Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trajectoires féminines et mobilisation d’exilées à Bogotá

 | 
Marjorie Gerbier-Aublanc

Chapitre 1. Destins déplacés : trajectoires féminines des campagnes vers les villes

Texte intégral

1La vie en milieu rural, l’épreuve du déplacement forcé et l’arrivée en ville sont trois étapes biographiques fondamentales pour les femmes de l’association Yo Mujer. C’est à travers leur récit que nous explorerons leur expérience de vie. Nous articulerons analyses diachronique et synchronique pour rapporter ces trois éléments formant le contexte de leur reconstruction après le déplacement.

Environnement rural et récits de femmes

2L’objet de cette première sous-partie est d’observer l’environnement social ou le « schéma socioculturel » de genre [Meertens et Segura, 1997] au sein duquel les femmes évoluaient avant l’exil.

Socialisation primaire des jeunes filles

3Rappelons que la socialisation est l’ensemble des processus structurels et biographiques qui assurent la construction des identités sociales [Dubar, 1991]. La famille et l’école sont généralement les deux institutions de la socialisation primaire des individus. Voyons comment s’est opéré ce processus pour notre échantillon de femmes déplacées.

  • 1 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009, à son domicile.

4Le niveau scolaire maximum atteint par les femmes, avant le déplacement, est le secondaire. Si l’on transpose au système scolaire français, cela équivaut au niveau troisième. Néanmoins, 20 femmes, soit 80 % de l’échantillon, n’ont pas dépassé le primaire. Parmi celles-ci, deux n’ont jamais été à l’école, quatre ont été scolarisées un an et cinq ont suivi les deux premières années de primaire. 11 femmes, soit 44 % de l’échantillon, ont atteint un niveau scolaire équivalent au CE1. Il est nécessaire de préciser que toutes étaient majeures au moment du déplacement. Nous ne disposons malheureusement pas de données nous permettant de comparer le niveau de scolarité de ces femmes à celui de leurs époux. Néanmoins, les récits soulignent un faible niveau de scolarité général dans les campagnes, même si cet espace semble plus ouvert aux hommes qu’aux femmes.

« À mon époque, on savait qu’au plus on nous envoyait à l’école jusqu’à ce qu’on finisse le primaire. Après ça, il fallait partir de la maison et aller travailler au village ou en ville, ou rester à la ferme si on en avait les moyens. Vers 17 ans, on allait vivre avec quelqu’un ou on se mariait. » (Rosa Maria, 64 ans, séparée, originaire du Tolima, déplacée en 2002)1.

  • 2 Extrait d’un entretien réalisé le 16 avril 2009, à son domicile.

« Quand j’étais petite, ma maman est morte et comme on m’avait baptisée, j’ai été élevée par mes parrains. Mais pas question de m’envoyer à l’école ! Quand on était enfant, on nous mettait une émission de radio à 5 heures du matin avec un cahier et on devait étudier ! On nous disait que si on n’apprenait pas c’est parce qu’on ne voulait pas parce qu’ici on avait tout pour étudier. [...] Aux filles, on nous enseigne toutes les choses de la maison. Pourquoi nous envoyer à l’école ? S’ils disent que la femme n’est pas faite pour ça. » (Mercedes, 44 ans, séparée, originaire du Tolima, déplacée en 2004)2.

  • 3 Extrait d’un entretien réalisé le 22 avril 2009, à son domicile.

« Ils disent que ça ne sert à rien de nous envoyer étudier parce qu’après on part avec le petit copain et on abandonne les études ! » (Yeni Paula, 26 ans, mariée, originaire du Tolima, déplacée en 2005)3.

5La famille apparaît donc comme l’espace principal de socialisation des jeunes filles en milieu rural. La grande majorité des femmes de notre échantillon sont issues de familles paysannes. La charge de travail, dans ce type de système productif, est telle que les parents font appel à la collaboration de leurs enfants. Dès leur plus jeune âge, les jeunes filles sont mobilisées pour remplir diverses tâches. Elles rapportent la dureté de leur éducation, la participation obligatoire à l’économie familiale ne laissant que peu de temps aux préoccupations infantiles. Comme le souligne Y. Verdier [1979 : 174], réalisant l’ethnographie d’un village français, minot :

« Retenons de ce temps de prime éducation [...], qu’il s’agit d’apprendre à travailler, et que le principe mis en œuvre est celui de la soumission à l’autorité. Les enfants ne sauraient rester oisifs, ils obéissent à une succession d’ordres, de tâches à accomplir. »

6Les récits suivants laissent paraître l’assignation aux jeunes filles de tâches ayant trait à la reproduction du foyer, telles le soin des enfants, la cuisine ou encore le ménage.

« À partir d’environ 7-10 ans, j’ai dû commencer à faire le ménage et aider à élever mes neveux, j’étais la dernière... [...]. Depuis toute petite, on m’a confié des responsabilités qui n’étaient pas les miennes mais c’est comme ça...

MGA : Et vous n’avez jamais été à l’école ?

  • 4 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009 à son domicile.

J’ai seulement fait un an, c’est là que j’ai à moitié appris à lire et à écrire, et j’ai arrêté les études. C’est-à-dire que j’ai fait cette année et ensuite j’ai été m’occuper d’enfants, j’ai travaillé comme nourrice [...] » (Norita, 56 ans, séparée, originaire du Tolima, déplacée en 2002)4.

  • 5 Boisson ayant une consistance de bouillie à base de lait ou d’eau et d’avoine ou de farine.
  • 6 Extrait d’un entretien réalisé le 19 avril 2009 à son domicile.

« Moi j’ai grandi à la campagne et je devais me lever à 3 heures du matin, mettre l’eau à chauffer pour les ouvriers et comme je vous l’ai dit, j’ai dû élever mes frères et sœurs. “Prépare la colada5, fais le ménage, fais ci, fais ça ! Va chercher une banane, va chercher du bois” et bon, nous on n’a pas connu les jeux. Ça n’existait pas ! Moi je passais mon temps à ça [au travail]. » (Luz Marina, 39 ans, mariée, originaire du Tolima, déplacée en 2002)6.

7Ces deux extraits sont issus des témoignages d’une mère, Norita, et de sa fille, Luz marina. On observe ici la reproduction par Norita de l’éducation qu’elle a reçue enfant. Cet exemple nous montre que la socialisation des fillettes se fonde sur l’identification à la mère et l’imitation des fonctions domestiques assumées par cette dernière. Dès leur plus jeune âge, les jeunes filles intègrent en milieu rural une identité de genre en accord avec les rôles assignés aux femmes au sein de la sphère familiale. Ces tâches sont une obligation pour les jeunes filles et comportent une valeur morale et normative : se tenir tranquille et intégrer les responsabilités d’une maîtresse de maison, épouse et mère de famille [Verdier, 1979]. Ces rôles, faisant intervenir des techniques exclusivement féminines – éduquer les enfants, laver, cuisiner – sont des savoir-faire partagés par toutes les femmes dans le cadre quotidien de leur vie familiale et délimitent une « culture féminine avec ses techniques propres, ses traditions, son langage, son échelle de maîtrise, sa topographie, ses rythmes. » [Verdier, 1979 : 80].

Famille et relations de genre

8Dans les campagnes, les relations de genre se situent à l’intérieur d’un système patriarcal institutionnalisé au sein duquel sont définies les identités féminines et masculines à partir de l’interprétation des différences sexuelles biologiques ou de la « valence différentielle des sexes » [Héritier, 1996]. Dans ce type de « système de genre » [Charlier, 2006 ; De Barbieri, 1991 ; Scott, 1996], l’homme incarne la figure hégémonique du chef de famille et la division sexuée des tâches établit une séparation claire entre rôles masculins et féminins. C. Turbay et A. Rico Alonso [1994] parlent de « situation de genre » pour évoquer les relations qui s’établissent entre hommes et femmes, lesquelles déterminent leur insertion et participation dans les divers espaces de la société.

9Qu’il s’agisse du père ou de l’époux, les déplacées nous rapportent qu’elles devaient obéissance à l’homme de la maison. Hommes et femmes ont intériorisé ce « système de genre » au cours de leur socialisation primaire et les « conditions de genre » qui en découlent. On entend ce dernier concept comme « le monde des représentations socialement construites autour des situations de genre et du ‘“devoir être” sur les caractéristiques “inhérentes” ou “propres” au genre tant sur le plan du comportement social que personnel ou individuel » [Maruani, 2005 : 15]. Les hommes « ordonnent, prennent les décisions ». Les femmes « n’osent pas, gardent le silence » face à la figure masculine.

  • 7 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« Nous à la campagne, par exemple avec le père de ma fille aînée, moi j’ai beaucoup souffert, il me maltraitait beaucoup, mais moi je pensais que c’était notre destin en tant que femme [...] c’est pour ça que je ne racontais mes problèmes à personne, je gardais le silence [...]. Chez mon père aussi, il nous disait “faites ça et ça”. On n’était que des enfants et il nous faisait faire des travaux qui n’étaient pas de notre âge et nous, on n’était là que pour obéir. Se taire et obéir, rien de plus ! » (Ana Silvia, 43 ans, mariée, originaire du Cundinamarca, déplacée en 2002)7.

  • 8 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009 à son domicile.

« Une nuit il m’a dit que sa mère lui avait appris qu’on ne donnait pas de tendresse et d’amour à sa femme, qu’on ne lui donnait rien d’autre que des ordres. » (Norita, 56 ans, séparée, originaire du Tolima, déplacée en 2002)8.

  • 9 Extrait d’un entretien réalisé le 22 avril 2009, à son domicile.

« Moi à la ferme je n’osais rien lui demander, j’avais peur d’aller lui parler. Avant il s’énervait beaucoup ! [...] Lui, c’est mon premier petit copain, je suis partie avec lui à 15 ans et je suis restée avec lui depuis. Je voyais les familles et je me disais, ça doit être super d’avoir un mari qui te donne tout mais je suis partie vivre avec lui et je n’osais rien lui demander. [...] On n’avait même pas de télévision, rien ! On avait à la ferme, une gazinière – ça on en avait besoin – et un petit poste de radio mais rien d’autre ! Rien ! Je ne faisais rien d’autre que travailler [rires] [...] Pour moi, avant, la femme devait rester avec son mari, faire ce que lui disait son mari parce que c’était comme ça ! C’est ce qu’on m’avait dit là-bas ! C’était le mari qui commandait et on devait se taire et obéir ! Cuisiner, garder la maison propre et attendre qu’il rentre, tout bien faire pour qu’il ne s’énerve pas. Parce qu’il n’y avait personne pour nous défendre. Il arrivait fatigué, il lui fallait son repas, son linge, alors que si moi j’arrivais fatiguée... tant pis pour moi ! Moi je pensais qu’une femme devait être l’esclave de son mari. » (Yeni Paola, 26 ans, mariée, originaire du Tolima, déplacée en 2005)9.

10E. Goffman [2004] analyse ce type de situations sociales où la hiérarchie est marquée par la subordination, l’obéissance et la domination, comme des rapports parents enfants. Il semble à travers ces témoignages que la femme soit diminuée en tant que sujet, « infantilisée » dans ses rapports à l’homme. Celui-ci doit en contrepartie assumer un « rôle parental » marquant sa position hiérarchique. Bien qu’évidente entre père et fille, cette relation se perpétue entre époux. Cette observation nous renvoie au principe de soumission à l’autorité en lien avec les rôles intériorisés par les femmes au cours de leur socialisation primaire [Verdier, 1979]. En effet, hommes et femmes réalisent des tâches complémentaires. Les femmes sont cependant tenues à une conduite plus modeste, en accord avec les normes sociales.

11La division sexuée des tâches en milieu rural marque une dichotomie forte entre « rôles de genre ». On entend par là les tâches ou fonctions assignées en accord avec les idées, perceptions ou valeurs sociales et culturelles de ce que doit être le féminin et le masculin. Conformes aux « conditions de genre », ces rôles sont intégrés au cours du processus de socialisation primaire [Luna, 1991]. On retrouve ici la dichotomie femme-espace privé/homme-espace public [De Barbieri, 1991] où les fonctions féminines se focalisent, dans le cadre de la sphère domestique, autour de la maternité et du « soin » de l’autre.

  • 10 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« [...] C’était la femme à la maison, la femme qui faisait tout ou plutôt qui devait tout faire, et pas l’homme ! Moi, là-bas je ne travaillais pas, je restais à la maison, le travail c’était à la maison. Travailler à l’extérieur ? NON ! Moi j’étais de la maison, je m’occupais des enfants. Oui, je passais mon temps à m’occuper des enfants. Et l’homme... ben il travaillait pour nous rapporter tout ce qu’il fallait pour la maison [...] il ne changeait pas une couche, rien ! Passer le balai, laver par terre, rien ! Mon mari, jamais ! C’était moi qui devais tout faire ! » (Ana Luisa, 56 ans, veuve, originaire du Caldas, déplacée en 2003)10.

12Le témoignage d’Ana Luisa souligne la complémentarité des rôles masculin-féminin où l’homme doit assurer la survie économique du foyer tandis que la femme est chargée de sa reproduction sociale. Dans le même courant que F. Héritier [1996],

13L. Luna [2003] considère que les rôles de genre s’établissent à partir des différences sexuelles anatomiques, c’est-à-dire de la capacité des femmes à enfanter. La maternité consacrerait la différence entre rôles masculins et féminins dans le sens où elle a historiquement été définie et reconnue au-dessus de tout autre fonction sociale. L’historienne parle de « maternalisme » ou « d’hypervalorisation de la maternité » au fondement de la construction des rôles de genre [Luna, 2003 : 67]. « Socialisation du biologique » et « biologisation du social » [Bourdieu, 1998 : 15] se conjuguent pour faire apparaître une construction sociale naturalisée, les « genres » en tant qu’habitus sexués. Cette opération apparaît à tous, y compris aux femmes, comme « naturelle » parce que conforme aux croyances collectives de la communauté et justifie la division sexuée des tâches. « [...] La force de l’ordre masculin se voit au fait qu’il se passe de justification : la vision androgyne s’impose comme neutre et n’a pas besoin de s’énoncer dans des discours visant à la légitimer » [Bourdieu, 1998 : 15]. Cette séparation « naturelle » entre travaux masculins et féminins est renforcée par un principe hiérarchique comme nous l’avons souligné précédemment. Les travaux des hommes « valent » plus, sont mieux reconnus socialement et économiquement que ceux des femmes. C’est ainsi que, pour certains auteurs féministes, la division sexuée du travail est le nœud essentiel de l’oppression des femmes. C. Delphy [1998], d’inspiration marxiste, fait l’analogie entre système patriarcal et capitaliste, les deux ayant pour elle une base économique. En effet, dans ce mode de production domestique les hommes et les femmes se trouvent constitués en tant que classes. La femme fournit à son mari des biens et services domestiques en échange, non d’une rémunération comme dans le mode de production capitaliste mais d’un entretien, le mari pourvoit à ses besoins. La femme est exploitée par son époux car « cet échange suppose une disponibilité infinie contre un entretien non garanti » [Bereni et al., 2008 : 114]. C’est sur cette base que la famille se constitue comme un lieu de rapports de pouvoir où l’homme représente l’autorité suprême. C’est d’ailleurs dans ce sens que l’on entend, dans ce travail, les rapports parents enfants évoqués par E. Goffman [2004]. Prolongeons la théorie du patriarcat de C. Delphy [1998] en ajoutant que la frontière entre tâches « féminines » et « masculines » est parfois floue. Si l’homme ne participe aucunement aux labeurs domestiques, la femme doit en général seconder son époux dans le milieu agricole, son travail étant soumis au mandat masculin. Le travail agricole des femmes est perçu comme une contribution, les tâches accomplies étant socialement et économiquement dévalorisées. L’homme est aux yeux de tous, y compris de son épouse, le pourvoyeur économique officiel du foyer. Ce dernier assure, dans la plupart des cas, la gestion monétaire et l’ensemble des transactions professionnelles ou d’ordre privé.

  • 11 Extrait d’un entretien réalisé le 22 avril 2009, à son domicile.

« Moi, avant, je ne sortais jamais de la maison, seulement pour aider mon mari dans les champs. Pour rien je ne sortais de la maison, jamais ! C’était lui qui achetait tout. Je n’ai presque jamais touché d’argent, juste une fois quand j’ai dû sortir parce qu’il n’était pas là, j’ai pris de l’argent et fait des courses mais sinon jamais ! [...] À la campagne, la femme doit travailler avec son mari, s’occuper des enfants et entretenir la maison. Là-bas, on est esclave de la cuisine et des enfants. Mon mari s’énervait si je n’allais pas travailler avec lui mais quand on rentrait il ne m’aidait en rien ! Même enceinte je devais l’aider aux champs, cuisiner, entretenir la maison et m’occuper des enfants. Lui, il ne faisait rien ! » (Yeni Paola, 26 ans, mariée, originaire du Tolima, déplacée en 2005)11.

  • 12 Norita utilise ici l’expression machetear pour désigner une tâche qu’elle réalisait aux champs, «  (...)
  • 13 Contraction de « mi hija » signifiant « ma fille », terme affectueux en Colombie.
  • 14 « Pero como uno no lo tenía en la cabeza pues el trabajo era por debajo de la mesa ».
  • 15 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009 à son domicile.

« Laissez-moi vous dire que quand j’étais avec mon mari, je ne faisais rien d’autres que de cuisiner pour les travailleurs, me lever à l’aube, à 3 heures du matin pour préparer le petit-déjeuner, le déjeuner, le repas, les enfants, le mari, le repas, le linge, ceci et cela, et rien d’autre ! Quand j’étais malade, quand j’étais vraiment malade et que je ne pouvais plus me lever, celui-là [son mari], de temps en temps, faisait à manger, lavait et rangeait la maison, s’occupait des enfants, là oui ! Mais sinon jamais ! [...] mais moi, je devais travailler, semer l’engrais, machetear12, récolter le café, je l’aidais à faire tout ça [...] [rires] mais le problème, mija13, c’est que moi je travaillais mais je n’ai jamais reçu un peso, c’était toujours lui, moi je n’ai jamais eu un peso [...] c’était lui qui gérait tout, tout ! Il nous achetait toutes nos affaires, nos vêtements. Si j’avais besoin, je ne lui disais pas j’ai besoin de chaussures, j’ai besoin de petites culottes, j’ai besoin de [rires] rien ! Quand il descendait vendre le café, il rapportait des vêtements pour les uns et pour les autres. [...] c’est sa mère qui lui avait dit, enfin avant les gens disaient qu’à une femme, on ne lui laissait pas avoir d’argent. La femme ne pouvait pas, elle ne pouvait pas diriger la maison parce qu’alors que deviendrait l’homme ? Alors il me donnait l’opportunité d’avoir mes poules, à moi, de vendre les œufs, de vendre les poules [...] Lui me disait, si tu veux avoir ça ou ça, alors travaille ! Débrouille-toi pour obtenir ce que tu veux ! Travaille ! Mais qu’est-ce que je faisais ? Je ne travaillais pas peut-être ? Mais que la femme travaille, ça on ne l’avait pas en tête, alors ce travail il passait inaperçu14. Moi je n’ai jamais reçu un peso. Ma responsabilité, mon travail c’était me lever, m’occuper des enfants, coucher avec lui, les servir tous, rien de plus ! [...] mais pour moi c’était normal, je le voyais alors comme le superhomme ! » (Norita, 56 ans, séparée, originaire du Tolima, déplacée en 2002)15.

14Le témoignage de Norita renforce l’ensemble des propositions théoriques mentionnées précédemment. Les rôles de genre dérivés de l’interprétation de la « valence différentielle des sexes » se traduisent selon F. Héritier [1996] en domination masculine.

« On en connaît bien désormais le mécanisme : pour que les femmes qui possèdent le privilège “naturel”, biologique, de la procréation ne puissent le traduire en pouvoir social, les sociétés communautaires [c’est-à-dire les hommes y exerçant le pouvoir] ont inventé des dispositifs (mythiques, rituels et institutionnels) leur assignant une position dominée et une identité négative. » [Héritier, 1996 : 40].

15L’administration de l’argent est nettement associée à la direction du foyer, fonction masculine « naturalisée » justifiant l’autorité de l’homme. Comme le souligne Norita, la femme ne pouvait disposer d’argent propre parce que sinon « que deviendrait l’homme ? ». M. E. Cosio et V. Rozée [2009] rappellent ainsi :

« Le rôle masculin de pourvoyeur de ressources économiques a toujours une forte valeur symbolique, chez les hommes comme chez les femmes, associée à l’idée de protection, de représentation de la famille, de responsabilité et de masculinité. » [Cosío, Rozée, 2009 : 127].

16Norita précise que « c’est sa mère qui lui avait dit, enfin avant les gens disaient qu’à une femme, on ne lui laissait pas avoir d’argent ». Cette citation met en valeur le rôle de la mère dans la transmission des représentations de genre à son fils. À plusieurs reprises les femmes de notre échantillon évoquent qu’elles devaient obéissance à leur belle-mère qui symbolise alors la figure masculine, par sa position de mère de l’époux. De plus on peut imaginer que, son cycle de fécondité étant terminé, la mère de l’époux n’est plus soumise aux mêmes normes sociales qu’une femme féconde mais qu’elle acquiert alors une position plus élevée dans la hiérarchie des genres. Y. Verdier [1979] souligne, dans son ethnographie de minot, que l’homme passant les bornes de la répartition des tâches est assimilé à un « fantoche », atteint dans sa masculinité et devient risible. À l’inverse, on ne dit rien de l’épouse qui travaille aux champs dans la mesure où la femme est faite pour tout faire et peut tout faire sans que sa féminité soit remise en cause [Verdier, 1 979]. Reprenant le récit de Norita, on s’aperçoit clairement que cette dernière réalise à la ferme des tâches symboliquement masculines comme utiliser la machette, mobilisant ainsi la force physique, caractéristique « naturelle » de l’homme. Y. Verdier [1979] interprète ce phénomène en soulignant que la répartition des tâches est certes inégale mais au profit de la femme dont la sphère d’action recouvre largement celle de l’homme, le chevauchement étant à sens unique. Néanmoins, l’ethnologue note qu’en contrepartie de leur puissance, les femmes sont séparées, isolées, soumises à l’autorité masculine. Les récits de vie des femmes nous révèlent en effet une domination masculine à tous les niveaux de la vie sociale, au sein de la famille, de la ferme mais également dans le cadre de leur mobilité géographique [meertens, 2000].

  • 16 Extrait d’un entretien réalisé le 19 avril 2009 à son domicile.

« Là-bas, parfois je passais jusqu’à deux ou trois ans sans aller au village ! Alors imaginez-vous [...]. Il ne me laissait pas donner mon opinion, ni faire quoi que ce soit, parce qu’il me disait que celui qui commandait c’était lui et que la seule chose que je pouvais décider c’était ce que j’allais faire à manger. » (Luz Marina, 39 ans, mariée, originaire du Tolima, déplacée en 2002)16.

  • 17 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009 à son domicile.

« Ça nous était tellement difficile de descendre au village parce qu’un véhicule montait le matin et l’autre l’après-midi. Et comme c’était une route de montagne qui montait et descendait, pleine de virages [...]. De toute façon, je ne prenais jamais un peso pour me payer le transport parce que sinon il me disputait et il me demandait pourquoi j’étais sortie sans le lui dire. » (Norita, 56 ans, séparée, originaire du Tolima, déplacée en 2002)17.

17Ces deux extraits mettent en évidence l’éloignement géographique des lieux d’habitation des femmes. En effet, la plupart d’entre elles vivaient dans des hameaux à plusieurs heures de route des villages. Ce fait peut expliquer leur cantonnement à l’univers familial au sein duquel la hiérarchie de genre organise la vie quotidienne. L’ensemble des actions féminines semble soumis au contrôle du chef de famille. Les femmes ne disposent généralement que d’un pouvoir de décision limité à la sphère domestique, univers de souveraineté et d’autonomie féminine [Verdier, 1979], comme le souligne Luz marina. Le vocabulaire employé par Norita dans ce dernier extrait « sinon il me disputait » met en évidence la hiérarchie des relations de genre et le caractère parental de l’homme. La femme, assimilée et s’assimilant alors à une enfant, a peur de se faire « disputer ». En effet, la domination masculine prend parfois la forme d’une « autorité tyrannique » [Meertens, 2001].

18Le système de genre patriarcal accorde les pleins pouvoirs au chef de famille masculin. La réduction de la femme au rôle de procréatrice et la violence domestique sont deux pratiques permettant aux époux de réaffirmer leur position au sein de la famille.

  • 18 Ibid.

« C’est à toute heure, à tout moment, ils nous maintiennent comme une mule sous une charrette ! C’est ce que disent les hommes, que pour tenir une femme, il faut la maintenir chargée comme un fusil ! Quelle vulgarité des hommes ! Comme quand on attrape un cheval avec un lasso et qu’on le tient bien fermement, qu’on ne le lâche plus, qu’il ne peut plus bouger. Eh bien ! ils disent que pour la femme, pour l’assujettir au foyer, qu’elle ne puisse plus partir, il faut qu’elle soit enceinte et c’est comme ça qu’ils m’ont soumise, c’est comme ça que cet homme me gardait. Mon Dieu, combien de fois j’ai voulu partir, combien de fois... et à chaque fois je tombais enceinte ! Quand j’étais libre, il me traitait bien mais dès que j’étais enceinte [rires] c’était une vie terrible... » (Norita, 56 ans, séparée, originaire du Tolima, déplacée en 2002)18.

19Le témoignage de Norita est fort de sens. Le vocabulaire et les expressions employés par cette femme – « une mule sous une charrette », « chargée comme un fusil », « attrape un cheval avec un lasso », « tenir fermement », « ne le lâche plus », « ne peut plus bouger », « assujettir », « soumise » – sont les symboles d’une domination violente, presque animale. La maternité, et plus particulièrement la grossesse, est à travers ce récit associée à un rapport de domination particulier. On en revient alors aux réflexions de F. Héritier [1996 : 40] qui souligne que « le privilège naturel de la procréation » se traduit en « pouvoir social », « assignant [aux femmes] une position dominée et une identité négative ». Identité négative et position dominée sont omniprésentes dans le récit de Norita. Elle assimile ici la femme à une « mule » et à « un cheval », bêtes de travail utilisées dans les champs, soumises aux ordres de l’homme. L’idée du « fusil chargé » souligne la violence de cette pratique et l’impuissance de la femme à son encontre. Enceinte, elle est en effet vulnérable et se sent d’autant plus dépendante de son époux qu’il est le père d’un enfant supplémentaire. Quand les familles sont déjà nombreuses, il devient de plus en plus improbable qu’une femme quitte son mari – pourvoyeur économique de la famille – n’envisageant pas d’élever seule ses enfants. On voit bien à travers cet exemple comment l’interprétation de différences biologiques entre les sexes peut justifier des pratiques de domination masculine. Mais la hiérarchie entre les genres se traduit également en violence physique. La majorité des femmes interrogées font état de telles expériences dans leur vie conjugale. Il est évident que la violence domestique n’est pas caractéristique des milieux ruraux ni même de la Colombie. Néanmoins, il est pertinent d’analyser cette pratique comme « expérience sociale » des femmes [Dubet, 1 994] avant le déplacement forcé.

  • 19 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« En général, je souffrais seule. Par exemple, avec le papa de ma fille aînée, j’ai vécu presque neuf ans et avec lui c’était presque toujours des expériences amères mais moi je n’allais nulle part faire valoir mes droits parce qu’en tant que personne, celui-là m’avait complètement annulée. C’était ce que lui disait et rien de plus ! Donc il me maltraitait, me battait [...], moi je ne le supportais plus parce qu’il me traitait très mal mais je me disais, non ! Je vis avec lui, j’ai une fille avec lui, je dois rester avec lui et ne pas donner le mauvais exemple à ma fille pour qu’elle ne souffre pas d’être sans son père. Alors je souffrais, j’endurais la maltraitance tant physique que psychologique ou verbale [...]. Dans ma famille, on savait bien que je souffrais, que j’endurais beaucoup de choses. Je n’ai jamais demandé d’aide nulle part [...]. Par exemple, il m’attrapait avec violence et m’obligeait à être avec lui, et moi je pensais que c’était normal parce que c’était mon conjoint. [...] J’ai tout enduré, en personne je l’ai vécu, violée par mon conjoint, maltraitée quotidiennement, je supportais tout en silence parce que je me disais il faut endurer je vis avec lui et c’est comme ça ! C’était mon destin, non ? Je souffrais comme ça et je ne demandais d’aide à personne, ni à la justice, ni à mes proches. Je n’en parlais à personne. » (Ana Silvia, 43 ans, séparée, originaire du Cundinamarca, déplacée en 2002)19.

  • 20 Extrait d’un entretien réalisé le 08 avril 2009, dans sa boutique.

« Un jour, il m’a presque blessée avec un couteau, j’étais enceinte de quatre mois, j’ai cru que je l’avais perdu ! Non, non, non ! Moi je n’en n’avais pas la moindre idée. Imaginez-vous à 14 ans ! J’ai grandi sans ma mère, ma maman est morte quand j’étais toute petite. ça a été très dur pour moi ! Je demandais à mes amies et elles me disaient que ça ne devait pas se passer comme ça [...], que mon mari ne pouvait pas me maltraiter comme ça. Il me maltraitait physiquement et aussi avec les mots. Moi je ne connaissais pas mes droits. Je ne savais rien de tout ça ! » (Doris, 35 ans, mariée, originaire du Tolima, déplacée en 2006)20.

  • 21 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009 à son domicile.

« Alors il a dit “tu iras parce que c’est comme ça sinon tu vas en recevoir une !” Je lui ai dit que je n’irais pas et que s’il allait me frapper qu’il le fasse, parce que c’était l’homme de la maison et qu’il en avait le droit, que personne ne l’en empêcherait ! “Tu peux me battre, bats-moi ! mais je n’irai pas !” Et il lève la main, me donne un coup et s’en va ! Eh bien moi aussi je suis partie ! Je suis descendue chez ma mère. [...] C’est là que mes frères et sœurs ont commencé à me reprocher d’avoir été me faire faire des enfants pour les faire garder par ma mère et ils ont créé des problèmes, alors j’ai prié... “Aidez-moi Seigneur pour que cet homme revienne et que mon foyer se reforme, aidez-moi à élever ces enfants.” Et il est réapparu du jour au lendemain. Et bon, je me suis décidée à vivre la vie qu’il me fallait supporter ! » (Norita, 56 ans, séparée, originaire du Tolima, déplacée en 2002)21.

20La loi du silence et l’impuissance semblent s’imposer du côté des femmes qui perçoivent certes la violence conjugale comme injuste et douloureuse mais n’y voit rien de plus que l’expression du pouvoir institutionnalisé de leur époux. Dénoncer ne leur vient même pas à l’esprit car la violence physique envers les femmes est une expérience commune, presque normalisée. De plus, les récits d’Ana Silvia et de Doris mettent en évidence que l’ignorance des recours empêche toute action. C’est le destin de la femme que d’exister à travers ses fonctions domestiques, comme le soulignent Ana Silvia et Norita, et la violence intra-familiale n’est qu’une expression de la hiérarchie des genres.

21Norita le met d’ailleurs en évidence en évoquant que « c’était l’homme de la maison, il en avait le droit et personne ne l’en empêcherait ». La violence domestique est, en effet, utilisée par ces derniers comme un droit, celui de disposer du corps de leur épouse. La maltraitance conjugale paraît donc être socialement admise, jusque dans les familles, qui gardent le silence et n’interviennent pas dans le cas d’Ana Silvia, ou vont jusqu’à culpabiliser la victime, dans le cas de Norita.

Un univers de silence

22D’après les témoignages, les réseaux de sociabilité des femmes en milieu rural semblent se limiter à la famille, aux amies et aux voisines. Les récits des femmes nous apprennent qu’elles échangeaient, à travers ces réseaux, des services réciproques selon le modèle du don/contre don [Mauss, 2007] et partageaient leurs problèmes matériels du quotidien.

  • 22 Jus de la canne à sucre solidifié utilisé en cuisine, comme tisane ou comme sucrerie en Colombie.
  • 23 Extrait d’un entretien réalisé le 22 avril 2009, à son domicile.

« Si j’avais besoin de quelque chose, j’en parlais à la voisine, une femme qui nous aidait quand on avait besoin de panela22, de riz... mais je ne parlais à personne d’autre. J’étais une femme qui parlait peu. » (Yeni Paola, 26 ans, mariée)23.

  • 24 Seules trois femmes sur 25 nous affirment qu’elles se sentaient en confiance avec leur époux et se (...)

23Cependant, les questions d’ordre privé se résolvaient plutôt au sein de l’espace familial24, étaient confiées à leurs proches amies ou n’étaient pas exprimées du tout. Comme l’évoque Yeni Paola, les femmes parlaient peu.

  • 25 Extrait d’un entretien réalisé le 15 avril 2009, à son domicile.

« Je réglais tout avec mon époux ou si ma mère était là avec ma mère. Moi, aux voisins, je ne parlais presque pas de mes problèmes parce que parfois ça créait des ragots et moi je n’aime pas ça ! » (Marisol, 30 ans, mariée, originaire du Meta, déplacée en 2008)25.

  • 26 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« Moi j’allais voir ma mère. Maman j’ai besoin de ci, j’ai besoin de ça [...]. Quand j’avais mon commerce, j’avais beaucoup d’amies, j’aimais beaucoup être en contact avec les gens, vous comprenez ? Mais ma vie personnelle je la réservais à ma famille. » (Marta, 33 ans, séparée, originaire du Valle del Cauca, déplacée en 2006)26.

  • 27 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« Moi je ne racontais mes problèmes à personne et je ne parlais à personne. Je gardais le silence [...]. Il arrivait qu’aux proches, aux amies, occasionnellement à quelqu’un de la famille, on raconte “tiens il m’arrive ceci, il m’arrive cela” mais rien de plus. » (Ana Silvia, 43 ans, mariée, originaire du Cundinamarca, déplacée en 2002)27.

24Ces témoignages semblent mettre en évidence une sociabilité limitée des femmes dans les villages, ces dernières échangeaient peu d’informations entre elles au-delà des services mutuels d’ordre matériel. Marta est la seule femme à évoquer un réseau d’amies étendu, tout en rappelant qu’elle avait alors un commerce. On peut donc s’interroger sur la nature de ses amitiés. Au cours de nos discussions formelles et informelles, j’ai cherché à savoir quels étaient les sujets de conversation des femmes en milieu rural. Le tableau suivant reprend les réponses formulées librement par les 25 femmes interrogées.

Tableau 1 :Conversations de femmes

Tableau 1 :Conversations de femmes

Sources : données propres collectées au cours de l’enquête de terrain (août 2008-avril 2009).

25Presque le tiers des femmes interrogées nous confie qu’elles n’avaient pas d’amies, pas de contacts avec le monde extérieur à leur famille du fait de l’isolement, de l’éloignement géographique de leur domicile ou parce qu’elles étaient plutôt introverties.

  • 28 Extrait d’un entretien réalisé le 16 avril 2009, à son domicile.

« Non, là-bas c’était très isolé, que des montagnes et des fermes, et quand on nous invitait, c’était en famille » (Mercedes, 44 ans, séparée, originaire du Tolima, déplacée en 2004)28.

  • 29 Extrait d’un entretien réalisé le 19 avril 2009 à son domicile.

« Non, là-bas, moi j’étais très secrète, comment vous dire... très repliée sur moi [...], moi je dis, des amis ? Je n’ai pas d’amis ! Des connaissances peut-être mais des amis, non ! » (Luz Marina, 39 ans, mariée, originaire du Tolima, déplacée en 2002)29.

26Les femmes paraissent donc, dans leurs relations sociales, principalement tournées vers l’espace domestique et l’environnement familial au sens large. L’isolement des femmes évoqué par Y. Verdier [1 979] se retrouve ici tant au niveau des réseaux de sociabilité que de la participation associative.

L’engagement associatif

MGA : Là-bas vous faisiez partie d’une association – politique, municipale, de parents d’élèves, religieuse –, d’un groupe de femmes, ou autre ?

  • 30 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« Non, celui qui faisait partie du Conseil c’était mon mari. » (Ana Luisa, 56 ans, veuve, originaire du Caldas, déplacée en 2003)30.

  • 31 Extrait d’un entretien réalisé le 19 avril 2009 à son domicile.

« Non, là-bas ça n’existe pas ça ! À la campagne ? Non ! » (Luz marina, 39 ans, mariée, originaire du Tolima, déplacée en 2002)31.

  • 32 Norita utilise de nouveau le terme mule, burra, pour se désigner ce qui souligne la représentation (...)
  • 33 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009 à son domicile.

« Noooon ! Mija, non ! Jamais ! Là-bas c’était seulement rester enfermée dans cette maison, l’aider à récolter le café, l’aider à machetear, élever les enfants, être à son service quand il le décidait, quand il rentrait, l’attendre, qu’il reparte, qu’il arrive, tout ! Ah mon Dieu ! [...] Lui, il a commencé à travailler comme conseiller municipal, alors il est allé habiter au village et c’est là qu’il en a trouvé une autre [...] comme il m’avait, moi la mule32 à la maison, qui travaillait et qui lui remettait tous les gains ! » (Norita, 56 ans, séparée, originaire du Tolima, déplacée en 2002)33.

  • 34 Deux programmes sociaux rattachés à l’État. Familias en Acción est destiné à venir en aide aux fam (...)

27D’après ces récits, l’expérience associative semble être, en milieu rural, plutôt le registre des hommes. On retrouve ici la dichotomie de la théorie du patriarcat associant les femmes à la sphère privée et les hommes au domaine public [De Barbieri, 1991, 1993 ; Gregorio, 1998 ; Tarrés, 1989]. Les femmes, pour la plupart, avaient peu accès au monde associatif. 18 femmes sur 25 affirment n’avoir jamais participé à un collectif avant le déplacement. Les autres faisaient principalement partie d’associations de type religieux ou socio-familial, engagement à la lisière entre sphère privée et espace public, par lequel elles prolongeaient les rôles qui leur étaient traditionnellement assignés. C’est en particulier le cas des femmes membres d’associations de parents d’élèves, inscrites à Familias en Acción ou membres du collectif Madres Comunitarias34. Dans les associations de parents d’élèves, certaines femmes occupaient des postes de gestionnaires, de trésorières et prenaient activement part aux décisions et à la mise en place de projets. Mais l’idée qui ressort des témoignages de ces 60 femmes est que ce pouvoir de décision était, dans le prolongement de leurs fonctions domestiques, exclusivement en lien avec leur progéniture. Trois d’entre elles assistaient également aux conseils locaux, souvent introduites par leur époux. Elles n’y prenaient que rarement la parole et ne prenaient pas part aux décisions. Olvis Rosa, dont l’époux était leader indigène de son village, a également fait partie d’un groupe de femmes artisanes, lequel s’est désagrégé au bout de deux mois, à cause de jalousies entre les intégrantes. Ce cas nous renvoie à l’idée selon laquelle les collectifs de femmes ne peuvent perdurer au sein des villages car « les femmes sont séparées, divisées, rivales » [Verdier, 1979 : 340]. Néanmoins, cette réflexion peut être nuancée par l’exemple de Teresa, présidente de l’association Yo Mujer. Elle a débuté dans une association de parents d’élèves à la suite des encouragements de son époux. Puis elle a intégré et est devenue représentante départementale du collectif ANMUCIC, Association Nationale de Femmes Paysannes et Indigènes de Colombie. Cette femme a, ensuite, été élue conseillère municipale mais nous reviendrons, dans un prochain point, sur la biographie de ce leader. Le récit de vie de cette dernière se détache, en effet, de la tendance présentée précédemment, surtout en ce qui concerne sa vie conjugale, mais il est à noter que Teresa dispose d’un niveau de scolarité légèrement supérieur à celui des autres femmes. On peut également supposer qu’elle a évolué dans un environnement socio-économique différent car elle me confie à plusieurs reprises ne jamais avoir cuisiné, ni préparé un café avant le déplacement. On imagine alors qu’elle avait des employés ce qui lui permettait de se destiner à des occupations s’écartant des fonctions domestiques traditionnelles.

28Une hiérarchie entre les genres se dégage nettement de cette première sous partie. Les hommes sont socialement définis comme étant chefs de famille et à la tête de la gestion économique. Ils disposent d’une liberté de mouvement et de temps pour des relations et activités extra-domestiques. Ils utilisent parfois leur position pour justifier une « autorité tyrannique » sur leur femme et enfants. Les relations de marché, l’économie monétaire, l’information et les institutions formelles ou entités communautaires sont donc le patrimoine quasi exclusif des hommes. En effet, leur épouse évolue dans un cadre vital presque essentiellement centré sur les relations et le travail domestique ainsi que sur la maternité. Elles se meuvent principalement au sein de l’espace privé, incluant foyer et activités agricoles familiales, lesquelles sont soumises au mandat masculin. Leur vie se caractérise par un « isolement géographique et social », les « limites de leur “monde”, de leurs contacts avec la société étant données par les chefs de familles masculins » [Meertens, Segura, 1997 : 364]. Ces observations mettent en évidence la façon dont les femmes passent de leur destin biologique à leur destin social suivant les normes que la société leur impose à différentes étapes de leur vie et qui sont censées induire tout le développement ultérieur de leur existence [Verdier, 1979 : 80]. Néanmoins, le déplacement forcé vient quelque peu remettre en question ces destins féminins et masculins tout tracés.

Guerre sale et déplacements forcés en milieu rural

« Un réfugié était censé être une personne obligée de chercher refuge car elle avait agi d’une certaine façon ou soutenu certaines opinions politiques. Certes, il est vrai que nous avons dû chercher refuge, mais nous n’avons rien fait et la majorité d’entre nous n’a jamais rêvé d’avoir une opinion politique radicale. Avec nous, la signification du terme “réfugié” a changé. » [Arendt, 1943 : 100].

29Dans les zones rurales, le contrôle de la terre et des ressources naturelles alimente une « guerre sale », au sein de laquelle on distingue difficilement combattants et civils. M. Agier [2002] parle ainsi de population « prise en otage » au sein des communautés occupées par les groupes armés. Terreur, contrôle social et menaces sont autant de méthodes utilisées par les acteurs du conflit pour affirmer quotidiennement leur hégémonie. La terreur en Colombie est, selon Éric Lair [1999 : 67], « une stratégie décentralisée et qui n’est plus institutionnalisée visant à détruire le tissu social et à imposer un contrôle absolu sur une communauté ». C’est dans un tel contexte que les familles sont amenées à fuir. Depuis la sanglante période de la Violencia (1948-1964), le déplacement forcé s’est imposé comme une pratique particulièrement efficace dans le maintien d’un état de terreur et le renforcement du contrôle social au sein des communautés occupées. La citation d’H. Arendt [1943] présentée en début de paragraphe illustre parfaitement le cas colombien. Malgré leur appartenance commune à des secteurs ruraux pauvres et intermédiaires, les déplacés constituent un groupe particulièrement hétérogène reflétant la violence multiforme qui sévit dans le pays [Agier, 2000]. Le statut de déplacé ne dérive d’aucune caractéristique commune, ethnique ou politique, mais revêt un caractère circonstanciel, celui de vivre dans une région en dispute entre acteurs armés [Meertens et Segura, 1999 ; Pécaut, 1999].

À l’origine du déplacement

30Les acteurs du conflit ainsi que l’origine géographique des déplacés sont multiples, le territoire colombien comprenant de nombreuses régions « en marge » géographique et politique. D’après le diagnostic local de la localité Ciudad Bolívar pour 2007, le Tolima serait le premier département d’origine des familles déplacées réinstallées à Bogotá. Cette tendance se retrouve au sein de l’association Yo Mujer, 12 des 25 femmes de notre échantillon ayant dû fuir ce département. Le graphique suivant nous donne un aperçu des responsables du déplacement et de l’origine géographique des femmes de l’association Yo Mujer.

Départements d'origine et acteurs du déplacement

Départements d'origine et acteurs du déplacement

Sources : données propres collectées au cours de l’enquête de terrain (août 2008-avril 2009).

31Les groupes guérilleros seraient à l’origine de 11 déplacements contre dix pour les paramilitaires. Dans quatre cas, les femmes n’ont pas pu identifier le groupe armé les ayant expulsées. Voyons à présent dans quelles conditions les femmes de l’association Yo Mujer ont été déplacées.

Des conditions de l’exil : de l’incompréhension au départ

32Pour les groupes armés, le déplacement forcé est une stratégie de guerre permettant d’évacuer un territoire et d’affaiblir les soutiens réels ou supposés de l’ennemi. C’est un mécanisme de pression politique, de contrôle social ou une conséquence inévitable du conflit dont la faute revient inévitablement à l’ennemi mais qui frappe des populations innocentes pour la plupart [Meertens et Segura, 1997 : 24]. Cette persécution politique n’a pas de sens pour les civils, leur lieu de résidence devenant la scène d’un conflit auquel ils ne s’identifient pas [Pécaut, 1999].

  • 35 Terme argotique qui prend ici le sens de « collabo » ou « balance »
  • 36 Extrait d’un entretien réalisé le 08 avril 2009, dans sa boutique.

« Nous, on avait une boutique et on vendait à tout le monde, aux soldats et aux autres, jusqu’à ce que ma fille commence à sortir avec l’un d’eux. C’est à ce moment qu’une voisine m’a dit qu’on parlait de nous, qu’on était des sapos35. On nous a menacés. Qui ? Je ne sais pas parce qu’il y avait les deux groupes donc on est parti. Nous, on ne comprend rien à toute cette violence ! Ils se battent entre eux et on ne sait même pas pourquoi. Et celui qui en ressort le plus blessé c’est le plus innocent, le pauvre paysan. Nous, on ne prend pas parti, on n’est d’aucun bord, on veut juste vivre en paix. » (Doris, 35 ans, mariée, originaire du Tolima, déplacée en 2006)36.

33En Colombie, les déplacements sont principalement individuels et familiaux. On parle de déplacements « au compte-gouttes » [Agier, 2002 ; Meertens et Segura, 1997 ; Pécaut, 1999]. La guerre donne lieu à des affrontements entre groupes armés qui se déroulent au sein des villages occupés, comme nous l’explique Marisol. Les familles doivent donc fuir pour rester en vie.

  • 37 Adjectif du verbe agachar signifiant se baisser, s’incliner, et pouvant être traduit ici par « le (...)
  • 38 Extrait d’un entretien réalisé le 15 avril 2009, à son domicile.

« Au milieu des coups de feu... nous, on est sorti agachaditos37 et en courant ! Et mon mari, il avait la petite dans les bras et on courait au milieu des coups de feu. Et puis, on enjambe un mort et puis un autre et on court ! C’est terrible ! Les coups de feu ont commencé à 5 heures du matin et il était 2 heures de l’après-midi et les tirs ne cessaient pas. Et plus ça allait, plus ils tiraient et envoyaient des bombes. Non ! Alors c’est quand tout le monde a dit que notre heure était venue, qu’il fallait partir ! Alors on s’est réuni et on s’est enfui. » (Marisol, 30 ans, mariée, originaire du Meta, déplacée en 2008)38.

34La perte d’un proche est fréquente en situation de guerre. Les hommes tombent plus communément sous les balles des acteurs armés que leurs épouses par leur position de chefs de famille et leur rôle actif au sein de l’espace public. La mort de l’époux implique souvent l’exil de sa famille. Les groupes armés ont continuellement besoin de renflouer leurs effectifs. Afin d’assurer le renouvellement des troupes, en plus des engagements volontaires, ils procèdent ainsi au recrutement forcé de jeunes garçons et de jeunes filles. De nombreuses familles sont donc amenées à migrer vers les villes afin de protéger leurs enfants. Magdalena et son époux, 65 et 68 ans, ont dû fuir le département du Tolima en 2003 pour sauver leur petit-fils de 12 ans « qu’ils voulaient emmener ». Mais lorsqu’un individu s’engage dans l’un des groupes armés, c’est sa famille entière qui devient l’ennemi du groupe adverse.

  • 39 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« On était au village et puis sa nièce est partie avec la guérilla. Donc les paramilitaires venaient et nous disaient qu’ils allaient en finir avec toute la famille parce qu’elle était partie avec eux. Puis ils sont arrivés avec une liste [...], ils savaient tout, qui était le fils, qui était l’oncle, ils savaient parfaitement qui on était et connaissaient la vie de chacun [...], alors ils nous ont donné trois jours pour partir ! Et nous on est venu ici. » (Ana Silvia, 43 ans, mariée, originaire du Cundinamarca, déplacée en 2002)39.

35Lorsque l’on vit au sein d’une communauté occupée, il est nécessaire de faire très attention à la nature de ses fréquentations. Être en contact avec un membre ou sympathisant d’un groupe armé ou avec une personne soupçonnée de l’être, c’est s’exposer au danger.

  • 40 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« Je viens de Praderas, à côté de Cali, c’est une zone de négociation, démilitarisée. Là-bas, on ne peut rien faire ni à la guérilla, ni aux paramilitaires. [...] moi j’ai été déplacée par les paramilitaires. [...] On avait un genre de boulangerie, un petit commerce grâce auquel on pouvait vivre et il se trouve qu’on avait besoin d’un boulanger en urgence. Alors on reçoit un homme mais on ne va pas lui poser de questions personnelles, ce qui nous intéresse c’est son CV et qu’il travaille bien, c’est tout ! C’est un manque de respect de lui poser plus de questions. Et le gars était informateur de la guérilla ! Et il se camouflait à la boulangerie ! Et ils l’ont attrapé presque à côté du magasin et ils l’ont tué ! Comme ils avaient commencé à faire des recherches, ils savaient qui on était. Alors ils nous ont donné 48 heures ! Mais en 48 heures, on ne peut rien faire. Je suis donc partie avec mon gros ventre et le peu de vêtement qu’on a pu emporter. » (Marta, 33 ans, séparée, originaire du Valle del Cauca, déplacée en 2006)40.

  • 41 Extrait d’un entretien réalisé le 18 octobre 2008 dans les locaux de l’association Yo Mujer.

« Leidy était mariée avec un soldat mais mes deux filles vivaient avec moi [...]. Ils sont arrivés en pleine nuit et nous ont dit de partir sans même nous laisser nous habiller ni emporter de vêtements. On est parti toutes les trois en chemise de nuit. Mon fils s’était engagé dans l’armée un peu avant car il ne voulait pas intégrer la guérilla. » (Ana Luisa, 56 ans, veuve, originaire du Caldas, déplacée en 2003)41.

36Dans certains cas, les acteurs armés imposent aux jeunes filles ou aux femmes seules leur futur époux. Si ces dernières refusent de se soumettre, l’exil peut représenter leur seule chance de survie.

  • 42 On peut, une fois de plus, souligner le parallèle entre la femme et l’animal.
  • 43 Extrait d’une discussion informelle dans les locaux de l’association en septembre 2008.

« Moi, je ne suis pas le genre de femme qui se laisse faire. Je n’ai pas voulu me laisser monter42. Le Président du village me menaçait. Celui-ci, c’est un paramilitaire. C’est tous des paramilitaires là-bas. [...] Ils ont défoncé ma porte en plein milieu de la nuit et nous ont menacés mes enfants et moi. Ils m’ont dit qu’il ne voulait plus jamais me revoir dans le coin sinon ils nous violeraient et nous tueraient tous, mes enfants et moi ! » (Maria Yali, 28 ans, veuve, originaire du Valle del Cauca, déplacée en 2008)43.

  • 44 Entretien réalisé le 15 avril 2009 à son domicile.

37En Colombie, la persécution de militants politiques ou associatifs est une pratique fréquente. Leur assassinat ou expulsion permet aux acteurs armés de resignifier leur pouvoir en évinçant une opposition potentielle. C’est le cas, par exemple, d’Olvis Rosa44 et de son époux, ancien leader indigène du département du Bolívar, déplacés en 2007 sans avoir pu identifier leur tortionnaire. Cet exemple est relativement intéressant dans la mesure où l’engagement de l’un des conjoints et les menaces qui en résultent sont des révélateurs de « situations de genre » [Turbay et Rico, 1994]. Dans le cas d’Olvis Rosa, le statut politique de son époux est à l’origine de leur exil. Lorsque l’homme est mis en danger par ses activités publiques, l’ensemble de sa famille le soutient. Rappelons qu’en contexte rural, la femme est socialement dépendante de son époux, lequel incarne la figure du chef de famille. Il apparaît donc naturel dans l’imaginaire des populations rurales que la femme s’exile aux côtés de son mari. De plus, une femme seule devient une proie d’autant plus vulnérable pour les acteurs armés qu’elle représente l’ennemi et que son époux ne peut plus la protéger. Lorsque c’est la femme qui occupe un poste important au sein de la communauté, les relations de genre qui se mettent en place sont tout autres.

  • 45 Extrait d’une conversation informelle, octobre 2008.

« Quand le danger est survenu, Emiro m’a demandé de me retirer de tout ça et j’ai refusé. Il m’a demandé si j’aimais plus l’association que lui et il m’a menacée de me quitter. Je lui ai dit de partir ! » (Teresa, 56 ans, mariée, présidente de l’association Yo Mujer, originaire du Norte Santander, déplacée en 1996 et 1998)45.

38Dans ce cas de figure, la femme évolue dans un espace traditionnellement masculin, la sphère politique. Pour son époux, les menaces et la proximité du danger constituent une remise en cause fondamentale de son rôle masculin au sein du couple. Soutenir son épouse et s’exiler à ses côtés remettrait d’une certaine façon en question la hiérarchie de genre traditionnelle, l’époux occupant alors dans l’imaginaire social un statut secondaire au sein du couple. Refuser le déplacement et abandonner sa femme dans cette épreuve lui permet de redéfinir sa position de « preneur de décision » non soumis aux activités de son épouse. F. Reysoo [2001 : 13] envisage les « situations de conflit armé comme analyseurs des rapports de genre ». Ces contextes sont, en effet, propices à l’exacerbation des représentations traditionnelles de genre caractérisées par la suprématie masculine [Mazo, 2001]. Ajoutons qu’au sein des territoires occupés, « c’est une bataille entre hommes qui se livre sur le corps des femmes » [CIDH, 2006]. Les violences sexuelles sont des pratiques de guerre courantes permettant à l’acteur armé d’humilier l’ennemi. Rappelons qu’au sein des sociétés patriarcales, la sexualité des femmes symbolise l’honneur des hommes de leur camp [Meertens, 2005]. Mais les violences sexuelles renforcent également la domination du masculin sur le féminin, aspect constitutif des « systèmes de genre » traditionnel. Des viols sont souvent réalisés collectivement par les membres d’un bataillon et sont rarement dénoncés par leurs victimes. Alors qu’à l’époque de la Violencia, viols et mutilations sexuelles étaient les principales armes des bourreaux, le conflit actuel a révélé de nouvelles formes de violence générique comme l’esclavage sexuel ou les fiançailles forcées [CIDH, 2006 ; Meertens, 2005]. Ce danger se perpétue au cours du déplacement forcé. 43 % des femmes et jeunes filles, déplacées dans le cadre du conflit interne, auraient été victimes de diverses formes de violence générique [CIDH, 2006 : 17]. Les femmes engagées sont les premières victimes de ce type de violence. Au cours du mois d’octobre 2008, la représentante du collectif Ruta Pacífica de Mujeres du département d’Antioquia a été assassinée par un groupe paramilitaire après avoir subi diverses agressions sexuelles. Viols et tortures sexuelles revêtent alors un caractère symbolique particulier. Ces pratiques sont utilisées par l’acteur armé pour humilier l’ennemi et lui imposer sa suprématie. Mais lorsque l’ennemi est une femme, les violences sexuelles sont un moyen de réaffirmation de l’hégémonie masculine et un châtiment contre le protagonisme politique et social de la femme. Il s’agit alors de combattre cette « citoyenneté menaçante » [meertens, 2005], de rétablir la hiérarchie entre les genres et de ramener la femme à ses « champs d’action » traditionnels [Tarrés, 1989], dans ce cas la sphère de l’intime. Par leur engagement politique les femmes remettent en cause la dichotomie traditionnelle réservant le règne politique et économique à l’homme et destinant les femmes aux espaces domestiques, aux états émotionnels et spirituels [Mc Clintock, 1993]. La violence sexuelle permettrait donc de rétablir les rôles de genre traditionnellement inspirés de la « valence différentielle des sexes » [Héritier, 1996].

Des conséquences du déplacement forcé

39Le déplacement forcé est associé au « déracinement » [Meertens, 2000]. Les témoignages présentés dans le point précédent soulignent l’immédiateté de la fuite. Les acteurs armés donnent quelques jours, quelques heures ou quelques minutes aux familles pour partir. Quels que soient l’ultimatum et les conditions de terreur dans lesquelles il se déroule, l’exil engendre de nombreuses pertes. Les biens, maison, ferme, champs et animaux sont laissés à l’abandon, aux soins d’un proche ou aux mains des bourreaux.

  • 46 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« On a tout laissé là-bas ! On avait un lac avec du poisson, tout est perdu ! Tout, tout est resté là-bas. On a à peine réussi à emporter nos vêtements... et les enfants et on est parti ! » (Ana Silvia, 43 ans, mariée, originaire du Cundinamarca, déplacée en 2002)46.

  • 47 Extrait d’un entretien réalisé le 15 avril 2009, à son domicile.

« Ce jour-là, on est parti sans rien emporter de la maison, on a même dû laisser les poules. Ah, mes petites poules ! J’avais tellement de petites poules, une centaine, c’était des pondeuses [...] et on a tout laissé, les poules tout... et la maison, tout... la cuisinière, le poêle à bois, les casseroles, les lits. On est parti avec ce qu’on avait sur le dos et rien de plus ! Pas de valise ! Rien parce que... uy non ! Les balles pleuvaient ! » (Marisol, 30 ans, mariée, originaire du Meta, déplacée en 2008)47.

40À ces pertes matérielles viennent se greffer de nombreuses pertes humaines et « non tangibles », comme la perte des repères quotidiens constitutifs de l’identité sociale [Meertens, 2000 ; Pécaut, 1999]. Le deuil est multiple pour les exilés qui voient se déliter l’ensemble des « médiations qui fondaient leur existence sociale » et, par là, disparaître toute une « série de personnes et de choses qui avait un sens » [Agier, 2002]. Douleur, terreur et perte de sens s’articulent donc au déplacement forcé. Certaines familles sont obligées, au moins dans un premier temps, de laisser leurs enfants derrière elles. C’est le cas d’Olvis Rosa et de son époux, leader indigène de sa communauté, parents de huit enfants. Ils ont dû fuir précipitamment leur village en juillet 2007. Leurs enfants les ont rejoints trois jours plus tard. Marta a, quant à elle, dû laisser ses quatre enfants à ses parents et a fui avec son époux alors qu’elle était enceinte. Elle n’a pu retrouver ses enfants que trois semaines plus tard, le temps de trouver un toit pour sa famille. Son fils aîné, face à la précarité des conditions de vie, a préféré partir vivre chez ses grands-parents. Laisser ses enfants derrière soi implique pour la mère un état de « dénuement » total [Agier, 2002] dans la mesure où la maternité est un marqueur constitutif de l’identité féminine en milieu rural. Il arrive aussi fréquemment que le père – chef de famille – disparaisse au moment du déplacement, assassiné par les groupes armés ou abandonnant sa famille. C’est alors tout le schéma de socialisation qui est remis en question pour leur épouse.

  • 48 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« Alors il a dit non, qu’il n’acceptait pas ce déplacement, qu’il n’était pas préparé pour ça et il est parti ! [...] Je me suis retrouvée seule avec mes enfants à charge et en plus enceinte. » (Marta, 33 ans, séparée, originaire du Valle del Cauca, déplacée en 2006)48.

  • 49 Extrait d’un entretien réalisé le 16 avril 2009, à son domicile.

« Il a commencé à dire que c’était de ma faute, qu’on avait tout perdu à cause de moi, que tout était de ma faute ! Moi je lui disais qu’au moins on était en vie et que si on était resté on serait sûrement mort ! Il m’a dit qu’il aurait mieux fait de s’engager avec eux ! Mais moi qu’est-ce que j’aurais fait avec les enfants ? Alors il est parti et m’a laissée sans rien ! » (Mercedes, 44 ans, séparée, originaire du Tolima, déplacée en 2004)49.

41Le déplacement forcé implique un changement de place, de lieu géographique, accompagné d’une expérience subjective mais non moins tangible de perte et déracinement [Meertens, 2001].

  • 50 Les réflexions de H. Arendt portent sur la condition des « déplacés » de la Seconde Guerre mondial (...)

42« Ce sont les symboles détruits d’une identité banale qui fondait l’humanité quotidienne de chacun des habitants » [Agier, 2002 : 32]. « L’identité » peut être envisagée comme « à la fois une auto-construction et une catégorie imposée par les autres, une condition, un statut, une étiquette, une arme, un bouclier, un blason, un fonds de mémoires [...] » [Malkki, 1992 : 37] ou comme un « ensemble de processus qui vise à former une image de soi en relation à un “autre” défini sur la base de critères d’affiliation et d’appartenance » [Odgers, 2001 : 26]. Cette dernière définition rejoint celle de l’identité sociale d’H. Tajfel [1981 : 292] envisagée comme « la partie de l’auto-conception d’un individu dérivée de la connaissance de son appartenance à un groupe social et de la valeur émotionnelle associée à cette appartenance ». Ce dernier oppose l’identité sociale à l’identité personnelle qui se construit par « appropriation subjective de l’identité sociale » et correspond à la « conscience qu’a le sujet de son individualité, de la définition de soi ». Le terme « déplacé » suggère un « mouvement inachevé, en suspens, un instant et un état intermédiaires entre un point de départ et un point final – d’arrivée ou de retour – inaccessible » [Agier, 2002 : 56] lequel plonge les exilés dans « un état d’indéfinition et finalement dans un espace-temps plus ou moins durable d’anomie : une vie sans nomos, sans loi stable qui intégrerait leur destin à celui de l’humanité en général ». À la suite du déplacement, les individus doivent faire face à la rupture du tissu familial et communautaire, perdant tout lien avec leur système « d’affiliation sociale » [Castel, 1995]. L’idée de « déracinement » [Agier, 1999 ; Meertens, 2000] illustre le fait que les populations soient « violemment arrachées » au territoire au sein duquel elles avaient construit leurs réseaux sociaux, économiques et culturels. Cela les plonge ainsi dans cet état d’anomie décrit par Émile Durkheim au début du xxe siècle, au moment du premier capitalisme et de l’exode rural. L’anomie signifie littéralement « absence d’assignation » et se traduit par la négation de la condition de sujet de droit, de la citoyenneté des déplacés. La désaffiliation de Robert Castel [1995], conséquence de l’hypermodernité, situe cette « perte d’assignation » au sein d’un groupe d’ayants droit qui, normalement, est supposé dispenser les sécurités de base [Furtos, 2009]. Au sentiment d’appartenance à une communauté, tant rurale que nationale, s’oppose un sentiment de « flottement » [Agier, 2002] dans l’espace et dans le temps. Le déplacé peut alors être associé à « un bateau sans baie » [Meertens, 2000]. D. Pécaut [1999] reprend le concept d’ » apatrides » développé par H. Arendt50. En effet, « leur expulsion n’est pas liée à une opposition politique mais à une appartenance à des catégories négatives basées sur des caractéristiques considérées “naturelles” parce qu’ils sont nés dans “la mauvaise catégorie de race ou de classe” » [Arendt, 1984 : 278]. Le déplacement les plonge dans un état de « non droit », leur disgrâce étant celle d’avoir cessé d’appartenir à une communauté [Uribe, 2000]. C’est donc tant l’identité sociale que personnelle ainsi que les référents mémoriels qui sont mis en suspens.

43Ce choc biographique est traumatique pour tous. Néanmoins, hommes et femmes vivent ce processus avec une intensité différente [Himelda, 2001 ; meertens, 2000]. L’ensemble des pertes – humaines, matérielles ou symboliques – délimitait l’univers social et géographique des femmes en milieu rural. Ces ruptures sont donc d’autant plus significatives d’un point de vue féminin qu’elles étaient les marqueurs d’une identité sociale fortement différenciée. Les hommes avaient, en effet, accès à un monde géographique et social plus étendu. On comprend alors que les rôles de genre et la division sexuée des tâches se trouvent fortement remis en question par le déplacement forcé. Le déracinement et les fragmentations familiales imposent ainsi de nouveaux défis aux femmes. Leur époux doit également faire face à de nouvelles fonctions si tant est que le couple survit au déplacement.

Le changement de contexte de vie : l’arrivée des déplacés en ville

44L’acte de migrer des campagnes vers les villes est considéré par M. Agier comme le premier temps de l’identité des réfugiés, le temps de la destruction, des trajectoires de vie brisées marquées par des blessures physiques et morales. L’arrivée en milieu urbain est alors associée au second « temps fondateur d’un nouveau type de vie errante », à savoir le « confinement ». Les déplacés sont en transit, dans l’attente, « au bord des villes »,dans un état de « flottement liminaire »[2002 :13]. » Voici des sujets humains qui ne sont plus là-bas, d’où ils sont venus [...] et qui ne sont pas davantage ici ; le temps suspendu s’accompagne d’un état d’apesanteur avec la perte des lois de la gravitation psychosociale qui, normalement, fixent une personne sur cette terre, en ce lieu, à cette époque, avec ce socius, en qualité de sujet » [Furtos, 2009 : 9].

À la découverte de l’inconnu

45À l’immédiateté de la fuite s’ajoute l’indétermination de la destination. Où aller ? Dans notre cas, les familles se sont dirigées vers Bogotá par souci de proximité de leurs villages d’origine ou à l’inverse d’éloignement maximal des zones de violence ; d’autres dans l’espoir d’y retrouver certains proches ou simplement par manque d’options. Quelle que soit la raison, diverses représentations sont associées à cette destination. Les exilés s’imaginent que la taille de la ville leur assurera un certain anonymat et les protégera des représailles. Bien que la migration ne s’accompagne d’aucun projet concret, Bogotá est perçue comme un espace d’opportunités.

  • 51 Extrait d’un entretien réalisé le 22 avril 2009, à son domicile.

« Nous, on cherchait un endroit où on ne pourrait pas nous retrouver facilement et Bogotá ben, Bogotá c’est grand donc on est venu là. En plus, il peut y avoir plus d’opportunité de travail, on pourrait peut-être s’en sortir mieux ici avec les enfants et leur donner un avenir meilleur. Parce que par là-bas, on ne sait pas et c’est tellement difficile d’étudier. Après le primaire, on arrête. Au moins ici, ils auraient plus de chance d’étudier. » (Yeni Paula, 26 ans, mariée, originaire du Tolima, déplacée en 2005)51.

46L’arrivée à Bogotá provoque néanmoins, dans un premier temps, un sentiment de « désorientation », tant géographique que sociale, pour les nouvelles arrivantes et leur famille.

  • 52 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« Quand on arrive, on est un peu... dans les nuages au début, comme désorienté. On se dit “et maintenant, qu’est ce que je vais faire ? À quoi je vais servir ?” » (Ana Silvia, 43 ans, mariée, originaire du Cundinamarca, déplacée en 2002)52.

  • 53 Extrait d’un entretien réalisé le 15 avril 2009, à son domicile.

« Je me demandais où on allait arriver, mon dieu ! Où est-ce qu’on allait bien pouvoir arriver ? Et est-ce qu’on nous hébergerait ? Et comment on ferait pour manger ? Nous, on n’avait pas un peso en poche ! Dans ces conditions-là on pense beaucoup, où aller, comment s’organiser pour manger, pour dormir ? J’implorais l’aide de Dieu ! Et cette tristesse, cet ennui, cette douleur du début ! C’est tellement dur ! Tellement dur ! [sanglots] ça vous fend le cœur ! Certaines nuits après avoir couché les enfants, je m’asseyais et je pleurais... cette situation est terrible ! » (Marisol, 30 ans, mariée, originaire du Meta, déplacée en 2008)53.

  • 54 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« Le plus dur, c’est de vivre sa douleur et sa tristesse dans un lieu inconnu. [...] On me disait d’aller voir un psychologue parce que je passais mon temps à pleurer, les nerfs me lâchaient, je pensais qu’ils nous poursuivaient. [...] On est arrivés ici à l’aventure, comme des mendiants, on ne connaissait rien. On arrive ici comme si on avait les yeux bandés, on ne connaît pas les adresses. » (Ana Luisa, 56 ans, veuve, originaire du Caldas, déplacée en 2003)54.

  • 55 Extrait d’un entretien réalisé le 22 avril 2009, à son domicile.

« On est arrivés à la gare routière, mais pour attendre qui ? Et il était déjà 9 heures du soir... On était là, seuls, sans savoir que faire ni où aller. » (Yeni Paula, 26 ans, mariée, originaire du Tolima, déplacée en 2005)55.

47Le sentiment de désorientation est amplifié, comme le soulignent ces témoignages, par la douleur du déracinement. Ces femmes ont tout perdu et sont perdues dans un espace de ville inconnu, où elles ne savent pas se mouvoir et dont elles ignorent les codes. Bogotá leur apparaît, tout d’abord, comme un « monde opaque et désorganisé » au sein duquel elles sont confrontées à une série d’agressions sonores et visuelles, au bruit, à la pollution et au chaos. La ville est alors perçue comme « un univers minéral, de béton et d’asphalte, de terre et de briques, sans arbre, sans animaux » [De Geoffroy, 2004 : 291].

L’expérience de situations limites

48La violence vécue et le déplacement forcé ont généré la formation d’un contexte de méfiance généralisée qui se prolonge au sein de l’espace urbain. Anonymat et isolement donnent, dans un premier temps aux nouveaux arrivants, un espoir de sécurité. Néanmoins, la ville révèle rapidement son autre face.

49Les nouveaux arrivants se dirigent généralement vers les quartiers sud de la métropole. Dans notre cas, les femmes et leurs familles se sont réinstallées dans la localité 19, Ciudad Bolívar, à la « périphérie des périphéries », « au bord du monde », dans « la ville hors des murs » [Agier, 1999 ; Ardila, 2006]. La ségrégation géographique est alors une réalité supplémentaire à laquelle sont confrontées les familles déplacées [Palacio et madariaga, 2 006 ; Pécaut, 1999]. Bogotá, comme la plupart des grandes villes, illustre clairement le « grand partage » entre modernité et archaïsme, réussite et échec, intégration et exclusion, évoqué par

50M. Agier [1999], les habitants de la ville générique comme ceux des périphéries ayant intégré l’opposition nord/sud. De plus, la capitale n’est qu’un refuge précaire car elle abrite des infiltrés des divers groupes armés, en plus d’un taux de délinquance urbaine très important [Pécaut, 1999]. Selon le diagnostic local de 2007, s’appuyant sur les informations du DANE de 2001, les agressions représenteraient la première cause de mortalité des habitants de cette localité. Les femmes prennent donc progressivement conscience de cet état de fait.

« J’ai voulu repartir là-bas parce qu’une voisine m’a dit qu’on parlait de nous ici. On a reçu des menaces, on ne sait même pas pourquoi ! Parce qu’on dort à la boutique la nuit.

  • 56 Extrait d’un entretien réalisé le 08 avril 2009, dans sa boutique.

J’ai pris peur donc je ne dors presque plus ici, j’envoie mon fils monter la garde. Ils disent qu’on cache des armes ici ! Vous voyez, on essaie de s’en sortir et on nous menace ! La seule chose qu’on veut c’est vivre en paix ! » (Doris, 35 ans, mariée, originaire du Tolima, déplacée en 2006)56.

  • 57 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« Moi, en ce moment, ce dont j’ai le plus besoin c’est de donner un toit à mes enfants ! Leur offrir une meilleure qualité de vie parce que ce quartier, je ne discrédite pas ce quartier mais ici... [tout bas] il y a beaucoup de gens qui ont dû partir, quitter leurs maisons et partir. » (Marta, 33 ans, séparée, originaire du Valle del Cauca, déplacée en 2006)57.

51Les menaces et la terreur se prolongent, comme le soulignent Doris et marta, dans les quartiers périphériques de Bogotá. La violence est donc une réalité qui poursuit ces familles et face à laquelle elles sont impuissantes. C’est dans ce contexte qu’elles doivent trouver les moyens de se reconstruire. Ajoutons à cela que les familles déplacées, ayant tout abandonné, passent de l’autosuffisance au manque. Dans leur village d’origine, elles possédaient animaux, lopins de terre et produisaient leurs propres aliments.

  • 58 Manioc.
  • 59 Extrait d’un entretien réalisé le 15 avril 2009, à son domicile.

« Là-bas on est habitué à être dans sa maison, chez soi, pauvrement mais on ne manque de rien ! Et arriver ici, on est tellement désorienté ! On se demande qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire ! [...] Et la ville c’est terrible parce qu’il faut tout acheter, l’eau, tout ! Alors qu’à la campagne c’est pas comme ça ! Pour moi tout était tellement dur ! Un changement total ! De la campagne vers la ville c’est vraiment un changement total, pour tout ! Parce qu’à la campagne, on veut de la yuca58 et hop ! On va au champ... une banane ? Le bananier est dans le jardin ! Un poulet ? Il y en plein dans le patio ! Des œufs ? On a tout ! Alors qu’ici il faut tout acheter ! Et là-bas, il nous manque quelque chose, on va demander au voisin, à la voisine et on nous le prête, nous l’offre. Mais ici il faut tout acheter ! » (Marisol, 30 ans, mariée, originaire du Meta, déplacée en 2008)59.

  • 60 Diagnostic de la localité de 2007 réalisé à partir des données du DANE 2001.
  • 61 Les invasions sont des concentrations urbaines résultant de l’occupation illégale de terrains proc (...)

52Vivre en ville suppose des frais supplémentaires auxquels ces familles ne sont pas préparées. 45,1 % des familles déplacées à Ciudad Bolívar vivent dans des conditions de précarité extrême, entassées à plus de trois personnes par pièce60. 71 % sont locataires, les 29 % restant « partagent des logements au sein desquels ils ne sont ni locataires ni propriétaires ». Avant le déplacement, 87 % d’entre elles possédaient un logement propre. Il est à noter que seulement 67 % des familles déplacées à Ciudad Bolívar seraient à même de garantir trois repas quotidiens, 19 % ne bénéficieraient pas de système protection de santé et 49 % des mineurs n’auraient pas de place dans les institutions scolaires. Ajoutons à ces chiffres – qui nous donnent une idée des conditions de vie des déplacés à Ciudad Bolívar – que beaucoup de familles, sans logement ou n’ayant pas les moyens de payer mensuellement un loyer et des charges, opèrent des invasions61 de terrains dans des zones non constructibles et à hauts risques sanitaires et environnementaux. Il est commun, en parcourant la localité en bus, d’apercevoir à flanc de montagne des petites habitations qui paraissent pouvoir se décrocher à tout instant. Les familles s’orientent vers cette localité dans l’urgence et construisent leur maison sans aucune planification préalable. Il faut entendre l’invasion comme un moyen de stabiliser le quotidien, de le rendre prévisible, de se projeter dans l’avenir [Bataillon et Merklen, 2009]. Cette pratique de relogement est fortement chargée de symbole car les familles redeviennent propriétaires. La propriété privée est, selon R. Castel [2001a], reprenant la théorie de l’appropriation de J. Locke, un support permettant à l’individu d’exister par lui-même, de ne dépendre de personne. Pour les déplacés, redevenir propriétaire signifie recouvrer une certaine dignité et se reconstruire de nouveaux repères géographiques. C’est une façon de s’approprier son nouvel environnement. L’arrivée en ville est, dans un premier temps, synonyme de précarisation des conditions de vie [Riaño, 2 006]. M. Agier [1999 : 13] qualifie cette forme particulière d’urbanisation de « ville-nue », « zone de transition où la question d’humanité se pose dans la mesure où les individus regroupés en son sein sont arrivés aux dernières limites de la survie ayant survécu à la mort ». Le déplacement est alors associé à l’idée de « déshumanisation » [Agier, 2002 ; Pécaut, 1999]. Le sentiment de dignité des individus est mis en cause dans de telles conditions de vie, la dignité étant un concept juridique désignant ce qu’il y a d’humain dans l’homme [Pavia, 1999 ; Mazo, 2001].

  • 62 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« Moi ce que je veux c’est une forme de vie digne pour les enfants, parce que ce que l’on vit ça n’est pas digne ! Dormir sur le sol n’est pas digne, habiller mes enfants avec des vêtements qu’on nous offre – d’accord ils ne sont pas nus – mais ça n’est pas digne pour eux, ça non ! Vivre dans une maison sans sortie d’égouts ! [...] » (Marta, 33 ans, séparée, originaire du Valle del Cauca, déplacée en 2006)62.

53Le phénomène du déplacement forcé illustre parfaitement ce que G. Bataillon et D. Merklen [2009] qualifient de « situations limites ». La précarité remet donc en cause la capacité de l’homme « de jouer à l’humain avec d’autres humains » [Furtos, 2009 : 9] et implique « l’absence ou le sentiment d’absence ou d’affaiblissement des protections face aux principaux risques sociaux, notamment le chômage et la pauvreté » [Castel, 2003 ; Paugam, 2007 : 959].

L’invasion de Maria Yali

54C’est au mois de novembre 2008 que maria Yali et ses cinq enfants ont décidé « d’envahir » un terrain dans un quartier des Altos de Cazucá, situé à la frontière entre Ciudad Bolívar et la municipalité de Soacha. Loyer et charges représentant des frais trop élevés, la construction d’une « maison » paraissait mieux convenir à la famille qui redevenait ainsi « propriétaire » de son logement.

De la complexité de l’insertion sociale

  • 63 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

« À la ferme, j’avais des amies et elles venaient à la maison et m’apportaient plein de choses, de la panela, des avocats ! Là-bas, on s’aidait beaucoup les uns les autres. Si un jour je n’avais pas d’argent, et bien j’allais à l’épicerie et on me vendait quelque chose et je payais ce que je pouvais... ici non ! Ici on ne sait même pas qui est son voisin ! » (Ana Luisa, 56 ans, veuve, originaire du Caldas, déplacée en 2003)63.

55La ville est un espace anonyme au sein duquel les nouveaux arrivants ont du mal à trouver leur place. Socialisés dans un contexte rural où la solidarité communautaire prime, les déplacés doivent faire face à l’indifférence des citadins. Ils sont également confrontés à la discrimination et au rejet des communautés d’accueil. L’identité des déplacés accumule, en effet, une série de stigmates dont ceux de la violence et de l’illégalité [Agier, 2000]. « La stigmatisation est un processus par lequel des acteurs ou des institutions relèvent des traits de certains individus aux fins de les différencier et de les inférioriser. Un trait ne devient un stigmate que par la valeur négative qui lui est conféré dans une interaction. La stigmatisation vise à discréditer une personne ou un groupe de personnes. » [Goffman, 1975 ; Rea Tripier, 2008 : 60]. « À tort ou à raison la suspicion règne souvent parmi la population des zones d’accueil : à ses yeux, les déplacés sont moralement souillés par la guerre sale qu’ils ont fuie ; guerre dont ils sont autant les représentants que les survivants » [Agier, 2009 : 104].

  • 64 Extrait d’une discussion informelle dans les locaux de l’association, 1er novembre 2008.

« Ils disent que si on a été déplacé c’est bien pour quelque chose ! » (Norita, 56 ans, séparée, originaire du Tolima, déplacée en 2002)64.

  • 65 Extrait d’un entretien réalisé le 15 avril 2009, à son domicile.

« Parfois on entend, “ah ces déplacés !” Je ne me souviens plus où on est allé avec mon beau-frère, pour chercher un logement, quand on était encore au foyer. Le monsieur nous a demandé combien on était. On a dit six ! Il a dit que non, que ça faisait trop de monde et que si on était déplacés, il nous louait encore moins ! Nous on n’avait pas dit qu’on était déplacés mais on dirait que ce monsieur en nous regardant s’en est rendu compte, alors il a dit qu’il nous louerait encore moins ! Alors on a préféré partir. Il y a des gens qui pensent que si on est partis c’est parce qu’on a mal agi ! Mais ça n’a rien à voir ! On part parce qu’on n’a pas le choix... pour rester en vie ! » (Marisol, 30 ans, mariée, originaire du Meta, déplacée en 2008)65.

  • 66 Extrait d’une discussion informelle dans les locaux de l’association, 1er novembre 2008.

« Les déplacés on les voit comme des bandits alors que les déplacés ce sont les plus travailleurs. Les paysans travaillent et travaillent pour nourrir ceux de la ville mais ceux-là les voient comme des bandits. » (Teresa, 56 ans, mariée, présidente de l’association Yo Mujer, originaire du Norte Santander, déplacée en 1996 et 1998)66.

56Les déplacés sont soumis à la discrimination collective et à la méfiance sociale et politique des populations locales qui continuent de les associer aux acteurs armés. Ils sont stigmatisés comme potentiellement dangereux et incarnent la figure de « l’outsider » [Elias et Scotson, 1997]. Leur insertion sociale et professionnelle est donc particulièrement difficile.

  • 67 Extrait d’une discussion informelle à son domicile en novembre 2008.

« Quand on va se présenter pour un emploi et qu’on voit notre CV, on nous dit “ah mais vous n’avez même pas terminé le primaire” ! Et ensuite ils voient d’où on vient et nous disent “en plus vous êtes déplacée ! On n’a pas de travail pour vous !” » (Maria Yali, 28 ans, veuve, originaire du Valle del Cauca, déplacée en 2008)67.

57Ces nouveaux actifs, sans emploi, renforcent la pression sur le marché du travail – formel ou informel – ce qui alimente la discrimination. « La présence de ces étrangers avive la concurrence pour l’obtention de ressources rares » [Osorio, 2001 : 80], le chômage étant un fléau insurmontable pour les habitants de ces quartiers. Ces nouveaux urbains sont donc dans l’obligation de se débrouiller, d’improviser, d’imaginer des formes de liens, de valeurs morales et de petits boulots, autant de stratégies de survie leur permettant « d’inventer leur ville » [Agier, 1999 : 158]. Pour l’anthropologue, les déplacés illustrent une forme nouvelle d’urbanisation et une difficulté également nouvelle à trouver un mode d’insertion dans les villes d’arrivée.

L’expérience de la ville au féminin

58Intéressons-nous plus particulièrement à l’insertion urbaine des femmes déplacées. Le diagnostic local de Ciudad Bolívar pour 2007 nous informe que la population déplacée réinstallée dans cette localité est majoritairement féminine, à 51 %, et que 52 % de ces femmes sont chefs de foyer. Dans l’ensemble du pays, quatre familles en situation de déplacement forcé sur dix auraient pour chef de famille une femme [CIDH, 2006 : 17]. Ce type de structures familiales doit faire face à un phénomène d’appauvrissement et les femmes en milieu urbain sont extrêmement vulnérables. Nombre d’entre elles doivent quotidiennement repousser les avances d’hommes leur proposant de les protéger et d’entretenir leurs familles contre une vie de couple. Leur intégrité sexuelle est donc en danger perpétuel. Ces femmes doivent, de plus, assumer de nouvelles responsabilités et investir des espaces inconnus. Elles sont confrontées à de multiples difficultés, comme par exemple l’orientation en ville ou encore le manque de soutien moral et économique. Mais devenir « chef de famille » modifie également la perception que les femmes peuvent avoir d’elles-mêmes [De Suremain, 1998]. Dans ce sens, le contexte urbain favorise la révision des rôles et des fonctions sexués au sein de la famille brisant les comportements traditionnels associés à la théorie du patriarcat. On peut considérer qu’au-delà de l’épreuve traversée, les femmes « bénéficient » d’un certain degré d’émancipation en milieu urbain, devenant les « actrices de la reconstruction » [Meertens, 2001]. C’est à elles d’assumer la responsabilité de la survie familiale et la redéfinition d’une identité sociale positive dans un contexte urbain inconnu et hostile. Ce phénomène s’étend à l’ensemble des familles déplacées, que les femmes soient seules ou en couple. En effet, au moment de la reconstruction, les opportunités pour les hommes et pour les femmes paraissent s’inverser. Les hommes sont victimes d’un taux de chômage extrêmement 86 fort, leurs compétences agricoles étant difficilement mobilisables en milieu urbain. Cela les destitue de leur rôle de « pourvoyeur économique » qui asseyait la suprématie masculine en zone rurale. Au contraire, les femmes semblent mieux dotées pour s’insérer dans le monde professionnel, formel ou informel. Leurs compétences domestiques, dans le prolongement de leurs routines traditionnelles, sont mises au service d’autrui et deviennent des activités rémunérées leur permettant d’assurer la survie familiale et impliquant une revalorisation du travail domestique féminin [Himelda, 2001 ; Meertens, 2001 ; Rojas, 2003]. Malgré les traumatismes, la pauvreté, le manque d’espace et de temps pour faire le deuil de l’expérience vécue, la ville offre des perspectives nouvelles aux femmes déplacées. Elles voient, en effet, leurs horizons et leur espace d’autonomie s’élargir [Meertens, 2001] et la dichotomie traditionnelle homme-espace public/femme-espace privé se briser. La ville est donc vécue de façon distincte selon le genre. Alors que les hommes cherchent du travail et sollicitent des aides institutionnelles, les femmes organisent la reconstruction familiale au quotidien faisant appel au secteur informel comme « stratégie de survie » [Meertens, 2001]. L’informalité, plus qu’une caractéristique économique, constitue pour elles, dans un premier temps, un véritable mode de vie [Castillo, 1998], depuis la formation d’un nouveau réseau social à l’apprentissage des codes urbains et de l’orientation en ville.

  • 68 Galettes de maïs qui peuvent être garnies d’ingrédients divers.
  • 69 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009 à son domicile.

« Je me levais à 2 heures du matin, pour préparer le petit-déjeuner de mes enfants et je partais travailler dans une petite rue un peu plus bas en direction de San Francisco. Après avoir préparé le petit-déjeuner, je préparais les arepas68 avec ma fille et je sortais les vendre dans la rue de 7 heures du matin jusqu’à environ 7 heures du soir. Petit à petit je me suis fait ma clientèle et les gens aimaient beaucoup mes arepas alors ils m’ont dit de mettre du fromage dedans alors j’en mettais. Puis est arrivé le temps des épis de maïs mais ça rapportait pas beaucoup. Alors on m’a dit d’aller acheter le maïs à Abastos et là oui, ça a donné plus de résultats. » (Norita, 56 ans, séparée, originaire du Tolima, déplacée en 2002)69.

  • 70 Extrait d’un entretien réalisé le 15 avril 2009, à son domicile.

« Non ! J’étais tellement gênée ! Parce qu’on n’a pas l’habitude de faire ça ! On y est allées avec une dame qui était au foyer aussi, mais aucune de nous ne savait faire. Alors on est arrivées là-bas et on était perdues et gênées [rires]. On n’osait pas demander [rires]. Alors j’ai demandé à un homme s’il pouvait nous offrir quelques oignons alors il nous en a donnés deux et hop ! Dans le sac ! C’est là qu’on s’est aperçues qu’il y avait beaucoup de gens en train de se servir dans des paniers où il y avait des oignons, des pommes de terre, de tout ! Alors, ben on leur a demandé et on les a imités. Ils nous ont dit “allez-y, ramassez parce que ça, ils l’ont jeté exprès pour qu’on le ramasse sinon ça part à la poubelle”. Alors c’est comme ça qu’on a rempli deux grands sacs et qu’on est rentrées. On a rapporté des oignons, des carottes, des tomates, de tout ! De la bonne nourriture pour le foyer d’accueil ! » (Marisol, 30 ans, mariée, originaire du Meta, déplacée en 2008)70.

  • 71 Ibid.

59Ce dernier témoignage rapporte l’expérience de nouvelles arrivantes à Corabastos, grand marché alimentaire de la ville où s’approvisionnent les déplacés et les nombreuses familles pauvres de la capitale. Il s’agit là d’un « lieu anthropologique » au sens de m. Augé [1992] dans l’imaginaire des déplacés réinstallés à Bogotá qui se remémorent en souriant leur expérience au sein de cet « espace de relations et de mémoire » [Agier, 1999 : 53]. On s’aperçoit ici des diverses stratégies de survie immédiate activées par les femmes, qui perdent la peur ou la honte de faire des choses inhabituelles pour pouvoir nourrir leur famille. Lorsque ces femmes retrouvent des proches à Bogotá, elles tentent, tout d’abord, de faire appel à eux afin d’organiser la survie quotidienne de leur foyer. Elles iront par exemple vendre des arepas71 avec une belle-sœur ou lui demanderont de s’occuper des enfants pendant leur temps de travail. Néanmoins, dans un contexte urbain caractérisé par des conditions de vie précaires, ces « liens forts » n’apportent pas toujours le soutien escompté. Une série de « liens faibles » révèle en ville un potentiel intégrateur non négligeable [Granovetter, 1973]. Il s’agit de personnes ayant connu le déplacement, de voisins, de commerçants ou d’individus rencontrés au hasard des institutions constituant des « ponts » vers de nouvelles opportunités pour les femmes déplacées. Tout un réseau de connexions interindividuelles permettant à ces femmes de s’orienter en ville ou d’assurer la survie matérielle de leur famille.

  • 72 Extrait d’un entretien réalisé le 19 avril 2009 à son domicile.

« Nous, quand on est arrivées, on est arrivées dans un quartier où il y avait beaucoup de déplacés et eux ils connaissaient déjà alors ils nous disaient “allez là-bas, faites ça” ! Et pour trouver du travail aussi, grâce aux gens qui nous disent qu’ils cherchent quelqu’un. Parfois dans le bus, dans la rue, un voisin qui vous le dit. [...] On allait à Abastos chercher à manger et une dame que je ne connaissais pas mais qui a vu la situation m’a proposé de lui faire son ménage et de m’occuper de ses enfants et comme elle travaillait là-bas, en échange, elle me donnait de la nourriture ! » (Luz Marina, 39 ans, mariée, originaire du Tolima, déplacée en 2002)72.

60Au milieu des dangers de la ville, de la précarité et de la discrimination, un nouveau type de solidarité voit le jour. C’est dans ce sens que M. Agier émet le concept de « ville bis » émergeant de la « non-ville », « ville plus complexe qui naît au cœur des pratiques citadines », « synthèse d’expériences d’une citadinité plus fluide et plus réelle que la ville elle-même dans leur forme et institutions » [1999 : 9-12]. Ces réseaux d’entraide s’avèrent néanmoins fragiles et inconstants. Il est donc assez difficile pour ces femmes de se reconstruire en ville un réseau de sociabilité stable, « l’agir rationnel » souvent associé à une forme d’individualisme étant au centre de l’action des individus. Les ruptures, tant des conditions matérielles que de la subjectivité, contrebalancent cependant la condition de victime des femmes déplacées avec celle de sujet actif de la reconstruction [Meertens, 2004].

61L’ensemble des études ayant été réalisé jusqu’à présent sur le thème du déplacement forcé dans une perspective de genre s’en tient aux conclusions de Donny Meertens. Les femmes déplacées en milieu urbain, disposant d’un certain potentiel d’action informelle, assurent la survie familiale. La transformation des rôles traditionnels de genre, résultant du déplacement forcé, remet en cause les systèmes de genre patriarcaux au sein desquels les femmes ont été socialisées. Notre étude cherche, dans ce sens, à aller plus loin. L’intérêt de cette première partie tient donc tant à poser le contexte qu’à faire apparaître une contradiction. Nous présentons, à partir de leurs récits de vie, des femmes silencieuses, ayant intériorisé la suprématie masculine, ne remettant pas en cause le système de genre traditionnel, traumatisées de plus par le déplacement forcé. Or les témoignages nous permettant de tracer ces portraits sont chargés d’une symbolique particulière. Ces femmes nous content et se racontent. Elles se décrivent hier comme elles se perçoivent aujourd’hui. La force de leurs témoignages contredit, d’une certaine façon, les faits rapportés. On s’imagine clairement que leur discours aurait été tout autre si nous nous étions rendues quelques années auparavant dans leurs villages d’origine. L’arrivée en ville coïncide pour ces femmes avec la rencontre d’une association, Yo Mujer. Elles réalisent en son sein un travail de mise en récit que nous présenterons dans la continuité de notre étude. Nous proposerons donc, en seconde partie, une analyse de ce collectif de femmes en situation de déplacement forcé.

Notes

1 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009, à son domicile.

2 Extrait d’un entretien réalisé le 16 avril 2009, à son domicile.

3 Extrait d’un entretien réalisé le 22 avril 2009, à son domicile.

4 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009 à son domicile.

5 Boisson ayant une consistance de bouillie à base de lait ou d’eau et d’avoine ou de farine.

6 Extrait d’un entretien réalisé le 19 avril 2009 à son domicile.

7 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

8 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009 à son domicile.

9 Extrait d’un entretien réalisé le 22 avril 2009, à son domicile.

10 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

11 Extrait d’un entretien réalisé le 22 avril 2009, à son domicile.

12 Norita utilise ici l’expression machetear pour désigner une tâche qu’elle réalisait aux champs, « donner des coups de machettes », tâche qui semble à première vue plutôt masculine.

13 Contraction de « mi hija » signifiant « ma fille », terme affectueux en Colombie.

14 « Pero como uno no lo tenía en la cabeza pues el trabajo era por debajo de la mesa ».

15 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009 à son domicile.

16 Extrait d’un entretien réalisé le 19 avril 2009 à son domicile.

17 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009 à son domicile.

18 Ibid.

19 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

20 Extrait d’un entretien réalisé le 08 avril 2009, dans sa boutique.

21 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009 à son domicile.

22 Jus de la canne à sucre solidifié utilisé en cuisine, comme tisane ou comme sucrerie en Colombie.

23 Extrait d’un entretien réalisé le 22 avril 2009, à son domicile.

24 Seules trois femmes sur 25 nous affirment qu’elles se sentaient en confiance avec leur époux et se confiaient à lui.

25 Extrait d’un entretien réalisé le 15 avril 2009, à son domicile.

26 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

27 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

28 Extrait d’un entretien réalisé le 16 avril 2009, à son domicile.

29 Extrait d’un entretien réalisé le 19 avril 2009 à son domicile.

30 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

31 Extrait d’un entretien réalisé le 19 avril 2009 à son domicile.

32 Norita utilise de nouveau le terme mule, burra, pour se désigner ce qui souligne la représentation négative qu’elle avait d’elle-même.

33 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009 à son domicile.

34 Deux programmes sociaux rattachés à l’État. Familias en Acción est destiné à venir en aide aux familles défavorisées en milieu rural et urbain. Madres Comunitarias est un projet rattaché à l’Institut Colombien de Bienestar familiar, destiné aux enfants dont les situations familiales sont précaires.

35 Terme argotique qui prend ici le sens de « collabo » ou « balance »

36 Extrait d’un entretien réalisé le 08 avril 2009, dans sa boutique.

37 Adjectif du verbe agachar signifiant se baisser, s’incliner, et pouvant être traduit ici par « le dos courbé ».

38 Extrait d’un entretien réalisé le 15 avril 2009, à son domicile.

39 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

40 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

41 Extrait d’un entretien réalisé le 18 octobre 2008 dans les locaux de l’association Yo Mujer.

42 On peut, une fois de plus, souligner le parallèle entre la femme et l’animal.

43 Extrait d’une discussion informelle dans les locaux de l’association en septembre 2008.

44 Entretien réalisé le 15 avril 2009 à son domicile.

45 Extrait d’une conversation informelle, octobre 2008.

46 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

47 Extrait d’un entretien réalisé le 15 avril 2009, à son domicile.

48 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

49 Extrait d’un entretien réalisé le 16 avril 2009, à son domicile.

50 Les réflexions de H. Arendt portent sur la condition des « déplacés » de la Seconde Guerre mondiale.

51 Extrait d’un entretien réalisé le 22 avril 2009, à son domicile.

52 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

53 Extrait d’un entretien réalisé le 15 avril 2009, à son domicile.

54 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

55 Extrait d’un entretien réalisé le 22 avril 2009, à son domicile.

56 Extrait d’un entretien réalisé le 08 avril 2009, dans sa boutique.

57 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

58 Manioc.

59 Extrait d’un entretien réalisé le 15 avril 2009, à son domicile.

60 Diagnostic de la localité de 2007 réalisé à partir des données du DANE 2001.

61 Les invasions sont des concentrations urbaines résultant de l’occupation illégale de terrains proches de la ville.

62 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

63 Extrait d’un entretien réalisé le 21 avril 2009, à son domicile.

64 Extrait d’une discussion informelle dans les locaux de l’association, 1er novembre 2008.

65 Extrait d’un entretien réalisé le 15 avril 2009, à son domicile.

66 Extrait d’une discussion informelle dans les locaux de l’association, 1er novembre 2008.

67 Extrait d’une discussion informelle à son domicile en novembre 2008.

68 Galettes de maïs qui peuvent être garnies d’ingrédients divers.

69 Extrait d’un entretien réalisé le 14 avril 2009 à son domicile.

70 Extrait d’un entretien réalisé le 15 avril 2009, à son domicile.

71 Ibid.

72 Extrait d’un entretien réalisé le 19 avril 2009 à son domicile.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 :Conversations de femmes
Légende Sources : données propres collectées au cours de l’enquête de terrain (août 2008-avril 2009).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Départements d'origine et acteurs du déplacement
Légende Sources : données propres collectées au cours de l’enquête de terrain (août 2008-avril 2009).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/318/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/318/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/318/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/318/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 143k

© Éditions de l’IHEAL, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540