Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Régénérer la race »

 | 
Françoise Martinez

Préface

Marta Irurozqui
Traduction de Audrey Aubou

Texte intégral

  • 1 Qu’ils soient nos semblables, pas nos égaux. L’école bolivienne dans la politique libérale de « ré (...)

1En janvier 2000, à l’université François-Rabelais de Tours, j’eus l’honneur de participer au jury de thèse chargé d’apprécier le travail de recherche de Françoise Martinez1. J’avais, à cette occasion, qualifié cette thèse de « sérieuse, complexe, intéressante, suggestive, riche en perspectives d’analyse du sujet abordé, originale et incisive, rigoureusement documentée au moyen de brochures, d’articles de presse, de documents d’archives, etc. ». Si à cette époque je n’avais pas exagéré le plaisir et la science que j’avais tirés de la lecture de ce travail, je ne pense pas plus le faire maintenant, en affirmant que cette thèse de doctorat, réécrite, s’est transformée en un ouvrage actualisé excellent, riche du consciencieux et rigoureux travail d’investigation et de réflexion réalisé par l’auteure ces dernières années, travail dont on peut voir les fruits dans son imposante bibliographie. Cette activité a contribué à renforcer la portée d’une des plus grandes qualités de ce travail, qui consiste à aborder la question de la politique éducative du parti libéral d’un point de vue global et intégré. Cette approche complexe ne se contente pas de prendre en compte les paramètres qui ont guidé les décisions et les mesures gouvernementales relatives à l’instruction nationale et au développement de cette dernière, elle aborde aussi la question du fonctionnement de l’État bolivien à partir de prémisses de construction nationale.

  • 2 Quelques travaux antérieurs : Rafael Reyeros, Historia de la educación boliviana, La Paz, Empresa (...)
  • 3 On trouve une réflexion générale sur ce sujet dans Gabriela Ossenbach, « Research into the History (...)
  • 4 Les séminaires biannuels de l’Association d’Études Boliviennes en sont un bon exemple.
  • 5 À titre de preuve citons le numéro monographique consacré à l’histoire de l’éducation bolivienne d (...)
  • 6 Elena Getino Canseco, Bolivia : influencia de las transformaciones sociopolíticas en la educación. (...)
  • 7 Karen Claure, Las Escuelas indigenales como otra forma de resistencia comunitaria, La Paz, ed. His (...)
  • 8 Aurolyn Luykx, The Citizen Factory. Schooling and Cultural Production in Bolivia, Albany, State Un (...)
  • 9 Laura Escobari de Querejazu, Mentalidad social y niñez abandonada, La Paz, 1900-1948, Madrid, Tesi (...)
  • 10 Pilar García Jordán, « Yo soy libre y no indio : soy guarayo ». Para una historia de los guarayos, (...)
  • 11 Manuel Contreras, « Reformas y desafíos de la educación », in Fernando Campero (dir.), Bolivia en (...)
  • 12 Manuel Contreras et María Luisa Talavera, Examen parcial. La reforma educativa boliviana 1992-2002(...)

2De même que dans d’autres études historiographiques latino-américaines, la plupart des recherches sur l’éducation en Bolivie ont été réalisées au cours des dernières décennies2. Les plus grandes avancées dans ce domaine ont eu lieu dans le champ de l’histoire politique et sociale, sans que cela ait pour conséquence de créer des compartiments étanches entre les disciplines ou d’entraver la fluidité des échanges de connaissances avec d’autres spécialistes qui s’intéressent à l’histoire de l’éducation3. Au contraire, les séminaires interdisciplinaires qui se sont tenus lors de forums nationaux et internationaux, ainsi que la production d’articles dans des revues sont la preuve que ce débat académique passionnant et de plus en plus nourri n’est pas prisonnier d’intérêts corporatistes4. S’il reste encore beaucoup de questions à poser et de problèmes à aborder, l’intérêt récent qu’a suscité le sujet de l’éducation s’est accompagné d’une production fertile et diversifiée5. Parmi ces travaux, à côté des études qui analysent les réformes éducatives – Elena Getino Canseco, José Luis Subirats Ferrere6 – on trouve essentiellement des recherches centrées sur la population indigène – Karen Claure, Julia Elena Fortún, Guillermo Lora, Roberto Choque, Esteban Ticona, Edgar Armando Valda Martínez, Raúl Calderón Jemio, Ramón Conde Mamani, Vitaliano Soria, Marten Brienen, Laura Gotkowitz7 – d’autres qui abordent cette question du point de vue du genre – Aurolyn Luykx, Marcia Stepenshon, Heather Thiessen-Reily8 – ou dans ses rapports avec les institutions caritatives – Laura Escobari9 – ou encore avec l’action ecclésiastique – Pilar García Jordán10. À cela s’ajoutent des travaux qui traitent de la dimension économique de l’éducation11 ou qui s’intéressent aux expériences plus récentes d’éducation interculturelle bilingue – Manuel Contreras, María Luisa Talavera, Luis Enrique López, Xavier Albó12.

3Le travail de Françoise Martinez a été conduit en bonne intelligence et dans une perspective de dialogue avec les études de tous ces auteurs. Cet échange, outre qu’il met en évidence une communauté d’intérêts académiques toujours plus grande, permet également de prendre la mesure du caractère novateur et pionnier de l’ouvrage de Françoise Martinez, dont l’étude de la politique éducative des gouvernements libéraux (1900-1920) aborde le système d’instruction d’un point de vue global qui prend en compte les lois, les réformes administratives et les mesures gouvernementales, qui lie l’urbain au rural et qui affronte l’épineuse relation entre classe et ethnie. Ainsi, le processus de transformation et de professionnalisation de l’éducation bolivienne pendant l’époque libérale devient l’écran sur lequel se révèle la complexité nationale. L’approche qui organise et rend cohérente cette analyse globale et qui permet de traiter de façon transcendante un problème et une période spécifiques consiste à traiter le projet national du parti libéral et de l’élite qui le soutient en prenant comme point d’ancrage sa décision de considérer l’éducation comme l’instrument qui permettrait de mener à bien les transformations sociales dont le pays avait besoin pour être reconnu comme une « nation civilisée ». C’est-à-dire que, depuis la perspective qui est celle de l’élite et à partir de l’analyse de la logique de refondation sur laquelle le parti libéral fonde sa légitimité gouvernementale après la Guerre Civile de 1899, Françoise Martinez rend indissociables le processus d’unification scolaire et d’éducation nationale entrepris par les libéraux et le processus de construction de l’État-nation bolivien, ce dernier étant régi par deux principes : la modernité nationale et la régénération de la patrie. Cette perspective fait de Régénérer la race un ouvrage dont la portée ne se réduit pas au seul thème de l’éducation, puisque aborder ce thème implique de se confronter à la problématique de la nation, à celle de la nature de la participation des Boliviens à cette nation et à la construction des différences sociales.

4On trouve une confirmation de ce qui précède dans le fait que l’ouvrage de Françoise Martinez se développe sur deux niveaux distincts : d’un côté, la formalité éducative ; de l’autre, les multiples intentionnalités qui sous-tendent le projet éducatif, intentionnalités exprimées dans la dynamique contradictoire de l’homogénéisation et de la différentiation. En ce qui concerne le premier niveau, l’auteure analyse la période 1898-1920 à partir d’une connaissance méticuleuse des antécédents législatifs en matière d’instruction et des actions gouvernementales en ce domaine. Grâce à cela, elle démontre, d’une part, que la politique éducative du gouvernement libéral n’a pas surgi du néant, mais qu’elle s’est nourrie d’initiatives antérieures, et surtout de celles des gouvernements conservateurs ; d’autre part, elle infirme l’idée qu’il y aurait eu un désintérêt des différentes présidences du xixe siècle eu égard à la question de l’éducation nationale. De même, le projet éducatif des libéraux est envisagé sous différents angles afin d’en saisir toutes les dimensions, qu’on pourrait regrouper en cinq points : la législation ; la formation des professeurs et la création d’écoles normales en milieu urbain et rural ; les débats intellectuels sur les méthodes éducatives, le contenu des disciplines et les objectifs de l’éducation en soi selon ses destinataires ; les missions étrangères ; et les mouvements de résistance au projet éducatif libéral menés essentiellement par le clergé et les pouvoirs ruraux. Ces problèmes sont régis par la question de la valeur accordée à l’éducation par les libéraux. Une réponse partielle à cette interrogation est le principe d’unification nationale, et ce serait cet objectif qui expliquerait les diverses subordinations à l’autorité ministérielle qui sous-tendent la réforme éducative. Tout ce qui a trait au corps enseignant, lié à l’application concrète de la réforme, est ainsi du plus grand intérêt. L’étude de sa formation, de ses activités et de ses stratégies à partir de sources inédites permet de mettre en évidence l’importance d’un secteur sur lequel il n’y avait pas, jusque-là, d’étude spécifique et qui à cette époque est vu comme l’instrument fondamental pour mener à bien le projet de régénération intellectuelle, morale et ethnique du peuple bolivien.

5Les objectifs du gouvernement, à savoir, d’une part, discipliner les diverses instances de pouvoir qui contrôlaient traditionnellement l’éducation, et de l’autre, unifier et homogénéiser les populations du territoire, fusionnèrent et se complexifièrent dans la mesure où ils furent régis par un impératif, celui de « civiliser ». L’ambiguïté implicite de cette notion est synthétisée dans le titre de l’ouvrage Régénérer la race. Politique éducative en Bolivie (1898-1920). Ce dernier résume le modèle de société, moderne et civilisée, mais profondément disciplinée et hiérarchisée qui était au cœur du projet de politique éducative du parti libéral. En effet, l’éducation était conçue comme le moyen d’obtenir une population qui ne « ridiculisât » pas le pays sur la scène internationale, mais qui resterait privée d’une autonomie qui lui permettrait de s’autoremodeler à sa convenance et d’intervenir librement dans le projet national. Après cette affirmation, on pourrait penser que l’auteure uniformise dans cette perspective toute la période gouvernementale libérale ; il n’en est rien. De fait, sous l’expression « civiliser le peuple à travers l’école », Françoise Martinez réunit deux dynamiques antithétiques : homogénéiser et différencier. Ainsi, si dans les premières années du xxe siècle l’homogénéisation à travers l’éducation impliquait une désindianisation de la population bolivienne qui tendait à gommer les différences ethniques sur la base des principes patriotiques, l’étape suivante a consisté en un processus de différentiation de cette même population impliquant la conservation dissimulée et en position de subordination de ces éléments ethniques. Il en résulta une réactivation des différences subjectives entre les différents membres de la nation, et ce processus se traduisit en termes collectifs par l’adjudication de rôles sociaux déterminés.

6En ce sens, l’image de « l’État éducateur » ne nous offre pas seulement un aperçu très suggestif de la nature de l’action étatique dans le projet éducatif bolivien, elle souligne également que l’étude de l’éducation permet de pénétrer la structuration d’une société « d’en haut ». Cela fait du travail de Françoise Martinez non seulement un apport fondamental dans le champ des études sur les programmes et les développements éducatifs, mais aussi une étude qui a le mérite de montrer méthodologiquement l’étendue des possibilités thématiques que renferme un travail académique sur les ambiguïtés et les valeurs politiques et sociales de l’éducation. Si l’étude porte sur la Bolivie, le postulat fondamental du texte permet de souligner l’importance de l’éducation comme élément structurant des caractéristiques d’une société et comme élément modelant de cette dernière, les projets éducatifs pouvant être analysés non pas uniquement comme un thème en soi, mais comme une synthèse des projets de nation et de société. De fait, aborder la question des limites de l’éducation en tant que vecteur d’égalité renvoie à des thèmes tels que la définition du modèle d’État, la lecture sociale de la diversité culturelle, la peur sociale de « l’autre », l’impact de la connaissance scientifique sur la société, les modèles de nation ou l’appropriation ou le réinvestissement populaire des initiatives éducatives libérales.

7Bien que Régénérer la race pose le problème de la construction de la différence avec l’autre à travers l’éducation, je suis convaincue que la lecture de ce travail ne créera pas de fractures, mais qu’au contraire, elle générera des synergies autour de la nécessité de continuer à approfondir les connaissances dans ce domaine de recherches crucial pour la compréhension des processus de construction nationale et de catégorisation de la population. Et, quoique cet ouvrage souligne qu’en matière d’éducation, il n’a pas toujours existé et il n’existe pas toujours que des intentions louables, à cause précisément des usages multiples auxquels elle répond, il ne fait aucun doute que ces réflexions sur le changement social engendré par l’éducation constituent une expérience digne d’être discutée et saluée.

Notes

1 Qu’ils soient nos semblables, pas nos égaux. L’école bolivienne dans la politique libérale de « régénération nationale » (1898-1920), université de Tours, 2000, 2 vol., 755 p., sous la direction du professeur Ève-Marie Fell. Publié aux Presses du Septentrion, juin 2001, 562 p.

2 Quelques travaux antérieurs : Rafael Reyeros, Historia de la educación boliviana, La Paz, Empresa Editora Universo, 1952 ; Faustino Suárez Arnez, Historia de la educación en Bolivia, La Paz, ed. Trabajo, 1963 ; Cristóbal Suárez Arnez, Historia de la educación boliviana, La Paz, ed. Don Bosco, 1986 ; Mariano Baptista Gumucio, La educación como forma de suicidio nacional, La Paz, ed. Camarlinghi, 1973.

3 On trouve une réflexion générale sur ce sujet dans Gabriela Ossenbach, « Research into the History of Education in Latin America : Balance of the Current Situation », in Paedagogica Historica. International Journal of The History of Education, XXXVI-3, Gent, Belgium, 2000, p. 841-867.

4 Les séminaires biannuels de l’Association d’Études Boliviennes en sont un bon exemple.

5 À titre de preuve citons le numéro monographique consacré à l’histoire de l’éducation bolivienne dans Historia. Revista de la Carrera de Historia 30, La Paz, 2007.

6 Elena Getino Canseco, Bolivia : influencia de las transformaciones sociopolíticas en la educación. Barcelona, tesis de doctorado, universidad de Barcelona, 1989 ; José Luis Subirats Ferrere, Análisis de la educación popular en Bolivia desde 1952 (una interpretación Interpretación gramsciana), La Paz, ed. CEBIAE, 1984.

7 Karen Claure, Las Escuelas indigenales como otra forma de resistencia comunitaria, La Paz, ed. Hisbol, 1989 ; Julia Elena Fortún, Educación y desarrollo rural, México, Instituto Indigenista Interamericano, 1973 ; Guillermo Lora, Sindicalismo del Magisterio. La Escuela y los campesinos. Reforma Universitaria, La Paz, ed. Masas, 1979 ; Roberto Choque Canqui, Vitaliano Soria, Humberto Mamani, Esteban Ticona, Educación indígena : ¿ciudadanía o colonización ?, La Paz, Aruwiyiri, 1992 ; Roberto Choque Canqui, « La problemática de la educación indigenal », in Data : Revista del Instituto de Estudios Andinos y Amazónicos 5, La Paz, 1994, p. 934 ; Edgar Armando Valda Martínez, « Sobre la instrucción primaria en Tahua, Nor Lípez 1897-1899 », in Data : Revista del Instituto de Estudios Andinos y Amazónicos 5, La Paz, 1994, p. 35-52 ; Raúl Calderón Jemio, « La deuda social de los liberales de principios de siglo : una aproximación a la educación elemental entre 1900 y 1910 », in Data : Revista del Instituto de Estudios Andinos y Amazónicos 5, La Paz, 1994, p. 53-83 ; Ramón Conde Mamani, « Lucha por la educación indígena, 1900-1945 », in Data : Revista del Instituto de Estudios Andinos y Amazónicos 5, La Paz, 1994, p. 85-96 ; Vitaliano Soria, « Los caciquesapoderados y la lucha por la escuela (1900-1952) », in Choque, Soria, Mamani y Ticona, Educación indígena, p. 48-49 ; Ramón Conde Mamani, « Lucha por la educación indígena, 1900-1945 », in Data : Revista del Instituto de Estudios Andinos y Amazónicos 5, La Paz, 1994, p. 85-96 ; Vitaliano Soria, « Los caciquesapoderados y la lucha por la escuela (1900-1952) », in Choque, Soria, Mamani y Ticona, Educación indígena, 1992, p. 48-49 ; Marten Brienen, « Los orígenes del caos educativo : el desarrollo del sistema educativo y el papel de las comunidades indígenas en la construcción del Estadonación boliviano, 1825-1920 », in Marta Irurozqui (ed.), La mirada esquiva. Reflexiones historiográficas sobre la interacción del Estado y la ciudadanía en los Andes (Bolivia, Ecuador y Perú). Siglo xix, Madrid, CSIC, 2005, p. 321-346 ; Laura Gotkowitz, A Revolution for our Rights. Indigenous Struggles for Land and Justice in Bolivia, 1880-1952, Durham & London, Duke University Press, 2007.

8 Aurolyn Luykx, The Citizen Factory. Schooling and Cultural Production in Bolivia, Albany, State University of New York, 1999 ; Marcia Stephenson, Gender and Modernity in Andean Bolivia, Texas, University of Texas Press, 1999 ; Heather ThiessenReily, « Las bellas y la bestia : la educación de las mujeres durantela épocade Belzu, 1848-1855 », in Josefa Salmon y Guillermo Delgado (eds.), Identidad, ciudadanía y participación popular desde la colonia al siglo xx, La Paz, Plural, 2003, p. 77-94.

9 Laura Escobari de Querejazu, Mentalidad social y niñez abandonada, La Paz, 1900-1948, Madrid, Tesis de Doctorado UNED, 2007.

10 Pilar García Jordán, « Yo soy libre y no indio : soy guarayo ». Para una historia de los guarayos, 1790-1948, Lima, IFEA-TEIAA-PIEB-IRD, 2006.

11 Manuel Contreras, « Reformas y desafíos de la educación », in Fernando Campero (dir.), Bolivia en el siglo xx. La formación de la Bolivia contemporánea, La Paz, Harvard Club en Bolivia, 1999, p. 483-507.

12 Manuel Contreras et María Luisa Talavera, Examen parcial. La reforma educativa boliviana 1992-2002, La Paz, PIEB, 2004 ; Luis Enrique López, Pueblos y lenguas de frontera, Lima, UNMSM, 2003 ; Xavier Albó et Amalia Anaya, Niños alegres, libres, expresivos : La audacia de la educación intercultural bilingüe en Bolivia, La Paz, CIPCA-UNICEF, 2003.

Auteur

Audrey Aubou (Traducteur)

© Éditions de l’IHEAL, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable