Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un géographe français en Amérique latine

 | 
Claude Bataillon

Chapitre VIII. Amérique latine en France : mémoire des revues1

Texte intégral

  • 1 Une première version de ce texte a été publié dans L’0rdinaire latino-américain, n° 191, « Latino- (...)

1Poursuivre notre réflexion sur l’Amérique latine par un panorama des publications françaises en la matière est un moyen d’insister sur les continuités : publier durablement suppose des publics, mais aussi des groupes organisés de producteurs, c’est-à-dire des institutions. Le meilleur test d’une production pour la connaissance du sous-continent est la naissance de revues, et plus encore leur capacité à durer.

2Au milieu du xxe siècle, il n’existait en Europe à peu près pas de publications sur l’Amérique latine. Je les ai vu naître et croître : participer à cette croissance a sans doute été pour moi l’activité professionnelle qui m’a le plus passionné. Ces publications témoignent de l’activité de recherche qui s’est déployée à propos de ces pays, de la multiplicité des organismes qui s’y consacrent, mais aussi des difficultés qu’affrontent ceux qui s’y adonnent. Une collection, une revue plus encore, supposent certes une institution de soutien, mais aussi le savoir-faire et l’opiniâtreté de quelques-uns, parfois une équipe avec ses bonheurs ou ses conflits.

3Rappelons d’un mot que le champ latino-américain a pour spécificité, vu d’Europe, un ancrage linguistique et scientifique particulier. Comme l’Espagne et le Portugal, les pays latino-américains ont à la fois un long passé de parole, d’écriture et de publication dans des langues qui appartiennent à cette communauté européenne, mais ce n’est que bien plus tardivement que dans le reste de l’Europe qu’ils en ont fait un outil scientifique. À la fois égaux et dépendants, jusqu’au milieu du xxe siècle au moins, vis-à-vis des anglophones, germanophones, ou francophones, puis producteurs dans leur propre langue, au point que les savants européens en « romanistique » ou en « latino-américanisme », qui ont longtemps cru nécessaire de publier dans la langue de leurs propres institutions, ont découvert que celles-ci étaient peuplées d’hispanophones ou de lusophones : alors pourquoi publier en français, même en France ? Pour atteindre ici un « grand public » ? Mais ne vaut-il pas mieux espérer atteindre « là-bas » nos collègues qui ignorent le français ? Chacun sait que nos collègues des sciences dures ont résolu sans états d’âme ce problème simplement : par l’anglophonie intégrale.

4Cette paradoxale incertitude s’accompagne d’une fragilité permanente des publications européennes sur l’Amérique latine : peu de grand public, sauf pour quelques romanciers (depuis le « boom latino » des années 1960-1970) ou quelques thèmes « chauds » (Cuba des mêmes années, guerres civiles centraméricaines à la charnière des années 1970-1980, néozapatisme au milieu des années 1990). Public spécialisé limité, sauf à s’appuyer sur la corporation universitaire des hispanistes, solidement implantée dans les enseignements secondaire et supérieur, mais plus coutumière de la péninsule proche que du monde américain lointain.

  • 2 La nostalgie du « plomb » a duré longtemps, particulièrement à Caravelle, qui en avait les moyens.

5Rappelons en outre que les publications latino-américanistes ont connu, comme toutes leurs consœurs, les deux révolutions techniques du demi-siècle récent : celle des moyens de reprographie, photocopie et offset, dans les années 19602, celle bien plus radicale de la micro-informatique dans les années 1980. La fragilité même des diffusions restreintes a peut-être incité les groupes latino-américanistes, dans leur lutte pour survivre, à jouer un rôle pionnier dans l’usage des techniques nouvelles (ici comme en documentation d’ailleurs).

6Beaucoup plus coupées du grand public par leur nécessaire insertion dans des langues réservées à des spécialistes, les publications européennes sur l’Asie ou l’Afrique jouissent, par rapport à celles concernant l’Amérique latine, d’une plus grande ancienneté et d’appuis institutionnels plus puissants : les impératifs coloniaux jusqu’aux années 1950, puis ceux des coopérations postcoloniales, ont fait de la recherche sur ces Anciens Mondes exotiques une priorité dont le Nouveau Monde exotique ne pouvait bénéficier hors des États-Unis (autre motif de fragilité).

Avant les revues savantes

  • 3 Pierre Jarrige, La Revue des Deux Mondes et l’Amérique hispanique, mémoire de maîtrise sous la dir (...)
  • 4 Ce voyageur, né à Grenoble (1809-1852), est l’inspirateur de nombreux « récits de l’Ouest », dont (...)

7Les périodiques sont donc les traces majeures des permanences institutionnelles. Mais avant même que des institutions se consacrent durablement en France à l’américanisme savant, les grandes revues de culture générale du xixe siècle ont ouvert leurs pages à la connaissance du continent américain. Les deux premières revues qui s’installent dans la durée sont la Revue de Paris et la Revue des Deux Mondes, nées toutes deux en 1829. La seconde, comme son nom l’indique, s’ouvre largement à la connaissance de l’Amérique3. Sous la direction stable de François Buloz, ancien correcteur d’imprimerie, cette revue passe de 250 à 2500 abonnés. Sur l’Amérique espagnole, jusqu’en 1860, on y trouve un feuilleton de seize articles qui décrit l’aventure de Gabriel Ferry au Mexique4. Outre cela, vingt-neuf articles sont consacrés à la politique, en particulier sous la signature de Charles Lefèvre de Bécourt, diplomate, de Théodore Page, conseiller de Guizot, de Michel Chevalier, disciple de Saint-Simon, économiste et homme politique. Ces textes concernent avant tout le Mexique et les pays de la Plata, parce que ce sont les zones instables où les interventions européennes sont attendues ou espérées. Les articles s’interrogent sur les formes du politique en Amérique latine (république, libéralisme…), sur le rôle de l’armée, sur la corruption, sur le peuple comme « chusma » dangereuse, sur le fait même de l’indépendance : ce sont des sociétés à civiliser, ce qui justifie des interventions correctives, grâce à un retour à la morale religieuse, déjà inculquée par la christianisation, des sociétés qu’il est nécessaire de civiliser par « le commerce, l’immigration, le travail et par la mise en place de gouvernements éclairés ».

  • 5 Jean-Étienne Huret, La revue Le Tour du Monde, 1860-1914, Paris, Librairie Le Tour du Monde, 1996.

8Pour la revue Le Tour du Monde, nous disposons non pas d’une analyse de fond, mais d’un comptage des articles publiés5. Certes l’Afrique et sa découverte intéressent cette revue avant tout : cent quarante-sept articles entre 1860 et 1914. Mais l’Amérique latine est aussi terre de découverte : cent sept articles pour la même période contre seulement trente-quatre pour l’Amérique du Nord, bien moins exotique.

9Il semble que le premier essai de revue consacrée en France aux mondes de langues espagnole et portugaise en France soit dû à Gabriel Hugelmann : un polygraphe parisien qui sait l’espagnol et s’intéresse à la politique étrangère. En 1863, il publie un essai : La Quatrième Race, qui montre que la France se perpétue grâce aux dynasties mérovingienne, carolingienne, capétienne et… bonapartiste. Sa revue, fondée en 1857, s’appelle d’abord Revue espagnole et portugaise : religion, histoire, littérature, sciences, arts industriels, finance, commerce. Le premier numéro présente un article sur Rio de Janeiro, une chronique sur l’Amérique du Sud incluant le plan d’un ouvrage sous presse du Dr Moure. Au numéro 6 (1858), la revue devient « espagnole, portugaise, brésilienne et hispano-américaine ». Au numéro 8, sous le nom de Revue des races latines (1864), un article relatant l’assemblée générale de la Compagnie du Canal de Suez, un courrier d’Amérique (Pérou, Brésil, Paraguay, Uruguay) et une chronique de politique étrangère, adhérant de près à la politique de l’Empire français, en particulier à propos de l’arrivée au Mexique de l’Archiduc Maximilien, et une « note historique sur les événements qui amenaient la décomposition sociale de la vice-royauté du Mexique et sa séparation de la couronne d’Espagne », citant des documents de 1808 et des opinions de Lucas Alamán. Au même moment, Hugelmann lance une souscription pour soutenir sa revue… et annonce son départ en voyage de longue durée « pour parcourir nos colonies et les nations hispano-américaines ». Il semble que la revue soit morte à la suite de ce départ. Si nous avons souligné le contenu latino-américain de cette publication, il faut dire aussi que la plus grande partie des textes sont de la littérature : parfois traduction en français de chapitres de livres espagnols, mais plus encore des chapitres de romans français, d’un intérêt plus que limité.

10La seconde moitié du xixe siècle, comme le début du xxe, voient diverses autres tentatives de revues publiées en France sur l’Amérique latine. Une entreprise mérite une place à part pour sa relative continuité : la Revue de l’Amérique latine est menée par Charles H. Stéphan. Il est l’auteur de livres : L’Agriculture au Mexique (1902), Le Mexique économique (1903), Le Guatemala économique (1907). L’homme a le titre de consul, membre du Conseil supérieur des colonies, ancien chargé de mission commerciale au Mexique. Cette revue naît en 1900 et semble avoir vécu au moins jusqu’en 1910. Elle se dit « seule publication européenne donnant des renseignements de toutes natures sur les pays suivants [suit une énumération alphabétique allant de l’Argentine au Venezuela] ». L’article de tête de chaque livraison est consacré à un homme d’État latino-américain (en général ministre ou gouverneur de province), ou à une province : on peut penser que ceci est subventionné par la personnalité ou la province ainsi glorifiée, qui a fourni directement le texte pour traduction en français. Par ailleurs, des articles sur les manifestations du progrès économique dans telle province, des nouvelles variées, des publicités (compagnies de chemins de fer françaises, compagnies de navigations, entreprises en Amérique latine). Sous la même direction de Stéphan, grâce au même imprimeur de Pamiers (Ariège) et sous une présentation exactement semblable, paraît aussi L’Écho du Mexique, « revue mensuelle de propagande mexicaine en Europe, qui publie tous les renseignements sur les États de la Confédération mexicaine ». Des nouvelles locales, la célébration du ministre Limantour, d’origine française. Sous le même titre, avec une présentation très proche, L’Écho du Mexique renaît en 1920 et est encore vivant en 1932, sous la direction d’Alfredo Aragón, ancien consul général du Mexique en France. Des pages illustrées de chistes y cuentos en espagnol. En 1926-1927, on trouve des articles d’Alfonso Reyes, ministre du Mexique à Paris, de Léon Diguet sur le Nayarit et ses indigènes ; la mode française est offerte en photos pour Noël ; une tragédie, Cuauhtémoc, de Joaquín Méndez Rivas. Des entreprises commerciales de presse concernant l’Amérique latine que nous connaissons pour cette époque, voici la plus durable.

11Beaucoup plus éphémères sont les tentatives menées en France par des groupes politiques liés à tel pays latino-américain. Ainsi pour un Bulletin du Río de la Plata de 1851, « dernières nouvelles et actes officiels des gouvernements alliés contre le dictateur de Buenos Ayres, par ordre de la Légation orientale ». Il s’agit de « démystifier ce que des écrivains, abusant de la presse, ont défendu [une mauvaise cause], et ont trompé l’Europe pendant dix ans ». Contre Rosas, la revue utilise les courriers arrivés par les bateaux successifs. Même profil pour ce Courrier du Brésil, journal républicain (1889), rédaction Simões da Fonseca : le but est d’informer sur l’abolition de l’esclavage avec la chute de l’Empire et de prouver la légitimité du nouveau gouvernement en s’appuyant sur les courriers reçus de Saint-Petersbourg, Berlin, Londres, Rome. La Revue illustrée du Río de la Plata, née aussi en 1889, tout aussi éphémère, émane de la diplomatie argentine à Paris, à l’occasion de l’exposition universelle de Paris : propagande pour une colonie de peuplement au Paraná, renseignements rassurants sur la protection des immigrants, qualités techniques du port de Buenos Aires, prestige du journal argentin La Nación, mais aussi informations sur le Paraguay.

  • 6 Poète et journaliste argentin ; politiquement un anticlérical de tendance anarchiste.

12Au début de 1914, une Revue sud-américaine essaie de s’installer à Paris sous la direction du Dr Leopoldo Lugones6. Elle se veut ouverte sur l’économie moderne, sur les innovations techniques, les nouvelles politiques, sous forme de chroniques pour chaque pays. S’y ajoutent des informations destinées aux lecteurs du sous-continent latino-américain, sur les événements parisiens de la mode et du théâtre, de la peinture et de la science. Vers 1927-1928 est publié un Boletín de la Unión hispanoamericana de París, Asociación instructiva, benéfica, deportiva y recreativa : c’est une émanation de l’ambassade d’Espagne à Paris, entre les mains de la Misión española (catholique) : le contenu est strictement franco-espagnol. L’entre-deux-guerres voit aussi la parution entre 1918 et 1943 de L’Organe du Comité France-Amérique, qui est rebaptisé en 1940 L’Amérique latine, journal des nations américaines. Émanation du milieu diplomatique français, la revue insiste sur le soutien des nations américaines à l’effort militaire français de la Première Guerre mondiale. Aux chroniques, dépêches, récits sur l’Amérique latine s’ajoute de l’information sur la littérature en France. Une entreprise parallèle moins durable est la revue Amérique latine, qui naît en 1921 et vit peut-être jusqu’en 1931, éditée par Thierry Cazes, ancien député, avec des soutiens prestigieux : le Général Mangin, Raymond Poincaré, Henry de Jouvenel, Albert Sarraut, Anatole France, Aristide Briand, René Viviani, Rudyart Kipling. Le but de Cazes : « nouer le faisceau des besoins et des richesses économiques de l’Amérique latine et de notre pays ». Ici aussi, on mélange chroniques et nouvelles du sous-continent latino-américain et visions très françaises sur la politique internationale ou sur la politique intérieure française. Un projet de Maison latine, « futur palais », qui doit réunir « bibliothèque, musée commercial, centre de documentation économique ». Ce projet très latin donne une place clairement privilégiée à l’Italie, face à la menace germanique. Cette énumération nous prouve que les milieux économiques, littéraires ou politiques ne se sont jamais donné en France les moyens de produire de revue durable sur un ou des pays latino-américains : pas de public suffisant, ou pas d’organismes permanents capables de subventionner et d’assurer la production pour de telles publications.

Amérique latine des savants : début avec le xxe siècle, confirmation des années 19607

  • 7 C’est sans doute pour la « préhistoire » du latino-américanisme en France que l’ouvrage de Jacques (...)
  • 8 Est-ce la Société née en 1839, entre autres grâce à Gustave Eichthal, disciple de Saint-Simon ?

13Le Journal de la Société des américanistes, première revue savante française sur l’Amérique, n’est pas née d’un seul coup. Son ancêtre naît sous les auspices de la Société d’ethnographie et du Comité d’archéologie américaine, en 1858, sous le nom de Revue américaine, en tant que scission « provisoire » de la Revue américaine et orientale, qui en 1896 s’annoncera comme Mémoires de la Société d’ethnographie8, travaux du Comité d’ethnographie générale, et dont le lancement en 1859 se proposait le double but de « faire connaître l’Orient, berceau de notre race et l’Amérique, aujourd’hui pour l’Europe une terre libre et hospitalière où elle trouve les éléments pour se retremper et se rajeunir ». L’état des inquiétudes scientifiques de l’époque est significatif : une analyse du Codex de Dresde (mexicain) voisine avec un texte sur « le déluge et les livres bibliques ». On peut penser que la scission s’est perpétuée, par luttes de clans entre ceux qui voulaient affirmer une ethnologie générale et ceux qui se voulaient fondamentalement américanistes. Toujours est-il que la Revue américaine se dit « seul recueil exclusivement consacré aux recherches archéologiques, historiques, philologiques, ethnographiques et littéraires [américaines] ». On trouve par exemple dans un numéro de 1866, sur dix-neuf auteurs, les signatures de Vivier de Saint Martin, Malte Brun, Cortambert, Brasseur de Bourbourg « ancien administrateur des Indiens de Rabinal, Guatemala ». La revue comporte des faits divers et des publicités. On y trouve un « mémoire sur les produits de la République argentine qu’il y aurait lieu de faire figurer à l’exposition universelle de l’industrie de 1867 » qui évalue à 250 m² l’espace nécessaire pour le stand argentin. La revue semble disparaître avec le volume 25 en 1869.

  • 9 Journal des africanistes, toujours vivant, né en 1931 ; d’autres publications naissent à Dakar dan (...)
  • 10 Différentes publications sous le nom de Journal asiatique (1822-1902, entre autres) ; mais surtout (...)
  • 11 Lors d’une séance de la Société difficile à oublier, Jean Piel, présentant une communication sur l (...)

14Porteur d’une tradition ainsi déjà longue, le Journal de la Société des américanistes (1895) vit comme ses frères africaniste9 et asiate10 dans un monde d’érudition fondé sur une archéologie, mère de l’anthropologie et de la linguistique. Il appartient à une Société savante qui ne s’est pas souciée pendant longtemps des mondes latino-américains contemporains. Il s’en est rapproché, via l’histoire. À ceci a contribué sans doute la présidence de la Société par Marcel Bataillon, qui a succédé de 1958 à 1971 à Paul Rivet (mort en 1958). Il semble qu’on ait fait appel à Marcel Bataillon dans une conjoncture où les tensions internes au sein de la Société des américanistes rendaient difficile un consensus. Il a adhéré à la Société l’année même où il en est devenu président. Au même moment, Jacques Lafaye devient secrétaire général et contribue lui aussi à jeter un pont entre « hispanistes » et américanistes. La présidence de Pierre Monbeig (1971-1978), successeur du précédent, a contribué a établir des liens avec les sciences sociales du contemporain, mais ici la greffe a été beaucoup moins efficace11. Puis Jacques Soustelle remet la Société dans sa double tradition de l’archéologie et de l’ethnologie, suivi depuis par d’autres responsables appartenant aux mêmes disciplines. Le Journal est géré avec sérieux, pratiquant son ouverture vers le monde non indigène avec prudence.

Caravelle : les couvertures se modernisent en maintenant scrupuleusement la permanence d’une image de marque.

  • 12 Voir Caravelle, n° 76-77, 2001, hommage à Georges Baudot, « Présentation » (Jacques Gilard), p. 5- (...)

15Plus de soixante ans plus tard (1963), Caravelle est né à Toulouse du dynamisme et du savoir-faire de quelques personnes. Paul Mérimée souhaitait sans aucun doute, dans l’antique rivalité entre Toulouse et Bordeaux, damer le pion à ceux qui publiaient depuis la fin du xixe siècle le Bulletin hispanique. Celui-ci est né en 1898, après avoir été une rubrique au sein des Annales de la Faculté des lettres de Bordeaux (1879), puis de la Revue des Universités du Midi (1895), marque des efforts conjoints des deux universités ci-dessus. À l’époque, en nombre d’étudiants comme d’enseignants, Paris pèse peu dans l’hispanisme en comparaison du Midi. Cette revue est l’organe d’un hispanisme français qui se constitue, en particulier, avec la naissance d’une agrégation d’espagnol (d’abord conjointe avec l’italien vers 1900, puis indépendante et doublée d’un CAPES en 1907). Jusqu’en 1948 au moins, les index de la revue comportent extrêmement peu d’articles ou de comptes rendus sur l’Amérique latine ou sur les pays latino-américains, qui apparaissent essentiellement comme des annexes pour des thématiques d’histoire littéraire, où le contemporain dispose d’une place restreinte. Dans la fondation de Caravelle, deux acolytes à Toulouse pouvaient appuyer Paul Mérimée pour le Brésil, Jean Roche, littéraire déjà chevronné, et Frédéric Mauro, historien dont l’étoile montait. Et dès 1966, un secrétaire de rédaction passionné d’édition, Georges Baudot (1935-200212), était prêt à se consacrer à l’entreprise. Il en fut rapidement directeur de fait, puis en titre (1975-1995), et en fit son œuvre pendant quelque trente ans. La revue a cessé de couvrir le domaine péninsulaire vers 1980 pour se consacrer exclusivement à l’Amérique, inaugurant avant cette date des numéros thématiques grâce à Romain Gaignard. Revue bisannuelle d’une régularité de parution sans faille, appuyée sur un public solide de littéraires et d’historiens, étayée volens nolens par l’Université de Toulouse – Le Mirail et ses Presses universitaires, même quand son directeur laissait s’envoler son nombre de pages, et son budget. Faut-il rappeler que Caravelle symbolisait à sa naissance, outre une Amérique vue depuis la péninsule Ibérique, la puissance naissante de l’industrie aéronautique toulousaine ? Depuis 1995, la gestion de Caravelle, aux mains de Jacques Gilard, a élargi la place d’une littérature conçue comme un ensemble culturel large. Presque dès sa création, Caravelle a marqué son insertion toulousaine (Institut hispanique, Université du Mirail, IPEALT) par une chronique des événements locaux (colloques, activités des chercheurs), parfois avec des détails qu’il m’arrivait de critiquer. Cette rubrique a pris fin en 2002, peut-être parce qu’il était malaisé de donner à voir la petite communauté toulousaine latino-américaniste, alors en proie à des fractures dangereuses.

16La naissance des Cahiers des Amériques latines (CAL) dénote bien plus d’incertitudes, liées aux aléas qu’a connus l’Institut des hautes études de l’Amérique latine. Dès son arrivée à la direction de cet Institut en 1957, Pierre Monbeig lance des publications : d’abord quelques Cahiers de l’IHEAL (non périodiques) accueillent des textes de conférences, ou regroupent quelques articles. Cette série s’interrompt quand naît une revue. Bien sûr l’idée était dans l’air. Caravelle était née en 1963 à Toulouse : elle concernait surtout la littérature. Les responsables de l’IHEAL ont en 1966 l’ambition de lancer un ensemble de revues à trois volets. Une première série des Cahiers des Amériques latines, littéraire, naît ainsi en 1967 et ne connaît que trois numéros jusqu’en 1970 : occuper le terrain des études littéraires face à l’Institut hispanique de Paris et à Caravelle relevait de l’utopie. La série « sciences sociales » naît la même année : c’est la seule qui connaisse une longue carrière, revue semestrielle bien vivante, et souvent secouée au gré des gloires et difficultés de l’institution qui l’accueille. Le troisième volet du projet, qui ne vit pas le jour, devait être consacré aux sciences de la nature : il était sans doute bien plus risqué encore de concevoir les spécificités d’études des milieux naturels ciblés sur une aire culturelle. La série « sciences sociales » démarre avec un choix d’articles où histoire, géographie, sociologie se côtoient plus qu’elles ne se mélangent. Les revues pluridisciplinaires sont fort rares à cette époque : on ne trouve guère que Tiers Monde (né en 1960) et les Cahiers du monde africain, un peu plus tard.

Les CAL se professionnalisent et incorporent l’image et la couleur.

17Soulignons simplement ici que Caravelle et les CAL sont deux publications parallèles. Toutes deux ont en particulier, dans les années 1980, contribué en commun à la diffusion de l’information sur les thèses soutenues en France sur l’Amérique latine. Mais leurs destins sont dissemblables. La seconde a dû s’appuyer sur une institution qui connut une longue période financière difficile : publier y était un tour de force et la recherche de formules novatrices fut pour cela une fuite en avant nécessaire. Techniquement, le recours à l’offset fut précoce et, quand les vaches étaient maigres, on se contentait d’une dactylographie « pré-informatique ». Publier des colloques permettait des financements annexes, quand les fonds « courants » faisaient défaut. Intellectuellement, ceci obligea tôt à sortir des chemins plus traditionnels de la juxtaposition d’articles. Des luttes difficiles ont été menées par Jean-Pierre Berthe pour produire trente numéros. L’arrivée de vaches plus grasses permirent à Guy Martinière de proposer une maquette élégante et plus stricte. Une nouvelle série naissait ainsi en 1985, gérée pendant cinq ans par le refondateur de la revue. Puis Bernard Bret (1991-1996) a assuré pendant un autre lustre une sortie régulière et rigoureuse de la publication. Après un an d’interim de Pierre Ragon, le relais a été pris par Alain Musset (1998-2005), qui a poussé vers une illustration de qualité sans jamais qu’on ne soit assuré de sortir régulièrement les livraisons annuelles que la sœur aînée, Caravelle, sait produire avec exactitude. Olivier Compagnon assure la direction de la revue depuis 2005, avec pour objectif de rétablir une périodicité régulière et d’ouvrir davantage les CAL aux latino-américanistes européens et américains. Si produire une revue où la littérature s’appuie sur l’histoire assure une diffusion relativement confortable, les sciences sociales du contemporain, objet principal des CAL, forment un socle bien plus mouvant.

18Les pouvoirs publics français, hors universités, ont un outil éditorial puissant né de la Libération, la Documentation française. Que cette institution se soit intéressée au Monde arabe (Maghreb-Machrek), à l’Afrique noire (Afrique contemporaine), rien de plus évident, dans la perspective postcoloniale. Couvrir les pays de l’Est (Courrier des pays de l’Est), allait avec la grandeur mondiale de la France. Les Problèmes d’Amérique latine (PAL) sont nés peu après les voyages latino-américains de De Gaulle, presque en même temps que les deux publications précédemment décrites : on est bien au moment politique crucial de l’intérêt de la France pour le sous-continent. Il s’agit d’abord en 1965 de livraisons ponctuelles dans la série des Notes et Études documentaires, puis d’une revue trimestrielle au sein de cette série, de 1966 à 1990, sous la houlette d’une administratrice de qualité, Suzanne Candeau Faure. La cible de départ était clairement l’analyse politique de conjoncture, sous forme de chronologies et d’articles qui compilaient du matériel fourni par les Affaires étrangères, sous le sceau d’une relative discrétion. Les rédacteurs (dont je fus) obtenaient les dépêches des « postes » (fort peu confidentielles), mais aussi les coupures de presse envoyées par ceux-ci (que d’ailleurs les dépêches résumaient avec plus ou moins de soin), à une époque où ces matériaux étaient précieux, car la photocopie, coûteuse, naissait à peine, bien avant le fax ou la téléinformatique. Les rédacteurs, honnêtement payés pour une tâche d’écriture assez ingrate, étaient tenus à une neutralité descriptive, sans trop se risquer à l’interprétation. Peu à peu, des articles de fond, frappés au coin des sciences sociales, furent admis. À la retraite de Suzanne Candeau (1978), le nouveau responsable nommé, Daniel Pécaut, prit le tournant : ce sociologue rigoureux dans ses analyses crée un comité scientifique, suscite des articles de plus en plus rédactionnels et de moins en moins de chroniques. Seule revue française sur le sous-continent à tenir un rythme trimestriel, avec un comité éditorial large et une évaluation systématique des articles.

  • 13 Institut européen de géoéconomie, aussi repreneur de Maghreb-Machrek ; au contraire Afrique contem (...)

19Au tournant du nouveau siècle, en 2001, la Documentation française a décidé de se séparer de ses revues « aires culturelles » : retour à l’Hexagone ? Laisser aux Universités le soin des sciences sociales ? Toujours est-il que les PAL ont trouvé repreneur dans le secteur privé13 et n’ont guère connu d’interruption. Mais certains membres du comité scientifique regrettent peut-être les charmes des réunions dans un salon doré du Quai Voltaire. Marie-France Prévôt-Schapira et Daniel Pécaut assurent la responsabilité de la revue depuis 2005.

Les PAL, des Notes et Études documentaires aux éditions Choiseul.

La diversification, des années 1970 aux années 1980

  • 14 Travaux de l’Institut d’études latino-américaines de l’Université de Strasbourg (TILAS), sans dout (...)

20Le secteur universitaire a accouché d’autres revues, soit plus limitées dans leur objet, soit plus incertaines dans leur vie quotidienne que celles décrites ci-dessus. Certaines ont peu duré, comme celle de Strasbourg14 soutenue par l’Université, dont l’existence a dépendu, vers 1965-1967, de la coexistence de deux jeunes professeurs dynamiques, partis ensuite vers Paris, Jacques Lafaye en littérature et Olivier Dollfuss en géographie.

21La revue la plus emblématique des traits « atypiques » du secteur latino-américaniste est sans doute L’Ordinaire. Au départ, à Perpignan en 1975, Jean Meyer, Louis Panabière et quelques autres fondent un bulletin photocopié (l’outil est alors en plein développement), mensuel (sauf en juillet-août, quand ils sont « sur le terrain »), consacré au Mexique. Pas d’articles, des nouvelles. Un miroir lointain qui renvoie aux Mexicains leurs écrits publiés chez eux, leurs problèmes, leurs chismes politiques, sans autocensure : on est si loin… Pièces d’archives, corridos, coupures de presse, tickets de bus, folletos publicitaires. L’Ordinaire du mexicaniste a choisi un nom mi-ecclésiastique, mi-psychanalytique : toute une époque. La couverture verte s’orne vite d’images. Ceux pour qui l’édition est une activité respectable rechignent devant ce nouveau confrère peu sérieux, et je les suis au départ (concentrons donc nos efforts sur les « vraies revues », si difficiles à produire), avant d’être séduit. Les responsables de la publication apparaissent sur les deux premières livraisons : Jacques Issorel, Bernard Leblon, Jean Meyer, Daniel Meyran, Louis Panabière. Dès le numéro 4, deux responsables « principaux » apparaissent, qui signent de leurs initiales, J. M. et L. P. C’est alors que le titre « Ordinaire du mexicaniste » apparaît. Une vignette surgit, chaque fois différente, en première de couverture, à partir du numéro 28 (1978). Ce n’est qu’à partir du numéro 74 (avril 1983) que Janine Castan apparaît comme responsable de la publication. Jacques Issorel composera des tables pour les vingt premiers numéros (c’est le contenu du numéro 23). Chaque livraison est normalement de cinquante-deux pages. Cette publication, techniquement, correspond aux moyens de photocopie et de reprographie du milieu des années 1970 : le tirage offset est un outil bon marché que l’Université de Perpignan, toute jeune, met à disposition de ses enseignants. Par contre les moyens de saisie des textes sont bien plus limités. Les nombreux auteurs de textes originaux (notes, comptes rendus surtout) fournissent eux-mêmes leur dactylographie. Mais l’essentiel du bulletin est composé de reprint, depuis la presse, les archives, les livres anciens ou récents, les bandes dessinées.

22Certains numéros comportent en dernière page un cul-de-lampe indiquant la date de publication et parfois le tirage du bulletin : celui-ci est de l’ordre de trois cents. Sans doute plus de la moitié de ce tirage servait à des hommages auprès de personnalités, surtout mexicaines, ou à des échanges avec des publications périodiques (en majorité mexicaines bien sûr) qui alimentaient la bibliothèque de l’Institut d’études mexicaines de Perpignan. Aucune indication du bulletin ne concernait les abonnements. Ceux-ci étaient adressés à l’Association française des mexicanistes, dont le siège était à l’Université de Perpignan.

23Sur le fond, assez vite le bulletin s’organise en rubriques fixes : chroniques d’actualité (politique, économique, culturelle) ; documents trouvés ou retrouvés, souvent anciens (du xixe siècle, des années de la Révolution) ; information sur les recherches en cours menées dans une foule d’institutions (à l’Institut d’études mexicaines de Perpignan, bien sûr, mais aussi ailleurs en France, dans les institutions mexicaines, en Europe ou aux États-Unis) ; bibliographies sur les travaux de sciences sociales ou de littérature concernant le Mexique.

24Quelques moment forts témoignent du style du bulletin : l’organisation en 1976 d’un colloque international à Perpignan ; l’engagement la même année en faveur de la liberté de la presse face au « coup d’État » dans le quotidien Excelsior ; la naissance en 1979 du Colegio de Michoacán, très lié à Jean Meyer et à Jean-Marie Le Clézio ; les turbulences de la crise pétrolière et de la succession présidentielle en 1981-1983. Le côté équilibriste est consubstantiel à l’Institut d’études mexicaines de Perpignan. Il tient à bout de bras L’Ordinaire, ce qui aboutit, quand Louis Panabière ne supporte plus les querelles locales et que Jean Meyer s’investit de plus en plus au Mexique même, à la mort de L’Ordinaire en 1984. Mais les liens organiques entre Perpignan et Toulouse, on l’a vu, font que l’orphelin est ranimé et adopté à Toulouse.

25À ce nouveau départ, même style rapide, même usage de la coupure de presse, de l’image, du document brut. La qualité technique suit très vite grâce aux moyens toulousains : tout de suite la machine à traitement de texte Olivetti, l’informatique dès 1986, dont nous essuyons (avec Annie Alvinerie) les plâtres des premiers logiciels (la préhistoire, avant Word). La maquette se professionnalise peu à peu, d’abord grâce à l’assistance ponctuelle de l’atelier Nuances du Sud. Cette maquette change souvent ensuite. L’Ordinaire du mexicaniste, transféré de Perpignan à Toulouse avec l’accord de ses directeurs Jean Meyer et Louis Panabière, est géré sous le même titre du numéro 86 au numéro 117 (1984-1988), par Claude Bataillon, comme directeur de la publication, et Perla Cohen, comme secrétaire de rédaction, En une collaboration non exempte de conflits, nous élevons l’enfant jusqu’en 1996. Jusqu’au numéro 95, l’abonnement est récolté par Louis Panabière, ensuite directement à la rédaction toulousaine, et versé à l’Association française des mexicanistes.

26L’Ordinaire reste essentiellement composé de reprints ; pas plus que précédemment la question du copyright des textes republiés n’est soulevée. La part des textes issus de quotidiens ou d’hebdomadaires s’accroît, car à Toulouse le CEDOCAL (Centre de documentation sur l’Amérique latine) reçoit systématiquement des journaux de pays latino-américains, dont le Mexique et les pays d’Amérique centrale. En preprint, des éléments de thèses inédites, ou de commentaires sur celles-ci, tirés des rapports des jurys, apparaissent en nombre croissant.

27Des dossiers sont composés sur les grands événements mexicains (temblor de 1985 à Mexico, élections explosives, comme au Chihuahua ou pour Salinas de Gortari aux présidentielles). Les réalités locales mexicaines prennent une place accrue (institutions locales de recherche, comme le Colegio de Michoacán, problèmes ruraux, problèmes indigènes). Des dossiers sur l’Amérique centrale apparaissent : cette région est à la Une des problèmes internationaux dans ces années-là (Révolution sandiniste, guérillas au Guatemala et au Salvador).

28La couverture, qui à Perpignan était verte, devient orange, toujours avec une vignette qui change à chaque numéro en première de couverture. La maquette du bulletin devient plus professionnelle, avec des rubriques affichées à partir du numéro 106 ; c’est le moment où le bulletin passe à six numéros par an (de soixante-quatorze pages environ). Les changements dans la présentation de L’Ordinaire sont dus aux progrès de l’informatique en ces années : des bases de données bibliographiques deviennent accessibles, la saisie informatique pour les thèses et pour la plupart des documents scientifiques devient la règle, ce qui permet d’abandonner en partie la dactylographie traditionnelle.

29La fuite en avant accompagne le changement de titre. L’Ordinaire du mexicaniste devient Mexique-Amérique centrale (1988). C’est vouloir s’adapter à un centre de recherche dont on espère mettre les compétences à contribution, puisque la publication et le centre ont le même directeur. Les dossiers thématiques se multiplient, se diversifient. Ils s’appuient sur un centre de documentation (CEDOCAL) qui fournit bibliographies, listes de thèses : occasion de faire connaître les débuts d’une informatisation que le milieu universitaire ambiant voit au départ avec méfiance. Mais la recherche de la qualité, inéluctablement, pousse à des livraisons plus grosses, compensées par une parution plus espacée. Sous son nom nouveau, L’Ordinaire Mexique-Amérique centrale, du numéro 118 (1988) au numéro 151 (1994), le bulletin est toujours géré par Claude Bataillon, directeur de la publication, et Perla Cohen, rédactrice en chef. Le changement de titre vient officialiser et stabiliser le domaine géographique couvert par la revue. Celle-ci symbolise la nouvelle formule par une couverture nouvelle : couleur verte, première de couverture pourvue d’une vignette fixe. La colombe et l’épi de maïs symbolisent à la fois pour le Mexique les racines culturelles du pays et pour l’Amérique centrale les désirs de paix. Dès le numéro 115 le sommaire est en quatrième de couverture.

30Le contenu de la revue s’organise de façon de plus en plus stricte. D’une part des dossiers thématiques, un ou deux par numéro, sous la signature d’un coordinateur, occupent la majorité des pages. Ces dossiers concernent soit des pays (Chili, Paraguay, Venezuela, Équateur) soit des thèmes généraux sur l’ensemble de l’Amérique latine (les universités). Cet élargissement est annoncé au numéro 140 et vise les changements qui interviendront en 1994. D’autre part les rubriques régulières concernent la bibliographie (depuis 1991, « Columna bibliográfica »), la carte et la statistique (depuis 1993, « Recuento », à la charge de Thierry Linck) et la même année les textes littéraires (« Rincón del curioso lector », à la charge de Claire Pailler).

31Enfin c’est au dernier numéro (151) de cette troisième époque qu’apparaît formellement en troisième de couverture la liste des membres du comité de rédaction qui s’est peu à peu constitué, en particulier des collègues qui prennent la responsabilité de l’organisation des dossiers. L’Ordinaire se dote d’un comité de lecture dont les membres se font plus nombreux. Tous, sauf Louis Panabière, sont en poste à Toulouse. Tous appartiennent au couple institutionnel GRAL (Groupe de recherche Amérique latine du CNRS)/ IPEALT (Institut pluridisciplinaire d’études sur l’Amérique latine à Toulouse, appartenant à l’Université du Mirail). Ce sont Claude Bataillon, Georges Baudot, Perla Cohen, Frédérique Langue, Diana Mosovich, Claire Pailler, Louis Panabière, Roberto Santana, Pierre Vayssière.

32À partir du numéro 152 (1994), la revue porte le nom de L’Ordinaire latino-américain, changement prévu et annoncé antérieurement. Elle connaît plusieurs changements institutionnels peu après : en raison de son appartenance à l’IPEALT, ses abonnements sont gérés à partir du numéro 155 par l’agent comptable de l’Université de Toulouse – Le Mirail. À partir du numéro 167, la revue devient trimestrielle et dès le numéro suivant (en 1997) un nouveau directeur, Jacques Gilard, vient remplacer Claude Bataillon. C’est en 1999 (numéro 175) que Stella Buna devient secrétaire de rédaction, remplaçant Perla Cohen. Techniquement, les progrès de l’informatique permettent de saisir la grande majorité des textes publiés, parfois en passant par le scanner pour les textes anciens ou repris de sources extérieures. Les bibliographies proviennent de bases de données informatiques, les sources provenant d’Internet sont utilisées (avant d’autres par Frédérique Langue en particulier). La prise en main de chaque numéro de la revue par le responsable d’un dossier est de plus en plus systématique. Ce dossier occupe fréquemment tout l’espace rédactionnel du numéro. Le comité de rédaction s’enrichit parallèlement de nouveaux participants : Laurent Faret, Thierry Linck, Dominique Mathieu, Richard Marin, Jérôme Monnet, Françoise Morin, Marie-France Prévôt-Schapira, Rodolfo de Roux, François Tomas.

33Enfin une nouvelle succession à la direction de la revue intervient en 2005 avec Laurent Faret, toujours secondé par Stella Buna, secrétaire de rédaction. Le comité de rédaction se renouvelle notablement : lors du numéro 200, qui marque le trentième anniversaire de la revue, il est composé de Claude Bataillon, Stéphane Boisard, Guénola Capron, Perla Cohen, Cristina Duarte, Laurent Faret, Jacques Gilard, Frédérique Langue, Eduardo Manero, Françoise Morin, Marie-Louise Ollé, Claire Pailler, Marie-France Prévôt-Schapira, Valérie Robin, Roberto Santana, Pierre Vayssière. Le bulletin de saltimbanques est devenu une revue, pour le meilleur et pour le pire. Peut-être la fuite en avant va-t-elle aboutir à une publication électronique en ligne ? En tout cas, des lecteurs aiment L’Ordinaire et quelques bibliothèques l’accueillent pieusement. Et bien des collègues sont heureux de voir ici leurs textes accueillis, plus vite et moins cérémonieusement qu’ailleurs. Si j’ai tenu si longtemps le lecteur sur cette revue, c’est parce que j’ai vécu directement sa survie, ses transformations : en tout cas un exemple de cette fragilité qui pour moi est constitutive du latino-américanisme en France.

34Plus tardive (1987), une publication spécialisée sur le Brésil sort régulièrement à l’EHESS, au départ sous le bouclier de Ignacy Sachs, et grâce aux soins de Marion Aubrée : Les Cahiers du Brésil contemporain. On peut ici remarquer que la Maison des Sciences de l’Homme, couplée à la VIe section de l’École pratique des hautes études (future EHESS), a soutenu précocement des publications sur des aires culturelles, mais pas sur l’Amérique latine en tant que telle. Ceux de ses membres travaillant sur ce champ ont appartenu à des laboratoires différents, mais longtemps sans se regrouper de façon durable et en menant chacun sa propre symbiose individuelle avec l’Institut des hautes études de l’Amérique latine. Si bien que le Brésil était le seul domaine à produire durablement une revue « maison » de l’EHESS. Ceci ne change qu’en 2001.

35Quelques revues militantes sur le sous-continent ont eu une existence éphémère liée à des conjonctures particulières. En 1967 paraissent six numéros de Amérique latine, bulletin [qui se dit mensuel] de la Société d’études latino-américaines, sous la gérance de Humbert Droz : l’orientation est une gauche proche de l’anarchisme, portant un intérêt critique au castrisme et prenant en compte les textes de Louis Mercier-Vega. La revue Amérique latine, publiée par le Centre de recherche sur l’Amérique latine et le Tiers Monde (CETRAL) naît en 1980. Le directeur en est Gonzalo Arroyo et le secrétaire de rédaction Guy Petitdemange. Le CETRAL est lié aux Jésuites proches de la théologie de la libération. Il a obtenu aux débuts de la présidence de François Mitterrand des contrats de recherche, en particulier sur les problèmes agricoles. Ces contrats permettent de faire vivre la revue, mais aussi des Cahiers de recherche sur l’Amérique latine. Toute une nébuleuse de gauche se trouve représentée ici. L’association Amérique-Tiers Monde a pour président Claude Julien. Au Comité de rédaction, Françoise Barthélémy, Bernard Cassen, Claude Julien, Alain Rouquié. Au conseil, Gustavo Beyhaut, Jacques Chonchol, Julio Cortázar, Claude Fell, Pierre George, François Gèze, Pierre Gilhodès, Alain Joxe, Pierre Kalfon, Michèle Mattelard, Daniel Pécaut, Ignacio Ramonet, Miguel Rojas Mix, Alain Touraine. Des correspondants, entre autres pour le Brésil Fernando Henrique Cardoso, pour le Chili José Bengoa, pour le Mexique Arturo Warmann, pour la Grande-Bretagne André Gunder Frank. De ce club de gauche, certains seront le noyau d’un tiers-mondisme prolongé, avec le Monde diplomatique, d’autres se disperseront dans la critique politique anti-totalitaire. La revue du CETRAL meurt en 1985, quand l’argent public obtenu pour des programmes de recherche fait défaut. Un Bulletin Amérique latine, au sein d’une Maison de l’Amérique latine à Lyon, et publié par une Association France-Amérique latine (AFAL), mélange vers 1987 (numéro 85) des articles marqués à gauche sur la guérilla au Chiapas mexicain, sur le Guatemala, sur le Nicaragua sandiniste, jugé favorablement (signature de Marc Berger, citation de Jean-Loup Herbert), avec des promotions en faveur des artisanats ou des musiques latino-américaines. Au cours des années 1990, l’Amérique latine attire les partisans d’un indianisme parfois naïf et ceux d’un commerce équitable en faveur de produits écologiques.

Nouveautés et comparaisons

36Parallèlement, depuis les années 1990, de nouvelles publications universitaires viennent s’ajouter à celles que nous avons décrites ci-dessus. C’est au nom de l’histoire que ces initiatives se produisent. En 1993, une revue atypique à la charnière de l’histoire et de l’anthropologie surgit : Histoire et sociétés de l’Amérique latine, regroupant principalement des doctorants en histoire de Paris VII et de Paris I. Son originalité de départ attire la même sympathie qui m’a poussé vers L’Ordinaire. Elle demande aux historiens de terrain de rendre compte non seulement des fonds d’archives improbables qu’ils rencontrent dans les institutions incertaines des villes de province des pays andins, mais aussi de l’ambiance sociale de ces villes et des approches que l’historien doit y mener pour accéder à ces fonds. Démarche typique de l’étranger « perdu » en milieu exotique, mais bientôt liens de connivence avec des chercheurs du cru pour une communauté conviviale. Puis viennent les revues en ligne : abritée par l’Université de Saint-Denis (Paris VIII), des Cahiers de l’ALHM, Amérique latine-Histoire et Mémoire, semestriels, paraissent de 2000 à 2004 sous la responsabilité de Perla Petrich, très spécialisée dans les récits et mémoires, principalement sur le thème des migrations liées à l’Amérique latine. Cette publication sort aussi sur papier. En 2001 Nuevomundo [http://nuevomundo.revues.org] est lancé à l’École des hautes études de sciences sociales par le CERMA, centre de recherche regroupant des historiens, dont Nathan Wachtel et Serge Gruzinski. La cheville ouvrière de la publication est Frédérique Langue, pour nous donner, outre des articles universitaires, ce qui manque le plus à la plupart des revues établies (qui livrent en fait des ouvrages thématiques successifs sous forme de numéros spéciaux) : des chroniques, des discussions, des comptes rendus d’ouvrages récemment parus.

  • 15 Dans le ORLA n° 191 déjà cité ci-dessus.

37On ne saurait s’en tenir à l’hexagone : les piliers de la recherche française en terres latino-américaines ont aussi leurs revues. La plus ancienne, animée au départ par Pierre Usselmann (1972), est le Bulletin de l’Institut français d’études andines. Laissons à ce sujet la parole à Marie-Danielle Démelas15 :

  • 16 Citées avec l’intérêt qu’elles méritent par Thérèse Bouysse-Cassagne in « Le lac Titicaca : histoi (...)
  • 17 Tome II des Travaux de l’IFEA, 1950, p. 19-38.
  • 18 On en compte cinq jusqu’en 1996, consacrés aux « Políticas agrarias y estrategias campesinas » (to (...)

« Dès ses débuts, l’Institut entreprit de publier le résultat des recherches menées dans sa mouvance. Une série des Travaux de l’IFEA fut d’abord créée, dont le premier tome, paru en 1949, donnait le ton. Au sommaire, Les félins du Pléistocène de l’Équateur : faune actuelle et méthode de comparaison (Hoffstetter), Le cœur de l’habitant des Andes (Corso Masias), un Estudio geográfico de la campiña de Yungay (Vergaray Lara), une étude portant sur la Medicina popular en el noroeste argentino (Márquez Miranda), une Contribution à l’étude des Indiens Urus ou Kot’suñs (Vellard), et un bilan des Actividades en las “ciencias del hombre” en la Argentina (Márquez Miranda). Tous les éléments qui forment encore la spécificité des publications de l’Institut s’y retrouve : la diversité des thèmes, l’appel à des collaborations latino-américaines, la publication bilingue (bientôt trilingue).
Jusqu’en 1961, les Travaux de l’IFEA tiendront lieu d’une revue à la livraison irrégulière, propice à la publication d’articles volumineux, principalement d’auteurs français et de quelques Péruviens, sur les sujets les plus divers, dont certains suscitent aujourd’hui des redécouvertes (comme les études sur le lac Titicaca de Jehan Vellard16) tandis que d’autres laissent perplexe une génération qui ne sait plus goûter le charme du cabinet de curiosités (Résistance de la mouffette andine au venin de serpent, du même Vellard17).
Aujourd’hui, la collection compte plus de quatre-vingt-dix tomes, presque tous publiés en coédition avec des institutions ou des maisons d’édition andines, pratique établie dès 1963.
L’orientation des Travaux dans une direction monographique avait préparé la voie pour la création d’une véritable revue. En 1972, parut le premier numéro du Bulletin de l’IFEA, destiné à poursuivre et diffuser les intérêts pluridisciplinaires de l’Institut. Malgré une tendance récente à produire, à l’occasion, un numéro thématique18, le Bulletin reste l’une des rares revues scientifiques à maintenir, numéro après numéro, une coexistence possible entre sciences de la terre, sciences de la vie et sciences de l’homme. Un comptage et une classification sommaires des articles parus entre 1972 et 1995 montrent toutefois que les trois domaines ne sont pas également servis.
Trois blocs sont en place depuis les débuts : l’archéologie, la géologie et l’histoire, ou plutôt l’ethnohistoire, tandis qu’une évolution s’effectue vers la collaboration de disciplines diverses appliquées à une même question, ou à un même terrain. Ainsi l’histoire s’associe-t-elle à la climatologie, l’archéologie à la zoologie, la géologie à l’agronomie. Mais ces alliances fructueuses ne dissimulent pas la domination incontestée des sciences de l’homme, celles-ci majoritairement représentées par l’histoire des sociétés indigènes. En somme, l’image implicite qui présida à la fondation de l’IFEA est restée première. Cette constatation est plus frappante encore si l’on rassemble dans une même classe les productions de l’ethnohistoire et celles de l’archéologie… Les parents pauvres de ce riche domaine sont les sciences sociales : minceur de la sociologie malgré la qualité des anciens pensionnaires de cette discipline ; silence de l’économie ; régime étique pour la politologie.
Les auteurs, outre les pensionnaires et allocataires en poste invités à y faire la preuve du bien-fondé de leur élection, sont pour la plupart d’anciens pensionnaires, des collaborateurs de l’Institut sur des programmes communs ou les bénéficiaires de missions spécifiques, ainsi que des chercheurs associés locaux. Bien qu’un recensement exhaustif de la production scientifique française dans le domaine andin n’ait pas été possible, on peut avancer sans grand risque d’erreur que très peu de ces travaux et de ces chercheurs n’ont jamais figuré un jour au sommaire d’un Bulletin de l’IFEA.
Les sommaires du Bulletin reflètent assez fidèlement l’état des recherches entreprises ou soutenues par l’IFEA, à l’exception de la géographie dont le rôle qui fut longtemps le sien (inspiratrice ou maître d’œuvre de grands projets) ne transparaît guère dans les livraisons de la revue. Donc une publication marquée du sérieux scientifique, où sciences exactes et sciences humaines cohabitent. »

38Passé de Lima à Mexico, Usselmann crée le Bulletin de la Mission archéologique et ethnologique française au Mexique (1978). Votre serviteur le rebaptise Traces (1984) et cherche à en faire le phare unique de la France au Mexique, fédérant pour cette revue l’ex-Mission devenue CEMCA et l’IFAL. Cette fédération ne dure que quelques numéros, mais Traces devient un périodique de qualité, de présentation agréable, plus hispanophone que francophone, pluridisciplinaire bien sûr, et centré sur les thèmes de recherches des pensionnaires de l’institution qui le publie. Et de son côté l’IFAL, sous la houlette de Louis Panabière, crée sa propre revue, culturelle, éditée avec panache, Alfil, selon un nom choisi avec soin : c’est le fou, qui se déplace de biais. Alfil (1988), au gré des directeurs de l’IFAL, n’a qu’une périodicité irrégulière (dernier numéro en 1996 ?). Cette dualité est exemplaire d’une dispersion à la française… même en un seul poste diplomatique : nous en avons parlé plus haut, en particulier au chapitre VI.

  • 19 Un historique du Bulletin of Latin American Research, né en 1981 et héritier de périodiques antéri (...)

39Essayons quelques comparaisons internationales. Le monde anglophone européen dispose d’une revue de sciences humaines très professionnelle, trimestrielle19, très axée sur la science politique, diffusée par un éditeur privé et produite par l’Association professionnelle des latino-américanistes britanniques. Et nous venons de voir qu’en France aucune université, pas plus que l’Association française de sciences sociales pour l’Amérique latine (AFSSAL) n’est capable en France de « sortir » chaque trimestre… Notons que, sans complexes, cette revue est presque exclusivement anglophone, mais s’ouvre aux textes en espagnol, ce que toutes les revues françaises n’ont pas admis. Même image de marque aux Pays-Bas : une revue de qualité, plus axée que la précédente sur le « développement ». Elle est issue d’un institut de recherches où la part de l’économie est importante. Bien entendu, ici aussi, anglophonie fondamentale, aucun article en néerlandais.

40En Allemagne, dispersion de quelques revues appartenant à des Universités, hésitant entre les langues allemande, anglaise et espagnole. Il serait oiseux de se lancer dans l’analyse des publications espagnoles, bien sûr hispanophones : en histoire particulièrement, pour nos voisins d’outre-Pyrénées, Ancien et Nouveau Monde ne sauraient être séparés.

41Tout cela nous conduit à une conclusion attendue. La France est le seul pays européen non hispanophone à disposer, dans la dispersion, d’un outillage de périodiques formant un éventail large. Ceci s’appuie, bien sûr, sur un public plus large que chez nos voisins, car là où ceux-ci ont un secteur limité d’études romanes incluant l’espagnol et, au sein de cette branche, l’Amérique latine, les universités françaises ont de puissantes sections d’espagnol, dont les relations avec le Nouveau Monde, parfois difficiles pendant longtemps, donnent cependant légitimité aux périodiques latino-américanistes. Dire que la périodicité de ceux-ci est toujours problématique, que la tendance à produire des dossiers thématiques (en fait, des livres collectifs) plus que de l’information périodique centrée sur des chroniques, des comptes rendus, des nouvelles fraîches, va de soi et n’est pas spécifique de l’Amérique latine. Et comme ces « nouvelles fraîches » circulent de plus en plus et de plus en plus vite sur Internet, la recomposition des dynamiques de ces revues ne peut être que permanente. La dernière-née des revues françaises, Nuevo Mundo, en est le témoignage. Autre conclusion attendue : produire des revues pluridisciplinaires est un risque permanent, alors que s’organiser au sein d’une discipline présente moins de fragilité.

Livres et collections

42De tout temps des livres sur l’Amérique latine ont été publiés en France, mais les tentatives pour produire des collections sont peu nombreuses et seules un petit nombre sont en vie. Pendant les débuts, l’essor des années 1960, les livres « sérieux » étaient avant tout les thèses de doctorat d’État, dont les auteurs étaient tenus à publication avant soutenance, d’où des ouvrages souvent très volumineux, selon les normes universitaires de l’époque. Vers 1965, cette obligation prit fin, mais l’aide à ce type de publications continua pendant une bonne décennie, d’où d’autres livres, en général allégés, et parfois un peu mieux diffusés par quelques éditeurs privés.

43Passons aux collections. La première, bien vivante, est celle de l’IHEAL, dont nous parlons par ailleurs à propos de cette institution et dont les difficultés ont parfois été notables : la charnière des années 1960-1970 fut, comme pour les revues, le moment de tâtonner entre offset, machines de traitement de texte (ancêtres des micro-ordinateurs), recherche de diffuseurs incertains, financements improbables, avant une professionnalisation indéniable.

44Mêmes tâtonnements dans les deux centres universitaires provinciaux producteurs de manuscrits sur l’Amérique latine, Bordeaux et Toulouse, parallèlement à la naissance des services de publications qui évoluent en Presses universitaires dans les années 1980. Ces séries latino-américanistes ont, entre autres, accueilli la publication des colloques annuels successifs de l’AFSSAL.

  • 20 Dans le n° 191 de ORLA.

45Ces mêmes années 1980 ont permis de publier sous la houlette du CNRS. Décentralisation oblige, celui-ci laissa faire, puis stimula des éditions régionales. Les groupes universitaires qui disposaient de manuscrits, mais pas de filières et de financements pour publier, s’engouffrèrent dans le système et bien sûr les latino-américanistes de Bordeaux comme ceux de Toulouse. Pour cette dernière ville, la dynamique, évoquée par Bartolomé Bennassar20, mérite d’être contée. Un administrateur du CNRS ayant un faible pour nos sciences ni pures ni dures découvrit dans un laboratoire (dur bien sûr) un capital (quelque 60 000 à 100 000 francs, juste avant l’Euro) qui dormait : deux machines de traitement de texte Olivetti. Il découvrit aussi deux secrétaires dactylos peu à l’aise dans leur lieu de travail et peut-être sous-employées, qui apprirent le traitement de texte, activité toute nouvelle. Elles s’entendaient bien, étaient enthousiastes. Il leur fallait un local : l’Université de Toulouse – Le Mirail sut en quelques semaines leur en trouver un au centre-ville. Ainsi commença, entre autres, une collection « Amérique latine-Pays Ibériques », où parurent de bons ouvrages, travail éditorial passionnant pour moi. L’une de nos dames prit sa retraite, la seconde fut à nouveau marginalisée par un administrateur assez raide, mais entre-temps chaque chercheur savait fournir son texte tout « traité » sur micro-ordinateur, bien ou mal. La collection continua sans main-d’œuvre jusqu’à ce que le centre parisien du CNRS évalue ses décentralisations provinciales et découvre que les comités de lecture des manuscrits y étaient peut-être moins purs et moins durs que leur version nationale et centrale. Ces éditions régionales ne portaient-elles pas atteinte à l’image d’excellence de la maison mère ? Et des laboratoires, au lieu de mener des efforts éditoriaux douteux, ne devaient-ils pas inciter leurs chercheurs à publier à plus haut niveau sans se laisser aller au laxisme de la « publication maison » que l’on pourchassait alors ? D’autant que la circulation gratuite de la littérature grise de « preprint » sur Internet commençait. Toujours est-il que ces éditions provinciales furent supprimées vers 1992.

46Le Centre incitait parallèlement les bonnes volontés à créer des collections nationales de meilleur niveau. J’en pris donc l’initiative pour l’Amérique latine et la péninsule Ibérique, au milieu de procédures bureaucratiques lourdes. Un comité éditorial « national » de la collection « Amérique-Ibériques » fut long à faire créer, difficile à réunir ensuite. Les manuscrits de qualité ne pleuvaient pas (preuve que les critiques ci-dessus étaient fondées ? Je n’en jugerai pas), leur traitement rigoureux aux éditions du CNRS supposait des délais assez lourds. Quelques bons titres en sont sortis entre 1996 et 2000, mais la collection connut une sélection naturelle, dans laquelle il n’est même pas sûr que des jugements sévères (ou malveillants) aient été nécessaires. Une collection petite, publiant peu, sans soutien d’un groupe de pression disciplinaire porteur, quand les « aires culturelles » passent de mode, pouvait-elle survivre ?

47Nous pouvons soupçonner, d’après ce qui précède, que l’édition « sérieuse » sur l’Amérique latine n’est guère rentable en France. Le secteur privé peut-il la supporter ? À la charnière des années 1960-1970, on a pu le penser un moment, dans une perspective militante dont le meilleur symbole est François Maspero (plus tard éditions La Découverte) et, en complément, les éditions Anthropos. Tiers-mondisme, perspective marxisante ont permis d’éditer Henri Favre, Jean Piel, Michel Gutelman… et votre serviteur entre autres. Mais le feu de paille fut bref et ces éditeurs, déjà, fuyaient en avant vers d’autres thématiques, tant pour la recherche de technologies nouvelles et bon marché, que pour la recherche de financements.

48Ils furent relayés dans les années 1980 par de nouveaux éditeurs, dont la perspective novatrice s’appuyait sur l’ethnicité qui prenait le relais de la révolution. Ce sont essentiellement Karthala (jusqu’en 2006) et L’Harmattan qui acceptent des manuscrits sur l’Amérique latine. Les normes sont connues : l’auteur fournit un produit informatique, qui sera peu ou pas retravaillé, et une part variable du financement, souvent très majoritaire. C’est le second qui publie le plus, avec pour lui-même les coûts les plus minimes. Depuis le milieu des années 1990, ce dernier a multiplié l’accueil de manuscrits latino-américanistes de qualité solide, peu nombreux au départ, et s’appuie sur une équipe rédactionnelle, autour de Denis Rolland et Joëlle Chassin, de plus en plus professionnelle.

49Mais n’est-ce pas au Nouveau Monde lui-même qu’il faut chercher la voie d’une édition scientifique sur et pour l’Amérique latine ? Cette hypothèse, il est vrai, concerne surtout les pays où, depuis les années 1970 et 1980, une classe moyenne élargie génère un public d’étudiants nombreux, eux-mêmes accueillis par des universités qui ont des bibliothèques, des librairies, une demande de partenariat pour se professionnaliser selon des normes internationales. Mais à l’inverse, si au Pérou, dont les universités se sont dramatiquement paupérisées dans les années 1980-1990, l’IFEA et ses semblables ne publiaient pas sur ce pays, qui le ferait ? Bref, des marchés, certes peu solvables, permettent une diffusion de la production européenne, ou nord-américaine, dans des pays latino-américains, Brésil et Mexique en tête, mais aussi Cône Sud…

  • 21 Archives de Paul Rivet, bibliothèque du Musée de l’Homme. Ponctuellement, l’IFAL a publié quelques (...)

50Prenons l’exemple mexicain, parce que nous le connaissons. Nulle autorité française n’a jamais reconnu de vocation éditoriale à l’IFAL, même si l’activité de son créateur, Paul Rivet, en 1943, a été prioritairement de reproduire au Mexique les manuels français qui faisaient cruellement défaut… pour les institutions d’enseignement francophones elles-mêmes au Mexique et dans les pays proches21.Par contre, la Mission archéologique française à Mexico, dès les années 1970, a publié avec soin les produits de ses recherches (archéologie, ethnohistoire). Comme pour d’autres publications des Affaires étrangères, encore en 1982, il eût été indécent d’évoquer la possibilité de publier en espagnol, voire en coédition avec des organismes mexicains. C’est cependant ce qui s’est développé très largement après cette date, franc fort et peso faible aidant, pour que le CEMCA installe un solide réseau de partenariats, en espagnol bien sûr. La part des livres d’histoire a été forte, en particulier à partir de l’administration de Jean Meyer. La demande y est pour quelque chose, comme le dynamisme de cette discipline au Mexique même. Cette stratégie de publication en espagnol dans les pays concernés implique que les chercheurs français pensent leur quasi-double nationalité, au-delà de leur carrière hexagonale.

51Notre panorama a voulu montrer quelques spécificités des relations de recherche entre France et Amérique latine, à partir des « produits » de celles-ci. Ce n’est bien sûr pas un palmarès, et l’espace donné ici à telle institution par rapport à telle autre n’est pas une glorification, mais le désir de montrer quelques détails significatifs à partir d’exemples vécus de près par l’auteur. Et le lecteur aura remarqué ma prédilection pour quelques canards boiteux qui nagent à contre-courant, plutôt que pour les longs fleuves tranquilles.

Notes

1 Une première version de ce texte a été publié dans L’0rdinaire latino-américain, n° 191, « Latino-américanisme français en perspective ». C’est grâce aux pistes et suggestions de Mona Huerta et Olivier Compagnon que je l’ai repris et développé ici.

2 La nostalgie du « plomb » a duré longtemps, particulièrement à Caravelle, qui en avait les moyens.

3 Pierre Jarrige, La Revue des Deux Mondes et l’Amérique hispanique, mémoire de maîtrise sous la direction de François-Xavier Guerra, 1992, 126 p. + photocopies de textes.

4 Ce voyageur, né à Grenoble (1809-1852), est l’inspirateur de nombreux « récits de l’Ouest », dont les romans de Gustave Aimard. Il se rend au Mexique en 1830.

5 Jean-Étienne Huret, La revue Le Tour du Monde, 1860-1914, Paris, Librairie Le Tour du Monde, 1996.

6 Poète et journaliste argentin ; politiquement un anticlérical de tendance anarchiste.

7 C’est sans doute pour la « préhistoire » du latino-américanisme en France que l’ouvrage de Jacques Chonchol et Guy Martinière est le plus original : L’Amérique latine et le latino-américanisme en France, Paris, L’Harmattan, 1985 et n° 37 des « Travaux et Mémoires » de l’IHEAL, Paris, 1985, 332 p. Les innombrables données, personnages, institutions, mentionnés pour la période 1970-1984, sont d’utilisation plus difficile, parce que pris dans le flux de l’action immédiate.

8 Est-ce la Société née en 1839, entre autres grâce à Gustave Eichthal, disciple de Saint-Simon ?

9 Journal des africanistes, toujours vivant, né en 1931 ; d’autres publications naissent à Dakar dans les années 1940.

10 Différentes publications sous le nom de Journal asiatique (1822-1902, entre autres) ; mais surtout le Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, revue philologique, né à Hanoi en 1901, transféré à Saigon en 1954, puis à Paris en 1955.

11 Lors d’une séance de la Société difficile à oublier, Jean Piel, présentant une communication sur les problèmes de l’histoire agraire péruvienne (séance du 5 mai 1971, voir p. 350-1 du Journal), dite sans une note devant lui, la fit précéder par la lecture d’une introduction où il mettait en doute que puissent avoir quelque chose en commun un révolutionnaire (Régis Debray alors dans une geôle bolivienne), un conservateur fascisant (Jacques Soustelle en exil)… et quelques autres, sous la casquette commune d’« américanistes ».

12 Voir Caravelle, n° 76-77, 2001, hommage à Georges Baudot, « Présentation » (Jacques Gilard), p. 5-8.

13 Institut européen de géoéconomie, aussi repreneur de Maghreb-Machrek ; au contraire Afrique contemporaine reste dans le secteur para-administratif (Agence française de développement, filiale du ministère des Affaires étrangères).

14 Travaux de l’Institut d’études latino-américaines de l’Université de Strasbourg (TILAS), sans doute 1959-1968.

15 Dans le ORLA n° 191 déjà cité ci-dessus.

16 Citées avec l’intérêt qu’elles méritent par Thérèse Bouysse-Cassagne in « Le lac Titicaca : histoire perdue d’une mer intérieure », Bulletin de l’IFEA, tome XXI, n° 1, 1992, p. 89-159.

17 Tome II des Travaux de l’IFEA, 1950, p. 19-38.

18 On en compte cinq jusqu’en 1996, consacrés aux « Políticas agrarias y estrategias campesinas » (tome XV, nos 1-2, 1986), « Investigación urbana » (tome XVII, n° 1, 1988), « Piura et sa région » (tome XX, n° 2, 1991), « Las palmeras de los bosques tropicales » (tome XXI, n° 2, 1992), « Registros del fenómeno del Niño y de eventos ENSO en América del Sur » (tome XXII, n° 1, 1993). Le Bulletin publie deux volumes par an, soit quatre numéros (dans les faits, il s’agit presque toujours d’un numéro double).

19 Un historique du Bulletin of Latin American Research, né en 1981 et héritier de périodiques antérieurs depuis les années 1960, dans la livraison vol. 25, n° 3, p. 319-321.

20 Dans le n° 191 de ORLA.

21 Archives de Paul Rivet, bibliothèque du Musée de l’Homme. Ponctuellement, l’IFAL a publié quelques ouvrages à partir de 1966 et vers 1994-1996.

Table des illustrations

Légende Caravelle : les couvertures se modernisent en maintenant scrupuleusement la permanence d’une image de marque.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/516/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Les CAL se professionnalisent et incorporent l’image et la couleur.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/516/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Les PAL, des Notes et Études documentaires aux éditions Choiseul.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/516/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 468k

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540