Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Meurtre au palais épiscopal

 | 
Richard Marin

Chapitre I. Le crime du Padre Hosana

Texte intégral

« Le crime sacrilège qui a bouleversé le monde1 »

Scène de meurtre entre clercs

1En ce 1er juillet de l’hiver 1957, il est environ 18 heures 30 et Garanhuns, gros bourg de l’agreste du Pernambouc, est assoupi dans la nostalgie de son ancienne splendeur caféière.

  • 2 Sauf mention contraire, la trame du récit de l’homicide, ainsi que les citations, proviennent du R (...)

2Après une brève hésitation, l’homme à la soutane noire ordonne au chauffeur de taxi de le conduire au palais épiscopal afin, lui dit-il, de « régler certaines affaires et de s’entendre avec l’évêque2 ».

  • 3 DJHE. Instruction de l’homicide de Mgr Expedito, déposition de João Raimundo da Silva, Garanhuns, (...)

3Entre chien et loup et sous une pluie fine, l’automobile emprunte alors l’avenue Santo Antonio, l’artère principale. À chacune de ses extrémités, le temple presbytérien et la cathédrale se défient. Non loin de cette dernière, la résidence du prélat est rapidement en vue. Dans l’imposante bâtisse blanche et sans grâce du début du siècle, Mgr Expedito Lopes achève de prendre son repas, préparé comme de coutume par les religieuses du collège Sainte-Sophie, avoisinant. Quand l’homme à la soutane actionne la clochette, avant même que son serviteur ait eu le temps de réagir, l’évêque descend de ses appartements, disposé à accueillir le visiteur imprévu. Il a tout juste le temps d’entrebâiller la porte donnant sur la terrasse avant de s’effondrer, abattu par trois coups de revolver Taurus, calibre 32, tirés à bout portant. Deux projectiles transpercent son poumon droit et le troisième l’atteint au bras gauche. Il conserve, toutefois, suffisamment d’énergie pour battre en retraite vers la cuisine et lancer à son employé : « João, je suis mort ; le Padre Hosana m’a tué3. »

  • 4 DJHE. Instruction de l’homicide de Mgr Expedito, déposition de Dom Bento Martins dos Santos, 12/07 (...)

4Sur ces entrefaites, le criminel – qui est bien le Padre Hosana de Siqueira, curé de Quipapá – se transporte au monastère des Bénédictins tout proche pour y chercher asile. Selon la déposition du prieur4, il fait irruption dans la bibliothèque, en ouvre « violemment la porte » et, « en sueur, pâle, les cheveux en bataille et exténué, annonce qu’il a réglé son affaire. Tous [les bénédictins présents sont] frappés de stupeur ». Ensuite, il reste un moment prostré dans la chapelle. Questionné sur le sens de ses actes, il consent à livrer, comme dans un état second : « Mgr Expedito est mort ». Hagard, tantôt assis, tantôt agenouillé, il prie, pleure, et continue à accabler l’évêque qu’il accuse d’être son persécuteur.

5Immédiatement informé du drame, José Callou, le vicaire général, est rapidement sur les lieux du douloureux spectacle. Son évêque gît dans la chapelle du palais, au pied de l’autel et murmure : « Le Padre Hosana m’a tué ; je pardonne à ce pauvre prêtre ». Ensuite, sur les instances du mourant, son vicaire général le confesse, lui donne l’absolution, lui administre l’extrême-onction et la bénédiction apostolique.

  • 5 Dans sa demande de complément d’enquête, l’avocat du P. Hosana posera, de façon provocatrice, la q (...)
  • 6 « Dom Expedito morreu as 2 e 15 de hoje », Diário de Pernambuco, 2/07/57.

6Un lit est installé dans la chapelle, on y étend le prélat, ainsi convoyé vers l’hôpital Dom Moura, du nom du premier évêque du diocèse. Là, malgré le dévouement du chirurgien Otoniel Gueiros, dont la presse se plaît à relever qu’il est aussi pasteur protestant, et le vain recours à plusieurs transfusions, Mgr Expedito s’éteint à 2 h 15 du matin, des suites de ses blessures. Nul doute que les graves carences hospitalières locales comme l’état précaire des communications avec Recife, la capitale de l’État distante de 230 kilomètres, ont hâté sa fin5. Quelques minutes après le décès, un télégramme du correspondant local du Diário de Pernambuco, adressé à sa rédaction à Recife, évoque une population en état de choc et en pleurs, nombreuse à errer encore à des heures tardives dans les rues de la ville6.

  • 7 Correntes, la commune de naissance du P. Hosana a, elle aussi, décrété un deuil de trois jours et, (...)
  • 8 Garanhuns, station d’altitude, peut atteindre des minimas de 10°, en juillet, au cœur de l’hiver.
  • 9 « 30 000 pessoas desfilaram, ontem diante do esquife mortuario », Diário de Pernambuco, 3/07/1957. (...)

7Dans la matinée, alors que la municipalité a décrété un deuil officiel de trois jours7, une chapelle ardente est dressée dans le palais épiscopal. Vers 20 heures, le défunt est transféré à la cathédrale Santo Antonio où, pendant toute la nuit, se poursuivra le « pèlerinage silencieux ». Selon la presse, malgré le froid et la pluie8, entre trente et cinquante mille personnes9 – « jeunes et vieux, hommes, femmes et enfants » – parfois venus de loin par autobus spéciaux, se sont agenouillés et recueillis devant la dépouille, parée de l’aube, de l’étole, de la chasuble, de la mitre et de la crosse.

  • 10 DJHE. Instruction. Déposition du chauffeur, José Firmino de Oliveira Filho, 2/07/1957.

8Parallèlement, Francisco Figueira, le maire de Garanhuns, rentré précipitamment par avion de Recife, a pris les affaires en main en l’absence du commissaire de police. Il se rend au monastère des Bénédictins, notifie son arrestation au P. Hosana et récupère des mains du prieur l’arme du crime. Dans l’après-midi, pour des raisons de sécurité, il décide de faire conduire le criminel à Recife, en automobile, en l’affublant d’une cape et d’un chapeau10.

9Au passage, il n’est pas sans intérêt de relever la paralysie de la machine policière locale, totalement inopérante depuis l’homicide. Ce flottement s’éclaire mieux quand on sait que les autorités religieuses – les bénédictins mais aussi l’archevêque de Olinda-Recife, rapidement sur les lieux – ont, dans un premier temps, choisi de taire le refuge du P. Hosana, de crainte qu’il ne soit lynché par la foule, dans la prison de la ville.

  • 11 Le gouverneur de l’État, le colonel Oswaldo Cordeiro de Farias, était alors retenu à Rio.

10Le lendemain, 3 juillet, de 8 heures à 10 h30, les obsèques solennelles sont célébrées dans la cathédrale de Garanhuns. Dans un grand concours de foule et en présence d’une forte représentation des autorités religieuses et civiles, les cloches des églises sonnent à toute volée. Otávio Correia de Araújo, le vice-gouverneur du Pernambouc11, a tenu à être présent et cinq évêques ont pris part à la cérémonie : Mgrs Paulo Hipólito de Souza Libório (Caruarú), Adelmo Machado (Maceió), João de Souza Lima (Nazaré), Moisés Ferreira Coelho (João Pessoa) et Antônio de Almeida Morais Júnior, l’archevêque métropolitain de Olinda-Recife, présenté comme le grand ordonnateur des funérailles.

11Assisté de l’évêque de Caruaru, le vicaire capitulaire de Garanhuns célèbre la messe pontificale de requiem, accompagnée par les chants grégoriens de la Schola Cantorum. Puis Mgr Expedito est inhumé dans la nef latérale droite de la cathédrale, face à l’autel de saint Joseph, aux côtés de Mgrs José Tavares de Moura, José Paiva et Juvêncio de Brito, trois de ses prédécesseurs à la tête du diocèse. Après l’office, pendant quelques minutes, la distribution d’images du défunt provoque des bousculades dans la foule.

  • 12 Ronildo Maia Leite, « Altas autoridades eclesiasticas et civis assistiram as cerimonias », Diário (...)

12Puis, rapporte le correspondant du Diário de Pernambuco, la cité, dont les commerces ont tous baissé leur rideau, retombe « dans un profond silence, [avec] ses principales artères couvertes de rubans noirs et les fenêtres des résidences de rideaux de deuil12 ».

Un retentissement national

  • 13 « Cena de sangue entre dois representantes do clero » barre la une du Correio do povo, le 2/07/195 (...)

13C’est peu dire que cette « scène sanglante entre deux représentants du clergé13 », comme la qualifie le Correio do povo, a eu un extraordinaire retentissement dans le pays. Elle a mobilisé la presse régionale et nationale en cristallisant tous les ingrédients du fait divers d’exception, scandaleux à souhait, dans « le pays le plus catholique du monde ».

  • 14 La région Nordeste est formée des neuf états suivants : Maranhão, Piauí, Ceará, Rio Grande do Nort (...)
  • 15 CNBB : Conferência Nacionaldos Bispos do Brasil.

14Toutefois, si l’opinion brésilienne s’intéresse davantage que par le passé à la « région problème » du Nordeste14, il n’est pas douteux que les répercussions de l’affaire eussent été bien supérieures avec Rio de Janeiro ou São Paulo pour théâtre. D’ailleurs, on ne peut manquer de relever l’absence aux obsèques des principales personnalités de l’Église nationale ou d’une représentation de la Conférence épiscopale (CNBB15).

  • 16 « Crime sacrilégio que abalou o mundo », A Defesa, Caruarú, 6/07/1957.
  • 17 Par exemple : « Garanhuns foi o palco de uma tragédia que abalou o pafs e o mundo », O Cruzeiro, R (...)
  • 18 Luiz Célio de Sousa, « Repercussão do assassinato de Dom Expedito Lopes », Diário de Pernambuco, 1 (...)

15En titrant avec emphase « Un crime sacrilège qui a bouleversé le monde16 », A Defesa de Caruaru n’était pas loin de traduire l’opinion de l’ensemble de la presse. Au demeurant, au prix d’une extraordinaire surestimation des faits – ou bien n’était-ce que recherche du sensationnalisme journalistique ? – l’idée selon laquelle le monde entier avait les yeux fixés sur Garanhuns se retrouvait dans le titre ou le contenu de nombreux articles17. Il est vrai, et certains journaux ne manquèrent pas de le souligner, qu’il n’existait en tout et pour tout, dans les annales des deux siècles écoulés, que deux affaires identiques au « crime du P. Hosana18 ».

16La première, exactement un siècle auparavant, avait eu pour victime l’archevêque de Paris, Mgr Sibour, poignardé le 3 janvier 1857 dans l’église Saint-Étienne-du-Mont par l’abbé Jean-Louis Verger, un déséquilibré hostile au nouveau dogme de l’Immaculée Conception qui sera finalement condamné à la peine capitale. Si la mort de Mgr Sibour eut infiniment moins d’écho que celle de Mgr Affre, son prédécesseur tué en s’interposant lors des émeutes de juin 1848, il n’en passa pas moins à la postérité par le biais de la plume vengeresse de Victor Hugo qui ne lui pardonnait pas d’avoir appuyé le coup d’État de « Napoléon le petit ». Dans Les Châtiments, il est cité treize fois comme « Sibour Iscariote » et un poème particulièrement caustique : « Le Te Deum du 1er janvier 1852 », lui est même consacré.

17La seconde affaire s’était déroulée à Madrid, le 18 avril 1886, dimanche des Rameaux. Ce jour-là, l’abbé Cayetano Galeote y Cotilla, violent, imprévisible et interdit de ministère en raison de ses excentricités, avait abattu à coups de revolver Mgr Narciso Martínez Izquierdo, l’évêque de Madrid-Alcalá, sous le porche de la cathédrale San Isidro, alors qu’il s’apprêtait à célébrer la messe. Sa condamnation à mort fut finalement commuée en internement dans un asile d’aliénés. Luis Simarro Lacabra, un des plus grands neuropsychiatres de son temps, influencé par les travaux de Charcot et futur grand maître de la maçonnerie, était intervenu à titre d’expert dans le procès.

Le saint et l’assassin

« La mort triomphale d’un prince de l’Église19 »

  • 19 Titre repris de Eustaquio de Queiroz, « Morte triunfal de um príncipe da Igreja », Jornal do Comer (...)

18Dans l’extraordinaire tintamarre médiatique qui entoure l’affaire, le discours catholique et clérical – entendu au sens large comme celui produit par les clercs, les intellectuels et journalistes catholiques conservateurs – occupe le devant de la scène autour des mêmes évocations réitérées de la mort de Mgr Expedito.

  • 20 « Je suis le bon pasteur ; le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis. » (Jean, chap. 10 h 11) Bi (...)

19Le malheureux évêque, au fil d’une agonie de près de huit heures, pieusement rapportée par les nombreux prêtres et religieux qui accompagnèrent sa fin, a fourni le modèle achevé du Bon Pasteur, tel que l’évoquent Ezéchiel et Jean20, de la bonne mort chrétienne et de l’imitation du Christ. Cet exemplum, élaboré par les clercs à des fins d’édification, servira de matrice à l’essentiel de la prose journalistique sur le sujet. La découverte, quelques heures après le décès, sur la table de travail de l’infortuné, d’un testament rédigé de sa main, non daté et signé et qui exprime une foi profonde et un souci de dépouillement, ajoute aux vertus de sa mort. En voici l’intégralité :

« Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, je déclare être né pauvre, avoir toujours vécu pauvrement et j’espère mourir encore plus pauvre, je n’ai aucun bien à léguer. Tout ce qui est à mon nom appartient au diocèse, à l’exception de quelques menus objets, dont la destination sera indiquée ci-dessous et de mes livres qui devront être versés à la bibliothèque du Séminaire de Notre-Dame Médiatrice de Oeiras. D’ores et déjà, j’accepte avec le plus complet et absolu esprit filial de soumission la mort que Notre Seigneur m’aura désignée, j’offre ma vie pour la plus grande gloire de Dieu et pour le salut des âmes. »

20Au verso du document, il est écrit :

  • 21 DJHE. Instruction. Déposition du P. Tarcisio Falcão, secrétaire de l’évêché, 12/07/1957. Le docume (...)

« 1) La croix pectorale qui m’a été offerte par la paroisse de Santana Licânia, tout comme l’anneau offert par le séminaire de Sobral, devront leur être restitués, en mémoire de leur premier évêque.
2) La croix pectorale ordinaire, l’anneau et la crosse devront être remis au Musée diocésain de Oeiras, avec les mitres qui m’ont été offertes par la municipalité de cette ville.
3) Que soient remis à papa [sic] et à mes frères l’image de Notre-Dame de Fatima, rapportée de Fatima, ma montre à gousset, mes deux rosaires comme mon crucifix.
4) L’argent qui reste dans le coffre correspond aux divers soldes des livres de comptes courants, le reste appartient à l’œuvre des Vocations sacerdotales.
5) Dans l’espoir que je mourrai sans argent, sans dettes et sans péchés je n’ai rien d’autre à demander sinon que Notre Seigneur nous donne de saints prêtres21. »

  • 22 Osiris Caldas, « Satanaz de batina », Jornaldo Comercio, 19/07/1957.
  • 23 Nilo Pereira, « Não julguem a Igreja pelo pecador », Diário da Noite, 2/07/1957.
  • 24 Melchiades Montenegro, « Ela é indestrutivel », Jornal do Comercio, 7/07/1957.
  • 25 Dom Expedito viveu e morreu imitando Cristo », Diário de Pernambuco, 7/07/1957.
  • 26 Cônego Eustaquio de Queiroz, « Morte triunfal de um príncipe da Igreja », Jornal do Comercio, 23/0 (...)

21Compte tenu de la figure du meurtrier, ce « satan en soutane22 » que la presse cloue au pilori, et du parfum de scandale qui l’entoure, la mort de Mgr Expedito fournit à l’Église le moyen de faire pièce au discours anticlérical. En exaltant la gloire du Bon Pasteur et du martyr, mort pauvre sur l’autel de la discipline ecclésiastique, qui a redit sa volonté de s’en remettre à Dieu, de pardonner au criminel et d’offrir le sacrifice de sa vie pour la félicité de son diocèse et pour la conversion du prêtre homicide, l’institution peut serrer les rangs et porter haut la bannière de la sainte Église, selon les formes du discours apologétique qui est alors de mise. Quelques titres à la une, parmi d’autres, rendent bien cet état d’esprit offensif : « Ne jugez pas l’Église par le pécheur23 », « Elle est indestructible24 », « Mgr Expedito a vécu et est mort en imitant le Christ25 » ou encore, « Mort triomphale d’un prince de l’Église26 ».

22Dans les heures qui suivent les obsèques, la note distribuée par le diocèse contient déjà l’essentiel de la rhétorique hagiographique sur Mgr Expedito.

  • 27 En mai 1872, Mgr Frei Vital Maria Gonçalves de Oliveira, évêque de Olinda, interdit dans son diocè (...)
  • 28 João Tavares de Moura (1919-1928), Manoel Antônio de Paiva (1929-1937), Mário de Miranda Villas-Bo (...)
  • 29 « Nota da Igreja », Correio dopovo, 4/07/1957.

« Ce 2 juillet – peut-on y lire – est un grand jour pour l’histoire de l’Église en Pernambouc. Aux côtés de Mgr Vital27, un autre évêque martyr, Mgr Expedito Lopes, 5e évêque de Garanhuns28, prend place dans la glorieuse galerie de notre histoire ecclésiastique. Martyr atteint par trois balles en son palais épiscopal. Il est martyr dans l’accomplissement du plus sacro-saint de ses devoirs, celui qui consiste à défendre contre les loups voraces son troupeau, le troupeau du Christ que l’Église lui a confié. Contre un loup revêtu d’une peau de brebis, et qu’importe que la dite peau soit une soutane noire.
Mgr Expedito, tombé victime de son devoir pastoral, s’installe, glorieux, pour l’immortalité comme le paladin de la discipline ecclésiastique, le champion de la dignité sacerdotale, le courageux défenseur du droit des âmes. Le cinquième évêque de Garanhuns est mort en pardonnant. Comme le Christ sur la croix, il a pardonné à son bourreau. Et il a prié pour lui. Et il l’a recommandé aux prières des fidèles. Mais il est mort pour sauver les âmes qui lui étaient confiées. Pour libérer les fidèles de Quipapá d’un faux pasteur, d’un loup avec des habits d’agneau. Mgr Expedito, le véritable pasteur, celui « dont les brebis ont entendu la voix », qui a donné sa vie pour son troupeau.
« Le bon pasteur donne la vie pour ses brebis », dit Jésus-Christ dans le saint évangile. Et Mgr Francisco Expedito Lopes, la poitrine criblée de balles assassines, comme le Christ cloué sur la Croix, est pour nous, dans ces moments douloureux, le symbole le plus parfait du Bon Pasteur, versant son sang pour les brebis qui lui ont été confiées.
Le 5e évêque de Garanhuns n’a pas hésité. Il n’a pas pris peur face aux sombres précédents de ce prêtre révolté. Il n’a pas été intimidé par son caractère violent et prêt à tout. Il a été impassible dans l’accomplissement de sa charge pastorale. Et il a défendu, au prix de son sang, les droits sacro-saints de l’Église, avilie par l’administrateur infidèle.
En cette heure de consternation, l’Église de Pernambouc se couvre de la gloire la plus pure29. »

23Quant à Antonio de Almeida Morais, l’archevêque de Olinda-Recife, réputé grand orateur sacré, il choisit de développer l’allégorie du calvaire. Dans la mort de l’évêque de Garanhuns, souligne-t-il,

  • 30 Dom Antonio de Almeida Morais Junior, « Dom Expedito », Jornal do Comercio, 10/07/1957.

« Se projette de façon magnifique l’image du Divin Crucifié. Le Calvaire était là, dans cet hôpital de Garanhuns, Crucifié, sur la Croix, O Maître Divin il n’a pas eu la moindre récrimination, il n’a pas prononcé une seule parole d’amertume, il n’a pas fait la moindre référence à la triste personne du traître, il n’a pas formulé une seule plainte à l’égard des bourreaux [...] ses yeux divins, ses lèvres douloureuses cherchaient ceux qui le martyrisaient seulement pour le pardon et la miséricorde30 ! »

  • 31 Cônego Eustaquio de Queiroz, « Morte triunfal de um príncipe da Igreja », Jornal do Comercio, 23/0 (...)
  • 32 Maria Goretti, née près d’Ancône dans une humble famille paysanne, a été poignardée par un jeune v (...)

24De son côté, le chanoine Eustaquio de Queiroz, pour qui la « mort triomphale » de son évêque fut aussi « le triomphe du Christ31 », perçoit bien des similitudes avec la mort héroïque de sainte Maria Goretti, en 1902, à l’âge de douze ans, en refusant de céder à son violeur auquel elle finit par accorder son pardon32.

25Quant au P Adelmar da Mota Valença, témoin des derniers moments de son supérieur, il publie, à la demande du directeur de O Monitor, l’hebdomadaire catholique de Garanhuns, un récit assimilant la fin tragique du prélat à rien de moins qu’à la Cène :

« Onze prêtres l’entouraient sur son lit de mort. Ensemble, ils lui donnèrent l’absolution qu’il demandait. Cette chambre d’hôpital, en ces heures inoubliables, ressemblait au Cénacle, la nuit du vendredi saint, après que Judas en fut sorti. Jésus entouré de onze apôtres. Onze prêtres penchés sur Mgr Expedito, à sentir l’influence impérissable de ce saint héroïque, de cet héroïsme saint. Absorbé par la dimension sublime de ce spectacle inoubliable, ils priaient davantage avec le cœur qu’avec les lèvres. Émus comme ils l’auraient été dans un Pontifical solennel. Et c’était réellement une grande Messe ! Le lit était l’autel ; la victime, l’évêque aimé qui s’offrait à Dieu. « J’offre le sacrifice de ma vie, pour le Diocèse, pour le Clergé et pour les séminaristes » dit-il en toute lucidité, quinze minutes avant de mourir. »

Le P. Hosana en agresseur agressé

  • 33 Les gros titres des journaux mettent volontiers l’accent sur cette dimension sensationnaliste et c (...)
  • 34 Bien évidemment, les titres de la Bonne Presse – Tribuna de Recife ou Monitor de Garanhuns – ne fo (...)

26Toutefois, cette rhétorique édifiante est très vite soumise à une concurrence redoutable : celle du criminel en personne. Avec une rare détermination, un non moins indéniable talent et sans le moindre repentir apparent33, le P Hosana parvient à se projeter sur la scène publique et contre-attaque sans ménagement. Il entend se soustraire au statut d’assassin qu’on lui assigne pour accéder à celui de victime. Traqué par journalistes et photographes, il multiplie les entretiens et fait la une des journaux. Conservateurs, pour la plupart et naturellement proches de l’Église, ils lui ouvrent toutefois largement leurs colonnes34, ainsi assurés d’augmenter leur tirage, au grand dam de la hiérarchie catholique !

  • 35 En tant que ministre du culte, le P. Hosana se voit reconnu par le code de procédure pénale, entré (...)
  • 36 « Padre Hosana alega ter sido agredido pelo bispo de Garanhuns », Diário da Noite, 4/04/1957.

27Le 3 juillet, le jour même des funérailles de Mgr Expedito, dans son logement-prison de la caserne du Derby, à Recife, privilège de sa condition d’ecclésiastique35, le P. Hosana accorde un premier et long entretien au Diário da Noite. Il est significativement titré « Le P. Hosana déclare avoir été agressé par l’évêque de Garanhuns36 ».

28Entouré de « ses livres religieux, dont le bréviaire qu’il continue à lire tous les jours », il reçoit le journaliste avec un art consommé des relations publiques. En guise de préalable à l’entretien, il dicte un texte de combat et d’autojustification, au style ampoulé, que le quotidien doit s’engager à publier. Adressé à ses « nobles et très chers paroissiens de Quipapá, le document s’en prend aux calomniateurs mais aussi à « l’arbitraire [de l’évêque] qui n’a pas su respecter, qui n’a su que blesser et injurier dans le but de détruire la dignité d’un homme qui est aussi un prêtre ».

29Le Jornal do Comercio, accusé d’avoir diffusé des contrevérités à l’instigation du frère de Mgr Expedito, « malveillant et sans cœur », n’est pas davantage épargné. Quant à son geste criminel, le P. Hosana le justifie par cette sentence, qu’il se plaira souvent à répéter : « là où cesse la force du Droit commence le Droit de la force ». En guise de réponse aux questions dérangeantes, il oppose invariablement un « Dieu seul le sait », se dit convaincu de réintégrer bientôt sa paroisse et met l’accent sur son statut de victime : « J’ai confiance en Dieu. J’ai beaucoup souffert. J’ai supporté ce qu’aucun chrétien ne supporterait. On n’a pas été charitable à mon égard ».

  • 37 ADG-H. Au bas du texte dactylographié de deux pages, on lit : « Droits réservés. Prière de dénonce (...)

30Enfin, il remet au Diário, qui en publie immédiatement des extraits, une lettre qu’il avait adressée le 26 juin à Mgr Expedito, en réaction à la suspense dont il venait de faire l’objet. Par la suite, ce texte est inséré dans une « Lettre ouverte à mes très chers paroissiens de Quipapá, à mes amis et à ceux qui ont le respect de la vérité, afin d’éclairer leur conscience sur les douloureux et tragiques événements du diocèse de Garanhuns qui ont concerné deux dignitaires de l’Église de Dieu, un prêtre et un évêque », dactylographiée et datée du 17 juillet37. Dans cette missive d’une rare violence et au ton pamphlétaire, dans laquelle le P. Hosana expose son point de vue sur ses différends avec Mgr Expedito, on est bien loin des relations d’ordinaire entretenues entre un prêtre et son évêque.

  • 38 « Repulsa de advogados à causa do Padre Hosana », Diário da Noite, 03/05/1957.
  • 39 « Fará a defesa do Padre Hosana o Doutor Juarez Vieira da Cunha », Correio dopovo, 6/07/1957.

31Cette stratégie de communication de l’inculpé ne tarde pas à porter ses premiers fruits. Après le refus catégorique du grand criminaliste, José de Brito Alves, d’assurer sa défense, « au nom de ses sentiments catholiques38 », il obtient sur le champ le concours de Maître Juarez Vieira da Cunha qui s’empresse de proclamer : « Je suis [aussi] catholique et, comme criminaliste, en acceptant cette cause, j’accomplirai non seulement mon devoir professionnel mais aussi un devoir de conscience39. »

32Le 9 juillet, le Jornal do Comercio publie en bonne place une « Pétition de Quipapá en faveur du P. Hosana Siqueira », « signée par 166 personnes », présentées comme « adeptes de diverses religions et membres de différentes institutions ». Après avoir vivement déploré l’assassinat d’« un des plus dignes, des plus pieux et des plus brillants évêques » et condamné le geste de « folie » du prêtre, la pétition en appelle au pardon. Les signataires, en prenant la défense du P. Hosana, réfutent, une à une, les accusations de la presse.

  • 40 « Abaixo-assinado de Quipapá em favor do Padre Hosana Siqueira », Jornal do Comercio, 9/07/1957.

« Nous ne faisons qu’accomplir notre devoir en déclarant que nul ministre de Dieu, dans cette paroisse, n’a su mieux respecter les foyers de ses paroissiens et faire honneur comme prêtre vertueux aux familles de Quipapá. Nous serions coupables d’omission [...] si, en cette heure, nous taisions la voix indomptable de notre conscience en ne démentant pas les calomnies et les infamies imputées à un prêtre qui a vécu onze ans parmi nous, toujours attentif et loyal dans ses attitudes.
Jamais le Padre Hosana n’a revêtu des vêtements profanes et il n’a pas davantage parcouru les routes de ce municipe en automobile, accompagné de la moindre femme. Nulle part dans cette terre il n’a exhibé une arme interdite et agressé quiconque.
Traitant tout le monde avec générosité, il se montrait même humble dans sa manière de parler. Certes, lorsque des personnes qui ne l’aimaient pas le provoquaient ou l’insultaient, il répliquait à l’agression mais en des termes toujours compatibles avec le ministère qu’il exerçait.
En accomplissant ainsi notre devoir, en ces heures tragiques, nous ne serons pas de ceux qui jetteront la pierre au malheureux prêtre. Nous nous contentons d’imiter le geste magnifique et sublime de la victime sacrée qui, à l’heure ultime, sut avec tant de sainteté et de piété lui accorder le pardon pour l’acte insensé qu’il venait de pratiquer40. »

33À plusieurs reprises, les chroniqueurs montés en première ligne pour la défense de l’Église catholique mise en difficulté, se font écho du développement d’un courant de sympathie en faveur du P. Hosana, sur fond d’anticléricalisme.

  • 41 Melchiades Montenegro, « Repasto de Abutres », Jornal do Comercio, 14/07/1957.

34Dans « Festin de vautours41 » paru dans le Jornal do Comercio, le chroniqueur catholique Melchiades Montenegro, moins de deux semaines après les événements tragiques, relate avec consternation les « manifestations de solidarité reçues par l’assassin de Mgr Expedito ». À ses yeux, le crime n’est qu’un des éléments du vaste complot dont la « formidable vague de haine [qui] entoure les autorités ecclésiastiques au Brésil » constitue le terreau.

35La semaine suivante, le même chroniqueur commente l’information selon laquelle certains membres de la bourgeoisie libérale de Recife – médecins, dentistes et ingénieurs – se seraient rendus à la prison afin de témoigner leur solidarité au P. Hosana. Un démenti officiel du directeur de la maison d’arrêt a beau le rassurer, le fait qu’ait pu courir une telle rumeur n’est pas dénué de sens.

36Aussi n’est-il guère surprenant de voir Gilberto Freyre, figure de proue de l’intelligentsia conservatrice locale, intervenir dans le débat. S’en prendre, comme le fait l’illustre sociologue, aux « anticatholiques », incarnation de l’anti-nation, n’est-ce pas aussi une manière de reconnaître qu’ils ne sont pas inactifs et pèsent dans le débat, même si les colonnes de la presse leur sont obstinément fermées ? Comme il l’écrit dans le Diário de Pernambuco,

  • 42 Gilberto Freyre, « A propósito Da Igreja e dos seus Padres », Diário de Pernambuco, 21/07/1957.

« Tout anticatholique est un antibrésilien. Tout individu qui, au Brésil, jette des pierres sur l’Église, jette des pierres sur sa propre maison, celle où il est né et qui l’abrite. Une des manières d’être de l’individu anticatholique est d’être anticlérical. Il se sert du crime, de l’indignité ou de la perversité pratiqués par le plus petit des prêtres pour dire du mal du plus grand – c’est-à-dire du Pape ; et pas seulement du Pape mais du clergé tout entier duquel le Pape est, d’une certaine manière, le Père ; et de l’Église tout entière dont le Pontife est le chef, également paternel42. »

37Moins d’un mois après l’épisode tragique de Garanhuns, le Jornal do Comercio reprend le billet de Lenildo Tabosa Pessôa, journaliste catholique conservateur de renom. À sa manière, lui aussi retrace la rapide évolution d’une partie de l’opinion :

  • 43 Lenildo Tabosa Pessôa, « A força do direito », Jornal do Comercio, 27/07/1957.

« Dans les heures qui suivirent le crime, le misérable prêtre qui le perpétra n’était qu’un homme à la vie notoirement déréglée, suspendu des ordres en vertu de sa conduite répréhensible par le zélé évêque de Garanhuns ; quelques jours plus tard, c’était déjà un pauvre psychopathe ; plus récemment, c’était un prêtre vertueux qui avait su, comme nul autre, respecter les foyers de sa paroisse et faire honneur aux familles de Quipapá. Au train où vont les choses, nous ne devrions pas tarder à voir comparaître devant la Justice un prêtre pacifique qui s’est contenté de faire face aux attaques d’un évêque agressif et irascible43. »

Transfert du P. Hosana en septembre 1957. © Diário de Pernambuco. Droits réservés.

38Après ce rapide éclairage sur le drame et son retentissement immédiat, poursuivons notre enquête pour tenter d’en démêler les fils. Portons maintenant notre regard vers la victime, Mgr Expedito Lopes, mû par un double souci : certes, comprendre l’enchaînement qui a conduit au dénouement tragique mais, au-delà, à travers l’itinéraire du prélat, s’ouvrir une voie d’accès à l’Église qu’il incarne et à la société nordestine des années 1950.

Notes

1 « Crime sacrilégio que abalou o mundo » est le titre d’un article paru dans A Defesa, de Caruaru, le 6/07/1957.

2 Sauf mention contraire, la trame du récit de l’homicide, ainsi que les citations, proviennent du Relatorio ao Dr Secretario do Interior e Justiça, Garanhuns, 22/07/1957. Ce rapport de quinze pages, rédigé par le juge Lira e César, président de la commission d’enquête, est intégralement publié par le Jornaldo Comercio, 23/07/1957, sous le titre « Encerrado o inquérito sôbre a morte de Dom Expedito ».

3 DJHE. Instruction de l’homicide de Mgr Expedito, déposition de João Raimundo da Silva, Garanhuns, 11/07/1957.

4 DJHE. Instruction de l’homicide de Mgr Expedito, déposition de Dom Bento Martins dos Santos, 12/07/1957.

5 Dans sa demande de complément d’enquête, l’avocat du P. Hosana posera, de façon provocatrice, la question suivante : « Qui a tué Mgr Expedito ? Le P. Hosana de Siqueira ? Ou la ville de Garanhuns, qui n’a pas d’hôpital digne de ce nom ? ». Cf. « Ha motivos que aconselham o desaforamento do processo », Diário de Pernambuco, 15/08/1957.

6 « Dom Expedito morreu as 2 e 15 de hoje », Diário de Pernambuco, 2/07/57.

7 Correntes, la commune de naissance du P. Hosana a, elle aussi, décrété un deuil de trois jours et, dans sa séance du 2 juillet, l’assemblée législative du Pernambouc a adopté une motion de condoléances transmise à l’archevêque de Olinda-Recife.

8 Garanhuns, station d’altitude, peut atteindre des minimas de 10°, en juillet, au cœur de l’hiver.

9 « 30 000 pessoas desfilaram, ontem diante do esquife mortuario », Diário de Pernambuco, 3/07/1957. Le lendemain, le même quotidien fait cette fois état de 50 000 personnes qui se sont recueillies devant la chambre ardente [« Altas autoridades eclesiásticas e civis assistiram as cerimonias »].

10 DJHE. Instruction. Déposition du chauffeur, José Firmino de Oliveira Filho, 2/07/1957.

11 Le gouverneur de l’État, le colonel Oswaldo Cordeiro de Farias, était alors retenu à Rio.

12 Ronildo Maia Leite, « Altas autoridades eclesiasticas et civis assistiram as cerimonias », Diário de Pernambuco, 4/07/1957.

13 « Cena de sangue entre dois representantes do clero » barre la une du Correio do povo, le 2/07/1957.

14 La région Nordeste est formée des neuf états suivants : Maranhão, Piauí, Ceará, Rio Grande do Norte, Paraíba, Pernambuco, Alagoas, Sergipe et Bahia.

15 CNBB : Conferência Nacionaldos Bispos do Brasil.

16 « Crime sacrilégio que abalou o mundo », A Defesa, Caruarú, 6/07/1957.

17 Par exemple : « Garanhuns foi o palco de uma tragédia que abalou o pafs e o mundo », O Cruzeiro, Rio de Janeiro, 20/07/1957.

18 Luiz Célio de Sousa, « Repercussão do assassinato de Dom Expedito Lopes », Diário de Pernambuco, 16/07/1957.

19 Titre repris de Eustaquio de Queiroz, « Morte triunfal de um príncipe da Igreja », Jornal do Comercio, 23/07/1957.

20 « Je suis le bon pasteur ; le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis. » (Jean, chap. 10 h 11) Bible de Jérusalem. « Et vous, mes brebis, vous êtes le troupeau que je fais paître, et moi, je suis votre Dieu, oracle du Seigneur Yahvé. » (Ezéchiel, chap. 34, p. 31), Bible de Jérusalem.

21 DJHE. Instruction. Déposition du P. Tarcisio Falcão, secrétaire de l’évêché, 12/07/1957. Le document testamentaire y est annexé.

22 Osiris Caldas, « Satanaz de batina », Jornaldo Comercio, 19/07/1957.

23 Nilo Pereira, « Não julguem a Igreja pelo pecador », Diário da Noite, 2/07/1957.

24 Melchiades Montenegro, « Ela é indestrutivel », Jornal do Comercio, 7/07/1957.

25 Dom Expedito viveu e morreu imitando Cristo », Diário de Pernambuco, 7/07/1957.

26 Cônego Eustaquio de Queiroz, « Morte triunfal de um príncipe da Igreja », Jornal do Comercio, 23/07/1957.

27 En mai 1872, Mgr Frei Vital Maria Gonçalves de Oliveira, évêque de Olinda, interdit dans son diocèse les messes festives organisées par les francs-maçons et dissout leurs confréries qui tenaient séance dans les églises. Cette prise de position particulièrement ferme le met au centre de la crise dite de la « question religieuse », le premier conflit sérieux entre l’Église et l’État brésilien. Son emprisonnement par l’Empire et les répercussions internationales qui l’accompagnèrent lui ont valu dans la mémoire d’Église l’auréole d’un martyr de la fidélité à Rome et celle d’un grand résistant au pouvoir séculier (voir chapitre V : « Une figure sans usage... »).

28 João Tavares de Moura (1919-1928), Manoel Antônio de Paiva (1929-1937), Mário de Miranda Villas-Boas (1938-1944) et Juvêncio Brito (1945-1953) ont précédé Francisco Expedito Lopes sur le siège épiscopal de Garanhuns.

29 « Nota da Igreja », Correio dopovo, 4/07/1957.

30 Dom Antonio de Almeida Morais Junior, « Dom Expedito », Jornal do Comercio, 10/07/1957.

31 Cônego Eustaquio de Queiroz, « Morte triunfal de um príncipe da Igreja », Jornal do Comercio, 23/07/1957.

32 Maria Goretti, née près d’Ancône dans une humble famille paysanne, a été poignardée par un jeune voisin, Alessandro Serenelli, à qui elle refusait de céder et à qui elle pardonne publiquement avant de mourir. Condamné aux travaux forcés, celui-ci se convertit et devient un prisonnier modèle. Gracié en 1929, il termine sa vie comme jardinier dans un couvent de capucins. Maria, béatifiée par Pie XII en présence de sa mère et de son bourreau, fut canonisée le 26 juin 1950.

33 Les gros titres des journaux mettent volontiers l’accent sur cette dimension sensationnaliste et choquante : « O Padre Hosana chorou mas não de remorso ou arrependimento » Diário da Noite, 4/07/1957 ; « Pe Hosana Siqueira dormiu profundamente como um justo », Jornal do Comercio, 4/07/1957 ; « Padre Hosana comia e dormia muito bem », Jornal do Comercio, 13/08/1957, etc.

34 Bien évidemment, les titres de la Bonne Presse – Tribuna de Recife ou Monitor de Garanhuns – ne font pas de même.

35 En tant que ministre du culte, le P. Hosana se voit reconnu par le code de procédure pénale, entré en application en 1942, le droit à un régime spécial de détention, avant son jugement définitif. En principe, ce droit inclut un logement digne, distinct de celui des droits communs, une alimentation différente, des possibilités de loisir, l’usage de vêtements personnels, l’assistance sans restriction de son avocat, la liberté de recevoir la visite de parents et d’amis, de correspondre, le droit à l’assistance de son médecin personnel, etc.

36 « Padre Hosana alega ter sido agredido pelo bispo de Garanhuns », Diário da Noite, 4/04/1957.

37 ADG-H. Au bas du texte dactylographié de deux pages, on lit : « Droits réservés. Prière de dénoncer à l’autorité policière quiconque vendrait cette lettre à plus de 2 réaux ».

38 « Repulsa de advogados à causa do Padre Hosana », Diário da Noite, 03/05/1957.

39 « Fará a defesa do Padre Hosana o Doutor Juarez Vieira da Cunha », Correio dopovo, 6/07/1957.

40 « Abaixo-assinado de Quipapá em favor do Padre Hosana Siqueira », Jornal do Comercio, 9/07/1957.

41 Melchiades Montenegro, « Repasto de Abutres », Jornal do Comercio, 14/07/1957.

42 Gilberto Freyre, « A propósito Da Igreja e dos seus Padres », Diário de Pernambuco, 21/07/1957.

43 Lenildo Tabosa Pessôa, « A força do direito », Jornal do Comercio, 27/07/1957.

Table des illustrations

Légende Transfert du P. Hosana en septembre 1957. © Diário de Pernambuco. Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/343/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

© Éditions de l’IHEAL, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540