Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Meurtre au palais épiscopal

 | 
Richard Marin

Chapitre III. Les tribulations d’un curé polémique

Texte intégral

  • 1 ADG-Livro de tombo, 1955, p. 121 bis. Visite pastorale, paroisse de Quipapá.

1Les archives épiscopales ne laissent aucune place au doute. C’est d’emblée que se sont instaurées les relations difficiles entre le P. Hosana et son évêque. Le 2 juin 1955, quatre mois après son installation, Mgr Expedito avait accepté de présider un triduum eucharistique dans la paroisse de Quipapá. À son retour, il transcrit ses impressions dans les annales. Ses termes sont sans ambiguïté : « On ne peut qu’éprouver de la tristesse en voyant une population si bonne confiée au soin d’un tel vicaire1. »

2Bien des années après, se souvenant du sermon accusateur que son supérieur avait prononcé devant ses ouailles de Quipapá, le P. Hosana pouvait déclarer :

« Je ne crains personne. Jamais je ne me suis offert une soutane avec l’argent des sacrements. Un prêtre qui fait payer quinze cruzeiros pour un baptême doit en restituer cinq » [Brito, 1998, p. 44].

3Tout porte donc à croire que le prélat, dès ce premier contact, était très prévenu à l’encontre du curé, dont la réputation, il est vrai, était déjà solidement établie. Retour sur une étonnante figure de clerc à l’itinéraire agité.

La prêtrise comme ambition familiale

Une enfance paysanne dans l’agreste

  • 2 DJHE. Instruction. Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, Laude de Exame psiquiátrico, Recife, (...)

4Hosana de Siqueira est un enfant de l’agreste, né en 1913 à Correntes. De ses onze frères et sœurs, quatre n’atteindront pas l’âge adulte, ce qui correspond à la mortalité moyenne du Nordeste de ce temps2. La famille jouit pourtant d’une honnête aisance et vit dans un relatif confort. Le père, Modesto de Araújo e Silva, un moyen propriétaire qui s’adonne à l’élevage et à la caféiculture, complète épisodiquement ses revenus par quelques activités commerciales.

  • 3 En 1900 le niveau d’analphabétisme, hommes et femmes confondus, était de l’ordre des deux tiers, p (...)

5Comme c’est très souvent le cas, la foi, sinon la vocation, vint à Hosana par sa mère, Olindina Siqueira. Cette femme de caractère, née en 1891, présente la remarquable particularité d’être alphabétisée à une époque où quatre femmes sur cinq de la région ne l’étaient pas3, d’où son rôle de « plume » de la famille. Profondément croyante, elle récite quotidiennement son chapelet et communie avec fréquence [Brito, 1998, p. 31]. Tous les soirs, avant le coucher, elle rassemble sa famille autour d’elle pour la dernière prière.

  • 4 Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, doc. cit.

6Le père de Hosana, bien que franc-maçon, a fait édifier une chapelle dans la propriété. Assidu à la messe dominicale, il organise aussi régulièrement des pèlerinages vers Juazeiro do Norte, la cité du P. Cícero, « O padim », principale figure du catholicisme populaire nordestin [voir note 4, ch. 2] dont il est un fervent dévot. Fait assez rare à relever, la plupart des enfants ont eu des prêtres comme parrains de baptême ou de confirmation4, ce qui atteste de l’insertion de la famille dans un réseau de sociabilité ecclésiastique.

Un séminariste à problèmes

  • 5 Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, doc. cit.

7À la fin du cycle primaire au cours duquel Hosana semble s’être distingué par ses résultats [Brito, 1998, p. 25], sa mère décide, d’autorité, de l’envoyer au séminaire, avec son plus jeune frère. Alors que ce dernier refuse, Hosana y consent, plus par curiosité que par enthousiasme, comme il le reconnaîtra bien plus tard5. En février 1926, alors qu’il va sur ses treize ans, il intègre le prestigieux séminaire de la vieille ville coloniale de Olinda, voisine de Recife. Créé en 1800 par Mgr Azeredo Coutinho, un prélat éclairé, dans l’ancien collège des jésuites qui datait de 1568, il est longtemps resté sans rival dans la formation des clercs du Nordeste qui furent des acteurs de premier plan des luttes nativistes de la région (1817, 1822 et 1848).

  • 6 AAMC. Relaté dans une lettre de Modesto de Araújo e Silva à Juarez Vieira da Cunha, avocat du Padr (...)

8Selon Modesto Silva, au terme d’un mois de scolarité, une lettre du recteur serait venue à point nommé lever ses doutes sur la vocation de son puîné : « Je peux vous dire que votre garçon est appliqué et fera un bon prêtre6. »

9Dès lors, sa marche à la prêtrise devient la grande affaire familiale, d’autant que c’est le père qui subvient à l’entretien intégral de Hosana, sans aide du diocèse, ce que les parents se plairont souvent à rappeler, avec fierté.

10En juillet 1927, l’adolescent est transféré à Garanhuns où vient d’ouvrir le petit séminaire, inauguré par Mgr João Tavares de Moura pour lequel le séminariste se prend d’emblée d’affection. Preuve de sa bonne intégration, à la demande de l’évêque, le jeune Hosana est même distingué par le recteur qui fait de lui un préfet de discipline. Bien plus tard, dans son « journal secret », Hosana campera Mgr Moura en modèle épiscopal : c’est « un des plus grands » [Brito, 1998, p. 26] écrira-t-il, il est bon, compréhensif et généreux, autant dire aux antipodes de bien de ses successeurs, à l’égard desquels il accumulera les griefs !

  • 7 Mgr Moura meurt en juillet 1928 et Mgr Paiva est intronisé en décembre 1929.
  • 8 Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, doc. cit.

11En 1931, il est de retour au grand séminaire de Olinda pour y faire sa philosophie qui doit logiquement lui ouvrir les portes de l’ordination. C’était sans compter sur un incident de parcours qui vient bouleverser tous ses plans et ceux de sa famille. Fin 1932, à l’occasion d’une visite de courtoisie qu’il rend à son nouvel évêque, Mgr Manoel Antonio Paiva7, celui-ci lui aurait signifié brutalement son refus de l’ordonner. En effet, quelques mois auparavant, à l’occasion de virulents prêches antimaçonniques réalisés à Correntes par un évêque résignataire du Piauí, le père de Hosana, maçon, aurait manifesté, en privé, un certain mécontentement dont l’évêché aurait été aussitôt informé8.

Taiza Brito, As conlissões do Padre Hosana, 1998. Droits réservés

12Dans le « journal secret » de Hosana, transcrit par la journaliste Taiza Brito, l’épisode est rapporté en ces termes :

« Dès que je suis entré dans le bureau de Mgr Paiva, il m’a dit : « Je ne t’ordonne pas parce que ton père est maçon ». J’ai été surpris et en même temps effrayé par ce que je venais d’entendre. Ma blessure fut telle que je ne répondis rien à l’évêque. J’ai seulement demandé l’autorisation de me retirer et je me suis empressé de sortir. J’ai descendu l’escalier du bureau, je suis entré dans la chapelle, je me suis agenouillé devant le tabernacle puis je suis reparti dans ma famille. » [Brito, 1998, p. 29-30]

13S’il n’est pas douteux que l’Église romanisée des années 1930 n’a plus à l’égard de la maçonnerie les indulgences anciennes, cette version des faits mérite toutefois d’être considérée avec circonspection. En effet, d’autres sources incitent à penser que ce ne serait là qu’un prétexte, saisi par l’évêque, pour barrer la route de l’ordination à son séminariste. Le P. Godoi, un des proches de l’évêque d’alors, ne dit pas autre chose dans sa déposition de 1957 :

  • 9 DJHE. Instruction. Déposition du P. Pedro Magno de Godoi, 13/07/1957.

« Quand approchait le moment des premiers ordres, Mgr Manoel Paiva [...] n’était plus favorable à son ordination, car il avait certainement constaté chez lui des problèmes de vocation pour le sacerdoce9. »

14João Batista Portocarrero Costa, qui fut professeur et directeur spirituel de Hosana, à Olinda, va dans le même sens en insistant sur la personnalité difficile de son élève :

  • 10 Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, doc. cit.

« D. Costa dit bien se souvenir que le patient, lorsqu’il était séminariste, lui donna toujours l’impression d’une grande nervosité et d’un grand abattement, ce qui, à plusieurs reprises, le conduisit à penser qu’on ne pourrait peut-être pas l’ordonner. Il se souvient aussi que celui-ci s’emportait avec une extraordinaire facilité, pour les motifs les plus futiles. Pendant cette période, ses inexplicables et constantes variations d’humeur attiraient souvent l’attention sur lui. Certaines semaines il était [...] sous l’emprise d’une joie exagérée. Dans les occasions du plus grand sérieux et de retenue – cours ou cérémonies religieuses – pour des motifs insignifiants, il avait de véritables crises de fou rire, entièrement inopportunes et incontrôlables. À d’autres moments, il demeurait silencieux, de mauvaise humeur, extrêmement susceptible et irritable, entrait en conflit avec les collègues pour les moindres prétextes et en venait même fréquemment à l’agression physique10. »

  • 11 Entre 1911 et 1922, Mgr Lima Valverde a été le premier évêque du diocèse de Santa Maria où est loc (...)

15Loin de renoncer, et tout en reprenant sa scolarité à Olinda, Hosana envisage alors de demander son transfert pour le séminaire de São Leopoldo, dans le Rio Grande do Sul. Ce choix, en apparence surprenant, prend tout son sens quand on sait que Mgr Lima Valverde, autrefois archevêque de Olinda-Recife, en avait été le fondateur et que, pour cette raison même, il n’était pas tout à fait inconnu des grands séminaristes du Pernambouc11. Pourtant, à la grande déception de Hosana, Mgr Paiva lui refuse l’autorisation demandée. Alors, toutes affaires cessantes, Modesto Silva quitte l’exploitation et vient plaider à Garanhuns la cause de son fils. D’ordinaire taiseux, il parvient pourtant à arracher le précieux parchemin à l’évêque qui, à bout d’arguments, lui aurait objecté : « Monsieur Modesto, il fait très froid dans le Sud ». Ce à quoi il dit avoir rétorqué : « si une couverture ne lui suffit pas, il en mettra deux » [Brito, 1998, p. 32]. Le jour même, Hosana prenait la mer pour plusieurs semaines sur le vapeur Itaité, de la Companhia Costeira, en direction de Porto Alegre, où il débarqua le 3 juillet 1933.

  • 12 En réponse à la demande du juge, à la suite du drame de 1957, le séminaire São Leopoldo fait savoi (...)

16De ces trois années de séminaire dans le Rio Grande do Sul, un autre Brésil, où il côtoie beaucoup de séminaristes d’ascendance italienne, allemande ou polonaise, Hosana a toujours dit conserver le meilleur des souvenirs. Le fait est que son séjour semble n’avoir pas donné lieu à problème, les archives de São Leopoldo n’ayant conservé nulle trace d’attitudes ou de comportements répréhensibles de la part du jeune Nordestin12. Par la suite, il se plaira souvent à rappeler la qualité de la formation reçue, à plus de trois mille kilomètres du Pernambouc, dans une sorte de pied de nez à l’égard du séminaire qui n’avait pas voulu de lui.

Un curé pour la famille

17Le 18 octobre 1936, vient enfin l’heure tant espérée de l’ordination. Quand, dans la cathédrale de Cruz Alta, Mgr Antonio Reis, évêque de Santa Maria, prononce les paroles rituelles : Tu es sacerdos in aeternum secundum ordinem Melchisedech, Hosana sait enfin que les humiliations et tous les sacrifices familiaux n’ont pas été vains.

18Pour les fêtes de fin d’année, le tout nouveau prêtre retourne chez les siens après trois ans et demi d’absence. On peut imaginer la fierté de Modesto et de Olindina, les visites au voisinage et à la parentèle en compagnie du fils prodigue. On se représente aussi sans peine l’intensité émotionnelle de ce 8 décembre 1936 lorsque, dans l’Église de Notre-Dame de la Conception de Correntes, sous le regard admiratif et sans doute envieux de la communauté, le P. Hosana célèbre sa première messe en Pernambouc. Le 31 décembre, en une sorte d’apothéose familiale, il officie pour la messe de minuit dans la chapelle de la propriété des Siqueira !

19En février 1937, il est de retour dans le diocèse de Santa Maria. On le nomme vicaire-coopérateur de la paroisse de Notre-Dame de la Conception et aumônier de l’Union des jeunes gens catholiques, dans la petite ville de Cachoeira. Puis, sans crier gare, à la fin de l’année, il regagne le Pernambouc, bien décidé à y demeurer, alors que Manuel Antonio de Paiva, son « persécuteur », vient de mourir.

  • 13 Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, doc. cit.

20Les raisons de ce retour restent mal élucidées. Le P. Hosana assure avoir obtenu sans problème l’excardination de son évêque [Brito, 1998, p. 37] mais João Batista Portocarrero Costa croit savoir que son « transfert [...] du diocèse de Santa Maria résulta d’un différend avec le titulaire de ce diocèse13 ». Dans les archives, rien ne nous permet de trancher en faveur de l’une ou l’autre des versions.

21Commence alors, pour lui, une carrière sacerdotale dans le Pernambouc, en contact étroit et sous le regard du clan familial qui n’a jamais caché en attendre une sorte de retour sur investissement. Si, dans le Nordeste rural de ce temps, l’appartenance au clergé catholique est gage d’honorabilité et de prestige social pour la famille tout entière, elle peut aussi, de manière bien plus concrète, lui permettre d’intégrer le puissant réseau d’influence de l’Église, lui ouvrir ou lui faciliter l’accès à nombre d’institutions qui dépendent d’elle (écoles, hôpitaux...) et – pourquoi pas – à ses ressources, notamment sous la forme d’emplois.

  • 14 Elle écrit mintiras pour mentiras, milhor pour melhor, imprigado, pour empregado, ordinados pour o (...)

22La correspondance nourrie, entretenue par Olindina avec son fils, dont, malheureusement, seul un lot de lettres de 1946-1948 a pu être retrouvé, témoigne qu’elle ne l’entend pas autrement. Dans ses longues missives au graphisme assuré, même si l’orthographe est parfois phonétique14 – elle exprime à sa manière la culture orale des gens de l’intérieur. Au fil des pages, elles révèlent que cette population, un peu vite jugée « loin de tout », dispose d’un niveau étonnant « d’information », essentiellement à travers l’intense circulation de la rumeur.

  • 15 AAMC. Olindina à Hosana, s.d.
  • 16 AAMC. Olindina à Hosana, 13/06/1947.
  • 17 AAMC. Olindina à Hosana, s.d.

23Dans sa correspondance, la mère rappelle constamment son fils à ses devoirs familiaux et à l’obligation de subvenir aux besoins des siens. Ceux de ses parents, dont les affaires ont beaucoup périclité, comme ceux de trois de ses frères, encore scolarisés à Recife au milieu des années 1940. Les besoins d’argent sont d’autant plus pressants que Modesto, véritable pater familias dont elle se plaint avec fréquence, engloutit tout dans l’exploitation et manifeste une réelle « avarice15 ». « Quand tu envoies de l’argent – recommande-t-elle à Hosana – dis toujours combien d’argent tu as envoyé16 » ou encore : « ton père est parti pour le sitio et nous a laissés sans le moindre centime17 ».

24Elle n’hésite pas non plus à jouer du registre culpabilisant :

  • 18 AAMC. Olindina à Hosana, s.d.
  • 19 AAMC. Olindina à Hosana, 29/03/1947.
  • 20 AAMC. Olindina à Hosana, s.d.

« Je t’envoie ces lettres parce que je vois ton père qui se lamente [...] d’avoir fait les plus grands sacrifices pour ton éducation afin qu’une fois devenu prêtre tu puisses prendre en charge ta famille, lui donner du confort, donner de l’éducation à tes frères comme c’est la règle dans toutes les familles de prêtres. Voir ton père, un père pauvre et vieux, dans l’obligation de vendre sa récolte de café sur pied pour survivre. [...], alors que tu es un prêtre qui est une personne riche, tout ceci est bien triste18. »
« Comment vas-tu faire et me donner quelque argent pour mes dépenses19 ? » « J’ai honte de te le dire mais, samedi, si Carlos [un des fils] ne m’avait pas prêté de l’argent, je n’aurais pu faire le marché de la semaine [...] aujourd’hui, on n’a même pas pu acheter de pain [...]. Imagine quelle humiliation ça a été pour ton père d’emprunter de l’argent à un marchand noir [sic] pour subvenir à nos besoins. Il ne peut pas continuer ainsi. Il faut que tu envoies de l’argent [...]. Il n’est pas décent que la mère d’un prêtre, qui plus est, disposant d’un patrimoine, soit obligée d’acheter à crédit sans argent pour payer. Ce n’est pas une bonne chose ». « C’est de toi que dépend l’amélioration de la situation20 ».

  • 21 AAMC. Olindina à Hosana, s.d.

25Une des lettres se conclut par ces mots qu’elle veut propres à inquiéter le destinataire : « je suis tellement préoccupée que je ne mange plus. La nuit, je ne peux pas dormir. Je ne sais ce qu’il en sera de moi21 ».

  • 22 Estélio meurt en 1939, dans sa quatrième année de séminaire.

26En dépit des récriminations de sa mère, et même s’il n’a pas manifesté une grande célérité à répondre à ses incessantes demandes, Hosana ne s’est pas entièrement soustrait à ses obligations. Ainsi, à son retour en Pernambouc, s’est-il chargé de faire entrer son jeune frère Estélio au petit séminaire de Olinda et a-t-il pris en charge tout ou partie de ses frais d’entretien22.

27En revanche, en 1943, dans la difficile conjoncture économique de la guerre, il semble n’avoir pas répondu à la supplique maternelle de prendre comme sacristain un de ses frères afin, lui disait-elle, qu’il « [gagne] ainsi ce que tu donnerais à d’autres » [César, 1994, p. 42].

  • 23 Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, doc. cit.

28Selon toute vraisemblance, les nouveaux revenus dont dispose son fils, qui s’est lancé dans l’élevage en 1940, expliquent l’insistance de Olindina. Grâce à des économies personnelles, la vente de son automobile et des emprunts, il a commencé à constituer un patrimoine par l’acquisition de petits lots de vaches et de brebis, élevées dans la propriété paternelle. En 1945, un prêt contracté auprès de la coopérative de Palmerina, non loin de Correntes, lui permet d’accroître substantiellement son cheptel et d’acheter plusieurs lopins de terres à des cousins. Au milieu des années 1950, il se trouve à la tête d’une exploitation de près de vingt et un hectares, avec cinquante têtes de bovins, quatre truies et quatre chevaux23. Comme il le dira plus tard avec orgueil : « Jamais je n’ai accepté de dépendre du seul argent de l’Église pour assurer mon entretien. [C’est l’argent de l’élevage] qui m’a permis d’assurer mon entretien et celui de ma famille » [Brito, 1998, p. 45].

  • 24 Il faut attendre 1963 pour la création d’un Instituto de Previdencia do clero (IPREC) assurant la (...)
  • 25 ADG-H-P. P. Hosana à Mgr Juvêncio Brito, évêque de Garanhuns, 8/06/1946. Relevons au passage l’arg (...)

29À une époque où n’existe aucun système de pension vieillesse pour les clercs24, le Padre Hosana est loin d’être un cas unique. Nombre de curés, tout au moins dans la région, rêvent de posséder une exploitation afin de garantir leurs vieux jours et d’éviter ainsi de mourir à la tâche dans leur paroisse, secondés par un vicaire-auxiliaire. Ainsi, au hasard des archives, apprend-on que le curé de São Bento do Una est, en 1946, président d’une coopérative agricole et qu’un certain P. Julio est également membre d’une coopérative25. Au demeurant, les évêques ne semblent pas hostiles à la constitution de ce « capital-retraite » – n’oublions pas que les séculiers ne font pas vœu de pauvreté – pour autant qu’il ne prenne pas sur l’essentiel, qui est la cure d’âmes. Nous verrons, par la suite, que le P. Hosana en encourra le reproche.

  • 26 AAMC. Olindina à Hosana, 29/03/1947.
  • 27 AAMC. Olindina à Hosana, 22/01/1948.
  • 28 AAMC. Olindina à Hosana, s.d.
  • 29 AAMC. Olindina à Hosana, s.d. Toutefois, la référence à la présence du P. Hosana dans la paroisse (...)

30Maîtresse-femme, Olindina peut sévèrement chapitrer son fils, mais sait, en même temps, se montrer maternelle et protectrice. Elle lui prodigue mille et un conseils qui vont de la façon de s’occuper de son exploitation, aux prudences qu’elle entend qu’il s’impose dans sa charge de prêtre, n’hésitant pas, à l’occasion, à colporter bien des ragots. « Il faut que tu clôtures ton terrain pour que les brebis ne fassent pas de dégâts26 » ; « donne, comme paiement en nature pour le petit service qui t’est rendu sur l’exploitation, un seul litre de lait par jour et non deux, c’est largement suffisant27 ». « Ne suis pas le conseil de tes tantes et ne prends pas Maria chez toi car « c’est une cousine légère [...] qui n’a jamais fréquenté la messe du dimanche [...]. Je te dis cela car on risque de te le reprocher plus tard. Et on ne doit pas tromper un prêtre28. » « Il faut que tu te méfies tout particulièrement d’une femme de la paroisse de Palmeirina car « on dit qu’elle a assassiné son propre père avec du poison versé dans un verre d’eau-de-vie », « prends garde à ne jamais loger chez elle29 », etc.

  • 30 ADG-H-P. Olindina à Mgr Juvêncio Brito, évêque de Garanhuns, s.d., p. 27. Les événements relatés p (...)

31Quand elle le juge nécessaire, elle n’hésite pas à prendre la défense de son fils et même à interpeller l’évêque. En 1946, elle assène à Mgr Juvêncio Brito un vibrant plaidoyer de vingt-huit pages, d’une écriture serrée et torrentielle30. Son fils, proteste-t-elle, est très injustement traité, victime de la cabale d’ennemis sournois ou déclarés. Parmi eux, les clercs ne sont pas les derniers, à commencer par ceux qu’elle désigne comme les favoris et les protégés du « jeune et prétentieux » Mgr Mario, l’ancien évêque promu archevêque de Belém do Para. Elle ne laisse rien ignorer de leurs turpitudes comme de leurs aventures féminines, réelles ou supposées. Pour elle, il existe deux types de prêtres. Les premiers, « sont sympathiques et attirent les dames et les demoiselles ». Les seconds, auxquels son fils appartient, sont des prêtres « scrupuleux », « sérieux » et distants mais que les paroissiens jugent trop souvent orgueilleux et mal dégrossis. Elle se plaint aussi de ce que, depuis son ordination, il n’a jamais été donné à son fils de résider « dans une commune proche de sa famille, dotée d’un collège ou d’un internat « permettant d’assurer la scolarité de ses frères ».

  • 31 ADG-H-P. Olindina à Mgr Juvêncio Brito, évêque de Garanhuns, s.d.

32Une autre missive de la même année, toujours destinée à Mgr Brito, entonne cette fois un couplet misérabiliste sur le supposé dénuement de Hosana. Afin de justifier ses retards de paiement auprès de la curie, elle le décrit comme « faible et abattu, sans « même de quoi acheter une soutane ». Et, à nouveau, elle implore Mgr Brito d’affecter son fils dans une paroisse qui le rapprocherait d’elle31.

33Après 1948, on perd toute trace de cette correspondance. Pourtant, vu la force de la relation nouée entre Olindina et son fils préféré, sur lequel les ennuis vont s’accumuler, on a peine à imaginer qu’elle se soit brusquement interrompue.

Une vie sacerdotale agitée

De paroisses en diocèses

34Entre 1938, date de son retour en Pernambouc et 1946, quand il prend possession de la paroisse de Quipapá dont il a encore la charge à l’arrivée de Mgr Expedito, le P. Hosana change quatre fois de diocèse et six fois de paroisse. Dans une région où, devant la pénurie criante de clercs, les évêques tiennent en général à garder les leurs, une telle instabilité a de quoi surprendre.

  • 32 « L’excardination et l’incardination ne peuvent être concédées par un vicaire général, à moins qu’ (...)

35Arrivé dans le diocèse de Garanhuns alors que le siège épiscopal est vacant, le P. Hosana n’y est pourtant pas admis par le P. Callou, le vicaire capitulaire, qui le connaît bien pour avoir été son recteur de séminaire. Se prévalant sans doute de son incapacité canonique à l’incardiner32, il le détache auprès du diocèse de Pesqueira, qu’il quittera au bout d’un an. Il réintègre alors le diocèse de Garanhuns, accueilli par le nouvel évêque, Mgr Mario Vilas-Boas, qui lui propose la paroisse de Belém de Maria. Il ne l’occupe que quelques mois, sans résider sur place, puis, pour cause de maladie, il obtient six mois de disponibilité et s’installe à Palmares comme aumônier des religieuses de Notre Dame de Lourdes. Faute de paroisse vacante dans le diocèse, il obtient de Mgr Mario Vilas-Boas, lors de la retraite du clergé, une lettre de recommandation pour Mgr Ricardo Villela, l’évêque de Nazaré da Mata, qui le nomme vicaire du municipe de Vertentes. En janvier 1940, nous le retrouvons dans le diocèse de Garanhuns, dans la paroisse de Panelas dont il est déchargé en juillet 1944 pour celle de Lajedo. Lors de la retraite du clergé de janvier 1946, le P. Damaso, le vicaire capitulaire, l’affecte à la paroisse de Palmeirina où il reste jusqu’en mai 1946. Enfin, en juillet, il obtient de Mgr Juvêncio Brito, nouvellement intronisé, son affectation en qualité de vicaire de la paroisse de Quipapá.

  • 33 ADG-H. Alors qu’il réside à Palmares, avec un autre prêtre, Hosana écrit à Mgr Mario Vilas-Boas : (...)

36Pour ce que nous livrent les archives, cette surprenante instabilité est le fruit d’une double insatisfaction : celle du P. Hosana à l’égard des paroisses qui lui sont confiées et, bien plus encore, celle des différents évêques à son endroit. C’est l’évêque de Pesqueira, mécontent, qui lui retire la paroisse d’Itabira et celui de Garanhuns qui le dessaisit de celle de Panelas, le transférant d’autorité à Lajedo. En revanche, c’est le P. Hosana qui insiste pour quitter au plus vite Belém de Maria, sollicite son transfert pour la paroisse de Vertentes, dans le diocèse de Nazaré33, puis demande sa réintégration dans le diocèse de Garanhuns.

37À l’évidence, notre homme n’est pas un prêtre de tout repos. Les affaires à répétition dont il est le principal protagoniste sont là pour rappeler sa personnalité controversée sur laquelle abondent les informations.

  • 34 Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, doc. cit.

38L’expertise psychiatrique, réalisée en 1958, dont il convient de souligner qu’elle n’est pas exempte de préjugés et présente un argumentaire assez proche de celui que l’on retrouve dans l’accusation, s’est essayée à dresser son profil psychologique. Étayée sur l’audition de dizaines de témoins, elle écarte le diagnostic de la psychose mais retient, une forte « hypertrophie du moi » chez l’inculpé34. Elle relève aussi que son histoire se caractérise, depuis l’enfance, par « une succession ininterrompue de conflits, de malentendus et de disputes de nature et de gravité différentes » liés à sa propension « à survaloriser ses droits et ses prérogatives, à déconsidérer les droits d’autrui, y compris ceux de ses supérieurs hiérarchiques et, finalement, à la nécessité de faire porter à d’autres toute la responsabilité et de se croire victime d’intenses persécutions ».

39À la même époque, le prieur des bénédictins de Garanhuns livre un diagnostic approchant :

  • 35 DJHE. Instruction. Déposition de Dom Bento Martins dos Santos, 12/07/1957.

« D’ordinaire c’est un homme cordial, avec de l’esprit mais, quand on le contrarie, il devient impulsif et même violent ; dans sa manière de revendiquer ses droits supposés, il manque de mesure, de jugement et considère qu’il a toujours raison et qu’il est persécuté par ses supérieurs, dans des situations où tout autre religieux se serait entièrement soumis35. »

40Après un commerce de plus de trois ans avec le P. Hosana, par archive interposée, comment ne pas adhérer aux grandes lignes d’un tel constat ? À peine y introduirais-je une nuance : recueillis au lendemain de l’homicide du prélat, nombre de ces témoignages, qui ont en tête l’issue fatale, en rajoutent sur la composante violente du personnage, dans une sorte de démarche téléologique inconsciente. Souvent, ils se contentent de colporter la rumeur et la réputation de « homem bravo » (déterminé, violent) qui, partout, le précède.

  • 36 AAMC. Modesto de Araújo e Silva à Juarez Vieira da Cunha, avocat du P. Hosana, 10/02/1959.

41Mais il est vrai aussi que sa personnalité polémique, qui trouve le plus souvent à s’exprimer de manière publique et spectaculaire, le dessert grandement. Ainsi de ses démêlés avec les représentants de l’autorité : puissants du lieu – maires ou notables, évêque – mais aussi avec ses collègues en sacerdoce36, voire certains de ses paroissiens contre lesquels il n’hésite pas à fulminer du haut de la chaire, quand il n’en vient pas aux voies de fait, selon des témoignages concordants.

  • 37 AAMC. Déposition citée dans Amaro Lira e César, président de la Commission d’enquête, Rapport au s (...)

42Ainsi, à Tabira, d’après la déposition de 1957 du P. Carvalho, curé de Sertãnia, une paroisse voisine37, le P. Hosana se serait opposé, revolver au poing, à des jeunes gens de la commune, grands organisateurs de sérénades nocturnes et de charivaris.

43À Panelas, paisible bourgade de l’agreste, au nord-est de Garanhuns, où il arrive en 1940, tout avait pourtant bien commencé. Mario Vilas-Boas, lors de sa visite épiscopale de novembre, lui décerna même un éclatant satisfecit :

  • 38 ADG- Livro de tombo. Visite pastorale du 4/11/1940.

« Nous achevons cette visite en adressant notre bénédiction et nos chaleureuses félicitations au révérend P. Hosana de Siqueira à qui nous avons confié, il y a moins d’un an, la responsabilité de cette paroisse. Nous l’avons trouvé plein de zèle dans ce poste difficile, travaillant avec courage pour la moisson de Dieu, dans cette paroisse de Panelas, bénie et pleine de promesses38. »

  • 39 ADG-H-P. Télégramme de Guilhermino Miranda, à Mgr Mario Vilas-Boas, le 7/01/1940.
  • 40 hjg. Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, doc. cit.

44La satisfaction de l’évêque devait être de courte durée. À peine deux mois s’étaient-ils écoulés qu’un télégramme de Guilhermino Miranda, un notable du lieu, le pressait de transférer sans délai le P. Hosana. Je tiens, dit-il, ce « prêtre vraiment malade39 » pour responsable de l’incarcération de mon fils par suite de sa participation à un chahut pendant la messe puis à un tapage nocturne, au cours duquel, il est vrai, curé et autorité municipale furent pris à partie en termes grossiers40. Pour mieux appuyer sa requête, le plaignant verse aussi au dossier d’autres éléments. Avec son fils, ils auraient été insultés et traités en chaire de « bandits de première catégorie ». À une autre occasion, dans un accès de violence incontrôlée, le P. Hosana aurait même frappé un homme au visage, à coup de ceinture et, lors d’une visite pastorale, il aurait, en pleine rue, tiré les cheveux d’une jeune fille avant de la gifler et de la désigner ensuite, pendant des mois, à la vindicte publique du haut de la chaire.

  • 41 Télégramme cité par Ana Maria Cesar, op. cit., p. 40.

45Sur le premier incident, le lieutenant Deocleciano, l’officier de police de Panelas, rassure l’évêque en mal d’éclaircissement et, par télégramme, disculpe complètement le P. Hosana : « détention fils Guilhermino pour motif d’ordre public et en aucun cas instigation P. Hosana41 » [César, 1994, p. 40]. Quant au reste, sur la réalité des injures et de la violence, les archives, n’en soufflant mot, gardons-nous d’extrapoler.

46Redoutable et infatigable épistolier – l’historien n’aura pas l’ingratitude de s’en plaindre ! – le P. Hosana ne prise guère les compromis discrets et c’est souvent en vain que ses évêques successifs l’ont appelé à la modération. La lettre ouverte, la pétition de soutien largement téléguidée, la menace d’en appeler aux tribunaux – civils comme ecclésiastiques –, de recourir à l’archevêque ou au nonce contre l’évêque, sont au nombre de ses armes favorites.

47Dans ses épuisants conflits à répétition, qu’est-ce qui, pour lui, est véritablement en jeu ? Risquons au moins deux pistes, plausibles à défaut d’être vérifiables. La première renvoie à « l’injustice originelle », ressentie par le jeune séminariste lors du refus d’ordination de 1933. Par la suite, dans toutes les controverses, il en ira de la revanche à prendre à l’égard d’un diocèse qui l’a, un jour, rejeté et dont il se sait, ou se croit, mal aimé. Comme une inextinguible recherche de réparation.

48Le lien familial offre sans doute la deuxième piste. Unique enfant à avoir accompli le désir maternel en devenant prêtre, Hosana est placé d’autant plus haut dans le panthéon des Siqueira que l’image paternelle est amplement déconsidérée par Olindina. Pour ces raisons, il est, bien plus que ses autres frères, le garant du nom et de l’honneur familial. Dès lors, comment ne pas penser que cet arrière-plan éclaire le caractère violent et l’enjeu primordial, existentiel même, de querelles qui engagent bien plus que sa personne.

Un prêtre face aux notables, sous l’Estado Novo

49À quelque chose près, le cycle de l’errance paroissiale du P. Hosana correspond à la dictature de l’Estado Novo. Ayons bien présente à l’esprit cette dimension politique car elle aide à comprendre certaines des affaires dont le fougueux curé est le protagoniste.

  • 42 En décembre 1937, le ministre de la Justice apporte au Pernambouc une aide plus que significative (...)

50Le Pernambouc est, en effet, un des États-phares du régime. Getulio Vargas a placé à sa tête, comme interventor, Agamemnon Magalhães, un de ses hommes de confiance. Ce populiste catholique, très lié à la congrégation mariale dont est issue une partie de son cabinet, y exerce un véritable proconsulat [Pandolfi, 1984, p. 48]. La propagande, l’appel à la délation, la répression politique42 et le contrôle des populations y atteignent des degrés ailleurs inconnus. Dès son arrivée, fin 1937, l’interventor a pris soin de remplacer la plupart des maires de l’intérieur, sans négliger de s’appuyer sur le pouvoir des coroneis et leur réseau de clients [Pandolfi, 1984, p. 49]. Autant dire qu’un tel système ne laisse guère de place pour les voix dissonantes et les individus peu dociles, comme le P. Hosana en fera bien vite l’amère expérience [Levine, 2001]

51Dans ces paroisses du bout du monde, qui sont le lot du jeune prêtre, l’exercice du pouvoir est en général d’une grande simplicité. Au coronel, patriarche craint et respecté, dont la puissance est le plus souvent assise sur la terre et qui dirige d’une main de fer son ample réseau de parentèle, le contrôle direct ou indirect de la municipalité. Le plus souvent, le responsable de la police est sous sa coupe et il est bien rare que le juge de la commune, dont il a « fait » la nomination, aille à l’encontre de ses souhaits. Au curé, le pouvoir que lui confère son autorité spirituelle. Même si c’est peu fréquent, il peut arriver que le Padre soit tenté de s’en servir en contestant un ordre établi et des situations acquises dans lesquels il peine à trouver sa place.

  • 43 Sans doute l’épisode peu glorieux de « l’or de Tabira » (voir chapitre III. 5) explique-t-il ce si (...)
  • 44 ADG-H-P. Olindina de Siqueira à Mgr Juvêncio Brito, évêque de Garanhuns, s.d., mais de l’année 194 (...)

52C’est très exactement la situation du P. Hosana quand il inaugure son retour dans le Nordeste par une affectation dans la paroisse sertaneja de Tabira, du diocèse de Pesqueira. Il y séjourne seulement un an, un temps toutefois suffisant pour que le souvenir de son passage en soit resté vif. Assez curieusement, alors qu’il s’est souvent montré prolixe sur les incidents ayant émaillé sa carrière, il ne s’est jamais épanché sur Tabira43. Pourtant, son séjour aurait été marqué de « divergences constantes » avec Pedro Pires, le coronel de la localité à l’égard duquel il aurait aussi proféré des menaces, revolver à l’appui. La seule et bien maigre information sur la nature du conflit apparaît au détour d’une lettre de 1946, de Olindina, à l’évêque de Garanhuns. Vraisemblablement instruite par son fils, elle y explique que Pedro Pires « ne l’aimait pas parce qu’il était l’ami des pauvres44 », ce qui suggère un noble et vrai mobile sociopolitique au différend, tout à l’avantage du curé. Peut-on y ajouter foi et extrapoler, à partir de ce bout de phrase d’une mère animée par la seule volonté de défense de son fils ? Ce serait sans doute bien hasardeux.

53Ce qui est sûr, c’est que les choses ont été loin entre les deux hommes. Selon le P. Carvalho, le chef local de la police, sans doute sur les instances de Pedro Pires, aurait finalement obtenu de l’interventoria du Pernambouc l’autorisation de contraindre le curé à quitter sa paroisse. Ce qui en dit long sur la réalité de la séparation entre l’Église et l’État, dans le Nordeste, sous l’Estado Novo. Toujours d’après notre unique source, les autorités religieuses du diocèse de Pesqueira auraient été placées par l’autorité civile devant le fait accompli de l’éviction du prêtre de sa paroisse.

54Mais l’épisode éclaire aussi d’un jour cru les mécanismes du clientélisme politique. Que voit-on, en effet, sinon le cacique d’une commune de peu d’importance recourir directement et avec succès au gouvernement de l’État. En répondant ainsi à la demande de légitimation émanant de l’oligarque local, l’interventor sait aussi pouvoir compter, en retour, sur le soutien de celui-ci. Un tel système d’échange de services, parfaitement rodé, n’est-il pas le meilleur des gages du maintien de la domination sociale et politique en Pernambouc ?

55La seconde affaire, sorte de réédition amplifiée de l’épisode de Tabira, est autrement sérieuse et lourde de conséquences. « L’affaire de Panelas », ainsi que l’évoquent les correspondances, des années durant, spectaculaire et riche en péripéties et rebondissements, contribue grandement à la construction de l’image publique du P. Hosana. Et certainement pas à son avantage.

56Au point de départ, en 1942, se situe la discorde entre le prêtre et José Rufino de Melo e Silva, le maire de Panelas. Pour ce qui peut être reconstitué, la querelle a débuté avec Hermes Pais Barreto, le télégraphiste communal. Dans ces terres reculées, l’employé du télégraphe est un personnage respecté et parfois craint. Respecté parce qu’en l’absence du téléphone, il détient le monopole stratégique de la communication avec le monde extérieur. Craint parce que, placé au carrefour de la circulation des nouvelles, il est naturellement désigné pour devenir l’informateur du pouvoir, singulièrement sous un régime policier. C’est exactement la situation de l’employé du télégraphe de Panelas, obligé du maire pour le compte duquel il surveille étroitement les faits et gestes du curé, ses prêches tout particulièrement.

57En juillet 1942 le P. Hosana réagit publiquement à cette surveillance peu discrète par une « Lettre ouverte du curé de Panelas à l’illustre Hermes Pais Barreto, digne télégraphiste local ». La substance de ce texte ampoulé, parfois incohérent et qui se veut ironique, tient dans les quelques lignes qui suivent :

  • 45 AAMC. Padre Hosana, Carta aberta do Paroco de Panelas ao Ilmo snr. Hermes Pais Barreto, digno tele (...)

« Vous devez savoir, illustre télégraphiste, qu’en venant à Panelas, on ne vous a pas chargé du contrôle des foyers, et du mien moins encore. Il faut que vous sachiez aussi que votre zèle dans le service télégraphique ne doit pas vous conduire jusqu’à vous immiscer dans la vie privée de qui que ce soit45. »

  • 46 ADG-H-P. Selon Hosana, ceux qui sont de son côté sont « immédiatement appelés au poste de police e (...)
  • 47 ADG-H-P. Selon le P. Hosana de Siqueira e Silva, Carta-resposta à Curia Diocesana de Garanhuns sob (...)

58Après une phase d’accalmie, le sermon du 23 février 1943 relance de plus belle l’agitation. Selon ses détracteurs, le P. Hosana s’en serait pris en termes très vifs à Pedro Pires, alors absent. D’après la version du curé, qui nie tout en bloc, le maire aurait réagi en suscitant des tracasseries policières à l’égard de ses défenseurs46, ce qui suppose l’existence de deux camps maintenant en présence. Par la suite, selon l’édile, les agressions en chaire n’ont plus cessé. À tel point qu’au cours du mois de mai 1944 il fait le voyage de Garanhuns pour s’en plaindre à l’évêque47 avant d’en appeler au docteur Gercino Pontes, secrétaire aux Travaux publics à Recife :

  • 48 ADG-H-P. Télégramme de Pedro Pires au docteur Gercino Pontes, secrétaire aux Travaux publics, s.d.

« Je vous demande, cher ami, de parler au Dr Agamennon afin que soient prises des mesures susceptibles d’éviter que le P. Hosana, curé de cette ville, continue de m’insulter en oubliant ainsi les devoirs que lui impose sa mission48. »

  • 49 ADG-H-P. À l’exemple de cette dépêche du secrétaire aux Travaux publics, s.d. « à propos de la sit (...)

59Notons que se retrouvent ici les mêmes mécanismes de clientélisme politique que ceux mis en œuvre à Tabira. La requête parvient aussi à Mgr Mario Vilas-Boas, que l’on presse de toute part d’user de fermeté à l’encontre de son curé, les services du gouvernement de l’État l’inondant de copies des télégrammes reçus des autorités de Panelas49. De son côté, Hipólito Mendonça, l’officier de police lié au maire, ne se prive d’aucune occasion de saisir le prélat en dramatisant à plaisir la situation : « les choses sont arrivées à un tel point, lui écrit-il, qu’il y a presque eu un pugilat dans la maison de Dieu » [César, 1994, p. 43].

  • 50 ADG-H-P. Lettre manuscrite incomplète (3 p.), qui peut être datée de 1944. Le comportement du P. H (...)

60Certaines lettres de paroissiens, particulièrement détaillées, dressent, elles aussi, un lourd réquisitoire à l’encontre du curé. Ainsi cette longue correspondance, en forme de dossier, émanant visiblement du milieu des notables qui compte deux « docteurs » sur les six signataires. Elle dénonce pêle-mêle les railleries et les invectives lancées en chaire à propos des fêtes et divertissements de la commune, la réitération de références désobligeantes à l’égard du maire et des autorités constituées, l’expulsion de paroissiens de l’Église ou l’absence de cours de catéchisme, autant de « faits [qui] ont conduit à un éloignement de plusieurs familles de la société locale qui se jugent contrariées dans l’accomplissement de leurs devoirs religieux50 ».

  • 51 ADG-H-P. Le P. Callou à Mgr Mario Vilas-Boas, 19/6/1944.

61Au vu de toutes ces réclamations, l’évêque charge le vicaire général d’une rapide enquête dans la paroisse, afin de prendre le pouls de la population et d’établir les faits. À la suite du rapport du P. Callou51, très défavorable au P. Hosana, Mgr Vilas-Boas décide de le transférer à Lajedo, dans l’agreste. Le 24 juin 1944, il en informe l’intéressé. Avec d’infinies précautions, tout en justifiant sa décision, il dresse le portrait du curé de Panelas :

  • 52 ADG-H-P. Mgr Mario de Miranda Vilas-Boas au P. Hosana, 8/07/1944.

« Mon Révérend, comme tout le monde, vous connaissez les graves raisons qui nous ont conduits à cette décision. Pendant toute la durée de votre gouvernement à Panelas se sont répétées et multipliées les scènes les plus désagréables, motivées d’une part par l’ignorance et la mauvaise foi de quelques-uns et, d’autre part, mon Révérend, par votre nervosité excessive, votre caractère agressif et votre zèle intempestif. Devant les innombrables dénonciations qui me sont parvenues [...] j’ai toujours différé le règlement de la question, ménageant ainsi votre autorité. Cependant, ces derniers temps, les choses en sont arrivées aux dernières extrémités, puisqu’il y a presque eu un pugilat dans le temple sacré. Combien de fois, avec bonté et paternellement, je vous ai averti, admonesté, demandé, imploré, vous signalant, mon Révérend, le chemin que vous deviez suivre, un chemin de prudence et de charité, sans vous abaisser jusqu’à l’usage du langage inconvenant et indigne de celui qui a usé et abusé du sacré ministère de la parole divine. Mon Révérend, jamais vous n’avez entendu nos admonestations répétées. Vous les avez reçues avec humilité mais, au moment opportun, vous avez toujours agi de manière irréfléchie et désastreuse. C’est la raison pour laquelle, mon Révérend [...] vous avez déjà parcouru les diocèses suivants : Garanhuns, Santa Maria, Pesqueira, Nazaré et, à nouveau, Garanhuns. Et l’histoire a toujours été partout la même52. »

  • 53 Le canon 2298/1 défend « d’exercer le Saint ministère sauf dans une église déterminée ».
  • 54 Biner consiste à célébrer deux ou plusieurs messes le même jour, en général à deux endroits différ (...)

62Dans les jours suivants, devant le refus manifesté par le P. Hosana de renoncer à sa paroisse, Mgr Mario Vilas-Boas décide de restreindre l’exercice de son pouvoir d’ordre « à la seule célébration de la sainte messe », à l’église de Panelas, conformément au canon 229853 et de le « priver ad tempus des facultés de prêcher, de confesser et de biner54 ».

  • 55 AAMC. P. Hosana à Agamenon Magalhães, 26/06/1944.
  • 56 ADG-H-P. P. Hosana de Siqueira e Silva, Carta aberta à Curia diocesana de Garanhuns sobre sua remo (...)
  • 57 La lettre ouverte est accompagnée de six témoignages de soutien. Un juge, deux anciens officiers d (...)

63Au lendemain de l’enquête du vicaire général, à peine le bruit court-il de son transfert, que le curé récalcitrant passe à l’offensive. Le 20 juin, il se rend à Recife dans le vain espoir d’être reçu par Agamenon Magalhaes à qui il finit par adresser un long courrier dans lequel il refait longuement, à sa façon, l’historique de ses ennuis avec le maire55. Ce n’est que la première d’une série de correspondances tous azimuts, dont une lettre ouverte à la curie diocésaine de Garanhuns56, du 10 juillet. Dans ce texte de six feuillets, à la dactylographie serrée, et accompagné de deux pages d’attestations favorables57, il se lance dans une narration désordonnée, remontant à ses années de séminaire et ornée de citations latines. Le sentiment d’être la victime d’une nouvelle injustice s’y exprime avec force : le mot « calomnie » est utilisé treize fois, aux côtés d’« anathème », d’« iniquité » ou d’« irrespect » à son égard. Par la suite, sa défense ne variera guère. En voici les principaux arguments.

  • 58 ADG-H-P. P. Hosana de Siqueira e Silva, Carta aberta..., doc. cit., p. 1.
  • 59 Ibid., p. 5.

64Son transfert n’obéit pas aux règles canoniques, d’où sa décision d’en appeler au tribunal métropolitain de Recife, en deuxième instance et de saisir la nonciature. Le P. Callou, désigné comme un de ses plus vieux adversaires, ne s’est même pas donné la peine de le rencontrer, se contentant d’entendre ses détracteurs, autant dire les « adversaires de la religion, le maire franc-maçon en tête58 ». Quant aux accusations sur sa prétendue agressivité, il les rejette avec véhémence : « en près de cinq ans, je n’ai agressé aucun paroissien59 ».

65C’est, curieusement, et parfois aux formules près, la même argumentation qui se retrouve dans la « Protestation solennelle de la population de Panelas, auprès des pouvoirs publics, contre la violente calomnie et les diffamations à l’encontre du Révérend père Hosana de Siqueira e Silva, curé de Panelas, par le maire José Rufino de Melo e Silva et le sergent Hipólito de Mendonça, officier de police », du 23 aoút 1945. Tout conduit à penser que le curé insoumis est aussi l’auteur de ce pamphlet, vibrant panégyrique de sa propre personne.

66Le maire, dénoncé comme « le persécuteur des familles de Panelas », y est tenu pour coupable d’une :

  • 60 AAMC. Protesto solene do povo de Panelas contra a violenta calunia de detracção ao poder público l (...)

« calomnie traîtresse, révoltante et barbare contre le P. Hosana dont tous connaissent la coopération franche et décidée au bien commun de Panelas. C’est révoltant et tous les catholiques de Panelas ont été profondément indignés par la calomnie et ses conséquences [comme l’a été] la classe cultivée de la capitale et de nombreux membres du clergé de Pernambouc et même [...] un des évêques les plus cultivés de l’Église catholique60 ».

  • 61 Au regard du droit canon, l’objection ici formulée par le P. Hosana n’est pas recevable. En effet, (...)

67Au passage, le manifeste règle quelques comptes avec « l’attitude partisane » du révérend père José Callou : « en guise d’enquête canonique, il s’est contenté d’entendre les détracteurs de Hosana61 ».

68Dans la conjoncture politique du rétablissement de l’ordre démocratique qui rythme l’année 1945, les démêlés du P. Hosana avec les autorités prennent un tour nouveau. L’amnistie, la libération des prisonniers d’opinion et la renaissance des partis politiques, la déposition de Getúlio Vargas par les forces armées et l’élection du général Dutra à la présidence, le 2 décembre, en sont les moments forts.

69Le curé en révolte rejoint alors les rangs de l’Union démocratique nationale (UDN), la principale formation libérale et conservatrice, farouchement hostile au dictateur déchu. Par là même, sa cause et son dossier acquièrent la dimension d’un engagement antidictatorial avec lequel il se plaît désormais à jouer.

  • 62 ADG-H-P. Sargento Hipólito Mendonça, officier de police de Panelas, télégramme au secrétaire à la (...)

70Le 28 septembre 1945, un télégramme de la police signale sa présence chez le commerçant Luiz Andrade Lima où il a participé à la « mise en place d’un comité féminin d’opposition [...] prononcé discours, langage insultant, provoquant autorités, injuriant personnalité Monsieur l’interventor62 ».

  • 63 ADG-H-P. Le P Damaso, vicaire épiscopal entre octobre 1945 et mai 1946 et qui, de surcroît, est so (...)
  • 64 ADG-H-P. P. Hosana de Oliveira (sic) e o caso de Panelas, rapport du P. Damaso, vicaire capitulair (...)

71Quant au P. Damaso, son parrain de baptême, pourtant peu suspect de lui être hostile63, il signale qu’« il est entré en politique du côté de l’UDN en intégrant la direction locale, sans l’autorisation de l’autorité diocésaine64 ».

72Désigné en janvier 1946 pour servir dans la paroisse de Palmeirina, à défaut d’avoir voulu rejoindre celle de Lajedo, on le voit pourtant beaucoup à Panelas où le ramènent ses engagements militants. Il n’a d’ailleurs toujours pas fait son deuil de la paroisse et de son remplacement par le père Artur Silvestre, comme le montre l’incident qui suit.

  • 65 ADG-H-P. Juge Livia au P. Damaso, 17/02/1946. D’après le juge Livia, présent dans le bourg au mome (...)
  • 66 AAMC. Copie du télégramme du P. Hosana à l’União Democrática Nacional, à Recife, s.d.

73Le 13 février au matin, devant le refus du sacristain de lui remettre les clés de l’Église Bom Jésus dos Remédios, il en force la porte et célèbre une messe. Selon certains témoins, il aurait alors profité de la chaire pour injurier copieusement son successeur et la mère de ce dernier65. Puis, il adresse une dépêche exaltée au comité du Pernambouc de l’UDN, se présentant en victime d’une « vieille campagne de persécution » menée par le père Artur et dénonce l’arbitraire de la police qui a interdit une nouvelle célébration. Aussi demande-t-il, toujours par télégramme, « [aux] nobles compagnons [de] protester auprès des autorités ecclésiastiques, civiles, violence faite aux droits sacrifiés [par] caprices dictatoriaux dominant encore terre de Panelas66. »

  • 67 ADG-H-P. « Perseguição religiosa! », Jornal Pequeno, Recife, 15/02/1946.

74Loin d’en rester là, il se rend à Recife pour y donner un long entretien au Jornal Pequeno67 qui le publie avec sa photo. Sur quatre colonnes à la une, le quotidien titre « Persécution religieuse ! Un prêtre a été empêché de célébrer. Les fidèles ne peuvent entrer dans l’Église, gardée par la police ! » Les sous-titres ne sont pas moins évocateurs : « Un prêtre démocrate », « Comme dans l’Allemagne nazie », « Je résisterai jusqu’à la mort ».

75Campé par le journal en champion du combat pour les libertés, contre le « pouvoir dictatorial » dont il a eu à subir « les injustices les plus criantes », il est aussi décrit comme une victime de l’Église. « Alors que son seul crime [avait] été de se battre en faveur des libertés démocratiques, en combattant le totalitarisme dominant », se plaît à rappeler le Jornal Pequeno, il a pourtant été sanctionné par son propre diocèse.

  • 68 ADG-H-P. Le P. Damaso, sans doute sur les instances de la mère de Hosana, en avait déjà fait l’off (...)

76Autour de « l’affaire de Panelas », quelques mois seront encore nécessaires avant l’apaisement. En mai 1946, Juvêncio Brito, le nouvel évêque, décide d’affecter le P. Hosana à la paroisse de Quipapá68, l’éloignant cette fois définitivement du lieu de ses exploits. Dans une lettre pleine de fermeté, il lui manifeste aussi son refus de rouvrir le dossier du transfert et de revenir sur les décisions de son prédécesseur : « C’est la première et dernière fois que je vous écris à propos de cette affaire. Si vous n’êtes pas d’accord, faites donc appel auprès du Saint-Siège. »

  • 69 ADG-EJB. Mgr Juvêncio Brito au P. Hosana, 17-06-1946.

77Dans le même courrier, il lui renouvelle l’interdiction de célébrer à Panelas : « Si vous désobéissez à mes interdictions, soyez sûr que vous me contraindrez à vous suspendre ». En même temps, sans grande conviction, sa lettre se conclut par un appel à la sagesse : « Il est temps de réfléchir et de considérer que vous êtes dans l’erreur69. »

Chronique d’un affrontement annoncé

78Sur l’itinéraire du P. Hosana durant la période 1946-1955, les archives livrent fort peu d’informations. À défaut de pouvoir combler ce silence, tentons plutôt de jauger ce que sait Mgr Expedito sur le P. Hosana, dans les semaines qui suivent son intronisation. Ainsi, serons-nous mieux à même de comprendre et d’éclairer ce qui va se jouer ensuite entre les deux hommes.

79De la rumeur qui circule et de ses conversations, d’où il tient une part essentielle de son information, nous ne pouvons pas dire grand-chose. Toutefois, il est logique de supposer que les clercs de la curie, très avertis à l’encontre du curé de Quipapá avec lequel ils eurent parfois maille à partir ont grandement contribué à former le jugement négatif de leur évêque.

  • 70 ADG-H. Dans une lettre du 14/04/1955, en réponse à une requête du P. Hosana, l’évêque dit s’être i (...)
  • 71 ADG-H. P. Hosana à Mgr Expedito, 8/04/1955.

80On tient également de sa correspondance que Mgr Expedito s’est très rapidement montré curieux des archives diocésaines, au sujet de ce prêtre sur lequel on avait d’emblée attiré son attention70. Au demeurant, n’y aurait-il pas songé qu’il y eût été incité par le P. Hosana lui-même qui le pressait, peu après son installation, dans une lettre de huit pages, de revenir sur la « célèbre affaire de Panelas », en convoquant le tribunal diocésain71.

81Aussi, l’évêque n’ignore-t-il rien de l’ordination laborieuse, des errances, des conflits comme de la propension au scandale de son curé rebelle. Sans doute aussi, comme moi, s’est-il penché, avec stupeur sur le volumineux dossier archivé à la curie à propos du détournement de l’or de la chapelle de Ingazeira, dans la paroisse de Tabira.

82L’épisode nous est d’abord connu par une lettre du 3 mars 1939. Adressée par Adalberto Sobral, l’évêque de Pesqueira, à son homologue de Garanhuns, elle sonne comme une mise en garde à l’égard du P. Hosana qui vient de réintégrer le diocèse :

  • 72 ADG-H. Mgr Adalberto Sobral, évêque de Pesqueira, à Mgr Juvêncio Brito, 3/03/1939.

« [Vous devez] redoubler d’attention à l’égard du P. Hosana. Sans mon autorisation, il a vendu de l’or et de l’orfèvrerie appartenant à la chapelle de Ingazeira et il dit qu’il en a utilisé une partie dans les travaux de la petite église, pour le reste, il n’a rendu aucun compte72. »

83Début 1942, l’affaire est relancée par Mgr Sobral, au terme de sa visite pastorale à Itabira, après consultation des livres de compte. Dans la note qu’il rédige à son retour, et dont il ordonne la transmission au P. Hosana, via la curie de Garanhuns, son indignation éclate :

  • 73 AAMC. « Parecer do Senhor bispo », Pesqueira, 4/03/1942.

« Jamais nous n’aurions imaginé qu’un curé puisse ainsi se défaire de l’or d’une église et le vendre sans autorisation écrite préalable, si nous n’avions eu entre les mains la plus évidente des preuves, sous la forme d’un document écrit de sa main ! C’est pourtant ce qu’a fait le révérend P. Hosana de Siqueira e Silva, comme l’attestent les comptes ci-dessus. Outre qu’il a employé une partie de cette somme en travaux, sans approbation de l’Ordinaire, il n’a pas restitué le restant de la somme, le patrimoine de la chapelle subissant ainsi un important préjudice. On a peine à croire qu’un prêtre ait pu avoir un tel comportement73. »

84Luiz Floridi, le curé de Tabira, chargé par l’évêque de la démarche, choisit pourtant de s’adresser directement au P. Hosana afin de lui éviter de nouveaux déboires. Il lui rappelle que l’examen des comptes fait apparaître « une différence de 639 reis, non restitués, en faveur de la chapelle de Ingazeira », fait allusion à d’autres indélicatesses, annexe à son courrier la note de l’évêque et conclut par un appel à la sagesse accompagné d’une menace voilée :

  • 74 AAMC. P. Luiz Floridi au P. Hosana, 18/04/1942.

« Mon Père, avant de vous écrire cette lettre, j’ai bien pesé les conséquences qui pourraient en découler si j’en avais informé la curie épiscopale de Garanhuns, comme [on me l’ordonnait]. Maintenant, je fais appel à votre prudence de manière à régler cette affaire et les autres que vous connaissez74. »

  • 75 ADG-H-P. P. Hosana à Mgr Juvêncio Brito, 3/06/1946.

85Par la suite, certains indices conduisent à penser que la dette n’a pas été apurée. Ainsi, dans plusieurs lettres de 1946, le P. Hosana se plaint-il de Mgr Sobral, l’évêque de Pesqueira comme étant « un de ceux qui [lui] font une très mauvaise réputation75 », ce qui donne à penser que le contentieux subsiste encore. Quant aux mobiles de la malversation, ils sont vraisemblablement à rechercher dans les pressants besoins financiers du prêtre qui vient d’acheter une automobile, assure l’entretien de plusieurs de ses frères et s’apprête à constituer son cheptel.

86En janvier 1939, une lettre de son frère José, outre qu’elle confirme le forfait, en éclaire ainsi les raisons :

  • 76 AAMC. José Siqueira à Hosana, 2/01/1939.

« Par l’intermédiaire de M. José Fernandes, je t’envoie 200 reis. Le reste de la somme de l’or qui est entre mes mains est de 559 reis. Jusqu’à présent, les dépenses d’Estélio [un frère], du séminaire et des pneus sont de 368 reis76. »

Quipapá : la rumeur et les faits

  • 77 L’état sanitaire des populations est particulièrement dramatique. La bilharziose, le pian, le trac (...)

87Sur son activité pastorale à Quipapá, une commune de la zone de la canne à sucre de près de 30 000 habitants, pour la plupart misérables77, où règne sans partage l’usinier d’Agua Branca, que peut bien savoir le nouvel évêque ?

88Pour l’année 1947, ses archives lui auront appris que l’ardeur politique du curé de Quipapá semble n’avoir pas faibli. Au point que Mgr Juvêncio s’en inquiète et sollicite une information confidentielle auprès du juge local :

  • 78 ADG-EJB. Mgr Juvêncio Brito au Dr Caeté de Medeiros, 3/01/1947.

« J’ai reçu une lettre de dénonciation me disant que le P. Hosana de Siqueira, curé de cette paroisse, se sert de la chaire pour tenir des réunions de caractère politique. Est-ce vrai ? Votre Excellence a-t-elle entendu quelque chose à ce propos ? Adultère-t-il la prédication de la parole de Dieu « avec des misères de politicaillerie » ? Est-il vrai que le P. Hosana s’en est pris à la dignité de Mgr Callou et du P. Antonio Godoi ? [...] Cher Docteur Caeté : mon unique intention est de faire justice. Je ne veux pas admonester le P. Hosana, car je suis sûr que la dénonciation est excessive. Mais il n’est pas bien non plus de se taire si vous avez la certitude qu’il abuse de la tribune sacrée pour attaquer A ou B, de telle ou de telle faction politique.
Comme vous le savez, mon Excellence, les curés doivent s’abstenir de toute prise de positon politique. Notre unique mission est d’orienter les fidèles, en leur montrant qu’il est nécessaire de voter pour le plus digne, pour celui qui recherche le bien commun78. »

89La réponse du magistrat, du moins pour Quipapá, apaise ses inquiétudes :

  • 79 ADG-EJB. Dr Caeté de Medeiros à Mgr Juvêncio Brito, 10/01/1947.

« Je ne l’ai jamais entendu [le P. Hosana] faire des réunions politiques en se servant de la chaire. […] Je ne l’ai jamais entendu ou je n’ai jamais entendu dire par des témoins qu’il faisait de la politique [...] Quant à l’ardente campagne qu’il mène contre le communisme, qu’il stigmatise comme athée et adversaire de la religion catholique, il la mène par conviction et par suite de son impérieux devoir de prêtre79. »

  • 80 AAMC. P. Hosana, Carta aberta ao Ilmo Snr Sebastião Marques de Melo, candidato da UDN ao posto de (...)

90Tout en relevant, au passage, que la profession de foi anticommuniste ne saurait, selon le juge, être assimilée à de la politique, tant elle est censée aller de soi chez les clercs de ce temps, sa réponse n’est qu’en partie fondée. Le P. Hosana est toujours actif politiquement, mais à Panelas, son ancienne et chère paroisse, toute proche. D’ailleurs, en septembre de la même année, par une lettre ouverte très exaltée, il est venu y apporter son soutien au candidat UDN à la mairie, opposé à son vieil ennemi, José Rufino, le « cacique de Panelas80 ».

  • 81 En 1946, lors de son mariage avec la fille d’un usinier de l’État d’Alagoas, Fernando Pessoa de Me (...)

91Passée l’année 1947, les archives ne portent plus trace de ses engagements politiques. Faut-il y voir, chez lui comme chez beaucoup d’autres, le tarissement de l’enthousiasme suscité par la période de la transition démocratique avec ses espérances de renouveau politique ? Ou, plutôt, l’impossibilité de trouver à Quipapá le moindre espace d’expression politique ? Face au doutor Fernando Pessoa de Melo, l’usinier catholique, grand bienfaiteur de la commune et de l’Église, qui fait et défait les maires et dont l’automobile vient, tous les dimanches, chercher le P. Hosana afin qu’il célèbre dans sa chapelle de l’usine Agua Branca, que pourrait bien peser le pauvre curé81 ?

  • 82 ADG-H-Q. José Mendes Saraiva à Mgr Juvêncio Brito, 13/08/1947. ADG-H-Q. Promotor publico au P. Hos (...)

92Sur un tout autre sujet, l’évêque ne peut non plus ignorer les réclamations relatives à l’activité d’exploitant agricole du P. Hosana. Ainsi, n’a-t-il sans doute pas manqué de lire cette plainte de 1947, adressée à Mgr Juvêncio Brito par l’éleveur José Mendes. Le curé de Quipapá, auquel José Mendes a confié son troupeau, lui aurait escamoté une dizaine de vaches. Avant de saisir la police et la justice, il requiert la médiation de l’évêque « car, menace-t-il, il serait très fâcheux qu’un curé passe [publiquement] pour un voleur82 ».

  • 83 Pour se rendre à son sitio, il emprunte d’abord le train jusqu’à Angelim, puis l’autobus jusqu’à P (...)
  • 84 Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, doc. cit.

93La rumeur court aussi, insistante, sur les trop longues et trop fréquentes absences du curé de Quipapá. Selon divers témoignages, elles seraient de deux à trois jours par semaine, au cours desquels il se consacrerait à la gestion de son exploitation de Palmeirina, non loin de Correntes, négligeant de ce fait la paroisse83. Il se serait ainsi attiré, de la part de Mgr Juvêncio, le reproche « de ne vivre que dans les trains84 ».

  • 85 DJHE. Instruction. Déposition de Manoel Gomes da Rosa, 14/07/1957. Selon Manoel Gomes da Rosa, Hos (...)

94Quant à sa réputation d’homme violent, elle le poursuit. Selon plusieurs témoignages, recueillis pour la plupart après l’homicide, il n’a jamais cessé de pourfendre ses opposants du haut de la chaire. Son goût présumé pour les armes attire l’attention et c’est de manière bien ostentatoire qu’il porte le revolver en prenant le train pour son sitio85. Des dépositions convergentes, reprises dans le rapport du juge Lira, rapportent, pour s’en émouvoir, qu’il aurait abattu un chien, à coups de revolver, dans les rues de Quipapá. Toutefois, comme aucun de ces témoins n’a assisté à la scène, il n’est pas exclu qu’elle relève seulement de la rumeur mais d’une rumeur qui n’est pas dépourvue de signification.

95Enfin, on jase beaucoup sur la présence au presbytère de la jeune Maria José Martins, une parente du 3e ou 4e degré, arrivée en 1949, tout juste âgée de quinze ans, pour y accomplir les tâches domestiques. En 1950 et 1951, le P. Hosana l’envoie comme interne au collège Notre-Dame de Lourdes de Palmares, puis la retire brusquement de l’institution. Il la ramène à Quipapá, au presbytère, où elle demeure désormais, son travail étant censé compenser une partie de l’aide apportée par Hosana à cette branche pauvre de sa famille.

96Le halo de scandale est tel, autour de sa présence, qu’il est à l’origine, en juin 1955, de la visite pastorale de Mgr Expedito à Quipapá. Sans aucun résultat. C’est pourtant autour de la triste histoire de Maria José que va se nouer le drame.

Au risque du scandale

97Fin novembre 1955 Mgr Expedito reçoit une lettre de Rodolfo Lamprecht, un religieux de Belo Horizonte dont il ignorait jusqu’à l’existence. Elle contient des dénonciations d’une particulière gravité qui confirment et outrepassent même le contenu des rumeurs. Le religieux l’informe que quelques mois auparavant, au congrès eucharistique de Rio, il a entendu Maria José en confession. Comme elle lui a ensuite renouvelé et précisé ses aveux par courrier, il est délivré de l’obligation du secret. Ses aveux confirment qu’elle est, de longue date, la maîtresse du P. Hosana qui l’a contrainte à l’avortement en 1953. À nouveau enceinte de ses œuvres, elle refuse, cette fois, d’interrompre sa grossesse, soutenue par son confesseur et désormais consciente de la gravité d’un tel péché.

98Par la suite, la correspondance de Maria José avec le religieux ou Mgr Expedito, auquel elle consent finalement à se confier, livre une lumière crue sur son histoire. C’est peu après son arrivée à Quipapá, avant même son départ pour le collège, qu’elle a été déflorée par son cousin qui lui conseillait, pour apaiser son sentiment de culpabilité, de communier tous les jours : « Devant Dieu, j’étais pardonnée », avoue-t-elle ingénument. Elle révèle aussi qu’il la recevait régulièrement en confession :

« Il m’absolvait et [...] il me convainquait de ce que rien de ce qu’il faisait avec moi n’était un péché et qu’il pouvait user de droits égaux à ceux des autres hommes [...]. Il m’interdisait de parler avec un autre prêtre et, chaque fois que je me confessais avec un autre, il me demandait si je lui avais parlé des relations que j’entretenais avec lui et je lui disais que non. »

  • 86 ADG-H-PD. Lettre à Rodolfo Lamprecht, 12/03/1956. Selon Maria José Martins, pour ne pas être privé (...)

99Début 1955, avec l’arrivée de Quitéria, la nouvelle bonne, aussitôt devenue, d’après Maria José, l’amante du P. Hosana, les relations s’aigrissent au sein du presbytère. Aux reproches de la maîtresse évincée, le curé aurait répondu par la violence – « Il m’a battue plusieurs fois et il savait déjà que j’étais enceinte. J’étais terriblement désespérée, j’ai même pensé me suicider » – et imposait même, par le chantage, la présence de sa rivale86.

  • 87 Elle séjourne notamment chez les sœurs de Notre Dame de la Charité du Bon Pasteur, à Recife puis à (...)

100Fin septembre 1955 Maria José enceinte de trois mois, quitte Quipapá pour n’y plus jamais revenir, grâce au soutien matériel et moral du père Lamprecht et à l’hospitalité de différentes congrégations religieuses87.

101Pourquoi ajouter ainsi un tel crédit à ce témoignage et ne pas considérer, qu’après tout, il pourrait ne s’agir que de la vengeance d’une femme délaissée ? D’abord, parce qu’il sonne juste et que l’on a peine à imaginer Maria José, avec cette foi profonde des humbles, mystifiant le religieux, en confession, puis l’évêque ou commettant, peu après, un parjure dans sa déposition au tribunal ecclésiastique. Ensuite parce qu’on ne voit pas pourquoi elle dénoncerait mensongèrement le P. Hosana comme géniteur – son enfant naîtra en mars 1956 – alors que rien, dans son attitude, ne suggère l’esprit de vengeance.

  • 88 ADG-H-PD. Lettre à Rodolfo Lamprecht, 12/03/1956.
  • 89 ADG-H-PD. Maria José Silva à Mgr Expedito, 18/04/1956.

102Au contraire, bien qu’humiliée et meurtrie, elle est toujours éprise du prêtre, prend sa défense et s’inquiète même de son sort. Elle a scrupule à livrer son nom au religieux de Belo Horizonte, de crainte « qu’ensuite il ne souffre beaucoup88 ». La privation de l’habit ecclésiastique, poursuit-elle, « serait pour lui un tel déshonneur, qu’il pourrait même en perdre la raison », sans compter que ce serait « une grande déception pour ses parents et ses frères ». De l’évêque, elle attend qu’il agisse avec la bonté d’un père et comprenne ses « faiblesses » : « Laissez-le dans sa paroisse, il est comme ça mais il l’aime, il accomplit bien ses devoirs et ses obligations [...] votre Excellence verra qu’il a le cœur bon et plein de piété89. »

  • 90 Ibid.

103L’essentiel, c’est d’éloigner Quitéria, la tentatrice : « Si j’étais plus près, j’irais la chercher et, même de force, je la mettrais dans un asile du Bon Pasteur en recommandant aux religieuses de ne pas la laisser sortir, et tout serait réglé90. »

104Confronté à l’image de Maria José, amoureuse et soumise, et qui se dit prête au pardon, le Padre Hosana ne sort assurément pas grandi. Modèle achevé de la domination masculine, il a usé pour parvenir à ses fins, de tous les moyens à sa disposition. Violence symbolique, physique ou morale de l’homme sur la femme, du maître sur la domestique, de l’homme mûr sur la jeune fille, avec, de surcroît, le recours au suprême argument d’autorité que lui confère son statut de prêtre. Au vu d’une telle affaire, comment ne pas songer au grand roman naturaliste et anticlérical de Eça de Queiroz, O crime do Padre Amaro ? Le P. Hosana est semblable à Amaro, l’abbé séducteur et cynique, alors que Maria José ne manque pas de rappeler Amélia, la maîtresse d’Amaro morte en couches.

Mgr Expedito : une prudente fermeté

105Dans une telle affaire, Mgr Expedito, conformément à ce que nous connaissons de son art de gouverner, va tenter d’agir, certes avec prudence – soucieux d’éviter à tout prix le scandale public – mais aussi avec détermination. Toutefois, même bien décidé à apurer les faits et, au besoin, à sévir, il va devoir beaucoup composer avec les circonstances. Dans ce diocèse difficile, où l’autorité se discute plus qu’elle ne s’impose et où les clercs n’ont pas l’habitude de trop rudes sanctions, on le sait mal à l’aise. Il n’ignore pas que le P. Hosana, un clerc frondeur parmi d’autres, ne se rendra pas sans combattre. Très vite, il se persuade que l’insubordination du curé de Quipapá est telle qu’à ce problème qui le dépasse, seul le Saint-Siège, par le biais du Saint-Office ou du tribunal de la Rote, peut apporter la solution. Or, Rome et la nonciature, qui semblent l’entendre autrement, lui renvoient la balle. Dans ce climat d’indécision sur le for compétent, les choses traînent, la tension et les ressentiments s’accumulent jusqu’au drame final. Au point qu’il est même permis de se demander si Expedito Lopes, l’évêque romanisé, n’est pas mort, aussi, de sa confiance en une solution romaine qui n’est jamais venue. Retour sur un engrenage dramatique.

106Début décembre, le curé de Quipapá est informé par son évêque des dénonciations reçues. Jamais à cours d’argument, le P. Hosana lui annonce aussitôt qu’il avait de son propre chef réglé le problème de Maria José, enceinte d’un jeune homme de passage, en lui faisant quitter la paroisse pour « une institution charitable », ce qui permettrait au moins de « sauver son âme » [César, 1994, p. 70].

  • 91 ADG-H-PD. Le 17/12/1956 le prêtre de Palmeirina lui répond de façon très évasive « je ne sais rien (...)
  • 92 La monition paternelle est le premier acte de la procédure de démission forcée des curés amovibles (...)

107Mgr Expedito, qui a lancé une enquête préalable91, n’entend pas s’en laisser conter. Au regard du dossier à charge et des pièces nouvelles qui s’accumulent, il choisit la fermeté. Le 10 décembre 1955, il adresse une monition paternelle92 au P. Hosana. En application des canons sur la transgression de la loi de résidence – « pour ne pas faire allusion à d’autres [raisons] qui seraient suffisantes, même pour destituer un curé inamovible » – il le destitue de sa paroisse. La mesure doit prendre effet lors de la retraite annuelle du clergé diocésain.

108Quelques jours après, il offre une porte de sortie au curé de Quipapá, censée lui épargner l’humiliation publique, en lui proposant de ne pas rendre officielle sa décision. « Faites en sorte – lui écrit-il – que cela paraisse être de votre propre initiative, prenez des vacances. »

  • 93 Aucun document consulté dans la curie ne se réfère à d’autres procès devant le tribunal de l’offic (...)

109Pourquoi avoir eu recours à ce mobile-prétexte, au demeurant assez peu convaincant et ne pas s’être appuyé sur « l’affaire Maria José », d’une tout autre gravité ? De toute évidence, la principale explication tient, outre la dimension scandaleuse du dossier, à sa complexité du point de vue canonique comme aux difficultés de la procédure. Comme Maria José a quitté la région, il n’y a guère que l’ouverture d’un procès en bonne et due forme devant le tribunal diocésain qui serait à même d’établir les faits. Encore faudrait-il qu’elle consente à y témoigner, ce qui est alors loin d’être acquis. On peut donc comprendre les réticences de Mgr Expedito devant cette solution exceptionnelle et sans doute sans précédent dans le diocèse93 et sa préférence pour des voies plus prudentes et, il l’espère, moins risquées.

  • 94 DJHE. Instruction. Trois témoins directs évoquent l’incident de la retraite dans leur déposition : (...)

110Vaines supputations, comme il le vérifie à ses dépens, le 23 janvier, à l’ouverture de la retraite du clergé, dans le collège diocésain de Garanhuns. Aux alentours de 22 heures, le P. Hosana94 fait irruption dans les appartements de son évêque. Un violent accrochage s’ensuit, au cours duquel le curé déchaîné déclare ne pas reconnaître l’autorité de son supérieur, clame son refus de quitter sa paroisse et proteste de son innocence dans l’affaire Maria José. Devant la rudesse de l’échange et l’attitude « inquiétante » du prêtre, Mgr Expedito, comme par pressentiment, se serait exclamé, ouvrant grand les bras : « Vous voulez m’agresser, vous voulez me tuer, si vous voulez me tuer, faites-le ! »

  • 95 ADG-H-Q. Début février 1956, le P. Hosana a suscité toute une série de pétitions de soutien, preuv (...)

111Ensuite, passablement choqué, il prend des avis sur la conduite à tenir et finit par se ranger à des conseils de prudence. Devant l’impossibilité de se faire entendre du curé récalcitrant, il décide de faire machine arrière, de lever les sanctions et de transmettre le dossier à Rome, via la nonciature. Dans l’attente d’une réponse du Saint-Office, le curé est maintenu dans sa paroisse et les mesures disciplinaires à son encontre sont levées. La décision, en forme de reculade, qui peut être interprétée comme une concession à son entourage diocésain, enhardit d’autant le rebelle95 !

  • 96 ADG-EL. Mgr Lombardi, nonce apostolique, à Mgr Expedito Lopes, 22/04/1956.

112Trois mois plus tard, nouveau rebondissement quand l’évêque se voit imposer par le nonce la solution qu’il s’était efforcé d’éviter. Tout en l’encourageant à transmettre le dossier au Saint-Office, Mgr Lombardi lui recommande d’organiser parallèlement un procès en bonne et due forme devant le tribunal diocésain96.

113Sans enthousiasme, mais discipliné, il se soumet. Le 23 juin, il cite à comparaître le curé de Quipapá sous les chefs d’accusation suivants : crime de sollicitation en confession, absolution de complice, concubinage et complicité d’avortement. Comme pouvait le laisser supposer sa conduite antérieure, le P. Hosana ne défère pas à la convocation.

  • 97 Latae sententiae : sur le champ, par opposition a ferendae, après condamnation.
  • 98 Selon le canon 2350 § 1 : « Ceux qui produisent un avortement, sans excepter la mère, encourent, s (...)

114La procédure est-elle pour autant au point mort ? En réalité, l’évêque, pour peu qu’il en manifeste la volonté, n’est pas dépourvu de recours. Ainsi, le tribunal peut-il tenter de briser la résistance du défendeur par la menace de peines canoniques. En lui adressant une nouvelle citation comminatoire, il l’avertit qu’en cas de persistance dans la désobéissance, il encourra une peine déterminée. Si, malgré cette demande de sanction, le défendeur ne comparaît pas, le juge peut prononcer l’état de contumace, infliger la peine annoncée et ouvrir le procès. Le seul épisode de l’avortement expose le P. Hosana à l’excommunication « latae sententiae97 » et à la déposition98.

115Or, rien de tel ne se produit. La seconde citation à comparaître, pourtant prête à l’envoi, n’est même pas expédiée au défendeur au motif que celui-ci fait – faussement – état de faits nouveaux, capables de l’innocenter. Une fois encore, Mgr Expedito décide d’attendre le verdict de Rome. En agissant ainsi, compte tenu des probables délais de la prise de décision romaine, il court le risque de voir la situation locale se dégrader encore.

116Huit mois s’écoulent sans réponse, quand, enfin, le 18 février 1957, Mgr Expedito se résout à relancer la nonciature. Il transmet de nouvelles pièces à joindre au déjà volumineux dossier du P. Hosana et dit son espoir de voir le Saint-Office se décider au plus vite

  • 99 ADG-EL. Mgr Expedito Lopes à Mgr Armando Lombardi, nonce apostolique, Garanhuns, 18/02/1957.

« À porter remède aux nombreux scandales causés par ce prêtre dans tout le diocèse ; comme si tout cela ne suffisait pas, il a maintenant une nouvelle bonne avec laquelle on prétend qu’il vit maritalement et qu’il refuse de congédier99. »

  • 100 ADG-EL. Cardinal Pizzardo à Mgr Expedito, 3/04/1957.
  • 101 « Lorsque, en violation du canon 133, un clerc cohabite avec une femme réputée suspecte ou la fréq (...)
  • 102 Canon 2359 § 1 : « Si des clercs dans les ordres sacrés, séculiers ou religieux, sont concubinaire (...)

117Tout en reconnaissant que s’applique au P. Hosana le canon 2359, l’évêque dit s’en remettre au Saint-Office pour l’adoption de sanctions. Or, par un courrier daté du 3 avril, voilà que le cardinal Pizzardo, de la Sacrée Congrégation du Saint-Office, le prie d’ouvrir à nouveau le procès du P. Hosana devant le tribunal diocésain100. Comme les archives ne portent nulle trace du lancement de la procédure en question, on est amené à conclure que l’évêque se hâte avec lenteur dans cette direction mais il n’en baisse pas pour autant les bras. Pour preuve : le 25 mai, il adresse une monition comminatoire101 au « vicaire-économe de Quipapá [afin de] mettre un terme aux rumeurs et scandales » et lui intime l’ordre d’écarter Quitéria de sa compagnie, sous quinzaine. Passé ce délai, les sanctions prévues par le canon 2359102 lui seront appliquées.

118Le 23 juin, comme le P. Hosana n’a toujours pas obtempéré, Mgr Expedito officialise les sanctions annoncées – suspense a divinis et destitution de sa charge de vicaire de Quipapá, applicables au 1er juillet. Pour toute réponse, le P. Hosana renvoie à son évêque le décret de suspense qu’il accompagne d’une lettre virulente et accusatrice sur son incapacité à administrer le diocèse [César, 1994, p. 84].

119On semble ainsi revenu à la case départ et on voit mal pourquoi le curé sanctionné accepterait aujourd’hui une comparution à laquelle il se soustrayait hier. Pourquoi consentirait-il maintenant à quitter sa paroisse ? La situation, à nouveau bloquée, est maintenant grosse de tous les dangers. Une fois la sanction rendue publique, son nom et son honneur livrés en pâture dans tout le diocèse et même au-delà, quelle sera la réaction du P. Hosana ?

  • 103 DJHE. Instruction. Déposition citée dans Amaro Lira e César, président de la Commission d’enquête, (...)
  • 104 DJHE. Instruction. Déposition de Antonio Atanásio de Lima Sobrinho, 15/07/1957.

12027 juin. Le curé de Quipapá est à Garanhuns. Il y rencontre le lieutenant Deocleciano et lui demande, sans succès, de lui trouver un revolver103. Également sollicité, un employé de la compagnie de chemin de fer réussit à le lui fournir deux jours après104. Ni l’un ni l’autre, comme le confirme plus tard leur déposition, ne semble avoir été troublé par la demande.

  • 105 DJHE. Instruction. Déposition de Maria de Lourdes Oliveira, résidente à Quipapá, 14/07/1957. Le P. (...)

121Dimanche 30 juin, grand-messe à Quipapá. Dans les travées de l’église, on murmure sur la déposition du P. Hosana et la tension est à son comble. Pendant le sermon, le curé s’emporte contre « l’autorité diabolique » de son évêque et son incurie dans la direction du diocèse. Puis, il s’en prend à l’ancien sacristain, accusé de délation auprès de l’évêché ainsi qu’à sa fille qui a tenté de prendre sa défense105.

  • 106 DJHE. Instruction. La scène est corroborée en termes assez proches par les dépositions de Nestor J (...)

122Vers 12 h 30, dans la gare de Quipapá, nouvelle altercation entre le P. Hosana et le fils de l’ancien sacristain, furieux de l’agression dont son père vient d’être l’objet. Selon plusieurs témoins, comme dans le meilleur des westerns, le P. Hosana annonce alors à la cantonade que l’affaire va se régler d’homme à homme. Il défait sa soutane, demande que tous s’éloignent et fait mine de sortir une arme. Fort heureusement, les choses en restent là106.

123Lundi 31. Il est très exactement 17 heures. Le P. Hosana sort de la gare de Garanhuns. Il s’est rendu en ville car il entend réagir à la diffusion par la radio, en fin d’après-midi, de la note officielle sur sa suspense et sa destitution.

  • 107 DJHE. Instruction. Déposition du P. Acacio Rodrigues Alves, Garanhuns, 11/07/1957.

124Sa présence est aussitôt signalée à l’évêque dont l’entourage s’inquiète. On s’interroge sur l’opportunité de lire la note. Certains pressent l’Ordinaire d’y renoncer. Ne va-t-elle pas inutilement envenimer les choses ? Et si le P. Hosana venait pour faire amende honorable ? Comme il ne nourrit plus la moindre illusion sur les possibilités d’accommodement, le prélat maintient l’ordre de diffusion107.

  • 108 Le texte de la note de la curie diocésaine, qui ne sera finalement pas diffusé, est le suivant : « (...)

12518 heures. Le P. Hosana, après avoir déposé ses bagages au monastère bénédictin tout proche, s’est rendu en taxi au studio de la Radio Difusora de Garanhuns. Du P. Acácio, le responsable du programme catholique, il exige de pouvoir lire le texte qu’il a préparé, en réponse à la note épiscopale dont il attend la diffusion108. Devant son état d’excitation, pour éviter tout scandale, engagement est pris de ne pas divulguer celle-ci. C’est à cette condition que le curé de Quipapá, bien à contrecœur et en maugréant, accepte de quitter pacifiquement les lieux.

126Il est 18 h 15, le prêtre débouté remonte dans le taxi. Dans la poche déformée de sa soutane noire, l’historien imagine que le revolver pèse de tout son poids.

Notes

1 ADG-Livro de tombo, 1955, p. 121 bis. Visite pastorale, paroisse de Quipapá.

2 DJHE. Instruction. Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, Laude de Exame psiquiátrico, Recife, 14/02/1958.

3 En 1900 le niveau d’analphabétisme, hommes et femmes confondus, était de l’ordre des deux tiers, pour tout le Brésil.

4 Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, doc. cit.

5 Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, doc. cit.

6 AAMC. Relaté dans une lettre de Modesto de Araújo e Silva à Juarez Vieira da Cunha, avocat du Padre Hosana, 10/02/1959.

7 Mgr Moura meurt en juillet 1928 et Mgr Paiva est intronisé en décembre 1929.

8 Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, doc. cit.

9 DJHE. Instruction. Déposition du P. Pedro Magno de Godoi, 13/07/1957.

10 Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, doc. cit.

11 Entre 1911 et 1922, Mgr Lima Valverde a été le premier évêque du diocèse de Santa Maria où est localisé le séminaire São Leopoldo.

12 En réponse à la demande du juge, à la suite du drame de 1957, le séminaire São Leopoldo fait savoir que ses archives n’avaient pas gardé trace d’indiscipline de la part de Hosana. Lettre citée dans Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, doc. cit.

13 Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, doc. cit.

14 Elle écrit mintiras pour mentiras, milhor pour melhor, imprigado, pour empregado, ordinados pour ordenados, etc.

15 AAMC. Olindina à Hosana, s.d.

16 AAMC. Olindina à Hosana, 13/06/1947.

17 AAMC. Olindina à Hosana, s.d.

18 AAMC. Olindina à Hosana, s.d.

19 AAMC. Olindina à Hosana, 29/03/1947.

20 AAMC. Olindina à Hosana, s.d.

21 AAMC. Olindina à Hosana, s.d.

22 Estélio meurt en 1939, dans sa quatrième année de séminaire.

23 Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, doc. cit.

24 Il faut attendre 1963 pour la création d’un Instituto de Previdencia do clero (IPREC) assurant la couverture sociale, la pension vieillesse et d’invalidité pour les clercs. L’IPREC fera faillite en 1978.

25 ADG-H-P. P. Hosana à Mgr Juvêncio Brito, évêque de Garanhuns, 8/06/1946. Relevons au passage l’argument utilisé par le P. Hosana dans sa lettre : « Votre Excellence notera que le curé de São Bento est président d’une coopérative, ce qui ne se justifie pas car la paroisse suffit amplement à l’entretien du curé. »

26 AAMC. Olindina à Hosana, 29/03/1947.

27 AAMC. Olindina à Hosana, 22/01/1948.

28 AAMC. Olindina à Hosana, s.d.

29 AAMC. Olindina à Hosana, s.d. Toutefois, la référence à la présence du P. Hosana dans la paroisse de Palmeirina permet de dater la lettre du premier trimestre 1946.

30 ADG-H-P. Olindina à Mgr Juvêncio Brito, évêque de Garanhuns, s.d., p. 27. Les événements relatés par la lettre permettent de la dater de 1946.

31 ADG-H-P. Olindina à Mgr Juvêncio Brito, évêque de Garanhuns, s.d.

32 « L’excardination et l’incardination ne peuvent être concédées par un vicaire général, à moins qu’il ne soit muni d’un mandat spécial ; ni par un vicaire capitulaire, à moins qu’un an ne se soit écoulé depuis la vacance du siège épiscopal et à condition que le chapitre donne son consentement. » Code canonique de 1917, Livre second : Des personnes, Can. 113, Congrégation, Site web du Saint-Siège : http://www.vatican.va/.

33 ADG-H. Alors qu’il réside à Palmares, avec un autre prêtre, Hosana écrit à Mgr Mario Vilas-Boas : « À propos de ma situation, je dois vous dire qu’elle n’est pas très bonne. Je ne peux subvenir à mes besoins avec mon travail, car celui du collège ne rapporte pratiquement rien et la paroisse ne peut faire face aux besoins de deux prêtres. Dans l’hypothèse où vous n’auriez pas encore de paroisse pour moi, faites-moi une lettre de recommandation pour l’évêque d’un diocèse voisin, chez qui j’irai travailler jusqu’à ce que vous ayez une paroisse à me proposer », P. Hosana à Mgr Mario Vilas-Boas, 24/07/1939.

34 Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, doc. cit.

35 DJHE. Instruction. Déposition de Dom Bento Martins dos Santos, 12/07/1957.

36 AAMC. Modesto de Araújo e Silva à Juarez Vieira da Cunha, avocat du P. Hosana, 10/02/1959.

37 AAMC. Déposition citée dans Amaro Lira e César, président de la Commission d’enquête, Rapport au secrétaire à l’Intérieur et à la Justice, Garanhuns, 22/07/1957, p. 10.

38 ADG- Livro de tombo. Visite pastorale du 4/11/1940.

39 ADG-H-P. Télégramme de Guilhermino Miranda, à Mgr Mario Vilas-Boas, le 7/01/1940.

40 hjg. Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, doc. cit.

41 Télégramme cité par Ana Maria Cesar, op. cit., p. 40.

42 En décembre 1937, le ministre de la Justice apporte au Pernambouc une aide plus que significative en lui octroyant 40 % du budget national destiné à la répression du communisme [Pandolfi, 1984, p. 57].

43 Sans doute l’épisode peu glorieux de « l’or de Tabira » (voir chapitre III. 5) explique-t-il ce silence.

44 ADG-H-P. Olindina de Siqueira à Mgr Juvêncio Brito, évêque de Garanhuns, s.d., mais de l’année 1946.

45 AAMC. Padre Hosana, Carta aberta do Paroco de Panelas ao Ilmo snr. Hermes Pais Barreto, digno tele-grafista local, 27/7/1942.

46 ADG-H-P. Selon Hosana, ceux qui sont de son côté sont « immédiatement appelés au poste de police et poursuivis », Padre Hosana à Mgr Vicente Priante, 22/08/1944.

47 ADG-H-P. Selon le P. Hosana de Siqueira e Silva, Carta-resposta à Curia Diocesana de Garanhuns sobre sua remoção da Paroquia de Panelas para a de Lagêdo, contendo sua defêsa contra as calunias que a motivaram, Panelas, 10/07/1944, p. 5.

48 ADG-H-P. Télégramme de Pedro Pires au docteur Gercino Pontes, secrétaire aux Travaux publics, s.d.

49 ADG-H-P. À l’exemple de cette dépêche du secrétaire aux Travaux publics, s.d. « à propos de la situation qui est en train de se créer à Panelas avec le P. Hosana. Je déplore profondément ce qui est en train de se passer mais j’ai pensé que je ne devais pas oublier que, dans une telle situation, Révérendissime, vous êtes l’autorité suprême et c’est pourquoi je porte ce télégramme à votre connaissance ».

50 ADG-H-P. Lettre manuscrite incomplète (3 p.), qui peut être datée de 1944. Le comportement du P. Hosana est en partie confirmé par ce télégramme du maire : « Malgré ma rencontre avec l’évêque, le P. Hosana continue « à injurier les autorités ». Aujourd’hui, « des familles indignées ont quitté l’Église pendant la messe [quand le P. Hosana] a ordonné à un paisible citoyen catholique de se retirer de l’Église [...] perspectives de graves événements dans le cas où ne seraient pas prises des mesures ». Le maire de Panelas au secrétaire à la Sécurité publique, à Recife, le 19/07/1944.

51 ADG-H-P. Le P. Callou à Mgr Mario Vilas-Boas, 19/6/1944.

52 ADG-H-P. Mgr Mario de Miranda Vilas-Boas au P. Hosana, 8/07/1944.

53 Le canon 2298/1 défend « d’exercer le Saint ministère sauf dans une église déterminée ».

54 Biner consiste à célébrer deux ou plusieurs messes le même jour, en général à deux endroits différents.

55 AAMC. P. Hosana à Agamenon Magalhães, 26/06/1944.

56 ADG-H-P. P. Hosana de Siqueira e Silva, Carta aberta à Curia diocesana de Garanhuns sobre sua remoção da paróquia de Panelas para a de Lagedo, contendo sua defesa contra as calunias que a motivaram, Panelas, 10/07/1944.

57 La lettre ouverte est accompagnée de six témoignages de soutien. Un juge, deux anciens officiers de police et le médecin chef du poste d’hygiène de Panelas attestent qu’ils ne l’ont jamais entendu attaquer les autorités lors de ses sermons ou dans d’autres circonstances. Une attitude confirmée par le maire de Jurema où le P. Hosana a également exercé son ministère. Enfin, des religieuses du collège de Santa Teresinha de Catende certifient n’avoir jamais eu le moindre différend avec lui, quand il était aumônier de leur établissement.

58 ADG-H-P. P. Hosana de Siqueira e Silva, Carta aberta..., doc. cit., p. 1.

59 Ibid., p. 5.

60 AAMC. Protesto solene do povo de Panelas contra a violenta calunia de detracção ao poder público levantada contra o revmo snr P. Hosana de Siqueira e Silva, pàroco de Panelas, pelo prefeito José Rufino de Melo e Silva, e Sargente Hipólito de Mendonça, delegado de Policia, Panelas, le 23/08/1945.

61 Au regard du droit canon, l’objection ici formulée par le P. Hosana n’est pas recevable. En effet, l’enquête préalable, outre qu’elle est secrète, est non contradictoire. Elle est faite inscio et inaudito reo ; non informé de l’enquête qui est dirigée contre lui, l’intéressé ne peut présenter sa défense. C’est seulement si le procès criminel est ultérieurement ouvert que le prévenu pourra exiger que tous les actes de l’enquête soient soumis à la contradiction. Pour plus de précision : Naz [1948, p. 410-411].

62 ADG-H-P. Sargento Hipólito Mendonça, officier de police de Panelas, télégramme au secrétaire à la Sécurité Publique, 29/09/1945.

63 ADG-H-P. Le P Damaso, vicaire épiscopal entre octobre 1945 et mai 1946 et qui, de surcroît, est son parrain, ne cessera de lui prodiguer des conseils de modération. Ainsi cette lettre : « Je vous conseille de faire preuve de calme et de beaucoup de prudence. Ne faites pas des folies en sacrifiant votre avenir de prêtre jeune et qui peut rendre beaucoup de services à l’Église et à la Chrétienté de notre Nordeste. Attendez avec patience et humilité la décision du Supérieur auprès de qui vous en avez appelé. », P. Damaso à Hosana, 5/12/1944.

64 ADG-H-P. P. Hosana de Oliveira (sic) e o caso de Panelas, rapport du P. Damaso, vicaire capitulaire, 14/05/1946.

65 ADG-H-P. Juge Livia au P. Damaso, 17/02/1946. D’après le juge Livia, présent dans le bourg au moment des faits, le P. Hosana aurait forcé la porte de l’Église devant le refus du sacristain de lui remettre les clés, puis il a célébré la messe ; il aurait ensuite envahi le presbytère faisant fuir la vieille mère du P. Arturo qui, accompagnée du sacristain, aurait été se mettre sous la protection de la police.

66 AAMC. Copie du télégramme du P. Hosana à l’União Democrática Nacional, à Recife, s.d.

67 ADG-H-P. « Perseguição religiosa! », Jornal Pequeno, Recife, 15/02/1946.

68 ADG-H-P. Le P. Damaso, sans doute sur les instances de la mère de Hosana, en avait déjà fait l’offre à celui-ci, à la condition - catégoriquement rejetée - de signer cette déclaration d’obéissance : « Révérendissime Vicaire capitulaire, à la suite de ma demande de nomination en qualité de vicaire-économe de Quipapá, je tiens à réaffirmer ici mon entière soumission au Saint-Siège apostolique, à travers ses légitimes représentants, en m’abstenant de quelques allusions, tant publiques que privées, à rencontre de l’autorité constituée, bien décidé à ne prétendre à rien d’autre qu’à servir la Sainte Église, le bien des âmes au poste qui me sera attribué par l’Excellentissime Ordinaire diocésain ».

69 ADG-EJB. Mgr Juvêncio Brito au P. Hosana, 17-06-1946.

70 ADG-H. Dans une lettre du 14/04/1955, en réponse à une requête du P. Hosana, l’évêque dit s’être informé, notamment « à travers la lecture des documents conservés dans les archives ».

71 ADG-H. P. Hosana à Mgr Expedito, 8/04/1955.

72 ADG-H. Mgr Adalberto Sobral, évêque de Pesqueira, à Mgr Juvêncio Brito, 3/03/1939.

73 AAMC. « Parecer do Senhor bispo », Pesqueira, 4/03/1942.

74 AAMC. P. Luiz Floridi au P. Hosana, 18/04/1942.

75 ADG-H-P. P. Hosana à Mgr Juvêncio Brito, 3/06/1946.

76 AAMC. José Siqueira à Hosana, 2/01/1939.

77 L’état sanitaire des populations est particulièrement dramatique. La bilharziose, le pian, le trachome qui fait des aveugles par centaines et les verminoses sont endémiques dans la région. Cf. Iroldo Malta de Alencar, « Quipapá, 1950 », Jornal do Comercio, Recife, 18/05/1950.

78 ADG-EJB. Mgr Juvêncio Brito au Dr Caeté de Medeiros, 3/01/1947.

79 ADG-EJB. Dr Caeté de Medeiros à Mgr Juvêncio Brito, 10/01/1947.

80 AAMC. P. Hosana, Carta aberta ao Ilmo Snr Sebastião Marques de Melo, candidato da UDN ao posto de Prefeito de Panelas, 18/09/1947.

81 En 1946, lors de son mariage avec la fille d’un usinier de l’État d’Alagoas, Fernando Pessoa de Melo a profité de l’occasion pour faire aussi célébrer les mariages civil et religieux de nombre de ses ouvriers qui vivaient en concubinage. Grand bienfaiteur de l’hôpital de Quipapá, il entretient un dispensaire moderne et une salle de cinéma dans le domaine de l’usine. Enfin, c’est sur ses terres et non au bourg que les célébrations de la São João ou du Nouvel an sont les plus réussies. Données d’entretien avec Maria Hecilda Oliveira, Quipapá, 8/11/2002.

82 ADG-H-Q. José Mendes Saraiva à Mgr Juvêncio Brito, 13/08/1947. ADG-H-Q. Promotor publico au P. Hosana, 16/05/1951. On sait, par ailleurs, que le P. Hosana est un débiteur indélicat : en 1951, le juge de Palmeirina est saisi par la coopérative d’une dette de 5 000 cruzeiros que le curé n’a toujours pas soldée.

83 Pour se rendre à son sitio, il emprunte d’abord le train jusqu’à Angelim, puis l’autobus jusqu’à Palmeirina et, pour finir, poursuit à cheval jusqu’à la propriété.

84 Dr Galdino Loreto, Dr Ruy do Rego Barros, doc. cit.

85 DJHE. Instruction. Déposition de Manoel Gomes da Rosa, 14/07/1957. Selon Manoel Gomes da Rosa, Hosana ne possédait pas d’arme mais avait l’habitude d’emprunter un revolver à ses amis, lorsqu’il se rendait à sa fazenda.

86 ADG-H-PD. Lettre à Rodolfo Lamprecht, 12/03/1956. Selon Maria José Martins, pour ne pas être privée du voyage au congrès eucharistique de Rio, elle a dû signer un document dans lequel elle acceptait, à son retour, la présence dans le presbytère de Quitéria.

87 Elle séjourne notamment chez les sœurs de Notre Dame de la Charité du Bon Pasteur, à Recife puis à João Pessoa. À Belo Horizonte, elle est hébergée par les Sœurs de Saint Vincent de Paul.

88 ADG-H-PD. Lettre à Rodolfo Lamprecht, 12/03/1956.

89 ADG-H-PD. Maria José Silva à Mgr Expedito, 18/04/1956.

90 Ibid.

91 ADG-H-PD. Le 17/12/1956 le prêtre de Palmeirina lui répond de façon très évasive « je ne sais rien de sa vie intime », « il me semble que seule une intervention divine évitera les amertumes qui pourraient arriver à l’Église [...] nous devons rester sur nos gardes face au démon qui provoque tout ».

92 La monition paternelle est le premier acte de la procédure de démission forcée des curés amovibles, engagé par l’évêque s’il considère qu’il y a quelque cause de destitution. Il exhorte le prêtre à résigner sa paroisse dans un délai déterminé en lui exposant la cause qui rend nuisible ou inefficace son ministère afin que celui-ci puisse juger s’il doit obéir sans discussion ou s’il peut tenter de se justifier et d’éviter la destitution. Le code n’impose pas à l’Ordinaire l’obligation de révéler au curé les preuves qu’il a de l’existence et de la gravité de la cause alléguée.

93 Aucun document consulté dans la curie ne se réfère à d’autres procès devant le tribunal de l’officialité, depuis les origines du diocèse. Toutefois, on ne peut entièrement exclure qu’ils soient tenus secrets, comme c’est la règle. Auquel cas, seuls ceux concernant le P. Hosana auraient échappé à la confidentialité.

94 DJHE. Instruction. Trois témoins directs évoquent l’incident de la retraite dans leur déposition : le P. Pedro Magno de Godoi, (13-07-1957), Hildebrando Kruhaup, prédicateur de la retraite (18/07/1957), Adelmar da Mota Valença (30/08/1957).

95 ADG-H-Q. Début février 1956, le P. Hosana a suscité toute une série de pétitions de soutien, preuve qu’il jouit, malgré tout, d’un certain crédit et n’est pas entièrement isolé. La secrétaire de l’Apostolat de la prière atteste de ce que, pendant ses neuf ans et demi de résidence à Quipapá, il « a toujours accueilli les pauvres et a gratuitement administré les sacrements » pour ceux qui ne pouvaient rien donner. Le trésorier de l’œuvre des vocations sacerdotales, qu’il a toujours résidé dans la paroisse « profitant de un ou deux jours par semaine pour la culture et l’élevage sur ses terres, et a toujours rempli ses devoirs de curé ». L’usinier et quelques autres, qu’il a donné entière satisfaction à la chapelle de l’Usine Agua Branca, a toujours assuré assistance religieuse à la population, et que nul acte contraire à la morale chrétienne ne saurait lui être reproché.

96 ADG-EL. Mgr Lombardi, nonce apostolique, à Mgr Expedito Lopes, 22/04/1956.

97 Latae sententiae : sur le champ, par opposition a ferendae, après condamnation.

98 Selon le canon 2350 § 1 : « Ceux qui produisent un avortement, sans excepter la mère, encourent, si l’effet a été obtenu, une excommunication « latae sententiae » réservée à l’Ordinaire ; de plus s’ils sont clercs, on doit les déposer ».

99 ADG-EL. Mgr Expedito Lopes à Mgr Armando Lombardi, nonce apostolique, Garanhuns, 18/02/1957.

100 ADG-EL. Cardinal Pizzardo à Mgr Expedito, 3/04/1957.

101 « Lorsque, en violation du canon 133, un clerc cohabite avec une femme réputée suspecte ou la fréquente, l’Ordinaire le somme de renvoyer cette femme, si elle loge chez lui, ou de ne plus loger chez elle, ou de cesser de la fréquenter, c’est-à-dire de ne plus la recevoir chez lui, ou de ne plus la visiter chez elle ou en tout autre lieu. Cette monition ayant un caractère juridique doit être faite conformément au canon 2143 ; il faut, de plus, quelle soit comminatoire, c’est-à-dire qu’elle porte déclaration que, en cas de désobéissance, les peines établies par le canon 2359 seront infligées : suspens a divinis, privation des revenus de l’office, du bénéfice, de la dignité. » [Naz, 1948, p. 565].

102 Canon 2359 § 1 : « Si des clercs dans les ordres sacrés, séculiers ou religieux, sont concubinaires, après une monition inutile, qu’on les contraigne à abandonner leur liaison coupable et à réparer le scandale causé par leur suspense a divinis et la privation des fruits de leur office, de leur bénéfice, de leur dignité, en observant les canons 2176-2181. »

103 DJHE. Instruction. Déposition citée dans Amaro Lira e César, président de la Commission d’enquête, Rapport au secrétaire de l’Intérieur et de la Justice, Garanhuns.

104 DJHE. Instruction. Déposition de Antonio Atanásio de Lima Sobrinho, 15/07/1957.

105 DJHE. Instruction. Déposition de Maria de Lourdes Oliveira, résidente à Quipapá, 14/07/1957. Le P. Hosana n’est pas si mal renseigné puisque nous savons, par les archives diocésaines, que la famille Oliveira est une des informatrices de Mgr Expedito.

106 DJHE. Instruction. La scène est corroborée en termes assez proches par les dépositions de Nestor José Guilherme et Luiz Gonzaga Rocha de Oliveira, de Quipapá, 14/07/1957.

107 DJHE. Instruction. Déposition du P. Acacio Rodrigues Alves, Garanhuns, 11/07/1957.

108 Le texte de la note de la curie diocésaine, qui ne sera finalement pas diffusé, est le suivant : « La Curie diocésaine de Garanhuns, par ordre de Mgr l’évêque, fait savoir au clergé et aux fidèles que le P. Hosana de Siqueira e Silva, par suite de son insoumission contumace aux prescriptions du canon 2177, a été déclaré et considéré, par décret du 23 juin, suspens de tout usage des ordres et de tout pouvoir de juridiction jusqu’à ce qu’il accepte de se soumettre aux déterminations du Saint-Siège et répare les scandales causés par son intolérable attitude, depuis plus d’un an. Par cette si pénible communication, cette Curie veut rappeler à tous les fidèles, et surtout à ceux de la paroisse de Quipapá que, comme le P. Hosana de Siqueira e Silva est suspense a divinis, nul catholique ne pourra assister à un acte du culte ou recevoir des sacrements, si, d’aventure, il avait l’audace de célébrer ou d’administrer ce qui constituerait un grave sacrilège. La Curie recommande d’autre part que les âmes pieuses fassent de nombreuses et ferventes prières, en implorant de Notre Seigneur les grâces nécessaires afin que ce prêtre se convainque de l’obligation de se soumettre à la légitime autorité ecclésiastique ». [César, 1994, p. 85].

Table des illustrations

Légende Taiza Brito, As conlissões do Padre Hosana, 1998. Droits réservés
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/345/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 207k

© Éditions de l’IHEAL, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540