Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Centres de villes durables en Amérique latine : exorciser les précarités ?

 | 
Hélène Rivière d’Arc

Mérida (Yucatán)

Mérida. De la centralité au polycentrisme urbain dans les villes latino-américaines : un passage difficile1

Luis Alfonso Ramirez
Traduction de Claudie Duport

Texte intégral

  • 1 Voir à la suite de cette contribution, celle de Jean Rivelois.

1Cette contribution pose la question de l’avenir du centre de Mérida dans un contexte politique local favorable, comme dans la plupart des villes mexicaines, à la mise en œuvre de la « requalification ». On verra que le concept de « ville durable », sur lequel on travaille dans cet ouvrage dans son sens plein pourrait relever d’une logique contradictoire dans son application.

2La ville de Mérida, au Mexique, est la capitale de l’État du Yucatán et la capitale régionale et administrative des trois États de la péninsule (Yucatán, Campeche et Quintana Roo) et d’une partie de l’État de Tabasco. Elle est, avec seulement 850 000 habitants, la plus grande ville de la région ; la population de son aire métropolitaine n’atteint que le million d’habitants. Mais grâce à son dynamisme économique, notamment dans les secteurs du commerce et des services, elle compense largement sa dynamique démographique. Elle a toujours tenu le rôle de métropole régionale pour le sud-est du Mexique et a incarné la centralité politique, même si son organisation urbaine et son fonctionnement ont été, depuis sa fondation au xve siècle jusqu’au milieu du xixe siècle, à caractère polycentrique. À la fin du xixe siècle et tout au long du xxe siècle, son centre historique a donné naissance à une profonde centralité des activités économiques qui a rompu le modèle polycentrique et engendré de nouveaux intérêts économiques et politiques de type corporatif liés au capital investi dans les secteurs du commerce et des services aussi bien formels qu’informels, légaux qu’illégaux.

3Depuis l’insertion du Mexique dans les marchés mondiaux du fait de nouveaux types de vie et de consommation urbaine, des capitaux transnationaux et du dynamisme démographique, Mérida s’oriente de nouveau vers un modèle polycentrique. Mais le réseau des transports urbains, le commerce traditionnel, les fonctions administratives et de services de tous ordres sont toujours situés dans le centre historique d’où une forte tension entre les deux modèles de développement urbain.

Carte 1 : l’extension du centre historique de Mérida selon le décret présidentiel de 19

Carte 1 : l’extension du centre historique de Mérida selon le décret présidentiel de 19

Élaboration : Marco Diaz Güemez (travail de terrain).

La situation aujourd’hui

4On a identifié les différents types d’intérêts privés et corporatifs que l’on trouve réunis dans le centre historique de Mérida (qui en étendue est, après le District Fédéral, le plus vaste du Mexique, selon la classification de l’INAH, Instituto Nacional de Antropología e Historia). Le classement a pris en compte les fonctions et les activités économiques (marchés traditionnels, vendeurs ambulants, commerces établis, activités criminelles ou illicites, administratives, bancaires, etc.). On a cerné leurs intérêts politiques et corporatifs. La carte du revenu différentiel du foncier urbain dans le centre historique sert de base de référence et l’on estime qu’un processus de dépeuplement des habitants a lieu dans un contexte d’accroissement de la valeur du sol et d’une détérioration urbaine concomitante à une augmentation et non à une diminution des activités économiques. On démontre pour finir qu’une gentrification du centre est très difficilement pensable pour trois raisons : la valeur du sol/habitation qui, même si elle est en baisse reste encore très élevée et n’est pas compétitive par rapport à d’autres offres de logement, la tendance polycentrique de la métropole régionale et la saturation de l’espace urbain central par les transports et les activités économiques.

5Cette étude s’appuie sur une analyse des parcellaires détaillés du centre historique de Mérida, sur l’analyse de trois propositions pour la reconstruction architecturale et sur l’évolution des valeurs cadastrales des terrains. Elle s’appuie aussi sur des interviews personnalisées de commerçants ambulants, de prostituées, de vendeurs de marchés, de propriétaires d’immeubles, et d’officiels.

Le débat à Mérida

6On a pu constater une restructuration du rôle et des processus d’affiliation corporative des acteurs sociaux et politiques au cours des processus récents visant à une transformation spatiale du centre historique de la ville de Mérida. L’interaction des différentes associations et corporations reflète une dynamique nouvelle et la réalité d’un conflit politique permanent avec les niveaux locaux et avec l’État du Yucatán, ainsi que la présence de groupes de pression liés au vieux parti resté longtemps au pouvoir (le PRI, Parti Révolutionnaire Institutionnel) qui, s’il en est aujourd’hui éloigné, jouit encore cependant d’une puissante base politique.

7L’analyse a porté sur les vingt dernières années ; cette période correspond aux changements dans le modèle de croissance qui se sont produits au Mexique à partir de 1982, avec le début du démantèlement de l’État populiste et corporatif et le passage à une économie et à un gouvernement néolibéraux. Il s’agit d’étudier la transformation du centre historique de Mérida dans le contexte de la globalisation et de la redéfinition totale des fonctions de la ville et de sa dynamique urbaine au fur et à mesure que s’accroît son insertion dans les réseaux et les flux internationaux de capitaux, de marchandises et de personnes.

8La recherche a fait apparaître que ce sont les intérêts du capital commercial, immobilier et du secteur des transports alliés d’une façon inattendue avec des groupes subalternes d’employés pauvres, de vendeurs du secteur informel et de marginaux sociaux qui se sont constitués ensemble en clientèle corporatiste de l’État et du PRI, ceux qui se sont opposés à différentes mesures isolées et à trois plans « intégraux » de participation mixte, publique et privée qui envisageaient une transformation du centre historique, lancée de 1986 à aujourd’hui. Ces plans avaient pour objectif de modifier le rôle du centre historique, en diminuant sa centralité commerciale au profit d’un nouveau modèle de développement urbain polycentrique et métropolitain.

9Les groupes qui contrôlent le centre historique de Mérida sont puissants et nombreux. On y trouve le commerce traditionnel des halles centrales qui, dans leur ancien et leur nouvel emplacement, regroupent près de 5 000 vendeurs, plus de 2 000 à 4 000 vendeurs ambulants, selon la période de l’année, regroupés en douze grands syndicats affiliés aux centrales ouvrières nationales, la CROC et la CTM, qui sont toujours des émanations du PRI. Il faut y ajouter près de 2 000 établissements commerciaux, grands, moyens et petits, regroupés dans leurs chambres patronales respectives qui jouent un rôle ambivalent entre les vieux groupes de pouvoir du PRI et les nouveaux groupes de pouvoir du PAN (Parti d’Action National) aujourd’hui au gouvernement. Viennent s’y ajouter vingt-deux concessionnaires du transport public qui, avec 172 lignes d’autobus, regroupent près de 3 000 chauffeurs et les compagnies de chauffeurs de taxis qui ont aussi un rôle ambivalent entre le PRI et le PAN. Il faut y ajouter d’autres syndicats de moindre importance comme ceux des porteurs livreurs, des cireurs de chaussures, etc. Tous sont affiliés au PRI et aux groupes de pouvoir, groupes qui depuis 1950 gravitent autour du gouvernement de l’État. Même si les groupes sont encore en formation et que de nouvelles alliances sont en train de se créer, il faudra attendre un affaiblissement de la vieille politique corporative pour aboutir à des consensus.

10On peut en conclure qu’en terme économique, démographique et culturel, la ville glisse rapidement vers un modèle polycentrique en totale contradiction avec le maintien de l’ancienne centralité urbaine et que cette contradiction provoque toute une série de problèmes qui, dans le cas du centre historique, se traduisent par une grave dégradation des qualités environnementales, du patrimoine architectural, du niveau de vie et de la part qui lui revient dans la génération de la valeur ville, de même qu’un processus accéléré d’abandon de la population locale et la perte de la vie de quartier.

Mérida au xxie siècle. Problèmes d’une métropole régionale et de son centre historique

11L’évolution vers un modèle de société et d’État néolibéraux, celui que connaît le Mexique depuis les années quatre-vingt a donné un nouvel élan à la ville de Mérida, capitale régionale au point de vue commercial, financier et des services pour l’ensemble de la péninsule du Yucatán. Les trois États, Yucatán, Campeche et Quintana Roo, plus la partie sud de l’État de Tabasco, ont vu une augmentation de l’intensité de leurs échanges avec Mérida. Le phénomène touristique de la ville de Cancún, qui a rapporté entre cinq et huit millions de dollars, de 2001 à 2004, et une gigantesque production pétrolière des forages de Campeche, d’où sortent sept barils sur dix du pétrole brut qu’exporte le Mexique (le pays a, au cours des quatre dernières années, occupé le huitième ou le septième rang pour la production pétrolière mondiale sur une base de 3 000 millions de barils) ont fourni de nouvelles ressources à la région qui ont bénéficié au réseau des villes du sud du Golfe du Mexique. Une partie de ces nouveaux flux économiques ont, à partir de 1980, abouti ou ont été recyclés à Mérida.

12Si cette dernière a pu conserver pendant quatre siècles son caractère de capitale régionale, elle s’est transformée au cours des vingt dernières années en métropole régionale, avec une zone d’activités et d’influences qui comprend son débouché sur le golfe du Mexique, le port de Progreso et trois municipalités attenantes. Si, en 2005, le noyau central de Mérida avait une population de 850 000 habitants, son aire métropolitaine avoisinait le million de personnes. Cela a entraîné un modèle de croissance urbaine extensif de la ville. Une offre de terres extrêmement importante de 9 000 hectares, arrachées par l’État aux paysans producteurs de sisal, entre 1986 et 1988 et qui ont été privatisées dans leur totalité et très rapidement, a fait passer la ville entre 1980 et 2005 de 8 000 à 16 000 ha : Mérida devient l’une des villes les plus étendues du Mexique (au septième rang parmi les 32 capitales d’État du pays) et celle où la densité démographique est la plus faible. Cela a provoqué un déséquilibre urbain, dans le sens où la superficie de la ville croît plus rapidement que sa population. Le coût peu élevé du logement sur ces nouveaux terrains a favorisé l’abandon par la population des parties les plus anciennes de la ville et d’une façon encore plus marquée du centre historique. Cette augmentation de l’étendue de la ville s’est accélérée dans les premières années du xxie siècle, la tendance s’amplifiant encore par de nouvelles réserves de terres (près de 4 000 ha) que le capital privé a apporté en les rachetant à des prix dérisoires aux communautés paysannes mayas voisines ; cela constitue un encouragement pour la ville à poursuivre son extension et provoque une augmentation de l’exode démographique du centre de la ville d’où un processus aggravé d’abandon, non seulement du centre historique mais aussi des quartiers populaires voisins qui, pendant des siècles, ont abrité une population très dense et qui se désertifie de jour en jour.

13À la centralité historique de Mérida sur sa région est venue s’ajouter une concentration économique croissante dans sa région métropolitaine. En 1985, 60 % de l’ensemble des entreprises industrielles, commerciales et de services du Yucatán s’y sont installées et, parmi elles, 90 % de toutes les grandes et moyennes entreprises. La région métropolitaine concentre 77 % de tous les emplois déclarés de l’État, 89 % des dépenses et 89 % des revenus (INEGI, l986). En 2005 on y comptait déjà 85 % des emplois, 90 % des dépenses et des revenus.

14La ville fonctionne de plus en plus comme une métropole ; elle répartit d’une façon plus anarchique qu’ordonnée ses fonctions et ses spécialités économiques dans toute l’aire métropolitaine, elle multiplie par six le nombre de véhicules (entre 1985 et 2005 il passe de 50 000 à 300 000 dans l’aire métropolitaine), elle multiplie par deux la durée des flux automobiles (deux à quatre heures par jour par véhicule).

Carte 2 : détail du centre historique de Mérida

Carte 2 : détail du centre historique de Mérida

Le périmètre A, le plus grand, est celui où la valeur historique est considérée comme la plus importante. Les autres périmètres sont des zones résidentielles. Élaboration : Marco Diaz Güemez (travail de terrain).

15La relocalisation des entreprises et des sources d’emplois couvre l’ensemble de l’aire métropolitaine ; en vingt ans Mérida va donc passer rapidement d’un schéma où la majeure partie du commerce, les services, les magasins, les marchés et les administrations se trouvaient encore dans le centre de la ville, dans la partie historique et les quartiers attenants, à un schéma polycentrique où les flux de population, les activités commerciales, les médias et la dynamique sociale, en général, ont été redistribués selon un schéma polycentrique, avec des zones spécialisées, non seulement aux quatre points cardinaux de la ville mais dans toutes les agglomérations voisines, c’est-à-dire dans l’ensemble de l’aire métropolitaine. Dans le cas de certaines activités industrielles, le processus de décentralisation avait débuté bien avant ; par exemple la corderie dans les années 1960 vers le nord, ou la nouvelle industrie de transformation vers le sud dans les années 1970, avec la création de la première zone industrielle de Mérida. Mais Mérida étant depuis les années 1960 une ville tertiaire, axée principalement sur le commerce et les services (70 % du PIB urbain en 1985, 80 % en 2005), cette première décentralisation industrielle n’a pas eu d’impacts majeurs sur le centre historique et les quartiers avoisinants.

16Il est clair cependant que le développement polycentrique de la ville a eu et aura encore des répercussions. Mérida a privilégié un projet de métropole régionale ; il comporte un axe ville port, la conurbation Mérida Progreso qui cherche à renforcer sa spécialisation dans le secteur des services, notamment commerciaux et financiers, pour établir des liens forts dans ces domaines, au niveau de l’ensemble de la région sud-est, avec les marchés mondiaux de biens, de capitaux et du tourisme. La ville a lancé de grands projets de développement, comme un port en eau profonde, avec des docks et des entrepôts pour containers, en liaison avec le port de Barcelone, un nouvel aéroport « home » pour le fret, une zone douanière « franche » pour les emballages et expéditions, le stockage et la redistribution en gros des marchandises en provenance du Panamá et d’Europe vers les marchés voisins du sud des États-Unis, etc. Tout cela témoigne d’une vocation croissante à l’insertion dans la globalisation, en tant que métropole de services sur l’échiquier international. Cela conduit à rendre de plus en plus complexe le fonctionnement de la ville, la diversifie et la décentralise, au fur et à mesure que se créent de nouveaux centres fonctionnels.

17Ce polycentrisme a, bien évidemment, des répercussions sur le centre historique et sur les zones attenantes. Comme il a été dit plus haut, la première est le dépeuplement. Les classes aisées l’ont quitté au profit des zones du nord de la ville au cours des différentes périodes de l’essor de la ville, à la fin du xixe siècle et au xxe siècle ; les classes moyennes et populaires, quant à elles, tout comme le commerce, les services, les fonctions administratives n’ont abandonné le centre de la ville qu’à la fin des années 1980. Cette chute démographique de la population du centre historique traduit une dégradation de la qualité de la vie de quartier et la décomposition du tissu social dans la vie quotidienne des vieux quartiers provoquée par l’intensification de la vie économique du centre, par l’augmentation du commerce « formel » et du commerce ambulant mais surtout par la concentration dans ses rues du réseau de communications urbaines de l’aire métropolitaine (un million de personnes, 300 000 véhicules). Certains jours, chaque mois aux heures de pointe, le trafic, insupportable, peut atteindre dans certaines artères 100 000 véhicules par jour. L’adoption d’un schéma polycentrique se heurte au maintien de la centralité de la circulation et du transport public. Le dépeuplement du centre historique de la ville est dû à une série de causes centrifuges : la disponibilité de terrains et de logements à la périphérie, une offre de services urbains minimum financés par la municipalité, qui a partagé ou cédé aux intérêts des promoteurs immobiliers qui cherchent à rentabiliser les terrains acquis au cours des vingt dernières années. Rien que de 1995 à 2005, la municipalité de la ville de Mérida a « municipalisé » c’est-à-dire régularisé et reconnu 200 « fraccionamientos » ou « colonias » nouvelles. Est venue s’ajouter à cette offre de logements, la création de grands centres commerciaux (quatre au cours de cette même période), qui regroupent, dans des espaces fermés et contrôlables, les fonctions du centre offrant commerces, services et administrations, ce qui, auparavant, relevait d’activités publiques se déroulant dans l’espace de la rue devient un espace privé. Un facteur tout aussi important de cet exode est la recherche d’un statut social, le prestige d’un logement neuf et d’une certaine façon populaire, dans le contexte d’une nouvelle société de consommation dominée par les moyens « los medios » où les anciens modes de consommation du centre ne jouissent plus du même prestige que ce qui peut leur être offert dans les nouveaux quartiers de la périphérie ; et en outre dans un contexte où un tiers des foyers dispose déjà d’un véhicule, le centre historique n’offre que peu de places de parking.

18Le dépeuplement du centre constitue un problème de caractère social et de qualité de vie, mais ne signifie pas en soi la perte de la centralité urbaine. Il est la conséquence du fait que la centralité urbaine non seulement s’est maintenue mais qu’elle s’est même accrue au fur et à mesure de la croissance de la ville et de sa métropolisation. Les magasins se sont multipliés, les commerces déclarés ont ouvert des succursales dans les nouveaux quartiers mais n’ont pas fermé leurs magasins du centre les bureaux des services publics des pouvoirs législatif et exécutif, conscients de la valeur symbolique du centre lieu du pouvoir, n’ont pas été déplacés, ni les sièges du congrès, du palais du gouvernement de l’État ni de la municipalité. Le grand marché de la ville, les halles centrales ont vu un doublement de leurs espaces ; cela à la suite de luttes syndicales qui, après la construction d’un nouveau marché d’une capacité de près de 3 000 commerces, ont bloqué la destruction de l’ancien marché d’une capacité de 2 000 commerces tout en occupant illégalement le nouveau, d’où un total de 5 000 emplacements commerciaux fixes. L’opération du marché dans le centre historique de Mérida, avec son accompagnement de commerçants ambulants qui gravitent autour des fournisseurs de marchandises et dont le nombre peut aller de 2 000 à 4 000 selon les périodes de l’année, a fait des rues principales du centre historique un énorme « tianguis ».

19En d’autres termes, le maintien de la centralité économique dans le centre historique, en parallèle avec le développement polycentrique de la métropole et avec un modèle de ville fondé sur l’extension urbaine et non pas sur la densification démographique, a sacrifié en tout premier lieu les habitants du centre, avec tout ce que cela signifie au niveau de la perte d’habitabilité. La disparition des habitants signifie la disparition de l’échelle humaine du centre. La centralité a été favorisée et amplifiée par la croissance urbaine de Mérida et sa conversion en métropole régionale. Mais en même temps la centralité a atteint ses limites de fonctionnement et depuis environ 2002 elle se trouve au bord de la rupture du point de vue de la circulation dans la zone du centre, de l’augmentation du temps donc du coût de transport pour les travailleurs et les étudiants de toute la ville, de la dégradation de l’espace et de l’architecture dans tout le centre de la ville transformé de fait en un immense centre commercial. Tout cela constitue un obstacle à la mise en route d’une réhabilitation d’envergure, capable de lui redonner son ancienne valeur architecturale et de réactiver ainsi le tourisme, ce qui est l’un des autres grands objectifs pour accroître la valeur de la ville de Mérida, et intensifier son insertion dans les marchés et les circuits touristiques internationaux. La centralité donc, renforcée par les mêmes tendances que celles qui ont conduit à une ville polycentrique doit faire face dès maintenant aux contradictions suivantes :

  1. le dépeuplement pour ainsi dire total du centre historique et partiel des quartiers avoisinants ;
  2. des voies publiques asphyxiées qui rendent difficiles toutes les activités qui s’y déroulent ;
  3. la centralité de l’ensemble du transport public, éclaté en 22 entreprises concessionnaires privées, 170 lignes d’autobus avec 5000 véhicules de transport collectif de toutes sortes qui tous, empruntent les artères du centre ;
  4. la hausse du temps-coût de transport de la force de travail dans la ville qui frappe l’économie des classes les plus pauvres et des étudiants des secteurs populaires qui, du fait de ce transport centralisé, doivent effectuer deux ou trois changements pour rejoindre leur lieu de travail ou leur école, et autant pour rentrer. Des études récentes indiquent que le coût des transports s’élève, pour certaines familles où le père gagne seulement le salaire minimum, à près de 40 % de ses revenus. Rationaliser et décentraliser le transport pourrait faire baisser ce coût jusqu’à 15 %.
  5. la multiplication du commerce « formel », du commerce informel et ambulant : au moins 12 000 unités réalisent en moyenne chaque jour des transactions économiques mais en haute saison, par exemple en décembre, leur nombre peut dépasser les 20 000 unités pour l’ensemble du secteur commercial.
  6. L’état de délabrement de l’ensemble du patrimoine historique : 6 700 bâtiments considérés comme ayant une valeur architecturale et appartenant au patrimoine historique du pays et 7 000 maisons constituant l’aire historique centrale de Mérida, ajouté au dépeuplement de l’ancien système des quartiers autour du centre historique, encore 12 000 logements, génèrent une perte en termes de culture et de mémoire historique, difficilement récupérable qui touche, non seulement culturellement mais aussi socialement et économiquement près de 20 000 familles. On peut en effet considérer qu’au moins 30 % du patrimoine architectural du centre historique a été perdu d’une façon totale et irrémédiable, particulièrement dans les vingt dernières années.
  7. Enfin cela représente un obstacle considérable pour les projets urbanistiques de Mérida de valorisation du centre historique du point de vue touristique, rendus impossibles avec un nombre aussi important d’immeubles délabrés et des rues encombrées, saturées de commerces, de vendeurs et de véhicules.

Carte 3 : détail du périmètre A du centre historique de Mérida

Carte 3 : détail du périmètre A du centre historique de Mérida

Élaboration : Marco Diaz Güemez (travail de terrain).

Selon les informations obtenues lors du travail de terrain en avril 2006, les valeurs différentielles du terrain sont groupées en cinq catégories. Nous remarquons la grande différence de coût en fonction des activités commerciales, le marché et les lignes de transport étant les éléments déterminants de la variation du prix immobilier.
La zone de couleur noire concerne les aires de valeur et de prix plus importants. Ces zones correspondent aux marchés centraux, aux rues de commerces spécialisés et aux rues qui entourent la place centrale. Elle est très dégradée quant à son architecture et à son espace urbain. Avec la zone rouge, ce sont plutôt des aires réservées aux activités économiques.
Les problématiques concernant ces cinq zones sont très distinctes. Les zones en jaune et vert présentent un problème d’abandon et d’évasion de la population, avec les conséquences de ce processus : la dégradation des bâtiments et la disparition de la vie résidentielle. La zone orange est une zone de transition qui mélange les activités commerçantes et un nombre croissant de bistrots. De 1995 à 2005, cette aire a souffert d’un fort abandon des résidences.
La zone rouge correspond à une aire d’intense commerce formel, tandis que la zone noire présente le commerce informel, la mendicité, la prostitution et le trafic de drogues (les résidences sont très peu nombreuses). Dans ces deux zones, il y a une concentration de lignes de transport.
Note : les prix sont en pesos mexicains (avril 2006) ; les numéros autour du carré correspondent aux numéros de rues.

Notes

1 Voir à la suite de cette contribution, celle de Jean Rivelois.

Table des illustrations

Titre Carte 1 : l’extension du centre historique de Mérida selon le décret présidentiel de 19
Légende Élaboration : Marco Diaz Güemez (travail de terrain).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/463/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Carte 2 : détail du centre historique de Mérida
Légende Le périmètre A, le plus grand, est celui où la valeur historique est considérée comme la plus importante. Les autres périmètres sont des zones résidentielles. Élaboration : Marco Diaz Güemez (travail de terrain).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/463/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Carte 3 : détail du périmètre A du centre historique de Mérida
Légende Élaboration : Marco Diaz Güemez (travail de terrain).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/463/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 425k

Auteur

Luis Alfonso Ramirez – sociologue, Universidad Autónoma de Yucatán

Claudie Duport (Traducteur)

© Éditions de l’IHEAL, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540