Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trajectoires féminines et mobilisation d’exilées à Bogotá

 | 
Marjorie Gerbier-Aublanc

Chapitre 3. Démocratie à la maison et sur la place publique : une approche empirique de la reconnaissance

Texte intégral

1Le déplacement forcé, le changement de contexte de vie et la rencontre avec le monde associatif propulsent les femmes déplacées dans un nouvel univers de sens au sein duquel elles se constituent comme sujets de droit. La reconstruction de projets de vie en milieu urbain passe pour elles par la reconnaissance juridique et sociale de leur citoyenneté. Nous chercherons donc à comprendre dans ce dernier chapitre comment s’opère ce processus de reconnaissance, au sein de l’environnement familial et de la sphère institutionnelle, environnements propices au développement d’un nouvel imaginaire citoyen.

Démocratie à la maison : vers une nouvelle expérience de la famille

2Au sein de la sphère familiale, l’exercice de la citoyenneté se traduit par la mise en pratique de droits élémentaires entre époux et vis-à-vis de ses enfants. L’expression d’opinions, la prise de parole et de décisions sont un moyen pour les femmes de redéfinir à la fois leur rapport à soi et les systèmes de genre en vigueur lorsque ceux-ci se traduisent par des relations verticales entre les conjoints. L’expérimentation d’un schéma familial inédit leur permet progressivement de se poser et d’être reconnues comme sujets de droit au sein de cet environnement.

De la révision des systèmes de genre

3Par le biais de l’association, les femmes déplacées accèdent à de nouveaux espaces et savoirs. Les interactions entre les institutions et les membres du collectif favorisent la circulation de l’information autour des nouvelles mesures ou subventions disponibles pour les populations exilées. Alors que les études effectuées auprès de familles déplacées non organisées soulignaient une plus grande proximité des hommes au monde institutionnel [Meertens, 2000], dans le cadre de l’association Yo Mujer, les femmes deviennent les porte-parole de la famille auprès des structures étatiques et ONG diverses.

  • 1 Traduit de l’espagnol : « Me ha dejado llevar el liderazgo ».
  • 2 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« Lui, il n’est pas au cœur du déplacement ! C’est moi qui y ai été, moi qui ai postulé pour le logement, moi qui ai déclaré, moi qui ai fait partie de l’association, pas lui ! Alors il me laisse faire et ne me dit pas que je ferais mieux de trouver du travail pour ramener de l’argent à la maison, au lieu de perdre mon temps là-bas, ça non ! Parce qu’il sait très bien par exemple pour la maison que si je ne postule pas, si je ne lutte pas, on n’aurait pas reçu les aides parce qu’il y a des gens qui attendent depuis longtemps et qui n’ont toujours rien reçu ! Par exemple, le rendez-vous pour les yeux, j’ai entendu ça et je lui ai dit allez on y va et là-bas ils nous ont donné des lunettes. Alors il m’a laissée devenir chef de famille1 [...] Il me dit “comme tu ne travailles pas, vas-y, peut-être que tu seras au courant de quelque chose !” » (Ana Silvia, 43 ans, mariée)2.

  • 3 Parmi les 25 femmes de notre échantillon, 14 sont en couple. Dans trois couples, aucun des deux ép (...)

4Le récit d’Ana Silvia met en évidence la modification des contrats de genre entre les conjoints, sachant que l’ensemble des subventions ainsi que la déclaration du déplacement sont effectuées au nom de l’épouse. Rappelons que, dès leur arrivée à Bogotá, les hommes ne détiennent plus le monopole de pourvoyeur économique exclusif de la famille mais partagent ce statut avec leur épouse3. Ces nouveaux rôles ont une incidence particulière dans la gestion économique du foyer. Alors qu’en milieu rural, les femmes avaient peu accès à l’argent, elles deviennent gestionnaires à Bogotá.

  • 4 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« Par exemple, quand il arrive, ce qu’il gagne il me le donne et le lendemain il me demande juste de lui donner pour les transports et je garde le reste, oui madame ! Même si je dépense tout le même jour, il sait que je pense à payer le gaz, l’électricité, tout ça. Parce qu’il a confiance en moi et il ne me demande que de lui donner l’argent des transports. Par exemple, si la facture d’électricité arrive, il sait que je vais la payer parce que c’est moi qui ai l’argent, alors il sait qu’en me l’apportant je verrais bien ce que j’en fais. » (Ana Silvia, 43 ans, mariée)4.

  • 5 Extrait d’un entretien réalisé le 19 avril 2009 à son domicile.

« Non, non, non ! Ce qu’il gagne, il le gère et ce que je gagne, je le gère moi-même ! Avant c’était lui qui gérait tout parce qu’avant il était le seul à travailler. Moi je m’achète mes choses mais si mes enfants ont besoin et bien le plus important d’abord ! Par exemple, en décembre, je me disais “il y a une liquidation, je leur achète à eux ou je m’achète à moi ?” J’ai dit non ! Je m’achète mes chaussures ! Et je me suis acheté mes deux paires de chaussures ! [rires] mais je lui ai quand même demandé si je me les achetais ou pas. Comme quoi je garde toujours un peu de... [...] À la campagne c’est toujours comme ça. S’il dit que c’est noir, c’est noir et c’est pas autrement ! Là-bas c’est comme ça ! L’homme décide et personne d’autre ! Maintenant il me dit que je ne le prends plus en compte pour rien, parce que moi aussi je prends des décisions, je sais ce que je dois faire, ce que je ne dois pas faire, ce qui est bon pour moi ou ce qui ne me convient pas ! Moi aussi je peux le faire ! Je peux décider que certaines choses se font comme ça ou comme ça même si ça ne lui plaît pas toujours mais ça m’est égal ! » (Luz Marina, 39 ans, mariée)5.

5L’accès à l’emploi rémunéré, aux subventions étatiques et à la gestion économique, tout comme la redéfinition de soi discutée précédemment, ont un impact sur les prises de décisions au sein du foyer, l’homme perdant son statut de chef de famille exclusif. Comme le soulignent les deux témoignages d’Ana Silvia, son époux « l’a laissée devenir chef de famille » et « a confiance » en elle, dans le bien-fondé de ses décisions quant à la gestion économique du foyer. D’un autre côté, Luz Marina nous fait part des reproches de son époux lequel l’accuse de ne « plus le prendre en compte pour rien ». Cette femme, qui travaille à présent, gère et décide seule de ses dépenses. Néanmoins, comme le souligne l’anecdote de l’achat des chaussures de Noël, Luz Marina revient de temps en temps vers son époux pour lui demander conseil, preuve qu’il est difficile d’effacer de son quotidien des habitus intériorisés depuis l’enfance. Cette femme le remarque d’ailleurs lorsqu’elle observe « que je garde un peu de... ». Les reproches de l’époux dénotent une crise de masculinité [Solano, 2006] de cet homme qui se sent diminué dans ses fonctions de chef de famille, preneur de décisions. Dans le cas d’Ana Silvia, l’époux semble au contraire profiter des nouveaux savoirs de son épouse. Notons que ce travail de recherche s’est exclusivement centré sur les femmes, leurs époux étant difficilement accessibles, d’où le manque d’informations directes quant aux réactions et stratégies de négociations masculines. Il nous semble néanmoins, au travers des récits de leurs épouses, que la crise de masculinité [Meertens, 2000 ; Solano, 2006] est atténuée dans certains cas par les bénéfices tangibles obtenus grâce à l’engagement des femmes – comme le souligne Ana Silvia – et par l’inclusion des hommes à certaines activités. Dans tous les cas, les femmes apprennent à dire ce qu’elles pensent et à imposer leurs décisions face à leurs maris. Rappelons que les divers ateliers de soutien psychologique auxquels elles ont assisté ont généré une analyse rétrospective de leur condition de femme en milieu rural.

  • 6 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009 à son domicile.

« Maintenant un homme pour moi ? Il a déjà essayé, on a parlé parce qu’il est revenu. Quand j’étais à Sierra Morena il est venu me demander pardon, me demander de lui pardonner, qu’il voulait revenir, je lui ai dit : “D’accord ! Tu veux qu’on se remette ensemble mais moi je ne suis plus celle que j’étais avant ! Si tu veux du sexe ? C’est quand moi je veux ! Déjà ça commence par là ! Je ne suis plus comme avant, je n’ai pas oublié comment tu m’as traitée. J’ai tellement de choses en tête, souviens-toi de ça et de ça ! En commençant par là, moi je gère mon argent ! Je fais ce que je veux avec mon argent ! C’est plus ce que toi tu as envie, ce que toi tu veux m’acheter, les achats c’est moi qui les gère ! Si je veux m’habiller avec des vêtements pires que ceux que tu me ramenais, c’est mes goûts, c’est mon problème ! Je peux exiger et vivre ! Commençant par là, je ne vais plus être assujettie à une maison, à ne faire que t’attendre, attendre que tu arrives, que tu me donnes, que... Non ! Moi je fais partie d’une association, je vais à beaucoup d’ateliers, je participe à plein d’événements, je ne suis plus à la maison, je me lève le matin et je pars, je rentre quand je rentre et tu n’as rien à me dire, pas à m’engueuler et me demander où est le repas, le linge, où j’étais, Non ! Si tu es disposé à vivre cette vie avec moi, d’accord il n’y a pas de problèmes !” » (Norita, 56 ans, séparée)6.

6Norita, face au retour de son époux, s’est imposée comme sujet, osant l’affronter. Elle a mis en avant ses nouvelles capacités à gérer seule sa vie tant sur le plan économique que social et a activé la connaissance de ses droits en tant que femme, en particulier sexuels. Face à sa « nouvelle » épouse, cet homme a refusé de reprendre la vie commune. Norita est également restée sur ses positions. Ce récit est intéressant car cette femme semble bien avoir identifié les « situations de genre » au fondement de la hiérarchie entre époux. Elle la remet clairement en cause en assumant des fonctions traditionnellement masculines. Yeni Paola, de son côté, a progressivement appris à prendre part aux décisions du foyer, soutenue par son époux.

  • 7 Extrait d’un entretien réalisé le 22 avril 2009, à son domicile.

« À la maison c’était seulement lui ! Ça, c’est autre chose que j’ai appris c’est-à-dire que nous aussi on a les mêmes droits sur nos enfants. J’ai appris que moi aussi j’ai ce droit, je peux leur parler comme il le fait ! Je peux aussi faire preuve d’autorité à la maison. [...] Maintenant les enfants lui demandent quelque chose et il leur dit de venir me demander à moi ! Alors qu’avant on devait lui obéir à lui ! Alors les enfants me demandent “Maman, est-ce que je peux faire ça ?” [...] Il me dit “Mami, tu es leur mère, tu peux décider aussi.” Maintenant si j’ai une idée, je peux donner mon opinion et ne pas me plier à ce qu’il dit ! [...] J’avais tellement peur avant, qu’il s’énerve après moi mais plus maintenant ! S’il doit s’énerver et bien qu’il s’énerve ! Je n’ai plus peur de lui faire face ! [...] Avant je ne sortais pas de la maison, ni de la ferme. S’il rentrait et que je n’étais pas là, il s’énervait mais plus maintenant. Je lui dis que je vais chez Teresita ou que je vais chez quelqu’un et voilà ! Je peux même sortir et aller à une réunion et il n’y a pas de problèmes. » (Yeni Paula, 26 ans, mariée)7.

7Ce dernier témoignage prouve que la révision des rôles de genre au sein de la famille n’est pas uniquement le fait des femmes. En effet nous évoquions, dans le paragraphe précédent, la crise de masculinité des hommes. Le récit de Yeni Paola est donc particulièrement révélateur dans la mesure où elle met en avant le rôle actif de son époux dans la révision des contrats de genre au sein de la famille. La suite de son témoignage nous permet de comprendre comment s’est opérée la mise en œuvre conjointe de ces nouvelles « situations de genre » [Turbay et Rico, 1994].

  • 8 Extrait d’un entretien réalisé le 22 avril 2009, à son domicile.

« Là-bas, je ne portais jamais de boucles d’oreilles ni rien, je ne m’épilais même pas les sourcils, rien, rien de tout ça ! J’avais trop peur qu’il se mette en colère contre moi [rires] c’est ici que j’ai commencé. Parce qu’avant il s’énervait beaucoup ! Mais ici j’ai perdu la peur et j’ai été me faire épiler. La première fois, il m’a demandé ce que j’avais fait et j’ai dit “non rien, je me suis juste un peu arrangée” et c’est comme ça que j’ai perdu la peur. Maintenant je lui dis “papi je voudrais un sac”. Il me dit “un sac ? Allons voir ce qu’on trouve !” Ici je lui demande, et il m’achète ! Mais à la ferme, je n’osais pas, je n’osais rien lui demander, j’avais trop peur de lui parler [...] moi avant je pensais qu’une femme devait être aux côtés de son mari, faire ce que son mari lui disait et c’est tout, c’est ce qu’on entend là-bas. Faire ce que dit le mari ! Moi je pensais qu’une femme devait être l’esclave de son mari mais plus maintenant. Moi quand je travaillais, j’ai commencé à travailler avant lui quand on est arrivés ici, c’était lui qui me préparait à manger après qu’on soit partis de chez Teresita [du foyer], il me préparait à manger et je n’arrivais pas y croire ! Il cuisinait et allait m’attendre à l’arrêt de bus et me disait “mami tu es fatiguée ?” Et il me massait les pieds avec de la crème et me disait de me reposer et moi je me disais “Uy toutes ces attentions !” Même le repas était prêt [...] C’est comme ça que j’ai appris qu’on ne doit pas être esclave de son mari et encore moins de sa maison, qu’on peut sortir et partager des choses avec les gens à l’extérieur. » (Yeni Paula, 26 ans, mariée)8.

8On comprend dans ce couple comment les conjoints ont mutuellement revu la hiérarchie de genre. Yeni Paola a commencé à « tester » son époux en allant se faire épiler les sourcils sans lui demander son avis. Pratique de coquetterie, l’épilation ne remet pas en question les rôles de genre au sein du foyer mais l’initiative de cette femme – sans la permission de son époux – dénote un certain gain d’autonomie dans la prise de décisions. En effet, elle répète à plusieurs reprises qu’elle n’osait pas parler à son mari avant le déplacement. Ce dernier ayant approuvé le résultat, elle met progressivement en œuvre de nouvelles stratégies de négociations comme le fait de lui exprimer ses envies, ses besoins et ses opinions. L’anecdote du sac à main nous semble intéressante dans le sens où Yeni Paola, demandant à son époux de lui acheter cet accessoire, met en avant une fonction traditionnellement masculine à savoir la gestion économique tout en apprenant à s’exprimer face à son mari. Les frontières deviennent floues entre fonctions masculines et féminines, Yeni Paola devenant pourvoyeur économique et son époux participant aux tâches domestiques. On perçoit clairement à travers ce récit l’importance d’inclure les hommes au processus de reconstruction psychologique à la suite du déplacement, même dans le cadre d’une association de femmes.

  • 9 Extrait d’un entretien réalisé le 22 avril 2009, à son domicile.

« On a participé à des ateliers avec lui et il a beaucoup changé par rapport à moi, beaucoup, beaucoup changé ! Là-bas il se levait, prenait son café et partait travailler. Ici au moins, il se lève et m’aide à préparer le petit-déjeuner ! Là-bas il n’a jamais fait un lit, ici il le fait et oui ! J’ai vraiment vu le changement ! [rires] ça me fait même rire parfois [rires] ! Il a vraiment changé parce que là-bas dans ces ateliers, on apprend vraiment à valoriser les femmes et c’est comme ça qu’il a changé. Il a commencé à vraiment me valoriser ! Oui, ça, c’est sûr parce qu’avant il me voyait comme un objet ! Ça a toujours été comme ça, depuis qu’on est sortis ensemble et que je suis partie de chez moi. Mais maintenant, j’exprime ce que je pense, ce que je ressens. Même ça avant je n’osais pas le faire, j’avais peur ! Parfois je me demande “s’il ne nous était pas arrivé ça, je serai comme avant ?” [rires] [...] mais ça, c’est depuis les ateliers et parce qu’on a vu une psychologue et on a même été à des ateliers avec les enfants. On était réunis en famille et on partageait entre tous, avec les enfants aussi et c’est comme ça qu’on apprend à changer et lui aussi il a appris à dire les choses [...] on a fait une sortie, je ne me souviens plus trop où, mais ils nous ont emmenés faire une promenade dans un parc où il y avait une piscine et ce jour-là on était en couple [...] ils nous ont bandé les yeux et pour voir à quel point on se faisait confiance, on devait se laisser tomber et lui nous rattraper et vice-versa et moi je ne pouvais pas [rires], je n’arrivais pas à me laisser tomber [elle parle en riant]. On a vraiment passé une super-journée, on n’avait jamais partagé quelque chose comme ça, on ne s’était jamais amusées tous les deux ! Avant c’était que le travail ! » (Yeni Paula, 26 ans, mariée)9.

9On note que Yeni Paola et son époux sont passés par le foyer d’accueil de l’association, milieu de femmes au sein duquel son mari a pu observer les activités et s’imprégner de nouvelles représentations de genre. De plus, ce dernier a également participé à certains ateliers aux côtés de son épouse comme le souligne le témoignage précédent. Les anecdotes que nous rapporte cette dernière soulignent l’aplanissement de la hiérarchie tout autant que le changement de regard que les conjoints se portent l’un à l’autre. Lui la « valorise vraiment », ne la perçoit plus comme un objet dont il serait propriétaire. Elle l’envisage à présent comme un mari et non plus comme un père. Soulignons de plus que ce dernier l’encourage à prendre part aux décisions du foyer et à assumer sa part d’autorité parentale. Les relations hiérarchiques évoquées par E. Goffman [2004] font alors place à un nouveau type de relations horizontales entre conjoints. On retrouve ici l’idée développée par A. Meentzen et E. Gomariz [2003] à travers le concept de « démocratie de genre ». En effet, les auteurs envisagent la « démocratie de genre » comme à la fois une stratégie et une finalité permettant d’atteindre l’équité dans les relations de genre. Ainsi, ils estiment que les hommes ne peuvent pas être laissés de côté parce qu’ils font autant partie du problème que de la solution [Meentzen, Gomariz, 2003].L’inclusion des hommes aux ateliers sur les droits de la femme et la violence intrafamiliale a un impact particulièrement bénéfique dans le sens où les hommes comme les femmes donnent une signification commune aux transformations des rôles de genre qui s’opèrent au sein de l’espace familial.

  • 10 Extrait d’un entretien réalisé le 08 avril 2009, dans sa boutique.

« Il me maltraitait physiquement et aussi avec les mots. Il me maltraitait beaucoup jusqu’au jour où je lui ai dit stop ! [...] Parce qu’il allait aussi aux ateliers et qu’il s’est rendu compte de mes droits. » (Doris, 35 ans, mariée)10.

10La participation commune aux ateliers a permis à Doris et à son époux de mettre fin aux situations de violences. Alors que certains auteurs évoquent l’exacerbation des violences domestiques dans les familles en situation de déplacement forcé [Solano, 2006] cette étude nous a, au contraire, permis d’observer la réduction de ces situations. La participation des hommes aux ateliers favorise l’atténuation de la crise de masculinité qui résulte, en général, de la révision des « situations de genre ». Dans le cas de Yeni Paola et de son époux, c’est une nouvelle forme de relation conjugale qui voit progressivement le jour.

« Ça aussi, ça a vraiment changé ! Moi je me disais qu’est-ce qu’il m’ennuie ce mari [rires] mais je ne pouvais pas dire non parce que sinon il s’énervait beaucoup ! [rires] Ici j’ai appris à dire non ! Et maintenant non c’est non et c’est tout ! Et il respecte ! Il s’énerve un tout petit peu mais ça lui passe, je lui dis qu’il se retienne, parce que moi je me sentais pareil avant quand il m’obligeait [...] c’est dans les ateliers que j’ai appris ça, lors des discussions. Moi je pensais “ay ! [de peur] comment je vais faire pour lui dire non ? Je vais essayer et on verra bien” [rires] et ça a été vraiment dur d’apprendre, oui parce que, eux, ils se sentent repoussés mais non ! Ce n’est pas ça ! C’est juste que parfois on peut se faire un câlin, se caresser, se dire des mots doux sans aller plus loin ! Mais ça, il le comprend maintenant ! Et le lendemain là oui ! Je lui dis maintenant oui. Ça, ça a vraiment changé et je me dis, merci mon Dieu, c’est quelque chose de plus que j’ai appris.

MGA : le sujet de la pilule, de faire attention, c’est une décision de vous deux ou juste de toi ?

  • 11 Extrait d’un entretien réalisé le 22 avril 2009, à son domicile.

Non, non, de nous deux ! Même s’il dit qu’il voudrait un autre enfant mais non ! Moi je veux me faire opérer. Dieu merci on a déjà trois enfants qu’on doit mener de l’avant ! Il faut travailler et économiser pour le moment où les enfants termineront le lycée, pour qu’on puisse leur payer les études qu’ils voudront ! » (Yeni Paula, 26 ans, mariée)11.

11Les transformations des relations de genre s’étendent jusque dans la sphère intime. La suite du récit de Yeni Paola souligne le partage qui s’est mis en place dans le couple à tous les niveaux de la vie maritale, vie sexuelle et contraception incluses. D’homme chef de famille, autoritaire et preneur de décisions, il est devenu époux et amant aux yeux de sa femme. Tout comme cet homme a appris à respecter les décisions de son épouse, cette dernière a trouvé le courage de lui exprimer ses désirs jusque dans leur intimité conjugale. Les époux sont donc, dans ce cas, acteurs complices du changement. On perçoit bien là le mécanisme de redéfinition de relations de genre « démocratiques » au sein du foyer. Ce processus de transformations conjugales ne se traduit pas de façon analogue pour tous les couples. C’est pourquoi, il nous semble pertinent de mettre en parallèle l’exemple de Luz Marina et l’expérience de Yeni Paola.

  • 12 Extrait d’un entretien réalisé le 19 avril 2009 à son domicile.

« Moi j’ai dit j’en veux plus et c’est comme ça ! Je lui ai dit que j’allais me faire opérer et que je ne voulais plus d’enfants ! Alors il m’a dit que si je faisais ça et bien je devais quitter la maison parce qu’il ne voulait plus rien avoir à faire avec moi alors je l’ai fait ! Je l’ai fait ! [rires] J’y suis allée le jour où j’avais rendez-vous, j’ai demandé à une amie de m’accompagner. Je lui ai dit à lui “si tu veux venir me chercher, viens et sinon j’arriverais bien à rentrer d’une manière ou d’une autre” [...] et quand je suis sortie et bien oui ! Quand on sort, on est dans les vapes et lui, il était à la porte ! [rires] [...] si j’étais restée là-bas j’aurais certainement eu d’autres enfants parce qu’à la campagne, personne ne vous dit “allez vous renseigner là-bas” et en plus, économiquement là-bas, si le mari ne vous donne pas, vous n’avez même pas de quoi vous payer le bus... ici c’est différent ! » (Luz Marina, 39 ans, mariée)12.

12Dans ce second cas, Luz marina impose sa décision à son époux lequel s’y oppose dans un premier temps puis l’accepte, contraint. On se souvient des reproches que cet homme adres­sait à son épouse parce qu’elle « ne le prend plus en compte pour rien ». Si l’on compare ces deux couples, on peut supposer que la différence d’interactions entre les conjoints tient, en partie, au fait que l’époux de Luz marina n’a participé à aucun atelier et n’a jamais été inclus aux activités associatives. L’homme et sa femme ont donc du mal à donner un sens commun à ces changements. Ce dernier extrait souligne néanmoins le fait que des transformations ont bien lieu, que les hommes en soient complices ou non. Dans tous les cas, la révision des systèmes de genre est progressive et passe par l’acquisition individuelle du respect et de l’estime de soi. Les femmes se perçoivent et s’imposent comme actrices au sein de l’espace familial. La redéfinition des rôles de genre passe également par l’éducation des enfants qui permet de prévenir la reproduction de « situations de genre » hiérarchiques.

  • 13 Ibid.

« Non, moi les deux je les éduque de la même façon. Parce que c’est un garçon il ne pourrait pas faire la vaisselle ? Ça non ! Je lui dis de faire les choses de la même façon ! » (Luz Marina, 39 ans, mariée)13.

13Le témoignage de Luz marina est ici renforcé par la photo suivante. En effet, cette femme s’efforce de transmettre à ses enfants, un garçon et une fille, une éducation en accord avec son système de représentations de genre actuel. Il est intéressant de noter qu’au-delà de l’intégration d’un nouveau discours par les femmes, ces dernières le transmettent au sein de leur famille, aux générations suivantes. La photo ci-dessous est particulièrement significative. Alors que grand-mère Norita et mère Luz Marina ont connu un parcours de vie similaire, socialisées dans l’ignorance des droits élémentaires de la femme, Marisol qui porte ici ce t-shirt « sexe quand je le désire, grossesse quand je le décide » – distribué dans le cadre d’un atelier sur la violence domestique – a tout juste 15 ans. Cette adolescente acquiert donc par le biais de ses aînées la connaissance de ses droits en tant que femme et les réaffirme en portant ce vêtement. Cette anecdote laisse à penser que l’avenir conjugal de cette jeune fille sera différent de l’expérience des femmes de sa famille. Les mères de famille sont donc conscientes de l’importance de communiquer de nouvelles valeurs à leurs progénitures, qu’il s’agisse de garçons ou de filles.

  • 14 Extrait d’un entretien réalisé le 08 avril 2009, dans sa boutique.

« [Parlant de son époux] Parfois je lui demande qu’il m’aide mais il me dit que pour ça j’ai mes enfants. Celui de 17 ans prépare le repas de midi et fait le ménage, comme ça quand il sera marié, il pourra le faire ! [...] Mais je n’aime pas trop qu’il [son époux] garde les enfants. Dès que je peux, j’emmène les deux petites avec moi. Quand ma fille aînée n’est pas là, je n’aime pas les laisser avec mon mari ni avec mon fils aîné. On ne sait jamais... Le diable est présent partout. Et on entend souvent qu’un frère a violé ses petites sœurs. Alors je n’aime pas les laisser ni avec mon fils ni avec mon mari parce qu’elles ne sont pas de lui. » (Doris, 35 ans, mariée)14.

14Ces extraits traduisent les efforts quotidiens des femmes de transmettre des représentations de genre différentes de celles acquises lors de leur propre socialisation, à leurs enfants de sexe masculin et féminin. Le témoignage de Doris donne lieu à deux observations. D’une part, cette femme a intégré les risques d’abus sexuels auxquels sont exposées les petites filles et elle agit donc pour les prévenir, renforçant ainsi son rôle de protectrice du foyer. Elle réaffirme par là l’une des fonctions traditionnellement assignées à la femme. L’expression « je lui demande qu’il m’aide » lorsqu’elle parle de son époux souligne, d’autre part, une conception du travail domestique masculin comme contribution volontaire à la responsabilité féminine traditionnelle, bien qu’elle s’efforce de modifier ce schéma dans l’éducation de ses fils. Ce récit nous permet donc de noter que discours, pratiques et imaginaires ne coïncident pas toujours, comme nous l’observerons dans la sous-partie suivante.

Un changement résiduel

15Bien que de nouvelles représentations des rôles de genre semblent avoir été intégrées, le tableau suivant souligne la permanence d’imaginaires en lien avec la division sexuée des tâches. Lors des divers entretiens et discussions, je demandais aux femmes de me conseiller sur le choix d’un conjoint et les interrogeais sur les caractéristiques que devait, à leur avis, posséder une femme dans le couple. Le tableau suivant résume leurs réponses.

Tableau 2 : Représentations de genre dans le couple

Tableau 2 : Représentations de genre dans le couple

16Il apparaît clairement que même si elles s’efforcent de mettre en place un nouveau type de relations horizontales au sein de leur couple, ces femmes attribuent des caractéristiques différentes à l’homme et à la femme. Leurs représentations articulent rôles de genre traditionnellement intériorisés et nouveaux schémas des relations conjugales. Alors qu’elles assignent à l’homme la responsabilité matérielle du foyer, elles attendent également de lui des attentions affectives et du respect, valeur présente dans tous les témoignages. La femme, quant à elle, continue d’être perçue comme la gardienne du foyer, la protectrice de laquelle on attend un comportement moral. Elles me parlent, par exemple, de fidélité, de sérieux, de noblesse et de sincérité alors que leur représentation masculine n’est associée à aucune caractéristique morale. De même, être « travailleuse » n’apparaît pas comme un trait féminin indispensable alors qu’il est à la base de la description du comportement masculin. Ce moment de la discussion a été très enrichissant car les femmes, pour la majorité, peinaient à répondre à la question sur les caractéristiques féminines. Puis, me donnant des « conseils », elles s’interrogeaient elles-mêmes quand à la « vérité absolue » de leur réponse, comme nous le montre l’intervention de Doris :

  • 15 Extrait d’un entretien réalisé le 8 avril 2009, dans sa boutique.

« La femme doit s’occuper de son mari et de ses enfants par rapport aux repas et à la maison. C’est comme ça que ça doit être, n’est-ce pas ? » (Doris, 35 ans, mariée)15.

17L’attente d’une confirmation de ma part, sous-entendue par le « n’est-ce pas ? », marque clairement le processus de déconstruction au sein duquel sont plongées ces femmes. Face à un intervenant extérieur – qui plus est une étudiante européenne – leur certitude est ébranlée. On voit ici que le rôle du chercheur ne se borne pas à une simple observation analyse mais que l’interaction avec les femmes a également un impact sur leur propre introspection. Il me semble intéressant de conclure ces pages en présentant le témoignage d’Emiro, époux de Teresa, présidente de l’association.

« Eh ben le rôle d’une femme... vous savez que... [toussotant et se raclant la gorge]... soumettre les femmes à la maison ça, c’est macho, hein ? Mais voyez où vous en arrivez en relâchant la corde. La femme participe. C’est comme ça qu’on a commencé, nous. Il s’est formé un comité de parents d’élèves et elle en a fait partie et après ça, il s’est formé un autre comité et elle en a aussi fait partie et c’est comme ça que ça a commencé ! Après elles ont monté l’association ANMUCIC, de femmes paysannes et indigènes de Colombie, et elles étaient nombreuses dans cette association. Une nuit, il y avait une femme en train de mourir, de perdre beaucoup de sang. Et bien elle est partie avec une autre l’emmener à Cúcuta ! Il était minuit et elle n’arrivait toujours pas ! Elles sont arrivées à une heure ! Elle aurait pu m’expliquer tout ça mais moi ça ne m’intéressait pas, vous comprenez ? Moi mon idée c’était que... [s’adressant à elle] “tu es partie faire une œuvre sociale, une œuvre de charité mais tu nous a abandonnés pour faire ça, tu as abandonné ton mari et tu as abandonné tes enfants, tu ne t’es même pas rendue compte si on avait mangé avant d’aller se coucher ! Si moi j’étais rentré pour manger ou pas !” Alors ça, c’est des facteurs qui causent le mal-être... »

MGA : vous pensez que c’est le devoir d’une femme de s’occuper des enfants et de préparer à manger à son époux ?

  • 16 Extrait d’un entretien réalisé le 18 octobre 2008 dans les locaux de l’association Yo Mujer.

« Et bien les femmes ne peuvent pas seulement être esclaves de ça, par exemple si elle a envie de sortir, moi je reste avec les enfants, je leur fais à manger et tout, d’accord ? [se raclant la gorge] mais ça, ça a été au-delà de ce qui est normal, son comportement comme le mien. Ça, ça saute une barrière, ça sort de la réalité ! Alors ça affecte ! [...] Et puis voyez là en ce moment, moi je dis qu’elle ne renoncera pas à ça, parce que c’est sa vie. Même si je trouvais de l’argent, je ne pourrais pas la sortir de là, ça non... Si je n’ai pas pu l’en sortir après dix années de travail à la ferme, à semer du riz et à gagner de l’argent... Encore moins maintenant qu’elle a fondé ça, elle est là et elle mourra là parce qu’elle ne veut pas comprendre, ça, c’est son illusion. Mais cependant elle me demande des conseils à moi, de l’aide ! Alors je l’aide un maximum, quand j’ai de l’argent et qu’il faut acheter quelque chose, alors j’achète, je paie. » (Emiro, 60 ans, époux de Teresa, présidente de l’association)16.

18On perçoit dans ce témoignage le malaise d’un époux dont les représentations de genre ne concordent plus avec la réalité vécue. En effet, comme il le souligne son comportement comme celui de son épouse « sortent de la réalité », d’une réalité en accord avec les représentations traditionnellement intégrées. Emiro associe les activités extérieures de son épouse à un « abandon du foyer » tout en étant impuissant face à cette situation. Son discours est contradictoire dans le sens où il a du mal à se situer entre ses représentations de genre passées et sa tentative de les dépasser. En effet, rappelons que cet homme est à l’origine des débuts de l’engagement associatif de son épouse. De plus, il est conscient que « soumettre les femmes à la maison c’est macho ». Le « hein ? » final marque néanmoins son incertitude. Cette contradiction quant à sa position se manifeste clairement lorsqu’il lance « mais voyez où vous en arrivez en relâchant la corde. La femme participe ». « En relâchant la corde » est une expression qui nous renvoie à l’image du maître face à un animal, soulignant ainsi une hiérarchie des relations de genre omniprésente dans l’imaginaire de cet homme. La phrase « même si je trouvais de l’argent, je ne pourrais pas la sortir de là » met en évidence la rupture au sein de ce couple de l’effectivité des rôles de genre traditionnels qui associaient l’homme à la gestion économique. Tout au long de son témoignage, Emiro fait référence à l’argent, à son impuissance face aux activités de son épouse même s’il avait de l’argent. Ce rapport à l’argent fait ressortir la tentative de cet époux de réaffirmer des fonctions traditionnellement masculines. Il insiste sur le fait que son épouse lui « demande des conseils, de l’aide » qu’il lui fournit volontiers via un soutien économique. Le lien entre activités extérieures de la femme, abandon du foyer et « mauvaise mère » est récurrent pour les femmes militantes. La maternité devient un obstacle à la participation des femmes en dehors du foyer [Barreto, 1997]. Le témoignage de Luz Marina prolonge cette idée.

  • 17 Traduit de l’espagnol « No puedes servir a dos señores ».
  • 18 Extrait d’un entretien réalisé le 19 avril 2009 à son domicile.

« Moi au début j’étais tout le temps fourrée là-bas ! Mais j’ai beaucoup laissé de côté ma maison et mes enfants avaient des problèmes à l’école et mon mari aussi. Je partais à 7 heures du matin et je rentrais vers 6-8 heures du soir. Toute la journée là-bas ! Et je rentrais avec une tête pas possible parce que c’était difficile d’obtenir quelque chose ! Alors il me disait “mais tu rentres fatiguée et qu’est-ce que tu as fait ? Rien ! Tu ferais mieux de rester avec les enfants, t’occuper d’eux et laver le linge”. J’ai tenu le coup deux ans ! Et puis je me suis un peu calmée. Mais moi j’adorais aller là-bas, rencontrer des gens, discuter... j’aimais ça ! Mais comme on dit, on ne peut pas servir deux maîtres17 ! Et si j’allais là-bas, je laissais de côté ici, alors [...] Plus que tout c’est les enfants parce que Teresa a ses enfants mais ils sont grands et donc elle peut se dédier à ça [à l’association] à temps complet ! Et c’est peut-être pour ça que l’association a du mal à aller de l’avant parce la majorité des femmes, on est pleine d’enfants ! C’est ce qui s’est passé ! Et la pauvre Teresa en a vraiment sué parce que comme on dit une seule hirondelle ne fait pas le printemps... » (Luz Marina, 39 ans, mariée)18.

19Ajoutons que Luz Marina avait entrepris de poursuivre des études à Bogotá ayant seulement conclu deux années de primaire avant le déplacement. Les conflits déclenchés par cette situation au sein de sa famille l’obligèrent à abandonner son idée une fois le primaire achevé. Le témoignage de cette femme est particulièrement représentatif des situations familiales découlant de la sortie des femmes de la sphère domestique. Par sa fonction biologique de procréatrice, on attribue à la femme une série de devoirs en lien avec la maternité et le foyer. Tout ce qui a trait à la famille devient responsabilité féminine. C’est ce que certains auteurs qualifient « d’obstacle maternisant » [Barreto, 1997 ; Ramirez, 2003] auquel s’ajoute « l’obstacle culpabilisant » si la femme transgresse ces normes. C’est le cas de Luz marina et de Teresa accusées par leurs époux de délaisser leurs devoirs, d’abandonner leur foyer. Luz marina exprime d’ailleurs clairement sa culpabilité d’avoir « laissé de côté » ses enfants et sa maison. J. Barreto [1997 : 82] parle de « profonds sentiments de culpabilité que les femmes s’approprient et que la société leur assigne, en diffusant l’image négative de la femme “transgresseuse” pour celles qui s’éloignent des stéréotypes traditionnels de la féminité. C’est là que les désignations “d’abandonneuse” du foyer et des enfants trouvent leur assise quand leurs engagements dans un travail ou leurs aspirations à sortir de la sphère domestique les situent ouvertement dans la dynamique de la vie institutionnelle et de l’espace public ». Dans le cas de Luz marina, son époux et ses enfants se présentent comme des freins à son avancement personnel. L’ensemble des femmes de l’association doit faire face et a intégré les représentations de la « bonne mère » ou de la « bonne épouse ». La stratégie unanimement à l’œuvre est d’emmener ses enfants lors des diverses activités extérieures et de s’assurer que les tâches domestiques sont effectuées avant de sortir. Nous avons particulièrement observé ce phénomène auprès des jeunes femmes, filles de militantes convaincues, qui préparaient toujours le repas de leur époux avant de se rendre à l’association et emmenaient les enfants car « lui, les enfants le désespèrent ». On peut penser que les époux utilisent d’une certaine façon leurs enfants comme stratégie de contrôle des activités publiques de leurs femmes, qui sont ainsi moins libres d’œuvrer à leurs occupations extra-domestiques. C’est une façon pour l’homme de rappeler à sa femme qu’elle est mère et que son rôle est d’être auprès de sa famille. Une anecdote de ce genre a d’ailleurs particulièrement attiré mon attention. J’étais en train de rédiger des courriers électroniques avec Teresa quand son fils de 18 ans est arrivé et a déclaré qu’il avait faim. Immédiatement, Teresa m’a dit « il faut faire à manger parce que cet enfant meurt de faim. Il vaut mieux qu’on travaille plus tard ». Une situation analogue s’est produite lorsque ce même jeune homme jouant sur internet refuse de céder le poste informatique à sa mère qui a besoin de travailler, lui donnant comme raison « non, parce que tu vas faire à manger ». Alors que cette femme n’éprouve pas la moindre culpabilité à laisser son époux œuvrer aux cuisines, lorsqu’il s’agit de son fils, sa réaction est tout autre. Il nous semble donc justifié de faire ici le lien entre engagement associatif et « obstacle culpabilisant ». Ce jeune homme, qui a bien intégré les rôles de genre, joue sur ce registre pour rappeler à ce leader qu’elle est avant tout mère. La tension est permanente entre responsabilités domestiques et activités publiques.

Démocratie sur la place publique : à la découverte de la citoyenneté

20Au-delà de relations familiales inédites, les trajectoires biographiques de ces femmes mettent en avant une approche nouvelle de la citoyenneté. L’articulation du déplacement forcé, de l’arrivée en ville et de l’engagement associatif projette les femmes déplacées dans la sphère publique. Elles acquièrent pendant les ateliers et mobilisations diverses connaissances juridiques qu’elles activent au cours de leur processus de reconstruction, devenant ainsi sujets de droit.

Quand le domestique devient juridique

21La reconnaissance de leur condition d’actrice au sein du foyer donne une force nouvelle à ces femmes dans l’exercice public de leur citoyenneté. Alors que leurs fonctions maternelles les assignaient au foyer en milieu rural, ce statut fait l’objet de politiques publiques particulières dans ce nouveau contexte de vie. Ayant acquis de nouveaux savoirs quant à leurs droits en tant que femmes, elles n’hésitent pas à les mobiliser lorsqu’elles jugent que ces derniers ne sont pas respectés.

22Comme nous l’avons évoqué précédemment, la population déplacée réinstallée à Ciudad Bolívar en 2007 est majoritairement féminine, à 51 %, et 52 % de ces femmes sont chefs de foyer. Au niveau national, sur les 750881 foyers reconnus en situation de déplacement forcé, 362 384 auraient pour chef de famille une femme, soit 48 % des foyers d’après les statistiques de décembre 2009 émises par Acción Social. À l’échelle micro-sociale, dans le cadre de l’association, parmi les 25 femmes de notre échantillon, dix sont chefs de famille. Cette tendance s’inscrit ainsi dans les statistiques nationales. Cette modification de la structure familiale implique une redéfinition des rôles et des responsabilités assumés par les femmes après le déplacement forcé comme nous l’avons vu. Alors qu’en milieu rural, la maternité était une fonction domestique, en ville et en situation de déplacement forcé, le statut de mère – qui plus est chef de famille – conduit les femmes à investir de nouveaux espaces pour assurer la survie quotidienne de leur progéniture.

  • 19 Extrait d’une anecdote dans les locaux de l’association Yo Mujer, avril 2009.

« Les hommes non ! Les hommes, comme on dit, ils sont de la rue ! Eux, ils s’en foutent ! Comme lui quand il a dit “Non ! Je ne peux pas, je m’en vais, je pars !” Si les papas s’en vont et nous abandonnent avec les enfants, nous on n’a pas le cœur de faire ça ! Une femme ne va pas dormir de la nuit si son enfant est malade, elle va se coucher avec une pierre dans l’estomac pour que son enfant puisse aller se coucher en ayant mangé une soupe ! [...] Quand on est mère, il n’y a plus de honte ou de gêne et si on en avait, on la perd ! Parce que le besoin fait qu’on supporte beaucoup de choses. » (Marta, 33 ans, séparée, six enfants)19.

  • 20 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« Je n’arrêtais pas de penser, de penser... et les enfants ? [...] Je n’osais pas, j’avais honte ! J’avais tellement honte ! C’est que moi je n’étais pas habituée à faire ce genre de choses. » (Marisol, 30 ans, mariée, quatre enfants)20.

23Comme le soulignent ces témoignages, avoir des enfants revêt une signification différente pour un homme et pour une femme. Dès leur arrivée à Bogotá, assurer la survie matérielle de leurs enfants devient la préoccupation principale des mères, quelle que soit l’activité qu’il leur faille réaliser, vendre des bonbons et des cigarettes aux feux rouges, des arepas ou du maïs au coin de la rue ou encore mendier. Les mères perdent la honte ou la gêne lorsqu’il s’agit de nourrir leurs enfants. Au sein de l’association, la maternité est un sujet omniprésent. Toutes les femmes de l’association sont mères, elles ont entre deux et 11 enfants.12 femmes en ont plus de six et parmi elles, sept sont chefs de famille. Comme nous l’avons évoqué dans la sous-partie précédente, être mère et membre d’une association peut s’avérer difficile. Pour permettre aux femmes de se dédier pleinement à leurs occupations collectives, la comparteca, salle de jeux, est destinée à la mise en place d’activités, tant éducatives que ludiques, pour les enfants. Des étudiants de l’université du Minuto de Dios sont quotidiennement présents pour assurer ces animations. On observe que l’ensemble des actions individuelles ou collectivement menées visent l’amélioration des conditions de vie des enfants, depuis l’obtention de places au sein des écoles jusqu’à l’achat d’un logement ou la mise en place d’un projet productif. La maternité est donc une arme tant individuelle que collective pour exiger du gouvernement le versement des subventions dues. L’affiche ci-contre réalisée par les femmes dans le cadre d’un atelier de soutien psychologique illustre le souci permanent des enfants. En effet, les trois photos du montage, choisies par les femmes, sont des photos d’enfants alors que les phrases les accompagnant ne traitent pas de la maternité, « Je me sens triste parce que j’ai tout perdu... la population déplacée n’a pas les moyens de s’en sortir... J’ai peur à cause de ce qui se passe et de la guerre... ». Les femmes, aussi militantes soient-elles, restent avant tout des mères. Lors des mobilisations publiques, la maternité est d’ailleurs mise en exergue par des slogans du type « les femmes, on ne met pas au monde des fils et des filles pour faire la guerre ». Moteur de survie ou de mobilisation contre la guerre, les enfants sont au centre de la reconstruction de projets de vie après le déplacement forcé. Les diverses entités gouvernementales ont progressivement mis en place des programmes d’attention spécifique aux femmes, chefs de famille. En effet, après l’observation de l’appauvrissement de ce type de foyer et de la vulnérabilité à laquelle sont exposés mères et enfants, d’autant plus lorsqu’il s’agit de familles déplacées, et avec l’importance prise par les thématiques de genre au niveau international, les pouvoirs publics, sur recommandation de la Cour Constitutionnelle, ont progressivement fait de la maternité une problématique d’ordre public. Par le biais du réseau associatif mais également sur des initiatives personnelles, les femmes s’imprègnent petit à petit de la portée politique de leur statut.

  • 21 Évoquant ses aventures à Corabastos. Extrait d’un entretien réalisé le 15 avril 2009, à son domici (...)

« Alors bon, moi on peut dire que je suis devenue chef de famille parce que je suis arrivée seule et qu’il n’apparaît dans aucune déclaration. On m’a dit de faire comme ça parce que je pourrais recevoir plus d’aides. » (Luz Marina, 39 ans, mariée)21.

24Comme nous l’avons vu, même lorsqu’elles sont en couple, les femmes de l’association sont celles qui déclarent leur situation à cause du déplacement. Se déclarant chefs de famille, les femmes utilisent de façon pragmatique leur statut de mère, comme le souligne Luz Marina. Elles jugent primordial de notifier leur statut de chefs de famille lorsqu’elles adressent aux institutions projets productifs et demandes de subventions. L’utilisation pragmatique de leur statut [Hoffman, 2000], leur permet d’avoir accès à un panel de soutiens économiques plus étendus. Des outils juridiques, par le biais de programmes gouvernementaux, sont également mis à la disposition des mères, reconnaissant ainsi publiquement une situation d’ordre domestique. L’article 4 de la Constitution de 1991 accorde des droits spécifiques aux femmes, chefs de famille.

« [...] Pendant la grossesse et après l’accouchement, elle [la mère] jouira d’une assistance particulière et de la protection de l’État, et elle recevra de ce dernier une allocation alimentaire si elle se trouvait au chômage ou désemparée. L’État apportera un soutien spécifique à la femme, chef de famille. »

25Être mère véhicule, en effet, au-delà d’obligations domestiques et de valeurs morales, des droits que les femmes peuvent revendiquer et qui sont au fondement du développement d’une subjectivité spécifique.

  • 22 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« Au moins j’ai la liberté de pouvoir en parler à quelqu’un. Si on me viole mes droits et bien je sais que j’ai des droits en tant que mère, en tant que personne. Je sais où aller pour réclamer par exemple une demande d’aliments, il y a les Commissariats Familiaux, Bienestar, la Fiscalia, il y a les juges pour mineurs, il y a tellement de choses qu’on ne connaissait pas avant ! [...] Par exemple un jour, le père de ma fille aînée l’a gardée et me l’a cachée. Et bien j’ai été moi-même à la Fiscalia et j’ai porté plainte pour enlèvement. Il me l’a rendue ! [...] Après le déplacement on apprend à aller dans les institutions du gouvernement, à entendre parler de décrets, de lois, alors on se sent mieux formée pour prendre une décision ! » (Ana Silvia, 43 ans, mariée)22.

26Des institutions sont à la disposition des mères pour rendre effectifs les articles constitutionnels comme le souligne Ana Silvia. Cette femme qui nous confiait n’avoir aucune connaissance juridique avant le déplacement nous explique ici comment elle a fait appel à la justice pour récupérer sa fille. On s’aperçoit dans ce cas dans quelle mesure le Droit peut légitimer un statut.

27Tout comme le statut de mère, l’intériorisation de l’identité de genre est à la source d’une subjectivité nouvelle. Les femmes déplacées développent par le biais du réseau associatif et des mobilisations diverses une « conscience de genre » [Varikas, 2006], comme nous l’avons précédemment évoqué. La sexualité et la violence domestique deviennent des thématiques d’ordre public. On se souvient des graffitis présents sur les murs des quartiers d’habitations des femmes, lesquels contribuent à la formation d’un esprit critique face aux situations domestiques quotidiennes. Un communiqué de la mairie de Bogotá, « Femmes diverses, pleines de droits » est présent de part et d’autre de la ville. L’image choisie est très intéressante : une femme y retire un masque, révélant ainsi son visage. Le masque, par la larme qui coule de l’œil gauche, met en image la souffrance des femmes face aux violences domestiques. Comme dans le cas des graffitis, même lorsque l’on refuse de la regarder, cette affiche investissant l’espace public s’impose à l’œil de tous les passants, hommes et femmes, parents et enfants. Le logo de la mairie de Bogotá étant particulièrement visible, on s’aperçoit au premier coup d’œil qu’il s’agit d’un communiqué municipal. La mise en image publique de situations domestiques favorise la remise en question par les femmes des systèmes de genre à l’œuvre au sein de leur foyer car elles se sentent soutenues par les autorités gouvernementales. Elles passent ainsi du silence à la juridicisation de situations domestiques, pouvant en théorie s’appuyer sur un socle juridique. En effet, l’article 42 de la Constitution de 1991 stipule que « [...] les relations familiales sont basées sur l’égalité des droits et des devoirs dans le couple et le respect réciproque entre tous ses intégrants. Toute forme de violence dans la famille est considérée comme destructrice de son harmonie et unité et sera sanctionnée par la Loi ». Il est renforcé par l’article 43, « l’homme et la femme ont les mêmes droits et opportunités. La femme ne pourra être soumise à aucune forme de discrimination [...] ». Les femmes, conscientes de leurs droits s’en emparent, donnant ainsi une légitimité nouvelle à la dénonciation des inégalités de genre.

  • 23 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« Moi je n’allais nulle part faire valoir mes droits parce qu’en tant que personne, celui-là [son conjoint] m’avait complètement dévalorisée ! C’était ce que lui disait et rien d’autre. Alors il me maltraitait, me battait... c’est maintenant, après avoir suivi ces ateliers que je m’en suis rendu compte... qu’il me prenait par la force, m’obligeait à être avec lui et je pensais que c’était normal parce que c’était mon conjoint mais maintenant je sais que dans un couple aussi il peut y avoir des viols et que c’est puni par la loi. » (Ana Silvia, 43 ans, mariée)23.

28Ana Silvia utilise ici un langage juridique pour caractériser les situations de violences conjugales qu’elle a traversées, vocabulaire qui aiguise son sens critique et lui permet d’identifier les injustices auxquelles elle a été soumise par le passé. Luz marina, quant à elle, puise dans le juridique le droit légitime de mettre fin à des situations de violence quotidienne.

  • 24 Extrait d’un entretien réalisé le 19 avril 2009, à son domicile.

« J’ai porté plainte contre lui ! Une fois, il m’a battue et j’ai porté plainte ! Il était furieux ! Je crois que ça, ça l’a vraiment touché. Il était hors de lui ! Il me disait “pourquoi tu m’as fait ça, comment tu as pu porter plainte !” moi je lui ai dit que s’il pouvait être touché et bien moi aussi ! Eux, ils disent que les femmes on est comme leur propriété ! Moi j’ai beaucoup changé ! À la campagne, on est très... on n’a même pas la télévision... Alors là-bas on se laisse faire parce qu’on se sent seule et qu’on a toujours eu cette culture, toujours ! À la campagne c’est comme si on était plus ignorant. [...] Bon il est toujours... mais c’est plus pareil qu’avant ! Au sujet de... par exemple quand il me frappait, je ne pouvais rien faire parce que là-bas, on ne s’imaginait pas que quelqu’un puisse nous soutenir ou qu’on puisse porter plainte, qu’est-ce qu’on pouvait faire de toute façon ? [...] Et maintenant il ne peut plus rien me dire parce que je lui réponds [rires] [tout bas] et maintenant il ne me frappe plus... » (Luz Marina, 39 ans, mariée)24.

29Porter plainte contre son époux comporte plusieurs significations. Ce socle juridique lui permet, comme elle le souligne, de dénoncer légitimement les maltraitances endurées. Elle dispose ainsi d’outils pour se défendre. La réaction de son époux « il était furieux ! Je crois que ça, ça l’a vraiment touché... il était hors de lui ! » souligne le sentiment d’incompréhension et d’injustice qu’il expérimente face à la démarche de son épouse. Comme nous l’avons mis en valeur dans le premier chapitre la violence domestique est socialement acceptée dans les villages d’origine et n’est rien de plus pour l’homme que l’expression de son pouvoir domestique. La femme est considérée comme propriété de son époux comme l’évoquent Luz Marina ainsi que Yeni Paola lorsqu’elle nous confiait que son mari la voyait comme un objet. Porter plainte est ainsi un moyen de renvoyer l’injustice et l’atteinte à l’intégrité ressenties face à la violence. En effet, comme Luz Marina le fait remarquer, à la campagne l’homme est tout puissant et les femmes n’ont pas de recours face à la suprématie masculine. L’appel à la justice est donc une façon de remettre en cause les hiérarchies de genre et les inégalités qui en découlent. On comprend alors l’ampleur de la réaction du mari qui se sent directement atteint dans ce qu’il estime être son droit. Néanmoins, cet homme prend ainsi conscience de l’anormalité de la situation et met fin aux violences domestiques. Cela montre que les normes législatives s’imposent face aux normes socialement admises et facilitent ainsi la mise en sens commun pour les conjoints de la révision des systèmes de genre. Les problématiques domestiques acquièrent donc par leur juridiction une visibilité nouvelle tant dans l’espace public qu’au sein de la sphère privée.

Quand l’épreuve devient juridique

30Depuis l’époque de la Violencia (1948-1964), le déplacement forcé est devenu une pratique de guerre courante. Ce n’est cependant qu’en 1997 que les populations déplacées acquièrent une visibilité institutionnelle et juridique. La Loi 387 de 1997, complétée par le décret 2569 de 2000, établit les différentes obligations du Gouvernement colombien en termes de prévention du déplacement forcé, d’attention, de protection, de consolidation et de stabilisation socioéconomique des victimes. Comme nous l’avons brièvement évoqué, lorsqu’ils arrivent en ville les déplacés doivent se rendre aux bureaux d’Acción Social ou dans l’une des institutions qui lui sont rattachées afin de déclarer leur situation. Ils doivent ensuite patienter entre 15 jours et plusieurs mois afin de savoir si leur récit a été jugé plausible et s’ils seront ou non reconnus comme déplacés. Ce statut, depuis la Loi 387 de 1997, confère en effet des droits aux individus reconnus comme tels.

  • 25 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009 à son domicile.

« Une chose c’est demander des aliments, des aides qui vont et qui viennent et autre chose c’est exiger mes droits parce que c’est mon droit d’avoir accès à la santé, à un endroit où vivre, à l’éducation et à un projet productif pour pouvoir m’en sortir ! » (Rosa Maria, 64 ans, séparée)25.

  • 26 Le Kit Humanitaire d’Urgence est renouvelable une ou deux fois selon la situation des familles.
  • 27 Voir article 10 de la Loi 387 de 1997.

31L’article 15 de la loi 387 de 1997 stipule que le Gouvernement National doit, immédiatement après que le déplacement a eu lieu, garantir l’attention humanitaire d’urgence pour secourir, assister et protéger la population déplacée et répondre à ses besoins en alimentation, hygiène, ustensiles de cuisines, attention médicale et psychologique, transport d’urgence et logement transitoire dans des conditions dignes. Notons qu’un Kit Humanitaire d’Urgence composé de trois mois de loyers et de trois mois de bons alimentaires est dispensé aux familles déplacées une fois que leur situation est officiellement reconnue. Le concept « d’urgence » n’a donc pas la même signification pour les entités que pour les nouveaux arrivants. Il apparaît clairement que cette mesure ne permet pas de se projeter sur du long terme dans la mesure où elle n’accorde qu’une assistance de trois à six mois26, période après laquelle les déplacés ne sont plus considérés comme tels [Agier : 2002 ; Meertens : 2000]. Néanmoins, dans le cadre de cette législation, un « Plan National d’Attention Intégrale à la Population Déplacée par la Violence » est défini garantissant en théorie à cette population l’accès aux programmes et projets intégraux de développement urbain et rural, leur offrant les moyens nécessaires à la création de leurs propres formes de subsistance et leur permettant de se réincorporer à la vie sociale, économique et culturelle du pays en évitant les processus de ségrégation ou de stigmatisation sociale27. Cela se traduit concrètement par les « aides à la reconstruction ». Un chèque dont le montant varie autour de 8 millions de pesos (équivalent à 2 600 euros) permet en théorie aux familles de se reloger. Une aide financière à la « Génération de Revenus » ainsi que la subvention d’un « Projet Productif » favorisent, d’après la loi, la réinsertion économique des familles. Les individus déplacés ont gratuitement accès à la santé et leurs enfants à l’éducation, lorsqu’il y a des places vacantes dans les écoles. « Apparaître dans le système » permet donc en théorie aux déplacés l’accès à un panel élargi de subventions. Néanmoins, il existe un fossé entre cette législation et les soutiens effectivement reçus. Une formation juridique doit être dispensée aux nouveaux arrivants ainsi qu’un soutien psychologique. Aucune des femmes de l’association n’a bénéficié de telles attentions de la part des institutions gouvernementales puisque, comme nous l’avons vu précédemment, ce type d’atelier leur a été proposé dans le cadre du collectif Yo Mujer. Contrairement aux individus qui doivent, seuls, faire face au processus de reconstruction en ville, l’avantage des femmes de notre échantillon est donc de faire partie de ce type de collectif et par son biais, d’être tenues informées de l’ensemble des procédures juridiques à suivre pour obtenir réparation. Le dépliant suivant est en effet distribué aux nouvelles arrivantes par les membres du Comité. Cette notice informative a été réalisée par les femmes de l’association, aidées par les étudiants de l’Université Nationale de Colombie. On s’aperçoit que ce document est avant tout visuel, ce qui permet aux individus ne sachant pas lire de repérer facilement les différentes étapes à suivre lors de leur arrivée à Bogotá.

La violence institutionnelle
Quand elles arrivent à Bogotá, les familles en situation de déplacement forcé sont orientées vers les Unités d’Attention et d’Orientation (UAO), bureaux d’Acción Social situés dans les quartiers sud de la ville. Acción Social est l’entité gouvernementale chargée de la thématique du déplacement forcé et de la reconstruction de projets de vie après le déplacement. C’est l’institution qui délivre les aides auxquelles les déplacés ont droit. La rencontre entre déplacés et fonctionnaires est généralement assez difficile. Venant de traverser une épreuve traumatique, en faire le récit aux fonctionnaires se révèle être particulièrement douloureux car cela projette les déclarants dans le passé. De plus, de nombreux individus originaires de milieux ruraux n’ont jamais été en contact avec les institutions gouvernementales. Ajoutons à cela la peur des représailles et la méfiance qu’expérimentent les individus à la suite de l’exil.
« Les gens ont peur d’aller déclarer [...]. Celui qui dit la vérité dans ce pays on le fait disparaître. C’est pour ça que les gens ont peur de parler. Quand on va déclarer à Acción Social, il y a toujours quelqu’un qui nous menace en nous disant que mentir est un délit, que celui qui ment est mis en prison. C’est pour ça que les gens préfèrent ne pas parler, qu’ils ont peur. En plus si vous dites un mot de travers, on vous nie le statut de déplacé. Il ne faut pas arriver trop bien habillé non plus parce que sinon on ne vous croit pas. Il faut paraître victime, avoir le dos courbé, la tête baissée pour qu’on puisse dire “pauvre petit déplacé !”[...]. Au lieu d’aider les victimes, on les accuse dans ce pays. Après tout ce qu’on a vécu, il faut encore supplier pour être crus. » (Teresa, leader de Yo Mujer).
Après la déclaration, les individus apparaissent dans le registre national des déplacés ou sont rejetés dans les 15 jours ouvrables.
« Un jour je me suis mise en colère là-bas, je ne comprenais pas ce que la dame était en train de m’expliquer, elle utilisait des mots compliqués, elle parlait des lois. Enfin, je ne comprenais rien donc je lui ai demandé de me réexpliquer tout ça de façon plus claire. Alors elle m’a regardée méchamment et m’a crié dessus. Pour qui elle se prend ! Moi je ne l’ouvre jamais mais là, je me suis énervée, j’ai pas supporté [...] Je lui ai demandé de me respecter parce que c’est grâce à nous, les déplacés qu’elle a à manger. Ces fonctionnaires d’Acción Social, ils nous méprisent, nous parlent mal, nous traitent comme de la merde, comme des voleurs, ils nous disent que si on a été déplacés c’est parce qu’on l’a cherchés. [...] Je n’ai pas bien compris la raison qu’ils m’ont donnée mais en gros ils m’ont dit que mon cas n’était pas un cas de déplacement forcé. Je leur ai dit que mon village était contrôlé par les paracos, que le maire en était un ! Qu’un de ses hommes voulait être avec moi et que j’ai refusé, je l’ai repoussé. Lui, il m’attendait le soir quand je rentrais du travail, un jour il m’a insultée parce que je ne me laissais pas faire et m’a mis un pistolet sur la tempe ! [...] Quelques jours plus tard, en plein milieu de la nuit, ils ont défoncé ma porte et nous ont dit de partir. Ils ont dit qu’ils ne voulaient plus nous voir ici ni moi ni mes enfants sinon ils nous violeraient et nous tueraient. On est partis en moins d’une heure. Je voulais aller chez mon frère à Cali mais le camion qui nous a emmenés allait à Bogotá alors on n’a pas eu le choix. [...] Quand je suis arrivée à Bogotá j’ai été déclarée et ils m’ont dit de revenir 15 jours après. Mais 15 jours plus tard ils n’avaient pas de réponse à me donner. J’ai fait beaucoup d’allers-retours à la UAO mais ils n’avaient jamais de réponse ou alors le système était en panne. Un jour il était 15 heures et la fonctionnaire qui s’occupait de ça était partie parce que sa mère était malade et il n’y avait personne d’autre pour s’occuper de moi... Au bout de trois mois ils m’ont dit que j’étais refusée. Que je n’étais pas considérée comme déplacée. »
Le cas de Maria Yali n’est pas un cas isolé. Les récits nous montrent que ces femmes se sentent victimes de divers types de violence, morale, verbale ou psychologique dans leurs interactions avec l’ensemble des entités étatiques chargées de la problématique. De par leur manque de connaissances juridiques, leur condition de femme, leur origine socioculturelle ou leur condition de déplacée, elles se trouvent en position de subordination face aux fonctionnaires des entités gouvernementales. J. Butler [2004] et P. Bourdieu [1998] parlent de statut d’expert des fonctionnaires qui sont familiarisés à l’environnement juridico-administratif et utilisent des références et un langage que les femmes ne peuvent pas comprendre. Les fonctionnaires et les femmes déplacées n’ont pas la même perception de la distribution et des pratiques de pouvoir [Passano, 1978 : 62]. Les premiers savent qu’ils jouissent d’un pouvoir de décision face aux femmes déplacées. Leur position d’expert renforce l’inégalité de cette relation. C’est ce que P. Bourdieu [1998] qualifie de « violence symbolique » qui, à la différence de la violence physique, est plus inconsciente car directement associée à la domination linguistique. C’est une forme de domination qui s’exerce sur le corps et l’esprit sans besoin de faire appel à la coercition violente pour légitimer les structures de pouvoir. J. Butler [2004] parle également de « discours de haine » produit par l’État. Dans notre cas, le statut de déplacé est un stigmate duquel l’individu ne peut se défaire car les entités gouvernementales, garantes de leurs droits, véhiculent ce discours excluant. Les déplacés se convertissent alors en « personnes sans État » [Butler, 2004]. En effet, ce langage offensif contribue à « dégrader, diminuer et affaiblir la capacité du récepteur d’exercer ses droits et libertés constitutionnellement garantis » [Butler, 2004 : 131]. Au-delà de la violence verbale, on peut également faire état de violence bureaucratique, personne n’étant responsable des temps d’attente d’attribution ou du retard de versement des aides. Ces observations mettent en valeur la difficulté pour les femmes déplacées de redéfinir leur identité de citoyenne colombienne, l’État étant supposé être le garant des droits constitutionnels.

32À en croire les annonces médiatiques du gouvernement, les déplacés en Colombie ne seraient pas dans le besoin puisqu’ils bénéficieraient de toute une série d’aides à la reconstruction.

  • 28 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009, à son domicile.

« Ç a me met dans une rage quand je vois à la télé des publicités qui disent que les déplacés ont tout ce qu’il faut, si la seule chose que l’on a c’est faim ! » (Rosa Maria, 64 ans, séparée)28.

  • 29 Extrait d’une conversation informelle entre les femmes, dans les locaux de l’association, en mars (...)

« La Doctora d’Acción Social a appelé pour dire qu’il fallait être là-bas à 9 heures parce que le ministre de l’Agriculture allait être là et qu’il pouvait peut-être nous donner quelque chose... Mal à la tête ! C’est tout ce qu’il nous aurait donné [rires] ! » (Conversation entre Teresa et Norita)29.

33La désillusion est clairement perceptible, dans ces témoignages, quant aux opportunités offertes aux déplacés par les entités gouvernementales. Même si la reconnaissance institutionnelle du statut de déplacé ouvre une voie juridique non négligeable, obtenir les aides relève plus du combat que du droit.

  • 30 Traduit de l’expression colombienne « Rebuscando por su cuenta ».
  • 31 Extrait d’un entretien réalisé le 19 avril 2009 à son domicile.

« Moi j’ai lutté pour obtenir l’aide au logement, c’était ça le plus important. Mais du reste j’en ai ras-le-bol [de l’aide à la génération de revenu] ! Ils [les fonctionnaires] sont vraiment désagréables et c’est super-éprouvant, très éprouvant ! Et de toute façon ils vous disent toujours la même chose, toujours la même chose ! Alors du coup, chacun travaille de son côté, se débrouille, essaie de s’en sortir comme il le peut30. » (Luz Marina, 39 ans, mariée)31.

34En effet, comme le souligne Luz marina, obtenir les aides à la reconstruction économique est un processus particulièrement long et éprouvant. C’est ainsi que de nombreuses femmes de l’association, après avoir obtenu l’aide au logement, ne cherchent pas à exiger le reste de leurs droits. L’accès à un logement, à un lieu de vie digne, est en effet l’objectif principal des familles déplacées. La subvention gouvernementale, couvrant en principe l’achat d’un logement, permet aux femmes d’accéder à la propriété – fait doublement symbolique pour ces dernières. Dans un premier temps, la condition de propriétaire laisse entrevoir la possibilité de se reconstruire durablement en ville : le flottement dans lequel se trouvent ces populations depuis le moment de l’exil prend fin. C’est une certaine forme de stabilisation pour les familles qui ne doivent plus se préoccuper du loyer à payer mensuellement. Devenir propriétaire en ville leur permet de se projeter vers le futur. Nous avons observé que, quel que soit leur statut marital, les femmes de l’association ont reçu le chèque du logement en leur nom. Elles, les femmes, sont devenues propriétaires et non leur époux, lorsqu’elles sont en couple. Cette nouvelle situation leur permet donc de renégocier leur statut au sein de la famille. Pour R. Castel [2001], l’individu pour exister comme tel doit avoir des supports. S’appuyant sur la théorie lockienne, il perçoit la propriété privée comme l’un de ces supports, laquelle permet en effet à l’individu de ne dépendre de personne dans le sens où « par propriété il faut entendre cette propriété que les hommes ont sur leurs personnes autant que celle qu’ils ont sur leurs biens » [Locke, 1994 : 173]. Pour les femmes qui dépendaient économiquement de leur époux en milieu rural, la condition de propriétaire leur permet de se percevoir comme sujets de droits.

35La Loi 387 de 1997 assure donc des droits aux populations déplacées. Or le processus d’obtention des subventions est long et éprouvant comme nous venons de le présenter. Néanmoins, les déplacés ne sont pas sans recours face aux institutions gouvernementales. En effet, la Constitution de 1991 met à la disposition des citoyens un outil juridique leur permettant de se saisir directement du droit. Il s’agit là de l’Action de Tutelle. L’article 86 de la Constitution de 1991 stipule en effet que

« Toute personne pourra intenter une action de tutelle pour réclamer aux juges en tout lieu et moment, par une procédure privilégiée et sommaire, par elle-même ou par toute personne agissant en son nom, la protection de ses droits constitutionnels fondamentaux, lorsqu’elle estimera que ces derniers ont été atteints ou menacés par l’action ou l’inaction d’une quelconque autorité publique. La protection consistera en un ordre donné à cette autorité pour qu’elle agisse ou s’abstienne d’agir. Le jugement qui sera immédiatement exécutable pourra être contesté auprès du juge compétent et, dans tous les cas, celui-ci le remettra à la Cour constitutionnelle en vue de son éventuelle révision. Cette action ne sera recevable que dans le cas où l’individu concerné ne dispose d’aucun autre moyen de défense judiciaire, excepté si cette action est utilisée comme un moyen transitoire pour éviter un préjudice irrémédiable. En aucun cas il ne pourra s’écouler plus de dix jours entre la demande de tutelle et la décision judiciaire. La loi déterminera le cas où l’action de tutelle sera recevable contre des personnes privées chargées de l’exécution d’un service public ou dont la conduite affecte gravement et directement l’intérêt collectif, ou contre ceux vis-à-vis de qui le demandeur se trouve sans défense ou en situation de subordination ».

36La tutelle est, selon M. Cepeda [1996], une révolution juridique permettant au citoyen de se saisir du droit consacré par la Constitution. Il s’agit là d’une « arme pacifique des citoyens contre l’arbitraire », « d’un véritable arsenal pour garantir les pouvoirs que la constitution confère aux individus » [Cepeda, 1996 : 107-108]. Notons qu’au cours des quatre premières années de son existence, les citoyens colombiens ont déposé 74 000 arrêts de tutelle contre 64 300 en Allemagne en 40 ans ou encore 14 200 en Espagne en 10 ans. Il s’agirait en effet d’une procédure simple, rapide et souple pouvant être saisie de façon spontanée par tous les citoyens, quelle que soit leur condition socioéconomique, leur lieu de résidence ou leur âge, sans avoir auparavant à épuiser toutes les voies juridiques. C’est selon M. Cepeda [1996 : 108] « ce qui confère tout son dynamisme à cette disposition ». « Avec la tutelle, les droits prennent vie » [Cepeda, 1996 : 111]. Il s’agit là d’un « instrument de changement social » favorisant la redistribution du pouvoir dans la société. C’est dans le cadre des ateliers de formation juridique que les femmes de l’association apprennent à activer cette disposition. Comme nous l’avons souligné tout au long de ce travail, les femmes d’origine rurale ne sont pas familières du monde juridique. Le déplacement forcé et le réseau associatif les propulsent dans un univers inconnu. L’utilité des outils juridiques leur apparaît progressivement. Le droit de pétition et l’action de Tutelle sont deux dispositions permettant une réappropriation du droit par la société. J.-M. Blanquer [1996 : 88] parle de « société de droit » pour désigner l’ » imprégnation du droit dans une société c’est-à-dire son utilisation diffuse par les acteurs sociaux dans un processus de réinterprétation permanente et donc de transformation ». Le réseau associatif du collectif Yo Mujer incarne donc cette « société de droit » au sein de laquelle les femmes apprennent à se saisir de leur citoyenneté.

  • 32 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009, à son domicile.

« Une chose est de demander des aliments, des aides qui vont et viennent et autre chose est d’exiger mes droits parce que c’est mon droit d’avoir accès à la santé, à un endroit où vivre, à l’éducation et à un projet productif pour pouvoir m’en sortir ! C’est pour ça que j’ai passé un droit de pétition et que j’ai envoyé des lettres au Président, que je suis à toutes les manifestations et que je demande de l’aide à la Casa de la Mujer parce que moi je ne connais pas bien les articles et les lois. » (Rosa Maria, 64 ans, séparée)32.

37L’appropriation de ces outils juridiques permet en effet aux femmes déplacées de faire valoir les droits qui leur sont conférés. Rosa Maria a ainsi envoyé de nombreuses lettres au ministère de l’Environnement, de l’Intérieur, au Président de la République ainsi qu’à la Mairie de Bogotá afin d’obtenir un complément d’aide au logement. Elle a également sollicité l’Ambassade de Suisse afin d’obtenir une bourse d’étude pour sa fille et a engagé de nombreuses démarches dans ce sens. Le cas de cette femme est très intéressant : au-delà de l’action de Tutelle ou de la pétition, elle mobilise de nombreux autres outils comme des lettres spontanées aux institutions diverses afin de faire valoir sa citoyenneté. Ces outils confèrent une nouvelle légitimité aux acteurs, lesquels disposent de mécanismes rendant effectifs leurs droits face à la lourdeur des démarches administratives.

  • 33 Renouvellement du Kit Humanitaire d’Urgence.
  • 34 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« Moi je dis que si on ne passe pas un droit de pétition ou une action de tutelle on n’obtient rien ! Moi par exemple, j’ai demandé une proroga33 et j’ai eu rendez-vous avec la fonctionnaire de l’UAO et elle m’a dit : “Non ! Pour obtenir quoi que ce soit, il faut revenir avec un droit de pétition parce que sinon c’est très difficile !” On doit se battre contre la Loi parce que sinon on n’obtient pas grand-chose. » (Ana Silvia, 43 ans, mariée)34.

38On comprend alors la portée de cette pénétration du droit parmi la communauté de femmes déplacées qui ont la possibilité de se saisir progressivement du texte constitutionnel.

  • 35 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009 à son domicile.

« Dans le quartier du Paraíso, une femme qui était amie de marina savait comment passer une Action de Tutelle pour recevoir plus d’aides alors elle en a passé une à nos noms à toutes. [...] On a reçu une réponse favorable parce qu’on a obtenu l’aide au logement, alors bon... [...] C’est comme ça que j’ai commencé à savoir faire ça. J’ai rempli ce papier pour qu’il me donne ce projet productif mais ils ne m’ont pas répondu. C’est là qu’on a décidé de passer une action de Tutelle ! » (Norita, 56 ans, séparée)35.

39L’action de Tutelle est un outil particulièrement mobilisé par les femmes de l’association Yo Mujer. La Cour Constitutionnelle, devant la situation critique à laquelle sont confrontées les familles, « s’érige comme l’instance étatique faisant valoir les droits de la population déplacée » [Codhes, 2010 : 4], participant activement à la reformulation des politiques publiques afin de favoriser le plein accès des déplacés à la citoyenneté. On se souvient d’ailleurs de la prise symbolique de la Cour Constitutionnelle par les femmes du réseau associatif, présentée dans le deuxième chapitre. Cette mobilisation a été mise en œuvre pour s’opposer aux restructurations des personnels de cette Cour qui menacent le soutien apporté aux populations déplacées.

  • 36 Extrait d’un entretien réalisé le 23 avril 2009 dans un café du centre-ville de Bogotá.

« On s’interroge maintenant sur ce qui va se passer parce qu’ils sont en train de sortir ceux qui nous aidaient le plus, nos meilleurs défenseurs et ils sont en train de mettre à leur place des bureaucrates alors à quoi on doit s’attendre ? C’est ça qui nous préoccupe le plus en ce moment ! Parce qu’on a obtenu tellement grâce à la Cour ! On leur envoyait des rapports mensuels et ils nous répondaient ! C’est ça qui nous inquiète ! » (Teresa, 56 ans, présidente de l’association)36.

40Les individus reconnus déplacés mobilisent en effet de nouvelles logiques reposant sur le dialogue social et la juridicisation des relations entre état et citoyen, s’emparant et intégrant ainsi le droit à leur réalité sociale. La reconnaissance officielle de l’épreuve vécue permet donc aux déplacés de retourner le stigmate, institutionnalisant leur position de victime face aux soupçons des voisins et fonctionnaires qui les assimilent aux acteurs armés. Il est cependant nécessaire de relativiser nos réflexions précédentes, l’imprégnation du droit par la société colombienne coexistant avec la négation des droits les plus élémentaires comme l’attestent la poursuite des déplacements forcés et les violences sociopolitiques à l’encontre des populations civiles dans le cadre du conflit armé. Rappelons que déclarer l’expérience d’un déplacement forcé n’est pas toujours synonyme d’obtention du statut officiel. Nous partirons donc d’une étude de cas particulier pour nous interroger sur les conséquences du rejet institutionnel.

  • 37 Sistema de Información de Población Desplazada, base de données de l’institution Acción Social sys (...)
  • 38 Consultoría para los Derechos Humanos y el Desplazamiento, ONG nationale promouvant la paix en Col (...)
  • 39 Expression colombienne que l’on peut traduire en français comme « la débrouille », la recherche d’ (...)
  • 40 Porté disparu de mars à septembre 2010, cet enfant avait été placé dans un centre par les services (...)

41Alors que le Sipod37 enregistre un total de 3 303 979 déplacés à la date du 31 décembre 2009, pour les 25 dernières années, l’ONG Codhes38 en identifie pour sa part 4 915 579. On observe un écart de 1 600 000 individus qui n’apparaissent pas dans le système officiel et ne bénéficie donc pas de la reconnaissance institutionnelle du statut de déplacé. Alors que l’ensemble des situations de femmes présentées jusqu’alors laisse paraître une tendance plutôt optimiste de la réinsertion des déplacées soutenues par le collectif, le cas de maria Yali est l’exception qui confirme la règle. Cette femme est arrivée à Bogotá au mois d’août 2008. Elle a immédiatement été dirigée vers le foyer d’accueil de l’association Yo Mujer par les fonctionnaires d’Acción Social. Sa déclaration a été rejetée par cette institution trois mois plus tard. Elle fait donc partie des exclus du système. Ce rejet institutionnel a de nombreuses conséquences tant d’un point de vue associatif que pour l’insertion urbaine de cette femme et de ses enfants. Chef de famille, âgée d’à peine 30 ans, elle a cinq enfants âgés de cinq à 14 ans. Exclue de tout lien institutionnel, cette femme est actuellement une « personne sans état » [Butler, 2004], dont l’identité est fluctuante [Jolivet, 2000]. Considérée comme migrante volontaire par les autorités, ce « déni de reconnaissance » [Fraser, 2005] la plonge dans une situation d’anomie. Sans droit, sa reconstruction tant sociale qu’économique s’avère particulièrement difficile dans cette ville hostile. C’est tout un processus psychologique qui entre alors en jeu car le rejet institutionnel la plonge dans une dépression profonde. Se sentant « moins déplacée que les autres », elle ne peut participer au récit commun qui se constitue au sein de l’association et permet aux individus de donner un sens à leur situation et à leur position dans le monde. Maria Yali souhaitait devenir militante au sein de ce collectif. Néanmoins, son statut de non-déplacée l’a également écartée de cette possibilité car Yo Mujer étant une association de femmes en situation de déplacement forcé, ne peut admettre officiellement – inscrire dans ses registres – des femmes non reconnues comme telles, risquant de perdre son statut juridique. Se sentant mise à l’écart Maria Yali s’est coupée du monde associatif. Les femmes de l’association ne comprennent pas sa réaction car elles lui ont proposé de l’aider à faire appel pour que son dossier soit revu. Ainsi, l’impossibilité de s’inscrire officiellement comme membre de l’organisation et de se constituer, par là, en tant que sujet de droit, se traduit dans ce cas par le repli sur soi, le rebusque39 individuel et anonyme. L’accumulation d’expériences jugées injustes lui a fait baisser les bras. Racisme –cette femme est afro-colombienne –, travail d’esclave, violences domestiques et sexuelles, rejet familial, menaces et déplacement forcé ont marqué la trajectoire sociale de cette femme avant son arrivée à Bogotá. Ajoutons à cela le rejet institutionnel qui s’articule à l’(auto-)exclusion associative, Maria Yali dispose de peu de recours. Alors que les autres ont pu se reconstruire un réseau de sociabilité, elle illustre les réflexions de M. Agier [1999] sur la difficile insertion des déplacés en ville. Sans lien institutionnel, sans lien social, elle vit dans l’anonymat, l’informalité et tente au jour le jour de se reconstruire. Sa conscience politique est totalement anéantie face à l’expérience de cette situation limite [Bataillon et Merklen, 2009] qui s’accompagne de discriminations quotidiennes. Incapable de donner socialement un sens à sa situation, il lui est extrêmement difficile de stabiliser son quotidien. Cet état d’anomie annule sa condition de sujet et rend particulièrement complexe sa reconstruction économique et sociale et son insertion urbaine. Ses enfants n’ont, de plus, pas accès à l’éducation gratuite ni aux services de santé. Elle vit actuellement dans un quartier d’invasions dans des conditions de misère extrêmes. Territoire d’affrontements entre représentants des divers groupes armés, son quartier de résidence est la scène de pratiques de violences quotidiennes. Ses quatre filles se trouvent dans une situation de vulnérabilité particulière étant donné qu’elle travaille la journée, la charge des trois plus jeunes est transférée à la fille aînée, âgée de 14 ans, enfant parentalisée. Effrayées par les violences extérieures, ces enfants ne sortent jamais de leur « maison », une pièce d’environ 12 mètres carrés faite de tôle ondulée et de vieilles parois en bois poreux. Son fils âgé de dix ans a disparu depuis maintenant deux mois40. Il ne s’agit malheureusement pas d’un cas isolé mais de celui de milliers d’individus déplacés non reconnus comme tels. L’intérêt d’évoquer un tel cas n’est pas d’en dresser un portrait misérabiliste mais de mettre en évidence deux réflexions. Tout d’abord, cet exemple nous rappelle que les expériences des déplacés sont diverses. Les trajectoires des femmes présentées dans cet essai ne représentent pas l’ensemble des femmes déplacées. Il s’agit bien là d’un échantillon réduit qui met quotidiennement en œuvre de nombreuses stratégies collectives et, par là, individuelles, de reconstruction de projets de vie. Mais cette étude du cas des femmes de Yo Mujer n’est pas généralisable à l’ensemble des individus en situation de déplacement forcé. D’autre part la présentation de la situation de maria Yali met en évidence les limites d’une association comme Yo Mujer. Alors que ce collectif semble à première vue être présent là où l’État fait défaut, cet exemple souligne la reproduction dans le cadre du collectif d’un système institutionnel excluant. Cette organisation s’inscrit en effet et ce, en dépit de ses membres, dans le prolongement des institutions étatiques, ne pouvant officiellement inscrire dans ses registres des femmes non reconnues comme déplacées sous peine de perdre son statut juridique. On perçoit alors clairement comment le sentiment d’appartenance à une communauté nationale et l’intégration d’un socle juridique venant légitimer cette identité favorisent la mise en récit et la redéfinition du quotidien.

Notes

1 Traduit de l’espagnol : « Me ha dejado llevar el liderazgo ».

2 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

3 Parmi les 25 femmes de notre échantillon, 14 sont en couple. Dans trois couples, aucun des deux époux ne travaille. Dans deux cas, les deux époux travaillent. Dans six familles, l’homme seul travaille contre trois familles où la femme seule travaille.

4 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

5 Extrait d’un entretien réalisé le 19 avril 2009 à son domicile.

6 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009 à son domicile.

7 Extrait d’un entretien réalisé le 22 avril 2009, à son domicile.

8 Extrait d’un entretien réalisé le 22 avril 2009, à son domicile.

9 Extrait d’un entretien réalisé le 22 avril 2009, à son domicile.

10 Extrait d’un entretien réalisé le 08 avril 2009, dans sa boutique.

11 Extrait d’un entretien réalisé le 22 avril 2009, à son domicile.

12 Extrait d’un entretien réalisé le 19 avril 2009 à son domicile.

13 Ibid.

14 Extrait d’un entretien réalisé le 08 avril 2009, dans sa boutique.

15 Extrait d’un entretien réalisé le 8 avril 2009, dans sa boutique.

16 Extrait d’un entretien réalisé le 18 octobre 2008 dans les locaux de l’association Yo Mujer.

17 Traduit de l’espagnol « No puedes servir a dos señores ».

18 Extrait d’un entretien réalisé le 19 avril 2009 à son domicile.

19 Extrait d’une anecdote dans les locaux de l’association Yo Mujer, avril 2009.

20 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

21 Évoquant ses aventures à Corabastos. Extrait d’un entretien réalisé le 15 avril 2009, à son domicile.

22 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

23 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

24 Extrait d’un entretien réalisé le 19 avril 2009, à son domicile.

25 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009 à son domicile.

26 Le Kit Humanitaire d’Urgence est renouvelable une ou deux fois selon la situation des familles.

27 Voir article 10 de la Loi 387 de 1997.

28 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009, à son domicile.

29 Extrait d’une conversation informelle entre les femmes, dans les locaux de l’association, en mars 2009.

30 Traduit de l’expression colombienne « Rebuscando por su cuenta ».

31 Extrait d’un entretien réalisé le 19 avril 2009 à son domicile.

32 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009, à son domicile.

33 Renouvellement du Kit Humanitaire d’Urgence.

34 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

35 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009 à son domicile.

36 Extrait d’un entretien réalisé le 23 avril 2009 dans un café du centre-ville de Bogotá.

37 Sistema de Información de Población Desplazada, base de données de l’institution Acción Social systématisant les déclarations des individus en situation de déplacement forcé, www.accionsocial.gov.co.

38 Consultoría para los Derechos Humanos y el Desplazamiento, ONG nationale promouvant la paix en Colombie, l’application des Droits de l’Homme et accordant une attention spéciale aux populations directement affectées par le conflit armé colombien. Voir site internet : www.codhes.org.

39 Expression colombienne que l’on peut traduire en français comme « la débrouille », la recherche d’issues de survie.

40 Porté disparu de mars à septembre 2010, cet enfant avait été placé dans un centre par les services sociaux car il avait été surpris en train de travailler comme aide-chauffeur dans un bus. Sa mère n’a jamais été prévenue de la décision des services sociaux et a cru son fils disparu pendant six mois.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/320/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Tableau 2 : Représentations de genre dans le couple
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/320/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/320/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/320/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Éditions de l’IHEAL, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540