Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Centres de villes durables en Amérique latine : exorciser les précarités ?

 | 
Hélène Rivière d’Arc

Mérida (Yucatán)

Mérida. La transformation des espaces urbains centraux : risques, enjeux et stratégies dans un contexte de « développement durable urbain »

Un point de vue de sociologue

Jean Rivelois

Texte intégral

1Communément à travers le développement durable les développeurs sont censés parvenir à trouver un équilibre préservant les générations futures, entre croissance économique, niveau de vie des habitants et gestion soutenable des ressources ; la notion de développement durable serait ainsi liée au maintien de la croissance économique (avec, théoriquement, la création d’un nouveau modèle de croissance), au développement social et au respect de l’environnement ; bâtir un processus durable de développement reviendrait donc à prendre en considération et à valoriser les différentes formes de capital dont disposent les populations pauvres, qu’il s’agisse du capital physique (matières premières, sources d’énergie), naturel (faune, flore, paysages, sols à usage agricole, biodiversité) ou culturel (patrimoine). Appliquée au domaine urbain (développement durable urbain) dans le cadre d’une recherche de sociologie politique visant à dévoiler les stratégies des différents acteurs sociaux en relation les uns avec les autres, et notamment les interactions entre acteurs légaux et illégaux pour l’appropriation de certains territoires urbains, cette notion de développement durable urbain comporte divers objectifs qui ouvrent eux-mêmes sur une série de questions :

  1. associer le maintien de la croissance économique à l’émergence d’un État de droit et à la promotion de nouveaux acteurs politiques et économiques, dits « responsables » (principe de responsabilité appliqué aux conséquences à venir des actions présentes et lié au principe de précaution) qui vont tenter d’imposer de nouvelles pratiques d’accumulation (libre concurrence, nouvelles méthodes de gestion, adoption des règles de gouvernance d’entreprise, adoption des recommandations de l’OCDE portant sur la responsabilité sociale des entreprises) fondées sur de nouvelles valeurs : (la négociation, la recherche de compromis, la transparence, la lutte contre la corruption) et de nouveaux outils (prise de décision participative à travers la formation de comités traitant des problèmes locaux et rassemblant des élus, des représentants de l’administration et des représentants du secteur associatif ; budget participatif ; dialogue local ; partenariat public privé ; renforcement du rôle du secteur privé à travers la privatisation des services urbains ; décentralisation ; municipalisation ; planification stratégique ; application du principe de recouvrement des coûts). De ce fait, ces nouveaux acteurs vont se trouver confrontés aux anciennes pratiques clientélistes des entrepreneurs traditionnels qui étaient basées sur des collusions corruptrices entre représentants de l’État et agents économiques rentiers. Tel est l’aspect politique du développement durable qui implique de prendre en considération la dimension politique des relations public privé. Sur la base de quelles alliances va s’opérer le passage d’un nouveau mode de gouvernement (fondé sur la gouvernance, c’est-à-dire la mise en place d’institutions non corrompues, le respect de l’État de droit et la lutte contre les rentes acquises en favorisant la participation d’une société civile multiforme aux prises de décisions portant sur la gestion locale) à la mise en œuvre de politiques de développement durable (et, particulièrement, dans le domaine urbain) censées respecter l’environnement physique et la diversité culturelle ? Les initiatives de la société civile et du secteur privé peuvent-elles constituer une réelle alternative de gestion sans un soutien fort du gouvernement municipal et de l’État ou ce nouveau modèle de gouvernance appliqué à l’urbain, parce qu’il est accompagné d’une réduction des subventions d’État, tend-il à renforcer les inégalités (entre grandes métropoles et villes petites et moyennes, entre quartiers riches et pauvres au sein des grandes villes) ? Comment vont s’opérer les nouvelles médiations entre l’État et la société civile censées déboucher sur des partenariats opérationnels public privé, alors qu’entre le privé et le public peuvent toujours s’immiscer les acteurs de la marge ? Quels en seront les effets sur la restructuration des territoires (intégrations des marges spatiales), la recomposition des acteurs (et, notamment, des interactions entre acteurs du centre et de la marge sociale), l’intégration des populations urbaines et, plus généralement, la refondation des systèmes politiques sur une base démocratique ? Bref, la décentralisation participative dans un contexte de libéralisation économique ne va-t-elle pas bénéficier prioritairement à ceux qui disposent déjà des capacités financières et politiques pour participer au processus de gouvernance ?
  2. identifier le développement social à l’environnement culturel (les modes d’habitat et d’occupation de l’espace public, les cultures politiques orientées vers l’exercice d’une domination locale, les modes d’intégration sociale, la préservation et la valorisation du patrimoine architectural) et à l’environnement politique (le statut des acteurs, le respect des normes et des lois, les formes d’encadrement politique) ; le respect de l’environnement implique donc des régulations politiques et juridiques, mais également une prise en compte de la dimension temporelle (préserver un centre urbain pour les générations futures, ce qui justifierait sa restructuration) face à l’accumulation de risques (les accidents liés à la circulation urbaine, la congestion du centre urbain, la présence d’activités potentiellement dangereuses, la violence suscitée par des activités illégales centrales génératrices de délinquance). Mais qu’en est-il des générations présentes ? L’application des principes du développement durable va-t-elle consister à créer de la valeur dans des centres urbains auparavant paupérisés et désormais investis par les classes moyennes, en déplaçant la ségrégation sociale vers les périphéries, ou les pouvoirs publics se donneront-ils les moyens financiers de faire du logement social dans les centres historiques pour maintenir sur place les classes sociales défavorisées ? Le développement durable va-t-il permettre de concilier les deux tendances apparemment opposées qui œuvrent traditionnellement à la réhabilitation et à la gestion des centres urbains : la tendance patrimonialiste du » développement intégral »qui valorise la dimension culturelle et est représentée par une société civile éclairée (journalistes, « bourgeois écologistes »), et la tendance urbanistique attachée au progrès, à la spéculation foncière et immobilière, à la maximisation des profits et à l’élaboration de plans d’urbanisme par des spécialistes (architectes, ingénieurs, urbanistes) ?
  3. valoriser le consensus et susciter l’unanimité dans l’adhésion aux projets afin d’aboutir à une pacification des rapports politiques et sociaux qui dépasserait la traditionnelle division par classes sociales ainsi que les clivages politiques partisans. C’est ainsi qu’en associant par la gouvernance, les acteurs publics à ceux de la société civile (acteurs sociaux et entrepreneuriaux), on aboutirait à faire collaborer des acteurs traditionnellement opposés (mairies de gauche avec grands groupes de promotion immobilière), à désamorcer les conflits (liés à la ségrégation urbaine et aux inégalités territoriales pour l’accès aux services), à réduire les influences partisanes (par la mobilisation de tous les acteurs politiques) et à remettre en question les politiques clientélistes (liées à la possession de rentes territoriales). L’objectif serait ici de forger, chez les acteurs urbains (politiques, administratifs, entrepreneurs…), une conscience de « l’intérêt général » et de projeter ce dernier dans l’avenir en le mettant au service des générations futures. Mais ces nouveaux acteurs privés et sociaux participant à une gestion urbaine innovante ne peuvent-ils pas – comme le faisaient leurs prédécesseurs avec la complicité des anciennes autorités politiques et administratives – se transformer en groupes de pression défendant des intérêts particuliers, locaux et présents (des rentes territoriales ou clientélistes de situation) et, au nom du pragmatisme, sacrifier la ville comme « bien commun » ?Et ne peuvent ils pas également, dans certains cas, être noyautés par des acteurs de la marge contrôlant une partie du territoire urbain et essayant, de cette manière, d’exercer un pouvoir d’influence sur la gestion urbaine ?

2Ce sont ces objectifs qui seront questionnés à travers l’étude de l’application des principes du développement durable à une politique d’aménagement des centres urbains. Le développement durable conduit-il à l’émergence de nouvelles formes d’encadrement politique des populations urbaines à travers l’application de nouvelles politiques urbaines ? Va-t-on assister à l’apparition de nouvelles stratégies sociales de conquête et de défense des territoires (accroissement de la violence ou développement de la démocratie participative) ? La participation citoyenne est-elle compatible avec la préservation d’une culture politique clientéliste, dominante dans certains quartiers autant comme mode d’intégration que comme mode de gouvernement ?

3Ces différentes questions reprennent, avec d’autres termes, les questions qui étaientinitialementcontenuesdanslaréponseauprésentcontratderecherche.Huit questions principales, qu’il ne semble pas inutile de rappeler, avaient été posées par l’équipe de recherche dans le texte « Réhabilitation des centres urbains dans quelques grandes villes d’Amérique latine » :

  1. les politiques de réhabilitation et de nouvelle densification des centres urbains aboutissent-elles à davantage d’intégration sociale urbaine ?
  2. comment les politiques publiques de réhabilitation parviennent-elles à concilier les résistances locales des couches populaires déjà installées en centre-ville avec les aspirations à la consommation des classes moyennes supposées être intéressées par une installation en centre-ville ?
  3. assiste-t-on à un processus de gentrification croissante des centres-villes qui aboutirait à une revalorisation de l’urbain par une amélioration des services et une meilleure participation des citadins aux prises de décision concernant leur environnement ?
  4. comment la ville durable résout-elle le problème des rentes clientélistes préalablement constituées ? Comment se pratique la « gouvernance urbaine » ? Quels types de projets sont-ils concernés et comment impliquent-ils les différents acteurs, notamment les acteurs bénéficiaires de ces projets ? À quelle échelle territoriale ces projets sont-ils développés ?
  5. comment la BID finance-t-elle les opérations de développement durable urbain ?
  6. quel est le rôle des quartiers centraux dans les grandes métropoles ? Peut-on changer non seulement l’image de la ville (sa représentation, sa morphologie), mais également sa structure sociale (en termes de distribution de la population) par la transformation de son centre ?
  7. quels sont les enjeux fonciers des opérations de développement durable urbain ?
  8. à partir du traitement des quartiers centraux, peut-on distinguer des villes de « droite » et des villes de « gauche » ?

4Ces différentes questions seront abordées dans le cours du présent texte qui se rapporte à la ville de Mérida au Mexique, exceptées les questions 5 et 8 qui n’ont pas été traitées. La question sept est traitée dans le texte de Luis Ramirez.

Pouvoir et intégration : enjeux et modèles

5La ville constitue un enjeu d’appropriation pour les multiples pouvoirs (publics, privés ou sociaux) qui la composent, se la partagent ou tentent de se l’approprier. Il peut en résulter soit une coexistence pacifique entre ces divers pouvoirs qui veulent conserver une division spatiale urbaine établie, soit l’expression de tensions lorsqu’un pouvoir veut empiéter sur le territoire d’un autre pouvoir lors, par exemple, de la restructuration des centres urbains et le changement de populations ou d’activités de ces derniers. Et les tensions peuvent être décuplées lorsque l’un des pouvoirs en question contrôle des activités illégales ou criminelles, allant jusqu’à prendre les populations résidantes comme bouclier ou otage de ces activités. Il en résulte différentes formes de partage du territoire et de distribution sociale du territoire. Comment les politiques urbaines se référant aux théories du développement durable peuvent-elles contribuer à la transformation urbaine (diminution des activités souterraines et diminution de l’influence des acteurs illégaux) par la redistribution sociale de l’espace (changement de populations résidantes) ?

6La ville sera également considérée comme un support d’intégration sociale, autant des groupes migrants que des groupes marginaux. Elle est ainsi une vitrine de l’intégration des populations immigrées (étrangères ou nationales) qui se regroupent dans certains quartiers. Ces quartiers leur seraient donc dévolus, implicitement, de la même manière qu’y seraient tolérés par la puissance publique certains comportements ou activités illégales comme condition de l’intégration sociale urbaine des populations qui les occupent (exemple du quartier du Sentier à Paris). On se trouverait donc face à des territoires urbains, hors norme commune, qui serviraient d’espaces de transition entre les territoires d’origine des populations et une intégration à la norme dominante du pays d’accueil. Que se passet-il lorsque ces quartiers ont tendance à se perpétuer dans le temps et que la puissance publique entreprend de les intégrer à la norme commune ? ou lorsque des populations immigrées de fraîche date s’y installent et entrent en concurrence avec d’autres populations immigrées qui y étaient déjà établies ? Notre recherche sera focalisée sur l’intégration sociale des groupes marginaux. À travers les politiques urbaines, les quartiers périphériques sont censés être intégrés à la ville et les populations de ces quartiers sont conduites à s’intégrer à la norme commune de l’État de droit ; mais les groupes criminels vont opposer une résistance pour conserver leurs rentes de situation sociale et territoriale à travers lesquelles ils s’intègrent eux aussi à la ville. Quel sera donc, dans ces quartiers où existent des activités illégales, le type d’intégration choisi : endogène (à travers des normes hors droit mêlant pratiques violentes et solidarités territoriales, familiales, raciales, religieuses) ou à une norme dominante représentée par la loi et relayée par les pratiques de développement durable urbain ?

7Nous prendrons aussi en considération le modèle d’intégration spatiale spécifique de l’Amérique latine où certains quartiers centraux sont encore paupérisés et occupés par des populations déshéritées tandis que les groupes sociaux plus favorisés choisissent d’habiter dans des périphéries protégées. L’intégration dans – et par – la sécurité est perceptible à travers de nouvelles formes urbaines qui tendent à être adoptées par les bourgeoisies du monde entier, et notamment les gated communities (au départ, spécialité californienne), lotissements horizontaux clos, gardés par des vigiles armés, ainsi qu’à travers la privatisation des lieux publics. D’ores et déjà, il est possible de repérer quatre principaux types urbains :

  • le type de la ville globale, caractérisé par des espaces urbains circonscrits où s’organise la réussite économique (campus, formation, finance, Bourse, siège des multinationales, centres commerciaux), qui ignore son environnement immédiat ainsi que ses périphéries, qui interconnecte la ville (globale) à un réseau de villes similaires et qui aboutit à établir une hiérarchie entre villes plus ou moins branchées ;
  • le type de la ville monde (la mégalopole) qui fait apparaître la ville comme un espace urbain illimité où s’amassent les populations et comme un espace ingouvernable du fait de l’incapacité du politique à planifier l’expansion urbaine ainsi que les infrastructures et les services publics qui devraient l’accompagner ;
  • le type de la ville multipolaire (la métropole), planifiée et dont les différents pôles tendent à se dissocier quand ils ne sont pas solidaires les uns des autres au sein d’une conurbation ;
  • le type de la ville musée, qui valorise les monuments du patrimoine culturel, et qui consiste à faire de l’aménagement autour du patrimoine, devrait amener à penser la rue, le quartier et la ville comme des espaces communs, mais peut aussi aboutir à isoler les quartiers centraux du reste de la ville1. Autant dans les métropoles que dans les villes musées, on assiste à un accroissement des dissociations socio-spatiales, entre des centres-villes gentrifiés, où cohabitent des élites cosmopolites et des populations précaires, des zones périurbaines multipolaires, de plus en plus décentrées, valorisant les échanges périphérie-périphérie au détriment des échanges centre-périphéries, et des zones périphériques de relégation où est territorialisée une population perçue comme dangereuse et « désintégrée ».

8Surdéterminant les différents types urbains, trois principaux modèles urbains d’intégration spatiale tendent à s’imposer de par le monde :

  1. le modèle américain, lié au type de la ville globale, qui est celui de l’éclatement de l’espace physique et de la société civile (en communautés séparées), de l’érosion de la sphère civique et de la normalisation territorialisation de la violence2 ;
  2. le modèle européen, lié aux types de la métropole et de la ville-musée, qui valorise une culture de l’intégration, un respect de la proximité et une mixité sociale souvent formelle car, dans la réalité, les regroupements affinitaires ou de classes tendent à prédominer ;
  3. le modèle « barcelonien », alternatif et en construction, dénommé ici modèle de développement durable urbain, qui s’appuie sur un « projet local » (la construction du « vivre ensemble » spatial par la mixité sociale), des acteurs locaux (les collectivités locales, les municipalités, les organisations populaires) et soumet la planification à la participation plutôt qu’aux modes de décision technocratiques. Parce que les modèles américain et européen tendent à institutionnaliser une désolidarisation des unités métropolitaines perceptible autant dans la ville globale (New York, Londres…) que dans les mégalopoles (Le Caire, Mexico, Buenos Aires…) et les métropoles (européennes), depuis une dizaine d’années, des gouvernements urbains d’Amérique latine essaient de mettre en place des politiques de reconquête des centres urbains, notamment à travers l’aménagement de ces derniers, afin d’y fixer les classes moyennes, ce qui implique de déplacer les populations résidantes et de s’attaquer à certaines rentes acquises, comme celle des commerçants fixes et ambulants ainsi que celle des propriétaires fonciers et immobiliers. Comment le modèle « barcelonien » d’intégration spatiale
  4. peut-il déboucher sur une nouvelle configuration des territoires, particulièrement en Amérique latine ? et comment l’application de ce nouveau modèle peut-elle transformer le type urbain dominant (la mégalopole ou la tendance à la mégapolisation) des villes concernées et modifier l’appropriation sociale des territoires urbains en évitant le piège de la construction de villes musées ?

9Enfin, quels sont les modèles d’intégration politique qui fondent les transformations urbaines ? Et comment passe-t-on d’un modèle politique d’intégration basé sur le clientélisme et débouchant sur de la planification bureaucratique à un modèle politique d’intégration basé sur la gouvernance et une gestion participative de l’espace qui ouvrirait sur un développement durable urbain ? Dans cette perspective, la ville sera analysée comme un processus qui reflète les conflits présents au sein de la société globale, comme un espace de domination où se développent des luttes sociales orientées vers l’appropriation des territoires. Le pouvoir urbain, qui se manifeste à travers ces opérations d’aménagement, peut s’exprimer en évoquant l’argument hygiéniste de la criminalisation des quartiers pauvres, l’objectif étant de déplacer les pauvres vers d’autres quartiers urbains (politique de « droite ») ; mais il peut également tenter d’intégrer les populations résidantes aux nouveaux aménagements urbains et essayer d’opérer une sorte de greffe sociale censée déboucher sur davantage de mixité sociale (politique de « gauche »).

10Il semble pertinent d’aborder ces différentes formes d’intégration (sociale, politique et spatiale) urbaine à partir de l’étude de la restructuration des centres urbains, ces derniers étant, par définition, des espaces où sont concentrés de multiples pouvoirs (administratif, politique, commercial, religieux), vers où convergent les réseaux de transport et les flux de population et constituant la vitrine même de la ville (concentration de monuments de prestige, de musées, de commerces, d’œuvres architecturales appartenant au patrimoine commun). Que se passe-t-il lors du changement d’affectation d’un centre urbain, dont certaines des parties étaient auparavant occupées par des groupes marginaux ? Dans ce cas, la mise en ordre urbaine réalisée selon les principes du développement durable ne signifie-t-elle pas une mise en ordre politique et sociale des populations pauvres placées devant l’alternative soit d’évacuer le centre-ville pour les plus marginales d’entre elles, soit de se soumettre aux principes de l’État de droit et d’accepter, à terme, d’être également rejetées du centre par la pression du marché ? Quels seront donc les effets de ces aménagements urbains-sur les activités illégales qui s’étaient développées dans ces zones centrales ? Ces activités vont-elles suivre les populations déplacées ? Les acteurs illégaux vont-ils demeurer là, s’adaptant aux clientèles potentielles des nouveaux habitants ou va-t-on assister à un renouvellement des activités ? Vont-ils continuer à bénéficier de la tolérance des pouvoirs publics et, si c’est le cas, sous quelles conditions ? Bref, comment des politiques urbaines se référant aux principes du développement durable peuvent-elles contribuer à la transformation urbaine, notamment à la diminution des activités souterraines et de l’influence des acteurs illégaux en centre-ville, par la redistribution sociale de l’espace urbain ? Et à travers ces nouveaux aménagements, comment la ville se transforme-t-elle, entre intégration et expulsion ?

11À partir d’une étude de cas, il s’agira donc de cerner ce qui, dans la ville durable, constitue les conditions de la durabilité. D’ores et déjà, on peut présupposer que trois conditions essentielles vont prédominer pour créer de la durabilité : 1) les conditions sociales (faire du partenariat privé-public, valoriser la mixité sociale, attirer les classes moyennes), 2) les conditions politiques (pratiquer la participation en mettant en œuvre des programmes de gouvernance qui reposent sur le respect de la loi et la lutte contre la corruption politico-administrative, relégitimer le politique) et 3) les conditions environnementales (réhabiliter le patrimoine bâti, valoriser les paysages, recréer de l’espace public, diminuer les sources de pollution, prévenir les catastrophes et les épidémies…). Seront ici principalement abordées les conditions sociales et politiques.

Localiser

12Pour tenter de répondre à ces questions nous nous baserons sur le cas d’un projet de reconquête du centre historique, dans une capitale régionale (la ville de Mérida, capitale de l’État du Yucatán au Mexique) de dimension moyenne et qui se singularise par le fait que la dimension de développement durable n’est pas affichée, qu’il n’existe ni mouvements sociaux urbains ni groupes écologistes revendicatifs. Cependant, le contexte est celui d’une alternance politique aux niveaux municipal et régional, les nouveaux gouvernants ayant décidé, depuis la fin des années 1990, d’utiliser les politiques de gouvernance et de participation de la société civile pour réaliser une opération de récupération du centre-ville. On peut donc en conclure que nous sommes confrontés à une opération de développement durable urbain qui n’est pas nommée en tant que telle. Enfin, il ne s’agit pas d’une municipalité de gauche, la gauche étant pratiquement absente du paysage politique du sud-est mexicain, mais plutôt d’une transition entre un gouvernement clientéliste traditionnel et un gouvernement (municipal et régional) de type libéral-démocratique favorisant une autre clientèle d’entrepreneurs privés et mettant l’accent sur l’intégrité de sa gestion.

13Le projet en question consiste à décongestionner un centre urbain en déménageant le marché qui en occupe une grande partie et à construire différents marchés de moindre taille mais plus proches des lieux de résidence des populations ; l’espace central serait ainsi libéré pour en faire : 1) une vitrine valorisant le patrimoine urbain, 2) un espace de commerce et de consommation contrôlé et sécurisé, et 3) un espace où la circulation serait rendue plus fluide. Ce projet se heurte aux anciennes élites politico-économiques réunies en corporation qui avaient fait de la possession du marché central leur rente de situation, louant les espaces aux commerçants qui en disposaient également comme entrepôts pour stocker leurs marchandises. De plus, l’espace central est occupé par un grand nombre de marchands ambulants que le nouveau projet vise à regrouper sur un espace délimité. Enfin actuellement, la plupart des lignes privées de transport par autobus passent par le centre de la ville, y provoquant des encombrements continuels.

14Les commerçants (propriétaires de locaux ou ambulants) et les propriétaires des lignes d’autobus constituent les deux principaux groupes de pression corporatistes qui, alliés aux anciennes élites politiques clientélistes, résistent à la mise en place du nouveau projet urbain promu par la municipalité. Cette résistance a atteint une telle intensité qu’elle en est devenue un enjeu politique pour la reconquête du pouvoir (municipal, étatique) par les anciennes élites politico-économiques, chacun des acteurs développant ses propres groupes de pression pour influencer la décision.

15Finalement, il s’agira de comprendre comment s’opère une nouvelle intégration sociale par la transformation d’un espace central urbain qui vise non seulement à changer l’affectation de ce dernier, mais également à instaurer un nouveau rapport à la loi en se fondant sur des mécanismes de mobilisation-participation citoyenne (recours au référendum, création d’une instance technique de participation destinée à proposer et à promouvoir des projets de développement urbain) visant le remplacement des comportements clientélistes traditionnels qui étaient basés sur la corruption et les rapports de force. Comment les acteurs politiques qui mettent en œuvre ce projet vont-ils prendre en compte la diversité sociale de manière à ne pas produire davantage d’exclusion qu’il n’en existait auparavant ? Bref, comment la négociation va-t-elle s’opérer et déboucher sur de nouveaux rapports de pouvoir et de domination au niveau local ? La nouvelle politique va-t-elle permettre d’isoler les acteurs illégaux de leurs alliés institutionnels traditionnels ou de nouveaux rapports de force vont-ils se mettre en place, opposant les nouvelles élites politiques et économiques censées respecter l’état de droit aux anciens groupes de pouvoir continuant à capter la clientèle des populations exclues pour reconquérir le pouvoir et délégitimer les nouvelles élites politiques ?

16Pour répondre à ces questions, la recherche a consisté à croiser territoires et acteurs impliqués par cette opération de restructuration afin de dévoiler les liens et rapports de forces locaux qui peuvent conduire les acteurs à développer des stratégies communes.

17Pour ce qui concerne les territoires, il s’agira de ceux formés par le centre historique de Mérida et de ceux, périphériques, d’où sont susceptibles de provenir les agents qui contrôlent les activités centrales et les populations qui investissent la zone centrale pour leurs besoins quotidiens.

18Actuellement, la restructuration du centre de la ville de Mérida se heurte à deux obstacles : la centralisation excessive des activités commerciales et de transport dans le centre historique et la faible valorisation du patrimoine architectural de ce centre qui est devenu un espace de redistribution de marchandises et un vaste entrepôt où ces dernières sont stockées. De ce fait, les activités commerciales ont évacué l’occupation résidentielle du centre, les commerçants rachetant au fur et mesure à leurs propriétaires résidants, ou à leurs héritiers, les maisons qui sont mises en vente pour transformer ces dernières en dépôts de marchandises ou en magasins. Depuis quelques années, la municipalité a décidé de valoriser le patrimoine architectural du centre de Mérida. Quels sont ses objectifs ? Quels sont les moyens et les instruments mis en œuvre pour y parvenir ? Quels sont les acteurs qui sont impliqués dans cette opération ? Quels sont les rapports de force socio-politico-économiques qui conditionnent la décision politique ?

Généalogie de la production de l’urbain

  • 3 La chronologie sommaire à suivre a été réalisée notamment à partir de l’ouvrage suivant : Ramirez (...)

19Pour répondre aux questions précédemment posées, il sera d’abord effectuée une analyse bibliographique, débouchant sur une chronologie de la production de l’urbain et destinée à montrer les évolutions socio-spatiales du centre urbain autour de plusieurs grands thèmes : du résidentiel au commercial et du centre-entrepôt au centre-vitrine du patrimoine ; la répartition du centre en zones ; la centralisation urbaine sans planification ; le contexte économique et politique3.

  • 4 À titre de comparaison, la ville de Puebla, au Mexique, réunit 1 700 000 personnes sur une aire mé (...)

20Mérida est une ville coloniale qui fut fondée en 1542, très étendue, peu densifiée (selon le recensement de 2000, la zone métropolitaine du municipe regroupe 703 000 habitants et il y en avait 30 000 habitants en 1821), occupant une superficie de 15 000 ha, avec une distance moyenne de 25 kilomètres, d’une extrémité à l’autre4) et centralisée (tendance des villes mexicaines depuis 1950 ; selon le recensement de 2000, la ville de Mérida regroupe 42 % de la population de l’État du Yucatán) sous l’effet des migrations rurales-urbaines intrarégionales (maintien des relations familiales et peu de marginalisation ; l’immigration externe, peu nombreuse, constitue une grande partie de la classe moyenne active). Jusqu’en 1959, la Péninsule du Yucatán, fortement enclavée et éloignée de Mexico, fut isolée du reste de la République car elle ne possédait aucun moyen de communication aérienne avec la ville de Mexico et le reste de la nation.

21Jusqu’au début du xixe siècle, pendant la colonisation, la principale activité économique de la ville fut le commerce de matières primaires (coton, maïs, café, cacao, textile) provenant des zones indigènes, à destination de l’Europe ; c’est à ce moment-là que se forma la première élite économique commerciale de la région. Dès sa création, Mérida fut divisée en quadras ; six quartiers furent constitués autour du centre (le premier cadre actuel du centre) autour des églises (Santiago, Santa Lucia, Santa Ana, la Mejorada, San Cristobal et San Sebastian) ; chacun des quartiers était spécialisé en activités économiques distinctes. Les Espagnols et les mulâtres étaient propriétaires du centre ; dans la périphérie, où habitaient les métis, les noirs et les indigènes, se trouvaient les artisans.

22À partir de l’indépendance, durant la période 1821-1847, Mérida devint progressivement une capitale régionale, développant l’exploitation de la canne à sucre autour des haciendas. La ville de Mérida commença à s’étendre en superficie ; on assista à une mercantilisation de l’économie urbaine et, à la fin de l’esclavage, les indigènes occupèrent l’espace urbain, se mélangeant aux autres catégories de la population. Un nouvel ordre social urbain apparut. Les différents épisodes de la guerre des castes (1847-1856-1871) aboutirent à la faillite des activités rurales liées à la canne et à l’appauvrissement de l’élite économique et de l’État (diminution des travaux publics et des infrastructures urbaines). La population de Mérida doubla, la ville recevant des milliers de réfugiés de la guerre des castes. Mérida en sortit appauvrie, sa population manquant d’emploi et la valeur des logements et du sol connaissant une forte diminution.

23À partir des années 1871-1880, on assista à l’apparition d’une nouvelle élite économique et politique, liée à la culture du jute et à la fabrication des toiles qui en dérivent, à destination principalement du marché nord-américain. Cette culture connut son boom durant la période 1880-1916 et devint la principale activité de la région et de sa capitale. C’est à ce moment-là que fut construite la grande avenue du paseo Montejo, au nord de la ville (à proximité et en parallèle au chemin de fer conduisant à la ville portuaire de Progresso, d’où étaient expédiées les marchandises) et où les riches allèrent vivre. C’est également au cours de cette période porfiriste que l’État se fit constructeur, modernisant le centre (électrification, tramway, pavement des sols, adduction d’eau, construction de théâtres, d’écoles, d’hôpitaux, de facultés, de parcs) qui se spécialisa dans les activités commerciales et de services. Durant le porfirisme, l’État se fit donc agent de développement urbain (priorité des travaux publics) et construisit des infrastructures d’intérêt collectif (écoles, marchés, parcs). En même temps que la culture du jute permit une augmentation de la population rurale, la ville s’accrut, la classe moyenne riche résidant dans le centre modernisé tandis que les pauvres vivaient dans le sud de la ville et dans les vieux quartiers indigènes du centre. C’est durant cette période qu’apparut un polycentrisme urbain, les riches commençant à vouloir sortir du centre et à coloniser de vieux villages indigènes, tandis que l’État, en construisant de nouvelles infrastructures, permettait la construction de nouveaux quartiers.

24La période 1916-1929 fut l’époque révolutionnaire dans le Yucatán. Avec l’arrivée du Parti socialiste au pouvoir (1922), l’État-régulateur se substitua à l’État libéral porfiriste. La nationalisation de la commercialisation de la toile de jute inaugura une période de partage du monopole de la rente à travers la collusion État-propriétaire foncier. Bien que l’État postrévolutionnaire se fût transformé en agent économique, la propriété privée (latifundios) des élites économiques sera conservée jusqu’en 1937 (Cardenas) ; mais on assista à une perte du pouvoir politique par l’élite économique avec une prédominance du politique ainsi qu’à un début de déclin de l’activité de production de jute. La fin du péonage et donc le travail libre salarié conduisit de nombreux travailleurs d’origine rurale à s’installer en ville où se trouvaient travail et services ; ce nouveau prolétariat urbain fut capté par le PS à travers la création de syndicats corporatistes.

  • 5 Jusqu’en 1920, le Yucatán produisait 90 % de la production mondiale de jute, 40 % en 1940 ; à part (...)

25Le krach économique de 1929 fut le prélude d’une décade perdue : l’État arrêta de recevoir les bénéfices de l’activité heinekeinera, la ville expulsa une partie de sa population, parmi laquelle les élites intellectuelles et économiques, pour cause de mise en faillite de nombreuses haciendas, et les investissements urbains diminuèrent. L’État-régulateur connut la même faillite que l’activité de production de jute. Certains analystes comme Luis Ramirez vont même jusqu’à affirmer que l’État du Yucatán et sa ville-capitale, Mérida, subirent le contrecoup de cette crise économique jusqu’en 1970 car il n’y eut pas de diversification industrielle pour compenser la baisse du prix et de la demande de jute5. La crise de 1929 provoqua également une baisse de la valeur du sol urbain et de l’immobilier ainsi qu’un abandon du centre et un reflux de sa planification. Cette tendance se poursuivra jusqu’aux années 1970.

26De 1937 à 1951 ce fut la période de prise du pouvoir économique par l’État régional avec la réforme agraire (1937), l’expropriation de 800 haciendas, l’inauguration de 264 ejidos et la création de la banque de crédit ejidal. En 1940 fut créée une banque paraétatique (Heinekeneros de Yucatán) qui unifia le processus de production et le crédit (par absorption des banques existantes) ; elle était dirigée par un conseil présidé par le gouverneur de l’État. Toutes ces décisions sonnèrent le glas de l’élite privée et précipitèrent un changement dans la composition de l’élite régionale, ouvrant la voie à une nouvelle élite privée inféodée à l’État (en l’occurrence, de 1921 à 1951, le Parti socialiste du Sud-Est, allié du PRI qui contrôlait le pouvoir au niveau fédéral). En même temps qu’il était le gérant de l’activité de production de jute, le gouverneur était le président du parti socialiste. Les services urbains se corporativisèrent et furent mis au service des travailleurs de la production de jute. Il en résulta qu’en 1950, 25 % de la population de l’État vivait à Mérida. La ville connut une deuxième phase de modernisation. De nouveaux quartiers et lotissements furent créés à la périphérie où furent fournis drainage, eau potable et électricité et le centre commença à se paupériser, surtout dans la zone du marché.

27Depuis sa prise du pouvoir régional en 1952 jusqu’en 2000, le PRI put maintenir son hégémonie basée sur le clientélisme et le corporatisme ; la principale rente de corruption de l’État fut, durant la première moitié de cette période, l’activité liée à la production agricole de jute. En effet, le Parti-État parvint à disposer du monopole du financement, de la production, de la commercialisation et de la transformation du jute, grâce notamment à la nationalisation de Cordemex en 1964. De 1940 à 1970, les migrations urbaines et l’accroissement d’un habitat résidentiel périphérique qui ne bénéficiait d’aucune infrastructure commerciale et de services provoquèrent une congestion du centre historique.

28La période 1970-1982 fut celle de l’apogée de l’État corporatiste et de l’endettement. Confrontée à la faillite du jute, l’économie régionale fut réactivée grâce aux investissements fédéraux qui se portèrent sur l’exploitation pétrolière (en mer, dans l’État de Campeche) et grâce à la réalisation du projet touristique de Cancún. Les investissements fédéraux consistèrent en construction de routes, d’aéroports, en mise en place d’une bureaucratie et en diversification de l’agriculture dans l’élevage. Devenue pourvoyeuse de main d’œuvre, la région, et notamment Mérida, commença à attirer des populations d’autres États de la République. On assista à l’apparition d’une nouvelle élite économique, séparée de la production de jute, mais les monopoles de l’État et la corruption politico-administrative empêchèrent l’apparition d’un patronat compétitif. Malgré la promulgation, en 1973, d’une loi fédérale de réhabilitation du patrimoine, destinée à favoriser les activités touristiques, durant la période 1960-1982, le modernisme architectural s’imposa au détriment de la valorisation du patrimoine, aboutissant à la destruction d’édifices de grande valeur architecturale (exemple de la démolition, dans le centre de Mérida, de l’hôtel Olympo, contigu au palais municipal, qui avait été construit au xixe siècle). Néanmoins, la ville de Mérida profitera pleinement des emplois et des infrastructures (construction d’écoles, d’universités, d’hôpitaux, d’hôtels, de centres de conférence, de stades) secrétés par la bureaucratie fédérale, ce qui l’a fait passer d’un statut de capitale d’État à un statut de capitale régionale de la péninsule qu’elle conserve encore aujourd’hui.

  • 6 Expropriation de 9 000 ha d’ejidos, alors qu’avant cette expropriation, la superficie de la ville (...)
  • 7 Cervera Pacheco occupa le poste de gouverneur durant deux mandats (1984-1988 et 1996-2001) ; penda (...)

29La période de 1982 à 1993 (date de la promulgation du TLC) fut celle de la transition ; on assista à un désengagement de l’État, confronté à la crise financière et à la concurrence mondiale, et à une poursuite de la corruption institutionnelle, cette dernière se prolongeant jusqu’en 2000. D’une certaine manière, il est possible d’affirmer que, durant cette période, le désengagement de l’État fut compensé par la corruption institutionnelle privée qui, en matière urbaine, fut pratiquée à l’occasion de l’offre de terrains aux amis politiques en remerciement de services rendus ainsi qu’à travers la spéculation foncière autour des différents centre commerciaux qui furent édifiés dans la partie nord de l’agglomération ; cette corruption a abouti à un assèchement des réserves foncières publiques, à un gel spéculatif de nombreux terrains constructibles et à l’accentuation de la faible densité urbaine. Pour répondre à l’accroissement de la population et à la demande foncière, l’État expropria de nombreux ejidos autour de la ville de Mérida6 et donna ces terrains aux amis politiques et économiques du gouverneur7. Parallèlement, on assista à une valorisation du centre historique touristique (construction d’hôtels, valorisation de l’architecture monumentale) pour son intérêt d’architecture coloniale et c’est au cours de cette période que fut promue la nouvelle image de Mérida comme porte d’entrée du monde Maya. Les années 1980 furent également celles durant lesquelles commencèrent à être ouverts des centres commerciaux dans la partie nord de la ville, destinés à la consommation des classes moyennes et aisées ; quant à la partie pauvre de l’agglomération, elle resta et demeure encore dépourvue de centres commerciaux décentralisés et ses habitants continuent à s’approvisionner dans le marché du centre-ville où les produits de consommation courante sont meilleur marché que dans les places commerciales modernes.

30Enfin, de 1993 à nos jours, on assiste à l’apparition d’une nouvelle élite économique mondialisée qui n’est plus majoritairement originaire du Yucatán et qui est constituée des représentants des grandes entreprises nationales et internationales. La crise économique de 1994 aboutit à une diminution du niveau de vie et de consommation, à une augmentation du sous-emploi et à un ralentissement du développement régional et urbain. Pour compenser le faible niveau des investissements privés consécutif de la faillite du secteur de production de jute, durant les années « cervéristes » 1985-2000 fut promue l’activité des maquiladoras dans le Yucatán, principalement à Mérida. Grâce au développement de la maquila, Mérida a pu conserver son statut de capitale économique de la Péninsule. Elle est aujourd’hui le centre régional de fabrication de produits manufacturés, de commercialisation de biens durables et non durables ainsi que du commerce de gros ; le fait qu’elle soit devenue un pôle économique d’attraction de la population lui a permis de devenir également le centre régional de services à la population, notamment en matière d’éducation, de santé et d’ateliers de réparation, autant de facteurs qui contribuent également à son attractivité. Sur le plan politique, la municipalité de Mérida est passée au PAN en 1989 et le gouvernement régional a été conquis par ce même parti libéral-démocratique en 2001, enlevant ainsi au PRI le monopole politique de la rente urbaine. En 2003 fut mis en chantier le projet de restructuration du centre historique de Mérida et en 2005 fut ouvert un nouveau marché dans le secteur commercial du centre historique qui abrite aujourd’hui les commerçants ambulants.

31Finalement cette généalogie montre que, malgré l’enclavement de la Péninsule et la spécificité de certains de ses acteurs locaux (la présence du parti socialiste, l’existence d’une importante élite économique d’origine libanaise), le développement régional s’est fait d’une manière parallèle et similaire au développement national : forte incidence des crises monétaires, impact des rentes économiques (jute, pétrole, maquila) sur le développement régional, forte imbrication du politique et de l’économique avec prédominance du politique et de la corruption au cours des gouvernements priistes, migrations rurales-urbaines consécutives à la faillite du jute et à la paupérisation des travailleurs ruraux, difficulté d’intégration des populations indigènes qui, bien que majoritaires dans le Yucatán, alors qu’elles sont minoritaires dans la plupart des autres États de la République, n’en demeurent pas moins exclues de la modernisation. Comme ailleurs au Mexique, le clientélisme et le corporatisme ont présidé au développement urbain et au partage de la rente urbaine jusqu’à ce que la libéralisation de l’État assèche la partie redistributive des finances publiques ; on a alors assisté à une revendication de démocratisation des rapports politiques qui s’est traduite par l’éviction du PRI et la conquête du pouvoir par le PAN. Sur le plan urbain, comme dans la plupart des agglomérations mexicaines, la planification bureaucratique n’a pas permis de résoudre le problème de l’explosion démographique urbaine à partir des années 1970 ; la ville s’est étendue, divisée entre quartiers riches et quartiers populaires, les services ont difficilement suivi et le centre s’est progressivement paupérisé et vidé de sa population résidentielle. Tous ces problèmes ont été résolus au coup par coup, non par la planification, mais par la négociation corruptive avec les acteurs locaux impliqués.

32Depuis le début des années 2000 l’alternance gouvernementale a débouché sur une plus grande liberté accordée au secteur privé et sur une recherche de légitimité politique à travers un nouveau mode d’exercice du pouvoir ; ces changements se sont traduits, au niveau urbain, par une double tentative : 1) de récupération du centre, et 2) d’introduction d’une planification stratégique, cette dernière impliquant non plus seulement les instances politiques et administratives, mais tous les acteurs politiques, sociaux et économiques concernés. Il va maintenant s’agir d’analyser comment ces acteurs ont participé à cette nouvelle planification stratégique et quel impact il en est résulté sur le développement urbain du centre de Mérida.

Les acteurs locaux et leurs stratégies de développement du centre urbain

33À travers une étude sociologique, basée sur une analyse documentaire et des entretiens avec les principaux acteurs impliqués, on tentera ci-dessous de cerner les actions collective et institutionnelle orientées vers l’appropriation du centre urbain de Mérida.

34Le premier objectif sera d’analyser la relation entre politiques publiques et organisations sociales, ces dernières pouvant être en résistance contre les premières ou un relais de celles-ci. Comment une administration nouvelle va-t-elle susciter la création d’organisations sociales censées relayer une politique publique ? Comment vont s’établir les liens entre le niveau politique et le niveau social de manière à ce que cette politique publique soit basée sur la participation (usage et pratique du référendum) ? Des décisions politiques peuvent-elles être remises en question par cette participation ? Comment des organisations sociales anciennes fondées sur le corporatisme et le clientélisme vont-elles s’adapter à la nouvelle donne participative pour remettre en question les politiques publiques et maintenir le statut quo ? Bref, comment ce contrôle politique du niveau social peut-il fonder de nouvelles légitimités politiques ?

35En second lieu, nous tenterons de comprendre comment une nouvelle organisation sociale va être utilisée pour soutenir un projet de restructuration de centre urbain. Comment est présenté le fait que cette restructuration, qui apparaît comme une entreprise d’hygiénisme urbain visant à nettoyer le centre de ses activités indésirables (commerce informel, pollution et encombrements liés au transport public, activités illégales diurnes), est indissociable d’une volonté de changement d’occupation sociale des quartiers centraux au profit de la classe moyenne et à travers une politique de réhabilitation des logements ? Comment réagissent les habitants actuels ? Quels sont les nouveaux modes de gestion et de gouvernement de la ville qui se mettent en place à cette occasion ? C’est-à-dire comment, à partir d’une opération particulière sur le centre, un nouveau mode de gestion et de gouvernement de la ville, censé engager la manière de gouverner la ville dans le futur en s’appuyant sur la société civile, est-il mis en place ?

Les acteurs publics de la restructuration du centre

36Le principal acteur public de la restructuration du centre de Mérida est la municipalité. Pour décongestionner le centre urbain, le projet de la municipalité consistait à détruire l’ancien marché (vétuste en matière de réseaux et d’hygiène) et à en construire un nouveau qui était prévu pour réunir les commerçants formels et informels du centre, c’est-à-dire pour rendre formels les commerçants ambulants. À ce jour, le nouveau marché a bien été construit et ouvert en 2005, mais l’ancien marché est toujours en place, les commerçants s’étant organisés pour ne pas l’évacuer si bien que les commerçants formels qui y disposaient d’une boutique s’y trouvent toujours. Quant aux commerçants ambulants, ils ont été chassés par la force des rues afin de leur faire occuper le nouveau marché ; mais celui-ci, construit à proximité immédiate de l’ancien, est jugé peu attrayant par les commerçants car les lots leur paraissent trop petits et ses étages supérieurs sont peu accessibles pour la clientèle. Une petite partie des ambulants qui se trouvaient auparavant dans les rues occupe le nouveau marché où le rez-de-chaussée abrite des points de vente, tandis que les étages supérieurs ont été transformés en entrepôts ; l’autre partie des commerçants ambulants avait commencé à s’installer sur les pas-de-porte des boutiques sur rue, louant l’emplacement aux commerçants formels mais les amendes dressées par la municipalité ont dissuadé ces derniers de continuer à louer l’espace public. La police effectue des rondes durant toute la journée pour empêcher les rues d’être occupées par les ambulants.

37On se trouve donc face à une restructuration de l’activité marchande qui s’est effectuée sans l’assentiment des commerçants concernés et qui peut être interprétée comme une semi-réussite car les commerçants ambulants ont évacué les rues ou comme un semi-échec parce que la centralisation commerciale se perpétue, continuant à congestionner le centre, et que les ambulants sont prêts à occuper à nouveau l’espace public si la police cesse ses rondes.

38Par ailleurs, l’intervention publique, de la part de la municipalité et de l’État, s’est également manifestée en matière de gouvernance, le projet étant de faire participer la population aux prises de décision ; l’objectif était de délégitimer les anciens rapports clientélistes-corporatistes par la pratique de la démocratie, en faisant adhérer une majorité de la population aux décisions publiques. Pour cela trois opérations de participation populaire ont été organisées :

  1. En 2001, une consultation pour l’élection (par vote secret après une campagne électorale) des représentants des communautés indigènes rurales (qui regroupent 40 000 personnes) appartenant au municipe de Mérida. Il s’agissait de rompre avec les pratiques antérieures qui consistaient à désigner les représentants indigènes d’une manière discrétionnaire ou clientéliste. Malgré l’opposition du PRI à cette élection, il a néanmoins participé à la campagne. Le résultat fut une participation de 48 % et le renouvellement, entériné par les autorités politiques, des représentants communautaires locaux dont une faible majorité émane encore du PRI.
  2. En 2002, une consultation publique (référendum) pour approuver la décision de construction du nouveau marché de Mérida ; le PRI s’est déclaré opposé à cette construction. Le résultat fut une participation de 10 % de la population parmi laquelle 70 % des votants se déclarèrent favorables au nouveau marché.
  3. En 2005, un débat public à l’assemblée législative de l’État, suivi d’un vote des députés, pour le projet Metropolisur. Ce projet Metrolisur consistait à revitaliser la partie pauvre de l’agglomération en déménageant l’aéroport et d’installer sur la zone libérée des infrastructures publiques, de services et commerciales, ce qui était censé avoir un effet d’entraînement sur toute la zone en termes d’activités et d’emplois. Deux tendances sont apparues lors de l’élaboration du projet : une qui défendait l’idée que toute la zone soit occupée par des activités publiques (les différents niveaux de gouvernement et leurs administrations) afin de décongestionner le centre ; une autre qui réservait 40 % des terrains à l’État et 60 % au secteur privé. C’est cette dernière qui a eu la préférence des autorités politiques et qui fut rejetée à l’issue du vote des députés. Le gouverneur pris acte de ce vote et décida de passer outre en maintenant son projet de déménagement de l’aéroport, mais en faisant financer exclusivement par le secteur privé les infrastructures qui devraient s’installer sur la zone du nouvel aéroport. Une forte opposition s’était manifestée car ce projet présentait le risque de favoriser la spéculation foncière à proximité du nouvel aéroport et d’aboutir à ce que de nombreux terrains soient acquis et demeurent vides. L’alliance qui était à la base de ce projet était constituée par le gouverneur et les grands entrepreneurs de Mérida.

39De ces trois consultations, seule celle qui concerne l’élection des représentants indigènes fut concluante pour les autorités publiques. Celle concernant le marché ne parvint pas à susciter l’adhésion populaire à cause de la forte résistance des contrepouvoirs locaux corporatistes et clientélistes. Celle concernant l’aéroport fut un échec pour le gouverneur qui ne parvint à convaincre ni son opposition, ni la totalité de sa majorité.

Les acteurs privés de la société civile en partenariat avec les acteurs publics

L’association des commerçants (Patronato) du centre historique

40Parmi les organisations patronales qui réunissent les commerçants, le patronato du centre historique regroupe spécifiquement 20 commerçants (nommés par le président) du centre-ville avec l’objectif de dynamiser et de valoriser le centre historique. Créée en 2003, cette organisation, à l’origine corporatiste et antigouvernementale, s’est transformée en organe consultatif qui émet des propositions à destination du niveau politique (municipalité et État fédéré).

  • 8 Ainsi, 3 000 autobus appartenant à différentes compagnies traversent quotidiennement le centre.

41Pour le patronato, les deux problèmes les plus importants du centre sont l’occupation permanente des trottoirs par les ambulants et la centralisation des transports (de voyageurs et de marchandises) qui aboutissent à congestionner le centre8.

42Pour ce qui concerne le commerce ambulant, le patronato propose d’imposer la mobilité aux ambulants en leur organisant un marché ouvert en centre-ville un jour de la semaine et en les déplaçant sur d’autres marchés urbains les autres jours, ce qui impliquerait la construction d’autres places commerciales, notamment dans le sud de la ville où sont concentrées les classes populaires qui constituent la principale clientèle des ambulants.

43Concernant les transports, plusieurs propositions émanent du patronato : 1) que chaque secteur (transporteurs publics, transporteurs de marchandises, taxis ruraux, taxis urbains) dispose de son propre terminal excentré ; 2) que la construction des gares soit financée par des crédits fédéraux (Banobras), la municipalité se portant garante ; 3) que les lignes de transports publics soient redessinées selon un schéma polycentrique (et non plus radioconcentrique) à destination des quatre grandes places commerciales de la ville situées dans la partie Nord ; 4) que certaines rues du centre soient interdites à la circulation automobile et réservées au transport public afin d’améliorer la fluidité de ce dernier et de décongestionner le centre.

44Pour le moment, le patronato n’a pas encore eu une influence déterminante sur la prise de décision politique car il pâtit d’un problème de représentativité. Il apparaît davantage comme une tentative de créer une nouvelle organisation corporatiste distincte de celle émanant du PRI. Ses propositions, qui relèvent simultanément de l’intérêt corporatiste (la revitalisation des commerces formels) et de l’intérêt général (la décongestion du centre pour le rendre plus attractif) se heurtent néanmoins aux puissantes organisations corporatistes existantes, opposées au pouvoir paniste. Il dénote cependant qu’il existe une alliance entre certains secteurs des commerçants formels du centre-ville et les dirigeants politiques panistes.

La fondation Plan Stratégique de Mérida9

  • 9 Il existe actuellement des plans stratégiques dans une quinzaine de villes mexicaines. Il n’y en a (...)

45Cette fondation indépendante, créée en 1995 selon le modèle du Plan stratégique de Barcelone, est composée de 13 membres parmi lesquels se trouvent les principales organisations représentatives de la société civile (fédération des instituts universitaires de technologie, université publique, syndicats patronaux de différentes branches, secteur bancaire, centrales syndicales ouvrières) et les principales instances du gouvernement local (municipalité, différents ministères du gouvernement de l’État fédéré), ces dernières étant son unique source de financement. Elle a pour principales fonctions de penser le long terme à travers la réalisation d’un plan stratégique, et de faire des propositions aux décideurs publics (municipalité et gouvernement estatal) avec l’objectif de promouvoir Mérida comme centre économique, culturel, scientifique et technologique de la région environnante, dans le respect des règles du développement durable (préservation de l’environnement et de la biodiversité, plantation d’arbres, diminution de la pollution sonore, industrielle et routière, amélioration du système de traitement des eaux usées, modernisation des équipements de transport et de la voirie, soutien à la participation citoyenne, augmentation de la sécurité publique…) ; accessoirement, elle peut fonctionner comme un bureau d’étude relais entre la municipalité et des organismes internationaux, ce qui fut le cas lorsqu’une de ses études a débouché sur la réalisation d’un programme municipal d’aide à la construction de logements pour les populations déshéritées, financé par le Programme Habitat des Nations Unies.

46Il s’agit d’une des rares instances (en dehors du cadre législatif) où les représentants des différents partis politiques dialoguent sur des projets d’intérêt collectif. Cependant son poids politique reste faible car elle doit composer avec les instances institutionnelles de la planification (les instances municipales et étatiques de développement) dont les plans (de trois années pour les premières, de six années pour les secondes), ont une valeur exécutive car ils sont votés par le Congrès en début de législature ; ces plans sont strictement programmés et financés annuellement par le Ministère fédéral du budget dont la règle consiste à ne financer que ce qui a été prévu dans le plan pluriannuel initial et voté l’année précédente par le Congrès local.

47Contrairement donc aux plans stratégiques inspirés de Barcelone qui réunissent des membres de la société civile ayant un poids économique suffisamment fort pour financer eux-mêmes les plans stratégiques, pour négocier avec les autorités politiques et administratives et pour se constituer en groupe de pression pouvant infléchir les choix politiques, à Mérida, même si la Fondation conserve une légitimité retirée du fait qu’elle ne représente pas des intérêts économiques particuliers mais qu’elle se fonde sur le consensus entre ses membres, il n’en demeure pas moins que ce sont les autorités publiques qui la financent, qu’elle ne dispose pas d’un poids politico-économique suffisamment fort pour négocier avec le gouvernement de l’orientation des projets d’intérêt général et qu’elle ne peut donc sortir de son cadre purement consultatif.

48Néanmoins, la Fondation Plan Stratégique a pu développer certaines propositions à caractère urbain qui ont rencontré un écho dans la sphère décisionnelle publique comme, par exemple, la réalisation d’un boulevard périphérique destiné à décongestionner la ville et à faciliter la circulation automobile, ainsi que le projet Metropolisur (précédemment évoqué) qui consiste en la construction d’une grande place commerciale multifonctionnelle dans le Sud, réunissant commerces, lieux de récréation, services publics et qui coïncidait avec le projet du plan estatal de développement (2001-2007) de déplacement de l’aéroport dans la partie sud de la ville.

49Les travaux du Plan stratégique ne concernent pas directement le centre-historique dont les propositions pour le remodeler sont laissées au soin du Patronato, bien que dans les lignes stratégiques initiales du Plan stratégique il y en eût une, abandonnée depuis, qui se fixait comme objectif de « réaliser le sauvetage intégral et la valorisation du centre historique et des zones d’intérêt patrimonial de la ville ». Mais indirectement, certaines de ses propositions, si elles étaient réalisées, auraient un fort impact sur la déconcentration du centre historique ; ainsi en est-il du projet Metropolisur ou d’un autre projet (à l’étude) de rehausser les échangeurs du boulevard périphérique (cinq construits actuellement et 17 prévus au total) afin d’en convertir la partie inférieure en espace public plurifonctionnel abritant un arrêt d’autobus, un centre commercial, des agences publiques (poste, bureaux de la compagnie d’électricité et de la compagnie des eaux…) et rendu accessible par des pistes cyclables et des voies piétonnières ; un tel projet consiste à privilégier les flux de voyageurs (la demande) par rapport à l’offre de services qui est censée suivre si la demande existe. Ces deux projets, qui pourraient avoir un impact évident sur le centre historique, prouvent que remodeler ce dernier recèle une évidente dimension urbaine métropolitaine qui dépasse le strict cadre spatial du centre.

50La Fondation du Plan stratégique est la seule instance qui fonctionne actuellement comme aide à la décision publique. Les représentants politiques (maire, gouverneur) viennent y faire leur marché, choisissant les projets qui les intéressent en fonction de leur possibilité de financement, et les faisant réaliser ensuite par les instances publiques techniques. Elle est également la seule instance de consensus où participent toutes les composantes de la société civile, même si les instances de contrepouvoir le font sans grande énergie, uniquement pour montrer qu’elles ont le souci de l’intérêt général. Cependant, elle n’est pas parvenue à enclencher une dynamique de transformation urbaine qui déboucherait sur des décisions contrariant les intérêts corporatistes en place car la décision politique reste toujours tributaire du critère de pacification des rapports sociaux.

Les acteurs privés en opposition avec les acteurs publics

51Comme dans de nombreux centres historiques des villes mexicaines, celui de Mérida se caractérise par la présence de nombreux commerçants ambulants occupant l’espace public, la diminution de l’usage habitationnel, la détérioration du patrimoine architectural, l’absence d’actualisation des règlements régissant l’occupation de l’espace et la congestion de ce dernier par le trafic routier (occasionnant pollution chimique et sonore) aux heures d’ouverture des magasins. La réhabilitation du centre historique (tertiairisation de l’espace, développement touristique, restauration du bâti) vise donc à rendre ce dernier attractif pour de nouvelles populations résidantes (classes moyennes aisées, étrangers retraités ou actifs qui travaillent dans des entreprises internationales) ou de passage (jeunes à la recherche de distraction, touristes) et pour des investisseurs privés (entreprises à la recherche de locaux pour y installer leurs sièges et leurs bureaux, promoteurs désireux de réaliser des programmes de construction de logements ou de bureaux). Mais pour que ce centre devienne attractif, cela suppose que soient préalablement résolus les problèmes d’occupation de l’espace public par les commerçants, et de flux du transport public. Or, la résolution de ces deux problèmes, apparemment d’ordre technique et normatif, s’avère être déterminée par des rapports de force politiques qui résultent de la survivance des pratiques clientélistes et corporatistes de l’ancien État priiste, ainsi que le montrent les analyses portant sur la construction d’un nouveau marché public et l’état des négociations pour la modification des lignes du transport public.

La construction d’un nouveau marché

52Pour résoudre le problème de la présence des commerçants ambulants sur l’espace public dans le secteur du marché, ainsi que cela a été décrit précédemment, la municipalité a décidé de déplacer les commerçants informels vers la périphérie du centre et de construire un nouveau marché à l’intention des anciens commerçants formels. L’objectif visé était non seulement d’ordre urbanistique, mais également d’ordre sociopolitique : il s’agissait de couper le lien entre les caciques corporatistes et leur clientèle professionnelle. En effet, traditionnellement, le cacique est celui qui négocie les patentes avec la municipalité, résout les problèmes administratifs et protège sa clientèle des invasions d’autres groupes ou de la répression des forces de l’ordre lorsque, par exemple, les ambulants sont installés illégalement sur l’espace public ; enfin, le cacique est celui qui, par la corruption, négocie avec les autorités administratives la transgression des lois et règlements (avec le directeur du marché pour la location de plusieurs lots, avec les contrôleurs qui perçoivent les taxes pour permettre l’occupation illégale de la voie publique…). Les commerçants qui n’appartiennent pas à sa clientèle ne peuvent espérer trouver un emplacement pour vendre leurs marchandises. Le cacique est donc un intermédiaire obligé (entre l’administration et les commerçants) qui tient sa clientèle captive et qui jouit d’une rente de situation sur l’espace. Lui enlever le territoire qu’il contrôle revient à le déposséder de ses rentes sociale et spatiale. C’est ce à quoi est parvenue la municipalité avec les commerçants ambulants qui ont été contraints de libérer l’espace public, soit en quittant la zone, soit en s’installant dans le nouveau marché. Par contre, cette politique a subi un échec avec les commerçants formels qui, parce qu’ils sont organisés et solidaires, ont résisté et occupent toujours l’ancien marché qui devait être détruit. En effet, ils n’ont pas voulu s’installer dans le nouveau, prétextant que les lots qui leur avaient été attribués étaient trop exigus et qu’ils allaient perdre leur clientèle faute de place suffisante pour entreposer et exposer leurs marchandises. En réalité, la raison principale est qu’en s’installant dans le nouveau marché, ils perdaient le contrôle de leur outil de travail et d’une partie de leur source de revenus car nombre d’entre eux sont locataires de plusieurs lots qu’ils sous-louent à d’autres commerçants en réalisant une plus-value.

53À l’occasion du projet de destruction de l’ancien marché, est donc apparue une alliance entre PRI, commerçants formels (occupants le marché et désireux de conserver leur rente de situation) et commerçants informels (opposés à leur déplacement), opposée à l’alliance PAN-patronato. Les commerçants ambulants ont été les perdants de ce rapport de force.

Les négociations avec les concessionnaires du transport public

54La réorganisation des transports publics a été un autre échec pour la municipalité. En effet toutes les lignes de transport public sont concédées à des transporteurs privés qui ont bénéficié de ces concessions lorsque le PRI contrôlait les administrations municipales et régionales, et qui, bien qu’étant concurrentes, profitent donc du monopole des transports. Comme les commerçants, les transporteurs jouissent d’une rente de situation et ils refusent de renégocier le tracé des lignes de transport, craignant d’y perdre une partie de leurs bénéfices. En effet, une ligne qui passe par le centre est plus rentable qu’une ligne qui ne dessert que la périphérie parce que la population utilisant les transports en commun est plus nombreuse car elle est amenée à passer dans le centre pour effectuer ses achats au marché central. Le revers de la médaille est que les clients des transports publics qui se rendent sur leur lieu de travail y perdent en temps (obligés qu’ils sont de passer par le centre alors que le trajet le plus court serait celui de périphérie à périphérie) et en argent (car ils sont obligés d’effectuer des changements et, donc, de payer plusieurs billets).

55La redéfinition redistribution des lignes de transport a été un échec. En effet les transporteurs, craignant d’y perdre leur rente, s’y sont opposés, brandissant la menace de paralysie de la ville ; la municipalité s’est inclinée devant le risque d’impopularité d’une telle mesure si elle avait été mise à exécution. Faute d’avoir les moyens financiers de municipaliser les transports publics, la municipalité ne dispose d’aucune solution pour mettre en œuvre sa politique de décongestion du centre.

56Par contre, le problème semble avoir été réglé avec les chauffeurs de taxi. En effet eux-mêmes étaient auparavant affiliés à de puissants syndicats corporatistes qui leur attribuaient des licences. Afin de désamorcer ce pouvoir, la stratégie des autorités a consisté à libéraliser le marché : alors qu’auparavant il n’existait qu’un seul syndicat corporatiste monopolistique, il y a actuellement sept syndicats, dont la plupart sont indépendants, ce qui a permis d’augmenter le nombre de taxis pour répondre à la demande. Le rapport de forces s’est donc exercé par une alliance entre l’administration paniste et les entrepreneurs privés contre une autre alliance PRI-syndicat corporatiste. Mais ici encore, le projet de la municipalité de déplacer les stations de taxis du centre fut mis en échec par les compagnies de taxis qui ont menacé de bloquer le centre (allant jusqu’à mettre une fois cette menace à exécution) et donc de perturber les transports publics en empêchant les usagers de se rendre sur leur lieu de travail.

57Le problème des transports montre le lien indissoluble entre pouvoir et territoire : celui qui contrôle l’espace (à travers la concession des lignes de transport qui lui ont été attribuées) dispose d’un pouvoir social et peut également exercer un pouvoir politique de contrepouvoir en apparaissant comme le défenseur de l’intérêt général. Le centre étant la partie stratégique de l’agglomération, contrôler une partie de l’espace central revient donc à disposer d’un pouvoir stratégique et, notamment du pouvoir de bloquer la restructuration du centre.

Les acteurs privés en opposition entre eux : le cas des commerçants du centre-ville

58Différentes catégories de commerçants existent, rivales les unes des autres. Par exemple, les commerçants formels du centre de Mérida subissent ce qu’on appelle à Mexico l’effet “cucaracha”, les ambulants expulsés d’une partie du centre et déplacés vers d’autres rues allant asphyxier le commerce formel et éloignant la clientèle de ce dernier. L’expulsion des ambulants ne fait donc que déplacer le problème et accroître les tensions interprofessionnelles. Cependant, certaines catégories de commerçants trouvent leurs comptes à la multiplication des commerces ; il s’agit des grossistes, dont certains fournissent autant le commerce formel que le commerce informel.

59Comme les autres catégories de travailleurs populaires, les commerçants sont organisés en syndicats corporatistes qui défendent les intérêts de leur clientèle face au pouvoir municipal. C’est ainsi qu’à Mérida existent treize syndicats corporatistes de commerçants dont certains sont mixtes, incluant travailleurs formels et ambulants. Ce pouvoir social de contrepouvoir représente une véritable force, notamment dans sa capacité de mobilisation et de corruption des employés municipaux. Mais, à Mérida comme à Mexico, certaines organisations populaires n’adhèrent pas à l’idéologie corporatiste priiste et leurs leaders défendent plutôt la politique paniste contre le monopole de représentation sociale des syndicats priistes traditionnels.

60Enfin, il faut signaler que les commerçants formels du centre-ville, et notamment ceux d’origine libanaise qui possèdent des boutiques et des entrepôts aux alentours du marché public, développent une solidarité d’intérêts avec les commerçants formels à qui ils louent leur pas-de-porte. Ce faisant, ils s’opposent aux commerçants du patronato qui défendent la politique municipale de vider le centre-ville des commerçants ambulants afin d’en faire un centre-ville attractif pour les classes moyennes et les touristes.

61Il n’existe donc pas d’homogénéité des organisations sociales pour faire front commun contre une politique municipale et gouvernementale. Plutôt que d’imposer, en usant de la violence institutionnelle, des mesures impopulaires qui aboutiraient à une confrontation susceptible de libérer la violence sociale, les nouvelles autorités politiques ont donc choisi de susciter la création d’organisations sociales qui leur sont favorables. Cependant, il n’y a pas eu à Mérida de récupération des commerçants ambulants par la municipalité comme cela a été le cas à Mexico au cours du mandat de Lopez Obrador qui en avait fait une base sociale pour soutenir sa politique et pour assurer la reconduction de son parti à la municipalité. Ici, les commerçants ambulants ont été sacrifiés par les différents partis de gouvernement, enlevant ainsi un moyen de survie à une partie de la population.

62S’il n’existe pas d’homogénéité dans la représentation sociale, il n’existe pas non plus d’homogénéité dans l’appropriation spatiale. De fait, comme dans de nombreuses villes mexicaines, le centre est déjà mixte socialement, ce qui se traduit à Mérida par une sectorisation socio-stratégique consistant à diviser le centre historique en deux parties : une partie populaire et commerciale aux alentours du marché public, et une partie tertiaire-commerciale, résidentielle et touristique, jouxtant l’autre côté de la place centrale, aux abords du palais du gouverneur et du palais municipal. Le premier secteur est celui des organisations populaires traditionnelles, le second celui du patronato. La nouvelle politique du centre consisterait donc à généraliser le second secteur alors que dans la réalité, c’est le premier secteur qui déborde sur le second. Sous prétexte donc d’encourager une mixité sociale favorable aux classes moyennes et au tertiaire cette politique vise, à terme, à supprimer une mixité sociale réelle favorable aux classes populaires et aux commerçants. Faute de pouvoir recourir au coup de force la municipalité a donc opté pour la tactique de la contagion spatiale progressive (grignotage) ; c’est ainsi que le bâtiment monumental qui abritait auparavant le bureau central de la poste, contigu au marché central, va être transformé en musée public afin d’attirer un autre type de population (classes moyennes, touristes) dans cette partie du centre et d’y susciter un autre type d’activité commerciale, davantage tournée vers la consommation culturelle. C’est ainsi également que, dans la partie centrale du patronato, des îlots entiers sont progressivement réhabilités, par l’intermédiaire de certaines agences immobilières spécialisées dans la recherche d’une clientèle étrangère, pour accueillir une population de retraités nord-américains qui élisent domicile à Mérida la partie de l’année correspondant à l’hiver en Amérique du Nord.

Les acteurs légaux face aux acteurs illégaux

63Cette même stratégie hygiéniste de nettoyage social du centre est également perceptible vis-à-vis des activités illégales qui y prospèrent (prostitution, distribution de drogues, commerce d’articles de contrebande, ateliers de contrefaçons). Actuellement, comme dans la plupart des centres urbains, ces activités illégales sont présentes à l’intérieur ou aux abords du marché central, avec plus ou moins de tolérance de la part des forces répressives (police, douane) qui, soit contrôlent le trafic (par exemple pour la distribution de gros de la drogue), soit bénéficient de la corruption de la part des trafiquants (par exemple, pour l’introduction de marchandises de contrebande ou la fabrication d’articles de contrefaçon), soit rackettent les trafiquants (pour la distribution de drogue ou la distribution d’êtres humains, c’est-à-dire le proxénétisme).

64La plupart des activités illégales prospèrent la nuit si bien que la ville diurne tend à se transformer, le soir venu, pour s’adapter à ces activités : les locaux commerciaux du marché ferment et les ateliers de contrefaçon commencent à produire leurs marchandises à l’intérieur même du marché, les prostituées sortent sur les trottoirs ou racolent dans les discothèques. Les clients sillonnent, à pied ou en voiture, la zone centrale. Même pendant la journée, comme à Mexico, certains commerces formels légaux à l’intérieur du marché fournissent également des produits interdits, soit clandestinement (drogue, armes), soit à la vue de tous (produits de contrefaçon).

65Toutes ces activités ne correspondent pas à l’image propre, sécurisante et culturelle qui est censée séduire une population de classe moyenne et de touristes qui, par ailleurs, peut être également tentée de consommer de l’illégalité. Pour déconsidérer cette catégorie sociale, on va dans un premier temps, la présenter comme un risque social, c’est-à-dire comme un facteur d’insécurité en insistant sur sa dangerosité. Ensuite on va identifier spatialement les sources de ce danger potentiel. Enfin on tentera de déplacer ces activités vers d’autres secteurs de l’agglomération éloignés du centre en utilisant la répression de la force publique. C’est ce qui a été fait à Mérida, aboutissant au déplacement, après négociations en 1996, des activités nocturnes de divertissement (cabarets, prostitution) vers le municipe de Kanasin, situé de l’autre côté du périphérique ceinturant la ville.

66Mais la stratégie n’a pas fonctionné pour toutes ces activités et à celles qui demeurent dans le centre-ville, il a été conseillé de se faire discrètes. C’est ainsi que certains foyers de prostitution perdurent dans le centre-ville, mais les prostituées doivent demeurer dans l’entrée des immeubles et non plus occuper les trottoirs. D’autres activités illégales subsistent, car elles se fondent soit sur l’alliance entre commerçants formels et commerçants illégaux, (par exemple pour la distribution de drogue au détail ou la vente d’armes dans certaines échoppes du marché central ou pour la fabrication et le stockage de marchandises de contrefaçon à l’intérieur même du marché central), soit sur des connivences entre éléments des forces de l’ordre et trafiquants les premiers rackettant les seconds (cas de la distribution de drogue). La même politique a donc été appliquée aux agents de l’illégal qu’aux commerçants ambulants, aboutissant aux mêmes effets de nettoyage de la voie publique et de déplacement de ces catégories sociales vers d’autres parties de l’agglomération. Mais, comme pour les transporteurs, cette politique a été enrayée à cause d’une alliance existant entre les acteurs de l’illégal et les représentants d’un secteur légal (les syndicats corporatistes pour les transporteurs, les forces de l’ordre corrompues pour les trafiquants).

67Il existe donc une coïncidence, d’une part entre les clientèles sociales des représentants politiques (le PRI) et les clientèles sociales des acteurs illégaux (les ambulants) et, d’autre part, entre les stratégies de certains acteurs administratifs et économiques (les policiers et les propriétaires de centres nocturnes de divertissement) et les stratégies des acteurs illégaux (contrôlant le trafic humain ou de drogues). Cette double coïncidence est révélatrice de l’existence d’interactions centre-marges, ces dernières constituant la principale résistance au développement durable urbain parce qu’elles représentent un risque politique majeur susceptible de remettre en question les objectifs du développement durable urbain.

68Il reste que l’action corruptrice des groupes de pression illégaux qui contrôlent la prostitution ou la distribution de drogues et de marchandises de contrebande est rendue possible parce qu’ils disposent d’une part d’alliances sociopolitiques et, d’autre part, d’une emprise territoriale pour développer leurs activités. On voit bien à travers le cas de Mérida, comment se justifie la politique de déplacement des classes sociales défavorisées (les ambulants, les catégories populaires qui viennent effectuer leurs courses au marché central) et des délinquants : il va s’agir, pour les autorités, d’identifier idéologiquement ces deux groupes (les premiers consommant les marchandises des seconds, les seconds étant qualifiés de terreau de la délinquance) et de les présenter comme un risque social urbain (les fameuses classes dangereuses du xixe siècle, ou le processus de criminalisation de la pauvreté tel qu’on le nomme aujourd’hui) parce que, en s’opposant à une nouvelle occupation de l’espace, ils contesteraient les nouvelles pratiques de gouvernance, ce qui légitimerait leur éviction du centre-ville.

Clientélisme et gouvernance

69À la lumière de cette étude de cas, qui a privilégié l’aspect politique et institutionnel du développement durable, on se rend bien compte que les politiques de développement durable urbain intègrent les politiques de gouvernance. Mais sont également apparues les limites des politiques de développement durable et notamment les limites politiques liées à la résistance des groupes de pression, ainsi que les limites sociales liées au surgissement de nouvelles ségrégations en contradiction avec l’objectif de mixité sociale.

70Ces limites à l’application d’une politique de développement durable urbain nous apparaissent résulter d’abord de la coexistence entre deux modèles d’intégration politique : le clientélisme qui produit de la corruption et de la planification bureaucratique et la gouvernance qui produit du développement durable urbain. Et si la restructuration du centre urbain de Mérida semble aujourd’hui bloquée, nous pensons que c’est parce que cette transition n’a pas encore été jusqu’à son terme démocratique, principalement pour la raison que les acteurs sociaux qui occupent actuellement le centre ont le sentiment qu’ils ont plus à perdre à participer aux politiques de gouvernance qu’à conserver leurs rentes de situation.

71En fait, l’administration se trouve aujourd’hui dans une période de transition politique et urbaine entre deux systèmes.

  1. Un système d’appropriation bureaucratique, corporatiste et clientéliste de l’espace, qui a prédominé jusqu’en 2 000, caractérisé par une appropriation privée de l’espace public qui profite aux réseaux clientélistes et corporatistes affiliés au pouvoir du parti (le PRI) ; cette appropriation, tolérée par les pouvoirs publics repose sur la tolérance de l’illégalité et sur la corruption politico-administrative ; elle permet une pacification des rapports sociaux lorsque les bénéfices de la rente spatiale sont équitablement répartis entre tous les acteurs concernés (pouvoirs publics, caciques syndicaux, entrepreneurs privés sous contrat, commerçants légaux et illégaux), à charge pour eux de redistribuer à leurs clientèles sociales (clientélisme et corruption pyramidale) ; ce système a abouti à une réduction de l’espace public central (concédé aux commerçants ambulants) et à un tarissement des réserves territoriales urbaines (vendues à des lotisseurs privés, amis politiques ou familiaux des gouvernants) ; il a produit un centre multifonctionnel, peu résidentiel et populaire où les activités qui prédominent sont le commerce, la transformation des matières premières (ateliers textiles, par exemple, mais également ateliers de contrefaçons ou de piratage de disques ou de transformation de drogue) et les entrepôts de marchandises (légales ou de contrebande).
  2. Un système d’appropriation libéral-démocratique de l’espace, avec tentative de mise en place à partir des années 2000, caractérisé par une division entre le public et le privé, une répression des activités illégales sur l’espace public, une protection du commerce formel face à l’envahissement du commerce ambulant, une lutte contre la corruption administrative ainsi qu’une restauration des monuments publics et un réaménagement des rues et des places censés attirer des investisseurs promoteurs privés, l’objectif étant de produire un centre hygiéniste gentrifié et une vitrine touristique qui valoriseraient la fonction résidentielle pour classes moyennes supérieures ou pour une clientèle de jeunes cadres.

72On se trouve donc actuellement dans une phase de transition entre ces deux systèmes : des résistances se manifestent de la part des clientèles économiques de l’ancien pouvoir politique qui disposent d’une base sociale facilement mobilisable ; des institutions techniques d’aide à la prise de décision (le plan stratégique, le patronato) sont mises en place où la négociation continue à être la règle mais qui ne permettent pas de résoudre les problèmes structurels du centre, (le plan de circulation des transports en commun et le déménagement du marché) qui relèvent de rapports de forces politiques et sociaux et, en l’occurrence, d’une prédominance des forces sociales sur les forces politiques ; la culture de rente et de spéculation foncière et immobilière prédomine au profit des anciens (rentiers corporatistes contrôlant le commerce et les sociétés de transport) et des nouveaux promoteurs du centre, ces derniers étant alliés aux nouveaux représentants politiques ; les activités illégales (prostitution, piratage, contrebande, distribution de drogue) subsistent dans le centre et sont tolérées et protégées par les représentants des forces de l’ordre pour qui elles représentent une rente illégale ; ces activités illégales sont progressivement déplacées vers la périphérie où elles continuent à proliférer.

73La coexistence de deux modèles d’intégration politique va de pair avec la coexistence de deux modèles d’intégration sociale : un modèle endogène produisant des normes hors droit, et un autre soumis à la norme dominante représentée par la loi. Référé à la distribution de l’espace urbain, il apparaît évident que le modèle dominant ne s’impose pas sur toute l’étendue du territoire urbain, qu’il est sujet à négociations, à rapports de forces (la menace de la grève des transports, du blocage du centre ; la présence de policiers pour empêcher les vendeurs ambulants d’occuper les abords du marché couvert) et finalement qu’il tolère des activités marginales illégales dans les parties paupérisées de l’agglomération. Le marchandage porte donc sur un échange de territoires plus que sur l’application de la loi.

74Donc, aujourd’hui, l’un des principaux risques politiques urbains nous semble être l’appropriation de certains territoires urbains par des acteurs marginaux illégaux valorisant des cultures politiques clientélistes (paternaliste, clanique ou mafieuse) ainsi que le laisser faire politico-institutionnel de cette appropriation qui est justifié par la nécessité de pacification des rapports sociaux. Le développement durable urbain contribue à ce laisser-faire politico-institutionnel en augmentant la ségrégation socio-spatiale, et l’objectif de mixité sociale urbaine apparaît comme étant d’ordre idéologique, la participation à la gestion urbaine occultant la ségrégation socio-spatiale produite par l’application des théories du développement durable urbain.

Conclusion

75Le cas de Mérida montre, d’une part que se sont les systèmes politiques qui déterminent les relations de pouvoir et de domination à l’origine des transformations urbaines et, d’autre part la difficulté à traduire en termes de politique urbaine un changement de système politique. Deux conclusions s’imposent donc :

  • pour ce qui est de la transformation du centre urbain, les possibilités d’intervention des États et des municipalités semblent limitées à la fois au niveau politique et au niveau financier, même s’ils disposent de relais représentés par des entrepreneurs privés alliés (le patronato) ou des associations civiles alliées ;
  • un changement politico-urbain ne peut être envisagé que sur une base démocratique donnant une légitimité aux nouveaux gouvernants et à leurs décisions en matière de transformation urbaine ; mais la participation et les référendums ne suffisent pas à aboutir à un réel changement urbain tant qu’un consensus social impossible n’est pas établi ou qu’un passage en force aléatoire n’est pas décidé.

76Il en résulte que la gentrification du centre demeure un objectif lointain et ceci d’autant plus que la classe moyenne, attirée par les modes de vie de consommation nord-américains (villas avec jardins à proximité de centres commerciaux protégés par des vigiles et pourvus de parc de stationnement) préfère la périphérie. Cependant, par « grignotage », on assiste tout de même à la coexistence entre un centre traditionnel plurifonctionnel et populaire et un nouveau centre-vitrine pour touristes, étrangers, retraités, artistes, jeunes célibataires étudiants, toutes catégories qui ne correspondent pas au type classe moyenne (avec famille et équipements commerciaux, sociaux et publics de proximité). Un processus de transformation du centre est donc enclenché qui aboutit à la création de nouvelles valeurs, culturelle et financière.

77Finalement, à travers le cas de Mérida, nous pouvons montrer les limites du développement durable urbain en exposant ses contradictions qui surgissent du décalage entre ses principes et sa mise en pratique. Deux principales contradictions ont ainsi révélées :

  • la mise en ordre urbaine servirait de prétexte à un règlement d’ordre politique et socio-spatiale, le politique, dans un sens démocratique (« de gauche »), s’opposant à une réalité socio-spatiale qui implique le déplacement des classes pauvres du centre vers la périphérie ; cette contradiction marque l’impuissance des pratiques relevant de la théorie du développement durable à faire coïncider restructuration socio-spatiale et réduction de la pauvreté ;
  • la pratique du développement durable urbain, qui débouche sur l’augmentation de la ségrégation socio-spatiale, se retrouve en contradiction avec son objectif initial de favoriser la mixité sociale car, si on considère la ville comme un territoire commun partagé, c’est-à-dire comme un « bien commun », la ségrégation socio-spatiale s’oppose au principe du développement durable selon lequel « personne ne peut être exclu de la consommation d’un bien commun »10.

78En résumé, on peut remarquer que, pour les décideurs, la défense des espaces urbains centraux par les groupes sociaux préalablement établis, dans un contexte de mise en pratique des théories du développement durable urbain, serait révélatrice :

  • d’un risque politique : la pauvreté diffuse, associée à la présence d’activités illégales dans les centres urbains ;
  • d’un double enjeu urbain : 1) la territorialisation de la pauvreté, identifiée à la marginalité sociale, dans les périphéries urbaines ; 2) dans les centres urbains, l’appropriation de l’espace par les classes moyennes, associée à la création de valeur (valeur d’intégration à la norme dominante aussi bien que formation d’une bulle foncière-immobilière) par la sauvegarde (sanctuarisation) du patrimoine architectural, la sécurisation de l’espace (répression des marges sociales) et l’incitation à la consommation (promotion des activités touristiques et du commerce formel) ;
  • d’une stratégie urbaine : le déplacement de la pauvreté vers la périphérie où survivent des pratiques politiques clientélistes locales ainsi qu’une exclusion sociale fondée sur le communautarisme et la tolérance des activités illégales (développement de substitution par la marge, pour la marge), tandis que, dans les centres urbains « gentrifiés », émergent de nouvelles pratiques politiques démocratiques associées à la promotion de la citoyenneté et de la gestion participative ;
  • d’un objectif politique : la superposition entre marges sociales et marges spatiales, c’est-à-dire entre groupes sociaux vulnérables et quartiers urbains périphériques vulnérables.

79C’est ainsi que l’on peut se demander si la présence et la tolérance des activités illégales dans certaines périphéries urbaines pauvres n’est pas une conséquence du développement durable qui, en sacrifiant le social à l’environnement et à la création de plus-value immobilière, serait conduit indirectement, à sacrifier l’objectif de développement soutenable des générations présentes et futures des groupes défavorisés ? C’est pourquoi la critique sociologique conduit à penser que le risque politique majeur semble plutôt résider dans l’existence d’interactions entre acteurs du centre et de la marge, ces interactions favorisant l’appropriation de certains territoires urbains (centraux ou périphériques) par des acteurs marginaux (criminels ou, plus généralement, hors normes communes) ; en effet, une telle appropriation est elle-même génératrice de violence sociale et d’exclusions socio-spatiales, en même temps qu’elle valorise des cultures paternalistes, claniques ou mafieuses qui sont imposées à des populations rendues captives. Il en résulterait que l’hygiénisme contenu dans le développement durable urbain, consistant à reléguer dans les périphéries urbaines les interactions centre-marge, serait susceptible de libérer des résistances de type identitaire qui produiront les mêmes effets (la fermeture des espaces publics urbains et la diminution de la mixité sociale) que le développement durable urbain lui-même dans les zones centrales réhabilitées.

80Autrement dit, ne sommes-nous pas en présence d’une bombe sociale à retardement, présente autant dans les villes du Nord que dans celles du Sud, parce que la théorie du développement durable ne remet pas en cause la structure même du libéralisme économique qui est de produire de plus en plus de précarité sociale et de développement par les marges ? Et finalement, le développement durable urbain n’est-il pas le reflet d’un nouveau modèle mondial de développement privilégiant le marché au détriment des politiques publiques et survalorisant les politiques de sécurité ou de redistribution clientéliste par la marge ? Telle est la principale raison pour laquelle les politiques de développement durable urbain ne semblent pas permettre de répondre à l’enjeu politique majeur des villes contemporaines, à savoir la pacification des rapports sociaux par la diminution de la pauvreté, autrement qu’en déplaçant la violence sociale vers des périphéries urbaines paupérisées où elle va se trouver concentrée et décuplée (criminalisation des rapports sociaux et des rapports de domination locaux). La principale faiblesse du développement durable est donc de ne pas parvenir à relier cet enjeu politique majeur que constitue la pacification des rapports sociaux, à une stratégie politique majeure qui déboucherait sur l’adoption d’un autre mode de développement reposant sur le transfert d’une partie des richesses productives et commerciales privées vers des politiques publiques sociales au bénéfice des générations présentes. Mais une telle stratégie est incompatible avec les objectifs du développement durable (focalisation sur un partenariat privé-public au bénéfice du privé et qui conduit à la privatisation élitiste des centres-villes).

81Finalement à l’issue de notre étude de cas, le développement durable paraît être moins une politique qu’une idéologie qui permet d’intégrer au pouvoir certains acteurs de contrepouvoir tout en ne modifiant pas les rapports de pouvoir établis. Parti d’une position de contestation du modèle productiviste de production ainsi que des modèles bureaucratique et technocratique de gestion, le DDU a finalement été intégré au système par le fait qu’il privilégie la notion d’ordre urbain (la sécurité publique, la sécurité environnementale) dans les centres et aboutit, en réalité, à déplacer les désordres du centre vers les périphéries populaires. Tel est le sens des résistances qui se manifestent, même si ces dernières ne visent qu’à la conservation des rentes corporatistes préétablies ; ces résistances s’opposent au transfert de la rente du secteur social corporatiste vers le secteur privé libéral et visent le maintien des rentes corporatistes, tandis que le secteur privé utilise le DDU comme caution pour légitimer son entreprise d’appropriation des centres urbains. À l’inverse, un autre développement durable semble imaginable qui se fonderait sur l’établissement d’un état de droit et sur un nouveau rapport à la loi, se traduisant, au Mexique, par la lutte contre la corruption institutionnelle et contre les connivences entre agents institutionnels et acteurs criminels. Pour cela, encore faudrait-il que des organisations sociales locales (ONG, presse indépendante…) puissent impulser des mouvements sociaux locaux revendiquant le respect de la loi et son application. Une telle perspective semble fermée à Mérida tant que n’émergeront pas des forces sociales d’opposition, indépendantes à la fois des organisations corporatistes et du secteur privé libéral. Notre conclusion première sera donc que l’établissement de l’état de droit doit être le préalable à l’application des politiques de développement urbain.

82Notre seconde conclusion sera qu’il paraît impossible de réussir un développement durable sans recours à la puissance publique (État, municipalités ou collectivités locales) qui a la légitimité pour concilier les intérêts divergents de l’individu et de la collectivité et arbitrer entre le court et le long terme, et qui, seule, peut fédérer les énergies des acteurs économiques et sociaux pour éviter aux générations futures pandémies, pollutions ou tensions sociales urbaines résultant de l’accroissement des exclusions socio-spatiales. Un fort engagement de la puissance publique dans le domaine social, (réduction de la pauvreté et des inégalités d’accès à l’éducation) et politique (respect des règles démocratiques par les acteurs et les institutions publiques, politique d’intégration sociale des minorités par la citoyenneté, lutte contre la corruption politico-administrative et la délinquance financière ainsi que lutte contre les connivences politico-criminelles pour rétablir la légitimité politique) semble donc être un préalable indispensable avant la mise en œuvre par l’État d’une stratégie d’adaptation des normes (juridiques, de gouvernance ou de répression de la délinquance sociale) et d’une stratégie de partenariat avec les entreprises.

Bibliographie

Bibliographie

Bolio Osés J., Globalización y transformaciones urbanas en Mérida (1990-2004), thèse de maestria en architecture, Universidad Autónoma de Yucatán, 2004.

Collectif, Mérida : miradas multiples, Universidad Autónoma de Yucatán, 2003. Fernandez Martinez Yolanda, Centralidad urbana y concentraciones comerciales en Mérida ; Espacios concretos y espacios simbólicos para la experiencia colectiva a principios del siglo xxi, communication pour le colloque « Espacio de vida/espacio vivido », Guanajuato, novembre 2004.

Fuentes José, Espacios, actores, practicas e imaginarios urbanos en Mérida, tesis de doctorado, UAM-Azcapotzalco, Mexico, 2003.

Hansen A., Bastarrachea J., Merida : su transformación de capital colonial a naciente metropoli en 1935, Instituto National de Antropología e Historia (INAH), 1984.

Patronato del Centro Histórico de Mérida, Propuesta de rescate del centro histórico de Mérida ; el circuito Barrios y la vocación urbana, 2005.

Peraza Guzman Marco Tulio, Espacios de identitad ; la centralidad urbana y el espacio colectivo en el desarrollo histórico de Yucatán, Universidad Autónoma de Yucatán, 2005.

Plaquettes de Présentation du Plan Stratégique de Mérida, 1995, 2003.

Ramirez Carrillo Luis Alfonso, Las redes del poder ; corrupción, maquiladoras y desarrollo regional en México ; el caso de Yucatán, Universidad Autónoma de Yucatán, 2004.

Sociedad civil, gobierno y desarrollo urbano en Yucatán, in « En busca de la democracia municipal », Colegio de México, 1994.

Secretos de familia : Libaneses y élites empresariales en Yucatan, publication du Consejo National para la Cultura y las Artes, México, 1994.

Sociedad y población urbana en Yucatán (1950-1989), Revue Cuadernos del CES, n° 36, Colegio de México, 1993.

Notes

1 Le tourisme est ce qui est censé faire le lien entre patrimoine et développement, la ville devenant un pôle touristique culturel. Dans une perspective de développement durable, c’est l’écotourisme qu’on tentera de valoriser en essayant d’adapter le flux touristique, en termes de volume, de comportements et de retombées locales (accroître le niveau de vie de la population locale, par exemple en lui donnant accès aux services essentiels comme l’électrification et l’assainissement des eaux) aux exigences du respect du patrimoine, des traditions et des modes de vie.

2 Cf. Davis (M.), City of Quartz : Los Angeles, capitale du futur, La Découverte, Paris, 1998.

3 La chronologie sommaire à suivre a été réalisée notamment à partir de l’ouvrage suivant : Ramirez Carrillo (Luis Alfonso), Secretos de familia : Libaneses y élites empresariales en Yucatán, publication du Consejo National para la Cultura y las Artes, Mexico, 1994.

4 À titre de comparaison, la ville de Puebla, au Mexique, réunit 1 700 000 personnes sur une aire métropolitaine dont la superficie avoisine celle de Mérida.

5 Jusqu’en 1920, le Yucatán produisait 90 % de la production mondiale de jute, 40 % en 1940 ; à partir de 1945 commence le déclin de cette activité jusqu’à la faillite d’aujourd’hui, le Yucatán ne produisant plus que 4 % de la production mondiale. En effet, les cordages en plastique ont aujourd’hui remplacé les fibres textiles et d’autres pays, comme le Brésil et la Tanzanie, produisent du jute de meilleure qualité et de moindre coût que le Mexique.

6 Expropriation de 9 000 ha d’ejidos, alors qu’avant cette expropriation, la superficie de la ville était de 8 500 ha.

7 Cervera Pacheco occupa le poste de gouverneur durant deux mandats (1984-1988 et 1996-2001) ; pendant toute cette période, il fut le véritable parrain politique de l’État si bien qu’on a coutume de nommer cette période de « cervériste ».

8 Ainsi, 3 000 autobus appartenant à différentes compagnies traversent quotidiennement le centre.

9 Il existe actuellement des plans stratégiques dans une quinzaine de villes mexicaines. Il n’y en a pas à Mexico.

10 Cf. Tubiana (L.), Environnement et développement : l’enjeu pour la France, Paris, La Documentation française, 2000.

Auteur

Jean Rivelois – sociologue, IRD (Institut de Recherche et de Développement)

© Éditions de l’IHEAL, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540