Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Centres de villes durables en Amérique latine : exorciser les précarités ?

 | 
Hélène Rivière d’Arc

Recife

Recife. Les délimitations du centre de Recife

Inertie, dynamique et logiques d´interventions1

Jan Bitoun

Texte intégral

  • 1 La ville de Recife fut à la fois, au cours des années 1990, un bon élève des recommandations et de (...)

1La discussion proposée ici porte d´abord sur le caractère fragmentaire des actions visant à dynamiser le centre urbain de la ville de Recife (Brésil) et qui provient, en partie, des difficultés à concevoir le centre dans toute son extension, dans le contexte des transformations urbaines qui ont marqué l´histoire récente de la ville.

2On prétend démontrer que les instruments conceptuels et normatifs de la préservation et de la réhabilitation des centres urbains n´ont pas été capables de prendre en compte la rapidité et l´ampleur des transformations fonctionnelles et morphologiques qui, en quelques décennies, ont modifié la notion même de centre de la ville de Recife. Préservation et réhabilitation sont des processus qui engagent de nombreux acteurs privés, entraînant par leurs actions une dynamique qui promeut de nouvelles centralités, tandis que d´autres, plus anciennes, stagnent et se dégradent. Si les pouvoirs publics ne sont pas attentifs à cette dynamique et conservent, par inertie, une délimitation du centre qui n´intègre pas ces actions, ou ne les conçoivent pas comme incluses dans une dynamique de restructuration du centre, les synergies nécessaires à la préservation et à la réhabilitation ne se réaliseront pas et prédomineront sur les actions fragmentaires et au coup par coup. On ne prétend pas ici que cette caractéristique est due exclusivement à ce problème de délimitation. Mais celui-ci joue un rôle dans la mesure où il rend plus difficile la définition concertée d´une stratégie capable de réunir de nombreux acteurs engagés dans la promotion d´une meilleure qualité de l´espace central de la ville. Au cœur des débats concernant la notion de développement durable, la définition de cette stratégie concertée enchaînant des actions de courte et moyenne durée de façon que sur la longue durée des objectifs communs puissent être atteints, engageant acteurs privés et publics, est une composante essentielle du caractère soutenu et durable de la politique et de la technique de requalification du centre. Or, lorsque le projet de modernisation du centre de la ville, réalisé jusque dans les années 1970 du xxe siècle selon des modèles peu respectueux du patrimoine et de la diversité, commence à intégrer la notion de conservation, il y a une dissociation entre l’acteur public qui se charge, avec peu de moyens, de la lente réhabilitation du patrimoine ancien et les acteurs privés qui ne s’y intéressent guère. Ceux-ci ont appris à construire une ville moderne en dehors du centre telle que les normes l’ont délimitée et quand ils le réinvestissent, c’est pour y édifier des gratte-ciel.

3Par ailleurs, la notion de développement durable est inséparable de la recherche d´une cohésion sociale, ce qui pose un problème évident dans une société marquée par une extrême inégalité, comme l´est la société brésilienne. Disposant d´un instrument récent de mesure de cette inégalité dans l´espace urbain de Recife [Atlas de Desenvolvimento Humano no Recife, 2005], on se propose de souligner les limites des propositions et des actions de requalification qui ne prennent pas en compte les dimensions physiques et sociales de la misère qui caractérise objectivement une grande partie de l´espace central. La simple transposition de solutions « internationales » pourrait être à l´origine de ces limitations ou, plus directement, l’asymétrie des relations de pouvoir dans une société locale pour laquelle cette inégalité est devenue naturelle.

Dynamique urbaine et expansion du centre : temps long et accélération récente

4Si l´on considère le temps long de près de deux siècles (du xviiie au milieu du xxe), on comprend que s´est établie une conception du centre relativement stable qui peut avoir rendue difficile l´émergence d´une nouvelle conception adaptée aux rapides transformations de la seconde moitié du xxe siècle. Dès le xviiie siècle, la ville comprend l´extrémité méridionale d´une péninsule sableuse, prolongeant vers le sud sur près de six kilomètres la plage de Olinda, dont l´acropole dominant la barre abrite la capitale coloniale de Pernambouc de 1540 à 1823. Sur cette flèche est situé le port, protégé par les récifs qui la flanquent à l´est, et implanté lors de la fixation coloniale en 1540. Vers l´ouest, la ville occupe la partie septentrionale et centrale de l´île Antônio Vaz, enserrée entre deux bras du fleuve Capibaribe, et partiellement drainée et construite durant la période hollandaise (1630-1654). La ville s´étend par des remblais successifs de la péninsule et de l´île, reliés par un premier pont hollandais et aussi, vers l´ouest, à partir d´un second pont construit par les Hollandais permettant l´accès au continent constitué par une série de barres fluviales parallèles à l´île Antônio Vaz, séparées par des terrains plus bas que la marée haute occupe. Cette configuration géographique est respectée par les noms de quartiers : Recife, sur la péninsule, Santo Antônio et São José sur l´île et Boa Vista sur le continent. Vers le Nord, Recife est séparée de Olinda par des marécages au milieu desquels est située l´église de Santo Amaro das Salinas [REIS, 2002].

5Entre le xviiie siècle et les années 1940 du xxe, la ville se modernise et s´étend. La modernisation urbaine se concentre dans ces quartiers : embellissement, constructions d´édifices publics (théâtre, prison, hôpitaux, établissements d´enseignement), aggiornamento des postures urbaines, assainissement, agrandissement et équipement du port, réforme urbaine du quartier de Recife au début du xxe siècle. L´extension résulte de la très lente incorporation à la ville d’un ancien arrière-pays rural dominé à l´origine par les plantations de canne à sucre, situées à l´ouest le long des fleuves Capibarbe et Tejipió. La modernisation se limite à la construction, lors de la seconde moitié du xixe siècle, de lignes de chemins de fer, puis de tramways, de quelques chaussées et de cités ouvrières autour d´usines textiles, mais l´habitat, dispersé ou sous formes de faubourgs (arrabaldes) constitués à partir de petits centres ruraux, maintient des caractéristiques qui font que l´on a du mal à le reconnaître comme véritablement urbain. Ce contraste entre un centre, tôt constitué et objet continu de modernisation, et une ville étendue encore rurale justifie la distinction entre « cidade » (la ville, dans ses limites du xviiie siècle) et « subúrbio » encore vivante dans le sens commun. Mais, soit dans les marécages de la « cidade », soit dans le « subúrbio » nombreuses sont les agglomérations de paillotes habitées par les pauvres (mocambos) puisqu´en 1913, elles constituent 43 % des domiciles recensés et abritent un peu plus de la moitié des 200 000 habitants que compte la ville.

6Au cours de la seconde moitié du xxe siècle, comme beaucoup de villes du Tiers Monde, Recife connaît une brutale transformation de son rythme de croissance, telle que l´on peut parler d´une véritable explosion urbaine dont les données sont présentées dans le tableau suivant :

Population de la région métropolitaine de Recife

Population de la région métropolitaine de Recife
  • * Instituée en 1973 et étendue à Ipojuca en 1993.
  • Cabo, Igarassu, Ipojuca, Jaboatão dos Guararapes, Moreno, Olinda, Paulista, São Lourenço da Mata, (...)

Note **
Note **

7Jusque dans les années 1960, cette explosion se traduit par une très forte croissance du « subúrbio » situé dans les limites de la commune de Recife, en particulier par l´occupation des collines qui se trouvent au Nord du fleuve Capibaribe (Água Fria et Casa Amarela). Il s´agit d´un habitat spontané construit par des familles pauvres et au sujet duquel le Père Joseph Lebret attire l´attention des urbanistes de Pernambouc, soulignant en 1955 que :

  • 2 Trad. libre de « O Recife tem um grande número de bairros populares cuja população não podemos est (...)

« Recife a un grand nombre de quartiers populaires dont nous ne pouvons pas estimer la population, mais sa concentration est énorme sur les collines du Nord-Ouest de la ville. C´est un site magnifique pour édifier une cité populaire modèle, mais il faut lui donner un traitement différent et nous pensons, comme Gilberto Freyre, qu´il faudrait le concevoir non pas comme une transformation en habitat de type européen mais comme une amélioration de l´habitat indigène, du point de vue de l´hygiène et d´un type original d´urbanisation. Il nous semble qu´il y a dans ce domaine quelque chose de splendide à faire. Le site est magnifique mais les travaux sont considérables. Cependant, nous sommes sûrs que de bons urbanistes donneraient un traitement adéquat à ce grand quartier qui, d´une manière très intéressante, permettrait à cette population, sous-prolétarisée ou en voie rapide de sous-prolétarisation, d´avoir une vie saine. » [LEBRET, Louis Joseph, 1955)]2.

8Cet appel, qui n´a été suivi d´aucun effet, est reproduit ici afin d´attirer l´attention sur le fait que, comme on le verra plus avant, les interventions actuelles de requalification du centre ne paraissent pas non plus avoir bénéficié de l´imagination créatrice des urbanistes en ce qui concerne les populations pauvres qui en occupent une bonne partie.

9Durant les années 1960 et jusque dans les années 1980, la commune de Recife connaît encore une très forte croissance de sa population, presque multipliée par quatre de 1940 à 1991. Dans l´espace, cette croissance se traduit par une densification de l´habitat pauvre sur les collines du nord, son expansion sur les collines du sud, la construction de lotissements qui achèvent de réunir le « subúrbio » à la ville et une tendance à la verticalisation qui se dessine dans les quartiers bourgeois situés à l´ouest de Boa Vista (Espinheiro et Graças). Mais c´est surtout par l´accélération de la constitution d´une autre ville, la Zone Sud, censée exprimer la modernité, que se modifie dans sa nature le tissu urbain de Recife. Précédée par quelques implantations de résidences balnéaires au bord de la plage de Boa Viagem, depuis les années 1920, la constitution de cette ville nouvelle se consolide après la seconde guerre mondiale, durant laquelle est installée une base aérienne américaine à 14 kilomètres au sud de la ville (actuel Aéroport de Guararapes). Au cours des années 1960 et 1970, le capital immobilier investit massivement dans le quartier balnéaire, où surgissent des édifices résidentiels et des hôtels sous forme de tours, tandis que de nombreuses activités d´entrepôt et de grand commerce se transfèrent de la partie occidentale du quartier de São José (Rua Imperial) vers la chaussée reliant la ville à l´aéroport (Avenida Mascarenhas de Moraes ou Imbiribeira). Pendant les années 1980, renforcées par la construction d´une voirie (Ponte Paulo Guerra, et Ponte Viaduto João Paulo II, Viaduc Capitão Temudo, inaugurés en 1978-1980) reliant Boa Viagem à un axe contournant le centre (Iª Perimetral/Avenida Agamenon Magalhães) et se prolongeant au Sud par une avenue parallèle en arrière de la plage au bord des marécages occupés par la mangrove (Av. Domingos Ferreira, inaugurée en 1984) ces tendances se confirment, conduisant à la presque complète verticalisation des îlots proches de la plage. La construction en 1980 du Shopping Center Recife sur un remblai à l´ouest du quartier de Boa Viagem, celle du Viaduc Tancredo Neves et la canalisation de la rivière Jordão (fin des années 1980 et début des années 1990) permettent la jonction entre les deux quartiers dynamiques de la Zone Sud : Boa Viagem qui s´est étendu à partir de la plage et Imbiribeira au long de la chaussée qui relie le centre à l´aéroport. Pendant toutes ces années, il y a eu étroite convergence entre investissements publics et privés afin de promouvoir cette ville nouvelle et moderne, dont la croissance serait à l´origine d´une décadence et d´une crise de la ville ancienne.

10Mais Recife a crû bien au-delà de ses limites municipales et, dès 1980, la population des communes de son agglomération, officiellement instituée en 1973, équilibre celle de la ville-centre (voir tableau ci-dessus). La croissance des communes périphériques s´accélère ensuite tandis que celle de Recife se réduit. En 2000, près de 60 % de la population de l´agglomération réside dans les 13 communes périphériques de la Région Métropolitaine qui s´étend à 50 km vers le sud, à 40 km vers le nord et à 25 km vers l´ouest, sur 2 800 km. Bien sûr, sur une telle étendue, l´intégration physique et fonctionnelle est loin d´être complète et de grands espaces ruraux se maintiennent où dominent les plantations de canne à sucre. Mais il faut souligner l´ampleur de l´intégration physique des espaces construits au bord de l´océan (55 km), le long de la route fédérale BR 101 qui constitue le principal axe sud nord, à une dizaine de kilomètres du littoral (près de 50 km), tandis que vers l´ouest le tissu urbain continu varie de quelques kilomètres à près d´une quinzaine au-delà de Recife dans les vallées du Capibaribe et du Jaboatão [UFPE-Observatòrio Pernambuco/FASE, 2006]

11La formation de cette agglomération continue et prolongée par des centres urbains qui en sont encore physiquement séparés, au sud (Cabo de Santo Agostinho, Ipojuca), au nord (Igarassu, Itapissuma et Itamaracá) et à l´ouest (Moreno) a été complétée par une agence de l´État de Penambouc chargée de la planification métropolitaine (FIDEM – Fundação Instituto de Desenvolvimento Metropolitana). Celle-ci a connu ses heures de gloire de 1973 à 1988 quand elle a concentré la capacité technique des urbanistes locaux puis une certaine réduction de son rôle durant les années 1990 quand les communes, en application de la Constitution de 1988, ont laborieusement récupéré ou ont construit des structures locales de planification urbaine. Ces dernières années son rôle s´est réaffirmé, appuyé sur sa fonction d´intermédiaire de la Banque Mondiale (Programme Prometrópole, Metrópole Estratégica – Cities Alliance) et sur la coordination technique que celle-ci exerce entre les communes à l´occasion de programmes de financement de la Sécurité Civile (Viva os Morros), de développement du Tourisme (PRODETUR) et de l´expansion industrielle du Port de Suape (Ipojuca, Cabo de Santo Agostinho) où est prévue l´implantation d´une raffinerie de pétrole en coopération entre la PETROBRÁS et la PDVSA (entreprises nationales du pétrole du Brésil et du Venezuela).

12Cette relative continuité de la planification métropolitaine a permis une structuration des transports qui favorise la mobilité à l´intérieur de l´agglomération, au moyen de l´intégration de nombreuses lignes d´autobus et d´un métro bien modeste dans le cadre d´un Système Structural Intégré (SEI). Ainsi, si cette croissance a provoqué la dissémination de pôles de commerces et de services dans l´ensemble de l´agglomération, le centre urbain de Recife est resté bien accessible à ceux qui peuvent payer un billet d´autobus même s´ils habitent loin du centre. Curieusement, aller « en ville » veut dire encore, dans presque toutes les communes de l´agglomération, se rendre dans le centre de Recife, ce qui dénote le maintien jusqu’à aujourd’hui d´une forte centralité.

13Mais au-delà de ce sens commun et de la continuité historique du centre, il est étrange de constater combien le milieu technique de la planification a mis du temps pour repenser les limites d´un centre qui ne pouvaient pas demeurer en l´état dans le contexte de l´explosion urbaine et de l´expansion de la ville et de l´agglomération. Cette inertie assez paradoxale fait l´objet des développements qui suivent.

La notion de centre : lenteur de l´adaptation des instruments normatifs et conceptuels

14La lecture des lois et des plans qui se succèdent depuis les années 1960 nous permettent de reconstituer les différentes étapes d´une lente transformation de la notion même du centre de Recife.

15En 1961, la mairie se dote d´une complète législation urbanistique et, dans sa partie traitant du zonage, délimite clairement le centre de Recife (figure 1). Celui-ci regroupe les secteurs portuaire et commercial correspondant aux quartiers de Recife, Santo Antônio, à la partie septentrionale de São José et aux îlots du quartier de Boa Vista les plus proches du fleuve. C´est en somme la structure héritée de la ville du xviiie siècle transformée par des interventions qui l’ont modernisée depuis la seconde moitié du xixe. Les promoteurs de la loi souhaitent la continuité de cette modernisation qui vient de s´accélérer depuis une quinzaine d´années : ouvertures d´avenues et constructions d´édifications modernes. Cette ville qui grandit et qui s’extrait de sa gangue rurale doit exprimer la modernité urbaine dans ses espaces centraux. Pour cela, les architectes proposent de nouveaux dessins urbains, avec des immeubles construits spécialement pour accueillir, en étage, bureaux et résidences ; au rez-de-chaussée les commerces s’installeront derrière des arcades qui protégeront les chalands des rayons du soleil. Ainsi, la modernisation consisterait à éliminer des zones commerciales, les vieilles édifications dont les plus communes sont les tavernes portugaises avec leurs séries de portes ouvertes sur la rue. Ce modèle de modernisation n´est pas encore limité par des préoccupations de conservation urbaine puisque le patrimoine historique se limite aux monuments religieux et civils dont le gouvernement central dresse la liste depuis les années 1930.

Carte n° 1 : Recife, le zonage de la loi 7427 du 12 janvier 1961

Carte n° 1 : Recife, le zonage de la loi 7427 du 12 janvier 1961

Source : Observatório Pernambuco-UFPE/FASE. Lívia Miranda/Jan Bitoun d’après loi 7427/61.

16Le zonage reconnaît, à partir de ce centre portuaire et commercial, un secteur urbain qui s´étend le long du Capibaribe dans les quartiers de Derby, Espinheiro, Graças Aflitos et Jaqueira, sur la rive gauche, Madalena et Afogados, sur la rive droite. La loi prend en compte le mouvement qui s´ébauche d´une accélération de l´occupation de la Zone Sud en intégrant dans le secteur urbain tant le liseré côtier et balnéaire de Boa Viagem, limité à l´ouest par des marécages « suburbains », que la chaussée qui mène à l´aéroport (Avenida Mascarenhas de Moraes ou Imbiribeira, parallèle à une ligne de chemin de fer qui existe depuis 1855) y attribuant de généreux espaces aux activités industrielles et d´entrepôts, à l´étroit dans la partie ouest du quartier de São José. Le vaste secteur suburbain inclut déjà au-delà de la plaine, les collines du nord et du sud dont l´occupation par des familles pauvres s´accélère depuis les années 1940. En somme, dans une ville dont le secteur urbain commence à peine à s´étendre vers le sud sous l´impulsion de quelques entrepreneurs immobiliers (Boa Viagem) et du commerce de gros (Imbiribeira) et où les immeubles modernes sont concentrés dans le centre, celui-ci est bien suffisant. Il est en tout cas de loin supérieur à d´autres centralités commerciales, constituées autour de marchés publics situés à la jonction des secteurs urbain et suburbain (Encruzilhada et Afogados) ou même dans le secteur suburbain (Casa Amarela). Dans le découpage fonctionnel, c’est le grand nombre et l’étendue des zones industrielles qui expriment une vision de futur. Cette priorité, accordée à l’industrie, est due à la certitude que le développement dépend de l’industrialisation au moment (1959) où s’installe à Recife le siège de la SUDENE (Superintendance pour le Développement du Nordeste) qui promeut la récupération de l’industrie régionale, l’implantation de nouvelles entreprises liées à la base régionale de ressources et l’incorporation des masses urbaines dans la classe ouvrière, correspondant aux espérances d’architectes et d’ingénieurs marqués à gauche.

Carte n° 2 : Recife, les centralités aréolaires et linéaires de la loi 14511 du 17 janvier 1983

Carte n° 2 : Recife, les centralités aréolaires et linéaires de la loi 14511 du 17 janvier 1983

17En 1983, une nouvelle loi modifie ce zonage. Cinq innovations président au nouveau découpage du territoire municipal : prise en compte de la planification métropolitaine ; reconnaissance des spécificités des zones fonctionnelles de la loi de 1961 et plus grande rigidité du zonage ; importance donnée au maillage de la voirie principale dans le nouveau dessin fonctionnel de la ville ; attention naissante portée à la conservation de sites historiques au-delà de leur caractère monumental et reconnaissance légale sous la dénomination de Zones Spéciales d´Intérêt Social (ZEIS), de l´existence d´agglomérations construites par les familles pauvres. Le Plan de Développement Métropolitain produit par l´agence de planification de la Région Métropolitaine (FIDEM) identifie un « noyau central » de l’agglomération semi-circulaire et formé par la plus grande partie des communes de Recife et Olinda. Les autres « noyaux », nord, sud et ouest ont une forme linéaire, le long des routes d’accès à Recife et réunissent des villes des communes périphériques. On prétend contrôler la croissance en conservant des aires d’interstices, structurer l’agglomération en dotant d’équipements les axes où sont situés les centres urbains périphériques et promouvoir un nouveau pôle central situé à 15 km à l’ouest du port dans les quartiers de Várzea et Curado. [FIDEM, 1998]. La loi de 1983 (14511/83) est fidèle à ce dessein : la division de 1961 en secteurs urbain, suburbain et rural disparaît ; elle est remplacée par une « aire urbaine » et une « aire d’expansion urbaine ». Une partie de l’ancien secteur rural, encore très boisé, est découpé en zones afin d’accueillir le nouveau centre métropolitain qui, en fait, restera à l’état de projet.

18Le détail des zones fonctionnelles est une des principales caractéristiques de la loi de 1983. Il y a six niveaux de Zones Résidentielles, établissant une gradation de la densité et de la hauteur des édifications, plusieurs types de Zones Vertes, des Zones Institutionnelles et des Zones Industrielles. Ces dernières sont moins nombreuses que dans la loi précédente, puisque l’aménagement métropolitain se propose de promouvoir les industries dans les communes périphériques. En ce qui concerne les investissements immobiliers, la loi les facilite dans les parties de la ville où s´est déjà ébauchée une tendance au remplacement des villas par des édifices résidentiels verticaux : très clairement à Boa Viagem et dans les quartiers de la rive gauche du Capibaribe (Derby, Espinheiro, Graças, Aflitos, Parnamirim) où s´accélère la construction d´un nouveau parc immobilier.

19La loi de 1983, fait de Recife le terrain privilégié de l’expansion du commerce et des services. Ceux-ci peuvent s’installer dans les « Centres d’activités multiples », hiérarchisés en Centre principal et Centres secondaires répartis sur le territoire urbain. Cette structure s’inspire des préceptes néo-Christalleriens en vogue ; on crée ainsi sur la carte quelques centres qui ne correspondent pas vraiment à des réalités consolidées par le marché. La grande innovation réside dans l’institution d’axes d’activités multiples linéaires (sur le modèle de l’axe W 3 de Brasilia) qui prend en compte le rôle de l’automobile dans la localisation des commerces. Dans le Centre principal, le zonage se fait tatillon : dans certaines rues qui concentrent une spécialité commerciale, on décourage l’installation de nouveaux établissements de la même branche, afin de rééquilibrer par la décentralisation la distribution des activités (commerce de l’outillage de la Rua da Praia, par exemple).

20L´adoption de dispositifs qui favorisent la construction d´édifices résidentiels modernes à Boa Viagem et à l´ouest de la Iª Périmetrale (av. Agamenon Magalhães) et conditionnent l´implantation de commerces et services à la garantie d´espaces de parking dans le lot, contribue à éloigner du centre les nouveaux investissements. Celui-ci est redéfini sous la dénomination de Centre Étendu (« Centro Expandido »), délimité à l´ouest par l´avenue Agamenon Magalhães (Iª Périmetrale) et fait l´objet d´un zonage plus détaillé : les îlots proches de cette rocade comptent de nombreux grands terrains dont les maisons pourront être démolies afin de laisser place à l´implantation d´immeubles de bureaux, d´hôpitaux et de collèges. Les îlots les plus proches du fleuve (le secteur commercial de la loi de 1961) sont eux, pour l´essentiel régis par l´incorporation à la loi de 1983 de Zones Spéciales de Préservation du Patrimoine Historique (ZEPH) délimitées par la loi 13957 de 1979. En effet, durant les années 1970, les États fédérés et certaines communes se sont dotés de secteurs techniques liés à la protection du Patrimoine Historique et ceux-ci ont fait évoluer sa conception qui désormais associe le monument à son environnement ou définit un site historique sans la présence d´édifications monumentales. Le vieux centre, même en grande partie bouleversé par les interventions modernisatrices des dernières 40 années, devient donc un objet de conservation, alors que tous les autres dispositifs de la loi de 1983 en éloignent les investisseurs.

21Enfin, la même loi institue 27 Zones Spéciales d´Intérêt Social – ZEIS, délimitant officiellement des agglomérations pauvres, afin que la Mairie puisse avoir accès au PROMORAR, un programme fédéral d´urbanisation de favelas financé par la Banque Nationale d´habitations – BNH et institué en 1979, quand l´accumulation des problèmes financiers de cette banque la conduisent à réduire le rythme de construction des grands ensembles à la périphérie de l´agglomération métropolitaine. Dans le Centre Étendu, trois grandes ZEIS (Coelhos, Coque et Santo Amaro) sont ainsi reconnues et deviennent l´objet d´interventions.

22En somme la loi de 1983, qui introduit dans la législation urbaine beaucoup de nouveaux instruments, représente une inflexion. Dans son zonage, fortement influencé par le réseau de grandes artères qui structure la ville pour l´automobile, elle étend le centre jusqu´à l´avenue Agamenon Magalhães. Ce centre n´est plus perçu comme un espace à moderniser, comme il l´était en 1961, mais plutôt comme un espace à conserver auquel s´applique une législation restrictive, en ce qui concerne les transformations morphologiques et tatillonne en ce qui concerne les activités. Le projet de modernisation de la ville est officiellement repoussé au-delà de ce centre et encouragé vers l´ouest (Derby, Espinheiro, Graças, Aflitos, Parnamirim) et surtout vers le sud (Boa Viagem) où les investissements privés transforment et renouvellent depuis une bonne dizaine d´années le patrimoine immobilier et commercial de la ville.

23Mais prenant en compte la « crise du centre » c’est-à-dire son abandon par les grands investisseurs, alors que son commerce reste très actif et fréquenté par les couches populaires et moyennes de la ville, dès la fin des années 1980 commence une période de transition durant laquelle de nouvelles conceptions sont proposées et des expériences réalisées qui visent à formuler un nouveau projet de modernité pour le centre et à y réintroduire le capital immobilier et commercial.

Carte n° 3 : Recife, les centralités et les pôles du plan stratégique de 1999 (projet « Capital »)

Carte n° 3 : Recife, les centralités et les pôles du plan stratégique de 1999 (projet « Capital »)

Source : Observatório Pernambuco-UFPE/FASE. Lívia Miranda/Jan Bitoun d’après Projeto Capital, 1999.

24Le modèle de Barcelone selon Vainer, cité par Sanchez, « fournit un instrumental théorique, idéologique et politique pour une articulation renouvelée des groupes économiques dominants. » [SANCHEZ, 1999] On peut le vérifier clairement dans le cas du Projet Capital, le plan stratégique de Recife produit en 1999, présenté sur la figure 3 organisée à partir des projets dits « Ville Compétitive ».

25Il est évident que s’impose une perception fragmentée de l’espace urbain. Pour la première fois, on représente la centralité principale divisée en deux parties égales, situées l´une dans le vieux centre et l´autre dans la ville moderne (Boa Viagem). La reconnaissance de pôles d´activités signifie par ailleurs que, là où des entrepreneurs d’un secteur particulier peuvent s’organiser et construire un pacte, le pouvoir public propose de flexibiliser et d’adapter les règlements afin de promouvoir des pôles informatique (Porto Digital), touristique (Pólos Bom Jesus e Alfândega) dans le quartier de Recife et hospitalier, proche de l´avenue Agamenon Magalhães, qui concentreraient les activités les plus porteuses d’intégration nationale et internationale de Recife. En même temps, on prétend réaliser de gros travaux routiers afin de permettre une meilleure mobilité et d’ouvrir de nouveaux espaces pour des implantations géantes.

26Le « City Marketing » et la Planification Stratégique sur le modèle catalan se sont généralisés en Amérique Latine et au Brésil dans la seconde moitié des années 1990 : Rio de Janeiro, Cordoba, Rosário, Vitória do Espirito Santo, etc. [BORJA, 1996]

27Ce nouvel avatar de l’urbanisme suscite une intéressante réflexion de l’architecte Ermínia Maricato : « Le risque d’incorporation de nouveaux modismes, de concepts réifiés comme villes mondiales, globales, stratégiques, planification, districts, réseaux, pôles et nœuds, entre autres, est très grand. Les techniques existent : les plans stratégiques (américain, catalan, allemand), l’urbanisme négocié (Portas, 1993), le retour au plan de travaux qui utilise l’architecture comme publicité (Berlin), les districts de croissance endogène (Benko et Lipietz, 1992). Il s’agit surtout d’attirer, par des mouvements d’induction, plus d’investissements dans un contexte de crise fiscale et de compétition sur le marché des ressources. La subjectivité gagne en importance. Les scénarios pleins de significations cherchent à imposer un sentiment général positif, afin de favoriser des synergies ». « Ce que l’on questionne ce ne sont pas les concepts en eux-mêmes, mais la façon dont ils sont incorporés par les institutions et la société brésilienne. La critique faite à la planification moderniste a fini par alimenter le moulin des idées néolibérales, mais ce qu’il faudrait éviter c’est l’importation d’idées étrangères à la forme contradictoire, inégale et destructrice de l’environnement propre à l’évolution des villes brésiliennes. Il est déprimant d’assister à l’absorption aliénée et contradictoire d’un modèle importé et de subir ensuite sa critique, également venue de l’étranger, pour ensuite la remplacer sans médiation par un autre modèle » [MARICATO, 1997trad. libre].

28À Recife, le champ d´expérience de ce réinvestissement du centre est lui aussi fragmenté concernant deux espaces principaux : le quartier de Recife où sont investis des fonds publics du PRODETUR, Programme de Développement du Tourisme dans le Nordeste, et du MONUMENTA, Programme de Restauration du Patrimoine Historique, tous deux financés par la Banque Interaméricaine de Développement, dans un projet de réhabilitation et de réanimation d´une aire significative d´un tissu urbain ancien (d´origine coloniale mais presque totalement rénové au début du xxe siècle) ; et, à l´autre extrémité du Centre Étendu, le secteur de l´avenue Agamenon Magalhães (Ilha do Leite) où s´implantent sans beaucoup d´interventions publiques sinon par quelques dérogations, un imposant ensemble d´hôpitaux et de services médicaux privés. Dans le premier de ces espaces, où il s´agit de valoriser un patrimoine construit ancien, l´État et la Mairie accordent des avantages fiscaux aux propriétaires et aux entrepreneurs (institution d´une Zone Spéciale de Tourisme en 1993) et élaborent un plan de gestion du quartier en pôles dits « d´intérêt ». Ce plan est consolidé par une loi (loi nº 16290/97) en 1997. Mais le moteur de ce « réinvestissement » respectueux d´une structure physique ancienne est l´argent public. Le long de l´avenue Agamenon Magalhães, le pôle médical et hospitalier est établi par des investissements privés, surtout attirés par l´existence de terrains le long d´un axe central de la ville. Les projets d´architecture sont ceux que le secteur immobilier a amplement développés dans la ville moderne (Boa Viagem). Ces deux expériences semblent donc indiquer que le patrimoine construit ancien n´attire guère les entrepreneurs privés sans une forte injection d´argent public – ce qui est inquiétant pour le patrimoine des quartiers de Santo Antônio, São José et Boa Vista construit dans sa partie ancienne – et que ceux-ci peuvent être attirés par l´existence de grands terrains bien situés pour y édifier des constructions neuves. Ainsi, le projet de modernité conçu dès les années 1930 comme une transformation architecturale et qui s´est déplacé dans les années 1970 et 1980 dans la Zone Sud, pourrait réinvestir le centre sous la forme de nouvelles constructions en marge d´un tissu urbain ancien dont la réhabilitation resterait à la charge des pouvoirs publics. C´est en tout cas ce qui est annoncé sous l´égide d´un Projet d´Axe Culturel Recife-Olinda (« Eixo Cultural Recife-Olinda »), conçu avec la coopération portugaise des bureaux de l´Expo 98, avec la construction sur des terrains appartenant à la Marine et aux Chemins de Fer d´immeubles résidentiels de luxe (8 000 unités d´habitation, selon le projet de Water-front) dans le Centre Étendu.

29La relative incapacité d´intégrer, dans un projet de modernité associant en synergie les secteurs privé et public, la conservation du patrimoine nous semble due en partie à la difficulté de penser l´expansion du centre dans les années 1980-1990 au-delà de l´avenue Agamenon Magalhães dans un grand espace fonctionnel central de l´agglomération Métropolitaine. Si on avait pu le concevoir ainsi, ce plus grand centre aurait incité les acteurs privés et publics à en penser les formes et les modes appropriés d´action sur un mode moins binaire. Limité comme il le fut, le centre a représenté l´échec de la modernité tandis que là où elle triomphait, ce n´était plus le centre mais une ville nouvelle à l´écart. Et pourtant, tous les indicateurs fonctionnels révélaient que le Centre s´étendait bien au-delà du « Centre Étendu » de 1983.

Le Centre métropolitain : son importance fonctionnelle, sa diversité morphologique et son insoutenable inégalité

30Dans une étude réalisée en 2003 [RECIFE, 2003] pour la révision du Plan Directeur, l´existence d´un centre métropolitain unique constitué par toute la partie orientale de la commune de Recife est concrétisée par la concentration d´un grand nombre d´entreprises. Une partie de cette étude développée en 2004 traite spécialement de la localisation des activités, analysant des données du Cadastre Immobilier Municipal et du Cadastre National des Activités Économiques (IBGE). Ce que l’on constate, c´est l´existence d´une grande zone centrale étendue à l´ouest de l´avenue Agamenon Magalhães et, dans la Zone Sud, aux quartiers de Boa Viagem et Imbiribeira. Au cœur de cette vaste centralité principale de la ville et de l´agglomération le vieux centre ne perd pas son importance fonctionnelle, surtout en ce qui concerne le commerce et les services publics.

31La concentration des entreprises à Boa Viagem, São José, Santo Antônio et Boa Vista se prolonge vers l´ouest à Imbiribeira et à Derby, Espinheiro, Graças, Aflitos. Les mêmes données se répètent au long de l´étude qui constate que, selon les secteurs, cette concentration varie de la moitié aux deux-tiers des 37 000 entreprises enregistrées à Recife.

32S´il s´agit d´un polycentrisme, Centre/Zone Sud, il n´est pas vraiment clairement démarqué puisque les activités de la Zone Sud sont localisées le long des axes reliés au centre par des ponts. Quant à l´avenue Agamenon Magalhães, loin de délimiter le centre, elle l´unit à ses expansions vers l´ouest et à la Zone Sud. Partout donc, dans ce grand Centre bruissant d´activités, il aurait fallu penser à la qualité de l´espace produit : relation des densités d´utilisation avec la voirie au tracé ancien (au nord du Capibaribe) ou orthogonal (au sud), stratégies de conservation d´environnement aquatique, relations entre résidences et activités, entre autres. C´est dans ce cadre qu´il aurait été possible de penser une modernité plus inclusive, capable d´intégrer plusieurs morphologies urbaines dans une dynamique de développement d´un centre unique mais diversifié. Parmi les morphologies principales on peut identifier :

  1. Un héritage colonial constitué de rues étroites, parvis d´églises, maisons mitoyennes basses ou de deux à trois étages dans quelques rues (surtout concentré dans certaines parties des quartiers de São José, Santo Antônio et Boa Vista ;
  2. Des secteurs de rues arborées bordées de maisons avec jardins, caractéristiques d´un modèle d´implantation de la seconde moitié du xixe siècle dans le quartier de Boa Vista ;
  3. Des secteurs transformés par les interventions modernisatrices du xxe siècle, jusque dans les années 1960 (Réformes partielles du quartier de Recife en 1910, de Santo Antônio et de Boa Vista années 40 à 70) ;
  4. Des cités ouvrières et des entrepôts (souvent abandonnées) dans certaines parties des quartiers de Santo Amaro e São José ;
  5. Des grands terrains séparés par des voies au tracé irrégulier, autrefois occupés par des villas et de plus en plus occupés par de grands édifices modernes à proximité de l´avenue Agamenon Magalhães, se prolongeant à l´ouest dans les quartiers de Derby, Espinheiro, Graças et Aflitos.
  6. De grands espaces commerciaux et d´entrepôts dans le quartier d´Imbiribeira ;
  7. Les lotissements de Boa Viagem à la voirie de tracé orthogonal et dont les terrains sont occupés par des tours qui ont remplacé les villas et même de petits édifices des années 1960 et 1970 ;
  8. La présence de grandes agglomérations de maisons pauvres installées dans des marécages peu à peu remblayés (Santo Amaro, Coelhos, Coque, Pina, Brasília Teimosa) ;
  9. Enfin de petites favelas « confettis » réparties un peu partout dans des secteurs dégradés (Recife, São José) et dans des anciens marais de Boa Viagem.

33Cette diversité ne semble pas être suffisamment prise en compte. Les intérêts conservationnistes liés au patrimoine historique se concentrent surtout dans le quartier de Recife pour agir (3e morphologie) et, simplement et sans grand succès, pour tenter de maintenir les espaces coloniaux (1re morphologie). Les intérêts entrepreneuriaux sont concentrés dans les espaces de morphologies 5, 6 et 7, prouvrant un intérêt récent pour construire de grands édifices de luxe dans l´espace de morphologie 4. En fait, puisque l´on ne réussit pas à construire une vision d´ensemble, prédomine dans l´espace central le laisser-faire.

34Il est clair que dans tous les projets qui se réalisent au coup par coup, soit grâce à l´argent public, soit grâce aux investissements privés, se renforce l´indifférence à l´égard de l´extrême inégalité sociale qui caractérise le grand espace central. L´édition en 2005 d´un Atlas de Développement Humain de Recife en CD Rom a permis d´en faire une radiographie relativement précise, puisque les unités spatiales de référence [Unités de Développement Humain – UDH] des 220 indicateurs statistiques qui composent la banque de données ont été dessinées pour l´identifier [RECIFE, 2005]. C´est dans le grand centre de la ville que les inégalités sont les plus accusées : entre les 11 Unités de Développement Humain qui le composent le revenu moyen par tête variait en 2000 de 1 a 21 (R$ 86,00 à R$ 1864,00). On y constate que l´espérance de vie moyenne à la naissance par exemple, peut varier de 15 ans à très courte distance. Dans son ensemble, ce grand centre juxtapose 130 000 pauvres et très pauvres et 130 000 riches et moins riches. Dans ce contexte, il semble tout à fait vain de débattre seulement d’une éventuelle gentrification. Puisque les espaces des pauvres et très pauvres ne sont pas directement menacés dans leur existence par les projets d’investissements en cours qui seront leurs voisins immédiats, on pourrait se demander s´il est possible d´investir dans le centre en laissant l’habitat des pauvres simplement en l´état et en agissant comme s´ils n´existaient pas.

35La récupération d’une perspective de la longue durée dans le passé peut éclairer les difficultés actuelles que rencontrent les urbanistes dans la tâche qui consisterait à promouvoir le développement durable d’un grand centre de Recife. La prise en compte de sa diversité morphologique qui inclut des témoins importants des espaces coloniaux et modernes, semble incapable de mobiliser dans un effort commun de longue durée les acteurs publics et privés. Ceux-ci s’engagent ensemble dans des projets entrepreneuriaux sur le modèle des Water-fronts qui, par leur nature même, ignorent les caractéristiques radicalement inégalitaires de ce grand espace central, accentuant sa fragmentation et la diffusion d’espaces fortifiés protégés des rencontres que les espaces publics ouverts occasionnent encore.

Bibliographie

Bibliographie

Alheiros Margareth, M. Riscos de escorregamentos na Região Metropolitana do Recife, 1988, Tese (Doutorado em Geologia Ambiental) Universidade Federal da Bahia, 1998.

Bitoun Jan, « Recife : Cinquante ans d’interprétation géographique », in Travaux de l’Institut de Géographie de Reims, n° 8990, 1994.

Bitoun Jan, « Les territoires du dialogue : Mots de la ville et enjeux de la gestion participative à Recife », in Rivière d´Arc Hélène Amérique latine : Les discours techniques et savants de la ville dans la politique urbaine, Document de travail n° 37 Most. Unesco, Paris, 1999.

Bitoun Jan, « Regulamentações e dinâmica das atividades comerciais no Recife (Brasil) », in Revista de Geografia, vol. 1, dcg/cfch/ufpe, Recife, 2000 a.

Bitoun Jan, « Os territórios do diálogo : palavras da cidade e desafios da gestão participativa no Recife (Brasil) », in Revista de Geografia, vol. 2, dcg/cfch/ufpe, Recife, 2000 b.

Bitoun Jan, « A contribuição dos planos estratégicos na gestão municipal : modernização do discurso, seletividade ou aprimoramento das práticas ? » in Sposito M. E. (org.) Urbanização e Cidades : Perspectivas Geográficas, UNESP, Presidente Prudente SP, 2001.

Bitoun Jan, « Impactos sócioambientais e desigualdade social : vivências diferenciadas frente à mediocridade das condições de infraestrutura da cidade brasileira : o exemplo do Recife » in Mendonça Francisco (org.), Impactos Sócio Ambientais Urbanos, Editora UFPR, Curitiba, 2004, p. 8095.

Bitoun Jan, « Estrutura espacial da diferenciação sócioocupacional na Região Metropolitana do Recife 1980-2000 » (em coautoria com Miranda, Lívia) em CDROM encartado in Ribeiro Luiz C. de Q. (org.), Metrópoles : entre a coesão e a fragmentação, a cooperação e o conflito, Editora Fundação Perseu Abramo, São Paulo, 2004.

Bitoun Jan, « Movimentos Sociais Urbanos, Questões Relevantes para a Geografia Urbana », in Fischer Tânia (org.), Poder Local : Governo e Cidadania, Rio de Janeiro, Fundação Gétulio Vargas, 1993.

Bitoun Jan, « Oportunidades e Limites da Gestão Municipal doTerritório, Reflexões a partir do caso do Recife », in Corrêa Roberto L. et al. (orgs.), Redescobrindo o Brasil 500 anos depois, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil, 1999.

Borgas Jordi, « As cidades e o planejamento estratégico, uma reflexão européia e latinoamericana », in Fischer Tânia D., (org.), Cidades estratégicas e organizações locais, Rio de Janeiro, Editora da Fundação Getúlio Vargas, 1996.

Castilho Cláudio Jorge Moura, Tourisme et Mobilité Socio-Géographique des Pauvres à Recife/Brésil, Paris, thèse de Doctorat de l’Université de Paris III, 1999.

Fidem Plano Diretor da Região Metropolitana do Recife, Metrópole 2010pdrmr, Recife, 1998.

Leal Suely M. Ribeiro, « Modelos de descentralização política na gestão local : os novos formatos na década de 90 », in Lacerda de Melo Norma ; Leal Suely M. Ribeiro (orgs.). Relação público privado : do local ao global. Recife : Editora Universitária da UFPE, 1995.

Maricato Ermínia, « Brasil 2000 : qual planejamento urbano ? » Cadernos IPPUR, Rio de Janeiro, ano XI, n. 1/2, jan./dez. 1997, p. 113-130.

Medina Luciano, A legislação do uso e ocupação do solo do Recife como instrument urbano, Recife, Dissertação de Mestrado, MDU/UFPE, 1996.

Recife, Prefeitura da Cidade, Decreto n° 374, 1936.

Recife, Prefeitura da Cidade, Código de Urbanismo e Obras, Lei 7427, 1961.

Recife, Prefeitura da Cidade, Lei do Uso e Ocupação do Solo n. 14511, 1983.

Recife, Prefeitura da Cidade, Plano Diretor Lei 15547, 1991.

Recife, Prefeitura da Cidade, Plano Setorial de Uso e Ocupação do Solo, 1995.

Recife, Prefeitura da Cidade, Lei de Uso e Ocupação do Solo n. 16176, 1996.

Recife, Prefeitura da Cidade, Projeto Capital, 1999.

Recife, Prefeitura da Cidade, Economia da Cidade do Recife, 2003.

Recife, Prefeitura da Cidade, Atlas de Desenvolvimento Humano no Recife, 2005. http://www.pnud.org.br/publicacoes/atlas_recife/index.php

Reis Nestor Goulart, Imagens e cidades do Brasil colonial, edusp, São Paulo, 2002.

Salgueiro Teresa B., Do Comércio à Distribuição, Oeiras, Celta Editora, 1996.

Sanchez Fernanda, « Políticas urbanas em renovação : uma leitura crítica dos modelos emergentes », Revista Brasileira de Estudos Urbanos e Regionais, Rio de Janeiro, n° 1, maio de 1999.

Ufpe-observatòrio pernambuco/fase, Como anda a Região Metropolitana do Recife, 2006.

http://www.observatoriodasmetropoles.ufrj.br/como_anda/como_anda_RM_recife.pdf Zancheti Silvio, O sistema de conservação de áreas urbanas de interesse histórico e cultural no Brasil http://www.urbanconservation.org/textos/chile.htm.

Notes

1 La ville de Recife fut à la fois, au cours des années 1990, un bon élève des recommandations et des préceptes pour une « sustainable city » émis par la Banque Mondiale qui l’avait incluse dans son Cities Initiative (1999-2001), comme « potential candidate for scaling-up slum upgrading program » qui préfigurait une des déclarations du Milenio (« Cities without slums »), (cf. The World Bank, A Strategic View of Urban and Government Issues. Implications for the Bank 1999, Draft, p. 40) et un amateur friand des modèles de Plan stratégique, du type Barcelone et/ou Lisbonne. En effet, le projet pour le centre-ville, émis dans le cadre d’une coopération avec une entreprise portugaise suscite actuellement (2007) un fort débat au sein des institutions locales intéressées par la réhabilitation urbaine (secretarias de la mairie, université, association d’architectes…). Le projet de Recife pour son centre-ville dont le classement des priorités se modifie fréquemment depuis le début des années 1990, s’efforce donc de combiner ces deux approches (cf. Ana Maria B.C. de Melo, Politiques publiques et ségrégation socio-spatiale à Recife, Master 2, Université de Paris III-IHEAL, septembre 2006). Les deux contributions qui vont suivre, celle de Jan Bitoun et celle de Julien Rebotier analysent les contradictions politiques, les logiques sociales et économiques se font jour dès lors qu’on tente d’appliquer cette combinaison. Jan Bitoun insiste sur la difficulté « technique » à appliquer un modèle inspiré de l’extérieur sur une réalité socio-spatiale donnée. Julien Rebotier, reconnaissant les contradictions, rend plutôt compte d’une évanescence de la volonté politique locale face à elles. Deux points de vue donc, mais tous deux ont besoin d’évoquer les épisodes de l’histoire d’une ville qui a si fortement configuré son espace. (Note de la coordinatrice, 2008).

2 Trad. libre de « O Recife tem um grande número de bairros populares cuja população não podemos estimar, mas é enorme a sua concentração sobre os morros do Noroeste da cidade. É um terreno magnífico para fazer umacidade popular modelo, mas é preciso dar-lhe um tratamento diferente e acreditamos com Gilberto Freyre que é preciso não pensar na sua transformação em habitat de tipo europeu e, sim, no melhoramento do habitat nativo, sob o aspecto da higiene e num tipo de urbanização original. Parece-nos que há, sob esse aspecto, algo de esplêndido a fazer. O sítio é magnífico, mas os trabalhos são consideráveis. Entretanto temos certeza que bons urbanistas dariam um tratamento adequado a esse grande bairro que, de uma maneira muito interessante, viria permitir uma vida sadia a essa população subproletarizada ou em rápida via de subproletarização. »

Notes de fin

* Instituée en 1973 et étendue à Ipojuca en 1993.

Cabo, Igarassu, Ipojuca, Jaboatão dos Guararapes, Moreno, Olinda, Paulista, São Lourenço da Mata, Itamaracá, émancipée en 1962 de Igarassu, Itapissuma, émancipée en 1982 de Igarassu, Abreu e Lima, émancipée en 1982 de Paulista, Camaragibe, émancipée en 1982 de São Lourenço da Mata et Araçoiaba, émancipée en 1993 de Igarassu. Recensements 1940 à 2000 IBGE.

Table des illustrations

Titre Population de la région métropolitaine de Recife
Légende Note **Note **
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Carte n° 1 : Recife, le zonage de la loi 7427 du 12 janvier 1961
Légende Source : Observatório Pernambuco-UFPE/FASE. Lívia Miranda/Jan Bitoun d’après loi 7427/61.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/475/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Carte n° 2 : Recife, les centralités aréolaires et linéaires de la loi 14511 du 17 janvier 1983
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/475/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Carte n° 3 : Recife, les centralités et les pôles du plan stratégique de 1999 (projet « Capital »)
Légende Source : Observatório Pernambuco-UFPE/FASE. Lívia Miranda/Jan Bitoun d’après Projeto Capital, 1999.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/475/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Le modèle d’intervention « Prometo Eixo Cultural Recife/Olinda »
Légende Source http://mouradubeux.informazione2.com.br/​cms/​opencms/​mouraDubeux/​pt/​recife/​Portifolio/​construcao/​piermauricionassau/​perspectives.html (01/12/2008)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/475/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 274k

Auteur

Jan Bitoun – géographe, Universidade Federal de Pernambuco

© Éditions de l’IHEAL, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540