Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le théâtre communautaire argentin

 | 
Lucie Elgoyhen

Des communautés soudées : resocialisation et rapport à l’engagement

Texte intégral

  • 1 L’interactionnisme est un courant de la pensée sociologique américaine apparu à l’université de Chi (...)

1Comment les théâtres communautaires parviennent-ils à assurer leur cohésion interne et à mobiliser leurs membres en dépit des tensions qui les traversent ? Comment la participation au théâtre communautaire affecte-t-elle le parcours et l’identité des voisins-acteurs ? Comment ces derniers conçoivent-ils leur engagement au sein du théâtre communautaire ? Les théâtres de voisins se soudent autour d’un sentiment d’appartenance collectif fort reposant sur la formation de liens affectifs étroits entre les membres. C’est sur la base de cette solidarité communautaire qu’une sociabilité militante se met en place. La participation resocialise progressivement les voisins-acteurs, au point que certains s’engagent dans des « carrières militantes » au sein du théâtre communautaire. Issue de la tradition interactionniste développée par l’école de Chicago1, la notion de « carrière militante » permet d’insister sur le fait que le militantisme est une activité sociale inscrite dans le temps et comportant différentes phases d’apprentissage et d’adaptation (de l’enrôlement à la défection), au cours desquelles le sujet militant redéfinit son rapport à lui-même et à son environnement social. Cette notion est donc précieuse pour saisir des processus qui se construisent dans la durée et à un niveau intersubjectif. La fidélisation des membres, s’obtient en effet moins par l’inculcation explicite que par l’incorporation d’un sens pratique. Celle-ci passe par trois dimensions : l’acquisition de rétributions, l’intériorisation d’une vision du monde, de la place de son groupe dans ce monde et de sa propre place dans le groupe, enfin la restructuration des réseaux de sociabilité des membres. Les identités et les trajectoires individuelles se retrouvent modifiées au cours de l’engagement [Fillieule, Agrikoliansky et Sommier, 2010, p. 175-177]. Toutefois, les voisins-acteurs entretiennent des rapports variés à leur engagement au sein du théâtre communautaire. Des divergences apparaissent ainsi entre les directeurs et les voisins-acteurs quant à la possibilité d’envisager le théâtre communautaire comme une forme de militantisme spécifique. Réapparaît alors la question de la place que le théâtre communautaire accorde aux classes moyennes dans son projet de transformation sociale.

Le sentiment d’appartenance au groupe

La fierté de son groupe d’appartenance

2Les théâtres communautaires se donnent régulièrement des microdéfis qui servent à souder et à mobiliser les membres : se déplacer à une rencontre de théâtre communautaire, organiser un événement dans le quartier, créer un nouveau spectacle, etc. Les activités du groupe et les réussites collectives accumulées au fil du temps procurent une satisfaction aux membres. Elles nourrissent leur fierté et entretiennent l’élan collectif :

  • 2 Propos extraits d’un entretien réalisé avec L. le 2 juin 2011.

« Nous avons de nouveaux projets qui sont visibles et que nous sommes déjà en train en travailler. Je crois que ça aussi, ça aide à ce que les gens accrochent plus. En ce moment, nous nous occupons de la salle de théâtre et il faut énormément travailler, avec des travaux durs de maçonnerie, de peinture et tout ça, mais ils accrochent. C’est bien. Parce qu’en plus, quand tu vois que tu peux le faire et voir ensuite le résultat que tu as obtenu de tes propres mains, c’est beaucoup de satisfaction2. »

3Cette fierté retirée du travail bien fait, d’un travail effectué pour soi et pour le groupe, en dehors d’une perspective marchande et dans le temps libre laissé par l’emploi officiel, peut rappeler les plaisirs tirés de ce que Florence Weber nomme le « travail à côté » dans son étude d’ethnographie ouvrière [Weber, 1989]. Si nous gardons à l’esprit ce que nous avons évoqué à propos du processus de déclassement social et de l’angoisse de déchéance des classes moyennes argentines, le travail à côté du théâtre communautaire procure un sentiment de dignité qui permet une revalorisation sociale des individus :

  • 3 Propos extraits d’un entretien réalisé avec F. le 9 juin 2011.

« Je vois comment le groupe mûrit, comment il croît avec chaque défi important, avec la 7e Rencontre nationale, le défi d’aller à Oberá. Ça implique toute une mobilisation, et ça, est-ce qu’on peut ? Mais moi avec Alma Mate, je suis optimiste et utopique, je dis toujours oui à tout. Parce qu’en plus, j’ai confiance dans le groupe, en comment il est, et en voyant tout ce processus, tout ce que nous avons réussi à atteindre, il y a une plateforme pour continuer à croître. Et je pense que maintenant, dans le groupe, toutes les personnes qui y sont et ceux qui s’intègrent peu à peu, chacun à son rythme, il y a un moment où ça fait un “clic” de ce que tu peux donner et de ce tu peux en retirer3. »

4Avec les années, se crée une mémoire de groupe que les voisins-acteurs ravivent par des rites divers telle la célébration de leurs anniversaires. Cette mémoire est organisée autour de moments clés, tristes ou joyeux, qui ont marqué une étape dans l’histoire du groupe : l’inauguration d’un spectacle, un voyage à une rencontre, l’acquisition d’un instrument, un déménagement forcé, etc. Cette mémoire partagée sert de matière sensible à la production d’une identité collective. L’identité du groupe trouve son incarnation dans le nom même du groupe que les participants utilisent comme une marque d’appartenance, dans le choix d’un logo qui lui est associé ou dans l’identification aux lieux qu’il occupe et qu’il finit par considérer comme des prolongements physiques de lui-même.

La formation de réseaux de solidarité et d’entraide

5Ce sentiment d’appartenir à une communauté soudée est au cœur de la formation de réseaux de solidarité et d’entraide au sein des groupes. Ils apportent leur soutien psychologique et matériel aux membres qui traversent des difficultés personnelles, professionnelles ou familiales (divorce, perte d’emploi, décès, hospitalisation, etc.). Les groupes fonctionnent aussi comme des espaces de transactions informelles où les membres s’échangent des biens et des services (le dentiste s’occupe de la dentition d’un camarade, la professeure d’anglais donne des cours aux jeunes voisins-acteurs, etc.). Cette dimension d’entraide est fondamentale. Elle réalise à petite échelle la société alternative que les voisins-acteurs souhaiteraient faire émerger. Rappelons que c’est aussi le contexte général de défaillance des services publics et de désaffiliation sociale dont souffrent les Argentins qui les poussent à s’organiser et à prendre en charge leur destin collectivement [Merklen, 2010] :

  • 4 Propos extraits d’un entretien réalisé avec M. le 3 juin 2011.

« Ce n’est pas comme si on allait dans un club, si tu as un problème, on est tous là, on fait tous partie du problème. L’été dernier, la maison de Graciela a brûlé, et tous ensemble, nous avons reconstruit la maison. Un camarade qui s’y connaissait en électricité s’est occupé de rétablir le courant, un autre s’est procuré du bois pour refaire le toit, un autre qui est architecte a apporté son aide, on a aussi réussi à remettre en marche la ligne téléphonique. En ce moment, on a un camarade qui est hospitalisé à cause d’une hépatite et on est, tous les camarades, avec lui. Donc, tout ça, c’est très important. Tu sais que tu arrives avec un problème et que tu t’en vas d’une autre manière. Parce que tu te rends compte que tout le monde s’intéresse à ce qui t’arrive4. »

Les rencontres de théâtre communautaire : de grandes réunions familiales

6Les rencontres de théâtre communautaire jouent également un rôle notable dans la formation de liens affectifs entre les voisins-acteurs et dans leur socialisation à la cause. Depuis sa création en 2003, le Réseau national organise ainsi des rencontres annuelles de théâtre communautaire. Le lieu de la rencontre varie d’une année à l’autre, en fonction des groupes qui se portent volontaires pour organiser l’événement. La localité choisie se situe en général hors de la ville de Buenos Aires, de manière à soutenir les groupes éloignés de la capitale. Pour financer leur voyage, les troupes doivent se mobiliser et améliorer leur capacité de gestion. Le défi du voyage galvanise les voisins-acteurs, d’autant plus lorsqu’ils viennent présenter un de leurs spectacles. Le groupe-hôte se charge de l’organisation sur place de l’événement (logement et nourriture, logistique des spectacles, partenariats, communication, etc.).

7Pendant ces rencontres qui durent deux ou trois jours, les voisins-acteurs de toute l’Argentine ont l’occasion de nouer contact et d’échanger sur la situation de leurs groupes respectifs. Une programmation des spectacles de théâtre communautaire est établie en amont de l’événement en fonction des groupes qui souhaitent venir présenter leurs productions théâtrales. Les voisins-acteurs découvrent ainsi les spectacles de leurs homologues d’autres quartiers ou d’autres villes, ce qui favorise l’émulation et le développement d’une culture et d’une esthétique théâtrales propres au théâtre communautaire. Ces spectacles dynamisent aussi la localité environnante sur le plan culturel, puisque les représentations sont gratuites et ouvertes à tous les habitants.

8Ces rencontres comportent aussi des moments dédiés au débat et à la réflexion, au cours desquels les théâtres communautaires mettent en commun leurs expériences et définissent des stratégies d’action. Ces séances de débat sont de véritables instances réflexives où les voisins-acteurs s’interrogent sur la signification du théâtre communautaire, son rôle dans la société et sa projection dans le futur. Elles contribuent ainsi à la définition d’une cause partagée.

  • 5 Cf. par exemple, en annexe 3, la brochure annonçant une fête commune organisée par El Épico de Flor (...)

9Ces grands rassemblements prennent enfin l’allure de célébrations familiales. Les fins de spectacle se transforment en fête. Les voisins-acteurs mènent des processions dans les rues au rythme des tambours. Des chants collectifs du théâtre communautaire sont inventés à l’occasion ou repris d’événements antérieurs. De nombreux participants se déplacent en famille. Pour certains, le fait de voyager constitue un événement en soi. Ces rencontres offrent un point de contact entre les groupes de composition populaire et ceux de classe moyenne, les populations urbaines et les populations rurales. Elles confèrent ainsi aux participants le sentiment d’appartenir à un mouvement plus large. Ponctuellement, les théâtres communautaires de localités proches s’invitent aussi entre eux afin de se connaître et d’organiser ensemble des événements5. Le réseau du théâtre communautaire prend donc la forme d’un réseau d’interconnaissance élargi, les voisins-acteurs étendant la métaphore familiale de leur groupe à la grande famille du théâtre communautaire (« les cousins de Misiones », « les frères de Villa Crespo »).

Un mouvement joyeux

10Ces expériences collectives mettent en jeu un ensemble d’émotions, dont Christophe Traïni et Johanna Siméant notent qu’elles jouent un rôle crucial dans les dynamiques de mobilisation en inscrivant les expériences individuelles dans un tissu de significations collectives. Les auteurs reprennent la distinction établie par James Jaspers entre deux types d’émotions militantes : les émotions réciproques d’une part, soit les élans affectifs que les individus unis autour d’une même cause nourrissent les uns envers les autres (estime, fraternité, enthousiasme d’agir conjointement), et les émotions partagées d’autre part, celles que l’ensemble des partisans entretiennent à l’égard d’instances externes à la sociabilité militante (la fierté de son groupe de théâtre communautaire, la tendresse pour son quartier ou son village, la méfiance vis-à-vis des autorités) [Traïni, 2009, p. 29]. Lorsqu’ils évoquent leur attachement à leurs compañeros (camarades), les participants se réfèrent sans cesse à ces émotions réciproques. Elles soudent les membres autour d’un vécu partagé du monde qui les entoure.

11Les théâtres communautaires accordent une importance particulière à la manifestation des émotions puisqu’elle est liée à leur projet de renouer des rapports humains fondés sur la confiance, la coprésence physique et la chaleur du collectif. Né au moment du retour à la démocratie, le mouvement du théâtre communautaire argentin a ainsi pour principe fondateur de résistance de manifester de la joie et de l’optimisme envers et contre tout, se concevant comme un hommage à la vie. Il ne peut être compris sans faire référence à l’idée d’un mouvement joyeux, ou d’une tonalité joyeuse au sens musical, avec sa dimension communicative. Le vocable de la « contagion » est ainsi mobilisé en toutes circonstances par les voisins-acteurs. Bianchi et Talento se perçoivent comme des entusiasmadores (« enthousiasmeurs ») et présentent le théâtre communautaire comme une graine (semilla) de joie et d’espoir qu’il faut inlassablement aller semer dans de nouvelles contrées.

La restructuration des identités individuelles et des liens familiaux

12La participation au théâtre communautaire finit par avoir des effets notables sur la biographie des participants qui se sont progressivement, et plus ou moins consciemment, engagés dans ce qui peut être qualifié rétrospectivement de « carrière militante » au sein du théâtre communautaire. En premier lieu, les voisins-acteurs expliquent que la participation au théâtre communautaire améliore leur bien-être. Elle leur apporte une forme d’épanouissement et un sentiment de revalorisation personnelle et sociale. Ils retirent une satisfaction et un plaisir du fait de découvrir leurs capacités créatives et d’appartenir à un collectif solidaire :

  • 6 Propos extraits d’un entretien réalisé le 24 mai 2011 avec G., 50 ans, enseignante.

« Je me suis resignifiée, c’est une resignification. Cela m’a donné une valeur que je ne pensais pas avoir. Ma vie a fait comme ça [elle tend sa main et la retourne], elle a changé comme ça6. »

  • 7 Propos extraits d’un entretien réalisé le 2 juin 2011 avec A., 37 ans, employée.

« C’est un lieu d’identité, où on, moi en tout cas, j’ai trouvé ma place, ma place où je me sens active, je sens que là je suis créative, je suis utile, parce qu’aujourd’hui ce sont des choses importantes. Parce que ça peut paraître normal mais, vu comment on vit aujourd’hui, ce n’est pas naturel de se sentir utile ou de sentir que quelqu’un avec d’autres peut faire quelque chose de collectif ou être solidaire avec l’autre, ce sont des valeurs qui sont totalement repêchées dans le théâtre communautaire […]. On se sent réalisé, on se réalise en tant que personne7. »

13Les voisins-acteurs décrivent ainsi le théâtre communautaire comme un espace qui ouvre des possibles. Cette ouverture rend envisageable des réorientations de trajectoires. Certains trouvent un soutien dans le groupe qui les aide à abandonner une dépendance (alcool, drogue) et à se réinsérer socialement. Des jeunes et des adultes reprennent leurs études, d’autres changent d’orientation pour se consacrer à l’art, des chômeurs retrouvent un emploi, d’autres entreprennent de nouveaux projets :

  • 8 Propos extraits d’un entretien réalisé le 1er juin 2011 avec S., 22 ans, étudiante.

« Maintenant j’étudie dans un conservatoire, et tout ça grâce au fait que le groupe a acheté un accordéon. J’ai commencé à prendre des cours d’accordéon comme ça, sinon je n’aurais jamais connu la musique. Donc, mon cursus d’aujourd’hui qui est professorat de musique a à voir avec le fait de m’être formé dans le groupe de théâtre communautaire. […] Je venais d’une école technique, bien carrée, j’ai étudié six ans l’administration d’entreprises. […] Comme quoi ma vie a changé, tu vois, ça a fait un clic dans ma tête, tout ça grâce aux gens que tu connais, aux propositions qui sont faites dans le groupe et à l’extérieur du groupe8. »

  • 9 Propos extraits d’un entretien réalisé le 3 juin 2011 avec L., 47 ans, femme au foyer.

« À chaque fois dans le groupe, on discutait et on se disait : “Et toi, qu’est-ce que tu as laissé en suspens ?” “Telle chose” […]. Et moi je disais : “Il me reste à terminer le lycée.” Alors, ils me disaient tous : “Et pourquoi tu le termines pas ?”, “Et quand est-ce que tu vas le terminer ?” Et bon, alors un jour je me suis décidée, j’y ai été et je me suis inscrite, et j’ai terminé le lycée. Quand j’ai terminé le lycée, j’ai dit : “Il y a encore autre chose qu’il me reste à faire, j’ai toujours voulu être psychologue.” “Et pourquoi tu ne vas pas à l’université ?” “Euh, je ne sais pas, tu crois qu’à mon âge… ?” “Mais quel âge ? ! Qu’est-ce que ça a à voir ?” Bon, et ça fait trois ans que je vais à la faculté, et en plus ça me réussit très bien9. »

14Les voisins-acteurs remarquent que le théâtre communautaire les a progressivement amenés à penser différemment. Les participants décrivent ce processus en termes d’« enrichissement », d’apprentissage de la « tolérance », de l’« écoute », de la « solidarité ». Ils expliquent qu’ils ont « appris à penser en groupe ». Ils valorisent alors le théâtre communautaire comme un espace singulier régi par des valeurs et des pratiques différentes de celles de la société qui les entoure :

  • 10 Propos extraits d’un entretien réalisé le 9 juin 2011 avec S., 26 ans, étudiant.

« On est très habitué à penser de manière individuelle, et ça, ça t’oblige à penser différemment, à penser aux camarades, à penser au groupe, au fait que les choses se font à plusieurs10. »

  • 11 Propos extraits d’un entretien réalisé le 13 juin 2011 avec B., 49 ans, enseignante.

« Qu’aujourd’hui des gens puissent se rencontrer dans un projet commun sans autre ambition que le fait de dire et de faire et de pouvoir s’exprimer, il me semble que, par les temps qui courent, c’est réellement merveilleux […]. On peut se projeter. Ce problème aussi de pouvoir se projeter dans ce pays, c’était difficile, non ? De pouvoir avoir un projet […]. Après cette crise si dure de 2001, trouver ce projet, réellement ça a été un ancrage, connaître cet endroit, un endroit à partir duquel on peut se transformer, et je ne sais pas si transformer les autres… mais au moins faire que l’autre se reformule11. »

15L’appartenance à un groupe de théâtre communautaire entraîne donc des modifications processuelles qui s’étendent à toutes les sphères de la vie des voisins-acteurs. Ces derniers déclarent qu’ils ont appris à se percevoir différemment, en tant qu’individus et en tant que sujets sociaux. La confiance qu’ils acquièrent au sein de leur groupe leur sert à s’affirmer sur d’autres scènes sociales, familiales, amicales ou professionnelles. Plus les voisins-acteurs demeurent dans leur groupe, plus celui-ci en vient à marquer leur vie de manière indélébile. Après plusieurs années, l’éventualité de quitter le groupe devient inimaginable pour certains voisins-acteurs :

  • 12 Propos extraits d’un entretien réalisé avec C. le 24 mai 2011.

« Nous disons souvent que c’est un chemin de vie pour beaucoup d’entre nous. Moi, quand j’ai commencé, je n’aurais jamais imaginé que j’allais autant m’engager, que ça me plairait autant12. »

  • 13 Propos extraits d’un entretien réalisé avec A. le 13 juin 2011.

« Depuis le début, je dis toujours : “Moi, je me suis mariée à Alma Mate13. »

  • 14 Érik Neveu rappelle que les militants ont d’autant plus de chance de s’engager et de se consacrer à (...)

16Dans nombre de cas, ce n’est pas seulement l’identité individuelle des participants qui est mise en jeu, c’est aussi celle des membres de leur famille. Premièrement, il est fréquent de trouver des pratiques endogamiques dans le théâtre communautaire. Deuxièmement, le théâtre communautaire exigeant un degré élevé de disponibilité, de nombreux participants incitent leurs proches à s’intégrer dans le groupe de manière à concilier leur vie familiale et leur engagement14. Les liens de parenté constituent une des composantes fondamentales des liens communautaires et ils ont pour conséquence de déplacer les frontières entre ce qui relève du privé ou du foyer familial et ce qui relève de la sphère communautaire, sphère intermédiaire où les biens de chacun sont convertis en biens communautaires. Ces opérations de conversion incluent les relations familiales. Les enfants qui naissent et grandissent dans les théâtres de voisins deviennent les enfants du groupe. Les enfants et les familles se mélangent ainsi au sein des théâtres communautaires qui aiment à se présenter comme des grandes familles rattachées au lien de filiation symbolique que leur confère le nom du groupe :

  • 15 Le directeur du groupe.
  • 16 Propos extraits d’un entretien réalisé avec A. le 3 juin 2011.

« Je me sens épica, c’est-à-dire que je ne sens pas que je fais partie du groupe, je me sens El Épico, d’autant plus du fait d’avoir été une des fondatrices du groupe. Je crois que je ne pourrais pas vivre sans El Épico. Pourtant, j’ai voulu abandonner le groupe l’année dernière, car je m’étais disputée avec Orlando15, parce qu’Orlando a un caractère difficile, et moi aussi […]. Au bout de deux jours, tout le groupe s’est réuni pour venir me chercher, ils ne m’ont pas laissé tomber et ils ont discuté avec Orlando pour qu’il change son comportement […]. Mais pendant ces jours où j’ai été sans El Épico, je te jure, et que cela soit enregistré, j’ai passé mon temps à pleurer, parce que mes camarades me manquaient, parce que je recevais les mails, et en plus Keara est à nous. Keara a 7 ans et elle est née dans El Épico, j’ai joué enceinte de Keara, et quand elle est née et qu’elle avait à peine une semaine, je l’ai emmenée aux répétitions, jusqu’à ce qu’elle soit un peu plus grande et alors, elle a commencé à jouer dans le groupe comme elle joue encore aujourd’hui16. »

17La participation au théâtre communautaire comporte donc ses coûts, mais aussi ses plaisirs ou ses rétributions, la particularité de l’engagement étant précisément que les deux tendent à s’entretenir mutuellement [Fillieule, Agrikoliansky et Sommier, 2010].

Théâtre communautaire et militantisme

18La participation au théâtre communautaire affecte donc de manière importante la biographie et l’identité des voisins-acteurs. Toutefois, les voisins-acteurs entretiennent des rapports diversifiés et ambivalents à leur engagement au sein du théâtre communautaire, en fonction de leur ancienneté, de leur profil et de leur appréhension du fait militant.

Un collectif qui mise sur autre chose

19Les voisins-acteurs définissent le théâtre communautaire comme un « théâtre de voisins pour les gens » « qui tisse des liens », qui permet de « construire à partir d’un lieu et de montrer ce lieu, et à partir du regard de ce lieu, montrer ce qui se passe dans le pays », un « endroit où il y a des gens bien, solidaires ». Interrogés sur les objectifs poursuivis par le théâtre communautaire, les voisins-acteurs expriment des idées similaires : « utiliser le “nous” au lieu du “je” », « refaire communauté, c’est-à-dire recommencer à se rencontrer, à être avec les camarades, à avoir confiance en l’autre et à construire », « rendre la mémoire et l’identité », faire en sorte que « les gens ne soient plus spectateurs de leur vie », « savoir aller contre les plaisirs éphémères et individuels pour s’engager dans un travail de construction collective de longue durée avec un objectif final », « offrir aux gens des spectacles de qualité avec des non professionnels et leur faire savoir qu’eux aussi peuvent être de l’autre côté, qu’ils peuvent raconter ce qui leur arrive et ce qui les blesse ». À propos des thèmes de spectacle qui les intéressent, les voisins-acteurs évoquent « les inégalités », « la pauvreté », « l’injustice », « l’histoire de ceux qui n’ont pas gagné », « les luttes sociales », « l’identité, la mémoire, en tant qu’argentine, en tant que latino-américaine », « une histoire où on se reconnaît », « la violation des droits de l’homme », « une histoire qui aide à avoir une conscience nationale », une « histoire qui montre qu’en s’unissant, on peut y arriver ».

20Pour de nombreux voisins-acteurs, faire partie du théâtre communautaire, c’est donc appartenir à un collectif qui mise sur autre chose, qui propose un autre modèle de construction de la société :

  • 17 Propos extraits d’un entretien réalisé le 10 juin 2011 avec S., 32 ans, étudiante chilienne vivant (...)

« La dynamique sociale actuelle t’impose la peur de l’autre, t’impose de t’enfermer, de ne communiquer avec personne […], une perte de l’humain, on terrorise la population avec le délinquant […]. Il y a une perte des espaces, je ne sais pas si on peut dire de la démocratie, ou simplement le fait de sentir que l’espace où tu vis, tu le construis, qu’il est à toi, pas à la mairie, pas à l’État, mais que c’est ton espace, tu y as droit, tu peux aussi le construire à partir de ta propre manière de voir les choses. Donc freiner cette structure d’imposition qui a autant de force. Au Chili, c’est encore très compliqué de ce point de vue, c’est quelque chose qui m’attriste énormément […]. Ici, j’ai trouvé une sorte de petit paradis, et je prétends en profiter, et je prétends le rendre aussi […]. C’est une façon de construire la société17. »

Se sentir militant du théâtre communautaire

21Les voisins-acteurs voient dans le théâtre communautaire un mode d’action et d’expression qui leur paraît intéressant pour faire valoir leurs convictions et agir sur leur environnement social. Ils apprécient le fait que le théâtre communautaire repose sur la mobilisation des gens ordinaires, des voisins, de la communauté. Par conséquent, ils sont très attachés à la défense de leur indépendance. Héritiers de l’esprit de refondation de 2001, les voisins-acteurs cherchent à réaffirmer la capacité d’action autonome des citoyens. Cette défiance vis-à-vis du système politique institutionnel se retrouve dans leurs conceptions du militantisme. Nous distinguerons trois cas de figure, en simplifiant des situations qui sont plus complexes dans la réalité. Certains voisins-acteurs rejettent le terme, car ils l’associent à la politique dans le sens de système des partis, de politiciens, d’idéologie. Ils voient dans le militantisme une forme d’imposition et de nivellement des individus qui porte atteinte à leur liberté d’expression et de pensée :

« Lucie Elgoyhen : Quels thèmes de spectacle vous intéressent ?

G. : Il y a tant de choses, n’est-ce pas ? De politique, ça y est, ça suffit, il n’y a plus rien à dire sur la politique, non ? Après, [faire des spectacles sur] comment je vois la société aujourd’hui, la pauvreté, et ceux qui ne sont pas si pauvres […].

L. E. : Est-ce que, selon vous, le théâtre communautaire peut être vu comme une forme de militantisme ?

  • 18 Propos extraits d’un entretien réalisé le 31 mai 2011 avec G., 38 ans, employée.

G. : Non, non, non, militantisme, non. Ils ne t’obligent à rien, tu es comme tu es, et tu t’exprimes de la manière que tu veux, donc non18. »

  • 19 Propos extraits d’un entretien réalisé le 31 mai 2011 avec D., 54 ans, couturière uruguayenne vivan (...)

« Moi, je m’échapperais si c’était une forme de militantisme parce que je ne veux rien savoir de tout ça, j’ai déjà milité en Uruguay et ailleurs, et non. Si je ne milite pas, c’est parce que je ne veux pas19. »

22D’autres se distancient également de la politique au sens traditionnel, mais se perçoivent comme des militants. Ils envisagent l’idée d’un militantisme culturel, ou simplement d’un militantisme du théâtre communautaire :

  • 20 Propos extraits d’un entretien réalisé le 3 juin 2011 avec T., 55 ans, assistant thérapeutique.

« Moi, je ne suis pas apolitique, mais je n’aime pas mélanger. Ou je fais de la politique ou je fais du théâtre, ce sont deux choses différentes, il me semble. Je me sens un militant de la culture et un militant du théâtre communautaire qui est le théâtre communautaire, qui n’est pas du théâtre en salle, pas du théâtre underground, pas du théâtre indépendant, c’est du théâtre communautaire, qui a ses propres particularités en tant que théâtre communautaire20. »

  • 21 Propos extraits d’un entretien réalisé le 3 juin 2011 avec L., 47 ans, femme au foyer.

« On ne peut pas faire de théâtre sans faire de la politique, et moi, je suis antipolitique, la politique ça ne m’intéresse pas […]. En revanche, je défends ce que je veux dire. Je suis apolitique, mais c’est du militantisme. Moi, je ne prends le parti d’aucun parti, mais je milite pour mes principes, je milite pour eux, je les dis, je les joue, je les crie21. »

23Certains voisins-acteurs s’emparent au contraire spontanément du terme « militantisme ». Ils se réfèrent à l’idée d’une spécificité du militantisme du théâtre communautaire, mais ils le perçoivent comme une autre manière de faire de la politique :

  • 22 Propos extraits d’un entretien réalisé le 24 mai 2011 avec G., 50 ans, enseignante.

« Pour moi, c’est une façon de faire de la politique sans esprit de parti. La politique n’a rien à voir avec le parti politique, avec l’esprit de parti, la politique a à voir avec l’action du citoyen. Moi, je ne me sens pas capable d’aller à un congrès, d’être un député, mais je crois que depuis cette humble tribune, cet humble congrès, nous pouvons dire beaucoup de choses22. »

  • 23 Propos extraits d’un entretien réalisé le 1er juin 2011 avec S., 22 ans, étudiante.

« Aujourd’hui, on utilise beaucoup le mot “militantisme” et le mot “politique”, et moi je crois que le théâtre communautaire est une forme de militantisme à partir de l’art, de pouvoir sortir dans la rue et de pouvoir raconter des choses qui ne se voient pas, ou des choses que personne n’ose dire. Donc, je crois que c’est à cause de cela que je le choisis, parce qu’il transforme socialement […]. En réalité, tout ce que chacun fait, même si le mot “politique” est si stigmatisé, chaque personne qui fait quelque chose fait de la politique. Je crois que le théâtre communautaire est une autre forme de militantisme, c’est une forme de militantisme à partir du social23. »

  • 24 Propos extraits d’un entretien réalisé le 4 juin 2011 avec A., 61 ans, psychologue social.

« Il y a plein de formes de transformation de la société. Le militantisme dans un parti politique, c’est transformateur aussi, mais le théâtre communautaire en est une de plus, et elle me semble très importante […]. Participer à un projet politico-partisan, c’est militer, et participer au théâtre communautaire, c’est militer aussi. Moi, je sais que je milite dans le groupe, j’y ai placé mon objectif et je travaille pour cet objectif, avec d’autres, dans un projet. Pour moi, c’est ça militer. Mais bon, le mot est sali, parce que dans notre pays le mot “militer” est perverti, l’expression “faire de la politique”, bon. Mais aussi, je crois que c’est quelque chose dont les secteurs dominants veulent nous convaincre, parce que bon, tant qu’on reste tout seul, bien calme, chacun chez soi et qu’on ne sort pas militer […], c’est plus facile de nous dominer24. »

  • 25 Propos extraits d’un entretien réalisé le 13 juin 2011 avec B., 49 ans, enseignante.

« Je crois que le théâtre communautaire est une forme de militantisme, peut-être parce que je suis d’accord avec tous les points de ce militantisme […]. La politique, c’est tout, non ? La politique, c’est la décision de participer au groupe, c’est comment s’organise le groupe, mais pas la politique dans le sens d’être partisan, dans ce sens-là, non25. »

24Les voisins-acteurs prennent soin de se distinguer du militantisme partisan. Ce rapport ambivalent au politique et au militantisme varie en fonction de l’ancienneté, du profil et de la socialisation politique des voisins-acteurs. Rappelons que de nombreux voisins-acteurs cherchent d’abord un espace d’expression et d’appartenance. Ils découvrent l’engagement avec le théâtre communautaire, alors que les directeurs ont, eux, souvent déjà milité dans d’autres espaces. Le théâtre communautaire fonctionne alors comme un espace de socialisation politique où s’élaborent de nouveaux schèmes de perception de l’environnement social.

Les tensions du militantisme théâtral communautaire

25Plus les voisins-acteurs se politisent au sein du théâtre communautaire et en viennent à se considérer comme des militants, plus ils s’interrogent sur la finalité et les stratégies d’action du théâtre communautaire comme force de transformation sociale. Certains voisins-acteurs se posent la question des destinataires du projet, ce qui les amène à exprimer une insatisfaction quant au versant social ou communautaire de ce théâtre. Ils s’accordent sur le fait que le théâtre communautaire transforme les participants, mais ils désireraient étendre à d’autres cette action de transformation. Ils regrettent alors que le théâtre communautaire ne cherche pas, ou n’arrive pas, à inclure les couches plus défavorisées de la société. Ils souhaiteraient que le théâtre communautaire entreprenne d’autres activités sociales, en plus de l’activité théâtrale, qu’il aille dans des « lieux où personne ne va », les « lieux les plus pauvres » où la population est éloignée du théâtre communautaire :

  • 26 Propos extraits d’un entretien réalisé le 24 mai 2011 avec F., 74 ans, retraitée.

« Moi, je vois qu’il y a des groupes de théâtre communautaire où l’action sociale se voit plus clairement, par exemple à 9 de Julio, où il y a plus de nécessité de type social. Donc ils ne réalisent pas seulement la tâche théâtrale, ils s’occupent d’autres choses, et peut-être que moi, ça m’aurait plus intéressée […]. J’aimerais plus insister sur la participation dans le lieu où on vit, être plus en lien avec la communauté. Mais bon, mes camarades diront que la manière passe par le théâtre. Mais bon, il me semble qu’on peut ajouter, importer d’autres choses. […]. Mais bon, c’est facile à dire, il faudrait le faire, au moins, avoir l’initiative de le faire26. »

  • 27 Propos extraits d’un entretien réalisé le 24 mai 2011 avec G., 50 ans, enseignante.

« Parfois, je crois que nous sommes du théâtre communautaire, mais avec plus de théâtre, et j’aimerais que ce soit plus communautaire. C’est communautaire dans la manière dont on construit l’œuvre, tous ensemble. Mais j’aimerais qu’il apporte plus socialement, qu’il fasse un travail pour la communauté […]. Et qu’il se dirige aussi vers les zones moins centrales de Ramos, plus éloignées, dans les écoles ; mais bon, nous travaillons, c’est très difficile de pouvoir aller dans les écoles si ce n’est pas un samedi ou un dimanche27. »

  • 28 Propos extraits d’un entretien réalisé le 9 juin 2011 avec S., 26 ans, étudiant.

« Il y a des groupes qui ne sont pas de classe moyenne […] mais, de manière générale, c’est un phénomène qui est plutôt de classe moyenne […]. Nous avons discuté du fait que le grand défi du théâtre communautaire est de réussir à arriver aux quartiers plus populaires, aux bidonvilles, qu’il commence à y avoir des groupes de théâtre là-bas aussi, et qu’ils commencent eux aussi à raconter leur histoire. Si tu regardes, la plupart des spectacles du début du théâtre communautaire ont beaucoup à voir avec la thématique des immigrants, c’est-à-dire de l’identité, de chercher de nouveau l’identité. Et pas de n’importe quel immigrant, celle des immigrants européens qui sont venus ici à la fin du xixe et au début du xxe siècle […]. C’est compliqué de travailler avec des gens, avec des gamins qui viennent de quartiers défavorisés […]. Je ne sais pas comment on pourrait faire, mais je pense que c’est une question qui pourrait être posée à l’avenir28. »

26Les directeurs tendent eux à considérer que le projet du théâtre communautaire vise avant tout la transformation de la classe moyenne argentine. Leur vision stratégique accorde un rôle clé à celle-ci en tant que groupe pivot de la société. Ils entendent réformer cette classe moyenne argentine qu’ils perçoivent comme conformiste, individualiste, matérialiste et aisément manipulable par les médias. Pour cette raison, leur bataille s’effectue d’abord sur le terrain culturel. Selon eux, la véritable transformation consiste à rendre la classe moyenne argentine capable de s’investir dans la construction d’un projet collectif tel que celui du théâtre communautaire. En infléchissant les valeurs et les pratiques de la classe moyenne, ils espèrent ainsi travailler à une transformation en profondeur de la société argentine. Poursuivre cet objectif constitue pour eux une forme de militantisme en soi, suffisante à elle-même. Ils notent toutefois que les voisins-acteurs ne partagent pas toujours leur vision et que certains se sentent tiraillés entre plusieurs orientations :

  • 29 Propos extraits d’un entretien réalisé le 16 mai 2011 avec Corina Busquiazo (membre de l’équipe de (...)

« Il y a ceux qui vont vers des espaces plus sociaux ou politiques, et ceux qui s’en vont vers des lieux qui sont supposément plus artistiques […]. Ce qui se passe, c’est qu’ils ne sentent pas qu’à travers le théâtre communautaire, on atteint une transformation, que le militantisme culturel dans un quartier par la participation à un groupe comme celui-ci est aussi important que le militantisme dans un parti politique. En plus, dans le domaine de la culture, les partis politiques, les syndicats, les organisations ont un problème, c’est qu’ils ne visualisent pas l’art en tant que véritable transformateur social. On a des camarades qui venaient ici et qui voulaient qu’on aille faire tout le temps des spectacles dans le bidonville, par exemple. On n’a pas de problème avec le fait d’aller faire des spectacles dans le bidonville, mais pour nous, c’est beaucoup plus transformateur que la classe moyenne vienne ici, comme un acte militant […]. Donc, beaucoup de militants croient qu’il faut aller travailler avec les pauvres, avec les gens des bidonvilles, et en réalité, il me semble que c’est avec la classe moyenne qu’il faut travailler, parce que c’est elle qui est la plus atteinte […]. Dans ces grandes villes, tu ne sais pas qui est ton voisin, qui vit à côté, qui vit au bout de ton immeuble29. »

« Ana Laura : Moi, j’ai l’impression que c’est spasmodique […]. Dans ce pays, il est difficile de soutenir de manière désintéressée quelque chose de collectif, qui te demande du temps, de l’effort.

Alejandro : Il y a plusieurs explications. L’une d’entre elles, c’est que les gens qui ont plus d’aspirations pour le travail social, voire politique, ils voient qu’aujourd’hui, dans ce que nous faisons, il n’y a pas une action très politique, mais une action très forte à partir du travail même du théâtre communautaire, tel que ça doit être. Et ces gens laissent tomber en disant : “Et si moi dans le groupe je ne peux pas faire ce que je veux ?” La question est : “Qu’est-ce que je veux ?” Alors ils s’en vont vers des espaces politiques ou sociaux, qui ne sont pas ce qu’est notre groupe […].

  • 30 Maire de la ville de Buenos Aires entre 2007 et 2015, Mauricio Macri, issu du parti de droite libér (...)
  • 31 Propos extraits d’un entretien réalisé le 6 mai 2011 avec Ana Laura Kleiner et Alejandro Schaab (co (...)

A. L. : Ou ils font les deux, mais alors c’est difficile de faire en sorte qu’ils dédient au théâtre communautaire la même énergie qu’ils consacrent à autre chose […]. C’est difficile de comprendre que ça, dans son ensemble, ça puisse être un projet, c’est-à-dire un choix de militantisme. Il ne va pas te manquer quelque chose parce que tu es en train de travailler avec la classe moyenne, et pas avec les gens qui meurent de faim. Non, la classe moyenne c’est celle qui, ensuite, vote pour Macri et c’est à cause de lui que des gens meurent de faim dans la ville30. Ce n’est pas rien ce travail, mais c’est difficile à comprendre31. »

27Les directeurs se réfèrent à une conception forte du militantisme, en tant que choix de vie impliquant un ethos de dévouement à la cause. Ils déduisent des défections de certains voisins-acteurs que le projet du théâtre communautaire ne les satisfait pas. Comme le rappelle Olivier Fillieule, pour comprendre l’évolution des carrières et des organisations militantes, il faut aussi les rapporter aux transformations du champ politique élargi, c’est-à-dire à l’évolution de la valorisation sociale d’une cause et des manières d’y contribuer [Fillieule, Agrikoliansky et Sommier, 2010, p. 173]. Au cours de cette dernière décennie, le militantisme politique, syndical et social a retrouvé beaucoup de vigueur en Argentine, notamment auprès des jeunes [Svampa, 2008]. Le théâtre communautaire est donc affecté par ces évolutions. En défendant le militantisme théâtral communautaire, les directeurs appellent à miser sur l’art comme canal de transformation sociale. La valorisation de la cause du théâtre communautaire dépend donc du degré de valorisation sociale que les participants, et la société en général, accordent à l’art comme vecteur de transformation sociale. Pour les directeurs, l’originalité de l’engagement du théâtre communautaire provient du choix d’une modalité communautaire en art. Toutefois, le fait de créer et de s’exprimer de manière communautaire ne procure pas une gratification militante suffisante à certains participants qui attendent des résultats plus tangibles de transformation de la société. L’asymétrie entre directeurs et participants réapparaît à ce niveau. Les directeurs ont le pouvoir de poser une limite à la redéfinition du projet en tant que garants de la continuité de leur groupe. Misant sur la recherche d’une forme de construction collective alternative qui exige du temps et une relative indépendance vis-à-vis de l’urgence sociale et politique, le théâtre communautaire subit ainsi la concurrence d’autres structures militantes apparaissant comme plus directement engagées.

28Les directeurs rattachent aussi les défections au fait que la situation des classes moyennes argentines s’est améliorée avec la prospérité économique de ces dernières années, ce qui les conduirait à opter de nouveau pour une solution individuelle. Ils notent des cycles de participation dans leur groupe : un premier temps d’ébullition durant 2001-2003 ; un second temps de consolidation et de croissance, durant lequel sont partis ceux qui ont compris que le projet du théâtre communautaire ne leur convenait pas et sont restés ceux qui, à l’inverse, adhéraient pleinement au projet ; et la période actuelle, où les directeurs craignent un essoufflement et se sentent confrontés à une nouvelle étape charnière. Face à la mutation du contexte social et politique, les directeurs s’interrogent aussi sur l’évolution du rôle du théâtre communautaire. En effet, durant ses années au pouvoir (2003-2015), le kirchnérisme a tendu à brouiller les grilles de positionnement politique et à désorienter les mouvements sociaux en menant des politiques ambivalentes, alliant ouverture et répression [Svampa, 2008]. Les groupes créés dans le contexte de 2001-2003, dans une optique d’opposition au pouvoir, sont donc amenés à réinterroger le sens et la portée de leur projet.

29Les théâtres communautaires parviennent à agréger et à souder leurs membres parce qu’ils leur apportent un espace de sociabilité et d’appartenance où se nouent des liens de solidarité et d’entraide, précieux dans un contexte d’instabilité et de désagrégation sociale. À partir de l’expérience de la construction d’une microcommunauté solidaire et chaleureuse qui les resocialise progressivement, les voisins-acteurs en viennent à concevoir l’image de la société alternative qu’ils souhaiteraient voir émerger. Apparaissent alors des divergences quant à la manière d’envisager la portée sociale et politique du théâtre communautaire. Les voisins-acteurs de classe moyenne se confrontent à la question de leur articulation avec les classes populaires, tandis que les directeurs s’interrogent sur le positionnement du théâtre communautaire dans la conjoncture sociale et politique actuelle.

Notes

1 L’interactionnisme est un courant de la pensée sociologique américaine apparu à l’université de Chicago au tournant du xxe siècle. La société est conçue comme le produit mouvant des multiples interactions sociales qui s’y déploient, plutôt que comme un tout supérieur aux individus. L’interactionnisme symbolique, développé à partir de la fin des années 1930, s’intéresse notamment aux processus de construction de sens et au travail d’interprétation mené par les individus dans le cadre de leurs interactions sociales. Le sociologue Howard Becker a ainsi analysé, dans Outsiders : études de sociologie de la déviance, la « carrière déviante » de musiciens de jazz et de fumeurs de marijuana comme un processus en plusieurs étapes, au cours duquel le sujet redéfinit son rapport à lui-même, à son entourage et à son environnement [Becker, 1985].

2 Propos extraits d’un entretien réalisé avec L. le 2 juin 2011.

3 Propos extraits d’un entretien réalisé avec F. le 9 juin 2011.

4 Propos extraits d’un entretien réalisé avec M. le 3 juin 2011.

5 Cf. par exemple, en annexe 3, la brochure annonçant une fête commune organisée par El Épico de Floresta et Grupo de Teatro Comunitario de Pompeya.

6 Propos extraits d’un entretien réalisé le 24 mai 2011 avec G., 50 ans, enseignante.

7 Propos extraits d’un entretien réalisé le 2 juin 2011 avec A., 37 ans, employée.

8 Propos extraits d’un entretien réalisé le 1er juin 2011 avec S., 22 ans, étudiante.

9 Propos extraits d’un entretien réalisé le 3 juin 2011 avec L., 47 ans, femme au foyer.

10 Propos extraits d’un entretien réalisé le 9 juin 2011 avec S., 26 ans, étudiant.

11 Propos extraits d’un entretien réalisé le 13 juin 2011 avec B., 49 ans, enseignante.

12 Propos extraits d’un entretien réalisé avec C. le 24 mai 2011.

13 Propos extraits d’un entretien réalisé avec A. le 13 juin 2011.

14 Érik Neveu rappelle que les militants ont d’autant plus de chance de s’engager et de se consacrer à leur organisation qu’ils sont dans une situation de « disponibilité biographique », qu’ils sont déjà en contact avec des personnes engagées dans l’action militante et qu’ils obtiennent le soutien et l’approbation de leurs proches [Neveu, 2005, p. 72].

15 Le directeur du groupe.

16 Propos extraits d’un entretien réalisé avec A. le 3 juin 2011.

17 Propos extraits d’un entretien réalisé le 10 juin 2011 avec S., 32 ans, étudiante chilienne vivant à Buenos Aires.

18 Propos extraits d’un entretien réalisé le 31 mai 2011 avec G., 38 ans, employée.

19 Propos extraits d’un entretien réalisé le 31 mai 2011 avec D., 54 ans, couturière uruguayenne vivant en Argentine.

20 Propos extraits d’un entretien réalisé le 3 juin 2011 avec T., 55 ans, assistant thérapeutique.

21 Propos extraits d’un entretien réalisé le 3 juin 2011 avec L., 47 ans, femme au foyer.

22 Propos extraits d’un entretien réalisé le 24 mai 2011 avec G., 50 ans, enseignante.

23 Propos extraits d’un entretien réalisé le 1er juin 2011 avec S., 22 ans, étudiante.

24 Propos extraits d’un entretien réalisé le 4 juin 2011 avec A., 61 ans, psychologue social.

25 Propos extraits d’un entretien réalisé le 13 juin 2011 avec B., 49 ans, enseignante.

26 Propos extraits d’un entretien réalisé le 24 mai 2011 avec F., 74 ans, retraitée.

27 Propos extraits d’un entretien réalisé le 24 mai 2011 avec G., 50 ans, enseignante.

28 Propos extraits d’un entretien réalisé le 9 juin 2011 avec S., 26 ans, étudiant.

29 Propos extraits d’un entretien réalisé le 16 mai 2011 avec Corina Busquiazo (membre de l’équipe de coordination du Circuito Cultural Barracas).

30 Maire de la ville de Buenos Aires entre 2007 et 2015, Mauricio Macri, issu du parti de droite libérale, PRO ou Propuesta Republicana, a été élu président de la République argentine en novembre 2015.

31 Propos extraits d’un entretien réalisé le 6 mai 2011 avec Ana Laura Kleiner et Alejandro Schaab (codirecteurs d’Alma Mate).

© Éditions de l’IHEAL, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540