Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un géographe français en Amérique latine

 | 
Claude Bataillon

Chapitre IX. L’IHEAL, au-delà du demi-siècle ?1

Texte intégral

  • 1 Pour ce chapitre, dont une version préliminaire a été écrite en 1998, j’ai sollicité à l’IHEAL la (...)

1L’IHEAL a été mon lieu de vie professionnelle de 1966 à 1973, mais je le connaissais dès 1962, à travers Pierre Monbeig. Depuis lors, mes liens avec cette institution n’ont pas cessé. C’est pourquoi je me dois d’y revenir plus systématiquement, après diverses allusions au fil de souvenirs dispersés dans le temps.

Les trompettes du lancement : 1954-1968

2L’Institut des hautes études de l’Amérique latine (IHEAL) est né en un moment où l’on pouvait douter que la France soit à même de donner vie à une institution pluridisciplinaire portant sur une aire culturelle où bien peu d’intérêts politiques et économiques la portaient. Certes, le système universitaire était en croissance dans les années 1950, mais sans remettre en cause les rigidités des cloisons disciplinaires. La France se voulait une puissance mondiale mais elle était empêtrée dans une succession de guerres coloniales qui bloquaient toute stratégie nouvelle.

3Diverses initiatives montrent à l’époque un mouvement, intellectuel plus que politique. La création en 1945 de la Maison de l’Amérique latine, club des ambassades des pays du sous-continent à Paris, reflétait déjà l’importance nouvelle de ceux-ci : près du tiers des membres de l’ONU (et donc de l’UNESCO) sont à ce moment latino-américains. Puis vient la publication en 1948 d’un numéro spécial de la revue Annales ESC sur l’Amérique latine, suivie de celle d’une Encyclopédie de l’Amérique latine en 1954. Mais la politique intervient aussi, puisqu’un recteur de l’université de Paris, Jean Sarrailh, sait créer en 1957 l’Institut d’étude du développement économique et social (IEDES), qui lance en 1960 la revue Tiers Monde, et dès 1954 il crée l’Institut des hautes études de l’Amérique latine. Ce dernier, une fois pourvu d’un bâtiment, est inauguré en 1956 par le Garde des Sceaux d’alors, François Mitterrand. En fait, certains savaient alors que le redéploiement international de la politique française allait s’imposer, quand le règlement des affaires indochinoise (1954), tunisienne et marocaine (1955-1956) laissait espérer que les conflits de la décolonisation venaient à leur fin. Mais il faudra huit ans de guerre (1954-1962) pour en finir, mal et difficilement, avec le conflit algérien.

4À moins qu’elle ne reste durablement un simple fantôme dans un couloir de la vieille Sorbonne, créer une nouvelle institution à Paris suppose en préalable un bâtiment, c’est-à-dire d’abord un terrain. Le terrain fut un cadeau que l’Association française de droit comparé fait à l’Université, rue Saint-Guillaume, face à l’Institut d’études politiques, institution alors encore fort atypique, située en périphérie du quartier universitaire de l’époque : le Faubourg Saint-Germain était alors quartier de ministères et d’ambassades, qui ne perturbaient pas ce qui restait de la vieille aristocratie dans ses hôtels entre cour et jardin. L’Association française de droit comparé veut monnayer le legs qu’elle a reçu en faisant créer par l’Université un Institut de droit comparé. Le recteur Sarrailh, hispaniste de formation, y adjoint une autre fenêtre sur le monde, l’IHEAL. La noble et rigide architecture de l’époque, tout comme celle de la nouvelle Faculté de médecine édifiée depuis peu rue des Saints-Pères, dans le même quartier, est surtout conçue pour de solennelles réceptions : hall et hauts plafonds du rez-de-chaussée avec sa salle de conférence donnant, comme l’amphithéâtre du premier étage, sur les grands arbres conservés d’un jardin semblable à ceux des deux hôtels particuliers voisins. Et par ailleurs… bien peu de surfaces disponibles en bureaux, salles de séminaire, magasins de livres, pour des organismes de recherches et de documentation ; mais qui, à cette époque, imaginait autre chose que des conférences et des réceptions ?

5Il fallait aussi trouver des hommes (et des femmes) pour animer les nouvelles institutions. Du côté de l’Institut de droit comparé, ce fut le Doyen René Rodière qui le prit en main en 1959 et lui donna un dynamisme… gênant pour son voisin. Pour l’IHEAL est nommé en 1954 un directeur, Raymond Ronze, homme de littérature lié au Cône Sud de l’Amérique latine, qui prendra sa retraite trois ans après. Une professeure agrégée d’espagnol lui est adjointe en tant que secrétaire générale, Michèle Sarrailh-Rosenfeld, qui est à l’origine du démarrage de l’Institut. Très vite, en 1957, un nouveau directeur vient marquer l’essor de la nouvelle institution, Pierre Monbeig. Ce géographe brésilianiste est aussi prestigieux qu’atypique. Prestigieux : il a appartenu à la grande équipe des enseignants envoyés par Georges Dumas pour fonder dans les années 1930 la nouvelle université de São Paulo ; il a soutenu la seule thèse de géographie française de l’époque publiée par la Fondation nationale de sciences politiques. Atypique : nommé professeur à l’Université de Strasbourg, il n’a ni souhaité ni pu s’insérer dans ce milieu provincial. Car il n’est pas alsacien comme son ami Étienne Juillard et surtout il apprécie peu ce qu’il considère comme le terrorisme en faveur de la géographie physique qu’y fait régner son cadet fort dynamique, Jean Tricart. Souhaitant « monter à Paris », il y trouve place, mais hors du saint des saints (l’Institut de géographie de la Sorbonne) : au Conservatoire des Arts et Métiers (où l’on n’a pas de « vrais étudiants »…).

6Très peu de temps après sa nomination comme directeur de l’IHEAL, son côté prestigieux prend résolument le pas sur son côté atypique : il devient professeur à la Sorbonne, en 1961, et la même année directeur des Sciences de l’homme et de la société au CNRS. Il exercera ces deux fonctions jusqu’en 1972 : le directeur de l’IHEAL a le bras long, mais c’est un homme fort occupé et dès 1961 il s’occupe peu de la gestion de son Institut, charge quotidienne qui retombe principalement sur Michèle Rosenfeld, dont les rapports aisés avec le Rectorat de Paris assurent de façon très informelle des moyens pour le nouvel Institut.

7En ce temps, bien peu d’institutions universitaires pratiquent une pluridisciplinarité qui remet en cause le cloisonnement des Facultés. C’est, à dose prudente, le cas de l’Institut d’études politiques, à peine institué depuis une dizaine d’années, en marge de la Faculté de droit. Plus récente encore est la VIe section de l’École pratique des hautes études (sciences économiques et sociales), future EHESS. Et rien n’existait alors à propos d’une aire culturelle, sauf le Centre des hautes études d’Administration musulmane. Ce CHEAM était un outil situé hors du système universitaire, destiné à la formation et au recyclage des personnels des administrations de la France d’Outre-Mer, des officiers ou des administrateurs civils, puis très vite des nouveaux cadres des pays francophones qui accèdent à l’indépendance : sa revue (Afrique et Asie) est ciblée sur l’administration et la politique.

8L’IHEAL, lui, appartient bien à l’Université de Paris et doit trouver sa place pour traiter d’un monde hispanophone et lusophone : comment pouvait-il éviter d’empiéter sur les tâches de l’Institut des hautes études hispaniques, né en 1929 ? Ce dernier est solidement ancré dans la discipline littéraire et n’en sort guère. Ses protagonistes (et en particulier son directeur d’alors, Charles-Vincent Aubrun) voient comme naturel qu’une aire culturelle, des civilisations, soient avant tout le domaine d’étude des spécialistes de langue et littérature (espagnoles ou portugaises). Confier à un géographe, principalement intéressé par le Brésil, ce qui logiquement aurait dû revenir à un hispaniste littéraire, était en outre mettre en cause la primauté d’un domaine espagnol sur un Portugal bien marginal. Une rivalité institutionnelle était inévitable entre les deux Instituts et les ponts ne s’établiront que tardivement. Aussi bien, l’étude de la littérature latino-américaine ne pourra guère se développer dans le nouvel IHEAL, malgré les efforts de Paul Verdevoye, alors qu’elle est restée longtemps parente pauvre dans un Institut hispanique où l’étude du Siècle d’Or espagnol restait la véritable voie royale. Dans cette perspective, il est significatif que longtemps le seul enseignant titulaire à l’IHEAL ait été une spécialiste de… littérature brésilienne, champ peut-être encore plus mineur à la Sorbonne de l’époque que les lettres hispano-américaines.

9L’organisation des enseignements à l’IHEAL se tourne d’autant plus résolument vers un ensemble pluridisciplinaire de sciences sociales. Sans nul doute un partage s’établit entre le directeur, Pierre Monbeig, tourné vers les sciences de l’homme, voire les sciences naturelles, et la secrétaire générale, Michèle Rosenfeld, hispaniste littéraire de formation. Dans l’ambiance d’une institution toute nouvelle assez largement dotée en moyens financiers et encore sans lourdes charges accumulées, les initiatives de l’un et de l’autre ont pu se déployer, sans qu’ils soient acculés à des choix générateurs de conflits. D’un côté, des conférences (et nous le verrons des publications) permettent de développer très vite les aspects littéraires et culturels. De l’autre, l’institution s’ouvre à des enseignements moins classiques. D’abord, modestement, sur les milieux naturels : comme la géologie par Jacques Butterlin, la photo-interprétation est enseignée par Marie-Françoise Passini, alors qu’à la même époque elle ne faisait pas partie du bagage exigé des étudiants de géographie parisiens… La couverture aérienne des pays latino-américains était alors plus développée que leur cartographie détaillée.

10Mais le cœur original de l’enseignement de l’IHEAL est le CEPES (Centre d’études politiques économiques et sociales) qui délivre un « diplôme d’université » (c’est-à-dire sans valeur intrinsèque dans les cursus français de l’époque et donc destiné principalement aux étrangers) de niveau maîtrise (jusqu’à la fin des années 1960 on dit en français « diplôme d’études supérieures »). Cet enseignement réunit des enseignants venus de milieux très variés. Pierre Monbeig sait attirer des personnalités non universitaires, en particulier des praticiens de l’économie comme Pierre Barrère, ou Jacques Jouvin qui vient de la Banque française et italienne pour l’Amérique du Sud. Il accueille aussi de jeunes universitaires français qui reviennent d’un long séjour de recherche en Amérique latine et sont en passe de peupler les universités qui recrutent tant au début des années 1960 : François Bourricaud et Alain Touraine, seuls sociologues français travaillant alors sur le sous-continent latino-américain, ou Olivier Dollfus, géographe, ont ainsi l’occasion de leurs premières armes d’enseignement sur l’Amérique latine. Des étrangers prestigieux viennent se joindre à ce noyau ; Celso Furtado, exilé depuis la SUDENE brésilienne, apporte son charisme, son originalité : les yeux verts au regard aigu dans un visage distingué soulignent la parole précise de son français impeccable.

11Cet enseignement n’appartient à aucun cursus français de l’époque (les cloisons disciplinaires sont alors très étanches). Si bien que le public est en majorité composé de Latino-Américains qui, grâce à ces cours, se retrouvent dans un milieu de langue espagnole, en compagnie d’autres Latino-Américains. C’est à la fois une ambiance rassurante et une occasion de découvrir que Péruviens, Brésiliens, Mexicains ont en commun des traditions, des modes de vie, des conditions sociopolitiques comparables : ils se découvrent latino-américains. Une minorité d’étudiants français viennent chercher dans ces cours le contact avec ces jeunes Latino-Américains, la parole de maîtres prestigieux qui parlent autrement qu’ « à la Faculté », et des connaissances qu’ils espèrent bien utiliser pour de futurs séjours dans des pays difficiles d’accès, qu’ils ne connaissent pas, et dont ils rêvent. Cet enseignement novateur se démarque à la fois par rapport à la vision « civilisationiste » fondée sur l’histoire littéraire et par rapport à la science politique des relations internationales qui naît alors en France, fondée sur des modèles globalisants. Le CEPES, lui, montre des pratiques sociales nationales ou locales, expliquées par des praticiens.

12Dès son arrivée, Pierre Monbeig lance aussi des publications : d’abord quelques Cahiers de l’IHEAL (non périodiques) accueillent des textes de conférences, ou regroupent quelques articles. Cette série s’interrompt quand naît une revue. Mais aussi les efforts de Michèle Rosenfeld permettent de produire des ouvrages plus gros, en un temps de financement facile : des textes fondamentaux de la culture latino-américaine (Concolorcorvo en 1960), mais très vite aussi des mémoires « annexes » de thèses de doctorat d’État, comme le Changement à Puno de François Bourricaud (1962), Le Pérou, introduction géographique à l’étude du développement, d’Olivier Dollfus (1968), Les Régions géographiques au Mexique de Claude Bataillon (1968), puis des thèses de troisième cycle après 1965, comme celles de Jean Revel-Mouroz (Le Tropique humide mexicain) ou d’Anne Bride-Collin Delavaud, sont publiés dans la collection « Travaux et Mémoires » de l’IHEAL. Bien sûr l’idée d’une revue venait d’emblée pour Pierre Monbeig et Michèle Rosenfeld. Nous connaissons déjà les Cahiers des Amériques latines, analysés au chapitre précédent.

13Enfin une bibliothèque voit le jour. Ce fut même la première manifestation d’existence de l’Institut dès 1955, quand Raymond Ronze, premier responsable de l’institution, fit don d’un fonds d’histoire et de littérature du Cône Sud : dans l’unique pièce de la vieille Sorbonne temporairement affectée à l’IHEAL naissant, une armoire de livres… Dès l’emménagement rue Saint-Guillaume, la nouvelle bibliothèque, sous la responsabilité d’Annie Lefort (jusqu’à sa retraite en 1986…) accueille des donations, précieuses mais forcément hétéroclites, comme celles de Paul Rivet ou de Marcel Bataillon. Elle acquiert aussi systématiquement des ouvrages fondamentaux et des revues : dès le début, pour aménager des locaux mal conçus pour accueillir des organismes de recherche, la documentation pose le problème du partage des locaux entre les deux instituts accueillis dans un même édifice au printemps 1956.

14En 1966, Pierre Monbeig reprend les éléments épars d’un centre de documentation lancé l’année précédente à l’IHEAL par Alain Touraine. L’air de l’époque était au renouvellement de la vision traditionnelle « bibliothéconomique » du livre et de la revue qu’il fallait acquérir, entreposer, conserver. Cette tâche, certes essentielle, restait aux mains des bibliothèques, mais d’autres tâches devenaient possibles avec de nouveaux moyens : répertorier le contenu des revues, mais aussi répertorier les documents « non classiques » (cartes, photos, recensements, littérature grise de rapports qui commencent à se multiplier…), non seulement pour qu’une institution connaisse son propre fonds, mais aussi pour qu’elle détecte les trésors dispersés susceptibles d’intéresser son public. Plus facilement qu’une vieille institution croulant sous les tâches accumulées d’un long passé, l’Institut peut se permettre de chercher des outils nouveaux pour son développement scientifique. C’est dans cette optique, celle préconisée par le CNRS, que le Centre de documentation de l’IHEAL entreprend en 1965, sous la direction d’Alain Touraine, le dépouillement de revues latino-américaines, travail poursuivi longuement ensuite à l’IHEAL après l’installation de son initiateur à la nouvelle Université de Nanterre. Puis ce Centre de documentation a mené aussi des recherches bibliographiques spécialisées sur des institutions des pays latino-américains (leurs statistiques et leurs cartographies en particulier), comme sur les thèses soutenues en France sur les pays latino-américains.

15L’Institut est-il un lieu de recherche en lui-même en ce temps ? Oui, en ceci que Pierre Monbeig accueille pour enseigner, discuter, publier tous ceux qui en France veulent s’affirmer latino-américanistes. Mais non pas, au moins jusqu’en 1965, comme lieu de coordination de recherches. Celles-ci sont pour l’essentiel les thèses de doctorat d’État que produisent les uns ou les autres, sous la houlette, généralement lointaine, de maîtres qui n’appartiennent pas à cet Institut, sauf s’ils « produisent » sous la direction personnelle de Pierre Monbeig, c’est-à-dire en géographie : rien d’étonnant à ce que le futur noyau de recherche organisé à l’IHEAL se concentre sur cette discipline, à travers les recrutements, temporaires ou durables, des chercheurs du CNRS.

Travaux et mémoires de l’IHEAL 1957-1968

16Sur 22 titres, 14 thèses françaises (thèse « principale » ou thèse « annexe » de doctorats d’État).

  • Histoire : 6
  • Langue et littérature : 4
  • Économie : 4
  • Milieu naturel : 3
  • Géographie-aménagement : 2
  • Sociologie : 1
  • Archéologie : 1

17À part quelques traductions de textes fondamentaux ou d’ouvrages de collègues latino-américains, la production reproduit l’éventail des thèses françaises soutenues, où l’histoire et la littérature prédominent.

Travaux et mémoires de l’IHEAL 1969-1987*

  • * C’est à dessein que nous prenons cette date et non celle de 1983 comme coupure chronologique dans (...)

18Sur 17 titres, 5 thèses (d’État, de troisième cycle), 9 ouvrages collectifs

  • Géographie-aménagement : 10
  • Histoire : 4
  • Économie : 1
  • « Américanisme » : 1
  • Archives : 1

19La rubrique « milieu naturel » disparaît définitivement, la prédominance de la géographie doit être nuancée : des ouvrages collectifs incluant une forte minorité d’auteurs d’autres disciplines ont pour thèmes des problèmes situés à la frontière de la géographie, de l’économie et de la politique.

Travaux et mémoires de l’IHEAL 1988-1998

20Sur 25 titres, 5 thèses remaniées, 18 ouvrages collectifs

  • Géographie-aménagement : 7
  • Histoire : 5
  • Monographies de pays : 4
  • Économie : 3
  • Sociologie-démographie : 2
  • Relations internationales : 2
  • Anthropologie : 1

21Outre les monographies (collection « À l’aube du troisième millénaire »), une incontestable diversification de l’éventail des disciplines, mais aussi la confirmation de mélanges pluridisciplinaires fréquents qui produit une forte prédominance d’ouvrages collectifs.

Vents contraires : 1969-1983

22Sans nul doute, les tempêtes de 1968 ont frappé plus durement l’IHEAL que bien des centres plus institutionnalisés, plus gros et plus classiques. L’équipe de direction est d’abord atteinte de plein fouet. La secrétaire générale, Michèle Rosenfeld, ne verra dans les innombrables critiques et autocritiques qui s’abattent, sur cet Institut comme sur tant d’autres, que logomachie et enfantillages. Quand les nouveaux organigrammes universitaires normalisés par la réforme d’Edgar Faure s’imposent en 1969 à l’Institut, elle préfère se retirer d’un système qui ne lui laissait plus de place clairement définie. Pour Pierre Monbeig, libéral ouvert, critique lui-même vis-à-vis de la sclérose de l’establishment universitaire qu’il juge depuis un CNRS porteur de modernité, la mise en cause du fonctionnement de l’IHEAL apparaît comme une attaque personnelle d’autant moins supportable qu’il sait à quel point il a été novateur. Les hasards veulent qu’au moment de Mai où le système universitaire parisien se fissure, il soit en mission… à Cuba, Mecque de la Révolution, pour y signer un accord fort bureaucratique entre CNRS et Académie des sciences de Cuba. À son retour, le décalage qu’il perçoit n’est pas dû aux seuls fuseaux horaires : sa première intervention dans une « assemblée générale » de l’IHEAL relève de la dure ironie des mauvais jours. En tirant sur sa pipe, il lance : « À Cuba, quand le Directeur entre, tout le monde se lève ! ». Plus profondément, l’énergie de cet homme de soixante et un ans se casse, et son goût d’inventer et de décider, stimulé dans les ambiances conviviales, se congèle et s’étiole dans cette crise qui lui semble profondément stérile.

23Le gouvernement de l’IHEAL va évoluer à tâtons : l’Institut n’obtiendra que lentement et difficilement un statut dérogatoire par rapport aux nouvelles « unités d’enseignement et de recherche » (UER) créées par la loi de 1969 ; et Jean-Pierre Berthe, comme directeur adjoint, gérera en fait la remise en ordre administrative jusqu’à la retraite du directeur : Pierre Monbeig quitte donc en 1977 l’Institut qu’il a dirigé pendant vingt ans, en prenant sa retraite (il conserve cependant la direction du DEA et du laboratoire associé 111 jusqu’en 1979, où Claude Collin-Delavaud lui succède dans ces fonctions). Jean-Pierre Berthe est élu directeur avec Hélène Rivière d’Arc comme directrice adjointe (1977-1982). En 1980 l’application de la « loi Sauvage » dans Paris III menace de fondre l’IHEAL dans une « UER d’études romanes », menace repoussée grâce à l’opposition unanime des personnels (mobilisés dans une intersyndicale) et des directeurs. En 1982, dans le cadre du statut d’UER maintenu, Jacques Chonchol (directeur) et Christian Gros (directeur adjoint) sont élus, qui auront à négocier à nouveau un statut administratif, plus favorable, selon la nouvelle « loi Savary », le statut spécial d’Institut d’Université obtenu en 1985 grâce à l’action déterminante de Romain Gaignard.

24Les années difficiles correspondent bien sûr à des vaches maigres. Antérieurement doté financièrement « hors norme » par un Rectorat de l’Université de Paris particulièrement favorable du temps de Jean Sarrailh, l’IHEAL devient une composante infime de l’Université de Paris III, qui ne va pas tarder à s’appeler Sorbonne Nouvelle : c’est à la suite d’hésitations de Pierre Monbeig, qui ne négocie pas un accueil dans une maison plus favorable. Ses liens personnels avec Fernand Braudel lui auraient sans doute permis une intégration dans la VIe section « économique et sociale » de l’École pratique des hautes études (future EHESS), qui à cette époque est en expansion au sein d’une Maison des sciences de l’homme qui s’intéresse aux aires culturelles. Autre solution, Pierre Monbeig, pour un Institut où les géographes et les historiens pesaient lourd, pouvait aussi négocier avec l’Université de Paris I où il se retrouvait professeur de géographie comme la majorité de ses collègues de cette discipline (comme avec la majorité des historiens) : sa vieille amitié avec Jean Dresch, directeur de l’Institut de géographie, pouvait faciliter ce virage. Mais Pierre Monbeig était à ce moment (jusqu’en 1972) directeur des sciences humaines au CNRS : position de puissance qui, paradoxalement, pour un homme peu porté aux marchandages, justement lui interdisait sans doute de négocier…

25Si bien que l’administration rectorale décida pour l’Institut : puisque l’Amérique latine, c’est des civilisations espagnoles et portugaises, « naturellement » l’Institut était rattaché au groupe le plus nombreux des hispanistes parisiens qui se regroupaient dans une ambiance « de gauche modérée » avec d’autres enseignants de langues et littératures pour fonder Paris III – Sorbonne Nouvelle (alors que la minorité « de droite » de cette même corporation littéraire, alliée à des historiens et des géographes de même tendance, fondait l’Université de Paris IV : Sorbonne « maintenue » contre Sorbonne Nouvelle…). Ainsi fut fait et l’IHEAL fut soumis aux normes budgétaires d’un ministère en proie à la formidable croissance des besoins financiers liés à l’augmentation du nombre des étudiants. Pour des normes calculées selon le nombre des enseignants et des étudiants, l’Institut n’avait qu’un petit nombre d’étudiants de niveau maîtrise, mais hors normes françaises, face aux bataillons de débutants qui peuplaient la Sorbonne Nouvelle. Il n’avait en outre qu’un seul enseignant titulaire, de littérature brésilienne. Le CEPES fonctionnait avec des chargés de cours. Le budget de l’Institut fut absorbé par les besoins incompressibles de l’entretien minimal d’un bâtiment de prestige qu’il fallait partager avec l’Institut de droit comparé, lui-même intégré à une université « juridique » conservatrice (Paris II), fort bien en cour dans les milieux de la politique gaulliste et de la haute administration.

26Et comment faire admettre à une Sorbonne Nouvelle au corps professoral nombreux, mais plus encore submergée par la montée de la nouvelle population étudiante, que l’IHEAL, au demeurant concurrent objectif de l’Institut des hautes études hispaniques, était un fleuron précieux dont les conférences, les chargés de cours prestigieux pour un enseignement de haut niveau, la bibliothèque unique à Paris et les publications devaient être développés ? Si bien qu’en 1978 le conseil de l’IHEAL, constatant que les sommes allouées pour l’année sont de 26 000 francs, contre 33 000 en 1976, vote ce budget ingérable par « une voix (sans doute celle, résignée, du directeur) et douze abstentions ».

27De plus, au même moment, la pluridisciplinarité de l’IHEAL, comme la spécificité d’une connaissance de l’Amérique latine, cessent d’être une originalité unique sur la place de Paris. Le boom de la littérature latino-américaine contemporaine convainc enfin l’establishment des hispanistes de faire sa place à l’étude de cette nouvelle littérature. L’Université de Nanterre, récente et enfin sur pied d’égalité par rapport aux recompositions de la vieille Sorbonne, développe sur l’Amérique latine, en même temps que sur l’Afrique, des enseignements, des recherches et des publications qui associent sociologie et ethnologie sous la houlette d’Éric de Dampierre. Plus récente encore, l’Université de Vincennes (Paris VIII, future Université de Saint-Denis) crée aussi des enseignements latino-américains en ethnologie et en économie. Si bien qu’en ces années 1976-1978 le nombre d’étudiants est en baisse, autour de la centaine, principalement des étrangers dont l’inscription est rendue plus difficile par des règlements plus contraignants concernant leur visa de séjour.

28Certes, la seule bibliothèque disponible pour ceux qui travaillent sur l’Amérique latine à Paris reste celle de l’IHEAL, mais elle n’obtient plus ni les crédits pour un développement sans à-coups, ni les personnels pour moderniser la gestion de ses fonds et les mettre à disposition de lecteurs sans cesse plus nombreux mais hétéroclites, venant souvent d’autres universités.

29Pour les enseignements, le nombre des chargés de cours s’étiole, soit faute de moyens pour les payer, soit qu’ils soient importunés par le souvenir des habits guévaristes que l’IHEAL s’est donnés pendant quelques trimestres, entre 1968 et 1971. La force nouvelle vient de la « domiciliation » de leur cours dans cet Institut qui permet à Jean-Pierre Berthe (EHESS), Frédéric Mauro (Paris-Nanterre), Paul Verdevoye (Sorbonne Nouvelle), Claude Collin-Delavaud (Paris-Vincennes) de faire vivre au centre de Paris des cours spécialisés qui continuent à attirer un public étranger varié, et dans une maison protégée de fait des remous bien plus forts que connaissent les Universités pendant presque toute la décennie 1970. Mais on manque à l’IHEAL d’enseignants dont tous les intérêts et tout le temps disponible soient dans la « maison », même si les cours d’Alain Rouquié et Pierre Gilhodès, chercheurs du CERI de Sciences Po, élargissent l’offre d’enseignement du CEPES.

30En ces temps difficiles où l’armature institutionnelle de l’Institut tremble, c’est le CNRS qui fournit les moyens de survivre et d’aller de l’avant. On l’a dit, Pierre Monbeig, de 1961 à 1972, y est directeur des sciences de l’homme. Dans une longue période budgétaire faste pour cette institution, il n’a guère de mal à obtenir des budgets, du personnel technique pour la bibliothèque et pour le centre de documentation, des chercheurs aussi. Jusqu’en 1967, tous ces moyens sont gérés de manière informelle, avant que l’administration du CNRS pousse à créer, à l’IHEAL comme ailleurs, une structure de laboratoire. Celle-ci naît justement en 1968. Elle reprend le nom du CEPES, puis sera à partir de 1980 le CREDAL (Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine). Si bien que les techniciens et chercheurs de ce laboratoire, que Pierre Monbeig dirige en parallèle avec l’Institut lui-même, vont devenir l’armature permanente de celui-ci. Henri Favre, socioethnologue, y est durablement, de même que Raymond Prats, économiste ; Jean Meyer et Jean Piel, historiens, Michel Gutelman et Luciano Martins sociologues, Louis Jeanjean, économiste, ne font qu’y passer. Particulièrement nombreux sont les géographes : Claude Bataillon et Yves Leloup y sont un temps, Hélène Rivière d’Arc et Jean Revel-Mouroz bien plus durablement. Ce dernier, dès 1973, assure au laboratoire une sous-direction de fait, puis de droit, avant d’en être le responsable en titre plus tard. Ainsi, jusqu’au milieu des années 1980, le CNRS fournit le cadre stable de l’IHEAL.

31Ce laboratoire connaît les joies et les peines de toute institution de recherche en sciences humaines, surtout si elle est pluridisciplinaire : comment inventer des projets, cohérents peu ou prou, qui évitent que les pratiques de chacun, chercheur ou enseignant-chercheur, n’aboutissent à la plus complète dispersion ? Il ne fait pas de doute qu’une pratique originale s’est imposée plus précocement ici que dans la plupart des milieux universitaires de sciences de l’homme. Dans la plupart de ceux-ci, les laboratoires ne cessent que beaucoup plus tard d’être un club de professeurs protégeant (ou rarement tenant en main) chacun « ses » thésards (le « labo » qu’Éric de Dampierre crée à Nanterre, évoqué ci-dessus, étant une exception…). Les synergies ont joué à l’IHEAL, parfois grâce à des budgets spéciaux (pour des « recherches coopératives sur programme » selon le jargon du CNRS d’alors ou pour des colloques) : non pas des programmes rigides et permanents, mais des collaborations souples sur des thèmes souvent originaux, pour des périodes de quelques mois ou quelques années. Pierre Monbeig, déçu ou impuissant dans le champ de la nouvelle gestion universitaire, affirme ici son inventivité, sa capacité de suggérer et d’encourager tout en laissant faire. Son expérience de directeur scientifique du CNRS lui donne une vision pragmatique de la pluridisciplinarité : il connaît les différentes tribus disciplinaires des sciences de l’homme et sait les faire cohabiter et les aider à trouver des langages communs, sans tenter d’imposer des normes.

32Mais cette pluridisciplinarité est source de tensions. Les géographes « à la Monbeig » y sont vigoureusement favorables : ils profitent directement du contact avec les autres sciences sociales du contemporain et à l’IHEAL ils se sentent protégés des risques que connaissent leurs homologues dans des instituts de géographie où l’enjeu est la cohabitation entre géographie humaine et géographie physique et non l’ouverture hors de la géographie. Et ces géographes sont relativement nombreux à l’IHEAL. Ils peuvent donc y jouer un rôle de gestionnaires. Les historiens, eux, sont peu nombreux, et leur vocation est de passer, le temps de rédiger une thèse et de partir ensuite pour peupler les universités provinciales en manque d’encadrement. En outre, quand ils ont pour terrain un passé lointain, ils ne trouvent guère d’interlocuteurs compétents chez leurs collègues travaillant sur le contemporain quand ils veulent s’approprier les concepts des différentes sciences sociales dont ils ont besoin. Quant aux sociologues, ethnologues, économistes, démographes, littéraires, ils savent qu’ils resteront marginaux s’ils vivent à l’IHEAL, par rapport à une carrière plus prestigieuse dans une institution de leur propre discipline. Pour eux, cet IHEAL est un lieu d’attente, à moins qu’il ne soit un prudent refuge. Cependant parfois un individu opiniâtre crée au sein de l’Institut son propre domaine, ses propres publications, son propre sigle, comme Henri Favre avec l’ERSIPAL à l’entre-deux de la sociologie et de l’ethnologie. La position de Jean-Pierre Berthe, historien à l’École pratique des hautes études, est différente, puisqu’il gère dès son début en 1968 la revue Cahiers des Amériques latines, avant de diriger l’IHEAL lui-même à partir de 1976.

  • 3 Jusqu’en 1975 environ, chaque commission distribue elle-même, dans le détail, des fonds annuels qu (...)

33Si l’Institut accueille ainsi tout latino-américaniste qui le désire comme une auberge espagnole, le laboratoire du CNRS qui fournit en ces années difficiles l’armature financière et les emplois de chercheur ou de technicien pour l’ensemble, n’a pas la vie facile. On sait que, contrairement aux structures universitaires, qui existent en elles-mêmes, les organismes du CNRS ne peuvent durer que par contrats successifs (en général de quatre ans), après évaluation plus ou moins rigoureuse par un Comité national de la recherche scientifique, organisé en sections solidement cloisonnées par disciplines3. La lecture des rapports de ces sections qui jugent le CREDAL est édifiante. En géographie, celui-ci apparaît comme un capital incontestable de la discipline, mais en même temps c’est un kaléidoscope difficile à apprécier en raison de la diversité des programmes, chacun étant porté le plus souvent par un seul individu. Les experts des autres disciplines brossent fréquemment du laboratoire un portrait à la fois héroïque et idyllique, parce que la pluridisciplinarité est à cette époque prônée comme un progrès très rarement réellement mis en pratique : enfin l’oiseau rare est là, qu’il faut bénir. Mais au moment des comptes précis, l’expert note que sa discipline est représentée dans ce caravansérail par trop peu de chercheurs : il propose un financement très limité, et surtout manifeste par son vote que ce « labo » n’entre pas dans ses priorités. La plus jolie formule est due à un évaluateur anthropologue (beaucoup plus tard, en 1998) qui juge que, dans ce labo, « l’anthropologie est noyée dans un océan de géographie [mais qu’émergent] des îles solides d’anthropo-sociologie ou de socioéconomie ».

34Les publications de l’IHEAL de cette période difficile reflètent les dynamiques du laboratoire. Tant la série « sciences de l’homme » des Cahiers des Amériques latines de l’époque que les volumes des « Travaux et Mémoires » sont souvent des ouvrages collectifs thématiques issus de ces recherches coopératives ou de ces colloques, où prédomine une géographie humaine très colorée par l’analyse des acteurs sociaux et politiques de l’organisation de l’espace. Assez loin de la géographie classique de l’époque, ces travaux collectifs accueillent nombre de chercheurs sociologues, économistes ou historiens, mais ceux-ci sont à cette époque rarement maîtres d’œuvres de ces ouvrages…

Aux origines de l’IHEAL, un grand classique de la sociologie.

35C’est aussi l’époque où naissent les premiers outils de la bureautique, qui permettent de publier à moindres frais que l’édition traditionnelle au plomb. L’Institut, pauvre d’argent, multiplie, avant d’autres, les essais qui permettent de publier « quand même » : feuilleter à nouveau ces productions rappelle le souvenir d’un bricolage où certains ont beaucoup appris… y compris à se méfier des corsaires d’un monde de l’édition en pleine évolution. La richesse des contenus a sans doute contrebalancé des présentations souvent hétérogènes et parfois « pauvres ».

Les chemins de l’établissement : 1983-1998

36Nul doute que la conjoncture politique née en 1981 (années Mitterrand, mais surtout, au début, années Savary) ait permis à l’IHEAL de sortir peu à peu de plus d’une décennie d’incertitudes. Mais c’est aussi que la conjoncture a changé sur le plus long terme. Le travail obstiné de certains (Jean-Pierre Berthe, Jean Revel-Mouroz en particulier) porte enfin ses fruits : l’IHEAL s’est peu à peu fait respecter par son voisin de palier, l’Institut de droit comparé, comme par l’Université Sorbonne Nouvelle, qui elle-même a appris à jouer peu à peu la qualité et la diversification, en abandonnant son visage initial d’école d’apprentissage des langues.

37L’élection de Jacques Chonchol à la direction de l’IHEAL en 1982 (appuyé par Christian Gros comme sous-directeur) ne va pas résoudre par magie les problèmes internes de l’institution, d’autant plus que cet universitaire chilien, ancien ministre de l’Agriculture de Salvador Allende, n’a ni connaissance des arcanes de l’Université française, ni goût pour la gestion au quotidien. Mais auprès d’un pouvoir politique socialiste, il peut assurer des relations au sommet qui aident à débloquer certains dossiers, création de postes d’enseignant en particulier. Ces déblocages passent par des collègues qui appuient au niveau gouvernemental le développement des études latino-américaines dont ils sont issus eux-mêmes : Guy Martinière, pour le secteur documentaire surtout, ou Romain Gaignard, très près du ministre Alain Savary. Et Christian Gros assure un suivi des dossiers… qui enfin aboutissent. Le rôle de Gaignard est appuyé dans ses actions opiniâtres par Jean Revel-Mouroz, dont nous verrons ci-dessous la vie de chercheur gestionnaire. Cette conjoncture favorable est essentielle pour sauver l’IHEAL, comme pour créer une structure homologue à Toulouse (chapitre suivant).

  • 3 Dans le jargon des sigles successifs, RCP (Recherche coopérative programmée) voulait dire programm (...)
  • 4 Actes en 2 volumes, 825 p.

38Or depuis déjà 1979, les autorités de tutelle des Universités ont voulu créer un organisme national de coordination de la documentation sur l’Amérique latine. Il peut se développer dans ces années fastes. Certes il est domicilié administrativement à l’Université de Toulouse – Le Mirail, où il a été créé ; mais l’IHEAL en est la composante la plus importante et c’est d’ailleurs en 1982 Hélène Rivière d’Arc, chercheur du CREDAL, qui prend la responsabilité de ce GRECO3 du CNRS. L’organisation en commun en 1983 d’ « États généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine en France », par ce GRECO et par l’IHEAL, affirme l’existence d’une communauté organisée dont l’IHEAL est un des leaders4. Il faut attendre 1985 pour qu’un décret donne à cet Institut son nouveau statut légal, outil d’autonomie au sein de l’Université Sorbonne Nouvelle. En corollaire, le nombre d’enseignants affectés à l’IHEAL augmente enfin. Les efforts de l’ancienne équipe de direction, puis de la nouvelle, élue en 1993 (Georges Couffignal assisté de Marielle Pépin Le Halleur jusqu’en 1998), font qu’à cette dernière date sept personnes enseignent à plein temps à l’IHEAL (histoire, géographie, sociologie, économie, politique, anthropologie) et l’enseignement peut s’organiser aux différents niveaux. Celui de la maîtrise, où l’ancien diplôme en deux ans de l’IHEAL, totalement atypique, est rénové en 1994 et peut enfin attirer des étudiants français et non plus seulement des Latino-Américains comme précédemment. Pour un troisième cycle court (DESS), un diplôme spécifique est mis en place en 1996 : il attire principalement des candidats français dans un but de formation « professionnelle ». Pour le doctorat, l’IHEAL s’est organisé avec un DEA à options dès 1975 en une formation selon les modalités du troisième cycle, où les contenus pluridisciplinaires étaient bien mieux admis qu’au niveau de la maîtrise. Ce doctorat lui aussi, qui longtemps a attiré principalement des candidats latino-américains, accueille progressivement une proportion croissante de Français (autour de la moitié), car dans les années 1980-1990, l’Université de Paris III reconnaît progressivement ce doctorat dans les disciplines Histoire, Géographie-Aménagement-Urbanisme, Sociologie, Économie, Sciences politiques, Anthropologie, Littérature. Le nombre de thèses soutenues s’accroît (quarante-quatre pour le quinquennat 1987-1991, soixante et une pour le quinquennat suivant). En outre une chaire Simon Bolivar permet d’inviter pour des séjours de quelques mois plusieurs collègues étrangers par an.

39Cependant, tout n’est pas simple dans le nouvel établissement : il reste difficile de trier le recrutement des étudiants là où les débouchés professionnels sont plus incertains que dans les filières universitaires établies sur des programmes disciplinaires. Les étudiants, pour le meilleur ou pour le pire, s’apparentent à ceux qui fréquentent l’EHESS par exemple. Ce sont des « marginaux » : entrant au niveau de la maîtrise certes, mais soit pour ajouter un fleuron à un cursus déjà coté, soit pour se munir d’un diplôme en soi peu valorisant s’il couronne un cursus déjà marginal. Et la part des étudiants étrangers reste prédominante (latino-américains surtout bien sûr à l’Institut). Certes la part des Français s’est accrue, en particulier pour le DESS, diminuant l’impression d’enclave que donnait l’Institut loin des remous et des problèmes universitaires hexagonaux ; mais pour un tiers seulement les lauréats soutenant des thèses à l’IHEAL en 1995-1998 sont français. Parallèlement, comme à l’EHESS encore, la tendance à faire de chaque chaire, de chaque séminaire, un petit monde clos, facilement clientéliste, est difficile à combattre. En effet, les cursus donnent ici une culture, sans ouvrir en eux-mêmes à une carrière, tandis que le large éventail pluridisciplinaire rend plus difficile aux enseignants toute concertation pour une pédagogie commune. De plus les chargés de cours sont une vingtaine, signe de budgets moins difficiles. Ceci permet certes une riche variété d’options, mais ne prêche pas pour un encadrement pédagogique rigoureux des étudiants dans un système inévitablement très dispersé.

Scolarité à l’IHEAL, 1979-1999

Scolarité à l’IHEAL, 1979-1999
  • Avant la « réforme Savary », l’accueil en troisième cycle est relativement peu sélectif, tout comm (...)
  • La création de ce troisième cycle court à but professionnel produit un changement fondamental dans (...)

Note *
Note **

40On peut prendre comme exemple de cette difficile pluridisciplinarité les thèmes des thèses soutenues à l’IHEAL de 1995 à 1998. Le tableau ci-dessous établit deux classements, le premier selon les thèmes du contenu des thèses, repérés par les titres de celles-ci, le second selon les spécialités disciplinaires des directeurs. Soulignons d’abord que ces spécialités disciplinaires correspondent aussi bien à celles d’enseignants de l’IHEAL, qu’à celles de chargés de cours (professeurs d’autres universités ou chercheurs du laboratoire). Relevons qu’ethnologie et littérature viennent comme des exceptions : ces cursus dominent dans d’autres établissements 207 universitaires parisiens et sont à peine amorcés à l’IHEAL.

41Pour les autres thématiques, selon les titres des thèses, elles se regroupent en quatre rubriques, où il n’a pas été possible d’établir une distinction entre agronomie et économie, ni entre politique et sociologie ; alors que les disciplines représentées dans le corps enseignant forment six rubriques, les contacts entre disciplines, les choix thématiques des programmes du laboratoire, les effets de mode produisent des regroupements de fait. En outre des directeurs de thèses tendent à suivre des doctorants hors de leur propre spécialité : cela semble particulièrement net pour les « maîtres » issus de la géographie et plus encore de l’histoire.

DEA (examen de première année de doctorat)

42soutenus à l’IHEAL en 1988-1989

  • Économie rurale : 16
  • Sociologie rurale : 12
  • Histoire : 13
  • Science politique : 10
  • Géographie : 4
  • Littérature : 4

43Ce coup de sonde dans la scolarité de troisième cycle de l’IHEAL diffère sensiblement de l’éventail des thèses soutenues un lustre plus tard. Il reflète en partie les choix des étudiants latino-américains, qui ne conduisent pas tous à terme des thèses après le DEA.

Quarante-cinq thèses soutenues à l’IHEAL, 1995-1998

Quarante-cinq thèses soutenues à l’IHEAL, 1995-1998

44Le remarquable développement de l’enseignement, avec ses ombres et ses lumières, ne doit pas cacher la place toujours importante d’un laboratoire de recherches où la continuité est forte : Jean Revel-Mouroz en est le directeur depuis 1988, après en avoir été bien plus tôt la cheville ouvrière. Les treize chercheurs du CNRS, les trois chercheurs de l’ORSTOM, les sept enseignants-chercheurs de l’Institut, auxquels s’ajoutent vingt-deux autres collègues d’autres universités, font du laboratoire un ensemble nombreux et divers, mais (faut-il s’en étonner ?) difficile à doter de quelque cohérence thématique et de synergies, d’autant plus qu’au CREDAL, comme dans d’autres laboratoires parisiens de sciences humaines, la pyramide démographique des chercheurs se renouvelle peu par sa base, ce qui peut freiner l’innovation.

  • 5 Cf. le chapitre précédent.

45Les publications de l’IHEAL, elles aussi, ont trouvé des voies plus fermes. Si l’on pouvait critiquer la qualité matérielle des ouvrages de la période difficile, issus de colloques, novateurs certes mais périssables et édités à la hâte, les nouveaux ouvrages collectifs des « Travaux et Mémoires » sont souvent des bilans solidement établis sur différents pays « à l’aube du troisième millénaire ». Par ailleurs les problèmes de financement et de diffusion des livres sont souvent mieux résolus par une politique de coéditions (en particulier avec L’Harmattan). Parallèlement, les Cahiers des Amériques latines repartent, on l’a vu5, sur une base nouvelle en 1985 sous l’impulsion de Guy Martinière : sur une maquette de qualité, rénovée, la revue veut insister sur l’information (documentation au sens très large), sur le débat scientifique (une rubrique « Frontières » cherche à cibler dans un article, ou dans deux qui présentent des points de vue opposés, un problème de méthode ou un thème en discussion). Et chaque numéro compose un dossier thématique ciblé, dont la qualité est souvent marquante. Il n’empêche que gérer une revue sur une aire culturelle sans le support d’un public appartenant à un groupe disciplinaire reste hasardeux et les Cahiers renouvelés trouvent difficilement leur financement comme leur équipe rédactionnelle. Par rapport à d’autres temps, une exceptionnelle régularité de cette publication bisannuelle est due à la fermeté souriante de Bernard Bret dans la période 1991-1996.

46On voudrait conclure sur quelques symboles qui nous font revenir à l’architecture de l’IHEAL : le beau bâtiment des années 1950, solennel et rigide, qui abrite des activités diverses, fluctuantes, parfois contradictoires, a dépassé son demi-siècle. Il avait mal et beaucoup vieilli, comme tout le capital immobilier universitaire parisien, souvent sale et dégradé, faute de moyens financiers certes, mais parfois aussi plus encore faute d’une maîtrise de la gestion au cours des années. En 1992-1993, l’IHEAL et le CREDAL sont câblés. En 1998, sa façade et son intérieur sont entièrement rénovés. Au rez-de-chaussée, autre symbole : le centre de documentation, qui y loge depuis 1966, était séparé de la salle de conférences par une cloison mobile, car il empiétait sur des parties communes à l’IHEAL et à son voisin de pallier, l’Institut de droit comparé : il en résultait une acoustique fort étrange, des nuisances mutuelles et des querelles obstinées. Il dispose maintenant, trente ans après, d’une cloison fixe… et insonorisée. Le voici donc, lui aussi, institutionnalisé. L’IHEAL, né atypique dans des années où une forte croissance du monde universitaire s’accompagnait de bouleversements mal vécus, est maintenant un ancien, assuré de ses fondations, dans le monde très diversifié des institutions pluridisciplinaires qui savent dans les sciences de l’homme produire de nouvelles connaissances, les enseigner et les diffuser.

47Mais en 1999, de nouvelles pistes se sont ouvertes : le directeur d’alors, Jean-Michel Blanquer, a lancé le projet d’un Institut des Amériques afin de jeter des ponts entre le latino-américanisme et les études nord-américaines. Plusieurs colloques ont été organisés dans la première moitié des années 2000 afin de démontrer la pertinence scientifique d’un tel projet et la plupart d’entre eux ont été publiés par l’IHEAL dans une nouvelle collection baptisée « Éditions de l’Institut des Amériques ». Finalement, la naissance officielle de cet Institut a été annoncée en mars 2007 et ses activités officielles, pilotées par un conseil scientifique international, ont commencé en 2008.

Annexes

ANNEXE. JEAN REVEL-MOUROZ, TRENTE ANS DE GESTION À L’IHEAL

Né en 1940, Jean Revel-Mouroz commence sa formation étudiante en préparant le concours de l’École normale de Saint-Cloud au Lycée Thiers de Marseille et en passant des épreuves d’une licence d’histoire à Aix-en-Provence. À l’automne 1961, il entre à cette École normale pour se spécialiser en géographie : à l’École, les professeurs marquants sont Pierre Birot, et Armand Frémont qui oriente les étudiants vers les problèmes d’aménagement régional. Mais en même temps il suit à la Sorbonne les cours de Pierre George, de Jean Dresch ; incidemment il connaît aussi ceux de Pierre Monbeig. Pour compléter sa licence de géographie, il passe des certificats de démographie, de cartographie, et d’économie (ce que peu de géographes pratiquaient à l’époque). Les géographes à Saint-Cloud sont des bûcheurs avant tout, et c’est chez des historiens, des philosophes ou des littéraires que Jean trouve le plus d’ouverture vers l’actualité, en ces années de forte agitation intellectuelle.

Il envisageait un DES (maîtrise) sur l’irrigation au Maroc, mais son contact, dès Aix-Marseille, avec Jean Meyer, qui vient de faire un voyage d’étude au Mexique (1962), le convainc de demander un sujet mexicain à Pierre Monbeig. Celui-ci lui propose le café au Chiapas… mais Revel insiste pour traiter de l’industrialisation dans la région de Monterrey, sous l’influence de Frédéric Mauro, qui vient d’y enseigner durant un semestre. Tout cela relevait d’un intérêt global pour le « Tiers Monde »… Après un grand périple jusqu’au Guatemala en l’été 1963, Revel travaille un bon semestre à Monterrey. Un peu sur le milieu naturel de la Sierra Madre toute proche, grâce à l’appui des naturalistes du Tecnológico. Mais surtout sur le problème urbano-industriel avec les économistes de l’Universidad de Nuevo León et les planificateurs urbains du groupe de Cortéz Melo, à la municipalité.

Après avoir passé l’agrégation de géographie en 1965, Jean cherche à repartir au Mexique en coopération militaire. À l’IHEAL, il négocie avec Olivier Dollfus, très lié au ministère des Affaires étrangères. On lui propose le Pérou, puis le Chili, mais enfin il obtient d’être coopérant, à Mexico, auprès du CIA (Centro de Investigaciones Agrarias), que dirige un politique important, Sergio Reyes Osorio, gendre du ministre de la Défense, Barragán. Ce centre, né dans les années 1950, est lié au Colegio de México à travers Rodolfo Stavenhagen. Avec une bonne équipe, il gère un programme international d’évaluation de la réforme agraire mexicaine. Équipe composée surtout d’experts de la CEPAL : ses collègues sont hollandais, israélien, chilien, économistes ou agronomes. Comme mexicains, Stavenhagen, brillante étoile de la sociologie, Juan Ballesteros, jeune agronome et économiste rural qui revient de France (comme le précédent), où il vient de soutenir une thèse, entre autres sous la tutelle de René Dumont. Juan se lie fortement d’amitié avec Jean. Le travail de recherche de celui-ci le met en contact avec de vastes régions du pays, surtout le Bajío, assez peu le Sud-Est. Il fréquente la Secretaría de Recursos Hidraúlicos, mais surtout le seul organisme qui traite des données au niveau local ou régional dans le pays, la Comisión Nacional de los Salarios Mínimos. Chez les économistes du Banco de México, il découvre les matrices sectorielles et régionales de « input/output ».

Il donne en 1968 un cours de géographie en espagnol sur l’Orient, au Centro de Estudios Orientales du Colegio de México (un Orient qui va du Maroc au Japon…), ainsi qu’un séminaire sur les structures et les réformes agraires. Les étudiants sont presque tous des boursiers latino-américains, non mexicains. Son seul contact avec des géographes mexicains sont de pure courtoisie, à l’UNAM, entre Colegio de Geografía « révolutionnaire » (avec Ángel Bassols Batalla) et Instituto de Geografía cantonné dans des recherches où tout sujet brûlant d’actualité est soigneusement évité : l’ouverture viendra plus tard, au temps de Rubén López. Ces deux ans et demi sont le plus long séjour mexicain de Revel, où il découvre presque tout le pays…

À l’automne 1968, il rentre à Paris comme chercheur du CNRS à l’IHEAL, grâce à Pierre Monbeig. Il convenait en priorité qu’il tire de ses expériences mexicaines une thèse de troisième cycle. Deux sujets sont évoqués avec Claude Bataillon et Olivier Dollfus : aux problèmes de réforme agraire dans le Bajío sont préférés les Tropiques humides du sud-est mexicain, comme lieu de migrations et de colonisation. Ce territoire est-il une « solution » au problème du « surpeuplement » du Centre mexicain ? Dollfus dirige le travail, long à mettre au point pour relier entre elles les études de cas dont disposait l’auteur, mais surtout pour élaborer, puis cartographier à la main, tous les matériaux statistiques mis en œuvre, en actualisant par des projections les données disponibles (celles de 1960). La thèse, tapée par André Safon, a pu être immédiatement diffusée en offset6. La traduction espagnole a été publiée au Fondo de Cultura Económica grâce à Alanis Patiño, haut personnage tant au Fondo qu’au Banco de México : diffusion tardive et étroite dans les années 1980… dans les milieux d’aménageurs où compte le présent immédiat, c’est un livre d’histoire, dont l’auteur remarque que comme il ne défendait pas une thèse à succès, ce ne pouvait être un livre à succès.

À l’IHEAL, Jean découvre un milieu très ouvert, dynamique, peu hiérarchique. Les chercheurs sont jeunes (Bataillon, Leloup, Jeanjean, Gutelman). En comparaison des autres lieux universitaires parisiens de sciences humaines, un peu plus de logistique, mais bien pauvre en comparaison du Colegio de México de la Calle Guanajuato. Revel revient à son nord frontalier mexicain, comme zone de relations et de migrations (en 1975 un colloque sur ce thème est organisé avec le Colegio de México). Là encore, économistes, démographes, géographes s’entremêlent. Sur le thème de la Frontière, Jean travaille avec le Programa nacional fronterizo (PRONAF), avec le Colegio de México (Gustavo Bustamante), avec le programme des maquiladoras, avec l’Université du Texas : à El Paso le responsable est Stanley Ross, organisateur d’un réseau de chercheurs avec lequel il s’entend d’emblée. Au même moment le problème frontalier motive peu le milieu universitaire mexicain, sauf pour quelques interlocuteurs connus localement (maquiladoras, aménagement des postes frontaliers). Revel est porteur d’une vision globale et connecté avec des organismes du DF, il n’a pas d’homologues dans le nord mexicain, sans doute en raison de l’ambition très vaste de son programme. Quand des équipes mexicaines se sont mises en place sur la frontière, suivre l’actualité des processus sur tout cet ensemble n’était plus réalisable. De plus, il était difficile d’aller à contre-courant des idées dominantes, entre autres au Colegio de la Frontera Norte (COLEF) : la frontière vue comme lieu d’exploitation maximale, tant pour les migrants que pour la main-d’œuvre des maquiladoras. Jean s’intéressait en priorité aux initiatives locales, aux évolutions positives, aux milieux non dominés par la corruption et par le vice. Le COLEF travaillait en fait à deux niveaux : politique en haut, à l’affiche ; production technique d’information en dessous, mais réservée au moins en partie à l’usage des politiques et non pour la diffusion en milieu académique. C’est plus tard, après 1986, que Revel a pu travailler en collaboration avec l’Universidad de Baja California sur la partie occidentale de la Frontière. Cette analyse détaillée des conditions de la recherche nous sert d’exemple, parmi d’autres, du travail du géographe « à la française » en milieu latino-américain, lui-même emblématique des modes de fonctionnement des diverses sciences sociales.

Si Revel a été le directeur de nombreux thésards, à partir de 1982 officiellement, c’est bien sûr de par ses fonctions au CREDAL, mais aussi en raison de nombreux contacts universitaires, au Mexique bien sûr, mais aussi au Brésil et au Venezuela, en particulier à l’occasion des programmes du CREDAL concernant les fronts pionniers et les grands aménagements d’infrastructure et d’industries de base, en Argentine aussi plus tard, où les liens établis avec le milieu des architectes (Elsa Laurelli) ont été fructueux. Parmi ses thésards français, Jean remarque que l’échec de certains à devenir chercheurs professionnels (au CNRS) aurait peut-être été évité s’il avait voulu cultiver des relations suivies avec les milieux syndicaux de cet organisme.

Très vite, en particulier avec mon départ pour Toulouse à l’automne 1973, il est de fait en charge de la gestion du CREDAL, investi d’une confiance totale de la part de Pierre Monbeig : à cette époque les fonds du CNRS étaient versés sur un compte bancaire dont Revel a tout simplement la signature par délégation de Monbeig7. En 1979, il poursuit cette tâche auprès du nouveau directeur du labo, Claude Collin-Delavaud. Le choix de celui-ci s’est fait lors d’une conversation où Monbeig avait réuni chez lui ce dernier avec Jean et Olivier Dollfus, qui a clairement refusé cette charge : c’est à l’Université de Paris VII (Denis Diderot plus tard) qu’il décidait d’investir ses efforts. Revel devient directeur adjoint du CREDAL en 1982, en particulier chargé d’organiser de façon plus cohérente les programmes du labo, soumis à des critiques répétées. C’est en 1988 qu’il est à son tour directeur. La possibilité d’un successeur est entrevue en 1996, quand Hervé Théry est nommé directeur adjoint. Peut-être en raison d’une ambiance interne au labo sans consensus en sa faveur, Théry quitte ce poste un an plus tard et c’est en 2000 que María Eugenia Zavala de Cosío, démographe qui dans les années 1970 a été l’assistante de Léon Tabah dans ses cours à l’IHEAL, prend la tête du CREDAL.

Entre-temps, Revel a sans cesse alourdi ses responsabilités de gestion, au gré d’opportunités qui s’imposaient en corollaire de celles qu’il avait déjà. Quand Romain Gaignard, en 1981-1985, est devenu directeur de la Coopération et des Relations internationales du ministère de l’Éducation nationale, auprès de Alain Savary, Revel est entré comme chargé de mission dans le petit cercle de ses adjoints. Lourde charge de travail, mais poids efficace dans l’organisation en réseau de la recherche sur diverses aires culturelles. Ce fut pour lui l’occasion de voir à quel point l’Amérique latine pesait peu face aux organismes français au Moyen-Orient, en Inde, en Extrême-Orient et combien les grands barons de ceux-ci rivalisaient, en comparaison de la relative convivialité des latino-américanistes français. Il a pu aussi comparer les conditions du travail de recherches de terrain entre ces pays : dans la plus grande partie du Tiers Monde, une recherche encadrée politiquement et souvent sans chercheurs locaux autonomes, alors qu’en Amérique latine la règle est de partenariat avec des universités locales, mais avec un libre accès au terrain presque généralisé. Jean a aussi participé à la commission scientifique de l’IRD (1988-1993), pour y constater un cloisonnement disciplinaire peut-être plus rigide qu’au CNRS, mais aussi parfois une tradition de recherches « lourdes », avec beaucoup de moyens, en conservant pour soi les données récoltées, avec quelque dédain pour les chercheurs venant pour de courtes missions de contacts avec de multiples partenaires, comme les pratiquent universitaires ou chercheurs du CNRS. Il est présent dans des structures de coopération universitaire et scientifique internationale, ainsi de 1982 à 1999 dans le COFECUB (avec le Brésil). En 1987, il a rédigé avec Romain Gaignard la proposition faite au CNRS, qui l’accepte, de créer un GDR Amérique latine succédant au GRECO CNRS et l’étendant à la recherche.

Parallèlement, dès 1978, Revel est entré dans le Conseil scientifique (et à son bureau) de l’Université de Paris III – Sorbonne Nouvelle : une place spécifique était alors réservée dans ces organismes pour les chercheurs du CNRS. Il a pu aider à convaincre là que l’IHEAL était pour cette université un joyau à mettre en valeur et non une charge, une ouverture pluridisciplinaire précieuse pour ces littéraires. Et c’est ainsi qu’il est élu vice-président du Conseil scientifique de la Sorbonne Nouvelle (1994-1998 et 1998-2002). Cette présence ainsi que celle de Georges Couffignal au Conseil d’administration de l’Université n’a pu que favoriser la multiplication du nombre des enseignants de l’IHEAL et la reconnaissance des projets de cet Institut dans les programmes quadriennaux de l’Université avec le Ministère.

Notes

1 Pour ce chapitre, dont une version préliminaire a été écrite en 1998, j’ai sollicité à l’IHEAL la mémoire de Christian Gros et celle d’Annie Lefort. Qu’ils en soient ici remerciés. J’ai pu consulter diverses archives, qui remontent jusqu’en 1968. Les documents que je possède personnellement couvrent la période 1965-1974. Par ailleurs, en ce qui concerne le laboratoire du CNRS (CREDAL), j’ai pu consulter les archives du Comité national de la recherche scientifique pour la période 1976-1999. Ces archives appartiennent aux Archives nationales, mais cette tranche chronologique est entreposée par le CNRS lui-même à Gif-sur-Yvette, alors que les matériaux antérieurs sont, comme toutes les archives administratives à Fontainebleau semble-t-il, sans classement permettant d’identifier rapidement les dossiers des différentes formations de recherche. Enfin en 2006 une conversation avec Jean Revel-Mouroz, partiellement enregistrée, a complété mes matériaux. Elle concerne tant sa vie professionnelle que la marche de l’IHEAL et les structures du latino-américanisme en France et en Europe.

3 Jusqu’en 1975 environ, chaque commission distribue elle-même, dans le détail, des fonds annuels qui lui sont attribués en propre, ce qui accentue les réactions d’autovalorisation interne de chaque discipline.

3 Dans le jargon des sigles successifs, RCP (Recherche coopérative programmée) voulait dire programme temporaire léger, tandis que GRECO (Groupement de recherches coordonnées) voulait dire structure fédérative durable fédérant plusieurs organismes pour une tâche commune…

4 Actes en 2 volumes, 825 p.

5 Cf. le chapitre précédent.

6 Mexique, aménagement et colonisation du tropique humide, Paris, IHEAL, « Travaux et Mémoires », nº 27, 1971.

7 C’est vers 1977 que la Cour des comptes a découvert cette horreur et enjoint au CNRS d’enlever cette prérogative aux responsables des labos. Il s’en est suivi un encombrement, jusqu’au blocage, pour l’administration centrale parisienne et en conséquence la création des délégations régionales, au départ structures légères, mais pas pour longtemps.

Notes de fin

* C’est à dessein que nous prenons cette date et non celle de 1983 comme coupure chronologique dans les publications ; en effet une nouvelle politique et de nouveaux moyens ne portent leurs fruits dans le domaine éditorial qu’avec un délai assez long…

Avant la « réforme Savary », l’accueil en troisième cycle est relativement peu sélectif, tout comme le niveau de finition exigé dans les thèses soutenues postérieurement ; d’où la baisse du nombre d’entrants en troisième cycle pour les trois dates postérieures.

La création de ce troisième cycle court à but professionnel produit un changement fondamental dans le nombre et la nature du public de l’IHEAL.

Table des illustrations

Légende Aux origines de l’IHEAL, un grand classique de la sociologie.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/517/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Scolarité à l’IHEAL, 1979-1999
Légende Note *Note **
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/517/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Quarante-cinq thèses soutenues à l’IHEAL, 1995-1998
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/517/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540