Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Meurtre au palais épiscopal

 | 
Richard Marin

Conclusion

Texte intégral

1Fait divers exceptionnel et traumatique, le crime du Padre Hosana, au premier abord sans secret ni mystère, a rendu diserts l’Église et le corps social. En mettant à ma disposition des sources abondantes, ce crime s’est révélé un excellent fil rouge pour dévoiler tensions sociales et profondeurs de la vie religieuse du Pernambouc.

2La place que j’ai accordée aux parcours singuliers et aux biographies n’a jamais, de ma part, signifié un choix en faveur de l’individualisme méthodologique contre la perspective holiste. Au demeurant, aucun de mes acteurs, j’espère l’avoir montré, n’a agi dans le vide institutionnel et social. Hors de la mobilisation des différents niveaux contextuels auquel j’ai eu en permanence recours, il ne pouvait y avoir de véritable objet d’histoire. Sans inscrire Mgr Expedito dans la culture romaine dont il est l’expression achevée, rien ne peut être compris. Sans référence à l’importance de la famille et du code d’honneur du sertão, le crime du P. Hosana ne peut davantage être décrypté. Pas plus que, sans évocation de la conjoncture politique du Pernambouc, à l’heure des procès, on ne peut déchiffrer l’éphémère héroïsation dont bénéficia le curé criminel.

3Le choix de l’échelle, comme j’en ai parfaitement conscience, m’a ouvert un certain type d’accès au passé. D’autres entrées étaient possibles et nul doute qu’une focale différente eût construit un regard et un niveau d’analyse bien distincts. D’un tel degré d’appréhension, j’espérais d’abord qu’il constitue un « garde-fou face aux risques de schématisation abusive » [Lepetit, 1996, p. 72]. Sur ce plan, il me paraît avoir pleinement rempli son office.

4Le fait divers tragique m’a permis de braquer le projecteur sur une dimension d’ordinaire peu explorée : celle d’un banal diocèse de l’intérieur du Nordeste, dirigé par un évêque qui serait resté anonyme, n’eût été sa fin tragique. Or, l’historiographie de l’Église brésilienne a toujours accordé une attention quasi exclusive à quelques régions et à quelques diocèses, le plus souvent littoraux (Rio de Janeiro, Olinda-Recife, Natal, Minas Gerais...) et à un petit nombre d’évêques qui marquèrent leur temps : Mgrs Vital de Oliveira, Pedro de Lacerda, Sebastiâo Leme, Helder Câmara, Eugênio Sales, etc. J’ai moi-même sacrifié à ce type de démarche, à l’occasion d’autres recherches.

5En outre, le « crime du Padre Hosana » m’a permis de pénétrer le quotidien le plus trivial de l’institution, ses conflits internes et la mécanique subtile de l’exercice du pouvoir épiscopal. Ce n’est pas si fréquent. En effet, nombre de travaux menés sur l’époque contemporaine dans une perspective d’Église, répugnent à exhumer certains de ces aspects, jugés délicats, voire tabous. Les questions relatives au rapport de l’Église avec la société ou le pouvoir civil, plus en prise sur les problèmes politiques de l’heure, ont de beaucoup la préférence des chercheurs. Toutefois, quand, au détour d’une étude, apparaît le monde des clercs, c’est trop souvent par le biais du seul regard porté par l’évêque sur son clergé, à l’occasion de ses visites pastorales. Grâce à la diversité de mes sources, j’ai pu mettre en perspective dialectique les différents angles de vue : regard de l’évêque sur ses subordonnés mais aussi des clercs sur leur hiérarchie. Ainsi se sont trouvées mises à nu les limites de l’autorité épiscopale soumise à de subtiles stratégies de contournement.

6Mon étude – peut-être est-ce l’un de ses apports ? – a permis d’introduire certaines inflexions au discours historiographique dominant. Celui-ci, tout à sa volonté de comprendre la grande mutation de l’Église brésilienne, cherche, naturellement, à en repérer les prémices dans les années 1950, quitte à parfois surestimer l’importance des impulsions rénovatrices, porteuses d’avenir. L’historien étasunien Scott Mainwaring, dans un ouvrage qui fait référence [Mainwaring, 1986, p. 56], intitule, significativement, l’un de ses chapitres « L’Église réformiste, 19551964 ». Il y fait la part belle à une ecclésiologie désormais attentive à l’ouverture de l’Église au monde, au rôle nouveau des laïcs et à la rénovation paroissiale, voire à certaines prises de position épiscopales en faveur de la réforme agraire.

7Or, c’est très précisément un modèle inverse que je donne à voir : celui d’une Église immobile et médiocrement romanisée en dépit des efforts désespérés de son évêque, quelques années à peine avant le concile. Si l’on admet, communément, que trois grandes tendances divisent l’épiscopat brésilien au milieu des années 1950 – celle des traditionalistes, attachés à l’idéal de néo-chrétienté, celle des modernisateurs-conservateurs et, enfin, celle de la minorité réformiste [Mainwaring, 1986, p. 56], autour du secrétariat général de la CNBB – force est de reconnaître que Mgr Expedito appartient au premier de ces courants.

  • 1 Dans le journal de Zildo Rocha, ancien recteur du séminaire de Olinda dans la deuxième moitié des (...)

8L’évêque de Garanhuns, que sa formation romaine n’a pas préparé à une grande ouverture1, incarne un idéal de chrétienté nostalgique, une vision du monde fondamentalement ecclésiale. L’idée que la foi pourrait s’accompagner d’un quelconque engagement politique lui est totalement étrangère. Le salut ne se gagne-t-il pas en s’élevant au-dessus du monde et non en s’y immergeant ? Ce qu’il ne perçoit d’ailleurs pas comme contradictoire avec des relations étroites et confiantes avec les dominants, notamment les usiniers du sucre, restaurateurs des chapelles et grands pourvoyeurs de subsides pour le diocèse. Prélat néo-chrétien, il l’est aussi par ses dénonciations réitérées de l’« ignorance religieuse du peuple » et de la nécessité de christianiser et de purifier ses pratiques. Dans son diocèse, l’Action catholique « spécialisée », pourtant fondée au Brésil entre 1948 et 1950, n’existe toujours pas. À Garanhuns, seuls sont présents quelques rares groupes d’Action catholique « générale », dans la continuité des années 1930 : L’Action Catholique masculine, la Ligue féminine d’Action catholique ou la Jeunesse féminine d’Action catholique.

9De Mgr Expedito, le P. Hosana, dans sa démesure et son outrance, est comme l’antithèse, tout en participant du même univers. Il incarne un clergé peu discipliné et superficiellement romanisé dont il est loin d’être le seul représentant. À croire que tous les efforts menés depuis plus d’un demi-siècle, à l’instigation du Vatican, n’ont pas produit beaucoup de fruits dans ce Nordeste intérieur. Pourtant, dès 1890, Mgr Macedo Costa, l’évêque du Para, dans Pontos da reforma da Igreja do Brasil, un document confidentiel inspiré par Rome, avait beaucoup insisté sur le renforcement de l’autorité de l’évêque [Oliveira, 1985, p. 280], comme gage de la Réforme. La pastorale collective de 1915 et le concile plénier de 1939 [en] avaient fait de même. Or le livro de tombo de Mgr Expedito n’est qu’une litanie sur le « laisser-aller » des prêtres dans la gestion quotidienne de leurs paroisses, sur leur « manque de zèle », leur inobservation de l’obligation de résidence, leurs entorses fréquentes au vœu de chasteté, leur concubinage à peine déguisé et leur farouche résistance à toute nouvelle affectation. Pétris de valeurs profanes, une partie d’entre eux s’adonne à des activités économiques, cultivent la terre, assument les obligations familiales de tout un chacun, n’hésitant pas à défendre l’honneur de leur nom, fût-ce dans les formes brutales de la société locale. L’onde de sympathie que suscite le P. Hosana devant les tribunaux prouve bien qu’une partie de la société ne s’en offusque guère. À Garanhuns, on est finalement très éloigné de l’exercice du pouvoir monarchique de l’évêque, successeur des apôtres et d’institution divine, ainsi que le définit le code canonique de 1917.

10Une fois admis que le « crime du Padre Hosana » ajoute une touche de complexité aux approches trop globalisantes – et par là même réductrices de la vie religieuse – demeure une question de fond à laquelle on peut difficilement se soustraire : le crime mis à part, quelle exemplarité attribuer à cette étude de cas ?

11L’absence, pour la période, de travaux de micro-analyse sur l’univers intra-ecclésial ne me paraît pas un obstacle rédhibitoire à l’examen de la validité de mon modèle. Par le croisement de variables et de situations multiples, j’ai le sentiment d’avoir réalisé bien plus que l’étude d’un échantillon singulier et dégagé un certain type de structure d’Église, relativement stable sur la moyenne durée et à érosion lente, tout au moins dans le Nordeste. Cette structure, apparue partout au Brésil dans le dernier quart du xixe siècle, dans la phase dite de la Réforme, s’est édifiée autour du conflit entre les évêques, chargés de romaniser le catholicisme, les clercs, qui ont plus ou moins résisté à entrer dans le rang, et les fidèles attachés à leur religiosité traditionnelle. Dans les grandes villes et les régions méridionales, l’orthodoxie romaine ayant triomphé, une telle structure a aujourd’hui largement disparu.

12Prenons l’exemple éclairant du diocèse de Rio de Janeiro à l’époque de Mgr Lacerda (1869-1890), chargé d’en assurer une Réforme qui finira pas s’imposer. On croirait y reconnaître, trait pour trait, la situation du diocèse de Garanhuns, mais quatre-vingts ans plus tard ! Comme Mgr Expedito, Mgr Lacerda a été modelé par l’ascèse et la morale des Lazaristes, avant d’être, lui aussi, envoyé à Rome compléter sa formation. Comme en Pernambouc, une fraction importante du clergé carioca s’est opposée aux directives réformatrices et romanisantes de son évêque. Il a dû, faute de mieux, « christianiser » les populations avec un clergé dont il ne cessait de déplorer le manque de zèle, l’insubordination, l’inculture et les désordres moraux, à l’égard desquels les paroissiens se montraient bien indulgents à son gré. Les prêtres concubinaires étaient si nombreux qu’il hésitait même à envisager la suspense de ceux qui la méritaient, de crainte de laisser trop de fidèles privés de sacrements [Gomes, 1991].

13Or, c’est précisément cette structure de transition, disparue à Rio, qui est encore bien en place dans l’agreste du Pernambouc. Dès lors, peut-on sérieusement imaginer que le déphasage entre le catholicisme européocentrique de Mgr Expedito, celui d’une partie de son clergé, totalement pénétré des valeurs de la société civile, et celui des fidèles, vivant au jour le jour une religiosité peu sacramentelle, est une particularité du seul diocèse de Garanhuns ? Est-il déraisonnable de penser que, compte tenu de la criante pénurie de clercs qui affecte le Nordeste intérieur mais, au-delà, l’ensemble du Brésil on n’y retrouve pas aussi des séculiers en position de force face à un évêque qui doit en rabattre dans l’exercice de son pouvoir ? Finalement, ce modèle d’Église, tel que nous l’avons mis en lumière, ne vaut-il pas également pour bien d’autres contrées latino-américaines aux caractéristiques assez proches ?

14Cet arrêt sur image sur une Église pré-conciliaire qui peut paraître bien désuète, prend tout son sens quand on le met en relation avec les transformations ultérieures du catholicisme brésilien, sans équivalent dans le reste de l’Amérique latine. Il aide à mieux prendre la mesure de l’accélération intervenue dans l’histoire de l’Église, en un peu plus d’une décennie, sous la triple influence de Vatican II, de l’instauration de la dictature militaire et de la théologie de la libération. Mais, d’un autre côté, gardons-nous de surestimer l’universalité et l’ampleur du changement, constat que j’ai déjà cru devoir faire à l’issue de mon étude de l’archidiocèse de Olinda-Recife, aux temps de Mgr Helder Câmara. Certes, Garanhuns a eu, à partir de 1974, avec Mgr Tiago Postma, évêque d’origine hollandaise, un ardent partisan de l’Église des pauvres. Au-delà des proclamations et de l’activisme militant de la minorité de clercs et de laïcs gagnés à la nouvelle pastorale, peut-on conclure que le diocèse en a été profondément bouleversé ? Que les clercs et la religiosité populaire ont durablement emprunté de nouveaux chemins ?

15Surtout en ayant en mémoire le fait que Mgr Roque Scherer, un évêque venu du Brésil méridional et alémanique, a pu administrer le diocèse une décennie durant (1998-2007) sans se heurter à de bien grandes difficultés dans la mise en œuvre de la « nouvelle évangélisation ». Insolite pied de nez de l’histoire, cette restauration n’est pas sans similitudes avec celle qu’avait tenté de promouvoir, sans succès, Mgr Expedito. Quarante ans auparavant.

Notes

1 Dans le journal de Zildo Rocha, ancien recteur du séminaire de Olinda dans la deuxième moitié des années 1960 et passé par Rome au milieu des années 1950, on peut lire : « Notre formation était telle que durant les sept ans que j’ai passés à Rome, je n’ai connu ou fréquenté aucune famille italienne [...] J’en suis même sorti sans savoir quelle était la forme du gouvernement italien. Je ne me suis d’ailleurs jamais intéressé à la réalité politique et sociale de mon époque » [Rocha, 1993]. Rien n’autorise à penser qu’il pouvait en aller différemment, vingt ans plus tôt, lors du séjour de Mgr Expedito dans la ville éternelle.

© Éditions de l’IHEAL, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540