Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Centres de villes durables en Amérique latine : exorciser les précarités ?

 | 
Hélène Rivière d’Arc

Buenos Aires

Changer les représentations pour redynamiser l’urbain

Le cas de Palermo Viejo

Serge Schwartzmann

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier Marie-France Prévôt-Schapira (professeure à l’Université de Paris VIII/Credal (...)

1Si un quartier peut être défini comme une « fraction homogène clairement délimitable d’un espace urbain » [Lévy et Lussault, 2003], Michel Lussault précise que sa « portée est aujourd’hui faible, compte tenu de l’état des organisations urbaines », mais que « le mot constitue un support d’une puissante mythologie spatiale ». À Buenos Aires, Palermo Viejo1 désigne actuellement la partie centrale du quartier, au sens « administratif » du terme, appelé Palermo, celle qui est censée avoir conservé une partie des valeurs traditionnelles du vieux Buenos Aires. Cette zone aux contours flous est le support de l’une de ces mythologies spatiales fortes qui ont contribué à façonner les représentations de la ville. Elle a stimulé les imaginaires en puisant dans celui des quartiers traditionnels populaires, et en transformant cette représentation originelle en celle d’un « quartier » d’une nouvelle centralité « branchée ». Ainsi Palermo Viejo montre à quel point cette notion de territoire local muni d’une identité et désigné de façon pratique par le mot « quartier » se présente comme une construction où se confrontent non seulement imaginaire et réel, mais aussi différentes conceptions de la ville et du vivre-ensemble urbain. Loin d’être un thème annexe des transformations urbaines, le quartier devient le lieu où s’inscrit au plus proche l’écart entre la ville-imaginée et la ville-réelle, à l’intersection d’influences et d’enjeux divers. Comment évoluent les représentations d’un quartier comme Palermo Viejo ? Quels sont les processus à l’œuvre ayant conduit à ces changements ? Quels en sont les résultats sur le dynamisme urbain ? Au travers de Palermo Viejo, ce sont les transformations récentes de Buenos Aires et de la société argentine qui sont interrogées.

Les évolutions des représentations et des usages et de Palermo Viejo

Palermo, une représentation exceptionnellement nette dans l’imaginaire porteño

2Le développement de Palermo Viejo n’est pas distinct en lui-même de celui de beaucoup d’autres secteurs péricentraux de Buenos Aires. Au début du xixe siècle, Palermo n’est encore qu’une zone rurale parmi d’autres, éloignée de la ville, située autour de l’église de San Benito de Palermo, et faisant partie d’une grande propriété de plus de 500 manzanas* appartenant au gouverneur Juan Manuel Rosas. La chute politique de Rosas, en 1852, après la bataille de Caseros, marque le début du démantèlement de sa propriété sur laquelle le président argentin Sarmiento fait en partie construire à partir de 1872 le parc de 3 de Febrero : de façon symbolique, « la ville absolutiste » de Rosas fait place à une ville aux aspirations égalitaires, symbolisées par un parc urbain, lieu d’une nouvelle sociabilité [Gorelik, 1998]. Peu avant, en 1871, le Nord de Buenos Aires connaît un premier changement important : pour fuir une épidémie de fièvre jaune, les classes aisées quittent les quartiers du Sud proches du port et viennent s’installer plus au Nord, sur les hauteurs, autour de l’église Nuestra Sra del Pilar et du cimetière de Recoleta.

3Mais c’est la transformation de Buenos Aires en capitale fédérale, en 1880, qui marque l’étape réellement décisive pour l’évolution de la ville et du péricentre avec le début d’une phase de croissance démographique et spatiale exceptionnellement rapide : entre 1869 et 1914 la population est multipliée par plus de huit, passant de 187 000 à 1,5 million d’habitants, pour doubler à nouveau entre 1914 et 1947. Dans le même temps la trame urbaine initiale en damier s’étend et déborde même largement les limites administratives fixées à la ville-centre en 1880. C’est ainsi que, progressivement, les restes de la propriété de Rosas sont lotis. En 1885, l’entreprise Moreno Moscon y Cia y construit autour d’une place – appelée alors place Alvear et aujourd’hui Cortázar – une cité ouvrière composée de manzanas* dont le centre est coupé en deux par une petite ruelle, trait tout à fait inhabituel à Buenos Aires, qui fait encore aujourd’hui l’une des caractéristiques de Palermo Viejo. Une autre zone voisine est lotie sous le nom de « collines d’Amérique du Sud », car les rues nouvelles prennent toutes des noms de pays du continent. Peu à peu le quartier se remplit et prend la forme qu’il conserve tant bien que mal jusqu’au début des années 1980.

4Mais les immigrants qui s’installent n’arrivent pas les mains vides. Ils viennent avec une culture populaire de leur pays d’origine, et introduisent dans leurs zones d’implantation au moins deux éléments essentiels qui marquent la physionomie des barrios* : un modèle de maison – la casa chorizo* – et l’habitude d’une vie en communauté qui a donné aux barrios* leur caractère bien distinct, sorte de prolongation de la vie perdue du village d’origine. Il se crée ainsi dans la zone péricentrale un ensemble relativement homogène de petites maisons basses d’un ou deux étages, articulées autour de noyaux locaux qui revêtent rapidement des identités bien définies les unes par rapport aux autres.

5À Palermo, différents groupes d’immigrés (Italiens, Juifs, Arméniens, Arabes du Moyen-Orient) investissent la zone nouvelle. Ils partagent à peu près les mêmes caractéristiques sociales : ce sont de petits employés et ouvriers, qui s’attachent très fortement – comme ailleurs dans la ville – à cette sociabilité de voisinage et de trottoir, marque de la culture locale. Pour eux, le barrio*, lié à leur histoire familiale, représente un rêve de progrès social, la possibilité d’intégration dans la société argentine par le biais notamment de la maison individuelle souvent autoconstruite.

Les changements des dernières décennies

6Des changements importants ont lieu à Buenos Aires et dans le quartier de Palermo à la fin des années 1960, et se poursuivent sous la dictature. En 1972, le découpage de la ville en barrios* est formellement adopté. Quarante-sept quartiers sont ainsi créés, parmi lesquels Palermo forme l’ensemble le plus vaste et le plus peuplé, regroupant des zones très disparates : une partie très résidentielle (Palermo Chico), un ensemble d’aires récréatives (Bosque de Palermo, Zoológico, Jardin Botánico, Hippódromo…) et un ensemble d’habitat populaire à l’origine dont le cœur forme aujourd’hui Palermo Viejo, sans qu’il existe de délimitations officielles de toutes ces zones.

7Au début des années 1970, Buenos Aires est marquée par une volonté forte de contrôle des évolutions urbaines (création du Código de Planeamiento Urbano* ou CPU en 1977) et par de grandes interventions publiques (programmes d’autoroutes urbaines de l’intendant Cacciatore sur un modèle d’urbanisme fonctionnel inspiré des idées de Le Corbusier). La libéralisation de l’économie, première étape dans la délocalisation industrielle et la désindustrialisation, se traduit dans la ville par un début de décadence urbaine notamment dans la partie Sud.

8Au même moment – à partir de la fin des années 1970 – le « quartier » reprend de la valeur comme lieu d’expression alternative d’un semblant de démocratie, comme lieu d’une sociabilité locale. La recherche d’endroits nouveaux, éloignés du contexte politique de la dictature, pousse un groupe de « pionniers » composés de jeunes artistes et intellectuels – fils de bonnes familles – à rompre avec leurs quartiers d’origine et à venir s’installer dans le centre de Palermo où l’immobilier bénéficie de prix très bas et d’une bonne qualité de bâti. Dans cette zone – que l’on prend l’habitude de désigner à la fin des années 1970 du nom de « Palermo Viejo » – est organisé peu à peu un ensemble de manifestations populaires dont la renommée grandit vite et dont le but semble être de faire revivre une culture locale. La réalisation colorée du bar El Taller est emblématique de la rupture voulue avec la « ville blanche », propre et lisse de la dictature. Finalement, le résultat de cette première vague est une amorce de gentrification avec une réhabilitation diffuse de maisons anciennes, et l’installation d’une nouvelle population socialement très différente mais encore très minoritaire : dans l’ensemble, le quartier n’a encore subi que peu de transformations physiques et sociales [Silvestri et Gorelik, 2000].

  • 2 Palermo compte 263 410 habitants en 1991, et 235 900 en 2001, soit une diminution de 10 % [source (...)

9C’est le début des années 1990 qui marque le véritable tournant dans l’histoire de la ville et du pays : celui de la libéralisation de l’économie voulue par le président Ménem, d’une ampleur beaucoup plus radicale que celle envisagée par la dictature. Le contexte est celui de la transformation totale du marché du travail – entraînant augmentation du chômage et précarisation –, de la diminution de l’intervention de l’État par la privatisation des services publics et leur dégradation progressive [Prévôt-Schapira, 2002 ;Torres, 2001]. Palermo traverse alors une période difficile. Selon les statistiques officielles de l’INDEC*, c’est un des quartiers de la capitale dont la population diminue le plus au cours des années 19902. Les quelques rares grandes emprises locales ferment progressivement, les emprises ferroviaires du Ferrocarril General San Martin – qui occupent près de 17 ha dans le centre de Palermo – ainsi que de nombreux entrepôts voisins sont progressivement abandonnés. C’est ainsi que ferme, en 1989, l’entrepôt GIOL, converti par la suite en squat géant jusqu’à son délogement par la police en 1994. La paupérisation d’une partie de la population de Buenos Aires, et l’abandon des projets d’autoroute urbaine – comme celui de la AU3 (Autoroute Urbaine n° 3) – entraînent une forte augmentation des squats illégaux, notamment au Nord de Palermo où une partie de l’avenue Córdoba – qui avait été en partie préemptée pour l’opération – périclite rapidement.

10Les tensions du marché du travail favorisent l’initiative individuelle et incitent les particuliers à chercher une niche commerciale, dans une ville soumise à des logiques de privatisation « par morceaux » [Prévôt-Schapira, 2002]. Ainsi la place Cortázar et ses alentours – rendez-vous d’artistes et d’intellectuels, qui connaît une renommée croissante grâce aux manifestations populaires qui y sont organisées – commence à apparaître comme une zone d’opportunités. Des commerces s’ouvrent alors en nombre croissant à son alentour, se spécialisant dans la restauration, les meubles design et les vêtements de mode. Pour beaucoup, le quartier apparaît comme une alternative à l’urbanisme de shopping qui se développe dans la ville.

  • 3 La définition de cette « classe moyenne » n’est pas aisée en soi ; elle est d’ailleurs loin d’être (...)

11Paradoxalement, la crise de 2001 n’a pas modifié cette dynamique. Au contraire, malgré quelques ralentissements, le quartier poursuit sa croissance alors que le reste de l’Argentine périclite [Alvarez de Celis, 2003]. Avec la crise, Palermo Viejo représente une façon – pour une classe moyenne « supérieure »3 qui a pu sauver son patrimoine – d’échapper à la réalité économique : voyager à New York ou à Londres, consommer des produits de marque devenant tout à coup plus difficile, Palermo Viejo donne la possibilité de poursuivre sur place le rêve ménémiste de consommation, en se tournant vers des produits pour la plupart de fabrication locale. Parallèlement la crise unit à Palermo Viejo – comme dans d’autres quartiers de la ville – une partie de la population locale : des associations de voisinage se créent, organisent des marches et des cacerolazos*. Il en reste une structure associative forte qui a pris l’habitude de dialoguer avec la municipalité.

12Mais si 1990 est une rupture majeure pour l’Argentine, c’est la reprise effective depuis 2003 qui est un moment déterminant de l’évolution de Palermo Viejo, et qui montre à quel point cette zone peut être sensible à la fois aux évolutions locales et internationales. En effet, si la mondialisation a fait son entrée dans le quartier depuis longtemps par l’intermédiaire d’une culture et de produits internationaux, Palermo avait été jusque-là davantage le lieu de la petite entreprise souvent familiale et de l’initiative privée. Avec la reprise, l’arrivée de capitaux massifs tend à transformer Palermo en quartier d’investissement avec un impact plus fort que toutes les évolutions passées. Du coup, l’intérêt du quartier pour les opérations immobilières s’en est trouvé renouvelé et de grands projets ont commencé à apparaître, notamment le long de l’avenue J. B. Justo. Parallèlement, de grandes marques internationales comme Nike, Adidas ou nationales comme Agarrate Catalina ont investi le quartier et ouvert des succursales. À cette « massification » de l’offre de produits et de biens immobiliers répond une massification de la demande avec une fréquentation toujours plus grande des événements locaux et des commerces de la zone.

Palermo Viejo : nouveau downtown porteño

13Palermo peut apparaître aujourd’hui comme le produit d’une construction par une certaine classe moyenne portègne désireuse de se donner un downtown semblable à celui d’autres grandes villes.

14À Buenos Aires, avant les années 1990 il n’existait pas de quartier « à la mode », caractérisé par une forte concentration de lieux de consommation et de distraction qui correspondent au goût de ce groupe : le quartier résidentiel Recoleta était alors davantage l’apanage de la classe supérieure. À partir de cette époque, plusieurs quartiers ont connu successivement les faveurs du public : Puerto Madero, sur l’emplacement de l’ancien port et de ses docks, le quartier de Las Cañitas, ou celui de San Telmo dans la zone historique. Mais San Telmo s’est orienté davantage vers le tourisme international, Las Cañitas a souffert de son exiguïté ; quant à Puerto Madero, la zone s’est orientée rapidement vers les « yuppies ». Palermo Viejo est venu combler un manque : il s’impose d’emblée comme étant à l’image des autres lieux à la mode des grandes capitales internationales, comme le reflet d’une nouvelle relation à la ville de cette classe moyenne « supérieure » où transparaît le désir d’appartenir au « Premier Monde », celui qui consomme, voyage et où l’on trouve justement de tels quartiers péricentraux, jeunes et « branchés ».

15Palermo Viejo répond également au besoin de ce groupe de se construire en se différenciant, notamment par le biais de la consommation, et d’une consommation essentiellement symbolique [Wortman, 2004]. Il s’inscrit comme un espace de liberté retrouvée dans la ville : mais c’est la liberté du consommateur plus que du citoyen, celle de circuler afin de consommer librement. L’affirmation de l’individualité, du particularisme se fait par l’acte individuel du consommateur au détriment de l’esprit collectif qui pouvait exister autrefois. Pour cette population nouvelle relativement aisée, « habiter Palermo » est devenu un facteur de distinction sociale, qui fait partie de l’identité revendiquée. Il est le reflet d’un mouvement global de repli sur soi qui trouve une traduction dans la recherche du sentiment d’exclusivité, de luxe, de sophistication et par un travestissement de la réalité par le prisme de l’esthétique [Vivant, non daté].

Changement de paradigmes

16Ainsi les années 1990 ont-elles vu une transformation profonde des représentations de Palermo Viejo, qui correspond aussi à une transformation radicale de son image.

  • 4 Jorge Luís Borges dans son poème Fundación mítica de Buenos Aires place le lieu « mythique » de la (...)

17Les pionniers des années 1970-1980 ont construit un ensemble de représentations particulières de Palermo Viejo, dont la relative relégation jusqu’à la fin des années soixante-dix avait permis de préserver certains caractères traditionnels. Par leurs actions, Palermo Viejo a peu à peu incarné une partie de « l’âme perdue » de l’ancien Buenos Aires, celle qui avait sombré dans les transformations du début du xxe siècle et à laquelle une partie de la population restait encore – sentimentalement du moins – fortement attachée. Dans cette mythologie entretenue, largement idéalisée et probablement très éloignée de toute réalité4, on peut distinguer trois facettes principales. Tout d’abord, le Palermo convivial et populaire, symbole du péricentre d’autrefois, et dont les caractéristiques sont décrites par les habitants interviewés par Ariel Gravano par les mots de « solidarité », « enracinement », « relation », « bonté », « pauvreté », « famille », « ouvrier » [Gravano, 2003]. Parallèlement on trouve également un Palermo des « mauvais garçons » et du tango, associé à l’image sulfureuse de quelques lieux mal fréquentés à la fin du xixe siècle et au début du xxe, image chantée dans quelques tangos célèbres, cette musique née dans les faubourgs et les bordels. Enfin existe le Palermo des artistes et des écrivains, nombreux à avoir habité cette zone – parmi lesquels Evaristo Carriego, Jorge Luis Borgès et Julio Cortázar – et à avoir contribué à créer à Palermo la légende multiple du quartier.

18Cette image idéalisée d’un quartier préservant des valeurs passées s’est trouvée bouleversée par la commercialisation croissante des années 1990, et sa transformation en lieu de mouvements, de distraction, de modernité affirmée, de nouveautés… L’apparition à partir du début des années 1990 d’un nouveau pôle média – de l’autre côté de l’avenue J. B. Justo –, autour d’une zone qui prend rapidement le nom de Palermo Hollywood, renforce ce bouleversement des représentations. Autour de chaînes de télévision et de radio, les restaurants et les bars s’ouvrent en rangs serrés alors que les terrasses accueillent les curieux cherchant à croiser les vedettes du moment.

19Palermo Viejo devient ainsi l’exemple d’un retournement à la fois dans les références identitaires du local et dans les mentalités nationales, symbole d’un positionnement ambigu entre passé et modernité, entre Europe et Amérique. Ces changements nous amènent à essayer de comprendre comment ils ont été produits.

Le processus de transformations des représentations

Le rôle des médias

20L’image nouvelle de Palermo n’est pas une construction voulue, dans la mesure où – contrairement à Lille ou Nantes – il ne s’agit pas d’une action réfléchie pour faire évoluer cette image vers une direction déterminée à l’avance [Rosemberg, 2000]. Ici, dans le cadre d’une économie dominée par le modèle libéral, les changements de représentations semblent avoir été laissés à l’arbitraire d’un ensemble d’acteurs privés et publics qui ont orchestré, sans plan préalable et sans concertation, les évolutions du « marketing urbain » du quartier. Les médias ont cependant joué ici un rôle de premier plan.

  • 5 Hoy y mañana (2003) de Chomski, retrace les désillusions d’une fille de la classe moyenne de Paler (...)

21Le quartier de Palermo Viejo possède en effet une couverture médiatique impressionnante : journaux locaux, sites internet de quartier et sites de nombreux commerces, radios de quartier, cartes des commerces par catégories proposés par divers organismes, etc. Le quartier est devenu le lieu de tournage de plusieurs séries télévisées grand public ; au cinéma, deux films récents l’ont même pris comme décor5. À cela il faut ajouter la couverture très régulière de tous les événements des quartiers péricentraux par les grands journaux nationaux comme Clarín, La Nación ou Página 12.

  • 6 Relevé non exhaustif effectué dans Clarín et La Nacíón depuis 2000, traduction personnelle.

22Mais depuis le milieu des années 1980, avec l’apparition d’une vie culturelle locale, la presse s’est mise à parler du « phénomène » Palermo Viejo en termes récurrents et similaires soulignant la contreculture (« cool », « avant-garde », « bohème », « joints », « recherche de l’extravagance », « mélange », « magie »), la mode et l’art (« design », « mode », « élégant », « production artistique », « nouveau », « sophistiqué », « décoration moderne », « fashion », « défilés », « artisanal », « refuge pour l’art », « mode exclusive »), l’animation (« zone très fréquentée », « lieu plein », « événement multiculturel », « environnement attractif », « movida », « fête », « vie nocturne »)6. Palermo a été présenté dans la presse en termes hyperlatifs, dans un jeu de références croisées avec les autres médias qui a contribué à favoriser l’apparition de stéréotypes : une information sur un commerce publié par Clarín s’est retrouvé dans La Nación, puis sur le site internet du quartier, puis sur une page internet spécialisée, voire dans un guide d’achat, etc. Ces mêmes stéréotypes ont été repris à leur tour dans des revues spécialisées, voire même par de grands journaux internationaux publiant régulièrement les meilleures adresses où passer les prochaines vacances, donnant une « visibilité » encore plus grande au quartier au prix d’une certaine artificialisation de sa description. On y présente dans des termes analogues une succession de photos de bars et de restaurants aux intérieurs extrêmement soignés, quelques maisons traditionnelles, quelques scènes de festivités nocturnes. La représentation qui en ressort est celle d’une zone où l’esthétique, la recherche du luxe, de la qualité et de l’exclusivité sont mises en avant, où la fête est permanente, où les jeunes viennent en nombre, où la modernité se pare élégamment de quelques attributs de la tradition. Ces articles de presse ont contribué à construire l’attractivité nationale et internationale de Buenos Aires afin de se positionner sur « un marché des villes » grâce à quelques images simples [Rosemberg, 2000], quelques lieux symboles fortement médiatiques et médiatisés, au détriment d’une image plus complexe, s’appuyant sur celles des quartiers, qui est écartée ou rappelée très succinctement en arrière-plan.

Les autres acteurs des transformations des représentations

23En dehors des médias, d’autres acteurs ont contribué à faire évoluer les représentations de Palermo Viejo.

24Venant de l’hypercentre, Palermo Viejo a pu apparaître comme un espace « hors publicité » car les affichages publics y sont encore très rares. Pourtant l’action des commerçants sur l’image du quartier n’a pas été négligeable et peut se ressentir à plusieurs niveaux car en démultipliant l’offre en commerce, en modifiant façades et maisons traditionnelles, ils ont changé de fait l’image du quartier. Les associations de quartier, nombreuses à Palermo Viejo, ont eu – elles aussi – une action plus forte par moments. Elles se sont fait connaître par leur dynamisme dans les années 1990 et dans la période qui a suivi l’effondrement de décembre 2001, avec notamment la création à partir de septembre 2002 d’une Foire artisanale sur la place Cortazar, dont le succès depuis n’a fait que croître. Elles ont contribué à donner une image plus participative de Palermo ; encore faut-il la nuancer par le fait que des actions similaires ont eu lieu un peu partout à Buenos Aires, le mécontentement ayant fait descendre les habitants dans les rues, et fait gonfler les effectifs des associations qui ont alors joué un rôle important dans la solidarité locale. Avec la reprise de 2003, elles ont vu le nombre de leurs adhérents diminuer fortement. La SoFoPaVi*, association déjà ancienne, reste pourtant un pilier du milieu associatif local ; son site internet et son action auprès de la Municipalité lui confèrent encore une visibilité certaine dans le quartier. L’action originale de La Cooperativa El Ceibo – qui fait prendre en charge par d’anciens chômeurs le tri sélectif des ordures sur une partie du quartier – a été également largement médiatisée. Les autres associations ont aujourd’hui une visibilité moindre. Mais, si leur niveau d’action est en baisse, elles restent présentes : ainsi à la fin 2006, un collectif, parti du quartier de Caballito et protestant contre les excès des constructeurs immobiliers, a réussi à obtenir le gel pour 90 jours de la construction de tours dans six quartiers de la ville – dont celui de Palermo – où une demi-douzaine de projets sont prévus ou en construction, et à poser la question de l’emprise de l’immobilier dans les quartiers traditionnels.

25De nombreux artistes, galeristes, architectes et designers sont venus s’installer à Palermo pour y trouver un lieu de création propice et pour y vendre leurs productions. Celles-ci conservent une grande visibilité grâce à la répercussion très régulière qu’en font les médias locaux et les nombreux sites internet. Forment-ils la « classe créative » décrite par Richard Florida ? Bien que ce concept soit discuté, ce public – par son impact sur la presse locale – contribue à donner à Palermo Viejo l’image d’un quartier jeune et innovant, à la pointe des transformations de la société [Florida, 2002]. Ils sont certainement unis par une représentation semblable de Palermo Viejo comme lieu de créativité, même si on peut se poser la question de leur degré de créativité propre, car les productions donnent souvent l’impression d’un certain déjà vu et présentent des produits déjà largement acceptés par le marché international.

  • 7 Communiqué de l’ONABE du 23/11/2005 [Organismo Nacional de Administración de Bienes, dépendant du (...)

26Autre acteur déterminant, la municipalité qui a également joué un rôle-clé dans les transformations des représentations de Palermo en créant le cadre du changement et en l’accompagnant. Son action ne semble pourtant pas répondre non plus à un plan prédéfini de développement et paraît davantage suivre les évolutions que les anticiper. Elle a pourtant contribué à dynamiser le quartier économiquement en agissant dans plusieurs directions. Le mouvement de commercialisation des années 1990 a ainsi été encouragé alors qu’on essayait en même temps de préserver a minima les caractéristiques urbanistiques de Palermo Viejo. Ainsi le Código de Planeamiento Urbano* ou CPU* semble protéger – partiellement du moins – quelques portions centrales de la zone des appétits immobiliers mais c’est aussi ce même CPU* qui permet aujourd’hui de construire en hauteur en favorisant les grandes opérations immobilières sur certaines parcelles. Le dynamisme de l’activité commerciale et créatrice locale a été encouragée avec la création d’un espace spécifique d’exposition jeunes créateurs, en périphérie de Palermo Viejo (Centro Metropolitano de Diseño del Dorrego). Un ensemble d’événements culturels a été organisé utilisant le nom de Palermo – certains existant depuis très longtemps, d’autres créés plus récemment – dans les grands centres d’exposition proche de la Plazza Italia. Plus concrètement, la Municipalité a œuvré pour rendre le quartier plus sûr en transférant les travestis de la rue Godoy Cruz vers une autre zone de Palermo plus éloignée des activités commerciales en développement. L’éclairage et le pavage des rues ont été améliorés par endroit, la Guardia urbana a été utilisée à plusieurs reprises pour assurer la sécurité des Foires artisanales organisées le dimanche dans le cœur de Palermo Viejo. L’environnement a été un peu embelli par la couverture verte et l’accessibilité du quartier a été facilitée par le dédoublement de lignes de bus. Enfin la municipalité est en compétition avec les associations locales et l’État pour le développement futur de Palermo Viejo, notamment par la mise en valeur des emprises ferroviaires désaffectées7. Toutes ces actions sont largement médiatisées par la Municipalité sur son site internet, dans les médias d’informations locaux et nationaux. Elles contribuent à associer le nom de Palermo Viejo à un dynamisme local, à des formes de création, de divertissement et de consommation propre qui tendent à prendre une place prépondérante dans les représentations nouvelles de la zone.

Doc. 1 : évolution du prix du sol entre 2001 et 2004, comparaison entre la ville de Buenos Aires et Palermo

Doc. 1 : évolution du prix du sol entre 2001 et 2004, comparaison entre la ville de Buenos Aires et Palermo

© Serge Schwartzmann.

Doc. 2 : publicité devant le chantier de la tour Cardon au n° 2346, rue Thames (Churda-Friedman dév.)

Doc. 2 : publicité devant le chantier de la tour Cardon au n° 2346, rue Thames (Churda-Friedman dév.)

© Serge Schwartzmann.

27Mais l’acteur-clé des modifications récentes de l’image du quartier semble bien être le secteur immobilier. L’attractivité de Palermo Viejo a augmenté avec la crise de décembre 2001. En effet, la crise a fait dans un premier temps chuter les prix de l’immobilier, mais le dynamisme de la zone et la faiblesse de l’offre ont rapidement fait remonter les prix qui ont rattrapé et même dépassé en deux ans leur valeur de 2001 (voir doc. 1). La hausse des prix de l’immobilier et la modification significative de l’offre ont fait que la zone s’est trouvée rapidement intégrée dans le marché immobilier du « corridor nord » de Buenos Aires, regroupant – de Retiro à Nuñez – les quartiers les plus chers et les plus résidentiels de la ville. Les perspectives de plus-values étant intéressantes, des opérations de plus grande ampleur ont commencé à voir le jour. Le marché a alors réinterprété commercialement les évolutions survenues dans le quartier : le passé populaire, la présence d’artistes, le dynamisme commercial, tout est devenu argument de vente.

28Une communication particulière est apparue, par le biais de journaux spécialisés, d’affichages publicitaires, de brochures de prestige ou d’officines de vente, vantant – sans soucis de contradiction – la « tradition » et le modernisme, le calme et le dynamisme, et présentant l’image d’un quartier idéalisé d’une nouvelle façon dans laquelle les anciens habitants ont du mal à se reconnaître (voir doc. 2). Bien plus, le nom même de « Palermo » tend à fonctionner aujourd’hui comme une marque, déclinée en un nombre toujours croissant de versions, servant à désigner les zones voisines de Palermo Viejo où les développeurs immobiliers rêvent d’étendre la même dynamique (voir doc. 3).

Doc. 3 : carte non exhaustive de différents « Palermo »

Doc. 3 : carte non exhaustive de différents « Palermo »

Source : Clarín, 23/08/2007.

29Ces changements ont une traduction économique, sociale et urbanistique forte sur le quartier.

Redynamisation urbaine à Palermo Viejo

Les transformations socioéconomiques

30La hausse des prix du marché immobilier sur Palermo Viejo a conduit à l’éviction des plus fragiles et à une reprise de la gentrification partielle commencée dans les années quatre-vingt [Smith, 1999]. La forte hausse des prix de l’immobilier depuis 2003 a exercé une pression accrue sur les foyers aux revenus les plus modestes. On note ainsi – dans le Centre de Palermo Viejo – de nombreux cas de transformation de livings ou de garages privés en commerces. Les propriétaires de maisons basses sont des cibles de choix : ceux-ci peuvent en effet facilement espérer acheter un terrain confortable hors du centre-ville avec le prix de la vente ; de son côté le promoteur peut espérer un retour rapide sur investissement en construisant sur plusieurs niveaux. La municipalité est venue renforcer cette tendance par un programme d’aide à l’auto-construction visant à éliminer progressivement les derniers squats qui ont pu subsister jusqu’alors.

31Les nouveaux habitants, quant à eux, ne ressemblent en rien à ceux qui s’en vont : ils appartiennent majoritairement à une certaine élite jeune, créative, disposant de revenus supérieurs à la moyenne des Argentins. Ils viennent s’installer le plus souvent en couple avec leurs enfants pour profiter pleinement des avantages du quartier. On note aussi la présence d’étrangers – beaucoup plus nombreux à Palermo Viejo – qui ont profité de la chute des prix après la crise de 2001 pour investir dans le quartier. Ce phénomène conduit à une redensification sélective, qui tend à inscrire progressivement Palermo Viejo dans la continuité sociale du quartier de Palermo Nuevo, zone très résidentielle de tours, située de l’autre côté de l’avenue Santa Fé [Szajnberg et Cordara, 2005].

  • 8 CEDEM (2002), Informe sobre la actividad comercial y de servicios de Palermo Viejo. Voir aussi Alv (...)
  • 9 La situation a notablement évolué depuis la rédaction de cet article avec la création ou le lancem (...)

32Si l’activité économique de la zone est difficile à évaluer exactement, il est cependant évident que le quartier est sorti depuis le début des années 1990 de décennies de léthargie économique. Dans un rapport de 2002, le CEDEM* montre que le nombre de locaux commerciaux a augmenté de 64 % entre 1993 et 2002 pour atteindre 1243, avec une très forte augmentation des commerces (+54,7 %) et des services (+99,2 %)8. Les relevés attestent d’une tendance à la spécialisation par zones : mode et articles de décoration autour de la place Cortázar, gastronomie et bars autour des studios de télévision de Palermo Hollywood. Zone de consommation parmi les plus dynamiques de Buenos Aires, Palermo Viejo n’est pourtant pas encore un quartier culturel complet puisqu’on n’y compte aucun grand établissement de culture, ni théâtre, ni cinéma, ni musée…). De même, c’est un quartier touristique sans réelles installations touristiques : pas de grands hôtels à part quelques pensions, pas de galeries commerciales [Scott et Lariche, 2005]9. Le quartier semble se spécialiser dans la consommation, et le divertissement à une échelle de plus en plus importante si bien que la massification progressive des produits proposés (immobiliers ou mobiliers) pourrait aller à l’encontre des représentations cultivées jusque-là de « quartier préservé » proposant des produits exclusifs et de haute qualité.

Les modifications des pratiques urbaines

33Il ressort d’une série d’interviews réalisées auprès d’habitants du quartier que l’une des motivations essentielles pour venir vivre à Palermo Viejo – en dehors de son dynamisme – a été, durant les années 19801990, sa proximité avec le centre, c’est-à-dire de l’hypercentre économique de Buenos Aires situé entre le fleuve et l’avenue 9 de Julio. À Buenos Aires, cette idée de « retour au centre » est nuancée par le fait que l’hypercentre n’a jamais été totalement abandonné [Bidou-Zachariasen, 2003 ; Torres, 2001]. De plus il s’agit moins d’un retour au centre que de l’élargissement d’un centre encombré et pollué vers une centralité nouvelle, un « retour » qui apparaît souvent comme une alternative heureuse à un achat dans un country-club* de périphérie. Aujourd’hui cette idée doit être mise en relief au regard des nouveaux programmes immobiliers de standing qui proposent un modèle de convivialité urbaine basé sur l’« entre-soi » des countries* périphériques assurant sécurité et services divers, mais avec la proximité du centre en plus. Néanmoins le discours apparent d’ouverture des publicités cache mal le fait que le mélange social se fait peu et qu’il n’y a pas de volonté de mixité. Ces projets immobiliers font évoluer le statut de Palermo Viejo qui devient une zone réservée et excluante pour une partie de ses habitants à faible revenu et pour les habitants des quartiers populaires de la ville.

34Parallèlement, la zone offre des visions antagonistes de l’urbanité. D’un côté existe le rêve d’une urbanité fonctionnant à une échelle plus réduite, à un rythme plus lent, permettant de redécouvrir la marche, la proximité, le déplacement en ville sans la voiture, une urbanité où le lien social prend encore toute sa signification dans un contexte local. D’un autre côté, le dynamisme de la zone comme lieu de divertissement a entraîné – sur certains axes et à certains moments de la journée ou de la semaine – une massification des flux modifiant son fonctionnement propre. Palermo Viejo est devenu de plus en plus un lieu de transit : promenade pour touristes du dimanche, lieu de passage obligé pour touristes étrangers, lieu de distraction nocturne pour jeunes, quartier où passer une soirée agréable pour les individus plutôt aisés, lieu de travail pour les employés des commerces alentour ou pour les travailleurs informels. On vient de l’extérieur pour passer quelques heures, quelques jours tout au plus pour les touristes résidant sur place, puis on repart. Le mode d’utilisation du quartier s’en ressent fortement. La fluidité et les déplacements sont privilégiés : on passe facilement d’un lieu à un autre dans une même soirée ou une même nuit. Du coup le quartier paraît, par moments, fonctionner en « archipel », où certains lieux très fréquentés sont unis par une même pratique ou une même clientèle alors que le reste du quartier est totalement ignoré. Dans cette conception de l’urbain, les rapports sociaux ne semblent plus dictés par la proximité : Palermo Viejo devient un lieu de rencontre pour personnes venant d’endroits très divers de la ville ou de l’extérieur.

35Enfin les espaces publics évoluent vers un accroissement de leur emploi privatif, sans pouvoir parler de privatisation réelle. Ainsi la Foire artisanale du dimanche de la place Cortázar s’étend sur les rues adjacentes, et prend un caractère quasi-permanent par endroits, les bars et les restaurants ouvrent des terrasses sur les trottoirs. Le phénomène reste encore limité mais prend de l’ampleur chaque année.

Les transformations du bâti

36Le bâti de Palermo Viejo a subi des pressions importantes de la part du marché immobilier ; ces transformations ont été rapides et violentes, et se sont accélérées ces dernières années en prenant des formes très diverses que l’on peut diviser en réhabilitation, restructuration et rénovation totale.

37La réhabilitation a été surtout le fait des pionniers des années 1980-1990 venus s’installer à Palermo Viejo pour y bénéficier de l’avantage de position de quartier péricentral, bénéficiant en plus d’un cadre relativement préservé, plutôt calme et vert. Ils ont cherché à s’intégrer le mieux possible dans l’environnement du quartier, en rachetant de vieilles casas-chorizo* en raison de la qualité architecturale de ces édifices ainsi que par attachement à une certaine idée de la culture traditionnelle des quartiers de Buenos Aires. Ces édifices ont été en général réhabilités, modernisés tout en préservant leur structure externe.

38La restructuration est le fait d’une population aux motivations variées, souvent arrivées plus récemment. Elle s’est faite en conservant une partie du bâti ancien un élément de façade ou un élément du bâti précédant qui sert souvent de faire-valoir culturel au nouvel édifice ou au commerce qui s’y installe. De nombreux commerces de Palermo Viejo peuvent ainsi se prévaloir d’un « morceau » de culture ancienne préservé en façade ou à l’intérieur (voir doc. 4a et 4b) alors que l’essentiel du bâti ancien a été modifié.

39Cependant, aujourd’hui, c’est la rénovation après démolition qui semble le mode d’intervention le plus usité. Déjà, dans les années 1980 et 1990 le quartier a offert à des artistes, des architectes mais aussi à des particuliers la possibilité d’y faire construire, après démolition, leur « maison idéale ». On trouve de nombreux exemples de ce genre, qui reprend une tradition individualiste très répandue à Buenos Aires grâce à une réglementation en matière d’occupation des sols (Código de Planeamiento Urbano*) peu contraignant en matière d’intégration visuelle et esthétique des nouvelles constructions. Cette tendance s’est accélérée ces dernières années sous la pression immobilière avec le lancement d’opérations sur des parcelles de plus en plus grandes, et culmine dans celles en cours sur l’axe de l’avenue J. B. Justo où un ensemble de tours de plus de vingt étages en construction. Ici la continuité avec le bâti existant a été totalement rompue.

Doc. 4a et 4b : un exemple de restructuration de façade. Angle des rues Malabia et Nicaragua. 1re photo : août 2004, 2e photo : août 2005

Doc. 4a et 4b : un exemple de restructuration de façade. Angle des rues Malabia et Nicaragua. 1re photo : août 2004, 2e photo : août 2005

© Serge Schwartzmann.

Conclusion : transformations urbaines et développement durable

40Si on considère que le développement durable urbain doit arriver à combiner les trois aspects fondamentaux découlant de la conférence de Rio de 1992 (développement économique, protection de l’environnement, développement social et humain), on peut s’interroger sur la durabilité des phénomènes à l’œuvre à Palermo Viejo. D’un côté la redynamisation du quartier est incontestablement un progrès : la valeur des biens immobiliers s’est accrue, les commerces et les services se sont très fortement développés. Ces évolutions s’inscrivent dans le temps long par l’ampleur des transformations urbaines réalisées, qui ont modifié pour longtemps Palermo Viejo dans sa forme et dans sa composition sociale, structurant le quartier autour de plusieurs pôles à la spécialisation avancée (restauration et mode autour de la place Cortázar, restauration autour des entreprises de communication dans Palermo Hollywood, design au Nord de Palermo Viejo).

41D’un autre côté cette redynamisation peut également inquiéter. Le développement économique est loin d’être totalement stabilisé dans un contexte national encore fragile et fortement volatile. C’est la tendance à considérer le quartier comme un lieu d’opportunité qui peut à terme poser problème en déplaçant les logiques en cours vers d’autres zones plus favorables. On voit ainsi déjà apparaître des quartiers concurrents sur certains segments : San Telmo pour les vêtements de mode, Villa Crespo ou Caballito pour l’immobilier. De plus l’accélération de la pression immobilière si elle se poursuit pourrait faire disparaître totalement les représentations anciennes de Palermo Viejo comme « quartier traditionnel » de « petites maisons basses », porteur d’un patrimoine culturel propre.

42Mais c’est l’aspect social et humain qui semble correspondre le moins à un développement durable urbain, tout d’abord parce que les populations locales ont été peu associées aux décisions qui ont marqué le quartier. Malgré un investissement associatif fort ces actions n’ont réussi qu’à la marge à infléchir les décisions des acteurs les plus influents qui sont soumis à des logiques où la part du local devient de plus en plus réduite. Par ailleurs on peut s’interroger sur les effets de ces transformations sur la mixité sociale du quartier. Là aussi le plus grand éventail social que semble aujourd’hui connaître Palermo Viejo – allant des catégories les plus précaires comme les cartoneros* ou les traperos* jusqu’aux couches plus aisées des classes moyennes « supérieures » – correspond plus à une juxtaposition de groupes sociaux très séparés qu’à une véritable mixité. On peut même y voir une forme plus fine de fragmentation urbaine, où l’exclusion se lit désormais à l’intérieur d’une même zone, d’un immeuble à l’autre, entre habitants pouvant participer à l’activité locale et ceux qui en sont exclus par leur revenu. Le développement semble ici incompatible avec une certaine forme de vie sociale de quartier, elle-même par ailleurs déjà fortement en régression dans sa forme traditionnelle.

43Finalement Palermo Viejo apparaît comme emblématique d’une problématique non résolue des centres-villes où est recherché un équilibre entre redynamisation économique et préservation du patrimoine culturel, humain et social.

Lexique et abréviations

44Barrio : terme désignant à la fois une division administrative de Buenos Aires depuis les lois municipales de 1968 et 1972 qui ont créé 46 quartiers (Lois B. M. 13.336 de 1968 et Ordenanza 26.607 de 1972) et une division du péricentre en « zones » autodéfinies par les habitants et porteuses de valeurs identitaires fortes.

45Cacerolazos : manifestation des « casseroles » après la crise financière de décembre 2001, quand les Argentins mécontents sont descendus dans la rue pour faire « entendre » leur colère.

46Cartonero : personne vivant de la collecte et de la revente de certains résidus urbains (cartons, plastiques…).

47Casachorizo : « maison-saucisse », terme utilisé pour désigner les maisons typiques de un ou deux étages construites dans les quartiers péricentraux de 1880 et jusque dans l’avant-guerre. Leur plan est celui d’une villa romaine à patios successifs, mais coupée en deux pour s’adapter à la taille longitudinale des parcelles de la ville, d’où leur nom de « maison-saucisse ».

48Código de Planeamiento Urbano (CPU) : Code de Planification urbaine, c’est l’équivalent du Plan d’Occupation des Sols français.

49Country club ou country : résidence fermée (anglais : gated community), ensemble loti et fermé de résidences individuelles de standing divers, situé le plus souvent en périphérie, offrant sécurité et un ensemble de services plus ou moins importants.

50Manzana : « pâté » de maison délimité dans la trame urbaine généralement régulière par un carré faisant en théorie cent mètres de côté.

51Trapero : personne proposant, contre une rétribution volontaire, une « aide » pour garer et surveiller sa voiture. Ils se font reconnaître dans la rue en agitant un chiffon (trapo).

52CEDEM : Centro de Estudios para el Desarrollo Económico Metropolitano (Centre d’Études pour le Développement Économique Métropolitain), institut dépendant du secrétariat de Développement Économique de la municipalité de Buenos Aires (Gobierno de la Ciudad de Buenos Aires)

53INDEC : Instituto Nacional de Estadísticas y Censos (Institut National de la Statistique et du Recensement), institut dépendant du Ministère de l’Économie.

54SoFoPaVi : Sociedad de Fomento de Palermo Viejo, association de voisins créée pour le développement local de Palermo Viejo.

Bibliographie

Bibliographie

Alvarez de Celis Fernando, « Transformaciones económico-territoriales en las áreas de Palermo Viejo y Palermo Hollywood », Cuaderno de trabajo, n° 5, CEDEM, Buenos Aires, 2003.

Bidou-Zachariasen Catherine, « Introduction », in Bidou-Zachariasen C. (Éd.), Retours en ville, Descartes & Cie, Paris, 2003, p. 944.

Florida Richard, The rise of the creative class : and how it’s transforming work, leisure, community and everyday life, Basic Books, New York, 2002.

Gorelik Adrián, La Grilla y el Parque. Espacio público y cultura urbana en Buenos Aires, 1887-1936, Buenos Aires, Universidad nacional de Quilmes, 1998.

Gravano Ariel, Antropología de lo barrial, editorial Espacio, Buenos Aires, 2003.

Levy Jacques, Lussault Michel (dir.), Dictionnaire de la Géographie, Belin, Paris, 2003.

Minujin Alberto, Anguita Eduardo, La clase media, seducida y abandonada, Edhasa, Buenos Aires, 2004.

Prévôt-Schapira Marie-France (2002a), « Buenos Aires en los años 90 : metropolización y desigualdades », Eure, Santiago, vol. 28, n° 85, p. 3150.

Rosemberg Muriel, Le marketing urbain en question, Anthropos, Paris, 2000.

Scott Allen J., Lariche F., « Les ressorts géographiques de l’économie culturelle : du local au mondial », Espace géographique, n° 3, 2005.

Silvestri Graciela, Gorelik Adrián, « Ciudad y cultura urbana, 1976-1999 : el fin de la expansión », in Romero José L. et Romero Luís A. Buenos Aires, historia de cuatro siglos, t. ii, Altamira, Buenos Aires, 2000.

Smith Neil, « À propos de yuppies et de logements : la gentrification sociale et le rêve urbain », Géographie, économie, société, vol. 1, n° 1, 1999, p. 157196.

Szajnberg Daniela, Cordara Christian, « La transformación de Palermo Nuevo, Pacífico y el eje de Juan B. Justo », Café de las ciudades, n° 35, 2005.

Torres Horacio A., « Cambios socio-territoriales en Buenos Aires durante la década de 1990 », Eure, Santiago, vol. 27, n° 80, 2001.

Tercco Mario L., « Buenos Aires en los 90 y otras consecuencias de la ciudad global : “Macdonaldización y disneylandificación”, en una entrevista a Zaida Muxí », Café de las ciudades, n° 24, [site Internet : http://www.cafedelasciudades.com.ar/tendencias_24_2.htm], 2004.

Torres Horacio A., « Cambios socio-territoriales en Buenos Aires durante la década de 1990 », Eure, Santiago, vol. 27, n° 80, 2001.

Vivant Elsa (non daté), Vers l’esthétisation des dynamiques de métropolisation ?, projet de recherche, Institut Français d’Urbanisme Université de Paris VIII.

Wortman Ana, « Globalización cultural, consumos y exclusión social », Nueva Sociedad, nº 175, 2001, p. 134-142.

Wortman Ana (dir.), Imagenes publicitarias/Nuevos burgueses, Prometeo libros, Buenos Aires, 2004.

Notes

1 Je tiens à remercier Marie-France Prévôt-Schapira (professeure à l’Université de Paris VIII/Credal-Paris III) pour m’avoir introduit dans ce thème de recherche, et pour avoir suivi avec patience le cours de mon travail.

2 Palermo compte 263 410 habitants en 1991, et 235 900 en 2001, soit une diminution de 10 % [source INDEC*].

3 La définition de cette « classe moyenne » n’est pas aisée en soi ; elle est d’ailleurs loin d’être homogène et n’a pas traversé les épreuves de la même façon selon les sous-groupes qui la composent. Ainsi, une partie que l’on peut qualifier de « supérieure » par ses revenus et son style de vie, est sortie relativement indemne ou même gagnante de ces différentes restructurations et notamment de la crise de 2001, alors qu’une autre partie a vécu la chute du ménémisme comme la fin d’une ère de prospérité, voire comme un déclassement social pour ceux qui se sont soudainement retrouvés en difficulté. [Voir Wortman, 2001 ; Minujin et Anguita, 2004].

4 Jorge Luís Borges dans son poème Fundación mítica de Buenos Aires place le lieu « mythique » de la fondation de Buenos Aires dans son quartier de naissance, Palermo :
« …Fue una manzana entera y en mi barrio : en Palermo.
Una manzana entera pero en mitá del campo [...]
La manzana pareja que persiste en mi barrio :
Guatemala, Serrano, Paraguay, Gurruchaga. »

5 Hoy y mañana (2003) de Chomski, retrace les désillusions d’une fille de la classe moyenne de Palermo poussée à la prostitution par la crise de 2001 ; Palermo Hollywood (2004) de Eduardo Pinto, reprenant le mythe du « mauvais garçon », raconte l’histoire d’un fils de bonne famille en rupture de ban, faisant les 400 coups avec un ami.

6 Relevé non exhaustif effectué dans Clarín et La Nacíón depuis 2000, traduction personnelle.

7 Communiqué de l’ONABE du 23/11/2005 [Organismo Nacional de Administración de Bienes, dépendant du secrétariat aux Travaux Publics de l’État argentin].

8 CEDEM (2002), Informe sobre la actividad comercial y de servicios de Palermo Viejo. Voir aussi Alvarez de Celis, 2003.

9 La situation a notablement évolué depuis la rédaction de cet article avec la création ou le lancement de plusieurs projets d’hôtels importants à Palermo Viejo ou Palermo Hollywood, nouvelle expression de la massification des flux à l’œuvre dans Palermo Viejo [déc. 2008].

Table des illustrations

Titre Doc. 1 : évolution du prix du sol entre 2001 et 2004, comparaison entre la ville de Buenos Aires et Palermo
Légende © Serge Schwartzmann.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/485/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Doc. 2 : publicité devant le chantier de la tour Cardon au n° 2346, rue Thames (Churda-Friedman dév.)
Légende © Serge Schwartzmann.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/485/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Doc. 3 : carte non exhaustive de différents « Palermo »
Légende Source : Clarín, 23/08/2007.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/485/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Doc. 4a et 4b : un exemple de restructuration de façade. Angle des rues Malabia et Nicaragua. 1re photo : août 2004, 2e photo : août 2005
Légende © Serge Schwartzmann.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/485/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

Auteur

Serge Schwartzmann – géographe, Université de Paris III et CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540