Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trajectoires féminines et mobilisation d’exilées à Bogotá

 | 
Marjorie Gerbier-Aublanc

Remerciements

Texte intégral

1Résultat d’un investissement sans relâche, ce travail n’aurait pu voir le jour sans l’aide et le soutien précieux de nombreuses personnes.

2Je tiens à remercier en premier lieu l’ensemble des femmes du collectif Yo Mujer qui m’ont ouvert les portes de l’association, de leur maison, de leur vie, de leur intimité ; qui m’ont fait partager leurs histoires d’hier et d’aujourd’hui, leurs espoirs de demain...

3Je remercie tout particulièrement mes colocataires de Bogotá et très chers amis, ma petite Jenny – toujours présente –, Arthur, Marion, Ibon, Lucien, Dulce et Isabela qui m’ont soutenue et m’ont accompagnée psychologiquement et physiquement tout au long de ce travail de terrain. Je remercie Viviana Gutierrez avec qui j’ai réalisé de nombreux entretiens au cours de mes derniers mois à Bogotá, partageant réflexions, interrogations et quelques frayeurs.

4Je remercie Sandrine Revet qui a répondu sans hésiter à mes appels de détresse et m’a donné de précieux conseils tant pour mon terrain qu’à mon retour ; Virginie Laurent qui m’a permis de conserver une certaine distance face à mon objet alors que j’étais sur le terrain ; María Emma Wills qui m’a fait découvrir des textes passionnants et m’a mise en relation avec l’anthropologue Donny Meertens à laquelle j’adresse un remerciement particulier pour sa grande disponibilité, son écoute, ses conseils et l’opportunité qu’elle m’a donné de participer à un groupe de recherche de l’Université Nationale de Colombie, Género, Cuerpo y Conflicto. Je la remercie aussi pour ses écrits qui ont guidé mes réflexions depuis bientôt trois ans. Je remercie également Polymnia Zagefka et María-Eugenia Cosío Zavala qui ont pris le temps de me rencontrer et de me conseiller dans mon travail d’analyse.

5Je remercie particulièrement mon directeur de recherche, Christian Gros, qui m’a laissé la liberté de mener cette recherche comme je l’entendais et m’a soutenue dans mon obstination à réaliser ce long travail de terrain. Je le remercie de la confiance qu’il m’a accordée et de m’avoir, à son insu, permis d’avancer sur le sentier de ma vie.

6Je remercie du fond du cœur ma maman qui m’a transmis sa force et m’a toujours soutenue et encouragée quelle que soit ma décision, me laissant la liberté de mener une vie en accord avec mes rêves.

7Je remercie chaleureusement mes amis, mes deux Vanessa, Gaëlle, Laurence, Sylvie, Marion, Romain, Janeth, Jacko et ma sœur Laureen qui m’ont patiemment écoutée parler de ma recherche et du reste, des centaines de fois, tout en me conseillant du mieux qu’ils pouvaient. Un remerciement particulier à ma petite Vilaca qui a minutieusement relu cet écrit et m’a fait part de ses précieuses observations, à Vanessa, Nelly et Stéphanie qui m’ont aidée à récupérer mon manuscrit lorsque je pensais l’avoir perdu.

8Je remercie mes grands-parents et ma marraine qui sont toujours là pour moi et m’accompagnent où que je sois, même s’ils n’adhèrent pas toujours à mes choix ; mes grands-parents qui ont, d’une certaine façon, inspiré l’aventurière que je suis.

9Je remercie marie et Françoise qui m’aident à être et à sentir ; à me trouver mieux équipée quand le chemin, parfois, n’est pas trop clair ou même lorsqu’il est difficile.

10Je remercie enfin toutes les personnes qui m’ont, de près ou de loin, accompagnée tout au long de ma route, en France, au Mexique, en Colombie ou ailleurs...

© Éditions de l’IHEAL, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540