Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Centres de villes durables en Amérique latine : exorciser les précarités ?

 | 
Hélène Rivière d’Arc

Conclusion

Hélène Rivière d’Arc

Texte intégral

1En adoptant le mot : « soutenable » en espagnol (sostenible ou sustentable) et en portugais (sustentavel), traduction de l’anglais-international sustainable plutôt que celui de « durable » limité au monde francophone, les pays latino-américains font le choix d’introduire la catégorie du coût financier, mais aussi social et environnemental dans un concept en construction surdéterminé pour nous (en France), par le temps et un horizon encore flou (time et weather). Ce rappel n’est pas un scoop mais il est utile à notre conclusion car, même si la circulation des idées anticipe aujourd’hui sur les politiques locales, leur réappropriation révèle des interprétations que seule explique la complexité des territoires, à quelle qu’échelle géographique que ce soit. Développement et ville sustainable incorporent donc en principe, en Amérique latine, les exigences de la bonne gouvernance, autre concept international dont ne rend pas exactement compte la gobernabilidade (gobernabilidad), et celle de la gestion du meio ambiente (medio ambiente).

  • 1 Et de son éradication toujours prônée par la Banque mondiale.

2Cette trajectoire des usages de mots en moins de deux décennies – de 1992 à nos jours (2007) –, pour faire court, traduit et explicite un décalage par rapport à l’Europe. En effet, notre regard euro-centré, ou même franco-centré sur les calendriers du développement durable, surdéterminé par l’urgence écologique, n’a pas cours dans les mêmes termes dans les grandes villes d’Amérique latine, même si la question de l’environnement y est devenue familière. Disons d’emblée que la question de la présence de la pauvreté1 et de ses dégâts corollaires domine encore une dialectique qui imprègne les élections et les changements politiques locaux et nationaux. Les analyses de l’usage des principes du développement durable, à l’échelle de territoires emblématiques – les centres-villes – comme celles que nous livrons ici conduisent alors à proposer une périodisation qui n’est pas identique à celle qui prévaut en Europe et plus particulièrement en France. En France, ce serait celle-ci : des politiques d’aménagement urbain au renforcement du pouvoir des maires dans la décentralisation au souci écologique (dans le sens de valorisation de l’environnement physique et matériel, comme moteur d’une nouvelle sociabilité et non dans le sens de l’École de Chicago). Et cela, alors que la croissance des P.I.B. urbains n’en crée pas vraiment les conditions, mais que les principes de précaution et d’engagement sur l’avenir légitiment. On proposera plutôt pour nombre de grandes villes d’Amérique latine, étant entendu que celles qui ont été choisies sont représentatives, la périodisation suivante : de l’insertion des gouvernements locaux dans les principes du développementisme dans une première étape, puis dans des principes nationalistes/patrimonialistes, au social/sustainable où l’éradication et/ou l’atténuation de la pauvreté constitue le « social » et l’intégration spatiale sur un territoire, l’alternative à la précarité. C’est du moins une des priorités difficiles à mettre en œuvre, affichée par tous les gouvernements urbains qui se sont dits de « gauche ».

  • 2 Voir, par exemple le document de la Confederação Nacional das Associações de Moradores (CONAM), Tr (...)

3Cependant, dans ce contexte général, les autorités locales chargées de mettre en action les politiques dites de développement « soutenable » n’ont pas d’instrument qui leur permette de contribuer directement à la hausse des « bas revenus », ni par conséquent à une diminution de la précarité et des inégalités-informalités dans l’emploi et le travail. C’est ainsi que l’interface précarité/ » durabilité » reste un des moteurs des mobilisations sociales2, la seconde tentant, comme on l’a dit, d’exorciser les peurs que crée la première.

  • 3 Voir les textes de Anne Perraudin, Marie-France Prévôt-Schapira, Hélène Rivière d’Arc, dans ce liv (...)

4Les textes que nous présentons ici font sur ce point allusion à trois situations seulement qui renvoient directement ou indirectement à l’implication de groupes sociaux dans une ligne de conduite municipale guidée par les principes du développement durable. Il s’agit de la part des municipalités de contrats avec des groupes certes emblématiques mais très réduits : les catadores de São Paulo (ramasseurs et trieurs d’ordures) et les nouveaux agents municipaux, promoteurs populaires d’une pédagogie du développement durable ; les cartoneros de Buenos Aires pris en compte par la mairie lorsque leur visibilité en centre-ville a été accentuée par la crise de 2001 et enfin les mesures en faveur du logement et des autorisations de vente de leurs fabrications artisanales, dans la rue, par les Indiens urbains du District Fédéral, au Mexique3.

Émergence de nouveaux paradigmes :

51) Déclin/crise des territoires et développement durable

62) Logiques d’intervention contradictoires : comment les assumer ?

73) Spécificités locales/nationales, le recours à la culture

8Trois paradigmes ci-dessus mentionnés émergent des travaux disparates qui sont donnés à lire et qui, à première lecture, n’ont en commun que l’interrogation sur un territoire, le centre-ville, dans un contexte régional dont nous avons fait l’hypothèse qu’il est le théâtre de circulation de modèles urbains : l’Amérique latine.

  • 4 Buenos Aires n’a pas d’Agenda 21. Mexico : Agendas 21 en cours d’élaboration à la fin de 2006. Éta (...)

9Le fait que la réhabilitation des centres-villes ne soit pas explicitement citée dans les chapitres des recommandations émises par les agendas 21 type, a certes perturbé notre réflexion collective qui a alors mis en doute la pertinence d’une approche territoriale qui ne ferait pas sens et serait par conséquent peu efficace, celle des centres-villes. Et pourtant, à travers les textes présentés, et sous-jacente, on peut voir poindre partout une forte allusion à la mise en cause de la politique du zoning qui avait prévalu par le passé, et le recours à des modèles ou des recettes qui font du projet intégrateur un nouvel horizon structural. Qu’est-ce qui mieux que les centres-villes se prêterait alors à cette projection ? Contribuer à la construction de territoires intégrés fait partie des principes du développement durable et les quelques agendas 21 existants ou en cours d’élaboration ne manquent pas de renvoyer à cette exigence4.

  • 5 Expression lancée par Catherine Paquette pour Mexico mais que l’on retrouve autre part. À São Paul (...)

10Envers et contre nos hésitations nous avons donc abordé les politiques urbaines et leur prétention à influer sur l’avenir des grandes villes par le biais d’une affirmation du rôle des centres au sens large (barrios centrales, bairros centrais, etc.)5, qu’il s’agit de replacer au cœur des nouveaux dispositifs urbains, grâce aux ressources idéelles et matérielles qu’ils concentrent et qui s’y sont accumulées.

  • 6 Qui, en centre-ville, ont plutôt adopté l’auto-désignation de population de baixa renda que celle (...)
  • 7 Jean Rivelois et Luiz Ramirez n’y ont pas beaucoup recours dans leurs textes : à Mérida, les class (...)
  • 8 À distinguer les unes des autres selon les analyses qui sont proposées.

11L’existence même des programmes de rénovation, de réhabilitation, de requalification, conduit à émettre une première remarque : le déclin des centres-villes a longtemps semblé sur une pente irréversible. Comment l’enrayer ? Pouvoirs locaux et chantres divers du développement durable s’y emploient aujourd’hui. L’idée de déclin est bien sûr génériquement l’envers de celle de développement durable. Des diagnostics sur le déclin ont donc fusé partout, notamment de toutes les villes que nous avons retenues, venant de nombreuses institutions, révélant paradoxalement que les centres restaient des espaces disputés par tous les intérêts socioéconomiques en action à quelle qu’échelle qu’on les observe. Mais qu’ils étaient aussi des espaces de voisinage, souvent tendus, entre groupes sociaux ambulants, entre danseurs et commerçants… tous les habitants populaires et/ou très pauvres6, d’une gamme infinie de types d’occupations de la ville ancienne, sans oublier les habitants des rues. Tension certes, quotidiennement présente : le dialogue avec le pouvoir local partout revenu en centre-ville lorsqu’il l’avait quitté est intense, qu’il s’agisse de négociations/participations, de manifestations et/ou de répressions policières. Difficulté en revanche à partir de ces diagnostics et de ces observations, de cerner la présence et le rôle d’une classe moyenne à qui tous les promoteurs d’un nouvel urbanisme font appel sans la nommer, pour l’aider à réaliser un nouveau projet, (sauf à Mérida où cette catégorie sociale n’est guère citée en tant que telle7, on lui préfère celle d’élite) : commerçants, employés de services publics, hôteliers, patrons de bar, de café, propriétaires de cortiços, de vecindades, de conventillos, retraités, etc. Mais aussi acteurs des « poches » de trafic, de têtes de réseaux contre lesquels sont engagées des batailles hard, comme celle qu’a menée le maire de Mexico à Tepito en 2007 ou plus soft comme celle qu’a engagée le maire de São Paulo dans la Cracolandia. Révélation également d’une complexité sociale que l’on pourrait traduire, pour exprimer un jugement « positif », par le terme de « mixité » et qui dépasserait les oppositions binaires et les facilités qu’offrent les catégories du classement social dont on croit déceler la présence dans ces centres-villes8 : vieux pauvres/jeunes délinquants ; famille monoparentale (dont le chef est une femme), homme seul, etc.

12Certes, les contributions à cet ouvrage n’analysent guère cette mixité, mais elles signalent les ressources qu’offre la fréquentation du centre-ville à une très large gamme de personnes (comme habitants et travailleurs).

13Leurs présences rendent infiniment plus complexes les simplifications catégorielles généralement retenues par les urbanistes et experts à qui est demandé de proposer des projets qui doivent inverser le cours du déclin même s’il est difficile à mesurer dans le temps. Un déclin dont les composantes sont partout les mêmes : vieillissement de la population, diminution du nombre d’habitants recensés, nombre de logements vides, diminution du revenu des impôts, émigration de certaines grandes activités comme les activités bancaires vers les nouveaux centres et apparition de friches industrielles et d’espaces vacants provisoirement occupés par des parkings souvent sauvages. Ces composantes obligent à rendre compte des projets selon une approche pluridisciplinaire.

14C’est ainsi que Marie-France Prévôt-Schapira fait d’un territoire urbain, le « sud » à Buenos Aires, central parce qu’il fait partie des espaces bâtis anciens et qu’il est relativement proche et bien relié au centre dit historique, une « catégorie de l’action publique » ballottée cependant entre le constat d’un déclin dans le temps relativement long et la réalité d’une crise socioéconomique brutale (2001) dont l’impact balaie tous les projets de renouvellement urbain sur son passage. Cependant les autres textes, même s’ils ne renvoient pas à une pareille soudaineté font des centres-villes, délimités chacun à sa façon, des catégories de l’action publique. Tous s’inscrivent dans des plans stratégiques qui ont recours, pour être mis en action, à trois ou quatre directives ou instruments : (bonne) gobernabilidad ; intégration ; quelques aspects de la doctrine du développement durable universellement reconnus (nécessité de tendre vers le renforcement des transports collectifs, accessibilité) et redensification pour éviter les gaspillages de combustible et des ressources, ainsi qu’un excès de pollution de l’atmosphère.

  • 9 Même si cette remarque concerne avant tout les villes brésiliennes, les démêlés de la mairie de Me (...)

15Cependant les textes mettent tous l’accent sur une discontinuité dans l’action extrêmement forte, au niveau des pouvoirs locaux qui ne parviennent à légitimer leur popularité et leur image qu’à travers l’énoncé de priorités différentes de celles de leurs prédécesseurs allant jusqu’à l’abandon de prêts ou de conseils internationaux péniblement négociés, au risque d’apparaître irrationnels dans un moment où tout est justifié par la maîtrise de la technique et des technologies9.

16Cependant, bien qu’enchâssés dans les vœux des préoccupations en faveur d’un retour à la planification (revenue au goût du jour) à l’échelle de la métropole, ces projets redonnent en même temps du sens et de l’actualité à la hausse des valeurs foncières et marchandes qu’ils promeuvent.

  • 10 La difficulté à assumer ces tâches, peu visibles en temps normal, est compensée par des opérations (...)

17Voilà alors que les logiques contradictoires de l’action réformatrice apparaissent au grand jour : elles se situent comme toujours aux intersections du social et de l’économique, de l’évaluation que chaque acteur fait de ses intérêts dans le temps. C’est très important dans les villes d’Amérique latine que nous avons observées, on l’a déjà dit, car l’essentiel des services appartiennent au secteur privé et l’essentiel des infrastructures relèvent d’emprunts émis par les pouvoirs publics sur le marché international des capitaux. Or le secteur privé, pour intervenir, attend de chaque niveau du pouvoir public, des incitations financières qui risquent de peser pendant longtemps sur l’enrayage du déclin mais aussi sur la qualité des politiques environnementales (notamment celles qui concernent le remplacement ou l’amplification des dispositifs de filtration des eaux, comme à Mexico et São Paulo, la résorption des fuites, l’évacuation des eaux de pluie dans l’espace public, la dépollution des friches des zones industrielles, etc.)10.

  • 11 Voir les articles d’Anna Perraudin, de Luiz Ramirez et de Jean Rivelois (supra).
  • 12 En effet, parmi nos exemples, seule la ville de Merida n’a pas connu de gouvernement dit de « gauc (...)

18Pour masquer ces contradictions, certaines villes font appel à l’identification aux lieux et à la mémoire des lieux comme valeurs consensuelles, trans-classistes, trans-ethniques, pour s’arroger l’appui de populations ciblées (les vieux, par exemple ; parfois les femmes) mais surtout les Indiens car leur visibilité dans la ville peut être « positivée ». Dans tous les cas étudiés d’ailleurs, cette dernière démarche a lieu dans les villes mexicaines : construction de logements sociaux négociée avec les associations indigènes dans le centre de Mexico, négociation avec les commerçants maya au marché de Mérida11 ; Xochimilco, enfin, devenu comme le montre Anne Colin-Delavaud, un nouveau faire-valoir pour une population nahuatl, qui en retour, joue le rôle de faire-valoir dans ce petit Patrimoine de l’Humanité. On insistera ici sur le fait qu’il s’agit bien là de démarches idéologiquement nationales, dans un pays où le multiculturalisme est devenu un concept de la Constitution. En revanche, la couleur politique du gouvernement municipal n’est pas fondamentale12.

  • 13 Voir les articles de Serge Schwartzmann et de Julien Rebotier.

19Ailleurs la réappropriation des espaces centraux, selon un terme très cher aujourd’hui aux urbanistes tant en Europe qu’en Amérique latine, ne passe pas par une affirmation multiculturelle mais plutôt par le recours à la mémoire d’une histoire partagée qui n’intègre pas les « trop pauvres », et promeut plutôt les valeurs d’une classe moyenne urbaine dynamique et internationale (São Paulo, Buenos Aires et même Recife)13. Une service class ou creative class en somme.

Quelques exemples de questions sans réponse

20Au risque de nous répéter nous rappellerons ce qui fait le lien entre les travaux que nous présentons : c’est qu’ils correspondent à un moment des politiques publiques urbaines où la question du développement durable renvoie à l’adoption d’instruments d’application qui relèvent de l’expertise et éventuellement de la technique plus que du politique. Ces moments – tous contemporains et actuels – perçus dans un temps relativement court, concernent paradoxalement (mais le paradoxe était volontaire) des territoires urbains qui ont une longue histoire et qui, porteurs d’historicité dans leurs représentations, se confondent avec celle d’un avenir durable.

  • 14 Voir à propos de propositions sur le centre-ville de Buenos Aires, l’article de Miguel Baudizzone, (...)
  • 15 Buenos Aires est en effet connu pour l’ampleur qu’a prise la construction dans sa périphérie, de g (...)
  • 16 Voir l’article de Serge Schwartzmann sur le quartier de Palermo Viejo, dans le présent ouvrage.

21Lorsqu’il s’agit d’analyser la mise en œuvre d’une politique publique sensible à l’argument de la durabilité, tous les quartiers sont impliqués comme échelons idéals de territorialisation de projets socioéconomiques et de démarche participative. Leur juxtaposition et les flux qui les traversent constituent la trame matérielle sur laquelle se greffent les interventions14. Les centres-villes (historiques, quartiers centraux, découpages administratifs divers les composant…) ne sont utiles que du point de vue des représentations et du potentiel qu’ils représentent pour des investisseurs éventuels ; tous les exemples le montrent : Mexico-Xochimilco, c’est le tourisme national de masse et international, appréciant la spécificité culturelle de son exceptionnel patrimoine historique ; Mérida, de même, bien qu’à une autre échelle. São Paulo, c’est le tourisme d’affaires appréciant un volet culturel dit « haut de gamme » et un secteur de services de pointe ; Recife a un projet plus hésitant où le tourisme est aussi très présent. Buenos Aires enfin ne renonce à rien, sa morphologie socioéconomique et son histoire permettant de faire co-évoluer en même temps toutes les perspectives de valorisation dans une somme de projets (Centro histórico, Zona sur…) que le comportement des classes moyennes ou de la creative class ne semble pourtant pas entièrement cautionner15 malgré l’apparition de quartiers gentrifiés au sens « londonien » du terme16.

  • 17 On a parlé du succès médiatique qu’a connu la Mairie de São Paulo, imposant sous peine d’amende au (...)

22Quel destin alors pour la « durabilité » dans de tels projets ? Elle se laisse emporter par quelques critères qui répondent à la demande prioritaire de ceux qui peuvent faire le pari du retour (en termes spatiaux, c’est-à-dire vers les espaces centraux ; mais aussi sur investissements), sans oublier celle des consommateurs. Conditions de la « propreté » ; entretien prioritaire ou mise en place de dispositifs locaux de traitement des eaux (qui sont des équipements longs à mettre en œuvre) ; contraintes patrimoniales et application d’amendes sévères vis-à-vis de certaines pollutions notamment « visuelles », constituent les exigences supposées incontournables pour répondre à ces priorités17.

  • 18 Voir Christian Topalov, « La ville congestionnée, acteurs et langage de la réforme urbaine à New Y (...)

23La question essentiellement métropolitaine des transports publics et privés qui échappe à l’échelle des projets de « quartiers », bien qu’elle se pose partout et que des mesures sectorielles aient été prises, rappelle les discours de l’époque de l’hygiénisme et de la dénonciation de la congestion urbaine18. C’est une doléance. Comme dans les années 1970 dans les villes d’Europe, la voiture individuelle n’est condamnée qu’à trouver où se réfugier pendant la journée ; c’est une question d’adaptation/fonctionnalisation de l’espace urbain de la première importance. Par ailleurs, la mise à disposition de quelques rues piétonnes a tendance à provoquer la dénonciation excessive de ses effets prédateurs : pollutions « visuelles » notamment, et privatisation de l’espace public par les vendeurs de rue, présentés comme concurrents déloyaux des commerçants qui ont pignon sur rue.

  • 19 La présence supposée de maladies infectieuses, non seulement dans les vilas miserias ou autres fav (...)

24Par ailleurs, l’urgence des problèmes, l’immédiateté éventuelle et l’approfondissement des risques et des peurs font des discours sur les projets « soutenables » et parfois, sur la nécessité du retour à la planification, des utopies bien intentionnées : celui du pouvoir inspiré par les organisations internationales, celui des ONG militantes qui revendiquent leur participation dans des instances officielles ou semi-officielles, qui diffusent des informations et additionnent les actions. C’est ainsi par exemple, que la question de l’insalubrité et des maladies qu’on lui associe, provoquées par la pauvreté et la dégradation de l’espace urbain (en termes de services et de réseaux techniques) y compris dans les quartiers centraux, est soulevée autant dans les milieux du pouvoir que dans les milieux académiques et dans ceux des ONG, surtout au Brésil. Cependant, les dénonciations souvent mordantes ne laissent pas de rappeler le temps des « miasmes », vieux mot pour désigner les « pollutions ». Et cela malgré la bonne volonté dont les programmes à l’intention des habitants font preuve, au nom de la « conception du contact de l’individu avec son environnement ». Et enfin, comme si la circulation des « miasmes » et des pollutions s’arrêtait aux limites des quartiers19.

  • 20 Voir les descriptions des modèles radioconcentriques de São Paulo, Mérida (Yucatán) et Recife.

25De ces études, se dégage donc tout un corpus de questions sans réponse dont la formulation peut conduire à l’établissement de remèdes normatifs. Quelques-unes de ces questions sont d’ailleurs elles-mêmes d’ordre normatif ; d’autres relèvent de la dynamique de l’action. Certains sont persuadés par exemple que le développement urbain repose sur l’aisance dans la mobilité et dans la facilité d’accès aux points distants et à des lieux spécifiques. Ce présupposé serait extrêmement important dans les grandes villes d’Amérique latine20. Regina Meyer et Jan Bitoun nous apprennent alors que la relation coût/bénéfice d’une politique des transports et des infrastructures (nœuds de circulation) semblait, au Brésil, toujours pencher du côté qui offrait de la nouveauté ; ainsi fut privilégiée l’extension urbaine au détriment des secteurs consolidés. Le présent semblerait révéler une inversion de cette pensée et de la tendance qui en a découlé, sans que l’on puisse affirmer cependant qu’on la décèle partout.

26Marie-France Prévôt-Schapira met l’accent sur la sortie d’une crise nationale d’un territoire urbain qui exige l’usage d’instruments politiques et économiques qui se rapprochent plus de l’urgence – favoriser l’investissement de capitaux à des fins de rentabilité rapide pour les pouvoirs publics – que de la réhabilitation/requalification. Celles-ci ne pouvant en effet prendre forme que lorsque le gouvernement local s’est assuré de la rentrée de ressources publiques « durables » (opération Puerto Madero versus la catégorie « Sud » à Buenos Aires). Marina Montenegro montre en filigrane la même démarche pour Cracolandia à São Paulo. Sara Ciocca et Graciela Schneier associent pour leur part la privatisation des services à ces moments d’urgence ; Schwartzmann décrit alors le recours aux associations.

  • 21 Voir Hélène Rivière d’Arc, « Une autre politique de centre-ville en Amérique latine, la place rése (...)

27D’autres travaux insistent sur la technicisation de la présentation des problèmes urbains pour masquer la discontinuité des politiques et les enjeux électoraux qu’elle représente (Clara Salazar, Hélène Rivière d’Arc, supra). Bref, la mise en relief « accentuée » de ces logiques contradictoires, contribue à faire oublier par le monde politique le traitement de la dimension la plus complexe de la trilogie : le développement socio-territorial. Du discours sur « l’embellissement » aux dénonciations d’hygiénisme dont nous avons traité autre part21, des politiques ciblées sur un quartier ou un groupe social situé dans l’espace urbain (en l’occurrence le centre), des pédagogies à l’égard des pauvres, des vieux, des enfants (catadores, femmes, écoliers…), de la question de la mixité sociale comme élément de « pacification » de quartiers réputés soumis à des relations violentes, nous pointons ces micro-situations mais nous ne disons pas si nous voyons les protagonistes comme des acteurs ou les sujets des nouvelles techniques de gestion. Évidemment, la place de la participation dans la bonne gouvernance, un des volets incontournables de l’accès à la situation de ville durable, est sans cesse remise sur le terrain par la BID et par les instances des Nations unies, chargées de superviser la rédaction des Agendas 21. Or les pratiques de participation ne franchissent pratiquement jamais les impératifs des situations que l’on peut qualifier d’urgentes, où elles s’expriment dans le dialogue avec les pouvoirs publics qui se sont réinstallés dans les centres-villes ou par les manifestations/répressions. La capacité diverse de diplomatie des journaux transmet, pour sa part, l’opinion des classes moyennes. Bref, le discours de l’expert – propre, scientifique – nous semble avoir acquis une crédibilité que n’a guère celui du responsable politique très fréquemment accusé de corruption mais attendu pour sa bienveillance clientéliste. Ce dernier se doit donc d’avoir recours au premier.

Notes

1 Et de son éradication toujours prônée par la Banque mondiale.

2 Voir, par exemple le document de la Confederação Nacional das Associações de Moradores (CONAM), Trânsito caótico : ausência de uma política de transporte público e mobilidade urbana ; ce document émet un certain nombre de propositions, notamment la diminution du prix du transport collectif dans les zones urbaines au Brésil. Il est associé au Movimento pelo direito ao transporte (MDT) et au Forum Nacional de Reforma Urbana (FNRU).

3 Voir les textes de Anne Perraudin, Marie-France Prévôt-Schapira, Hélène Rivière d’Arc, dans ce livre.

4 Buenos Aires n’a pas d’Agenda 21. Mexico : Agendas 21 en cours d’élaboration à la fin de 2006. Étapes provisoires de la rédaction rédigées. São Paulo : existence d’un Agenda 21 ; Mérida : pas d’Agenda 21 ; Recife : Agenda 21 pour l’agglomération et agendas locaux englobant certaines portions du municipe de Recife.

5 Expression lancée par Catherine Paquette pour Mexico mais que l’on retrouve autre part. À São Paulo, par exemple, dans les documents d’experts qui servent d’appui aux politiques municipales.

6 Qui, en centre-ville, ont plutôt adopté l’auto-désignation de population de baixa renda que celle de pauvres, au moins dans les villes brésiliennes.

7 Jean Rivelois et Luiz Ramirez n’y ont pas beaucoup recours dans leurs textes : à Mérida, les classes moyennes (service class) sont ailleurs…

8 À distinguer les unes des autres selon les analyses qui sont proposées.

9 Même si cette remarque concerne avant tout les villes brésiliennes, les démêlés de la mairie de Mexico avec la BID et le programme Habitat des Nations-Unies révèlent que la popularité du maire repose sur la personnalisation et l’originalité de son rapport aux populations.

10 La difficulté à assumer ces tâches, peu visibles en temps normal, est compensée par des opérations populaires et bien que, parfois, un peu polémiques ; par exemple, la loi municipale votée sur proposition du maire par la mairie de São Paulo sur la pollution visuelle réglementant la publicité dans la rue connaît un grand succès.

11 Voir les articles d’Anna Perraudin, de Luiz Ramirez et de Jean Rivelois (supra).

12 En effet, parmi nos exemples, seule la ville de Merida n’a pas connu de gouvernement dit de « gauche ».

13 Voir les articles de Serge Schwartzmann et de Julien Rebotier.

14 Voir à propos de propositions sur le centre-ville de Buenos Aires, l’article de Miguel Baudizzone, « Une zone d’expérimentation urbaine à Buenos Aires », in Hélène Rivière d’Arc et Maurizio Memoli (dir.), Le pari urbain en Amérique latine, vivre dans le centre des villes, Armand Colin, Paris, 2006.

15 Buenos Aires est en effet connu pour l’ampleur qu’a prise la construction dans sa périphérie, de gated communities de classes moyennes « hautes » (altas) et jeunes.

16 Voir l’article de Serge Schwartzmann sur le quartier de Palermo Viejo, dans le présent ouvrage.

17 On a parlé du succès médiatique qu’a connu la Mairie de São Paulo, imposant sous peine d’amende aux promoteurs de panneaux publicitaires, des normes de respect du paysage urbain. Il semble bien qu’il s’agisse là pour le moment de la seule taxe « pollueur/payeur ».

18 Voir Christian Topalov, « La ville congestionnée, acteurs et langage de la réforme urbaine à New York au début du xxe siècle », Genèse, n° 1, 1990.

19 La présence supposée de maladies infectieuses, non seulement dans les vilas miserias ou autres favelas périphériques, colle en effet à la peau de certains quartiers. En plein centre-ville de São Paulo, le quartier de Bela Vista qui fut peuplé dans une première et lointaine étape d’« immigrés » noirs vivant aujourd’hui encore en cortiços, puis d’Italiens, passe pour un foyer de maladies. La Mairie, sous la pression du Secretaría do Verde, a créé dans ce quartier une Monitoria da Bixiga (du nom de sa partie italienne), pour sensibiliser les populations aux problèmes de relations avec l’environnement et aux risques de maladies, là encore comme si la présence de ces dernières s’arrêtait aux limites de la Bixiga.

20 Voir les descriptions des modèles radioconcentriques de São Paulo, Mérida (Yucatán) et Recife.

21 Voir Hélène Rivière d’Arc, « Une autre politique de centre-ville en Amérique latine, la place réservée aux pauvres dans les “vieux” quartiers de São Paulo », in Véronique Dupont et Djallal G. Heuzé (Études réunies par), La ville en Asie du Sud, analyse et mise en perspective, coll. Purusartha, Éd. de l’EHESS, Paris 2007.

Auteur

Hélène Rivière d’Arc – géographe, CNRS­CREDAL (Centre National de la Recherche Scientifique)

© Éditions de l’IHEAL, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540