Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un géographe français en Amérique latine

 | 
Claude Bataillon

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Ces brouillons furent en partie utilisés dans « Conclusions », in Marie-France Prévôt-Schapira et (...)
  • 2 Ces mémoires sont parues en espagnol, sans les trois derniers chapitres composant cet ouvrage : Un (...)

1Ce livre est composé principalement de souvenirs et de réflexions sur le Mexique : à la lecture de brouillons écrits vers 1997-20001, Gilles Bataillon, soutenu par Jean Meyer, m’a suggéré de développer les textes déjà écrits en un récit continu, ce qui fut fait en 2004-20052.

2Je parle ici de bien des collègues, de bien des institutions, sur une période longue. Faute de tout dire, je me suis intéressé en priorité, chez ces collègues ou dans ces institutions, à ce que je trouvais novateur ou à la capacité de creuser le sillon d’une innovation, par opiniâtreté. Bien sûr, dans ce milieu de la recherche et de l’université dans lequel j’ai vécu, les pesanteurs contraires à l’innovation sont fréquentes, comme les intérêts de court terme qui coupent celle-ci dans l’herbe : je donne moins de place à ces cas négatifs. Je crois que mon propos reste convivial, mais sans effacer tous les conflits, vécus ou côtoyés. Si je raconte tout cela, est-ce parce que c’est en train de finir ? Je ne le crois pas, parce que pour moi l’innovation surgit principalement à l’entre-deux des disciplines et parce que la connaissance du Monde a besoin de s’organiser en des aires culturelles identifiables.

3Mon propos est de réfléchir, depuis ma profession de géographe, sur la pluralité des échanges entre disciplines telle que je l’ai vécue à propos de l’Amérique latine, en tant que chercheur travaillant sur le Mexique et avec des Mexicains. Dans cette pluridisciplinarité se situe à mon sens l’originalité de la recherche française sur l’Amérique latine pendant le dernier demi-siècle.

4En 2006, Mona Huerta m’a incité à ajouter à mon texte trois chapitres nouveaux, différents, par leur angle de vue, du récit centré sur le Mexique. Il s’agit d’une réflexion sur le latino-américanisme français vu à travers ses publications, et vu par l’analyse de deux lieux universitaires où j’ai durablement travaillé sur cette Amérique latine, l’un étant l’Institut des hautes études de l’Amérique latine de Paris (IHEAL), l’autre l’Université de Toulouse — Le Mirail, à propos du Groupe de recherche-Amérique latine (GRAL) et de l’Institut pluridisciplinaire sur l’Amérique latine à Toulouse (IPEALT).

5Paris, Portet-sur-Garonne, décembre 2006

Notes

1 Ces brouillons furent en partie utilisés dans « Conclusions », in Marie-France Prévôt-Schapira et Hélène Rivière d’Arc (dir.), Les Territoires de l’État-Nation en Amérique latine. À Claude Bataillon, Paris, Éditions de l’IHEAL, coll. « Travaux et Mémoires », 2001, p. 301-306 ; ainsi que dans « Pratiquer l’Amérique latine, des années 1960 aux années 1990 », L’Ordinaire latino-américain, n° 191, janv.-mars 2003, dossier « Le latino-américanisme français en perspective », p. 5-17.

2 Ces mémoires sont parues en espagnol, sans les trois derniers chapitres composant cet ouvrage : Un geógrafo francés en América Latina. Cuarenta años de recuerdos y reflexiones sobre México, México, El Colegio de México/El Colegio de Michoacán/Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos, 2008.

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540