Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Centres de villes durables en Amérique latine : exorciser les précarités ?

 | 
Hélène Rivière d’Arc

São Paulo

São Paulo. Les politiques de requalification et les différentes formes de résistance liées au travail et à l’habitation parmi les classes populaires dans le centre-ville

Marina Montenegro

Texte intégral

1La métropole de São Paulo est une de celles qui aspirent au statut de « ville globale » en même temps que « durable » dans la période actuelle de globalisation. Ce qui se justifie par la concentration croissante d’activités modernes et sophistiquées et la modernisation de certains espaces de la ville pour les accueillir au cours des dernières années. Toutefois, l’ascension supposée de São Paulo au statut de « ville globale » s’accompagne d’une forte disparité spatiale et sociale. Bien que São Paulo s’affirme de plus en plus comme un lieu d’installation de variables liées à l’économie globale, cette ville demeure en même temps le lieu de réalisation d’activités qui réclament très peu de ressources et qui garantissent le revenu et le travail de la majorité de sa population.

  • 1 À propos du centre-ville, on reprendra ici le même périmètre que celui qui est défini dans les art (...)

2Le centre-ville de São Paulo reproduit ce jeu de forces présent dans la ville entière. Étant donné la grande variété des activités économiques qui coexistent et la diversité de sa population résidente, le centre constitue un point d’observation privilégié pour analyser le processus de fragmentation qui accompagne la globalisation. Le centre-ville se trouve en effet dans la période actuelle face à des dynamiques différentes. Des forces contradictoires coexistent délimitant un espace hétérogène quant aux politiques de requalification qu’on veut lui appliquer, comme aux activités qui y sont réalisées et aux populations qui y habitent1.

Carte 1 : sous-préfectures de São Paulo

Carte 1 : sous-préfectures de São Paulo

Source : site Prefeitura do Municipio de São Paulo. © www.prefeitura. sp.gov.br

Carte 2 : sous-préfecture de Sé

Carte 2 : sous-préfecture de Sé

Source : site Prefeitura do Municipio de São Paulo. © www.prefeitura. sp.gov.br

La redéfinition du rôle du centre-ville face à l’émergence de nouvelles centralités

3La configuration de la première centralité à São Paulo, celle qui constitue le centre-ville historique est liée à l’économie du café, lors du passage du xixe au xxe siècle. À la fin du xixe siècle, les capitaux provenant de l’exportation du café ont induit la croissance des investissements financiers et la formation du système bancaire à São Paulo. Les environs des rues São Bento, Direita et XV de Novembro, dans le district Sé, sont rapidement devenus une centralité liée à la dynamique de ces capitaux. Depuis cette époque jusqu’aux années 1960, le centre – formé par les actuels districts et República –a concentré la plupart des activités financières, juridiques et commerciales de la ville.

4Toutefois, à partir de la moitié des années 1960, l’Avenida Paulista apparaît comme une nouvelle centralité de la ville, au détriment de l’ancien centre. La région de la Paulista représenta alors le nouveau centre financier et d’affaires de la capitale (Frugoli, 2000). À partir des années 1980, le processus de redéfinition du rôle de centre-ville a été renforcé avec l’émergence d’une nouvelle centralité dans les environs de l’Avenue Berrini et de la Marginal Pinheiros. La configuration de cette nouvelle « centralité » fait partie d’un processus de valorisation du « vecteur » sud-ouest de la ville. Depuis la fin des années 1970 les secteurs financiers et de services avancés ont amorcé un fort mouvement vers cette région, créant un espace privilégié pour l’installation de grandes entreprises.

  • 2 D’après une étude de l’entreprise de consulting Richard Ellis, réalisée en 2002, le prix du loyer (...)

5Cette migration de la centralité est liée entre autres, à un coût extrêmement élevé de la modernisation de l’espace bâti au centre-ville, à la dévalorisation concomitante de son foncier2 et à la consolidation d’une infrastructure plus moderne dans la région sud-ouest de la ville.

Carte 3 : déplacement de la centralité à São Paulo

Carte 3 : déplacement de la centralité à São Paulo

Source : Luis Octavio da Silva, Decadência e reabilitação do centro de São Paulo, 2003. © Luis Octavio da Silva, 2003.

6La concentration d’investissements publics et privés dans la région sud-ouest de la ville a entraîné une redéfinition du rôle du centre-ville qui a progressivement perdu son rôle de centralité des activités hégémoniques à São Paulo. Il concentre toujours une importante quantité d’emplois dans les secteurs financier et juridique, dans les services aux entreprises et dans l’administration publique. En 2000, par exemple, les services aux entreprises employaient plus de 80 000 personnes dans les districts centraux.

7Cependant, les activités modernes qui restent toujours localisées en centre-ville sont certainement moins complexes et moins importantes que celles qui sont localisées actuellement dans les centralités du « vecteur » sud-ouest. Dans le cadre des services aux entreprises, par exemple, ce sont des activités comme la sécurité et les bureaux de recrutement de main-d’œuvre qui ont le plus contribué à créer des emplois en centre-ville pendant les années 1990, tandis que des services plus spécialisés comme le consulting, l’audit et la publicité n’y ont qu’une part réduite.

8Ainsi, le centre-ville concentre plutôt des fonctions accessoires ou subalternes par rapport aux activités de pointe, s’ajoutant à la multiplication de différentes activités réalisées par la population pauvre comme le commerce ambulant, le petit commerce de détail, des services personnels, des services d’alimentation, une modeste production textile, de vêtements et de chaussures.

  • 3 Nous pourrions, néanmoins, parler peut-être d’une certaine « gentrification de fréquence et de con (...)

9Cependant, d’après [Comin, 2005], les deux évolutions clefs qui caractérisent le centre-ville de São Paulo actuellement sont précisément le changement du profil de ses activités économiques et l’appauvrissement de ses habitants (cf. l’importante présence de taudis et d’habitants de rue ; d’après les statistiques de la Fundação Instituto de Pesquisas Econômicas (Fipe),il y aurait en effet 4 000 taudis dans le périmètre de la sous-préfecture de la Sé, la région centrale ayant ainsi la plus grande densité de taudis du municipe de São Paulo). En même temps on observe une réduction de son rôle résidentiel : la population résidente des districts de et República a diminué respectivement de 20,6 % et 17,89 entre 1980 et 2000 (PMSP, 2002) ; ce qui semble remettre en cause l’hypothèse d’un éventuel processus de gentrification dans le centre-ville de São Paulo3.

Les politiques de requalification

10Face à ce changement de profil des activités et de la population résidente, des acteurs privés présents dans la région et le pouvoir public ont entrepris une série d’initiatives pour revaloriser la région centrale. Autrement dit : l’intensification d’un soi-disant processus de « dévalorisation » a été accompagnée par l’émergence des politiques de revitalisation pour le centre-ville qui était – surtout selon la vision des classes moyennes et de haut revenu – de plus en plus dégradé et dévalorisé.

  • 4 Gilberto Kassab (PFL) était le vice-maire de l’administration municipale de José Serra du PSDB (Pa (...)

11Ainsi, depuis le début des années 1990, dans le contexte d’émergence des villes globales sont apparues différentes initiatives de politiques de requalification pour l’aire centrale. Menées à leur début par l’Association Viva o Centro, à partir des années 2000, les politiques de requalification sont aussi le fait des administrations municipales, avec l’arrivée de Marta Suplicy du PT (Partido dos Trabalhadores) à la mairie en 2001 et actuellement avec la gestion de Gilberto Kassab du PFL (Partido da Frente Liberal)4.

12Présidée à l’origine par la Bank of Boston, l’association Viva o Centro, rassemble toujours divers agents privés. Elle a commencé ses activités en 1991 comme groupe de pression auprès du pouvoir public pour enrayer la dévalorisation de la zone centrale par le biais d’un programme de « revitalisation ». De fait, elle devait promouvoir une revitalisation du centre orientée plutôt vers la demande des classes moyennes, sur le modèle des métropoles européennes, et s’appuyant sur le discours de la nécessité d’un centre sophistiqué pour une ville globale [Bernardes, 2001, p. 155]. D’où la présence des commerçants ambulants et des « habitants de rue » était considérée comme « excessive » par Viva o Centro [Rivière d’Arc, 2003] qui a déjà été à l’origine d’actions répressives à l’encontre de ces derniers de la part de la police [Frúgoli, 2000].

13Pendant les années 1990, Viva o Centro a promu un projet de revalorisation de certains équipements culturels du centre-ville. Le projet Luz Cultural a été réalisé conjointement par l’association et par les gouvernements municipal, fédéral et de l’État de São Paulo. Le principal résultat fut la transformation des immeubles de la Pinacoteca do Estado de São Paulo et de la Estação Júlio Prestes qui sont devenus des objets de consommation culturelle pour les classes aisées. Bref, on serait tenté d’affirmer que les initiatives de l’association Viva o Centro tendent toujours à représenter les intérêts privés dans la requalification, tournés vers la revalorisation du foncier et l’expulsion des acteurs et habitants des couches populaires.

  • 5 Voir l’article d’Hélène Rivière d’Arc dans le présent ouvrage.

14Avec l’arrivée de Marta Suplicy à la mairie, un programme de requalification plus lié aux intérêts des classes populaires a été proposé. Décomposé en plusieurs programmes – Andar no centro, Morar no centro, Trabalhar no centro, Descobrir o centro, Preservar o centro, Investir no centro, Cuidar do centro et Governar o centro –, le Reconstruir o centro avait, pour priorité, la récupération du caractère public de l’espace central, l’ampliation du logement, la diversification des fonctions du centre-ville et la création d’instruments de gestion collective. Débuté officiellement en 2001, le programme était coordonné par la Empresa Municipal de Urbanização (EMURB) et financé conjointement par la BID (Banque Interaméricaine de Développement) et par la mairie. Pendant les discussions sur le programme en 2004, les représentants de la banque ont défendu la thèse de l’intensification de la participation du secteur privé aux projets spécifiques dans la région centrale conjointement avec le pouvoir public. Le prêt de la BID pour la réalisation du programme était de plus de US$ 100 000 000,00. Toutefois, il a connu plusieurs changements pendant les années suivantes, y compris un changement de nom. Devenu Ação Centro ses priorités ont changé, surtout en matière de politique de logement5.

15Durant l’administration municipale de Marta Suplicy (PT) l’extension des logements dans le centre-ville était un des objectifs centraux par le biais du programme Morar no Centro. Selon Helena Menna Barreto, responsable à l’époque du Procentro, l’objectif était d’offrir des conditions de vie meilleures aux couches populaires qui habitaient déjà en centre-ville de façon précaire dans des immeubles occupés ou dans des taudis. Le programme comprenait des initiatives dans les domaines de la location sociale, de l’intervention sur des taudis, de récupération de certains périmètres pour le logement (Perímetros de Recuperação Integrada do Habitat – PRIHs) ainsi qu’un programme spécifique de location résidentielle, le Programa de Arrendamento Residencial (PAR).

  • 6 Une des stratégies adoptées dans le cadre de ce programme a été la formation de coopératives de tr (...)

16Dans la pratique, et dans le cadre du projet de location sociale6, destiné à la population qui gagne moins de trois salaires minimums, deux initiatives seulement ont été conclues par cette gestion (il y en avait 20) : la construction de 468 unités résidentielles pour les habitants de la favela do Gato dans le Residencial Parque do Gato (localisé au Bom Retiro) et de 137 unités dans les Olarias. Toutefois, au début de 2005 il y avait encore une série de travaux en réalisation dans le cadre du programme, totalisant environ 1 500 unités. En ce qui concerne la récupération de certains « périmètres » pour le logement, un seul a été implanté dans le quartier de la Luz. Les interventions dans les taudis ont également été très restreintes : seules cinq réhabilitations ont été terminées. Comme faisant partie d’un programme de la Caixa Económica Federal, le PAR a inclus les négociations avec les différents groupes qui constituent O Movimento pour le logement, dans cinq immeubles occupés de la zone centrale. D’autres interventions ont été également entreprises : la plus importante dont la presse internationale s’est fait largement l’écho a été la proposition de réhabilitation de l’immeuble São Vito visant la construction de 375 unités résidentielles pour la population de bas revenus [Marques et Torres, 2005].

17Ainsi, malgré l’importance donnée aux recherches de subvention pour le logement des classes populaires, une très infime partie des programmes a été réalisée. Le point positif de cette période fut un rapprochement avec les classes populaires. L’association O Centro Vive a été l’un des acteurs les plus actifs du projet pendant l’administration du PT. Face à l’association Viva o Centro, O Centro Vive promouvait l’idée que soit donné aux habitants pauvres non seulement le droit de résider en centre-ville, mais aussi de faire d’eux les acteurs d’un processus de réhabilitation qui prétendait s’appuyer sur le principe de mixité [Rivière d’Arc, 2003, p. 262].

18En ce qui concerne le patrimoine, une des principales interventions réalisées pendant l’administration de Marta Suplicy a été la réforme du Marché Municipal en 2004 avec les ressources du financement de la BID. La récupération de l’immeuble du marché et l’installation d’une quantité de restaurants ont entraîné une hausse de la fréquentation d’un public plus aisé au centre-ville pendant les weekends, renforçant par là la dynamique entreprise avec le projet « Luz Cultural ».

19Alors que l’administration antérieure n’a pas concrétisé tous ses objectifs initiaux vis-à-vis du centre-ville, la politique de l’actuelle administration municipale, celle de José Serra (PSDB)/Gilberto Kassab (PFL), se montre hésitante. Compte tenu d’une série d’initiatives de cette gestion dans le centre pendant les deux premières années de son gouvernement – des conflits constants entre la police municipale et les vendeurs ambulants, la réforme de certains viaducs afin d’empêcher l’abri d’habitants de rue, plus de 10 expulsions d’immeubles habités par la population « sans toit », la rupture de contrats entre la mairie et des coopératives populaires de ramasseurs d’ordures, etc. – il semble qu’elle soit en train de promouvoir une politique de requalification qui reprend des accents hygiénistes face aux acteurs populaires.

20La politique de l’actuelle gestion, semble plutôt axée sur la récupération du patrimoine historique et par les questions de sécurité. Parmi les priorités de son programme pour le centre-ville – le Procentro – figurent en effet, la « revitalisation » des trottoirs (spécialement dans les rues Augusta et Avanhadava et dans l’avenue Paulista), la requalification des places de la Sé, República et Roosevelt et le projet Nova Luz, comme on le verra par la suite.

21Les projets de réforme de la Praça da Sé et de la Praça da República ont été présentés en juin 2005 et devaient être conclus en 2007. Ils impliquent la récupération de leurs dessins originaux, la rénovation de l’illumination, la valorisation des sculptures et de la végétation originale. Sur la Praça da Sé, est aussi prévue la construction de rampes entre ses différents niveaux ; le coût estimé pour ce projet est de R$ 5 000 000,00. Pour la Praça da República, l’idée principale est de récupérer son dessin original de 1905 ; les travaux y sont estimés à R$ 3 000 000,00. Les ressources attribuées à ces diverses interventions viendraient du financement de la BID. Le projet de requalification de la Praça Roosevelt sera lancé seulement après la suppression des équipements qui s’y trouvent (écoles, supermarchés, fleuristes, parking, etc.) ; il n’y a pas d’échéance connue. La restauration de certains immeubles historiques comme le Palácio das Indústrias, le Théâtre Municipal, le Solar da Marquesa et la Casa No. 1 est également prévue.

22Il existe en outre, un projet de réaménagement des principales rues commerciales de la région centrale – 25 de Março, Santa Ifigênia, Gasomêtro, São Caetano et Casper Líbero – qui prévoit là aussi la rénovation des trottoirs, de l’éclairage public, du paysagisme et de la signalisation, en plus de l’intensification du contrôle afin que les principales rues du centre-ville soient « délivrées » de tout type d’activité informelle [Procentro, 2006]. D’ailleurs, une autre priorité consiste à installer des caméras de vidéo en des points « stratégiques » pour renforcer la « sécurité » dans le centre.

23En ce qui concerne la politique de logement en centre-ville, le projet de la gestion antérieure a été entièrement revu et très réduit par la gestion actuelle. Dans le cadre du programme de location sociale par exemple, les seules initiatives maintenues ont été celles du Residencial Parque do Gato et Olarias qui avaient déjà été décidées ; toutes les autres initiatives ont été exclues du nouveau programme. Dans le cadre du projet PRIHs (Perímetros de Recuperação Integrada do Habitat), le seul périmètre maintenu dans le cadre du programme a été celui du quartier de la Luz ; les PRIHs des quartiers Glicério et Brás en ont été écartés. Le PAR (Programa de Arrendamento Residencial) a avancé, avec des réalisations notoires dans les immeubles Riscalah Jorge (167 unités), Maria Paula (75 unités), Celso Garcia (84 unités) et Brigadeiro Tobias (84 unités) ; en revanche, plusieurs initiatives ont disparu, notamment l’une des plus emblématiques : la proposition de réhabilitation de l’immeuble São Vito pour la construction de 375 unités résidentielles destinées à ses habitants. En revanche, un programme de logements transitoires pour la population de rue et un programme visant à attirer la classe moyenne à habiter en centre-ville sont en projet.

Le projet Nova Luz comme événement conjoncturel emblématique

24Parmi les projets de l’actuelle gestion municipale (G. Kassab) pour la région centrale de São Paulo, l’un d’eux occupe une place spéciale : le projet de « régénération » d’un périmètre du quartier Luz (situé entre les districts Bom Retiro, Santa Cecília et República) connu comme « Cracolândia ». Le projet « Nova Luz » prévoit la requalification du quartier par la démolition et la « dépossession » de divers immeubles (où souvent fonctionnent ou fonctionnaient, de petits établissements commerciaux) et de terrains destinés à l’installation d’équipements publics (les nouveaux sièges de la Sub-prefeitura de la et du Secretaria Municipal de Servicios y seront construits) ; on y verra la restauration de quelques immeubles de valeur historique et surtout, déjà lancé, un programme d’incitations fiscales pour l’installation d’entreprises de technologie de pointe [Procentro, 2006].

  • 7 Approuvée en novembre 2005 et réglementée en février 2006, la Loi d’Incitations Fiscales stimule l (...)

25Le projet est financé tant par le pouvoir public, en l’occurrence la mairie du municipe de São Paulo, que par le financement de la BID destiné à la requalification du centre-ville. Pour l’appliquer, des législations spécifiques ont déjà été approuvées favorisant l’installation d’entreprises de technologie, de télécommunications et d’audiovisuel ; ainsi qu’un décret déjà promulgué, déclarant d’utilité publique quelques espaces susceptibles d’expropriation, de préemption/indemnisation et/ou de « dépossession »7. D’après Antonio Zagatto, responsable de la Subprefeitura Sé pour la réhabilitation du quartier de Nova Luz, l’objectif du projet est la création d’une « région exemplaire, nouvelle et audacieuse », tournée surtout vers l’installation d’entreprises susceptibles de participer au commerce international [PMSP, 2006].

26Le périmètre nommé Nova Luz représente 362 000m2. Le projet d’intervention sur le quartier est structuré selon quatre orientations. Le premier axe correspond à l’élaboration d’un Plan d’Urbanisme qui guidera les interventions urbaines, économiques et sociales, soit celles du pouvoir public, soit celles du secteur privé, en définissant des directives et une norme d’utilisation et d’occupation du sol. Ce plan sera constitué d’un dispositif légal qui donnera un support aux transformations prévues, y compris éventuellement des propositions de changements dans la loi de zoning. Le second englobe un ensemble d’actions qui seront réalisées par le pouvoir public municipal pour garantir la flexibilité et la souplesse des processus auxquels la mairie participera. Le troisième suppose une série de négociations avec le secteur privé et avec le secteur public non municipal pour rendre le projet réalisable. Quant au secteur privé, il nouera des relations avec le public afin d’attirer des entrepreneurs et de garantir la rentabilité financière des investissements. Le quatrième axe englobe une série d’interventions concrètes, réparties dans une zone « pilote », localisée dans une des extrémités de l’aire totale couverte par le projet.

27Il s’agit donc d’une des plus grandes interventions urbaines dans le municipe de São Paulo. En effet, la Nova Luz englobe approximativement 225 ha de l’aire connue comme « Cracolândia ». À long terme la Nova Luz devrait comprendre également la zone comprise entre l’Avenue do Estado, où sont actuellement installés le siège de la Sub-prefeitura de la et le Secretaria Municipal de Servicios, et enfin le quartier du Bom Retiro.

28La première phase du projet prévoit des interventions dans vingt-trois rues. Selon la mairie, les expropriations se restreindront aux immeubles considérés comme « irrécupérables » et aux secteurs destinés à l’installation d’équipements publics. Les ressources pour les premières expropriations sont déjà disponibles (2007). Dans une première étape, une série de petits hôtels, des petits restaurants et des bars, des établissements de réparation de voitures, motos et vélos et des entrepôts, ont été fermés. Dans toutes les rues de la zone « pilote », des « dépossessions » et des démolitions sont déjà définies dans l’espace où seront construits le nouveau siège de la Sub-prefeitura de la et du Secretaria Municipal de Servicios, une base de la Guardia Civil Metro-politana (GCM), etc.

29Au cours des dernières années, la diminution de la population résidente et la dévalorisation immobilière se sont en effet aggravées dans le quartier de la Luz ; ce processus y a engendré, en revanche, une concentration d’activités illégales comme le trafic de drogues. Néanmoins, la Luz se caractérise aussi comme une région économiquement dynamique puisqu’on y trouve des segments commerciaux spécialisés (composantes et équipements électroniques, et pièces automobiles), quelques branches du secteur de services qui, ensemble, produisent plus de 2 500 emplois formels. Le quartier bénéficie en outre de certains équipements culturels, ainsi que d’un réseau de transport public très dense et modernisé.

30Toutefois, puisque le projet « Nova Luz » envisage la démolition de l’espace bâti et la dépossession de plusieurs immeubles (où souvent fonctionnent, ou fonctionnaient, de petits établissements commerciaux et de services) s’il incite à l’installation d’entreprises de haute technologie, ne valorise pas une économie qui est déjà réalisée par la population, mais cherche plutôt le changement du profil des acteurs et des activités. Qui seront alors les principaux bénéficiaires de ce projet ?

31Parmi les critiques du projet Nova Luz, on trouve Nadia Somekh, responsable du programme pour le centre-ville dans la gestion antérieure (celle de Marta Suplicy). Selon Nadia Somekh, la vision volontariste du bulldozer qui veut démolir la ville et attirer la participation de nouveaux acteurs en « disqualifiant » tout ce qui existe déjà dans le lieu est totalement dépassée. Pour elle, il faudrait connaître et intégrer la structure de production de la zone et lui incorporer tous ses acteurs dans leur diversité, et pas seulement les grands entrepreneurs [O Estado de São Paulo, 05/02/2006].

32Le projet Nova Luz est un programme emblématique. Des projets de cette nature tendent à provoquer l’arrivée de nouveaux acteurs et de nouveaux équipements qui engendrent la valorisation de l’espace mais qui entraînent également l’augmentation des impôts et des loyers et mettent les micro-entreprises en porte-à-faux. Cependant, les multiples formes de mises au travail collectives, dépendantes des lieux, ont quelques atouts de résistance aux changements accélérés qui les menacent [Silveira, 1999, p. 386].

Les différentes formes de résistance liées au travail et à l’habitation au sein des classes populaires

33Malgré un processus de redéfinition du rôle économique du centre-ville de São Paulo au cours des dernières années cette zone reste une des principales centralités de commerce, de services, de loisirs et d’emplois de la Région Métropolitaine de São Paulo, surtout pour les populations des parties nord et est de la ville.

34Les huit districts centraux concentrent toujours plus de 600 000 postes de travail formels, c’est-à-dire 25 % des emplois du municipe ; en plus de la multiplication croissante d’activités dites « informelles ». Les districts de et República concentrent, à eux seuls presque 200 000 emplois. Malgré cela, le centre a perdu plus de 100 000 emplois formels pendant les années 1990 [PMSP, 2002].

35Parmi les activités économiques, le petit commerce de détail a été celui qui a créé le plus d’emplois pendant les années 1990 [Comin, 2005]. Dans l’ensemble des activités réalisées plutôt par les classes populaires qui ont également contribué à la création d’emplois pendant cette période, on trouve les petits services personnels, l’alimentation et la petite production textile, de vêtements et de chaussures.

36L’univers du travail abrite une multiplicité de divisions du travail qui englobe des activités très diverses en matière d’organisation, d’où la coexistence de formes de travail très distinctes. Toutefois, les activités économiques qu’on trouve de plus en plus dans le centre-ville de São Paulo sont justement celles qui sont caractérisées par une très petite quantité de ressources et par le travail intensif.

Praça da República, District República

Praça da República, District República

© Marina Montenegro, 2006.

Rue José Paulino, District du Bom Retiro

Rue José Paulino, District du Bom Retiro

© Marina Montenegro, 2006.

Rue 25 de Março

Rue 25 de Março

Cette énorme circulation quotidienne autorise l’existence d’une série de petits établissements, surtout de petits commerces, qui trouvent leurs moyens de résistance précisément à cette échelle de consommation. © Marina Montenegro, 2006.

Division du travail parmi les classes populaires au centre-ville de São Paulo, 2006

Division du travail parmi les classes populaires au centre-ville de São Paulo, 2006

37Il faut souligner qu’en présentant ce tableau, on ne prétend pas saisir toutes les activités réalisées par les classes populaires mais seulement approcher la diversité des types d’activités, dont quelques-unes ne sont pas exclusivement réalisées par la population à bas revenus, mais qu’elles en sont le plus souvent dépendantes.

38Bien que la division en secteurs puisse servir ici d’outil méthodologique, elle doit en plus être interrogée tant à propos des activités des classes populaires que de celles que Milton Santos qualifiait d’hégémoniques. Il y a en effet une diversification et une interpénétration croissantes entre les activités de commerce, de service et même de fabrication, réalisées par un seul petit établissement au centre-ville. Cette interpénétration constitue d’ailleurs une des principales stratégies adoptée actuellement à São Paulo.

39À partir de certaines situations considérées comme significatives en centre-ville, on a essayé de saisir les différentes stratégies des classes populaires qui y travaillent pour faire face aux dynamiques de la globalisation telle qu’elle s’exerce à São Paulo. Les acteurs des classes populaires doivent en effet diversifier de plus en plus leurs stratégies à travers des formes de résistance et d’adaptation aux variables centrales de la période actuelle comme la publicité, le crédit, l’information et surtout, la consommation.

40Comme on peut le vérifier dans le tableau, certaines de ces activités peuvent être considérées comme typiquement réalisées par des personnes munies de qualifications artisanales ou sans qualification : petits bazars, cordonniers, serruriers, etc.

41En même temps d’autres révèlent des formes renouvelées d’insertion dans le marché du travail : d’un côté, des activités liées surtout à la banalisation de la consommation de certains objets « modernes » et de l’autre, l’apparition d’activités montrant le niveau de précarisation auquel sont exposés les individus : ramasseurs de déchets, individus qui « gardent » les voitures, jongleurs aux abords des feux rouges, etc.

42La convergence de l’informatique et des télécommunications a transformé les formes contemporaines de production et de communication, y compris parmi les classes populaires. Des portables, des appareils de photocopie, de vidéo et de photos, ainsi que des ordinateurs, sont devenus accessibles aux personnes aux bas revenus et participent alors de plus en plus à leur vie quotidienne, tant dans leur univers de travail que dans celui de la consommation.

43Les échanges quotidiens au centre-ville se font encore par l’usage de technologies obsolètes ou traditionnelles. Mais il est possible aussi d’user dans ces échanges de techniques très modernes. C’est ainsi, par exemple, que plusieurs petits bazars offrent de plus en plus de services d’informatique, de fax, de photocopie, de développement de photos…, au-delà de la commercialisation d’articles bon marché. C’est aussi le cas de plusieurs petits établissements offrant des services de réparation et qui peuvent dorénavant élargir la gamme d’articles réparés aux objets comme des portables, des imprimantes, des vidéos, des ordinateurs, etc.

44On constate un autre aspect révélateur de la rénovation des stratégies qui s’exprime par le biais de plusieurs formes de propagande. La publicité se glisse de plus en plus dans l’économie populaire en centre-ville, soit à travers des formes extrêmement simples comme des cartons distribués et des affiches, soit à travers des formes plus élaborées comme des banners et des petites annonces dans des listes téléphoniques. L’utilisation de la publicité par cette économie implique en outre l’apparition d’une nouvelle activité : leur fabrication et la divulgation des instruments publicitaires.

45Les petits établissements doivent en outre développer des stratégies pour faire face à l’agressivité des grands réseaux commerciaux qui essaient d’attirer les consommateurs avec des propositions diverses de paiement et d’offres de crédit. Les petits établissements commerciaux doivent faire de même. Bien que la plupart des opérations soient encore réalisées en espèces, les chèques et les cartes de débit et de crédit y sont de plus en plus acceptées.

46Tout cela pour comprendre que les classes populaires, y compris les pauvres, s’adaptent aux changements de la période actuelle. Ainsi, les pauvres du centre de São Paulo sont-ils des pauvres qui résistent aux formes d’exclusion ou d’expulsion qui les menacent. L’analyse de la présence de certains clusters en centre-ville éclaire sur ces stratégies. En effet la concentration de certains segments d’activité – confection et textiles, équipement automobile, électronique, etc. – permet l’insertion de petits établissements dans des chaînes d’activité qui englobent grandes et petites entreprises et c’est dans les interstices de cette chaîne que de modestes travailleurs trouvent moyen de pratiquer une activité et d’obtenir un revenu.

47Particulièrement représentatif : le cluster de confections localisé dans le district du Bom Retiro. Cette économie d’agglomération, originellement liée à la présence d’industries textiles, représente aujourd’hui un des principaux pôles de consommation populaire à São Paulo. Bien que l’activité commerciale soit dominée par des entreprises de taille moyenne, plusieurs petites boutiques de vêtements et d’accessoires, des petits bazars de tissus et de matériel de couture, ainsi que des ateliers de réparation de vêtements sont aussi présents dans le quartier, profitant de la grande animation quotidienne. Dans ce cluster la recommercialisation de bouts de tissus est encore active.

48Le cluster de produits électroniques, localisé dans les environs de la rue Santa Ifigênia, et le cluster d’équipement automobile, localisé dans la partie nord du district de Santa Cecilia, manifestent des dynamiques similaires. En même temps que ces localisations concentrent de grands réseaux commerciaux et des représentants de grandes marques, elles réunissent aussi plusieurs petits établissements commerciaux et de services liés à la spécialisation économique du quartier, s’ajoutant à une grande quantité de vendeurs ambulants. Une importante partie de la population qui travaille actuellement dans ces petits établissements au centre-ville vient de la zone est du municipe, la plus pauvre de la ville.

49La forte présence du commerce ambulant dans les rues du centre représente aussi une des principales formes de résistance liée au travail dans les classes populaires. D’après les estimations de la prefeitura, il y aurait environ 8 000 vendeurs ambulants dans le centre-ville, dont plus de 80 % sans autorisation.

50En résumé donc la permanence, l’expansion et la diversité des activités expliquent l’attraction du centre pour des personnes qui trouvent là des conditions de survie grâce à un revenu. De ce fait, bien que le centre ancien demeure une localisation importante pour les affaires et la banque, ces dernières sont côtoyées en permanence par la présence d’une pauvreté qui s’y impose aussi.

Carte 4 : localisation des activités du secteur de la confection au centre de São Paulo

Carte 4 : localisation des activités du secteur de la confection au centre de São Paulo

Source : CEBRAP, 2002. © Álvaro Comin, 2002.

51Cette composition lui apporte des attributs de centralité auprès de la population venue de l’est et du nord de la ville qui y travaille ainsi que des attributs de périphérie face aux centralités du « couloir » sud-ouest. Selon Raquel Rolnik et al. [2005, p. 127], cette combinaison d’attributs de centralité et de périphérie engendre une situation au centre-ville de São Paulo qui peut être définie comme une condition de « centralité périphérique ».

52La résistance des populations pauvres du centre-ville de São Paulo est aussi étroitement liée au problème du logement. L’intervention de plusieurs mouvements sociaux pour le logement, l’occupation d’immeubles « vides » qui n’accomplissent pas leur « fonction sociale », le grand nombre de taudis et la présence d’une « population de rue » animée (le terme SDF n’existe pas…), traduit l’indigence du stock de logements destinés à la population dite de « bas revenu ».

  • 8 Voir l’article précédent de Regina Prosperi Meyer.
  • 9 Définie par le Estatuto da Cidade.
  • 10 Selon l’interprétation de Marcelo Lopes de Souza (UFRJ), pendant les années 1980 il y avait une so (...)

53Ainsi donc, ce sont les ressources offertes par la zone centrale qui motivent les personnes pour y venir ou y rester. L’intensité du système de transport métropolitain8, une infrastructure urbaine satisfaisante, la concentration d’opportunités de travail et plus spécialement, la présence de plusieurs immeubles abandonnés qui « n’accomplissent pas leur fonction sociale9 » ainsi que de 40 000 unités résidentielles vides configure un scénario relativement favorable à la mobilisation des mouvements sociaux pour le logement très actifs dans la zone10. Parmi ces derniers : le Movimento de Moradia da Região Central (MMRC), le Movimento de Moradia no Centro (MMC), le Movimento de Sem-Teto do Centro (MSTC), le Movimento de Trabalhadores Sem-Teto (MTST), la União de Movimentos de Moradia (UMM) et la Frente de Luta pela Moradia (FLM).

L’immeuble Prestes Maia

L’immeuble Prestes Maia

Les familles, à l’intérieur, pendant une réunion

Les familles, à l’intérieur, pendant une réunion

Source : Centro de Mídia Independente, 2006.
© Gabriela Zelante Lambert.

54L’occupation d’immeubles vides qui « n’accomplissent pas leur fonction sociale » représente l’argument principal de la stratégie d’occupation adoptée par des individus dont l’action est souvent organisée par les dirigeants de ces mouvements pour le logement. D’après les estimations, il y aurait en ces années 2 000 entre 6 000 et 9 000 personnes habitant des terrains et des immeubles occupés dans le centre-ville. Ils parviennent à s’y maintenir en s’appuyant sur leurs connaissances de la situation foncière, judiciaire et « sociale » des immeubles, ou moins fréquemment, des terrains. Les mouvements cherchent à savoir quels sont les immeubles ou les terrains vides ou « oisifs » (inactifs). Dès que l’immeuble ou le terrain sont occupés par un groupe, la police peut faire procéder à la réintégration de « possession » (reintegração de posse) automatique pendant les premières 24 heures après l’occupation. Ensuite, la réintégration devient élément d’un procès qui doit passer par la justice ce qui peut durer fort longtemps.

  • 11 Ses propriétaires – Jorge Hamuche et Eduardo Amorim – qui n’ont pas « l’écriture de possession » d (...)

55Localisée dans le quartier de la Luz, l’occupation de l’immeuble Prestes Maia peut être considérée comme une des plus emblématiques de la résistance de la population sem-teto du centre-ville de São Paulo. L’immeuble a été occupé en novembre 2002 par le Movimento de Sem-Teto do Centro (MSTC) et il y avait plus de 2 500 personnes qui y habitaient en 2006, soit plus ou moins 468 familles11. Elles ont été expulsées en 2007.

Pour finir

56Pendant les deux dernières décennies, le centre-ville de São Paulo est devenu l’objet d’une série de projets de requalification provenant de différentes institutions. Ce qui semble ne pas être pris en compte dans l’élaboration de ces projets c’est la valeur exacte du travail réalisé par les classes populaires en centre-ville, ainsi que le rôle « d’abri » [Santos et al., 2000] qu’il joue pour ces derniers. Cette problématique tend à s’aggraver quand les projets de requalification comprennent de simples transpositions de projets dont l’essentiel est promu par l’association Viva o Centro, qui contribue à donner l’image d’une « tentative de fabrication d’une certaine vision hégémonique sur la ville » [Frúgoli, 2005, p. 8].

57Compte tenu du fort caractère « d’abri » de la région centrale, tant en fonction de la valeur de cet espace dans l’ensemble de la ville que de celle de la valeur des activités réalisées par les gens qui y vivent et y travaillent, il est essentiel que les programmes de requalification n’entraînent pas l’expulsion des groupes sociaux les plus vulnérables. C’est une condition du développement durable…

58Les programmes de requalification devraient incorporer, non seulement dans leur discours, mais plus encore dans leurs pratiques concrètes, l’idée que le développement durable est intégrateur et facteur de cohésion sociale.

Autres sources

59Site de la Prefeitura do Município de São Paulo (PMSP)

60Journal O Estado de São Paulo

Bibliographie

Bibliographie

Alves Glória da Anunciação, « Paisagens Metropolitanas », in Carlos Ana Fani Alessandri et Oliveira Ariovaldo Umbelino de (orgs.), Geografias de São Paulo. A Metrópole do século xxi, São Paulo, Editora Contexto, 2004.

Bernardes Adriana, A contemporaneidade de São Paulo. Produção de informações e novo uso do território brasileiro, Tese de Doutorado, Departamento de Geografia da Faculdade de Filosofia, Letras e Ciências Humanas da Universidade de São Paulo, 2001.

Comin Alvaro (coord). Estratégias de Desenvolvimento Econômico para a área central do Município de São Paulo, CEBRAP, CEM, EMURB, Prefeitura do Município de São Paulo, 2002.

Emurb, Prefeitura do Município de São Paulo, CEBRAP, CEM, COMIN Alvaro (coord).

Caminhos para o Centro : Estratégias de desenvolvimento para a região central de São Paulo, 2005.

Frúgoli Heitor Jr, Centralidade em São Paulo. São Paulo, Cortez, 2000.

Frúgoli Heitor Jr, « Sobre o alcance do conceito de gentrification para pensar sobre intervenções urbanísticas em áreas centrais de cidades brasileiras : o caso de São Paulo », 1º Congreso Latinoamericano de Antropología, Rosário, Argentina, 2005.

Itikawa Luciana, « Geometrias da clandestinidade : o trabalho informal no centro de São Paulo » in Caminhos para o Centro : Estratégias de desenvolvimento para a região central de São Paulo, EMURB, Prefeitura do Município de São Paulo, CEBRAP, CEM, 2005.

Marques Eduardo César, Torres Haroldo (orgs), São Paulo, Segregação, Pobreza e Desigualdades Sociais, São Paulo, Editora Senac, 2005.

Prefeitura do Município de São Paulo (PMSP)/ Procentro. Reconstruir o centro. Reconstruir a cidade e a cidadania, São Paulo, 2001.

Prefeitura do Município De São Paulo (PMSP)/ Procentro, Texto Síntese da Proposta Global de Revisão do Procentro, São Paulo, 2006.

Rivière d’arc Hélène, « Requalifier le xxe siècle : projet pour le centre-ville de São Paulo », in Bidou-Zachariasen Catherine, Hiernaux-Nicolas Daniel, Rivière d’Arc Hélène, Retours en ville : des processus de « gentrification » urbaine aux politiques de « revitalisation » des centres, Paris, Descartes & Cie, coll. « Les Urbanités », 2003.

Rolnik Raquel, Campos Candido Malta, Nakano Kazuo, « Dinâmicas dos subespaços da área central de São Paulo », in Caminhos para o Centro : Estratégias de desenvolvimento para a região central de São Paulo, EMURB, Prefeitura do Município de São Paulo, CEBRAP, CEM, 2005.

Santos Milton, O Espaço Dividido : Os dois circuitos da economia urbana dos países subdesenvolvidos, Rio de Janeiro, Francisco Alves, 1978.

Santos Milton et al., O papel ativo da Geografia. Um manifesto, Departamento de Geografia da Universidade de São Paulo. FFLCH/USP, São Paulo, 2000.

Silveira María Laura, « São Paulo : os dinamismos da pobreza » in A. F. A. Carlos e A. U. Oliveira de (orgs), Geografias de São Paulo. Representação e crise da Metrópole, São Paulo, Editora Contexto, 2004a.

Silveira María Laura, « Globalización y circuitos de la economía urbana en ciudades brasileñas », in Cuaderno del CENDES ano 21, n° 57, 2004b.

Silveira María Laura, Um País, Uma Região. Fim de século e modernidades na Argentina. São Paulo, FAPESP/LABOPLAN (USP), 1999.

Notes

1 À propos du centre-ville, on reprendra ici le même périmètre que celui qui est défini dans les articles précédents.

2 D’après une étude de l’entreprise de consulting Richard Ellis, réalisée en 2002, le prix du loyer du mètre carré de bureau était : R$ 14,00 au centre-ville ; R$ 50,00 dans l’avenue Paulista, R$ 56,00 dans les environs de l’avenue Berrin et de la Marginal Pinheiros et R$70,00 dans l’avenue Faria Lima. La différence du coût d’achat des immeubles de bureau était semblable : le mètre carré coûte R$ 900,00 au centre-ville ; R$ 4 100,00 dans l’avenue Paulista, R$ 4 800,00 dans les environs de l’avenue Berrini et de la Marginal Pinheiros et R$ 5 800,00 dans l’avenue Faria Lima. L’amorce d’une remontée des prix du foncier en centre-ville est en cours.

3 Nous pourrions, néanmoins, parler peut-être d’une certaine « gentrification de fréquence et de consommation » (Frúgoli, 2005, p. 3), mais non proprement résidentielle, dans certains sous-espaces de la région centrale, liée spécialement à une consommation culturelle des classes moyennes et hautes (réforme des immeubles de la Pinacoteca do Estado de São Paulo, de la Estação Júlio Prestes, du Mercado Central, etc.).

4 Gilberto Kassab (PFL) était le vice-maire de l’administration municipale de José Serra du PSDB (Partido Social Democrata Brasileiro) de 2005 à 2008 et a assumé la mairie en 2006.

5 Voir l’article d’Hélène Rivière d’Arc dans le présent ouvrage.

6 Une des stratégies adoptées dans le cadre de ce programme a été la formation de coopératives de travailleurs spécialisés dans la réhabilitation du logement.

7 Approuvée en novembre 2005 et réglementée en février 2006, la Loi d’Incitations Fiscales stimule l’installation d’entreprises de technologie et d’autres services dans la région du projet Nova Luz. La « dépossession » est la perte du statut de posse qui correspond généralement à une situation d’occupation depuis plus de cinq ans.

8 Voir l’article précédent de Regina Prosperi Meyer.

9 Définie par le Estatuto da Cidade.

10 Selon l’interprétation de Marcelo Lopes de Souza (UFRJ), pendant les années 1980 il y avait une sorte de tension/approximation entre les mouvements sociaux pour le logement à São Paulo et les intellectuels, les chercheurs, mais en même temps un échange important. À partir des années 1990, le contact avec ces mouvements se réalise plutôt au niveau d’un univers très divers, celui des Ongs (Organizações nãogovernamentais), comme l’Instituto Polis, par exemple. Dans ce processus le débat sur le besoin d’une réforme urbaine a faibli, est devenu presque inexistant à la différence de la discussion sur la réforme agraire qui a fortement avancé dans le pays pendant les deux dernières décennies. À partir des années 1990, la discussion sur le terme « réforme urbaine » devient interne aux mouvements, mais réduite, dans la mesure où ils doivent formuler des stratégies pour résister dans le centre-ville et éviter la violence… Sur la convergence des réseaux de transport dans le centre, voir l’article précédent de Régina Prosperi Meyer.

11 Ses propriétaires – Jorge Hamuche et Eduardo Amorim – qui n’ont pas « l’écriture de possession » de l’immeuble ont abandonné l’immeuble pendant plus de vingt ans et ils ont en outre une dette de près de R$ 5 000 000,00 (IPTU) auprès de la Mairie. D’après l’évaluation da la Caixa Econômica Federal cette dette dépasse la valeur de l’immeuble. Selon les propriétaires, il vaut plus de R$ 9 000 000,00. De toute façon ils ont réussi à obtenir un document qui les autorise à demander la réintégration de possession de l’immeuble. Cette action judiciaire en faveur des propriétaires n’a pas respecté un rapport de l’ONU qui déclare que le gouvernement du municipe de São Paulo, à travers la Secretaria de Habitação e Desenvolvimento Urbano et de la COHAB, doit promouvoir la réparation de l’immeuble pour qu’il puisse accomplir une fonction d’habitation d’intérêt social. Une action de désappropriation a été également demandée par la COHAB qui déclare l’immeuble d’intérêt social, c’est-à-dire qu’il doit être désapproprié ou acquis par un accord. Mais cette action n’a pas eu la force de suspendre l’ordre de réintégration. L’expulsion du Prestes Maia était prévue pour juillet 2005, mais n’a pas eu lieu. Si l’expulsion s’effectue vraiment, les propriétaires doivent payer le déménagement de toutes les personnes qui y habitent actuellement ainsi qu’une allocation à chaque famille. Les coordinateurs du Movimento de Sem-Teto do Centro (MSTC) préparent déjà une « résistance pacifique » en cas d’expulsion. La stratégie assumée par le mouvement est d’occuper des areas abandonnées ou vacantes pour forcer les gouvernements à accélérer les programmes d’habitation populaire. Dans un site internet, le MSTC se positionne en faveur de la désappropriation de l’immeuble et de sa transformation en logement populaire, du financement pour la restauration de l’immeuble et de l’attribution d’un logement pour les familles pendant la restauration.

Table des illustrations

Titre Carte 1 : sous-préfectures de São Paulo
Légende Source : site Prefeitura do Municipio de São Paulo. © www.prefeitura. sp.gov.br
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/472/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 623k
Titre Carte 2 : sous-préfecture de Sé
Légende Source : site Prefeitura do Municipio de São Paulo. © www.prefeitura. sp.gov.br
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/472/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Carte 3 : déplacement de la centralité à São Paulo
Légende Source : Luis Octavio da Silva, Decadência e reabilitação do centro de São Paulo, 2003. © Luis Octavio da Silva, 2003.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/472/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Praça da República, District República
Légende © Marina Montenegro, 2006.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/472/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Titre Rue José Paulino, District du Bom Retiro
Légende © Marina Montenegro, 2006.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/472/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Rue 25 de Março
Légende Cette énorme circulation quotidienne autorise l’existence d’une série de petits établissements, surtout de petits commerces, qui trouvent leurs moyens de résistance précisément à cette échelle de consommation. © Marina Montenegro, 2006.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/472/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Division du travail parmi les classes populaires au centre-ville de São Paulo, 2006
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/472/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Titre Carte 4 : localisation des activités du secteur de la confection au centre de São Paulo
Légende Source : CEBRAP, 2002. © Álvaro Comin, 2002.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/472/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre L’immeuble Prestes Maia
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/472/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Les familles, à l’intérieur, pendant une réunion
Légende Source : Centro de Mídia Independente, 2006.© Gabriela Zelante Lambert.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/472/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

Auteur

Marina Montenegro – géographe, Universidade de São Paulo

© Éditions de l’IHEAL, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540