Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Régénérer la race »

 | 
Françoise Martinez

Première partie. Le parti libéral et son projet de « régénération éducative »

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1À la fin du xixe siècle, la Bolivie se présentait donc comme un pays dont le territoire restait méconnu aussi bien sur ses frontières dont le tracé, encore flou, encourageait les revendications et conflits internationaux, que dans son intérieur où nombre d’obstacles naturels et infrastructures manquantes empêchaient les liens entre toutes les régions. Tissu de provinces disparates accolées les unes aux autres, le pays semblait un véritable patchwork contrasté et susceptible de déchirements. Son économie monoproductrice rajoutait à sa fragilité. Quant à sa population, très majoritairement indigène, elle se caractérisait par une absence de fonctionnalité civique à laquelle l’astreignait le jeu politique d’un petit nombre qui maintenait à l’écart ceux qui étaient déjà exclus de la fortune et des positions sociales prisées.

  • 1 Cf. données statistiques de José María Dalence, Bosquejo estadístico de Bolivia, op. cit., qui mon (...)

2Malgré les tentatives ponctuelles de quelques hommes d’État pour développer le système éducatif bolivien – on retient en particulier les figures de Simón Rodríguez et d’Isidoro Belzu – les antécédents de politique éducative bolivienne, pouvaient se résumer à quatre caractéristiques essentielles : développement prioritaire des professions dites libérales (avocat, prêtre et médecin)1 ; préférence donnée, en termes de budget, à l’armée et au clergé plutôt qu’à l’école dont l’État n’eut de cesse de se décharger ; proclamations répétées mais jamais suivies d’effet d’une véritable formation professionnelle de l’enseignant ; enfin, quels qu’aient été les discours, une attention plus grande portée à l’enseignement supérieur aux dépens de l’école primaire et de l’éducation populaire laissées dans l’oubli et l’indifférence.

3Outre la législation non appliquée et les infrastructures manquantes, la diversité du système éducatif en vigueur était extrême et sa structure très complexe au point qu’il n’était pas possible de parler d’école primaire, mais seulement des quatre types d’école primaire auxquels venaient se rajouter, en cette fin de siècle, des écoles techniques salésiennes de Artes y Oficios. L’implantation de l’école et ses ressources étaient fortement différenciées, non seulement selon les départements mais aussi, au sein de ces derniers selon qu’il s’agissait d’une zone rurale ou urbaine, et surtout en réalité, au gré de la bonne volonté locale. Les responsabilités étaient déléguées et si le monopole éducatif de l’Église avait été rompu, le système scolaire officiel n’avait jamais été étatisé au sens où l’État aurait placé sous sa responsabilité son développement, son financement et son contrôle. Il garantissait, de par la Constitution, le droit et l’obligation de tous à une formation de base mais sans s’engager à éliminer les obstacles économiques et sociaux qui empêchaient les masses de jouir de ces droits… Conviction sincère ou nouvelle marque d’indifférence la loi de la liberté d’enseignement restait en vigueur, et même la prétendue unification des contenus pédagogiques admettait, d’une part, des exceptions pour les écoles religieuses et, d’autre part, n’avait pas les moyens d’être appliquée ailleurs.

4Plus qu’un système désorganisé, il s’agissait en réalité d’une multitude de sous-systèmes hétérogènes qui coexistaient en proportions différenciées, dans des conditions très inégales et selon de multiples modalités de fonctionnement y compris sur le plan pédagogique. Le pouvoir politique n’avait pas véritablement œuvré, au xixe siècle, en faveur d’un rapprochement culturel des différents secteurs de la société ni de la diffusion d’une instruction élémentaire qui, même à l’aube du xxe siècle, n’était que l’apanage de quelques privilégiés.

5Pour voir se constituer et s’affirmer un Estado docente bolivien, il fallut attendre ladite guerre fédérale et l’arrivée au pouvoir du parti libéral, imprégné d’une idéologie moderne et favorable au développement du système éducatif. L’identification d’une société malade les conduisit à définir une « régénération » éducative et des efforts furent alors réellement et systématiquement entrepris en vue d’une étatisation et d’une unification de l’école.

Notes

1 Cf. données statistiques de José María Dalence, Bosquejo estadístico de Bolivia, op. cit., qui montrent la proportion exorbitante d’avocats par rapport à la population et, d’un autre côté, le manque d’ingénieurs, de mécaniciens, de géomètres ou d’industriels…

© Éditions de l’IHEAL, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable