressaient bien des amabilités que j’aurais souhaité éluder. Lors de conflits ultérieurs entre les latino-américanistes dont j’étais et les hispanistes péninsulaires, un de ces derniers a lancé : « Puisqu’il est le fils de Marcel Bataillon, il ne peut être totalement mauvais ! ». Dans l’ensemble, ces hispanistes étaient en effet déchirés de conflits que Bartolomé Bennassar décrit ainsi :

  • 5 Réforme « Edgard Faure » de 1969, qui découpe les anciennes universités, en constituant de nouvell (...)
  • 6 En fait les deux gros ensembles d’enseignement des langues (espagnol, anglais) formèrent chacun un (...)

« Toulouse, c’est une bien vieille Université et le découpage contemporain ne fit pas disparaître les héritages, ni les codicilles, et les placards des vieilles maisons recèlent assez souvent des cadavres, heureusement dépourvus d’odeurs puisque réduits à des ossements. Mais les cliquetis d’os font du bruit. Oserais-je écrire que l’Institut d’études hispaniques, hispano-américaines et luso-brésiliennes était à l’état de squelette ? Loin de moi ce blasphème, mais il s’agissait bien d’un héritage avec codicille, dont le patrimoine le plus évident, la bibliothèque, allait devenir le bien de la nouvelle UER, fraîche émoulue de la Réforme5, non sans que les Luso-Brésiliens n’aient émigré avec armes et bagages auprès des fiers représentants des langages du nord de l’Europe6. Quant à la nouvelle UER, elle était comme le défunt institut, un territoire conflictuel où les “Espagnols” (qui embrassaient encore Catalans et Galiciens) et les “Américains” s’accusaient réciproquement des plus noirs desseins, d’impérialisme ou d’aspirations à la sécession. Géographes, historiens, sociologues ou autres, intéressés par l’Amérique latine, n’avaient guère envie d’entrer dans une mêlée où l’on ne pouvait recevoir que des coups, comme dans toute mêlée, fût-elle ordonnée ! »

  • 7 Chaire Ernest Mérimée, Toulouse 1886-1986, France-Ibérie recherche. Institut d’études hispaniques (...)
  • 8 Dans Cahiers des Amériques latines, n° 28-29, 1998, p. 101-108, entretien de Frédéric Mauro questi (...)

6On sait que l’histoire de l’hispanisme à Toulouse est particulièrement riche, sous la houlette de trois générations de Mérimée7. Paul Mérimée, pionnier comme son grand-père, a fait de l’Institut hispanique toulousain le premier occupant du Mirail (automne 1967), au château, alors seul bâtiment utilisable au milieu du domaine qui allait être le chantier de la nouvelle université en construction. Ce cofondateur de la revue Caravelle s’appuyait sur l’intérêt pour l’Amérique latine d’un noyau d’hispanistes, comme sur leur désir de travail en commun avec d’autres disciplines. Il hésitait à lancer l’affaire, qui pouvait conduire à des tensions avec les collègues bordelais, selon l’historien Frédéric Mauro8, qui a enseigné à Toulouse de 1950 à 1967, et qui a participé à ces premiers efforts latino-américanistes : ce spécialiste de l’histoire économique du Brésil est un chrétien qui entretient alors des contacts avec le Père Lebret, dominicain de Lyon qui crée les études sur le développement, entre autres pour l’Amérique latine. Lebret a des adeptes chez les dominicains de Toulouse, qui assurent traditionnellement la tutelle au sein de cet ordre sur les communautés du sous-continent, en Uruguay par exemple. Dans les années 1960, les universitaires latino-américanistes toulousains peuvent participer à des réunions chez les dominicains (par exemple pour se pencher sur l’expérience modernisatrice d’Eduardo Frei au Chili), ou organiser des réunions que ceux-ci accueillent volontiers.

7Le premier témoignage sur une activité pluridisciplinaire sur l’Amérique latine à l’Université de Toulouse est attesté par la rubrique « Chronique » de la revue Caravelle : un « groupe aires culturelles » organise un séminaire mensuel dès l’automne 1963. Ce séminaire a un responsable connu seulement en 1967 : c’est Bernard Kayser. Il est attesté jusqu’à l’automne 1968. Entre séminaire régulier et invitations de conférenciers variés, on note la participation de Français, surtout toulousains : Baudot, Beaujeu-Garnier, Bennassar, Demangeot, Godechot, Kayser, Mauro, Paskoff, Roche, Vellard, Vellas, Viers. Toulouse attire aussi des Latino-Américains : José Durand (frère de l’évêque du Cuzco et oncle du futur doctorant toulousain Jorge Durand) y est professeur associé en 1963-1965 ; Milton Santos y enseigne dans les mêmes conditions de 1964 à 1966 ; on invite José Matos Mar, Alejo Carpentier, Nicolás Guillén, mais plus encore des Brésiliens : Celso Furtado, Maria Isaura Pereira de Queiroz, Lysia Bernardes. C’est dans le cadre du séminaire mensuel qu’est mise en route l’organisation du colloque du CNRS sur les capitales latino-américaines du printemps 1964, publié dans Caravelle. Ce sont donc des hispanistes qui animent ce mouvement, mais déjà fortement appuyés par des géographes, flanqués d’historiens.

8Près de la retraite en 1973, Mérimée avait, dans les remous de 1968, perdu le pouvoir au sein de l’hispanisme toulousain au profit du clan communisant, mené en particulier par Robert Jammes. L’après-1968 avait failli aboutir à la création d’une filière d’enseignement indépendante sur l’Amérique latine, avec, comme variante revendiquée, un système où les littératures de la péninsule et celles du sous-continent américain auraient été deux options indépendantes : de telles visions faisaient bon marché du système national des concours de l’enseignement secondaire, but principal de la formation universitaire, particulièrement dans les domaines des humanités, des langues vivantes ou de l’histoire. Finalement, vers 1971, quelques hispanistes (Jean Andreu, Georges Baudot, Maurice Fraysse, Jacques Gilard), un géographe (Romain Gaignard), un historien (Bartolomé Bennassar), organisèrent en commun un enseignement nommé DUELA (Diplôme universitaire d’étude de l’Amérique latine), pour un public composé en majorité de littéraires, plus un contingent de géographes et quelques historiens. Bennassar nous dit qu’il s’agissait :

  • 9 Dans un système où chaque discipline est constituée en féodalité appuyée sur des institutions corp (...)

« d’un enseignement “fondu” alliant à l’étude de l’espace géographique celle de l’histoire (postcolombienne) et celle de deux auteurs d’une valeur littéraire incontestée. La grande idée de cette innovation était d’obtenir de l’administration qu’elle valide indifféremment l’unité de valeur ainsi composée dans l’une des trois licences d’espagnol, géographie ou histoire, selon l’appartenance du candidat. Vous n’imaginerez pas, cher lecteur, les trésors d’éloquence, de persuasion, de patience, qu’il fallut déployer pour parvenir à la reconnaissance “administrative” de ce système9 ».

  • 10 Les Aveyronnais dans la Pampa ; fondation, développement et vie de la colonie aveyronnaise de Pigü (...)

9Au départ, avec un volontarisme enthousiaste, deux, voire trois enseignants, assuraient en dialogue la même séance de cours. Le même volontarisme a présidé à l’organisation par la même équipe en été 1974 d’une mission de recherches menée en commun par Andreu, Bennassar et Gaignard en Argentine. Les trois compères ont poussé l’affaire, négociant dans le budget de recherche de l’université les moyens d’un travail organisé par Gaignard dans un morceau de la Pampa argentine, la petite ville de Pigüé, peuplée principalement de descendants de Français originaires de la région de Rodez, à deux heures de voiture de Toulouse. J’ai assisté avec admiration au montage du voyage : après avoir envoyé en 1973 sur place un jeune géographe coopérant militaire, Mercadier, et en emmenant quatre jeunes chercheurs commençant des doctorats, mes collègues ont en quelques semaines récolté à Pigüé une information sur l’histoire, la culture, la démographie, l’économie rurale et urbaine. Une masse de souvenirs ont été enregistrés en occitan auprès d’anciens Aveyronnais dont c’était la vraie langue d’usage. Peu de temps après, l’arrivée au pouvoir des militaires argentins aurait rendu cette équipée impossible. La garnison de l’Arsenal de Pigüé fit d’ailleurs interpeller l’équipe, suspecte de transmettre à la « subversion » les « ordres du QG du Quartier Latin » de Paris (sic). De ce matériel ils ont tiré un livre collectif10. Pour mes trois collègues la réussite rapide de leur projet a laissé définitivement la nostalgie d’une synergie harmonieuse, efficace, d’un volontarisme récompensé dans l’amitié.

10À la suite du coup d’État de 1973 au Chili, des réfugiés s’installent à Toulouse, en particulier Roberto Santana, accueilli comme enseignant de géographie à l’Université. Dans l’ambiance militante de celle-ci, Kayser et Gaignard ont organisé la mise aux normes universitaires et la traduction en français des matériaux de Santana pour la thèse de troisième cycle qu’il soutient au début de 1977. Avec plusieurs hispanistes du Mirail, je participe au travail collectif ; ce ne sera pas la seule occasion pour moi de donner un coup de main pour un ouvrage dont quelques mois plus tard je serai un des jurés… Je pense que, dans cette Université, des noyaux peu conformistes tant en espagnol qu’en géographie, moins sans doute en histoire, ont rendu possible l’ouverture d’un espace latino-américaniste.

Du GRAL au réseau documentaire

11Je n’ai pas vu venir ce qui allait être un gonflement de mon « pouvoir » : diriger un centre de recherches toulousain que nous avons créé sur l’Amérique latine en 1977. Je ne pensais pas que nos forces étaient suffisantes pour cela et mes fidélités à l’IHEAL parisien me freinaient. Bernard Kayser et surtout Romain Gaignard m’y ont poussé. Ce dernier m’a mené à Bordeaux visiter Noël Salomon qui nous a donné son assentiment au projet, puis il a su orchestrer un programme qui nous a permis d’être reconnus et financés par le CNRS, et il a même osé proposer notre nom : Groupe de recherche sur l’Amérique latine Toulouse/Perpignan. GRAL, presque GRAAL… Au sein de ce groupe, notre équipe la plus nombreuse et la mieux constituée était l’IEM (Institut d’études mexicaines, déjà évoqué plus haut), alors qu’à Toulouse, nous étions, et pour longtemps, seulement deux chercheurs du CNRS dans ce GRAL, Roberto Santana et moi… en dehors des enseignants dont la dispersion rendait difficile l’intégration dans un laboratoire commun. Presque immédiatement (1979), le même Gaignard m’a poussé à nouveau à demander au même CNRS, pour en assurer la direction, la création d’un réseau documentaire sur l’Amérique latine regroupant les forces françaises : notre GRAL, l’IHEAL parisien et quelques autres partenaires. Sur le papier, tout cela était prestigieux. Au quotidien, pour le « chef » que j’étais, c’était plus modeste : au départ aucun secrétariat, donc beaucoup de tâches matérielles et administratives à assumer moi-même.

  • 11 Voir la description qu’en donne Michel Poinard, p. 91-94 dans De Mendoza à Toulouse…, op. cit.
  • 12 Sur indications de Gilles Bataillon qui, à Paris, fréquente ce milieu non conformiste.

12Cette avancée entrait pour Gaignard dans une politique globale, dont je n’avais qu’une idée imprécise, et dont une pièce importante était la création à Toulouse d’un centre de documentation fort ambitieux11 (CEDOCAL), grâce à un financement temporaire de la DATAR, mais surtout grâce au recrutement de spécialistes de la documentation, Michèle Bincaz (1979), puis Perla Cohen (1982). Si les ambitions initiales très élevées n’ont pu être maintenues que jusqu’en 1984, le besoin d’un centre de documentation était bien réel. Outre le fait que bien des matériaux documentaires nécessaires au travail sur l’Amérique latine contemporaine (coupures de presse, rapports, statistiques, cartes) n’étaient pas facilement acceptés dans les bibliothèques, qui ne savaient pas classer utilement ces documents anonymes, même les livres que nous pouvions acquérir étaient difficiles à faire accepter : hors littérature pour les hispanistes, trop contemporains pour les historiens, atypiques pour les géographes… C’est ainsi que pour la bibliothèque du sociologue anarchisant Louis Mercier-Vega, acquise pour une bouchée de pain après sa mort en 197812, j’ai dû négocier sa prise en charge par la bibliothèque universitaire du Mirail sans qu’il soit possible que ces livres restent groupés à part. Le CEDOCAL a connu les mêmes problèmes de logement que ceux évoqués ci-dessus à propos du groupe RETIMO : Gaignard a réussi un moment (1979-1983) à le loger en partie dans un local au sein de l’Institut de géographie, mais il fallait plus d’espace pour entreposer de nombreux journaux. Seuls étaient disponibles des espaces non aménagés, loin des bâtiments neufs : des morceaux et des annexes dispersées du château du Mirail, sans affectations. Ce n’est qu’au début de 1982 que le CNRS nous a permis de recruter une secrétaire : Annie Alvinerie. Celle-ci et Michèle Bincaz s’entendaient bien ; elles sont devenues pour une quinzaine d’années les gardiennes vigilantes du couple GRAL/CEDOCAL.

  • 13 Publié d’abord en français (1982, CNRS-Toulouse) puis en traduction espagnole (Indianidad, etnocid (...)

13Autour de ce premier cercle, la visibilité du latino-américanisme toulousain était assurée à l’Université de Toulouse – Le Mirail par des manifestations qui dépassaient le simple colloque scientifique réduit à des spécialistes : elles ont été organisées chaque fois sur un thème très large et sur plusieurs jours, avec une ample participation des hispanistes, sous le nom de « Semaines latino-américaines ». Par exemple celle de mars 1980 (la seconde) portait le titre « Ethnocide, indigénisme et résurgences d’identités ethniques », avec un colloque scientifique organisé par Françoise Morin13, mais aussi la présence de groupes musicaux (Uruguay, Bolivie), la projection de films, et surtout une allocution de Juan Rulfo devant un vaste public, prêt à boire chacune de ses paroles, mais aussi à le croire porteur d’un message indigéniste dont il se souciait peu, bien qu’il fût directeur des publications de l’INI à Mexico.

Des incertitudes… puis l’IPEALT

14En 1984, le système latino-américaniste toulousain semblait bien fragile. Certes les deux piliers du CEDOCAL et des publications restaient solides, mais les locaux utilisés étaient précaires. Gaignard était depuis 1981 à Paris, où, on le verra, il organisait l’avenir, mais l’autre acteur possible que j’étais se trouvait en 1982-1984 à Mexico. Le GRAL connaît alors des difficultés qu’on ne peut attribuer à Pierre Vayssière, qui en assure la gestion. Au CNRS, lui, historien, n’a pas grand appui à attendre dans sa propre discipline, tandis que les géographes, « créateurs » et bailleurs de fonds principaux, n’ont plus l’un des leurs, géographe, comme interlocuteur. Ils prennent ombrage d’une formule un peu roide rencontrée dans le rapport que Vayssière leur adresse à propos d’un éventuel cofinancement du GRAL par l’Université du Mirail : « Nous savons que nous n’avons rien à attendre à l’échelon local où la routine, la démagogie et l’individualisme conduisent la logique des attributions budgétaires. » Normalement, à la suite des votes du Comité national, le GRAL devait disparaître. Un directeur scientifique habile et compatissant pour notre pluridisciplinarité, Armand Frémont, donna un an de sursis. À ce même moment, face à des oppositions croissantes localement, l’Institut d’études mexicaines a été dissout à Perpignan par ses fondateurs. Il laissait deux héritages que le GRAL avait vocation à reprendre si possible : une bibliothèque unique hors de Paris sur le Mexique et le bulletin que nous connaissons. Pour la bibliothèque, qui n’avait plus de moyens pour gérer son fonds et l’ouvrir au public, pas plus que pour poursuivre ses collections et autres acquisitions, j’ai essayé une négociation de « rachat » pour déménagement à Toulouse. Ce fut un échec (et paradoxalement pas faute d’argent !). Pour le bulletin, la cession du titre dépendait essentiellement de Jean Meyer et de Louis Panabière, qui ont accepté, et j’ai pu improviser, on l’a vu, cette succession grâce à la collaboration de Perla Cohen. C’est au fond le rôle de Toulouse dans le système national de documentation sur l’Amérique latine qui sauve alors le GRAL, dont je reprends la tête en 1985, pour huit ans, avec Jean Andreu comme directeur adjoint. Ce système de documentation, qui, dans les années suivantes, s’est amplifié vers une coordination des thèmes de recherches sur l’Amérique latine pour les divers groupes participants, n’a cessé de s’appuyer sur les deux « piliers » de Toulouse et de l’IHEAL parisien, examiné au chapitre précédent. L’image de marque commune des deux lieux où l’on assurait une coordination nationale des efforts de recherches français sur l’Amérique latine ne pouvait que rassurer ceux qui, tant dans la gestion universitaire qu’au CNRS, avaient du mal à s’orienter dans le maquis touffu des individualités et des petits groupes évanescents. Nul doute que nos deux institutions, au Mirail et Rue Saint-Guillaume, aient profité de cette coordination pour leur propre développement. Depuis mes efforts initiaux, presque fortuits de ma part, c’est à Hélène Rivière d’Arc et à Romain Gaignard que l’on doit cette durable institutionnalisation du latino-américanisme en France.

15Je pense n’avoir jamais cru possible d’organiser en sciences humaines, ni au GRAL ni ailleurs, de « programmes » conçus comme actions collectives, sur plus de quelques trimestres, avec plus de deux ou trois collègues. Parfois un nombre de contributeurs plus élevé pour le temps de l’organisation d’un colloque, parfois l’affinité durable de très peu de participants réels (ce que fut à Perpignan le tandem Meyer-Panabière je crois). Mais à mon sens les programmes collectifs sont faits pour être montrés aux bailleurs de fonds comme un ordre de bataille puissant, qui au quotidien se décompose en parcelles vivantes bien plus limitées. Si bien que j’ai conçu la direction du GRAL comme l’accueil d’individus, à condition qu’ils acceptent des règles minimales d’action collective, sans plus. Je voyais la cohésion solidaire du groupe en amont (pour faire vivre la documentation) et en aval (pour produire des publications collectives), moyens de conduire ces individus vers une certaine convergence de leurs activités. C’était déjà beaucoup par rapport aux traditions individualistes ou mandarinales les plus fréquentes.

16Mais pour générer une ambiance collective, encore fallait-il que les participants puissent se rencontrer. D’où la recherche dès 1985 de locaux, pour le GRAL, pour le CEDOCAL, mais aussi pour l’IPEALT naissant (Institut pluridisciplinaire d’étude de l’Amérique latine à Toulouse). Il est le fruit de la politique de Gaignard pour qui une entente stable entre IHEAL à Paris et son homologue toulousain nécessitait un statut d’autonomie pour chacun dans son université. Le décret conjoint créant ces deux Instituts autonomes fut signé fin 1985. À Toulouse le directeur choisi fut Georges Baudot : hors de Gaignard lui-même, largement pris par d’autres tâches, aucun autre enseignant, latino-américaniste à part entière et de rang magistral, n’était disponible. Baudot accepta volontiers le titre, sans envisager de soustraire à ses recherches de nahuatlata ou à la revue Caravelle une part notable de son temps. L’imbrication des gestions entre le nouvel Institut et le GRAL m’a souvent laissé la charge de dossiers à traiter (en urgence bien entendu). C’est le moment où le fax est devenu un outil redoutable, qui me permettait de persécuter Baudot jusqu’à Mexico avec des courriers qu’il avait laissés sans réponse.

17Des locaux pour les latino-américanistes du Mirail ? Nous les avons trouvés, honnêtement aménagés selon les normes de l’époque, essentiellement au château du Mirail. Quelques salles en rez-de-chaussée, mais pas durablement. L’ex-logement de concierge juste à côté (mais cette bâtisse était facile à cambrioler). Et surtout, au-dessus du premier étage, logement de fonction du secrétaire général de l’université, les chambres de bonnes, récupérées une à une par négociations avec de petits groupes de collègues qui finissaient par avouer qu’ils n’utilisaient guère le bureau trop éloigné de leurs activités principales. Un minimum de téléphones (avec minitel), mais sans que la qualité des lignes ne permette les liaisons de téléinformatique quand ce fut un besoin croissant vers 1992. Certes ces locaux revenaient en priorité aux personnels de secrétariat et de documentation, laissant quelques bureaux collectifs aux chercheurs et enseignants, même s’ils avaient des charges de direction.

18Plus solide et plus cohérent vu de l’extérieur que dans notre vie quotidienne interne, le latino-américanisme du Mirail a prospéré en improvisant des collaborations extérieures. Le CEDOCAL n’avait pas de locaux pour ses collections de périodiques ? Un mariage de raison avec le secteur des revues de l’Institut hispanique a été arrangé. Une collègue archéologue mexicaniste s’installait à Toulouse ? On ouvrait un programme d’ethnohistoire qui pouvait accueillir ce chercheur du CNRS. Même chose pour un collègue économiste, Thierry Linck, revenant en France après un long séjour au Colegio de Michoacán, avec un emploi à l’Université. Quelques collègues économistes de l’Université (toulousaine) des sciences sociales semblaient tentés par l’Amérique latine ? Nous avons collaboré tout un temps avec Marie-Paule Brugnes, Dudzinski et, de manière plus ponctuelle, avec Bernard Maris, qui n’était pas encore l’Oncle Bernard de Charlie Hebdo.

19Cependant ces efforts pour attirer des collègues de l’extérieur étaient compensés par des départs difficiles à éviter. Pour être recruté comme chercheur du CNRS, il fallait être accueilli par un labo, avec des priorités en faveur de la province, et nous donnions bien volontiers notre « label GRAL » ; mais une fois un chercheur recruté, quelle obligation de participation quotidienne pouvions-nous exiger de lui (ou d’elle), si son lieu de travail était son « terrain » lointain (nos financements pour l’aider à s’y rendre étaient modestes), à moins que ce ne soit le bureau où il écrivait (et nous n’en avions guère pour lui) ? Si sa convenance était de vivre à Paris, où il pouvait côtoyer des labos et des « patrons » plus prestigieux, qu’y pouvions-nous ? À Paris, bien des membres de labos de sciences humaines étaient des passe-volants ; à Toulouse, c’était parfois des hirondelles. Dans quelques cas, tel maître parisien prestigieux a pu faciliter l’accueil à Toulouse d’un doctorant ou d’un chercheur qui eût été en surnombre chez lui, qu’il pourrait ensuite réimporter plus tard, Toulouse servant de pépinière.

Mutations : autour de 1994

20En 1992, des mutations s’annonçaient. La Maison de la recherche de l’Université du Mirail, dont j’avais suivi les premiers projets dès 1986, allait bientôt s’ouvrir et il importait de pousser à ce que notre latino-américanisme soit enfin largement logé. Je n’avais pas su passer la main (le voulais-je ?) à un autre directeur du GRAL en 1989, mais je me devais de régler cela en 1993, trois ans avant d’être retraité. Georges Baudot, lui, passera à l’historien Richard Marin la direction de l’IPEALT en 1994, et celle de Caravelle à Jacques Gilard en 1995.

21Notre GRAL était-il une machine en bon état de marche ? Je vivais certainement à cet égard sur plusieurs illusions. J’ai dit que pour moi documentation et publications étaient les leviers d’une politique cohérente. On a vu comment le CNRS a mis fin en 1992 à ses centres régionaux de publication, ce qui nous privait d’un outil local. Quant à la documentation, elle mélangeait étroitement, mais de façon informelle, les moyens de l’IPEALT et ceux du GRAL. Même imbrication, on l’a vu, en ce qui concerne de nombreuses tâches de direction et de secrétariat. L’enseignement doctoral et l’organisation des doctorants, qui attirait bon nombre de gens de qualité, reposait en fait sur ce couple GRAL/IPEALT fortement imbriqué. Sans doute notre histoire commune avait-elle développé mon goût personnel pour les solutions de bricolage, où mettre la main à la pâte sans grand souci de distinction entre les métiers et les grades était un plaisir de convivialité.

  • 14 Allusion au quasi-proverbe latino-américain au xixe siècle, où une action, une institution peut êt (...)

22Comment notre GRAL était-il jugé dans les instances nationales du CNRS ? Par rapport à notre homologue du CREDAL, le GRAL a réussi à donner l’impression d’une organisation peut-être éclatée, voire écartelée entre des disciplines, mais assez clairement menée. Le jugement favorable de Pierre Chaunu (1989) est peut-être partial, en raison de l’estime qu’il porte à quelques-uns d’entre nous : « ce que j’aime, c’est que rien n’est fait pour que l’anglais le voie14 […], sérieux, honnête, solide ». Encore fallait-il que l’évaluateur accepte cette cohabitation de programmes très séparés, chacun dominé par une ou deux disciplines, pour ne pas nous faire traiter d’auberge espagnole. Si la justification de ces programmes juxtaposés n’était pas évidente, au GRAL comme au CREDAL parisien, du moins à Toulouse avions-nous pu au départ établir (au moins sur le papier) la règle de programmes collectifs ; au CREDAL, de telles règles n’ont pu s’imposer que peu à peu et partiellement, parce qu’au départ l’accueil de toutes les personnalités qui le demandaient allait de soi.

23Pour la direction du GRAL, dès 1992, je crois avoir organisé (avec l’appui de la direction scientifique du CNRS), un véritable appel d’offre, dans lequel Yvon Le Bot est sorti gagnant. Ce sociologue chercheur du CNRS, très lié à Alain Touraine à l’EHESS, appartenait depuis 1979 au GRAL, dont il composait une sorte d’antenne parisienne souvent fort utile. La mission confiée au nouveau directeur était de donner plus de cohésion interne au labo. Il l’a fait en organisant des réunions internes de discussion thématique souvent fructueuses. Sa tâche était aussi d’établir un nouveau contrat qui devait lier de façon claire Université du Mirail et CNRS, et durant l’hiver 1993-1994, j’ai assisté entre Gaignard (vice-président du conseil scientifique de l’Université) et Le Bot à une confrontation difficile de ces deux tempéraments opposés : je recevais les remarques amères de l’un et de l’autre.

24J’avais cru devoir garder pour moi la tâche d’assurer au printemps 1994 le déménagement des latino-américanistes depuis le château vers la Maison de la recherche qui s’ouvrait alors : désir de garder une parcelle de pouvoir, ou simple contentement de voir moi-même l’aboutissement de longs efforts ? Toujours est-il que j’ai programmé, plans à l’appui, une exacte répartition des bureaux et autres locaux. Personne n’a souhaité s’emparer de ce dossier, ni risquer des contre-propositions. En ce qui concerne la documentation, nous avions les moyens de reloger les périodiques gérés antérieurement à l’Institut d’espagnol. Ce déménagement fut retardé d’une quinzaine par un refus d’accès pour les déménageurs, pour éviter le départ de ce que les hispanistes considéraient comme leur patrimoine intangible. Autre incident de parcours, tout aussi significatif : j’avais imaginé que la cohabitation entre GRAL et IPEALT se matérialiserait par deux bureaux de directeur voisins et identiques, chacun flanqué de son secrétariat. Quelques mois plus tard des échanges ont abouti à ce que ces deux ensembles soient aussi éloignés que possible l’un de l’autre.

25Après cette transition de 1993-1995, sans à-coups visibles pour l’IPEALT et fort tendue pour le GRAL, les changements de tête ont été rapides pour celui-ci. Le Bot l’a quitté en 1996, cédant la direction à l’historien Michel Bertrand, dès lors assisté du géographe Dominique Mathieu. Deux ans plus tard une nouvelle évaluation par le CNRS fut défavorable au GRAL. Les mécanismes décrits précédemment se retrouvèrent à l’identique. Soit un rapport favorable sur le fond aboutit à un avis réservé de l’expert… suivi par la commission consultée, soit un rapport et un avis favorables… suivis d’un vote défavorable. Comme en 1984, face à un directeur de labo historien, cette discipline soutient faiblement, alors que les géographes lâchent ce qui n’est plus leur bien.

26Bertrand a ensuite géré ces affaires sans souhaiter s’impliquer pour l’avenir. Parmi divers successeurs possibles, l’économiste Thierry Linck a lutté pour obtenir à nouveau le label et les moyens du CNRS. Aux dissensions entre ces deux hommes est venu s’ajouter symboliquement l’explosion de l’usine chimique AZF, proche du Mirail. Les locaux de la Maison de la recherche ont été indisponibles de 2001 à 2005, les latino-américanistes (sans position de repli sur tel secteur moins touché, dans les locaux consacrés à l’enseignement) ont survécu dans un des nombreux bâtiments de secours installés sur les parkings, une part majoritaire de la documentation dormant dans un entrepôt. Puis ils ont retrouvé des locaux fixes limités, d’une fonctionnalité douteuse, dans l’Arche du Mirail, un édifice surgi en 1984 dans la ligne du mitterrandisme, au départ sans fonctions très assurées.

  • 15 Voir Mona Huerta, « Centenaire des thèses françaises sur l’Amérique latine », Cahiers des Amérique (...)

27Si j’ai décrit tout ce latino-américanisme toulousain par le menu pour la période où je l’ai vécu (1973-1996), c’est parce qu’à mon sens les avatars successifs que nous rencontrons sont spécifiques de cette aire culturelle à demi ancrée dans une discipline établie depuis un siècle, l’hispanisme, mais pour des études sans cesse attirées par d’autres champs… Quand je regarde ce groupe toulousain dix ans plus tard, il m’apparaît comme un monde partiellement différent de celui auquel j’ai participé. Ses facettes du développement économique ou de la politique de contestation tiers-mondiste n’ayant pas survécu, il se fonde maintenant sur les spécificités d’une culture largement ancrée dans le passé. Dans ce chapitre, j’ai beaucoup parlé de locaux universitaires symboles de difficultés spécifiques. De nos jours, peut-être la visibilité d’une institution, plus que dans son logis, se trouve-t-elle sur son site Internet. Deux revues bien vivantes, décrites au chapitre VIII, y témoignent de l’actuelle vigueur du latino-américanisme toulousain, mais aussi un enseignement doctoral, les activités de recherche se poursuivant dans divers centres : côté histoire et littérature d’une part, côté géographie de l’autre, tant pour la gestion des milieux naturels que pour le monde urbain ou le monde rural. En somme, Toulouse n’a cessé de concentrer en France la plus importante production de thèses de doctorat sur l’Amérique latine hors de Paris, mais dans un paysage où se multiplient les lieux de production hors du Sud-Ouest français15. Un acteur clé à Toulouse : Romain Gaignard

28Ce Niçois né en 1936 fait ses études supérieures en histoire, d’abord à Aix-en-Provence, puis à Bordeaux une fois devenu agent des PTT. En 1957, il fait un DES d’histoire médiévale, puis passe l’agrégation d’histoire en 1958. Il veut alors virer vers la géographie. Il abandonne l’idée d’une thèse sur les origines de l’industrie automobile française pour se tourner vers l’Amérique latine, suite à la lecture de Braudel que lui conseille Henri Enjalbert, géographe, qui a longuement fréquenté le premier en quatre ans d’oflag en Allemagne, où ils participaient à une sorte de petite université interne au camp.

29Dès 1958, Gaignard est en contact avec Mariano Zamorano, jeune géographe argentin qu’une bourse française à Bordeaux a sauvé de persécutions péronistes dans son pays. Pour trouver ses marques vers l’Amérique latine, Gaignard rend visite à Pierre Chaunu, mais plus souvent à Pierre Monbeig. Appelé par Zamorano devenu directeur de l’Institut de géographie de l’Université de Mendoza, Gaignard débarque en Argentine au printemps 1960. Il y travaille jusqu’en 1969, avec un an et demi d’interruption de service militaire en France. Il enseigne la géographie. Ce long séjour est pour lui le temps de la récolte d’une très large documentation sur la Pampa, certes, mais aussi d’une prise de connaissance de toute l’Argentine, du Chili voisin, et de la découverte d’un Paraguay alors bien peu connu. C’est aussi le contact avec des mondes très divers. Les universitaires français, en « mission » de conférences tant en Argentine qu’au Chili, passent à Mendoza. Hispanistes comme Marcel Bataillon ou Noël Salomon, géographes comme son « maître » Henri Enjalbert, Pierre Monbeig ou Claude Bataillon depuis Paris, Bernard Kayser ou Georges Viers depuis Toulouse. L’ambassade de France fait aussi souvent appel à lui pour des expertises. C’est ainsi qu’il est amené à évaluer l’implantation en Argentine des « Pieds-Noirs » envoyés en Argentine par le gouvernement français après 1962. A cette époque, il se lie d’amitié avec Yves Leschi, un des responsables du BDPA jusqu’en 1975, et il conçoit de grands projets de coopération dans le domaine agricole. C’est ainsi qu’il introduit en Argentine deux Lyonnais, Maurice Allefresde et Michel Foucher, ce dernier partant ainsi en poste de coopérant militaire. Quand il vient en France, puis après 1969, Pierre Monbeig le reçoit souvent à Paris : à travers lui il voit l’IHEAL, lieu de rencontre des Latino-Américains et ils parlent des spécificités des problèmes de documentation sur l’Amérique latine. Monbeig lui fait connaître le petit aréopage qui compte dans la géographie parisienne vers 1965 : Clozier, Dresch, Birot, Despois. Parallèlement, Bernard Kayser l’allèche en lui décrivant la jeune équipe que sont en train de constituer à Toulouse, sous la houlette discrète de Paul Mérimée, divers jeunes hispanistes et un jeune historien, Bartolomé Bennassar. Il est recruté par cette Université en 1969.

30Nous avons dit ce que fut son entrée à Toulouse dans le CIELA et son intervention en 1974 pour organiser la recherche collective sur Pigüé. Ce n’est pas seulement une grave maladie en 1975 qui retarde Gaignard dans la rédaction de sa thèse sur la Pampa argentine : des tâches urgentes se présentent et il s’y consacre. Ponctuellement, comme l’organisation du volume de Caravelle sur « la terre et les paysans en Amérique latine » (1977), ou bien plus durablement, son travail de chargé de mission auprès d’Alain Savary, premier président élu (socialiste) lors de la création de la Région Midi-Pyrénées : ici, son temps est particulièrement occupé par les débats très vifs autour de l’ouverture en 1979 du Marché Commun européen à l’Espagne. C’est Kayser qui a présenté Gaignard à Savary.

31On l’a vu, la capacité de Gaignard à rédiger les projets dans les termes adéquats, puis à suivre les dossiers auprès des responsables concernés a permis la naissance à Toulouse du groupe RETIMO, du GRAL, du CEDOCAL : comme Olivier Dollfus, Gaignard considère que la documentation est la base solide de la recherche en sciences sociales et son expérience auprès du ministère de l’Agriculture et du BDPA a affermi cette conviction. Ce maître d’œuvre s’intéresse à l’organisation de chaque opération, mais sans chercher la casquette de directeur. Gaignard soutient en 1980 cette thèse sur la Pampa qui l’occupe depuis 1961. À l’époque il est interdit d’Argentine par le gouvernement militaire. Ses travaux réalisés antérieurement en collaboration sont publiés sur place sous d’autres signatures. Sa thèse sera publiée partiellement en 1989 (en espagnol et à Buenos Aires).

32De l’été 1981 à 1986, Gaignard est à Paris : au cabinet de Savary, ministre de l’Éducation nationale jusqu’en 1984, mais aussi organisateur de la DCRI (Direction de la coopération et des relations internationales) de celui-ci en 1982, où il reste directeur avec Jean-Pierre Chevènement. On sait comment avec l’appui de Jean Revel-Mouroz il organise depuis cet endroit la renaissance de l’IHEAL et la naissance de l’IPEALT. De retour à Toulouse, il reprend des activités dans la coopération rurale internationale et participe aux négociations avec l’Argentine lors des « rounds » sur les questions agricoles du GATT, notamment pour les protéagineux (soja). Mais très vite il s’implique dans la gestion universitaire. Il reprend, auprès du CNRS, le flambeau du Réseau latino-américain, obtenant avec Jean Revel-Mouroz son élargissement vers la recherche : il devient directeur de ce réseau en 1988. Pour l’Université du Mirail, il est vice-président de son conseil scientifique (1991-1994), puis président de cette université jusqu’à sa retraite (1996-2001). Depuis ces postes, non seulement il assure la tutelle qu’on a vue sur le latino-américanisme toulousain, mais aussi il organise le latino-américanisme français, soit comme président de l’AFSSAL, soit plus encore comme responsable du Réseau Amérique latine qui, parti on l’a vu de la documentation, veut y associer les chercheurs en lançant des thèmes de recherche. Enfin il réorganise patiemment le CEISAL européen, en devient président, avant de céder cette place en 2003 à Andrzej Dembicz, géographe polonais.

Notes

1 Ce chapitre s’appuie sur diverses archives : mes propres dossiers à partir de 1973, quelques liasses consultées au GRAL en 2006 grâce à Michèle Soriano, mais surtout les dossiers du Comité national de la recherche scientifique (voir chapitre précédent, note 1). Par ailleurs un entretien avec Romain Gaignard, enregistré en mai 2006, et diverses données recueillies auprès de Jean Andreu et de Pierre-Paul Lacas. À propos de Georges Baudot, on dispose du texte de Jacques Gilard (Caravelle, n° 76-77, 2001, hommage à Georges Baudot, p. 5-8). Pour Romain Gaignard, De Mendoza à Toulouse, sur les pas de Romain Gaignard, Toulouse, IPEALT/IHEAL/CESLA, 2003. Il est rare de trouver une information aussi dense dans un volume d’hommage. Les pages de souvenirs de Bartolomé Bennassar éclairent le latino-américanisme toulousain dans ORLA, n° 191, janvier-mars 2003, p. 61-66. Enfin la rubrique « Chronique » de la revue Caravelle rend compte des activités locales, particulièrement précieuse pour les années 1964-1973.

2 J’ai compris progressivement comment un « étranger » pouvait être chargé de tâches qui mettaient en cause le partage des prérogatives entre les deux clans en présence à l’Institut (géographie physique face à une géographie humaine naviguant entre idéologie « gauchiste » et aménagement) : la « régionale » peu valorisée, mais aussi la tutelle de la bibliothèque…

3 À ce sujet, Bernard Kayser, Géographie entre espace et développement, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1990, p. 181-231.

4 Un colloque non publié, organisé par Gaignard, visait en décembre 1977 à réunir des chercheurs et des décideurs sur le thème large « Organismes de développement, populations et espaces du Tiers Monde, colloque international ». Le premier colloque réuni en 1975 a donné le livre État, pouvoir et espace dans le Tiers Monde, Paris, PUF, 1977 (trad. italienne : Stato, potere e spazio nei paesi del terzo mondo, Franco Angeli Editore, 1981). Le second a été publié à Toulouse, Mutations des campagnes du Tiers Monde, Paris, Éd. du CNRS, Centre régional de recherche sur le Tiers Monde de Toulouse, 1981.

5 Réforme « Edgard Faure » de 1969, qui découpe les anciennes universités, en constituant de nouvelles (ici, comme le plus souvent en province, tout simplement l’ex-Faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse). Celles-ci sont découpées en « unités d’enseignement et de recherche » qui acquièrent une réalité administrative, le plus souvent selon un découpage disciplinaire ainsi conforté. Comme dans les querelles domestiques l’adversaire le meilleur est le plus proche, les luso-brésilianistes ont donc quitté leur plus proche parent disciplinaire (hispaniste) pour un mariage au sein d’une tribu plus puissante, où ils espèrent trouver des coudées plus franches. Il fallut donc une opération chirurgicale dans le corps vivant de ce bien commun qu’était une bibliothèque…

6 En fait les deux gros ensembles d’enseignement des langues (espagnol, anglais) formèrent chacun une UER, tous les autres enseignements de langues se regroupant en une troisième UER…

7 Chaire Ernest Mérimée, Toulouse 1886-1986, France-Ibérie recherche. Institut d’études hispaniques et hispano-américaines/Université de Toulouse – Le Mirail, où sont évoqués Ernest, Henri et Paul Mérimée, ce dernier coauteur de cette brochure.

8 Dans Cahiers des Amériques latines, n° 28-29, 1998, p. 101-108, entretien de Frédéric Mauro questionné par Laurent Vidal.

9 Dans un système où chaque discipline est constituée en féodalité appuyée sur des institutions corporatives solides, chaque réforme (et il y en eut beaucoup) tendait « naturellement » à renforcer les cursus disciplinaires et à fragiliser ou nier les constructions qui transgressaient les frontières admises.

10 Les Aveyronnais dans la Pampa ; fondation, développement et vie de la colonie aveyronnaise de Pigüé, Argentine, 1884-1974, Toulouse, Privat et Service des publications de l’Université Toulouse – Le Mirail, 1977, 325 p.

11 Voir la description qu’en donne Michel Poinard, p. 91-94 dans De Mendoza à Toulouse…, op. cit.

12 Sur indications de Gilles Bataillon qui, à Paris, fréquente ce milieu non conformiste.

13 Publié d’abord en français (1982, CNRS-Toulouse) puis en traduction espagnole (Indianidad, etnocidio e indigenismo en América Latina, Mexico, CEMCA/Instituto Indigenista Interamericano, 1988, 354 p.).

14 Allusion au quasi-proverbe latino-américain au xixe siècle, où une action, une institution peut être « para inglés ver » et non pour son usage interne réel.

15 Voir Mona Huerta, « Centenaire des thèses françaises sur l’Amérique latine », Cahiers des Amériques latines, n° 28-29, 1998.

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540