Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Centres de villes durables en Amérique latine : exorciser les précarités ?

 | 
Hélène Rivière d’Arc

Buenos Aires

Buenos Aires. Réhabilitation urbaine et développement durable : le programme de l’Area Central, 1999-2006

Sara Ciocca et Graciela Schneier-Madanes
Traduction de Claudie Duport

Texte intégral

Personne n’ignore que le sud commence de l’autre côté de la rue Rivadavia…
Jorge Luis Borges

1Dégradation résidentielle et urbanistique, crise des équipements, vieillissement des réseaux, perte de population, en dépit de ces éléments caractéristiques de la situation des centres urbains latino-américains, le centre de Buenos Aires est aujourd’hui un centre dynamique, avec des investissements immobiliers, des travaux d’embellissement et de réhabilitation urbaine et des processus de gentrification. C’est un « centre vivant ».

2À l’instar d’autres métropoles internationales, Buenos Aires est un lieu de transformations économiques et technologiques qui ont un impact très fort sur la structure urbaine. Dans le modèle monocentrique traditionnel, qui a été en vigueur jusqu’au déclenchement du processus de métropolisation, l’Area Central de Buenos Aires concentrait une offre de commerces et de services dont le poids était prépondérant dans la structure des activités du territoire. Des conjonctures nouvelles ont peu à peu transformé cette centralité : en particulier le réseau de voies rapides, les transferts de population vers la périphérie, la création de nouveaux emplois sur de nouveaux sites, les changements dans les pratiques commerciales et d’autres processus concomitants qui ont entraîné une dispersion des activités, particulièrement dans le secteur commercial en rapprochant l’offre des lieux d’origine d’une demande nouvelle venant de la périphérie.

3Le « Programa del Area Central » du Plan Urbano Ambiental (PUA) de la ville de Buenos Aires de la fin des années 1990, constitue une base pertinente pour analyser la conception des politiques de revalorisation du centre de la ville et fournit des éléments pour une étude comparative avec d’autres centres urbains d’Amérique latine.

4Le programme s’inscrit dans le processus de planification économique, sociale, politique et urbanistique qu’a entraîné le nouveau statut juridico-administratif de Buenos Aires, ville autonome depuis 1996 et se propose d’apporter des éléments pour l’analyse des transformations qui ont eu lieu dans la ville-métropole. L’étude des interventions urbaines de réhabilitation/rénovation depuis dix ans, réalisées par le Gouvernement de la ville et leurs rapports avec le développement durable, constitue le fil conducteur de ce travail.

5Après une présentation du centre de Buenos Aires, on étudiera le cadre conceptuel et institutionnel du Programa del Area Central, ses antécédents théoriques et opérationnels ainsi que ses liens avec les exigences du développement durable. La seconde partie portera sur les stratégies visant à la récupération de la centralité, en particulier celles ayant trait à l’espace public et au programme d’interventions. Pour finir on présentera un état de la question trois ans après la mise en œuvre du Programme.

L’Area Central1

  • 1 Pour ce paragraphe nous avons utilisé : « Estudio del Area Central de la Ciudad de Buenos Aires », (...)

6On appelle « Area Central de Buenos Aires » (AC) le centre de la Région Métropolitaine de Buenos Aires (environ 2 900 km2, 12 millions d’habitants). La métropole recouvre la Ciudad de Buenos Aires (200 km2), capitale de la République Argentine, avec une structure urbaine forte qui remonte au début du xxe siècle (1914 : 1,4 m) et qui, depuis quarante ans, abrite une population qui avoisine les trois millions d’habitants.

Région métropolitaine de Buenos Aires

Région métropolitaine de Buenos Aires

Source : « Estudio del Area Central de la Ciudad de Buenos Aires », 2000, convenio FADUUBA/SPUGCBA. Directeurs : Sara Ciocca et Rafael Serrano.

7La métropole concentre près de 35 % de la population du pays et près de 53 % du PIB (2002). Si l’on analyse les mêmes données pour la ville de Buenos Aires, où réside 8 % de la population du pays, il est frappant de voir que l’on y trouve 25,5 % du PIB national, avec un revenu per capita, jusqu’en 2001, de 25 000 dollars US, tandis que le reste de la population métropolitaine et nationale bénéficiait à la même époque d’un revenu de 6 000 dollars per capita. Ces quelques chiffres permettent d’évaluer le degré de fracture sociale dans le pays, et entre la ville centrale et son entourage métropolitain [Ciccolella, 2003].

8La zone que l’on considère comme le « centre » de la ville de Buenos Aires occupe dans la hiérarchie un rôle prédominant de par son emplacement favorable, sa capacité à concentrer des éléments de haute valeur et sa qualité de siège du gouvernement, de centre des affaires et de prestation de services. Ce dernier est structuré à partir du centre historique, des agrandissements successifs et des rénovations par l’apparition de nouvelles places et avenues, autant d’exigences d’une ville moderne. Ces modifications n’ont pas affecté d’une façon homogène l’ensemble de l’espace central ; des rénovations ont également eu lieu le long des nouvelles artères, tandis que le tracé originel, découpé par ces percées, conserve ses conditions primitives, absorbant dans ce modèle urbain de nouvelles constructions et l’offre d’activités nouvelles poursuivie jusqu’à aujourd’hui.

Aire centrale de Buenos Aires »

Aire centrale de Buenos Aires »

Source : « Estudio del Area Central de la Ciudad de Buenos Aires », 2000, convenio FADUUBA/SPUGCBA. Directeurs : Sara Ciocca et Rafael Serrano.

9Inscrit dans le polygone défini par les trois terminaux ferroviaires : Constitución au sud, Retiro au nord et Once à l’ouest et par une bande côtière abritant des activités en cours de transformation, lieu des plus importants investissements immobiliers de la ville au cours de la décennie 1990, le noyau historique et administratif-financier s’organise autour d’éléments urbains majeurs, l’axe Plaza de Mayo-Congreso, l’Avenida 9 de Julio, la Plaza Lavalle avec les Tribunales, la Plaza San Martín. Il est accessible grâce à un réseau de transports publics de superficie et souterrain et à un système de rues et d’avenues célèbres comme Santa Fé, Corrientes, Florida et Lavalle.

10L’AC est très diverse, elle se présente comme une mosaïque économique, sociale et urbaine qui est la conséquence des différentes étapes de son développement économique et de son peuplement, jalonnées par des migrations internationales (depuis le début du xxe siècle) et intérieures (depuis les années 1940). On y rencontre des densités de population et des activités très diversifiées, des typologies de logements et de bureaux variées, du bâtiment entre murs mitoyens à la tour, en somme tout un patrimoine historique et architectural. L’ensemble bénéficie du réseau habituel d’équipements techniques (transport, eau, égouts, gaz, électricité, téléphone), un grand nombre dans un état de vétusté avancé et d’autres modernes (câble, fibre optique), dont la distribution est plus dense au nord, et la frange côtière.

Du centre traditionnel à la centralité élargie

11Entre la fin du xixe siècle et les premières décennies du xxe siècle, le centre a été l’objet d’une première restructuration. L’expansion de la ville du « centre vers les quartiers », favorisée par les moyens de transport et les changements socioéconomiques a eu pour contrepartie l’impulsion donnée par l’État aux opérations de modernisation destinées à adapter le centre à de nouvelles fonctions. La construction des bâtiments du Gobierno Nacional, les travaux du port et sur les infrastructures, ont été accompagnés par des opérations qui ont valorisé la trame coloniale. Dans un premier temps, la percée de l’Avenida de Mayo, les diagonales, l’élargissement de rues et d’avenues ont permis l’aménagement et l’agrandissement du centre ancien. Il faut souligner que, dès le début du xxe siècle Buenos Aires était l’une des villes les mieux équipées dans le monde en réseaux techniques : trains, tramways, métro, eau et assainissement, électricité et gaz, téléphone et télégraphe, radiotéléphonie. Dans cette première phase de la modernisation, l’axe de la centralité – politique, sociale, économique et urbaine – était constitué par l’ensemble Plaza de Mayo/Congreso.

12Des années plus tard, dans les décennies qui ont précédé la Seconde Guerre mondiale, l’élargissement de l’Avenida Corrientes, la construction de la Plaza de la República et de l’Obelisco (1936), avec la construction des premiers îlots de l’Avenida 9 de Julio, qui avait pour objectif de relier les gares de Constitución et de Retiro, ont déplacé vers le nord ce premier axe de la centralité. Les opérations de cette période ont entraîné un changement d’échelle et la verticalisation du centre de la ville. Aux bureaux des administrations publiques sont venus s’ajouter les sièges d’entreprises, une large offre de commerces et de lieux de distractions, théâtres, cinémas, bars et librairies, et des immeubles de rapport destinés aux classes moyennes en pleine ascension sociale, proposant différentes typologies et solutions architecturales, en utilisant les dimensions de la parcelle coloniale caractéristique du cadastre de Buenos Aires. Le centre fut rénové, on évita sa taudification, il partagea les rôles avec le système des centres de quartiers et du Grand Buenos Aires, qui se mettaient alors en place.

  • 2 Plan influencé par les positions de Le Corbusier et de Hegemann sur la pensée urbaine.

13Cette période verra naître progressivement un « Plan Director » pour le centre, marqué par la volonté de densifier2. Dénué d’application concrète, ce schéma aura cependant une influence décisive sur les instruments et les politiques pratiquées dans le cadre du « Plan Regulador de la Municipalidad » portant sur le programme de restructuration de la zone sud, la construction des autoroutes urbaines par la Junte militaire de 1976. Un Code de la Construction (1928), modifié en 1944, a réglementé une verticalisation accélérée et incontrôlée, en établissant les premiers principes d’une zonification fonctionnelle, en instaurant des rapports densité/hauteur et en précisant les vocations de chaque espace. Ce code, qui sera modifié ultérieurement, a joué le rôle d’un plan d’urbanisme qui n’a pas encore été adopté. Enfin, la Ley de Propiedad Horizontal de 1948 et de nouveaux systèmes de crédit qui ont permis aux classes moyennes l’accession à la copropriété dans les immeubles collectifs du centre constituent les facteurs historiques qui ont contribué à construire le panorama urbain tel qu’on peut l’observer aujourd’hui.

14Après les années 1970, la croissance métropolitaine (8,3 millions d’habitants) et des interventions à grande échelle réalisées au temps des gouvernements militaires (dictature ?) ont eu un effet paradoxal sur le centre traditionnel : d’un côté il a perdu de ses fonctions, de l’autre il a consolidé sa place dans une perspective de centralité élargie.

15Le système d’autoroutes urbaines, et l’achèvement de la percée de l’Avenida 9 de Julio auquel il s’intègre, a permis d’améliorer la communication entre le centre de la ville et la Région Métropolitaine. Sont apparues alors de nouvelles modalités dans la suburbanisation résidentielle qui se sont traduites par le déplacement des classes moyennes et élevées vers des countries et des quartiers fermés de la périphérie. Les entreprises industrielles, commerciales et de loisirs dans ces zones « alternatives » répondant aux nouveaux modes de consommation et d’utilisation du temps libre, ont suscité la faillite d’un grand nombre d’activités propres à la centralité traditionnelle. Les voies rapides, en facilitant l’utilisation de la voiture, ont eu pour conséquence une grave fragmentation de la trame urbaine. En revanche et avec des effets différents, l’expansion du quartier des banques et des administrations autour de Catalinas, la récente opération de Puerto Madero (1992), tout comme le développement du pôle culturel de Recoleta et l’enclave touristique de La Boca, ont contribué à renforcer le centre.

16Cette Area Central – dont le territoire est clairement délimité –, riche et sophistiquée dans le nord, appauvrie et sans ressources vers le sud, rassemble toute une gamme d’activités. C’est là qu’ont leur siège la plupart des services de l’administration publique et des plus grandes entreprises du pays, ce qui lui donne l’assurance de pouvoir compter sur les futurs investissements immobiliers du secteur tertiaire. Ses conditions d’accessibilité, grâce aux transports publics et privés, lui permettent d’offrir un large horaire de fonctionnement pendant toute la semaine. À la différence d’autres villes, elle continue à offrir une vie nocturne animée, en dépit d’un moins grand nombre d’offres de loisirs. Citons par exemple la disparition des salles de cinéma traditionnelles, remplacées par les multiplexes de la périphérie. Elle est aussi un espace recherché par les touristes ; on y trouve d’ailleurs la plupart des hôtels et des services de qualité.

  • 3 Proportionnellement la perte de population la plus importante a lieu dans le quartier de San Nicol (...)

17L’AC est cependant une zone d’expulsion de sa population. Au cours des trente dernières années, elle a perdu environ 40 % d’habitants. En 1970, sur un total de 2 984 591 habitants à Buenos Aires, l’AC en comptait 288 952, répartis sur cinq quartiers : Retiro, San Nicolás, Montserrat, San Telmo et Constitución. En 2001, sur une population de 2 768 772 personnes, le total de la population de l’AC était de 173 430 habitants3.

18Cependant, les évolutions sont différentes selon qu’on se trouve au nord ou au sud. Vers le nord (San Nicolás, Retiro), la proximité de zones résidentielles traditionnelles avec une population bénéficiant de revenus élevés ou moyens et la présence d’équipements, de services culturels, de zones de loisirs, de restaurants au bord du fleuve, et plus récemment le développement en cours du nouveau district de Puerto Madero à l’est de l’Area Central, ont constitué des facteurs décisifs à la préservation de la vitalité des activités économiques du centre. D’autre part, les quartiers du sud qui correspondent au centre historique, où la densité de population est faible ou moyenne (San Telmo, Constitución, Montserrat) traversent, pour des raisons variées et complexes, toute une série de transformations : croissance de l’activité touristique, emplacements avec des possibilités d’accès potentiel, présence de rues commerçantes, logements unifamiliaux dégradés, appartements convertis en « pseudo-hôtels » ou en pensions de famille, manque d’espaces verts, embouteillages et pollution due à la circulation.

19La situation des réseaux techniques, eau et assainissement, électricité, gaz, téléphone et internet est complexe. L’autonomie de Buenos Aires s’exprime dans un contexte de privatisation et de concession des principaux services urbains à des groupes privés internationaux, complétée par la création d’organismes de régulation pour chaque secteur. Cependant, l’organisme régulateur (ETOSS) de la gestion de l’eau et de l’assainissement, est le seul qui, dès 1996, ait eu un représentant.

  • 4 Pour ce qui est de l’eau, le parc des principales canalisations date (y compris celles installées (...)

20Quelle est aujourd’hui la situation de l’infrastructure de la ville ? Si nous nous en tenons aux réseaux de l’eau et de l’assainissement, la ville est entièrement couverte (à l’exception de 5 % d’habitants des villas miserias, mais les réseaux du centre4 sont en mauvais état. Le district Radio-Antiguo qui appartient à l’AC possède un système unifié, eaux de pluie-égoûts dont la gestion est partagée avec le concessionnaire (Aguas Argentinas). Par ailleurs, les inondations sont devenues un problème majeur dans la ville qui exigerait des travaux, notamment dans le quartier de La Boca, bien supérieurs à tout ce qui est réalisé. L’AC connaît en effet les situations les plus problématiques en raison de la vétusté et de l’état de dégradation des installations. Un plan de rénovation pour remédier à la vétusté du système garantit la continuité du service et des programmes ponctuels de remplacement et/ou de réhabilitation tentent de rendre de nouveau utilisables des infrastructures qui, dans certains cas, datent de 1910. Pour ce qui est des actions de réfection des revêtements des rues en particulier, le secteur du centre historique/zone touristique est le plus privilégié.

21Comme dans toute aire centrale vivante, il existe des conflits de circulation, qui révèlent des dérèglements dans l’organisation du transport public, le stationnement, l’utilisation des véhicules privés. Il règne aussi un grand désordre au niveau de l’information qui est dû au manque d’entretien ou au non-remplacement des panneaux endommagés ou manquants et à une réglementation qui concerne chaque type d’information en particulier mais qui ne tient pas compte de leur densité ou de la saturation de l’espace. À cela vient s’ajouter l’encombrement des trottoirs, et le nombre croissant de vendeurs ambulants qui font concurrence au commerce formel. On en conclut à la détérioration croissante de l’espace public.

Préservation et revitalisation/réhabilitation dans le centre

22La revitalisation est un thème qui appartient au développement durable mais appartenait antérieurement à d’autres acteurs. En effet, parallèlement aux actions menées par la municipalité, s’était mis en route un processus dynamique, engagé par le secteur privé (sociétés immobilières, propriétaires, professions libérales), « un travail de fourmi » qui a transformé progressivement plusieurs quartiers (Palermo Viejo, Soho, Hollywood, Las Cañitas, etc.).

  • 5 PACTARIM, ACT, Mairie de la Grande Cynthe (Dunkerque). Interviews Arq. A. Novik, M. Charrière, Arq (...)

23Si la seule politique prise en considération concernant certains secteurs de la ville est celle qui s’exprime d’une façon explicite, c’est-à-dire à travers un corpus de règlements et de décrets formellement arrêtés par les pouvoirs publics, il faudra attendre le retour de la démocratie, en 1983, pour voir apparaître ces programmes. L’exemple emblématique – par sa nouveauté dans la ville et ses perspectives sociales et institutionnelles, ainsi que par sa durée – en est le programme RECUP BOCA ; il s’agit de la récupération de conventillos dans le quartier de La Boca où, aux côtés de l’équipe municipale, a travaillé une équipe française dans le cadre de la coopération5. Ce programme est devenu un véritable vivier pour la formation des futurs responsables de ce type de programme (et des futurs projets « renouvelables ») ainsi que d’un réseau d’experts, parmi lesquels on trouve des personnels administratifs, des évaluateurs, des assistantes sociales, des architectes et des habitants.

24Par la suite, dans le cadre des politiques espagnoles de coopération pour le Ve Centenaire, des programmes de réhabilitation de centres historiques de l’époque coloniale ont été lancés en Amérique latine. À Buenos Aires, la réhabilitation de la Manzana de San Francisco, dans le centre historique, à proximité de la Plaza de Mayo, est un exemple des opérations à caractère « patrimonial » qui ont permis sa mise en valeur et son embellissement.

25Cette dernière stratégie est éloignée d’un autre type d’interventions qui relevait d’un courant de pensée antérieur, « patrimonialiste », concernant la préservation et la restauration de bâtiments historiques ou présentant de grandes qualités architecturales (palais du début du xxe siècle, dans le style Beaux Arts), très présent à Buenos Aires [F. Grementieri, 2005]. Plus récemment, cette orientation à caractère culturel et axée sur la préservation a été celle, retenue par le Secrétariat à la Culture de la ville (2000) et c’est dans cette direction que les équipes travaillent sur les quartiers historiques du centre.

26Dans une perspective élargie, un projet urbain en termes de « fragments urbains » et de « recomposition d’éléments » est lancé avec la réalisation de Puerto Madero. On pourrait avancer alors l’hypothèse de l’aspect « réhabilitateur » de cette opération qui combine des « morceaux d’architecture », restaurés, récupérés et reconstruits et créent une nouvelle limite structurée à la zone centrale de Buenos Aires, avec de multiples conséquences.

La question du centre historique

27Dans une analyse de la réglementation concernant les processus de rénovation/réhabilitation urbaine, le territoire visé renvoie presque toujours au site de fondation de la ville, le centre historique. Les modes de gestion ont varié en fonction des différents gouvernements et, progressivement, on est passé d’une attitude patrimoniale protectionniste à outrance, à une attitude de récupération d’une identité des quartiers et d’un patrimoine intouchable, en introduisant le concept de la protection du patrimoine comme une variable de la planification. Parallèlement, l’étendue du secteur concerné va évoluer, se réduire, devenir de plus en plus limitée.

28En 1962, le Código de la Edificación introduit la notion de district UF (urbanisation future) et délimite, parmi d’autres, une zone qui comprenait, outre le centre historique, une partie des quartiers attenants. Cette réglementation interdit toute possibilité de transformation du quartier ; il était prévu d’y maintenir l’usage de l’époque et de n’autoriser le maintien de la situation existante que jusqu’au moment où la situation aurait nécessité l’intervention de la municipalité pour étudier une future planification ou urbanisation du secteur (article 3.6.1).

29Au début des années 1970, la Municipalité engage le Plan de Renovación Urbana de la Zona Sur de la Ciudad de Buenos Aires. Elle veut disposer d’un projet concret pour la rénovation du Barrio Sur (zone bloquée par la municipalité au titre de l’UF), l’expansion administrative de la zone centrale sur des terrains à récupérer à Puerto Madero et le développement d’activités de loisirs sur la zone de comblement du fleuve. De ce plan, dont la conception de départ était celle de la table rase, seule fut appliquée partiellement la codification comme District U11 du Code de Planification Urbaine, pour une zone plus réduite que celle que délimitait le plan [O. Suárez, 1994].

30La visibilité du quartier de San Telmo et sa revalorisation comme centre historique remonte à la création, en 1968, du Museo de la Ciudad et à l’installation ultérieure de la foire aux antiquités, Plaza Dorrego. En 1979 est publiée la réglementation U24 touchant la préservation de la zone historique d’une détérioration croissante ; on y déclare le district secteur de « préservation et de sauvegarde des valeurs architecturales, historiques et culturelles ». Cette qualification donne une identité spécifique à la zone historique, en la séparant du reste du sud de la ville. Jusque-là, San Telmo était considéré, dans la réglementation, comme une zone destinée à des usages commerciaux puis plus tard comme une zone d’urbanisation future (UF), ce qui autorisait les destructions et la construction d’immeubles modernes.

31La création du district U24 marque une période d’inflexion pour San Telmo : le passage de quartier ancien, dégradé, au futur incertain à centre historique traditionnel qu’il est impératif de préserver. Mais la réalité fut beaucoup moins rigide pour le quartier. Les normes du district fixaient des critères généraux très restrictifs destinés à conserver le caractère de la zone, avec une hauteur maximum des constructions de 10 mètres, à l’exception des avenues, sans possibilités d’exceptions à l’intérieur du district. On ne prévoyait pas de lignes budgétaires spécifiques pour la zone et les investissements publics furent pratiquement nuls. On mentionne la nécessité d’offrir des avantages fiscaux mais on n’arrive pas à les définir. On crée au sein de la « Secretaría a la Cultura » de la Municipalité une Commission Technique Permanente chargée de recevoir et d’accorder les permis de construire aux particuliers, les acceptations restant à la limite de l’arbitraire.

Le district U24

Le district U24

Source : « Estudio del Area Central de la Ciudad de Buenos Aires », 2000, convenio FADUUBA/SPUGCBA. Directeurs : Sara Ciocca et Rafael Serrano.

32C’est ainsi que la zone déclarée relevant de la protection du patrimoine est « gelée », d’un côté en raison de l’absence d’investissements publics, de l’autre du fait du manque d’intérêt et/ou de possibilités économiques des particuliers. Les professionnels de l’immobilier considèrent ces normes comme une limitation pure et simple à la possibilité d’exploiter un bien et une « atteinte au droit de propriété ». Cette mesure avait d’ailleurs déclenché de fortes pressions de leur part pour faire disparaître la référence à un espace délimité, qui aboutiront finalement à le réduire. Cette norme resta en vigueur (1979-1992) et régit des politiques contradictoires ; d’un côté on crée la zone historique, de l’autre, quelques îlots plus loin, on démolit des dizaines de mètres linéaires de cœurs d’îlot pour construire des autoroutes qui encore aujourd’hui transpercent la ville. Conséquence inévitable : une dégradation croissante et une paupérisation du centre accompagnées de pertes élevées d’habitants. En 1992 fut adoptée l’ordonnance n° 45517, qui créait un nouveau type de district à l’origine de la première Area de Protección Histórica de la Ciudad de Buenos Aires (APH1), et jetait ainsi les bases de la préservation d’un secteur du centre historique. Pour la première fois, un corps organisé de normes légales donnait une structure à l’action du pouvoir exécutif dans le cadre de la planification dans le domaine du patrimoine, l’obligeant à s’en tenir à un catalogue précis de bâtiments à préserver et à des normes établies régulant l’usage et la destination des investissements.

Le district APH1

Le district APH1

Source : « Estudio del Area Central de la Ciudad de Buenos Aires », 2000, convenio FADUUBA/SPUGCBA. Directeurs : Sara Ciocca et Rafael Serrano.

33La réglementation reconnaît différents niveaux de protection : général, où l’on identifie des zones homogènes du point de vue de la morphologie et du tissu urbain, où doivent être consolidés les caractères qui valorisent l’ensemble ; du bâti, qui concerne les constructions sur la parcelle, enfin l’environnemental qui concerne l’espace public dans les zones qui se distinguent par la qualité du paysage, leurs valeurs symboliques, sociales ou spatiales. Cette ordonnance est toujours en vigueur, à travers le processus qui oblige tout particulier à soumettre des plans à la Subsecretaría de Planeamiento, organe de tutelle, avant de réaliser toute intervention dans l’APH1.

34Des processus combinés de dégradation et de gentrification caractérisent San Telmo. On peut y observer un processus complexe de valorisation ponctuelle (logements pour catégories de population à hauts revenus, artistes) sur l’ancienne rue Defensa, à proximité du Museo Histórico, avec en perspective de nouveaux investissements immobiliers sur des bâtiments industriels récupérés. D’autre part, les processus de taudification et d’abandon de maisons concernent une population migrante ou ayant de très bas revenus, mais aussi une population de classes moyennes frappées par la crise.

Le développement durable dans les politiques de la Ville de Buenos Aires : le Plan Urbano Ambiental

35La restauration en 1983, de la démocratie au niveau national et provincial n’a pas eu son pendant corollaire pour la ville de Buenos Aires, siège de la capitale fédérale, qui continua à être administrée par un délégué nommé par le pouvoir national. Ce n’est que récemment, en 1996, que la ville voit changer son statut juridique et que, en accord avec les termes de la constitution nationale, elle acquiert le statut de gouvernement autonome. Dans le cadre de cette transformation politico-administrative est adoptée la Constitución de la Ciudad qui, parmi ses priorités, inscrit la nécessité de mettre en œuvre des politiques sociales destinées à lutter contre les situations de pauvreté et d’exclusion et introduit, dans son cadre conceptuel, la dimension environnementale, enfin donne un rôle important à la planification.

36Le développement durable y est inscrit : le « droit à un environnement sain » est présent dans la Constitución Nacional adoptée en 1994 et dans celle de la Ciudad de Buenos Aires (art. 129). C’est dans ce contexte, mais aussi par mandat exprès de la Constitution, qu’est affirmée la nécessité d’élaborer un Plan Urbano Ambiental, avec le caractère de loi-cadre pour les travaux publics et la réglementation urbaine. Le Plan débute par une série d’études qui aboutissent à un premier document : Buenos Aires, prediagnóstico territorial y propuestas de estrategias (1997), qui allait servir de base pour la rédaction de la Loi 71 votée par l’Assemblée de la Ciudad autónoma de Buenos Aires de 1998.

37La loi définit le caractère du Plan Urbano Ambiental, en tant qu’instrument techniquepolitiqueetsesfonctionsdansl’aménagementduterritoireetde l’environnement ; elle crée un Conseil chargé de l’élaboration du Plan et de sa programmation, de son évaluation et de la mise en place de la participation. Il s’agit d’un « processus participatif qui intègre les changements urbains, la croissance économique, la justice sociale, la préservation de la diversité culturelle et l’utilisation rationnelle des ressources environnementales » (art. 11). Le plan a pour objectif l’amélioration des conditions de vie de la population sans mettre toutefois en péril la satisfaction des besoins des générations futures.

38Le Plan Urbano Ambiental (PUA), concrétisé dans un Document final de juillet 2001, a été l’aboutissement d’études et d’expertises préalables dont une grande partie réalisées au sein de l’Université de Buenos Aires, et des objectifs figurant dans la Loi 71. Le PUA se propose de lutter contre des situations d’inégalités et de déséquilibres, grâce à une politique urbaine qui englobe un large éventail de programmes et de projets, comme la création d’espaces publics de qualité pour les habitants, la revitalisation de zones dégradées et la réalisation d’équipements manquants. Des idées-forces y figurent : l’identité, la qualité de la vie, la protection de la qualité résidentielle, la qualité des paysages et au premier chef la concertation.

39Il faut signaler que, au-delà du PUA, animé par des politiques et des professionnels, ingénieurs, architectes, urbanistes, d’autres acteurs ont contribué à l’élaboration du Plan Estratégico de la Ciudad de Buenos Aires. Ils allaient s’intéresser à la problématique qui est au centre de l’action du gouvernement : la globalisation, la participation, etc. De fait, ils constitueront les acteurs de la mise en application des principes de décentralisation du gouvernement de la ville. Ce processus, qui comprendra l’Area Central, a permis la création de centres de gestion et de participation.

40Le Plan Urbano Ambiental définit un ensemble de stratégies territoriales pour la ville qui peut se résumer ainsi : « renforcer et compléter le centre de l’agglomération dans son offre polyfonctionnelle », « redimensionner et réhabiliter l’infrastructure des transports comme les principaux accès de la ville », « équilibrer le développement urbain en renforçant la zone sud », « relier transversalement les couloirs, en favorisant le développement de centres et des sous-centres locaux », « récupérer les côtes fluviales de la ville, en en permettant l’accès et un usage public », « mettre en valeur le système des grands parcs et créer une coulée verte dans le couloir de l’ouest », et « réaliser une opération physique et sociale en liaison avec la province, en prenant comme axe le Riachuelo ». [PUA, Documento final, 2001].

Les stratégies territoriales du PUA

Les stratégies territoriales du PUA

Sources PUA. Les stratégies : équilibrer le développement de la ville et consolider le Corredor Sur ; consolider et améliorer le centre urbain de l’aire centrale ayant comme base richesses et diversité d’activités ; réussir la liaison transversale nord-sud de la ville et renforcer les centres locaux (de quartiers) ; mettre en valeur le système de grands parcs et créer un axe vert au Corredor del Oeste ; améliorer l’infrastructure du transport portuaire, ferroviaire et aérien et les grandes portes d’accès à la ville ; promouvoir la réalisation d’une grande opération avec l’axe du Riachuelo.

41En ce qui concerne le « Diagnóstico area ambiental », le Plan récapitule les problèmes par secteurs : inondations, contamination de l’eau et dégradation des zones côtières, nuisances sonores, contamination de l’air, déchets ménagers, dangers sanitaires, espaces verts, capacités de résistance des infrastructures. La question de l’eau est l’objet d’une attention spéciale (eau potable, assainissement, électricité, gaz). Or, il apparaît clairement que, à l’exception de l’organisme de régulation de l’eau, tous les autres services échappent complètement au contrôle de la ville. Aucune vision synthétique ne permet d’apporter des éléments susceptibles d’appuyer de possibles stratégies au-delà de celles de chaque secteur.

42Chacune des stratégies territoriales du PUA a été récupérée et a servi de cadre à l’action du gouvernement, alors que le Plan n’avait même pas encore été approuvé par la Législature. C’est dans ce contexte que projets et propositions pour le centre vont être repris dans le Programa del Area Central.

Programme pour le Centre

43La crise profonde qui a frappé l’Argentine, à la suite des changements structurels survenus dans les années 1990, a atteint une phase critique en décembre 2001, avec la chute du gouvernement national. En 2002, avec plus de 50 % de la population du pays en dessous du seuil de pauvreté et un chômage qui atteignait des sommets incroyables, s’est mis en marche, au sein de la Subsecretaría de Planeamiento, un processus de planification qui reprenait les stratégies territoriales du PUA, une façon de le légitimer, même sans l’approbation de la Législature. « Dans ces années-là, on a travaillé dans l’urgence et on a sauvegardé le “châssis” de la ville, en assurant un entretien minimum, tout en travaillant en même temps à la préparation des interventions à mener à bien à la sortie de la crise. » [Charrière, 2005]

44Voilà que se présente le moment de la formalisation de fait du Programa del Area Central. Ce programme s’est matérialisé par le biais d’une multiplicité d’initiatives simultanées. Il a consisté en un ensemble d’actions qui conjuguent des interventions physiques, des modifications dans la réglementation en vigueur et l’adoption de nouvelles normes, des processus de gestion et de communication et d’interaction avec les acteurs sociaux. L’année 2003, dans le cadre d’un processus de sortie lente de la crise, va offrir les conditions d’une mise en œuvre du programme.

45À partir du PUA on peut lire les objectifs qui sont intégrés dans ce programme : « Renforcer l’Area Central de la ville en tant que centre de référence reconnu au niveau international et centre de gravitation au niveau local, métropolitain, régional et national, en mettant en avant ses avantages stratégiques et en modérant les situations environnementales et fonctionnelles négatives qui sont les siennes. » Articuler diversité et spécialisation, améliorer l’accessibilité et la fluidité, augmenter et améliorer la qualité résidentielle, préserver le patrimoine et l’identité, voilà quelques-uns des objectifs qui allaient orienter les interventions. Sans avoir force de loi, le PUA témoigne d’une approche nouvelle de la gestion urbaine qui combine création d’espaces publics et revitalisation de zones dégradées.

46Les propositions contenues dans le programme comportaient des hiérarchies et étaient déclinées à différentes échelles. Tout d’abord, il intégra un ensemble de projets au niveau macro-structurel qui, même s’ils concernent directement l’Area Central, se situent au niveau de la métropole. C’est le cas de la prolongation de l’autoroute côtière, l’Autopista Ribereña, qui allait permettre de faire de l’Avenida 9 de Julio une avenue promenade, de l’aménagement des « portes » de la zone de Retiro et de la Gare de Constitución, de la restructuration du système des transports publics, de l’extension du réseau de souterrains et de l’interconnexion transversale des systèmes ferroviaires. Tout cela devant améliorer la qualité environnementale en réduisant l’utilisation de la voiture. La réalisation de ces projets dépend, du fait de leur complexité et de la situation juridique, d’un consensus entre la Ville et la Nation mais au-delà, essentiellement, de la volonté politique et des finances publiques ce qui, dans l’agenda gouvernemental, les situe dans le long terme et les rend sujet aux aléas politiques. De ce point de vue, la réalité montre trop souvent un volontarisme extrême qui fait que les choses passent pour le résultat de gestions multiples et d’engagements personnels.

  • 6 C’est-à-dire qui peuvent être mis en place par un même gouvernement, qui théoriquement dure quatre (...)

47Le programme, face à ces contraintes, s’est rabattu sur un ensemble de propositions destinées à répondre à des problèmes spécifiques du secteur, « matérialisables et visibles6 » à court terme et axées sur la mise en valeur de l’espace public et la priorité donnée au piéton considéré comme personnage principal. Tout cela dans le but de décourager les automobilistes d’accéder au centre. Les interventions ont porté sur la valorisation des éléments urbains les plus significatifs, emblématiques du centre : l’axe Plaza de Mayo-Congreso, l’Avenida 9 de Julio, la Plaza Lavalle et la Plaza San Martín, et sur la création de nouvelles rues piétonnes, Diagonal Norte, Santos Discépolo et Tres Sargentos, plus la prolongation de la partie piétonne de Lavalle jusqu’à Bajo. On a ainsi tenté d’alléger les flux piétonniers très importants qui empruntent les trottoirs des rues et avenues Lavalle, Corrientes et Uruguay du côté du Palacio de Tribunales. Ces travaux ont fait passer les zones piétonnes du centre à 20 000 m2.

48Toujours en 2003 le centre historique devient une entité institutionnelle, le décret n° 2696/2003 qui définit un polygone – incluant l’APH1 – qui est l’objet d’un plan de mise en œuvre dont l’objectif principal est « d’offrir aux habitants une meilleure qualité de vie en conservant l’identité historique et socioculturelle, en protégeant le patrimoine architectural, urbanistique et culturel » cela afin de renforcer d’une part, le caractère résidentiel du secteur en prônant l’intégration sociale et de l’autre, de développer des activités économiques, touristiques et culturelles.

Centre historique : directrices

Centre historique : directrices

Source : « Estudio del Area Central de la Ciudad de Buenos Aires », 2000, convenio FADUUBA/SPUGCBA. Directeurs : Sara Ciocca et Rafael Serrano

49Fondé sur des interventions sur le milieu physique, la revitalisation d’activités, l’articulation de la formation et de l’emploi et une politique de communication et d’information, le plan a pour but de donner naissance à toute une série de programmes qui visent à la réalisation de ses objectifs. Il se traduit, fondamentalement, par un embellissement des espaces publics, une assistance technique pour la restauration des façades, la promotion de lieux d’expositions et d’échanges culturels, la création d’une école-atelier pour la restauration du patrimoine bâti et un important travail de conscientisation et de vulgarisation du patrimoine.

  • 7 À partir des recherches et d’informateurs-clefs dans plusieurs services du gouvernement de la vill (...)

50On aurait pu penser que l’institutionnalisation du centre allait constituer un outil qui aurait facilité la gestion et rendu plus aisées les procédures administratives, mais la réalité a été bien autre. Même si l’autorité de contrôle de l’APH1 relève uniquement de la Secretaría de Planeamiento, le plan d’application, lui, relève depuis 2000 de la Secretaría de Cultura, même si ses origines remontent au plan de revitalisation des quartiers de San Telmo-Montserrat, qui date de 1989 et qui avait été lancé par la Secretaría de Planeamiento y Medioambiente7.

51Contrairement à ce qui se passe pour le « Plan de Manejo del Casco Histórico », le Programa del Area Central porte sur un territoire dont les limites sont floues et qui varie en fonction des différents projets notamment celui qui est concerné par le Plan de Manejo.

52Parallèlement aux travaux de transformation du bâti, des projets de réglementation sont lancés. Il faut noter en particulier la formulation d’un projet de loi sur la rénovation des bâtiments existants (traitement législatif en cours) : la proposition a pour objet d’encourager l’investissement privé dans le secteur – objectif spécifique, le parc créé antérieurement au Código de Planeamiento de 1977, contribuant ainsi à la protection du patrimoine qui, même sans valeur historique particulière, représente un important apport au niveau du paysage, et constitue une valeur économique incontournable. On espère que, sur le plan social, cette réglementation va permettre de répondre à une partie de la demande de logement social dans la ville, en intégrant dans le tissu existant la population concernée.

53Le Programme a, dès le départ, été largement diffusé à travers les journaux les plus lus. Avant chaque projet en particulier, tous les acteurs concernés ont été reçus par le Gouvernement de la ville. Par la suite de nombreuses réunions d’information et de débats avec les habitants, les associations de protection du patrimoine, les associations de commerçants, des assemblées d’habitants réunis d’une façon spontanée et des syndicats, les associations professionnelles, des acteurs partageant souvent les mêmes intérêts, ou s’y opposant, ont eu lieu. D’un autre côté, le Programme qui portait sur un lieu ouvert, visible, suscita un intérêt inhabituel, des alliés inconditionnels comme des détracteurs acharnés.

54Les débuts ne furent pas faciles : recours devant la justice dans le cas de la rénovation de la Plaza San Martín, présenté par des défenseurs acharnés du patrimoine, des habitants craignant de ne jamais voir la fin des travaux sur la Diagonal Norte, gênes occasionnées par la réalisation des projets, craintes d’une invasion d’artisans dans les nouvelles zones piétonnes, protestations des automobilistes et des chauffeurs de taxis contre la réduction des voies de circulation, ont été les situations auxquelles les gestionnaires du programme ont eu à faire face. Mais tout ne posa pas problème. Certains acteurs : par exemple l’Asociación de Amigos de la Avenida Corrientes qui réunissait principalement des commerçants et des directeurs de théâtre, furent dès le départ, de fervents alliés du programme, en tempérant les débats et en servant d’intermédiaires entre les habitants « méfiants » et la coordination du programme. Et quand les travaux ont été achevés, les félicitations n’ont pas manqué.

En guise de conclusion

55Trois ans après la mise en œuvre du programme, plusieurs réalisations inaugurées et d’autres en cours de travaux, il semble possible d’esquisser quelques conclusions. On peut dire d’un côté, que le centre de Buenos Aires reste le noyau de l’agglomération, malgré un exode de population, un changement dans les habitudes et les modes de vie, en dépit des conséquences de la crise récente qui s’est traduite par l’absence d’investissements et un accroissement de la ségrégation sociale. L’avenue Corrientes, la rue Florida sont toujours des parcours obligés pour les voyageurs et les touristes, les grandes entreprises continuent à s’installer dans le centre, c’est le quartier des hôtels, des cinémas, des restaurants, des théâtres ; l’Obelisco et la Plaza de Mayo sont le rendez-vous obligé des manifestations. « Aller au centre » a peut-être perdu son sens récréatif mais pour l’administration et les commerces le centre est toujours là.

56Les décisions qui ont été à l’origine de l’application du Plan ont pris en compte, tout particulièrement, le fait que les travaux sur l’espace public ont une grande visibilité, qu’ils coûtent relativement peu et favorisent l’image du gouvernement qui les réalise. Si l’on fait une analyse exhaustive de la réalité, les projets présentés ont été relativement simples, ils n’ont pour ainsi dire presque jamais été source de conflits, ils ont eu des délais courts et de réelles possibilités de concrétisation. D’autre part, les interventions du programme sont définies sur la base d’un agenda propre de priorités et ce n’est que dans quelques cas, que des demandes émanant directement d’acteurs ayant un poids politique ou une influence suffisante encouragent ou facilitent la concrétisation d’interventions ponctuelles. C’est le cas de la conversion en voie piétonne du passage Santos Discépolo qui fut réclamée par les habitants et les associations de commerçants, par la voie du Centro de Gestión y Participación Vecinal.

57Cet exemple met en évidence la combinaison du processus et de l’action qui fut à l’origine de la décision du lancement d’un programme urbain ; il faut souligner qu’en parlant de questions urbaines, il est indispensable de travailler en liaison avec des institutions et des administrations. Il existe en effet un grand nombre d’organismes officiels qui partagent des responsabilités et qui ont en vue des interventions, particulièrement dans le domaine de l’espace public, sans réussir, et cela arrive très souvent, à combiner la diversité et la complexité des demandes urbaines d’une façon transversale et partagée. En ce qui concerne le programme, « il serait nécessaire de mener une réflexion sur une révision systématique des modes de gestion, qui sont la clef du succès ou de l’échec dans la mise en marche des projets, sur les procédures à l’intérieur de chaque institution, sur les rapports entre organismes, entre l’administration publique et la société » [Charrière, 2005].

58En ce qui concerne la participation des habitants, on a respecté une tradition de la gestion publique locale, à savoir entreprendre les processus participatifs en présentant aux acteurs concernés des projets déjà élaborés auxquels il sera permis d’apporter les modifications nécessaires pour aboutir à un consensus. Il ne faut pas nier cependant, que très souvent la participation des habitants a donné lieu à des attitudes très critiques, de type individualiste et conservateur qui limitent les possibilités d’une transformation urbaine. Par exemple, les recours en justice adressés par le Círculo de Amigos de Plaza San Martín pour paralyser les travaux sur la place, sont un exemple parlant de la manière dont certains habitants, ayant un certain pouvoir, s’estiment les uniques propriétaires d’un secteur de la ville, sans tenir compte du fait qu’ils ne sont qu’une partie d’une communauté plus large.

59Un débat pourrait s’ouvrir aussi pour savoir si la mise en application du programme a apporté des transformations. Pour le moment, d’après certains indices, on peut constater un certain succès dans la réussite des objectifs premiers du programme, dans le contexte de la conjoncture économique actuelle et de l’essor du tourisme. Le Centro est redevenu la « vitrine du pays ». L’Obelisco est le cliché le plus recherché.

60Manque de vitalité, insécurité, dégradation, stagnation étaient les termes choisis pour parler du centre. C’est cette image que les principaux journaux de la ville donnaient de cette zone. Et aujourd’hui, voici ce que l’on peut lire dans cette même presse : « Quelques mois après l’inauguration de trottoirs élargis, il n’y a déjà plus d’espaces destinés à la vente encore disponibles sur l’avenue. L’Avenida Corrientes, avec ses lumières et son animation jusqu’à l’aube, a retrouvé son dynamisme commercial de toujours » [Clarín, 2006]. En ce qui concerne le prix au m2 des différents secteurs de la ville, c’est le Centre qui a connu la plus forte hausse (68,8 %) ; on y a vu aussi la reconversion de stations services, par exemple à l’angle de Corrientes et de Santos Discépolo [Areas, 2006]. Il est important de souligner que les bénéfices retirés par le secteur privé, parfois provenant directement des travaux réalisés par l’État, n’ont pas été réinvestis dans la zone en général ; il n’y a pas eu d’outils de récupération des plus-values, de taxes particulières.

  • 8 Il s’agit du dernier îlot de l’Avenida Diagonal Norte, aujourd’hui rue piétonne.
  • 9 Le passage Santos Discépolo a également été transformé en zone piétonne.

61La population s’est appropriée sans attendre cette nouvelle offre d’espace public réputé et par son attitude a approuvé le programme. Là où il y avait auparavant des espaces de stationnement8, les tables de café occupent les trottoirs et de nouveaux bancs permettent aux employés de se reposer à l’ombre des jacarandas. Le tournant de Santos Discépolo9 joue le rôle de place de quartier, là où justement manquait ce type d’espace. La rue piétonne de Tres Sargentos, inaugurée il y a peu, est en train de devenir un lieu de la vie nocturne.

  • 10 Année de renouvellement des autorités locales et nationales.

62Le programme pour suivi jusqu’au milieu de l’année 200710 a les financements budgétaires pour les projets en cours. Il faudra voir encore s’il va réussir à créer des mécanismes et des outils capables de faciliter le retour tant attendu de la population dans le centre. Autre grand point d’interrogation, la continuité du programme au cours des administrations futures. Très souvent, le changement de responsables et cela même à l’intérieur d’un même gouvernement signifie l’arrêt des projets et l’abandon des objectifs de l’administration précédente. Dans ce contexte, le Plan Urbano Ambiental – tant qu’il aura l’approbation de l’assemblée – devrait être le garant de la continuité dans les politiques des différentes administrations, au-delà de la durée de vie politique des gouvernements locaux et nationaux.

Bibliographie

Bibliographie

Aguas Argentinas, « Diagnóstico y Plan Director de Renovación y Rehabilitación.

Redes de agua y cloaca, transporte y distribución en Buenos Aires », Buenos Aires, Dirección Estudios y métodos, 2001.

Baudizzone M., Lewkowicz I., Quiñones N., Sztulwark P., « Les flux qui ont besoin de la ville. L’intervention Tacuarí », in Rivière d’Arc H., Habiter en ville, Paris, UNESCO, 2006.

Ciccolella P., Lucioni N., « La ciudad corporativa. Nueva arquitectura empresarial, redefinición de la centralidad y surgimiento de una red de distritos de comando en la Región Metropolitana de Buenos Aires », Instituto de Geografía, UBA, Buenos Aires, Documento de Trabajo PDTEM, 2004.

Ciocca S., Serrano R. (dir.), « Estudio del Area Central de la Ciudad de Buenos Aires ». Convenio Facultad de Arquitectura, Diseño y Urbanismo-Secretaría de Planeamiento Urbano, Gobierno de la Ciudad de Buenos Aires, 2000.

Constitución de la Ciudad de Buenos Aires

Durán Valeria et al., Mapas barriales : ¿marca de las nuevas centralidades ? En Welch Guerra Max (editor), 2005 Buenos Aires a la deriva. Transformaciones urbanas recientes. Buenos Aires, Biblos, 2005.

Fundacion Ciudad, Foros para un Buenos Aires Sustentable : Buenos Aires y el río, Buenos Aires y el agua, Buenos Aires y el aire, 1997-98-99.

Gobierno de la ciudad de buenos aires, Plan Urbano Ambiental. Documento final, 2001.

Instituto nacional de estadísticas y censos, Compendio estadístico de la Ciudad de Buenos Aires, 2002.

Municipalidad de la ciudad de buenos aires, Código de Planeamiento Urbano de la Ciudad de Buenos Aires, 1980-1990.

Municipalidad de la ciudad de buenos aires, Plan de Renovación Urbana de la Zona Sur de la Ciudad de Buenos Aires, 1971.

Municipalidad de la ciudad de buenos aires, Código de la edificación de la Ciudad de Buenos Aires, 1963.

Petroni L., Plan de Acción para la recuperación de la costa de Buenos Aires, Comunicación al Seminario internacional Gestión del agua en areas metropolitanas, Buenos Aires – Montevideo, octubre, 2005.

Schneier-Madanes G., Buenos Aires, portrait de ville. Paris, Institut Français d’Architecture, CNRS/PirVilles, 1995

Schneier-Madanes G., Buenos Aires, une métropole en projet, Paris, Urbanisme, janv-fév, n° 298, 1998.

Schneier-Madanes G., Buenos Aires aborde son estuaire : Puerto Madero, Paris, L’architecture d’aujourd’hui, Paris, jan-fév., 2000.

Secretaría de cultura, GCBA, Plan de Manejo del Casco Histórico de la Ciudad de Buenos Aires, 2003.

Secretaría de infraestructura y planeamiento, Informe de Gestión, n° 2, Segundo trimestre 2005.

Suarez O., Planes y Códigos para Buenos Aires, 1925-1985, Serie Ediciones Previas FADU/UB, 1994.

Subsecretaría de planeamiento, Ley de Recuperación de Edificios Existentes. Informe de Presentación, 2004.

Diario clarín, Buenos Aires : ejemplares de agosto, oct.- nov. 2005, 21/03/06,

Diario la nación, Buenos Aires : ejemplares de septiembre, oct.- nov. 2005.

Revista areas, Inmuebles y negocios, marzo 2006.

Interviews

Asociación de Amigos de la Avenida Corrientes, 2005.

Asociación de Amigos de la calle Florida, 2005.

Asociación de amigos de la Avenida de Mayo, 2005.

Asociación de Amigos de la Avenida Santa Fe, 2005.

Arquitecta Claudia Santaló. Relaciones con la comunidad. Subsecretaría de Planeamiento Gobierno de la Ciudad de Buenos Aires.

Arquitecta Margarita Charrière. Subsecretaria de Planeamiento Gobierno de la Ciudad de Buenos Aires, feb.-nov. 2005.

Arquitecta Mirta Luppi. Dirección General de Planeamiento Interpretativo, Gobierno de la Ciudad de Buenos Aires, 2006.

Arquitecta Susana Mesquida. Dirección de Supervisión Patrimonio Urbano. Subsec-retaría de Planeamiento. Gobierno de la Ciudad de Buenos Aires, marzo 2006.

Arquitecto Rafael Serrano. Ex Consejero del Plan Urbano Ambiental, octubre 2005.

Centros de Gestión y Participación (CGP), Gobierno de la Ciudad de Buenos Aires.

Círculo de Amigos de la Plaza San Martín.

Aguas Argentinas, Dep. Estudios y Métodos, Gerencia zona centro, febrero y julio 2005.

ETOSS – Ente Tripartito de Obras y Servicios Sanitarios. Gerencias institucional y técnica. febrero 2005, Gerencia de Economía del sector, Comisión de usuarios, julio 2005.

Ing. Carlos Simurro, a cargo del programa de renovación y rehabilitación, ETOSS, octubre 2005.

Notes

1 Pour ce paragraphe nous avons utilisé : « Estudio del Area Central de la Ciudad de Buenos Aires », 2000, convenio FADU-UBA/SPU-GCBA. Directeurs : Sara Ciocca et Rafael Serrano. Cette étude fait partie des documents préalables qui ont servi de base au « PUA-Documento Final », 2001.

2 Plan influencé par les positions de Le Corbusier et de Hegemann sur la pensée urbaine.

3 Proportionnellement la perte de population la plus importante a lieu dans le quartier de San Nicolás (-51 %) tandis que dans les autres quartiers le taux est proche des 37 %.

4 Pour ce qui est de l’eau, le parc des principales canalisations date (y compris celles installées depuis la concession) en moyenne de 40 ans ; dans le centre plus de 29 % ont plus de 60 ans ; en ce qui concerne les réseaux de distribution, près de 30 % ont plus de 60 ans. Le système d’égouts est le plus ancien et celui qui pose le plus de problèmes (ruptures, inondations).

5 PACTARIM, ACT, Mairie de la Grande Cynthe (Dunkerque). Interviews Arq. A. Novik, M. Charrière, Arq. Raúl Pastrana (2005).

6 C’est-à-dire qui peuvent être mis en place par un même gouvernement, qui théoriquement dure quatre ans.

7 À partir des recherches et d’informateurs-clefs dans plusieurs services du gouvernement de la ville, on peut dire que ce dédoublement ne peut s’expliquer qu’à partir d’une logique de politique et de pouvoir.

8 Il s’agit du dernier îlot de l’Avenida Diagonal Norte, aujourd’hui rue piétonne.

9 Le passage Santos Discépolo a également été transformé en zone piétonne.

10 Année de renouvellement des autorités locales et nationales.

Table des illustrations

Titre Région métropolitaine de Buenos Aires
Légende Source : « Estudio del Area Central de la Ciudad de Buenos Aires », 2000, convenio FADUUBA/SPUGCBA. Directeurs : Sara Ciocca et Rafael Serrano.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/480/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Aire centrale de Buenos Aires »
Légende Source : « Estudio del Area Central de la Ciudad de Buenos Aires », 2000, convenio FADUUBA/SPUGCBA. Directeurs : Sara Ciocca et Rafael Serrano.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/480/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Le district U24
Légende Source : « Estudio del Area Central de la Ciudad de Buenos Aires », 2000, convenio FADUUBA/SPUGCBA. Directeurs : Sara Ciocca et Rafael Serrano.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/480/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Le district APH1
Légende Source : « Estudio del Area Central de la Ciudad de Buenos Aires », 2000, convenio FADUUBA/SPUGCBA. Directeurs : Sara Ciocca et Rafael Serrano.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/480/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Les stratégies territoriales du PUA
Légende Sources PUA. Les stratégies : équilibrer le développement de la ville et consolider le Corredor Sur ; consolider et améliorer le centre urbain de l’aire centrale ayant comme base richesses et diversité d’activités ; réussir la liaison transversale nord-sud de la ville et renforcer les centres locaux (de quartiers) ; mettre en valeur le système de grands parcs et créer un axe vert au Corredor del Oeste ; améliorer l’infrastructure du transport portuaire, ferroviaire et aérien et les grandes portes d’accès à la ville ; promouvoir la réalisation d’une grande opération avec l’axe du Riachuelo.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/480/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Centre historique : directrices
Légende Source : « Estudio del Area Central de la Ciudad de Buenos Aires », 2000, convenio FADUUBA/SPUGCBA. Directeurs : Sara Ciocca et Rafael Serrano
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/480/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 348k

Auteurs

Sara Ciocca – architecte, Universidad de Buenos Aires

Graciela Schneier-Madanes – architecte et géographe, CNRS-CREDAL

Claudie Duport (Traducteur)

© Éditions de l’IHEAL, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540