Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Régénérer la race »

 | 
Françoise Martinez

Première partie. Le parti libéral et son projet de « régénération éducative »

Chapitre I. La Bolivie de 1898 : Un pays ? Une république ? Une nation ?

Texte intégral

Instruction Élémentaire […] Ces résultats, malheureusement, ne sont pas très flatteurs, car ils nous montrent, avec l’éloquence des chiffres, que l’instruction publique en Bolivie est très loin d’atteindre le niveau de progrès auquel elle est parvenue dans les autres pays d’Amérique du Sud.
Censo General de la población de la República de Bolivia según el empadronamiento de 1° de septiembre de 1900, Segunda Parte, p. 42.

Honorables représentants de la Nation, C’est à vous que revient de mener à bien la grande œuvre de la régénération de la Bolivie.
Memoria que presenta el Secretario General de Estado a la Convención Nacional de 1899, p. 3.

  • 1 Marie-Danielle Demélas, Nationalisme sans nation ? La Bolivie au xix-exxe siècles, Paris, CNRS, 19 (...)
  • 2 El Redactor, 1889, in Alcides Arguedas, Historia General de Bolivia, La Paz, ed. Gisbert & Cía, 19 (...)

1Qu’est-ce que la Bolivie de 1898, ce territoire remis en question dans sa légitimité même de « nation »1 que Franz Tamayo définissait comme un assemblage de peuples dispersés sans liens affectifs ni physiques et sans sentiment d’appartenance nationale2 ? La connaissance de cette réalité du moment conditionne inévitablement la compréhension de ses modalités d’organisation éducative.

2L’école est en effet liée à la notion de territoire et de pays dans la mesure où c’est dans ses limites géographiques qu’elle opère, et parce qu’elle peut apparaître comme l’élément unificateur, la référence commune d’un peuple, le catalyseur d’une identité nationale sur l’ensemble de ce territoire. Elle y dépend de la sphère économique qui la conditionne par les budgets qui lui sont accordés, parfois très inégaux d’une année sur l’autre, une sphère que l’école elle-même est amenée à servir en forgeant l’individu capable de s’adapter à des technologies nouvelles souvent pensées comme indissociables de la croissance du pays. Elle est à comprendre aussi dans son lien à une situation démographique donnée : à qui s’adresse-t-elle, quelle est la population en âge d’être scolarisée, avec quelle distribution sur le territoire ?

3L’école est ensuite doublement liée à la sphère politique : d’une part parce que l’individu exclu du système éducatif se voit privé de toute possibilité d’exercer convenablement ses droits de citoyen, d’autre part parce qu’indépendamment des discours tenus, le pouvoir politique dispose là d’un instrument privilégié pour modeler le citoyen à sa guise.

4Elle est liée enfin au monde idéologique, à la fois comme sujet et objet des idées et doctrines propres à une époque et à une société données.

5Nous tenterons de cerner tout d’abord le type de réalité nationale au sein duquel se déployèrent les efforts éducatifs, et plus qu’une prétendue présentation « objective » nous souhaitons faire émerger les représentations qu’en avaient les élites du moment, représentations qui purent dicter leurs choix politiques.

Caractéristiques géographiques, économiques, et démographiques

  • 3 Nous pensons en particulier aux travaux de José María Dalence sur la société bolivienne des années (...)

6Si différentes études chiffrées ont été menées en Bolivie au cours du xixe siècle3 et si quelques gouvernements s’étaient efforcés, déjà, de lancer des recensements de la population, aucun n’existait qui fût exhaustif au niveau national et basé sur les principes de la statistique moderne. Le premier recensement général de la République fut ainsi lancé le 1er septembre 1900, et ses résultats définitifs publiés deux ans plus tard. Ce furent donc les libéraux qui procédèrent à ce recensement national l’année qui suivit leur arrivée au pouvoir, afin de pallier un certain nombre de carences d’informations sur la réalité géographique, économique, et humaine du pays. Ces résultats constituent une source précieuse pour avoir en tête quelques caractéristiques géographiques, économiques et démographiques du pays. Mais surtout, le recensement étant une construction politique destinée avant tout à gérer politiquement les territoires classés, les activités enregistrées ou les populations recensées, ces résultats sont extrêmement éclairants sur la façon dont une certaine élite perçoit sa patrie et définit, en conséquence, ses priorités politiques.

  • 4 Oficina Nacional de Inmigración, Estadística, y Propaganda Geográfica, Censo General de la poblaci (...)

7Le 12 février 1900, le projet et la demande de recensement furent déposés auprès de l’Oficina Nacional de Inmigración, Estadística y Propaganda Geográfica qui présenta, quelque temps après, un Règlement en trente articles pour sa réalisation, mena à bien le recensement et publia en suivant ses résultats4.

Un territoire mal défini

  • 5 Le plus marquant fut sans conteste Alcide d’Orbigny qui parcourut pratiquement toute la Bolivie, d (...)
  • 6 Censo General de la población de la República…, op. cit., I, p. 9.

8Jusqu’en 1900 et bien qu’il soit commun de parler en Bolivie des « voyageurs français du xixe »5, le pays n’attira pas particulièrement les missions d’exploration. Cet espace au cœur de l’Amérique du Sud, censé s’étendre du littoral pacifique à la forêt amazonienne, et du nord du fleuve Ordon jusqu’au Gran Chaco, restait très mal connu. L’introduction du Censo General de la población de la República de Bolivia déplorait ainsi l’impossibilité de connaître, même de façon approximative, l’étendue des terres cultivées, de la forêt vierge, des zones habitées ou des terrains en friche6.

  • 7 Pour une réflexion sur le rapport aux frontières et la situation particulière qu’occupe dans l’ima (...)
  • 8 « Informe del Cancelariato de la Universidad de San Francisco Xavier del Distrito de Chuquisaca », (...)

9Étaient mal connues également les frontières du pays, soit parce qu’elles n’avaient pas encore été déterminées avec précision, soit parce que les cartes ayant servi à les définir étaient fausses. La précarité de ces limites était propice à des conflits avec ses pays frontaliers (Pérou, Chili, Argentine, Paraguay et Brésil). Ainsi, au cours de la seconde moitié du xixe siècle, la Bolivie dut céder des terres en litige au Chili, au Brésil et à l’Argentine, respectivement par les traités de 1866, 1867, 1889, et à la suite de la guerre dite du Pacifique – sur laquelle nous reviendrons –, elle perdit son littoral et par conséquent son accès maritime7. Son existence territoriale dépendait donc des velléités guerrières des républiques limitrophes, reposant sur leur seule bonne ou mauvaise foi, comme le regrettait en 1904 Ignacio Terán, conscient de la difficile préservation de l’intégrité nationale dans de telles conditions8. Aux yeux des élites, le pays semblait un territoire perpétuellement menacé.

  • 9 En effet, malgré des ébauches de projets élaborés depuis les années 1860 mais se soldant toujours (...)

10S’il apparut bien vite combien cette méconnaissance territoriale était dangereuse pour préserver l’espace national, il n’était pourtant pas facile d’y remédier dans la mesure où les voies ferrées commençaient à peine à se développer. Les chemins et les fleuves restaient, à la fin du xixe siècle, les seuls traits d’union entre les différentes régions du pays, dont certaines zones, celle du Beni notamment, étaient encore inaccessibles9.

11Le recensement de 1900 eut lieu dans ce contexte de redécouverte du territoire, marqué notamment par l’envoi de missions, et releva de ce même souci de connaître ses limites, ses richesses et ses habitants, pour être à même de mieux les contrôler et de mieux les protéger.

  • 10 Ces commissions étaient présidées par le préfet auquel s’ajoutaient deux personnes du conseil muni (...)
  • 11 Censo General de la República…, op. cit., I, p. 11, et II, p. 2.

12En 1900, l’Oficina Nacional de Inmigración, Estadística y Propaganda Geográfica délégua à neuf Commissions Centrales, responsables chacune d’un département10, le soin de procéder à un recensement sur leur zone, et recueillit les résultats de délimitation suivants11 que nous avons classés par ordre décroissant d’extension territoriale :

Tableau 1 : Superficie géographique des départements et territoires boliviens

Tableau 1 : Superficie géographique des départements et territoires boliviens

13Il restait au territoire bolivien en 1900, après les pertes subies lors des divers conflits frontaliers, une superficie de 1 822 334,75 km2, ce qui le plaçait au dixième rang mondial (plus de trois fois la superficie de la France).

14Sa position astronomique y était définie de façon claire, entre les 60° et 75° de longitude occidentale de Paris, et en latitude australe entre les 10° 20’ et 26° 54’ dans la partie orientale et 7° 6’ et 25° 39’ dans la partie occidentale. Mais quoique très précises apparemment, ces données furent rapidement remises en question. Avec le traité de Petrópolis de 1903 la Bolivie perdit la zone de l’Acre, au nord-est du pays, et en 1904, elle céda définitivement le département du Littoral au Chili.

  • 12 Ainsi le recensement signalait qu’avec le Chili, le tracé des frontières était « établi de façon p (...)

15Les frontières furent définies, généralement à partir d’éléments naturels (embouchures de fleuves, volcans, lacs, montagnes, etc.) d’où des données assez fluctuantes quand elles n’étaient pas explicitement provisoires12.

16Dans ce parallélogramme de 19 degrés et demi de long du nord au sud sur 13 et demi de large d’est en ouest, se distinguaient quatre régions : la région du littoral, baignée en partie par le Pacifique, pauvre en végétation mais riche en productions minières ; la région des hauts plateaux, entre la Cordillère côtière et la Cordillère royale : vaste, aride, très pauvre en végétation mais très riche en minerais (argent et étain essentiellement) ; la région centrale, fertile, dite aussi des vallées, entre le haut plateau et la fin de la Cordillère Royale du nord à l’ouest : profitant d’un climat allant de tempéré à tropical ; enfin la région orientale qui commençait avec les dernières ramifications de la Cordillère Royale et se caractérisait par d’immenses zones marécageuses, des terres fertiles et cultivées, et la forêt vierge.

17L’ensemble se divisait en un territoire dit « de Colonias » et neuf départements correspondant chacun à une circonscription administrative qui se subdivisait en provinces, lesquelles à leur tour se subdivisaient en cantons et vice-cantons.

  • 13 La zone conserva ce nom jusqu’à ce que le 24 septembre 1938 le président Bush le proclamât départe (...)
  • 14 Au moment où eut lieu le recensement, le département du Litoral se trouvait toujours occupé par le (...)
  • 15 Le recensement notait ainsi : « La Nation n’a pas encore fixé de façon définitive les limites inte (...)

18Du nord au sud et dans l’ordre des parallèles géographiques, ces neuf zones étaient le Territorio nacional de Colonias13, La Paz, le Beni, Oruro, Cochabamba, Santa Cruz, Potosí, Chuquisaca, le Litoral14 et Tarija. Toutefois, à l’intérieur même du territoire, les délimitations étaient fluctuantes et, entre eux, les départements eux-mêmes débattaient de terres en litige telles que Corona et Quillacas pour les départements de Potosí et Oruro, ou Cuevo et Ivo pour Santa Cruz et Chuquisaca15.

19Cet espace morcelé et méconnu faisait de la Bolivie un pays à l’identité géographique imprécise, proie facile des expansionnismes voisins sur ses zones frontalières. Il s’agissait en outre d’un espace particulièrement difficile à administrer dès lors que déléguer des responsabilités à un département ou à un canton revenait à donner à gérer des espaces approximativement circonscrits et dont la topographie accidentée compliquait encore les délimitations.

  • 16 À partir de 1880, le gouvernement du général Campero fit construire les deux premières lignes de t (...)
  • 17 Ce problème n’a rien perdu de son actualité puisqu’un siècle plus tard les spéculations se poursui (...)

20En 1900, ce contrôle du territoire apparut comme une urgence. La mise en place progressive d’un réseau ferré, l’installation plus rapide du télégraphe depuis 188016 et la commande d’études auprès d’experts envoyés dans les zones les plus reculées furent quelques unes des initiatives par lesquelles les gouvernements conservateurs, d’abord, puis libéraux ensuite, cherchèrent à pallier ces manques d’informations. L’avenir économique s’y jouait dans la mesure où les voies de communication déterminaient immanquablement les axes et les nœuds de développement du pays17.

Une économie liée aux minerais

21Privée de voies de communication et de moyens de transport (excepté, pour les dernières années du xixe siècle, la ligne Antofagasta-Oruro, 924 km, et la ligne Guaqui-La Paz, 87 km), la Bolivie possédait, en 1900, une industrie nationale peu développée, en marge des progrès industriels et de l’influence européenne avec laquelle les nations voisines étaient plus naturellement en contact par les voies maritimes.

22Pour dresser un rapide portrait économique, retenons ses trois branches principales : le secteur agricole, l’industrie manufacturière et le secteur minier.

  • 18 Notons que renvoyer ainsi de façon indifférenciée à l’agriculture et à l’élevage donne une représe (...)
  • 19 Censo General de la República…, op. cit., II, p. CI.

23Concernant l’agriculture, le recensement de 1900 mentionna que 70 % de la superficie (182 233 400 hectares) étaient des terres exploitables. Parmi elles, une moitié seulement semblait réellement utilisée pour la culture et l’élevage18. La gomme élastique, la pomme de terre, la coca, le café, la quina, le cacao, le riz, et la canne à sucre étaient dans l’ordre les produits les plus cultivés, dont les espèces et la qualité variaient selon les régions et les climats. S’il était impossible de connaître la production agricole réelle du pays par manque de moyens statistiques19, on pouvait affirmer en revanche avec certitude qu’il s’agissait du secteur d’activité auquel se consacrait une grande partie de la population active (564 009 personnes). Leur travail agricole restait traditionnel, à l’écart du machinisme et de l’industrialisation de ce secteur existant dans les autres pays.

  • 20 Ibid., II, p. CIII-CIV.
  • 21 Ibid., II, p. XCIV.
  • 22 Raúl Federico Abadie Aicardi, Economía y Sociedad de Bolivia en el siglo xx, Montevideo, ed. Río d (...)
  • 23 Herbert Klein, Historia de Bolivia, Historia de Bolivia, La Paz, ed. Juventud, 1994, p. 199-200.

24De la même façon, les produits réalisés par l’industrie manufacturière ne purent être estimés ni en quantité ni en valeur. Travail du tissu, ébénisterie, cordonnerie, travail des peaux, du fer, lithographie, et gravure en constituaient les branches principales20. Ainsi donc, le seul secteur industriel développé et porteur pour l’économie du pays restait le secteur minier, « industrie nationale par excellence »21. Le pays dépendait de façon croissante du transport des minerais jusqu’aux ports chiliens d’où ils pouvaient être envoyés vers les usines de transformation de matière première, établies aux États-Unis22. Étant une économie ouverte qui importait ses biens de consommation et n’exportait guère autre chose que ses minerais, l’économie bolivienne était du même coup extrêmement vulnérable, car dépendante des fluctuations des cours de ces derniers. Même avec un secteur minier développé, le pays était resté pratiquement mono-exportateur d’argent, jusqu’en 1900, puis d’étain, et son économie dépendait par conséquent du cours d’un seul minerai23.

25C’est dans cette incertitude et dans cette « dépendance » économique que se trouvait donc l’oligarchie minière. Cette monoproductivité aux limites palpables induisait une économie elle-même limitée, sans garantie de progrès de long terme pour le pays.

  • 24 Alipio Valencia Vega, Desarrollo del pensamiento político en Bolivia, La Paz, ed. Trabajo, 1953, p (...)
  • 25 Pour plus de détails sur ce point, nous renvoyons aux travaux de Walter Hermosa Virreira, Breve Hi (...)

26En 1880, face à la chute des prix de l’argent, l’oligarchie minière au pouvoir chercha à préserver ses intérêts en développant des projets de voies ferrées qui diminueraient les coûts de transport du minerai. Une nouvelle baisse des prix sur le marché mondial, vers 1894, affaiblit son pouvoir économique, alors que parallèlement la demande d’étain était toujours plus forte. Alipio Valencia Vega explique ce phénomène par le fait que l’argent s’employait bien pour les pièces de monnaie mais peu pour les usages industriels tandis que l’étain était utilisé dans la fabrication de divers instruments et surtout d’acier de qualité24. Or pour l’exploitation de ce dernier minerai, technologie et voies de communication étaient déjà en place, puisque l’étain se trouvait proche de là où était l’argent auparavant25.

27Le passage d’une économie de l’argent à une économie de l’étain ne fut toutefois pas facile à accepter par l’oligarchie traditionnelle car il s’accompagnait de l’apparition sur la scène nationale économique, et bien vite politique, d’un nouveau groupe d’entrepreneurs boliviens, ayant plutôt leur centre d’attache à La Paz – quand les précédents étaient majoritairement de Potosí ou de Sucre – et liés à un nouveau parti politique : le parti libéral.

28À l’orée du xxe siècle cette conjoncture économique scella ainsi pour la Bolivie son identité et son destin de pays à économie minière, dominée désormais par l’étain, même si or, argent, bismuth et cuivre continuaient à y être exploités dans une moindre mesure. Malgré l’existence de ressources abondantes, cette industrie minière manquait toutefois, pour son développement, de capitaux, et peut-être plus encore de bras car ce vaste territoire restait peu peuplé.

La plus indienne des républiques latino-américaines

  • 26 Herbert Klein, Historia de Bolivia, op. cit., p. 193.

29La seule chose qui a empêché la totale destruction de la culture des Indiens, écrit Herbert Klein quand il évoque la suppression des terres de communautés et l’expansion des haciendas qui s’ensuivit, c’est leur incessante croissance démographique tout au long du xixe siècle26.

  • 27 Censo General de la República…, op. cit., I, p. 14.

30En 1900, la population générale de la Bolivie (id est la population recensée, plus l’estimation des tribus non recensées dites « no sometidas » vivant sur le territoire, et le tout révisé à la hausse pour compenser les oublis) était évaluée à 1 816 271 habitants. Alors que sa superficie plaçait le pays au 10e rang mondial, sa population le classait au 39e rang seulement. Pays très vaste mais peu peuplé, sa densité de population était ainsi la plus faible (0,99 hab./km2) parmi les cinquante-cinq pays que comparait le rapport. La Bolivie apparaissait donc, au moins aux yeux de ses recenseurs, appartenant à ses élites, comme un véritable désert humain. C’est la Belgique qui était alors citée en exemple (elle sera un modèle permanent dans la politique éducative menée) comme ayant la plus forte densité de population : 218 hab./km227, ce qui semblait une réussite en soi.

31Considérée comme fort basse en Bolivie, cette densité était en outre très inégale entre les différents départements, et plus encore entre provinces d’un même département.

  • 28 Fait à partir des données du recensement, ibid., I, p. 11, II, p. 12-13.

Tableau 2 : Densité de population et amplitude de sa variation selon les départements28

Tableau 2 : Densité de population et amplitude de sa variation selon les départements28
  • 29 Chiffre unique de densité donné pour ce département.

32Comment les recenseurs lisaient-ils ces inégalités ? En dénonçant les inégalités de représentation politique qui, selon eux, en découlaient. Nombre de provinces ne possédant qu’un député élu, ils montraient qu’il n’y avait qu’un député élu pour représenter la province de Charcas du département de Potosí et ses 56429 habitants, comme pour représenter, dans le même département, la province du nord-Lípez et ses 9172 habitants seulement. Les disparités auraient pu être dénoncées dans l’autre sens puisque trois provinces du Béni sur quatre n’avaient aucun élu, tandis qu’à Sucre, Potosí, La Paz et Cochabamba, certaines provinces en comptaient quatre. Mais le recensement semblait ainsi mettre en avant que les provinces les plus rurales et les moins peuplées étaient surreprésentées.

  • 30 Critère choisi pour déterminer la proportion de population rurale et urbaine.

33En définissant comme « populations urbaines » celles de villages de 200 habitants ou plus et « populations rurales » celles de villages de moins de 200 habitants30, le recensement calculait une répartition de 25 % de population urbaine, contre 75 % de population rurale. Il précisait que ce dernier pourcentage était nécessairement sous-estimé du fait des indigènes dits insoumis (no sometidos) qui n’avaient pas été recensés et de l’oubli de zones d’accès difficile, en particulier dans le Beni, donc en milieu rural.

  • 31 Utilisé pour signifier la différence entre groupes humains, le concept de « raza » ou « race » ren (...)
  • 32 Censo General de la República…, op. cit., II, p. 30. Nous renvoyons ici aux débats actuels sur la (...)

34La Bolivie, à l’orée du xxe siècle, était ainsi une république perçue par ses élites comme essentiellement rurale, et donc aussi essentiellement indienne. Le recensement décrivit la composition ethnique du peuple bolivien en distinguant quatre « races »31 principales, considérant que ce travail était un préalable indispensable à un état des lieux des conditions sociales, politiques et économiques du pays32.

  • 33 « La population indigène bolivienne se trouve disséminée sur la vaste étendue territoriale de la R (...)

35Les indigènes, au nombre de 920 000, étaient présents sur la totalité du territoire bolivien. Ils étaient assimilés de façon explicite au monde rural et aux paysans du pays33.

  • 34 Il apparaissait précisément dans la description de la population rurale, servant à assimiler la «  (...)
  • 35 Le concept est à bien différencier de l’artefact historique et culturel désigné de façon moderne p (...)
  • 36 Le terme était employé alors en une acception qui approche le concept moderne d’« ethnie ».

36Dans cet examen de la composition ethnique du pays, le vocable « indio », qui tend à assimiler toutes les différences culturelles des communautés sous un même terme globalisant, en considérant ainsi la population indigène comme une population homogène, fut soigneusement évité34. Au contraire, le recensement prétendait caractériser au mieux les différents peuples, branches et « nations »35. Parmi les indigènes, trois peuples étaient ainsi distingués, l’un andin, l’autre de la Pampa, et le troisième guaránico. Chacun d’eux se divisait en deux branches, respectivement péruvienne et nord-andine, mojeña et chiquitana, guaraya et chiriguana, lesquelles pouvaient regrouper, comme la nord-andine par exemple, jusqu’à trente-deux « nations »36 : amaguacos, apolistas, araonas, caniris, capechenes, caropunas, etc.

37Les « nations » aymaras et quechuas étaient les plus importantes en nombre. Les Aymaras occupaient le plateau des Andes et son versant occidental jusqu’à la côte, et une partie du versant oriental jusqu’au début des vallées. Ils étaient limités au nord par les Quechuas, à l’est par les Tacanas, et au sud-sud-est par les Charcas ou Quechuas de Cochabamba et Potosí. Les Quechuas habitaient les départements de Cochabamba, et de Sucre, et en partie celui d’Oruro. L’aymara et le quechua étaient – et restent jusqu’à aujourd’hui – les deux langues indigènes les plus parlées en Bolivie.

  • 37 En pourcentage de population étrangère, les étrangers européens italiens, espagnols, allemands et (...)
  • 38 Ibid., II, p. 38.

38Les Blancs, petite minorité recensée, étaient constitués soit d’étrangers européens (principalement italiens, espagnols, allemands puis français) ou américains (essentiellement des cinq pays limitrophes, et d’Amérique du Nord)37, soit de Boliviens, « descendants plus ou moins purs en premier lieu d’Espagnols, et en second lieu d’autres immigrés européens du xixe siècle »38.

  • 39 Sous la rubrique intitulée « Race indigène » on peut lire : « La nature de ce travail prétend excl (...)
  • 40 Les premiers n’avaient aucune ambition, aucun désir de sortir de leur état de pauvreté ; les secon (...)

39Dans cette république présentée comme très indienne, l’ethnie majoritaire n’en était pas moins méprisée pour autant. Le recensement, qui revendiquait pourtant de s’abstenir de tout jugement pour s’en tenir aux faits concrets sur ce point39 opposa, à l’aide de citations dont les sources ne furent pas indiquées, une série de jugements péjoratifs ou extrêmement ambigus sur « la race indigène » à une série de jugements incontestablement laudatifs sur « les Boliviens de race blanche »40.

  • 41 Le recensement assimilait les deux termes. Peu à peu toutefois le cholo désigna l’Indien urbanisé, (...)
  • 42 Censo General de la República…, op. cit., II, p. 39.

40Les métis, issus de l’union des Blancs et des indigènes, et connus sous le nom de cholos41 représentaient 484-611 habitants, soit 29,4 % de la population totale. Les critères raciaux par lesquels ils étaient désignés et hiérarchisés ne laissaient aucune ambiguïté sur la façon dont la couleur de peau déterminait la position sociale : à mi-chemin entre le monde des Blancs et celui des indigènes, les cholos constituaient cette « race créole qui était, certes, inférieure à la race espagnole, mais très supérieure à la race indigène ». Ils étaient considérés alors comme la classe sociale qui, mieux préparée, pourrait servir les institutions du pays, son industrie et son armée42.

  • 43 Étaient aussi comptés parmi eux ceux qui étaient identifiés comme « sambos » (ou « zambos »), issu (...)

41Enfin les Noirs, descendants des esclaves ramenés du Sénégal et de Guinée à l’époque coloniale pour travailler la terre dans les régions chaudes ne représentaient qu’une infime minorité de 3945 personnes recensées43.

  • 44 Tableau élaboré à partir des résultats du Censo General de la República…, op. cit., II, p. 11 et p (...)

Tableau 3 : Répartition raciale de la population selon les différents départements44

Tableau 3 : Répartition raciale de la population selon les différents départements44
  • 45 Il correspondait à la zone de l’Acre, au nord du pays, qui est en partie perdue lors de la guerre (...)

42La population indigène représentait plus de la moitié de la population totale. Le pourcentage devait même être, en réalité, plus important dans la mesure où la part de population qui restait « indéterminée » (no especificada) et qui comprenait les tribus dites insoumises à la République et les communautés vivant dans des lieux difficiles d’accès, était également indienne. La population blanche ne représentait, elle, qu’une petite minorité essentiellement concentrée sur quatre départements (Cochabamba, Santa Cruz, Chuquisaca, El Beni). Le département considéré comme possédant le plus grand nombre « d’insoumis », c’est-à-dire en fait le plus mal connu, était, de loin, le Territoire de Colonias45. Les proportions ne purent être obtenues pour le département du littoral, alors militairement occupé par le gouvernement chilien. La population considérée comme indigène était largement majoritaire, dépassant 60 % si nous lui ajoutons la population dite « indéterminée ». Elle était, proportionnellement, largement plus importante que les autres dans les régions inexploitées (Territoire de Colonias et Beni) où Blancs et métis ne s’étaient pas vraiment installés, ainsi que dans les départements des hauts plateaux (La Paz, Oruro, Potosí) où elle constituait le gros contingent des forces de travail.

43Présentée comme très hétérogène d’un point de vue ethnique, la population bolivienne de 1900 apparaissait aussi comme très fortement hiérarchisée.

44Le petit pourcentage de citoyens recensés comme blancs conservait sa suprématie en gouvernant et en occupant les postes à responsabilités. Les métis constituaient la classe moyenne : ils exerçaient une activité de type commercial ou artisanal, et connaissaient l’espagnol même s’ils continuaient d’employer leur langue maternelle. Les Noirs étaient en proportion infime, raison pour laquelle, sans doute, discours et dispositions de ces années-là ne les prenaient jamais en compte de façon spécifique. Ils étaient ignorés. Les autres, les indigènes, formaient la population rurale traditionnelle : la plus nombreuse, la plus pauvre, la plus méprisée aussi.

La république, le corps politique, et ses attributions : le poids d’une ethnie

  • 46 Nous renvoyons ici en particulier aux propos de Manuel Fraga Iribarne, dans son prologue à l’histo (...)
  • 47 Discursos y proclamas de Simón Bolívar, Fundación Biblioteca Ayacucho, 2007, p. 121-134.
  • 48 Simón Bolívar, « Carta del 08/08/1826 », Obras completas, vol. 1, p. 1412-1413.

45« Vous recevrez la Constitution la plus libérale du monde », avait annoncé Bolívar dans son discours du 1er janvier 1826, six mois après la signature de l’Acte d’Indépendance. C’est la Constitución Vitalicia, qui fut ainsi la première Constitution bolivienne, et si nous la mentionnons ici, c’est que certains historiens comme Tomás Manuel Elio, soutiennent que les modifications subies au cours du temps par les différents textes constitutionnels furent plus apparentes que réelles et que cette première Constitution laissa une trame immuable dans toutes celles qui ont suivi46. Elle reprit le projet de constitution de Simón Bolívar47 auquel fut rajouté un article établissant la religion catholique, apostolique, romaine, comme religion d’État, protégée par le gouvernement. L’objectif était qu’elle fût généralisée aux autres pays d’Amérique du Sud. Moyen terme entre les nouvelles formes de fédéralisme venues des États-Unis et la tradition monarchique espagnole, ce texte réunissait, selon Bolívar, « tous les charmes du modèle fédéral, toute la solidité d’un Gouvernement centralisé, toute la stabilité des gouvernements monarchiques »48 : un pouvoir législatif tendant à donner la suprématie aux éléments représentatifs de la tradition, un président ayant une magistrature à vie, garante de l’ordre, et une administration sous la responsabilité des ministères. Au cours du xixe siècle, dix autres constitutions virent le jour. La dernière, de 1880, fut maintenue pendant les vingt années de pouvoir libéral.

  • 49 Cf. Redactor de la Convención Nacional del año 1880, I, p. 56.
  • 50 Les précédentes constitutions (1826, 1831, 1834, 1839, 1843, 1851, 1861, 1868, 1871, 1878) avaient (...)

46Lors de la session extraordinaire du 30 mai 1880, dans le contexte de la guerre contre le Chili et au nom de la Commission de Constitution dont il était alors le président, Mariano Baptista appela le Parlement à donner au pays une nouvelle loi ou statut suprême. Il présenta un projet qui reprenait la Constitution de 1878 assortie de quelques modifications49. La Convention nationale, en l’approuvant, promulgua la XIe constitution bolivienne, le 28 octobre 1880 sous la présidence de Narciso Campero. Constitution à la durée de vie la plus longue, elle permit aux institutions nationales de se consolider pendant plus d’un demi-siècle, et bien qu’ayant fait l’objet de quelques modifications et réformes, elle fut conservée au-delà des révolutions et des coups d’État jusqu’en 193850.

  • 51 Ce que Guillermo O’Donnell appelle « le non-respect absolu de la loi » en insistant sur la portée (...)

47Puisque c’est elle qui était en vigueur à l’arrivée des libéraux au pouvoir et qu’elle le resta durant les deux décennies de leur domination politique, nous nous proposons d’en présenter ici les principales caractéristiques afin de comprendre quels étaient les « rôles » ou « non-rôles » officiellement attribués à l’État, au gouvernement, au peuple, aux citoyens, aux Chambres, et à l’administration. Bien entendu la théorie ne dit souvent rien sur la pratique et il peut y avoir un écart important – que nous ne sommes hélas pas en mesure d’évaluer ici – entre ce que dit la loi et ce qui se pratique. Cela est d’autant plus à prendre en compte que la faible culture civique populaire et la conduite traditionnelle des autorités face aux lois de la Monarchie espagnole, résumée par la maxime coloniale selon laquelle « la loi est reconnue mais pas respectée » ont pu constituer, jusqu’à nos jours, des freins à la stricte application des normes constitutionnelles51. Il n’en reste pas moins indispensable de saisir les spécificités de ce cadre constitutionnel. Sa compréhension préside en effet à celle des politiques qui s’y inscrivent et les éclairent en faisant ressortir les enjeux de pouvoir qui s’y jouent.

L’État et les citoyens

  • 52 Les articles constitutionnels auxquels nous renvoyons sont tirés du texte de la Constitution compi (...)

48Selon la Constitution politique de l’État bolivien en vigueur52, la nation bolivienne était en 1898 une République unitaire sous l’autorité d’un gouvernement de forme démocratique représentative (section I, art. 1), c’est-à-dire où l’ensemble des citoyens exerçaient leur souveraineté en élisant leurs représentants. Cette souveraineté était inaliénable et imprescriptible, et son exercice délégué aux trois « Pouvoirs » législatif, exécutif et judiciaire. De fait, cette « représentativité », comme souvent, était très limitée.

  • 53 Censo General de la República…, op. cit., II, p. 46-47.

49Une des premières caractéristiques à retenir est que, selon la Constitution, l’État reconnaissait et soutenait officiellement la religion catholique, apostolique et romaine (section I, art. 2), entérinant ainsi ce qu’il percevait comme une réalité consensuelle qu’il ne tenait pas à modifier. D’après le recensement de 190053, en effet, la quasi-totalité de la population recensée professait la religion catholique. La recherche statistique sur ce thème se limita d’ailleurs à dénombrer la minorité des « non-catholiques » (assimilés sous cet item qu’ils fussent athées, animistes, protestants, israélites, ou mahométans) : 1609-365 catholiques (ou recensés comme tels) contre 24 245 non catholiques, soit 98,51 % de catholiques contre 1,49 % de non-catholiques. De plus, précisait le recensement, les dénommés « dissidents non-catholiques » des départements de Chuquisaca, Tarija, et Santa Cruz, étaient en réalité 23 801 indigènes « en cours de catéchisation et donc prêts à embrasser sous peu la religion générale du pays », ce qui ne laissait qu’un nombre réellement insignifiant de non-catholiques dans le pays.

50Un certain nombre d’articles constitutionnels s’accordèrent à donner des droits à la personne : l’esclavage n’existait pas (section II, art. 3) ; les hommes pouvaient entrer dans le pays, y rester, y circuler ou en sortir selon le droit international (section II, art. 4) ; la propriété était inviolable (section II, art. 13) et les biens de l’Église, d’établissements, de communauté, d’œuvres, de municipalités, bénéficiaient des mêmes garanties (art. 17) ; tout homme jouissait des droits civils réglés par la loi civile (section II, art. 19).

51Toutefois, cette loi civile était bien loin de donner à tous les mêmes droits et devoirs. Comment l’État voyait-il en réalité le peuple qu’il gouvernait, et à qui donnait-il véritablement un rôle, des responsabilités et du pouvoir politique ? Qui étaient les citoyens de l’État bolivien ?

  • 54 Ibid., p. 5.
  • 55 L’appartenance au sexe masculin était une condition qui allait de soi.
  • 56 Nous parlons de système « censitaire » non pas au sens où un impôt serait nécessaire pour être éle (...)
  • 57 Valentín Abecia Baldivieso, Las relaciones internacionales en la historia de Bolivia, t. II, op. c (...)

52Les articles 31 et 32 (section IV)54 déclaraient : sont Boliviens de naissance ceux qui sont nés sur le territoire de la République ; ceux qui, nés à l’étranger de parents boliviens, sont venus s’établir en Bolivie ; les étrangers qui, restés un an dans la République, disent vouloir s’y établir ; et les étrangers obtenant par privilège une carte de naturalisation de la Chambre des députés. On rendait ainsi extrêmement facile l’acquisition de la nationalité bolivienne pour tout étranger qui l’obtenait de façon systématique par privilège ou au bout d’une année. Quant à tous les indigènes nés sur le territoire, ils étaient Boliviens. Mais tous ces Boliviens n’étaient pas pour autant des citoyens. S’il s’agissait d’une condition nécessaire, elle était loin d’être suffisante. L’article 33 (section IV) précisait que pour être citoyen il fallait : être Bolivien55, avoir 21 ans pour les célibataires et 18 ans pour les mariés, être inscrit au registre civique, savoir lire et écrire, et posséder un bien immeuble ou un revenu annuel de 200 Bs (bolivianos) qui ne fussent pas la rétribution de travaux effectués en tant que domestique. Il s’agissait donc d’un système « censitaire »56 basé sur la fortune et le statut social. Il n’y avait là nulle originalité si l’on se souvient que le célèbre « suffrage universel » instauré par la Révolution française était, lui-même, un système censitaire, et qu’il ne fut véritablement universel qu’à partir de l’inclusion du vote de la femme en 1945… Mais, dans le cas bolivien, si nous nous souvenons de l’assimilation « langue indigène-paysannerie pauvre », cette distinction sociale recoupait en réalité une distinction raciale entre Boliviens blancs, indigènes et métis, et ce d’autant plus qu’en repoussant les domestiques, la même valeur n’était pas reconnue à tous les revenus ou à ceux qui les percevaient : était précisément exclue une partie de population non-blanche qui aurait pu satisfaire au critère économique. Seuls les intérêts d’une minorité relativement homogène semblaient ainsi représentés, celle qui cumulait capital économique, capital racial ou ethnique, et capital culturel. Renvoyant à cette période dans son histoire des relations internationales de la Bolivie, Valentín Abecia Baldivieso s’indignait : « Liberté, annonce-t-on, liberté, mais pour qui ? Certes pas pour le pauvre paysan, la femme, l’analphabète. Liberté et droit de vote pour le bon citoyen modelé par le moule libéral du capitalisme naissant57. »

  • 58 Sociedad Geográfica de La Paz, El Mayor General Don José Manuel Pando, La Paz, Imp. Moderna, 2 t., (...)
  • 59 Carlos D. Mesa, Presidentes de Bolivia : entre urnas y fusiles, (2e éd.), La Paz, ed. Gisbert, 199 (...)
  • 60 Marie-Danielle Demélas, Nationalisme sans nation, op. cit., p. 122.

53Quiconque satisfaisait aux conditions requises pouvait être électeur et même candidat à exercer des responsabilités publiques, sous la seule réserve de « bonne moralité ». Mais le recensement de 1900 n’évaluait pas le nombre de « citoyens » ni la part de population susceptible de répondre à ces critères. Le nombre de votants aux élections de l’année précédente ne peut pas nous l’indiquer non plus puisque l’élection de José Manuel Pando le 23 octobre 1899, par 55 votes sur 57, eut lieu à la Convention nationale58. La Convention elle-même avait été élue quelques mois auparavant sans que le nombre d’électeurs soit connu. Pour les élections présidentielles d’août 1896, en revanche, le Congrès attribua 19 896 votes à Alonso et 15 889 votes à Pando, ce qui représentait un total de 35 785 votants59. Ce total ne tenait pas compte, toutefois, des abstentions, et le suffrage de plusieurs districts avait, en outre, déjà été annulé. Il ne représente donc que le total des votants dont le vote avait été conservé, nombre approximatif donc, et revu à la baisse, des citoyens. Marie Danielle Demélas signale, quant à elle, 32 110 votants aux élections de 1888, soit 2,8 % seulement de la population60. Ces votants n’étaient à leur tour qu’une partie des citoyens, dont le nombre est d’autant plus difficile à cerner qu’il pouvait varier de façon suspecte au gré des pratiques de corruption des organisateurs du scrutin et des milices chargées d’acheter les votes, les mazorcas. Ainsi M. D. Demélas note que le département de Chuquisaca, qui dénombra 3 868 électeurs pour les présidentielles de 1888, en compta brusquement 5819 pour les législatives de 1890… Si les incitations au vote pouvaient exister pour les uns, les obstacles ou menaces existaient aussi pour les autres, empêchés d’aller voter.

54Malgré l’imprécision de ces chiffres, les votants, à la fin du xixe siècle, semblaient ne constituer qu’une infime minorité de la population totale. La république bolivienne tenait plus de la ploutocratie que de la démocratie.

  • 61 Marta Irurozqui, « A bala, piedra y palo ». La construcción de la ciudadanía política en Bolivia, (...)

55Pourtant, le topique de la « fiction démocratique latino-américaine » reste questionnable. Paradoxalement, il semble que face à des préceptes apparemment rigides, la dimension illégale et corrompue des élections put élargir considérablement la participation politique à toute une partie de la population qui n’y avait théoriquement pas accès. Ces « recrutements de votants pour l’occasion » rendirent ainsi possible une prise de conscience tant de la valeur du vote dans sa composante individuelle que du sens de la notion de « souveraineté populaire ». Les travaux de Marta Irurozqui montrent ainsi que c’est précisément ce type de fonctionnement politique qui favorisa la présence croissante, au cours du xixe siècle et au début du xxe, de tous les secteurs et sexes sur la scène de la vie électorale61.

Rôle et attribution des trois « Pouvoirs »

  • 62 Section 6, art. 37, « La souveraineté réside fondamentalement dans la Nation. Elle est inaliénable (...)

56La République bolivienne était définie par la Constitution de 1880 comme « une Nation souveraine et indépendante, sous l’autorité d’un gouvernement unitaire et selon les principes d’une démocratie représentative », même si nous avons vu que, par diverses normes, les « heureux élus citoyens » étaient sélectionnés sur leur statut et fortune, ce qui revenait en réalité à constituer une citoyenneté oligarchique de Blancs et de métis fortunés. La base des institutions de cette république et les garanties des devoirs et des droits reposait sur la séparation et l’indépendance des trois Pouvoirs, le législatif, l’exécutif, et le judiciaire62.

57Ce sont les modalités de fonctionnement des deux premiers qui nous intéressent ici dans la mesure où ce sont eux qui proposent, discutent, puis promulguent, réforment, ou abrogent les dispositions officielles concernant les questions éducatives.

58Concernant le pouvoir judiciaire, qui nous intéresse moins pour cette étude, signalons seulement qu’il était représenté par cinq corps différents : la Cour Suprême de Justice (sept ministres proposés par le Sénat et élus par les députés pour dix ans, qui se chargeaient des contestations aux verdicts des Cours de District) ; les Cours de District (il y en avait une par département sauf dans le Beni, composée de cinq ministres élus comme ceux de la Cour Suprême de Justice et pour six ans, qui se chargeaient des appels aux jugements rendus par les « juges instructeurs ») ; les juges de partie (nommés par la Cour Suprême sur proposition de la Cour de District, ils s’occupaient des cas trop compliqués pour les « juges instructeurs ») ; les « juges instructeurs » ou alcaldes parroquiales (nommés par le conseil municipal pour un an).

59Le pouvoir législatif était représenté par le Congrès qui se divisait en deux Chambres : celle des sénateurs (Cámara de Senadores ou Senado) et celle des députés (Cámara de Diputados). Tous pouvaient être réélus indéfiniment.

60Les Chambres avaient essentiellement un rôle de contrôle des agissements des hauts fonctionnaires : elles nommaient les dignitaires de l’Église, de la justice et de l’armée, et votaient les lois. Leurs attributions étaient, cependant, bien différenciées.

  • 63 Cela d’après l’article 61 (section X) de la Constitution. Mais en 1900, elle n’en a que 16 selon l (...)
  • 64 Les articles 62 (section X), 57 (section IX), et 33 (section V) de la Constitution donnent en effe (...)

61La Chambre des sénateurs se renouvelait par tiers tous les deux ans, ce qui modifiait complètement son personnel en six ans. Elle devait avoir, théoriquement, deux représentants par département63. Le sénateur était élu directement par les citoyens pour une durée de six ans et devait, pour pouvoir briguer le poste, être citoyen bolivien, avoir 35 ans révolus, posséder un revenu annuel de 800 Bs selon l’article 62 de la Constitution – montant sans doute ramené plus tard à 400 Bs qui fut la somme notifiée par le recensement de 190064 – et n’avoir jamais été condamné. La Chambre des sénateurs écoutait les accusations de la Chambre des députés contre tel ou tel fonctionnaire et tranchait quant à son éventuel renvoi. C’était à elle de juger, conformément aux lois, les ministres de la Cour Suprême, quelle que fût la provenance de l’accusation, et à la majorité des deux tiers des présents. Elle proposait des listes de trois candidats, les ternas, pour la nomination des archevêques et des évêques, et elle attribuait certains honneurs ou titres. Elle élisait, dans la terna présentée par le pouvoir exécutif, les généraux et colonels de l’armée. Elle approuvait, réformait, ou repoussait les projets de lois qui lui parvenaient de l’autre chambre.

  • 65 Article 60 (section IX) de la Constitution, in Mario C. Araoz, Nuevo Digesto…, op. cit., p. 9.
  • 66 Données reprises du Censo General de la República…, op. cit., II, p. LVIII.

62La Chambre des députés se composait de représentants, élus eux aussi par les citoyens, à partir d’un nombre fixé pour chaque département. Pour être candidat, les conditions étaient un peu moins exigeantes que dans le cas des sénateurs : il fallait être citoyen bolivien, avoir 25 ans, un revenu annuel de 200 Bs et n’avoir jamais été condamné. Élus pour quatre ans, les députés se renouvelaient pour la moitié d’entre eux tous les deux ans. La Chambre des députés pouvait accuser devant le Sénat, président, vice-présidents, ministres de l’État et de la Cour Suprême, et agents diplomatiques, « pour des délits commis dans l’exercice de leurs fonctions ». Elle choisissait, parmi les ternas proposées par le Sénat, les magistrats de la Cour Suprême et les membres (vocales) du Tribunal nacional de Cuentas65. En 1900, elle se composait de 72 représentants élus, qui gagnaient 300 Bs par mois comme les sénateurs, et qui se distribuaient comme suit66 :

Tableau 4 : Poids politique des départements boliviens à la chambre des députés

Tableau 4 : Poids politique des départements boliviens à la chambre des députés
  • 67 Marie-Danielle Demélas, Nationalisme sans nation, op. cit., p. 122.

63Nous avons classé les départements du plus représenté au moins représenté. Ce classement recoupe celui de la population absolue et à peu de chose près aussi celui du nombre d’électeurs de 188867.

64Deux conclusions peuvent en être tirées pour comprendre le contexte des transformations économiques, sociales et culturelles qui se mirent en place en ce début de xxe siècle. Tout d’abord, le poids politique considérable du groupe blanc sureprésenté parmi les votants et dont les départements sont sureprésentés à leur tour à la chambre des députés. Ensuite, le poids considérable de l’ouest du pays. Si nous laissons de côté le Litoral puisqu’il est en quelque sorte un département bolivien fictif qui ne sera jamais pris en compte dans la politique éducative libérale, le monde andin des hauts plateaux (La Paz, Oruro et Potosí) totalise 33 députés, contre 22 seulement pour le centre et les vallées (Cochabamba, Chuquisaca, Tarija), et 14 pour l’orient (Santa Cruz, Beni, Territorio de Colonias). Il va s’agir d’une constante tout au long de la période qui nous intéresse : les transformations et ambitions de modernisation visèrent avant tout le monde andin.

  • 68 Section XII, article 89, p. 14.

65Le Congrès était la réunion de ces deux chambres devant lesquelles président et ministres rendaient compte de leur action sur l’année écoulée, et pouvaient présenter les prochaines questions à débattre. Il siégeait généralement le six août de chaque année, pour ouvrir et fermer les sessions des Chambres, vérifier le scrutin des élections du président ou des vice-présidents de la République, ou les organiser ; recevoir les serments des fonctionnaires et accepter ou non leur démission ; approuver ou refuser les traités décidés par le Pouvoir exécutif, reconsidérer les lois sur lesquelles des réserves avaient été émises par l’Exécutif, approuver ou non les budgets présentés par ce dernier68. Le premier vice-président était aussi président de la Chambre des sénateurs et du Congrès, le second était président de la Chambre des députés.

66Le pouvoir exécutif comprenait le président, les deux vice-présidents de la République, et les fonctionnaires de la branche administrative. Il s’exerçait à travers les ministres secrétaires d’État. La durée d’un mandat, pour le président comme pour les vice-présidents, était de quatre ans, sans possibilité d’être réélu immédiatement. En cas de décès ou d’absence, le président était remplacé par le premier vice-président puis, le cas échéant, par le deuxième. Seuls pouvaient être candidats à ces postes les citoyens remplissant les conditions d’éligibilité des sénateurs.

  • 69 Le regroupement de ces ministères était variable. Ainsi l’instruction publique allait de pair avec (...)
  • 70 Censo General de la República…, op. cit., II, p. LIX.

67Les ministres secrétaires d’État étaient au nombre de cinq et, par décret du président, se répartissaient dix ministères69 : Relations extérieures, Culte, Gouvernement, Développement (Fomento), Instruction publique, Justice, Économie (Hacienda), Industrie, Guerre et Colonies. Ils recevaient 7 200 Bs par an, quand le président en recevait 18 000 plus 12 000 pour les frais de représentation, le premier vice-président 6 000, et le deuxième 5 00070.

  • 71 Articles 101 à 107, section XIV ; voir Mario C. Araoz, op. cit., p. 16-17.

68Dans chaque département, l’autorité était déléguée au préfet, nommé par le président pour une durée de quatre ans. Il supervisait toutes les questions d’ordre et de sécurité à l’intérieur du département. Chaque province avait son sous-préfet, subordonné au préfet et nommé dans les mêmes conditions. Dans chaque canton, un corregidor était nommé pour un an par le préfet sur la terna proposée par le sous-préfet. Dans les vice-cantons qui n’avaient pas de corregidor, un alcalde territorial le représentait. Tous deux avaient des rôles de conseiller71.

  • 72 Section XII, article 89, p. 14.

69Le président négociait et concluait les traités après avoir eu l’approbation du Congrès. Il dirigeait les opérations de guerre, contribuait à formuler des lois et à les promulguer, par exemple à travers ses vœux exprimés dans ses Messages annuels. Il présentait chaque année le budget, les dépenses et les projets d’investissement72.

  • 73 Section XIII, article 91 et sq., p. 15-16.

70Les ministres étaient soumis, pour être désignés, aux mêmes exigences que les députés. Ils étaient responsables des actes de l’administration publique dans leurs secteurs respectifs73.

71Enfin dans les capitales de département, les conseils municipaux (section XVI, art. 124 et suivants…) devaient veiller à promouvoir et à surveiller la construction des travaux publics. Ils devaient aussi (art. 125) créer des écoles primaires et se charger de les diriger. Une responsabilité éducative leur était ainsi déléguée.

Administration et budgets

72Le gouvernement, instance suprême de l’exécutif sur le plan national, déléguait son pouvoir sur le plan départemental aux préfets selon les modalités que nous venons d’évoquer. Ceux-ci étaient les agents immédiats de l’exécutif pour toutes les décisions d’administration publique, et ils discutaient avec le gouvernement de toutes ces questions par l’intermédiaire du ministre concerné. L’ensemble des fonctionnaires publics du département leur était subordonné.

73À leur tour, les préfets pouvaient déléguer des responsabilités à leurs sous-préfets pour chaque province du département, sous-préfets qui avaient autorité sur les corregidores de cantons, eux-mêmes représentés, dans les vice-cantons, par les alcaldes territoriales ou alcaldes de campo.

  • 74 Censo General de la República…, op. cit., II, p. LXIV.

74En 1900, il existait parallèlement un régime municipal particulier : chaque capitale de département avait un conseil municipal composé de 12 membres élus directement par les citoyens74. Ils étaient les mieux placés pour la protection d’intérêts locaux mais représentaient aussi les maillons non négligeables de la chaîne de prise en charge d’intérêts nationaux.

  • 75 Ibid., II, p. LXIV.

75Les conseils municipaux avaient ainsi quatre rôles essentiels (art. 126, section XVI). Ils assumaient en premier lieu un rôle de contrôle (de la construction des œuvres publiques, de l’établissement ou de la suppression de l’impôt, de la vente de marchandises, du respect de la conscription, de l’exercice des précepteurs d’école publique…). Ils avaient aussi un rôle de développement socioéconomique : création et administration d’écoles primaires, établissement d’une police de salubrité, protection des établissements de charité, administration et investissement des fonds possédés… Ils devaient également assumer un rôle d’information : chaque municipalité avait notamment la responsabilité des recensements, et des statistiques de son district. Ils avaient enfin un rôle de nomination : des précepteurs dont ils fixaient le salaire pour les écoles privées, des jurés pour les délits, des alcaldes parroquiales choisis sur terna des juges instructeurs, des agents municipaux de cantons, et de ses employés (secrétaire, trésorier…)75. Bien que cela n’apparaisse pas dans la Constitution de 1880, il semble en effet qu’il existait en 1900, dans les capitales de provinces, des Juntas municipales composées de cinq membres dépendant du conseil municipal, et qui nommaient les agents municipaux.

76Quelles étaient les ressources de la Bolivie et par qui étaient-elles gérées ? L’assiette des ressources en 1900 se divisait en trois catégories : les ressources nationales, départementales et municipales.

77Le recensement ne fournit aucun renseignement général, pour l’année 1900, concernant les ressources municipales.

  • 76 Marie-Danielle Demélas présente l’évolution de l’impôt des dîmes et prémices de 1873 à 1884, et no (...)

78Les ressources départementales provenaient essentiellement de la contribución territorial payée par les indigènes, de l’impôt cadastral, la dîme et les prémices (pour les départements de La Paz, Potosí, Oruro, et El Beni), et de la contribución predial rústica (propre au département de Chuquisaca dont elle représentait quasiment la moitié du budget : 114 500 Bs)76. S’y ajoutaient les impôts sur l’importation ou l’exportation de bétail, sur le tabac, les diplômes universitaires, les héritages ou donations, et d’autres taxes propres à chaque département.

  • 77 Censo General de la República…, op. cit., II, p. LXX.

79Les budgets de chacun d’entre eux étaient très inégaux, mais globalement cependant la contribution indigène en était une part déterminante. Le recensement nous donne la mesure de ces différences, en omettant comme nous l’avons déjà signalé le territoire des Colonies et le département du Littoral77.

Tableau 5 : Ressources financières des départements boliviens

Tableau 5 : Ressources financières des départements boliviens

80Ce classement, que nous avons volontairement présenté dans l’ordre décroissant, montre le poids des hauts plateaux dans l’économie nationale. Les trois départements andins recueillaient 1 307 372,10 Bs, soit 57 % de l’ensemble des ressources départementales.

  • 78 L’importance relative des minerais était alors en pleine évolution : si les minerais d’argent avai (...)

81En 1900, les ressources nationales s’élevaient, quant à elles, à 6 462 931,53 Bs contre 3 624 200,00 Bs seulement dix ans plus tôt. Elles provenaient essentiellement du profit des douanes (4 038 486,14 Bs), des droits d’exportation sur les différents minerais (421 540,10 Bs pour l’argent, 298 508 Bs pour l’étain et le bismuth78, 54 220 Bs pour le cuivre), sur la gomme élastique (808 536 Bs) et sur le débit d’alcools et d’eau-de-vie (562 713,73 Bs). À ces rentrées d’argent s’ajoutaient également, quoique de façon plus marginale, l’impôt sur les Sociétés anonymes, et les différents impôts indirects (timbres de transaction, papier timbré, service des postes et du télégraphe, péage du sud dit « patriotique » pour chaque colis de marchandise qui y transitait).

Le souci d’identité nationale

Un pays « fabriqué »

  • 79 Ibid., p. 31-32.
  • 80 José Luis Subirats Ferrere, Análisis de la educación popular en Bolivia desde 1952, La Paz, ed. CE (...)

82Résumé de la géographie latino-américaine pour sa diversité, république la plus indienne de l’Amérique du Sud avec 79 groupes culturels encore différenciés en 190079, la République bolivienne semblait avoir été « fabriquée » de toutes pièces en 1825 de façon un peu artificielle. Pour nombre d’auteurs, elle aurait été simplement un État-tampon entre ses puissants voisins80. Autrement dit, cette étendue de 3 millions de km2 qu’était la Bolivie à ses débuts de vie républicaine ne correspondrait pas à une unité, à une cohésion politique, sociale ou culturelle. Elle aurait regroupé ce qui « restait » des trois grandes unités mieux constituées – le Pérou, les Provinces Unies de la Plata et le Brésil –, déjà proclamées indépendantes respectivement en 1821, 1810, et 1822.

83L’instabilité de son identité nationale se reflète assez bien dans les variations du nom de sa capitale : Charcas avant la conquête, puis La Plata pour les Espagnols car elle évoquait les richesses des zones minières, Chuquisaca lors des mouvements de rébellion par rapport à la péninsule ; enfin Sucre après le Statut d’Indépendance, du nom du maréchal Antonio José Sucre, bras droit de Bolívar et successeur de ce dernier à la présidence de la République.

  • 81 José Ortega, Aspectos del nacionalismo boliviano, Madrid, ed. José Porrua Turauzas, 1973, p. 5.
  • 82 Idem.

84Selon José Ortega, le Libertador lui-même aurait douté du bienfondé de ce choix et de « la maturité politique et économique » de la nouvelle république indépendante81. C’est Antonio José de Sucre qui aurait convaincu Simón Bolívar de la faible viabilité d’une annexion de ce territoire au Pérou, tout comme d’un rattachement en tant que dépendance de Buenos Aires. Mais ce « fait du hasard » n’ôte rien, selon l’auteur, à la « vitalité de l’esprit de la bolivianité »82 dans la mesure où les Boliviens auraient résisté à une politique de propagande « anti-Sucre » menée par certains depuis le Pérou pour annexer la Bolivie à Lima. Ne pas adhérer à une politique ou à un objectif ne signifie pourtant pas nécessairement posséder les convictions contraires, et nous voyons dans l’épisode précédemment évoqué une illustration de plus de la façon dont fut perçue la Bolivie, comme un territoire à l’identité incertaine. Il n’y eut aucun argument appuyant la légitimité d’une quelconque unité ou l’existence d’un sentiment national, mais seulement un raisonnement par l’absurde : ce territoire ne pouvait se rattacher à aucune autre nation, il allait donc former une autonomie.

85De même la fédération boliviano-péruvienne fondée en 1836 et par laquelle les deux États furent réunis en une seule entité politique ne traduisait-elle pas, aussi, un manque de confiance dans les possibilités de survie de la République bolivienne ?

  • 83 Marta Irurozqui, La Armonía de las desigualdades, Madrid-Cusco, CSIC-CBC, 1994, p. 20.

86En fait de république autonome, elle fut rapidement la proie d’un caudillisme despotique (1835-1880) qui la maintint dans un état d’instabilité politique peu propice à tout véritable élan national de longue haleine. Ce caudillisme survécut cinquante-cinq ans dans une société en conflit permanent. Comme le souligne Marta Irurozqui : « Derrière l’existence officielle d’une forme républicaine de gouvernement instable, se trouvait une réalité pleine d’éternels conflits régionaux, ethniques, économiques, politiques et administratifs »83.

87Ce fut la question du littoral qui constitua, dans une certaine mesure, le stimulus capable de provoquer un sursaut unitaire dans un corps aux réactions jusqu’ici diffuses et anarchiques, et d’éveiller ce que l’historiographie considère comme un premier élan nationaliste.

La guerre du Pacifique84

  • 84 Nous passerons rapidement sur la guerre du Pacifique et sur ses répercussions. Nous souhaitons ren (...)

88Elle marqua la naissance d’un nouvel ordre politique, le surgissement de nouveaux héros, et un rapport nouveau à la nation. Ce sursaut national suscita le souci dès lors croissant de consolider une identité nationale, pari fondamental de l’idéologie libérale des années qui suivirent.

89Dans les années 1840, sur la région de la côte pacifique bolivienne, à Atacama, avaient été découverts d’importants gisements de guano et de nitrate (ou salpêtre). Les capitaux anglais et chiliens s’y installèrent d’autant plus facilement qu’il s’agissait d’un désert où la présence bolivienne était très réduite, et cherchèrent à étendre leur zone d’influence économique.

90Dès 1842, le Parlement chilien décrétait propriétés nationales les gisements de guano existant sur les côtes du département d’Atacama et les îles et îlots adjacents, et en 1857 une frégate s’emparait du port de Mejillones. Plus attentive alors à ses divisions internes et à ses coups d’État incessants, la Bolivie ne réagit que six ans plus tard en votant une loi autorisant le pouvoir exécutif à déclarer la guerre s’il n’obtenait pas « la restitution du territoire usurpé ou du moins une solution pacifique compatible avec la dignité nationale ». Commencèrent alors une série de négociations interminables. Elles débouchèrent sur un premier accord le 10 août 1866, sous la dictature de Melgarejo : la frontière fixée par le traité au 24e degré de latitude laissait Antofagasta et Mejillones à la Bolivie, et le profit fait sur les dépôts de guano ainsi que sur les droits de douane de part et d’autre de cette frontière était partagé de façon égalitaire. De nouvelles négociations furent entamées pour déboucher sur un traité du 6 décembre 1872 qui laissa la Bolivie insatisfaite. Elle signa avec le gouvernement péruvien un traité secret d’alliance défensive. Par un nouveau traité Chili-Bolivie du 6 août 1874, le Chili renonçait à percevoir la moitié des droits de douane, mais la Bolivie perdait pour 25 ans le droit d’augmenter contributions et taxes pesant sur les personnes et les biens chiliens.

  • 85 « Sur vingt habitants, on peut compter dix-sept Chiliens, un Péruvien, un Européen et un colonel b (...)

91Le 14 février 1878 mit le feu aux poudres. Le gouvernement exigea de la « Société Anonyme des Salpêtres et Chemins de Fer d’Antofagasta », à capitaux anglo-boliviens, une nouvelle contribution de 10 centavos par quintal. Un an plus tard jour pour jour, le 14 février 1879, les soldats chiliens débarquèrent à Antofagasta et s’emparèrent du littoral jusqu’au nord. Selon ce droit coutumier dont parlait Joaquín Costa à la même époque en Espagne, le Chili, en défendant le droit du travail et l’esprit d’entreprise, montrait qu’il était plus apte que son voisin à tirer parti d’une zone où ce dernier n’était même pas installé85 et que sa présence y était donc plus légitime.

92La guerre fut très courte. Deux ans après, à la suite de la bataille de Tacna, le littoral était sous autorité chilienne.

  • 86 La Bolivie, jusqu’à aujourd’hui, n’a jamais réellement fait le deuil de cette zone et des pancarte (...)

93En 1895, toutefois, un accès à la mer fut négocié et accepté par le Parlement bolivien (le port d’Arica avec l’autorisation du Pérou ou la baie de Sama). Mais l’accord resta lettre morte jusqu’en 1904 où un traité définitif, signé par le président libéral Ismael Montes à qui cela sera toujours reproché, laissa la côte Pacifique au Chili, acceptant une compensation de trois millions de livres sterling et une ligne de chemin de fer reliant Arica et Antofagasta avec les villes boliviennes les plus importantes86.

Les répercussions idéologiques

  • 87 Après la guerre, le salpêtre devint un des principaux produits d’exportation du Chili.
  • 88 Fernando Cajías, « La guerra del Pacífico y sus consecuencias », in Coordinadora de Historia, Hist (...)

94La perte de l’accès à la mer qui avait, d’un point de vue économique, des retombées considérables car elle signifiait non seulement le renoncement aux richesses du territoire occupé87 mais aussi à toute possibilité de transport maritime, engendra un vif sentiment de frustration et d’humiliation. Les pertes étaient quantitatives mais aussi qualitatives : la Bolivie cessait d’être un pays maritime et relié au reste du monde88.

  • 89 Les masses, très tièdes, passés les premiers temps de la déclaration de guerre, s’obstinent après (...)

95Après l’effet de surprise, l’attaque fut jugée injuste et fondée sur la seule force brute. Le patriotisme fut exalté, tout comme l’unité nécessaire de la nation pour faire face à l’ennemi. Mais bien vite l’enthousiasme retomba car la défaite était là, il fallait s’y résigner. Cependant, de façon quelque peu paradoxale, c’est alors que dirigeants et militaires se faisaient une raison de cet échec, que le sentiment national jusqu’ici propre à l’élite sembla se développer parmi les masses qui réalisaient l’importance des pertes dues à la défaite : pertes matérielles, mais aussi humaines (46 % des soldats)89.

96Par effet d’entraînement, la prise de conscience qui amena à pleurer ce qui avait été perdu et les hommes qui en avaient fait les frais, amena à exalter inversement toutes les figures héroïques qui avaient lutté contre l’oppresseur. Parmi ces héros, deux seront des figures emblématiques du libéralisme. Ils s’étaient déjà illustrés en 1874 en organisant la défense du gouvernement légitime de Tomás Frías contre la « Revolución de los Verdes » et accrurent leur prestige avec la guerre du Pacifique : Eliodoro Camacho et José Manuel Pando.

  • 90 Nous tirons ces éléments de l’étude biographique réalisée par la Sociedad Geográfica de La Paz, El (...)

97Apprécié aussi bien en Bolivie qu’au Pérou, José Manuel Pando était passé du grade de lieutenant-colonel à celui d’Ayudante de la Comandancia General de Armas de Arica en novembre 187990. Blessé le 26 mai 1880, il fut conduit à Tacna comme prisonnier de guerre puis obtint l’autorisation de rentrer en Bolivie. Il fut alors intégré à une Commission militaire chargée de proclamer un Règlement d’infanterie, puis fut affecté comme premier chef au Régiment d’Artillerie, et fut enfin promu Colonel le 9 octobre 1882. À partir de cette date, il travailla avec le général en chef Eliodoro Camacho.

98Ce furent précisément ces deux hommes qui fondèrent et incarnèrent longtemps le parti libéral bolivien.

Notes

1 Marie-Danielle Demélas, Nationalisme sans nation ? La Bolivie au xix-exxe siècles, Paris, CNRS, 1980.

2 El Redactor, 1889, in Alcides Arguedas, Historia General de Bolivia, La Paz, ed. Gisbert & Cía, 1980, p. 474.

3 Nous pensons en particulier aux travaux de José María Dalence sur la société bolivienne des années 1840 : Bosquejo estadístico de Bolivia, La Paz, ed. Universitaria, 1975. La première édition est de 1851. Son œuvre statistique, la première de cette envergure, sur la société bolivienne, fait qu’il a gardé l’image du « père » des sciences sociales boliviennes. Herbert S. Klein considère ainsi ses analyses comme les plus poussées et les plus innovantes concernant la structure économique et sociale des années 1840, in Historia de Bolivia, La Paz, ed. Juventud, 1994, p. 196-197.

4 Oficina Nacional de Inmigración, Estadística, y Propaganda Geográfica, Censo General de la población de la República de Bolivia según el empadronamiento de 1° de septiembre de 1900. Nous avons pu consulter et travailler sa réédition de 1973, Cochabamba, ed. Canelas, 2 tomes.

5 Le plus marquant fut sans conteste Alcide d’Orbigny qui parcourut pratiquement toute la Bolivie, dressant les premières cartes et servant de référence tout au long du siècle. Le suivirent Philippe Bertrès, Léonce Angrand, André Bresson, Charles Wiener, Jules Crevaux, Émile Thouar, entre autres, avec des études souvent très partielles, mais dont les apports pour les différentes sciences n’ont eu de cesse d’être valorisés jusqu’à nos jours.

6 Censo General de la población de la República…, op. cit., I, p. 9.

7 Pour une réflexion sur le rapport aux frontières et la situation particulière qu’occupe dans l’imaginaire collectif le rapport à la frontière brésilienne, cf. Laetitia Perrier-Bruslé, La dernière frontière. Loin des Andes trop près du Brésil. La frontière orientale et la construction du territoire en Bolivie, thèse de doctorat de géographie, Paris I, juin 2005.

8 « Informe del Cancelariato de la Universidad de San Francisco Xavier del Distrito de Chuquisaca », Anexos de la Memoria presentada al Honorable Congreso Nacional de 1904, p. 3.

9 En effet, malgré des ébauches de projets élaborés depuis les années 1860 mais se soldant toujours par des échecs (cf. Marie-Danielle Demélas, Nationalisme sans nation, op. cit., p. 72-75) ce n’est qu’en mars 1892 que le président Aniceto Arce inaugure le premier chemin de fer reliant les principales régions minières au littoral ; lui-même y avait ses propres intérêts en tant que propriétaire de concessions minières…

10 Ces commissions étaient présidées par le préfet auquel s’ajoutaient deux personnes du conseil municipal et deux membres du conseil universitaire.

11 Censo General de la República…, op. cit., I, p. 11, et II, p. 2.

12 Ainsi le recensement signalait qu’avec le Chili, le tracé des frontières était « établi de façon provisoire par le pacte de trêve du 4 avril 1884 », Censo General de la República…, op. cit., II, p. II (en gras dans le texte).

13 La zone conserva ce nom jusqu’à ce que le 24 septembre 1938 le président Bush le proclamât département du Pando, en l’honneur des explorations qu’y avait réalisées le premier président libéral, José Manuel Pando.

14 Au moment où eut lieu le recensement, le département du Litoral se trouvait toujours occupé par les troupes chiliennes, mais n’avait pas encore été officiellement perdu par la Bolivie. La trêve dura jusqu’au traité de paix et d’amitié du 20 octobre 1904 (ratifié par le Congrès le 10 mai 1905).

15 Le recensement notait ainsi : « La Nation n’a pas encore fixé de façon définitive les limites internes de plusieurs de ses provinces, et encore moins celles de ses cantons et vice-cantons, raison pour laquelle il est difficile de déterminer l’extention territoriale de chacun d’entre eux », Censo General de la República…, op. cit., II, p. 11.

16 À partir de 1880, le gouvernement du général Campero fit construire les deux premières lignes de télégraphe ; ce moyen de communication fut développé par les gouvernements suivants pour atteindre 5 013 km en 1903 (ibid., II, p. LXX-XIX).

17 Ce problème n’a rien perdu de son actualité puisqu’un siècle plus tard les spéculations se poursuivent sur ce qu’aurait pu être ou pourrait être la Bolivie avec d’autres conditions géographiques. Suite à une conférence donnée sur la Bolivie par l’économiste Jeffreys Sachs, La Razón de La Paz, titra sur une page le 18/08/97, « Las desventajas de Bolivia », article attribuant, sous l’autorité de l’économiste mentionné, le retard du pays à son caractère « enclavé » aux « dures caractéristiques de sa géographie », et aux « excès » de son climat, jugés peu propices au développement de l’agriculture, du commerce international, de la circulation des capitaux, etc. L’accent est également mis périodiquement sur ce facteur d’adversité qu’a constitué, pour le développement du pays, le caractère accidenté de son territoire : « Le problème, en effet, se pose d’abord par le fait que le pays n’ait pas pu développer de bonnes infrastructures du fait du coût élevé de la construction de routes » (id., p. 5). Dans la phase de transition du xixe au xxe siècle, la question, déjà, se posait de façon cruciale, quand le pouvoir politique calculait les « chances » de faire entrer la Bolivie dans un véritable processus de modernisation.

18 Notons que renvoyer ainsi de façon indifférenciée à l’agriculture et à l’élevage donne une représentation confuse des terres agricoles réellement cultivées. C’est ainsi que Manuel Fraga Iribarne mentionne lui, un pays qui arrive à la moitié du xxe siècle avec 80 % de la population qui se consacre aux activités agricoles et d’élevage, mais 2 % seulement de la superficie du territoire qui est cultivée ! (Prologue à l’histoire constitutionnelle de Ciro Félix Trigo, Las Constituciones de Bolivia, Madrid, Instituto de Estudios políticos, 1958, p. XXXV-XXVI). Ses sources ne sont cependant pas citées.

19 Censo General de la República…, op. cit., II, p. CI.

20 Ibid., II, p. CIII-CIV.

21 Ibid., II, p. XCIV.

22 Raúl Federico Abadie Aicardi, Economía y Sociedad de Bolivia en el siglo xx, Montevideo, ed. Río de La Plata, 1966, p. 21.

23 Herbert Klein, Historia de Bolivia, Historia de Bolivia, La Paz, ed. Juventud, 1994, p. 199-200.

24 Alipio Valencia Vega, Desarrollo del pensamiento político en Bolivia, La Paz, ed. Trabajo, 1953, p. 79.

25 Pour plus de détails sur ce point, nous renvoyons aux travaux de Walter Hermosa Virreira, Breve Historia de la minería en Bolivia, La Paz-Cochabamba, ed. Los Amigos del Libro, 1979 ; voir en particulier le chapitre 4, « Minería del siglo xx », p. 121 et sq., et de Walter Gómez D’angelo, La Minería en el desarrollo económico de Bolivia, La Paz, ed. Los Amigos del Libro, 1978 ; lire en particulier chapitre 3, p. 59 et sq.

26 Herbert Klein, Historia de Bolivia, op. cit., p. 193.

27 Censo General de la República…, op. cit., I, p. 14.

28 Fait à partir des données du recensement, ibid., I, p. 11, II, p. 12-13.

29 Chiffre unique de densité donné pour ce département.

30 Critère choisi pour déterminer la proportion de population rurale et urbaine.

31 Utilisé pour signifier la différence entre groupes humains, le concept de « raza » ou « race » renvoie à des critères très différents selon l’époque et celui qui l’emploie. S’il est clair que pour l’ethnologie moderne, le terme n’a aucune pertinence, aucun fondement stable, il est intéressant de le considérer précisément dans le sens que lui donne Ruth Frankenberg comme « une catégorie construite socialement plutôt qu’ayant un sens en soi, une catégorie liée à des relations de pouvoir et des processus de lutte, une catégorie dont le sens change à travers le temps », White women, Race matters. The social construction of whiteness, London, Routledge, 1993. Sont incontestables et extrêmement significatifs en effet pour l’historien ses « effets concrets, quoique changeants, dans le monde, et un impact véritable, tangible et complexe sur l’idée que les individus ont d’eux-mêmes ainsi que sur leurs expériences et chances sociales » (id., p. 11). Ainsi, à la fin du xixe siècle, l’Europe est convaincue que le genre humain se partage entre des races supérieures et des races inférieures, et ce d’autant plus que des travaux prétendument scientifiques viennent argumenter ces représentations : les travaux d’anatomie comparée des cerveaux de Gobineau (1816-1882), les travaux sur les races de Linné (1707-1778) et Buffon (1707-1788), l’autorité de Darwin… Souvent l’accent est mis sur des différences plus comportementales que physiques, qui sont jugées caractéristiques du groupe ethnique désigné.

32 Censo General de la República…, op. cit., II, p. 30. Nous renvoyons ici aux débats actuels sur la statistique ethnique et sa pertinence. Cf. Jean-Pierre Lavaud, Isabelle Daillant (eds.), La catégorisation ethnique en Bolivie. Labellisation officielle et sentiment d’appartenance, Paris, L’Harmattan, 2007 ; numéro de la Revue française de sociologie, n° 491, janv.-mars 2008.

33 « La population indigène bolivienne se trouve disséminée sur la vaste étendue territoriale de la République […] c’est elle qui constitue l’élément rural de la plupart des villages », Censo General de la República…, op. cit., II, p. 31.

34 Il apparaissait précisément dans la description de la population rurale, servant à assimiler la « masse indigène » à « la masse rurale » : « La majeure partie de la population bolivienne est composée de l’élément indigène dans des proportions plus ou moins appréciables ; et il y a des cantons comme Machareti, […], dont la population dans son ensemble est composée d’Indiens », ibid., op. cit., II, p. 19. Cette assimilation indien-paysan perdure aujourd’hui au point que le vocable « indio » renvoie souvent de façon péjorative au milieu rural d’appartenance, et non pas tant ou pas seulement à des critères raciaux tels que la couleur de la peau, des cheveux, etc.

35 Le concept est à bien différencier de l’artefact historique et culturel désigné de façon moderne par le terme de « nation » et envisageant sa construction autour de l’idéal démocratique. Il s’agit ici de l’ancienne acception du concept, renvoyant essentiellement à la communauté linguistique et culturelle d’appartenance, et désignée plus fréquemment aujourd’hui par le terme d’ethnie.

36 Le terme était employé alors en une acception qui approche le concept moderne d’« ethnie ».

37 En pourcentage de population étrangère, les étrangers européens italiens, espagnols, allemands et français, sont respectivement évalués à 7,36 %, 5,69 %, 3,98 %, et 3,75 % ; les étrangers des pays limitrophes sont plus nombreux : les Péruviens constituent 34,39 % de la population étrangère totale, les Argentins 18,59 %, les Chiliens 8,89 %, et les Brésiliens 6,46 %, Censo General de la República…, op. cit., II, p. 49.

38 Ibid., II, p. 38.

39 Sous la rubrique intitulée « Race indigène » on peut lire : « La nature de ce travail prétend exclusivement examiner sans autre commentaire les résultats chiffrés du recensement de la population ». Ibid., II, p. 31.

40 Les premiers n’avaient aucune ambition, aucun désir de sortir de leur état de pauvreté ; les seconds étaient chaleureux, savaient accueillir les étrangers et les protéger le cas échéant. Ibid., II, p. 36-37.

41 Le recensement assimilait les deux termes. Peu à peu toutefois le cholo désigna l’Indien urbanisé, acculturé, instrumentalisé par la politique et associé à un ensemble de représentations négatives. De la même façon l’encholamiento devint une déchéance sociale stigmatisée. Cf. Salvador Romero Pittari, Las Claudinas, La Paz, ed. Caraspas, 1998.

42 Censo General de la República…, op. cit., II, p. 39.

43 Étaient aussi comptés parmi eux ceux qui étaient identifiés comme « sambos » (ou « zambos »), issus de l’union entre Noirs et indigènes, et « mulatos », issus de l’union entre Blancs et Noirs.

44 Tableau élaboré à partir des résultats du Censo General de la República…, op. cit., II, p. 11 et p. 41.

45 Il correspondait à la zone de l’Acre, au nord du pays, qui est en partie perdue lors de la guerre de 1903 contre le Brésil. Le département même amputé, conserva cette dénomination jusqu’en 1938 comme il a été précisé plus haut.

46 Nous renvoyons ici en particulier aux propos de Manuel Fraga Iribarne, dans son prologue à l’histoire constitutionnelle de Ciro Félix Trigo, Las Constituciones de Bolivia, op. cit., p. XXI, note 34.

47 Discursos y proclamas de Simón Bolívar, Fundación Biblioteca Ayacucho, 2007, p. 121-134.

48 Simón Bolívar, « Carta del 08/08/1826 », Obras completas, vol. 1, p. 1412-1413.

49 Cf. Redactor de la Convención Nacional del año 1880, I, p. 56.

50 Les précédentes constitutions (1826, 1831, 1834, 1839, 1843, 1851, 1861, 1868, 1871, 1878) avaient eu une durée de vie comprise entre trois et dix ans seulement. Discutée puis maintenue en 1899, cette dernière constitution ne subit de véritable réforme que par la Convention nationale de 1921 et suite au Référendum populaire du 11/01/1931. Pour plus de précisions cf. Ciro Félix Trigo, Las Constituciones de Bolivia, op. cit., p. 117-128.

51 Ce que Guillermo O’Donnell appelle « le non-respect absolu de la loi » en insistant sur la portée limitée de « L’État légal » en Amérique latine. Cf. « Repenser la théorie démocratique : perspectives latino-américaines », Revue internationale de politique comparée, De Boeck Université, vol. 8, 2001/2, p. 199-224.

52 Les articles constitutionnels auxquels nous renvoyons sont tirés du texte de la Constitution compilée dans Mario C. Araoz, Nuevo digesto de Legislación boliviana, La Paz, ed. Renacimiento, 1929, t. 1.

53 Censo General de la República…, op. cit., II, p. 46-47.

54 Ibid., p. 5.

55 L’appartenance au sexe masculin était une condition qui allait de soi.

56 Nous parlons de système « censitaire » non pas au sens où un impôt serait nécessaire pour être électeur ou éligible mais au sens où les citoyens étaient dénombrés selon une évaluation de leurs biens.

57 Valentín Abecia Baldivieso, Las relaciones internacionales en la historia de Bolivia, t. II, op. cit., p. 303.

58 Sociedad Geográfica de La Paz, El Mayor General Don José Manuel Pando, La Paz, Imp. Moderna, 2 t., 1918, p. 186.

59 Carlos D. Mesa, Presidentes de Bolivia : entre urnas y fusiles, (2e éd.), La Paz, ed. Gisbert, 1990, p. 171.

60 Marie-Danielle Demélas, Nationalisme sans nation, op. cit., p. 122.

61 Marta Irurozqui, « A bala, piedra y palo ». La construcción de la ciudadanía política en Bolivia, 1825-1952, Sevilla, Diputación de Sevilla (2000) ; « Ese oscuro objeto de la discordia », Historias… de La Paz, Revista de la Coordinadora de Historia, n° 3, 1999.

62 Section 6, art. 37, « La souveraineté réside fondamentalement dans la Nation. Elle est inaliénable et imprescriptible, et son exercice est délégué aux pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. L’indépendance de ces pouvoirs constitue la base du gouvernement ».

63 Cela d’après l’article 61 (section X) de la Constitution. Mais en 1900, elle n’en a que 16 selon le recensement (Censo General de la República…, op. cit., II, p. LVIII). Cela est probablement dû à l’absence de représentants pour le territorio de Colonias, comme c’est le cas pour les députés et pour le département du Littoral au statut ambigu comme nous l’avons déjà signalé. L’esquisse parlementaire de Pío Cáceres Bilbao mentionne elle aussi 16 sénateurs en fonction, plus le président du Sénat, en 1900 comme en 1901 (op. cit., p. 189-190).

64 Les articles 62 (section X), 57 (section IX), et 33 (section V) de la Constitution donnent en effet les chiffres de 800 Bs, 400 Bs, et 200 Bs (alternative entre ce revenu annuel et la possession d’une propriété immeuble), pour pouvoir être respectivement sénateur, député, et citoyen. Le recensement de 1900 indique un revenu annuel exigé de 400 Bs pour être sénateur, 200 Bs pour être député, et ne dit rien concernant le citoyen (Censo General de la República…, op. cit., II, p. LVIII).

65 Article 60 (section IX) de la Constitution, in Mario C. Araoz, Nuevo Digesto…, op. cit., p. 9.

66 Données reprises du Censo General de la República…, op. cit., II, p. LVIII.

67 Marie-Danielle Demélas, Nationalisme sans nation, op. cit., p. 122.

68 Section XII, article 89, p. 14.

69 Le regroupement de ces ministères était variable. Ainsi l’instruction publique allait de pair avec le développement avant l’arrivée des libéraux au pouvoir et durant le premier cabinet de José Manuel Pando. Mais elle fut associée très vite à la branche de la Justice, et fonctionna plus tard avec l’Agriculture. Cf. Annexe 3.

70 Censo General de la República…, op. cit., II, p. LIX.

71 Articles 101 à 107, section XIV ; voir Mario C. Araoz, op. cit., p. 16-17.

72 Section XII, article 89, p. 14.

73 Section XIII, article 91 et sq., p. 15-16.

74 Censo General de la República…, op. cit., II, p. LXIV.

75 Ibid., II, p. LXIV.

76 Marie-Danielle Demélas présente l’évolution de l’impôt des dîmes et prémices de 1873 à 1884, et note que « Les revenus de cet impôt appartiennent de droit à l’Église, l’administration se chargeant du recouvrement » (Nationalisme sans nation, op. cit., p. 130). Il est probable qu’il en soit toujours de même en 1900. L’auteur précise qu’une loi du 15 août 1880 remplace les dîmes et prémices « par une contribution foncière proportionnelle au revenu estimé à partir du cadastre (8 % par an). D’après le cadastre de la province de Cinti (département de Chuquisaca), le revenu foncier était estimé à 6 % de la valeur de l’exploitation. C’est sur cette base qu’était calculé l’impôt sur les “predios rústicos” » (p. 131). Mais dîmes et prémices furent rapidement rétablies. En 1900, elles sont recensées pour 4 départements (La Paz, Potosí, Oruro, et Tarija). En 1903, elles ne subsistent qu’à La Paz (Censo General de la República…, op. cit., II, p. LXXLXXI).

77 Censo General de la República…, op. cit., II, p. LXX.

78 L’importance relative des minerais était alors en pleine évolution : si les minerais d’argent avaient rapporté 833 839,19 Bs en 1890 et l’étain et le bismuth réunis seulement 20 000 ; en 1900 on avait 421 540,10 Bs pour l’argent et 298 508 Bs pour l’étain et le bismuth ; en 1902 les proportions s’inversèrent : 376 147,90 Bs seulement pour l’argent contre 407 068 pour l’étain et le bismuth (ibid., p. LXIX).

79 Ibid., p. 31-32.

80 José Luis Subirats Ferrere, Análisis de la educación popular en Bolivia desde 1952, La Paz, ed. CEBIAE, 1984, p. 17.

81 José Ortega, Aspectos del nacionalismo boliviano, Madrid, ed. José Porrua Turauzas, 1973, p. 5.

82 Idem.

83 Marta Irurozqui, La Armonía de las desigualdades, Madrid-Cusco, CSIC-CBC, 1994, p. 20.

84 Nous passerons rapidement sur la guerre du Pacifique et sur ses répercussions. Nous souhaitons rendre compte du contexte idéologique bien spécifique qui en a découlé dans la société bolivienne de la fin du xixe siècle, mais le thème a donné lieu à de nombreuses recherches. Pour une étude plus spécifique des enjeux du désert d’Atacama, des circonstances de l’événement et du traumatisme qu’il a provoqué, nous renvoyons en particulier au chapitre I du travail de Marie-Danielle Demélas, Nationalisme sans nation, op. cit., p. 532, aux diverses publications et conférences de Fernando Cajías sur le sujet, parmi elles La provincia de Atacama (1825-1842), La Paz, IEB, 1975, au travail de Valentín Abecia, La dramática historia del mar boliviano, La Paz, ed. Juventud, 1986, et à celui de Carlos Lopez Urrutia, La Guerra del Pacífico, 1879-1884, Pozuelo de Alarcón, Ristre, 2003 ; à des travaux chiliens qui prennent en compte, également, des négociations plus récentes : Emilio Ruiz-Tagle Orrego, Bolivia y Chile : el conflicto del Pacífico, Santiago, Andrés Bello, 1992 ; Oscar Pinochet De La Barra, Chile y Bolivia ¡hasta cuándo !, Santiago, LOM, 2004 ; Claude Michel Cluny, Atacama : Essai sur la guerre du Pacifique, 1879-1883, Paris, Différence, 2000 ; Bruce W. Farcau, The Ten Cents War : Chile, Peru, and Bolivia in the War of the Pacific, 1879-1884, London, Praeger, 2000 ; à la réflexion plus psychologique et au bilan de Ramón Leon, Perú, Chile y la Guerra del Pacífico : ¿qué piensan, qué creen, qué sienten los universitarios en los dos países ?, Lima, Univ. Ricardo Palma, 2006.

85 « Sur vingt habitants, on peut compter dix-sept Chiliens, un Péruvien, un Européen et un colonel bolivien. Le colonel, c’est l’autorité… Se débarrasser de ces “administrateurs” déplaisants dont la nationalité n’est pas celle de l’immense majorité du pays, les remplacer par des autorités chiliennes, faire succéder au règne du sabre le règne de la loi, tel est la cause réelle et la raison d’être de la guerre entre le Chili et la Bolivie », peut-on lire dans un article de C. Wiener paru dans Le xixe siècle, 02/06/1879 (cité par M.D. Demélas, ibid., p. 6).

86 La Bolivie, jusqu’à aujourd’hui, n’a jamais réellement fait le deuil de cette zone et des pancartes subsistent proclamant que « El litoral es nuestro ». La fête de la mer commémore encore, chaque 23 mars, cette défaite toujours jugée, du côté bolivien, comme « une usurpation de territoire ». C’est une constante des discours électoraux qui partent du principe que l’adversité soude et qui trouvent là un thème aussi mobilisateur que consensuel. Hugo Banzer Suárez avait mis aussi en avant, dans sa campagne électorale pour les élections du 1er juin 1997, sa promesse de récupérer un accès au littoral. Evo Morales a rappelé périodiquement qu’il était en pourparlers avec son homologue chilienne au sujet d’une sortie maritime.

87 Après la guerre, le salpêtre devint un des principaux produits d’exportation du Chili.

88 Fernando Cajías, « La guerra del Pacífico y sus consecuencias », in Coordinadora de Historia, Historia bajo la lupa : la guerra federal, La Paz, Coordinadora de Historia-La Razón, fasc. 1, p. 8.

89 Les masses, très tièdes, passés les premiers temps de la déclaration de guerre, s’obstinent après 1884 à nier tout droit au Chili sur le littoral. Et c’est ainsi que va perdurer un sentiment nationaliste très puissant, irrémédiablement hostile à la conquête chilienne, alors que la classe politique ne sait quelle attitude adopter. M.D. Demélas, Nationalisme sans nation, op. cit., p. 23.

90 Nous tirons ces éléments de l’étude biographique réalisée par la Sociedad Geográfica de La Paz, El Mayor General Don José Manuel Pando, La Paz, ed. Imp. Moderna, 2 t., 1918. Bien que les commentaires tendent à l’hagiographie de celui qui fut le créateur puis un des membres honoraires de la Société en question, cette étude réunit en deux tomes un nombre considérable d’informations sur la vie et l’action politique de J. M. Pando. Concernant la guerre du Pacifique, cf. t. I, chap. III, p. 40-58.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Superficie géographique des départements et territoires boliviens
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/373/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 2 : Densité de population et amplitude de sa variation selon les départements28
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/373/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Tableau 3 : Répartition raciale de la population selon les différents départements44
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/373/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Tableau 4 : Poids politique des départements boliviens à la chambre des députés
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/373/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Tableau 5 : Ressources financières des départements boliviens
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/373/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

© Éditions de l’IHEAL, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540