Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trajectoires féminines et mobilisation d’exilées à Bogotá

 | 
Marjorie Gerbier-Aublanc

Introduction

Texte intégral

Rencontre avec l’association

1Mercredi, 14 heures. Je suis dans le bus, le Transmilenio H15 en direction du Portal Tunal. Au terminus je dois prendre un autre bus qui me mènera vers les locaux de l’association. « Prends l’alimentador qui indique Sierra Morena, le 6-3 », m’a expliqué Doña Teresa, « tu descends au dernier arrêt ». Le bus s’enfonce dans la montagne, je ne sais pas vraiment où je vais. Les arrêts n’ont pas de nom. Ils sont déterminés par des adresses incompréhensibles, Transversal 56 Calle 78 Carrera 46... Le chauffeur me dit de descendre, nous sommes arrivés à destination. J’observe tout autour de moi. Quelques personnes passent et me regardent du coin de l’œil. La vue sur Bogotá est imprenable. En aval, j’aperçois des rues, des habitations collées les unes aux autres. Les maisons sont en béton, modestes certes, mais je m’attendais à pire. En amont, le paysage est quelque peu différent. Des maisons poussent ça et là, à flanc de montagne, comme des champignons qu’une bourrasque de vent pourrait décrocher à tout moment. Je suis tout de même surprise du calme qui règne ici...

2Une petite dame brune me fait de grands signes, elle court vers moi, essoufflée. C’est Doña Teresa, la présidente du collectif. Elle me salue chaleureusement, m’explique qu’elle a des problèmes de diabète qui la fatiguent beaucoup et m’invite à la suivre. J’enregistre le chemin, « tout droit puis seconde à gauche et c’est le numéro 69 ». Je dois me souvenir. Nous pénétrons dans les locaux et montons directement au second étage. Elle me prie de m’asseoir dans le fauteuil, elle prendra la chaise. Je proteste, elle insiste. Nous entamons la conversation, elle me raconte...

  • 1 Salle du foyer d’accueil où se déroulent activités éducatives et ludiques pour les enfants des fem (...)

3C’est samedi, il est 10 heures, une quinzaine de femmes sont présentes. Je les rencontre enfin ! Celles qui me connaissent déjà me reçoivent avec un grand sourire, les autres m’observent, curieuses. Doña Teresa me présente à trois d’entre elles comme une étudiante française venue les aider. Elles me serrent chaleureusement la main et me souhaitent la bienvenue. Puis Teresa ajoute que je voudrais leur parler à toutes « pour qu’elles me racontent ce qui s’est passé ». Silence... Elles me regardent méfiantes. J’essaie tant bien que mal de me sortir de cette situation embarrassante. Une femme vient vers moi, « Eh ben, bienvenue quand même ! ». Les discussions vont bon train. Elles m’encerclent et m’interrogent, certaines s’éloignent de moi. Qu’est-ce que je fais ici ? Comment j’ai découvert l’association ? Pourquoi elles ne m’ont jamais vue auparavant ? Ma présence les surprend mais mon intérêt pour elles les interpelle. Elles m’invitent aux manifestations mensuelles, je n’ai plus à négocier ma présence. Deux d’entre elles s’affairent aux fourneaux. C’est l’heure du repas. Elles me servent, la première, un plat débordant de riz et de lentilles. En début d’après-midi les étudiants de la formation aux carrières sociales de l’université du Minuto de Dios arrivent. Certains emmènent les enfants à la Comparteca1. D’autres invitent les femmes à monter dans le bureau, l’atelier informatique va commencer. Les femmes me disent de venir le lendemain parce qu’ » ils vont distribuer des aliments à tout le monde ».

4Elles veulent que je prenne des photos pour pouvoir montrer les besoins des populations déplacées. La journée se déroule comme un samedi dans les locaux de Yo Mujer. Ateliers, repas, discussions, rires, pleurs. Il est 17 heures, chacune rentre chez elle.

5Le regroupement de ces femmes n’est pas anodin. Si elles semblent a priori ne partager d’autre caractéristique que la précarité économique, une expérience commune les rassemble toutes, celle de l’exil. Des centaines d’individus en situation de déplacement forcé se réfugient chaque jour à Bogotá, absorbés par cette capitale qui les rend anonymes aux yeux de tous. Une épreuve traversée passée sous silence. C’est en ce sens que les femmes de l’association Yo Mujer œuvrent quotidiennement dans l’espoir de se reconstruire un futur en ville et de rendre visible la réalité d’une catastrophe humanitaire.

Le déplacement forcé en Colombie

  • 2 Statistiques émises en 2009, pour les 25 dernières années, par la CODHES, Consultoría para los Der (...)

6En 2009, la Colombie compte environ 45 millions d’habitants, parmi lesquels 4915579 individus en situation de déplacement forcé, soit un peu plus de 10 % de la population nationale. Les femmes et jeunes filles représenteraient 52 % de ce total sachant que 54 %2 de l’ensemble des déplacés auraient moins de 18 ans. C’est donc une majorité de femmes et d’enfants qui se voient contraints de fuir quotidiennement la violence des milieux ruraux.

  • 3 Loi 387 du 18 juillet 1997, Titre 1, Article 1.

« Est appelée “déplacée” toute personne qui s’est vue forcée
à migrer à l’intérieur du territoire national, abandonnant sa
localité de résidence ou ses activités économiques habituelles
parce que sa vie, son intégrité physique, sa sécurité ou ses
libertés personnelles ont été rendues vulnérables ou se
trouvent directement menacées, à l’occasion d’une des
situations suivantes quelle qu’elle soit : conflit armé interne,
troubles et tensions intérieurs, violence généralisée, violation massive des droits de l’homme, infractions au droit international humanitaire ou tout autre circonstance qui émaneraient des situations antérieures et qui pourraient altérer ou altèrent profondément l’ordre public3.

7La différence fondamentale entre migrants et déplacés est le caractère non volontaire de la migration, l’absence de projets individuels, familiaux ou communautaires et l’absence de projections pour une vie meilleure, sans oublier la violation des droits humains et la non-possibilité de retour des exilés [meertens, 2006]. Le déplacement forcé est à la fois une arme et une conséquence du conflit armé sévissant en Colombie depuis plus de quatre décennies. À la différence des autres pays touchés par ce phénomène, la Colombie connaît un taux de migrations internes particulièrement élevé. En effet, les victimes cherchent traditionnellement refuge hors des frontières nationales. Dans le cas colombien, les migrations ont principalement lieu depuis les campagnes vers les villes. Alors que les chiffres officiels indiquent une réduction des déplacements à la suite de la politique de consolidation de la sécurité démocratique mise en œuvre depuis le début de la présidence Uribe Vélez (2002-2010), 49 % du total de la population déplacée se serait vus contraints de migrer depuis 2002 [Codhes, 2010]. C’est donc toute une partie de l’histoire contemporaine de ce pays qui est passée sous silence, rendant ainsi invisible au niveau national et international la trajectoire d’une « masse citadine inerte et sans espoir » [Agier, 1999 : 7].

8M. Agier [2009] nous propose une analyse du rôle de la mémoire dans la compréhension de la situation sociopolitique du pays. La mémoire serait, selon l’anthropologue, un moteur de destruction et de situations violentes, une « sorte de personnage » qui porterait la responsabilité de la souffrance. Ainsi, une « culture de la violence » aurait émergé, générant une série de pratiques, de représentations, d’arrangements quotidiens à partir desquels les citoyens seraient contraints d’apprendre à vivre avec la guerre. La violence politique en Colombie remonte au partage des espaces de pouvoirs entre les deux partis officiels, libéraux et conservateurs. Leur confrontation a rythmé la vie politique nationale dès la seconde moitié du xixe siècle. Avec l’assassinat du président du parti libéral, Jorge Eliécer Gaitán, le 9 avril 1948, commence la période la plus sombre de l’histoire colombienne, connue sous le nom de la Violencia. Cette guerre fratricide est à l’origine de plus de 200 000 morts et d’environ deux millions de déplacés. Les historiens situent cette période entre 1948 et 1964 mais force est de constater que le conflit interne actuel se présente comme la continuation de ce sanglant affrontement. Il semblerait qu’à partir de ce temps historique, la violence se soit instituée « comme un état durable dans la vie de chacun » [Agier, 2000 : 93]. D. Pécaut [2001 : 23] ajoute que la vie sociale colombienne a été marquée par l’instabilité et la terreur et décrit cette violence endémique ou « prosaïque » comme une « expérience de laquelle tout paraît dériver ». Pour mettre fin à ces affrontements, les deux partis majoritaires concluent un accord d’alternance au pouvoir en 1958. La mise à l’écart d’une partie des citoyens par ce « Front National », en vigueur jusqu’en 1974, va pousser, dès le début des années 1960, des communautés paysannes, indigènes ou encore certains intellectuels urbains à se constituer en groupes armés, clairement inspirés des mouvements marxistes/guévaristes révolutionnaires fleurissant à la même époque sur l’ensemble du continent latino-américain. Dans le même temps, se mettent en place des forces d’auto-défense qui s’unissent, au début des années 1980, pour lutter contre les enlèvements et les impôts révolutionnaires imposés aux propriétaires terriens et aux narcotrafiquants par les groupes guérilleros.

9Ainsi, c’est une multitude d’acteurs armés légaux et illégaux qui perpétue depuis plusieurs décennies violence et terreur sur l’ensemble du territoire colombien. Si certains refusent de reconnaître que le pays est en « guerre », que des régions entières sont soumises à la tutelle de groupes armés et que les habitants sont « pris en otage », il est clair que la Colombie vit un conflit paraissant sans fin, au sein duquel on distingue difficilement combattants et civils [Suarez, 2007]. Cela est d’autant plus observable en zone rurale que le contrôle des terres et des ressources naturelles est un enjeu central du conflit [Rolland, 2007]. Actuellement, les confrontations guérilla/paramilitaires ne comportent plus de langage politique, ce qui rend d’autant plus floues les frontières 20 entre délit politique et délit de droit commun [Sanchez, 2009]. En effet, 90 % des victimes de cette « guerre sale », « de basse intensité » seraient des civils [Agier, 2009 : 105]. Les déplacements forcés des campagnes vers les moyennes et grandes villes sont devenus autant une arme de guerre qu’un instrument de contrôle social des populations rurales. À l’œuvre depuis plusieurs décennies, ce n’est que depuis juin 1997, avec la promulgation de la loi 387, que l’importance sociodémographique et humanitaire de ce phénomène est institutionnellement reconnue.

État des lieux de la littérature scientifique autour du déplacement forcé en Colombie

10Axe de recherche récent pour la communauté scientifique, c’est à l’aube du troisième millénaire que les chercheurs commencent à s’intéresser à la question du déplacement forcé en Colombie. On comprend que l’absence de travaux antérieurs soit en lien direct avec la non-visibilité du phénomène. La loi 387 de 1997 marque tant la reconnaissance institutionnelle que la naissance de l’intérêt scientifique pour la thématique. Une décennie plus tard, de nombreux ouvrages, articles et recherches universitaires ont vu le jour du côté latino-américain, comme nord-américain ou européen.

11Les études menées jusqu’au début des années 2000 portaient majoritairement sur la dimension individuelle du processus de résilience/reconstruction qu’implique l’exil. Précisons que le déplacement forcé en Colombie est principalement d’ordre individuel et familial. Les auteurs parlent de déplacement « au compte-gouttes » [Agier, 2002 ; Meertens et Segura, 1999 ; Pécaut, 1999]. Cette problématique a donc plutôt été étudiée depuis ses conséquences à savoir les ruptures identitaires, le délitement du tissu social et la complexité de l’insertion urbaine des nouveaux arrivants [Agier, 1999 ; Meertens, 2000 ; Pécaut, 1999 ; Rojas, 1998 ; Uribe, 2000] ainsi qu’à partir de sa dimension psychologique [Abella et Rángel, 2008 ; Chávez et Falla, 2004 ; Demera, 2007 ; Jímenez et al., 2003 ; Palacio et al., 2001 ; Palacio et Madariaga, 2006 ; Riaño, 2006]. Les déplacés étaient alors perçus comme des individus contraints de se reconstruire dans le « dénuement », récepteurs passifs de l’attention étatique. L’ensemble de ces études mettait en lumière l’isolement des populations déplacées en milieu urbain, vivant dans la méfiance et l’anonymat, hors de tout processus organisationnel.

12L’anthropologue D. Meertens s’impose comme la pionnière du regard croisé entre études de genre et déplacement forcé, faisant ressortir l’impact différencié, pour l’homme et la femme, du déracinement et de la réinstallation en milieu urbain. Elle présente une perspective nouvelle du processus de reconstruction envisageant les femmes déplacées non plus comme des victimes passives mais comme les actrices de la reconstruction. À la suite de ses travaux, la perspective du genre a été l’objet d’un intérêt particulier [Himelda, 2001 ; Mazo, 2001 ; Rojas, 2003 ; Segura, 1998]. Le déplacement a, par ailleurs, été considéré comme une stratégie de résistance des populations rurales face au conflit armé [Osorio, 2001].

13Depuis quelques années, les manifestations collectives de populations déplacées sont devenues visibles, attirant ainsi l’attention de la communauté scientifique. Ces mobilisations suscitent en effet de nouvelles interrogations, dans la mesure où elles entrent a priori en contradiction avec les logiques individuelles observées précédemment. Quoique peu nombreuses, les recherches autour de ces initiatives sont principalement le fait d’étudiantes et croisent perspectives de genre et/ou raciale [Cabezas, 2004 ; Mendoza, 2002 ; Moreno, 2003 ; Solano, 2004 ; Ureña, 2007] et dimension collective du processus de reconstruction post-déplacement.

14L’analyse proposée dans cet essai entre dans la continuité des travaux précédents, articulant perspective de genre et action collective. L’importance numérique de la population féminine déplacée, les contrastes entre relations de genre en milieu rural et urbain ainsi que les conséquences différenciées de l’exil attestent de la pertinence d’un tel choix. Ajoutons que la dimension associative du phénomène reste encore peu explorée. J’entends par association les regroupements spontanés de populations en situation de déplacement forcé et non les ONG locales, nationales ou internationales intervenant auprès de ce type de population. Ces collectifs, plutôt récents, manquent de visibilité au sein de l’espace public, d’autant plus lorsqu’ils sont exclusivement composés de femmes.

L’association Yo Mujer

  • 4 Genre, Corps, Conflit.

15Après quelques explorations bibliographiques sur la thématique des mouvements féminins pour la paix, domaine initial de mes recherches, j’ai découvert le sujet du déplacement forcé qui m’a très rapidement convaincue. Aussi ai-je décidé d’effectuer un échange universitaire à Bogotá. Tout juste arrivée, j’ai découvert par le biais d’un communiqué municipal l’existence d’un listing des collectifs féminins de la ville parmi lequel figurait le nom d’une association de femmes en situation de déplacement forcé, Yo Mujer. J’ai pris contact avec la présidente et celle-ci m’a ouvert les portes de son institution. Dans le même temps j’ai rencontré, à l’Université des Andes, la politologue maria Emma Wills Obregón qui m’a mise en contact avec l’anthropologue Donny Meertens. Cette dernière m’a immédiatement proposé d’intégrer l’équipe de recherche Género, Cuerpo y Conflicto4 qu’elle venait de constituer au sein de l’Université Nationale de Colombie. J’apprenais ainsi que mon sujet de recherche était novateur et que l’association Yo Mujer était l’une des rares de la ville à s’être constituée à l’initiative de femmes en situation de déplacement forcé. C’est une organisation qui compte officiellement plus de 200 femmes, même si seule une vingtaine d’entre elles s’y investissent effectivement.

Localité 19, barrio Sierra Morena

  • 5 Premier couplet de l’hymne de la localité composé par le maître Enrique Augusto Cordoba Cifuentes, (...)

« Ciudad Bolivar, ton être proclame égalité et justice sociale, depuis les campagnes ils ont peuplé ton sol, histoire récente, héritage sacré5. »

  • 6 Branche de la Cordillère des Andes.
  • 7 Ciudad Bolivar possède une extension territoriale de 12 998,46 hectares. 73,52 % de la localité so (...)
  • 8 Les invasions sont des concentrations urbaines résultant de l’occupation illégale de terrains proc (...)

16Née en 2003, cette association se situe dans le micro-quartier Sierra Morena de la localité Ciudad Bolívar. Il me semble indispensable de présenter brièvement ce contexte sociogéographique au lecteur afin qu’il saisisse toute la portée de l’analyse à venir. Bogotá, plateau de la Cordillère Orientale6, est divisée en 20 localités. La localité n° 20, Sumapaz, est un territoire majoritairement rural. Les 19 autres localités composent le territoire urbain. Ciudad Bolívar, localité 19, est située au sud-ouest de la ville. La zone urbaine de Ciudad Bolívar7 se trouve entre 2400 et 3100 mètres d’altitude. Cette localité voit le jour à partir des années 1940, à la suite d’importants mouvements migratoires, exode rural ou déplacement forcé. Les populations rurales occupent alors illégalement le territoire. Celui-ci sera officiellement habilité à partir de 1983, dans le cadre du Plan Ciudad Bolívar mis en place au cours du mandat du maire Agusto Ramírez Ocampo. Cette localité est peuplée de populations à faibles revenus. Quelques bandes rattachées aux divers groupes armés y sont présentes mais ne causent a priori pas grand dérangement. En revanche, juste au-dessus de Sierra Morena, se trouve d’un côté le micro-quartier Caracolí et de l’autre Altos de Cazucá qui marquent la limite de Bogotá avec la municipalité de Soacha. Ces deux micro-quartiers sont des zones d’habitations précaires et d’invasions8, contrôlés par les membres de plusieurs bandes armées. Il faut savoir que Ciudad Bolívar est la première zone réceptrice de populations déplacées à Bogotá parmi les quatre localités, Usme, Kennedy, Bosa et Ciudad Bolívar, accueillant quotidiennement les nouveaux arrivants. Ce secteur de la ville reçoit environ 70 % des individus qui, ayant fui leur département d’origine, cherchent refuge à Bogotá.

Un terrain à deux vitesses

17J’ai réalisé un travail de terrain de huit mois au sein de l’association Yo Mujer et auprès de ses membres. Mon expérience s’est déroulée en deux temps. Les premiers mois ont été dédiés à la prise de contact et à la négociation de ma présence au sein du collectif. Les femmes étaient très ouvertes et disponibles. Elles ont rapidement accepté mes visites régulières et me conviaient aux diverses activités. Il m’a fallu environ deux mois pour accéder aux récits de vie individuels.

18Bogotá, comme toute métropole, est une ville économiquement et socialement divisée. De ce fait, j’évoluais quotidiennement au sein de pôles opposés. Les cours suivis à l’université des Andes me propulsaient dans un univers de grande richesse économique et scientifique, cette institution accueillant « l’élite » économique, politique et sociale du pays. Mon travail de terrain réalisé dans les quartiers périphériques de la ville auprès d’une « masse urbaine, inerte, invisible et sans recours » [Agier, 1999] me confrontait à une réalité de précarité économique poignante. D’ordinateurs portables, i-phones et gardes du corps, je passais à la faim, au froid, à l’humidité des logements et à la violence des conditions de vie. Épuisée par tant d’inégalités, je décidai de m’éloigner de cet environnement après cinq mois de terrain.

19Je pris un bon mois de recul géographique et psychologique quant à l’expérience que je venais de vivre. Puis, ressourcée, je me replongeai dans ce travail de terrain passionnant. Ayant terminé mon semestre universitaire, cette seconde étape se déroula de façon plus linéaire. Je n’avais plus à négocier ma place parmi ces femmes qui m’accueillaient à bras ouverts et m’ouvraient les portes de leur intimité familiale. Je pus alors réaliser de nombreux entretiens à domicile.

20Les 25 femmes que j’ai rencontrées constituent mon échantillon de population. Elles ont entre 23 et 65 ans et étaient toutes majeures au moment de leur exil, allant de six mois à 12 ans. Elles sont toutes mères de famille, ayant entre deux et 11 enfants. 14 sont mariées et 11 sont veuves ou séparées.

Méthodologie d’enquête

21Mon travail de collecte de données a été particulièrement riche dans la mesure où j’ai tissé des relations intimes avec la plupart des femmes de l’association. J’ai pu alterner méthodes de travail ethnographique et sociologique. Par l’observation participante, méthodologie principalement mobilisée au cours des premiers mois, j’ai pu collecter de nombreuses paroles de femmes, me rendre compte de leur quotidien et du fonctionnement du collectif. Je ne résidais pas à Ciudad Bolívar mais j’y passais le plus clair de mon temps et dormais régulièrement chez l’une de ces femmes, dans le quartier d’invasion des Altos de Cazucá. La tenue minutieuse de mon journal de terrain m’a permis de conserver tous les détails observés et enregistrés au cours des conversations informelles. J’ai pu réaliser quatre entretiens formels au cours de cette première étape ainsi que deux entretiens collectifs au sein des locaux de l’association. Assister à plusieurs assemblées du collectif m’a encouragée à organiser une rencontre entre une classe d’étudiants d’économie de l’Université des Andes, leur professeur et les femmes de l’association. Désirant mettre en place un projet productif, celles-ci souhaitaient que je les aide. N’ayant aucune compétence dans le domaine, les mettre en relation avec des économistes était une solution alternative. Les femmes m’ont conviée aux diverses mobilisations publiques auxquelles elles participaient. J’ai assisté aux rassemblements statiques et silencieux des derniers mardis de chaque mois organisés par le collectif Ruta Pacífica. Je me suis mêlée à la prise symbolique de la Cour Constitutionnelle, l’Abrazo a la Corte, et à la grande marche indigène, la Minga, du mois de novembre 2008. J’ai également été invitée à la fête organisée pour les Quinze ans de la fille de Luz marina, une des femmes de l’association. Autant d’événements qui m’ont permis de me rendre compte du quotidien de ces femmes et des tenants et aboutissants de l’identité de genre dans un tel contexte socioéconomique, culturel et politique. Le contact privilégié établi avec le leader et plusieurs autres femmes a facilité la reconstitution progressive de leur récit de vie. J’ai, par ailleurs, eu la chance de suivre plus particulièrement le parcours de l’une d’elles, maria Yali, depuis son arrivée à Bogotá en août 2008 jusqu’à mon départ de Colombie, fin avril 2009. Des questionnaires préparés par le professeur d’économie de l’université des Andes, portant sur les critères familiaux et les conditions de vie socioéconomiques des femmes, m’ont permis de collecter un ensemble de données objectives. J’ai, en parallèle, réalisé un travail de recherche bibliographique au sein des différentes universités de Bogotá. Grâce aux archives et statistiques émises par l’institution gouvernementale Acción Social et par l’ONG nationale CODHES, en charge de la problématique du déplacement forcé, j’ai pu m’informer des caractéristiques nationales du phénomène. Enfin, j’ai eu accès aux documents formels de l’association Yo Mujer ainsi qu’aux bulletins mensuellement émis dans le cadre de la Mesa de Trabajo de Bogotá et de la Casa de la Mujer. Le deuxième temps de mon travail de recherche a été consacré principalement à la réalisation d’entretiens formels, au domicile même des femmes. Je continuais néanmoins à me rendre régulièrement à l’association. J’ai eu la chance d’y rencontrer Viviana Gutierrez, une étudiante en carrières sociales de l’Université Externado de Bogotá, qui réalisait également un travail de recherche auprès des femmes de l’association Yo Mujer. Elle disposait d’un questionnaire ciblant les caractéristiques de l’empoderamiento proposées dans l’ouvrage de m. León [1997]. Nous avons donc réalisé conjointement une vingtaine d’entretiens à l’occasion de déjeuners et visites diverses chez les femmes de l’association. J’avais, pour ma part, certaines interrogations à clarifier, un ensemble de thèmes plus spécifiques à aborder, mais je m’adaptais aux différentes situations d’entretien, n’ayant pas au préalable défini de questionnaire précis. J’ai ainsi bénéficié des entretiens semi directifs et de la rigueur de Viviana. Je n’avais pas encore de problématique clairement établie. Je commençais à émettre quelques réflexions mais je ne savais pas réellement où j’allais. J’évoluais au fil des découvertes.

22Le lecteur comprendra donc que j’ai pu récolter un corpus de données empiriques et bibliographiques extrêmement dense au cours de ces huit mois de terrain et qu’il m’a fallu au moins le même laps de temps pour en analyser objectivement le contenu.

Difficultés de terrain

23Doña Teresa, la présidente de l’association, souhaitant tout particulièrement m’aider a involontairement dressé devant moi de nombreuses barrières dans le premier temps de ma présence auprès des femmes. Je cite mon journal :

  • 9 Extrait du journal de terrain, 13 septembre 2008.

« À la fin de l’atelier, Doña Teresa me présente à trois femmes comme une étudiante française qui allait les aider. Elles me souhaitent chaleureusement la bienvenue. Et Teresa ajoute que je voulais discuter avec chacune d’entre elles pour qu’elles me racontent ce qui leur était arrivé. Et là, les sourires se sont éteints et elles ont changé d’attitude envers moi. J’ai donc tenté de leur expliquer que je voulais surtout discuter de l’association et de ce qu’elles réalisaient en son sein. Alors Doña Belen m’a dit : “et ben, bienvenue quand même !”9 »

  • 10 Extrait du journal de terrain, 8 septembre 2008.

« Doña Teresa était occupée à remplir des papiers pour demander des prolongements d’aides pour les femmes (aliments, loyers) à Acción Social [...] Plusieurs femmes sont arrivées et montaient rejoindre le leader dans le petit bureau. Teresa m’a dit “Parle avec ces femmes, elles sont de l’organisation, elles sont déplacées”. mais le contexte était tellement frustrant ! Bruyant, au milieu de tout le monde dans le bureau. C’est parti d’une bonne intention de Doña Teresa qui voulait m’aider mais au final c’était des entretiens imposés aux femmes et à moi-même car je ne pouvais ni me dérober ni refuser au risque de remettre en question ma place, mon travail. Je n’avais pas négocié moi-même ces entretiens et les femmes qui ne me connaissaient pas encore n’avaient pas envie de me raconter leurs histoires. J’étais vraiment gênée et j’ai essayé de leur expliquer qu’elles n’étaient pas obligées de me parler, que je ne voulais pas m’immiscer dans leur intimité mais que je souhaitais simplement qu’elles me parlent de l’association. Elles me répondaient par mono phrases et dès qu’elles avaient fini de parler, essayaient de s’échapper ! La frustration totale10 » !

24Ces deux extraits soulignent d’une part la difficulté de la négociation des entretiens et la difficulté d’aborder l’expérience du déplacement forcé avec les femmes. Il s’agit en effet d’une épreuve traumatisante qui éveille en elles une série de souvenirs pénibles. La négociation des entretiens a, dans ce sens, été problématique tout au long de mon travail de terrain, même si la confiance instaurée en fin de séjour a grandement favorisé échanges et confidences. C’était ma première expérience de terrain en tant qu’apprentie sociologue et je ne maîtrisais pas encore cet outil de collecte de données. Je me sentais coupable de les renvoyer, par mes questions, à leurs expériences de vie malheureuse.

  • 11 Réponse que m’a fournie Teresa alors que je souhaitais l’aider à nettoyer le foyer d’accueil.

25Il m’a fallu environ un mois pour rencontrer l’ensemble des membres actifs de l’association. Dans les premiers temps, mes interactions se déroulaient avec Doña Teresa, les familles du foyer et quelques femmes qui venaient régulièrement. Ces débuts ont été positifs dans la mesure où ils m’ont permis de prendre connaissance du fonctionnement « officiel » de l’association et du discours institutionnel véhiculé par ses membres. J’ai également pu dans ce temps accompagner la présidente aux rendez-vous avec Acción Social et ACNUR. J’ai ainsi pu observer la complexité des interactions entre les déplacés et les institutions. Après avoir fait la connaissance de la majorité des femmes qui, étonnées de ne m’avoir pas connue plus tôt, me parlaient volontiers, j’ai pu me rendre compte des interactions entre les membres actifs, les moins actifs, les nouveaux arrivants et la présidente. Solidarité, écoute, conflits et rumeurs meublaient alors mon quotidien. Mon identité de femme m’a permis de nouer des liens intimes avec mes interlocutrices mais la contrepartie de cette riche expérience humaine a été une empathie démesurée envers ce public. Confrontées à de nombreuses injustices, propulsées dès leur arrivée à Bogotá dans un univers de grande précarité socioéconomique sans oublier les expériences individuelles de la violence en milieu rural, ces femmes et leurs récits de vie ont constitué un lourd bagage qu’il m’a fallu porter tout au long de cette aventure. La prise de distance s’est donc révélée être une épreuve particulièrement délicate. Je rentrais chez moi trop chargée de l’intensité des récits de mes nouvelles amies. Une expérience riche en informations et en apprentissage mais une expérience humaine avant tout ! J’insiste sur ce point car il s’agit là de la principale difficulté vécue au cours de ce travail de terrain. Une autre difficulté est celle de mon statut au sein de cette association. Étudiante et française, ces deux caractéristiques m’ont, dès le départ, mise dans une position parfois délicate. Certes cette « identité » était pour moi un passe-partout dans le sens où je ne présentais aucun risque d’appartenance à l’un des groupes armés ou à l’un des partis politiques. J’étais, de plus, une représentante symbolique de ce collectif dans le sens où je les accompagnais quotidiennement dans les diverses institutions, rencontres et manifestations. Étrangère, « éduquée », d’une classe sociale supérieure à la leur, j’étais la « mascotte » qu’elles se plaisaient à présenter comme « la docteur française qui nous aide ». Mais quelles aides ? Je ne pouvais malheureusement pas faire grand-chose. Cependant, ma nationalité me précédait et j’étais la représentante des financements de l’Union Européenne et des ONG françaises. On me demandait régulièrement de « parler aux ONG et à l’ambassade » pour obtenir des financements. Au sein de l’association, on m’appelait doctora. J’avais au début beaucoup de mal à entendre ce qualificatif puis je me suis aperçue qu’en Colombie c’est ainsi qu’on appelait les individus qui avaient étudié. Je n’étais cependant pas très à l’aise avec l’image associée à ce doctora. En effet, on m’accordait toujours la meilleure place pour m’asseoir, à chaque repas j’étais servie la première et on me donnait la meilleure vaisselle tout en s’excusant du peu qu’on m’offrait. De plus, lorsque les femmes faisaient le ménage, je devais lutter pour qu’elles me laissent prendre un balai ou une éponge sous prétexte que « c’est un travail difficile qui abîme les mains »11. Je n’étais néanmoins pas passive face à cette distance sociale et réalisais au quotidien les travaux domestiques à leurs côtés. Nous avions différentes représentations des tâches manuelles. Pour moi, nullement ingrat, cet ouvrage me permettait, au contraire, de nouer des liens et d’entrer plus profondément en contact avec les femmes. Pour elles, il s’agissait d’une activité dégradante qui ne me correspondait pas. Je pense néanmoins que ma présence continue et le fait de rester dormir régulièrement dans un quartier comme Altos de Cazucá a largement joué en ma faveur dans le sens où cette distance sociale s’est progressivement atténuée.

  • 12 Le nettoyage social est une pratique réalisée par des paramilitaires ou policiers à la retraite, p (...)

26Une des difficultés de réaliser un travail auprès de populations en grande précarité économique est le fait que les petits détails de notre confort quotidien nous trahissent parfois. Je portais, les premiers jours, une petite gourmette héritée lors du décès de mon père et qui était pour moi particulièrement symbolique. Il est vrai que, dans un premier temps, je n’en percevais pas la valeur économique. Néanmoins, un jour où je contribuais aux tâches ménagères, une jeune fille me demanda si je n’allais pas abîmer ma gourmette avec les produits. Par la suite, à plusieurs reprises, les femmes me mirent en garde contre le risque de porter un tel bijou dans ce quartier. Je me suis donc résolue à le mettre de côté le temps de mon travail de terrain. J’ai réalisé alors que j’avais tendance à oublier les conforts et les facilités de ma vie même si je tentais de lutter quotidiennement contre cette attitude. Le lecteur pensera certainement qu’il n’y a rien d’exceptionnel à cette anecdote. Néanmoins, je suis persuadée que cette différence socioéconomique a eu un impact fondamental dans la relation d’empathie qui s’est créée avec les femmes de cette association et dans mon rapport à moi-même au cours de ce terrain. Une dernière difficulté, contextuelle cette fois, a été rencontrée lors du second temps de mon travail de recherche. Les quartiers récepteurs de populations déplacées sont des zones périphériques de la ville, passablement dangereuses. Je n’ai, par chance, jamais eu de problèmes majeurs en me rendant seule dans ces quartiers. Cependant, ma première visite à maria Yali dans le quartier d’invasions des Altos de Cazucá m’a permis d’envisager les risques que j’encourais. En effet, alors qu’une vingtaine de minutes de marche séparaient l’avenue principale du domicile de cette femme, logement situé dans une cuvette entre deux collines sur un terrain non habilité à la construction, un jeune homme sortit ostensiblement son arme à feu. Je venais de chez cette femme pour prendre mon bus, accompagnée de deux de ses enfants quand le jeune homme nous emboîta le pas, son pistolet à la main, et nous suivit sur une centaine de mètres. Il ne s’est fort heureusement rien produit d’alarmant. Il s’agissait, je suppose, d’une simple démonstration de pouvoir et de marquage territorial. Néanmoins, les règles étaient clairement établies. Ce danger permanent s’est profondément transformé du fait de la campagne de « nettoyage social »12 mise en œuvre par le groupe paramilitaire Águilas Negras au cours des derniers mois de mon travail de terrain. La terreur avait repris place dans le quotidien des femmes et de leurs familles, et je dois l’avouer, dans le mien également. Je commençais à réaliser les nouveaux dangers auxquels je m’exposais quotidiennement en me rendant seule dans les périphéries de Bogotá et en y restant la nuit. Le « nettoyage social » était présent dans toutes les conversations, des citadins des périphéries comme de ceux de la ville générique. Néanmoins, la rencontre d’une étudiante colombienne et la réalisation conjointe de la dernière étape de cette recherche ont considérablement apaisé mes craintes. Selon les avis distribués à l’ensemble de la population, le couvre-feu imposé était établi à 10 heures du soir. Néanmoins, à Bogotá le soleil se couche à 18h30 et il ne fait pas bon traîner dans les rues la nuit tombée. Je souhaiterais faire part au lecteur d’une anecdote supplémentaire qui m’a fait craindre pour ma vie. J’allais rentrer en France trois jours plus tard et Viviana et moi avions rencontré trois femmes au cours de cette journée. Nous sortîmes de chez Ana Luisa à 19h30. Il faisait nuit et je devais retrouver maria Yali et ses enfants dans le quartier d’invasions des Altos de Cazucá. Il me fallait donc prendre un bus près des locaux de l’association, qui se trouvaient à quelques pas du domicile d’Ana Luisa. Nous partîmes à pied, Viviana tenant à m’accompagner, quand nous nous rendîmes compte que nous étions perdues... Il était plus de 20 heures et nous étions perdues dans les ruelles sinueuses d’un quartier périphérique de Bogotá en pleine campagne de « nettoyage social ». Les papiers distribués annonçaient la mort des prostituées. Nous étions deux femmes et il faisait nuit, le parallèle était clair. Il faut préciser au lecteur que ce « nettoyage social » n’était pas une rumeur mais que quotidiennement des personnes étaient assassinées. Les femmes de l’association tout comme mes connaissances du centre-ville me contaient chaque jour de nouvelles anecdotes comme la mort de quatre personnes la nuit précédente ou l’assassinat de tel voisin. Par chance, les quartiers périphériques de Bogotá se trouvent à flanc de montagne, nous décidâmes donc de couper cette montagne en aval et de descendre, nous finirions bien par tomber sur une avenue... L’ensemble de ces anecdotes et ce long aparté sur mon travail de terrain est pour moi nécessaire. Huit mois de terrain difficiles méritent d’être transmis au lecteur afin que ce dernier réalise pleinement le contexte dans lequel cette recherche a été effectuée.

Délimitation du sujet

27Ce mémoire est centré sur l’étude d’un collectif de femmes en situation de déplacement forcé. Rappelons que le genre est une catégorie analytique relationnelle, historique et hiérarchique [Meertens, 2006] définie de façon plus complexe comme « un élément constitutif des rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les sexes » et comme « une façon première de signifier des rapports de pouvoirs » [Scott, 1996 : 281]. Mener une étude dans une perspective de genre nous invite donc à analyser, dans leur contexte et par une comparaison dynamique, la construction des rôles masculins et féminins et des identités sexuées [Maruani, 2005]. Les femmes sont à envisager comme un groupe social défini à partir du sexe biologique et de la construction socioculturelle du féminin en relation avec celle du masculin [Scott, 1996 ; Maruani, 2005 ; Meertens, 2006]. Le « genre » est à entendre comme un « processus socioculturel de construction de la différence sociale » [Cosío et Rozée, 2009]. Les difficultés d’accès aux discours des hommes constituent une première limite de ce travail. L’analyse des relations de genre est donc réalisée exclusivement depuis le discours et les représentations des femmes.

28La perspective ethnique a délibérément été laissée de côté dans la mesure où cette variable n’était pas significative pour l’étude de ce collectif. Favorisant l’analyse de la reconstruction de projets de vie du point de vue social et psychologique, la dimension économique de ce processus n’est pas non plus considérée. Enfin, mon travail de terrain ne m’a pas permis d’entrer directement en contact avec les alliés du collectif, l’ensemble de cette étude est donc réalisée depuis l’association Yo Mujer, au travers d’expériences et de pratiques quotidiennes de ses membres.

29Ce travail ne prétend pas avoir une quelconque portée généralisante. Il s’agit de l’étude d’une micro-population, d’un collectif, d’un processus. Je tiens également à préciser que les situations rapportées sont le fait d’un regard, le mien, celui d’une apprentie-chercheuse, parfois trop investie dans son objet d’étude.

Problématique et hypothèses de recherche

  • 13 Concept soulignant le processus d’acquisition d’un pouvoir-d’agir [Cosío, Rozée, 2009], entendu co (...)
  • 14 Expression colombienne que l’on peut traduire en français comme les stratégies informelles, la rec (...)

30Les travaux abordant le sujet des associations de femmes en situation de déplacement forcé proposent pour la plupart une analyse en termes de pouvoir et d’empoderamiento13 de leurs membres. J’ai moi-même été séduite par ce concept dans la première étape de ma recherche. Néanmoins, la prise de position politique, orientée vers un féminisme nord-américain, ne me semblait pas rendre compte objectivement de la réalité que j’observais alors dans le sens où cet axe thématique se confondait avec le discours véhiculé au sein de ces organisations. Sans prétendre remettre en question la qualité des recherches effectuées précédemment, je me risquerai néanmoins à interroger l’utilisation du concept d’empoderamiento comme problématique centrale de ces travaux. Il m’est particulièrement complexe de soutenir cette position dans le sens où mon travail en est, d’une certaine façon, imprégné. Il me semble que le problème fondamental de ce concept est l’idée de pouvoir au sens foucaldien du terme qui en ressort. Je préfère pour ma part envisager les processus observés en termes de subjectivation [Dubet, 1994], processus impliquant une certaine réflexivité ou distance à soi et une certaine activité critique face à ses expériences biographiques. Trois événements biographiques sont fondamentaux dans la trajectoire sociale de ces femmes : le déplacement forcé, le changement de contexte de vie (des campagnes vers les villes) et l’introduction au monde associatif. Prenant en compte les « schémas socioculturels » [Meertens et Segura, 1997] et les « systèmes de genre » [Charlier, 2006 ; De Barbieri, 1991 ; Scott, 1996] au sein desquels elles ont été socialisées avant l’exil, ce travail a pour objet l’analyse du processus d’insertion des femmes dans leur nouvel environnement. Nous nous appuierons sur leurs discours et leurs représentations, les manifestations individuelles et collectives ainsi que l’observation de leurs pratiques de rebusque14 pour rendre compte du processus de reconstruction de projets de vie à Bogotá.

31Plusieurs interrogations résultent de cette première réflexion. Quelles sont les singularités du déplacement forcé au féminin ? Comment ces femmes entrent-elles en contact avec l’association et quelle signification donnent-elles à cette affiliation ? Quel est le type de discours véhiculé par le collectif ? Quels types d’interactions se mettent en œuvre entre association et individus ? Peut-on parler de transformations des rôles/statuts féminins/ masculins et comment les appréhender ? À quelle logique d’insertion en milieu urbain répond l’expérience associative ? Comment s’articulent déplacement forcé, changement de contexte de vie et participation associative dans la redéfinition de projets de vie des femmes déplacées ?

32Ces interrogations nous amènent à définir deux objectifs fondamentaux de cette analyse. Nous nous intéresserons tout au long de cet essai à l’articulation des dimensions collectives et individuelles dans la redéfinition de projets de vie des femmes en situation de déplacement forcé. Nous tenterons également de comprendre le lien entre participation associative et insertion des femmes en milieu urbain.

  • 15 On peut ici s’inspirer du concept de « désaffiliation » de Robert Castel [1996] et considérer l’as (...)

33Deux hypothèses nous permettront de répondre à ces objectifs. L’association de femmes en situation de déplacement forcé apparaît comme une « zone de cohésion sociale »15 [Castel, 1996 : 17] au sein de laquelle les participantes articulent socialisation rurale, chocs biographiques et pratiques urbaines comme stratégie d’appropriation de leur nouvel environnement. En dépit de l’expérience traumatique de l’exil, l’environnement urbain et la participation associative semblent être propice à l’amorce d’un processus d’individuation au féminin. Ce concept est à entendre comme le développement d’une subjectivité individuelle qui permet une projection dans l’avenir à partir de l’expérience passée, puisant dans un collectif un ensemble d’éléments significatifs pour le présent [Agier, 1999 ; Simondon, 2005 ; Veith, 2005].

34Le déplacement forcé est un processus multidimensionnel qui ne s’achève pas au moment de l’arrivée en ville [Meertens, 2001]. La complexité de ce phénomène requiert l’analyse du parcours des femmes depuis leur commune d’origine jusqu’aux locaux de l’association Yo Mujer. Trois temps biographiques fondateurs en ressortent, à savoir la socialisation en milieu rural, l’exil et l’arrivée en milieu urbain, l’ensemble de ces éléments étant perçu depuis l’expérience des femmes. L’association, envisagée comme un espace d’interaction et d’identification, est le cadre d’une relation dialectique entre discours collectif et expériences individuelles, à partir de laquelle les femmes analysent rétrospectivement les « schémas socioculturels » intériorisés. À la suite de la réinstallation en ville, deux espaces d’action – la famille et les institutions – deviennent pour les femmes déplacées propices à de nouvelles expériences citoyennes. Nous tenterons ainsi de comprendre dans quelle mesure une organisation sociale destinée à faire face à l’urgence peut se convertir en espace d’interactions donnant lieu à un agir concerté non soumis à l’immédiateté des nécessités vitales [Patrón, 1998]. C’est dans ce sens que nous explorerons la participation associative singulière de ces femmes et leur processus de reconstruction de projets de vie à Bogotá.

Notes

1 Salle du foyer d’accueil où se déroulent activités éducatives et ludiques pour les enfants des femmes déplacées.

2 Statistiques émises en 2009, pour les 25 dernières années, par la CODHES, Consultoría para los Derechos Humanos y el Desplazamiento, Voir site internet : www.codhes.org.

3 Loi 387 du 18 juillet 1997, Titre 1, Article 1.

4 Genre, Corps, Conflit.

5 Premier couplet de l’hymne de la localité composé par le maître Enrique Augusto Cordoba Cifuentes, consultable en ligne : http://www.alcaldiabogota.gov.co/sisjur/normas/Norma1.jsp?i=34972.

6 Branche de la Cordillère des Andes.

7 Ciudad Bolivar possède une extension territoriale de 12 998,46 hectares. 73,52 % de la localité sont considérés comme zone rurale contre 24,91 % de zone urbaine.

8 Les invasions sont des concentrations urbaines résultant de l’occupation illégale de terrains proches de la ville.

9 Extrait du journal de terrain, 13 septembre 2008.

10 Extrait du journal de terrain, 8 septembre 2008.

11 Réponse que m’a fournie Teresa alors que je souhaitais l’aider à nettoyer le foyer d’accueil.

12 Le nettoyage social est une pratique réalisée par des paramilitaires ou policiers à la retraite, parfois engagés par des sociétés de sécurité, qui se font payer quelques milliers de pesos pour éliminer les indésirables, les gamins des rues, les mendiants, les drogués et les dealers, les prostituées ou toute personne considérée comme telle.

13 Concept soulignant le processus d’acquisition d’un pouvoir-d’agir [Cosío, Rozée, 2009], entendu comme un « processus de transformation par lequel l’individu acquiert pouvoir et contrôle pour prendre ses propres décisions et atteindre ses objectifs propres » [San Pedro, 2006 : 2] lequel peut passer par la participation au sein d’organisations et d’activités communautaires [Zimmerman, 2000 : 47]. Pour plus d’informations sur le sujet, consulter la compilation d’articles de Magdalena León [2007].

14 Expression colombienne que l’on peut traduire en français comme les stratégies informelles, la recherche d’issue de survie.

15 On peut ici s’inspirer du concept de « désaffiliation » de Robert Castel [1996] et considérer l’association comme « espace de réaffiliation ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/317/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Éditions de l’IHEAL, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540