Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Régénérer la race »

 | 
Françoise Martinez

Première partie. Le parti libéral et son projet de « régénération éducative »

Chapitre III. La nouvelle élite libérale, son idéologie et ses ambitions de régénération

Texte intégral

1L’éducation bolivienne à la fin du xixe siècle était donc un véritable patchwork dont les morceaux se décousaient sans cesse quoiqu’on essayât en vain de les raccommoder à coups de réformes et de lois. Les dernières années virent pourtant se concrétiser une tendance à unifier le système éducatif par l’adoption d’une même méthode pédagogique dans les établissements d’instruction de l’ensemble du territoire. Mais, dans les faits, les disparités ne semblaient pas s’atténuer pour les raisons de compréhension et d’application différenciées des statuts que nous avons déjà analysées.

2Avec la Révolution fédérale et l’arrivée des libéraux au pouvoir, c’est une véritable entreprise d’unification par étatisation de l’instruction qui fut lancée puis menée de façon systématique. Réduire les distances, réelles ou imaginées, entre les différents secteurs sociaux en remettant sur les rails de l’évolution ceux qui étaient restés en marge du progrès, apparut comme une urgence. Le système éducatif connut un réel regain d’intérêt. Il était désormais perçu comme une fonction régalienne de l’État qui devait en être l’instance suprême, et son développement devint, dans les discours et dans les faits, une priorité gouvernementale. Derrière l’humanisme apparent du souhait proclamé d’un accès généralisé à l’instruction, nous avons cherché à mettre au jour un axe fondamental du projet politique de ces hommes au pouvoir : celui de « régénérer » le peuple par l’école pour engager le pays dans la voie du progrès et de la modernisation nationale. Au même moment en Espagne, Unamuno et la génération dite del 98 développaient la même ambition de « régénération » pour le peuple espagnol même si, nous y reviendrons, la situation et les enjeux étaient tout autres.

3Quelles étaient les caractéristiques de cette nouvelle élite libérale ? Quels étaient ses principes idéologiques et les ambitions qui sous-tendaient son projet de « régénération » ? Comment fut pensée la réduction des fossés culturels, réels ou supposés, entre elle-même et tous les autres ?

D’un libéralisme adopté à un libéralisme adapté

  • 1 Leslie Manigat, L’Amérique latine au xxe siècle, Paris, éd. du Seuil, 1991, p. 57.

4L’Amérique latine des années 1890 fut marquée par une crise exogène touchant tous les États lancés dans un processus d’intégration à l’économie mondiale, en subissant les pressions de la concurrence internationale et de la course à l’industrialisation. Mais une série de crises endogènes ébranlait elle aussi « l’édifice postcolonial »1 et, après les guerres interaméricaines (guerre du Paraguay de 1864 à 1870, et guerre du Pacifique de 1879 à 1883), le signe le plus évident en fut la multiplication des guerres civiles, politiques et sociales sur tout le continent : parlementaristes contre présidentialistes au Chili (1891), guerre civile régionale dans l’État brésilien du Río Grande Sul (1893-1895), blancos contre colorados en Uruguay en 1897, conservateurs contre libéraux en Équateur en 1895, en Colombie en 1898, guerre civile aussi au Venezuela en 1899.

  • 2 Selon qu’on appuyait Santa Cruz, Ballivián ou Belzu.
  • 3 Marta Irurozqui, La Armonía de las desigualdades, op. cit., chap. 1.
  • 4 Ibid., p. 28.

5La Bolivie n’échappa pas à la règle, et accéda au xxe siècle à un moment de profonde transformation des structures de sa dynamique politique. Depuis l’Indépendance et jusqu’à la guerre du Pacifique l’appartenance politique se définissait, pour la présenter de manière schématique, soit par l’adhésion à un homme, et l’on était alors crucista, ballivianista ou belcista2, soit par l’adhésion à un soulèvement ou à un mouvement de révolte donné, et on était alors septembrista, octubrista. D’oppositions essentiellement liées donc à des personnes ou à des événements ponctuels, on passa alors à des oppositions idéologiques, à des débats d’idées qui renvoyaient à des postulats intellectuels affichés, et dont on peut bien évidemment questionner les intérêts non avoués, mais qui dépassaient en tout cas la position particulière de tel ou tel chef de file. Ainsi quand, en 1880, une trêve fut établie entre le Chili et la Bolivie, sans que cette dernière eût décidé de façon définitive si elle allait reprendre la guerre ou se retirer du conflit en rompant son alliance avec le Pérou, deux lignes de pensée divisèrent le milieu politique : continuer la guerre ou préférer la paix. À l’instar de Marta Irurozqui et suivant son analyse des luttes de pouvoir entre élites boliviennes de 1880 à 19203, nous pouvons voir dans cette alternative le premier substrat idéologique des partis politiques boliviens. La lutte qui opposa les défenseurs de la paix aux défenseurs de la guerre revint à une lutte entre ceux qui souhaitaient un système d’alliances politiques comme garantie de leur légitimité en tant que groupe dominant et ceux auxquels l’instabilité du régime laissait espérer une ascension au sein même de l’élite4.

  • 5 Pour toute précision sur les différences existant entre les « dualismes » dans l’histoire des nati (...)
  • 6 Le qualificatif de « maçon » utilisé ici pour délégitimer l’élite libérale ou effrayer certains se (...)

6Ce fut ainsi désormais une véritable opposition politique sur une base d’affrontements idéologiques qui s’instaura entre les partisans de la paix, les pacifistas, composés de l’oligarchie traditionnelle du sud (grands propriétaires terriens, et oligarchie minière de l’argent en rapport avec l’économie chilienne), et les partisans de la guerre, les guerristas (regroupant plutôt les militaires, les classes moyennes montantes de La Paz et en particulier une oligarchie minière ascendante, celle de l’étain, désireuse de rivaliser de pouvoir avec le groupe conservateur). Tout alla alors très vite dans le remaniement de la dynamique politique du pays. Le général Narciso Campero, élu président en 1880 après la destitution de Hilarión Daza, rétablit un Congrès pour réorganiser les bases institutionnelles du pays. C’est la Constitution promulguée en 1878 par Daza qui fut en fait reprise, assortie seulement de quelques dispositions transitoires afin de renforcer l’autorité de l’exécutif pendant la guerre. Il y avait ainsi une stabilité institutionnelle suffisante pour asseoir un régime parlementaire et une présidence civile. Dès les élections de 1884, trois partis politiques s’opposèrent : le parti constitutionnel, le parti démocrate et le parti libéral, avec à leur tête respectivement Aniceto Arce, Gregorio Pacheco et Eliodoro Camacho. Mais ces oppositions s’affermirent en se cristallisant autour de deux pôles constitués par deux partis politiques rivaux, en un type de système politique très anglo-saxon5. D’un côté, les partis constitutionnel et démocrate se rassemblèrent autour d’un pacte de succession au pouvoir de G. Pacheco, A. Arce et M. Baptista dans cet ordre, et ces deux fractions de la classe dominante latifundista à l’attitude pacifiste et prochilienne fondèrent le parti conservateur. De l’autre côté, le parti libéral, qui s’affichait antichilien et antipacifiste, mené par le colonel Eliodoro Camacho, renforça son identité de parti d’opposition. Le premier hissa l’étendard de la religion pour définir sa lutte contre la « maçonnerie libérale »6. Le deuxième contestait le modèle idéologique du parti conservateur et revendiquait son inspiration libérale moderne, issue des Lumières et des modèles anglo-saxons.

Accès au pouvoir et fondements idéologiques du libéralisme bolivien

  • 7 Cet objectif de créer un système fédéral fut présenté comme le point d’orgue de la théorie du part (...)

7C’est par la guerre fédérale lancée à La Paz le 12 décembre 1898, et qui permit le pronunciamiento d’une Junte de Gouvernement dirigée par des libéraux, que le parti libéral mit fin à l’ère conservatrice. Rappelons-en brièvement le déroulement. Un projet de loi existait, en attente depuis 1889, pour établir La Paz comme capitale de la Bolivie et siège du gouvernement. En 1898, au Congrès réuni à Sucre sous la présidence de Severo Fernández Alonso, le problème se posa à nouveau de déterminer où devait siéger le gouvernement. La représentation de Sucre, appuyée par celle de Santa Cruz et de Tarija, obtint la promulgation d’une loi dénommée « Ley de Radicatoria » qui imposait au pouvoir exécutif de siéger à Sucre. La réaction fut immédiate. Les députés pacéniens abandonnèrent le Congrès et regagnèrent La Paz où ils furent accueillis en héros. Profitant de ce contexte de crise politique, le parti libéral se souleva avec les Pacéniens contre les forces gouvernementales, en brandissant l’étendard de la « fédération »7 susceptible de rallier jusqu’aux conservateurs pacéniens atteints dans leur susceptibilité régionaliste. En réalité, la victoire du parti libéral, n’entraîna pas du tout l’adoption d’un système fédéral par la suite. Ce dernier ne fut que le prétexte qui vint à temps pour profiter de la vague de mécontentements et permettre à ce nouveau parti d’accéder au pouvoir, d’où le nom, plus généralement donné au soulèvement, de « Révolution libérale ». Ismael Montes, qui allait être deux fois président sous le libéralisme, confirmait en 1899 ce caractère un peu fortuit mais ô combien opportun de l’étendard fédéral :

  • 8 Ismael Montes, Reflexiones de actualidad, La Paz, 1899, cité in Sociedad Geográfica de La Paz, El (...)

[…] la situation pouvait être retournée pour aller dans un certain sens, vers la destruction de l’oligarchie au pouvoir, par un moyen capable, tout en flattant le sentiment provincialiste – tendance dominante du moment – de fédérer tous les éléments de La Paz, en ôtant du même coup au gouvernement l’adhésion des Pacéniens qui leur étaient proches. Quel était ce moyen ? L’initiative fédérale. C’est ainsi que l’idée surgit, accidentellement, et ainsi préparée, ils la présentèrent au Conseil8.

  • 9 Mais Eliodoro Camacho, « chef historique » du Parti, renonça à ses fonctions en avril 1899 pour «  (...)

8Au moment donc où ils proclamèrent la Révolution dite fédérale, les libéraux formèrent une Junte de Gouvernement composée du préfet Serapio Reyes Ortiz, du docteur Macario Pinilla et du colonel José Manuel Pando, avec Fernando Guachalla comme secrétaire général, Eliodoro Camacho comme général en chef de l’armée9, Fermín Prudencio comme chef d’État-major général, Ismael Montes et Zoilo Flores respectivement comme aide et conseiller. Alonso et ses troupes ayant été vaincus à Oruro, la Junte prépara l’installation de la Convention nationale qui, le 23 octobre 1899 nomma José Manuel Pando président de la République pour quatre ans.

  • 10 Le surnom est orthographié tantôt « Willka » tantôt « Wilka » ou « Willca ». En aymara il signifia (...)
  • 11 Pour une histoire de la propriété des terres des communautés indiennes au xixe siècle et début du (...)

9Outre cet aspect de « querelle régionaliste », l’historiographie souligne toujours, face à ce conflit, le facteur décisif que constitua pour la cause libérale l’appui militaire concret des Indiens aymara, sous la direction de Pablo Zárate dit « Wilka »10, et dont le soulèvement se fit, vrai semblablement, en réaction à la politique d’appropriation des terres communales menée depuis la fin des années 186011. Mais de même que le fédéralisme fut oublié après la victoire, de même la reconnaissance envers les troupes indiennes qui avaient participé à la lutte passa par leur désarmement et l’exécution de leurs chefs.

10Avec la victoire des libéraux commandés par le colonel José Manuel Pando, qui fut aussi la victoire du nord sur le sud du pays, et plus exactement celle de la nouvelle oligarchie commerciale de l’étain sur la traditionnelle oligarchie terrienne et minière de l’argent, les conditions étaient créées pour que l’économie bolivienne s’organisât autour d’une nouvelle alliance dont le lieu administratif et politique était désormais La Paz et dont les postulats idéologiques préconisaient la libéralisation de l’État comme condition de sa modernisation. L’analyse des discours et des projets politiques de cette époque est extrêmement délicate car l’élite libérale s’inspira alors d’un ensemble de théories et d’influences philosophiques, venues d’Europe et des États-Unis, mais pour construire un discours politique proprement bolivien.

  • 12 Même si on consent assez souvent à considérer la Révolution de 1789 comme un « acte de naissance » (...)

11Se dire « libéral », à la fin du xixe siècle, c’était en effet reprendre un concept alors dans l’air du temps mais sans pour autant livrer de façon claire l’idéologie et le projet politique qu’il était susceptible de renfermer. Doctrine économique qui se donne la loi du marché pour seul fondement, le libéralisme est également une philosophie politique qui maintient des contours très flous derrière des formes d’apparente évidence. Contrairement au marxisme ou au fascisme, elle ne saurait correspondre à aucune réalisation historique d’une théorie définie au préalable par l’esprit. Contrairement au castrisme ou à la Commune, elle ne saurait être non plus la justification a posteriori d’un ordre social ou politique donné. Elle ne dispose pas même d’un fondement originel – homme ou événement – susceptible de faire l’unanimité12. C’est son trop plein de sens et d’emplois qui en fait un instrument de confusion. C’est sa polysémie et l’ambiguïté d’une notion trop usée qui gênent sa définition. D’autre part, dans l’histoire des idées, le libéralisme est apparu avant tout comme une critique : critique de l’Ancien Régime en Europe mais aussi critique d’une certaine organisation traditionnelle des pouvoirs politiques et religieux en Amérique. Or cette définition « par opposition » qui ne fait qu’approcher la notion par ce qu’elle n’est pas, concourt également à l’existence d’un contenu sémantique bigarré.

12Comment comprendre dès lors dans quelles circonstances et pour quelles raisons la nouvelle oligarchie qui arriva au pouvoir en 1898 se proclama « libérale », et dans quelle mesure son cadre idéologique légitimait-il cette dénomination ?

  • 13 Nous renvoyons ici aux travaux de Pierre Rosanvallon, Le libéralisme économique, Paris, Seuil, 198 (...)
  • 14 Pierre Rosanvallon, préface au Libéralisme économique, ibid., p. IV.

13Depuis le xviiie siècle, la pensée politique moderne était centrée sur la notion de « contrat social » comme pacte politique fondant l’existence même de la société. Or aucune des théories du contrat social de Hobbes à Rousseau n’intégrait ni ne permettait de comprendre les questions de paix et de guerre entre les nations, ou le problème des rapports sociaux13. Seule la représentation des sociétés civiles comme marchés, permettait de concevoir d’une part les rapports économiques entre nations dans leur complexité, et d’autre part le besoin et l’intérêt comme régissant les rapports entre les hommes. Théorisée en particulier par Adam Smith, cette représentation des sociétés faisait du marché une notion qui dépassait le simple instrument technique d’organisation de l’activité économique pour acquérir un sens à la fois sociologique et politique, pour constituer une sorte de « modèle politique alternatif ». La notion de « libéralisme économique » apparaît dès lors étroitement liée à celle de « libéralisme politique », malgré la séparation souvent faite entre les deux14.

  • 15 Au sens wébérien de modèle comportant l’ensemble des caractéristiques les plus saillantes d’un com (...)

14Consciente de l’absence d’unité doctrinale du libéralisme et de la prolifération de textes parfois contradictoires qui ont pu en développer tel ou tel aspect, nous avons voulu, à partir de ces différentes lectures, en dresser ici un idéal type15. Entendu dans son sens encyclopédique le plus courant, il comprend les quatre caractéristiques suivantes :

  1. Le libéralisme s’oppose aux contraintes qui nuisent à l’essor économique du pays et veut favoriser le circuit économique « naturel » (Adam Smith).
  2. Le libéralisme considère la liberté non comme un état de nature à préserver mais comme une construction dont l’État doit être garant (Jean-Jacques Rousseau).
  3. Le libéralisme prône toutefois une étendue limitée des pouvoirs de l’État. Il rejette tout autant l’étatisme que l’anarchisme ou le despotisme. Il place l’État au-dessus des querelles religieuses ou idéologiques et accepte la diversité sociale qui est une fin et un moyen, le résultat et la condition d’existence des libertés individuelles.
  4. Le libéralisme revendique ses affinités d’inspiration avec l’idéal démocratique (philosophes des Lumières) en se situant, sur le spectre politique, à l’opposé des partis traditionnels jugés conservateurs (bipartisme étasunien).
  • 16 C’est en réalité un résumé du discours prononcé par le chef du parti libéral, le général Eliodoro (...)

15Or comment le libéralisme bolivien est-il défini dans le document connu comme programme du parti libéral16 ?

16Les quatre grandes caractéristiques y sont bien présentes quoique développées de façon très inégale.

  • 17 « Que soient promues les industries agricoles, minières, commerciales, la manufacture, etc. […] Qu (...)
  • 18 Appendice « El Liberalismo », La política liberal formulada por el Jefe del Partido General Don El (...)

17Pour ce qui est de la première, le programme érigea en effet en objectif politique de premier ordre l’essor économique et la création de richesses, ainsi que la possibilité de libre circulation des marchandises17. Ce point avait déjà reçu un traitement très privilégié dans l’appendice sur la théorie libérale. Camacho y insistait, en 1883, sur le fait que le libéralisme préconisait des traités commerciaux, fondés sur le principe de liberté absolue18.

  • 19 « Programa del Partido Liberal », ibid., p. 13-14.
  • 20 Appendice « El Liberalismo », ibid., p. 30.

18Le second point caractéristique, à savoir la construction d’une liberté garantie par l’État, est une idée omniprésente du programme libéral : qu’il s’agisse de la liberté de parole et de pensée, de la liberté de presse, d’association, de travail19, toutes étaient considérées comme en danger si on se limitait à penser leur existence comme l’assurance de leur survie. Camacho insista donc sur le fait qu’il incombait à l’État de garantir la création de ces libertés et de les préserver : « L’autorité sans liberté c’est la tyrannie, et la liberté sans autorité c’est l’anarchie : c’est là une formule très ancienne, constamment vérifiée par l’histoire. Cette loi de contrepoids repose sur l’État, dont l’objectif est de permettre ce droit à la liberté »20.

  • 21 C’était Montesquieu qui avait développé ce thème : « Dans un État, c’est-à-dire dans une société o (...)
  • 22 « La liberté compte deux ennemis capitaux : les excès du pouvoir qui l’étouffent en feignant de la (...)

19Notons que dans ce dernier passage apparaît également ce que nous avions retenu comme troisième caractéristique, la mise en garde face aux systèmes dont le libéralisme devait, aussi par définition, se démarquer : la tyrannie et l’anarchie21. Sachant qu’il est toujours plus facile de définir un système de pensée par ce qu’il n’est pas plutôt que par ce qu’il est, et que des rejets déclarés sont toujours des éléments fédérateurs, ces deux ennemis principaux de la théorie libérale furent identifiés en réalité dès le premier paragraphe du programme et firent ensuite l’objet de perpétuelles mises en garde. Le libéralisme prôné devait être ainsi ce juste équilibre entre l’absence de liberté donnant lieu aux abus de pouvoir et au despotisme, et l’excès de liberté qui courait le risque de sombrer bien vite dans la licence et l’anarchie22.

20Cette position était aussi une attaque contre le parti conservateur. Tel un parfait syllogisme implicite on disait : la tyrannie est le pire des régimes ; or, nos opposants utilisent des procédés tyranniques ; donc nos opposants sont ce qu’il y a de pire. Cela permit au groupe libéral de se réaffirmer dans une attitude politique d’opposition et de combat du caractère despotique et donc illégitime du groupe conservateur, dans une parfaite imitation du bipartisme étasunien. La solution, le juste équilibre, c’était « El Orden en la ley », selon le titre que donna Camacho à un article qui parut à La Paz comme éditorial de La Razón en 1887. Les dirigeants, ici les conservateurs au pouvoir, devaient se soumettre aux lois qu’ils imposaient au peuple. Dans le cas contraire, en ne respectant pas leurs devoirs, en organisant la fraude électorale, ils s’exposaient à ce que le peuple revienne à une loi naturelle primitive consistant à assurer sa propre défense. La menace était ainsi clairement formulée à l’intention du parti conservateur, mais surtout elle légitimait, par avance, un soulèvement populaire contre ce dernier.

21Il est à noter toutefois que si la tyrannie et l’anarchie étaient bel et bien repoussées comme des antinomies du libéralisme, l’étatisme était en revanche épargné par ce programme libéral qui prit soin de ne pas l’exclure de son projet politique.

  • 23 Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation, Paris, Pocket, 1992. Conférence de 1882, suivie d’autres es (...)

22Épargnée elle aussi, voire protégée, l’Église fut traitée avec force précautions. Le parti libéral ne souhaita pas ou n’osa pas proclamer une laïcité généralement inhérente à la théorie libérale et ne prôna pas « l’État neutre entre les religions » selon la formule consacrée d’Ernest Renan23. Pour Eliodoro Camacho, le libéralisme ne signifiait nullement une rupture avec la croyance et la pratique religieuses, ni un éloignement des valeurs prônées par ces dernières.

  • 24 « Programa del Partido Liberal », La polìtica liberal formulada por el Jefe del Partido General Do (...)

Il [le libéralisme] ne consiste pas, comme le croient ceux qui le diffament, à rompre brutalement avec les traditions du passé, en se lançant à pieds joints dans des innovations violentes ou en adoptant de façon irréfléchie toutes les réformes imaginables ; il ne consiste pas à faire preuve de permissivité dans les idées, de grossièreté dans le langage, d’immoralité dans les mœurs, ni à afficher une indifférence religieuse, un manque de foi ou un mépris pour elle. Un peuple libre est une société d’hommes de bien, et les hommes de bien sont ceux qui croient en un Dieu de bonté et de justice24.

  • 25 Étaient condamnés de la sorte aussi bien « l’Inquisition espagnole d’hier qui brûlait les hérétiqu (...)

23Il est vrai que, dans ces déclarations, cette foi qu’il était légitime d’avoir et ce Dieu en qui il était légitime de croire ne renvoyaient pas explicitement au catholicisme. Cette relative « neutralité » s’inscrivait dans un effort de cohérence avec les principes de l’appendice « El Liberalismo » qui affirmait que l’État abusait de son autorité dès qu’il s’arrogeait un quelconque pouvoir en matière religieuse25. Mais ce qui dominait c’était la volonté de ne pas effrayer le clergé et ses partisans. Le même discours s’accorda ainsi des entorses à ce qui aurait dû être, par rapport à la ligne théorique définie, un refus total de se mêler ou d’avoir affaire aux problèmes religieux. Ainsi, au moment où Eliodoro Camacho en appela à la tolérance et à l’acceptation de la diversité d’opinions, il prit soin d’insister à nouveau sur la protection que l’État accordait à l’Église… catholique :

  • 26 « Programa del Partido Liberal », ibid., p. 21.

Il faut en finir avec les sources de discorde sociale au sein de la famille bolivienne, sachant que le parti libéral tolère les opinions dissidentes, en évitant que les questions religieuses ou de secte prennent place parmi les questions politiques dans une société comme la société bolivienne, essentiellement catholique et où l’État protège l’Église, suivant la Loi fondamentale […]26.

  • 27 Surtout jusqu’en 1906 où, sous le gouvernement d’Ismael Montes, la liberté de culte fut reconnue.
  • 28 « L’État soutient la religion catholique et l’exercice public d’un autre culte est interdit » publ (...)
  • 29 « Dans le territoire de Colonias, la tolérance est établie par la Constitution politique. La major (...)

24Le discours était bien celui du rejet du parti conservateur – dernière caractéristique générale du libéralisme – et l’acceptation de la diversité – troisième caractéristique –, mais sans imposer la neutralité de l’État. Il s’agissait de préserver les susceptibilités et, pour ce faire, le parti libéral postulait le caractère apolitique des questions religieuses tout en rassurant la majorité catholique : il était hors de propos de remettre en question la loi constitutionnelle qui faisait du catholicisme la religion d’État. Sur cette question, les propos tenus les premières années furent très contradictoires27. Il arriva, après même l’accès des libéraux au pouvoir, que l’État fût officiellement déclaré exclusivement catholique et opposé à l’exercice de tout autre confession28. Mais de fait le règlement pouvait souffrir quelques entorses. La tolérance était de règle, notamment dans le territoire de « Colonias »29, cette zone comprenant l’Acre et étant convoitée par le Brésil. Étrangers ou missions religieuses, même non-catholiques, y étaient les bienvenus. Ils pouvaient, en occupant cette région mal connue et peuplée de « sauvages » selon la terminologie du rapport, aider le pouvoir politique en place à la conserver comme bolivienne.

  • 30 « Programa del Partido Liberal », La política liberal formulada por el Jefe del Partido General Do (...)
  • 31 Appendice « El Liberalismo », ibid., p. 30.

25Enfin, la quatrième caractéristique générale dégagée plus haut fut également très présente. Outre la claire opposition déjà mentionnée au parti conservateur, la prétendue affinité du libéralisme avec l’idéal démocratique, fut, elle aussi, fortement revendiquée. La « vérité du suffrage » constitua un des premiers points développés par le programme30 et l’appendice « El Liberalismo » débutait aussi par l’affirmation d’un lien indissociable entre libéralisme et démocratie31.

26De même que l’écueil de la tyrannie servait aux libéraux à se démarquer de leurs opposants politiques, de même l’aspiration à la responsabilité électorale du peuple et au respect de sa souveraineté, et bien que ce que l’on désignât par « peuple » ne fût jamais précisé et qu’à aucun moment on ne parlât d’étendre l’accès à la citoyenneté à ceux qui en avaient jusqu’ici été exclus, servît à montrer à nouveau du doigt le parti conservateur :

C’est pourquoi l’Homme a le devoir de chercher, sans laisser les passions troubler sa conscience, et les yeux rivés sur sa patrie, les personnes qui dirigeront sa destinée, et d’exercer son droit de s’élever contre les interprétations tendancieuses ou les fraudes qui pourraient fausser la pureté et la vérité du suffrage. C’est pourquoi, également, les gouvernements ont l’obligation de respecter scrupuleusement les opinions des électeurs, librement exprimées, dans la désignation de leurs mandataires, et commettent un délit chaque fois que directement ou indirectement ils faussent, pervertissent ou limitent cette volonté. La tolérance d’un tel délit est liberticide pour les peuples, elle est complicité dans le crime commis.

  • 32 « Programa del Partido Liberal », ibid., p. 14-15.

Aucune réforme politique ou sociale ne peut être envisagée tant que cette idée n’est pas l’opinion de la majorité32.

  • 33 « Programa del Partido Liberal », ibid., p. 24-25.

27C’est encore cette « aspiration démocratique » qu’Eliodoro Camacho mit en avant quand il résuma, à la fin de son discours, ce qu’il avait lui-même engagé avec l’aide du parti libéral : « J’ai voulu que le pouvoir suprême fût la fidèle expression de la souveraineté nationale »33.

  • 34 « Ce n’est qu’avec une société morale que les institutions libres peuvent fonctionner ; elles sero (...)

28Ainsi, excepté les précautions prises pour rassurer l’Église et affirmer la légitimité de la religion catholique afin de contrecarrer toute accusation d’anticléricalisme, le libéralisme bolivien tel qu’il fut défini par le programme du parti libéral reprenait les caractéristiques fondamentales de la pensée libérale universelle. Malgré le soin qu’il prit à se démarquer du libéralisme français, il revendiquait un de ses pères fondateurs, Montesquieu, cité pour intégrer la morale aux côtés de la politique dans l’idéal poursuivi34. Cette morale était vue à la fois comme un but du libéralisme, qui devait permettre aux hommes d’être de plus en plus vertueux, et comme un moyen assurant la possibilité d’existence des libertés.

29C’est donc dans cet esprit et en reprenant à leur compte les principes généraux des théories du libéralisme, que ces hommes se regroupant autour d’Eliodoro Camacho après la guerre du Pacifique se réclamèrent du « Partido Liberal ». Mais de ce libéralisme adopté, ils firent bien vite un libéralisme adapté, en mêlant à leurs postulats idéologiques les théories du positivisme et de l’évolutionnisme darwinisme pour redéfinir un cadre conceptuel donnant sens à leur projet politique particulier.

L’influence des doctrines darwinistes, évolutionnistes, et positivistes, et le rôle clé accordé à l’éducation

30À la fin du xixe siècle certaines théories et courants de pensée venus d’Europe circulaient en Amérique latine, influençant fortement les représentations et les discours. Le vent positiviste qui soufflait déjà sur l’ensemble du continent sud-américain, se trouva bientôt mêlé à d’autres influences telles que le transformisme de Darwin, ou darwinisme, lui-même conjugué à l’évolutionnisme d’Herbert Spencer. La Bolivie n’échappa pas à cette règle. Positivisme, darwinisme et évolutionnisme, qui avaient déjà influencé une partie des élites de la seconde moitié du xixe siècle, y fonctionnèrent comme de véritables schèmes d’une idéologie libérale en gestation. Le libéralisme bolivien trouva ainsi à se structurer et à se façonner à travers eux.

  • 35 Ainsi, par exemple, l’œuvre de G. Klemm se fondait déjà en 1843 sur l’inégalité des races pour exp (...)

31L’intuition évolutionniste, ce sentiment d’une évolution progressive et unilinéaire des organisations sociales, était présente dans bien des spéculations antérieures aux grands noms que l’histoire a retenus pour l’illustrer35. C’est toutefois du domaine biologique, éclairé en particulier par les théories de Darwin et de Lamarck sur l’évolution des espèces vivantes, qu’elle put tirer toute sa consistance. Or si l’évolutionnisme biologique était une réalité scientifique au-delà de l’apparente fixité des espèces vivantes, l’évolutionnisme culturel et social, plus empirique grâce à l’observation courante de changements culturels dans les différentes civilisations, semblait véritablement une évidence. Dans cette évolution des sociétés perçue comme une marche vers le progrès de l’humanité, et à l’instar des espèces vivantes, les formes culturelles les moins viables étaient amenées à disparaître au profit de formes plus parfaites. Dans ce mouvement historique irréversible certains types de civilisation représentaient des formes arriérées tandis que d’autres constituaient des formes plus avancées de société. Les nations dites « modernes », marquées par la culture occidentale d’origine hellénique et latine présentaient une étape avancée du processus et, en ce sens, un modèle à imiter par les formes sociales dites antiques, primitives ou barbares, et considérées comme encore au début de cette marche évolutive.

  • 36 Appendice « El Liberalismo », La política liberal formulada por el Jefe del Partido General Don El (...)

32Ainsi la recherche biologique, associée à une philosophie du progrès dominante depuis le xviie siècle, permit la systématisation d’un évolutionnisme social unilinéaire que les travaux de Herbert Spencer et L. H. Morgan s’attachèrent à structurer. Les formes qui ne pouvaient s’adapter assez bien ou assez vite étaient amenées à disparaître selon un processus de « sélection naturelle ». De ce point de vue, les réglementations destinées à encadrer la vie sociale, dès lors qu’elles freinaient la libre concurrence entre les structures et entre les êtres, constituaient une entrave à l’accomplissement de ce processus de « sélection naturelle ». Or précisément, si dans l’idéal libéral bolivien l’État s’attribuait de garantir des libertés sociales, c’était aussi pour garantir la possibilité d’existence de l’évolution de la société. Une référence évidente au postulat évolutionniste nous est donnée dans l’appendice au programme politique libéral : l’État se devait de poursuivre le bien commun de l’humanité par « le perfectionnement de sa nature »36.

33L’action politique consistait ainsi à garantir la liberté qui elle-même assurait, dans des conditions de libre concurrence, la possibilité d’évolution de la société vers un état meilleur. L’évolutionnisme de Spencer qui s’appuyait sur le transformisme de Darwin pour appliquer au monde social la théorie de la « sélection naturelle » y apparaissait comme une hypothèse de départ, un postulat latent incontestable.

  • 37 Les « cerveaux » les plus glorieux du siècle y étaient mentionnés : « Lamarck, Darwin, Cuvier, Gay (...)
  • 38 Cf. notamment « Herbert Spencer », El Comercio, La Paz, año XXVI, n° 5464, 22/12/1903, p. 2.
  • 39 Jusque dans une circulaire officielle concernant des patentes minières qui n’avaient pas été perçu (...)

34Tout à la fois témoin et promoteur d’une fascination indéniable pour ces hommes et pour leurs théories, le journal de tendance libérale El Comercio de La Paz publia en avril 1901, sur deux jours, un très long article intitulé « Progresos de la biología » qui reprenait avec un véritable enthousiasme les concepts et les postulats des théories précédemment évoquées37. Herbert Spencer faisait partie des références immédiates du monde intellectuel de l’époque. À sa mort, en décembre 1903, la presse lui consacra de longs articles hagiographiques38. La terminologie évolutionniste était tellement courante qu’elle était appliquée à tous les domaines39.

  • 40 « Les états qui ne progressent pas, qui se s’assimilent pas à la civilisation moderne, sont appelé (...)
  • 41 Le transformisme de Darwin et Lamarck fut révisé par August Weissmann qui précisa le principe de s (...)

35Le spencerisme put s’intégrer à la conscience politique libérale et la modeler à son tour parce qu’il était en parfait accord avec les représentations et les projets de cette idéologie en formation. Pour Herbert Spencer, précisons le davantage, l’équilibre global de la nature sans cesse mis en péril était maintenu par l’évolution parallèle des espèces. Or le principe essentiel du transformisme darwinien voulait que cette évolution fût commandée par la survivance du plus apte. Spencer l’adopta pour en tirer des conséquences en morale et en politique : la supériorité morale consistait en une adaptation de plus en plus parfaite à son milieu, d’où l’idée d’une avancée lente mais sûre vers un perfectionnement de la nature humaine. Projeté au niveau macrosocial, le cadre théorique faisait des sociétés humaines des constructions qui devaient, elles aussi, lutter pour vivre ou disparaître. Ces représentations rythmèrent tout le langage métaphorique du libéralisme. Dans la deuxième décennie, il était encore fréquent de lire que la collectivité qui ne s’adaptait pas au progrès était appelée à mourir40. L’évolutionnisme darwinisme cautionna, ainsi, des hiérarchisations de ces collectivités classées comme plus ou moins avancées par les tenants du néodarwinisme41. Or puisqu’il s’agissait là d’un principe évolutif universel dont on postulait qu’il allait vers le bien, la morale absolue, l’État social parfait, les libéraux ne pouvaient qu’espérer que le pays se lançât corps et âme dans cette poursuite effrénée d’une modernité dont les nations occidentales offraient déjà une image exemplaire. Il ne fallait pas rester plus longtemps en dehors du processus, mais s’engouffrer au contraire, aussi vite que possible, dans cette voie du progrès. En sortant de l’état « arriéré » dans lequel elle se percevait pour se lancer dans des avancées de toute façon inéluctables, il semblait que la Bolivie deviendrait enfin une nation moderne et gagnerait ses lettres de noblesse dans la représentation internationale.

  • 42 Comme le souligna le journaliste U. Escobar M., pourtant très critique vis-à-vis des effets de mod (...)

36Parallèlement, au cours de la deuxième moitié du xixe siècle, s’était déjà diffusé l’esprit dit « positif » dont l’idéal poursuivi était la connaissance scientifiquement correcte de tout ce qui entourait l’homme. Les théories d’Auguste Comte eurent des répercussions très fortes outre-Atlantique et notamment en Bolivie42. Outre le fait qu’elles rejetaient la pensée scolastique et religieuse, elles servirent à renforcer la conscience d’un « devoir » d’aller vers le progrès et la modernisation. Cette conscience était déjà présente dans le référent évolutionniste mais progrès et modernité étaient identifiés, cette fois, à l’acquisition d’un esprit scientifique.

  • 43 Ainsi, même la presse d’inspiration conservatrice affirmait en juin 1899 qu’il fallait « favoriser (...)
  • 44 La première définition donnée au libéralisme bolivien ne pouvait être plus claire : « Le libéralis (...)

37Selon Comte, en effet, et sa loi des trois états, l’histoire des sociétés présentait trois phases, correspondant aux trois stades d’une évolution universelle. Le premier, appartenant au passé européen, c’était « l’état théologique », lui-même marqué par les phases successives du « fétichisme », du « polythéisme » et du « monothéisme », où tout renvoyait à Dieu, cause et explication de tous les phénomènes. Le deuxième, « l’état métaphysique » (ou critique), était cet état de transition du moment, où les références à Dieu s’effaçaient, où les partis se cherchaient, les révolutions se faisaient. Le troisième état, vers lequel toute l’humanité s’acheminait, était « l’état positif » (ou scientifique) où toute superstition ou fiction était abolie pour chercher des lois ou des rapports constants entre les choses, où régnaient la science et la raison et où l’essor scientifique et l’essor industriel allaient de pair. En un sens nouveau, Comte appuyait le progrès social, intellectuel et moral, sur le progrès scientifique des sociétés, et l’accroissement du bonheur pour tous sur la diffusion de la raison. La réforme intellectuelle était ainsi primordiale, pour former les « esprits positifs » des sociétés modernes. Non seulement le positivisme prônait, comme les théories évolutionnistes et darwinistes, la nécessaire avancée vers le progrès, mais il associait science, raison et moralité, assimilait le progrès des nations au progrès scientifique de l’esprit, et faisait du progrès matériel des sociétés une retombée de leur progrès spirituel. Or les voix des élites boliviennes s’accordaient, elles aussi et toutes tendances confondues, à prôner un progrès susceptible d’interférer sur tous les domaines de la vie sociale43. Le parti libéral fit de ce terme consensuel de « progrès » une notion clé de son programme politique44. Le projet de société semblait bien être « moderniser », et son leitmotiv « le progrès ».

  • 45 « Programa del Partido Liberal », ibid., p. 15-16.
  • 46 Avec l’imprécision déjà évoquée quant à ce que signifie le peuple. Mais cela n’empêcha pas les lib (...)
  • 47 « Cette évolution patriotique, qui a eu lieu le 12 […], est le début d’une nouvelle ère de progrès (...)
  • 48 « Un état fort doit pouvoir faire face à des dépenses considérables, ce qui n’est possible que par (...)

38D’un point de vue moral, ce progrès était un refus de la décadence et un effort d’ascension vers le bien et la vertu45. D’un point de vue politique et social, il signifiait la souveraineté du peuple46 et le renforcement d’institutions démocratiques47. Sur le plan économique, enfin, il était synonyme d’un accroissement des richesses, lui-même fruit d’un développement des techniques et des industries agricole, minière, commerciale et manufacturière48.

39Ainsi, postulats évolutionnistes et positivistes furent mêlés à ceux des théories libérales pour fonder un libéralisme bolivien, fortement lié à la notion de progrès, et à partir duquel pouvait prendre sens un projet politique, celui d’une reconstruction de la nation en vue d’une modernisation nationale en aiguillant de toute urgence le pays sur les voies du progrès et de l’évolution.

  • 49 Le vocabulaire médical était récurrent tout comme l’idée que le peu de vitalité restant au pays po (...)

40Le pendant éducatif du projet apparaît de façon évidente : pour engager la société dans la voie du progrès sous toutes ses formes, il fallait nécessairement former et préparer en ce sens les êtres qui la constituaient. Le pays stagnait dans un état « maladif », voire « moribond », le remède était à trouver dans une éducation, si possible scientifique, qui accompagnerait l’essor industriel, ce signe attendu de guérison nationale49.

41Ainsi liée à la notion de progrès, l’éducation devint un concept central du projet politique libéral. Pour une « ascension morale » et pour une avancée dans le respect d’institutions démocratiques comme pour un développement économique du pays, il fallait une formation, une préparation des êtres qui devaient engager le processus. Le rôle de l’éducation était de les « civiliser » en leur donnant les repères sociaux, moraux et intellectuels leur permettant de s’acheminer vers ce nouvel état de société visé.

  • 50 Juan Misael Saracho, Memoria… de 1907, p. 12.

42Dès la constitution du parti libéral, l’éducation fut ainsi une notion inhérente aux ambitions de progrès et de modernité qui étaient les siennes. Elle constituait le « facteur de civilisation » par excellence. Plus encore qu’un instrument de développement ou qu’un remède à un malaise social ponctuel, elle apparaissait également comme le sens réel à donner au processus évolutif de perfectionnement des sociétés, en se confondant avec lui. Juan Misael Saracho, ministre de l’instruction publique de 1903 à 1908 rappelait au Congrès que le xxe siècle était « éminemment pédagogique » et que le perfectionnement des moyens éducatifs poursuivait l’idéal « d’incessante amélioration de l’humanité »50.

43À ces représentations s’ajouta un souci particulier pour l’éducation de la jeunesse des « masses populaires », c’est-à-dire précisément celles qui étaient restées jusqu’alors en dehors de tout système éducatif et de tout accès à l’instruction institutionnelle. Ce déploiement d’un système éducatif qui devait atteindre toutes les couches de la société revêtit dès lors officiellement une importance capitale. Dès le programme de 1885 cet impératif était clairement exprimé :

  • 51 « Programa del Partido Liberal », La Política Liberal formulada por el Jefe del Partido General Do (...)

Pour préparer les coutumes salutaires qui font la prospérité des nations, il faut commencer par modifier les conditions intellectuelles et morales de la société, en instruisant et en éduquant sa jeunesse, principalement celle des masses inférieures, dans les saines doctrines libérales, inculquées avec persévérance à travers le mot et l’exemple, à l’école et au club, en chaire et dans le temple51.

44Il pouvait n’être qu’une déclaration de principe, comme nombre de discours qui l’avaient précédé. Mais les enjeux étaient plus pressants : tout pouvait et devait être prétexte à diffuser une instruction susceptible de transformer les mentalités dans le sens souhaité par la théorie libérale.

  • 52 Ce thème a fait l’objet d’un travail parallèle que nous ne reprenons pas ici pour circonscrire not (...)

45Cette instruction qui devait agir comme moteur de transformation des mentalités et les mobiliser pour qu’elles puissent répondre aux nouvelles nécessités sociales était liée à l’école, c’est-à-dire au système éducatif institutionnel. Mais elle pouvait et devait aussi se diffuser dans les familles, pensées comme premiers facteurs de « civilisation » de l’enfant, et que les discours officiels comme la presse libérale appelaient bien souvent à la rescousse pour former des êtres obéissants et respectueux de l’ordre établi52.

  • 53 « En résumé : il faut éduquer une société libre pour en faire une patrie heureuse », « Programa de (...)
  • 54 Ismael Montes, deuxième président libéral qui débuta son mandat le 6 août 1904, déclarait en 1899  (...)

46Ainsi, ce projet politique libéral qui se définit, à l’origine, par rapport à la notion de « liberté », pour le progrès de la « patrie » tout entière et sans renier « Dieu » passait nécessairement par l’instrument éducatif qui devint du même coup un objectif premier. Or, derrière la métonymie d’une société à éduquer comme le posait le programme politique53, la population dans son ensemble était à éduquer et en particulier ces « masses inférieures » déjà évoquées qui n’étaient autres que les masses paysannes et indigènes en marge de tout système éducatif, les laissés pour compte d’une instruction même minimale. Pour faire de la société bolivienne une société moderne, il fallait qu’ils participent à l’avancée nationale en se « civilisant »54.

47Dès sa constitution et l’élaboration de son projet politique, le parti libéral accorda ainsi à l’éducation un rôle de tout premier ordre. Contrairement au projet de réforme fédérale ou aux promesses de restituer aux indigènes leurs terres confisquées, qui furent oubliés sitôt finie la Révolution, l’éducation resta un souci prioritaire avec l’accès des libéraux au pouvoir.

L’ambition d’unité nationale

  • 55 « No hay vencidos ni vencedores », El Comercio, La Paz, año XXII, 13/07/1899.
  • 56 Mensaje que presenta la Junta de Gobierno a la Honorable Convención Nacional de la República de Bo (...)
  • 57 Marta Irurozqui, La Armonía de las desigualdades, op. cit., p. 123.

48Étroitement lié au souci de modernisation, et le conditionnant en partie, existait également un souci de développement et de renforcement d’une unité nationale. En effet, cet habit de Polichinelle qu’était la Bolivie à la fin du xixe siècle faisait des groupes qui l’habitaient un ensemble hétérogène, non seulement difficile à diriger dans une seule et même direction selon les représentations et le système de valeurs de la minorité occupant le haut de la hiérarchie sociale, mais également extrêmement dangereux pour la permanence au pouvoir de cette même minorité. Conscients du danger que pouvaient représenter ces masses pour l’élite politique dans son ensemble, tous partis confondus, les libéraux s’attachèrent, dès leur victoire, à créer du consensus autour d’eux pour instaurer une paix politique. Ennemis sur la scène de l’exercice du pouvoir politique, ils étaient du même côté que les conservateurs sur la scène sociale. Ils commencèrent donc par afficher un discours de tolérance et de fraternité envers leurs opposants politiques. « Il n’y a ni vaincus ni vainqueurs » titra El Comercio de La Paz le 13 juillet 189955. Et en octobre de la même année, dans son message à la Convention nationale, la Junte rappelait les garanties accordées aux prisonniers ainsi que les amnisties décrétées dans bien des cas, et insistait sur le fait qu’ils avaient mené, en toute occasion, une politique de réconciliation dans un esprit de fraternité56. Marta Irurozqui employa ainsi le terme de « pacte oligarchique » pour qualifier l’après victoire libérale57.

49Dans ce contexte, le souhait d’unité était véritablement perçu comme un besoin d’unité, et ce non seulement entre les différents groupes de l’élite mais aussi avec les masses indigènes du pays. La « peur de l’Indien », que l’on peut saisir dans les discours et dans la presse d’époque, rendit ce désir d’unité nationale si aigu qu’il nous intéresse de l’analyser ici pour saisir les répercussions que ce rapport aux masses indigènes put avoir dans la politique éducative engagée. Il nous semble avoir constituté un moteur essentiel des premières réformes.

La peur de « l’Indien »58

  • 58 Ce thème a fait l’objet d’un article intitulé « La peur blanche : un moteur de la politique éducat (...)
  • 59 Dépossédées de leurs terres dans les années 1860, puis les récupérant en partie, les communautés i (...)
  • 60 Nous avons déjà commenté plus haut le nom pris par ce leader indigène. Pour plus de renseignements (...)
  • 61 Marta Irurozqui, La Armonía de las desigualdades, op. cit., p. 39.
  • 62 « […] les troupes d’Indiens font la guerre “de leur propre chef” (motu propio) contre la race blan (...)
  • 63 Nous avons évoqué déjà le massacre de Mohoza où furent anéantis des soldats libéraux. L’épisode sa (...)

50Les libéraux s’accordaient à considérer que le peuple bolivien dans son ensemble devait contribuer à la modernisation nationale, et qu’il fallait le former et le responsabiliser en ce sens. Mais ne risquait-on pas, en sortant les masses indigènes de leur isolement géographique et culturel, de laisser la porte ouverte, voire même d’inciter aux soulèvements et aux rébellions ? Déjà les indigènes avaient montré, au cours des dernières décennies, qu’ils étaient fort capables d’organiser des soulèvements violents59. Quand les libéraux arrivèrent au pouvoir, la peur d’une révolution indigène était déjà très répandue parmi les élites. La Révolution libérale elle-même n’avait-elle pas suscité des soulèvements d’Indiens guidés par Pablo Zárate dit Wilka60, cacique de la province de Sicasica et leader des Indiens dans leurs rébellions et revendications de terres confisquées ? Or cet épisode laissait l’image de massacres sanglants, ceux de Peñas, de Corocoro et Ayoayo contre l’armée des conservateurs, mais aussi et surtout celui du bataillon Pando, anéanti à Mohoza par des troupes indiennes censées le soutenir… Ainsi les indigènes pouvaient se transformer du jour au lendemain d’alliés en ennemis cruels. De ces massacres, on retenait la brutalité et le sang-froid avec lesquels ils avaient exterminé les soldats des deux camps. L’indigène passa donc, dans les représentations libérales, du statut de victime des abus conservateurs à celui de sauvage mettant en danger l’hégémonie des élites dont les libéraux faisaient partie61. Avant même la fin de la guerre, les libéraux marquèrent leurs distances par rapport aux soulèvements des indigènes qui luttaient pourtant à leurs côtés, et José Manuel Pando, n’hésita pas à emprisonner Zárate Wilka sur qui il s’était appuyé dans un premier temps. Face à ce potentiel indigène de rébellion, libéraux et conservateurs étaient du même côté. José Manuel Pando en avait clairement conscience comme en témoigne un télégramme qu’il envoya au président conservateur Fernández Alonso juste après la rébellion de Mohoza et le massacre du bataillon libéral pour demander une alliance de leurs forces face à la menace d’indigènes dont le contrôle semblait leur échapper62. La prétendue « guerre des races » devint une rumeur à laquelle on semblait donner crédit et qui fut le prétexte d’interventions musclées. Ainsi la supposée préparation d’une révolte indigène massive pour le mois de mai 1899 fournit aux libéraux l’occasion d’emprisonner plusieurs autres chefs indigènes et d’enfinir avec les revendications de terres que le gouvernement libéral était censé satisfaire une fois arrivé au pouvoir. Ces actions répressives n’étaient sans doute pas seulement destinées à se dispenser de tenir les promesses faites. Elles furent la manifestation de peurs réelles face à une population contre laquelle on continua d’exercer de véritables purges même après la victoire libérale et jusqu’au terme du procès de Mohoza (1901-1904)63 en condamnant des responsables et participants des massacres précédemment évoqués. Tout soulèvement de ce groupe indigène constitué d’êtres « sanguinaires » était, aux yeux de l’élite blanche, une éventualité à repousser avec horreur.

51La presse de ces années là, toutes tendances confondues, témoigne de cette peur face au « péril indien ». Le terme « indien », souvent évité, nous l’avons dit, dans les discours officiels, était désormais de règle dans les journaux et les revues pour désignerl’insurgédangereux. » Tendencias devastadoras » titra ainsi en première page La Industria de Sucre, le 16 mai 1899, dans un article qui exprimait la peur d’une révolution indienne et qui en appelait à une action énergique de la Junte de gouvernement contre ces « hordes menaçantes » :

  • 64 « Tendencias devastadoras », La Industria, Sucre, año XIX, n° 2427, 16/05/1899, p. 1.

Les Indiens soulevés campent sur une attitude de guerre dans plusieurs provinces parmi les plus importantes des départements du nord, leur audace allant jusqu’à menacer d’une invasion dévastatrice les villes très peuplées que sont La Paz et Oruro, dont les habitants subissent la douloureuse anxiété d’une attaque possible64.

  • 65 « La guerre civile, que les partis politiques se sont livrée, n’a été pour elle [cette classe féro (...)
  • 66 Cf. « Por la raza indígena », El Comercio, La Paz, año XXIII, n° 4805, 19/09/1900, p. 2. Sept ans (...)

52Cette explosion, y précisait-on, ne se limitait pas à quelques régions, mais avait commencé déjà à s’étendre vers le sud, tendant à produire « une conflagration générale ». La minorité oligarchique blanche semblait d’autant plus angoissée qu’elle se sentait doublement visée par ces mouvements qui présentaient à la fois des caractéristiques de « révolution de classe » et de « révolution de race »65. Ainsi même des articles a priori plutôt favorables aux indigènes, pouvaient annoncer, menaçants, que l’esclavage, quand il rompait ses fers, frappait de façon féroce et aveugle66. En 1900, l’amnistie et la paix sociale furent donc désirées avec une claire conscience du danger que représentait, pour la minorité blanche, tout potentiel révolutionnaire indigène pouvant viser à une libération, non pas au sein des structures existantes mais bien en renversant la pyramide pigmentocratique dont dépendait toute l’organisation sociale.

  • 67 M. D. Demélas en a souligné l’existence déjà dans les années 1870. Elle cite en particulier un art (...)

53Cette peur n’était pas nouvelle67 et elle ne renvoyait au fond qu’à des représentations cauchemardesques séculaires des Espagnols colonisateurs, mais elle trouva à s’alimenter et à se raviver en cette fin de siècle. Ces profonds remous de crainte s’agitèrent et remontèrent à la surface avec les événements de la Révolution de 1898. Dans leur premier message au Congrès National, réuni à Oruro le 20 octobre 1899, les trois représentants de la Junte de gouvernement, Serapio Reyes Ortiz, José Manuel Pando, et Macario Pinilla, ne purent éluder le problème. C’est en légitimant leur violence par les maux que les indigènes avaient subis jusqu’alors qu’ils tentèrent de rassurer l’ensemble des députés et des sénateurs réunis :

  • 68 Mensaje que presenta la Junta de Gobierno a la Honorable Convención Nacional de 1899, p. 6.

Les indigènes du haut plateau, habituellement étrangers aux guerres civiles, tant par caractère que par indolence innée, se sont trouvés obligés d’intervenir dans le conflit pour défendre leurs propriétés, l’honneur de leurs familles et leur propre sécurité, car des consignes semblaient être données pour qu’ils fussent régulièrement persécutés avec un véritable acharnement […]. Dans le délire de leurs représailles pour les malheurs subis, ils harcelèrent partout leurs ennemis et aidèrent spontanément l’armée fédérale dans sa marche vers la victoire68.

  • 69 Id.

54Ayant dû mentionner la lutte de ceux qui étaient à nouveau nommés ici comme les « indigènes », ils cherchèrent immédiatement à apaiser les esprits en insistant sur le caractère tout à fait unique et ponctuel de cette violence, d’ailleurs euphémisée par le substantif « d’effervescence ». Non vraiment, un gouvernement libéral n’avait rien à craindre des indigènes car « leur effervescence ne fut que ponctuelle et après la victoire finale ils retournèrent dans leurs foyers à leurs travaux quotidiens, en faisant montre d’une obéissance inconditionnelle et passive, comme toujours, face au pouvoir constitué et aux autorités »69.

  • 70 Le délit ne faisait pour eux aucun doute et les conditions de « la destruction de l’escadron Pando (...)

55L’enjeu qui devait déterminer le meilleur présidentiable tournait, on le voit, autour de la question indigène. Dans ce contexte d’inquiétude pour les classes blanches dominantes, le bon chef d’État devait être avant tout capable de prévenir et d’empêcher tout débordement qui pouvait mettre en péril l’élite dans son ensemble. Au-delà des querelles de personnes ou de formations politiques, il y avait une domination de classe à préserver. Les plus rassurants, c’est-à-dire ceux qui donnaient à penser qu’ils avaient la meilleure maîtrise du problème, devenaient du même coup les plus légitimes. Or malgré ces discours qui tentèrent un apaisement des esprits en affichant une sûreté et une confiance rassurantes, les actes concrets démontrèrent que même aux libéraux, les indigènes faisaient peur. Témoin le procès de Mohoza où furent condamnés tous ceux qui furent accusés d’avoir participé au soulèvement et au massacre contre les troupes libérales dans le village du même nom70. De façon plus générale, les purges qui suivirent la victoire libérale et se firent sur de simples rumeurs témoignèrent de cette peur d’une mise en péril de l’hégémonie de l’oligarchie blanche.

  • 71 Sous le terme « criminalité », on regroupait les délits suivants : parricides (2), assassinats et (...)
  • 72 Oficina Nacional de Inmigración Estadística y Propaganda Geográfica, ibid., p. 287. Les jugements (...)

56Il fallait rassurer pour éviter que ce danger potentiel n’ôtât au nouveau gouvernement libéral sa légitimité, mais on ne cessait pas pour autant de le craindre. Dans le même temps, l’Oficina Nacional de Inmigración Estadística y Propaganda Geográfica, publia en 1903 un synopsis statistique et géographique qui dressait une statistique de la « criminalité »71 par département en fonction de la variable « race », qui se rajoutait à l’état civil, au degré d’instruction, et à l’âge. Leur conclusion générale était tout à fait explicite : le manque d’éducation et l’élément indigène plus ou moins dominant, constituaient les deux facteurs déterminants de la criminalité dans les différents départements72.

  • 73 « Descuido lamentable », El Diario, La Paz, año I, n°60, 07/06/1904, p. 2.
  • 74 Il y eut des soulèvements locaux de « type revendicatif », une à trois fois par an entre 1905 et 1 (...)
  • 75 José Durán, Instrucción pública en Bolivia. Causas de su estacionarismo. Indicaciones para su mejo (...)

57Les craintes face à l’indigène, qui redoublèrent à la suite de la Révolution de 1898, ne furent pas seulement des peurs ponctuelles, remises au goût du jour avec les événements de Mohoza. Elles se prolongèrent et ne s’arrêtèrent pas même après 112 les répressions gouvernementales. El Diario de La Paz, journal à tendance libérale déplorait encore, en 1904, que dans le pays subsistent « labarbarie » et « le danger représenté par cette immense masse indigène »73. Face au désir et au besoin universel, selon les théories évolutionnistes, de « civiliser » les sociétés « en retard », les indigènes représentaient les « sauvages » encore en dehors de tout processus évolutif. La menace liée à leurs soulèvements potentiels restait très présente dans les esprits. Ce danger était toutefois associé aux indigènes des hauts plateaux. Ceux de l’orient étaient, certes, en dehors de la civilisation, mais trop éloignés des lieux de pouvoir et de l’élite pour représenter un quelconque risque. Ces peurs envers l’indigène des hauts plateaux perdurèrent, en revanche, à des degrés divers, pendant toute la période libérale, d’autant plus que des soulèvements postérieurs entretinrent ces représentations74. L’indigène bolivien était jugé dangereux non seulement parce qu’il était « indien » mais aussi parce qu’il était « ignorant ». Tant que le gouvernement ne se donnait pas la peine de prendre en charge sa « civilisation », il resterait un danger potentiel car, comme l’enseignait José Duránà tous les enseignants qui voulaient bien l’écoute roule lire, l’ignorant était un danger pour la Société. Dans une situation de crise, les passions pouvaient transformer « le sot animal » en une « bête féroce »75.

58Face à cette conscience d’appartenir à une société duale, avec d’un côté une minorité blanche, instruite, civilisée, et possédant le pouvoir, et de l’autre les masses indigènes, pauvres, asservies depuis des siècles, et sans participation politique puisqu’en « état de barbarie », et face à la hantise devoir s’inverser les rapports de domination, les libéraux manifestèrent leur profond désir d’asseoir une unité nationale qui, en même temps qu’elle apaiserait cette dualité conflictuelle, servirait leur projet de modernisation. Or cette unité passait par une instruction, certes, mais dont on attendait qu’elle fût capable de développer un sentiment plus fort d’identité commune, par une conscience d’appartenance nationale et un sens patriotique plus marqués.

Être entre « patriotes »

59Répondant à cet objectif de première nécessité – à savoir la préservation d’une domination de classe et la maîtrise du danger indien – nous pouvons distinguer deux grands courants de pensée qui se manifestèrent dans les publications de l’époque.

  • 76 Censo de población de la República, p. 35-36.
  • 77 Silvia Rivera Cusicanqui, Oprimidos pero no vencidos, op. cit., p. 17-18.

60Avec le premier, les classes dominantes cherchaient à se rassurer par l’annonce « scientifiquement » démontrée de l’extinction de la race autochtone. Ainsi les résultats définitifs du Recensement de 1900 mentionnèrent, après avoir détaillé la distribution géographique des différentes familles ou tribus composant la population indigène, que la « race indigène » était en train de disparaître, lentement mais sûrement. Du fait des catastrophes naturelles et de vices tels que l’alcoolisme, elle serait bientôt insignifiante voire inexistante, ce qui semblait davantage rassurer qu’indigner76. Les constats statistiques n’étaient pas les seuls à donner un caractère apparemment « scientifique » à ce type de considérations. Les théories de Darwin et de Spencer fournissaient à nombre d’intellectuels une terminologie grâce à laquelle ils expliquaient la disparition prochaine des Indiens comme le résultat de leur incapacité à servir « l’évolution » et à durer dans la « lutte pour la vie ». Leur élimination de la surface de la Terre devenait ainsi une conséquence logique de la « sélection naturelle »77.

  • 78 La Industria était alors l’organe de presse du parti conservateur. Le journal était toutefois en p (...)
  • 79 « Aucun effort n’est donc plus louable que celui qui tend à cultiver l’esprit des masses populaire (...)

61Le second grand courant de pensée envisageait au contraire la persistance des indigènes, et considérait que la modernisation nationale devait se faire avec l’ensemble de la population, donc également avec eux. Dans la perspective de la construction d’un État nation moderne, il fallait supprimer cette dualité. L’élite au pouvoir et les masses indigènes devaient travailler de concert quoique sans menacer l’ordre établi. Cela parut possible avec l’aide d’une forme d’instruction qui réduirait à néant ces soubresauts de violence en leur faisant perdre toute légitimité. Ainsi l’idée se propagea avant même la première présidence libérale et jusque dans La Industria78, d’une instruction susceptible de « bonifier » l’état d’esprit des masses indigènes pour les amener tout naturellement à s’incorporer à la modernité et à y contribuer. Selon leur éducation et leur degré « d’ascension morale », répétait la presse, ces masses populaires pouvaient représenter le pire ou le meilleur79. La figure de l’Indien était associée à cette ambiguïté. En l’état, il constituait une menace mais, éduqué, il était l’espoir de l’État libéral naissant. Or la formation, chez lui, d’un état d’esprit plus adéquat aux aspirations sociales de l’État libéral fut envisagée en étroite corrélation avec la volonté de développer un élan patriotique.

  • 80 Raoul Girardet, Le nationalisme français, Paris, éd. Seuil, 1988, p. 70.

62D’une part, la Bolivie se retrouvait, après le désastre militaire du littoral, comme la France après la perte de l’Alsace Lorraine : amputée d’une partie de son territoire et stimulée par une méditation nouvelle sur l’idée de patrie. Si en France les textes de Fustel de Coulanges et d’Ernest Renan, respectivement en 1870 et 1882, trouvèrent un large écho en affirmant qu’une patrie n’est autre qu’une « communauté d’idées, d’affections, de souvenirs et d’espérances », en Bolivie se développa l’idée que le patriotisme constituait une des dimensions du progrès moral des peuples. Quoi qu’il en soit, d’un côté et de l’autre de l’Atlantique se manifesta la reconnaissance de ce que Raoul Girardet nomme « ce devoir primordial » de « refaire un “esprit”, une “conscience” nationale », auquel aboutit généralement « le vaste effort de réflexion provoqué par la défaite »80.

63Outre le fait qu’une instruction patriotique pouvait favoriser le progrès moral de chaque individu par l’enseignement de toute une morale sociale de culte à la patrie, de respect et de discipline, elle enseignait en même temps à renoncer à toute émeute nuisible au pays, pour lui faire préférer l’utilité, voire le sacrifice. Le premier programme du parti libéral lançait ainsi un appel à tous pour enseigner aux masses de travailleurs à aimer leur patrie et à être prêts à se sacrifier pour elle :

  • 81 « Programa del Partido Liberal », La Política Liberal formulada por el Jefe del Partido General Do (...)

Nous exigeons de la société bolivienne moralité et patriotisme. Travaillons, alors, à redonner leur dignité à l’artisan et au paysan, en les écartant des mauvaises doctrines et en les éloignant des mauvais exemples ; faisons en sorte de leur apprendre à l’école et dans la société à aimer la patrie, non pour l’exploiter mais pour lui offrir quelque chose, quitte à aller contre l’intérêt personnel81.

  • 82 Ibid., p. 21.
  • 83 Citons comme exemple El Comercio qui invitait à réfléchir à la façon de sortir la race indigène «  (...)
  • 84 Étaient dénoncées notamment les gabelles, diezmos et primicias, ces contributions obligatoires exi (...)

64Eliodoro Camacho précisait que dans l’union résidait « la force morale et matérielle des nations »82. La presse du moment participa de cette volonté de constituer une unité nationale autour d’une patrie aimée et ressentie comme telle, pour laquelle chacun devait être prêt à se dévouer83. Une fois levée la tyrannie que les autorités pouvaient représenter, c’est-à-dire quand auraient cessé les exactions et les spoliations dont les Indiens étaient victimes84, les dirigeants politiques feraient de cet « élément adverse » le meilleur défenseur de la patrie. De plus, il suffisait que toute une population s’accordât à voir en un territoire donné sa « mère patrie » pour éliminer les risques de conflits intestins, nul ne souhaitant son instabilité et tous travaillant au contraire à sa défense et à sa grandeur.

  • 85 Appendice « El Liberalismo », La Política Liberal formulada por el Jefe del Partido General Don El (...)
  • 86 En témoignent les articles des revues éducatives, signés d’enseignants des établissements et décla (...)
  • 87 Andrés S. Muñoz, Memoria… de 1903, p. 142.
  • 88 « Instrucción pública », La Mañana, Sucre, año III, n° 572, 13/07/1907, p. 2.
  • 89 Cf., par exemple, les recommandations de « Nuestra educación cívica », La Mañana, Sucre, año IV, n (...)

65Le rôle de l’école fut donc également pensé dans cette perspective dès le premier programme libéral. Celui qui devait recevoir une instruction morale et scientifique qui ferait de lui un bon citoyen devait aussi recevoir un enseignement militaire qui ferait de lui un bon soldat85. L’Indien, une fois devenu bon soldat et patriote, pourrait être le garant de l’unité à laquelle aspirait la classe dirigeante. Ce rôle de l’école fut généralement accepté et diffusé par les enseignants eux-mêmes86. Cette œuvre d’unification nationale par le développement d’un sens patriotique devait d’ailleurs, dans le discours des élites, se réaliser à tous les niveaux de la formation y compris dans les universités dont la principale tâche devait être une « réorganisation morale de la nation »87. Le système universitaire devait être capable de produire une élite partageant ces valeurs et capable ensuite de catalyser à son tour les progrès du pays. De la façon la plus consensuelle en tout cas, les élites politiques et intellectuelles s’accordaient à voir en l’école le moyen d’impliquer l’ensemble de la population dans la « modernisation » d’une patrie enfin « unifiée ». Le patriotisme était une condition de cette unité et une condition de la civilisation et de la grandeur nationale visées88. Ainsi l’instituteur devait-il, plus que jamais, enseigner l’amour pour la patrie. Diffuser le civisme tout en enseignant à l’enfant l’autorité et la soumission faisait pleinement partie de sa noble mission89.

La légitimation des « rôles sociaux »

  • 90 Marianne Debouzy étudie ces mouvements intellectuels en les mettant en rapport avec le développeme (...)

66Les concepts issus des philosophies libérales des xviie et xviiie siècles ne pouvaient être repris tels quels par la nouvelle élite libérale bolivienne de la fin du xixe siècle, à un moment de son histoire où elle sentait un énorme besoin d’engager le pays dans la voie du progrès et de la modernisation nationale. Elle dut les adapter à la situation particulière de la Bolivie et surtout les combiner avec ceux des théories scientifiques en vogue dans le nouvel âge industriel. Cela fut d’autant plus facilement réalisable que ces courants européens avaient déjà gagné les États-Unis90 et que la perméabilité de la Bolivie aux influences du « grand frère » du nord était croissante. Mais face à la multiplication des révoltes indiennes, et face au danger que pouvait représenter pour l’élite blanche au pouvoir toute remise en cause du bienfondé de sa domination, il lui fallait également un cadre idéologique capable d’asseoir sa suprématie et de la fortifier en la légitimant aussi « scientifiquement » que possible, puisque l’heure était à la rationalité.

  • 91 Silvia Rivera Cusicanqui, Oprimidos pero no vencidos…, op. cit., p. 17.
  • 92 « Nous laissons au lecteur le soin d’apprécier si cela peut être un bien, en n’oubliant pas que, s (...)
  • 93 Nous nous attachons à définir ici cet état d’esprit du tout début de la période libérale, mais il (...)
  • 94 « Temas de actualidad. La reorganización », La Industria, Sucre, año XIX, n° 2435, 20/06/1899, p. (...)

67Or elle trouva dans la trame conceptuelle de cette idéologie libérale toutes les justifications à la fois de la reconstruction et modernisation nationales auxquelles elle aspirait, et de sa propre légitimité comme élite gouvernementale pour mener à bien le projet. Cet effort pour conforter un sentiment de légitimité des rôles et statuts sociaux existants nous est apparu sous deux aspects. Au tout début de l’ère libérale, une partie de l’élite s’accrocha à une espérance pour elle salvatrice, que nous avons déjà évoquée : l’inexorable extinction, justifiée par les théories de l’évolution, d’une race indigène trop faible pour résister dans la « lutte naturelle pour la vie ». Avec elle disparaissait en définitive ce qui, aux yeux de la minorité dominante, constituait l’obstacle à lever pour la construction d’un État-nation moderne, le « lest »91 qui empêchait d’avancer. Les libéraux pensaient reconstruire une nation à l’image de leurs ambitions et de leur système de valeurs. Les commentateurs des résultats du recensement, après avoir montré comment la « race indigène » allait peu à peu disparaître, se demandaient tranquillement si cela n’était pas, au fond, le plus souhaitable92. De ce point de vue, il était d’autant plus logique de n’attribuer aux Indiens que des seconds rôles et de les maintenir ainsi au bas de l’échelle sociale qu’ils n’allaient pas y rester longtemps, dans la mesure où ils étaient appelés à disparaître de la scène nationale selon un mécanisme irréversible répondant à un ordre « naturel et scientifique ». Mais le deuxième courant de pensée que nous avons défini considérait que le pays devait s’engager dans la voie du progrès avec les masses indiennes nécessairement impliquées dans cette modernisation. Il prit assez vite le pas sur le premier. Or de ce point de vue également, le rôle de l’oligarchie détenant le pouvoir était, à l’âge de la science, » scientifiquement »légitime. En effet, à partir du moment où l’on acceptait de considérer l’évolution des sociétés et des espèces comme unilinéaire et universelle, et puisque, selon les concepts empruntés aux théories darwinistes et évolutionnistes, ceux qui triomphaient dans la lutte pour la vie étaient « les plus aptes », alors les plus riches et les plus puissants étaient également les meilleurs. En vertu de ces mêmes règles, les hiérarchies ou inégalités sociales étaient le fait d’une loi immuable. Elles étaient fondées sur des inégalités de mérite ou inégalités naturelles, pouvant elles-mêmes être attribuées à des différences de capacités physiques ou intellectuelles. Elles ne pouvaient donc être le fait arbitraire de groupes gouvernants, ni relever d’un quelconque abus de pouvoir, puisqu’elles s’inscrivaient dans les lois de l’évolution, et étaient, de ce fait, inéluctables93. Plus tendancieuse encore, nous semble-t-il, l’argumentation ne sombrait pas dans un pessimisme sans espoir face auquel pouvaient encore se lever les protestations et les rébellions : il ne fallait pas oublier, se plaisait à rappeler en effet le discours dominant, que l’évolution globale était orientée vers le progrès général, donc vers une forme de plénitude sociale, dont les bénéfices devaient retomber sur tous. L’oligarchie dominante avait non seulement toute sa légitimité pour occuper ses fonctions de pouvoir, mais elle invitait à la reconnaissance de tous car elle accomplissait presque héroïquement sa lourde tâche vers le mieux être général qu’apportait la modernité. « Il s’agit ni plus ni moins de réorganiser le pays pour le conduire vers un état meilleur » scandait La Industria en rappelant que l’entreprise était loin d’être aisée94.

  • 95 José Manuel Pando, Mensaje… de 1900, p. 16.

68Les hommes de pouvoir, les décideurs, se présentaient donc comme les guides qui avaient les capacités d’accomplir cette œuvre. Elle leur revenait naturellement, de par leurs compétences et leur savoir. José Manuel Pando, en conclusion de son message annuel au Congrès de 1900, insistait sur la responsabilité des élus. Ils étaient ceux qui, par leur « claire perception des besoins présents », sauraient faire face à leurs responsabilités à un moment crucial où la Bolivie pouvait « gagner son salut ou courir à sa perte »95. Outre les qualités intrinsèques d’intelligence et de clairvoyance qui les désignaient comme les mieux placés pour gouverner, ou occuper des postes à responsabilité (dans l’administration, la presse, etc.), les membres de l’élite avaient conscience de se trouver en effet à un moment crucial, où la Bolivie devait être aiguillée sur les bons rails pour s’engager sur le chemin qu’avaient déjà pris les nations modernes. Ce sentiment d’urgence est présent dans nombre de discours, comme si, ayant trop longtemps gâché des occasions, ce début de siècle offrait au pays une dernière chance de s’intégrer au concert des nations modernes. Passée cette chance la Bolivie resterait un pays pauvre, arriéré et marginalisé, amené à disparaître.

  • 96 Anuario… de 1899, p. 216.

69La conception libérale d’une nation qui devait être « civilisée et moderne » en même temps « qu’une et indivisible » s’allia donc à une représentation de la responsabilité de l’État en ce domaine. Dans cette entreprise libérale de construction ou d’affermissement d’une identité à laquelle on associait la possibilité d’existence d’une unité nationale, l’éducation était encore une fois propre à jouer un rôle clé. Les libéraux en étaient convaincus. À peine nommé, le Premier ministre de l’éducation, Samuel Oropeza, proclamait dans une lettre adressée aux différents cancelarios du pays, sa ferme intention d’appuyer les écoles existantes, considérées comme « la base de l’unité sociale bolivienne »96.

Le projet de « régénération nationale » par l’école

70En définissant, par ses choix idéologiques, ce rapport si particulier à l’éducation, les libéraux déterminèrent du même coup les objectifs de leur politique éducative. La première ambition politique qui découlait de l’idéologie libérale bolivienne était celle d’une reconstruction nationale en vue de la modernisation du pays, et nous avons vu que l’école était de ce point de vue une nécessité. La seconde ambition qui découlait, elle, du besoin de conserver la stabilité et la sécurité nécessaires à l’exercice du pouvoir par l’élite libérale, était celle de la construction ou du renforcement d’une unité nationale, pour laquelle l’école apparaissait également comme un outil privilégié. Moderniser et unifier. Ces deux maîtres mots de l’idéologie libérale, en étroite relation, trouvèrent leur pleine expression politique dans un projet de « régénération nationale » dans lequel l’école était conçue comme l’instrument premier et indispensable.

L’école, principal levier du projet libéral

  • 97 Cf. Gari S. Becker et sa théorie du capital humain. Ce « capital humain » renvoie toutefois à une (...)
  • 98 Citons notamment Juan Misael Saracho qui évoquait ainsi « le grand principe selon lequel le progrè (...)

71Le rôle d’instrument indispensable assigné à l’éducation dans ce vaste projet de société était explicite dès la rédaction du programme du parti libéral. Il y fait sens par rapport aux deux objectifs que nous avons précédemment développés, mais aussi de façon globale, pour entraîner la société vers un mieux être général. Aller vers la modernité et donc vers la reconnaissance internationale, et aller vers l’unité grâce aux vertus patriotiques, tels étaient les deux grands objectifs du libéralisme qui pouvaient et devaient être atteints ensemble par l’application d’une seule et même politique éducative. Contrairement à une pensée économique plus récente qui, bien que prenant en compte la notion de capital humain97, n’établit plus, depuis les années 1950, de lien direct entre l’instruction des individus et l’état de développement économique d’une société donnée, les libéraux considéraient, dans la droite ligne de la pensée positive, qu’il existait un rapport proportionnel évident entre les deux98.

  • 99 Nous reprenons les termes d’un article de El Comercio de Bolivia repris et publié par la Revista d (...)
  • 100 Citons, à titre d’exemple, le discours du recteur de l’université de Sucre, en 1913 : « Puisque l’ (...)
  • 101 Ce que rappelait Luis Pizarro dans « Por la instrucción », Revista de Instrucción, Ciencias y Letr (...)
  • 102 « Palabras del Catedrático », in Revista de Instrucción. Órgano del cuerpo de profesorado del Cole (...)
  • 103 Ibid., p. 2.

72La presse et les revues éducatives diffusaient abondamment cette « loi sociale », cette « vérité indiscutable »99 qui s’exprimait également à travers les volontés unanimement affichées de réformer profondément l’éducation pour engager, enfin, le pays dans la voie du progrès. Sur un ton très péremptoire, la presse et les revues éducatives le répétaient, depuis 1900. Et tout au long de la période libérale, les années scolaires furent inaugurées en rappelant qu’une collectivité qui ne s’adaptait pas à la civilisation moderne était condamnée à périr, et que, dans cette lutte, les armes les plus efficaces étaient « l’éducation et l’instruction de la jeunesse »100. Les exemples observés à l’étranger ajoutaient de l’eau à leur moulin : l’Angleterre, la France, l’Allemagne ou l’Amérique du Nord devaient leur grandeur et leur prospérité à leur système éducatif qui permettait à chacun de participer au développement national101. L’éducation était ainsi le moyen le plus efficace, le puissant outil de civilisation qui, seul, pouvait forger une société moderne en luttant contre l’ignorance et l’obscurantisme. Pierre angulaire de l’édifice social à construire, l’école se voyait attribuer un champ d’action illimité, que ce soit par son action directe ou par un effet d’entraînement car les différents secteurs de l’administration publique étaient perçus en étroite relation et le problème de l’éducation devenait naturellement celui de la justice, de l’économie, des finances ou des institutions politiques102. Instruire et éduquer, tel était donc le premier devoir des « hommes publics ». C’était avec une jeunesse bolivienne instruite qu’allait se bâtir l’État moderne de toutes les aspirations, une jeunesse « destinée à régénérer la République par le baptême de la science »103.

73Ce terme « régénérer » et ses dérivés s’installèrent peu à peu dans les discours et parvinrent à réunir autour d’une même idée force et directrice la double ambition de modernisation et d’unification que nous avons définie, en même temps qu’il était une traduction des peurs, de la méfiance et d’un certain mépris de l’élite face aux indigènes. D’un projet idéologique extrêmement complexe l’on fit ainsi un projet politique fédérateur : il fallait régénérer la société par l’école.

Le concept fédérateur de « régénération »

  • 104 Mensaje que presenta la Junta de Gobierno a la Honorable Convención Nacional de la República de Bo (...)

74Si le terme de « régénération » n’apparaissait pas, à l’origine, dans le programme du parti libéral, il était présent en revanche en conclusion du tout premier message annuel aux sénateurs et députés que la Junte de gouvernement présenta à la Convention nationale réunie à Oruro le 20 octobre 1899, appelant de ses vœux la « régénération de notre chère Bolivie »104. Le concept n’étant pas précisé, il passe relativement inaperçu, alors même qu’il synthétise le projet global de la politique libérale. Mais il est notable qu’en plus de sa présence en conclusion de ce premier message annuel libéral signé par les trois représentants de la Junte, Serapio Reyes Ortiz, José Manuel Pando, et Macario Pinilla, le concept fut également utilisé par le secrétaire de la Junte, Fernando E. Guachalla, dans son mémoire présenté le même jour à la Convention. Présent cette fois à une autre place de choix, dans la première phrase du message, il avait visiblement pour but, de façon plus claire encore, de fédérer autour de lui l’ensemble des députés et sénateurs présents :

  • 105 Memoria que presenta el Secretario General de Estado a la Convención Nacional de 1899, La Paz, Tal (...)

Honorables représentants de la Nation, c’est à vous que revient de mener à bien la grande œuvre de la régénération de la Bolivie, lancée par l’action directe du peuple et engagée, dès que cela a été possible, par la Junte de Gouvernement […]105.

  • 106 Ce fut le cas de la presse d’opposition. La Industria n’hésita pas à intituler un de ses articles (...)

75Terme qui séduisait par son sémantisme de renouveau, plus qu’il ne montrait ou ne précisait les projets à mener, il fonctionna comme un signe de ralliement, au point que ceux-là mêmes qui doutaient des libéraux et disaient attendre des réalisations plus que des mots, le reconnurent, l’acceptèrent et le reprirent à leur compte106.

  • 107 Cf. Raoul Girardet, Le nationalisme français, Paris, éd. Seuil, 1983, p. 71 ; Françoise Mayeur, Hi (...)
  • 108 Entre 1860 et 1888, il y eut en Espagne une floraison de romans (Pereda, Valera, Palacio Valdès…) (...)

76Drapeau arboré et laissant à chacun la liberté de s’y retrouver avec une certaine autonomie, la notion alors très vague dans les consciences ne pouvait que séduire par sa modernité. Elle provenait de l’effort de réflexion engendré par la défaite dans les nations européennes. La reconnaissance d’un devoir de réélaboration d’une « conscience nationale » fut en France la tâche essentielle à laquelle les républicains entendaient se consacrer à partir de 1877. L’école y fut considérée comme l’instrument décisif d’une immense œuvre de « régénération morale » dans laquelle l’éducation civique était primordiale pour la formation du nouveau citoyen107. Mais surtout, en Espagne, un vaste mouvement intellectuel dans les années 1890 avait pris son nom : el regeneracionismo108. À partir d’une prise de conscience de la crise que traversait alors la société espagnole (conscience qui s’accentua après le traité de Paris de décembre 1898, où l’Espagne perdit Cuba, les Philippines et vendit à l’Allemagne l’archipel des îles Caroline, Marianne, et Palaos), surgirent ceux qui furent désignés comme la « génération de 1898 » ou « génération du désastre » – bien que le terme de génération ait été contesté par nombre d’historiens – pour postuler un lien entre cette série de défaites historiques et la renaissance culturelle prônée par des intellectuels tels Unamuno, Ganivet, Ortega y Gasset…

  • 109 Ce thème, cher à Unamuno, fut très fréquemment repris dans les discours et la presse bolivienne : (...)
  • 110 Expression employée par le ministre anglais Lord Salisbury après la défaite et visant, semble-t-il (...)
  • 111 Ainsi Miguel de Unamuno publia en 1895 En torno al casticismo, œuvre dans laquelle il chercha à me (...)
  • 112 Pour Ortega y Gasset notamment, « Le mot régénération n’est pas venu seul à la conscience espagnol (...)
  • 113 Des hommes tels que Ramón y Cajal, prix Nobel de médecine, posèrent le débat en ces termes : se ré (...)
  • 114 « Je ne veux pas d’autre méthode que celle de la passion » écrivait Miguel de Unamuno dans La Espa (...)
  • 115 Un courant surgit à la fin du xixe siècle, et se développe jusqu’à la guerre civile, dont le père (...)

77La situation, quoique présentant quelques traits semblables avec la Bolivie par cette volonté de reconstruction nationale, de renouveau et de réveil des énergies latentes109 ou l’emploi d’un vocabulaire « médical » pour désigner les maux de la patrie, était en réalité bien différente. Un modèle avait échoué en Espagne, et les intellectuels espagnols voyaient en leur patrie une « nation moribonde »110 qui avait besoin de « se régénérer ». Sans entrer dans toute la complexité du débat espagnol qui s’ensuivit, précisons que ce mot d’ordre de régénération y était la conclusion logique d’une méditation sur la décadence et sur l’essence de l’Espagne. Certains intellectuels conditionnaient cette régénération à une profonde immersion dans les racines culturelles espagnoles111, d’autres la définissaient comme une ouverture sur l’Europe112, d’autres l’assimilaient à un développement de la science113 ou au contraire à un antirationalisme patent114, d’autres enfin ne la voyaient possible qu’à travers un repli intransigeant dans la foi catholique115.

  • 116 Nous renvoyons ici en particulier aux travaux de Brian R. Hannett, Historia de Iberoamérica, Madri (...)

78La conscience intellectuelle et politique bolivienne se démarqua de ces débats d’idées péninsulaires mais elle récupéra le concept d’une nécessaire « régénération », qui fonctionna tout à la fois comme une bannière derrière laquelle se rassembler de façon consensuelle et comme un mot d’ordre qui, même quand il n’était pas clairement explicité, était toutefois associé, dans ce contexte bolivien, à un certain nombre de thématiques récurrentes. Il se démarqua également du sémantisme purement « économique » qu’historiens et manuels ont pu donner au terme pour désigner la modernisation économique, l’ouverture aux investissements et l’intégration au marché mondial qui caractérisèrent l’Amérique latine du dernier quart du xixe siècle116.

79En Bolivie, le terme de régénération se généralisa peu à peu dans la presse et dans les discours, associé à une problématique typiquement éducative. Les spécificités d’emploi du concept dans un cadre lié à l’éducation furent à ce point récurrentes que le terme en vint à prendre à lui seul un sens proprement éducatif.

Une régénération spécifiquement éducative

  • 117 « La educación », La Industria, Sucre, año XXV, n° 2930, 13/08/1905, p. 1 ; « Lectura moral. La ed (...)

80Comme en Espagne, hommes politiques et intellectuels considéraient que la société était malade. Sa guérison ou régénération passait par l’éducation au sens large, scientifique et morale, dispensée à l’école et dans les familles. Selon qu’elle était bonne ou mauvaise, elle constituerait le remède à ces maux ou un poison social. Ces représentations omniprésentes dans les discours et dans la presse, toutes tendances confondues, assimilaient la « régénération » attendue à la mise en œuvre d’un vaste dispositif de développement éducatif. « Les générations se transforment et se bonifient grâce à l’éducation » lisait-on aussi bien dans La Industria en 1905 que dans La Mañana en 1908117, illustrant combien le discours était alors consensuel. Pour une société nouvelle il fallait des hommes nouveaux, et cette renaissance n’était possible à leurs yeux que grâce à une régénération éducative en accord avec les progrès de la civilisation et avec la pédagogie moderne. Presse libérale et presse critique s’accordaient à y voir une démarche qui allait de soi.

  • 118 « ¿Dejeneramos ? », La Industria, Sucre, año XXV, n° 2947, 12/10/1905, p. 2.
  • 119 Antonio Marco, Enseñanza pública, Oruro, Tip. La Económica, 06/08/1906, p. 15-19.

81Tandis que la presse libérale évoquait de plus en plus comme une évidence l’idée selon laquelle c’était sur l’effort éducatif que reposait la noble ambition de régénération nationale, la presse de l’opposition reconnaissait également ce besoin d’éducation et allait jusqu’à s’interroger : « Sommes-nous en train de dégénérer ? ». L’angoissante question, plus parlante encore que les emplois répétés du terme de « régénération », apparut en gros titre d’un article qui reprenait une fois de plus le thème de la patrie malade. L’auteur souhaitait réfléchir aux graves maux qui étouffaient le peuple de façon endémique et demandait que fût appliqué aux plaies sociales ce « remède de régénérateur » que constituaient le travail, l’étude et l’éducation118. Ainsi pensée, la « régénération » ne pouvait être qu’éducative, la guérison de la patrie malade passait d’abord et avant tout par l’école. Les exemples pourraient être multipliés pour les années suivantes mais notons que, dès le 1er novembre 1899, un travail qui s’adressait à l’ensemble du corps enseignant bolivien et fut publié l’année suivante à Oruro, assimilait l’œuvre de formation d’une nouvelle politique éducative à l’œuvre de régénération proclamée par les libéraux. Il concluait par ces mots : « Libéraux, vous voulez régénérer le pays ? Commencez par l’enseignement public »119. Les revues proprement éducatives, qui se multiplièrent à partir de 1900, se firent elles-mêmes l’écho de telles représentations en donnant au terme de « régénération » un sens spécifiquement éducatif.

82Limitons-nous à en mentionner quelques exemples :

  • 120 Revista de Instrucción primaria, Potosí, año I, n° 4, 06/09/1900, p. 50.
  • 121 « Fondos escolares. Patentes mineras », ibid., año I, n° 7, 16/10/1900, p. 90.
  • 122 Guillermo C. Loaiza, « Post Nubila Phoebus », Revista de Instrucción, Sucre, año I, n° 5, p. 3.
  • 123 José Durán, Instrucción pública en Bolivia. Causas de su estacionarismo. Indicaciones para su mejo (...)

– Éduquez l’enfant et vous aurez transformé la Nation. Il n’y a pas de moyen plus sûr pour une régénération effective et glorieuse120.
– En dehors de la bonne école, aucune régénération sociale véritable n’est à espérer121.
– C’est avec ce type d’aspirations que le corps enseignant du Colegio Nacional Junín salue avec émotion le jour de gloire du premier cri de l’indépendance américaine et appelle de ses vœux la véritable régénération du pays par l’enseignement122.
– Régénérer 4 millions et demi d’esclaves soumis à l’ignorance et à la barbarie : enseigner et former l’homme, et surtout la femme esclave, quand pendant deux siècles ils ont été étouffés par la misère, c’est un véritable triomphe de la Liberté (sic)123.

  • 124 « Regeneración del indio y del artesano », La Industria, Sucre, año XXXII, n° 3481, 07/06/1911, p. (...)
  • 125 Cf. l’allocution de Lino Romero quand il prit ses fonctions « d’inspecteur général d’instruction d (...)
  • 126 On lisait encore en 1916 : « le progrès de l’enseignement public fera avancer la Bolivie d’un gran (...)

83Cette conception d’une nécessaire « régénération éducative » du pays ne fut pas l’apanage des premières années de gouvernement libéral et le terme se maintint. Dans les années 1910 et jusqu’à la fin de la période libérale, on trouvait des titres tels que « Regeneración del indio y del artesano », on pouvait entendre des déclarations officielles réaffirmant que « la régénération 124dépendait avant tout de l’éducation publique »125, ou des réflexions insistant sur un progrès de l’éducation comme instrument et signe de « régénération »126.

  • 127 Bautista Saavedra, cité dans « La Educación del aborigen boliviano », La Mañana, Sucre, año VII, n (...)

84Ce sémantisme si particulier du concept étroitement associé à l’éducation ne se limitait pas non plus aux emplois d’une langue d’initiés aux thèmes éducatifs. Il gagnait, comme tel, l’ensemble des discours. Témoin, par exemple, cet article au sujet de l’éducation des indigènes, où une révision de la législation politique, civile, et pénale destinée à faciliter des applications plus rapides et plus justes en milieu rural, était évoquée comme un élément ou une condition de réussite de l’œuvre de régénération éducative, sans qu’il soit même nécessaire à l’auteur de préciser l’adjectif : « Il faut penser à modifier le régime juridique de l’Indien pour appuyer l’œuvre de régénération qui vient d’être engagée »127.

  • 128 Rappelons que, selon le recensement de 1900, la population indigène représentait officiellement 48 (...)

85La corrélation entre régénérer et éduquer était alors une évidence au point que « régénération éducative » eût pu paraître redondant. Ce dernier extrait est également révélateur d’un contenu un peu plus spécifique qui se dessinait alors et osa peu à peu se préciser. Aux yeux de quiconque considérait que la modernisation nationale ne pouvait être envisagée qu’avec le concours de l’ensemble de la population, cette dernière devait, pour être intégrée à cet élan commun, avoir reçu une instruction minimale. Derrière la patrie métonymique à régénérer, la population bolivienne était visée, et en tout premier lieu les masses paysannes et indigènes128 jusqu’ici exclues de tout accès à l’instruction. Elles étaient les premières cibles, celles dont l’instruction représentait le plus d’enjeux.

86Outre la critique libérale démagogique du désintérêt dont purent faire preuve les différents gouvernements tout au long du xixe siècle et leur « oubli » volontaire des initiatives ayant pu être lancées afin de donner la fausse impression que tout commençait avec le libéralisme, on note également le regard compatissant et paternaliste envers ces masses indiennes auxquelles on prétendait donner désormais les « moyens de se civiliser » signifiant par là qu’elles n’avaient jamais eu de civilisation, autrement dit que leur culture – si tant est qu’on leur en reconnût une – n’était qu’un néant de civilisation. Indépendamment de ce regard négatif, les Indiens représentaient à eux seuls à peu près la moitié de la population, complètement en marge du modèle culturel de l’infime minorité blanche et de ses aspirations, et la question se posait de savoir comment on allait pouvoir les rassembler autour d’un même élan, vers l’accomplissement d’un même projet. Il ne s’agissait pas là d’un débat théorique limité à un petit milieu intellectuel mais bien d’un problème politique largement débattu. La conscience de l’urgence de sa résolution le rendait récurrent dans la presse et dans les discours officiels.

87Le projet politique fédérateur de régénération nationale devint ainsi celui de régénération par l’école de l’ensemble de la population et tout particulièrement des indigènes.

  • 129 Anuario… de 1900, p. 122-123.
  • 130 Samuel Oropeza, Memoria… 1900, p. 139.
  • 131 Samuel Oropeza, « Oficio al Señor Prefecto del Departamento de La Paz, 10/06/1900 », Anexos de la (...)
  • 132 Alcides Arguedas, Pueblo enfermo, La Paz, ed. Juventud, 1993, [1ra ed. 1908], p. 62.

88Le 6 février 1900, une loi avait été votée pour l’établissement d’internats pour indigènes dans les villages d’Umala, Caquiaviri, Inquisivi, Achacachi et Huiacho du département de La Paz129. Le 17 mai de la même année, le ministre Samuel Oropeza fit savoir au cancelario et au Préfet de La Paz que, malgré un budget général très insuffisant, il convenait de préparer tout de même l’ouverture de ces écoles extrêmement utiles (utilísimas) et appelées à « régénérer la race indigène »130. Dans une autre lettre adressée toujours au cancelario de l’université de La Paz en date du 9 juin 1900, Samuel Oropeza évoquait à nouveau la diffusion de l’école en milieu rural comme un thème de toute première importance pour « la régénération de cette pauvre race indigène »131 avec cette même compassion teintée de mépris que nous avons déjà évoquée. Ce n’était plus ici la nation qui était malade, mais bien son peuple indien. Pueblo enfermo, fut ainsi le titre qu’Alcides Arguedas donna à son célèbre essai de 1908, où les Indiens étaient présentés comme l’entrave fondamentale, dans l’histoire bolivienne, au bienêtre et au progrès social, et où leur peuple était analysé comme un peuple décadent, non viable historiquement puisqu’engagé dans une décadence inexorable. Il portait en lui les raisons de son déclin du fait de son manque de volonté et de son esprit réfractaire à la nouveauté et il se caractérisait par les vices d’une « race faible »132.

  • 133 Ismael Montes, Mensaje… de 1907, p. 32.
  • 134 « Fabriquons de la race » publia ainsi La Mañana en première page le 31 mars 1906. Le journaliste (...)
  • 135 En première page de La Mañana, dans un article intitulé « Porla razaindígena. Suregeneración », qu (...)

89Le passage était facile, on le voit, du souhait d’une régénération nationale à celui d’une « régénération de la race indigène ». Notons toutefois que l’expression apparaissait dans un courrier interne de l’administration libérale. Quoique latente dans nombre de textes mentionnés ici, il est remarquable en effet que cette idée ne soit généralement pas exprimée telle quelle dans les discours les plus officiels. Elle y est souvent euphémisée par des aspirations plus générales et plus abstraites comme celle de « grandir l’âme nationale »133. Parfois même, sans viser directement telle ou telle partie de la population, cette ambition de régénération trouva à s’exprimer dans la volonté de produire, de construire, à partir d’une race assimilée à un matériau brut, une nouvelle race adaptée au progrès et à la civilisation134. Mais ce point de vue qui n’incriminait pas plus les indigènes que d’autres secteurs sociaux, resta marginal, et de façon générale, la presse et les revues éducatives mirent en avant, comme première résistance à la politique de régénération souhaitée par les libéraux, cet immense obstacle à la modernité que constituaient à leurs yeux les masses indiennes analphabètes. Dans la presse et les revues éducatives, la nécessaire régénération de la race indigène fut explicitée sans ambages135.

90Régénérer la nation supposait un effort de chacun, mais régénérer la nation en régénérant les Indiens restait la façon la plus marquée de se représenter l’objectif à atteindre par le programme politique libéral. Ce nécessaire « ressaisissement », ce besoin de renaître, de réagir, de se grandir ou de se régénérer, n’était envisageable qu’avec et par l’école.

91Ces deux schèmes de l’idéologie libérale qu’étaient les idées de nécessaire « unification » et « modernisation » de la nation trouvèrent donc leur pleine expression dans la définition d’une politique éducative de « régénération » nationale. Ces représentations et cet objectif théorique suscitaient une relative unanimité parmi les élites mais ils ne disaient encore rien sur les moyens concrets que les gouvernements libéraux allaient décider de mettre en œuvre pour tenter d’atteindre leurs objectifs.

Notes

1 Leslie Manigat, L’Amérique latine au xxe siècle, Paris, éd. du Seuil, 1991, p. 57.

2 Selon qu’on appuyait Santa Cruz, Ballivián ou Belzu.

3 Marta Irurozqui, La Armonía de las desigualdades, op. cit., chap. 1.

4 Ibid., p. 28.

5 Pour toute précision sur les différences existant entre les « dualismes » dans l’histoire des nations, nous renvoyons aux travaux de Maurice Duverger, Les partis politiques, Paris, Armand Colin, 1976 ; voir en particulier le chapitre II. 1., « Le nombre des partis », p. 293-380. Notons que ce bipartisme est généralement considéré comme un phénomène spécifiquement anglo-saxon. Aux États-Unis il n’a jamais été véritablement menacé, et les tentatives de « troisième parti » ont échoué ou n’ont engendré que de petits partis locaux sans lendemain. Quant aux pays du Commonwealth britannique, ils conservèrent l’opposition traditionnelle des « tories » et des « whigs », des conservateurs et des libéraux, jusqu’au début du xxe siècle où la croissance des partis fit naître un tripartisme provisoire, même si le bipartisme finit par y triompher, soit par l’élimination du parti libéral, soit par la fusion entre conservateurs et libéraux.

6 Le qualificatif de « maçon » utilisé ici pour délégitimer l’élite libérale ou effrayer certains secteurs de la société bolivienne mériterait de plus amples commentaires. Dès le xviiie siècle, Teresa Gisbert signale l’installation de loges maçonniques à Lima (El paraíso de los pájaros parlantes, La Paz, Plural/CID, 1999, p. 274-275). Dans le Río de la Plata la franc maçonnerie joua un rôle politique au moment de l’Indépendance. Celui-ci a pu faire l’objet de controverses, mais sans que puisse être remise en cause la présence des hommes ni des idées (Pilar Gonzalez Bernaldo de Quirós, « Masonería y Nación : la construcción masónica de una memoria histórica nacional », Historia, Univ. Católica de Chile, n° 25, 1990, p. 81-101). En Bolivie, certaines loges ont été recensées depuis le début du xixe siècle, dont une fondée par le maréchal Andrés Santa Cruz, en 1829, dite « Independencia peruana » ou « Lago Titicaca » (Teresa Gisbert, ibid., p. 276). Un siècle plus tard, en novembre 1929, est créée la Gran Logia de Bolivia, à partir de sept loges maçonniques existant sur le territoire et dont la plus ancienne était la loge de Potosí, créée le 17 janvier 1913. S’il y avait sans doute, en 1898, des représentants de la franc-maçonnerie sur le territoire bolivien, ceux-ci devaient dépendre alors de la Gran Logia du Pérou ou de celle du Chili (proximité qui ne pouvait qu’accroître la suspicion dans un contexte de fort sentiment anti-chilien). Ils semblent avoir été à cette époque plus atomisés et moins institutionnalisés que dans les nations voisines. Les figures emblématiques du parti libéral n’y eurent a priori pas le rôle que put y assumer Andrés Santa Cruz. L’accusation de maçons renvoyait sans doute avant tout au potentiel de menace que pouvait incarner l’image d’un groupe secret, conspirateur, non catholique.

7 Cet objectif de créer un système fédéral fut présenté comme le point d’orgue de la théorie du parti dans l’appendice à son programme, « El Liberalismo » Partido Liberal, « El Liberalismo », in La política liberal formulada por el Jefe del Partido General Don Eliodoro Camacho, La Paz, Imp. Andina, 1916, p. 38.

8 Ismael Montes, Reflexiones de actualidad, La Paz, 1899, cité in Sociedad Geográfica de La Paz, El mayor General Dn José Manuel Pando. Su vida y sus obras, La Paz, ed. Imp. Moderna, t. I, 1918, p. 119.

9 Mais Eliodoro Camacho, « chef historique » du Parti, renonça à ses fonctions en avril 1899 pour « se consacrer à sa vie privée » (El Comercio, La Paz, año XXII, n° 4540, 25 de abril de 1899, p. 3) restant donc à l’écart de la vie politique. Il mourut quelques mois plus tard, le 9 novembre 1899 à La Paz et J. M. Pando demanda pour lui des obsèques nationales (Anuario… de 1899, p. 217).

10 Le surnom est orthographié tantôt « Willka » tantôt « Wilka » ou « Willca ». En aymara il signifiait « soleil, roi, puissant, aux grands pouvoirs ». Le nom fut repris par différents leaders de rébellions indigènes tels Luciano Willka qui lutta contre les mesures de Melgarejo entre 1868 et 1871, plusieurs leaders de la rébellion de 1899 même si le plus célèbre reste Pablo Zárate, et un peu plus tard Rufino Willka représentant d’Achacachi dans le contexte des caciques apoderados. Nous renvoyons au travail de Ramiro Condarco Morales sur ce personnage dans Zárate, el temible Willca. Historia de la rebelión indígena, La Paz, Lib. Renovación, 1983, [1era ed. 1968].

11 Pour une histoire de la propriété des terres des communautés indiennes au xixe siècle et début du xxe siècle, nous renvoyons aux travaux d’Alejandro Antezana Salvatierra, Estructura agraria en el siglo xix, La Paz, CID, 1992, et Los Liberales y el problema agrario de Bolivia (1899-1920), La Paz, ed. Plural, 1996.

12 Même si on consent assez souvent à considérer la Révolution de 1789 comme un « acte de naissance » du libéralisme, nombre de ses versions ont pu s’approprier un événement fondateur ou précurseur propre à son interprétation, à son » libéralisme ». Dans le cas de l’Amérique latine il est assez fréquent de trouver, associé à ce terme, la référence à la formation des nations. Ainsi lié à un développement du nationalisme, le développement du libéralisme prendrait racine dans les mouvements indépendantistes. Le libéralisme bolivien, quant à lui, est assez clair en ce sens puisqu’il clame, dans son programme politique, son reniement de la Révolution française comme élément fondateur, au profit de l’Indépendance : « Le libéralisme que nous proclamons est celui qui a donné sa glorieuse existence à la Grande République Américaine : pas cette aberration qui a produit les catastrophes sanglantes de la Révolution française… » (Partido Liberal, La política liberal, folleto, p. 13). Ricardo Tito Atahuichi Salvatierra, considère même de son côté que le libéralisme de la fin du xixe et du début du xxe siècle, avec J. M. Pando, I. Montes, E. Villazón et J. Gutiérrez Guerra, n’a fait que restituer et appliquer la politique éducative libérale voulue par S. Bolívar et S. Rodríguez, à savoir : faire de l’école une responsabilité de l’État, qui devait être gratuite et pour tous… (La Política educativa y la escuela en Bolivia, La Paz, Tall. Gráf. Hisbol, 1990, p. 78).

13 Nous renvoyons ici aux travaux de Pierre Rosanvallon, Le libéralisme économique, Paris, Seuil, 1989 [2e éd.]. Cf. également Pierre Manent, Les libéraux, Paris, Hachette, t. I, 1986, qui étudie l’actuel renouveau libéral à travers l’histoire de ce mouvement intellectuel et politique, et présente, pour ce faire, une anthologie d’auteurs essentiellement anglo-américains et français ayant marqué les évolutions des doctrines du libéralisme.

14 Pierre Rosanvallon, préface au Libéralisme économique, ibid., p. IV.

15 Au sens wébérien de modèle comportant l’ensemble des caractéristiques les plus saillantes d’un comportement donné.

16 C’est en réalité un résumé du discours prononcé par le chef du parti libéral, le général Eliodoro Camacho, le 2 décembre 1885 à La Paz, et dans lequel il exposa les principes et objectifs fondamentaux du « Libéralisme » qui tint lieu par la suite de programme du parti. Il fut publié comme tel à Cochabamba en 1887. Dans sa première édition, le texte parut avec un préambule de Nataniel Aguirre, alors président du groupe de dirigeants du parti libéral dans ce département, selon lequel les principes exposés dans le discours d’Eliodoro Camacho firent parmi les « directoires » des différents départements une unanimité qui poussa à leur publication comme programme. Nous avons retrouvé le texte de ce programme, suivi d’un appendice sur la théorie libérale intitulé « El Liberalismo » (que le général Camacho avait déjà publié dans la presse en 1883), dans une brochure publiée par le parti libéral, La política liberal formulada por el Jefe del Partido General Don Eliodoro Camacho, La Paz, Imp. Andina, 1916, p. 11-39. Il a été repris également dans la compilation d’Alberto Cornejo S., Programas políticos de Bolivia, Cochabamba, Imp. Universitaria, p. 17-35 mais privé cette fois de son appendice. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi de mentionner ici les pages de la brochure pour renvoyer aussi bien au programme qu’à l’appendice.

17 « Que soient promues les industries agricoles, minières, commerciales, la manufacture, etc. […] Que soient ouvertes de nombreuses sorties vers l’extérieur, même s’il s’agit de ports étrangers (en dehors de l’accès au Pacifique que nous devons avoir), que soient aplanies les routes intérieures, que nos rivières soient navigables, que les efforts soient de mise pour un réseau national de chemins de fer », ibid., p. 20-21.

18 Appendice « El Liberalismo », La política liberal formulada por el Jefe del Partido General Don Eliodoro Camacho, op. cit., p. 38.

19 « Programa del Partido Liberal », ibid., p. 13-14.

20 Appendice « El Liberalismo », ibid., p. 30.

21 C’était Montesquieu qui avait développé ce thème : « Dans un État, c’est-à-dire dans une société où il y a des lois, la liberté ne peut consister qu’à pouvoir faire ce que l’on doit vouloir, et à n’être point contraint de faire ce que l’on ne doit pas vouloir », L’Esprit des lois, Livre XI, chap. III, « ce que c’est que la liberté », cité par Pierre Manent, Les libéraux, op. cit., p. 223.

22 « La liberté compte deux ennemis capitaux : les excès du pouvoir qui l’étouffent en feignant de la protéger, et que nous dénommons tyrannie, et les actes personnels et sociaux qui la déshonorent et l’abusent sous prétexte de la servir, et que nous appelons permissivité ou anarchie. La théorie libérale vise à combattre aussi bien l’un que l’autre », « Programa del Partido Liberal », La política liberal formulada por el Jefe del Partido General Don Eliodoro Camacho, op. cit., p. 12.

23 Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation, Paris, Pocket, 1992. Conférence de 1882, suivie d’autres essais politiques.

24 « Programa del Partido Liberal », La polìtica liberal formulada por el Jefe del Partido General Don Eliodoro Camacho, op. cit., p. 13.

25 Étaient condamnés de la sorte aussi bien « l’Inquisition espagnole d’hier qui brûlait les hérétiques » que « le libéralisme français d’aujourd’hui qui expulse de son territoire des milliers de religieux », Appendice « El Liberalismo », ibid., p. 37.

26 « Programa del Partido Liberal », ibid., p. 21.

27 Surtout jusqu’en 1906 où, sous le gouvernement d’Ismael Montes, la liberté de culte fut reconnue.

28 « L’État soutient la religion catholique et l’exercice public d’un autre culte est interdit » publia l’Oficina Nacional de Inmigración, Estadística, y Propaganda geográfica en 1903 (Sinópsis Estadística y Geográfica de la República de Bolivia, La Paz, Tall. Tip. Lit. J. M. Gamarra, t. I).

29 « Dans le territoire de Colonias, la tolérance est établie par la Constitution politique. La majorité des habitants du pays professent la religion mentionnée ; mais il est fait peu de cas des dissidences en ce sens, chez la plupart des habitants, et les étrangers conservent la religion qui est la leur », Oficina nacional de Inmigración, Estadística y Propaganda Geográfica, ibid., p. 261.

30 « Programa del Partido Liberal », La política liberal formulada por el Jefe del Partido General Don Eliodoro Camacho, op. cit., p. 14.

31 Appendice « El Liberalismo », ibid., p. 30.

32 « Programa del Partido Liberal », ibid., p. 14-15.

33 « Programa del Partido Liberal », ibid., p. 24-25.

34 « Ce n’est qu’avec une société morale que les institutions libres peuvent fonctionner ; elles seront toujours inacceptables et rejetées par les fraudeurs. “La vertu est la base des républiques” a dit Montesquieu » (« Programa del Partido Liberal », ibid., p. 15-16). Pour un commentaire de l’apport de Montesquieu à l’idée du libéralisme avec ses textes à l’appui, nous renvoyons à l’ouvrage de Pierre Manent, Les libéraux, op. cit., t. I, p. 218-313.

35 Ainsi, par exemple, l’œuvre de G. Klemm se fondait déjà en 1843 sur l’inégalité des races pour expliquer que certains peuples stagnent dans un développement postulé en trois phases : la sauvagerie, la soumission, et la liberté. L’œuvre de Darwin sur l’évolution des espèces, De l’Origine des espèces par voie de sélection naturelle, fut publiée seize ans plus tard, en 1859 seulement, et l’œuvre de Herbert Spencer dans les années 1860.

36 Appendice « El Liberalismo », La política liberal formulada por el Jefe del Partido General Don Eliodoro Camacho, op. cit., p. 30-31.

37 Les « cerveaux » les plus glorieux du siècle y étaient mentionnés : « Lamarck, Darwin, Cuvier, GayLussac, Schwan, Claudio Bernard, Pasteur, les plus grands apôtres de la vérité ! » (« Progresos de la Biología », El Comercio, La Paz, año XXIV, n° 4928, 24/04/1901, p. 2).

38 Cf. notamment « Herbert Spencer », El Comercio, La Paz, año XXVI, n° 5464, 22/12/1903, p. 2.

39 Jusque dans une circulaire officielle concernant des patentes minières qui n’avaient pas été perçues du fait d’une année de rendements inférieurs on pouvait lire : « Les périodes de crise sont aussi profitables, d’une certaine façon, pour mener à bien une tâche de stricte sélection des mauvais éléments qui font du tort à l’industrie » (« Circular de 13 de junio », Anuario… de 1908, p. 533).

40 « Les états qui ne progressent pas, qui se s’assimilent pas à la civilisation moderne, sont appelés à disparaître, la loi de la sélection s’applique aux individus comme aux collectivités ; celui qui ne s’adapte pas au milieu dans lequel il vit doit subir une nécessaire élimination », « La proclamación de candidaturas vice-presidenciales », La Mañana, Sucre, año VIII, n° 1860, 07/01/1913 (dit 1912 par erreur), p. 2.

41 Le transformisme de Darwin et Lamarck fut révisé par August Weissmann qui précisa le principe de sélection naturelle en niant l’hérédité des caractères acquis. Alors que les premiers transformistes laissaient un rôle au hasard concernant ces caractères acquis, le néodarwinisme affirmait désormais la nature intrinsèquement supérieure de l’espèce vivante qui survivait. On devine facilement la pensée raciste que peut générer la projection de cette théorie biologique révisée sur le plan des différentes sociétés humaines.

42 Comme le souligna le journaliste U. Escobar M., pourtant très critique vis-à-vis des effets de mode et des concepts galvaudés : « Le positivisme est la phase “a la dernier” [sic], utilisée dans toutes les classes sociales, partout et pour tout. C’est-à-dire qu’elle est dans sa phase à la mode. Elle s’est imposée dans toutes les sphères de l’activité humaine », « El positivismo moderno », La Industria, Sucre, año XXV, n° 2897, 13/04/1905, p. 2.

43 Ainsi, même la presse d’inspiration conservatrice affirmait en juin 1899 qu’il fallait « favoriser ces courants de progrès, appelés à modifier favorablement la situation économique et même les conditions morales du pays », « La vida industrial », La Industria, Sucre, año XIX, n° 2436, 23/06/1899, p. 1.

44 La première définition donnée au libéralisme bolivien ne pouvait être plus claire : « Le libéralisme, comme son nom l’indique, a pour base fondamentale la liberté, c’est-à-dire la légitime expansion de toutes les activités sociales dans le sens du progrès », Appendice « El Liberalismo », La Política Liberal formulada por el Jefe del Partido General Don Eliodoro Camacho, op. cit., p. 32.

45 « Programa del Partido Liberal », ibid., p. 15-16.

46 Avec l’imprécision déjà évoquée quant à ce que signifie le peuple. Mais cela n’empêcha pas les libéraux de poser la démocratie comme point d’aboutissement d’une politique libérale, ce que, nous l’avons vu, l’appendice « El Liberalismo » mettait en valeur en tout premier lieu.

47 « Cette évolution patriotique, qui a eu lieu le 12 […], est le début d’une nouvelle ère de progrès, par le perfectionnement des institutions démocratiques », « Manifiesto de la Junta de Gobierno Federal de La Paz », La Industria, Sucre, año XIX, n° 2394, 10/01/1899, p. 3.

48 « Un état fort doit pouvoir faire face à des dépenses considérables, ce qui n’est possible que par le progrès de l’industrie et avec un budget public bien ordonné », « Programa del Partido Liberal », La Política Liberal formulada por el Jefe del Partido General Don Eliodoro Camacho, op. cit., p. 20.

49 Le vocabulaire médical était récurrent tout comme l’idée que le peu de vitalité restant au pays pouvait bien finir par disparaître s’il n’y avait pas, à temps, administration du remède approprié : une éducation scientifique « unique force qui donne une vie aux peuples, unique foyer de lumière qui dissipe les ténèbres des vices, unique source de chaleur qui dessèche les flaques d’infection sociale ». Ce discours est extrait d’une des Conférences Pédagogiques publiques qui fut donnée à Cochabamba le 5 août 1903 par José Durán, professeur de géographie de renom, et publiée l’année suivante pour plus ample diffusion dans Instrucción pública en Bolivia. Causas de su estacionarismo. Indicaciones para su mejora, Cochabamba, Tip. Industrial, 1904, p. 12.

50 Juan Misael Saracho, Memoria… de 1907, p. 12.

51 « Programa del Partido Liberal », La Política Liberal formulada por el Jefe del Partido General Don Eliodoro Camacho, op. cit., p. 15.

52 Ce thème a fait l’objet d’un travail parallèle que nous ne reprenons pas ici pour circonscrire notre étude à l’éducation formelle. Pour plus de précisions sur le rôle donné à la famille bolivienne, à la fois considérée comme un foyer de conservatisme et comme un agent indispensable de progrès pour les nouvelles générations, dans le projet éducatif libéral, cf. « Representaciones y papel de la familia boliviana en el proyecto e ideología educativos liberales », in Pilar Gonzalbo Aizpuru, Familia y educación en Iberoamérica, México, Colegio de MéxicoCEH, 1999, p. 191-211.

53 « En résumé : il faut éduquer une société libre pour en faire une patrie heureuse », « Programa del Partido Liberal », La Política Liberal formulada por el Jefe del Partido General Don Eliodoro Camacho, op. cit., p. 16.

54 Ismael Montes, deuxième président libéral qui débuta son mandat le 6 août 1904, déclarait en 1899 : « Pour ce qui est de la race autochtone de l’Amérique méridionale, nous avons en Bolivie une population indigène croissante dépourvue des notions les plus élémentaires de la civilisation […], nous devons commencer par l’éduquer », El Comercio, La Paz, año XXII, n° 4602, 25/08/1899, p. 2.

55 « No hay vencidos ni vencedores », El Comercio, La Paz, año XXII, 13/07/1899.

56 Mensaje que presenta la Junta de Gobierno a la Honorable Convención Nacional de la República de Bolivia, 1899, p. 4.

57 Marta Irurozqui, La Armonía de las desigualdades, op. cit., p. 123.

58 Ce thème a fait l’objet d’un article intitulé « La peur blanche : un moteur de la politique éducative libérale (1899-1920) » publié dans le Bulletin de l’Institut Français d’Études andines, t. 27 (2), 1998, p. 265-283, et traduit en espagnol : « El “peligro indio” : un motor de la política educativa liberal (1899-1920) », d’Orbigny, n° 3, La Paz, 2004, p. 49-61. Nous reprenons le terme « Indien » chaque fois qu’il désigne l’indigène dans les discours dont nous étudions les représentations.

59 Dépossédées de leurs terres dans les années 1860, puis les récupérant en partie, les communautés indigènes connurent une crise grave au début des années 1880. Cela donna lieu à des plaintes de cantons, et à nombre d’escarmouches. Selon Marie-Danielle Demélas, douze cantons manifestèrent leur mécontentement en 1885 (« Jacqueries indiennes, politiques créoles », Caravelle, n° 44, 1985, p. 99). Mais surtout on retenait la violence de divers épisodes de la guerre fédérale.

60 Nous avons déjà commenté plus haut le nom pris par ce leader indigène. Pour plus de renseignements sur son parcours et son action, nous renvoyons entre autres travaux à l’ouvrage de Ramiro Condarco Morales, Zárate, el temible Willca. Historia de la rebelión indígena, op. cit., à la revue Los Bolivianos en el tiempo. Cuadernos de Historia, fasc. 10, « Los Conservadores. Entre guerra y rebelión », La Paz, 29/11/93, et à la série Bajo la lupa : la guerra federal de la Coordinadora de Historia, op. cit., fasc. 7, « La rebelión indígena de 1899 ».

61 Marta Irurozqui, La Armonía de las desigualdades, op. cit., p. 39.

62 « […] les troupes d’Indiens font la guerre “de leur propre chef” (motu propio) contre la race blanche. En profitant des dépouilles des guerriers tombés, elles deviendront puissantes. C’est à peine si nos forces unies pourront désormais les dominer », proposition de paix envoyée par Pando à Fernández Alonso, le 4 mars 1899, in Alejandro Antezana, Los liberales y el problema agrario de Bolivia, op. cit., p. 25 ; Silvia Rivera Cusicanqui, Oprimidos pero no vencidos. Lucha del campesinado aymara y quechua de Bolivia 1900-1980, Ginebra, Instituto de Investigaciones de las Naciones Unidas para el desarrollo social, 1986, p. 16.

63 Nous avons évoqué déjà le massacre de Mohoza où furent anéantis des soldats libéraux. L’épisode sanglant passa pour une guerre des Indiens contre les Blancs. Le jugement lancé contre ses auteurs supposés prit le nom de « procès de Mohoza ». Les textes du réquisitoire, les accusations de la partie civile, les discours des avocats se trouvent en partie à l’Archive départemental de La Paz. L’amnistie décrétée le 31 octobre 1899 pour tous les Boliviens ayant participé à la guerre ne les toucha pas, le procès permit d’en finir avec nombre d’indigènes, « subversifs potentiels » qui furent condamnés à mort, dont Pablo Zárate Willka. Cf. Ramiro Condarco Morales, op. cit. ; Pilar Mendieta Parada, De la alianza a la confrontación. Pablo Zárate Willka y la rebelión de 1899 en Bolivia, tesis de doctorado en ciencias sociales especialidad historia, Universidad de San Marcos, Lima, 2007.

64 « Tendencias devastadoras », La Industria, Sucre, año XIX, n° 2427, 16/05/1899, p. 1.

65 « La guerre civile, que les partis politiques se sont livrée, n’a été pour elle [cette classe féroce et dégénérée] qu’un prétexte pour se soulever contre la race blanche, cédant à la violence de ses instincts réfractaires à la civilisation », Id.

66 Cf. « Por la raza indígena », El Comercio, La Paz, año XXIII, n° 4805, 19/09/1900, p. 2. Sept ans plus tard, El Diario de La Paz, lui aussi de tendance libérale affirmait encore, en évoquant les mauvais traitements dont étaient victimes les indigènes : « Voici comment tout tend à promouvoir dans le cœur de ce groupe humain devenu aujourd’hui une masse dangereuse les sentiments qui provoquent des explosions comme celle de Chayanta » (« Las sublevaciones de los indígenas », El Diario, año III, n° 934, 14/03/1907, p. 2).

67 M. D. Demélas en a souligné l’existence déjà dans les années 1870. Elle cite en particulier un article de El Titicaca : « Ah ! malheur à la Bolivie, si, la roue de la fortune ayant tourné, les opprimés d’aujourd’hui se soulevaient demain ! Qu’adviendrait-il des Blancs ? S’ils ne sont pas tous passés au fil du couteau, au moins seront-ils forcés de prendre la place que les Indiens occupent aujourd’hui. Les maisons, les propriétés, les meubles, les femmes et les enfants des Blancs seront propriété des Indiens, c’est-à-dire appartiendront à l’État, puisque les Indiens qui sont aujourd’hui dans toute la République, un million et demi au moins (les Blancs et les métis sont au plus un demi-million), dicteront des milliers de lois qui appuieront leurs volontés et se nommeront eux-mêmes l’État », Nationalisme sans nation, op. cit., p. 100.

68 Mensaje que presenta la Junta de Gobierno a la Honorable Convención Nacional de 1899, p. 6.

69 Id.

70 Le délit ne faisait pour eux aucun doute et les conditions de « la destruction de l’escadron Pando » avaient « terrifié le public en général » (« Expediente IC-1900. Proceso de Mohoza », Fondo « Corte Superior de Distrito » [ALP], h. 128). L’idée que l’acte pouvait avoir été planifié horrifiait. Le texte du réquisitoire lui-même décrivit la motivation des chefs pour « exterminer la race blanche » en utilisant le prétexte de la révolution fédérale pour mener à bien ce plan diabolique et prémédité. Cf. Marie-Danielle Demélas, « Jacqueries indiennes, politique créole. La guerre civile de 1899 », Caravelle, n° 44, p. 105 ; Pilar Mendieta, De la alianza a la confrontación. Pablo Zárate Willka y la rebelión indígena de 1899 en Bolivia, op. cit., chap. VI.

71 Sous le terme « criminalité », on regroupait les délits suivants : parricides (2), assassinats et homicides (1033), suicides (1), blessures et mauvais traitement (1536), vols(1271), injures et calomnies(1476), violences contre personnes (231), tumultes, mutineries et émeutes (143), contrefaçon, usurpation de rôle (212), et abus d’autorité (280), délits divers (1 209), soit 7 394 délits jugés en 1897, d’après les données de l’Oficina Nacional de Inmigración Estadística y Propaganda Geográfica, (Sinopsis estadística y geográfica, La Paz, ed. Gamarra, vol. 1, 1903, p. 285).

72 Oficina Nacional de Inmigración Estadística y Propaganda Geográfica, ibid., p. 287. Les jugements concernant les cinq départements examinés en détail (La Paz, le Béni, Oruro, Potosi, et Sucre) n’étaient guère plus nuancés. S’il fut déclaré assez simplement pour La Pazque « La race indigène est la plus présente par miles prisonniers » (ibid., p. 297), pour le département du Béni, en revanche, où les chiffres attribuaient un plus fort taux de criminalité aux Blancs, le résultat fut signalé comme une donnée parmi tant d’autres, et par une expression euphémisée qui jouait sur son sémantisme laudatif : « la race dominante est la race blanche » (ibid., p. 302, en italique dans le texte). On n’hésita pas à affirmer pour le département d’Oruroque « La race la plus criminelle est la race indigène » (ibid., p. 311), idem pour celui de Potosíque (ibid., p. 315) et concernant Sucre que « La race criminelle est la race métisse » (ibid., p. 322, en italique dans le texte).

73 « Descuido lamentable », El Diario, La Paz, año I, n°60, 07/06/1904, p. 2.

74 Il y eut des soulèvements locaux de « type revendicatif », une à trois fois par an entre 1905 et 1918, dans les départements de La Paz, Oruro, Cochabamba et Potosí (Gonzalo Flores, « Levantamientos campesinos durante el periodo liberal » in Bolivia : la fuerza histórica del campesinado, cap. III, Ginebra, Centro de Estudios de la realidad económica y social, 1986).

75 José Durán, Instrucción pública en Bolivia. Causas de su estacionarismo. Indicaciones para su mejora, Cochabamba, Tip. Industrial, 1904, p. 6.

76 Censo de población de la República, p. 35-36.

77 Silvia Rivera Cusicanqui, Oprimidos pero no vencidos, op. cit., p. 17-18.

78 La Industria était alors l’organe de presse du parti conservateur. Le journal était toutefois en passe de se proclamer « journal libéral indépendant », sous-titre qu’il adopta à l’issue de la guerre fédérale.

79 « Aucun effort n’est donc plus louable que celui qui tend à cultiver l’esprit des masses populaires, qui sont à la fois une menace et un espoir, selon que leur ascension morale sera facilitée ou qu’on les laissera tomber et abuser de leur force », « Congreso pedagógico », La Industria, Sucre, año XIX, n° 2453, 22/08/1899, p. 1.

80 Raoul Girardet, Le nationalisme français, Paris, éd. Seuil, 1988, p. 70.

81 « Programa del Partido Liberal », La Política Liberal formulada por el Jefe del Partido General Don Eliodoro Camacho, op. cit., p. 20.

82 Ibid., p. 21.

83 Citons comme exemple El Comercio qui invitait à réfléchir à la façon de sortir la race indigène « de son abjection, en la rendant capable de défendre la patrie, qu’elle considère encore comme un mythe et qu’elle craint comme une tyrannie » (« Por la raza indígena », El Comercio, La Paz, año XXIII, n° 4805, 19/09/1900, p. 2).

84 Étaient dénoncées notamment les gabelles, diezmos et primicias, ces contributions obligatoires exigées des Indiens des communautés et des colonos, ainsi que les obligations dont ils étaient redevables auprès des fonctionnaires, juges, corregidores et prêtres.

85 Appendice « El Liberalismo », La Política Liberal formulada por el Jefe del Partido General Don Eliodoro Camacho, op. cit., p. 37.

86 En témoignent les articles des revues éducatives, signés d’enseignants des établissements et déclarant par exemple « Patrie, voilà le nom le plus doux que nous devons prononcer avec l’émotion sincère de notre cœur » (« Instrucción patriótica », Revista Escolar, Cochabamba, año I, n° 67, julioagosto 1906, p. 30-31).

87 Andrés S. Muñoz, Memoria… de 1903, p. 142.

88 « Instrucción pública », La Mañana, Sucre, año III, n° 572, 13/07/1907, p. 2.

89 Cf., par exemple, les recommandations de « Nuestra educación cívica », La Mañana, Sucre, año IV, n° 965, 16/02/1909, p. 1.

90 Marianne Debouzy étudie ces mouvements intellectuels en les mettant en rapport avec le développement du capitalisme aux États-Unis, dans Le Capitalisme « sauvage » aux États-Unis (1860-1900), Paris, éd. du Seuil, 1972.

91 Silvia Rivera Cusicanqui, Oprimidos pero no vencidos…, op. cit., p. 17.

92 « Nous laissons au lecteur le soin d’apprécier si cela peut être un bien, en n’oubliant pas que, s’il y a eu une cause réfractaire dans notre civilisation, c’est à la race indigène qu’on le doit » (Censo de población de la República de Bolivia, op. cit., p. 36).

93 Nous nous attachons à définir ici cet état d’esprit du tout début de la période libérale, mais il marqua en réalité les deux décennies de pouvoir libéral. En 1913, par exemple, le journal libéral La Mañana continuait à déclarer qu’entre tous les sujets de débat aucun n’était plus important que celui du devenir des races, et que tout renvoyait à ce grand principe fondamental : leur « amélioration par la sélection » (« De vulgarización científica », La Mañana, Sucre, año IX, n° 1989, 25/07/1913, p. 2).

94 « Temas de actualidad. La reorganización », La Industria, Sucre, año XIX, n° 2435, 20/06/1899, p. 1.

95 José Manuel Pando, Mensaje… de 1900, p. 16.

96 Anuario… de 1899, p. 216.

97 Cf. Gari S. Becker et sa théorie du capital humain. Ce « capital humain » renvoie toutefois à une série de compétences techniques dans une acception bien plus restreinte que ce que l’on désigne au début du siècle par le fait d’être « éduqué » ou « civilisé ».

98 Citons notamment Juan Misael Saracho qui évoquait ainsi « le grand principe selon lequel le progrès des peuples repose sur le développement de l’éducation » comme un « axiome social », une « vérité démontrée » (Memoria… de 1907, p. 12).

99 Nous reprenons les termes d’un article de El Comercio de Bolivia repris et publié par la Revista de instrucción primaria de Potosí, qui affirmait ainsi : « C’est une vérité indiscutable que le pouvoir industriel et politique des peuples est directement corrélé à son niveau d’instruction » (« Instrucción primaria », Revista de Instrucción Primaria, Potosí, Tip. Libre, año II, n° 17, 21/09/1901, p. 262). De même, El Diario, journal libéral de La Paz, développa particulièrement ce thème et la nécessité d’éduquer pour progresser. Cf. pour la seule année 1904 « Un anhelo unánime », El Diario, La Paz, año I, n° 65, 12/06/1904, p. 2 ; « Por la cultura y nuestro progreso », El Diario, La Paz, año I, n° 72, 19/06/1904, p. 3 ; « El problema educacional », El Diario, La Paz, año I, n° 181, 07/10/1904, p. 2.

100 Citons, à titre d’exemple, le discours du recteur de l’université de Sucre, en 1913 : « Puisque l’éducation forme le cerveau et fortifie le corps, et que l’instruction donne à connaître les causes des phénomènes pour le plus grand profit de tous, il est nécessaire de posséder ces deux armes ; sinon la déroute sera le résultat inéluctable de la lutte permanente livrée sur le champ de l’existence humaine » (« En la inauguración del año escolar », La Mañana, Sucre, año VIII, n° 1860, 07/01/1913 – dit 1912 par erreur –, p. 2).

101 Ce que rappelait Luis Pizarro dans « Por la instrucción », Revista de Instrucción, Ciencias y Letras, Tarija, Imp. La Estrella de Tarija, año I, n° 1, 04/04/1903, p. 3.

102 « Palabras del Catedrático », in Revista de Instrucción. Órgano del cuerpo de profesorado del Colegio Nacional Junín, Sucre, año I, n° 2, feb. 1901, p. 3.

103 Ibid., p. 2.

104 Mensaje que presenta la Junta de Gobierno a la Honorable Convención Nacional de la República de Bolivia, Oruro, 20/10/1899, p. 12.

105 Memoria que presenta el Secretario General de Estado a la Convención Nacional de 1899, La Paz, Tall. Tip. Lit., 1899, p. III.

106 Ce fut le cas de la presse d’opposition. La Industria n’hésita pas à intituler un de ses articles de 1899 « Regeneración » (Sucre, año XIX, n° 2455, 29/08/1899, p. 1). Ce qui était mis en cause, c’était la façon dont le parti au pouvoir allait pouvoir concrétiser son projet de « régénération » et la bonne volonté qu’il voudrait bien y mettre, mais en aucun cas le concept, jugé pertinent et renvoyant à des objectifs louables.

107 Cf. Raoul Girardet, Le nationalisme français, Paris, éd. Seuil, 1983, p. 71 ; Françoise Mayeur, Histoire de l’enseignement et de l’éducation. III., Paris, Perrin, 2004, p. 581 et sq.

108 Entre 1860 et 1888, il y eut en Espagne une floraison de romans (Pereda, Valera, Palacio Valdès…) qui manifestaient un même souci de délimiter le « national », de définir ce qui était « espagnol », et mettait en avant un peuple en crise morale. Mais on peut penser à l’œuvre de Lucas Mallada, Los Males de la patria y la futura revolución española (1890) comme acte de naissance du « mouvement régénérationniste » à proprement parler. L’auteur passait en revue les signes de crise de la société espagnole, et y détaillait les « défauts nationaux ». En torno al casticismo de Unamuno (1895) et El Idearium de Ganivet (1896) témoignèrent d’une même préoccupation philosophique, d’une même méditation sur la crise espagnole et la nécessaire reconstruction de la nation.

109 Ce thème, cher à Unamuno, fut très fréquemment repris dans les discours et la presse bolivienne : La Industria souhaitait en 1905 un réveil de « nos énergies endormies » (La Industria, Sucre, año XXV, n° 2947, 12/10/1905, p. 2), tandis que La Mañana déplorait que « nos peuples latino-américains dorment » (La Mañana, Sucre, año III, n° 628, 03/10/1907, p. 2) et appelait de ses vœux « l’orientation et la stimulation des énergies endormies » des groupes indiens du pays (La Mañana, Sucre, año IV, n° 795, 11/06/1908, p. 1).

110 Expression employée par le ministre anglais Lord Salisbury après la défaite et visant, semble-t-il, la Chine, mais que les dirigeants espagnols prirent pour eux.

111 Ainsi Miguel de Unamuno publia en 1895 En torno al casticismo, œuvre dans laquelle il chercha à mettre au jour les traditions oubliées par la culture officielle, l’intrahistoire déterminant les processus réels de l’histoire. De même Ganivet, dans son Idearium español (1896), cherchait une solution à la crise dans un repli sur les caractéristiques profondes du peuple espagnol, dans ce qu’il avait de proprement « castizo », à trouver dans son art, ses coutumes, etc.

112 Pour Ortega y Gasset notamment, « Le mot régénération n’est pas venu seul à la conscience espagnole : à peine commence-t-on à parler de régénération qu’on commence à parler d’européanisation […]. La régénération est inséparable de l’européanisation », « Conférence prononcée le 12/03/1910 au Cercle “El Sitio” de Bilbao » in Paul Aubert, Les Espagnols et l’Europe (1890-1939), Toulouse, éd. Presses Universitaires du Mirail, 1992, p. 70.

113 Des hommes tels que Ramón y Cajal, prix Nobel de médecine, posèrent le débat en ces termes : se régénérer, c’était s’ouvrir aux sciences, ce que Ortega y Gasset reprit lui aussi en proclamant dans « Asamblea para el progreso de las ciencias » publié par El Imparcial le 27/07/1908 : s’européaniser était indispensable, et ce qui faisait de l’Europe ce qu’elle était, c’était la science, « Europe = science ».

114 « Je ne veux pas d’autre méthode que celle de la passion » écrivait Miguel de Unamuno dans La España moderna, Madrid, n° 216, dic. 1906, p. 64-83. Nuançant son souhait d’européanisation de la fin du xixe siècle, il critique un rationalisme qui n’a, selon lui, rien d’espagnol et développe l’illusion de la raison face au principe de volonté, comme il l’avait déjà fait dans son roman Amor y pedagogía (1902).

115 Un courant surgit à la fin du xixe siècle, et se développe jusqu’à la guerre civile, dont le père fondateur est M. Menéndez Pelayo. Dans son Historia de los heterodoxos españoles, il mit au banc des accusés « la pensée hétérodoxe » jugée responsable d’avoir mis en danger la nation espagnole. Or argumenta-t-il, Rome et le christianisme constituaient l’élément fondateur et unificateur de la nation ; c’était par eux que l’Espagne avait été une grande nation, et c’était donc également par eux qu’elle pouvait prétendre l’être à nouveau.

116 Nous renvoyons ici en particulier aux travaux de Brian R. Hannett, Historia de Iberoamérica, Madrid, ed. Cátedra, t. III, « chap. IV, La Regeneración. 1875-1900 », p. 317-401.

117 « La educación », La Industria, Sucre, año XXV, n° 2930, 13/08/1905, p. 1 ; « Lectura moral. La educación », La Mañana, Sucre, año IV, n° 743, 21/03/1908, p. 1.

118 « ¿Dejeneramos ? », La Industria, Sucre, año XXV, n° 2947, 12/10/1905, p. 2.

119 Antonio Marco, Enseñanza pública, Oruro, Tip. La Económica, 06/08/1906, p. 15-19.

120 Revista de Instrucción primaria, Potosí, año I, n° 4, 06/09/1900, p. 50.

121 « Fondos escolares. Patentes mineras », ibid., año I, n° 7, 16/10/1900, p. 90.

122 Guillermo C. Loaiza, « Post Nubila Phoebus », Revista de Instrucción, Sucre, año I, n° 5, p. 3.

123 José Durán, Instrucción pública en Bolivia. Causas de su estacionarismo. Indicaciones para su mejora, op. cit., p. 5.

124 « Regeneración del indio y del artesano », La Industria, Sucre, año XXXII, n° 3481, 07/06/1911, p. 23.

125 Cf. l’allocution de Lino Romero quand il prit ses fonctions « d’inspecteur général d’instruction du sud », « El Inspector General de Instrucción del Sur. El acto de su posesión », La Mañana, Sucre, año VI, n° 1297, 13/08/1910, p. 12.

126 On lisait encore en 1916 : « le progrès de l’enseignement public fera avancer la Bolivie d’un grand pas dans sa marche vers la civilisation parfaite, en lui servant de puissant levier pour favoriser son dépassement et sa régénération » (« A propósito de las exposiciones escolares », La Mañana, Sucre, año XII, n° 2675, 13/06/1916, p. 2).

127 Bautista Saavedra, cité dans « La Educación del aborigen boliviano », La Mañana, Sucre, año VII, n° 1478, 02/06/1911, p. 2.

128 Rappelons que, selon le recensement de 1900, la population indigène représentait officiellement 48,42 % de la population, (contre 29,45 % pour la population métis, et 14,64 % seulement pour la population blanche), et que ce chiffre était reconnu comme sous-évalué dans la mesure où il ne prenait pas en compte les tribus indiennes non recensées car vivant dans des lieux d’accès difficile (Censo general de la población de la República de Bolivia, op. cit., II, p. 40).

129 Anuario… de 1900, p. 122-123.

130 Samuel Oropeza, Memoria… 1900, p. 139.

131 Samuel Oropeza, « Oficio al Señor Prefecto del Departamento de La Paz, 10/06/1900 », Anexos de la Memoria presentada al Honorable Congreso Nacional de 1900, II, p. 283.

132 Alcides Arguedas, Pueblo enfermo, La Paz, ed. Juventud, 1993, [1ra ed. 1908], p. 62.

133 Ismael Montes, Mensaje… de 1907, p. 32.

134 « Fabriquons de la race » publia ainsi La Mañana en première page le 31 mars 1906. Le journaliste y déplorait cette paresse (flojera) caractéristique du peuple bolivien, le « marasme » de sa jeunesse, ce manque généralisé de volonté, nouveau symptôme pathologique de l’état du pays. Dans ce cas précis, ce n’était pas les masses indiennes qui étaient en cause mais bien plutôt les représentants de l’industrie et du commerce jugés atteints de « paralysie », les étudiants ne mettant pas en œuvre les efforts nécessaires pour être les « ouvriers de l’avenir » et les jeunes femmes passant leur temps « à des futilités », « Hagamos raza », La Mañana, Sucre, año II, n° 255, 31/03/1906, p. 12.

135 En première page de La Mañana, dans un article intitulé « Porla razaindígena. Suregeneración », qui louait les décisions libérales du moment en matière éducative, on pouvait lire : « Toute œuvre qui contribuera à l’amélioration et à la régénération de l’Indien sera une œuvre d’amour et même de charité chrétienne » (La Mañana, Sucre, año IV, n° 795, 11/06/1908, p. 1). De même les revues éducatives n’hésitaient pas à proclamer « l’urgent besoin de parvenir à la régénération de cette race, en diffusant l’instruction en son sein, partout où ce sera possible » (« La educación del indio », Revista de Educación Nacional, La Paz, año II, n° 8, junio 1911, p. 250).

© Éditions de l’IHEAL, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540