Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Centres de villes durables en Amérique latine : exorciser les précarités ?

 | 
Hélène Rivière d’Arc

Mexico

Mexico. Les populations indiennes face aux transformations du centre historique

Dimension sociale et culturelle du développement durable

Anna Perraudin

Texte intégral

  • 1 Danses rituelles mexicaines reprenant des éléments de la religion précolombienne.
  • 2 Vecindad : forme d’habitat collectif populaire, correspondant traditionnellement à un immeuble div (...)
  • 3 Loyers bloqués, ou rentas congeladas : dans les années 1940, un dispositif légal limite les hausse (...)

1À l’égal d’autres centres historiques en Amérique Latine, celui de Mexico se caractérise par les contrastes entre la richesse patrimoniale du quartier, son potentiel économique, et la pauvreté d’une partie importante de ses usagers [Carrion, 2002, p. 23]. La présence des populations indiennes dans ce quartier illustre bien ces tensions qui prennent une acuité particulière dans le contexte de la réhabilitation du quartier. Les vestiges du Templo Mayor, les fréquentes découvertes archéologiques, les danses des concheros1 évoquant des rituels aztèques, rappellent constamment au visiteur que le centre, avant d’être le siège du pouvoir colonial espagnol, a été le cœur de Tenochtitlán, cité de Moctezuma. Mais il y abrite une autre forme de présence indienne, plus discrète. Il a en effet accueilli une partie de ces migrants, souvent originaires des zones rurales indiennes, qui ont alimenté la croissance démesurée de la mégalopole mexicaine, dans les années 1950-1980. Comme d’autres acteurs populaires, les Indiens se sont installés dans les vecindades2 aux loyers bloqués3 et se sont intégrés à l’activité commerciale qui caractérise ce quartier de Mexico, généralement dans les rangs du commerce informel. Les travaux de la sociologue Lourdes Arizpe sur les « Marías », publiés en 1979, sont les premiers à documenter le quotidien de ces vendeuses otomíes et mazahuas, soulignant leur pauvreté et leur marginalisation [Arizpe, 1979].

  • 4 « La durabilité sociale d’une ville est définie comme un développement (et/ou une croissance) adap (...)

2Deux questions se posent alors, dans le contexte de la réhabilitation des centres historiques qui s’inscrit de plus en plus en Amérique latine sous le précepte du développement durable dans des formes qu’il conviendra de définir pour la ville de Mexico. La première a trait aux modes de coexistence de populations appartenant à des niveaux sociaux différents. En effet, s’il s’agit pour réhabiliter le centre historique de restaurer son attractivité, à long terme, pour les classes aisées et moyennes, on peut se demander dans quelle mesure cet objectif est conciliable avec le maintien dans le même espace de populations pauvres ou « vulnérables », adjectifs par lesquels sont fréquemment désignées les populations indiennes. Un enjeu qui rappelle ceux posés par l’objectif de « mixité sociale », concept très présent dans les sciences sociales en France, transposé dans une société aussi cloisonnée que peut l’être la société mexicaine. Comment, alors, appliquer les principes sociaux du développement durable urbain4 – développement intégral, amélioration de la qualité de vie, participation des acteurs du quartier ?

  • 5 La Guelaguetza est une célébration culturelle axée autour de danses et de musique qui prend place (...)
  • 6 Voir à ce propos le texte de Cecilia Barraza, « El centro histórico, espacio simbólico », août 200 (...)

3La seconde interrogation porte sur la défense du patrimoine qui importe dans ce quartier. La notion de patrimoine s’est beaucoup élargie et problématisée au cours des dernières décennies, en particulier sous l’égide de l’Unesco [Salin, 2001]. L’approche du développement durable urbain, en mettant l’accent sur la multiplicité des acteurs engagés dans la dynamique d’un quartier, loin de la vision qui ramenait la réhabilitation d’un quartier à la conservation de ses monuments ou la modernisation de son infrastructure, va dans ce sens. S’intéresser à la présence indienne dans le centre historique convie à prendre en compte cette complexité. En effet, celle-ci s’inscrit à la fois dans le patrimoine historique des vestiges aztèques ; dans un patrimoine que l’on pourrait qualifier de folklorique, à travers la vente d’artisanat ou certaines manifestations de l’indianité étroitement encadrées (comme les festivités autour de la Guelaguetza5 qui ont lieu une fois par an sur le Zócalo) ; et enfin dans une culture urbaine étroitement liée à la vie dans les vecindades, à l’animation de ces rues commerçantes, à la gouaille de ces descendants des personnages [des] Enfants de Sanchez, décrits par Oscar Lewis dans cette évocation devenue classique de la vie d’une famille dans ces quartiers populaires de Mexico. Trois facettes d’une indianité dont on peut se demander lesquelles seront privilégiées dans la revalorisation du centre historique de Mexico6.

Transformation du centre historique et développement durable

4Depuis les années 1930, le centre de Mexico a fait l’objet de projets de transformation. Les habitants ont bénéficié d’une impulsion particulière après la classification du quartier comme Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO, en 1987, et depuis les années 1990 la zone est le point de mire des investisseurs publics et privés.

  • 7 « Plan estratégico para la regeneración y el desarrollo integral del Centro Histórico ».
  • 8 « El rescate del centro histórico no implica la limpia total de ambulantes », Joel Ruiz, Crónica d (...)

5Nombreuses sont les actions publiques ayant cherché à réorganiser le commerce sur la voie publique. En 1988, Camacho Solís, régent de la ville, orchestre un plan de développement centré sur le déplacement des commerçants ambulants et d’autres travailleurs informels, et l’attraction de résidents des classes aisées. En 1989, Cuauhtémoc Cárdenas, premier chef de gouvernement du District Fédéral, propose un programme de « régénération et de développement intégral7 » qui met aussi l’accent sur la réhabilitation résidentielle, et le développement planifié d’activités économiques, culturelles et sociales. Il exprime la volonté de faire du centre un lieu pour tous. L’administration de Andrés Manuel López Obrador (2000-2005), quant à elle, a établi des couloirs (corredores) qui réordonnent et distribuent les fonctions du centre : couloir culturel, commercial, financier, technologique et de loisirs. Ce que l’on observe dans ces programmes, hormis la constante attention portée à la régulation de l’activité commerciale, au renouveau de l’attractivité résidentielle et au développement d’activités culturelles, c’est le développement d’une approche qui se veut intégrale, sans se limiter à la simple rénovation du mobilier urbain ou à la conservation du patrimoine historique malgré les différences notables entre les administrations. Les déclarations récentes de la dirigeante de la Autoridad del Centro Histórico, institution créée en avril 2007 par l’actuelle administration de Marcelo Ebrard afin de coordonner les actions publiques dans le centre historique, vont dans ce sens. Présentant l’institution devant la presse, Alejandra Moreno précise que l’objectif est de « transformer le centre historique en un lieu où se résoudront les problèmes sociaux et qui fonctionnera selon une approche moderne et intégrale8 ».

  • 9 L’Unesco a joué un rôle important dans cette reformulation (Carrion, 2002, p. 30). Contrastant ave (...)

6Ainsi peut-on considérer que la terminologie du développement durable imprègne de façon croissante la conception des transformations souhaitables du centre9.

Localisation des populations indiennes dans le centre historique, en fonction de l’habitat et de l’activité de commerce

Localisation des populations indiennes dans le centre historique, en fonction de l’habitat et de l’activité de commerce

Carte : Anne Perraudin ; fond de carte : Caroline Stamm.

  • 10 Il s’agit d’ailleurs du nom du programme pour le centre historique impulsé par l’administration de (...)
  • 11 Ce terme, proposé par Ruth Glass et diffusé en particulier par les travaux de Neil Smith, désigne (...)

7Une contradiction apparaît pourtant, qui souligne peut-être, au-delà du cas précis de Mexico, les limites du concept de développement durable. Au fil des ans en effet, la « revalorisation » a fini par être représentée comme le nécessaire « sauvetage » du centre (rescate del centro histórico)10. Une évolution sémantique qui construit, implicitement, l’image d’un lieu sale, dangereux, délaissé, sous-utilisé, afin de souligner l’urgence de la réhabilitation. Sont ainsi désignés les maux du centre : chaos urbain, encombrement des rues, pollution matérielle, visuelle, sonore… etc., insécurité, vice, et ceux qui en sont considérés comme les principaux responsables : les commerçants ambulants [Barraza, 2006]. On peut faire l’hypothèse que les populations indiennes se fondent dans cette masse populaire présentée dans le discours médiatique comme une menace pour le patrimoine du centre historique. La gentrification11 du quartier qui est envisagée à terme dans le projet de réhabilitation du centre historique semble ainsi constituer, au premier abord, une menace directe pour les populations indiennes, en matière d’accès au logement ou à l’activité.

  • 12 L’article 26 de l’Agenda 21 fait notamment référence à la « reconnaissance et à la consolidation d (...)

8Une lecture plus fine permet toutefois de reconsidérer cette hypothèse initiale. De façon plus manifeste encore que d’autres acteurs populaires, les Indiens sont dépositaires d’une diversité culturelle que les principes mêmes du développement durable engagent à préserver et valoriser12. En outre, c’est dans les centres-villes que s’élaborent les représentations qui façonnent l’imaginaire national [Monnet, 1993,

9p. 183] représentations également destinées à être projetées au-delà des frontières. Le tourisme joue là un rôle essentiel : le centre historique devient la vitrine à travers laquelle s’élaborent les images que l’on veut renvoyer aux visiteurs. Dans le cadre de la valorisation patrimoniale du quartier, une mise en scène de l’indianité peut devenir gage de la richesse culturelle et de l’ouverture de la ville de Mexico.

10Peut-on envisager que la requalification du centre ouvre de nouvelles opportunités aux populations indiennes et à quelles conditions ? Les préceptes du développement durable qui permettent dans un premier temps de percevoir les contradictions à l’œuvre derrière l’objectif proclamé d’un développement intégral, permettent-ils aussi de les dépasser ? L’enjeu est finalement de déterminer si la vision d’un développement du quartier qui passerait par le retour des classes moyennes ou aisées, la régularisation du commerce, et le tourisme est compatible avec les intérêts des classes populaires et en particulier de celles porteuses d’une différence culturelle qui, dans le contexte mexicain actuel, peut être stigmate autant qu’atout.

Méthodologie

11Comment entend-on dans cette analyse le développement durable urbain, concept dense, aux frontières parfois floues [Carrion, 2002] ?

12On choisira ici de l’appréhender à partir de la situation des populations indiennes. Avec cet exemple se posent les questions de la pauvreté urbaine, de la cohabitation de groupes sociaux et culturels différents, de la gestion et de la valorisation de la diversité culturelle, questions qui sont au cœur de la problématique du développement durable urbain.

  • 13 Le panorama des acteurs engagés dans la réhabilitation du centre historique est difficile à dresse (...)

13Elles seront ici abordées à travers un angle précis, celui des dynamiques spatiales, considérées comme révélatrices de dynamiques sociales. En effet, l’espace étant une des principales ressources dans le centre historique – ressource rare et disputée, que ce soit pour le commerce ou pour le logement, il fait l’objet d’une constante compétition entre les groupes sociaux qui cherchent à le contrôler [Cross, 1996, p. 96]. C’est à travers son attribution que se cristallisent les tensions inhérentes à la transformation du quartier. Dans ce contexte, les populations indiennes émergent en tant qu’acteurs sociaux en portant des revendications sur deux points principaux : l’accès au logement et le droit à exercer le commerce ambulant. L’analyse se centrera ici sur deux dimensions de l’action du gouvernement de la ville de Mexico, qui touchent à ces deux principaux modes de présence des Indiens dans le centre : le programme de logements indiens de l’INVI (Instituto de Vivienda), mis en œuvre en 2000 et les initiatives de valorisation de l’artisanat, présentées comme alternative pour les commerçants ambulants indiens. Aucun de ces projets n’est élaboré dans le cadre exclusif du centre historique ; aucun ne fait explicitement référence aux objectifs du développement durable dont la rhétorique est jusqu’à présent peu présente dans les actions publiques de la Ville de Mexico13. Pourtant, c’est bien de cela qu’il s’agit : de la possibilité, pour une population donnée, de s’inscrire durablement dans un territoire urbain en profonde restructuration.

  • 14 L’enquête a été initiée dans le cadre de mon DEA, « Identités, mobilités et politiques publiques : (...)

14Une partie essentielle des données a été recueillie entre septembre 2003 et avril 200714, par le biais d’entretiens et d’observations auprès des Indiens du centre ou des responsables des programmes cités. Au-delà de l’étude de la dimension institutionnelle des programmes mentionnés et de leurs résultats, une attention particulière sera accordée aux représentations qui sont construites de l’indianité dans le centre à travers ces programmes, ainsi qu’aux stratégies d’adaptation des Indiens aux transformations du centre.

Être Indien dans le centre historique de Mexico :un aperçu des pratiques quotidiennes

Enjeux de définitions : délimitation des populations concernées

  • 15 La définition de l’indianité continue à alimenter de nombreux débats, en particulier lorsqu’il s’a (...)

15Chercheurs comme institutions se heurtent à une difficulté majeure : l’impossibilité d’identifier de l’extérieur, sans avoir recours à des critères arbitraires, les individus indiens ou d’origine indienne15. Nombre de personnes qui assument leur identité indienne au niveau privé ne la revendiquent pas de façon publique.

16Deux définitions peuvent être évoquées. La première est opérationnelle et guide les institutions publiques à Mexico. Sont retenus comme critères : l’appartenance – que l’individu soit originaire d’un village indigène ou parle une langue autochtone – et l’auto-désignation – que l’individu affirme se sentir membre d’un peuple indien et soit reconnu par ce peuple comme l’un des siens. L’origine territoriale et l’appartenance communautaire des individus sont donc déterminantes dans cette perspective. La deuxième définition prime dans les sciences sociales. En rupture avec une perspective essentialiste, elle mettra plutôt l’accent sur le fait que « l’Indien » est avant tout une construction sociale et historique. Une catégorie imposée par le colonisateur aux populations autochtones, qui s’inscrit dans une relation de domination et de discrimination, et homogénéise une réalité très diverse. La frontière entre Indiens et non Indiens, qui façonne les représentations et les rapports sociaux de la société mexicaine, repose sur une dichotomie qui oppose tradition et modernité, ruralité et urbanité. La vision de communautés indiennes fermées, rurales, perdure ainsi dans l’imaginaire collectif [Bonfil, 1987 ; Pineda, 2003].

  • 16 On peut citer par exemple l’association Artesanos Indígenas Otomís Seminario Templo Mayor A. C., q (...)
  • 17 Direction chargée des Indiens dans le District Fédéral. Cf. infra pour plus d’informations sur cet (...)
  • 18 Document interne de la D.A.I., communiqué en janvier 2004.

17Par leur seule présence, les Indiens établis dans la ville bousculent cette vision duale sur laquelle s’était construite la définition de l’indianité. Les représentations traditionnelles n’étant manifestement plus opérantes qui, dans le centre, est identifié ou s’identifie comme Indien ? Il existe des associations indiennes qui se définissent dans l’espace public en fonction de leur identité ethnique. Elles ont été structurées à la fois par les parcours migratoires de leurs membres et par leurs stratégies d’insertion urbaine. Les organisations indiennes présentes dans le centre historique regroupent en effet en général des personnes issues d’un même village d’origine et/ou partageant un même espace de vente ou de résidence à Mexico16. L’état a joué un rôle important dans leur formalisation, dans les années 1990 [Igreja, 2005 ; Sanchez, 2003]. Elles se distinguent d’autres types d’organisations indiennes sur deux points principaux : d’abord, elles formulent des demandes d’ordre économique et social, plus que culturel ; ensuite, leurs représentants ne correspondent pas au profil de l’élite intellectuelle indienne que l’on retrouve dans d’autres associations : parfois analphabètes, ils ont généralement été formés dans des ateliers organisés par les pouvoirs publics ou des ONG. Il s’agit de petites structures : un document interne de la Dirección de Atención a Indígenas del D.F. (D.A.I.)17 recensait, en 2002, 36 associations, comptant de deux à 186 membres18.

18Se référer à ces associations permet d’identifier des personnes qui se reconnaissent comme indiennes sans pour autant le traduire nécessairement par des marqueurs ethniques forts – la plupart ne portent pas le vêtement traditionnel, par exemple. C’est essentiellement leurs membres qui seront désignés ici comme « les Indiens dans le centre ».

  • 19 Comisión Nacional para el Desarrollo de los Pueblos Indígenas, Indicadores socioeconómicos de la p (...)
  • 20 Ce chiffre aurait été obtenu à partir du Conteo de Población y Vivienda 1995.
  • 21 La delegación Cuauhtémoc a établi ce chiffre en additionnant les résidents des logements indiens i (...)

Quelques chiffres, à titre indicatif : à l’échelle de la ville de Mexico, on estime selon les sources qu’il y a entre 350 000 et deux millions d’Indiens (soit 1/10e de la population totale). La première langue indienne dans le District Fédéral est le nahuatl, suivie de l’otomi19. Évaluer la part de la population indienne dans le quartier du centre historique est plus difficile encore, puisqu’il dépend de deux entités administratives. Le chiffre le plus ambitieux fait état de 44 280 personnes (environ 25 % de la population résidente du centre) (Coulomb, 2001 : 40)20 ; le plus prudent, de 11 000 résidents indiens (soit moins de 10 % de la population résidente)21.

Les Indiens dans la Ville de Mexico : migrants et résidents, la lutte pour l’espace

  • 22 Voir L’Histoire de Mexico de Serge Gruzinski (1996), pour un détail des différentes mesures qui te (...)
  • 23 L’évolution en la matière, dans le domaine des sciences sociales, intervient en 1978 avec l’ouvrag (...)

19Les représentations de la ville se sont fondées au cours du temps sur une mise à l’écart symbolique des populations indiennes, ou sur une fiction assimilatrice (Escalante Betancourt, 2005 : 10)22. C’est particulièrement vrai dans le quartier du centre, siège du pouvoir colonial, qui s’est construit historiquement en opposition avec les Repúblicas de Indios (San Juan Tenochtitlán au Sud et Santiago Tlatelolco au Nord) assignées à la population indigène. Dans la pratique, la séparation des colonisateurs et des populations autochtones est restée en grande partie lettre morte, cédant devant une fluidité sociale et spatiale qui a constamment défié l’établissement de catégories et de localisations figées : la ville de Mexico et son centre ont toujours connu la présence des Indiens [Gruzinski, 1996, p. 233]. Toutefois, ces derniers sont longtemps restés invisibles aux yeux des citadins et de leurs administrateurs23. C’est dans cette mise en perspective historique qu’il convient d’appréhender l’actuelle reconnaissance des populations indiennes et leur émergence comme acteurs dans le centre de Mexico.

20Des catégories se sont mises en place pour désigner les populations indiennes dans le contexte urbain. Une première distinction a été établie entre populations « migrantes » et populations « originaires ». Dans le premier cas, il s’agit d’acteurs ayant quitté leur lieu d’origine pour gagner la ville de Mexico. Dans le second en revanche, c’est la ville qui s’est déplacée jusqu’à eux, le tissu urbain ayant grignoté des zones rurales au fur et à mesure de la croissance de la mégalopole (à Milpa Alta et Xochimilco par exemple). Un troisième terme est venu s’insérer depuis quelques années dans ce binôme, celui de « résidents », à la demande des populations indiennes elles-mêmes. Installées parfois depuis des générations dans la ville de Mexico, ces dernières récusaient le terme de « migrants », estimant qu’il les renvoyait à un statut d’extériorité à la ville et niait la durabilité et la légitimité de leur présence. Les Indiens des organisations du centre historique ont participé activement à cette exigence de reconnaissance d’un droit à la ville.

  • 24 Il ne s’agit pas ici d’affirmer que les menaces d’expulsion ne sont jamais mises en œuvre, au cont (...)

21Dans le cas de ces derniers, en effet, être reconnu comme « résident » permet aussi de revendiquer un droit à l’espace urbain qui s’avère fondamental : leur quotidien est marqué par une précarité économique qui se traduit spatialement. Beaucoup occupent des immeubles dégradés ou des terrains vagues, souvent restés sans propriétaires après le tremblement de terre de 1985. Rares sont les groupes indiens qui n’ont pas eu affaire à une demande d’expulsion. Si la longévité de nombreux groupes dans leurs lieux de résidence dément dans les faits la mise en exécution de cette menace, l’angoisse des occupants n’en est pas moins réelle24. La conséquence est finalement la même dans l’expérience de vie des acteurs : l’espace de résidence est perçu comme pouvant être perdu à tout moment.

22La même sensation d’instabilité prévaut dans l’activité économique : certains hommes travaillent dans la construction, mais la grande majorité des Indiens du centre gagnent leur vie par le commerce sur la voie publique. Beaucoup se disent donc préoccupés face à la difficulté accrue, depuis quelques années, à la suite de l’opération de réhabilitation des rues centrales, pour obtenir des permis de vente lors d’occasions spéciales (romerías), ou face au risque de perdre un espace de vente acquis au fil des ans.

Être Indien dans le centre : un atout ? Émergence de revendications identitaires

  • 25 Un concept qui sera employé dans ce texte, avec les réserves évoquées précédemment, parce que ce m (...)
  • 26 Le fait que les membres de ces trois groupes soient mis en avant par les institutions, sur la base (...)

23Dans le centre historique de Mexico, trois groupes communément identifiés par leur ethnie25 se détachent : des Mazahuas et des Otomis, originaires de l’État de Mexico, des Triquis, originaires de l’État de Oaxaca. Leur visibilité croissante, notamment auprès des institutions publiques et privées26 tranche avec l’occultation des marqueurs identitaires ethniques qui primait jusqu’il y a peu. Le centre deviendrait-il un espace propice à la valorisation d’une identité indienne ?

  • 27 Le précédent Fideicomiso du centre historique (1990 – 2002), sous la direction de René Coulomb, me (...)
  • 28 Cf. le site internet de l’institution : http://www.equidad.df.gob.mx/indigenas/consejo.html.
  • 29 D’après les travaux de Marta Zembrano, une dynamique comparable se met en place à Bogota : émergen (...)

24Deux éléments d’explication peuvent être avancés. Le premier est lié à l’ouverture d’un espace de reconnaissance institutionnelle des populations indiennes, dans le D.F. en général et dans le centre-ville en particulier. Si le programme actuel de revalorisation du centre historique ne fait pas directement allusion aux populations indiennes27 plusieurs institutions ont été créées pour elles au niveau local. La Dirección de Atención a Indígenas (D.A.I.), qui apparaît en 1998 à l’échelle du D.F., a pour objectif d’orienter les populations indiennes vers les programmes qui les concernent et de défendre leurs intérêts. Une instance consultative qui regroupe fonctionnaires et représentants indiens a été mise en place simultanément28. Au printemps 2004, une structure similaire a vu le jour à l’échelle de la delegación Cuauhtemoc qui administre la majeure partie du territoire du centre historique. Ces espaces de défense des Indiens et de valorisation de l’indianité sont également des espaces de négociation29 puisque les principales initiatives sont discutées avec les représentants des organisations indiennes.

  • 30 Cité par Rebecca Igreja, « Deux expériences multiculturalistes en milieu urbain : les organisation (...)

25Autre élément déterminant : l’intérêt pour les Indiens d’adopter une stratégie de distinction par rapport à d’autres secteurs de la population du centre, dont l’image est très négative. Comme l’explique un représentant mazahua à Rebecca Igreja, anthropologue : « Quand nous sommes arrivés, il y avait beaucoup de discrimination parce qu’Indiens, pour eux, ça voulait dire marginaux, mais maintenant qu’il y a tellement de problèmes, tellement de délinquance et de violence dans la ville, nous ne sommes plus les pires, nous ne sommes plus la menace »30. On peut considérer que le contexte de forte compétition pour l’espace, caractéristique du centre historique et amplifié par le programme de revalorisation de ce quartier, favorise ces stratégies.

26Compétition pour l’espace et reconnaissance institutionnelle concordent ainsi pour faire de la revendication de l’identité indienne un atout dans le centre historique, dans certains contextes.

Le logement, vers la conquête de la centralité ? Lutte pour une inscription durable dans le centre

Une situation de marginalité au cœur de la ville

  • 31 Centre et centres : il est important de signaler que, parmi ces logements, aucun ne se trouve dans (...)
  • 32 Un quartier touristique au Nord du métro Insurgentes qui n’appartient pas à strictement parler au (...)

27Il n’existe pas à Mexico de ségrégation urbaine à l’encontre des populations indiennes [Hiernaux, 2000], c’est-à-dire de quartiers de relégation dans lesquels la densité de population serait particulièrement importante. Une liste de logements établie par l’INVI et recensant 41 habitats indiens témoigne de leur dispersion. Parmi ceux situés dans le centre, nombreux sont établis dans la zone Nord-Ouest du centre (Belisario Domínguez, República de Cuba, Argentina, Lopez…) ou dans la zone Sud-Est (Mesones, Santo Tomás, Juan de la Granja, c’est-à-dire autour de la Merced)31 ; la plupart des Otomis vivent dans la Zona Rosa32.

28L’arrivée des migrants indiens dans le centre s’est produite de la même façon que celle des autres classes populaires : le marché de la Merced était dans les années 1970 une formidable source d’emplois non-qualifiés et se trouvait de surcroît à proximité de la gare centrale d’autobus par laquelle arrivaient les migrants dans la capitale. Mais, contrairement au schéma établi par John Turner (Turner, 1968), selon lequel le passage des migrants dans les centres n’était qu’une étape avant leur installation dans la périphérie, certains y sont restés. Doit-on lire cette inscription territoriale, parfois après plusieurs générations dans la ville, comme un choix par défaut, qui indiquerait l’absence d’alternatives résidentielles ?

  • 33 Paisanos : personnes issues d’un même village ou d’une même région.
  • 34 Au cours des entretiens, il est apparu que les personnes interrogées avaient presque toujours eu d (...)
  • 35 Spécialité culinaire à base de porc dont les Mexicains sont friands.

29Deux cas peuvent être retenus pour la constitution des habitats occupés par des Indiens : soit des familles issues d’un même village vivent ensemble (le réseau de paisanos33 est constitutif) ; soit des familles indiennes provenant de régions diverses partagent un logement, souvent avec des personnes rencontrées dans le cadre de leurs activités en ville (le modèle de la vecindad prime). Dans tous les cas, l’habitat est extrêmement dégradé : terrains vagues ou immeubles insalubres, non aérés, surpeuplés, aux installations d’eau, d’électricité et de sanitaires insuffisantes, humides. Leur occupation a souvent été favorisée par le tremblement de terre de 1985 qui a fortement affecté le centre : face à l’ampleur des dégâts, de nombreux propriétaires ont abandonné immeubles et terrains, restés vacants. L’exercice du commerce ambulant explique aussi que certaines familles aient choisi de rester dans le centre : vivre sur place est un avantage indéniable34. Le logement acquiert alors une fonctionnalité particulière : il peut servir d’entrepôt pour les marchandises ou de lieu d’élaboration de la nourriture. Les femmes utilisent par exemple la cour de l’immeuble dans lequel elles vivent pour préparer le chicharrón35 qu’elles iront vendre ensuite dans les rues. La proximité du logement permet aussi de s’adapter rapidement aux situations : que le ciel se charge lors de la saison des pluies et les vendeurs se précipitent chez eux pour y chercher les capes en toile plastique qu’ils proposeront aux passants dès la première goutte.

Le programme de logement de l’INVI : vers la conquête de la centralité ?

30En 2000, l’Instituto de Vivienda (INVI) met en place un programme de logements spécifiquement destinés aux populations indiennes. Partant du constat que celles-ci n’ont pas accès aux programmes de logements déjà existants en raison de leurs faibles revenus – des revenus qu’il est d’ailleurs difficile de justifier puisqu’ils reposent souvent sur une activité informelle – l’INVI répond à l’une des principales demandes des associations indiennes. Entre 2001 et 2006, 41 dossiers ont été traités, à des stades différents ; 450 logements sont prévus. Le programme avance cependant très lentement (seuls sept immeubles étaient terminés en novembre 2006, et sept autres étaient en bonne voie).

31Pour mettre en œuvre ce programme d’accès à la propriété, il s’est agi avant tout d’adapter les règles d’opération de l’institution aux conditions de vie spécifiques des Indiens : échelonner les crédits sur une durée très longue (une trentaine d’années) avec un taux de remboursement bas, adapté à la situation socioéconomique de chaque famille ; permettre la construction de logements plus grands pour accueillir des familles souvent nombreuses. Le rôle de l’INVI est avant tout de fournir les crédits. Autant que possible, il est prévu que les résidents demeurent sur le terrain qu’ils occupaient, s’ils le souhaitent et parviennent à l’acquérir.

  • 36 En incluant la Zona Rosa et Tepito.

32Si ce programme s’applique à l’ensemble du District Fédéral, il est étroitement lié dans les faits au centre historique et à sa réhabilitation. D’une part, les demandes de logement traitées concernent pour beaucoup des terrains situés dans le centre36 : c’est le cas de 27 projets sur 41. C’est en effet dans ce quartier que résident les groupes indiens les mieux constitués, qui ont le meilleur accès à l’information et sont donc les plus aptes à suivre la procédure complexe de constitution du dossier. C’est là aussi que se trouvent beaucoup d’immeubles considérés comme « à haut risque », souvent occupés par des Indiens et traités prioritairement. D’autre part, l’accomplissement des objectifs du programme dépend pour beaucoup des transformations du centre : immeubles classés par l’Instituto Nacional de Antropología e Historia (INAH) pour leur valeur patrimoniale, hausse du foncier, réapparition de propriétaires qui avaient disparu pendant des années, etc. Ces éléments liés à la revalorisation du centre sont autant d’obstacles pour que des individus aux faibles revenus puissent y acquérir un terrain.

33Au moment d’un premier bilan, en février 2004, on pouvait ainsi avoir des doutes sur la capacité de ce programme à maintenir les populations indiennes dans la zone centrale. Seuls trois projets avaient alors abouti. L’un d’eux avait permis a un groupe otomi de devenir propriétaire du terrain vague que les familles occupaient depuis dix ans, dans une zone résidentielle aisée (Roma) : une réussite, très médiatisée. Dans les deux autres cas, les groupes avaient dû être relocalisés dans deux quartiers de très mauvaise réputation (Tepito ; colonia Buenos Aires), situés dans la première ceinture populaire autour du centre. Les autres projets étaient en suspens. Le programme n’aboutissait-il donc pas finalement à une relégation des populations indiennes hors du centre historique ?

  • 37 Institution du gouvernement fédéral destinée aux populations indiennes, la Conadepi a pris en 2003 (...)

34Trois ans plus tard, le bilan est plus nuancé. Parmi les groupes candidats résidant dans l’espace central, la majorité de ceux dont le projet aboutira devraient bien devenir propriétaires de leur terrain. Comment expliquer ce changement ? Un mécanisme de financement additionnel, destiné exclusivement aux projets portés par des groupes indiens, a été mis en place par la Conadepi (Comisión Nacional para el Desarrollo de los Pueblos Indígenas)37. Une partie de ce budget est destinée à la construction d’une salle dite communautaire, dans laquelle le groupe peut se réunir, donner des cours de langue, organiser des ateliers d’artisanat, etc. Cette pièce qui a pour but explicite de favoriser la « reproduction » de la culture indienne dans la ville, distingue de fait structurellement les immeubles indiens de ceux occupés par les autres secteurs de la population urbaine. Le reste du crédit permet de financer le surcoût d’une restauration patrimoniale des immeubles ou d’acheter le terrain. Un changement essentiel s’est donc opéré. Avec les seuls crédits de l’INVI, la démarche consistait à compenser un handicap économique et social, permettant aux Indiens de bénéficier des mêmes avantages que les autres secteurs populaires. Avec la participation de la Conadepi, le programme prend une autre dimension : l’identité culturelle est valorisée par le biais de la salle communautaire, et un avantage est institué pour les populations indiennes par rapport à d’autres populations à faibles revenus, puisque c’est la manifestation de leur différence culturelle qui leur permet en partie de contourner la hausse des prix du foncier dans le centre-ville.

L’entrée d’un immeuble occupé par des familles otomis, dans le quartier Roma. Très dégradé, il est inclus dans le programme de réhabilitation de l’INVI. © Anna Perraudin.

35De forts bémols doivent toutefois être émis. Peu de projets ont été mis en place, et ceux qui l’ont été avancent à un rythme très lent, au gré des aléas de la procédure d’acquisition des terrains. Les litiges sont fréquents entre des personnes qui revendiquent soudain un droit de propriété sur le terrain parfois après l’avoir abandonné pendant des années, et ses nouveaux occupants. Cette lenteur est d’autant plus pénalisante que rien ne permet d’assurer que le programme sera maintenu suite au changement d’administration (locale et fédérale) qui a eu lieu en juillet 2006. Au bout du compte, le programme n’a été accessible qu’à une fraction minime de la population indienne et ne saurait en aucun cas être considéré comme le garant du maintien de cette population dans le centre. Les quelques succès qu’il a connus jusqu’à présent, et les principes sur lesquels il repose, méritent toutefois d’être soulignés : en ouvrant l’accès à la propriété à des populations économiquement vulnérables, il a garanti à ceux qui ont pu en bénéficier une inscription durable dans le centre historique. Le mécanisme, mis en place sans concertation apparente avec les responsables de la réhabilitation du centre, va à l’encontre de l’objectif de gentrification.

Le tourisme, une alternative aux restrictions du commerce ambulant ?

Offrir un espace aux artisans : inclure les Indiens dans la revalorisation du centre, ou générer de nouvelles exclusions ?

  • 38 Pour reprendre un terme fréquemment employé à Mexico tant par les institutions publiques, les médi (...)

36Les Indiens sont soumis, au même titre que les autres commerçants, au durcissement de la répression à l’encontre de la vente ambulante. D’après leurs représentants, ils seraient d’autant plus affectés qu’ils occupaient les zones qui ont été les premières « nettoyées »38 (le Zócalo, les abords de la cathédrale et la plaza Seminario, les rues autour du métro Allende) soit celles qui n’étaient pas contrôlées par les grandes organisations de vendeurs ambulants. Ils s’estiment donc particulièrement lésés par rapport à ces dernières, qui bénéficient selon eux d’un rapport de force plus favorable auprès des autorités.

  • 39 La recherche de solutions spécifiques pour les populations indiennes est cependant comprise dans l (...)
  • 40 D’après un document interne de la D.A.I., non daté, communiqué en octobre 2005.

37Une série d’initiatives vise pourtant à défendre les commerçants indiens, en leur proposant des alternatives à la vente dans la rue. Elles sont dans l’ensemble portées par les institutions du gouvernement local en charge des populations indiennes39, qui servent d’intermédiaires entre les représentants indiens et d’autres instances gouvernementales, principalement la Secretaría de Turismo et la Secretaría de Vía Pública. Voici quelques exemples de propositions énoncées dans ce cadre institutionnel pour permettre aux Indiens de rester dans le centre40 :

  1. permis de vente dans la rue lors d’événements ponctuels : marché de Noël et foires itinérantes ;
  2. construction d’un « couloir touristique et culturel permanent » (corredor turístico-cultural permanente), dans lequel les vendeurs d’artisanat pourraient valoriser leurs produits sur des stands fixes, tout au long de l’année ;
  3. accords avec des hôtels ou de grands restaurants, afin que ceux-ci créent des espaces de vente ;
  4. création d’une place commerciale artisanale, projet-phare, toujours en discussion. Dans ce « centre de la diversité culturelle », on pourrait déguster la gastronomie régionale, écouter de la poésie indienne, voir des spectacles de danse… et acheter de l’artisanat ;
  5. Incitation à la création d’entreprises « incorporant la variable culturelle »41, grâce à des microcrédits : les Indiens sont invités à présenter des projets autour de la gastronomie, de la traduction, de l’écotourisme, du développement agricole ou de la protection de l’environnement.

Sur les pourtours du Zócalo, une femme triqui vend à la sauvette un mélange d’artisanat et de fayuca (articles manufacturés d’importation, suspectés de circuler dans des circuits de contrebande). © Anna Perraudin.

  • 42 Document interne à la Dirección de Atención de Indígenas del D.F., consulté en février 2004.

38On le voit, la plupart de ces propositions, uniquement axées autour de l’artisanat, masquent autant que possible leur fonction commerciale derrière un justificatif culturel. Par ailleurs elles laissent de côté la majorité des commerçants indiens, puisqu’une étude de la D.A.I. sur les organisations indiennes de commerçants42 révèle que, parmi les 2000 vendeurs qui reconnaissent leur identité indienne à travers cette affiliation, seuls 700 vendent de l’artisanat. Les 1300 autres vendent de la nourriture, ou des marchandises variées : disques, textile manufacturé, sacs en plastique, piles et autres babioles.

39Certes, plusieurs éléments justifient un tel appui aux artisans dans le centre. L’artisanat étant destiné à une clientèle particulière, il est compréhensible que ses points de vente soient proches des zones touristiques et bénéficient d’aménagements spécifiques. Le développement de contrefaçons d’importation a en outre fait prendre conscience au Mexique de la nécessité de valoriser un artisanat national de qualité. Mais cette survalorisation de la figure de l’Indien artisan repose sur une série d’associations d’idées qu’il convient d’analyser.

  • 43 Extrait de l’article 23 de la Convention 169 OIT : « L’artisanat, les industries rurales et commun (...)

40L’artisanat est certes un savoir-faire traditionnel de certaines populations indiennes. L’État mexicain s’est engagé à le respecter lorsqu’il a signé la Convention 169 de l’Organisation Internationale du Travail sur les peuples autochtones, dont l’article 23 énonce le lien entre la production d’artisanat et l’expression de cultures indigènes43. La dynamique globale de reconnaissance des populations autochtones véhicule donc une image qui, si elle concorde avec certaines pratiques locales, les décontextualise pour renforcer les représentations traditionnelles mexicaines [Lavaud, 2006, p. 60] : l’artisanat devient un attribut constitutif de l’indianité.

41La diffusion de cette représentation conventionnelle de l’Indien artisan peut aussi être analysée à la lumière des rapports de pouvoir qui déterminent l’élaboration des politiques publiques à l’égard des Indiens à l’échelle de la ville de Mexico. Le gouvernement du D.F. se trouve en effet dans une position délicate : engagé à promouvoir la diversité culturelle, il n’a pas pour autant les moyens (politiques et financiers) d’aider l’ensemble de la population indienne. En construisant des définitions de la culture indienne claires et opérationnelles, il devient possible de sélectionner rapidement un groupe restreint qui bénéficiera de mesures concrètes. En outre, focaliser l’attention sur les artisans et mettre l’accent sur la culture peut occulter les difficultés économiques et sociales auxquelles est soumise une partie beaucoup plus importante de la population indienne du centre. L’image de l’Indien artisan est probablement plus apte à convaincre des investisseurs soucieux de développer l’image culturelle du centre, qu’un long plaidoyer exposant la complexité et la diversité de la situation des Indiens en milieu urbain.

  • 44 Dans la rue de Uruguay.
  • 45 Tunique traditionnelle, portée par les femmes indiennes.
  • 46 On butte finalement sur un des travers des politiques multiculturelles qui, comme l’a exposé Miche (...)

42On peut donc postuler que ce qui intéresse ici avant tout c’est le sceau d’authenticité que les Indiens vont apporter aux produits vendus ou au lieu de vente. En effet, dans aucun des projets évoqués il n’est fait de distinction entre producteurs et vendeurs d’artisanat. Peu importe finalement que la marchandise soit le fruit d’un travail artisanal ou ait été achetée à la « plaza de artesanias » – dans ce centre commercial situé en plein centre44 – on peut voir des vendeuses en huipil45 acquérir les stocks de colliers de perles qu’elles vendront ensuite aux passants. Ce qui compte, c’est l’association artisan/indien, la promesse d’authenticité et la touche de folklore qu’elle connote. À travers ces jeux d’intérêts se met alors en scène dans le centre un imaginaire qui conforte la dichotomie traditionnelle entre Indiens/non Indiens, tradition/modernité et campagne/ville46.

43Au-delà de ces propositions, quels espaces du centre sont réellement accessibles aux Indiens artisans ? Au cours des années, ils se sont particulièrement réapproprié deux zones du centre. La première, la Plaza Seminario, leur avait été attribuée tacitement par Cuauhtémoc Cárdenas, durant son mandat de maire de Mexico (1997-1999). Situé entre la cathédrale et le Templo Mayor, faisant face au Zócalo, son emplacement était considéré comme idéal par les vendeurs. La place a cependant été évacuée au printemps 2005 sous prétexte d’un conflit entre artisans et grandes organisations de commerçants ambulants, en réalité dans le cadre des travaux de rénovation du centre historique. Des massifs de fleurs ont été installés, la vente est interdite, sans qu’aucune solution alternative n’ait été proposée aux commerçants (hormis les sempiternels projets de place commerciale). La place a été rebaptisée. Elle porte aujourd’hui le nom de Manuel Gamio, découvreur du Templo Mayor mais aussi premier directeur de l’Institut National Indigéniste : curieux hommage aux Indiens, sommés de quitter les lieux.

44La deuxième zone du centre réservée aux populations indiennes, la Plaza Santo Domingo, leur a été attribuée par le biais de la D.A.I. en 2004. Proche du Zócalo, abritant l’ancien siège de l’Inquisition et bordée d’harmonieux bâtiments baroques, la place bénéficie d’un fort potentiel touristique. Elle est pourtant relativement isolée : d’après la répartition des activités commerciales par rues qui caractérise le centre historique, elle correspond au quartier des faussaires. La clientèle de l’artisanat n’arrive donc que rarement jusqu’aux commerçants. Par ailleurs, non seulement les projets qui visaient à redynamiser la place et à restaurer son attractivité se sont fait attendre, mais rien ne garantit qu’ils bénéficieront aux Indiens s’ils finissent par voir le jour. En effet en décembre 2006 les vendeurs ont été sommés de quitter les lieux. Après négociations, ils ont réussi à obtenir un prolongement de leur permis de vente, sans savoir jusqu’à quand ce sursis leur sera accordé. Il est donc possible que les artisans aient à quitter Santo Domingo lorsque sa réhabilitation aura lieu dans le cadre du programme de rénovation du centre historique, tout comme ils ont dû quitter la Plaza Seminario.

45On constate donc un net décalage entre les grandes tractations autour de la présence des populations indiennes dans le centre et les aménagements réellement mis en place. Tandis que l’on proclame la valorisation de la diversité culturelle et de l’artisanat, les mêmes artisans ont été expulsés de la Plaza Seminario ou relocalisés temporairement sur la Plaza Santo Domingo, à l’écart du cœur de la ville.

Tourisme, globalisation et compétition pour l’indianité : artisans vs. danzantes

  • 47 On se référera à l’ouvrage de Jacques Galinier et d’Antoinette Molinié, Les néoindiens, une religi (...)

46Parallèlement, s’impose une autre représentation de l’indianité dans l’espace central : celle des danzantes ou concheros. Affublés d’un costume qui prétend reproduire celui des Aztèques, ils réalisent des danses et des rituels de purification sur le Zócalo ou aux abords du Templo Mayor, entourés d’un cercle de badauds et de touristes, et y vendent des bibelots (reproductions du calendrier aztèques, bijoux, livres, cendriers en forme de crâne…). Eux aussi participent à la compétition pour l’appropriation de l’espace central. N’ayant à proprement parler aucun point commun avec les Indiens migrants évoqués ici47 (ils sont souvent issus de la classe moyenne urbaine), ils mettent en scène une autre facette de l’indianité : celle de l’Indien mythique et glorieux d’avant la conquête [Bravo, 1993], teintée de spiritualité ou de religiosité new-age.

  • 48 D’après mes observations de la Feria de la Diversidad Cultural et de l’Asamblea de Consulta de Ind (...)

47Celle-ci, reflet d’un passé idéalisé auquel les Mexicains aiment se rattacher, mais aussi spectacle et animation touristiques aux abords des monuments préhispaniques, correspond bien aux ambitions du centre en matière d’attractivité touristique et de valorisation du patrimoine culturel et historique. Les concheros ne semblent ainsi pas connaître les mêmes difficultés que les autres commerçants pour occuper l’espace central. Au-delà de cette tolérance plus marquée à leur égard, on voit s’opérer des glissements entre ces deux facettes très distinctes de l’indianité, celle des Indiens d’hier et celle des Indiens d’aujourd’hui. Les danzantes sont très présents dans les assemblées consultatives ouvertes aux populations indiennes au niveau local. Ils y sont reçus au nom du respect de la diversité culturelle. Leurs revendications, pourtant très distinctes de celles des Indiens migrants, tendent à masquer la voix de ces derniers48.

48Indiens artisans ou « Indiens » danzantes : ces représentations lisses et consensuelles ne correspondent que partiellement à la réalité de la présence des Indiens migrants dans le centre et à cette population extrêmement hétérogène, en partie intégrée à la culture urbaine. Que deviennent les acteurs qui ne correspondent pas à ces catégories, et représentent pourtant la majorité de ces populations indiennes dans le centre ?

Stratégies de contournement

49Comment les vendeurs indiens contournent-ils ou utilisent-ils les représentations qui sont construites pour s’assurer un espace de vente dans le centre ? D’après mes observations, on peut distinguer trois types de stratégies développées par les commerçants indiens pour faire face aux transformations du centre historique. Elles correspondent à des degrés de mobilisation de l’identité ethnique et à des modes distincts de rapport à l’espace.

Mettre en avant l’indianité pour gagner sa place dans le plein centre

  • 49 C’est le cas notamment lors des réunions avec les institutions. Cristina Oehmichen, dans ses reche (...)

50Un premier type de stratégie consiste pour les acteurs à modifier pratiques et discours afin de pouvoir être identifiés à l’image des Indiens telle qu’elle est valorisée dans le centre. Cela peut prendre plusieurs formes. Porter le vêtement traditionnel lorsque les circonstances s’y prêtent est un premier recours49. Un représentant triqui n’hésite pas à reconnaître qu’il est devenu un atout pour vendre : « Comme ça, on nous reconnaît et on nous respecte » (Benancio). Il est aussi de plus en plus courant de croiser dans les rues du centre des femmes portant le vêtement traditionnel. Enfin, certains représentants développent un discours autour de la culture, de la tradition ou de l’artisanat. Il s’agit de rappeler que les Indiens ont été à l’origine du commerce ambulant dans le centre historique, faisant valoir ainsi un argument d’ancienneté qui légitime la présence dans les rues du centre. Le discours de la différence culturelle est repris, en lien avec la réhabilitation du centre. « Ils disent qu’ils veulent sauver le centre, sauver le patrimoine, mais la culture ce ne sont pas les pierres, la culture c’est nous, les Indiens » (Alfredo).

  • 50 Si Magdalena a parfaitement su s’adapter aux attentes des autorités, cette mise en valeur de l’ide (...)

Le cas de Magdalena :
Une vendeuse mazahua offrait jusqu’à mai 2006 une magnifique illustration de cette stratégie fondée sur la mise en valeur d’une identité indienne en partie renégociée. Pendant sept ans, Magdalena a occupé le même espace, idéalement situé, à la sortie d’une bouche de métro, en face de la Haute Cour de Justice. Passée maître dans l’art du compromis avec les autorités, cette représentante dirigeait une vingtaine de vendeurs de différentes ethnies, qu’elle sélectionnait attentivement. La condition première était de parler une langue indienne. En 2003, Magdalena ne vendait que de la pacotille (babioles en porcelaine, cabas en plastique, chaussettes en nylon, etc.). Au bout de quelques mois sont également apparus sur ses stands quelques objets d’artisanat (des sucreries et quelques bijoux en argent). Magdalena disposait ses stands selon un schéma établi en accord avec le gouvernement : la marchandise était disposée sur des couvertures à même le sol, conformément à la tradition du tianguis indigène, mais avec beaucoup d’ordre et d’espace entre chaque stand, les commerçants n’avaient pas le droit de se servir du diable pour transporter leur marchandise. L’enjeu était donc clairement de se distinguer autant que possible des commerçants ambulants appartenant aux « grandes organisations », dont le territoire commence de l’autre côté de la rue50.

51Développer ces stratégies autour de l’identité pour obtenir un emplacement fixe ou préserver son espace de vente dans le cadre d’accords avec le gouvernement suppose de bénéficier de certaines ressources : être informé, avoir accès aux négociations avec les autorités, ou plus simplement savoir dans quel contexte mettre en valeur son identité indienne et selon quelle modalité. Réservées aux acteurs indiens les mieux lotis, ces stratégies ne garantissent pas pour autant leur position. L’évolution de la situation personnelle de Magdalena est révélatrice de la vulnérabilité de ces populations, y compris de ceux qui semblaient dans la situation la plus avantageuse.

Le cas de Magdalena, suite
En mai 2006, Magdalena a participé aux manifestations qui ont eu lieu à San Salvador Atenco. La représentante mazahua a subi de plein fouet la brutale répression qui s’en est suivi51 et est emprisonnée depuis cette date. Immédiatement, sa famille s’est vue sommée de quitter l’espace de vente occupé jusqu’à cette date. L’organisation s’est dissoute. Les filles de Magdalena, aux aguets, vendent à la dérobée de la nourriture et quelques babioles.

52Ce revirement tragique dans la situation de Magdalena illustre bien à quel point les relations nouées entre le gouvernement local et les représentants indiens sont circonstancielles et personnelles : aucune garantie ne peut être espérée, aucun projet à long terme ne peut être élaboré. Chaque changement d’administration oblige les acteurs à renégocier leur position ; le sort de familles entières dépend de l’habileté de leurs représentants à obtenir des avantages.

La mobilité, une solution durable ?

53Pour de nombreux vendeurs moins bien encadrés, l’option la plus probante pour faire face aux restrictions accrues pour la vente dans le centre historique devient la mobilité. La pratique est connue sous le nom de torear : on installe sa marchandise de façon à pouvoir la retirer très rapidement si les inspecteurs arrivent. Les moments de vente sont fixés en fonction des horaires des rondes de surveillance de ces derniers. Pendant la journée, les vendeurs plient et déplient leur marchandise, changent d’endroit, sont très mobiles. Ce n’est que le soir qu’ils s’installent dans un lieu fixe. Que ce soit dans la journée ou en soirée, mieux vaut choisir les rues les plus centrales, sur la place Seminario, sous les arcades qui entourent le Zócalo ou sur l’esplanade même : sur un lieu très fréquenté, les chances de vendre rapidement, avant le passage des policiers, sont plus élevées. Les journées de vente s’allongent souvent, jusqu’à une heure du matin parfois. On le voit, torear repose sur un autre rapport à l’espace et au temps que la forme traditionnelle de commerce ambulant : mobilité incessante, recherche de la centralité, horaires étendus. Cette pratique semble parfois se combiner avec d’autres modes de vente, dans le cadre de stratégies familiales.

Le cas de Martina
Pendant 20 ans, cette vendeuse otomi s’est installée aux abords de la cathédrale. Elle y vendait des nappes achetées dans une filature à Mexico et des figurines en plâtre fabriquées par son beau-frère au village. Devenue représentante, elle a réussi à obtenir deux stands pour ses fils sur la place Santo Domingo lorsque l’occasion s’est présentée. En 2005, elle a été délogée de son lieu de vente sur la plaza Seminario. À présent, elle reste avec ses fils une partie de la journée, se lance de temps en temps sur le Zócalo « pour voir s’ils vont la laisser vendre » (sic), retourne auprès de ses fils lorsque les policiers approchent, et se réinstalle au cœur du centre historique dans la soirée, jusqu’à minuit. Ses voisins de stand à Santo Domingo, un couple de personnes âgées, ont le même genre d’arrangement avec leurs enfants : deux de leurs fils sillonnent le centre historique, eux restent sur la place.

Grossir les rangs des grandes organisations ambulantes

54Une dernière stratégie semble être de joindre une grande organisation de commerce. Il est cependant relativement difficile de trouver des informations afin de documenter de façon plus précise ces parcours : ni les représentants indiens, ni les autorités en charge des Indiens dans le centre historique, n’ont intérêt à voir se diffuser ces informations puisque leur légitimité repose en partie sur la différenciation des indigènes et des autres commerçants ambulants. Par ailleurs, une fois dans les grandes organisations de commerce, les Indiens ne se distinguent pas des autres vendeurs. Ils y deviennent donc invisibles. S’intégrer dans une organisation de commerce est conçu comme une protection qui garantit un espace de vente durable et qui peut servir à compenser la précarité perçue par les vendeurs indépendants. Cette vision peut surprendre, d’une part parce qu’elle montre bien que le commerce « ambulant » est perçu comme source de stabilité par les vendeurs, mais aussi parce qu’elle révèle que les projets – ou menaces d’éviction – proférées par les autorités publiques à l’encontre des grandes organisations de commerce ne sont pas prises au sérieux par les commerçants. Lorsque cette stratégie est choisie, l’ancrage pour la vente a lieu dans un espace périphérique par rapport au centre touristique (zone nord-est du centre historique). Au sein d’une même famille, on peut parfaitement voir se cumuler plusieurs types de pratiques de vente.

Le cas de Cristal
Cristal, 19 ans, nahuatl originaire du Guerrero, a décidé, il y a un an, de s’intégrer dans une grande organisation de commerce. C’est une décision qu’elle a prise en tenant tête à ses parents, peu rassurés de la voir s’aventurer seule dans cette structure. En décembre 2006 cependant, lorsque Juan et Manuela, vendeurs d’artisanat sur la place Santo Domingo, ont craint d’être expulsés de la place à un moment crucial pour les ventes, tous ont été soulagés du choix de la cadette de la famille. Cristal est convaincue qu’elle ne sera pas délogée de son poste, et que grâce à elle sa famille pourra payer son loyer quoi qu’il arrive. En outre, elle occupe un bien meilleur emplacement que ses parents, beaucoup plus passant. La contrepartie, ce sont les sommes qu’elle doit verser chaque semaine à « la leader » pour continuer à bénéficier de cet espace.

Une image de femme indienne a gagné sa place parmi les illuminations de Noël, en plein cœur de Mexico (2005). © Anna Perraudin.

Conclusion

55Bien que les populations indiennes ne fassent pas l’objet d’un traitement particulier dans le programme de réhabilitation du centre historique de Mexico, elles sont directement concernées par les transformations de cet espace. Concernées, en tant que classes populaires, essentiellement par la volonté de relocaliser le commerce ambulant, c’est en mettant en avant leur identité ethnique et culturelle qu’elles tendent à répondre : on peut alors voir le centre comme un espace de « renversement du stigmate », entendu, d’après la définition qu’en donne Michel Wieviorka dans La Différence, comme « le processus au terme duquel une identité jusque-là cachée, refoulée, plus ou moins honteuse ou réduite à l’image d’une nature, se transforme en affirmation culturelle visible et assumée » [Wieviorka, 2001, p. 31].

56En matière d’appropriation de l’espace, on observe un décalage entre d’un côté, un mécanisme d’aide à la propriété qui garantit aux groupes indiens une installation durable dans le centre historique et de l’autre un mécanisme d’éviction des commerçants ambulants qui empêche ces mêmes personnes d’exercer leur activité : l’appui aux populations indiennes ne s’établit donc pas, dans les faits, selon une perspective de « développement intégral ». Par ailleurs, les projets mis en place par les institutions publiques ne s’adressent qu’à une minorité au sein de cette minorité : ceux qui ont su s’organiser sous le mode des associations civiles ; ceux surtout qui savent adapter leurs pratiques à ce qu’en attendent les institutions. Danzantes ou artisans : ces catégories correspondent davantage aux représentations que cherche à promouvoir le centre comme espace touristique, culturel, historique, qu’aux pratiques réelles des populations indiennes.

57Le fossé risque alors de s’accroître entre ceux qui, bénéficiant de certaines ressources sociales et humaines pourront tirer parti des espaces de tolérance qui semblent s’ouvrir à l’égard des artisans et ceux qui, privés de leur espace de vente, auront pour principale ressource la mobilité, avec ce que cela implique en terme d’instabilité du revenu et de dégradation des conditions de travail. Paradoxalement, la croissante visibilité des Indiens dans le centre historique peut être considéré comme une marque de leur précarité économique et spatiale.

58Des mécanismes semblant favoriser l’inclusion des acteurs indiens dans une démarche participative ont certes été mis en place, par le biais d’instances comme le conseil de consultation et de participation des Indiens (Consejo de Consulta y Participación Indígena), dans laquelle sont abordées par les représentants indiens certaines questions concernant le centre. Cependant, dans la pratique, jamais ne sont organisées de rencontres ou de confrontations avec les acteurs détenant quelque pouvoir politique et économique dans le projet de transformation du centre. Les informations sur ces projets ne circulent pas. L’espace de participation des Indiens demeure un espace marginal, en contradiction avec les principes du développement urbain.

  • 52 Huaraches : sandales en cuir traditionnellement portées par les populations indigènes.

59Sans vouloir sous-estimer l’avancée que représentent l’émergence des Indiens dans l’espace public ou les réussites du programme de logements de l’INVI, on peut donc considérer que le principal gain des populations indiennes dans leur ensemble dans le centre historique aujourd’hui, est l’obtention d’une reconnaissance symbolique – qui s’oppose à la mise à l’écart symbolique qui prévalait jusqu’alors –, mais qui demeure ambiguë. En décembre 2006, pour la seconde année consécutive, des personnages indiens figuraient parmi les monumentales illuminations de Noël du Zócalo : un homme vêtu d’un poncho et chaussé de huaraches52 ; une femme en huipil portant son bébé dans le dos, une fleur à la main. À leurs pieds, en jeans et teeshirts moulants, cheveux teints, yeux maquillés, les filles d’une représentante indienne vendaient à la sauvette des produits gastronomiques et des tours Eiffel clignotantes.

Bibliographie

Bibliographie

Arizpe Lourdes, Indígenas en la ciudad : el caso de las marías, SEP-Setentas, Mexico, 1979.

Barraza Cecilia, « El centro histórico, espacio simbólico », août 2006, http://www.ucsj.edu.mx/investigacion/docs/espaciosimbolico.pdf, consulté en ligne en mai 2007.

Bonfil Batalla Guillermo, México profundo, una civilización negada, Random House, Mexico, (1987), 2005.

Bailly Antoine et al., éd., Développement social durable des villes, principes et pratiques, Economica, Paris, 2000.

Bravo Marentes Carlos, « Reelaboración de identidades indígenas en la ciudad de Mexico », in Antropología y ciudad, Estrada Margarita, Nieta Raúl, Nivon Eduardo, Mariángela Rodríguez, CIESAS, Mexico, 1993.

Carrion Fernando, « Balance del proyecto de sostenibilidad social del Centro Histórico de Quito », efectuado para el programa MOST de la UNESCO, http://portal.unesco.org/shs/en/file_download.php/c2495b8e81095db693ba7171320b3143balance_proyecto_quito.pdf, 2002

Comisión De Asuntos Indígenas, Memoria Primer Foro : La vivienda indígena en la Ciudad de México, « Retos y perspectivas », Mexico, Asemblea Legislativa del Districto Federal, 2004.

Coulomb René (dir.), Programa para el desarrollo integral del centro histórico de la Ciudad de México, Mexico, 2001.

Cross John, « El desalojo de los vendedores ambulantes : paralelismos históricos en la Ciudad de México », in Revista mexicana de sociologia, n° 2, 1996.

Escalante Betancourt Yuri, « La exclusión indígena de la membresía urbana », http://www.indigenasdf.org.mx/convivencia.php, site consulté en mai 2005.

Galinier Jacques, Molinie Antoinette, Les néo-indiens, une religion du IIIe millénaire, Odile Jacob, Paris, 2006.

Gruzinski Serge (dir.), Histoire de Mexico, Fayard, Paris, 1996.

Igreja Rebecca, « Deux expériences multiculturalistes en milieu urbain : les organisations noires de Rio de Janeiro et Sao Paolo et les organisations indigènes de Mexico » in Cahiers des Amériques latines, n° 44, 2005.

INEGI, XII Censo General de Población y Vivienda, 2000.

Lavaud Jean-Pierre, Lestage Françoise, « Les redéfinitions de l’indianité : historique, réseaux, discours, effets pervers », Esprit, janvier 2006.

Monnet Jérôme, La ville et son double, la parabole de Mexico, Nathan, Paris, 1993.

Oehmichen Bazan Cristina, » Procesos de integración y segregación en el espacio urbano. Indígenas en la ciudad de México », in Las dinámicas de la población indígena, cuestiones y debates en México, México D.F., CIESAS/Miguel Angel Porrúa, 2003.

Paquette Catherine, Salazar Claire, « Habiter le patrimoine : les résidents âgés du centre historique de Mexico face aux transformations de leur espace de vie »,

p. 7502, in Gravari-Barbas Maria (dir.), Habiter le patrimoine. Enjeux, approches, vécu, Presses universitaires de Rennes, coll. Géographie sociale, Rennes, 2005.

Pineda Francisco, « La representacion de “indígena”. Formaciones imaginarias del racismo en la prensa », in Castellanos Guerrero Alicia (coord.), Imágenes del racismo en México, UAM Iztapalapa, 2003.

Salin Élodie, Les politiques patrimoniales : Mexico et Le Caire, Thèse de doctorat, Paris X, 2001.

Sanchez Pina Leobardo, Organizaciones indígenas de la ciudad de México, www.equidad.df.gob.mx/cuerpo/indígenas/seminario, 2003.

Sariego Rodriguez Juan Luis, Políticas indigenistas y criterios de identificación de la población indígena en México, in Lartigue François, Quesnel André, (coord.) Las dinámicas de la población indígena, cuestiones y debates en México, Mexico D.F., CIESAS/Miguel Angel Porrúa, 2003.

Turner John F. C., « Housing priorities, settlement patterns and urban development in modernizing cities », in Journal of the American Institute of Planers, n° 34, 1968.

Uquillas Jorge, Carrasco Tania, Rees Marta, Exclusión social y estrategias de vida de los indígenas urbanos en Perú, México y Ecuador, n° 35841, Banco Mundial, Quito, Perú, 2002.

Vargas Becerra Patricia Noemí, Flores Davila Julia Isabel, « Los indígenas en ciudades de México : el caso de los mazahuas, otomíes, triquis, zapotecos y mayas », Papeles de Poblaciones, n° 34, octubre-décembre 2002.

Yanes Pablo, Molina Virginia, Gonzalez Oscar (coord.), Ciudad, Pueblos Indígenas y Etnicidad, Universidad de la Ciudad de México, Mexico, 2004.

Wieviorka Michel, La Différence, Balland, Paris, 2000.

Zembrano Marta, « Escenarios públicos de la etnicidad indígena y de la pluriculturalidad en Bogotá », participation au colloque Identidades y movilidades, las sociedades regionales frente a los nuevos contextos políticos y migratorios. Una comparación entre México y Colombia, Bogotá, 811 novembre 2004.

Notes

1 Danses rituelles mexicaines reprenant des éléments de la religion précolombienne.

2 Vecindad : forme d’habitat collectif populaire, correspondant traditionnellement à un immeuble divisé en petites pièces organisées autour d’un patio central.

3 Loyers bloqués, ou rentas congeladas : dans les années 1940, un dispositif légal limite les hausses des loyers, aboutissant au maintien de secteurs populaires dans le centre, avec pour contrepartie la détérioration des bâtiments dans lesquels les propriétaires ne jugent plus intéressants d’investir. Ce système a été abrogé en 1996 dans la ville de Mexico.

4 « La durabilité sociale d’une ville est définie comme un développement (et/ou une croissance) adapté à l’évolution harmonieuse de la société civile, qui crée un environnement favorable à une bonne cohabitation de groupes sociaux et culturels divers, et en parallèle stimule l’intégration sociale, en améliorant la qualité de vie de toutes les couches de la population ». (Polèse et Stren, 2000, cité par Bailly, 2000, p. 7).

5 La Guelaguetza est une célébration culturelle axée autour de danses et de musique qui prend place annuellement à Oaxaca au mois de juillet. Les migrants originaires de la région de Oaxaca l’ont importée à Mexico.

6 Voir à ce propos le texte de Cecilia Barraza, « El centro histórico, espacio simbólico », août 2006, http://www.ucsj.edu.mx/investigacion/docs/espaciosimbolico.pdf, consulté en ligne en mai 2007. Il élabore une réflexion sur les notions de culture patrimoniale et de culture urbaine et populaire, argumentant que le projet de transformation du centre historique doit dépasser l’opposition entre ces deux types de concepts.

7 « Plan estratégico para la regeneración y el desarrollo integral del Centro Histórico ».

8 « El rescate del centro histórico no implica la limpia total de ambulantes », Joel Ruiz, Crónica de Hoy, 30 avril 2007, http://www.cronica.com.mx/nota.php?id_nota=298418#. Ma traduction.

9 L’Unesco a joué un rôle important dans cette reformulation (Carrion, 2002, p. 30). Contrastant avec l’approche urbanistique et patrimoniale qui avait pu prévaloir auparavant, penser la revalorisation des centres historiques sous l’angle du développement durable implique en effet d’intégrer dans la réflexion les différents acteurs impliqués, endogènes (résidents, commerçants, travailleurs) ou exogènes (touristes, usagers, etc.), et les dimensions multiples (sociales, économiques, écologiques) en jeu dans la transformation de ces quartiers. Restaurer l’attractivité des centres permet alors d’atteindre un double objectif : lutter contre la dégradation de ces quartiers, mais aussi freiner l’expansion territoriale de villes devenues parfois mégalopoles au cours des précédentes décennies.

10 Il s’agit d’ailleurs du nom du programme pour le centre historique impulsé par l’administration de Andrés Manuel López Obrador.

11 Ce terme, proposé par Ruth Glass et diffusé en particulier par les travaux de Neil Smith, désigne le processus de transformation et de récupération de quartiers en déclin par certains fragments des classes moyennes.

12 L’article 26 de l’Agenda 21 fait notamment référence à la « reconnaissance et à la consolidation du rôle des populations indiennes ». La problématique est cependant relativement différente de celle du contexte urbain, puisque l’article 26 traite de l’impact des pratiques et savoirs autochtones sur la préservation de l’environnement dans les communautés d’origine de ces populations, et non du contexte de migration. (http://www.fundacionsustentable.org/contentid-55.html)

13 Le panorama des acteurs engagés dans la réhabilitation du centre historique est difficile à dresser avec clarté, en raison de la complexité de leur imbrication, de la relative opacité qui entoure leurs fonctions et leurs liens, et aussi de la succession ces dernières années des administrations municipales (2000 : administration de Lopez Obrador ; 2005 : de Alejandro Encinas ; de 2006 : de Marcelo Ebrard). Parmi les principaux, on peut citer le gouvernement local de la ville de Mexico et celui de la delegación Cuauhtemoc, dont dépend administrativement le centre historique ; le fideicomiso Centro Histórico, organisme semi-public ; la fundación del Centro Histórico de la Ciudad de México A. C., institution privée qui dépend du groupe Telmex. Jusqu’à présent, aucun ne se réclame directement du développement urbain durable, même si la position des uns ou des autres a pu se rapprocher de ses préceptes. Ainsi le fideicomiso dirigé par René Coulomb, (1990-2002) – avec pour mission de déterminer les grandes lignes du projet de revalorisation – défendait la notion de développement intégral. La fundación del Centro Histórico de la Ciudad de México A. C. met en place, quant à elle, des programmes sociaux et culturels pour la population du centre historique (ateliers sportifs, aide psychologique, etc.…) en promouvant un « développement socioéconomique intégral » et « l’amélioration de la qualité de vie » (http://www.fundacioncentrohistorico.com.mx).

14 L’enquête a été initiée dans le cadre de mon DEA, « Identités, mobilités et politiques publiques : les Indiens dans le centre historique de Mexico », soutenu à l’EHESS en juin 2005 sous la direction d’Yvon Le Bot.

15 La définition de l’indianité continue à alimenter de nombreux débats, en particulier lorsqu’il s’agit d’évaluer statistiquement ces populations. Cf. Juan Luis Sariego Rodriguez, Políticas indigenistas y criterios de identificación de la población indígena en México, in François Lartigue, André Quesnel, (coord.), Las dinámicas de la población indígena, cuestiones y debates en México, México D.F., CIESAS/Miguel Angel Porrúa, 2003, et Jean-Pierre Lavaud, Françoise Lestage, « Les redéfinitions de l’indianité : historique, réseaux, discours, effets pervers », Esprit, janvier 2006.

16 On peut citer par exemple l’association Artesanos Indígenas Otomís Seminario Templo Mayor A. C., qui regroupe des personnes qui vendaient initialement de l’artisanat aux abords du Templo Mayor, ou l’association Cuba 53, qui correspond aux habitants de l’immeuble situé au numéro 53 de la rue de Cuba, originaires du village mazahua San Antonio Pueblo Nuevo.

17 Direction chargée des Indiens dans le District Fédéral. Cf. infra pour plus d’informations sur cette institution.

18 Document interne de la D.A.I., communiqué en janvier 2004.

19 Comisión Nacional para el Desarrollo de los Pueblos Indígenas, Indicadores socioeconómicos de la población indígena, 2005.

20 Ce chiffre aurait été obtenu à partir du Conteo de Población y Vivienda 1995.

21 La delegación Cuauhtémoc a établi ce chiffre en additionnant les résidents des logements indiens identifiés par l’institution. Il exclut donc tous ceux dont le logement n’a pas été déclaré auprès des institutions. Il inclut en revanche la Zona Rosa, un quartier central mais qui n’appartient pas à proprement parler au centre historique.

22 Voir L’Histoire de Mexico de Serge Gruzinski (1996), pour un détail des différentes mesures qui tentent d’instaurer une distance – plus ou moins grande selon les époques – entre Indiens et autres catégories sociales, au fur et à mesure de la construction de la ville de Mexico. Yuri Escalante Betancourt analyse, quant à lui, d’un point de vue sociologique la façon dont le concept de la ville et celui des Indiens se construisent au Mexique en opposition l’un avec l’autre (Escalante, 2005).

23 L’évolution en la matière, dans le domaine des sciences sociales, intervient en 1978 avec l’ouvrage de Lourdes Arizpe sur les vendeuses mazahuas et otomis dans la ville de Mexico : Indígenas en las ciudades : el caso de las Marías. Dix ans plus tard, la présence des Indiens en milieu urbain est formellement reconnue sur le plan institutionnel, avec l’ouverture d’une branche métropolitaine de l’Institut National Indigéniste.

24 Il ne s’agit pas ici d’affirmer que les menaces d’expulsion ne sont jamais mises en œuvre, au contraire. L’expulsion des habitants pauvres fait partie des réalités silencieuses du centre historique, d’après l’organisation Habitat Internacional Coalition. Cf. “El deterioro de la vivienda en los centros históricos y la expulsión de los habitantes pobres”, juillet 2005, http://www.hicnet.org/articles.asp?PID=301, consulté en ligne en mai 2007. Mais les organisations indiennes du centre historique ont probablement été relativement protégées, jusqu’à présent, par leur visibilité et leurs contacts avec des institutions qui les protègent.

25 Un concept qui sera employé dans ce texte, avec les réserves évoquées précédemment, parce que ce mode de désignation est récurrent parmi les acteurs concernés, principalement ceux provenant des institutions publiques.

26 Le fait que les membres de ces trois groupes soient mis en avant par les institutions, sur la base de leurs recensements, ne signifie toutefois pas nécessairement que ce soient les plus nombreux ; il indique en revanche que ce sont les plus visibles et les mieux identifiés dans ce quartier.

27 Le précédent Fideicomiso du centre historique (1990 – 2002), sous la direction de René Coulomb, mentionnait à plusieurs reprises les populations indiennes dans son document-cadre, Programa para el desarrollo integral del centro histórico de la Ciudad de México (2001), en tant que population vulnérable nécessitant une attention prioritaire de la part des pouvoirs publics. Ce n’est plus le cas pour l’actuel fideicomiso (cf. entretiens).

28 Cf. le site internet de l’institution : http://www.equidad.df.gob.mx/indigenas/consejo.html.

29 D’après les travaux de Marta Zembrano, une dynamique comparable se met en place à Bogota : émergence de structures dans lesquelles est discutée la place des Indiens en milieu urbain. Ces structures sont le gage de la tentative d’instaurer une démarche participative.

30 Cité par Rebecca Igreja, « Deux expériences multiculturalistes en milieu urbain : les organisations noires de Rio de Janeiro et São Paolo et les organisations indigènes de Mexico », in Cahiers des Amériques latines, n° 44, 2005, p. 100.

31 Centre et centres : il est important de signaler que, parmi ces logements, aucun ne se trouve dans la zone – limitée – dans laquelle ont été jusqu’à présent concentrés les investissements dans le cadre de la revalorisation du quartier. Tous se trouvent aux marges de cet espace stratégique, parfois à bonne distance (pour ceux situés aux alentours de la Merced), parfois à quelques pâtés de maisons à peine (pour ceux qui sont dans les rues de Cuba, Belisario Dominguez, Argentina ou Mesones).

32 Un quartier touristique au Nord du métro Insurgentes qui n’appartient pas à strictement parler au centre historique, mais se situe dans la zone centrale de la Ville de Mexico.

33 Paisanos : personnes issues d’un même village ou d’une même région.

34 Au cours des entretiens, il est apparu que les personnes interrogées avaient presque toujours eu d’autres expériences de logement en ville avant de s’installer dans ce type d’habitat. Par ailleurs, dans le cadre du programme de l’INVI, les groupes indiens peuvent acheter le terrain de leur choix pourvu qu’il se trouve dans le D.F. (cf. infra). Or la plupart des groupes du centre choisissent de demeurer dans ce quartier malgré les complications qui en résultent dans la gestion du projet. Ces deux éléments démontrent qu’il existe dans ces populations une volonté de demeurer dans le centre historique.

35 Spécialité culinaire à base de porc dont les Mexicains sont friands.

36 En incluant la Zona Rosa et Tepito.

37 Institution du gouvernement fédéral destinée aux populations indiennes, la Conadepi a pris en 2003 le relais du fameux INI (Institut National Indigéniste).

38 Pour reprendre un terme fréquemment employé à Mexico tant par les institutions publiques, les médias, que les vendeurs eux-mêmes, pour se référer à l’éviction des vendeurs ambulants d’une rue.

39 La recherche de solutions spécifiques pour les populations indiennes est cependant comprise dans le « programa de reordonamiento en la vía pública » (16 février 1998). Ce document-clé en matière de régulation du commerce ambulant dans le centre comprend en effet un sous-programme complémentaire d’appui aux Indiens qui exercent le commerce sur la voie publique. Le texte préconise essentiellement d’établir un diagnostic des conditions de vente des populations indiennes afin de faire des propositions appropriées.
Une proposition de loi a également été soumise le 9 novembre 2004 dans l’assemblée législative du D.F. par le groupe parlementaire du PVEM (Partido Verde Ecologista de México) : « Punto de acuerdo relativo a la implementación de un programa relativo a los vendedores ambulantes indígenas, de acuerdo a la ley del desarrollo social ».

40 D’après un document interne de la D.A.I., non daté, communiqué en octobre 2005.

41 « Diagnóstico sobre artesanos indígenas en el D.F. », document interne de la D.A.I, non daté.

42 Document interne à la Dirección de Atención de Indígenas del D.F., consulté en février 2004.

43 Extrait de l’article 23 de la Convention 169 OIT : « L’artisanat, les industries rurales et communautaires, les activités relevant de l’économie de subsistance et les activités traditionnelles des peuples intéressés, telles que la chasse, la pêche, la chasse à la trappe et la cueillette, doivent être reconnus en tant que facteurs importants du maintien de leur culture ainsi que de leur autosuffisance et de leur développement économiques. Les gouvernements doivent, avec la participation de ces peuples et, s’il y a lieu, faire en sorte que ces activités soient renforcées et promues », www.tlfq.ulaval.ca/axl/amsudant/Convention%20169.indigenes.htm

44 Dans la rue de Uruguay.

45 Tunique traditionnelle, portée par les femmes indiennes.

46 On butte finalement sur un des travers des politiques multiculturelles qui, comme l’a exposé Michel Wieviorka, en cherchant à défendre la diversité culturelle aboutissent « à l’opposé de leurs objectifs, en figeant par la reconnaissance ce qui – sans elles – serait changement et transformation, en poussant à la reproduction ce qui est production et innovation et ce, au seul profit de certains membres du groupe considéré » (Wieviorka, 2000, p. 101).

47 On se référera à l’ouvrage de Jacques Galinier et d’Antoinette Molinié, Les néoindiens, une religion du IIIe millénaire, pionnier dans ce domaine. Les auteurs analysent le phénomène de cet « ethnic revival » en le mettant en relation avec d’autres expressions de l’indianité. Pour eux les néoindiens « ne sont pas les Indiens contemporains chers aux ethnologues, ceux qui reproduisent dans des contrées lointaines une culture née des hybridations du xvie siècle. Non pas les misérables Indiens lumpen ghettoïsés à la périphérie ou au cœur délabré des grandes métropoles. Les néo-Indiens pratiquent à la fois une dénégation de la condition indienne et un télescopage tellurique entre un passé glorieux inventé et un avenir radieux » [Galinier, 2006, p. 9].

48 D’après mes observations de la Feria de la Diversidad Cultural et de l’Asamblea de Consulta de Indígenas en la Delegación Cuauhtemoc.

49 C’est le cas notamment lors des réunions avec les institutions. Cristina Oehmichen, dans ses recherches sur les Mazahuas à Mexico, remarque à ce propos que l’ethnicité est surtout mise en avant lorsque les individus agissent de manière collective : quand ils agissent individuellement, ils cherchent à imiter les classes métisses pour se confondre avec elles. [Oehmichen, 2003, p. 348]. Mais le port du vêtement traditionnel se répand aussi pour la vente dans la rue.

50 Si Magdalena a parfaitement su s’adapter aux attentes des autorités, cette mise en valeur de l’identité indienne ne doit pas pour autant être réduite à sa dimension instrumentale : la représentante apprend actuellement à lire et à écrire en mazahua, elle est très engagée dans le mouvement zapatiste. Se présenter comme indienne, se redécouvrir comme telle, fait sens pour elle. Il est aussi important de souligner que sa démarche n’est pas vraiment celle d’un repli autour d’une identité indienne folklorique : elle ne vend pas que de l’artisanat, mais diversifie ses marchandises.

51 Voir, par exemple, le communiqué d’Amnesty International, http://www.amnesty.be/doc/article9957.html

52 Huaraches : sandales en cuir traditionnellement portées par les populations indigènes.

Table des illustrations

Titre Localisation des populations indiennes dans le centre historique, en fonction de l’habitat et de l’activité de commerce
Légende Carte : Anne Perraudin ; fond de carte : Caroline Stamm.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/460/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Légende L’entrée d’un immeuble occupé par des familles otomis, dans le quartier Roma. Très dégradé, il est inclus dans le programme de réhabilitation de l’INVI. © Anna Perraudin.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/460/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende Sur les pourtours du Zócalo, une femme triqui vend à la sauvette un mélange d’artisanat et de fayuca (articles manufacturés d’importation, suspectés de circuler dans des circuits de contrebande). © Anna Perraudin.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/460/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Une image de femme indienne a gagné sa place parmi les illuminations de Noël, en plein cœur de Mexico (2005). © Anna Perraudin.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/460/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

Auteur

Anna Perraudin – sociologue, EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales)

© Éditions de l’IHEAL, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540