Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Régénérer la race »

 | 
Françoise Martinez

Épilogue

Texte intégral

1Le parti libéral, initialement composé de la nouvelle bourgeoisie urbaine, commerçants et professions libérales, sut satisfaire un temps ses adhérents. En deux décennies toutefois, il accrut le mécontentement attendu des propriétaires terriens, des anciens conservateurs et des secteurs les plus cléricaux mais aussi celui d’une classe moyenne d’artisans qui ne voyait pas s’améliorer ses conditions de vie. C’est pourquoi l’Union Républicaine put réunir à la fois ceux qui, déçus, s’étaient écartés du libéralisme comme José Manuel Pando, des représentants des anciens conservateurs comme Abel Iturralde ou Luis Paz, des propriétaires terriens comme Daniel Salamanca et Domingo L. Ramírez et des sympathisants de la classe des artisans et des ouvriers comme Bautista Saavedra. Ce nouveau parti reprit les grandes lignes du programme libéral mais en insistant sur le nécessaire assainissement de la pratique électorale. Tous jugeaient indispensable d’affronter la clique libérale pour défendre ce qu’il leur restait de privilèges économiques et sociaux, ou pour conquérir ceux qu’ils n’avaient jamais eus.

2Leurs dénonciations et accusations de fraude, de détournement de fonds, de mauvais choix politiques surent convaincre, et les files du parti républicain grossirent à partir de 1915. Mais jugeant qu’il ne pourrait arriver au pouvoir par les élections, exactement comme le parti libéral deux décennies plus tôt, celui-ci y accéda par un coup d’État, le 12 juillet 1920, mettant fin au gouvernement de José Gutiérrez Guerra.

3L’instruction recommença alors à n’occuper qu’un espace extrêmement réduit dans les différents messages présidentiels qui se contentaient d’affirmer qu’il s’agissait d’un secteur important de la politique de l’État et que le gouvernement travaillait à améliorer le fonctionnement d’un certain nombre d’établissements. Mais ces déclarations ne s’accompagnèrent d’aucun nouveau projet, d’aucune pensée claire ou prise de position par rapport aux initiatives antérieures. Dans les années 1920, la priorité fut donnée à d’autres secteurs de développement, au premier plan desquels l’exploitation minière, avec un intérêt très marqué pour le monde ouvrier. Ces redéfinitions de priorités politiques puis l’effervescence de la période qui suivit, marquée successivement par la crise économique et la guerre du Chaco, rendirent tout projet éducatif fragile et éphémère.

4Les germes, toutefois, avaient été semés, et indépendamment du pouvoir politique, la volonté d’extension de l’école allait, toujours plus, venir d’en bas.

© Éditions de l’IHEAL, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540