Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Centres de villes durables en Amérique latine : exorciser les précarités ?

 | 
Hélène Rivière d’Arc

Buenos Aires

Buenos Aires. Le développement durable à l’épreuve du « Sud »1

Marie-France Prévôt-Schapira

Texte intégral

  • 1 Texte du rapport écrit dans le cadre du projet « Réhabilitation des centres urbains : l’Amérique l (...)

1Rappelons les hypothèses qui sous-tendaient le programme de recherche « Réhabilitation des centres urbains : l’Amérique latine à l’aune des expériences européennes ». Le questionnement partait du constat suivant : on assiste aujourd’hui dans la plupart des grandes métropoles d’Amérique latine, dans un temps décalé par rapport aux pays centraux, à un processus généralisé de « réinvestissement des centres-villes » encouragé par les « injonctions » des organismes internationaux (objectifs du Millénaire) et porté par toute une série d’acteurs (developers, classes moyennes, mécènes, artistes, etc.) et de politiques publiques, qui inverse la tendance à la détérioration et à la paupérisation de centres abandonnés aux classes populaires à partir des années 1930-1940. Ce processus de requalification, de recyclage a été analysé dès les années 1960 dans les villes anglaises et américaines [Bradway Laska & Spain, 1980]. Presque un quart de siècle plus tard, dans des villes traversées par de fortes inégalités, les processus à l’œuvre dans les métropoles d’Amérique latine pouvaient-ils être lus à travers la grille d’analyse de la gentrification forgée par la sociologue R. Glass pour décrire le « retour au centre » des classes aisées dans les centres urbains des villes anglo-saxonnes ? En d’autres termes, comment la singularité politique, sociale, nationale s’inscrivait-elle dans le mouvement général du « retour à la ville construite » observé par certains en Amérique latine [Carrión, 2001] ?

  • 2 Abréviation employée en Argentine pour caractériser la mouvance « progressiste » des classes moyen (...)

2Cette question renvoyait à la seconde hypothèse liée aux réformes décentralisatrices et à la vague de démocratisation des années 1980-2000 qui portent à la tête des grandes métropoles latino-américaines des gouvernements de « gauche ». Dans quelle mesure ces gouvernements, qui affichent leur volonté de développer des « projets de ville inclusive » et des politiques publiques de plus grande cohésion sociale et territoriale, avaient-ils la capacité d’infléchir l’embourgeoisement des centres-villes présenté le plus souvent comme inéluctable [Sassen, 1996] ? Les recherches réalisées sur l’évolution récente rendent compte des contradictions fortes auxquelles les nouvelles équipes sont confrontées. D’un côté, les discours « progrè »2 sur le droit à la ville et la volonté de ces gouvernements de mettre en place des gestions plus participatives, plus équitables sont mis en avant. Les politiques de logement social dans le centre de Mexico (« Bando 2 »), le programme de « Morar no centro » à São Paulo, les coopératives de logement à Montevideo sont analysés comme autant de volets de la construction d’une politique de développement durable urbain, d’un modèle de ville où densité et urbanité vont de pair, à contrecourant de l’urban sprawl généralisé [Lévy, 2004]. Mais de l’autre, la requalification des centres est également présentée comme un des lieux privilégiés de l’application des discours universalisants et des injonctions mondialisées qui chassent les pauvres des lieux centraux. Les expériences du passé, européennes et américaines, sont autant d’exemples qui alimentent le doute.

3Une troisième hypothèse sous-tendait les deux premières. Dans quelle mesure les politiques de requalification des centres participaient-elles à un projet de ville durable ? En d’autres termes, quelles relations pouvait-on établir entre la manière de penser les espaces centraux et le développement durable urbain ? Ce nouveau mythe mobilisateur, selon l’expression de Daniel Béhar, se traduit à la fois par des prescriptions mais aussi des pratiques et des politiques publiques qui s’appliquent localement. Entre la norme et l’utopie, entre les échelles de temps et d’espaces, comment l’idée de développement durable urbain se construit-elle localement ? Quels sont les acteurs qui s’en revendiquent et comment se décline-t-elle dans les espaces centraux des grandes métropoles latino-américaines ?

4Disons d’emblée que dans le cas de Buenos Aires, la ville n’a pas établi d’Agenda 21 local, mais que depuis une dizaine d’années le mot « développement durable urbain » a fait son entrée officielle dans l’organigramme du gouvernement de la ville autonome. Le terme a été associé à la fois à un territoire, El Sur, et à un contexte politique, celui de l’autonomie politique de la ville [Prévôt-Schapira, 2001]. C’est donc à partir du « Sud » et de l’analyse de la mise en œuvre du « Plan de Revitalisation urbaine du Sud » par les nouvelles autorités de la Ciudad Autónoma que je tenterai de répondre au questionnement initial.

5Dans une première partie, il s’agira de justifier ce choix, en montrant qu’à Buenos Aires, « le centre est aussi au sud ». Car, à bien des égards, cet espace a connu un destin qui l’apparente à celui des vieux quartiers industriels en déshérence des villes d’Europe du Nord ; métaphore de la question sociale, voire pour certains du déclin pétrifié de l’Argentine, le sud s’est constitué très tôt en catégorie de l’action publique. C’est sur cet héritage et dans un contexte de mobilisation citoyenne que « Le Sud » a été érigé par le gouvernement de la ville autonome en territoire-phare de la politique urbaine « durable ». L’aspiration citoyenne à une ville plus juste et plus démocratique s’est affirmée en réaction au modèle de la « ville duale » qui avait été celui des premières années de la convertibilité, dans une ville encore sous tutelle (1989-1995). Les exigences de cohésion sociale et de justice spatiale se sont inscrites explicitement dans la problématique de la durabilité, soulignant ainsi la forte dimension politique du processus. C’est pourquoi les mouvements d’habitants pour la défense de l’espace public et de l’environnement seront analysés dans un second temps, dans leur relation aux changements politiques. Un dispositif institutionnel et législatif, notamment avec le vote du droit à un environnement sain, associé à des procédures de contrôle d’impact environnemental (Loi 123) se met en place dans les premières années de l’autonomie. Cependant, c’est la crise de 2001 qui a catalysé les tensions socio-environnementales. Le paysage dévasté qu’offrait la capitale jusque dans ses parties centrales laissait voir une ville abandonnée par l’action publique. Les mobilisations, les conflits et la très forte réactivité de la population face aux vulnérabilités urbaines avivées par la crise – inondations après les pluies violentes, panne d’électricité plongeant pendant plusieurs jours la moitié de la ville dans l’obscurité, ramassage et stockage des ordures – forcèrent à la prise en compte de la durabilité. Ce point sera abordé dans la troisième partie. Il s’agira ici d’analyser comment la « revitalisation » du Sud a été associée à l’idée de développement durable et la manière dont la question a été pensée par les différentes équipes qui se sont succédé.

6Dans ce sens, il convient de mettre l’accent sur un certain nombre de variables politiques et économiques – la dictature et les crises de 1989 et de 2001 – qui, à Buenos Aires peut-être plus que dans les autres métropoles considérées dans le programme, ont laissé des traces matérielles et idéologiques profondes. Il convient d’insister également sur ce que révèlent les crises, car si elles se développent dans un temps limité, elles rendent visibles la fragilité et les dysfonctionnements urbains. La première crise, celle de 1989, a d’une certaine manière amorcée la fin du modèle de la « ville étalée » (la ciudad expandida) telle qu’elle s’était déployée depuis presque un siècle, pour lui substituer celui de la « ville des affaires » (la ciudad de los negocios) qui fait main basse sur les espaces centraux, enjeux majeurs de la promotion immobilière des années 1990.

  • 3 Avec la crise, l’activité de récupération des papiers et des cartons est devenue un moyen de survi (...)
  • 4 Dans les années 1990, en Amérique latine le titre du livre de E. Maricato et al., A Cidade do pens (...)

7La crise de 2001 a mis en évidence la fracture sociale qui s’est creusée durant les dix années du ménémisme (1989-1999), entre le Nord et le Sud de la ville et entre la capitale (trois millions d’habitants) et ses banlieues (huit millions). Les cartoneros font désormais partie du paysage urbain, dans une ville à la polarisation croissante3. Aussi, même si la violence de la crise n’a pas entraîné de véritable rupture avec le modèle « de la ville de la pensée unique »4, elle a exacerbé les tensions et les conflits autour de la revendication du « droit à la ville ». À partir de 2004, la reprise spectaculaire de l’économie argentine qui connaît un taux de croissance de l’ordre de 6-7 % par an pour la quatrième année consécutive en 2007 voit surgir des controverses urbaines qui toutes ont partie liée, de près ou de loin, avec le concept de ville durable : densification, risque sanitaire, transports, traitement des déchets, insécurité juridique. De telle sorte que tout autant que les « injonctions » de la Banque Mondiale, les « temporalités » économiques, sociales et politiques constituent des prismes essentiels pour analyser les processus à l’œuvre dans les espaces centraux de la ville de Buenos Aires.

  • 5 La majeure partie de ces entretiens ont été réalisés durant les mois de mars-avril 2006, avec la c (...)

8En d’autres termes, cette recherche a pour ambition de montrer comment, dans le Sud de la ville, la préoccupation de la durabilité s’intègre, non sans à coups, à la gestion urbaine et à l’expérience quotidienne de ses habitants. C’est pourquoi je me suis efforcée de saisir la relation entre les politiques publiques et un territoire : le Sud. Ce travail s’appuie sur une série d’entretiens réalisés auprès des responsables de programmes, des représentants de partis politiques, des dirigeants de quartier, des ONG et des professionnels de l’urbain5. Bref, la liste est longue. Elle figure à la fin de ce chapitre. Ce panel d’acteurs souligne combien l’idée du développement durable lie de manière inextricable des questions que l’on aborde le plus souvent de manière séparée et construit (peut-être) des compromis possibles entre des intérêts divergents et le plus souvent contradictoires.

Buenos Aires, le centre est aussi au Sud

9Cette affirmation peut paraître étrange dans une ville à si forte centralité où tout converge vers la Place de Mai, « le sous-sol de la nation ». Mais le questionnement sur les espaces centraux ne peut pas se réduire aux seuls centre historique (casco histórico) et centre des affaires (microcentro). Je voudrais adopter ici une démarche plus dynamique pour montrer le flou qui entoure l’idée de centre qui se rétracte, se dilate et migre selon les époques, les acteurs et les regards que l’on porte sur la ville. C’est pourquoi selon l’échelle de temps et d’espace, on peut considérer plusieurs centres. Si l’on adopte une position empirique, reprenant les périmètres définis par les politiques urbaines depuis les années 1970, le centre « canonique » c’est avant tout le centre historique (casco histórico) – regroupant les quartiers de San Telmo et Montserrat – abandonné dès la fin du xixe siècle par les élites, et soumis dès lors à un processus de dégradation du patrimoine.

  • 6 Entretien avec Maria Rosa Rodriguez, avril 2006.
  • 7 Arrivée d’une population de jeunes artistes, de jeunes branchés, mais aussi de touristes et de « r (...)

10Dans les années 1970, ici comme ailleurs, dans une ville qui n’avait évolué jusqu’alors que par la démolition d’une partie de son patrimoine, la question de la préservation des quartiers historiques a été posée. Un périmètre est alors défini pour protéger la zone du « centre historique ». Cette mesure est aujourd’hui diversement appréciée. Pour d’aucuns [Garay, 2002], cette politique conservationniste a gelé les investissements dans cette partie de la ville et accéléré la taudification de la zone historique de San Telmo. À l’inverse, pour l’équipe en charge du patrimoine historique à la mairie de Buenos Aires, la protection a permis de protéger le casco histórico de la spéculation immobilière des années du ménémisme et d’y conserver une population mêlée, « mixte » dirait-on aujourd’hui. Je n’évoquerai pas les différentes mesures de protection du centre historique mis en œuvre, mais signalons d’ores et déjà que la continuité dans la gestion de ce programme depuis l’accession de la ville à l’autonomie (1996) est présentée par les responsables du programme comme un des critères fondamentaux du développement durable urbain6. Pour autant, la dynamique touristique post-crise qui s’est emparée de la ville de Buenos Aires semble aujourd’hui menacer les objectifs jusqu’alors poursuivis dans le périmètre du centre historique. Car, à l’instar de ce qu’il est advenu dans le quartier du Marais à Paris dans les années 1980 ou encore dans le quartier de Palermo Viejo depuis une dizaine d’années, San Telmo connaît actuellement un processus de renouvellement de sa population et de ses activités7, sans qu’aucun dispositif législatif ne permette aux plus modestes de résister à la pression immobilière.

  • 8 Entretien avec Marta Aguilar, mars 2006, Cf. également, in Max Welch (editor), Buenos Aires a la d (...)

11Mais le centre, c’est aussi le microcentro organisé autour de la place de Mai, épicentre du pouvoir politique et économique. Très actif le jour, désert la nuit, le microcentro a été dès les années 30 déserté par ses habitants : « des bureaux, des magasins fermés, les habitants ont émigré vers les quartiers d’habitation de la périphérie » [de Martonne, 1935]. Il est actuellement englobé dans le périmètre de l’Aire centrale (Area central) qui dessine un triangle délimité par les gares de Constitución et de Retiro et la Place de Mai, rassemblant des zones fonctionnelles (commerce, administrations) et résidentielles très hétérogènes. Ce n’est que dans les années 1980, avec le retour à la démocratie, que « l’aire centrale » (macro-centro) a fait l’objet d’une politique de requalification des espaces publics dégradés. La réhabilitation des immeubles ayant une forte valeur patrimoniale est allée de pair avec des programmes de requalification des grandes avenues du centre de la ville : l’avenue de Mayo (PRAM : Programa de rehabilitación de la avenida de Mayo) celui de l’avenue Corrientes (élargissement des trottoirs et aménagement de rues piétonnes) et La Nueve de Julio (APH)8. Bref, toute une série d’interventions sur lesquelles nous ne nous étendrons pas ont été menées pour « embellir » les espaces publics centraux et redonner vie au down-town, terme désormais en vogue pour désigner la ville basse, El bajo [Welch, 2005].

12Mais les hypothèses qui sous-tendent la recherche situent la problématique dans une réflexion plus large, celle de la « ville construite » pour reprendre l’expression de F. Carrión (2001) qui ne se limite pas au centre historique stricto sensu. Le célèbre ouvrage de J. Scobie « Buenos Aires, du centre vers les quartiers » (1986) montre comment, dans les années 1880, à partir du centre politique s’ouvrent de nouveaux espaces de vie et de sociabilité dans les quartiers – los barrios – aux limites de la ville. Puis à partir des années 1930, l’urbanisation liée à la migration des travailleurs venus des provinces de l’Interior enjambe l’avenue General Paz qui ceinture la ville. Dès lors, l’opposition s’inscrit à l’échelle de la métropole. La césure forte entre la capitale et les banlieues a donné lieu à de très vifs débats entre les défenseurs d’un plan qui aurait intégré les suburbios à la ville, par l’absorption des nouveaux territoires par la municipalité de Buenos Aires et les partisans d’un repli sur le centre, « d’une cristallisation de la ville blanche » (Borges) autour d’une centralité civique. Ces derniers l’emportèrent, érigeant ainsi l’avenue General Paz en véritable frontière politique et symbolique. À l’échelle métropolitaine, pour paraphraser Pierre George (1968), « le centre c’est la capitale ». Et peut-être est-ce encore plus vrai aujourd’hui qu’hier. La ville de Buenos Aires avec ses 200 km2, cinq fois moins étendue que São Paulo et trois fois moins que Mexico, est au centre d’une vaste agglomération de 3 800 km2, peuplée de 12 millions d’habitants dont 3 millions résident dans la capitale. Aussi dans l’histoire de Buenos Aires, la relation centre/périphérie est essentielle pour comprendre les représentations, les idéologies qui ont inspiré à la fois les politiques publiques sur la ville-centre et les pratiques des habitants dans une « métropole divisée » [Prévôt-Schapira, 2005].

13Enfin dans la capitale même, on assiste dès la fin du xixe siècle à un glissement de la centralité vers le nord. Les élites quittent les quartiers du centre historique (San Telmo, Montserrat) pour s’installer autour des bois de Palermo (Recoleta, Palermo, Belgrano), dans une ville où très tôt les équipements et la qualité de la vie dans les espaces centraux ont été hors du commun. Aussi à la différence de Mexico, Santiago, Rio de Janeiro ou encore de New York où les élites et les classes moyennes abandonnèrent les quartiers centraux, à Buenos Aires « les classes moyennes et aisées s’approprièrent le Nord et y restèrent » [Mora y Araujo, 2000]. Le basculement de la centralité vers le Nord a eu pour effet de partager la ville-centre entre le Nord où se concentrent les commerces, les théâtres, l’université, les quartiers huppés et le Sud industriel et populaire.

La métropole de Buenos Aires, le centre est aussi au sud

La métropole de Buenos Aires, le centre est aussi au sud

Source d’après la base cartographique du bureau de l’Área Metropolitana de la Subsecretaria de Urbanismo y de Vivienda del Gobierno de la Provincia de Buenos Aires, 2008 et le recensement national de la population, des ménages et de l’habitat de 2001, INDEC.

Le « Sud », la construction d’une catégorie de l’action publique

14Ce basculement de la centralité vers le Nord a instauré une différenciation socio-spatiale marquée, de telle sorte que dès les années 1920 s’impose l’idée que la ville n’est pas une mais deux. Cette représentation très prégnante s’est construite à partir d’une histoire, d’un paysage et d’indicateurs sociaux qui ont contribué à instituer « le Sud » en catégorie de l’action publique. L’histoire du Sud est liée à la première industrialisation, le long du Riachuelo et à la formation de la classe ouvrière argentine. Elle a produit un paysage dominé par les fabriques de briques rouges, les silos, les cheminées d’usines. Immortalisé dans la peinture de Quinquela Martin (1890-1977), ce paysage aujourd’hui dévasté évoque la prospérité du pays et son déclin inexorable à partir des années 1960, déclin accéléré par les politiques de la dictature et l’ouverture néolibérale des années 1990. Par une sorte de métonymie, le Sud c’est la crise du modèle substitutif sédimenté dans l’espace urbain qui se traduit dans les statistiques ; tous les indicateurs sont au rouge, mettant en évidence la forte marginalisation des villas miseria qui se sont installées le long des berges du Riachuelo, mais aussi la situation critique des grands ensembles d’habitat social (Soldati, Lugano). Soulignons cependant que la catégorie « sud » est aussi le produit d’une sociabilité politique et d’une identité forte qui se sont construites dans la lutte pour le travail, le logement et l’éducation. Face au Nord favorisé par les opérations d’embellissement et d’équipement qui ont accompagné les fêtes du premier centenaire de la ville (1910), les quartiers du sud se vivent comme marginalisés et exclus du destin national de la capitale. C’est ainsi que comme contrepoids au développement du Nord et aux investissements qui y sont concentrés, dans les années 1920-1930, les demandes d’intervention publique se font au nom du municipalisme. C’est ce que résume magistralement la formule de Adrian Gorelik, le « Sud comme idéologie » [Gorelik, 1998].

15Depuis lors, la volonté réitérée des instances municipales de rééquilibrer les territoires et de réduire les inégalités a donné lieu à des projets fortement marqués par les temps politiques et l’évolution de la pensée urbaine. Dans ce sens, le « Sud » a incarné le lieu de la réforme sociale et de la capacité de l’État ainsi que celle de la municipalité à intervenir, s’imposant comme la métaphore d’une manière équitable et « honnête » d’aborder les problèmes urbains [Gorelik, 2004]. Immense territoire d’expérimentation sociale et urbaine c’est là que les programmes de logement social – casas baratas dans les années 1920, puis grands ensembles sur le modèle français pour y reloger les habitants des villas miseria (Soldati, Lugano I et II) dans les années 70 – ont été massivement concentrés [Dunowicz, 2000].

16Ces programmes viennent s’imbriquer dans un tissu urbain très hétérogène et disloqué, une « mixture » de logements ouvriers, de fabriques pour beaucoup aujourd’hui obsolètes, d’entrepôts et de bâtiments industriels désaffectés, mais aussi de grands centres hospitaliers et carcéraux qui donnent au Sud son allure de réserve urbaine pour les équipements que le Nord rejette. « Le remodèlement de la partie sud, où l’espace urbain est sous-utilisé et où le patrimoine immobilier se dégrade rapidement, se heurte au préjugé classique de l’investissement et de l’installation dans les quartiers qui ont subi une longue période de décadence et n’ont plus le “standing” pour les entreprises ayant besoin de prestige pour défendre leurs chances sur le marché concurrentiel » [George, 1968, p. 275].

Grand ensemble Gral Savio-Lugano III, construit en 1973 (8 000 unités de logement)

Grand ensemble Gral Savio-Lugano III, construit en 1973 (8 000 unités de logement)

© Marie-Noelle Carré, 2008.

  • 9 Plan de renovación urbana de la zona Sur de la ciudad de Buenos Aires, 1971, 287 pages, Ente para (...)

17Les tentatives répétées de rééquilibrage n’ont pas réussi à enrayer le déclin du Sud, pas même le Plan para la zona Sur élaboré en 1971 par le CEUR (Centro de Estudios Urbanos y Regionales)9, haut lieu de la pensée planificatrice alors très en vogue en Amérique latine. À la différence des plans précédents conçus par des architectes et urbanistes, des designers dans la terminologie anglaise, l’équipe du CEUR formée surtout de sociologues et d’économistes met en pratique les méthodes de la planification scientifique dont elle se réclame pour s’attaquer aux effets de « l’urbanisation dépendante ». Mais la mise en application du concept de zonage fonctionnel pour redéfinir les densités et les usages du sol a eu pour effet de perpétuer la « vocation » industrielle du Sud, entérinant de fait la ségrégation contre laquelle le plan prétendait lutter.

18Le plan est interrompu par le coup d’État militaire de 1976. La vision cacciatorienne « d’une ville pour ceux qui la méritent » [Oszlak, 1991] et l’urbanisme au scalpel des militaires accélèrent le déclin du sud. Les habitants des bidonvilles sont « déportés » au-delà de l’avenue General Paz. Le nouveau code d’occupation du sol de 1977 bannit les industries de la ville. Enfin, l’expropriation massive pour la construction de futures autoroutes urbaines laisse en héritage des dizaines d’immeubles vidés de leurs habitants.

La ville de Buenos Aires : logement social et habitat précaire

La ville de Buenos Aires : logement social et habitat précaire

Source : d’après Diagnostico Institucional, Sindicatura General de la Ciudad de Buenos Aires, Informe Especial, UPE N° 3, 2007.

19C’est ainsi qu’avec le retour à la démocratie (1983), dans un climat de grande tolérance, les squats se multiplient, dans le sud de la ville et sur le tracé de l’ex-auto-route AU3 [Carman, 2006]. Parallèlement, les villas miseria se repeuplent, dans des conditions sanitaires précaires, mais la centralité de ces espaces reste l’atout majeur pour ceux qui sont en quête de travail et de logement. Deux interventions ont alors donné le signal du retour d’une politique urbaine en direction du Sud. Nous nous contentons ici de les signaler : les projets RECUP-Boca et PROSUR qui ont permis la réhabilitation de six conventillos dans l’espace circonscrit du Caminito, petite enclave touristique dans les quartiers sud délabrés de la Boca.

20Mais de fait, c’est avec l’autonomie de la ville (1996) que la revitalisation du Sud est avancée comme une des priorités majeures. Dès lors, le Sud incarne le lieu où doit se construire une ville plus juste, plus équitable, antidote au modèle de la ville hygiéniste des militaires et à celui de la ville duale de la période néolibérale. Tous les gouvernements ont déclaré leur volonté de « réintégrer le sud au nord ». Le discours sur la justice spatiale a été fortement mis en avant, mais nous verrons que les méthodes retenues et l’intensité des actions ont varié en fonction des temps politiques, des crises économiques et des mobilisations des habitants.

Gouvernance urbaine et développement durable

21La variable des « temps politiques » nous renvoie à la seconde hypothèse, liée à la gouvernance. Dans quelle mesure l’arrivée au pouvoir de gouvernements de « gauche » dans les villes d’Amérique latine dans les années 1990 a-t-elle permis de construire des politiques capables d’infléchir des processus souvent présentés comme irréversibles face aux forces du marché ?

22Il faut rappeler que ces alternances politiques ont eu lieu dans un contexte où les lois de décentralisation et les réformes politiques ont donné un rôle accru aux maires des villes et notamment à ceux des grandes métropoles, portés au pouvoir par la vitalité des mouvements sociaux et une plus grande participation citoyenne [Chavez et Goldfrank, 2004]. Beaucoup sont devenus des figures majeures de la vie politique, en confrontation le plus souvent avec le pouvoir national. Les exemples sont nombreux : L. Erundina, puis presque dix ans plus tard, M. Suplicy (2000-2004) à São Paulo, E. Peñalosa et A. Mockus à Bogotá, T. Vasquez et M. Araña à Montevideo, Lopez Obrador à Mexico. Tous ont affiché leur volonté de mettre en place de nouveaux modes de gouvernance fondés sur la participation. D’une ville à l’autre, les expériences participatives se font écho, fortement influencées par le modèle « Porto Alegre ». Les idées et les modèles ont circulé au sein d’un monde de professionnels de plus en plus organisés en réseaux. Il conviendrait de mieux étudier ces groupes, mais nous pouvons dire que, en Amérique latine, en raison de leur passé militant et de leur participation aux luttes urbaines, leur discours s’est construit en opposition au modèle de la « ville de la pensée unique » formaté par les plans stratégiques et par les best practices de la Banque mondiale.

  • 10 Du nom du brigadier Osvaldo Cacciatore, intendant de la ville de Buenos Aires durant la dernière d (...)

23À Buenos Aires, au sortir de la dictature, la volonté de reconstruire une ville plurielle et démocratique a suscité une réflexion renouvelée sur la planification urbaine. En rupture avec la planification autoritaire et la vision unitaire de la ville, l’idée de projet urbain pour « refaire la ville à partir de ses fragments » s’est imposée. Dans le droit-fil des idées de Jane Jacobs (1961), les professionnels de l’urbain font leur son plaidoyer pour la diversité urbaine, le recyclage et le remplissage (infill) des espaces vacants. Bref, on voit émerger un modèle de ville qui constitue l’antithèse de la « ville cacciatorienne » des militaires10.

24À bien des égards, le quartier de Palermo Viejo où, pendant la dictature, s’étaient développés des lieux de rencontre a alors incarné cette idée. Le concours « 20 idées pour Buenos Aires » organisé en 1987 sous les auspices de la coopération de la communauté de Madrid a mobilisé l’ensemble des architectes et des urbanistes, constituant ainsi un vivier d’idées dans lequel puiseront les programmes futurs comme le projet Retiro, la reconquête des berges du fleuve (Buenos Aires y el Río), la restructuration portuaire ainsi que le recyclage des friches urbaines. Car à Buenos Aires, à la différence d’autres villes d’Amérique latine, une des dimensions spécifiques est que les changements productifs ont libéré de nombreux terrains et friches industrielles dans les espaces centraux convoités. L’idée que la ville entre dans une nouvelle phase – celle de la « régénération » et du recyclage – ouvre le débat sur les modalités de la reconquête de ces espaces.

25Pour autant, ces projets qui avaient été conçus dans le climat d’effervescence intellectuelle de l’après-dictature voient leur réalisation advenir dans un contexte politique et économique de libéralisation et de privatisation. En effet après la crise de l’hyperinflation et les émeutes de la faim en mai 1989 dans les banlieues de Buenos Aires, le virage néolibéral engagé au début des années 1990 par le nouveau gouvernement change les règles du jeu. Le recyclage des vieux entrepôts de Puerto Madero a été l’opération-phare qui ouvre un nouveau cycle dans l’histoire urbaine de la ville avec la mise sur le marché de terres publiques et la création d’une nouvelle figure juridique qui exerce son action sur un périmètre de 170 hectares, la Corporación Antiguo Puerto Madero, pour attirer les investissements dans le downtown. La Corporation Antiguo Puerto Madero est une figure hybride entre les différents modèles qui ont inspiré le projet : Battery Park, Canary Wharf, Barcelone, mais aussi et surtout la ZAC Rive Gauche de Paris, comme aime à le préciser Alfredo Garay qui est passé par l’Atelier parisien d’urbanisme (APUR). Revenant sur la polémique déclenchée par l’Opération Puerto Madero, Alfredo Garay qui fut secrétaire à la planification durant la gestion de l’intendant Carlos Grosso (1989-1992), rappelle avec insistance le climat de débâcle économique et morale dans lequel le projet a été conçu. Pour lui, le défi était alors le suivant : comment agir dans une ville décapitalisée ? Au regard de l’évolution que connaissaient depuis le début des années 1980 les global cities, l’objectif était de faire venir des investissements pour moderniser les services urbains et « sortir la ville de la décadence ». L’équipe flexibilise le code d’occupation du sol de 1977 extrêmement restrictif, autorisant de manière sélective la densification dans certains quartiers (Palermo Nuevo, Caballito), et la construction de tours et de bureaux dans les espaces centraux.

  • 11 Marta Aguilar, Devenir de supuestos : de los « universales » a los « criollos », in Max Welch, op. (...)

26On voit ainsi comment le projet Puerto Madero qui avait germé dans le bouillon de culture des années 1980 prend corps dans le nouveau contexte d’affaiblissement des formes de régulation étatique, dénaturant l’idée même de planification stratégique reprise par tous et laissant les investisseurs maîtres du jeu. Marta Aguilar relève que durant ces années, « le discours espagnol » sur le projet urbain a été repris tel quel, avec un contenu pauvre qui a favorisé cette dérive11.

Développement durable et mouvements citoyens

  • 12 C’est un terme toujours utilisé en Argentine, très largement autoréférentiel.
  • 13 En 1990 naît l’association des Amis du lac de Palermo pour s’opposer au projet du maire de la vill (...)
  • 14 Création en 1990 de l’Asamblea de desalojados de la Boca.

27Mais paradoxalement, c’est dans ce climat affairiste que l’idée de développement durable fait son apparition dans la ville de Buenos Aires. En effet, en réaction à la politique de « main basse sur la ville » de la gestion ménémiste (1989-1995), on assiste à l’émergence de mobilisations de classes moyennes et d’intellectuels « progressistes »12 pour la défense de l’espace public, contre sa privatisation13. Ces mobilisations participeront activement à la naissance d’une force d’opposition politique – le « Frente Grande » puis le « Frente para un País Solidario » (FREPASO) – née dans la capitale autour de mouvements citoyens sensibles à l’écologie désormais pleinement associée au débat démocratique. C’est ainsi que durant ces années, dans la mouvance des ONG écologistes ont lieu les premières discussions autour de la construction d’un Agenda 21. Ces nouvelles arènes de débat s’articulent à une demande d’une plus grande participation citoyenne dans la conduite des affaires de la ville. De nombreux forums discutent un « projet de ville », en opposition à « la ville de la pensée unique », la ville générique, la ville privée qui se « résidentialise » et perd ses activités productives. Le droit à la ville et au logement est réaffirmé. C’est d’ailleurs dans cette dynamique que naît le mouvement des occupants et des locataires (MOI) pour lutter contre les expulsions des immeubles squattés, revendiquant le droit des pauvres à rester dans l’espace central dans le contexte devenu plus répressif du début des années 1990 [Herzer et al., 2004]14. En effet, l’ordonnance municipale de 1993 met fin à la tolérance des années 1980, en faisant des occupations d’immeubles un délit pénal [Jeifetz et Rodriguez, 2004].

  • 15 Daniel Alberto Sasbsay, « El derecho ambiental y la construcción de un futuro sustentable », in M. (...)

28Dans quelle mesure les débats autour de l’autonomie et de la participation ont-ils permis d’affirmer l’idée de durabilité ? La rédaction de la Constitution de la ville a ouvert un nouveau champ de discussions et de projets autour d’une ville plus participative, plus équitable. Le thème de l’environnement a été très présent et les ONG de défense de l’environnement sont devenus des acteurs majeurs du débat. On peut citer la Fundación Ciudad (1995) qui s’est distinguée par ses combats (Los Amigos del lago de Palermo), par l’organisation de forums citoyens autour des questions de l’eau, des espaces verts, du respect des normes urbanistiques et de la défense du patrimoine. En 1995, elle organise un Forum associant le thème de l’environnement à celui de la citoyenneté et de la défense de l’autonomie de la ville. Cette dimension a été au cœur de la campagne politique du parti Nueva Dirigencia qui rédige « Un livre Vert » (Informe Verde) distribué à 500 000 exemplaires, soulevant les questions les plus pressantes : les inondations dans le sud de la ville, la pollution du Riachuelo, la protection de la réserve écologique, la défense de la rive du fleuve, la révision du code de planification. C’est dans ce contexte, nous l’avons vu, que le droit à un environnement sain et équilibré est inscrit dans la première Constitution de la ville, assorti de procédures d’audience publique, de possibilité de recours en justice pour le faire respecter15. Sur le même registre, le droit à l’information, au référendum d’initiative populaire, et la création de la fonction de « médiateur » du peuple de la ville de Buenos Aires (Defensoria del Pueblo de la ciudad autónoma de Buenos Aires) sont des éléments forts de la démocratisation de la vie politique locale. Notons qu’aujourd’hui, le médiateur joue un rôle central dans la dénonciation de situations de discriminations sanitaires dans le sud de la ville. Par ailleurs, ce volet environnemental qui a mobilisé surtout les classes moyennes, s’est accompagné de réformes politiques, allant dans le sens d’une plus forte implication des citoyens dans la gestion de Buenos Aires. La ville eurocommuniste de Bologne, qui avait été très présente dans la réflexion sur la réhabilitation de centres anciens et la démocratie locale dans les années 1970, lorsque les militaires vidaient la capitale de ses pauvres, a inspiré la loi sur le découpage communal de la ville. Pour autant, cette loi votée dans un climat enthousiaste et consensuel par les constituants a profondément divisé l’opinion publique et les partis politiques lorsqu’il s’est agi de la mettre en application. La controverse a opposé les partisans d’une échelle de représentation plus proche des habitants à ceux pour qui le projet enferme le citoyen dans son quartier, exprimant ainsi la tension toujours forte entre « voisins » et « citoyens », entre deux échelles d’action et de représentation, le quartier et la ville [Prévôt-Schapira, 2001 ; De Privitellio, 2003].

29On peut certes s’accorder avec H. Combes sur le fait que l’insistance sur la participation politique depuis le local n’est plus aujourd’hui, comme certains le prétendent, une « marque de fabrique » des gouvernements locaux de gauche et qu’un certain nombre de dispositifs – notamment le budget participatif – font partie au même titre que la construction d’un Agenda 21 de la panoplie préconisée par les instances internationales du « bon gouvernement ». Mais dans le contexte des années 1990, à Buenos Aires le découpage en communes était lié à la volonté de créer de réelles structures de participation et de gérer la ville de manière plus démocratique et plus inclusive. Par ailleurs, le gouvernement tente de renouer avec une vision globale de la ville et de la planification. Mais à la différence des années 19501-960, le Plan urbain et environnemental (PUA) élaboré entre 1997 et 2000 met désormais l’accent sur la concertation avec les habitants ainsi que sur la relation entre environnement et planification. L’élaboration du PUA a mobilisé le ban et l’arrière-ban du monde des professionnels de l’urbain pour produire un document qui est apparu à beaucoup comme une addition de bonnes intentions, sans lignes de force. Il n’est pas question de revenir sur les avatars du PUA qui, en l’absence de sanction législative n’a toujours pas en 2007 force de loi, de telle sorte que c’est toujours le code de 1977, modifié, bricolé et contourné par la pratique des exceptions qui régit les règles de l’urbanisme porteño. Mais paradoxalement, la permanence de ce code, en absolu décalage avec les réalités de la ville et la virtualité du PUA font dériver les conflits fonciers sur le registre de l’environnement, fragilisant l’idée même de planification. Deux points forts sont à retenir. L’importance pour le Sud du programme de lutte contre les inondations dans le quartier de La Boca financé par la coopération internationale (BID, BIRF, JEXIMP (Japon) (cf. le rapport rédigé pour la Banque mondiale) dont les effets sont très significatifs et la place majeure donnée par le PUA à la revitalisation du Sud, présenté comme le lieu où se joue l’avenir de la ville.

Projets élaborés par la Corporación Buenos Aires Sur

Projets élaborés par la Corporación Buenos Aires Sur

Source : d’après le document publié par la CBAS, 2001.

  • 16 Entretien avec A. Rofman, sous-secrétaire d’état au « Développement Durable » du Gouvernement de l (...)

30Pour le nouveau gouvernement de la ville autonome (1997) cette priorité s’est traduite par la création d’un sous-secrétariat de Desarrollo regional en charge des problèmes du Sud, au sein du Secrétariat à l’Environnement et au Développement Régional. L’emploi de la terminologie, Desarrollo regional, historiquement datée, héritée en Argentine de la réflexion sur les « économies régionales » est dû à A. Rofmann, un des membres fondateurs du CEUR, à la tête de cette dépendance, comme s’il s’agissait d’appliquer les analyses du passé, en assimilant le sud à une province périphérique victime du colonialisme interne. Mais en 2000, l’adoption du mot « Développement durable » (Desarrollo Sustentable), traduit l’aggiornamiento dans les discours et les méthodes de l’équipe en charge du Sud et la prise en compte de l’esprit de Rio dans les projets pour freiner le processus de dégradation des quartiers pauvres, de « [les] densifier et [les] rénover pour rééquilibrer la surconcentration de la zone nord »16.

Le recours au territoire : le périmètre d’intervention en question

31De fait, la création d’un sous-secrétariat en charge du Sud a soulevé une première question, celle de la construction territoriale d’un périmètre d’intervention. La catégorie « Sud » qui s’était construite sur des représentations, des identités et un imaginaire, se voit ici reprise pour mettre en place d’une sorte de géographie prioritaire, selon l’expression de P. Estèbe.

  • 17 « Afirman que fue intencional el incendio de Villa Sodati », Clarin, 9 février 2007.

32L’institutionnalisation de cette catégorie « Sud » était-elle pertinente et opératoire ? La territorialisation d’une action publique inscrite dans un périmètre ne risquait-elle pas d’entériner les représentations négatives toujours associées au Sud, de le cantonner dans son statut d’exception d’un territoire à part, de le figer dans une catégorie qui ne tient pas compte de la très grande hétérogénéité sociale, politique et spatiale de l’espace englobé dans le périmètre d’action ? Par ailleurs, dans quelle mesure permettait-il de répondre à une demande de plus grande justice spatiale ? En d’autres termes quel était le bien fondé du périmètre d’action retenue ? Car cet espace qui recouvre un tiers de la superficie de la ville et rassemble plus d’un quart de la population (700 000 hab.) présente une mosaïque de situations très hétérogènes, d’intérêts et de demandes contradictoires, voire conflictuelles : anciens quartiers ouvriers pavillonnaires, vastes friches industrielles, entrepôts encore en activité, HLM, bidonvilles. Si les vieux quartiers populaires ont perdu de leur population, les villas miseria, elles, se sont repeuplées, notamment depuis la crise, et les occupations de terre se sont multipliées dans le sud, créant des conflits avec les « voisins ». On pourrait évoquer toute une série de faits divers qui ont émaillé l’année 2007 – incendie criminel de la Villa Carton, occupation de logements sociaux avant leur attribution aux bénéficiaires – qui soulignent la très forte conflictualité socio-territoriale dans le Sud de la ville, dans un espace très fragmenté et paupérisé17.

  • 18 Interview du médiateur (Defensora del Pueblo) de la ville de Buenos Aires, Aliccia Pierini, avril (...)

33Le Sud n’est pas uniformément pauvre, loin s’en faut. Mais si l’on observe la présence de classes moyennes le long de l’avenue Montes de Oca et plus généralement autour des centralités de quartier, le diagnostic dressé par le sous-secrétariat souligne la situation critique en matière d’emplois, de services, d’écoles qui touchent massivement une population jeune et pauvre18. Plus qu’ailleurs dans la ville, les effets de la désindustrialisation ont été très durement ressentis, dans une zone qui continue à rassembler les trois-quarts des établissements industriels. Enfin, si l’on considère que « les inégalités écologiques désignent un cumul des inégalités d’accès à un cadre de vie et des inégalités dans l’exposition aux nuisances engendrées par l’expansion urbaine et aux risques industriels et naturels » [Theys, 2000], ces inégalités s’ajoutent aux inégalités sociales dans le périmètre de la zone Sud. Car c’est là que se concentrent les problèmes environnementaux les plus criants. D’ailleurs, dans le PUA, le Sud est identifié comme une zone de très grande vulnérabilité. Le Riachuelo qui borde la ville au sud-est est un immense égout à ciel ouvert.

Rive droite du Riachuelo (Lanús, Province de Buenos Aires), vue de l’avenue 27 de Febrero, ville de Buenos Aires

Rive droite du Riachuelo (Lanús, Province de Buenos Aires), vue de l’avenue 27 de Febrero, ville de Buenos Aires

© Marie-Noelle Carré, 2008.

  • 19 Plan de la BID, 100 millions de dollars.

34Depuis plus de vingt ans, les projets d’assainissement ont englouti les financements de la BID, sans que rien ne soit véritablement entrepris. Les décharges clandestines se multiplient dans les zones de villas miseria qui se densifient ; les inondations continuent à menacer les zones riveraines du bassin Riachuelo-Matanza, car si le plan de contrôle hydraulique mis en œuvre durant la gestion de De La Ruá (19961999) a permis de réduire de manière très significative les inondations qui frappaient chaque année La Boca, tout reste à faire pour protéger les zones en amont19. Dans les villas miseria tout se passe comme si l’accessibilité à la centralité permettait de faire accepter des situations d’extrême vulnérabilité : les eaux de pluie se mêlent aux eaux usées ; la dangerosité des branchements clandestins au réseau électrique provoque incendies et explosions ; enfin, la pollution des eaux, du sol et de l’air favorise les épidémies, sans parler des effluents déversés par l’industrie pétrolière située dans la zone de Dock Sur [Auyero et Swisten, 2007].

Bidonville dans le sud de la ville : Villa 14Ciudad. Oculta dans le quartier de Villa Lugano

Bidonville dans le sud de la ville : Villa 14Ciudad. Oculta dans le quartier de Villa Lugano

Source : document publié dans le rapport « Alerta sanitaria en la ciudad » Defensoria del Pueblo de la Ciudad de Buenos Aires, 26 avril 2006 [en ligne, consulté le 30 juin 2007].

  • 20 J. Auyero, « En los estudios de pobreza, el medio ambiente esta rezagadó », p. 12, 24 juin 2006.
  • 21 Piden que se declare el « alerta sanitario » en barrios Sur porteños, Clarin, 25042006, « Dos refi (...)

35Comme le fait remarquer J. Auyero, les études sur la pauvreté ont longtemps ignoré la dimension environnementale20. Or la crise de 2001 a obligé à sa prise en compte. En effet, durant ces dernières années, la « médiatrice » de la ville de Buenos Aires n’a eu de cesse de rendre publique la situation sanitaire critique dans laquelle se trouvent certaines zones du sud, mettant directement en question la responsabilité des pouvoirs publics dans cette double inégalité sociale et environnementale. La publication de ces documents souligne le rôle des nouvelles instances démocratiques dans la prise de conscience du caractère « insoutenable » de certaines situations. Et c’est au nom des droits de l’homme et de la lutte contre toute forme de discrimination que l’opinion et les législateurs sont alertés pour que le Sud soit déclaré en état d’urgence sanitaire et que la puissance publique intervienne21. Assiste-t-on à un changement de paradigme, de la justice sociale à la justice environnementale ?

Le Sud, entre solidarité et compétitivité

  • 22 Je reprends le titre du livre de Luis Alberto Romero, ¿Que hacer con los pobres ? Elites y sectore (...)

36Le retour de l’action publique dans le Sud pose de manière renouvelée une vieille question, Que hacer con los pobres22 ? Dans un contexte démocratique, quelle est la place accordée aux quartiers dégradés du « Sud » dans les stratégies anti-pauvreté ? Comment les intégrer aux dynamiques culturelles et économiques d’une ville dopée par les investissements étrangers directs durant les années 1990, puis à partir de l’année 2004 par la reprise économique ?

37Nous avons vu qu’à Buenos Aires, la question de la revitalisation du Sud s’apparentait, à bien des égards, à la problématique des villes industrielles du Nord (Liverpool, Manchester), où la désindustrialisation avait libéré des friches qui constituèrent à la fois un problème et une occasion. À propos des programmes de rénovation, mis en place dans ces villes Ch. Demazières [1998] souligne qu’il a existé deux stratégies pour revitaliser les zones en déclin, l’une privilégiant la réalisation d’un grand projet emblématique – dont on attend qu’il change l’image de la ville et qu’il revitalise l’activité économique (Lille, Bilbao) – pour « créer une ambiance pour le marché », l’autre fondée sur la participation des habitants et le développement local favorisés par des politiques publiques ad hoc. La Ciudad Autónoma s’est vue confrontée, comme l’ont été de nombreuses villes européennes et latino-américaines, au problème des implications sociales et urbaines de la réhabilitation des centres dégradés. Comment changer l’image du Sud sans que la réactivation signifie exclusion et gentrification ? Comment concilier la compétitivité de la ville globale avec l’équité ? Comment développer de nouvelles activités liées au tourisme d’affaires (centre de convention, foires internationales) et attirer les investissements sans rejeter les populations vers la périphérie ? En d’autres termes comment ne pas faire de Buenos Aires, comme aux temps des gouvernements de facto, « une ville pour ceux qui la méritent » ?

38De fait, la revitalisation du sud a été au centre de tous les discours de campagne des candidats à la mairie de Buenos Aires – F. De La Rúa (1996-2000), A. Ibarra (2000-2003, 2003-2006), J. Telerman (2006-2007) – pour « faire entrer le Nord dans le Sud ». Tous ont réaffirmé leur volonté de « rompre le cercle vicieux qui condamne au retard le sud de la ville » et mettre en place des politiques de solidarité et de développement, tout en protégeant l’environnement. Au-delà de ce consensus, on peut distinguer trois moments – trois temps politiques – où se sont exprimées des visions différentes, voire concurrentes, pour répondre à la question « Que faire avec le Sud ? », marquant ainsi des inflexions, voire des ruptures dans les politiques suivies.

Ville équitable, ville durable

  • 23 Entrevue avec A. Rofman qui a été un proche collaborateur de E. Hardoy. Deux villes, Salvador de B (...)
  • 24 Cf. « Desarrollo sustentable. Una estrategia alternativa hacia una sociedad igualitaria en la ciud (...)
  • 25 Le vote qui entérine le découpage de la ville en communes n’a eu lieu qu’en 2007.
  • 26 Documento de Trabajo : Plan Estratégico Zona Sur de Buenos Aires. Gobierno de la Ciudad, Secretari (...)
  • 27 Red Ciudadana de Desarrollo Sustentable, n° 1, julio 2001.

39Dans cette première période (1997-2000) – celle liée à l’action du sous-secrétariat au Développement Régional, rebaptisé, nous l’avons vu « Développement Durable », dominée par la personnalité de Alejandro Roffman23 – la recherche de l’équité territoriale entre le Nord et le Sud, de la participation des habitants dans l’élaboration des politiques publiques ainsi que la défense des espaces publics ont été les axes d’action privilégiés par les responsables en charge du Sud24. La planification est de nouveau présente, mais à la différence de la « planification scientifique » des années 1970, elle se veut participative, centrée sur les quartiers comme lieu de sociabilité et de travail, dans la tradition municipaliste du Sud. Aussi l’accent est-il mis sur la nécessité de renforcer les centralités existantes, en restructurant les activités et les services autour des nouvelles fonctions dévolues aux futures communes prévues dans loi25. Des consultations et des ateliers ont alors été organisés avec la population sur le thème « Quel Sud voulons-nous ? », ouvrant ainsi une étape de discussions intenses autour du développement local, de la ségrégation socio-spatiale et des inégalités nord/sud pour définir les grandes lignes du « plan stratégique de la zone sud » à moyen et à long terme. Selon le document final établi, c’est « un nouveau scénario appelé “vision” ou les “rêves” de la zone sud à long terme » qui est issu de ces rencontres, pour rompre avec l’absence de continuité dans les politiques urbaines26. Les structures associatives sont revalorisées afin que la population se réapproprie les parcs et les jardins, très nombreux, mais aussi très dégradés (Parque Roca, Parque Indomamericano, Parque Avellaneda). Un « réseau citoyen pour le développement durable » formé d’universitaires, de militants, d’associations et de fondations écologistes est alors mis sur pied pour ouvrir un débat sur l’élaboration d’un Agenda 21 pour la ville, depuis la réalité du Sud27.

  • 28 Artemio Pedro Abba, “Mitos y leyendas sobre la condición metropolitana”, www.revistaambiente.com.a (...)

40Enfin, le document pose avec insistance la nécessité de prendre en compte la dimension métropolitaine du problème, sans laquelle on ne peut pas envisager de politique urbaine durable, en matière de transport, de pollution, d’inondations et de risques industriels. On sait que c’est un débat récurrent depuis les années 1930 à Buenos Aires, mais l’idée qu’il faut renforcer les structures de coopération avec le Conurbano semble aujourd’hui s’imposer. Elle a été martelée par tous les candidats, de droite comme de gauche, à l’élection de la mairie de Buenos Aires en juin 200728.

41De fait, la première gestion a été avant tout une étape de diagnostic. L’équipe souhaitait qu’un organisme du type agence de développement local sur le modèle espagnol voit le jour pour concilier la mise en place de politiques compensatoires et de politiques incitatives, mais son action a été interrompue par l’arrivée au pouvoir d’une nouvelle équipe au sein de l’Alianza, celle nommée par le nouveau maire de la ville de Buenos Aires, Aníbal Ibarra, élu en mai 2000.

Un sud attractif pour une ville compétitive

  • 29 « Bien que les programmes des candidats à la mairie de Buenos Aires présentent des différences not (...)
  • 30 Entrevue avec l’architecte Iliana Mignaqui, vice-président de la Corporación Sur de 2000 à 2004, m (...)
  • 31 Legislatura de la Ciudad de Buenos Aires, Dirección de Información y Archivo Legislativ, Medio Amb (...)

42L’intervention dans le sud de la ville avait été présentée durant toute la campagne du candidat Ibarra comme le projet-phare de l’Alianza. Le projet intitulé « Pour une ville productive, compétitive et intégrée » mettait l’accent sur la nécessité de développer l’attractivité du Sud pour faire entrer ce territoire dans la compétition des villes mondialisées29. Pour ce faire un organisme est créé, la « Corporación Buenos Aires Sur », sur le modèle de l’urban developpment corporación. C’est un établissement public dont les actifs sont gagés sur les biens fonciers et immobiliers privés de la ville, sorte de fideicommis chargé d’attirer des capitaux et des investissements dans le Sud30. La Corporation se voit confier de très larges prérogatives pour agiliser les projets urbains31, car le nouveau dispositif fonctionne par projets en libérant des terres publiques pour les mettre sur le marché. Notons cependant que des dérogations au Code de Planification Urbaine (CPU) pour rendre cette partie de la ville plus attractive avaient été déjà votées peu de temps avant l’élection de A. Ibarra, permettant aux promoteurs de densifier tout en bénéficiant d’un allégement fiscal dans le périmètre « Sud ». Les projets de pôle informationnel de start up, de corridor touristique englobant les quartiers traditionnels de la Boca et de Pompeya, autour de l’image du « typique porteño », et de la construction d’un « Guggenheim » comme à Bilbao par un architecte du star system, dont on espérait qu’il donnerait le signal de la renaissance des quartiers sud, ont fait partie de la panoplie de mesures destinées à « réinvestir le sud ».

Projet de corridor touristique et gastronomique dans le quartier de la Boca

Projet de corridor touristique et gastronomique dans le quartier de la Boca

Source : Corporación Sur, 2000.

  • 32 L’exemple de la ville de Bilbao engagée depuis la fin des années 80, dans une opération de transfo (...)
  • 33 La loi 23967 permit à la ville de transférer des terres publiques à des promoteurs pour construire (...)

43Cette nouvelle orientation a rencontré de nombreux détracteurs. Urbanistes, architectes, universitaires, mouvements urbains ont alors dénoncé l’ambivalence de cette orientation qui prétendait concilier les standards mondiaux et la singularité de la ville, en s’appuyant sur la valorisation de la mémoire et de la culture à des fins de marketing urbain, sans tenir compte des réalités sociales du Sud. La figure même de la Corporation, associée au thatchérisme et à la privatisation, a été perçue comme un instrument de l’avancée de l’activité immobilière dans le sud de la ville. Les habitants, eux, ont accueilli avec hostilité un organisme parachuté sans concertation aucune. Le Sud était-il comme par le passé, livré au Nord, réduit à la fonction de réserve urbaine pour les grands équipements (centre de convention, parc d’exposition, musée, etc.)32 et les opérations immobilières « nordistes » ? C’est pourquoi, de manière anticipée, la création de la Corporation a aussitôt provoqué la mobilisation des associations d’occupants d’immeubles, contre de possibles expulsions dans des quartiers où les ocupantes sont concentrés. Certes, l’objectif de remédier aux inégalités de traitement entre le Nord et le Sud a été réaffirmé, mais les projets fondés sur l’existence de terres vacantes pour construire des grands équipements et des programmes de logement pour classes moyennes ont inquiété. Les quelques expériences qui prétendaient à une certaine mixité ont été un échec, montrant la difficulté d’attirer les classes moyennes dans certains quartiers du Sud33. À Villa Luro les nouveaux venus ont marqué leur distance vis-à-vis des quartiers voisins, en s’enfermant dans leur espace urbain sécurisé.

  • 34 El Sur aún espera un futuro mejor, La Nación, 23/08/01.
  • 35 Cf. revue Punto de Vista, n° 71, 2003.

44Il convient de s’interroger sur le faible bilan affiché par la Corporation, au regard des prérogatives qui lui avaient été accordées34. Au total rien ou presque n’a été mis en œuvre. Revenant sur cette expérience, Jordi Borja qualifiera sa création « d’action propagandiste », sans véritable stratégie, sans véritable capacité d’anticipation et de récupération de plusvalue sur les opérations à venir35. Il faut cependant évoquer les rivalités au sein même de l’administration municipale et les conflits de compétence et de pouvoir avec l’Institut du logement de la Ville (IVC) et le secrétariat du Développement social qui ont contribué à paralyser l’action de la Corporation. Quoi qu’il en soit, la débâcle de 2001 a mis fin à la controverse sur l’action de la Corporation, rendant caducs la plupart des projets envisagés.

Buenos Aires « ville productive » : productivistes, écologistes et urbanistes

  • 36 « Uno de los principales desafíos que tiene la Corporación Buenos Aires Sur es de revertir aquel p (...)

45La troisième étape (2004-2007) est caractérisée par la venue d’une nouvelle équipe qui redéfinit les projets et les missions de la Corporation dans un périmètre où les effets de la crise de 2001 ont été violents : densification des villas, occupation de terre (asentamientos), chômage massif. Si certains – notamment chez les écologistes – avaient pu penser que la crise était une opportunité pour rediscuter d’un Agenda 21 pour la ville, il n’en a rien été. Dans un premier temps, on peut même observer un total désintérêt, car la question paraît un luxe après la crise. La priorité est donnée à la reprise économique qui s’amorce à partir de 2004. Aussi, si la Corporation ne disparaît pas, elle devient de fait une simple antenne de l’Exécutif capable de réaliser des interventions d’aménagement dans le périmètre « Sud », de développer des actions culturelles, mais aussi et surtout de redonner de la vitalité au tissu productif et à l’emploi36.

  • 37 Cf. revue de la Corporation, Buenos Aires al Sur, n° 5, juin 2005.
  • 38 En mars 2006, le maire de la ville, A. Ibarra, est destitué de ses fonctions dans le cadre de la r (...)

46En effet dans le contexte post-crise, la question du travail et de la production devient prioritaire. La nouvelle direction de la Corporation abandonne les orientations urbanistiques et immobilières pour celles qui favorisent le retour de l’industrie dans la ville, en aidant les petites entreprises qui ont résisté à la crise et sur lesquelles repose la réactivation de l’économie urbaine. Une politique de microcrédits est mise en place. Des fabriques en déshérence sont réhabilitées pour rassembler des PME sous forme de cluster, telle l’usine Suchard à Villa Soldati37 ou encore le pôle pharmaceutique. Les actions sont menées en collaboration étroite avec les différents ministères du gouvernement de la ville, ceux de la Planification et des Travaux publics et de l’Industrie notamment. Le cumul de la fonction de directeur de la Corporation et de ministre du travail sous la gestion de Telerman (2006-2007) entérine cet état de fait38.

  • 39 Boletín Medio Ambiente, n° 3, Gobierno de La Ciudad, 2006.

47Dans cette nouvelle étape, l’accent est mis sur le volet productif du triptyque du développement durable. Le vote de la loi Buenos Aires : ciudad productiva qui modifie le code d’urbanisme de 1977 pour permettre le retour de l’industrie dans la ville est présenté comme un élément de préservation accrue de l’environnement, établissant une chaîne de relations entre impacts environnementaux, productivité et qualité de la vie. « À la recherche de l’équité, le développement durable considère l’équilibre entre les aspects sociaux, économiques et environnementaux. Les districts de zonification de l’actuel CPU consolident les privilèges et les valeurs immobilières de certaines zones et entraînent la détérioration d’autres, dans la mesure où le zonage existant distribue de manière peu équitable l’installation des industries et des services. Elle entraîne la précarisation de l’activité industrielle en ne permettant pas de régulariser les situations illégales. Elle freine l’application de la loi de gestion intégrale des déchets urbains… »39. Lors de l’audience publique qui précède le vote de la loi, le secrétaire à l’Environnement de la ville, Marcelo Vensentini, a défendu la loi comme « une opportunité pour entraîner un développement durable de la ville, en développant des actions de l’État qui attirent les investissements productifs et à leur tour stimulent l’attention portée à l’environnement » (avril 2006). Le projet de loi qualifié de « progressiste et kirchnériste » a émergé dans un contexte de reprise économique où les petites et moyennes entreprises, bridées dans leur expansion par le code de planification de 1977 de la période militaire ont fait pression pour qu’il soit modifié. Les lobbies de commerçants et de PME et les syndicats se sont retrouvés sous la même bannière pour faire passer la loi « Buenos Aires, ville productive », mais paradoxalement les écologistes également.

  • 40 Entretien avec Sandra Carlino, septembre 2005.
  • 41 « Buenos Aires, Ciudad productiva » debe facilitar la implementación del plan « basura Cero » in l (...)

48Comment interpréter cette « coalition de cause » entre les productivistes et les écologistes ? Elle s’est construite sur l’argument que la modification du code de planification de 1977, qui avait banni les industries de la ville, permettrait le renforcement des normes de contrôle de l’environnement (loi 123). L’ONG Greenpeace saisit cette occasion pour faire aboutir son projet de développement de centres de tri et de recyclage des ordures, en montrant que les cartoneros aujourd’hui dispersés dans les rues de la ville pourraient prêter ainsi un meilleur service, en se prévalant de l’expérience de la coopérative de tri et de recyclage, El Ceibo. Installée dans le quartier de Palermo la coopérative, après la crise de 2001, avait organisé le travail des cartoneros pour en faire des « promoteurs environnementaux », en sensibilisant les habitants du quartier au tri des ordures. Cette expérience avait d’ailleurs incité la municipalité, dès 2002, à mettre en place un registre habilitant leur activité ainsi qu’un programme de recyclage (PRU)40. C’est donc sous la pression active de Greenpeace que le vote de la loi « Buenos Aires, ville productive » (loi 1854) a été associé au vote de la loi « Basura Cero », dont l’objectif est de réduire de moitié la quantité d’ordures d’ici à 2015 et d’instaurer le tri et le recyclage des ordures dans la capitale. Dans la foulée, la coopérative écologique de recyclage de Bajo Flores (CERBAF) est inaugurée le 1er mai 2006 par le maire de la ville. Évidemment, il faut souligner toute l’ambiguïté de cette loi alors que dans le même temps, la ville interdit désormais aux cartoneros d’y entrer en carrioles et que rien n’a été fait contre les puissantes mafias qui ont pris le contrôle de cette activité très lucrative41.

49De fait, la seule opposition est venue de la Centrale des architectes et des habitants de certains quartiers résidentiels qui ont dénoncé une loi jugée trop permissive et dangereuse dès lors qu’elle ne respecte pas le PUA. Mais leur prise de position a été étouffée par l’euphorie de la reprise économique et la priorité donnée à l’emploi [Prévôt-Schapira, 2007].

Conclusion

  • 42 Dans ce contexte, des « voisins » (au sens des habitants) s’organisèrent autour du vieux projet de (...)
  • 43 Cf. Buenos Aires, paisaje culural : el río, la Pampa, la Barranca historica y la immigración. Ce p (...)

50Pour conclure, reprenons plusieurs points permettant une comparaison avec les autres sites. Tout d’abord, à Buenos Aires, les conflits et les crises ont été des moments importants où l’idée de développement durable a pris consistance par des chemins sinueux et complexes. De fait, si l’idée avait fait une apparition timide lors de la conférence de Río, ouvrant la discussion dans le milieu des professionnels de l’urbain sur l’opportunité de l’élaboration d’un Agenda 21, c’est le nouveau contexte politique d’autonomie de la ville qui élargit le débat, le politise et le fait sortir du cercle restreint des écologistes et des défenseurs de la nature. La notion de défense du cadre de vie devient très présente à un moment d’effervescence civique lié à la discussion sur l’autonomie de la ville. Ces idées entrent en effet en résonance avec l’opposition d’une large partie des classes moyennes contre la privatisation des espaces publics et des espaces verts au début des années 1990. Durant toute la période de la Constituante, des réseaux et des forums de discussion s’établissent et se multiplient. C’est alors que les ONG écologistes et environnementalistes de défense de la qualité de vie des habitants, des « voisins » avec toute la charge que ce mot contient à Buenos Aires, deviennent des acteurs quasi-institutionnels du débat et de la gouvernance urbaine42. Au même titre que les syndicats et les associations de professionnels, les ONG et fondations écologistes ont imprimé leur marque de fabrique à la rédaction du Plan stratégique, « Buenos Aires 2010 » et à son volet environnemental. Elles ont contribué à construire la demande de la ville auprès de l’UNESCO d’une nouvelle labellisation : Buenos Aires « paysage culturel », patrimoine de l’Humanité43.

  • 44 Abrazo : chaîne humaine autour du parc.

51Pendant toute cette période, les habitants (vecinos) se sont mobilisés, en déployant des pratiques innovantes, telles les abrazos44 autour des parcs menacés par la privatisation, comme ce fut le cas pour le parc Lezama ou encore pour la défense de l’espace public des bois de Palermo. L’organisation de forums hybrides et d’émissions de télévision en a fait un thème politique lors de la rédaction de la Constitution de la ville de Buenos Aires (1996), étroitement associé à la démocratie participative. Lors des élections de 1999, la Fondation Ciudad demande aux candidats de s’engager sur un « pacte écologique ». Durant cette période, l’idée de développement durable a été centrée sur la défense des espaces publics, des espaces verts et de la qualité de vie, suscitant des actions de vecinos contre des installations non désirées (clubs sportifs privés, restaurants sur la rive du fleuve). De telle sorte que l’on peut dire que durant cette première phase, tout se passe comme si la question de l’écologie portée par les classes moyennes rencontrait avant tout un écho dans le Nord de la ville, sans que s’établisse de relation avec la question sociale située au Sud.

52La période 1996-2000 a ouvert une nouvelle phase de discussion autour du développement durable dans sa triple dimension, en donnant une emphase particulière à la question de l’équité et des quartiers, comme lieu (place) politique et centre de services. Son action a été guidée par la volonté de réduire les inégalités nord/sud pour réincorporer le Sud au Nord. L’élaboration d’un plan stratégique pour la zone Sud, qui a été réalisée avec une large partie des habitants, a impliqué un changement d’approche en introduisant la question des inégalités écologiques et de l’Agenda 21.

53L’idée de développement durable s’institutionnalise en quelque sorte avec les débats présidant à l’élaboration du Plan Urbano Ambiental. Pour autant, ce fut pour beaucoup une occasion frustrée pour penser la ville dans sa dimension métropolitaine, c’est-à-dire de poser la question des échelles d’intervention et des périmètres d’action à privilégier dans la mise en œuvre de politiques de développement durable et de construction de la gouvernance métropolitaine. Nous avons vu que ce thème est désormais repris par de nombreux acteurs. En ce sens, la prise en compte de la question du « Sud » a fait bouger les frontières, car elle a ancré les politiques dans un territoire et, par là même, souligné l’importance de l’approche territorialisée.

  • 45 Entretien avec P. Mesa, sous-secrétaire au développement durable de la ville de Buenos Aires, 2006

54Avec la délimitation d’un périmètre d’action dans le Sud, le terme « Développement durable » fait son entrée officielle dans l’organigramme du gouvernement de la ville. Il migrera ensuite d’une dépendance à l’autre, en fonction des temps politiques et de la réorganisation des équipes. En 2000, la question du développement durable est prise en charge par un sous-secrétariat intégré à celui de l’industrie et du tourisme pour mettre en place une législation, une information et une éducation environnementale dans la ville. De manière classique, la dimension sectorielle est alors privilégiée : pollution de l’air, nuisances sonores, transports, sans référence à des territoires45.

55À bien des égards, on peut dire que c’est la crise et paradoxalement la reprise économique qui convient « le développement durable » au cœur du débat de la cité. En effet, la dimension environnementale est devenue omniprésente dans les controverses qui ont éclaté ces quatre dernières années, comme si l’épiphanie qui semble toucher Buenos Aires, à partir de 2003, avait aiguisé les tensions et les conflits. À l’évidence la crise et ses effets a donné au paradigme environnemental une place majeure dans l’arbitrage et la résolution des conflits, mais elle a aussi ouvert de nouveau le débat sur le modèle de ville. La ville durable se construit dans le conflit à travers les nouveaux répertoires d’action collective qui ont émergé durant la crise et aussi à travers les nouveaux instruments et formes de représentation issus de la période démocratique.

  • 46 Cf. le débat entre architectes, planificateurs et représentants du gouvernement de la ville sur le (...)

56Tous les débats et les conflits passent par le tamis du développement durable, pour le meilleur et pour le pire. On pourrait donner de très nombreux exemples. C’est au nom du respect de l’application de la loi 123 d’un contrôle rigoureux des impacts environnementaux que les habitants du quartier de classes moyennes de Caballito ont fait suspendre la construction autorisée par le code d’urbanisme des tours premium de 30 à 40 étages, en octobre 2006. Ce conflit a ouvert le débat sur la densité versus l’étalement urbain, obligeant à regarder au-delà de l’avenue General Paz46. Ce conflit a également souligné la fragilisation de la planification face au poids pris par les mouvements d’habitants de classes moyennes. Peut-on, comme le dénoncent certains groupes d’architectes « progressistes », qualifier ces mouvements de NIMBY ou ne doit-on pas plutôt y voir l’ouverture d’une discussion plus ample sur la relation entre forme urbaine et ville durable ?

57C’est également à travers ce prisme qu’est désormais abordée la question sociale des villas miseria, présentée comme un désastre écologique, non sans arrière-pensée de la part de certains. Les risques sanitaires (eau, ordures) sont désormais mis en avant comme facteur intrinsèque des inégalités Nord/Sud. De même que les discriminations dans l’accès de ces territoires aux services publics sont dénoncées comme une atteinte aux droits de l’homme.

  • 47 Entretien avec le dirigeant du MTL, Carlos Chile, mars 2007.

58Ces thèmes ont été imposés à l’agenda politique par les mouvements et les mobilisations (bottom up) de résistances aux expulsions et par les expériences réussies de groupes militants pour construire du logement social, pour réhabiliter des immeubles abandonnés, pour urbaniser des friches industrielles orphelines. C’est le cas des 330 logements construits par le Movimiento Territorial Liberación47 organisé en coopérative de travail et qui s’est vu décerner par les professionnels de l’urbain le prix de la meilleure « best practice » de la ville durable pour l’année 2006. Mais cette réalisation exemplaire est aussi le résultat de la lutte des habitants et des organisations des occupants et locataires (MOI) pour le droit à vivre dans les espaces centraux. Car la résistance aux expulsions a permis le vote de loi 341 qui met en place un dispositif d’accès au crédit pour l’achat de vieux édifices ou de vieux bâtiments à recycler par des coopératives, ce dans le contexte de crise aiguë de l’année 2000. Ces expériences résultent d’une imbrication complexe d’intérêts, de pratiques participatives, de nouveaux dispositifs alternatifs d’accès au logement social. L’idée du droit à la ville et à la ville-centre est explicitement affirmée par des petits groupes militants ou associatifs qui revendiquent d’être des acteurs à part entière dans la production du logement social.

59Enfin, dans ce mouvement qui est allé de pair avec l’avancée de la législation environnementale, tant au niveau national que local, les mobilisations d’habitants contre des installations industrielles jugées dangereuses (Dock Sur et La Boca) se sont multipliées, appuyées par les ONG environnementalistes et les habitants qui se saisissent de la loi pour faire valoir leurs droits à un environnement sain. Dans le cas de l’assainissement du Riachuelo ce sont les associations de riverains vivant sur les berges du fleuve qui déposent en juin 2006 une plainte auprès du « médiateur de la Nation », obligeant l’État à prendre ses responsabilités. À l’évidence, « l’effet usine de pâte à papier » et la volonté de la Cour suprême de faire preuve d’autonomie par rapport au gouvernement Kirchner ont favorisé leur action et permis de débloquer une situation qui paraissait paralysée depuis presque vingt ans.

60Bref on peut dire qu’aujourd’hui, par un cheminement compliqué, la question de la durabilité est présente dans l’esprit des organisations territoriales et qu’elle s’est imposée aux municipalités du Conurbano comme un défi majeur face aux demandes croissantes des habitants. C’est le cas à La Matanza où les habitants de Gonzalez Catan se sont organisés en association de défense pour protester contre le stockage des ordures de la capitale sur leur territoire ou encore de celui des habitants des municipalités du sud-ouest de l’agglomération, incriminant l’entreprise privatisée Suez de la remontée de la nappe phréatique.

  • 48 Cf. Le débat organisé par le Café de Las ciudades « ¿ Evaluar impactos o planificar la ciudad ? », (...)
  • 49 Cf. Déclaration de Alicia Pierini, médiatrice de la ville lors d’un séminaire organisé à son initi (...)

61Pour autant, à côté de l’expérience des habitants, il convient de prendre en compte la dimension institutionnelle de l’action publique dans ce domaine. Ces questions sont désormais inscrites dans l’agenda de la municipalité de Buenos Aires. En 2006 le gouvernement de la ville demande à la Fundación Ambiente y Recursos naturales (FARN) de penser à un code de l’environnement, avec la participation des habitants qui sont invités à s’inscrire dans des forums de discussion. Force est de constater que les thèmes de campagne pour l’élection du maire de la ville, le 3 juin 2007 ont tous à voir avec la question de la durabilité : le transport, les ordures, la densification des villas miseria dans le sud de la ville, la construction des tours48, mais aussi et surtout la dimension métropolitaine, soulignant ainsi la nécessaire articulation des échelles spatiotemporelles constitutives de la durabilité urbaine49.

62Paris, octobre 2007

Entretiens réalisés dans le cadre de cette recherche

Gouvernement de la ville autonome de Buenos Aires

63Maria Rosa Martinez, architecte, directrice générale du Centre historique, ministère de la Culture, GCABA, mars 2006.

64Sandra Carlino, directrice du programme des « Recuperadores urbanos » (PRU). Sandra Carlino a été à l’origine du vote de la loi n° 992, en 2004, régulant l’activité des 10 000 cartoneros qui étaient encore présents dans la ville à cette date, mars 2006. Marta Aguilar, architecte, directrice du développement urbain (Projets urbains), secretariat de l’équipement et de la planification urbaine, GCABA, mars 2006. María Cecilia Roggi, sociologue, Registre unique des familles bénéficiaires, ministère du Développement social, GCABA, avril 2006.

65Pablo Mesa, coordinateur des programmes environnementaux, sous-secrétaire à l’environnement, secrétariat de la production, du tourisme et du développement durable de la CABA, mars 2006.

66Massimo Lanzetta, sociologue, sous-secrétariat à l’environnement, secrétariat de la production, du tourisme et du développement durable de la CABA, mars 2006.

67Pablo Perelman, directeur du CEDEM, Centre d’études pour le développement économique métropolitain, ministère de la Production du GCBA, avril 2007.

Corporación Buenos Aires Sur, Gobierno de la Ciudad Autónoma de Buenos Aires

68Alicia Pierini, médiatrice de la ville de Buenos Aires.

69Iliana Mignaqui, architecte et urbaniste, directrice adjointe de la Corporación Sur de 2000 à 2005, actuellement professeur à la FADU, mars 2006 et avril 2007. Alejandro Calampuca, directeur exécutif, CBAS, à partir de 2005, mars 2006. Ariel Lieutier, directeur du programme de crédit et de formation des PME, CBAS, mars 2006.

70Oscar Moreno, chargé de la communication, CBAS, mars 2006.

71Anahi Maldonado, chef de projet à Corporación Aires Sur Buenos mars 2006, avril 2007.

Programa Buenos Aires y el Río

72David N. Mutchinick, Coordinateur général, secrétariat de la Production, du tourisme et Développement durable.

Fondations et organisations

73Carla Rodriguez, sociologue et militant du Movimiento de Occupantes y Inquilinos, (MOI), Gino Germani, UBA.

74Carlos Chile, dirigeant national du Movimiento Territorial Liberación (MTL).

75Diego Chmielevsky, Fundación Metropolitana, Planeamiento Estratégico para la Región Buenos Aires, www.metropolitana.org.ar

76Mora Gutiérrez de Arauz, Fundación Ciudad, www.fundación.org.ar

77Plan stratégique « Buenos Aires 2010 ». Rodolfo Guinta, historien, ENAM, mars 2006.

Professionnels de l’urbain et monde académique

78Andrés Borthagaray, urbaniste, spécialiste des transports, ancien secrétaire à la décentralisation du GCBA.

79Alfredo Garay, architecte et urbaniste, ancien secrétaire à la planification durant la gestion de Carlos Grosso et actuellement sous-secrétaire à l’habitat, Province de Buenos Aires.

80Eduardo Reese, architecte et urbaniste, Université General Sarmiento, assesseur de la municipalité de San Fernando, 2006-2007. Carlos Berdichevsky, Agence d’architectes 2006.

81Pedro Conrado Sondereguer, directeur de la licence en gestion environnementale, Université de Lanús.

82Antonio Elio Brailowsky, ex-médiateur adjoint à l’environnement de la ville, militant écologiste, professeur à l’Université Di Tella.

83Alejandro Rofmann, économiste, ancien sous-secrétaire au développement durable durant la gestion de De La Ruá, 19972000, chercheur au CEUR/UBA.

84Gabriela Merlinsky, a fait partie de l’équipe de A. Rofmann, chercheuse au Gino Germani, UBA.

85Horacio Eduardo Caride, architecte, professeur à la FADU-UBA.

86Mabel Santoro, géographe, attachée parlementaire du groupe RECREAR à l’Assemblée législative de la ville de Buenos Aires.

87Hilda Herzer, sociologue, responsable du programme de recherche de sociologie urbaine, Institut Gino Germani, UBA.

Bibliographie

Bibliographie

Auyero Javier, Swisten Debora, The social Production of Toxic Uncertainty, 2007, ceas.iscte.pt/ethnografeast/papers/javier_auyero.pdf

Bradway Laska Shirley, Spain Daphne, Back to the city : issues neighborhood renovation, New York, Pergamon Press, 1980.

Carman María, Las trampas de la cultura. Los “intrusos” y los nuevos usos del barrio Gardel, Buenos Aires, Paidós, 2006, 272 pages.

Carrión Fernando, La Ciudad construida. Urbanismo en América latina, FlacsoEcuadorJunta de Andalucia, 2001.

Chavez Daniel, Goldfranck Benjamin, The left in the city : participatory local governments in Latin America, London, Latin America Bureau, 2004.

ciudad de buenos aires, « Desarrollo sustentable para una mejor calidad de vida », Desarrollo Sustentable, Secretaria de Medio Ambiente y Desarrollo Sustentable, Subsecretaria de Desarrollo Sustentable, n° 1, año 1, 2000.

De Privitellio Luciano, Vecinos y ciudadanos. Politica y sociedad en la Buenos Aires de entre guerras, Siglo xxi, 2003.

De Martonne Hélène, « Buenos Aires, étude de géographie urbaine », Annales de géographie, 1935, p. 281304.

Demazières Christophe, Rodriguez Arantxa, « Le grand projet emblématique, réponse des métropoles à la globalisation. Le cas de Bilbao », Espaces et Sociétés, 1998, n° 95.

Dunowicz Renée (dir. et coord.), 2000, 90 años de vivienda social en la ciudad de Buenos Aires, Programa de Mantenimiento Habitacional, FADU/UBA.

Emilianoff Cyria, Connaître ou reconnaître les inégalités environnementales, Communication au colloque, « Les villes au défi du développement durable », GREGUMESO 65 90, 13 oct. 2006.

Garay Alfredo, « La centralidad y los antiguos centros. El caso de Buenos Aires », 2002, mimeo. 17 pages.

George Pierre, « Problèmes urbains de la République Argentine, Annales de géographie, n° 41, LXXVII année mai-juin 1968.

Gorelik Adrían, La grilla y el parque. Espacio público y cultura urbana en Buenos Aires, 1887-1936, Buenos Aires, Universidad Nacional de Quilmes, 1998.

Gorelik Adrián, « Para una agenda política de reformas urbanas », in Miradas sobre Buenos Aires, Historia Cultural y crítica urbana, Buenos Aires, Siglo xxi, 2004, p. 225-244.

Herzer Hilda et al. « ¿ Revalorización de áreas centrales en la ciudad de Buenos Aires ? », mimeo, juin 2000, 23 pages.

Herzer Hilda et al., « Organizaciones sociales en el barrio de la Boca. Perspectiva sobre la renovación », Mundo Urbano, n° 23, junio-agosto, 2004.

Jacobs Jane, The Death of Life of Great American Cities, New York, Random House, 1961(trad. franç. par Claire Parin, Déclin et survie des grandes villes américaines, Liège, Pierre Mardraga, 1991.

Jeifetz Néstor Rolando, Rodríguez María Carla, La génesis del movimiento cooperativista autogestionario en la ciudad de Buenos Aires y la construcción de las politicas de hábitat popular – la experiencia del MOI (Movimiento de Occupantes e Inquilinos CTA), mimeo, 2005.

Lemmon Wayne A., « Can Sprawl Be Good » ? Planning Commissioners Journal, 2001.

Mora Y Araujo M., « Viejas y nuevas elites », in José Luis Romero, Luis Alberto Romero, Buenos Aires, historia de Cuatro Siglos, t. ii, Buenos Aires, Ed. Altamira, 2e édition actualisée, 2000 (1re édition 1983).

Merlinsky Gabriela, « Vulnerabilidad social y riesgo ambiental : ¿ un plano invisible para las políticas públicas » ? Mundo Urbano, n° 29, 2007.

Murillo Fernando, Nuevos enfoques públicoprivado de intervención urbana en la era de la globalización. Buenos Aires Sur ¿Hacia más fragmentación ?, FADU, Documento de Trabajo CIHaM n° 5, Mayo de 2004.

Oszlak Oscar, Merecer la ciudad. Los pobres y el derecho al espacio urbano, Buenos Aires, Humanitas-CEDES, 1991, 303 p.

plan urbano ambiental, 7 volumes, GCBA/Secretaria de Planeamiento Urbano, 1999.

programa revitalización zona sur, Diagnóstico Físico Territorial, Secretaria de Medio ambiente y desarrollo regional, Gobierno de la Ciudad, avril 2000, Buenos Aires, 55 p.

plan estratégico, Zona Sur de Buenos Aires, Gobierno de la Ciudad, Subsecretaria de Desarrollo Regional, 2000.

plan estratégico, « Buenos Aires 2010 », GCBA, 2005.

Prévôt-Schapira Marie-France, « Amérique latine. La ville fragmentée », Esprit, novembre 1999.

Prévôt-Schapira Marie-France, « Buenos Aires : Metropolización y desigualdades », EURE, Santiago du Chili, XXVIII, n ° 58, 2003, p. 3150, www.scielo.cl

prévôt-Schapira Marie-France, « Buenos Aires : Métropolisation et nouvel ordre poli tique », Hérodote, n° 101, 2e trimestre 2001, 2001, p. 121151, www.cairn.org

prévôt-Schapira Marie-France, « Buenos Aires après la crise : ville créative, Métropole insoutenable », Colloque du CEISAL, Bruxelles, 1113 avril 2007.

Sassen Saskia, The global city. New York, London, Tokyo, Princeton University, 1991 [éd. française, 1996].

Scobie James, Buenos Aires del centro a los barrios, Buenos Aires, Solar, 1986.

Szajnberg Daniela, Mann Marina, Arias Santiago, « Estrategias de acceso a tierra y vivienda de movimientos sociales con acción territorial en la ciudad de Buenos Aires », RevistaTHEOMAI : THEOMAI Journal, Estudios sobre sociedad, Natureleza y Desarrollo/Society, nature and Development Studies, número special 2005.

Terco Mario L., « ¿Cómo cambiar de una vez por todas el ya agitado (y además confuso) Código de planeamiento Urbano de Buenos Aires » ? ZIRMA, Desarrollos Urbanos y Ambiente sostenible, Revista digital, año 5, número 47, septiembre 2006.

Theys Jacques, « Quand inégalités sociales et inégalités écologiques se cumulent » in Développement durable, villes et territoires, innover et décloisonner pour anticiper les ruptures, DRAST-MELT, 2000.

Welch Max (editor), Buenos Aires a la deriva. Transformaciones urbanas recientes, Ed. Biblos, 2005.

Notes

1 Texte du rapport écrit dans le cadre du projet « Réhabilitation des centres urbains : l’Amérique latine à l’aune des expériences européenne », Programme pluridisciplinaire « Développement urbain durable », du Ministère délégué à la recherche et aux nouvelles technologies, CNRS-CREDAL.

2 Abréviation employée en Argentine pour caractériser la mouvance « progressiste » des classes moyennes de la capitale.

3 Avec la crise, l’activité de récupération des papiers et des cartons est devenue un moyen de survie pour les pauvres. Une très grande partie des cartoneros viennent des villas miseria de la banlieue. « Les 10 % les plus riches gagnent 35 fois plus que les 10 % les plus pauvres. 20 % gagnent 54,6 % entre 2006, contre 43 % en 1974, les 40 % plus pauvres 11,4 % contre 17,5 % en 1974 », cf. Clarin, « Pese al fuerte crecimiento de la economia, la brecha entre rico sy pobres en la capital y en el Conurbano », 26mars 2006.

4 Dans les années 1990, en Amérique latine le titre du livre de E. Maricato et al., A Cidade do pensamento único, est devenu synonyme d’une ville produite par les transformations libérales et soumise aux recettes imposées par la Banque mondiale et le FMI.

5 La majeure partie de ces entretiens ont été réalisés durant les mois de mars-avril 2006, avec la collaboration de Gabriela Merlinsky, sociologue, CONICET/Institut Germani-UBA.

6 Entretien avec Maria Rosa Rodriguez, avril 2006.

7 Arrivée d’une population de jeunes artistes, de jeunes branchés, mais aussi de touristes et de « résidents étrangers » attirés par ce que l’on a appelé le « Printemps argentin ». La reprise économique s’est traduite par des changements extrêmement rapides : transformation des garnis et hôtels meublés en hostelings pour touristes et expulsion massive des immeubles squattés.

8 Entretien avec Marta Aguilar, mars 2006, Cf. également, in Max Welch (editor), Buenos Aires a la deriva. Transformaciones urbanas recientes, Ed. Biblos, 2005, p. 39 et suivantes.

9 Plan de renovación urbana de la zona Sur de la ciudad de Buenos Aires, 1971, 287 pages, Ente para la renovación urbana de la zona sur, Municipalidad de la Ciudad de Buenos Aires (Instituto Histórico de la Ciudad de Buenos Aires, ref. 201).

10 Du nom du brigadier Osvaldo Cacciatore, intendant de la ville de Buenos Aires durant la dernière dictature.

11 Marta Aguilar, Devenir de supuestos : de los « universales » a los « criollos », in Max Welch, op. cit.

12 C’est un terme toujours utilisé en Argentine, très largement autoréférentiel.

13 En 1990 naît l’association des Amis du lac de Palermo pour s’opposer au projet du maire de la ville, Carlos Grosso, d’amputer le Parc Tres de Febrero de 50 hectares pour y construire un hôtel 5 étoiles et un terrain de golf.

14 Création en 1990 de l’Asamblea de desalojados de la Boca.

15 Daniel Alberto Sasbsay, « El derecho ambiental y la construcción de un futuro sustentable », in M. Gutman (ed.), Caras y Caretas/New School University, 2005.

16 Entretien avec A. Rofman, sous-secrétaire d’état au « Développement Durable » du Gouvernement de la ville de Buenos Aires de 19992001, avril 2006.

17 « Afirman que fue intencional el incendio de Villa Sodati », Clarin, 9 février 2007.

18 Interview du médiateur (Defensora del Pueblo) de la ville de Buenos Aires, Aliccia Pierini, avril 2006.

19 Plan de la BID, 100 millions de dollars.

20 J. Auyero, « En los estudios de pobreza, el medio ambiente esta rezagadó », p. 12, 24 juin 2006.

21 Piden que se declare el « alerta sanitario » en barrios Sur porteños, Clarin, 25042006, « Dos refinerías de petróleo, ocho plantas de recepción y almacenaje de petróleo y sus derivados, cuatro plantas de recepción y almacenaje de productos químicos, una central termoeléctrica, un incinerador de residuos peligrosos. Cruzando el Riachuelo, en Dock Sur, se encuentra uno de los más grandes conglomerados de la industria química y petroquímica del país. Los habitantes de La Boca, Barracas, San Telmo y Puerto Madero respiran las sustancias tóxicas que cotidianamente emanan más de 50 fábricas, poniendo en riesgo su salud ».

22 Je reprends le titre du livre de Luis Alberto Romero, ¿Que hacer con los pobres ? Elites y sectores populares en Santiago, 1840-1895, Santiago de Chile, Ed. Sudamericana, 1997.

23 Entrevue avec A. Rofman qui a été un proche collaborateur de E. Hardoy. Deux villes, Salvador de Bahia et Quito, lui ont inspiré le projet qu’il aurait souhaité mettre en œuvre qui s’opposait, selon lui, à celui de la Corporation Sur qui avait voulu transformer le sud en « un espace pour faire des affaires » et y attirer les classes moyennes. Buenos Aires, Faculté d’Économie, 21 mars 2006.

24 Cf. « Desarrollo sustentable. Una estrategia alternativa hacia una sociedad igualitaria en la ciudad de Buenos Aires », Cuadernos de Debate, Año 2, 2001, Subsecretaria de desarrollo sustentable.

25 Le vote qui entérine le découpage de la ville en communes n’a eu lieu qu’en 2007.

26 Documento de Trabajo : Plan Estratégico Zona Sur de Buenos Aires. Gobierno de la Ciudad, Secretaria de medio Ambiente y Desarrollo regional, Subsecretaria de desarrollo regional, juillet 2000.

27 Red Ciudadana de Desarrollo Sustentable, n° 1, julio 2001.

28 Artemio Pedro Abba, “Mitos y leyendas sobre la condición metropolitana”, www.revistaambiente.com.ar/imágenes/99

29 « Bien que les programmes des candidats à la mairie de Buenos Aires présentent des différences notables, tous coïncident sur un point : il est urgent que l’investissement public arrive dans la zone sud qui a peu bénéficié des plans de reconversion urbaine. Partant de ce constat du manque d’infrastructures dans la zone Sud, l’engagement de tous les candidats de prendre des mesures pour favoriser son développement a été considéré par les promoteurs immobiliers interviewés comme un fait positif. “L’aménagement de cette zone qui a toujours été reléguée est important. La reconversion devra prendre en compte la relocalisation des familles pauvres”, souligne Héctor D’Odorico, président de la chambre des promoteurs immobiliers. Dans ce sens, Iliana Mignaqui, coordinatrice du programme d’investissements élaboré par l’équipe du candidat A. Ibarra/C. Filgueras (Alianza) souligne que ces propositions encourageront la construction de logements : “Des périmètres de développement immobilier prioritaire à Lugano et à Villa Soldati seront établis pour y développer des projets publics d’amélioration de l’espace urbain, dans le but d’y attirer les investisseurs privés. Dans certains cas, on peut même envisager partenariat public/privé où l’État apportera le sol urbain et le privé financera la construction des logements”, précise Iliana Mignaqui en se référant au programme “Pour une ville productive, compétitive et inclusive” que l’Alianza présente aujourd’hui », Ambito Financiero, 04/04/2000.

30 Entrevue avec l’architecte Iliana Mignaqui, vice-président de la Corporación Sur de 2000 à 2004, mars 2006.

31 Legislatura de la Ciudad de Buenos Aires, Dirección de Información y Archivo Legislativ, Medio Ambiente y Urbanismo, Area de Desarrollo Sur, LEY Nº 470BOCBA 1025 Publ. 12/09/2000, Art. 2º – corporación buenos aires sur sociedad del estado. Se crea la sociedad del estado denominada Corporación Buenos Aires Sur para desarrollar actividades de carácter industrial, comercial, explotar servicios públicos con el objeto de favorecer el desarrollo humano, económico y urbano integral de la zona, a fin de compensar las desigualdades zonales dentro del territorio de la Ciudad de conformidad con lo dispuesto en el artículo 18 de la Constitución de la Ciudad, los lineamientos del Plan Estratégico y del Plan Urbano Ambiental, las previsiones del ordenamiento normativo y en concordancia con lo dispuesto por el artículo 8.1.2. del Código de Planeamiento Urbano en materia de renovación urbana.

32 L’exemple de la ville de Bilbao engagée depuis la fin des années 80, dans une opération de transformation spectaculaire des friches industrielles, autour du Musée Guggenheim de Franck Gehry, inspire le discours de la Corporation.

33 La loi 23967 permit à la ville de transférer des terres publiques à des promoteurs pour construire du logement social. L’Institut Municipal de la Vivienda a pensé, profitant des faibles prix de la terre, pouvoir faire venir des classes moyennes dans le Sud. Le programme de l’IVC de Villa Luro « Terreno, Proyecto y Construcción » allait dans ce sens.

34 El Sur aún espera un futuro mejor, La Nación, 23/08/01.

35 Cf. revue Punto de Vista, n° 71, 2003.

36 « Uno de los principales desafíos que tiene la Corporación Buenos Aires Sur es de revertir aquel paisaje desolador, a la par que plantear la discusión sobre cual debe ser el rol de los estados locales en el desarrollo economico regional », entrevue avec Ariel Lieuter le 24 mars 2006.

37 Cf. revue de la Corporation, Buenos Aires al Sur, n° 5, juin 2005.

38 En mars 2006, le maire de la ville, A. Ibarra, est destitué de ses fonctions dans le cadre de la responsabilité de la municipalité dans l’incendie de la discothèque « República de Cromagnon » qui avait entraîné la mort de 194 jeunes en décembre 2004.

39 Boletín Medio Ambiente, n° 3, Gobierno de La Ciudad, 2006.

40 Entretien avec Sandra Carlino, septembre 2005.

41 « Buenos Aires, Ciudad productiva » debe facilitar la implementación del plan « basura Cero » in la Ciudad, Basura Cero, Greenpeace, 5 avril 2006.

42 Dans ce contexte, des « voisins » (au sens des habitants) s’organisèrent autour du vieux projet de la FLACSO de programme participatif de gestion de l’environnement (PPGA) pour développer le « couloir vert de l’ouest » et la mobilisation autour du Parc d’Avellaneda (1998-2000), dans la zone Sud laissée à l’abandon pour une gestion participative.

43 Cf. Buenos Aires, paisaje culural : el río, la Pampa, la Barranca historica y la immigración. Ce programme définit un espace cristallisant l’expression de la culture et du progrès de la ville.

44 Abrazo : chaîne humaine autour du parc.

45 Entretien avec P. Mesa, sous-secrétaire au développement durable de la ville de Buenos Aires, 2006.

46 Cf. le débat entre architectes, planificateurs et représentants du gouvernement de la ville sur le thème, ¿El urbansprawl puede ser bueno ? texte produit lors de la réunion organisée par la revue Café de Las Ciudades, Buenos Aires, mars 2007. Voir aussi, « El boom de las contrucciones y la falta de EIA en Buenos Aires », Marcelo Capelluto y Elsa Margarita Fornasero, 26-12-06, « El impacto ambiental de las nuevas construcciones en la Ciudad de Buenos Aires es desastroso ; se derrumban casas típicas con jardines para levantar edificios gigantescos que perjudican a las construcciones bajas existentes, tapando el sol, invadiendo la privacidad, y desde ya generando problemas en la infraestructura de servicios », Boletín Ecoportal. Net, El directorio Ecológico. Vecinos de distintos barrios de la Ciudad Autónoma de Buenos Aires reclaman un freno a la construcción de edificiostorres y piden una minuciosa evaluación de impacto ambiental.

47 Entretien avec le dirigeant du MTL, Carlos Chile, mars 2007.

48 Cf. Le débat organisé par le Café de Las ciudades « ¿ Evaluar impactos o planificar la ciudad ? », Buenos Aires, 22 mars 2007.

49 Cf. Déclaration de Alicia Pierini, médiatrice de la ville lors d’un séminaire organisé à son initiative : « Ambiente, Ciudad y Metropolis », 26-27 septembre 2007. « Il est nécessaire qu’un accord régional puisse trouver une solution aux problèmes communs et partagés par 12 millions d’habitants qui voient leurs droits bafoués en raison des problèmes de l’eau, du transport et de la pollution ».

Table des illustrations

Titre La métropole de Buenos Aires, le centre est aussi au sud
Légende Source d’après la base cartographique du bureau de l’Área Metropolitana de la Subsecretaria de Urbanismo y de Vivienda del Gobierno de la Provincia de Buenos Aires, 2008 et le recensement national de la population, des ménages et de l’habitat de 2001, INDEC.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
Titre Grand ensemble Gral Savio-Lugano III, construit en 1973 (8 000 unités de logement)
Légende © Marie-Noelle Carré, 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/483/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre La ville de Buenos Aires : logement social et habitat précaire
Légende Source : d’après Diagnostico Institucional, Sindicatura General de la Ciudad de Buenos Aires, Informe Especial, UPE N° 3, 2007.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/483/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Projets élaborés par la Corporación Buenos Aires Sur
Légende Source : d’après le document publié par la CBAS, 2001.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/483/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Titre Rive droite du Riachuelo (Lanús, Province de Buenos Aires), vue de l’avenue 27 de Febrero, ville de Buenos Aires
Légende © Marie-Noelle Carré, 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/483/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Titre Bidonville dans le sud de la ville : Villa 14Ciudad. Oculta dans le quartier de Villa Lugano
Légende Source : document publié dans le rapport « Alerta sanitaria en la ciudad » Defensoria del Pueblo de la Ciudad de Buenos Aires, 26 avril 2006 [en ligne, consulté le 30 juin 2007].
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/483/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Projet de corridor touristique et gastronomique dans le quartier de la Boca
Légende Source : Corporación Sur, 2000.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/483/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 298k

Auteur

Marie-France Prévôt-Schapira – géographe, Université de Paris VIII et CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540